Version classiqueVersion mobile

L’argumentation

 | 
Michel de Fornel
, 
Jean-Claude Passeron

II.

La validité de l’argument naturaliste en sciences sociales

The validity of the naturalistic argument for social sciences

Louis Quéré

Résumé

Le propre d’une démarche naturaliste est de viser une définition réelle (et pas seulement nominale) des phénomènes et de la construire à partir d’observations. Cet article examine un exemple d’une telle démarche – une recherche d’E. Schegloff en analyse de conversation –, et caractérise la place et le statut qui y sont donnés à l’observation. Celle-ci ne sert pas tant à produire ou à rassembler des données, dans le but d’éprouver empiriquement une hypothèse interprétative, qu’à faire surgir des énigmes et des problèmes, qui occasionnent une enquête. Dans cette enquête, l’observation permet de construire des faits pour le problème posé, par sélection et ordonnancement du matériel recueilli, ainsi que d’isoler, purifier et stabiliser le phénomène qui retient l’attention, de manière à en produire une définition réelle.

Texte intégral

  • 1 P. Kerszberg, « Naturalisme », in S. Auroux, ed., Encyclopédie philosophique universelle. Les notio (...)
  • 2 Cf. P. Jabob, Pourquoi les choses ont-elles un sens ?, Paris, Odile Jacob, 1997 ; E. Pacherie, Natu (...)

1Le naturalisme est-il une option raisonnable pour les sciences sociales ? Peut-il fournir un remède aux difficultés liées à leur statut de sciences interprétatives ? La question est, une fois encore, d’actualité. Mais la réponse est loin d’être évidente. Pour esquisser un argument à ce propos, il convient d’abord de préciser de quel naturalisme on parle. Le naturalisme est en effet une orientation hétérogène. Globalement défini, il consiste à appliquer à l’étude des faits sociaux et culturels les exigences et les méthodes en usage dans les sciences de la nature. Mais une telle définition peut recouvrir des démarches profondément différentes. L’une d’elles, sans doute dominante aujourd’hui, vise à soumettre le domaine du sens à une réduction en bonne et due forme, et à fournir des explications causales, empiriquement valides, des phénomènes intentionnels ou téléologiques, au motif que tout ce qui existe n’a de causes et de fins que naturelles et que « l’homme est une simple production incidente de la nature1 ». C’est à une visée de ce type que l’on peut rattacher le débat actuel sur la naturalisation des sciences de l’esprit via la naturalisation, voire la matérialisation, de l’intentionnalité et du sens2.

  • 3 Sur la manière de procéder du naturaliste, voir U. Eco, Kant et l’ornithorynque, Paris, Grasset, 19 (...)
  • 4 J. Dewey, Logique. La théorie de l’enquête, Paris, Presses universitaires de France, 1993, p. 77-78 (...)

2Ce n’est pas cette forme de naturalisme qui retiendra mon attention mais une autre, que, suivant une expression de J. Dewey, l’on pourrait appeler « naturalisme culturel ». Elle ne vise pas à réduire les phénomènes pour les modéliser, les expliquer causalement ou dégager les lois sous-tendant les régularités qui les constituent, mais à en produire des définitions réelles à partir de l’observation « naturelle » de leur occurrence effective, ainsi que des activités qui les configurent. Le naturalisme consiste ici à appliquer au domaine des faits et des activités signifiants la pratique de l’observation minutieuse développée dans certaines sciences naturelles, parfois dites « traditionnelles » : astronomie, zoologie, botanique, etc.3 Ainsi Dewey revendiquait-il le qualificatif « naturaliste » pour sa logique, c’est-à-dire son enquête sur « l’enquête » : la logique est naturaliste non seulement parce qu’« il n’y a pas de solution de continuité entre les opérations de l’enquête, les opérations biologiques et les opérations physiques », mais aussi « en ce sens que les activités de l’enquête sont observables au sens ordinaire de ce terme. Les conceptions dérivées d’une faculté mystique d’intuition ou de quelque chose de si secret qu’il n’est pas soumis à l’inspection et à la vérification publiques (le purement psychique, par exemple) sont exclues4 ».

3Mais, toute enquête reposant sur un fond de culture dont elle vit, le naturalisme préconisé est un « naturalisme culturel ». C’est donc la conjonction d’une certaine pratique – celle de l’observation, telle qu’en usage dans les sciences naturelles – et d’un postulat – les activités sociales et les événements sociaux sont non seulement intelligibles mais aussi sensibles, en tant que dotés d’une forme ou d’un ordre « naturel » observable et descriptible (naturel au sens où l’on dit du langage ou du raisonnement sociologique qu’il est « naturel ») – qui définit la forme de naturalisme que je vais considérer.

4Éprouver la validité d’un argument implique de reconstituer la thèse qui est défendue, d’examiner la façon dont elle est établie ou prouvée, d’expliciter la structure de l’argumentation, de saisir ses transitions et de caractériser la manière dont elle s’y prend pour convaincre. Dans le cas présent, l’argument n’est pas à proprement parler empirique : il ne s’agit pas de produire un savoir en établissant la vérité ou la « vérisimilitude » d’une assertion générale portant sur des faits, par exemple sur la manière dont est produite la connaissance du monde social, en soumettant cette assertion à l’épreuve d’expériences, de tests ou de constats empiriques. L’argument naturaliste en question porte sur des règles à suivre, des méthodes à appliquer ou des opérations à effectuer dans le domaine de l’étude scientifique des faits sociaux et culturels. Sa validation repose sur une série d’évidences produites par la démonstration, par exemple celle des lacunes, biais ou insuffisances repérés dans les manières habituelles de procéder, ou encore celle du bien-fondé des alternatives proposées. Elle repose aussi sur différents postulats épistémologiques concernant, par exemple, la place de l’observation dans les sciences de la nature, ou encore la nature des phénomènes décrits, ainsi que sur des postulats ontologiques concernant, par exemple, la nature de la « factualité » des faits pris comme objets d’étude.

5Cependant, plutôt que de me contenter d’une définition nominale d’un tel argument, j’examinerai un programme sociologique qui a tenté de l’exemplifier dans des enquêtes : celui de l’analyse de conversation. Je m’efforcerai surtout de caractériser le type d’observation qu’il met en œuvre et le rôle qu’il fait jouer à l’empirie.

Le souci de l’effectif et de la définition réelle

6On sait qu’E. Goffman voulait étudier le domaine des interactions sociales de façon naturaliste, en prenant modèle sur le travail des éthologues, qui, écrivait-il,

  • 5 E. Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne, II. Les relations en public, Paris, Minuit, 197 (...)

« … ont mis au point un travail sur le terrain qui les conduit à étudier les conduites animales de très près, en gardant le contrôle des idées préconçues. Ils en ont tiré l’aptitude à découper à ses points d’articulation le flux de l’activité animale apparemment fortuite, et à isoler des schémas naturels. Il suffit de faire remarquer ces séquences comportementales à l’observateur pour que sa vision en soit changée5. »

7Cette définition présente les principaux ingrédients de la forme d’argument naturaliste qui retient mon attention : alignement sur les sciences naturelles d’observation (implicitement distinguées des sciences de l’expérimentation) ; primat de l’observation minutieuse et de la classification des conduites effectives dans leur milieu « naturel » ; neutralisation aussi bien des dispositifs culturels de symbolisation que des grilles de lecture théoriques, ce qui permet de « behavioriser » les conduites pour les besoins de l’observation ; isolement d’unités élémentaires ou de séquences comportementales en fonction des articulations naturelles observables et identification de règles ou de principes de composition de ces unités ou de ces séquences (mise en évidence de formes naturelles) ; changement du régime de l’argumentation (il s’agit moins de prouver empiriquement une assertion générale, qu’elle soit explicative ou interprétative, que de faire voir et de « changer » la vision de l’observateur).

  • 6 E. Schegloff, « Goffman and the analysis of conversation », in P. Drew et A. Wootton, Erving Goffma (...)
  • 7 J’ai essayé de préciser les limites du « naturalisme social » de Goffman dans « Goffman, un natural (...)

8Cependant, comme l’a souligné E. Schegloff, le cadre théorique et conceptuel avec lequel Goffman a travaillé ne lui a pas permis, malgré son sens évident de l’observation, de donner toute sa mesure à l’observation naturaliste qu’il appelait de ses vœux pour l’étude de l’ordre de l’interaction, ni d’expérimenter un autre type d’observation que l’observation ethnographique6. En effet, la micro-analyse goffmanienne des interactions est fortement structurée par l’opposition traditionnelle entre apparence et réalité : quoique fassent les acteurs – marcher, appeler le docteur, servir un repas, etc. – ce qui apparaît sociologiquement pertinent ce ne sont pas les phénomènes révélés par l’observation, mais des principes interprétatifs fixés à l’avance, telles la gestion des apparences et de l’information, la préoccupation pour les considérations de « face », l’organisation de l’attention et de l’engagement, la satisfaction d’exigences rituelles, la structure du self, etc. Selon cette vision, qui est d’un réalisme assez classique, le sociologue doit percer le voile des apparences et mettre en évidence, à l’aide d’un cadre théorique d’interprétation, ce que cache la version officielle de ce qui se passe, bref la réalité qui sous-tend et organise ce qui apparaît. L’observation proprement dite ne saisit alors que la surface des choses, et les données sont considérées comme ayant valeur d’indication : elles informent sur des processus non directement observables, dont la réalité est attestée par la présence d’indicateurs. On en reste ainsi à un schème de pensée relativement courant en sociologie, dans lequel l’observation n’occupe qu’un rôle ancillaire7.

