Version classiqueVersion mobile

L’argumentation

 | 
Michel de Fornel
, 
Jean-Claude Passeron

I.

Formaliser l’argumentation en restant sensible au contexte

Formalizing argumentation without forgetting context-sensitive

Pierre Livet

Résumé

Nous pouvons utiliser plusieurs logiques, de forces différentes, selon les contextes. S’il n’est pas possible de formaliser une fois pour toutes les règles qui nous font passer d’une logique à l’autre, il est possible de révéler par ces changements de modes d’inférence les différences entre contextes. L’argumentation peut être comprise comme cet usage diversifié de logiques qui acceptent la révision de leurs conclusions quand on change de contexte. L’usage des modèles en sciences sociales doit sans doute se limiter à appliquer ce type de stratégie.

Texte intégral

  • 1 J.-B. Grize, Logique naturelle et communication, Paris, Presses universitaires de France, 1996.
  • 2 O. Ducrot, Les échelles argumentatives, Paris, Minuit, 1980.
  • 3 J.-C. Passeron, Le raisonnement sociologique. L’espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris (...)

1Jean-Blaise Grize a employé l’expression de « raisonnement naturel » pour désigner les inférences que nous faisons quotidiennement sans penser le moins du monde à nous soumettre aux contraintes des règles d’un formalisme1. Parlons simplement de raisonnement quotidien ou ordinaire, puisque cette nature-là doit bien comporter quelque culture. Oswald Ducrot a soutenu que ce type de raisonnement s’inscrivait dans le langage (tout comme sa syntaxe et sa sémantique) mais qu’il ne pouvait être de type logique2. Mais, par logique, il entendait seulement le calcul des propositions et des prédicats. Grize au contraire a tenté de définir les opérations qui permettent de constituer et de manipuler des représentations dans la communication effective – et on peut reprendre une partie de son travail –, mais il ne disposait pas des outils formels plus flexibles qui sont récemment apparus. Par ailleurs, un sociologue et épistémologue de sa discipline comme Jean-Claude Passeron, après avoir proposé de désigner le mode de mise en forme théorique et opératoire propre à la sociologie par le terme de « semi-formalisation », préfère en revenir à celui de « schématisation », qui ne « formule rien d’autre que les règles d’une grammaticalisation commode des protocoles d’enquête qui guident l’interrogation des données de l’observation3 ». Si les opérations du calcul formel devraient pouvoir se conduire « en aveugle » avec la certitude de retrouver de la vérité à l’arrivée si on en avait au départ, le raisonnement sociologique, tout de même plus élaboré que le raisonnement quotidien, ne peut pas être assuré de trouver de la pertinence aux résultats des opérations des techniques statistiques les plus élaborées. La formalisation n’est pas garantie de scientificité. C’est la possibilité de hiérarchiser les interprétations en fonction de la richesse et de la densité du réseau des explications qu’elles fournissent qui permet de distinguer une argumentation « scientifique » d’une conviction isolée.

Formalisation et raisonnements en sciences sociales

2Le terme de logique et celui de formalisation peuvent recouvrir des ambitions différentes. La condition minimale à remplir est de disposer d’opérations sur des symboles qui soient bien définies et puissent se dérouler sans introduire de contradictions. Pour le reste, on sait par exemple que les logiques intuitionnistes ne présupposent pas le principe du tiers exclu (qui permet à partir de la négation de non-A de conclure A). Il est donc possible d’affaiblir l’idéal de la logique frégéo-russellienne de diverses manières, à condition d’indiquer précisément à chaque fois quelle est la portée du type d’affaiblissement choisi. Mais pour définir cette portée, pour indiquer les limites précises d’un tel affaiblissement, il faut disposer d’un système formel au sens fort du terme. Si bien qu’on assiste à un double mouvement. D’un côté on affaiblit la logique pour se rapprocher de certaines propriétés des inférences quotidiennes, de l’autre on compense ces affaiblissements par l’introduction d’autres outils (des outils non logiques comme la notion de distance, par exemple) pour pouvoir reconstruire des systèmes formels et nous permettre d’en indiquer les pouvoirs et les limites. Les logiques par défaut, les logiques de la révision, les réseaux d’héritage de propriétés, les sémantiques des modèles préférentiels sont de ce type, comme en général toutes les logiques dites « non monotones ».

3Passeron distingue trois régimes de scientificité : le régime logico-formel, le régime expérimental et le régime contextuel. Ces logiques affaiblies et impures ont pour ambition de servir de repères aux descriptions propres au régime contextuel. Un tel régime exige, comme le dit Passeron, des « modèles à déictiques ». Autrement dit, telle prémisse ou telle opération de conséquence formelle n’est valide dans un domaine contextuel que si l’on reste dans ce contexte. Pour Passeron, l’individuation du contexte fait donc toujours intervenir d’autres informations que celles sélectionnées pour les besoins de la modélisation. Mais on peut aussi présenter les choses négativement. Tant qu’on n’a pas introduit de nouvelles informations qui pourraient nous faire passer dans un autre contexte, les prémisses et conséquences restent valides. Cette présentation négative rend compte du fait que les agents eux-mêmes ne savent pas toujours très bien (et jamais complètement) quel est le contexte, qu’ils sont surtout sensibles aux changements de contexte, et qu’ils développent donc une activité interprétative. Proposer une interprétation différente, c’est introduire de nouvelles informations qui disqualifient certaines données comme non pertinentes et permettent d’autres inférences. Le contexte social et historique n’est donc pas une entité préexistante déjà bien définie, il est seulement un ensemble jamais complet et jamais totalement unifié, fait de l’accrétion de chacune des discontinuités qui se révèlent, mettant en cause la pertinence d’une activité, d’une pratique ou d’une inférence. Il n’est point de cas déjà déterminé dans sa singularité. Ne sont identifiables que des ajustements et des révisions des présupposés trop massifs et généralisateurs que nous adoptons par défaut comme points de départ.

