Version classiqueVersion mobile

L’expérience des problèmes publics

 | 
Daniel Cefaï
, 
Cédric Terzi

Le travail de publicisation des problèmes. Revendiquer, critiquer, mobiliser

Des armes qui parlent et des mots qui tuent1

La violence d’un conflit public

Dominique Linhardt

Texte intégral

  • 1 Je livre au lecteur ce texte bien que je ne sois pas parvenu à l’intelligibilité que j’aurais souha (...)
  • 1 Même en se limitant à l’essentiel, il est impossible de produire ici une bibliographie qui cernerai (...)

1Disputes, controverses, affaires et scandales font l’objet d’une attention soutenue dans les sciences sociales. Ce constat témoigne d’un intérêt marqué, aussi bien empirique que théorique, pour des situations qui se décrivent comme des conflits publics1. Ces conflits ont pour caractéristique d’être placés sous le regard de tiers dont les jugements constituent une contrainte pour leurs protagonistes directs (Simmel, 1995). Chacun des coups joués dans le cours de ces conflits est en effet susceptible de donner lieu à une évaluation par ces tiers qui, selon qu’ils louent ou blâment le comportement des parties en présence, le trouvent légitime ou illégitime, affectent l’état de leur confrontation. De ce fait, les conflits publics peuvent être analysés, dans leurs développements et leurs effets, sous l’angle de la dynamique des jugements publics qu’ils suscitent chez des tiers.

2Cette approche traduit sur le plan de l’enquête sociologique la topique, proprement moderne (Habermas, 1978 ; Reynié, 1998 ; Koselleck, 1979), qui identifie dans le public une force qui imprime sa marque au procès social en déterminant des épreuves spécifiques. Cette force est celle de la raison publique dont l’effectivité procède, dans cette topique, de la propriété d’être commune. Si les jugements des tiers deviennent publics, c’est en effet à condition qu’ils puissent prétendre à être collectivement recevables, en prenant appui non sur des intérêts personnels ou particuliers, mais sur des croyances, des valeurs et des faits partagés. Cela implique la capacité d’un détachement pour se hisser au plan de la généralité et de l’objectivité dont sont également réputées dotées les parties en conflit. Car pour que ces jugements puissent exercer une contrainte sur elles, on doit supposer qu’elles s’estiment tenues par ce point de vue porté sur elles (ou simplement susceptible d’être porté sur elles), si bien qu’elles ajustent leurs façons d’agir à la perception de ce qui, dans une configuration sociale donnée, est justifiable.

3Dans cette conception du conflit public, la dynamique de l’affrontement apparaît comme l’expression d’une rivalité assertorique. Symétriquement, l’apaisement du conflit est indexé à l’élaboration d’un accord qui marque la restauration de l’entente. Dès lors, s’imposer dans un conflit public équivaut à accéder à ce qui, dans une situation donnée, apparaît comme juste et vrai ; à l’inverse, en sortir perdant, c’est avoir été dans l’erreur. L’instance appelée à trancher est la « majorité de la raison » qu’incarne justement le tiers-public – cette « majorité de la raison » renvoyant indistinctement à une qualité et à une quantité : la raison publique s’émancipe avec l’appui du nombre (Foucault, 2004 [1984]).

  • 2 Pour le cas de la sociologie de la critique, cette critique est rappelée dans plusieurs contributio (...)

4La topique de la raison publique subordonne ainsi les rapports de force à la force de la raison collective. Si elle est venue informer, depuis les années 1970 et 1980, la sociologie des conflits publics, qui, à son tour, par un mouvement réflexif, a contribué à la spécifier et à la déplacer, c’est avec une intention critique à l’égard d’approches qui tendaient, à l’inverse, à réduire les rapports de raison aux rapports de force et à minimiser ainsi l’importance des dynamiques de l’accord légitime. Il va sans dire qu’en retour la nouvelle sociologie des conflits publics, dans sa diversité, a été soumise à une critique symétrique : elle négligerait de tenir compte des asymétries de force dont disposent les acteurs et les groupes engagés dans les conflits, et de sous-estimer les rapports de pouvoir, de domination et de violence, sociaux et symboliques (Bourdieu, 1977), qui en détermineraient le déroulement et le résultat2. Dans cette perspective, la raison publique apparaît elle-même comme une croyance imposée par les plus forts à leur profit, tandis que la symétrisation par la médiation du public ne serait qu’un voile d’illusion jeté sur la réalité d’un affrontement inégal.

  • 3 Cette exigence fait écho à l’appel, formulé par Michel Dobry dans sa Sociologie des crises politiqu (...)

5Cette étude poursuit l’objectif de contribuer à sortir de cette opposition qui continue à structurer les désaccords dans le domaine de la sociologie des conflits publics. Sortir de cette opposition, cela signifie explorer la possibilité d’une articulation entre les rapports de raison et les rapports de force, en se gardant de la tentation de réduire les uns aux autres, et tenter d’aménager une modalité descriptive dans laquelle ils puissent être traités jusqu’à terme ad pares3. La difficulté de cette tâche ne doit pas être sous-estimée. Au demeurant, on ne proposera ici aucune solution qui aurait prétention à la lever de façon définitive. Au stade actuel, on pourra tout au plus contribuer à poser le problème.

6Dans ce dessein, on étudiera un cas précis en considérant le conflit qui a opposé, à partir du début des années 1970, la République fédérale d’Allemagne à un ensemble de groupes dits de « guérilla urbaine » – groupes dont la Fraction Armée Rouge (Rote Armee Fraktion, RAF) est le plus illustre. Étant donné que ces groupes ont eu recours, sur le territoire de l’État, à des formes d’action qualifiées de « terroristes », le geste qui consiste à retraduire ce conflit dans les termes de ce que nous avons appelé jusqu’ici un conflit public peut paraître risqué. Si on s’efforcera de montrer dans quelle mesure cela se justifie, on n’omettra pas de considérer qu’il s’agit d’un cas limite de conflit public. Mais c’est là tout son intérêt : dans la mesure où la confrontation par la violence s’y prolonge dans des prises de parole et qu’inversement, des assertions publiques se prolongent dans des coups de force, le cas invite à penser les rapports de raison et les rapports de force dans leur contiguïté, sans que, dans l’interprétation du conflit, l’on puisse accorder préalablement sa préférence exclusivement aux uns ou aux autres. L’étude de ce conflit permet ainsi d’isoler, par un effet contraste, ce qui, dans les conflits publics plus ordinaires, relève encore de la force, de la violence et de la stratégie.

Une étrange défaite

7En mars 1998, la RAF signe son dernier écrit dans lequel elle annonce la « fin du projet » de la lutte armée révolutionnaire « initié presque vingt-huit ans plus tôt » et la « dissolution du groupe » qui en avait été le principal porteur. Mais le communiqué n’affirme pas seulement cela : il reconnaît la « défaite » de la guérilla urbaine, une « défaite » qui trouverait sa source dans une longue série d’« erreurs » de nature « politique », « stratégique », « tactique », erreurs qualifiées tantôt de « graves » et de « fondamentales », tantôt de « décisives » et de « majeures » (Rote Armee Fraktion, 1998b).

  • 4 Les attentats revendiqués par la RAF entre 1984 et 1991 sont attribués à sa « troisième génération  (...)
  • 5 Si les auteurs sont restés nommément inconnus, les autorités policières et judiciaires ont formelle (...)

8À ce moment, la RAF ne s’était plus manifestée par aucune action depuis plus de sept ans. Les années 1980 avaient déjà marqué un net infléchissement : si quelques actions meurtrières avaient eu lieu durant cette période, elles ne parvenaient déjà plus à représenter une véritable menace ni à produire un ébranlement semblable à celui que l’Allemagne avait connu au cours de la décennie précédente4. Le communiqué, bien que jugé « authentique5 », a donc quelque chose d’étrange : il paraît prendre acte d’une défaite intervenue, pour l’essentiel, vingt ans plus tôt. En cette fin des années 1990, dans une Allemagne réunifiée, la RAF n’est plus qu’un souvenir, appartenant à un passé révolu qui aurait connu, dans les années 1980, ses ultimes, mais déjà anachroniques, convulsions.

9Dans ces conditions, l’attention mi-étonnée, mi-amusée qu’a rencontrée le texte ne surprend pas, tant il est marqué du pathos d’une parole depuis longtemps anticipée dans les faits. Et l’étrangeté de circonstance qui caractérise le communiqué se double d’une étrangeté de contenu. Car comprenons bien : il ne s’agit pas d’un message destiné à l’ennemi victorieux, à la manière d’un acte de capitulation ou de reddition ; il ne s’agit pas non plus d’un appel adressé à des partisans terrés dans la clandestinité, pour les enjoindre à abandonner le combat ; il s’agit d’une déclaration envoyée au bureau allemand de l’agence Reuters dans le dessein d’attester publiquement d’une défaite par ceux-là mêmes qui l’ont subie et dont, en outre, plus personne ne doute.

10Dans les commentaires qu’il a suscités, le communiqué a été compris comme la manifestation d’une obstination aussi vaine que paradoxale. Comme si ses auteurs, aveuglés par la croyance dans la grandeur de la lutte armée, tenaient à ce que celle-ci soit maintenue jusque dans le constat de son échec : il fallait que cet échec se fasse publiquement valoir comme une défaite pour que la grandeur politique de la RAF soit préservée. Le constat ne paraît pas erroné. Mais il ne devrait pas surprendre. Car le communiqué ne détonne pas si l’on considère l’histoire de la RAF : l’organisation a en effet systématiquement accompagné ses faits et gestes par des mots censés en délivrer le sens et les raisons. L’acte d’autolyse ne déroge pas à cette règle que le groupe s’est donnée au moment de sa formation et qui s’est perpétuée au travers des changements générationnels. Ceux qui, en 1998, assument l’héritage de la RAF se situent donc dans la continuité des façons de faire propres à un groupe qui, vingt-huit ans plus tôt, avait déjà choisi de se déclarer ennemi de l’impérialisme en général et de à l’État ouest-allemand en particulier, par un communiqué envoyé, à cette occasion-là, à la Deutsche Presseagentur (Rote Armee Fraktion, 1970).