  • 8 Sont nominales aussi les définitions que nous pouvons donner des phénomènes sur la base de notre ma (...)

9Un ancien étudiant de Goffman, H. Sacks, a tenté d’honorer de manière plus systématique les exigences de l’argument naturaliste esquissé par le maître. Dans une perspective en partie inspirée de l’ethnométhodologie, il a imaginé ce que pourrait être une sociologie prenant la forme d’une véritable science naturelle d’observation. Il s’agirait d’une science qui substituerait des définitions réelles aux définitions nominales, c’est-à-dire des définitions tirées d’observations naturalistes, portant sur des événements ou des processus effectifs, saisis en temps réel et dans leur environnement « naturel », à des définitions qui, étant fondées sur des idées, des concepts ou des théories, n’engagent pas la réalité des choses8. En outre cette science rendrait compte de la régularité et de la standardisation observables des pratiques et des conduites en décrivant les processus de leur organisation et de leur régulation in situ en termes de méthodes et de procédures.

  • 9 H. Sacks, « Perspectives de recherche », Arguments ethnométhodologiques, Paris, CEMS-EHESS, 1985, p (...)

« Il se peut bien », écrit Sacks, « que les choses soient ordonnées de manière très subtile, qu’il y ait des séries d’objets sociaux que les gens assemblent pour réaliser leurs activités, et que la manière dont ils les assemblent puisse être décrite à partir de n’importe laquelle de ces activités, et doive être regardée à travers l’analyse d’objets particuliers. Nous voudrions identifier ces objets et voir comment ils opèrent, comme nous savons comment opèrent des verbes, des adjectifs et des phrases. Nous pouvons ainsi arriver à voir comment une activité est organisée, tout comme une phrase est construite avec un verbe, un prédicat, etc. […]
Si je veux défendre l’idée que quelle que soit la capacité d’imaginer d’un chercheur, s’il se sert de versions du monde procédant d’hypothèses ou de typifications, il est contraint par ce qu’un auditoire, celui des professionnels en particulier, peut accepter comme raisonnable. Ceci pourrait bien ne pas s’avérer une contrainte terrible, sauf quand nous nous mettons à considérer ce qui se passe réellement […]
En d’autres termes, il y a du matériel dont on ne peut pas se servir avec succès comme base pour théoriser : celui qui est allégué comme imaginé ; il est exclu que nous l’utilisions s’il ne s’agit pas d’une occurrence réelle. D’un autre côté, l’exclusion de quantité de choses qui se produisent réellement affecte probablement très fortement le caractère des sciences sociales. Il faut procéder de manière quelque peu différente. Il faut que nous nous servions de l’observation comme base pour théoriser. Ainsi pouvons-nous partir de choses qui ne sont pas imaginables, en montrant qu’elles ont eu lieu. Nous pouvons alors arriver à voir pourquoi il y a lieu de regarder le monde de près pour pouvoir théoriser à son sujet : parce qu’en l’examinant de près, nous allons découvrir des choses dont il était impossible d’affirmer la présence en recourant à l’imagination. On ne savait pas qu’elles étaient “typiques”. Il se peut même qu’on ne sache pas qu’elles s’étaient produites9. »

10Trois aspects ressortent de cette citation :

  • l’idée que les sciences sociales sont vraisemblablement affectées par la faible place qu’elles réservent à l’observation directe « de choses qui se produisent réellement » et donc qu’elles sont plus ou moins biaisées par le caractère purement nominal (ou imaginé) de leurs définitions, ainsi que par la grande opacité des données qu’elles utilisent (qui, pour différentes raisons, ne représentent que de très loin des processus et des événements qui ont effectivement lieu) ;

  • la possibilité de rapporter le caractère ordonné et standardisé des conduites et de leur environnement à des opérations d’organisation observables « à travers l’analyse d’objets particuliers » ;

    • 10 Ces modalités sont inimaginables au sens où, lorsqu’elles sont observées concrètement, elles s’avèr (...)

    la conviction que, s’agissant d’activités sociales, l’observation minutieuse d’occurrences réelles, prenant en considération les détails de leur agencement effectif, doit permettre de découvrir les modalités inimaginables de leur effectuation, et que c’est de telles occurrences qu’il faut partir10.

11Notons qu’il ne s’agit pas ici d’observation ethnographique, au sens habituel du terme, qui implique la présence de l’observateur sur le terrain au moment où les choses se passent, cet observateur exerçant une attention vigilante et notant les faits marquants – à supposer que le bon observateur soit celui qui considère attentivement les scènes auxquelles il assiste, prend des notes et fournit des indications précises et détaillées sur ce dont il a été témoin. L’observation minutieuse que Sacks appelle de ses vœux doit porter non pas sur des scènes mais sur des séquences enregistrées d’événements réels : ce qui importe ici ce n’est pas le fait que les données restituent quelque chose qui s’est réellement passé, mais qu’elles préservent les dimensions de l’effectuation et de l’organisation, dans leur sérialité et leur temporalité, et les rendent accessibles pour des observations répétables et contrôlées. Un tel recentrage de l’enquête sociologique sur l’observation naturaliste n’est concevable que si, en même temps, on considère les événements sociaux et les activités sociales comme observables en tant que faits signifiants. Sacks adopte, à ce sujet, un point de vue assez proche de celui de Dewey, évoqué supra :

  • 11 H. Sacks, « Lecture fourteen. The inference-making machine », Human Studies, 12 (2-3), 1989, p. 387 (...)

« Pour les membres, les activités sont observables. Ils voient des activités. Ils voient des personnes se manifester leur intimité, mentir, etc. […] De ce fait notre tâche est behavioriste, en ce sens que nous avons à découvrir comment il se fait que les gens peuvent produire des actions qui permettent aux autres de voir ce qu’ils font11. »

12Cette volonté de revenir aux choses mêmes, de caler leur description sur une observation naturaliste et de saisir leur structuration in vivo relève d’un geste somme toute assez classique. Mais c’est un geste qui revêt une signification différente selon qu’il s’inscrit dans un projet positiviste ou dans une démarche plus descriptive animée par le souci de découvrir, dans son effectivité, le comportement des choses dans l’expérience.

13D’aucuns trouveront que tant la perspective de Goffman que les recommandations de Sacks qu’on vient d’évoquer résonnent comme du positivisme, du moins si l’on en juge d’après le type idéal qu’a construit I. Hacking, en comparant ses principales expressions :

  • 12 I. Hacking, Concevoir et expérimenter, Paris, C. Bourgois, 1987, p. 276 (1re éd. Cambridge, 1983).

« Le positiviste est contre les causes, contre les explications, contre les entités théoriques et contre la métaphysique. Le réel est réduit à l’observable. Solidement arrimé à la réalité observable, le positiviste dispose comme il l’entend du reste. Ce qu’il fait du reste dépend des circonstances12. »

14Nous verrons cependant en quoi la variété d’argument naturaliste envisagée ici relève plus d’un « empirisme radical », et du respect des faits qu’il recommande, que d’un simple positivisme.

Les contraintes de l’enquête

  • 13 Encore qu’il ne soit pas sûr qu’elle soit totalement dans la continuité de la sociologie qu’entrevo (...)
  • 14 E. A. Schegloff, « Confirming allusions : toward an empirical account of action », American Journal (...)

15Pour mieux saisir l’articulation de ce genre d’argument, examinons une étude dont on peut penser qu’elle l’exemplifie brillamment13. Il s’agit d’un article récent d’E. Schegloff, « Confirming allusions : toward an empirical account of action14 ». L’auteur est le co-fondateur, avec Sacks, de l’analyse de conversation. Dans ce texte il déclare avoir fait une « découverte authentique ». Qu’a-t-il découvert ? Non pas un équivalent des régularités de la nature susceptibles d’être restituées sous forme de lois descriptives, mais un type d’action plutôt microscopique, récurrent dans les interactions verbales, que personne jusqu’à présent n’avait remarqué ni identifié : la « confirmation d’une allusion » par la répétition quasi intégrale, par un locuteur, des termes utilisés par son interlocuteur dans le tour précédent. Dans sa conclusion, Schegloff souligne que tant qu’il ne s’était pas colleté avec une collection de cas réels, il ne soupçonnait pas l’existence « d’une telle fonction, d’une telle action, ou d’une telle pratique dans la conversation ».

  • 15 Ibid., p. 210.

« Ce n’est pas », précise-t-il, « la sorte d’action qui fait partie de la culture indigène articulable (ce que Giddens appelle la “culture discursive”) ; il n’y a pas de dénomination d’acte de langage pour elle ; elle n’est pas facilement accessible à l’intuition, bien qu’il faille le savoir culturel d’un natif pour pouvoir la détecter dans l’examen de données interactionnelles15. »

16Cet article est remarquable pour le soin que prend l’auteur à expliciter ses opérations et à rendre compte de la « trajectoire » naturaliste de son enquête. C’est pourquoi je vais reconstituer le plus minutieusement possible la progression de son argument.