4Dès lors les modèles n’ont pas en sciences sociales le même usage qu’en sciences expérimentales. Ils ne supposent pas qu’on ait éliminé, en se réduisant aux ceteris paribus, toutes les données qui n’entrent pas dans leurs variables et leurs paramètres. Ils indiquent simplement quelles opérations développer dans leur cohérence formelle, une fois qu’on a repéré certaines transformations des pratiques qui peuvent se rapprocher de ces opérations : si les pratiques satisfaisaient les contraintes formelles qui permettent le fonctionnement de ces opérations, alors les résultats du jeu du modèle seraient tels. La plupart du temps, ce n’est pas le cas (y compris dans le domaine statistique). Le modèle nous fournit donc de nouvelles données à interpréter et expliquer : les distorsions entre ce que nous observons et les résultats du fonctionnement du modèle. Nous pouvons exploiter ces distorsions de trois manières. Soit nous ajustons le modèle pour qu’il soit moins aberrant – c’est ce que souhaitent faire certains théoriciens des jeux comme Selten, pour que la rationalité définie en ce domaine se rapproche davantage des comportements raisonnables des agents. Soit nous modifions nos théories non formelles, et le modèle nous aura permis de nous rendre compte que, dans nos théories, la conception encore intuitive des mécanismes que nous imaginions aller de soi posait en fait de nombreux problèmes. Soit enfin nous n’utilisons le modèle que de manière fractionnaire. Il ne développe que quelques pas d’opérations, et nous permet très vite de repérer quelque distorsion avec nos intuitions, mais cela même a pour fonction de nous préciser les variations de ces intuitions, de révéler les irrégularités du paysage contextuel et les déformations de son espace. Nous utilisons le modèle comme une sorte de sonde de notre espace de compréhension et de ses méandres.

  • 4 On peut trouver dans l’ouvrage stimulant de Claude Imbert, Pour une histoire de la logique (Paris, (...)

5Or l’argumentation, à notre sens, fonctionne de cette dernière manière. Elle utilise des opérations d’inférences qui ne fonctionnent que sur quelques pas, et utilise les distorsions ainsi révélées pour produire des contre-arguments ou bien au contraire pour éviter ces zones de turbulences et retrouver des formulations qui soient facilement acceptables. Formaliser l’argumentation, c’est donc proposer des opérations d’inférences dont les résultats soient révisables et permettent leur utilisation soit pour des contre-arguments (des exceptions), soit pour revenir dans le domaine de l’acceptable et de l’entendu (des normalités). Cela ne nous dispense pas d’avoir à faire tout le travail lié aux deux autres utilisations des modèles : trouver des formalismes plus subtils et plus efficients à la fois, confronter nos intuitions sur l’argumentation et nos formalisations des opérations de révision. Mais, même une fois les formalismes bien au point, nous ne nous confierons au modèle que pour un nombre de pas d’opérations limité, puisque nous nous préparons à des distorsions avec ses résultats. Ces inadéquations vont nous amener d’une part à mieux définir les contextes d’interprétation, d’autre part à changer de modèle en cours de route, si nous pouvons attribuer une distorsion au fait que le nouveau contexte implique des opérations d’inférence et de révision d’un autre mode. Bref l’usage de la formalisation et des modèles dans l’étude de l’argumentation tient compte de ce que les modèles eux-mêmes sont des outils pour l’argumentation, des outils dont il nous faut changer quand nous changeons de domaine d’argumentation4.

Formalisation et inférences révisables

  • 5 Voir R. C. Stalnaker, Inquiry, Cambridge, Bradford, 1987 ; et D. K. Lewis, Counter factuals, Oxford (...)

6Prenons la connexion inférentielle de base « si A alors B ». La logique classique la traite comme valide quelle que soit la pertinence de B par rapport à A. Elle accepte, par exemple, l’implication comme valide dans le cas où A est faux et B vrai, et récuse seulement le cas où A est vrai et B faux. Une version plus récente5, celle de Robert C. Stalnaker et de David K. Lewis, propose de traiter le « si… alors » comme suit : dans les mondes possibles où A est vrai et qui sont les plus proches du monde de référence (la plupart du temps, le monde réel), B doit être vrai pour que le conditionnel « si A alors B » soit vrai. On introduit ainsi une notion de distance (de proximité par rapport au monde de référence) qui peut être différente pour des conditionnels différents. Un monde où la gravitation n’existerait pas serait beaucoup plus différent du nôtre qu’un monde où je n’aurais pas bu de l’eau mais de la bière ce midi. On peut ensuite souhaiter assurer une cohérence entre les différentes distances liées à différents conditionnels. C’est introduire une sorte de topologie sur notre « logique ».

  • 6 Et cela même si dans les mondes les plus proches du monde de référence, et où A est vrai, B est vra (...)

7En admettant que les distances soient différentes pour différents conditionnels, on a affaibli la logique, parce que l’on ne va plus pouvoir garantir la transitivité des inférences sur les conditionnels. En logique classique, de « si A alors B » et « si B alors C », je peux conclure « si A alors C ». Mais selon ces nouvelles interprétations des conditionnels, ce n’est pas toujours possible. Le mode d’organisation propre à la distance implicite dans le conditionnel peut changer d’une inférence à l’autre. Ce qui revient à dire que si C est valide dans le contexte de B – en prenant pour repère la distance que définissent les mondes où B est valide – C n’est peut être pas valide dans le contexte de A – en prenant pour repère la distance que définissent les mondes où A est valide6. Si boire de la bière me fait prendre du poids, ce n’est pas forcément le cas dans un monde où la gravitation n’existe plus.

8Il faut alors prendre plus de précautions. On va, par exemple, avoir plus d’exigences tout en se contentant d’une conclusion moins forte : de « si A alors B », et « si A alors C », on déduira « si A et B, alors C ». C’est la règle d’inférence dite de « Monotonie Prudente », qui s’assure que B n’est pas, pour l’inférence de A à C, un contexte qui introduise des difficultés. Quand il faut prendre de telles précautions, on est dans le domaine des logiques « non monotones ». La « monotonie », au contraire, permet l’addition de n’importe quel contexte aux prémisses d’une inférence, sans que cela change la conclusion de cette inférence. De « si A alors B », je peux, dans un domaine monotone, conclure aussi « si A et C, alors B ». La monotonie revient à ne pas se soucier de la pertinence des contextes. Mais c’est évidemment une exigence que ne satisfont pas l’immense majorité des raisonnements quotidiens.

  • 7 On reste jusque-là dans la famille des sémantiques de Kripke, qui ont permis de faire correspondre (...)

9Si on entre dans le domaine de la « non-monotonie », on entre donc dans le domaine des inférences sensibles au contexte. Leur validité sera donc révisable dès qu’on introduira un nouveau contexte. La situation du formalisme logique est alors assez nouvelle. D’une part, dans la mesure où un tel système formel est opératoire, il fonctionne de manière formelle, en aveugle, et il exhibe des propriétés mathématico-logiques que l’on peut analyser. En fait, il appartient à une vaste famille, encore très incomplètement explorée, dont les calculs en probabilités classiques sont l’une des espèces. Il constitue donc pour un raisonnement humain un idéal normatif – mais un parmi une vaste famille. D’autre part, il ne formalise pas seulement le raisonnement dans son immédiateté, il formalise aussi les processus de révision qui vont amener à modifier la validité des inférences initiales. À chaque logique correspond un système de règles d’inférences (du type de la Monotonie Prudente), une sémantique en terme de distance sur des mondes possibles ou d’autres entités, voire un type de cohérence entre ces distances7, et enfin certaines procédures de révision qui lui sont spécifiques.