  • 6 Il est remarquable que ces institutions, soumises à la contrainte de documentation et de justificat (...)
  • 7 On doit à Hein (1989, 1993) la bibliographie à ce jour la plus complète relative au conflit. Hein s (...)

11Dès lors qu’on envisage la lutte armée en Allemagne depuis le point final apporté à une longue suite d’écrits, de manifestes, de déclarations, de communiqués et de revendications que la RAF a régulièrement produits aux moments clés de son histoire, l’étrangeté qui émane du texte s’étend à toute cette histoire de vingt-huit ans, au cours de laquelle tout acte et tout événement s’est vu publiquement nommé, affirmé et le plus souvent disputé, si bien que les mots qui sont venus coiffer le conflit sont devenus une dimension constitutive du conflit lui-même. Ainsi, du côté des organisations de lutte armée, on observe qu’outre les interventions ponctuelles, les prises de position publiques ont donné lieu à des recueils qui appartiennent pleinement à l’histoire de la lutte qu’elles ont conduite (par exemple : Rote Armee Fraktion, 1972, 1977, 1998a ; Bewegung 2. Juni, 1982 ; Revolutionäre Zellen/Rote Zora, 1993). À ces recueils s’ajoutent de nombreuses publications et documentations produites par des sympathisants de la cause. Au-delà des groupes armés et de leurs sympathisants, ce sont tous les protagonistes du conflit qui ont contribué à cette forme particulière de publicisation : les différentes instances de l’État impliquées dans la lutte contre le terrorisme6, les nombreux groupes et associations soutenant plus ou moins activement les uns, critiquant plus ou moins radicalement les autres, les personnalités qui ont pris position tout au long de ces années, y compris pour s’ériger en juges et arbitres, ont tous participé à ce mouvement par lequel l’affrontement des armes s’est inextricablement noué à un antagonisme des mots. Que depuis les années 1970, les pièces brandies au cours du conflit, par les parties et les tiers, fassent l’objet de nombreuses initiatives archivistiques et bibliographiques qui perdurent jusqu’à aujourd’hui, est un élément supplémentaire qui confirme cet aspect7.

12Cette configuration singulière dessine l’image d’un rapport d’hostilité publique dont il convient d’interroger la signification. Celui-ci se fonde sur l’amalgame de deux dimensions qui adhèrent si intimement l’une à l’autre qu’elles rendent indissociable ce qu’il serait plus confortable de dissocier (sur cette question, voir aussi Merari, 1993). Un aphorisme resté célèbre, qui apparaît dans l’un des premiers grands textes programmatiques de la RAF, porte la marque de cet amalgame : « Les bombes contre l’appareil d’oppression, nous les lançons aussi dans la conscience des masses. » (Rote Armee Fraktion, 1971, p. 100). Dans cette formule, les « bombes » évoquent un rapport de violence immédiat. Elles figurent des coups portés contre un ennemi en vue de l’atteindre dans son être, de l’affaiblir ou de le détruire. La métaphore suggère donc la structure dyadique d’un affrontement de combattant à combattant qui est déterminé par la disposition et l’usage de forces matérielles et suppose la mise en œuvre d’un réalisme stratégique. Mais, dans la formule, les « bombes » ne sont pas seulement des armes tournées vers l’ennemi dans la recherche de la maximisation de l’atteinte directe. Elles visent à déclencher un mouvement qui, dans les mobilisations sociales des années 1960 et 1970, avait été compris, en référence aux écrits du pédagogue Paulo Freire (1970), comme un processus de « conscientisation » (Mathieu, 2002) : les « bombes » sont censées rendre manifeste, aux yeux de tous, l’oppression sociale et politique en Allemagne fédérale. Les membres des groupes armés estiment donc que leurs « bombes » servent également à persuader les populations de la justesse de la cause et à les y faire adhérer, avec l’effet mécanique – tel est le scénario prospectif – d’engendrer une mobilisation croissante qui, à terme, doit permettre une transformation révolutionnaire. Si, dans cette perspective, le but final demeure l’instauration d’un rapport de force favorable, il reste que le chemin qui y mène passe par des opérations de dévoilement. Or ce cadre confère aux « bombes » un deuxième sens : elles constituent une modalité critique, dont on sait qu’elle nécessite la médiation publique et engage par conséquent une conception triadique du conflit. De façon caractéristique, on retrouve cette même articulation dans la déclaration de 1998. On peut y lire que la naissance de la RAF procédait du passage « du refus du système social » qui s’était mis en place en RFA depuis l’après-guerre, « à la libération, à l’attaque ». « La libération » renvoie ici à la prise de conscience, « l’attaque » à l’affrontement. La contiguïté entre les deux prend la forme grammaticale de l’apposition, qui suggère qu’elles vont de pair. Ce qu’il s’agit d’analyser, c’est la modalité spécifique de leur articulation.

Le silence des mots

13Dans cette perspective, il convient toutefois, au préalable, de couper court à une interprétation courante du conflit qui a opposé, dans l’immédiat après-68, les groupes de guérilla urbaine à l’État ouest-allemand. Cette interprétation, déterminée par une certaine conception du terrorisme, fait de ce conflit l’avatar d’une confrontation guerrière. Il arrive que ce traitement soit présenté comme une exigence d’ordre quasiment épistémologique (voir, par exemple, Silke, 1996). Mais le plus souvent, c’est de manière spontanée, sans même une interrogation, que l’on recourt au registre de la guerre. Et même si l’on admet que le conflit n’est pas une guerre au sens plein du terme, les catégories utilisées pour le nommer engagent le lexique guerrier. Or cette interprétation est impropre à saisir empiriquement la réalité du conflit en ce qu’elle focalise l’attention sur les actes de violence et ignore la signification qu’ils revendiquent. En opposant ainsi le vacarme des armes au « silence des mots », selon l’expression de Beck (2002), c’est la dimension publique du conflit qui est perdue de vue, dans lequel les violences et les coups stratégiques s’accompagnent au contraire toujours de mots, appellent littéralement les mots, comme si les unes et les autres se soutenaient mutuellement.

14L’erreur ici commise apparaît dans toute sa clarté si l’on considère la façon dont le vieux Carl Schmitt imagine, en 1969, au moment même où se forment en Allemagne les groupes armés, ce que pourrait être une action partisane dans l’Allemagne contemporaine :

Je pourrais concevoir qu’ici, dans le Sauerland où nous menons notre entretien, si les conditions tactiques-nucléaires sont réunies, un vrai partisan dissimulé sous les habits d’un pédiatre se rende sur la colline proche et y détruise les barrages du Sauerland et de toute la région – avec l’effet de transformer l’ensemble de la Ruhr en un bourbier. (Schmitt, 1970, p. 16)

15Il est évidemment impossible de déterminer avec précision ce qui anime Schmitt lorsqu’il prononce ces mots : rien dans l’entretien ne nous dit s’il raisonne sur un cas d’école ou s’il envisage effectivement à ce moment-là l’éventualité d’une guerre de partisans en Allemagne fédérale. En revanche, il est certain que d’autres, parmi lesquels certains des interprètes les plus autorisés du conflit, ont explicitement fait le rapprochement entre l’auteur de la Théorie du partisan et les groupes armés. Ainsi Münkler (1983) voit chez ceux qui ont entrepris la lutte armée un « désir » – honteux, mais ardent – de « l’état d’exception », tandis que Kraushaar (2000, p. 166) estime, plus explicitement encore, que Schmitt était leur « parrain » inavoué.

  • 8 Sur ce que la notion d’exception doit à la pensée de la guerre, voir Grangé (2007).

16Pourtant, comme le montre l’exemple conçu par Schmitt, le type de réalisme qui préside à ces jugements ne permet pas de rendre compte du conflit qui, en 1969, était en train de se préfigurer. Ce réalisme conduit, en effet, à véhiculer une certaine conception de l’action terroriste qui est envisagée sous l’angle d’une efficacité de type guerrier8. En forçant à peine le trait, on peut dire que, dans cette perspective, les groupes terroristes sont en tout premier lieu caractérisés par la visée de maximiser les effets de destruction et d’affaiblir ainsi l’ennemi désigné – par exemple un État – en l’atteignant directement ou bien en déstabilisant son environnement. Symétriquement, on admettra que les mesures de protection et de riposte doivent être appréhendées suivant cette même logique. Les moyens militaires, l’arsenal policier et les instruments juridiques à la disposition de ceux qui sont en charge de combattre le terrorisme sont alors compris sous l’aspect de leur faculté à mettre les terroristes « hors d’état de nuire ». Se met ainsi en scène une constellation binaire dans laquelle deux ensembles d’acteurs se situent dans l’horizon d’un face-à-face hostile qui les amène à vouloir s’infliger mutuellement, dans la limite de leurs moyens et de leurs capacités, un maximum de dommages. La dynamique du conflit procéderait ainsi de l’échange de coups au cours duquel se transforme, coup pour coup, un rapport de force. L’horizon implicite de ce processus est la disparition de l’un des antagonistes, lorsque, n’ayant plus rien à opposer à la puissance de l’autre, il est soit anéanti, soit acculé à l’abandon.

17Cette façon d’appréhender l’action des groupes de guérilla urbaine capte, sans doute, un certain plan de réalité. Il n’en reste pas moins qu’en rabattant entièrement le conflit sur une stratégie de la violence, on est conduit à perdre de vue ce qui en fait aussi un conflit public. Force est de constater toute la distance qui sépare la figure perfide du faux pédiatre noyant les habitants de la région de la Ruhr sous les eaux des membres des groupes armés en Allemagne et des actions qu’ils mettaient en œuvre. Ces actions tenaient certes, pour partie, à la ruse à laquelle Schmitt attache tant d’importance dans sa conception de la guerre de partisans (Linhardt, 2006). Mais leur but n’a jamais été la maximisation de l’ampleur des destructions matérielles et du nombre de victimes humaines.

