Version classiqueVersion mobile

L’argumentation

 | 
Michel de Fornel
, 
Jean-Claude Passeron

I.

Les deux faces de l’argumentation : l’inférence et la déduction

The two sides of arguing: inference and deduction

Jean-Blaise Grize

Résumé

Argumenter est une activité discursive qui présente deux faces, une face logique et une face rhétorique lesquelles reposent sur la propriété qu’ont les mots de renvoyer doublement : d’une part au système de la langue, à des définitions, d’autre part à des éléments extérieurs, à des référents. L’aspect logique est fondé sur l’usage de concepts hors situation et permet de déduire donc de calculer ; l’aspect rhétorique sur l’usage de notions plongées dans le milieu socioculturel et permet d’inférer, partant de manifester un point de vue.

Texte intégral

  • 1 Aristote, Rhétorique, I, 1354 a.

1Argumenter est une démarche de pensée qui se communique par des discours portant « sur des questions qui sont à certain égard de la compétence commune à tous les hommes et ne requièrent aucune science spéciale1 ». Si l’on s’en tient aux argumentations de tous les jours, celles par lesquelles un locuteur cherche à obtenir de quelqu’un qu’il se comporte de la façon qu’il souhaite, cette manière de voir ne semble pas donner lieu à de graves objections. Il en va tout autrement dès que l’on envisage l’argumentation au sein des disciplines scientifiques. Il faut ici préciser et prendre au sérieux la restriction apparemment bénigne que faisait Aristote : « à certain égard ». La question est alors de savoir ce que sont la forme et la valeur probatoires d’un discours de vérité impliquant aussi la présence interstitielle d’un discours de croyance.

  • 2 F. Chazel, « La conception de la révolution dans l’œuvre de Max Weber », L’Année sociologique, 45 ( (...)
  • 3 A. Béguin y répondait affirmativement dans sa thèse de doctorat soutenue à la faculté des sciences (...)

2La question, par exemple, de savoir si Max Weber a, oui ou non, « jeté les linéaments d’une véritable théorie des révolutions2 » exige de toute évidence des connaissances bien spécifiques. Celle de décider si les « ligands phosphorés se comportent comme des centres réactionnels dans les étapes d’un cycle catalytique d’hydroformulation de l’éthylène en présence d’eau », en réclame de nature encore bien différente3. Il y a ainsi des degrés dans l’obligation de disposer de connaissances spéciales pour argumenter.

  • 4 J.-C. Passeron, Le raisonnement sociologique. L’espace non poppérien du raisonnement naturel, Paris (...)

3Ensuite connaître ne suffit pas, il faut aussi raisonner et les modes de raisonnement qui sont mis en jeu dans les sciences physiques, dans les sciences historiques et sociales et dans la vie de tous les jours ne sont pas identiques. Les sciences physiques ne cessent d’afficher leur volonté de se conformer aux exigences des systèmes informatiques de computation. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle elles aiment à se dire exactes, même si elles n’atteignent pas toujours cet idéal. En revanche, comme Jean-Claude Passeron l’a clairement fait voir, dans les sciences sociales, les « analyses qui permettent de généraliser les constats empiriques d’une enquête au-delà de son contexte singulier relèvent d’un raisonnement qui ne peut être que “naturel” […] inscrivant ainsi les assertions sociologiques dans une méthodologie de la présomption, distincte d’une méthodologie de la nécessité4 ». Par là, et même s’il est abusif de parler d’une méthodologie du sens commun, les raisonnements auxquels le sociologue a recours ne diffèrent pas essentiellement de ceux des discours quotidiens. Dans les deux cas, à des mécanismes de calcul se substituent des procédures discursives et argumentatives. Mais celles-ci ont une double face. L’une correspond à l’organisation cohérente des objets de pensée en question et l’autre relève de la présence des partenaires de la communication. On peut appeler logique la première face et rhétorique la seconde.

  • 5 D. Apothéloz, « Les raisonnements non formels », in J.-B. Grize, ed., Sémiologie du raisonnement, B (...)

4Comme Denis Apothéloz l’a montré5, il est possible d’étudier la face logique à quatre niveaux. 1) Le niveau des macroprocédures, où l’on met en évidence les types de démarches et de méthodes utilisées. 2) Le niveau des microprocédures, où l’on examine les types de raisonnement mis en jeu. 3) Le niveau de l’enchaînement des énoncés, où sont examinés la nature et le rôle des connecteurs ainsi que les dispositifs de cohésion. 4) Le niveau des objets enfin, où sont analysées la construction des objets et les relations qu’ils soutiennent entre eux. J’insisterai particulièrement sur le quatrième niveau, conformément à un postulat de la logique naturelle qui veut que les énoncés ne soient pas premiers, mais que leurs statuts et leurs enchaînements soient commandés par la nature des objets dont ils expriment les propriétés.