17Schegloff commence par présenter son travail comme une contribution à ce qu’il appelle une « description empirique de l’action », ainsi qu’à une approche renouvelée de la culture (une « sociologie culturelle »). Le but d’une telle approche est, dit-il, de démonter « la fabrique de la socialité ordinaire », de faire l’inventaire des pratiques élémentaires et des actions sociales de base qui supportent les interactions de la vie quotidienne, la culture étant, pour une part importante, le répertoire de ces actions et pratiques. Il s’agit bien sûr de pratiques et d’actions effectives, et seule une observation naturaliste peut les mettre au jour. Pourquoi ? Parce que c’est le genre de choses qui échappe inévitablement aux démarches qui appréhendent la réalité sociale à partir de définitions nominales, de théories, d’hypothèses ou de typologies produites par l’imagination, ou à travers le système des catégories socialement instituées pour différencier, identifier et désigner les actions et les événements (dont les dénominations établies d’actes de langage). Seule une observation sans préjugé, « une observation non motivée » selon l’expression de Schegloff (i. e. non orientée par un système de pertinences défini a priori en fonction de préoccupations pratiques ou théoriques), se focalisant sur l’organisation d’occurrences réelles dans leur environnement social « naturel », et n’introduisant que des ressources analytiques et descriptives minimales, peut mettre en évidence les manières de procéder qui forment les unités élémentaires entrant dans l’accomplissement des actions et des interactions.

18Schegloff rappelle alors les contraintes auxquelles sont soumises l’enquête et la description naturalistes, telles qu’il les conçoit. Elles sont au nombre de trois : identification de la micropratique repérée ; correspondance avec la perspective des interlocuteurs ; description procédurale.

19En ce qui concerne la première, le but de l’analyse est de découvrir et de spécifier la sorte d’action conversationnelle effectuée par le type de pratique considéré. Ainsi Schegloff constate-t-il, dans le corpus d’extraits de conversation qu’il a rassemblés pour mener son enquête, une pratique récurrente, consistant à répéter un propos du tour précédent pour le confirmer (exemple : A : « yeah that’s far away » ; B : « that’s far away. And… » ; ou encore : A : « making money » ; B : « making money »). Il se demande alors quelle sorte d’action dans la conversation peut bien être effectuée par une telle pratique, étant entendu qu’on peut raisonnablement supposer qu’elle a une « fonction » quelconque.

20Dans le cas présent, la réponse est : c’est une manière de « confirmer une allusion » faite dans un tour précédent, c’est-à-dire de confirmer à la fois que, dans le propos implicitement référé, il s’agissait bien d’une allusion et que l’interlocuteur l’a bien saisie et formulée. Cependant ce couplage d’une micropratique avec une action conversationnelle doit se faire de manière rigoureuse : d’une part, il doit reposer sur un examen détaillé des données, et non pas sur une conjecture ou une interprétation, dérivée d’une théorie ; d’autre part, pour bien délimiter l’usage en question, il faut prendre en considération les exemples problématiques et les cas déviants.

21On peut s’étonner de l’introduction d’une telle contrainte : pourquoi procéder ainsi ? Pourquoi doit-on ainsi attribuer une action d’une certaine sorte à une micropratique observable ? Convenons que la réponse de Schegloff est assez déroutante. Il invoque le caractère naturel des présuppositions mises en jeu. Quoi de plus normal, dit-il, que de se demander, face à une pratique, à une occurrence, à un événement : « de quoi s’agit-il ? », « pourquoi cela maintenant ? » ; ou bien, face à un interlocuteur : « qu’est-ce qu’il fait en disant ce qu’il dit ? » ou « quelle est l’action visée par la production de tel ou tel énoncé ? ».

  • 16 Ibid., p. 211.

22Ces questions correspondent, selon l’auteur, aux préoccupations et à l’orientation spontanées des participants à une interaction, et il trouve normal que l’analyste reprenne, comme présupposition et médiation de l’enquête académique, « ce qui est pertinent pour les acteurs dans les activités quotidiennes dont est composée leur vie en interaction16 ».

23La seconde contrainte est une contrainte de pertinence, pour les acteurs, de l’identification faite par l’analyste : il faut que l’attribution d’action que celui-ci effectue (non pas à un agent, mais à la micropratique observée) corresponde au point de vue ou à la perspective des interlocuteurs. Cette exigence doit être bien comprise. Il ne s’agit pas de s’assurer que les acteurs se reconnaissent dans l’attribution faite par l’analyste. Il s’agit plutôt pour celui-ci de s’assurer, à partir de ses données, que les interlocuteurs dont il analyse les propos ont bien appréhendé ce qui se passait dans leur interaction dans les termes qu’il propose, qu’ils ont, par exemple, effectivement traité la répétition des mêmes mots dans deux tours consécutifs comme une confirmation d’allusion, et qu’ils ont étayé l’organisation de la suite de leur conduite sur une telle définition ou sur une telle compréhension de ce qui se passait.

  • 17 Cf. à ce propos E. Schegloff et H. Sacks, « Opening up closings », Semiotica, 7, 1973, p. 289-327.

24Certes, habituellement les données ne comportent pas de mention explicite du traitement fait par les agents de ce qui se passait (ils ne « formulent » pas expressément leur définition de la situation) ; mais ce traitement est indirectement observable dans la suite de l’interaction, puisque normalement les interlocuteurs rendent manifeste, dans leur comportement, la compréhension qu’ils ont eue de ce que leur « preceding talk was doing17 ».

25Enfin la troisième contrainte porte sur le type même de la description : celle-ci doit d’une part expliquer pourquoi et comment le type de pratique observé peut produire l’action conversationnelle « proposée », d’autre part spécifier les méthodes ou les procédures qui ont été mises en œuvre non seulement dans la production et la reconnaissance de cette action, mais aussi dans la constitution de sa « reconnaissabilité » comme action de la sorte indiquée.

La perception et la résolution d’une énigme

26Ce cadre de contraintes étant posé, l’observation et la description naturalistes suivront la trajectoire suivante : a) mise en évidence d’une énigme dans les données observées ; b) constitution d’une collection de cas, dans laquelle sera isolé un ensemble de cas centraux, différenciés de cas plus ambigus ou plus complexes ; c) formulation d’une interprétation explicative du phénomène observé ; d) repérage de la pratique examinée dans des contextes différents ; e) proposition d’une solution pour les cas ambigus ; f) mise à l’épreuve, à l’aide d’éventuels contre-exemples, du lien présumé entre la pratique observée et l’action attribuée. Examinons brièvement ces étapes.

27Le choix du point de départ mérite une attention particulière. Il traduit en effet particulièrement bien la forme d’empirisme développée par une telle démarche : il ne s’agit pas de soumettre une hypothèse explicative à l’épreuve de l’empirie ni de tester la pertinence ou la valeur de généralité d’une interprétation formée de manière inductive ou déductive. Le phénomène qui retient l’attention – dans le cas présent, cette micropratique particulière dans la conversation que sont les agreeing repeats – surgit des données elles-mêmes : ce que Schegloff appelle l’« énigme » de départ.

  • 18 A. Pomerantz, « Agreeing and desagreeing with assessments », in J. M. Atkinson et J. Heritage, Stru (...)

28Cette énigme est donnée par un examen « non motivé » des données qu’on a sous la main : ce n’est donc pas un problème formulé à l’avance, dans le cadre d’une théorie ou d’un questionnement naturel, qui occasionne l’enquête, mais la découverte d’un aspect inhabituel, étrange, voire anormal, dans une conduite qui, à première vue, n’attirait pas l’attention. En fait, dans le cas présent, l’énigme surgit de la comparaison de la forme observable de ces agreeing repeats avec des formes plus familières déjà étudiées en analyse de conversation, par exemple dans le travail d’A. Pomerantz sur les agreements18 : les confirmations ou les accords prenant la forme d’une répétition intégrale de tout ou partie des termes du tour précédent tranchent avec les pratiques habituelles ou normales constitutives de la sorte d’action qu’est l’agreement (qui recourent soit à des agreement tokens – « uh huh », « yeah », etc. – soit à des expressions standards pour marquer la confirmation – « c’est ça », « c’est exact », etc.). D’où la question : pourquoi cette forme particulière ? Qu’a-t-elle de spécifique ? Quelle est la fonction de ces reprises confirmatives ?

29Comme le souligne Schegloff, de même que le problème n’est pas défini avant l’examen des données, de même la solution au problème surgit d’une inspection détaillée de cas ; elle n’est donc pas connue au début de l’enquête, et elle n’est pas introduite par une conjecture. C’est pourquoi, nous dit-on, l’enquête conduit bien à une découverte.

30La seconde opération importante de la recherche consiste à sélectionner dans les données disponibles – des séquences de conversations enregistrées et transcrites – une série de cas où le phénomène repéré semble se produire. Puis dans cet ensemble encore peu défini, constitué de séquences ayant un air de famille, il faut séparer des cas centraux, qui permettront d’isoler et de purifier le phénomène ainsi que de le décomposer en ses éléments constituants. Cette sélection fournit du même coup un ensemble de cas limites ou de cas ambigus, qui permettent de bien délimiter l’extension du phénomène ou d’identifier des variantes. Schegloff met beaucoup de soin à expliciter les critères en fonction desquels il constitue sa collection de cas centraux.

31Le problème est essentiellement de classer les séquences disponibles de « répétitions confirmatives », en procédant par rapprochement et distanciation : les cas similaires sont regroupés pour former une « classe naturelle » de pratiques conversationnelles présentant les mêmes traits formels (on suppose qu’elles correspondent à « une façon particulière de faire une action quelconque »), tandis que les autres cas sont traités comme des variantes ou comme des formes plus complexes engageant des principes différents d’organisation.