10Passeron notait qu’un des schèmes de raisonnement les plus utilisés en sciences sociales, dans l’administration de la preuve, est celui de l’adversation : « Certes… mais ». Ce petit « mais » manifeste précisément l’introduction d’une révision. En l’absence du « certes », le « mais » peut se borner à indiquer une exception, qui peut se limiter à un seul cas, et qui nous oblige à suspendre une conclusion usuelle. C’est là le mode le plus restreint de révision. La présence du « certes » indique au contraire que le « mais » ne gouverne pas simplement une exception locale, qui laisse la règle normale intacte pour tous les autres cas, mais qu’il propose une règle qui fait concurrence à la règle normale régie par le « certes ». On révise alors la portée d’une règle normale en proposant une autre règle, qui est la règle normale pour tout un contexte, et non pas seulement pour un cas exceptionnel unique.

11Le changement de contexte peut même déborder les processus de révision propres à un formalisme donné. Soit « si A alors B » = « si on est refoulé, une charge émotionnelle de trop vous fait décompenser », « si A alors C » = « si on est refoulé, alors on ne manifeste pas ses émotions ». On ne peut en déduire « si A et B, alors C », à savoir que « si on est refoulé et qu’une charge émotionnelle de trop vous fait décompenser, on ne manifeste pas ses émotions ». La Monotonie Prudente est donc elle-même mise en question, elle n’est pas toujours assez prudente.

12La relation entre logique et raisonnement ordinaire devient donc différente, elle ne se réduit plus au rapport entre une norme et un domaine d’application. Il faut disposer de toute une panoplie de différentes logiques, qui nous disent à quoi nous conduiraient nos inférences si elles suivaient les règles formelles de l’une ou l’autre logique. Ensuite, prenant la barque de la logique que nous avons choisie pour démarrer, nous la chargeons avec des contenus qui conservent leur sensibilité au contexte. Par ailleurs, nous lançons des inférences sans pouvoir nous assurer à l’avance que les effets de contexte ne vont pas un jour défaire nos conclusions.

13Si nous avons pris la logique classique comme véhicule de départ, nous nous heurtons assez vite aux effets qui, par exemple, bloquent la transitivité. Nous nous replions alors sur une logique plus prudente, mais nous voulons toujours disposer du pouvoir d’inférence le plus important possible. Ce qui nous expose à des contre-exemples comme celui que nous venons de mentionner. Nous réduisons alors encore le pouvoir inférentiel de notre logique et augmentons ses précautions. Puis, dès que le terrain est plus favorable, nous reprenons des risques. Et nous oscillons ainsi entre des raisonnements risqués mais qui nous apportent beaucoup en inférence et des raisonnements prudents mais qui nous apportent moins. En règle générale plus nos chaînes d’inférence sont longues, plus nous courons le risque d’une perte de pertinence. Mais plus nous tentons de garantir la pertinence en précisant au maximum nos prémisses, plus notre conclusion sera pauvre par rapport à ces prémisses.

  • 8 Selon une formule – et une démonstration – de Camilla Schwind, alors qu’il existe un opérateur de m (...)

14Nos raisonnements ne correspondent donc pas à une seule logique, mais à un parcours entre des logiques, en zigzaguant entre les deux écueils du Charybde de la perte de pertinence et du Scylla de la faiblesse inférentielle. Il est donc possible de parler de « semi-formalisation », puisque aucune logique ne peut, par définition, formaliser un tel parcours entre les logiques8, mais que nous utilisons tantôt les opérations d’une logique pour faire des inférences, tantôt les différences entre règles logiques pour réviser nos conclusions en nous repliant d’une logique plus riche en conclusions sur une logique plus prudente. Les logiques sont toujours des normes du raisonnement, qui nous disent comment nous devons raisonner, mais elles nous permettent surtout de repérer ce que sont nos parcours inférentiels, comment de fait nous raisonnons.

15Si l’on suit la piste proposée, cela signifie qu’il n’est pas possible de formaliser les raisonnements en sciences sociales, mais qu’il est possible d’une part de s’appuyer sur des modèles formels, d’autre part de décrire par des sortes de patchworks de logiques les raisonnements ordinaires. Simplement, les modèles formels doivent être pris sous leur double face. D’une part, ils permettent de nous rendre compte de ce que donneraient comme conclusions des hypothèses forcément simplifiées (et nous n’avons pas d’intuition qui nous permette de le dire à l’avance), d’autre part, ils nous permettent, justement, de découvrir qu’il faut réviser ces hypothèses et même ces opérations. Les modèles formels en sciences sociales fonctionnent donc sur le double mode de l’analogie et de la disanalogie. Ils nous permettent des inférences, qui ne valent que dans la mesure où les phénomènes restent analogues au fonctionnement du modèle, et qui donc nous permettent de repérer les moments de disanalogie. Ces analogies et disanalogies sont nos moyens de catégoriser les phénomènes sociaux, avec l’effet bien connu de ce type de catégorisation, qui est de surestimer à la fois les similarités internes et les dissemblances externes à la catégorie. Mais notre travail consiste à consteller l’espace du champ du savoir par de tels repères, si bien que nous aurons de plus en plus de chances de voir l’évolution des phénomènes entrer dans nos catégories – sans que nous puissions prédire cette évolution, puisqu’elle peut consister à changer de catégorie, mais pour se retrouver dans une autre catégorie que nous aurions aussi identifiée.

  • 9 K. Schlechta, Non-monotonic logics, Berlin, Springer, 1997.

16Dans ce qui suit, je vais prendre pour repère une sémantique logique proposée par Karl Schlechta9, parce qu’elle introduit une notion de distance qui est aux antipodes de la finesse tout à fait excessive du calcul des probabilités (où l’on attribue à chaque événement possible un nombre réel entre 0 et 1 ; c’est se donner une information qui a la puissance du continu alors qu’on ne sait pas grand-chose !) et qu’elle est cependant suffisante pour nous permettre aussi des raisonnements négatifs, bien utiles pour décrire nos argumentations les plus fines.