5D’autre part, ces objets de pensée se manifestent à travers les mots de la langue, qui sont des signes jouissant de la propriété remarquable de renvoyer simultanément, d’une part à une définition et d’autre part à un référent, c’est-à-dire à une unité culturelle. C’est ainsi, par exemple, que le mot « révolution » désigne classiquement « un changement brusque et violent dans la structure politique et sociale d’un État » (Petit Larousse) et que, chez François Chazel, il désigne la révolution russe de 1905-1906, les événements de 1917 et ceux de 1789. Il s’ensuit que chaque mot de la langue est entouré de tout un faisceau d’aspects au sein duquel celui qui argumente va puiser selon ses besoins. Des formules du genre

Une mère est une mère

montrent bien l’usage, ici dans un même énoncé, d’éléments différents du faisceau de « mère ». En revanche, il est inutile d’insister sur ce que le mot « éthylène », dans son usage chimique, dénote l’hydrocarbure CH2 = CH2 et ne fait que cela. Le mot « révolution » communique une notion, le mot « éthylène » communique un concept et les discours dans lesquels ils figurent sont en conséquence de deux natures différentes.

6Quant à l’aspect rhétorique, il découle de ce qu’un texte notionnel, par opposition à un texte conceptuel, exige d’être interprété, c’est-à-dire de passer de la signification littérale d’une séquence au sens qu’elle prend pour celui qui la reçoit dans le contexte où il se trouve, ce que seule rend possible la présence effective des sujets énonciateurs (un programme d’ordinateur n’interprète rien, il calcule). Mais une interprétation n’est jamais absolument contraignante, elle dépend des préjugés, des idéologies, des vécus et des passions de l’interprète. Il s’ensuit que, pour argumenter, il ne suffit pas d’exprimer ce que l’on pense être le cas, il faut encore le faire de telle sorte que le lecteur accède à ce qui est dit et interprète les choses dans le sens voulu.

La démarche argumentative

  • 6 J’éviterai dans ce qui suit de parler de vérité. La notion en effet est ambiguë puisqu’elle s’oppos (...)

7Une argumentation répond à un projet bien précis : amener son destinataire à approuver certaines thèses. Il ne s’agit pas de les démontrer, mais de montrer une situation dans laquelle elles s’imposent, ce qui explique d’ailleurs pourquoi de simples narrations sont si souvent présentes au sein des argumentations. Mais un récit à lui seul ne saurait suffire. Il fait certes voir, mais encore faut-il rendre évident ce qui est montré, c’est-à-dire faire croire que « tel est bien le cas6 ». La thèse à soutenir va donc être présentée comme le résultat d’une démarche qui part d’un ensemble d’énoncés et se présente comme une de leurs conséquences. Dans la terminologie usuelle, les énoncés fondateurs sont les prémisses et la thèse est la conclusion. À ceci je veux ajouter trois remarques.

  1. La distinction entre prémisse(s) et conclusion est purement fonctionnelle. Aucun énoncé, pris en lui-même, n’est prémisse ou conclusion, c’est sa place dans le discours, le rôle qu’il y joue, qui lui donne son statut.

  2. Si l’ordre logique va nécessairement des prémisses à la conclusion, l’ordre discursif peut être inverse, en ce sens que le discours peut anticiper la conclusion. L’ordre est donc soit progressif (donc), soit régressif (en effet).

  3. Contrairement à ce qui se passe dans une démonstration, où les prémisses sont reçues comme des axiomes ou sont acceptées en guise d’hypothèses, dans une argumentation elles doivent être reçues par le destinataire comme des faits. Cela signifie qu’à leur tour elles devront éventuellement être argumentées.

  • 7 P. Oléron, Le raisonnement, Paris, Presses universitaires de France, 1977, p. 7 (« Que sais-je ? »)
  • 8 D. Apothéloz, M.-J. Borel et C. Péquegnat, « Discours et raisonnement », in Sémiologie du raisonnem (...)

8Il est dès lors clair qu’une argumentation relève du raisonnement, en ce sens large que considère Pierre Oléron pour qui un raisonnement est « un enchaînement, une combinaison ou une confrontation d’énoncés ou de représentations, respectant des contraintes internes susceptibles d’être explicitées et conduit en fonction d’un but7 ». Ici le but est toujours l’établissement d’une thèse, et la présence de représentations dans la définition implique que la démarche ne saurait être purement formelle, mais qu’elle doit porter sur des contenus, sur des objets de pensée. Cette démarche peut toujours être décomposée en deux moments. D’abord une expansion, c’est-à-dire « le déploiement de certains objets par enrichissement et par extension », ensuite un dénivellement du plan de l’expansion qui détache un énoncé, lequel alors « se présente comme une conclusion plausible ou vraisemblable8 ».

9Par définition une expansion porte sur des objets, mais elle peut être plus ou moins directe et j’en donnerai deux exemples.

  • 9 P. Salin, « Restaurer la liberté du temps de travail », Le Monde, 21 décembre 1995. Je renverrai dé (...)

101. Dans un article du Monde consacré à la liberté de travail, Pascal Salin9 se propose entre autres d’établir par un mouvement régressif la thèse suivante :

le chômage « est le résultat de décisions humaines, prises dans un certain environnement institutionnel ».

Pour cela, il procède à une expansion de l’objet « environnement institutionnel » en construisant la classe-objet {droit au travail, conventions collectives, salaire minimal}

dont les éléments « constituent indéniablement des obstacles à l’emploi ».

Ensuite, il enrichit encore la classe en y introduisant un nouvel élément : « le système des prélèvements obligatoires »

qui est « la cause majeure du chômage »,

de sorte que sa thèse résulte bien de la simple expansion directe de l’objet « environnement institutionnel ».

  • 10 R. Tevissen, « L’ombre douloureuse de la mélancolie, perte de vérité… », in Id., ed., La douleur mo (...)