32S’agissant des critères en fonction desquels est constituée la collection noyau, Schegloff énumère sept traits formels définissant la pratique identifiée (répétitions confirmatives), dont les six premiers, où prédominent les aspects séquentiels et topologiques, sont récapitulés dans l’énoncé suivant :

  • 19 E. Schegloff, « Confirming allusions… », p. 180.

« Partant d’une collection très large d’énoncés répétés, nous avons progressivement centré notre attention sur ceux qui sont répétés de manière virtuellement identique, dans le tour suivant, par les destinataires de la première formulation, la reprise occupant une seconde ou une troisième position dans la séquence dont elle fait partie. Nous examinons les reprises qui manifestent un accord. Les reprises sont soit tout ce que contient le tour, soit le premier élément dans le tour19. » (Souligné par l’auteur.)

33Le septième critère spécifie encore davantage l’aspect confirmatoire de la reprise, car il ne s’agit pas de n’importe quelle forme d’adhésion :

  • 20 Ibid., p. 180.

« Celui qui émet le premier énoncé propose, à titre de candidat possible, une observation, une interprétation ou une compréhension portant sur les circonstances, présentes ou passées, de son destinataire. Et c’est ce destinataire qui répète l’énoncé dans le tour suivant. C’est ce trait qui attribue un caractère de “confirmation” à ce qui ne serait autrement qu’un genre d’“accord”20. »

34Bref, il s’agit d’une forme de confirmation très particulière : la reprise est plus qu’une adhésion au propos précédent ; elle confirme une interprétation ou une formulation, proposée par le destinataire, de quelque chose qui était sous-entendu ou donné à entendre de manière implicite dans les propos précédents de son interlocuteur. C’est ce qui spécifie le phénomène : A fait une allusion voilée dans son énoncé ; B propose, à titre virtuel, une formulation, i. e. une mise en mots, ou une interprétation, de ce à quoi A a fait implicitement allusion (tel que lui, B, l’a compris) ; A confirme l’interprétation de B en reprenant exactement ses termes et, par là, confirme aussi que tel était le sens de son propos antérieur (à la fois être une allusion et faire allusion à cela précisément que son interlocuteur vient de formuler). Ce n’est qu’au terme de la construction réfléchie et contrôlée de cette collection de cas centraux que Schegloff introduit son hypothèse interprétative, dont il teste la validité en la confrontant aux différents cas rassemblés dans la collection noyau et aux cas déviants ou ambigus. Il parle à son sujet d’une candidate solution, ce qui laisse supposer qu’elle n’est pas la seule, qu’elle est de l’ordre d’une hypothèse à valider et qu’il lui faut montrer pourquoi elle convient mieux que d’autres.

  • 21 Schegloff mentionne cependant (ibid., p. 172) qu’une démarche inverse est aussi possible : partir d (...)

35Cette solution présente deux caractéristiques, au demeurant assez surprenantes. La première est qu’elle n’est introduite qu’à ce moment précis dans la trajectoire de l’enquête, c’est-à-dire après la constitution de la collection de cas centraux21. Il s’agit, dit l’auteur, de rendre compte du phénomène repéré, et la définition des critères permettant de constituer une collection de cas centraux ne relevait pas encore d’une telle description : ces critères n’ont servi, nous dit-on, qu’à « définir un domaine d’occurrences », un « univers de données » présentant une pratique pour laquelle il faut trouver une qualification ou une explication adéquate, et dont la validité pourra être testée à l’épreuve de ces mêmes données. En quoi consistera une telle qualification ? La réponse est – et telle est la seconde caractéristique – : il s’agit de formuler ce que ce type de pratique, formellement caractérisé, réalise, quelle est sa fonction, à quoi il est utilisé, quel type d’action conversationnelle il effectue.

36D’où l’énoncé de l’interprétation proposée : ce genre de pratique, où un énoncé confirmatif prend la forme d’une reprise quasi intégrale des termes du tour précédent, réalise ou accomplit la sorte d’action conversationnelle qu’est « confirmer une allusion ».

  • 22 Ibid., p. 181.

« Dans les exemples de notre collection noyau », écrit Schegloff, « nous pouvons relever que le sens de ce qui a été confirmé peut être considéré comme ayant été “logé” (“planted”), ou communiqué, dans ce qui a précédé, et cela sans qu’il ait été formulé “en tant de mots”, ou “explicité” en quelques mots. L’autre participant, celui dont l’énoncé est répété […] a, par son expression, formulé explicitement ce qu’il a compris de ce que l’autre avait donné à entendre sans le dire. En répétant son “explication”, celui qui confirme non seulement confirme que c’est le sens qu’avait son propos antérieur. Il confirme aussi que c’est un sens auquel il s’était contenté de faire allusion, qu’il l’avait donné à entendre sans le formuler. La reprise confirme l’allusion, et la confirme comme étant une allusion22. »

37Cette interprétation avancée, Schegloff montre qu’elle rend bien compte des exemples produits, exemples qui donnent à voir concrètement ce dont il s’agit précisément.

Les présupposés interprétatifs de l’observation

38Ces deux caractéristiques sont surprenantes pour les raisons suivantes. En ce qui concerne la première, il est manifeste que la qualification de la pratique repérée, et donc son interprétation comme action de confirmation d’une allusion, opèrent dans l’enquête bien plus tôt que ne le dit Schegloff (qui, répétons-le, ne les introduit qu’une fois la collection noyau constituée). Elles sont présentes dès la constitution même de cette collection : en effet, on ne peut pas isoler une collection de cas similaires sans poser un « même », un être commun qui se spécifie dans les éléments singuliers de la collection – i. e. sans introduire un concept ou une règle qui détermine cette identité ou cette régularité. En effet, je n’arrive pas à croire que l’examen minutieux d’un corpus de repeats, constitué sur la base de la perception d’un air de famille, saisissable à la simple observation, entre des séquences, peut faire apparaître l’action conversationnelle recherchée comme un lapin dans le feuillage d’une devinette, action pour laquelle on va ensuite chercher le concept ou la règle approprié. Car tous les ingrédients de la définition de cette action sont déjà contenus dans les critères formels qui président à la constitution de la collection noyau. Et on ne voit pas comment quelqu’un qui ne saurait pas, en vertu de sa maîtrise du langage ordinaire, ce qu’est une « confirmation d’allusion » pourrait assembler une « classe naturelle » de pratiques de « répétitions confirmatives » accomplissant ce type d’action. Ce n’est pas par miracle qu’il découvre, une fois cette classe assemblée, que ses éléments effectuent le type d’action qu’il cherchait à déterminer, sans rien savoir à l’avance de ce en quoi il consistait.

  • 23 Sur cette articulation du « moment catégoriel » et du « moment observatif », cf. U. Eco, Kant et l’ (...)

39Mon argument est donc qu’une définition nominale à la fois de ce type de pratique et de ce type d’action, ainsi qu’une interprétation du phénomène, sont introduites dès le début et informent implicitement la sélection des traits formels retenus pour choisir les cas entrant dans la collection noyau. D’une certaine manière, il n’y a rien à redire à cela : il faut bien introduire dès le départ une telle définition nominale pour disposer de repères permettant de discriminer le phénomène que l’on veut caractériser. Mais normalement, dans une démarche naturaliste, cette définition nominale, qui ne détermine l’objet que de manière fragmentaire, par quelques signes distinctifs, n’a qu’une fonction diagnostique et est remplacée progressivement, dans le cadre d’une « construction dans l’intuition », par une détermination beaucoup plus précise et plus complète de l’objet à partir de son observation. Le cadre catégoriel de départ est alors soumis à un processus de réorganisation et d’ajustement pour tenir compte des énoncés d’observation valides qu’il a permis de construire23.

40Il est tout à fait possible, cependant, qu’avant de s’être colleté avec ses données conversationnelles, Schegloff n’ait pas effectivement soupçonné l’existence de ce genre de phénomène, et qu’il l’ait progressivement cerné en examinant une série de cas, à partir d’une intuition initiale assez vague, dont l’origine peut être mystérieuse. On peut le croire sur ce point. Mais son article n’est pas le compte rendu d’une expérience de découverte. Prenant place dans un « contexte de justification », et non pas de « découverte », il démontre quelque chose à l’aide d’un montage quasi expérimental de données conversationnelles. Et dans cette démonstration, la conceptualisation et l’interprétation opèrent tout au long de l’analyse.

41L’argumentation de Schegloff évoque par trop une supposition souvent faite dans l’enquête sociale, mais qui n’est pas valide, à savoir que « les faits sont là devant nous et qu’ils n’ont besoin que d’être observés avec soin et assemblés en nombre suffisant pour garantir les généralisations ». Or, comme le rappelle Dewey,

  • 24 J. Dewey, Logique…, p. 600-601.

« … une généralisation sous la forme d’une hypothèse est une condition pré-requise de la sélection et de l’ordonnation (sic) du matériel comme faits. Une généralisation est tout autant un antécédent de l’observation et de la réunion des faits qu’une conséquence de leur observation et de leur réunion. Ou, énoncé d’une façon plus correcte, aucune généralisation ne peut apparaître comme conclusion garantie si une généralisation sous la forme d’une hypothèse n’a pas auparavant contrôlé les opérations de la sélection discriminative et de l’ordonnation (synthétique) du matériel pour former les faits de et pour un problème24. » (Souligné par l’auteur.)