L’hostilité en mode provocateur

18La différence entre l’action des groupes armés et l’action partisane fantasmée par Schmitt se résume en un mot du langage des acteurs : la provocation. À l’orée des années 1970, cette notion a déjà une relativement longue carrière. Ses sources doivent sans doute être cherchées dans les années 1950, dans le groupe d’activistes munichois Spur, appartenant à l’avant-garde artistique et trouvant son inspiration dans le situationnisme parisien. En référence à la « tendance situationniste », la pratique des provocations était conçue comme un moyen de faire advenir des « situations » susceptibles de favoriser le changement révolutionnaire. Mais si le groupe endosse ainsi l’idée selon laquelle la seule perspective de transformation d’une société jugée aliénante et répressive réside dans la rupture des routines sociales à travers lesquelles se reproduisent les rapports de domination, ses membres critiquent avec véhémence l’esthétisme, l’élitisme et l’égotisme des théoriciens du situationnisme, qui les condamneraient à l’inconséquence politique (Holstein, 1969). Ce schème se retrouve dans un groupe qui peut être vu comme le successeur de Spur : Subversive Aktion. Mais il s’y trouve radicalisé. Comptant dans ses rangs certains anciens de Spur, mais accueillant également de nouveaux membres ayant une expérience plus immédiate du militantisme social et politique, la Subversive Aktion dissocie la pratique des provocations de toute visée artistique pour l’installer pleinement sur le terrain politique. Dans ce contexte, les « situations » que les actes de provocation sont censés susciter prennent le nom de « micro-rébellions » dont le groupe veut saturer l’espace social pour l’expurger à terme de toute forme de domination et d’oppression (Subversive Aktion, 1963).

19Or la Subversive Aktion a été un espace de socialisation politique important pour ceux qui, à partir du milieu des années 1960, ont investi le Sozialistische Deutsche Studentenbund (Union allemande des étudiants socialistes, SDS) qui deviendra, dans la seconde moitié des années 1960, le fer de lance de la « révolte des étudiants (Studentenrevolte) ». Rudi Dutschke, Bernd Rabehl et quelques autres futurs meneurs du SDS se sont montrés fascinés par les potentialités offertes par la pratique des provocations. Mais ils reconnaissent également sa principale limite : la faiblesse numérique des participants aux actions et le manque d’amplitude des événements – alors que selon leur analyse, les provocations ne peuvent constituer un levier puissant pour une vraie stratégie d’insurrection qu’à condition d’en faire une ressource militante pour une mobilisation de masse (Karl, 2003). C’est très exactement ce constat qui motive l’entrée au SDS et la tentative, couronnée de succès, de le retourner au profit des « antiautoritaires », avec le dessein explicite de faire de la provocation le point d’articulation d’une nouvelle expérience militante (Lönnendonker, Rabehl & Staadt, 2002). Les effets ne tardent pas à se faire sentir et le mouvement étudiant se découvre rapidement comme un collectif de provocateurs. Dans un premier temps, les provocations ont encore un aspect bon enfant, mais les tomates lancées contre les forces de l’ordre au début cèdent progressivement la place aux pierres, puis aux cocktails Molotov, et la déviation du parcours autorisé lors des manifestations, au forçage des barrages de policiers, puis à d’authentiques affrontements.

20Les membres des futurs groupes armés ont sans exception été politisés dans ce contexte. Nous montrerons comment la pratique de la provocation a été retraduite dans le projet de la guérilla urbaine. Mais avant d’y venir, il convient de marquer un point d’arrêt pour comprendre la logique qui préside au style provocateur de l’action militante. Deux éléments doivent être pris en considération.

21Le premier tient au fait que la provocation est conçue comme une réponse au constat que la critique seule – la « prise de parole » (voice) de Hirschman (2011) – est impuissante à atteindre ses cibles. Le diagnostic est le suivant : si, pendant des siècles, la domination était, en raison de sa brutalité, immédiatement tangible, elle atteint dans les sociétés capitalistes avancées une sophistication qui la fait paraître « douce » et « tolérante », en intégrant dans ses mécanismes le principe de son propre voilement (Marcuse, 1966). Cette forme de domination insidieuse, qui façonne les désirs et manipule les consciences, condamne la critique qui ne parvient jamais à atteindre le plan d’expérience d’un sujet rendu insensible, par la domination, à la domination qu’il subit. La provocation a précisément pour but de rompre ce mécanisme de l’autorenforcement de la domination. Les militants voient dans la provocation le moyen de gripper cet agencement : elle doit alors rendre apparente et de nouveau sensible l’expérience afin de favoriser la prise de conscience et de réactiver le processus critique.

22Le deuxième élément concerne le mécanisme par lequel la provocation est concrètement supposée parvenir à installer, face à la machine de la domination, un cycle qui conduit de la conscience à la critique et à l’engagement. Schématiquement, la provocation consiste, pour le provocateur, à rompre les routines tacites qui fondent un ordre donné. Il anticipe ainsi une réaction des gardiens de cet ordre, supposés soucieux de le rétablir. Pour que la provocation soit une réussite, il importe que l’écart entre le trouble initial et la réaction induite soit le plus grand possible, car c’est la condition pour que cette réaction puisse paraître démesurée et apparaître aux yeux des tiers comme le symptôme d’une situation de domination que la provocation ne fait que révéler. Ainsi comprise, toute provocation recouvre deux aspects et les associe de façon spécifique. Elle est simultanément un coup porté contre un porteur d’injustice et un geste qui « réclame une interprétation » (Boltanski, 1990, p. 326).

  • 9 La phrase est citée par Becker (1977, p. 88) et Aust (1998, p. 60). Son authenticité est aujourd’hu (...)

23Le 2 juin 1967, Benno Ohnsorg, un étudiant participant à une manifestation contre la visite à Berlin du Shah de Perse, est abattu par un policier. Le soir même, Andreas Baader et Gudrun Ensslin se rendent, terrifiés, dans les locaux du SDS. Au cours des discussions qui s’y tiennent, la mort de l’étudiant est interprétée comme la marque d’un « État fasciste » qu’il faut combattre en prenant les armes. On dit que Gudrun Ensslin se serait exprimée de manière particulièrement claire, en lançant à la ronde qu’« à la violence on ne peut répondre que par la violence9. » Le constat est partagé par l’assistance et au-delà, au sein du mouvement. À partir de ce moment, l’idée d’un recours à une « guérilla urbaine » se répand, inspirée par les stratèges de la lutte révolutionnaire (Mao Zedong, Che Guevara), par des penseurs de la libération coloniale (Fanon) et par l’exemple uruguayen des Tupamaros. Et c’est Rudi Dutschke qui l’exprimera avec force en septembre 1967, dans une formulation concise :

L’agitation dans l’action, l’expérience sensuelle des combattants solitaires, mais organisés dans la confrontation avec la violence de l’État, forment les facteurs de mobilisation et de diffusion d’une opposition radicale et permettront tendanciellement un processus de prise de conscience des masses passives et souffrantes pour lesquelles les actions visiblement irrégulières des minorités agissantes deviendront la preuve de la violence abstraite du système. À la « propagande par les coups de feu » (Che) dans le tiers-monde doit s’adjoindre, par une transposition de la guérilla des campagnes à la ville qui est actuellement historiquement possible, la « propagande par les faits » dans les métropoles. (Dutschke & Krahl, 1967, p. 9)

24Dans cette citation, on reconnaît que la conception de la guérilla urbaine qui est proposée par Dutschke constitue un nouvel avatar de la provocation. Lui-même ne se lancera pas dans l’aventure, victime quelques mois plus tard d’un attentat des suites duquel il décédera de longues années plus tard, mais qui a l’effet immédiat de mettre un point d’arrêt à ses activités politiques. Mais les groupes qui vont se former progressivement à partir de cette date s’inscrivent dans cette même perspective. Le cas de la RAF est particulièrement éclairant. Dans ses premiers textes (Rote Armee Fraktion, 1970, 1971), le groupe revendique la filiation du mouvement étudiant. Simplement, affirme-t-il, le moment est venu de porter la lutte un cran plus loin, en adaptant les techniques de la provocation à la répression accrue et aux moyens contre-insurrectionnels engagés par l’État contre le mouvement social. Dans le strict respect des principes de la provocation, ils réaffirment ainsi la « primauté de la pratique (Primat der Praxis) » : « S’il est juste d’organiser maintenant la résistance armée dépend de savoir si c’est possible ; savoir si c’est possible n’est déterminable que pratiquement. » (Rote Armee Fraktion, 1971, p. 40). On notera également la volonté de la RAF d’installer une « dialectique de la légalité et de l’illégalité », version radicalisée de la stratégie dite des « petites entorses à la règle, (geringe Regelverletzungen) », promue par Dutschke à son arrivée au SDS, et qu’il avait déjà retraduite, en 1967, dans son esquisse du guérillero urbain en affirmant que celui-ci « est le producteur d’une pure illégalité qui détruit le système des institutions répressives » (Dutschke & Krahl, 1967, p. 9).