112. Rémi Tevissen, dans une étude consacrée à la mélancolie10, procède par une démarche progressive qui s’étend sur plusieurs pages et se sert de trois expansions.

12L’une est prise en charge par J. Seglas (p. 270) :

« La mélancolie résulte de sensations qui modifient le complexus cœnesthétique habituel. »

13La deuxième est assumée par E. Kraepelin et passe de la mélancolie au mélancolique (p. 274) :

« Son corps et le monde paraissent, au mélancolique, comme artificiels et désanimés. »

14La troisième enfin est due à E. Minkowski qui donne la parole à un malade (p. 274) :

« Je ne me sens plus. Je n’existe plus. Quand on me parle, j’ai la sensation qu’on parle à un mort. Il faut que je me regarde pour m’assurer que c’est moi. »

15Se détache alors la thèse de l’auteur (p. 275) :

« Plusieurs avis, et non des moindres, convergent donc pour faire de la dépersonnalisation un élément constitutif important […] du tableau clinique de la mélancolie. »

  • 11 J.-P. Bernié, Raisonner pour résumer : une approche systémique du texte, Berne-Francfort-sur-le-Mai (...)

16Cet exemple permet d’illustrer plusieurs points importants. Il montre d’abord que l’énoncé conclusif est bien situé à un autre niveau que celui des prémisses, et cela par le jugement même qu’il porte sur leur contenu. Ici la dénivellation est explicitement marquée, puisque l’énoncé contient le mot « donc ». Mais elle ne l’est pas toujours, ce qui pose tout le problème de son identification par le lecteur. Jean-Paul Bernié toutefois est parvenu à repérer toute une série d’indices qui permettent le plus souvent de le résoudre11.

17On voit ensuite que l’auteur garantit la validité de sa thèse par le classique appel à l’argument d’autorité : les sources des expansions ne sont pas « des moindres ». De plus, le recours à des énonciateurs expressément nommés met en évidence cette loi générale que toute expansion est le reflet d’un point de vue particulier, quitte à ce que l’énonciateur principal donne la parole à quelqu’un d’autre et à condition qu’il l’approuve, ce que fait E. Minkowski en citant un de ses patients.

18La conclusion résulte alors d’un parcours des points de vue particuliers et se situe à un point de vue, sinon universel, tout au moins susceptible d’être adopté par un lecteur quelconque. On est ici en présence d’une sorte de nécessité locale qui résulte de la création, par le biais du discours, d’un champ limité de raisonnement.

  • 12 La première méthode est la plus proche de la nécessité déductive et son utilisateur tend toujours à (...)
  • 13 J. Dewey, Logique. La théorie de l’enquête, trad. fr. par G. Deledalle, Paris, Presses universitair (...)

19Le mécanisme est d’ailleurs très général. Il consiste à effectuer une partition de la situation en se situant à plusieurs points de vue différents, tout en laissant entendre qu’il n’y en a point d’autres. Disons que l’on affirme être en présence de trois cas abc. Dès lors deux méthodes sont possibles selon les choix effectués. Ou bien on raisonne en éliminant tous les cas sauf un, en assertant, par exemple, a est faux, b est intenable, donc c ; ou bien comme ici, on affirme que aussi bien a que b et que c impliquent la même conclusion12. Mais l’important est de noter que la conclusion obtenue reste toujours liée à son histoire et qu’il est illégitime de l’en détacher pour en faire une proposition universelle au sens de Dewey13, c’est-à-dire indépendante des faits qui lui ont donné naissance.

20Tout ceci reste dominé par la finalité première, qui est d’obtenir l’approbation du destinataire, que je désignerai par B pour faire bref, et exige que soient satisfaites trois conditions.

  1. B doit admettre ce qui lui est proposé. Psychologiquement cela signifie qu’il doit être convaincu que les choses sont telles qu’elles lui sont montrées et, techniquement, qu’il n’est pas en état de produire un contre-discours du genre : « Ce que vous dites est faux, je ne peux y croire ». Ceci réclame que le locuteur mette en œuvre diverses procédures qui constituent autant de « preuves ».

  2. B doit être en état de comprendre ce qui lui est proposé. On ne saurait en effet approuver quelqu’un, lui donner son accord, sans comprendre ce qu’il dit. Or il peut parfaitement arriver que l’on soit amené à accepter un énoncé sans le comprendre véritablement, tel par exemple le suivant :
    « J’ai mal à la tête et je me sens triste. »
    N’étant ni médecin, ni psychiatre, je ne peux qu’accepter une telle assertion, tout au plus la déplorer, ce qui revient bien à ne pas la mettre en cause.

    • 14 B. Pascal, « De l’esprit géométrique », in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1954, p. 594 (« Pléi (...)
    • 15 J.-C. Passeron, « Logique et schématique de l’argumentation des sciences sociales », Revue européen (...)

    Enfin B doit être séduit, ce que Pascal avait observé avec finesse. « Quoi que ce soit qu’on veuille persuader, il faut avoir égard à la personne à qui on en veut, dont il faut connaître l’esprit et le cœur, quels principes il accorde, quelles choses il aime ; ensuite remarquer, dans la chose dont il s’agit, quels rapports elle a avec les principes avoués, ou avec les objets délicieux par les charmes qu’on lui donne14. » Je reconnais que les charmes délicieux que l’on donne à un objet importent davantage à la publicité qu’à l’argumentation scientifique et cependant, mettre une thèse en accord avec les principes que B accorde, et tout particulièrement avec les normes ayant cours dans l’esprit scientifique du moment15, est une démarche tout à fait essentielle. C’est faute d’un tel accord qu’il est actuellement si difficile de faire accepter la « mémoire de l’eau » à la communauté scientifique.