42Cependant, il y a un point incontestable dans l’argument de Schegloff : il construit bien une définition réelle d’un phénomène, mais ce phénomène est la « répétition confirmative » et non pas l’action conversationnelle « confirmer une allusion ». Cette définition réelle est construite en termes de propriétés formelles (séquentielles et topologiques) qui, effectivement, ne sont pas dérivables d’une définition nominale ; ce n’est pas le genre de choses qui fait partie de la « compréhension » des concepts du langage ordinaire. De telles propriétés ne peuvent être spécifiées que par une observation minutieuse de données naturelles, considérées sous un angle déterminé. Il reste cependant que la définition réelle proposée n’est pas complètement homogène, car le septième critère introduit un trait non formel, non séquentiel, disons un ordre de sens (ce qui fait que la répétition d’un propos antérieur est la confirmation d’une allusion plutôt qu’un simple accord).

43Quant à la seconde caractéristique, elle n’est pas moins surprenante, surtout dans la perspective ethnométhodologique qui reste à l’arrière-plan de l’analyse de conversation : dire ce qu’accomplit une pratique, quelle sorte d’action elle effectue, à quoi elle sert dans la conversation ou quelle y est sa fonction, c’est non seulement procéder à une « formulation » (dire en quelques mots ce qui se passe ou ce qui est en train d’être fait), c’est aussi réintroduire un usage de la typologie récusé par ailleurs et, d’une certaine manière, « behavioriser » de manière fictive les micropratiques dont on veut rendre compte.

44On peut se demander si Schegloff ne s’aligne pas ici sur la manière de procéder de la pragmatique searlienne des actes de langage (à laquelle il s’oppose par ailleurs, lui reprochant de ne pas travailler avec des occurrences conversationnelles réelles), qui consiste à distinguer un énoncé brut (ou un contenu propositionnel), doté d’un sens littéral, des actes de parole qu’il peut effectuer : de même qu’un tel énoncé, identifiable en soi, peut servir à effectuer des actions différentes selon les circonstances, de même un geste observable et descriptible, tel celui de répéter tels quels, de manière confirmative, les termes présents dans le tour précédent (« reprise confirmative »), peut réaliser des actions conversationnelles différentes, dont celle de « confirmer une allusion ». Le schème utilisé dans ce genre de distinction semble aussi du même ordre que celui qui sous-tend l’opposition entre un élément purement comportemental ou physique, un mouvement corporel par exemple, et des actions intentionnelles, ou encore entre des faits bruts et des faits institutionnels (Searle).

45Quoi qu’il en soit, la dénivellation que Schegloff introduit entre les pratiques que sont les « répétitions confirmatives » et l’action conversationnelle qu’elles réalisent – confirmer une allusion –, et qui est indispensable à sa démonstration, n’est ni justifiée ni élucidée dans le texte. On pourrait pourtant en rendre compte en différenciant plusieurs descriptions possibles d’une même occurrence, faites de points de vue différents, par exemple un point de vue matériel, qui n’est pas nécessairement physique (« le matériau avec lequel se constitue la chose »), et un point de vue formel, qui introduit un ordre du sens (« ce qui fait que la chose soit de tel ou tel genre » – « formel » renvoyant ici à la présence d’une forme ou d’une structure signifiante).

  • 25 Pour une élaboration de cette observation, cf. V. Descombes, Les institutions du sens, Paris, Minui (...)

46Mais il faudrait concevoir cette distinction autrement qu’en termes de faits bruts opposés à des faits significatifs ou à des faits institutionnels : le point de vue matériel et le point de vue formel ne sont pas disjoints, mais relatifs l’un à l’autre25. D’une certaine manière l’analyse de Schegloff n’est naturaliste que du point de vue matériel : ce qu’elle spécifie par l’observation ce sont les traits séquentiels et topologiques d’un certain type de matériau qui, décrit d’un autre point de vue, le point de vue formel (au sens qui vient d’être défini), est une action sociale d’une certaine sorte, une « confirmation d’allusion ».

47Cette façon d’apparier un type de pratique et une sorte d’action appelle un surcroît d’enquête sur ce qui rend la pratique en question appropriée pour effectuer le genre d’action qu’on lui attribue :

  • 26 E. Schegloff, « Confirming allusions… », p. 199-200.

« Comment devons-nous comprendre l’ajustement entre cette pratique – répéter de façon plus ou moins identique […] – et l’action qu’elle semble accomplir – confirmer […] ? Qu’est-ce qui fait que cette pratique convient pour faire cette action ? Comment cela marche-t-il26 ? »

48Par exemple, se demande Schegloff, pourquoi une reprise intégrale par A des termes dans lesquels il a « logé » son allusion ne pourrait-elle pas accomplir cette allusion, plutôt que la répétition du propos de B formulant cette allusion ? À partir de séquences exemplifiant ce cas possible, il montre qu’une répétition à l’identique, par un locuteur, d’un propos antérieur qu’il a tenu effectue habituellement une tout autre action que celle identifiée dans sa collection de cas : marquer une insistance sur sa manière de dire les choses ou sur les termes qu’il a précisément utilisés, face à une interprétation proposée ou à une compréhension manifestée par l’interlocuteur, et éventuellement, signifier le rejet d’une telle interprétation ou d’une telle compréhension.

49La dernière phase de l’analyse consiste à mettre en évidence le même phénomène dans d’autres contextes conversationnels et d’autres environnements, et dans plusieurs types de relations sociales (il n’est donc pas limité à des relations entre intimes), puis à démêler, à l’aide de l’interprétation introduite, des cas plus ambigus, plus complexes ou apparemment plus problématiques qui, à première vue, constituent des contre-exemples ou attestent une autre sorte d’action réalisée à travers la même pratique.

50Schegloff envisage aussi des cas où la pratique en question est absente, mais où cette absence est remarquée, visée ou prise implicitement en compte par les interlocuteurs. Il fait remarquer, entre autres, que son interprétation, adossée à des cas relativement clairs, lui permet de repérer et de voir des choses intéressantes dans des extraits qui, à première vue, sont très loin des cas typiques.

Un cas de « science normale » ?

51Ce que semble ainsi fournir l’argument naturaliste, tel qu’il est développé dans l’échantillon pris en considération, ce sont une méthode d’enquête et des règles pour la constitution et le traitement des données ainsi que pour la description.

52Récapitulons ses principales caractéristiques :

  • Le présupposé de départ est qu’il y a des phénomènes à découvrir : ce sont des récurrences ou des invariants méthodiques, observables dans les conduites en société, que ce soit des micropratiques ou des actions de base entrant dans la composition des activités sociales ou constituant les composants élémentaires de la socialité. La découverte est ainsi subordonnée à une perspective d’inventaire cumulatif, portant sur un ensemble fini d’éléments composant une culture, dont une partie reste à identifier et à qualifier.

  • Les phénomènes sont donc déjà là dans le monde attendant d’être découverts ; ils n’ont pas à être produits ou créés par des interventions sur le cours des choses, ni à être restitués par des lois descriptives. Ils sont déjà là, mais ils ne sont pas vus, car ils échappent à l’attention. Ils échappent à l’attention à la fois parce qu’ils sont trop familiers ou qu’ils relèvent d’une maîtrise pratique, et parce qu’ils ne sont pas différenciés, individualisés, thématisés, nommés par les catégories du langage ordinaire ou par l’institution symbolique. Ils échappent aussi à l’attention des sciences sociales non naturalistes parce que celles-ci ne se donnent comme objets que des phénomènes pour lesquels une définition nominale est disponible ou parce qu’elles appréhendent le monde à travers des théories, des concepts, des définitions ou des typologies qui manquent de base observationnelle et n’engagent pas la réalité des choses.

    • 27 Certains insistent surtout sur le contrôle de l’intuition et de la mémoire (qui sont faillibles) ai (...)

    La méthode d’enquête alternative proposée est observationnelle et descriptive. Elle travaille avec un type de données particulier (des enregistrements d’occurrences réelles en milieu « naturel »), et elle utilise ces données non pas pour valider empiriquement des assertions générales (explicatives ou interprétatives), pour attester une réalité ou une structure sous-jacentes (inobservables) dont elles constitueraient les indices observables, ou pour illustrer un ensemble d’idées sur le phénomène étudié, mais pour spécifier, à travers une observation minutieuse, le phénomène (la récurrence méthodique) qui se manifeste en elles, pour en trouver une description appropriée, pour justifier cette description, pour faire voir le phénomène à un public qui ne connaît pas son existence et lui rendre la description évidente. Soulignons que les données ne sont pas, à proprement parler, tirées de l’observation ; elles sont plutôt ce sur quoi l’observation s’exerce en vue d’isoler le phénomène, de le purifier, de le conceptualiser et de découvrir comment il fonctionne. C’est donc le phénomène en tant que conceptualisé et quasi modélisé, et pas les données, qui est issu de l’observation. On est donc ici au plus loin d’une conception courante de l’observation ethnographique27.

  • L’identification et l’analyse du phénomène doivent être les plus internalistes possible. Et cela en deux sens différents. Le premier concerne la manière dont doivent être introduits le problème qui motive l’enquête et sa solution : l’un et l’autre doivent être trouvés dans les données et pas importés de l’extérieur. Quant aux ressources mobilisées tant pour formuler le problème que pour le résoudre, elles sont empruntées à la fois au savoir de sens commun, au langage ordinaire et à une culture analytique bien délimitée, et elles ne sont introduites qu’avec parcimonie. Le second sens renvoie à la deuxième contrainte évoquée supra : l’identification et l’analyse du phénomène sont internalistes aussi en ce sens qu’elles s’obligent à se régler sur l’orientation et la compréhension des acteurs eux-mêmes telles qu’elles se manifestent dans leurs conduites, observables dans les données.