17Les intuitions qui correspondent à cette sémantique sont très liées à l’idée d’inférence révisable. Une telle inférence est censée être valide dans la plupart des cas, mais pas dans tous. Elle est donc valide sauf exception. Nous raisonnons donc dans le cadre d’une dualité entre normalité et exception. Mais nous pouvons aussi faire des raisonnements, essentiellement négatifs, en partant du fait que nous ne savons ni si c’est une normalité ni si c’est une exception. Nous traduirons « si A, alors normalement B » par « dans le domaine des A, les B sont largement dominants », et « dans le domaine des A, les non-B sont l’exception ». Ou encore : « si nous apprenions que nous entrions dans le domaine des A, alors nous réviserions nos croyances pour nous attendre normalement à des B, et par exception à des non-B ». Quant à « de A, on ne peut conclure B », cela veut dire qu’on ne peut déterminer ni si, dans le domaine des A, les B sont largement dominants, ni s’ils sont des exceptions. Ils pourraient n’être ni l’un ni l’autre.

  • 10 Cf. P. Gärdenfors, Knowledge in flux : modeling the dynamics of epistemic states, Cambridge-Londres (...)

18Nous avons indiqué au passage le lien entre révision et inférence révisable. Quand nous apprenons une nouvelle information en contradiction avec une de nos conclusions, nous devons sûrement suspendre cette conclusion, et nous pouvons aussi être amenés à réviser certaines de nos prémisses, pour ne plus reproduire cette contradiction avec la réalité. Mais plusieurs ensembles de prémisses, de taille équivalente, peuvent être désignés comme responsables de la contradiction. Il faut alors choisir entre eux. Peter Gärdenfors a proposé de faire ce choix selon un ordre de priorités qu’il nomme « enracinement épistémique10 ». Nous préférerons réviser ce qui est pour nous le moins fondamental. On retrouve ici l’ordre entre ce qui est plus normal et ce qui est plus exceptionnel. Cet ordre est un moyen de retrouver des repères et donc des possibilités d’inférence dans un domaine que l’on vient de rendre quelque peu chaotique en admettant qu’il change de forme et de contenu au gré des révisions. Mais on peut aussi prendre les choses à l’envers, car on serait bien en peine de savoir d’où vient cet ordre. On peut donc considérer nos révisions comme les manifestations de l’ordre d’enracinement de nos croyances, les croyances qui résistent le mieux à la révision se révélant ainsi pour nous les plus précieuses. C’est mêler les valeurs aux croyances, c’est les mélanger avec des sortes de préférences épistémiques, mais cela semble bien correspondre à nos pratiques cognitives, y compris les pratiques scientifiques.

Argumentation et rhétorique

  • 11 Voir O. Ducrot, Les échelles argumentatives ; et J.-C. Anscombe, « Dynamique du sens et scolarité » (...)

19Même si l’essentiel du raisonnement ordinaire pouvait être formalisé grâce à ces logiques affaiblies et renforcées à la fois, il nous manquerait une dimension de l’étude de l’argumentation, à savoir son aspect rhétorique. Utiliser les logiques de la révision permet d’apaiser le débat entre ceux qui veulent creuser un fossé infranchissable entre l’argumentation qui serait sérieuse et viserait la conviction, et la rhétorique, fallacieuse et visant la persuasion, et ceux pour qui une telle distinction aboutit à négliger les conditions pragmatiques de l’argumentation. Si l’argumentation utilise des inférences révisables, elle repose sur la dualité entre normalité et exception, entre ce que l’on peut conclure en l’absence d’information plus précise et ce qui nous amène à réviser une inférence encore incertaine. Or dès que nous disposons de deux aspects d’une proposition, qui peut se présenter soit comme normalité soit comme exception, nous pouvons jouer de cette dualité. Nous pouvons focaliser l’attention sur la normalité ou sur l’exception. Davantage, en nous focalisant sur un domaine de pertinence, ce qui était une exception peut devenir une normalité. Taguer les murs est une exception dans les zones de villas résidentielles, mais c’est une habitude sur les clôtures de terrains vagues. Le choix des termes va pouvoir orienter l’auditeur vers telle ou telle focalisation, et en ce sens, Oswald Ducrot et Jean-Claude Anscombre ont raison de dire que l’argumentation est déjà dans la langue11. Mais encore faut-il relier ces potentialités des termes à la mise en œuvre de nos dispositions de révision.

20Montrons sur un exemple comment peut fonctionner cette focalisation sur un des termes de la dualité normalité/exceptions. Voici la plaidoirie d’une avocate dans une affaire de drogue :

« Je suis bien ennuyée dans cette affaire parce que j’ai expliqué à M. D., comme vous l’avez fait, que les policiers l’avaient formellement reconnu et que j’ai même été jusqu’à lui expliquer, si vous me le permettez et même sans votre permission, que faute avouée est à demi pardonnée. Je lui ai expliqué qu’il avait tout intérêt à reconnaître les faits à partir du moment où on l’avait vu donnant une demi-barrette [de drogue] et il s’est obstiné, mais je n’ai rien vu dans le dossier me permettant de dire qu’il ne l’avait pas donnée. Alors, sur sa situation, je lui ai fait comprendre également qu’il ne pouvait pas rester en France. Ça, il en est d’accord. Il est prêt à quitter le territoire français, mais en ce qui concerne la drogue je suis malheureusement très ennuyée parce qu’il ne l’admet pas. Alors il ne l’admet pas peut-être avec raison parce que ni vous ni moi n’étions sur place. Peut-être que c’est vrai mais je n’ai pas l’habitude de mettre la parole des policiers en doute, donc j’ai plutôt tendance à les croire. Donc ce que je vous demanderai c’est que s’il accepte véritablement de rentrer chez lui, vous prononciez une peine très courte en espérant que son interdiction du territoire sera exécutée. Cela serait bien parce que comme ça, on aurait des chances de ne pas le revoir devant notre tribunal. Mais plus courte sera la peine, meilleur cela sera. »

21Prenons le risque de résumer les arguments :

« Je n’ai rien vu dans son dossier qui me permette de dire qu’il n’a pas donné la drogue. Mais il n’a pas avoué l’avoir donnée. Et peut-être dit-il la vérité. Ni vous ni moi n’étions présents. Certes, je n’ai pas l’habitude de douter de ce que disent les policiers, et j’ai donc tendance à leur faire confiance. Je vous demande de ne lui infliger qu’une peine faible, puisqu’il a décidé de quitter le territoire français, et que cela nous débarrasserait de ce problème. »

22Si nous nous intéressons d’abord à la première partie de cette plaidoirie, laissant de côté celle sur l’expulsion du territoire français, les arguments utilisent essentiellement la forme suivante : « si A, et qu’il n’a pas été démontré que non B, alors B ». Ce sont là des formulations classiques pour des « règles par défaut », c’est-à-dire des modes d’inférence révisables. Le conditionnel « si A alors B » y est supposé valide, à moins qu’on n’apporte une information contraire, la plus simple étant non-N, la négation de la conclusion.