Faire admettre

21Une argumentation se propose de donner à voir une certaine situation à un interlocuteur B et, pour être plus exact, à le conduire à la regarder telle qu’on le souhaite. La condition minimale de succès est qu’il ne mette pas en doute ce qui lui est présenté, qu’il estime donc que les assertions fournies correspondent à des faits. Il y a toutefois là une difficulté qui tient à ce que le statut de fait n’a rien d’absolu et qu’il est même doublement relatif.

22D’abord, en sciences sociales, quelque chose n’est un fait que situé dans l’histoire. Ainsi ce n’est que pour un Français contemporain que

« depuis au moins vingt ans, les “politiques d’emploi” se succèdent » (P.S.)

peut être reçu comme un fait. Je noterai d’ailleurs que même les certitudes scientifiques ne sont pas toujours reçues comme des faits : les modes de transmission du sida, par exemple, en fournissent une bonne illustration. Ensuite le statut de fait dépend aussi du destinataire et de ses préjugés, soit que ceux-ci reposent sur son expérience vécue, soit qu’ils résultent du milieu auquel il appartient – y compris son milieu scientifique – et de son éducation.

23Il n’en reste pas moins que celui qui argumente doit, et peut compter que quelques-unes de ses assertions vont être admises sans plus, entendu que ce qu’il dit s’adresse toujours à un auditoire déterminé. Il faut de plus souligner une spécificité des sciences sociales. Si ce n’est que par hommage et commodité l’on renvoie parfois un théorème à quelque savant – théorème de Pythagore par exemple –, en revanche, les Durkheim et les Weber, les Benveniste et les Chomsky, les Piaget et les Bruner demeurent présents aux « faits » qu’ils ont établis, ce qui implique que eux aussi sont situés dans l’histoire et qu’ils ont leurs propres préjugés.

24Si l’argumentateur a des raisons, et souvent de bonnes raisons, de penser que ce qu’il propose comme un fait sera mis en doute, il peut en appeler à deux sortes de stratégies dont l’une relève de la dimension rhétorique et l’autre de la dimension logique.

25a) Tout énoncé est nécessairement pris en charge par un sujet énonciateur, même si le plus souvent celui-ci est effacé :

« En 1918 la Russie était confrontée à un désastre économique. » (F. C., p. 137.)

26Mais, et l’article de François Chazel en fournit un témoignage frappant, la présence du locuteur peut pointer de multiples façons.

27En voici quelques exemples tirés du même article.

« Le choix de ce thème apparemment marginal dans l’œuvre weberienne » (F.C., p. 117. C’est toujours moi qui souligne). « La démarche […] est indiscutablement originale » (ibid., p. 123). « L’analyse qui vient d’être proposée pourrait être enrichie » (ibid., p. 137).

28Il s’agit chaque fois d’une prise de position de l’auteur qui module ce qu’il prend en charge.

29Si B est amené à croire à la valeur de tels jugements, c’est grâce à l’image qu’il se fait de leur auteur. De là découle l’importance, non tellement de la personnalité « objective » de celui qui argumente, mais de l’image qu’il donne de lui dans son discours. C’est elle qui lui permet de faire accepter ses assertions et de se manifester explicitement.

« Il ne nous paraît pas très équitable de lui en faire [à Max Weber], à la suite d’Aron, le reproche » (F. C., p. 137).

  • 16 J. Piaget, Études sociologiques (1965), Genève-Paris, Librairie Droz, 1977, p. 310-311.

30Toutefois, et en totale opposition avec Piaget qui écrivait que « Tout argument d’autorité est […] contradictoire avec la pensée rationnelle16 », une argumentation a besoin de prendre appui sur des données qui ne reposent que rarement sur l’expérience du destinataire. C’est ainsi que celui qui argumente fait volontiers appel soit à des autorités individuelles :

« Weber estimait que… » (F. C., p. 120),

soit à un on :

« Refus qui fut, comme l’on sait, parachevé par le coup d’État du 3 juin 1907 » (F.C., p. 131),

soit à tout un chacun :

  • 17 D. Amson, « Morale républicaine et vie privée », Le Monde, 27 janvier 1996. Je renverrai désormais (...)

« Il n’est pas sérieusement contesté que la vie privée comprenne, notamment, la santé, la vie familiale et les circonstances de la mort17 »,

soit enfin à des références extérieures, les fameuses notes en bas de page de tout texte scientifique qui se respecte.

31b) Indépendamment de ces procédures d’ordre rhétorique, il en existe une autre, très générale, qui relève de la logique. Elle consiste à appuyer un énoncé fragile sur un autre dont on estime qu’il sera reçu sans plus et qui lui sert alors d’étai. Dans son sens technique, un étai est une pièce qui soutient provisoirement un ouvrage mais qui ne le constitue pas. Ici un étai est une sorte de preuve ciblée et locale qui sert à renforcer la croyance en ce qui est dit.

« L’entrepreneur subit totalement la conséquence de ses échecs – il se retrouve sans allocation-chômage lorsqu’il fait faillite. » (P.S.)