25Enfin et surtout, la RAF imprime à la violence dont elle affirme la nécessité une tournure provocatrice. En effet, si la conception provocatrice de l’action politique telle qu’elle a été formulée dans les groupes militants allemands au cours des années 1960 n’implique pas la violence, elle ne l’exclut pas pour autant. Il est donc envisageable de pratiquer la violence de manière provocatrice. Mais un tel usage provocateur de la violence doit être distingué de son usage destructeur. L’usage destructeur peut être conçu comme le moment d’un rapport de force au cours duquel chacune des entités en lutte mesure, dans l’échange de coups, l’impact des coups qu’elle porte et, en même temps, la résistance aux coups qu’on lui porte. L’usage provocateur se centre, lui, sur la faculté expressive des coups que s’infligent les protagonistes, si bien qu’il faut tenir compte, dans le rapport de force qui s’installe, des revendications de légitimité, tacites ou explicites, qui accompagnent l’échange de coups et dont quelque chose comme un public est appelé, par la configuration même du conflit, à juger. En d’autres termes, la violence apparaît, lorsqu’elle fait sens au regard de la conception de la provocation promue dans le mouvement social allemand, comme un langage en actes, dans la mesure où il est toujours aussi le véhicule d’un message. Ce « langage pratique » de la violence, évoqué par Lange (1970), adopte une tonalité protestataire et dénonciatrice lorsque ce sont les militants qui le parlent. L’État, dans la réponse qu’il lui apporte, lui confère l’accent d’une lutte contre la criminalité comme condition de légitimité du recours à une violence, qui doit se faire valoir comme légitime.

La violence et ses mots

  • 10 Sur la critique du fascisme que les groupes armés ont reprise au mouvement étudiant, voir Kohser-Sp (...)

26L’intrication singulière, dans le modèle d’action de la guérilla urbaine, entre le recours à la violence et la production d’énoncés, confère au conflit qui s’est déroulé en Allemagne de l’Ouest à partir des années 1970 une allure spécifique qui explique le trait que Heinrich Böll – sur lequel nous reviendrons – a désigné par une expression restée dans les mémoires : le pays aurait été frappé d’une « hystérie du terrorisme ». Cet état dans lequel la République fédérale a été durablement plongée se comprend au regard de la contradiction à laquelle les groupes armés ont confronté le collectif politique. Tel Janus, ces groupes présentent en effet toujours simultanément deux visages. Le premier est celui d’un corps armé, qui fait de ceux qu’il désigne comme ses ennemis des cibles réelles de ses attaques, qui s’en prend à des commissariats et des bases de l’armée américaine à coups de bombes, qui prend des otages pour faire chanter l’État, qui parfois tue. Cette situation est renforcée par le second visage : celui d’un corps parlant qui hurle un message. Ce message peut être résumé ainsi : l’heure est grave ; il règne un nouveau fascisme qui est d’autant plus dangereux qu’il se dissimule sous le masque de la démocratie10 ; cette situation est dramatique ; elle justifie l’action armée entreprise dont l’horizon est la guerre civile.

La violence plus les mots

  • 11 « Baader droht : Volkskrieg in Deutschland », Bild, 25 janvier 1972.

27Cette conjonction entre des actes de violence et la violence des mots structure les débats appelés par l’action des groupes armés. Dans cet espace des prises de position, un premier type d’attitude se caractérise par le fait de prendre au sérieux à la fois les actes et les dires de la guérilla urbaine. Cette attitude trouve une illustration exemplaire à la une de la Bild-Zeitung, datée du 25 janvier 1972. En haut de la page est placé un article au titre éloquent : « Baader menace : la guerre civile en Allemagne11. » L’article fait état d’une lettre envoyée à la Deutsche Presseagentur par Andreas Baader pour contrecarrer la rumeur, largement thématisée dans les journaux au cours des semaines précédentes, selon laquelle il serait prêt à se rendre à la police : « Je ne songe pas une minute à me rendre ; aucun membre de la RAF ne songe à se rendre ». Voici comment le journaliste rend compte de la lettre :

La lettre du terroriste Andreas Baader qui a été transmise dans la nuit de lundi à mardi à la Deutsche Presseagentur est surprenante. Il y annonce la poursuite de sa lutte : « Nous sommes là pour organiser la résistance armée à l’ordre économique établi et à l’exploitation croissante du peuple… La stratégie politico-militaire de la guérilla urbaine s’étend… jusqu’à l’organisation des premières unités régulières de l’Armée rouge, jusqu’à la guerre civile. La lutte vient juste de commencer. A. Baader. » [Points de suspension du journaliste]

  • 12 « Wird dieser Brief endlich allen die Augen öffnen ? », Bild, 25 janvier 1972.

28Un commentaire, proposé sous la forme d’un encadré et situé également en une, accompagne l’article. Le journaliste demande si « cette lettre va enfin ouvrir les yeux de tous12 ».

Il faut prendre au sérieux chaque mot de cette lettre, car chaque mot traduit exactement la pratique de sa bande – que certains s’échinent encore et toujours à appeler un « groupe », afin qu’elle puisse continuer à être considérée comme une bagatelle. La bande Baader-Meinhof ne connaît qu’un seul chemin : le chemin des armes. Elle le suivra jusqu’à son aboutissement sanglant, jusqu’à la guerre civile (quel atroce vocable utilise Baader dans sa lettre !).

29Voici donc la menace clairement définie dans le rapprochement des actes et des mots. À l’horizon se dessine le spectre de la guerre civile, « si nous ne prenons pas garde ». Baader est un dangereux fanatique, sans foi ni loi, et faible de surcroît, doublement faible – faible pour avoir songé à la reddition et faible pour y avoir renoncé – et donc d’autant plus dangereux. La Bild-Zeitung n’est d’ailleurs jamais en reste pour étayer la réalité de la menace. Pour la seule année 1972, on ne compte pas moins de quarante unes que ce journal consacre à la « bande », aux soutiens dont elle jouit dans l’intelligentsia, à ses luttes de pouvoir internes, aux perversions sexuelles de ses membres, à leur armement et à leur disposition à user de ces armes. Ce faisant, le journal produit un ensemble d’éléments qui, ensemble, concourent à rendre tangible l’hypothèse d’une guerre civile en devenir. Les attentats du mois de mai de la même année, qui donnent à leur tour lieu à la publication de nombreuses photos permettant de documenter les dégâts et donc la force destructrice de la « bande », viennent confirmer ce que la Bild-Zeitung s’efforce de montrer depuis longtemps et, relancer les alertes sur un avenir qui ne pourra qu’empirer.

30Mais pour que ce constat soit partagé, il faut que tout un chacun ouvre enfin les yeux sur les actions de la RAF et tende, en même temps, l’oreille à ce qu’elle dit :

On peut être curieux de savoir de ce que diront tous ceux qui ne voient dans la bande Baader-Meinhof que des pauvres idéalistes désespérés par notre méchant ordre social. On peut être curieux de savoir comment réagiront ceux qui en veulent à la Bild pour son travail rigoureux. (Ibid.)

Les mots moins la violence

31La Bild-Zeitung en est persuadée : non seulement la République fédérale vit sous la menace d’une guerre civile, mais, en plus, bon nombre de personnes, y compris au plus haut niveau, et au premier chef le chancelier Brandt lui-même, refusent de l’entendre. La position décrite ici à travers l’exemple de la Bild-Zeitung n’est cependant qu’une des positions possibles. Une deuxième consiste à introduire un hiatus entre les actes et les mots, en accordant de l’importance aux actes pour ce qu’ils sont, en retirant aux mots leur capacité à dire la vérité des actes. C’est le cas de deux lettres ouvertes adressées à Willy Brandt le 21 février 1972. La première émane d’un universitaire de Karlsruhe, Karl Steinbuch, la seconde du député Karl-Theodor von Guttenberg (CSU).

32Dans ces lettres, le problème posé n’est pas tant celui de la « bande » et de ses activités subversives – après tout il y a des lois contre les criminels et la police saura en venir à bout. Le mal est bien plus profond. L’inquiétude porte, selon Steinbuch, sur le degré d’« empoisonnement » idéologique de la société ouest-allemande. Le danger vient de certaines personnes qui, bien que numériquement faibles, occupent des positions clefs dans cette société : les chaires des universités et certaines rédactions. Elles joueraient avec les slogans révolutionnaires comme les jeunes garçons avec des soldats de plomb :

  • 13 Karl Steinbuch, « Offener Brief an Willy Brandt », Die Welt, 21 février 1972.

Les attaques contre notre système politique sont encore rarement perpétrées avec les moyens de la violence pure. Ils [les intellectuels de gauche] usent principalement de l’empoisonnement psychosocial de notre société : la dénonciation, l’accusation et le soupçon13.

33Par ces trois derniers termes, Steinbuch vise ce que les « intellectuels de gauche » appellent leur « fonction critique ». Selon Steinbuch, la notion même de critique aurait été totalement détournée et falsifiée. Alors que « dans le temps », on entendait par critique la mise à l’épreuve de faits, d’opinions ou de théories par l’usage de l’« expérience, de la logique et de la raison », la critique, dans les « usages progressistes du mot », valorise tout ce qui contribue à la destruction du système au lieu d’en faire un outil de son amélioration. La situation est donc plus dramatique encore puisque la « jeunesse » est victime du poison que les intellectuels, qui sont les vrais responsables, sécrètent de leurs plumes :

Une grande partie de notre jeunesse suit ces phrases : elle est une armée de révolutionnaires fanatisés qui attend tant que notre système politique fonctionne encore. Mais lorsque ce sera la crise, elle frappera. (Ibid.)

34L’argumentaire de Steinbuch vise à faire valoir que la vraie menace réside dans les mots : non pas uniquement ceux des groupes armés déjà constitués, mais également ceux de la préparation idéologique de certaines personnes qui se caractérisent par leur capacité à produire des discours et, du fait des positions qu’elles occupent, dans les universités ou dans la presse, parviennent à ancrer ces discours dans les têtes de la « jeunesse » et à les attirer par les chimères de la révolution. Le problème se situe donc dans cet état de fait, caractérisé par un « empoisonnement psychosocial » qui pourrait conduire, par le déchaînement futur d’une « armée de révolutionnaires fanatiques », à la destruction de l’ordre politique libéral :

Mon souci est le suivant : notre système politique – tel qu’il découle de la Loi fondamentale – s’appuie en apparence sur une solide majorité, mais, par derrière, il est en train d’être vidé de sa substance de sorte que le jour où viendra la crise, il s’effondrera comme un château de cartes.

