Version classiqueVersion mobile

L’expérience des problèmes publics

 | 
Daniel Cefaï
, 
Cédric Terzi

Le travail de publicisation des problèmes. Revendiquer, critiquer, mobiliser

D’une vérité à l’autre sur les crimes du passé1

Le cas du Chili

Paola Diaz

Texte intégral

  • 1 Je tiens à remercier pour leur commentaires et suggestions Alain Bovet, Daniel Cefaï, Louis Quéré e (...)

1Le problème de la vérité sur les crimes du passé est aujourd’hui à l’agenda de nombreux pays qui ont vécu une période de violence politique. Ce sujet a été abondamment traité par les historiens français ces dernières décennies à propos, notamment, de la Shoah et de la guerre d’Algérie (Vidal-Naquet, 1995 ; Le Débat, 1998 ; Rousso, 2001 ; Wieviorka, 2002, 2005). Au-delà du contexte français, « la vérité sur les crimes du passé » constitue un domaine de recherche dans le champ du droit pénal international et du droit humanitaire. L’essor de la justice pénale internationale, dans les années 1990, a impulsé de nouvelles réflexions sur les effets que des procès peuvent avoir sur les processus de révision du passé et sur la production des mémoires collectives (Osiel, 2006).

2La « vérité sur le passé » constitue également un chapitre des recherches, en science politique, sur les transitions démocratiques (O’Donnell, Schmitter & Whitehead, 1986), et notamment sur la justice transitionnelle. La notion formule une conception de la justice fondée non sur la pénalisation des responsables des violations des droits de l’homme, mais sur les réparations accordées aux victimes de celles-ci. La justice transitionnelle aspire ainsi à concilier les intérêts des anciens tenants du pouvoir et les revendications de justice des victimes. Les commissions de Vérité et/ou Réconciliation sont le dispositif le plus répandu de ce type de justice restauratrice (Hayner, 1994 ; Teitel, 2003 ; Elster, 2004).

  • 1 Entre autres, l’International Center of Transitional Justice (ICTJ) dont le siège est à New York et (...)

3Pour ses critiques, la justice transitionnelle remplit une fonction de rationalisation rétrospective d’une série de pratiques hétéroclites, allant de la gestion des changements politiques à la formation de réseaux d’expertise, tels les think tanks in peacebuilding1. Ces pratiques ont en commun d’œuvrer à la pacification des conflits et à la mise en place d’une « transition prudente » (ARSS, 2008a et b ; Guilhot, 2005 ; Lefranc, 2006, 2008b, 2009). Les enquêtes développées en France au début des années 2000 sur ce sujet analysent les mobilisations et les stratégies d’un vaste spectre de réseaux d’acteurs engagés dans des rapports de force : associations de victimes, ONGs de défense des droits de l’homme, opérateurs internationaux de post-conflit, organisations professionnelles, politiques, bureaucratiques et financières (Le Pape, Siméant & Vidal, 2006 ; Lefranc, 2002, 2006, 2008a).

4C’est le cas du Chili qui retiendra ici notre attention. Les processus d’établissement de la vérité sur les crimes du passé seront examinés à la lumière d’une sociologie de l’expérience publique. Cette perspective partage l’intention critique des autres analyses, mais vise, in fine, à retracer les processus de mise en place du régime social et politique d’après la dictature. Elle demande de faire un pas en deçà de l’analyse des rapports de force en tant que ressource explicative, et d’être attentif à leurs modalités d’accomplissement pratique. La question est ainsi déplacée : dans quelles circonstances la vérité pour la réconciliation s’est-elle imposée comme un impératif consensuel au détriment de la vérité pour la justice ?