  • Adopter un tel point de vue internaliste implique de neutraliser le plus possible les différentes sortes de filtres et de textures de pertinences qui peuvent pré-orienter ou « motiver » l’observation et l’analyse, et donc les faire servir à autre chose qu’à la découverte et à la spécification des phénomènes : définitions nominales, théories, concepts, catégories, typologies, méthodologies, qu’ils soient profanes ou professionnels.

  • Enfin, les descriptions élaborées rapportent les régularités observées dans les activités et les conduites à des procédures ou à des méthodes d’organisation ou d’ordonnancement. Celles-ci peuvent être formulées sous forme de structures ou de règles formelles, de dispositifs, de machineries, ou de principes d’enchaînement séquentiel.

  • 28 J.-C. Passeron, Le raisonnement sociologique. L’espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris (...)

53Maintenant, quand on examine de près la manière de procéder de ce type de démarche, telle qu’elle est mise en œuvre dans l’article que j’ai pris comme exemple, on y découvre un certain nombre de traits dont force est de convenir qu’ils relèvent peu ou prou de la « science normale », c’est-à-dire du type de démarche pratiqué couramment dans le domaine de l’analyse sociale non naturaliste, qui emprunte beaucoup de ses procédés au raisonnement naturel (par « science normale », j’entends les opérations d’usage, tenues pour valides, à travers lesquelles les sciences sociales, en leur état actuel, produisent une connaissance du social, opérations dont J.-C. Passeron nous a proposé une description convaincante dans Le raisonnement sociologique28). Les traits les plus saillants, de ce point de vue, sont l’usage de la comparaison pour construire un type idéal ou un modèle du phénomène soumis à l’enquête, le recours à des concepts typologiques et à des hypothèses interprétatives, le travail sur des artefacts (les enregistrements et les transcriptions sont des formes d’artefact – au sens étymologique du terme : fait de l’art – produites par l’application de technologies particulières) et le statut du cas.

  • 29 J. Dewey, Logique…, p. 231.
  • 30 Ibid., p. 219.

54J’ai déjà évoqué le mode de constitution de la collection noyau : pour constituer une classe d’événements similaires, il faut disposer soit d’un prédicat, soit d’une règle permettant d’identifier un « même » dans des cas divers, cette règle ou ce prédicat étant fournis par le concept du phénomène étudié, en l’occurrence « répétition confirmative » et « confirmation d’une allusion » (je laisse de côté le cas où ce « même » est donné par une perception physionomique). Ce qui montre que l’internalisme revendiqué par l’argument naturaliste, et qui confine parfois à la clôture sur l’empirie, ne peut pas être total : l’observation n’est source de connaissance que si elle est guidée par une impulsion extérieure. Comme le rappelait J. Dewey, « aucune observation directe de l’eau, quelle qu’en ait été l’importance ou l’intensité, n’a jamais fourni une description scientifique de l’eau ». Certes une observation directe peut faire émerger une anomalie ou un élément étrange qui va poser problème et ainsi initier une enquête. Mais l’idée que l’observation directe pourrait elle-même fournir des principes d’analyse, d’interprétation ou d’explication ne résiste pas à la réflexion : « on ne peut découvrir la structure des phénomènes qu’on observe directement qu’en sortant du matériau examiné29 » ; leur interprétation analytique dépend de « considérations étrangères à ce qui est immédiatement présent et examiné30 ». D’ailleurs, dans l’exemple évoqué, une grande partie de ces considérations vient de la culture analytique mobilisée, ainsi que du savoir culturel du natif qu’est l’analyste et de ses habitudes de pensée. En un sens, elles fournissent les instruments permettant d’observer les phénomènes (car ils sont rarement visibles « à l’œil nu »).

55En second lieu, l’observation naturaliste telle que pratiquée dans l’enquête de Schegloff n’est pas seulement analytique. Elle est aussi interventionniste, et elle l’est beaucoup plus que ce que laisse entendre la référence souvent faite à la pratique des sciences naturelles d’observation et à leur manière d’assurer la reproductibilité des résultats par n’importe quel membre compétent de la communauté scientifique. Elle sélectionne, institue, ordonne les données adéquates par référence à un problème à résoudre ou à une fonction de preuve dans une démonstration. En fin de compte, le phénomène soumis à l’analyse résulte plus d’opérations qui le construisent, le schématisent et le stabilisent, qu’il n’est rencontré en l’état dans les enregistrements. Dans le cas évoqué, ces opérations se font à travers la constitution de la collection noyau. Mais ce n’est là qu’une autre composante habituelle de la « science normale ». I. Hacking souligne que les phénomènes qui attendent d’être observés dans la nature sont extrêmement rares, et que quasiment tous ceux que découvrent les chercheurs sont créés, produits, affinés et stabilisés en laboratoire. Ce sont, ajoute-t-il, les philosophes qui surestiment le rôle de l’observation directe dans les sciences expérimentales :

  • 31 I. Hacking, Concevoir et expérimenter, p. 273-274.

« Ils croient qu’un expérimentateur est quelqu’un qui passe sa vie à faire des observations avec pour objectif de fournir les données nécessaires à la vérification ou à l’édification des théories. Mais, dans la plupart des expériences, ce type d’observation joue un rôle relativement mineur […] Le travail de l’expérimentateur, et la preuve de son ingéniosité, voire de sa grandeur, est moins d’observer et de faire un rapport que de se doter du matériel qui lui permette de produire le phénomène voulu de manière fiable31. »

  • 32 M. Weber, Essais sur la théorie de la science, Paris, Plon, 1965, p. 185.
  • 33 Cf. à ce sujet la caractérisation des concepts typologiques comme semi-noms propres et la présentat (...)

56Troisième remarque : la procédure de constitution d’une collection noyau mise en œuvre par Schegloff n’est pas sans évoquer la démarche classique de construction de types idéaux ou de concepts typologiques. En effet, ce qu’il réalise à travers l’application de ses sept critères, la sélection des traits formels du phénomène en fonction d’un système déterminé de pertinence, est moins de l’ordre de la construction d’une « classe naturelle » de pratiques conversationnelles que de celle d’un type idéal ou d’un modèle abstrait. Rappelons que le type idéal, tel que le définit Weber, est « un concept limite […] auquel on mesure la réalité pour clarifier le contenu empirique de certains de ses éléments importants32 » (souligné par l’auteur). En définissant ses critères pour sélectionner les cas entrant dans sa collection noyau, Schegloff a dégagé et composé ensemble les traits les plus saillants du phénomène ; en associant ces traits, il a obtenu une sorte de tableau « idéal », « imaginaire » ou « utopique » (ce sont les termes de Weber), bref un type idéal, ou un modèle, qui permet de saisir le phénomène dans sa pureté. Le modèle permet alors de différencier les cas qui se présentent dans les données, de faire surgir des écarts et de mettre en évidence des individualités épistémiques. Un tel modèle, « génétique » (car construit à partir de cas concrets) plutôt que générique, typologique plutôt que taxonomique, reste indexé à la fois sur les cas concrets à partir desquels il a été constitué, sur une connaissance de sens commun du type de pratique dont il s’agit et sur une compréhension ordinaire des termes du langage naturel utilisés pour le nommer. Il faut donc toute la familiarité pratique du natif avec le type d’action en question et avec le réseau sémantique impliqué dans sa désignation pour comprendre exactement de quoi il s’agit ou pour savoir ce que confirmer une allusion peut bien vouloir dire33. Même la manière dont Schegloff rend compte du caractère approprié du type de micropratique observé à la sorte d’action qu’il effectue dans la conversation n’est pas sans évoquer la méthode wébérienne de l’imputation causale singulière qui, pour analyser un événement historique, imagine un cours différent des choses de manière à expliquer celui qui a effectivement eu lieu.

  • 34 Une critique de ce genre pointe chez M. Lynch, Scientific practice and ordinary action. Ethnomethod (...)

57Ce qui sépare cependant Schegloff de Weber c’est qu’il ne prend en compte que des traits formels, plus exactement séquentiels et topologiques (emplacement dans un tour ou une séquence, comme on l’a vu supra), du phénomène qu’il modélise, ce genre de trait n’étant spécifiable que par une observation de « données naturelles ». Certains ethnométhodologues pourraient cependant voir dans ce type de démarche des résidus de ce qu’ils appellent l’« analyse constructive », à laquelle ils reprochent de dériver les propriétés des choses non pas de l’observation de leur comportement effectif au niveau de l’expérience, mais des définitions nominales, concepts, types, idéaux-types ou modèles théoriques qui lui sont substitués par la simple mise en discours34.

  • 35 J’emprunte ce genre d’argument critique à M. Baccus, « Sociological indication and the visibility c (...)