35L’inquiétude exprimée insiste, on le voit, sur l’ampleur d’un phénomène de corruption des esprits dont les groupes armés ne sont qu’une première et encore insignifiante manifestation. Mais ce phénomène demeure caché, invisible. L’important n’est pas ici d’« ouvrir les yeux » car l’armée des révolutionnaires reste invisible à œil nu. Il s’agit plutôt de « dire la vérité ». Ce fait apparaît dans la lettre ouverte, rédigée le même jour par von Guttenberg. Le ton est acerbe : la politique du chancelier serait irresponsable en ce qu’elle renforcerait les forces subversives.

  • 14 « Existenz der Bundesrepublik gefährdet », Frankfurter Rundschau, 21 février 1972.

La première démocratie allemande a péri parce que les démocrates du centre et de droite n’avaient pas vu ou n’avaient pas voulu voir le danger du fascisme brun. La seconde démocratie allemande, notre République fédérale, est aujourd’hui menacée dans son existence parce que des démocrates de gauche ne veulent pas admettre le danger du fascisme rouge […] De mémoire d’homme, la défense de la liberté et de la paix a toujours nécessité avant toute chose de dire la vérité et de s’opposer aux réalités fâcheuses14.

36Les journalistes de la Bild-Zeitung aussi bien que les auteurs de ces deux lettres ouvertes visent à faire naître chez le lecteur la conviction que la RFA est menacée à tel point que son existence même est en jeu. La « guerre civile », le « dépérissement de notre démocratie », la « destruction de notre ordre politique libéral » sont des points d’aboutissement inéluctables – sauf si des initiatives énergiques sont prises. Pourtant, une différence sépare les deux types d’alerte. Dans le premier cas, l’accent est mis sur la conjonction des actions des groupes armés et du sens que ces derniers leur attribuent. De ce point de vue, les faits parlent d’eux-mêmes, à condition de savoir regarder et écouter. Dans le second cas, il faut faire un pas supplémentaire pour identifier ce dont les groupes armés sont le signe : un « empoisonnement psychosocial de la société » de grande ampleur. Leurs actes comptent donc moins que les mots qu’ils prononcent, puisqu’il s’agit de mots largement répandus dans la société ; la guerre des mots a déjà lieu par la multiplication des discours gauchistes, des journaux appelant à la révolution, des manifestations, des transformations des modes de vie de la jeunesse qui laissent présager le pire.

La violence moins les mots

  • 15 Heinrich Böll, « Will Ulrike Meinhof Gnade oder freies Geleit ? », Der Spiegel, 10 janvier 1972.
  • 16 Les groupes armés révolutionnaires ont fait, en vingt-deux ans (1971-1993), trente-cinq victimes. C (...)

37On retrouve enfin une troisième position possible qui elle aussi dissocie les actes et les mots, mais en un sens inverse : elle retire aux actes les mots qui les accompagnent afin d’en établir le sens véritable. Cette position est adoptée par Böll, dans un retentissant article paru le 10 janvier 1972 dans Der Spiegel15. Son objectif est de dénoncer la panique, qui a saisi notamment les responsables politiques. Celle-ci découlerait d’une surévaluation de la menace des groupes armés. Il entend ramener cette menace à de justes proportions16. Certes, admet-il, les terroristes autour de Baader et Meinhof se concevraient comme engagés dans une guerre contre une société qu’ils exècrent. Mais faut-il les prendre au mot ? Rien ne serait, selon lui, plus funeste. Car que peut bien être cette « guerre des soixante [terroristes] contre les soixante millions [la population de l’État allemand] » ? Peut-on véritablement voir dans une telle configuration « une situation extrêmement menaçante pour la République fédérale d’Allemagne [qui rendrait nécessaire que l’on] décrète l’état d’urgence national » ? Sa posture le conduit à entendre ce que les membres des groupes armés disent à la société par-delà les mots qu’ils prononcent effectivement. Or, pour Böll, leur révolte, pour erronée qu’elle soit, découlerait de bons sentiments : auparavant, « ils ont fait du travail social concret, ce qui a dû leur permettre d’avoir une perception des conditions sociales des plus démunis, des laissés à l’abandon, ce qui expliquerait éventuellement cette déclaration de guerre ». Il cite certaines phrases de Meinhof : « Si le flic nous laisse partir, nous le laisserons également suivre son chemin. » Ou encore : « À la question de savoir si nous aurions libéré le prisonnier si nous avions su qu’un Linke [le nom du gardien de prison blessé lors de l’évasion de Baader en 1970] serait blessé, nous ne pouvons répondre que par la négative. » Böll en conclut que « tout cela ne sonne pas si fou-furieux et rapide de la gâchette qu’on veut le faire croire ». Relativisant la menace émanant du terrorisme, il voit la véritable menace dans l’« hystérie du terrorisme » en tant qu’il est le terreau d’une chasse aux sorcières qui, elle, mettrait véritablement en danger le caractère démocratique de l’État allemand. Il faudrait, selon lui, effectivement décréter l’état d’urgence national, mais l’urgence concerne la « conscience publique » rendue malade par des organes de presse tels que les édite la maison Springer (dont la Bild-Zeitung est le fleuron), et qui pratiquent une propagande qui n’est plus « cryptofasciste, qui n’est plus fascistoïde, mais qui est purement et simplement fasciste ».

La violence des mots

  • 17 W. Ahrens, « Die Bölls sind gefährlicher als Baader-Meinhof », Quick, 2 février 1972.

38Sa contribution a fait de Böll un homme à abattre aux yeux de la presse Springer. W. Ahrens va jusqu’à le considérer comme un « danger public », un « soutien intellectuel » actif des terroristes, « plus dangereux que les terroristes eux-mêmes17 ». On n’hésite pas à rechercher dans son œuvre ou dans ses articles précédents des signes qui attesteraient qu’il est, lui aussi, un authentique « ennemi de l’État ». Böll est ainsi acculé dans le camp ennemi. Et ce fait le plonge dans une incompréhension hébétée :

  • 18 Heinrich Böll, « “Man muss zu weit gehen” : der Schriftsteller antwortet seinen Kritikern », Süddeu (...)

Mon article n’avait rien de malveillant. Il est clair pour tous ceux qui prennent la peine de le lire sans supposer de malveillance a priori, que son esprit est celui de la conciliation et qu’il devait contribuer à détendre toute cette atmosphère follement hystérique. C’étaient les titres de la Bild-Zeitung que je considérais comme criminels. C’était cela mon entrée, l’occasion et j’admets que mon intuition ne s’est pas réalisée. Ça je l’admets. Je n’aurais pas cru que les fronts allaient se durcir de la sorte. Je pensais, je souhaitais qu’ils s’assouplissent, c’est cela que je pensais18.

39L’incompréhension de Böll s’explique : elle provient de la confrontation à une forme spécifique de violence qui lui est faite, une violence qui, à la différence de celle des groupes armés qui combinent violence physique et violence verbale dans un geste de protestation hybride et radical, est ici faite uniquement de mots et appartient entièrement à ce que l’on a coutume de désigner par l’espace public.

40Il a été dit d’entrée que le but de cette contribution est de réfléchir, à partir d’un cas extrême, à des configurations plus ordinaires. Il va sans dire que l’exemple de Böll doit se comprendre sur le fond de la situation dont il procède : un espace public fortement polarisé par les provocations violentes de la guérilla urbaine qui rend difficile d’exprimer un point de vue qui ne puisse être réduit au « soutien » d’une des parties en présence. Il n’en reste pas moins que l’exemple montre aussi qu’un espace public de type libéral peut, sous certaines conditions, devenir le lieu d’une expérience spécifiquement violente du public. Et dans cette perspective il peut également s’offrir sous le rapport d’une opérabilité stratégique.

41Au-delà du cas de Böll, ces faits deviennent particulièrement apparents lorsqu’on considère les protagonistes du conflit. Les groupes militants armés et leurs soutiens ont acquis des savoir-faire pratiques leur permettant d’élaborer des stratégies pour se positionner au mieux dans un espace public qu’ils diagnostiquent comme fondamentalement corrompu, c’est-à-dire traversé par des asymétries de pouvoir. Les initiatives visant à créer un contre-espace public appartiennent à ce registre (agences de presse et maisons d’éditions alternatives, distribuant par exemple des « copies pirates » (Raubdrucke) de textes jugés importants et rendus inaccessibles). L’État aussi n’est pas dépourvu de ressources en ce sens. Les techniques contre-insurrectionnelles mises en œuvre par les agences de sécurité qui contiennent des savoirs censés permettre d’agir sur les représentations de la population en utilisant des outils civils – au premier chef desquels les médias et la presse (outre le système pénal et carcéral). On pourra encore noter le recours, de la part de l’État, au contrôle de l’information et à la censure, comme cela s’est produit au cours de l’automne allemand de 1977 (Kraushaar, 2006). Plus généralement, les jeux d’accusation et de contre-accusation, et jusqu’aux différentes modalités d’« invention défensive » (McEvoy, 1995) auxquelles peuvent avoir recours les participants aux transactions publiques, relèvent encore d’une appréhension stratégique et en un sens violente de l’espace public. Or de ce point de vue, le cas allemand n’est pas différent par nature de situations plus ordinaires de conflits publics qui, bien que souvent à un degré moindre, peuvent également donner lieu à des expériences de violence et à un investissement stratégique. Il suffit de penser ici aux formes d’accusation, de stigmatisation ou de déni qui caractérisent la « parole pamphlétaire » (Angenot, 1982) ou les « langages totalitaires » (Faye, 2009), ou encore au développement de savoirs relatifs aux stratégies médiatiques qui amplifient et sophistiquent ces formes d’investissement de l’espace public.