5La sociologie de la forme « affaire » et de la dénonciation publique, développée en France par la sociologie politique et morale, nous éclaire sur une alternative possible à la montée en généralité de ce que ce courant appelle des sentiments d’injustice et d’indignation. L’épreuve de la justification publique transforme ces sentiments en « causes » et ouvre sur des scénarios de publicisation qui ont été étudiés à propos des « affaires », de Socrate à l’affaire Pinochet (Boltanski et al., 2007). L’ethnographie des procès pour crimes contre l’humanité et du tribunal qui les instruit (Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie) constitue un prolongement récent de cette perspective. Les travaux de Claverie (2009a, b et c ; et Boltanski, 2007) permettent de mieux comprendre ces processus institutionnels ainsi que leur rôle dans le travail d’établissement de la vérité.

  • 2 « Disparition politique » est la catégorie que les activistes des droits de l’homme en Amérique lat (...)

6De notre point de vue, les enquêtes au cours desquelles la « disparition politique »2 a été constituée en fait que l’on peut dénoncer, en problème public et politique et en catégorie d’action publique, indiquent que la formation de causes n’est qu’une modalité particulière de la dénonciation publique. Au lieu d’illustrer une forme de publicisation tenue pour acquise, nous essaierons de montrer comment les pratiques d’établissement de la vérité sur les crimes du passé ont constitué des figures de collectifs politiques.

La vérité comme problème public

  • 3 Mon enquête s’inspire en particulier de la recherche sur les publics de Terzi (2005) et de Bovet et (...)

7Les enquêtes qui s’efforcent d’établir des faits participent à la cristallisation d’un récit de vérité. Celui-ci n’est ni arbitraire ni subjectif : il est une configuration publique de la réalité sociale tributaire d’une série de contraintes contextuelles et pratiques (Dupret & Ferrié, 2008 ; Quéré, 2008). Ainsi, selon une posture inspirée de l’ethnométhodologie (Zimmerman, 1974), de travaux d’ordre phénoménologique (Arendt 1961, 1972 ; Dulong, 1998) et de la sociologie de l’expérience publique3, nous développerons l’idée selon laquelle la « vérité de fait » procède d’un accomplissement pratique, validé publiquement.

  • 4 Selon Arendt, « La vérité de fait est toujours relative à une pluralité [de points de vue] : elle c (...)

8Selon Arendt (1972), on peut distinguer la vérité propositionnelle ou théorique qui s’oppose à l’opinion (i.e. les vérités mathématiques par exemple), de la vérité factuelle (en relation aux événements dans le monde social), qui devrait être la limite de l’opinion. Selon l’auteure, le propre du politique est d’être le territoire de l’opinion plutôt que le royaume de l’exactitude. Dans le politique règne le vraisemblable. La condition de possibilité d’une pluralité d’opinions est la référence commune à des vérités de fait4 : les faits opposent une contrainte à l’opinion (on ne peut pas affirmer n’importe quoi), mais celle-ci ne pourrait pas se développer sans le socle que constitue un ensemble de vérités communes. Dans cette perspective, Dulong (1998, p. 132) remarque que « l’espace public […] ne saurait se passer de la vérité [de fait]. Son fonctionnement requiert l’existence de faits connus en commun comme “le passé”. L’échange des opinions a pour condition de possibilité l’arrière-plan d’une réalité irrécusable. » La « vérité factuelle » n’est cependant jamais donnée une fois pour toutes. Elle est élaborée et modifiée en relation avec des environnements en mouvement.

9Nous proposons de comprendre l’établissement de la vérité sur les crimes du passé comme la constitution d’un récit de vérité au moyen d’une enquête, au sens de Dewey (2010), pour attester les faits, cette enquête impliquant un public. Dans cette veine plus pragmatiste que phénoménologique et kantienne, le public est conçu en référence à une forme de pâtir et d’agir ensemble face à une situation ou un événement, plutôt qu’à la formation discursive d’une opinion collective. Le public est une forme d’association particulière. Il implique une relation dynamique et globale entre les sujets de l’action et leur situation. Il surgit dans l’activité d’identifier, de problématiser et de publiciser une situation subie (Quéré, 2003).