23Reprenons la plaidoirie. Étant donné le dossier, il n’a pas été démontré qu’il n’a pas donné la drogue. On peut donc normalement en tirer la conclusion : il a donné la drogue. Mais les inférences révisables ont des exceptions. Donc s’il maintient qu’il n’a pas donné la drogue, peut-être sommes-nous tombés sur une de ces exceptions, et peut-être ce qu’il dit est vrai. Normalement, l’avocate croit ce que disent les policiers. Mais c’est là aussi une inférence révisable, et peut-être ne faut-il pas les croire, exceptionnellement, dans ce cas.

24Évidemment, l’avocate n’a pas donné la moindre preuve que son client n’a pas donné de la drogue, et la dénégation farouche par l’accusé du témoignage des policiers a bien des chances d’être un simple mensonge. Il reste que l’absence de démonstration de ce déni est précisément la prémisse de la première inférence. On est donc autorisé à tirer la conclusion normale de cette inférence (il a donné la drogue). La deuxième inférence révisable (normalement les policiers ne mentent pas) n’est pas non plus défaite, et on est donc autorisé aussi à admettre sa conclusion. Le résultat des inférences logiques est que l’accusé a bien transmis de la drogue.

25Mais l’avocate utilise la possibilité rhétorique de se focaliser, dans une inférence révisable, sur le côté des exceptions. Toute inférence révisable est sujette à révision. Toute normalité a des exceptions. L’argument est finalement le suivant. Puisque nous ne disposons d’aucun argument pour réviser les conclusions normales, la dénégation de l’accusé semble déraisonnable, donc exceptionnelle. Or il faut une raison exceptionnelle à un comportement exceptionnel (c’est là un principe lui-même révisable, assurément !). Donc on doit se trouver dans un cas exceptionnel, et comme l’avocate a souligné ce que pouvaient être les exceptions (il n’aurait pas donné de la drogue, les policiers auraient menti), y compris en les mentionnant comme des exceptions (elle n’a pas l’habitude de ne pas croire les policiers), elle a donc aiguillé l’esprit du juge vers le cas favorable à son client.

26Cette argumentation est-elle correcte ? Les contre-arguments sont aisés à trouver. Le principe qu’un comportement exceptionnel a une cause exceptionnelle peut nous renvoyer à d’autres causes : l’accusé ment, parce qu’il n’a pas d’autre voie de défense. L’avocate n’a pas tort en rappelant qu’il y a parfois des exceptions. Mais il faudrait qu’elle exhibe une raison pour penser qu’on est dans un cas d’exception. Or sa raison (le comportement absurde de l’accusé) peut trouver d’autres explications. Ce que l’avocate pouvait produire comme « défaiseur » est donc lui-même contré. L’argument de l’accusation n’est donc pas défait par l’argument de l’avocate, mais celui-ci n’est pas lui-même défait, il a simplement une conclusion trop faible pour l’emporter. L’insistance que l’avocate met sur le côté des exceptions reste un moyen rhétorique, mais on voit ici que la rhétorique se glisse dans les méandres de la logique.

L’utilisation de méta-règles d’inférences révisables

27L’analyse précédente repose sur le principe général de l’inférence révisable, valide normalement et sauf exceptions. Mais ces inférences révisables peuvent mettre en pratique une grande variété de règles d’inférence. On doit d’abord dissiper une ambiguïté. On peut appeler « règle d’inférence par défaut » toute règle qui dit quelque chose comme : « si on a affaire à un A, alors normalement il a la propriété B ». Mais ce genre de règle ne régit pas l’enchaînement de telles inférences. On est donc amené à définir des règles d’inférence au sens fort du terme, des règles qui nous disent comment enchaîner diverses prémisses pour aboutir à une conclusion. Et ces prémisses sont en fait elles-mêmes des règles par défaut, des règles de premier niveau.

28En logique classique, partant d’une implication « si p alors q », et sachant que « p », nous en déduisons « q » en utilisant la règle d’inférence du Modus Ponens, ou détachement de la conclusion. Les propositions p et q peuvent évidemment être elles-mêmes des implications. Dans ces logiques de la révision, nous allons trouver d’autres règles que le Modus Ponens, comme par exemple la Monotonie Prudente, que nous avons déjà analysée. Nous avons vu à cette occasion que cette règle n’était pas toujours vérifiée par nos inférences concrètes. Pour rendre compte d’une argumentation qui se déroule en passant d’un contexte à un autre, il nous faut donc parfois changer de règles d’inférence. Mais ces changements sont aussi une manière de nous rendre compte que nous changeons de contexte.

29Les argumentations des plaidoiries recourent-elles à ces règles non monotones ? Prenons un autre exemple, toujours dans une affaire de drogue :

  • 12 Les plaidoiries citées sont, la première, de Me Hauzer et, la seconde, de Me F. Cotta (août 1993, 2 (...)

« Il est évident qu’Albina, chargé de 4,326 kg de cocaïne qui représentent une valeur que nous n’arrivons même pas à chiffrer, voyage avec une fortune colossale. Albina voyage avec une fortune colossale. Albina est le pauvre type que vous avez bien voulu définir tout à l’heure car vous-même vous m’expliquiez à quel point il était incohérent d’imaginer un seul instant qu’il se soit financé cette cocaïne et qu’il se soit financé son voyage. Albina, c’est le passeur type et je crois que s’il avait été plus coopératif, eh bien Albina aurait expliqué ce qu’était le “passeur alimentaire” ; et quand il vous l’aurait bien expliqué, la défense aurait été vous dire qu’il faut que nous restions très modestes à Bobigny parce que nous savons parfaitement bien que lorsqu’Albina est condamné, des dizaines et des dizaines de bras se lèvent en connaissant parfaitement bien les risques qui sont les leurs parce que, lorsqu’on doit manger, on est un bétail facile.
Mais entre nous il y aura aussi un problème, c’est qu’un jour ou l’autre un Albina sera dans le box, un Albina dira qu’il ne savait pas qu’il s’agissait de cocaïne et ce jour-là sera le bon parce qu’un jour effectivement il y en aura un qui transportait de la cocaïne sans le savoir. Ce qui est un tout petit peu gênant, c’est qu’à la limite ça pourrait être le mien aujourd’hui ; mais comme nous sommes les uns et les autres – je dis nous parce que nous aussi en défense nous sommes totalement intoxiqués par cette extraordinaire philosophie de l’aveu qui semble être aujourd’hui la philosophie sans laquelle la justice ne pourrait pas se rendre –, mais je me dis que même si aujourd’hui Albina était le bon Albina, celui qui transportait 4 kg sans le savoir, eh bien nous passerions à côté de la plaque parce que nous voulons absolument en définitive que les passeurs soient parfaitement au courant de ce qu’ils transportent12. »

  • 13 Il serait évidemment souhaitable, sinon d’automatiser complètement les procédures d’extraction des (...)