32Ce qui suit le tiret est destiné aux lecteurs qui estimeraient que l’entrepreneur a toujours la part belle et ne croiraient pas à l’énoncé-cible.

  • 18 D. Apothéloz et D. Miéville, « Cohérence et discours », in M. Charolles, ed., The resolution of dis (...)
  • 19 J.-C. Passeron, Le raisonnement sociologique… Voir en particulier 3.3.1 et le scolie qui suit (p. 3 (...)

33Les énoncés étayants, éventuellement les séquences étayantes, sont de nature multiple : raisons, causes, finalités, comparaisons, appel au sens des mots, exemples, etc.18 Je ne m’arrêterai qu’à l’usage des exemples, eu égard au rôle essentiel que l’exemplification joue dans la démarche des sciences sociales. Dans Le raisonnement sociologique, Jean-Claude Passeron a en effet montré que c’est finalement sur l’usage méthodique de l’exemplification et de la contre-exemplification que s’appuient les preuves dans les disciplines socio-historiques19. Même à s’en tenir à la relation immédiate entre deux énoncés, l’exemple reste de l’ordre de la preuve.

« La présence de ces deux référents majeurs [l’Allemagne et la Révolution française] reste le plus souvent implicite mais elle transparaît, fut-ce de façon brève, dans des passages significatifs, comme par exemple dans les rapprochements élogieux entre le libéralisme des Zemtsvos et l’Assemblée nationale allemande réunie à Francfort en 1848-1849 ou encore dans le contraste entre les Révolutions russe et française quant à la valeur accordée à la propriété. » (F. C., p. 121.)

  • 20 Plus exactement, ainsi que Jean-Claude Passeron me l’a fait remarquer, la preuve de la robustesse d (...)

34Il importe toutefois, comme Jean-Claude Passeron l’a bien mis en évidence avec sa description de l’« amélioration » de l’assertion dans un argumentaire, de ne pas confondre « exemple » et « illustration ». Une illustration ne prouve rien, elle contribue seulement à l’intelligence de ce qui vient d’être dit20.

35Quelle que soit la nature d’un étai, le lecteur doit nécessairement relier les deux énoncés par une activité de type inférentiel et c’est ce que je voudrais maintenant examiner de plus près. Je commencerai par distinguer deux démarches de pensée, assez proches l’une de l’autre, mais qui font cependant appel à des mécanismes différents. Je conviendrai d’appeler déduction la première et inférence la seconde.

Tirer des conséquences : déduire et inférer

36Supposons que, en présence de deux énoncés e1 et e2, on puisse dire que « de e1 s’ensuit e2 ». Si e2 ne contient aucun objet de discours qui ne figure pas dans e1, je parlerai de déduction et d’inférence dans le cas contraire. La déduction est donc une procédure analytique, de l’ordre du calcul. Le paradigme en est le syllogisme, dans lequel la conclusion contient exclusivement les termes qui figurent dans la majeure et dans la mineure. La déduction n’est pas réservée aux sciences exactes. Les sciences historiques, comme le raisonnement quotidien, se servent eux aussi parfois de déduction. C’est ainsi que Pascal Salin écrit :

« Sachant qu’il existe […] un certain nombre d’heures de travail par an en France, il suffit, pour supprimer le chômage, de répartir ces heures entre tous ceux qui sont en âge de travailler »

ce qui n’est qu’affaire de calcul. L’observation fait voir toutefois qu’il s’agit dans les sciences de l’homme d’un mouvement assez particulier et que la démarche générale, contrairement à ce qui se passe dans les sciences physiques, est globalement de nature inférentielle.

37Une inférence, en effet, est telle que sa conclusion est toujours plus riche que ses prémisses, qu’elle contient donc de nouveaux objets de discours.

« S’il n’y a pas d’entrepreneur, il n’y a pas de travailleurs. » (P. S.)

38Ici l’inférence passe sans médiation de l’objet « entrepreneur » à l’objet « travailleurs ». En fait, elle se contente d’exploiter le faisceau d’aspects d’« entrepreneur », dont le référent contient l’ingrédient « travailleurs ». De façon symétrique, si le faisceau d’un objet, disons « politique d’emploi », contient un ingrédient, par exemple « diminution du chômage », et que l’ingrédient ne se retrouve pas dans les faits, on peut procéder à une inférence :

« Il est alors bien clair que ces politiques ont échoué et qu’elles ne méritaient pas le nom qui leur a été attribué. » (P. S. C’est moi qui souligne.)

  • 21 J.-C. Passeron, « Homo sociologicus », Le Débat, 79, 1994, p. 114-133.

39C’est cet appel aux référents qui a permis à Jean-Claude Passeron d’introduire le concept de « modèles déictiques » à côté de celui de modèles formels21. On a affaire à des inférences dans les premiers et à des déductions dans les seconds.

  • 22 Avec un P majuscule, pour indiquer que j’utilise le terme dans le sens précis d’énoncé tiers.

40La plupart des inférences toutefois font appel à un énoncé tiers implicite qui est une sorte de topos que j’appellerai un Principe22.

41Ainsi par exemple :

« Chacun est bien en droit de s’opposer à la divulgation d’informations relatives à sa propre santé […] Georges Pompidou il y a plus de vingt ans, François Mitterrand depuis 1981 auraient dès lors été en droit de s’opposer à la publication d’informations relatives à leur santé. » (D. A.)