10La vérité factuelle se constitue comme telle en relation avec l’activité d’un public qui enquête sur les faits et se fait le public de cette vérité. Elle reste indépendante de l’opinion. Toutefois, pour que la vérité acquière une existence sociale, elle doit susciter une large adhésion : le vrai est nécessairement intersubjectif, et, pour Peirce, la vérité est liée à une communauté en vertu d’un « principe logique social ».

11De plus, comprendre l’exigence de « vérité sur le passé » comme un problème public (Cefaï, 1996 ; Gusfield, 2009) requiert de postuler que le défaut de vérité n’est pas un problème per se, pour toute société ayant expérimenté le type de crime qui retient notre attention. Qu’il le devienne suppose une série d’activités non spontanées, tantôt individuelles tantôt collectives, qui transforment l’expérience en une expérience publique, avec un degré de généralité tel qu’elle pourrait conduire à l’engagement d’une action publique par l’État.

12La vérité comme objet d’expérience publique est donc le fruit d’une série d’activités pratiques et situées qui s’inscrivent dans une dynamique d’enquête pouvant donner lieu à la constitution d’un problème public. Les « savoirs » qui y sont impliqués sont compris comme produits par une « enquête publique » qui, selon Dewey (2006), cherche à configurer, à définir et à contrôler une situation auparavant indéterminée et floue.

13Pour rendre compte du processus d’enquête à propos de la vérité sur les crimes du passé au Chili, nous montrerons, dans une première partie, comment la disparition des opposants à la dictature a été constituée en un « problème de type public ». Cette dernière expression vise à « ajuster » à un contexte autoritaire une notion historiquement ancrée dans des traditions démocratiques (Quéré & Cottereau, 2003). Nous nous appuierons sur une série d’entretiens avec des dirigeants et des membres de l’Association de familles de détenus disparus (AFDD), ainsi que sur une série de documents publiés par cette organisation (déclarations, projets, tracts) (Diaz & Gutiérrez, 2009). Le choix de cette association tient au rôle cardinal qu’elle a joué dans la constitution du problème de la vérité concernant les disparitions politiques au Chili. À partir de 1990, elle fut le principal interlocuteur des gouvernements démocratiques successifs et l’un des principaux protagonistes de la dénonciation des crimes de la dictature.

14Dans une seconde partie, nous montrerons le changement de statut de la vérité sur le passé à partir de la transformation qu’a subie le « problème de type public » de la disparition politique dès lors qu’il a été traité par le premier gouvernement élu, après la dictature (1990). Pour ce dernier, les crimes du régime dictatorial étaient définis de manière générique comme le « problème des droits de l’homme » – une « affaire délicate », selon les mots du président Patricio Aylwin (1990-1994), qui devait se régler avec « prudence ». En fait, la prise en charge du problème par les pouvoirs publics a impliqué, d’une part, un premier geste de reconnaissance globale de la vérité sur les disparitions politiques, d’autre part, une dépossession et une « dépolitisation » du problème. En effet, la revendication de vérité avait jusqu’alors été portée par les opposants à la dictature et par les associations de victimes, qui agissaient dans un univers de signification politique plus radical, lié à des aspirations au changement social. Dans la parole gouvernementale et présidentielle, la vérité sera, au contraire, ordonnée à la pacification, la normalisation, la réconciliation et l’inclusion des anciens « ennemis » en un seul et unique collectif : les Chiliens.

L’émergence d’un problème de type public dans un contexte non démocratique

  • 5 Alliance composée par le Parti socialiste (PS, auquel appartenait le président Salvador Allende), l (...)

15C’est dans les premières années de la dictature (1973-1978), à la suite du renversement du gouvernement dirigé par Salvador Allende (1970-1973) par les militaires, le 11 septembre 1973, que se sont produites la plupart des exactions et des répressions politiques : licenciements, emprisonnements, tortures, exécutions. Parmi celles-ci, la « disparition politique » fut une pratique répressive inconnue au Chili jusqu’alors. Des arrestations massives de dirigeants sociaux et politiques, ainsi que de fonctionnaires du gouvernement de l’Unité populaire5 ont eu lieu. Une partie des personnes arrêtées a été dirigée vers des centres de détention connus (camps de concentration, prisons, commissariats), mais certaines ont été enfermées dans des centres clandestins, ont été assassinées ou sont mortes sous la torture, avant que leurs ravisseurs fassent disparaître leur corps.