30Prenons encore le risque de résumer13. Albina a passé de la cocaïne en contrebande. Soit c’est un passeur « normal ». Dans ce cas, il est probablement manipulé par des trafiquants plus importants. Soit il ignorait qu’il transportait de la cocaïne. Dans chacun de ces cas, le juge aurait des raisons de n’infliger qu’une peine légère.

31Une partie de cette plaidoirie développe une inférence révisable tout à fait correcte, qui suit la règle dite de « Monotonie Rationnelle ». Elle nous dit : « si de A nous pouvons inférer normalement B, et que de A nous ne pouvons inférer normalement non-C, alors de A et C nous pouvons inférer normalement B ». Notons-le, « ne pas inférer normalement C de A » n’est pas équivalent à « inférer normalement non-C de A ». Par exemple, si après un examen médical, on peut dire que les résultats de cet examen n’impliquent pas normalement que j’aie un cancer du poumon, cela ne veut malheureusement pas dire que normalement je n’ai pas de cancer du poumon.

32Dans notre exemple, normalement, les passeurs sont manipulés (de A, inférer B). Si Albina est un passeur, cela n’implique pas qu’il soit le trafiquant organisateur du voyage (de A, on ne peut inférer non-C). Donc de « Albina est un passeur » et « Albina n’est pas le trafiquant organisateur » (A et C) on peut inférer qu’il est manipulé (B).

33L’autre partie de l’argumentation semble la suivante. Normalement, les passeurs savent ce qu’ils transportent. Mais c’est là une règle d’inférence révisable, il peut y avoir des exceptions. Si une personne ne sait pas ce qu’elle transporte, sûrement elle a été manipulée. Les exceptions à la prise de conscience appartiennent sûrement à la classe des personnes manipulées. Maintenant, dans ce contexte, est-il normal ou exceptionnel que les personnes manipulées soient aussi des exceptions à la première règle, portant sur les passeurs et leur savoir de ce qu’ils transportent ?

34Nous pouvons ici utiliser une autre méta-règle, la « Négativité Rationnelle » : « si de A et C nous ne pouvons pas inférer normalement B, et que de A et non-C nous ne pouvons pas non plus inférer normalement B, alors nous ne pouvons pas inférer normalement B de A tout seul. »

  1. Nous ne pouvons inférer normalement, de ce qu’une personne est manipulée et qu’elle est un passeur, qu’elle est consciente de ce qu’elle transporte.

  2. De ce qu’une personne est manipulée et qu’elle n’est pas un passeur, nous ne pouvons pas inférer non plus qu’elle est consciente de ce qu’elle transporte.

35Nous ne pouvons donc pas inférer de « une personne est manipulée », sans autre information, qu’elle est consciente de ce qu’elle transporte. Donc les personnes inconscientes de ce qu’elles transportent ne sont pas la norme, mais elles ne sont pas non plus l’exception. Pour admettre la première prémisse, il nous faut supposer qu’être manipulé peut faire porter un doute sur la conscience de ce qu’on fait, conscience qui est normalement celle du passeur. Les passeurs manipulés inconscients, dès lors, ne seraient ni normaux, ni exceptionnels. Mais nous pourrions refuser cette prémisse. Nous soutiendrions alors que les passeurs inconscients, manipulés ou non, sont exceptionnels.

36À cette analyse logique de l’argumentation, on peut associer l’analyse de la rhétorique. L’avocat met l’accent sur les « dizaines et dizaines » de personnes pauvres et sans travail qui on besoin de manger et qui sont facilement tentées de devenir des passeurs, en suggérant ainsi que les passeurs sont des gens manipulés. L’avocat nous focalise aussi sur ce personnage d’exception qu’est le passeur inconscient de ce qu’il transporte. Un passeur inconscient est exceptionnel, mais un passeur manipulé est-il si exceptionnel, et les personnes manipulées ne peuvent-elles être inconscientes ? L’avocat dit aussi, sans démonstration, que l’aveu est une exception (notre philosophie de l’aveu est « extraordinaire ») si bien que ne pas avouer pourrait ne pas être exceptionnel. Finalement, tout tend à montrer que soit Albina n’est pas exceptionnel, et qu’alors il pourrait, comme personne manipulée, ne pas être conscient de ce qu’il transporte (ce ne serait, dans le cas des personnes manipulées, ni une exception ni une normalité) ; soit qu’Albina est un cas exceptionnel, et qu’il n’est pas conscient de ce qu’il transporte. Ce processus rhétorique consiste à mettre successivement l’accent sur deux propriétés possibles d’Albina, ce qui devrait induire de l’hésitation dans l’esprit du juge, et lui proposer de la résoudre par une conclusion convergente dans les deux cas : la responsabilité d’Albina est très faible.

Contexte, inférences révisables et analogie

37L’argumentation des plaidoiries semble donc bien utiliser toutes les ressources que les logiques non monotones nous permettent de décrire. On comprend que les avocats se bornent à utiliser des lieux communs, jouant seulement de la relation entre la normalité du lieu commun et l’exceptionnalité que peut présenter le cas de leur client.

  • 14 J.-C. Passeron, « Analogie, connaissance et poésie », Revue européenne des Sciences sociales, 38 (1 (...)

38Mais l’argumentation se borne-t-elle aux lieux communs ? Ne nous fournit-elle pas des heuristiques pour l’invention d’arguments nouveaux ? On a coutume de voir dans l’analogie le mode de raisonnement qui permet de faire du neuf avec du vieux. Elle consiste en effet à utiliser une règle ou une relation valide dans un contexte, et à la plonger dans un nouveau contexte ce qui permet d’y découvrir les éléments qui présenteraient dans ce nouveau domaine une relation analogue. Les éléments sont nouveaux, mais la relation l’est aussi, car elle n’est jamais équivalente à la relation originaire. On peut même utiliser l’analogie pour produire les métaphores les plus libres, ainsi du célèbre « la Terre est bleue comme une orange » d’Éluard. Comme le fait remarquer justement Passeron14, il faut ici passer par deux analogies, l’analogie entre la Terre et une mappemonde, dont la dominante est la couleur bleue (aujourd’hui, nous pensons directement à une photo de la terre vue d’un satellite, mais ce n’était pas le cas du temps d’Éluard), et l’analogie entre une mappemonde et une orange. Bien évidemment, la force de l’image d’Éluard repose sur le fait que nous n’acceptons pas d’emblée la transitivité de l’analogie ! Le « comme » force cette analogie alors même que l’homonymie entre l’orange en tant que fruit et l’orange en tant que couleur met en évidence le conflit entre le contexte de la couleur initiale (la mappemonde bleue) et le contexte d’arrivée (l’orange). Ce défaut de transitivité montre que nous sommes dans le domaine du contextuel, du révisable et du non-monotone. Les logiques étudiées devraient donc avoir quelque chose à nous dire sur l’analogie.