58Enfin, dernière remarque, il n’est pas sûr que dans le processus de l’enquête le cas conserve le statut que lui attribue l’argument naturaliste, c’est-à-dire être à la fois le lieu où le phénomène peut être découvert, et ses propriétés caractérisées via l’observation, et ce à quoi il faut confronter la description pour la valider. Si l’on considère, par exemple, la manière dont est constituée la collection noyau dans la démarche de Schegloff, les critères formels (séquentiels et topologiques) introduits pour sélectionner les cas similaires constituent par eux-mêmes une description du phénomène, et celle-ci ne diffère d’une définition nominale ordinaire que par le caractère formel, nécessairement spécifié par une observation, des propriétés attribuées au phénomène. Comme je l’ai suggéré, une telle description fonctionne comme une règle pour constituer la « classe naturelle » des cas similaires : dans ce rôle, elle fournit un gabarit pour mesurer les cas concrets, pour extraire leurs propriétés pertinentes, les comparer, évaluer leur écart au type idéal et décider de leur appartenance à la collection noyau. Les cas ne sont plus alors seulement ce qu’il convient d’observer pour découvrir certaines propriétés du phénomène, ou bien ce à quoi il faut confronter la description pour la valider, mais aussi ce qui est mesuré par la description et ce qui l’exemplifie. Une fois la description formelle obtenue à partir de l’observation des traits séquentiels et topologiques des extraits conversationnels jugés pertinents, le reste de l’enquête consiste à trouver des cas appropriés à la description, et non pas l’inverse, et à établir leur équivalence ; l’observation se transforme alors en une opération de mesure dans laquelle la description sert de gabarit et de critère de sélection35. Si tel est le cas, on s’écarte à terme de l’objectif de substituer des définitions réelles à des définitions nominales. Mais il est possible qu’on ne puisse pas procéder autrement : c’est ce que laisse entendre la citation de Dewey rapportée plus haut sur la généralisation « comme antécédent de l’observation et de la réunion des faits ».

59Si dans ses applications, du moins tel qu’on peut en juger d’après l’exemple examiné, l’argument naturaliste reproduit une part importante des opérations de la « science normale » en matière d’analyse des faits sociaux (où, rappelons-le, l’expérimentation pose problème) – constitution d’une collection noyau par rapprochement et comparaison de cas pertinents, construction de types idéaux, recours à des concepts typologiques et à des définitions nominales, formulation d’assertions générales de type interprétatif, mise à l’épreuve empirique de ces assertions, extension de l’interprétation à des cas non pris en considération, etc. –, qu’apporte-t-il d’original ? Sous quels aspects déborde-t-il cette « science normale » ou innove-t-il par rapport à elle ?

60Ce qui ressort finalement de l’examen auquel je me suis livré, c’est quand même que l’observation a, dans ce type de démarche, un statut qu’elle ne semble pas avoir dans ce qui est « science normale » en matière d’analyse du social. J’ai insisté plus haut sur la non-appartenance de cette pratique au domaine des opérations de l’ethnographie. L’observation telle que mise en œuvre par l’analyse de conversation, puisque c’est le cas que j’ai examiné jusqu’à présent, ne produit pas des données à décrire, à interpréter ou à expliquer ; elle ne porte pas non plus sur des faits supposés être là devant nous, qu’il faudrait observer et assembler pour effectuer et garantir des généralisations, de manière déductive ou inductive. S’appliquant à des enregistrements et à des transcriptions d’occurrences réelles, elle en fait surgir des « énigmes » et des problèmes, qui occasionnent des enquêtes ; dans ces enquêtes, elle construit des faits pour le problème posé, par sélection et ordonnancement du matériel recueilli, et elle travaille à isoler, à purifier et à stabiliser le phénomène, de manière à en produire une définition réelle, c’est-à-dire une définition qui engage la réalité de son organisation et de son fonctionnement. Dans le cas examiné, cette définition réelle ne prend en considération que l’aspect séquentiel et topologique de cette organisation, aspect qui ne peut être spécifié que par une observation de cas réels.

  • 36 M. Lynch, Scientific practice and ordinary action…, p. 254.

61L’observation est ainsi une composante d’une « machinerie de fabrication de faits » pour un problème soumis à enquête, associant plusieurs technologies36. Par là, une telle démarche se rapproche, plus qu’il n’est habituel en sciences sociales, de ce qui est « science normale » dans les sciences expérimentales. Mais pour le comprendre, il faut se départir des images que l’on a de l’observation dans les sciences naturelles. Car, dans ces images, prévaut l’idée que l’observation sert à se procurer des données pour tester des hypothèses, et qu’elle consiste à constater les faits « à l’œil nu » et à rapporter ce qui est ainsi vu. Or, un examen minimal des opérations de la connaissance scientifique montre qu’elle est plutôt une composante du travail de création, de stabilisation et de modélisation des phénomènes, et qu’elle est toujours instrumentée.

  • 37 I. Hacking, Concevoir et expérimenter, p. 370.

« L’observation, au sens que la philosophie des sciences donne à ce terme, joue un rôle […] réduit dans les sciences expérimentales. Prendre des notes et faire des rapports sur les indications fournies par les cadrans, l’expérience telle qu’on la considère à Oxford, cela n’est rien. C’est un autre type d’observation qui importe : cette habileté mystérieuse à saisir ce qui est étrange, faux, instructif ou tordu dans les singeries du dispositif expérimental. L’expérimentateur n’est pas l’“observateur” de la philosophie des sciences traditionnelle, mais plutôt celui qui est attentif et sait observer37. »

*

  • 38 Je fais ici allusion aux critiques que, au sein du courant ethnométhodologique, les « garfinkéliens (...)

62D’aucuns pensent, et on peut à la limite le penser avec eux, que le souci de l’effectif, des formes naturelles ou de l’ordre concret et de la définition réelle, qui justifie l’argument naturaliste, n’est pas complètement honoré dans la démarche précédente38. Et cela pour les trois raisons suivantes :

    • 39 Sur l’« empirisme radical » préconisé par W. James, cf. E. Calot, William James et le pragmatisme, (...)

    Les données qu’elle utilise – essentiellement des enregistrements audio ou vidéo et des transcriptions – sont encore, comme j’y ai insisté, des artefacts (au sens défini plus haut) produits par des technologies particulières, c’est-à-dire des substituts abstraits, méthodiquement construits, d’occurrences concrètes et de processus réels, même si la réduction effectuée sur l’expérience est plus limitée, plus contrôlée et plus transparente que dans la plupart des données habituellement utilisées en sciences sociales ; développant son observation sur des artefacts, elle reste à mi-chemin dans la construction d’une alternative véritablement naturaliste à ce que W. James appelait l’« erreur intellectualiste », c’est-à-dire une manière de procéder qui substitue des choses toutes faites aux choses en train de se faire et des abstractions (définitions nominales et objets conceptuels) à des processus concrets d’organisation et d’individualisation39.

  • La neutralisation revendiquée des définitions nominales, des typologies ainsi que des conceptualisations et des théorisations vernaculaires ou savantes n’est, elle aussi, effectuée qu’à moitié dans la mesure où, comme nous l’avons vu précédemment, une phase dans la trajectoire de l’enquête consiste à associer un type d’action à une micropratique récurrente, formellement spécifiée à travers son observation, donc à la nommer et à la subsumer sous un concept ordinaire (non construit) : dès lors, la suite de l’enquête ne peut pas ne pas être guidée par les propriétés sémantiques des désignations et des concepts ainsi introduits. Bref, l’exigence de nommer ce qui est observé et de le définir nominalement à l’aide d’un concept typologique réintroduit subrepticement dans l’enquête la dialectique qui consiste à remplacer les choses de l’expérience et leur méthode propre d’organisation par des concepts et par des règles formelles, et à les qualifier à partir des propriétés sémantiques de ces concepts et de ces règles. Que ces concepts soient génétiques et typologiques, plutôt que génériques ou taxinomiques, ne change pas fondamentalement cette dialectique.

  • La restitution de la régularité et de la reproductibilité observables des pratiques examinées, sous la forme non pas de lois descriptives (comme en sciences de la nature) mais de règles, de structures formelles, ou de formulations de procédures et de méthodes, pose le problème à la fois de l’extraction de ces dernières par l’analyste – c’est trop facilement qu’on convertit des régularités en règles ou en procédures et celles-ci en structures sous-jacentes ou en schèmes régulant inconsciemment les conduites –, et de l’évitement de leur abstraction et réification. C’est un problème dont sont familiers les lecteurs de P. Bourdieu, qui a souligné que ce n’est pas en tant que formulées ou représentées que les règles, les procédures et les méthodes sont suivies ou appliquées par les agents dans leurs pratiques et que donc leur restitution sous une telle forme non seulement les réifie mais empêche aussi de comprendre la modalité réelle de leur implication dans ces pratiques. De ce point de vue aussi, la version examinée de l’argument naturaliste n’évite pas complètement le piège de l’« erreur intellectualiste ». En un sens elle a une conception beaucoup trop formaliste des formes et des structures, et n’arrive pas à faire droit à une idée de « forme naturelle », dont il faudrait rendre compte en d’autres termes.

63Peut-on remédier à ces difficultés sans renoncer au triple souci qui fonde l’argument naturaliste considéré ? Il conviendrait d’examiner des travaux qui ont tenté de radicaliser l’empirisme mis en œuvre dans l’analyse de conversation. Je pense par exemple aux études ethnométhodologiques consacrées, depuis 1972, au travail en général et au travail scientifique en particulier. Leur stratégie est empiriste parce qu’il s’agit de revenir aux faits, mais pas à n’importe quels faits. Cet empirisme est « radical » dans la mesure où l’objectif est, comme le préconisait William James, de suivre le comportement des choses dans l’expérience, en prenant appui sur l’observabilité immédiate des phénomènes concrets d’ordre, et d’expérimenter un type de description capable de sauver les modalités naturelles des processus d’organisation et d’individualisation qui sont au fondement de l’objectivité des faits sociaux. Cette forme de naturalisme s’écarte plus nettement que la précédente des manières de procéder en usage dans la « science normale », s’agissant de l’analyse des faits sociaux. Du coup, elle est aussi plus exposée à des risques de dérive qui l’éloigneraient par trop de ce que peuvent admettre les règles du jeu de la connaissance scientifique.