42L’énoncé tiers est ici du genre « Ce qui est valable pour tous les éléments d’un ensemble, l’est pour chacun d’eux ». C’est un Principe tout à fait général de nature proprement logique, ce qui est loin d’être toujours le cas. La plupart des énoncés tiers qui servent de Principe dans les argumentations sont directement reliés aux faisceaux des objets particuliers dont ils traitent.

  • 23 J.-P. Bernié, Raisonner pour résumer…, p. 231.

43Étudiant la construction des objets de discours, Jean-Paul Bernié a pu écrire : « Ce fonctionnement des opérations d’objets de base se manifeste sous forme de topoi dans les enchaînements d’énoncés par connecteurs23 », que les connecteurs soient explicitement marqués ou non.

44Les Principes ont ainsi des degrés de généralité très divers, liés qu’ils sont aux représentations sociales dont les objets sont issus. Affirmer par exemple que François Mitterrand a falsifié ses bulletins de santé afin

« … de solliciter à nouveau les suffrages des électeurs avec les meilleures chances de succès »
(D. A.)

ne fait sens et preuve que s’il est reçu que les citoyens ne sont généralement pas disposés à voter pour un malade. D’autres Principes encore dépendent directement du point de vue subjectif sur le thème. L’un inférera qu’écrire deux pages par jour c’est peu, l’autre que c’est beaucoup. Mais dans tous les cas, les Principes jouent dans les inférences le rôle que jouent les majeures dans les syllogismes.

45Je ferai une dernière remarque. Soit un énoncé e1 dont le discours tire un énoncé e2. Cette inférence établit une relation entre les deux énoncés et il est possible de la parcourir soit dans le sens qui va de e1 à e2 (sens progressif), soit dans le sens qui va de e2 à e1 (sens régressif). Dans le premier cas, e2 apparaît comme une conséquence de e1, mais dans le second cas le statut de e1 dépend de la question que se pose B. Considérons l’exemple suivant :

  • 24 Exemple rapporté par Apothéloz et Miéville dans « Cohérence et discours », et tiré du corpus qui a (...)

« Dans notre entreprise, avoir un enfant au chômage ne concerne qu’un très petit nombre de personnes [e2], étant donné que l’âge moyen doit être autour de 35 ans [e1]24. »

46Si la réaction de B est du genre « Vu les circonstances actuelles, je doute fort que ce que vous dites soit exact », e1 sert d’étai à e2, mais si la réaction de B est du genre « D’accord, mais je ne vois pas comment cela est possible », e1 est une explication de e2.

Faire comprendre

47Il est évident que toute communication scientifique se propose de faire comprendre aux interlocuteurs ce dont il s’agit. Toutefois, et comme je l’avais fait à propos de l’exemplification, ce n’est qu’au niveau très local de « faire comprendre un énoncé » que je vais me situer. La première chose à souligner, c’est que le problème de la compréhension ne se pose qu’à propos d’énoncés préalablement acceptés. Aussi longtemps, par exemple, que je ne suis pas certain que la personne avec laquelle j’ai rendez-vous sera en retard, je ne chercherai pas à expliquer son retard. Tout au plus pourrai-je chercher à comprendre ma confiance en son exactitude.

48Toute non-compréhension est relative au destinataire de la schématisation qui est proposée et le conduit à une question explicite ou non de la forme « Pourquoi cela ? ». On est donc en présence d’un manque de cohérence et c’est le rôle du raisonneur que de fournir de quoi l’établir. Mais la cohérence n’est pas une propriété qui se voit dans les choses. La cohérence est construite et s’inscrit dans les représentations que l’on se fait du monde.

49Il est alors possible de distinguer deux cas, que j’appellerai incohérence et non-cohérence. Je dirai qu’il y a incohérence pour B, lorsque celui-ci dispose d’informations qui le conduisent à inférer une conséquence que les faits viennent démentir. Ainsi, pour reprendre et compléter un exemple déjà donné :

« Depuis au moins vingt ans, les “politiques d’emploi” se succèdent mais le chômage augmente inexorablement. » (P. S.)

50Tout citoyen s’attend normalement à ce que les actions du gouvernement en faveur de l’emploi, sinon éliminent le chômage, tout au moins le réduisent, à la limite le stabilisent, et il se trouve qu’un fait incontestable vient démentir cette attente. Une large part du texte qui suit sert alors à expliquer le phénomène. Je dirai qu’il y a non-cohérence pour B, lorsque ses représentations ne lui permettent pas de relier de façon satisfaisante les informations qui lui sont présentées. L’idée de satisfaction me paraît essentielle, elle dépend des exigences du destinataire.

« Comment se fait-il qu’il n’existe pas un plus grand nombre d’emplois, au point qu’on soit conduit à répartir la pénurie. » (P. S.)

51Après tout, certaines personnes ne se sont jamais posé la question mais, dans les lignes qui suivent, le scripteur y répond.

52Dans tous les cas, il y a explication, c’est-à-dire introduction soit d’un fait, soit d’un Principe nouveau – nouveau dans le discours considéré. C’est ainsi que François Chazel estime que le lecteur de son article va s’étonner de la dimension des deux mémoires que Weber consacre à la Révolution de 1905-1906, puisqu’il lui a fait savoir préalablement que le thème est « apparemment marginal dans l’œuvre wébérienne » (p. 117). Il indique donc que

« … les deux mémoires se recommandent […] par la patiente analyse de Weber – ce qui explique leur longueur » (p. 123).