  • 6 Différents régimes d’exception constitutionnelle ont été mis en place pendant la dictature (1973-19 (...)

16Cette manière de raconter « ce qui s’est passé » au Chili n’avait pas la force d’une évidence pendant les premières années de la dictature. Pour pouvoir raconter cette histoire, et attester de sa factualité et de sa vraisemblance, il a fallu un long travail collectif d’enquête passant par la constitution de la disparition en problème public. Mais peut-on parler de problème public sous un régime politique autoritaire où les médias étaient censurés et les débats publics formellement interdits6 ? Sous une dictature militaire, la dénonciation de la falsification et du mensonge, tenue pour légitime dans les régimes démocratiques, ne peut pas s’exercer, ou alors seulement de manière très restreinte. C’est pour tenir compte de la singularité des processus de publicisation dans un contexte autoritaire que nous parlerons de « problème de type public » à propos des disparitions.

Catégorisations : savoir pratique et dénonciation publique

17Nous appréhenderons d’abord le travail collectif de constitution de la disparition comme « problème de type public » au travers d’une analyse des activités de catégorisation de l’AFDD. En effet, l’action contre la disparition politique des proches, la dénonciation de son existence et la sensibilisation d’un public plus large que les familles directement affectées par ce crime sont passées par des activités de catégorisation.

  • 7 Pronunciamiento est la forme substantive du verbe « se prononcer ».
  • 8 Selon la Doctrine de sécurité nationale (DSN) mise en œuvre en Amérique latine à partir des années  (...)

18Catégoriser ce n’est pas simplement attribuer un nom aux choses. En effet, les catégories désignent « à la fois des principes de construction de la réalité et des réalités objectives émergentes produites d’après et par ces principes ». En ce sens, « les catégories ne sont ni des classes, ni des concepts, ni des mots, mais le produit d’activités sociales au moyen desquelles se constitue intersubjectivement l’objectivité du monde social » (Fradin, Quéré & Widmer, 1994, p. 34). C’est pourquoi un conflit de catégorisation n’est pas une simple dispute lexicale. Ainsi nommer le renversement du gouvernement Allende « coup d’État » ou pronunciamiento7 militaire c’est en faire un événement complètement différent, suscitant des attitudes et des réponses elles aussi très différentes : la première expression souligne l’illégitimité de l’acte tandis que la seconde déclare la légitimité de la prise de pouvoir. La même lutte catégorielle a eu lieu à propos des disparus : tandis que l’AFDD dénonçait les disparitions politiques, le régime militaire et les médias « autorisés » en niaient l’existence en parlant plutôt de « présumés disparus ». Plus précisément, le régime autoritaire tenta de faire de ces disparus des traîtres à la patrie et des ennemis de la nation8, expliquant ainsi leur disparition et leur contestant le statut de « sujet réprimé » (Raszczynsky, Rojas & Barcelo, 1991).

19L’expérience vécue de la disparition d’un parent n’étant pas directement partageable ni communicable, elle s’est constituée, petit à petit, en une expérience publique au moyen d’une activité d’objectivation. Nommer cette disparition « détention-disparition », ou encore « disparition politique », a permis d’agir et de passer de la douleur privée de la perte d’un proche – certes jamais effacée – à une dénonciation publique d’un crime politique, dont les parents pouvaient identifier et accuser les responsables, et pour lequel ils pouvaient réclamer justice. En effet, catégoriser est une activité qui engendre des conséquences pratiques et morales. Cette activité participe du processus de montée en généralité d’une cause qui deviendra, comme on le verra, un problème de type public où la vérité sur les faits est en lien direct avec l’exigence de justice (tantôt pénale, tantôt politique).