Notes

1 P. Kerszberg, « Naturalisme », in S. Auroux, ed., Encyclopédie philosophique universelle. Les notions philosophiques, Paris, Presses universitaires de France, 1990, p. 1726.

2 Cf. P. Jabob, Pourquoi les choses ont-elles un sens ?, Paris, Odile Jacob, 1997 ; E. Pacherie, Naturaliser l’intentionnalité, Paris, Presses universitaires de France, 1993 ; J. Proust, Comment l’esprit vient aux bêtes, Paris, Gallimard, 1997 ; D. Sperber, La contagion des idées, Paris, Odile Jacob, 1995.

3 Sur la manière de procéder du naturaliste, voir U. Eco, Kant et l’ornithorynque, Paris, Grasset, 1999 (1re éd. Milan, 1997).

4 J. Dewey, Logique. La théorie de l’enquête, Paris, Presses universitaires de France, 1993, p. 77-78 (1re éd. New York, 1938).

5 E. Goffman, La mise en scène de la vie quotidienne, II. Les relations en public, Paris, Minuit, 1973, p. 12. Un propos tenu par l’auteur à P. M. Strong dans une communication personnelle est encore plus explicite sur sa visée naturaliste : « Je suis impatient d’introduire quelques distinctions conceptuelles (rien d’aussi ambitieux qu’une théorie) qui montrent que nous découvrons des variables élémentaires qui simplifient et ordonnent, dessinant des classes génériques dont les membres partagent beaucoup de propriétés, et pas simplement une similarité qui les qualifie. Pour cela, nous avons à partir d’une expérience ethnographique, ou d’un savoir, dans un domaine particulier de la conduite, puis à exercer le droit de puiser dans n’importe quel ensemble de textes qui peuvent aider, et avancer dans n’importe quelle direction non anticipée mais indiquée. Le but est de suivre où un concept (ou un petit ensemble de concepts) peut nous conduire. C’est ce développement qui fait la loi, pas un récit ni un drame. Il est évident que l’on ne prouve rien ainsi ; on ne fait que tracer, dessiner, mais je crois que dans plusieurs domaines de la conduite sociale c’est précisément là où nous en sommes aujourd’hui. Des classifications simples bien réfléchies, bien élaborées pour essayer de les rendre appropriées : il se peut que ce soit tout ce que nous puissions faire dans l’immédiat. Couler ce que nous faisons dans les formes plus respectables des sciences mûres n’est souvent que pure rhétorique. Pour l’essentiel je ne crois pas que nous y soyons encore. Et je tends à penser que ce qu’un naturaliste social a à faire sans avoir honte est d’accepter ces limites et de travailler comme un botaniste manchot » (P. M. Strong, « Minor courtesies and macro structures », in P. Drew et A. Wootton, eds, Erving Goffman. Exploring the interaction order, Cambridge, Polity Press, 1988, p. 228-249).

6 E. Schegloff, « Goffman and the analysis of conversation », in P. Drew et A. Wootton, Erving Goffman…, p. 89-135.

7 J’ai essayé de préciser les limites du « naturalisme social » de Goffman dans « Goffman, un naturaliste manchot », in C. Amourous et A. Blanc, eds, Erving Goffman et les institutions totales, Paris, L’Harmattan, 2001, p. 223-257.

8 Sont nominales aussi les définitions que nous pouvons donner des phénomènes sur la base de notre maîtrise du langage ordinaire, de notre savoir de sens commun, de notre expérience immédiate et de notre familiarité avec les us et coutumes de notre environnement social et culturel. Sur la distinction classique entre définition nominale et définition réelle, cf. J. Proust, Questions de forme. Logique et proposition analytique de Kant à Carnap, Paris, Fayard, 1986, section i, chap iv.

9 H. Sacks, « Perspectives de recherche », Arguments ethnométhodologiques, Paris, CEMS-EHESS, 1985, p. 138-144 (trad. fr. de « Notes on methodology », in J. M. Atkinson et J. Heritage, eds, Structures of social action : studies in conversation analysis, Cambridge, Cambridge University Press / Paris, Éd. de la MSH, 1984, p. 21-27).

10 Ces modalités sont inimaginables au sens où, lorsqu’elles sont observées concrètement, elles s’avèrent quasiment toujours complètement différentes de ce qu’on avait pu imaginer à leur propos. L’imagination doit donc céder la place à l’observation minutieuse de l’effectivité.

11 H. Sacks, « Lecture fourteen. The inference-making machine », Human Studies, 12 (2-3), 1989, p. 387. Bien que le thème ne soit pas introduit explicitement, on peut penser que cette observabilité des choses socioculturelles repose sur la perceptibilité de formes « naturelles » ou de Gestalten, significatives en elles-mêmes. Sacks se contente d’évoquer un ordre qui serait déjà partout, mais cet ordre n’est pas le résultat d’une projection mentale ou d’une analyse : il est inhérent aux phénomènes observés et il est à la base de leur observabilité et de leur descriptibilité.

12 I. Hacking, Concevoir et expérimenter, Paris, C. Bourgois, 1987, p. 276 (1re éd. Cambridge, 1983).

13 Encore qu’il ne soit pas sûr qu’elle soit totalement dans la continuité de la sociologie qu’entrevoyait Sacks.

14 E. A. Schegloff, « Confirming allusions : toward an empirical account of action », American Journal of Sociology, 102 (1), 1996, p. 161-216.

15 Ibid., p. 210.

16 Ibid., p. 211.

17 Cf. à ce propos E. Schegloff et H. Sacks, « Opening up closings », Semiotica, 7, 1973, p. 289-327.

18 A. Pomerantz, « Agreeing and desagreeing with assessments », in J. M. Atkinson et J. Heritage, Structures of social action…, p. 57-101.

19 E. Schegloff, « Confirming allusions… », p. 180.

20 Ibid., p. 180.

21 Schegloff mentionne cependant (ibid., p. 172) qu’une démarche inverse est aussi possible : partir de l’observation d’un type d’action effectuée dans la conversation, puis spécifier les pratiques qui, dans la conversation, servent à accomplir cette action.

22 Ibid., p. 181.

23 Sur cette articulation du « moment catégoriel » et du « moment observatif », cf. U. Eco, Kant et l’ornithorynque, p. 254-261.

24 J. Dewey, Logique…, p. 600-601.

25 Pour une élaboration de cette observation, cf. V. Descombes, Les institutions du sens, Paris, Minuit, 1996 ; et, du même auteur, « Pourquoi les sciences morales ne sont-elles pas des sciences naturelles ? », in G. Laforest et P. de Lara, eds, Charles Taylor et l’interprétation de l’identité moderne, Paris, Cerf, 1998, p. 53-78. J’emprunte à ce dernier texte les définitions données des points de vue formel et matériel.

26 E. Schegloff, « Confirming allusions… », p. 199-200.

27 Certains insistent surtout sur le contrôle de l’intuition et de la mémoire (qui sont faillibles) ainsi que sur la limitation du jeu de l’idiosyncrasie que permet l’usage de données enregistrées. Cf. en ce sens J. M. Atkinson et J. Heritage, Structures of social action…, « Introduction ».

28 J.-C. Passeron, Le raisonnement sociologique. L’espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan, 1991. Je ne donne donc pas à l’expression « science normale » le sens précis que lui donne T. Kuhn dans La structure des révolutions scientifiques (Paris, Flammarion, 1972), qui définit le régime de la science en dehors des périodes de crise et de révolution : elle accumule des connaissances, mathématise des concepts, mesure les phénomènes, etc., dans un domaine donné balisé par une théorie qui est, au mieux, confrontée à des énigmes et des anomalies.

29 J. Dewey, Logique…, p. 231.

30 Ibid., p. 219.

31 I. Hacking, Concevoir et expérimenter, p. 273-274.

32 M. Weber, Essais sur la théorie de la science, Paris, Plon, 1965, p. 185.

33 Cf. à ce sujet la caractérisation des concepts typologiques comme semi-noms propres et la présentation de la contrainte déictique par Passeron dans Le raisonnement sociologique…

34 Une critique de ce genre pointe chez M. Lynch, Scientific practice and ordinary action. Ethnomethodology and social studies of science, Cambridge, Cambridge University Press, 1993. Lynch s’appuie directement sur les arguments de Garfinkel dans ses Studies in ethnomethodology, Englewood Cliffs, Prentice-Hall, 1967.

35 J’emprunte ce genre d’argument critique à M. Baccus, « Sociological indication and the visibility criterion of real world social theorizing », in H. Garfinkel, ed., Ethnomethodological studies of work, Londres, Routledge & Kegan Paul, 1986, p. 1-19.

36 M. Lynch, Scientific practice and ordinary action…, p. 254.

37 I. Hacking, Concevoir et expérimenter, p. 370.

38 Je fais ici allusion aux critiques que, au sein du courant ethnométhodologique, les « garfinkéliens » adressent à l’analyse de conversation telle que pratiquée par Schegloff et ceux qui le suivent.

39 Sur l’« empirisme radical » préconisé par W. James, cf. E. Calot, William James et le pragmatisme, Paris, Champion/Genève, Slatkine, 1985 ; et D. Lapoujade, William James. Empirisme et pragmatisme, Paris, Presses universitaires de France, 1997.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search