39La première idée qui vient à l’esprit, c’est que ces logiques recourent à une notion (très grossière) de distance. Dire que normalement les mappemondes sont bleues, c’est dire que les surfaces de couleur bleue sont dominantes pour les mappemondes. Cette dominance définit donc une sorte d’axe d’évaluation. Sur la majorité des surfaces des mappemondes, on doit trouver du bleu, et ce sont sur des surfaces minoritaires que se trouveront les autres couleurs. La simple dominance du bleu par rapport aux autres couleurs implique l’existence de cet axe d’évaluation, que l’on suppose ici être la quantité de surface consacrée sur les mappemondes à cette couleur. Par ailleurs, la majorité, voire la totalité des mappemondes sont quasi sphériques. Ce nouvel axe nous engage à envisager la majorité ou totalité des formes volumiques des mappemondes, et à les considérer comme des sphères plutôt que comme des dodécaèdres, etc. Cette dominance de la sphéricité est partagée par bien d’autres objets, mais particulièrement par les oranges – aucun fruit n’est aussi sphérique. Mais pour ce qui est du bleu, les oranges bleues sont l’exception. Éluard part de cette rupture de transitivité (si la très grande majorité des mappemondes sont bleues et la très grande majorité sphériques – parce qu’elles respectent une propriété de l’objet naturel qu’est la Terre –, il doit rester une forte majorité de mappemondes sphériques et bleues ; parmi les objets naturels sphériques, les oranges sont prototypiques tout autant que la Terre, et c’est dire que dans notre imaginaire, elles occupent à peu près à égalité avec la Terre le domaine des objets naturels sphériques. Comme on a déjà une forte majorité d’objets sphériques et bleus, il se pourrait que les oranges soient bleues, mais, comme le rappelle leur dénomination, ce n’est pas le cas). Il inverse alors les prototypes de référence, en prenant pour repère les oranges au lieu de la Terre (« comme une orange »), et maintient la transitivité face à ce prototype qui la met en défaut.

40Il semble qu’Éluard fait tout le contraire de ce qu’est supposé faire un raisonnement analogique correct. Mais il n’en est pas si éloigné. Le raisonnement analogique part d’une propriété normale dans le domaine de départ, et utilise l’axe d’évaluation de cette normalité comme heuristique. On peut d’ailleurs aussi partir, sur cet axe, du pôle d’exception plutôt que du pôle de normalité. Par exemple, en mécanique, une situation d’équilibre peut être considérée comme exceptionnelle, la plupart des objets étant soumis à des mouvements. Mais une fois proche de l’équilibre, il est normal qu’on y retombe – c’est la définition de l’équilibre. C’est une exception qui définit son propre domaine de normalité. L’analogie consiste ensuite, une fois avancés l’axe de normalité de départ et la propriété qu’il amène à considérer comme normale dans ce domaine de départ, à poser qu’on pourra attribuer par transitivité cette propriété à des objets de l’autre domaine, et ce en passant par l’intermédiaire d’un axe d’évaluation qui va de ce fait être déclaré homologue ou analogue à l’axe d’évaluation de départ. On veut par exemple trouver une situation en économie – dans la fixation des prix – qui soit telle que si on s’en écarte quelque peu on y reviendra. On définit donc un prix d’équilibre. Il faut alors trouver l’axe d’évaluation qui nous permet de considérer comme normal un échange équilibré et comme exceptionnel un échange inégal. On y arrive en imaginant que l’information sur les prix est complète et que le prix proposé dans un échange peut toujours être remis en cause par d’autres propositions d’achat ou de vente, qu’on appelle des arbitrages (ce qui est assez loin de la réalité).

41Il ne faut donc pas croire que l’analogie consiste à trouver dans le domaine d’arrivée une relation qui est homologue à la relation identifiée dans le domaine de départ, et qu’on en tire ensuite la conclusion souhaitée. C’est le contraire. On pose d’abord la conclusion souhaitée et on recherche ensuite la relation qui permettrait de la justifier dans le nouveau domaine. Pour ce faire on n’hésite pas à immuniser cette nouvelle relation contre les contre-exemples, en la définissant de manière à ce que ces contre-exemples apparaissent comme des situations d’exception.

42Le raisonnement par analogie consiste donc, alors qu’on est assuré que la transitivité des raisonnements est normalement mise en échec, parce que l’on sait qu’on se déplace d’un contexte à un autre, à poser des situations d’exception où elle tient malgré tout, et à définir en retour les axes d’évaluation, les relations entre normalité et exceptions, qui permettront à la transitivité de fonctionner. Il consiste donc à contourner une disanalogie qui est posée comme présupposée.

43On peut même utiliser la disanalogie comme vecteur d’analogie. C’est possible, puisque notre guide pour l’analogie est un axe d’évaluation dont l’un des pôles est une normalité et l’autre une exception. Nous avons décrit plus haut une stratégie qui partait de l’exception. Mais elle se restreignait au domaine où cette exception jouait le rôle de normalité. On peut aussi partir d’une exception, mais prise comme telle, comme défaiseur d’une normalité.

  • 15 P. Veyne, Comment on écrit l’histoire. Essai d’épistémologie, Paris, Seuil, 1971.

44Dans son ouvrage Comment on écrit l’histoire15, Paul Veyne pose la question suivante : « Pourquoi l’évergétisme existe-t-il dans l’Orient romain hellénistique et pas à Florence à la Renaissance ? » La réponse peut se trouver dans la structure hiérarchique de la société romaine, comparée à celle de la société florentine. La société romaine est divisée depuis longtemps en patriciens et plébéiens. On trouve à Florence des grandes familles ou magnati. Mais initialement, ce qualificatif de magnat était infamant. Il montrait que le magnat en question était soupçonné de vouloir acheter les citoyens florentins pour prendre le pouvoir. Les magnati étaient donc obligés de se soumettre à des examens réguliers, montrant qu’ils n’avaient pas d’ambitions politiques, et de jurer de leur loyauté au peuple de Florence. À la longue, les magnati suffisamment riches et influents pour conserver une influence malgré ces contraintes ont fini par constituer une caste nobiliaire, et la preuve de cette noblesse a été donnée a contrario par ce titre autrefois infamant de magnati.