20La plupart des détenus étaient des dirigeants sociaux et politiques, et la plupart des disparus des militants des partis de gauche, notamment du Mouvement de gauche révolutionnaire (MIR), du Parti socialiste (PS) et du Parti communiste (PC). Entre 1973 et 1975, la majorité des détentions ont visé les militants du MIR. À la différence des partis communiste et socialiste, le MIR était un mouvement récent, fondé en 1965 et dirigé par de jeunes intellectuels et universitaires. Ce sont leurs parents – notamment des femmes, sans expérience associative ni militante préalable – qui ont initié la recherche des disparus au Chili. Dans cette première période, ces femmes appelaient leurs parents arrêtés simplement « détenus » et elles n’envisageaient leur possible arrestation que dans le cadre des procédures routinières et légales. Par conséquent, elles n’entamaient des démarches qu’auprès des institutions compétentes en matière d’arrestation : commissariats, casernes, ministère de l’Intérieur, Secrétariat national de détenus (SENDET) et tribunaux de justice.

  • 9 Cinq mille recours d’habeas corpus ont été présentés entre 1973 et 1979, trois seulement ont été ad (...)

21Après des mois de recherches et de démarches infructueuses par les moyens légaux disponibles (notamment le recours au principe de l’habeas corpus), elles se sont rassemblées à la fin de l’année 1974 dans un collectif qui s’est fait appeler « Groupement de familles de détenus ». Elles ont alors commencé à appeler leurs parents « détenus non retrouvés » (detenidos no encontrados) (voir Ruz, 2004), tout en continuant à inscrire leur action dans les procédures légales et à adresser des lettres aux autorités, spécialement au général Pinochet et au ministre de l’Intérieur. Mais les recours en justice ont été systématiquement rejetés par les tribunaux, au motif que les faits avérés manquaient, les tribunaux acceptant, sans entamer d’enquêtes, les réponses apportées par le ministère de l’Intérieur qui niait l’existence des arrestations9. Contrairement aux pouvoirs législatif et exécutif, le pouvoir judiciaire n’avait pas été dissous. Par le décret militaire no 1 de 1973, la junte au pouvoir stipulait qu’il pouvait rester en place « dans la mesure où la situation le permet[tait] » (CNVR, 1996, p. 85). En fait, la plupart des juges ont été maintenus dans leurs fonctions car ils appuyaient idéologiquement le régime militaire. À ce déni de justice de la part des tribunaux s’est ajouté le déni de réalité (Cottereau, 1999) de la part des nouvelles autorités militaires. Comme résultat de leurs démarches, les familles obtenaient pour toute réponse soit la simple négation de l’existence même de la personne (en tant que citoyen chilien en vie), soit la négation de sa mise en détention.

  • 10 Entretien avec Mireya Garcia, vice-présidente de l’AFDD, Santiago, mars 2006.
  • 11 Dans les deux listes publiées par deux périodiques, l’un brésilien, l’autre argentin, figuraient de (...)

22À partir de 1975, le collectif Groupement de familles de détenus a progressivement substitué la catégorie « détenus disparus » (detenidos desaparecidos) à celle de « détenus non retrouvés », et a transformé son nom en « Association de familles de détenus disparus (AFDD10) ». Le changement de catégorie s’est produit graduellement, en lien avec une série d’événements. En premier lieu, en 1975 ont paru des articles de presse (en Argentine, au Brésil et ensuite au Chili) publiant la liste de cent dix-neuf Chiliens morts lors d’affrontements entre guerilleros11. Or cette liste de noms correspondait à cent dix-neuf « détenus non retrouvés ». Ensuite, en 1976, les prisonniers des camps de concentration ont été libérés, mais les « détenus non retrouvés » ne s’y trouvaient pas. Enfin, en 1978, les dépouilles de quinze paysans auparavant signalés comme « détenus non retrouvés » ont été découvertes au sud de la ville de Santiago, dans la localité de Lonquén (AFDD, 1997).