42Ces remarques étant faites, deux difficultés se posent. La première tient aux théories courantes du public, si l’on considère que ces théories fondent un concept du public qui tend à en faire une alternative aux rapports de force, à la manière d’un mécanisme permettant de limiter et de corriger les asymétries qui caractérisent les rapports sociaux et donc la domination et la violence qu’ils peuvent impliquer. Cette façon d’envisager le public tend à exclure la possibilité de penser les rapports de force propres aux situations publiques ou bien, lorsqu’ils sont envisagés, de les traiter comme des manifestations pathologiques.

  • 19 Postcritique au sens où l’objet d’Habermas est d’offrir une théorie de la rationalité qui tienne co (...)

43Ce constat, formulé de façon très générale, se confirme quel que soit le modèle conceptuel du public que l’on considère. Sans revenir ici aux conceptions classiques de l’espace public, et pour se centrer sur les seuls modèles qui ont aujourd’hui une pertinence dans les sciences sociales, il caractérise clairement le modèle discursif que l’on doit à la reconstruction postcritique de la raison publique réalisé par Habermas dans Théorie de l’agir communicationnel (1987)19 qui veut établir les conditions d’un accès égalitaire à la parole publique. Cela n’exclut pas de considérer l’existence de conflits. Mais les conflits prennent la forme de confrontations d’arguments et d’opinions, débarrassés des dominations et violences susceptibles de les polluer et de les travestir.

44Bien entendu, Habermas n’est pas aveugle au réalisme sociologique, prompt à insister sur les imperfections de l’espace public libéral. Mais il assume sa normativité dans le dessein, non pas de lutter contre les inégalités sociales, mais de définir les procédures propres à faire advenir un espace public authentique. C’est ce qui distingue ce modèle discursif du modèle de l’espace public déformé qui, tout en engageant, tacitement ou explicitement, un horizon normatif similaire, privilégie l’étude critique des conditions sociologiques qui empêchent que l’espace public devienne l’instrument d’émancipation collectif qu’il pourrait être. Dans ce modèle, les conflits ne sont pas non plus absents, mais ils portent cette fois-ci sur l’écart entre l’espace public réel et l’espace public idéal. En vertu du diagnostic auquel il est procédé, cet écart ne saurait être comblé par des moyens uniquement procéduraux, mais doivent porter sur les rapports sociaux eux-mêmes (Negt, 2007 ; Negt & Kluge, 1986). Notons toutefois que, dans ce modèle comme dans le précédent, les rapports de force, de domination et de violence ne sont concevables, au plan théorique, que comme des négativités : leur faire une place autre que négative, ce serait mettre en péril l’idée même de l’espace public comme norme.

45Ce constat reste vrai pour le troisième modèle qu’il convient de considérer. Ce modèle du public, inspiré par la sociologie américaine des problèmes publics, a pour caractéristique distinctive, au regard des deux modèles précédents, de refuser une conception du public en tant qu’espace unitaire, et de porter son attention sur la pluralité des arènes dans lesquelles se produisent des phénomènes de publicité. Cette perspective ouvre vers une authentique sociologie des acteurs et de leur implication, sociologie qui tient compte de la variété des trajectoires, des formes d’engagement, des savoir-faire pratiques et des techniques d’expression – sans se focaliser sur la seule parole publique qui, dans ce modèle, apparaît comme une réalité abstraite (François & Neveu, 1999 ; Cefaï & Trom, 2001). Dans la mesure où ce modèle informe des approches qui entendent faire leur place à toute la gamme des pratiques de participation, de contestation et de mobilisation, il parvient, dans une certaine mesure, à accueillir ce qui relève de l’épreuve de force et même de la violence. Toutefois, dans ce modèle, l’engagement de la force et de la violence reste compris comme une modalité limite, réduite seulement à sa dimension expressive, ce qui permet qu’elle soit redéfinie comme une manière alternative de formuler une revendication (claim).

46Le modèle des arènes publiques entretient des affinités fortes avec le modèle pragmatiste du public, hérité en particulier de Dewey (2010). Mais si la sociologie des problèmes publics est tributaire du pragmatisme, elle a eu tendance à négliger ce qui fait la spécificité des approches originelles du public. En effet, le public s’y définit moins comme une situation, un espace ou une arène, que comme un mouvement affectant des groupes concernés par un problème, problème qui appelle une enquête collective tendue vers la découverte d’une solution. Dans ce modèle, le public est donc encore une question de mobilisation. Mais les mobilisations en question ne sont pas orientées vers la formulation de revendications adressées à des puissances d’intervention (le plus souvent de nature étatique). Les mobilisations sont le fait d’enquêteurs, plongés dans une incertitude commune qu’il s’agit de réduire afin de rendre un problème donné soluble. Dans un tel cadre, les conflits prennent la forme de controverses et leur résolution relève de l’établissement de faits (suivant des modalités quasi scientifiques). Il s’ensuit que, d’une façon qui n’est pas si éloignée de la conception habermassienne de l’espace public, le public se révèle dans sa fonction pacificatrice : le public est défini sur le modèle d’une convergence du collectif, qui devient la condition pour que les critères de légitimité et d’objectivité propres à l’espace public soient réputés remplis.

47Ces conceptions du public se retrouvent toutes, à des degrés divers et avec des dosages différents, dans la sociologie des conflits publics. Celle-ci hérite ainsi de ce que tous ces modèles ont en commun : l’exclusion des rapports de force et de violence de la théorie du public et l’impossibilité de concevoir une expérience disruptive du public autrement que comme une déviance. Ce trait est particulièrement apparent dans la sociologie de la critique et dans l’intérêt que cette dernière a développé pour les affaires et les scandales. Ainsi, Boltanski (1990), range les justifications et les critiques comme modalités d’engagement conflictuel dans un régime de la dispute publique qu’il isole et sépare d’un régime de la violence. De la même manière, dans De la justification, l’horizon de la violence est explicitement exclu du modèle d’analyse des conflits publics qui y est exposé (Boltanski & Thévenot, 1991). Le même constat peut être fait à propos de la façon dont est menée l’analyse des controverses en sociologie des sciences. Certes, il peut paraître moins immédiatement apparent, dans la mesure où ces analyses s’appuient sur un vocabulaire qui ne semble pas a priori évacuer les rapports de force et de violence, Latour (1984) allant même jusqu’à employer la sémantique de la guerre et de la paix. Toutefois, les forces engagées sont orientées vers l’accord ou le désaccord sur des faits, et les épreuves de forces portent uniquement sur ces faits en train de s’établir ou de s’évanouir. C’est pourquoi Latour peut affirmer qu’au lieu de parler d’« épreuves de force », on pourrait tout aussi bien parler d’« épreuves de faiblesse » : par cette idée, il exprime que ce qui compte, ce n’est en effet jamais que certains actants s’imposent à d’autres, mais qu’ils les traduisent, c’est-à-dire qu’ils les associent dans le collectif qui fondera l’accord.

48Ces développements nous amènent à signaler une seconde difficulté, qu’on ne fera que nommer en guise de conclusion. Il serait en effet tentant, au regard de ce qui vient d’être dit, de revenir à une sociologie qui identifierait sa fonction dans le dévoilement du caractère illusoire de l’idée même de public. Ce n’est évidemment pas le propos ici. Car le problème ne saurait être contourné aussi facilement. Et la raison en est simple : l’expérience disruptive du public est indexée à la réalisation effective du public. C’est pour cette raison que les groupes armés sont restés, de part en part de leur histoire, tributaires du public – et ce jusqu’à leur dissolution même. C’est là une autre manière de dire que les « masses » qu’il s’agissait de mobiliser n’ont jamais pu être conçues autrement que dans leur figuration comme public, comme si la violence, jugée nécessaire, avait pour vecteur l’existence d’un public authentique. Ce fait mérite qu’on s’y attache. Il questionne la façon dont nous posons, dans les sciences sociales, le problème du public – et au-delà, si l’on consent à considérer qu’une fonction publique leur est inhérente, elle questionne les sciences sociales elles-mêmes dans la difficulté qu’elles ont à penser la violence.

Bibliographie

Angenot Marc (1982), La parole pamphlétaire. Contribution à une typologie des discours modernes, Paris, Payot.

Anonyme (1972), Der Baader-Meinhof-Report : Dokumente-Analysen-Zusammenhänge. Aus den Akten des Bundeskriminalamtes, der “Sonderkommission Bonn” und dem Bundesamt für Verfassungsschutz, Mayence, v. Hase & Koehler Verlag.

Anonyme (1987), Ausgewählte Dokumente der Zeitgeschichte : Bundesrepublik Deutschland (BRD) – Rote Armee Fraktion (RAF), Cologne, GNN-Verlag.

Aust Stefan (1998), Der Baader-Meinhof Komplex, Hambourg, Spiegel-Verlag [1985].

Beck Ulrich (2002), Das Schweigen der Wörter : Über Terror und Krieg, Frankfort, Suhrkamp.

Becker Jillian (1977), Hitler’s Children : The Story of the Baader-Meinhof Terrorist Gang, Philadelphie, Lippincott.

Bewegung 2. Juni (1982), Der Blues : Gesammelte Texte der Bewegung 2. Juni, 2 vol., s.l.n.d.

Bressan Susanne & Martin Jander (2006), « Gudrun Ensslin », in W. Kraushaar (ed.), Die RAF und der linke Terrorismus, Hambourg, Hamburger Edition, p. 398-429.

Breviglieri Marc, Lafaye Claudette & Danny Trom (eds) (2009), Compétences critiques et sens de la justice, Paris, Economica.

Boltanski Luc (1990), L’amour et la justice comme compétences. Trois essais de sociologie de l’action, Paris, Métailié.

Boltanski Luc, Claverie Élisabeth, Offenstadt Nicolas & Stéphane Van Damme (eds) (2007), Affaires, scandales et grandes causes. De Socrate à Pinochet, Paris, Stock.

Boltanski Luc & Laurent Thévenot (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Bourdieu Pierre (1977), « Sur le pouvoir symbolique », Annales ESC, 32 (2), p. 405-411.