45Nous voulons donc montrer que l’évergétisme est une conclusion normale dans l’Orient romain, mais pas à Florence. Nous suivons donc le raisonnement analogique, mais au lieu de souhaiter maintenir d’un contexte à l’autre la conclusion tirée d’un axe d’évaluation initial, nous souhaitons défaire cette conclusion. Ce résultat n’aurait guère d’intérêt à lui tout seul, puisque la défaite de conclusions aventureuses est la règle dans un nouveau contexte. Ce qui serait plus intéressant, ce serait que défaire la conclusion issue d’un contexte amène à proposer l’axe de normalité de l’autre contexte. Nous rencontrerions ainsi une analogie dans la disanalogie : si l’analogie consiste à pouvoir trouver le nouvel axe de normalité qui permet de maintenir une conclusion d’un domaine dans un autre, l’analogie dans la disanalogie consiste à trouver dans le domaine initial l’axe de normalité dont le défaiseur, l’exception dans le nouveau domaine, constitue le nouvel axe de normalité de ce domaine.

  • 16 P. Veyne, Le pain et le cirque . Sociologie historique d’un pluralisme politique, Paris, Seuil, 197 (...)

46Supposons que notre axe de normalité initial soit la règle florentine suivante : « Normalement, les riches magnats ne doivent pas dispenser des libéralités au collectif des autres citoyens. » La justification de cette règle, c’est qu’un tel comportement les rend suspects de vouloir accaparer le pouvoir en achetant de l’influence. Cette règle est-elle valide dans l’Empire romain hellénistique ? Non, parce que le pouvoir est alors celui de l’empereur, et que le patricien moyen ne peut espérer rivaliser avec l’empereur. Ce n’est pas le cas à Florence, où les plus riches familles sont assez riches pour influencer les citoyens et disposent d’autant de moyens que le pouvoir en place. Si l’on voulait conclure du contexte florentin au contexte romain, on rencontrerait donc l’exception suivante : « Les libéralités des riches amènent à les soupçonner de vouloir prendre le pouvoir, sauf si leurs richesses et leur influence sont bien au-dessous de celle du pouvoir. » Mais cette exception permet à l’évergétisme de se donner libre cours dans l’Orient romain, et d’y être la règle normale (il reste assurément à expliquer pourquoi, et Veyne s’y est essayé dans Le pain et le cirque16). Cette règle normale, cependant, peut rencontrer des exceptions. Le patricien qui inonde ses concitoyens de ses libéralités n’est pas suspect de vouloir prendre le pouvoir, sauf s’il est immensément riche et influent auprès de l’armée, c’est-à-dire si son influence est du même niveau que celle du pouvoir. Or c’est précisément cette dernière exception qui fait, à son tour, que nous ne pouvons pas transférer la règle normale propre à l’orient romain dans la Florence de la Renaissance. Mais alors, si nous tenons compte de cette exception, elle va justifier ce qui vaut maintenant comme règle normale à Florence, à savoir la suspicion qu’éveille toute libéralité publique, suspicion qui interdit l’évergétisme. Nous avons donc établi une analogie dans une disanalogie. Et c’est là sans doute le mieux que nous puissions faire dans le domaine du raisonnement analogique.

47C’est là une application du modèle (des modèles) des logiques des inférences révisables qui correspondrait assez bien à ce que nous avons proposé comme usage des modèles en sciences sociales. Ils ne sont pas là pour être appliqués brutalement, mais pour nous révéler, par les différences entre leurs résultats et les phénomènes, de nouvelles facettes de nos pratiques. Utiliser un modèle comme analogie (voire un modèle de l’analogie) pour mettre en évidence des disanalogies est donc notre principal moyen de faire progresser notre compréhension des phénomènes sociaux, et aussi d’esquisser des explications, si par explication nous entendons simplement une mise en relation qui puisse être partiellement précisée dans un modèle, qui nous en apprenne plus sur la situation sociale que ne le faisait la compréhension de cette situation proposée par ses acteurs, mais qui puisse aussi être reconnue par ces acteurs comme leur en apprenant plus sur leurs propres pratiques.

Notes

1 J.-B. Grize, Logique naturelle et communication, Paris, Presses universitaires de France, 1996.

2 O. Ducrot, Les échelles argumentatives, Paris, Minuit, 1980.

3 J.-C. Passeron, Le raisonnement sociologique. L’espace non-poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan, 1991.

4 On peut trouver dans l’ouvrage stimulant de Claude Imbert, Pour une histoire de la logique (Paris, Presses universitaires de France, 1999), une critique généralisée de la prétention du modèle logique à l’unicité fondatrice.

5 Voir R. C. Stalnaker, Inquiry, Cambridge, Bradford, 1987 ; et D. K. Lewis, Counter factuals, Oxford, Blackwell, 1973.

6 Et cela même si dans les mondes les plus proches du monde de référence, et où A est vrai, B est vrai. Car B pourrait être aussi vrai dans d’autres mondes très différents de ceux-là.

7 On reste jusque-là dans la famille des sémantiques de Kripke, qui ont permis de faire correspondre aux logiques modales (nécessité, obligation, etc.) une sémantique en termes des mondes possibles et de relations entre ces mondes.

8 Selon une formule – et une démonstration – de Camilla Schwind, alors qu’il existe un opérateur de monotonie, il ne peut exister un opérateur de non monotonie (ce qui revient à dire qu’on ne peut pas trouver une propriété caractéristique de toutes les logiques non monotones, mais ne veut pas dire que chacune d’entre elles ne dispose pas d’une propriété caractéristique).

9 K. Schlechta, Non-monotonic logics, Berlin, Springer, 1997.

10 Cf. P. Gärdenfors, Knowledge in flux : modeling the dynamics of epistemic states, Cambridge-Londres, MIT Press, 1988.

11 Voir O. Ducrot, Les échelles argumentatives ; et J.-C. Anscombe, « Dynamique du sens et scolarité », in A. Lempereur, ed., L’argumentation, Colloque de Cerisy (1987), Liège, Mardaga, 1991, p. 123-146.

12 Les plaidoiries citées sont, la première, de Me Hauzer et, la seconde, de Me F. Cotta (août 1993, 23e chambre correctionnelle).

13 Il serait évidemment souhaitable, sinon d’automatiser complètement les procédures d’extraction des arguments à partir d’un texte, du moins de spécifier de manière plus stricte les méthodes qui permettent à l’analyste d’arriver à lister les arguments.

14 J.-C. Passeron, « Analogie, connaissance et poésie », Revue européenne des Sciences sociales, 38 (117), 2000, p. 13-33.

15 P. Veyne, Comment on écrit l’histoire. Essai d’épistémologie, Paris, Seuil, 1971.

16 P. Veyne, Le pain et le cirque . Sociologie historique d’un pluralisme politique, Paris, Seuil, 1976.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search