  • 12 « Dans les dispositifs de catégorisations “occasionnés” […] le fait que deux catégories ou plus son (...)

23Ces événements et le recueil des témoignages des prisonniers passés par les mêmes centres de détention clandestins ont permis de reconfigurer la situation. Il ne s’agissait plus de détenus « traditionnels » susceptibles de recouvrer leur liberté, mais de « détenus disparus ». Cette catégorie inédite ne répondait à aucune expérience locale préalable. Elle ne renvoyait pas à une typification structurée, ni à une définition précise de ce qu’est un détenu disparu mais à quelques traits qui englobent une unité de destin. Elle implique une corrélation chronologique, une « collection occasionnée de catégories12 » : il s’agit d’une personne qui a été détenue, avant qu’on la « fasse disparaître ».

Dynamiques de mobilisation et généralisation de la cause

  • 13 Selon l’étude de Padilla (1995) portant sur 1193 détenus disparus, parmi les 69 % pour lesquels on (...)
  • 14 Entretien avec Viviana Diaz, présidente de l’AFDD, Santiago, mars 2007.

24À la disparition des militants du MIR à partir de 1973 s’est ajoutée, à partir de 1976, celle des militants du PS et du PC chiliens13. Cela eut pour conséquence d’accroître les effectifs de l’Association ainsi que de changer son mode de fonctionnement et ses actions contestataires14. En effet, à partir de ce moment, les parents des disparus ont commencé à manifester dans les rues en arborant systématiquement une pancarte accrochée à leur poitrine avec le slogan : Où sont-ils ? Ils ont également adopté des formes de protestation plus visibles comme les enchaînements aux bâtiments publics et les grèves de la faim.

25Le développement de ce type d’activité protestataire est à rapporter non seulement à l’inefficacité tant des recours en justice que des traditionnelles lettres et déclarations adressées aux autorités et à la communauté nationale, mais aussi à la socialisation politique des nouveaux membres de l’Association, parents de militants du PS et du PC. Aguerris par un engagement militant préalable, ils épousent une nouvelle cause, désormais familiale et amicale, sans cesser d’être politique. Et de fait, l’AFDD s’est développée durant la dictature dans un « environnement de dissidence » à l’intérieur duquel l’engagement sur le problème de la disparition marquait une opposition au régime militaire et à ses partisans.

  • 15 La presse dissidente était composée d’une dizaine de publications liées à différentes organisations (...)

26Dans ce contexte, les opérations de catégorisation se sont structurées en une lutte polarisée autour de l’établissement de la disparition comme réalité indéniable et d’une demande de justice. La publicisation de la cause des disparus s’est ainsi développée au travers de réseaux internationaux et de la presse dissidente nationale qui a rapidement vu le jour durant la dictature au Chili15. Au début de la dictature, ce type de presse était principalement lu par des militants et les membres des associations mais, avec le maintien du régime, l’opposition (au sens large du terme) s’est structurée et le lectorat dissident s’est élargi.

  • 16 Entretien avec Mireya Garcia, vice-présidente de l’AFDD, mars 2006.

27Manifeste dans les déclarations publiques de l’AFDD, le changement de slogan dénonciateur, passant de Ils les ont emmenés vivants, on les veut vivants avant 1975, à Où sont-ils ?, lorsque les détenus ont commencé d’être appelés « détenus disparus16 », indique une transformation du mode de l’action collective liée à une mutation dans le procès de catégorisation. Ce n’est pas le simple fait d’appeler les choses autrement qui a changé la pratique, mais plutôt celui de donner à la réalité une configuration différente. Les parents des disparus et leur association ont cherché à fournir des preuves à l’appui de la factualité des disparitions (témoignages, dénonciation de mensonges comme celui de la « liste des 119 », etc.). Cette factualisation de la disparition a été le fruit d’une action collective menée en opposition à la négation des crimes par le régime militaire.

  • 17 C’est-à-dire les églises (notamment l’Église catholique), les avocats des droits de l’homme, les as (...)
  • 18 Voir Entretien avec Viviana Diaz, présidente AFDD, mars 2007.