Bundesinnenministerium (1974), Dokumentation über Aktivitäten anarchistischer Gewalttäter, Bonn.

Bundesinnenministerium (1999), Verfassungsschutzbericht 1998, Cologne.

Bundesregierung (1977), Dokumentation zu den Ereignissen und Entscheidungen im Zusammenhang mit der Entführung von Hanns Martin Schleyer und der Lufthansa-Maschine “Landshut”, Bonn, Presse-und Informationsamt der Bundesregierung.

Callon Michel (1981), « Pour une sociologie des controverses technologiques », Fundamenta Scientiae, 2 (34), p. 381-399.

Callon Michel, Lascoumes Pierre & Yannick Barthe (2001), Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Seuil.

Cefaï Daniel & Danny Trom (2001), Les formes de l’action collective. Mobilisations dans les arènes collectives, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 12).

Chateauraynaud Francis & Didier Torny (1999), Les sombres précurseurs. Une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Éditions de l’EHESS.

Claverie Élisabeth (1994), « Procès, affaire, cause. Voltaire et l’innovation critique », Politix, 26, p. 76-85.

Claverie Élisabeth (1998), « La naissance d’une forme politique : l’affaire du Chevalier de la Barre », in Ph. Roussin (ed.), Critique et affaires de blasphème à l’époque des Lumières, Paris, Honoré Champion, 1998, p. 185-260.

Corcuff Philippe (1994), Le régime d’action « machiavélien » ou « tactique-stratégique ». Premier essai de modélisation, document de travail, Lyon, Groupe d’études machiavéliennes, CERIEP, IEP de Lyon.

Corcuff Philippe & Max Sanier (2000), « Politique publique et action stratégique en contexte de décentralisation. Aperçus d’un processus décisionnel “après la bataille” », Annales HSS, 55 (4), p. 845-869.

De Blic Damien & Cyril Lemieux (2005), « Le scandale comme épreuve », Politix, 71, p. 9-38.

Dewey John (2010), Le public et ses problèmes, Paris, Gallimard [1927].

Dobry Michel (1986), Sociologie des crises politiques. La dynamique des mobilisations multisectorielles, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

Dodier Nicolas (2005), « L’espace et le mouvement du sens critique », Annales HSS, 60 (1), p. 7-31.

Dutschke Rudi & Hans-Jürgen Krahl (1980), « Organisationsreferat », Diskus – Frankfurter Studentenzeitung, 30 (12), p. 6-9 [1967].

Faye Jean-Pierre (2009), Introduction aux langages totalitaires. Théories et transformations du récit, nouvelle édition augmentée, Paris, Librairie générale française.

Foucault Michel (2004), Qu’est-ce que les Lumières ?, présentation, analyse et commentaire de O. Dekens, Rosny, Bréal [1984]

François Bastien & Éric Neveu (eds) (1999), Espaces publics mosaïques. Acteurs, arènes et rhétoriques des débats publics contemporains, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Freire Paulo (2011), Pédagogie des opprimés, suivi de Conscientisation et révolution, trad. de L. et M. Lefay, Paris, La Découverte [1970].

Grangé Ninon (2007), « L’État et la guerre : norme, référence, transgression », Études internationales, 38 (1), p. 19-31.

Habermas Jürgen (1978), L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, trad. de M. Buhot de Launay, Paris, Payot [1962].

Habermas Jürgen (1987), Théorie de l’agir communicationnel, 2 t., trad. de J.-M. Ferry & J.-L. Schlegel, Paris, Fayard [1981].

Hein Peter (1989), Stadtguerilla : Bewaffneter Kampf in der BRD und Westberlin. Eine Bibliographie mit den ersten programmatischen Erklärungen und Interviews der Gruppen : RAF, Bewegung 2. Juni, Revolutionäre Zellen und Rote Zora, Amsterdam, Edition ID-Archiv im Internationalen Institut für Sozialgeschichte.

Hein Peter (1993), Stadtguerilla : Bewaffneter Kampf in der BRD und Westberlin. Ergänzungsband zur Bibliographie, Berlin, Edition ID-Archiv.

Hirschman Albert O. (2011), Exit, Voice, Loyalty. Défection et prise de parole, trad. de C. Besseyrias, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles [1970].

Holstein Walter (1969), Der Untergrund : Zur Soziologie jugendlicher Protestbewegungen, Neuwied & Berlin, Luchterhand.

Horkheimer Max (1974), Éclipse de la raison, suivi de Raison et conservation de soi, trad. de J. Debouzy & J. Laizé, Paris, Payot [1947].

Innenministerium Baden-Würtemberg (1975), Dokumentation : Terrorismus-Anarchismus in Baden-Würtemberg, Stuttgart.

Innenministerium Baden-Würtemberg (1982), Dokumentation : Terrorismus in Baden-Würtemberg, 1975-1982, Stuttgart.

Karl Marx (2003), Rudi Dutschke : Revolutionär ohne Revolution, Francfort, Verlag Neue Kritik.

Kohser-Spohn Christiane (1999), Mouvement étudiant et critique du fascisme en Allemagne dans les années soixante, Paris, L’Harmattan.

Koselleck Reinhart (1979), Le règne de la critique, trad. de H. Hildenbrand, Paris, Minuit [1959].

Kraushaar Wolfgang (2000), 1968 als Mythos, Chiffre und Zäzur, Hambourg, Hamburger Edition.

Kraushaar Wolfgang (2006), « Der nicht erklärte Ausnahmezustand. Staatliches Handeln während des sogenannten Deutschen Herbstes », in Id. (ed.), Die RAF und der linke Terrorismus, t. 2, Hambourg, Hamburger Edition, 2006, p. 1011-1025.

Lange Claudio (1970), Gewalt als praktische Sprache, Berlin, Wagenbach Verlag.

Latour Bruno (1984), Les microbes : guerre et paix, suivi de Irréductions, Paris, Métailié.

Latour Bruno (1989), La science en action, trad. de M. Biezunski, Paris, La Découverte.

Latour Bruno (2007), Changer de société, refaire de la sociologie, trad. de N. Guilhot, Paris, La Découverte.

Lemieux Cyril (2007), « À quoi sert l’analyse des controverses ? », Mil neuf cent, 25, p. 191-212.

Linhardt Dominique (2006), « Guerrilla diffusa. Clandestinité, soupçon et provocation dans le conflit entre organisations révolutionnaires subversives et l’État ouest-allemand (années 1970) », Politix, 74, p. 75-102.

Lippmann Walter (2008), Le public fantôme, prés. de B. Latour, trad. de L. Decreau, Paris, Démopolis [1925].

Lönnendonker Siegward, Rabehl Bernd & Jochen Staadt (2002), Die antiautoritäre Revolte : der Sozialistische Deutsche Studentenbund nach der Trennung von der SPD, t. 1., 1960-1967, Opladen, Westdeutscher Verlag.

Marcuse Herbert (1966), « Repressive Toleranz », in R. P. Wolff & B. Moore (eds), Kritik der reinen Toleranz, Francfort/M., Suhrkamp, p. 81-117.

Mathieu Lilian (2002), « La “conscientisation” dans le militantisme des années 1970 », in P. Hamman et al. (eds), Discours savants, discours militants. Mélange des genres, Paris, L’Harmattan, p. 251-270.

McEvoy Sebastian (1995), L’invention défensive. Poétique, linguistique, droit, Paris, Métailié.

Merari Ariel (1993), « Terrorism as a Strategy of Insurgency », Terrorism and Political Violence, 5 (4), p. 213-251.

Münkler Herfried (1983), « Sehnsucht nach dem Ausnahmezustand. Die Faszination des Untergrunds und ihre Demontage durch die Strategie des Terrors », in R. Steinweg (ed.), Faszination der Gewalt : politische Strategie und Alltagserfahrung, Frankfort, Suhrkamp, p. 60-88.

Negt Oskar (2007), L’espace public oppositionnel, trad. de A. Neumann, Paris, Payot.

Negt Oskar & Alexander Kluge (1986), Öffentlichkeit und Erfahrung : zur Organisationsanalyse von bürgerlicher und proletarischer Öffentlichkeit, 8e éd., Frankfort, Suhrkamp.

Raynaud Dominique (2003), Sociologie des controverses scientifiques, Paris, Presses universitaires de France.

Revolutionäre Zellen/Rote Zora (RZ) (1993), Die Früchte des Zorns : Texte und Materialien zur Geschichte der Revolutionären Zellen und der Roten Zora, 2 vol., Berlin-Amsterdam, ID-Verlag.

Reynié Dominique (1998), Le triomphe de l’opinion publique. L’espace public français du XVIe au XXe siècle, Paris, Odile Jacob.

Rote Armee Fraktion (RAF) (1970), « Die Rote Armee aufbauen. Erklärung zur Befreiung Andreas Baaders vom 5. Juni 1970 », in M. Hoffmann (ed.), Rote Armee Fraktion : Texte und Materialien zur Geschichte der RAF, Berlin, ID-Verlag, 1998, p. 24-26.

Rote Armee Fraktion (RAF) (1971), « Über den bewaffneten Kampf in Westeuropa », in M. Hoffmann (ed.), Rote Armee Fraktion : Texte und Materialien zur Geschichte der RAF, Berlin, ID-Verlag, p. 49-111.

Rote Armee Fraktion (RAF) (1972), Die neue Straßenverkehrsordnung – mit den neuen Verkehrszeichen und Hinweisschildern sowie Bußgeldkatalog [titre de camouflage], s.l.n.d.

Rote Armee Fraktion (RAF) (1977), Texte : der RAF [titre de camouflage : Karlek med förhinder von Per A. Rosenberg], Lund, Verlag Bo Cavefors.

Rote Armee Fraktion (RAF) (1998a), Texte und Materialien zur Geschichte der RAF, Berlin, ID-Verlag.