53Bien entendu, le nouvel élément que le discours introduit doit aussi être reçu comme non douteux, soit qu’il appartienne à l’ensemble des faits et des Principes reconnus par B, soit que le locuteur le lui rende acceptable. Il s’ensuit qu’une explication est toujours une explication pour quelqu’un. La chose est parfaitement évidente dans la vie de tous les jours. Ainsi, lorsque le public s’est récemment inquiété de la douzaine d’incendies successifs dans la petite localité de Moirans, plusieurs explications lui en ont été données : existence d’un maléfice, déficience de l’EDF, présence d’un pyromane. Il en va de même dans le domaine de la science. Des esprits, dont on ne peut douter qu’ils étaient aussi développés que les nôtres, ont longtemps expliqué – et expliquent encore parfois – la diversité des espèces vivantes par des créations distinctes et il y a des écoles bien différentes dans les sciences sociales. Ceci fait voir que l’introduction d’une cohérence dans les représentations du monde résulte bien d’une construction et que celle-ci prend nécessairement place au sein d’un cadre théorique, quitte à ce que ce dernier reste tacite ou peu élaboré.

54Jusqu’ici, je me suis servi du terme d’explication pour recouvrir deux sortes de procédés que je vais maintenant distinguer, l’un que j’appellerai encore explication et l’autre que je dénommerai justification.

55Une explication répond à une question qui porte sur le contenu de ce qui est dit et elle indique une causalité.

« Le chômage s’explique aussi par les effets du système des prélèvements obligatoires sur les incitations à travailler des salariés. »

écrit Pascal Salin, et son texte développe ensuite le détail du mécanisme qui fait des prélèvements obligatoires une des causes du chômage. Une justification est de l’ordre des raisons. Elle répond à une question qui porte non sur le contenu de l’énoncé, mais sur le pourquoi du dire lui-même :

« Je vous dis cela pour votre bien »

ou sur le pourquoi d’un jugement :

« La seconde objection [est] plus élaborée car elle s’applique à l’ensemble des articles sur la Révolution russe. » (F. C., p. 119.)

56Une « objection » n’est pas un fait relatif au thème de la Révolution et affirmer son élaboration est un acte de discours qui demande à être justifié.

57Je terminerai par deux remarques. La première est qu’une raison de dire (justification) repose le plus souvent sur la présence d’une cause (explication). Ainsi :

« Or cette double comparaison [entre des événements français et allemands] est […] pleinement justifiée, dans la mesure où la Révolution de 1905 […] est analysable “en termes occidentaux”, suivant “un schéma” que l’on peut qualifier de “mi-français”, du point de vue de la direction du mouvement, et de “mi-prussien” (du côté du gouvernement). » (F.C., p. 122.)

58La seconde est que si e2 est expliqué/justifié par e1, c’est que e1 implique e2 au sens de l’inférence, ce que l’on peut voir clairement dans l’exemple suivant :

« les deux longs articles concernant celle [la Révolution] de 1905-1906 nous paraissent d’une importance cruciale [e1] : nous leur accorderons donc un traitement privilégié [e2]. » (F. C., p. 118.)

On a bien, d’une part :

traitement privilégié (e2) est justifié par jugement d’importance (e1)

et, d’autre part :

jugement d’importance (e1) implique traitement privilégié (e2).

*

59Il est des objets de pensée qui conduisent à des attitudes épistémiques différentes sans qu’il soit facile, et peut-être même possible, d’en énumérer les différences. Théorème de Pythagore, principe de Carnot, disparition des dinosaures, loi de la Gestalt : autant de types distincts d’adhésion. Je ferai l’hypothèse qu’une telle diversité résulte de la part respective que prennent d’un côté la démonstration et d’un autre côté l’argumentation. Cette dernière, en effet, est apparue comme caractérisée par trois traits distinctifs.

    • 25 O. Ducrot, Le dire et le dit, Paris, Minuit, 1984, p. 193.
    • 26 G. Busino, « Marcel Mauss, interprète d’un phénomène social total : le bolchevisme », Revue europée (...)

    Une argumentation est une activité dialogique, et ceci en deux sens. D’abord elle est un dialogue entre deux partenaires, le locuteur A et le destinataire B, chacun y jouant sa partie. De plus elle est polyphonique, c’est-à-dire que le discours « comporte, ou peut comporter, l’attribution à l’énonciation d’un ou de plusieurs sujets qui seraient son origine25 ». C’est ainsi que se manifeste le parcours des points de vue et les éclairages complémentaires des phénomènes étudiés, ce qui a conduit Giovanni Busino à déclarer qu’« une science sociologique est possible pour autant que nous voulions nous rappeler qu’elle est produite par des sociologues dans des conditions historiques26 ». Ainsi toute composante argumentative reste attachée à son auteur, ce qui la distingue logiquement de la composante démonstrative.

  1. Une argumentation construit un « modèle à déictiques » au sens de Jean-Claude Passeron. Elle renvoie donc toujours tout à la fois aux objets de ses signes et aux référents dont ils sont signes. Elle reste ainsi dépendante des faits qui lui ont donné naissance, à la différence de la démonstration et des modèles formels.

  2. Enfin de par sa nature même, c’est-à-dire en fonction de 1 et de 2, une argumentation reste nécessairement ouverte, contrairement à une démonstration qui se termine toujours en droit par CQFD.

Notes

1 Aristote, Rhétorique, I, 1354 a.

2 F. Chazel, « La conception de la révolution dans l’œuvre de Max Weber », L’Année sociologique, 45 (1), 1995, p. 117. Je renverrai désormais à cet article par (F. C.).

3 A. Béguin y répondait affirmativement dans sa thèse de doctorat soutenue à la faculté des sciences de l’université de Neuchâtel en 1995.

4 J.-C. Passeron, Le raisonnement sociologique. L’espace non poppérien du raisonnement naturel, Paris, Nathan, 1991, p. 368.

5 D. Apothéloz, « Les raisonnements non formels », in J.-B. Grize, ed., Sémiologie du raisonnement, Berne-Francfort-sur-le-Main-New York, P. Lang, 1994, p. 57-66.

6 J’éviterai dans ce qui suit de parler de vérité. La notion en effet est ambiguë puisqu’elle s’oppose, d’une part, à l’erreur et à l’illusion et, d’autre part, au mensonge et à la mauvaise foi.

7 P. Oléron, Le raisonnement, Paris, Presses universitaires de France, 1977, p. 7 (« Que sais-je ? »).

8 D. Apothéloz, M.-J. Borel et C. Péquegnat, « Discours et raisonnement », in Sémiologie du raisonnement, p. 33 et p. 32.

9 P. Salin, « Restaurer la liberté du temps de travail », Le Monde, 21 décembre 1995. Je renverrai désormais à cet article par (P. S.).

10 R. Tevissen, « L’ombre douloureuse de la mélancolie, perte de vérité… », in Id., ed., La douleur morale, Paris, Éd. du Temps, 1996, p. 267-318.

11 J.-P. Bernié, Raisonner pour résumer : une approche systémique du texte, Berne-Francfort-sur-le-Main-New York, P. Lang, 1993, 2e partie, chap. ii.

12 La première méthode est la plus proche de la nécessité déductive et son utilisateur tend toujours à l’identifier à elle en persuadant son lecteur qu’il n’y a point d’autre « cas » que ceux dont il met en examen la vérité. C’est la méthode préférée des auteurs qui bâtissent leur théorie sur une méthodologie expérimentaliste et une méthodologie inductiviste. C’était celle de Durkheim dans le raisonnement d’ensemble des Formes élémentaires de la vie religieuse : le système totémique en Australie (1917) sur les « origines de la pensée religieuse » : puisque a) les « esprits » ou le « rêve » dans l’animisme de Tylor, b) les forces de la nature dans le naturisme de Max Muller n’expliquent pas l’expérience du « sacré » (p. 67-122), alors c) il ne reste que la société pour l’expliquer (p. 597) : cf. ici même J.-C. Passeron, « Logique formelle, schématique et rhétorique », p. 169.

13 J. Dewey, Logique. La théorie de l’enquête, trad. fr. par G. Deledalle, Paris, Presses universitaires de France, 1993.

14 B. Pascal, « De l’esprit géométrique », in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, 1954, p. 594 (« Pléiade »).

15 J.-C. Passeron, « Logique et schématique de l’argumentation des sciences sociales », Revue européenne des Sciences sociales, 35 (107), 1997, p. 169-196.

16 J. Piaget, Études sociologiques (1965), Genève-Paris, Librairie Droz, 1977, p. 310-311.

17 D. Amson, « Morale républicaine et vie privée », Le Monde, 27 janvier 1996. Je renverrai désormais à cet article par (D. A.).

18 D. Apothéloz et D. Miéville, « Cohérence et discours », in M. Charolles, ed., The resolution of discourse, Hambourg, Helmut, 1989, p. 68-97.

19 J.-C. Passeron, Le raisonnement sociologique… Voir en particulier 3.3.1 et le scolie qui suit (p. 388). Les « exemples » qu’il prend pour renforcer cet énoncé épistémologique se trouvent facilement dans la texture argumentative du comparatisme weberien, qui associe toujours dans ses « preuves » exemples et contre-exemples.

20 Plus exactement, ainsi que Jean-Claude Passeron me l’a fait remarquer, la preuve de la robustesse d’une inférence peut toujours être « améliorée », dans une argumentation, par le recours à des exemples ou contre-exemples. L’exemple se distingue ainsi de l’illustration qui, effectivement, ne prouve rien dans une déduction, comme l’a montré Popper (La logique de la découverte scientifique [1959-1968], Paris, Payot, 1970, p. 100, note 1). Voir aussi sur ce point J.-C. Passeron, Le raisonnement sociologique…, p. 388, mêmes proposition et scolie.

21 J.-C. Passeron, « Homo sociologicus », Le Débat, 79, 1994, p. 114-133.

22 Avec un P majuscule, pour indiquer que j’utilise le terme dans le sens précis d’énoncé tiers.

23 J.-P. Bernié, Raisonner pour résumer…, p. 231.

24 Exemple rapporté par Apothéloz et Miéville dans « Cohérence et discours », et tiré du corpus qui a servi à l’étude de J.-B. Grize, P. Vergès et A. Silem, Salariés face aux nouvelles technologies, Paris, Éd. du CNRS, 1987.

25 O. Ducrot, Le dire et le dit, Paris, Minuit, 1984, p. 193.

26 G. Busino, « Marcel Mauss, interprète d’un phénomène social total : le bolchevisme », Revue européenne des Sciences sociales, 34 (105), 1996, p. 90.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2002

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search