Rote Armee Fraktion (RAF) (1998b), [sans titre], Radikal, 155, p. 94-99.

Schmitt Carl (1970), « Gespräch über den Partisanen – Carl Schmitt und Joachim Schickel », in J. Schickel (ed.), Guerilleros, Partisanen : Theorie und Praxis, Munich, Hanser, p. 619-642.

Shapin Steven & Simon Schaffer (1993), Leviathan et la pompe à air. Hobbes et Boyle entre science et politique, trad. de T. Piélat et S. Barjansky, Paris, La Découverte.

Silke Andrew (1996), « Terrorism and the Blind Men’s Elephant », Terrorism and Political Violence, 8 (3), p. 12-28.

Simmel Georg (1995), Le conflit, trad. de S. Muller, Paris, Circé [1908].

Straßner Alexander (2003), Die dritte Generation der « Roten Armee Fraktion » : Entstehung, Struktur und Zerfall einer terroristischen Organisation, Wiesbaden, Westdeutscher Verlag.

Subversive Aktion (1963), « Unverbindliche Richtlinien 2 », in F. Böckelmann & H. Nagel (eds), Der Sinn der Organisation ist ihr Scheitern, Francfort, Verlag Neue Kritik, 1976, p. 99-121.

Wagner Wolf-Clemens (1998), « Anmerkungen zur Auflösungserklärung der RAF », Angehörigen Info, 15 mai 1998, p. 1-3.

Wisnewski Gerhard, Landgraeber Wolfgang & Ekkehard Sieker (1997), Das RAF-Phantom : Wozu Politik und Wirtschaft Terroristen brauchen, München, Knaur.

Notes

1 Même en se limitant à l’essentiel, il est impossible de produire ici une bibliographie qui cernerait les contours du vaste domaine constitué par cet intérêt. On se contentera de renvoyer vers ces quelques références qui offrent d’utiles points d’entrée : Boltanski (1990), Boltanski & Thévenot (1991), Boltanski et al. (2007), Callon (1981), Callon Lascoumes & Barthe (2001), Chateauraynaud & Torny (1999), Claverie (1994, 1998), Dodier (2005), Latour (1984, 1989, 2007), Lemieux (2007), De Blic & Lemieux (2005), Shapin & Schaffer (1993).

2 Pour le cas de la sociologie de la critique, cette critique est rappelée dans plusieurs contributions à Breviglieri, Lafaye & Trom (2009). Pour la sociologie des controverses scientifiques, Raynaud (2003) offre un exemple particulièrement éclairant de cette modalité critique.

3 Cette exigence fait écho à l’appel, formulé par Michel Dobry dans sa Sociologie des crises politiques, à un type d’analyse qu’il qualifie de « stratégique élargie » et qu’il définit par la nécessité de rendre compte des coups échangés non seulement sous le rapport des effets directs sur les autres protagonistes, mais également sous le rapport de « l’imposition de “sens” [qui] n’est, en réalité […] qu’une variante particulière, et particulièrement intéressante, de coups, ou, le plus souvent, la résultante d’un échange de coups » (Dobry, 1986, p. 33). Toutefois, comme le laisse entendre le segment cité, l’approche risque à chaque instant de finir par rabattre les rapports de sens sur les rapports de force. La critique symétrique peut être adressée à Philippe Corcuff et à sa tentative de formaliser un régime d’action « tactique-stratégique » (ou « machiavélien ») dans lequel l’impératif de justification morale l’emporte analytiquement sur l’impératif de réalisme politique (Corcuff, 1994 ; Corcuff & Sanier, 2000).

4 Les attentats revendiqués par la RAF entre 1984 et 1991 sont attribués à sa « troisième génération ». Celle-ci est réputée en rupture avec celles qui l’ont précédée : ses membres, politisés durant les années 1970 alors que le contexte de la lutte armée est déjà constitué, et non pas, comme leurs prédécesseurs, dans les mouvements sociaux de la seconde moitié des années 1960, auraient perdu tout esprit idéaliste et exercé une violence qui serait devenue sa propre fin (Straßner, 2003). C’est la raison pour laquelle pèse sur cette « troisième génération » de la RAF un soupçon d’inauthenticité qui peut aller jusqu’à l’affirmation selon laquelle elle aurait été artificiellement maintenue en vie ou même fabriquée de toutes pièces par les autorités de l’État afin de servir d’alibi à la poursuite de politiques pénales répressives (Wisnewski, Landgraeber & Sieker, 1997).

5 Si les auteurs sont restés nommément inconnus, les autorités policières et judiciaires ont formellement reconnu la « signature » du document, c’est-à-dire les caractéristiques de forme et de fond qui, selon elles, attestent la réalité de l’auteur « Kollektiv RAF » (Bundesinnenministerium, 1999, p. 93-94). Les seules personnes qui auraient pu disqualifier la valeur du texte ne l’ont pas fait : à l’instar de Wolf-Clemens Wagner (1998), les membres historiques de la RAF qui, refusant de renoncer à la lutte dans laquelle ils s’étaient engagés, se trouvaient, en 1998, encore incarcérés, ont certes parfois vertement critiqué le contenu de la déclaration ; mais aucun d’entre eux n’a mis en question qu’il exprimait bien la position « officielle » de la RAF.

6 Il est remarquable que ces institutions, soumises à la contrainte de documentation et de justification de leurs actes, ont eu tendance à décalquer formellement les modes d’intervention publique de la guérilla et de ses soutiens, y compris par le recours aux recueils et aux documentations (par exemple, Bundesinnenministerium, 1974 ; Bundesregierung, 1977 ; Innenministerium Baden-Würtemberg, 1974, 1982 ; Anonyme, 1972, 1987).

7 On doit à Hein (1989, 1993) la bibliographie à ce jour la plus complète relative au conflit. Hein s’occupe en outre d’une importante collection d’archives. Celle-ci n’est pas la seule. On compte bien d’autres initiatives : le Hamburger Institut für Sozialforschung héberge une vaste collection intitulée Protest, Widerstand und Utopie in der BRD (Protestation, résistance et utopie en RFA), de même que l’Internationaal Instituut voor Sociale Geschiedenis (Institut international pour l’histoire sociale) d’Amsterdam qui a hérité de l’immense legs du Informationsdienst für unterbliebene Nachrichten (Agence de presse pour des nouvelles censurées – ID). Le groupe de recherche Bürgerrechte und Polizei/CILIP de l’Université Libre de Berlin est lui aussi engagé depuis de longues années dans un projet d’archives qui est centré sur les politiques pénales et les libertés publiques et contient de ce fait une riche documentation du conflit entre l’État et les groupes armés. À côté de ces entreprises adossées à des institutions, on trouve toute une série d’initiatives militantes à l’instar du Archiv der Sozialen Bewegungen (Archives des mouvements sociaux) de Hambourg, du Archiv für alternatives Schrifttum (Archives pour les écrits alternatifs) de Duisburg ou encore du Archiv Soziale Bewegungen (Archives des mouvements sociaux) à Fribourg. Avec le développement d’Internet, on trouve aujourd’hui de plus en plus d’initiatives offrant un accès aux documents en ligne, par exemple sur [nadir.org] ou [labourhistory.net].

8 Sur ce que la notion d’exception doit à la pensée de la guerre, voir Grangé (2007).

9 La phrase est citée par Becker (1977, p. 88) et Aust (1998, p. 60). Son authenticité est aujourd’hui mise en doute par Bressan & Jander (2006, p. 406).

10 Sur la critique du fascisme que les groupes armés ont reprise au mouvement étudiant, voir Kohser-Spohn (1999).

11 « Baader droht : Volkskrieg in Deutschland », Bild, 25 janvier 1972.

12 « Wird dieser Brief endlich allen die Augen öffnen ? », Bild, 25 janvier 1972.

13 Karl Steinbuch, « Offener Brief an Willy Brandt », Die Welt, 21 février 1972.

14 « Existenz der Bundesrepublik gefährdet », Frankfurter Rundschau, 21 février 1972.

15 Heinrich Böll, « Will Ulrike Meinhof Gnade oder freies Geleit ? », Der Spiegel, 10 janvier 1972.

16 Les groupes armés révolutionnaires ont fait, en vingt-deux ans (1971-1993), trente-cinq victimes. Ce chiffre suffit à indiquer le faible niveau d’intensité de la violence. Il est confirmé par d’autres éléments : le caractère extrêmement ciblé des attaques, le niveau misérable d’équipement, le faible nombre des membres des cellules clandestines (il n’y a jamais eu véritablement plus de quelques dizaines de terroristes simultanément en activité sur le territoire de la RFA), la quasi-absence de tout soutien matériel ou logistique de l’extérieur (États ou autres organisations terroristes), etc. Il est à noter que Karl Steinbuch et Karl-Theodor von Guttenberg se fondent sur la même relativisation de la portée des actes réels des groupes armés pour en tirer des conclusions très différentes.

17 W. Ahrens, « Die Bölls sind gefährlicher als Baader-Meinhof », Quick, 2 février 1972.

18 Heinrich Böll, « “Man muss zu weit gehen” : der Schriftsteller antwortet seinen Kritikern », Süddeutsche Zeitung, 29-30 janvier 1972.

19 Postcritique au sens où l’objet d’Habermas est d’offrir une théorie de la rationalité qui tienne compte des raisons qui ont amené les représentants de la génération précédente de l’école de Francfort à conclure à une « éclipse de la raison » (Horkheimer, 1974).

Notes de fin

1 Je livre au lecteur ce texte bien que je ne sois pas parvenu à l’intelligibilité que j’aurais souhaité donner de la question dont je traite. Je tiens à remercier Daniel Cefaï et Cédric Terzi qui m’ont tenu la main, et Danny Trom qui a manié les forceps au cours d’un accouchement difficile. Pour filer la métaphore : le bébé est vivant grâce à eux ; s’il a le crâne déformé, la responsabilité m’incombe seul.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search