28De même, la désignation des disparus comme victimes d’une action intentionnelle, qui engage des culpabilités et des responsabilités, notamment au niveau de l’État, a permis à l’expérience de la disparition d’un proche de devenir une expérience collective et publique. La collectivité politique a été prise à témoin par les « diseurs de vérité » (Arendt, 1972 ; Dulong, 1998), et appelée à se sentir concernée par le problème. De ce fait, la catégorie « détenu disparu » a bel et bien eu une efficacité politique. Elle a été un vecteur de généralisation de la cause. En effet, dans l’adoption de nouvelles formes de manifestation, comme les enchaînements aux bâtiments des institutions nationales et internationales (l’ancien Congrès national, l’Onu, l’Unesco), ou les grèves de la faim, ainsi que dans les déclarations qui les accompagnaient, on observe un changement des destinataires de la dénonciation publique. Celle-ci ne s’adresse plus seulement au régime et/ou aux réseaux les plus proches de l’Association17. Ce sont désormais tous les Chiliens et, plus largement, les observateurs internationaux (ONG, opinion publique internationale et organisations interétatiques) qui sont interpellés18.

  • 19 « L’opposition à la dictature » est ici entendue comme l’ensemble des réseaux et des acteurs sociau (...)

29La constitution de ce type de public-destinataire plus large a permis d’ériger la disparition en un problème de type public, qui concerna progressivement toute « l’opposition à la dictature19 », ainsi que des publics internationaux sensibles aux problèmes qu’il est convenu d’appeler « atteintes aux droits de l’homme ». Il faut préciser ici que la catégorie « détenu disparu » avait deux connotations : l’une associait le disparu à un résistant, l’autre à une victime. La première évoquait principalement un homme, militant, jeune, mû par les idéaux de la gauche chilienne et latino-américaine – bref, une figure proche du type-idéal du martyr. La seconde évoquait plutôt une personne quelconque, homme ou femme, tous âges confondus, militant ou pas, bref un(e) Chilien(ne). Au fil du temps, cette figure de victime (de crime contre l’humanité) sera de plus en plus mise en avant dans le discours associatif et mobilisée face à différents destinataires afin d’obtenir une reconnaissance de ce statut pour leurs parents.

30La dénonciation adoptera alors une catégorie appartenant au droit international humanitaire : celle d’humanité. Il s’agit d’une catégorie qui permet une généralisation plus large que la référence aux disparus comme à des héros de gauche. Son adoption participe de l’essor global du lexique des droits de l’homme. La montée en puissance et l’internationalisation de ce discours, dans les années 1980 et jusqu’à nos jours, ont permis d’étendre le cercle des sympathisants des causes humanitaires et d’atténuer la portée du passé militant de la plupart des détenus disparus. Cette re-catégorisation dé-politisante a préfiguré le passage de la dénonciation à la réconciliation, en oblitérant le caractère actif de la catégorie « militant ».

  • 20 La négociation apparaissait comme la voie de transition vers la démocratie. Les partis politiques l (...)

31Au début des années 1980, ces catégories ont été reprises par les partis d’opposition à la dictature, au moment où nombre de leurs militants rentraient clandestinement d’exil, ce qui favorisa leur rapprochement avec l’AFDD. C’est ainsi qu’entre 1985 et 1988 l’Association obtint l’engagement des partis de l’opposition, en négociation avec le régime, d’inclure la cause des détenus disparus dans leurs revendications20.

  • 21 Dans la Constitution de 1980, le régime militaire avait prévu le passage à une « démocratie protégé (...)

32Mais la dictature n’est pas tombée à cause de ces mobilisations, qui se sont d’ailleurs peu à peu estompées, mais par la voie d’un référendum prévu par la Constitution politique de 1980, auquel la plupart des partis d’opposition ont décidé de participer. En 1988, les Chiliens ont ainsi été invités à se prononcer sur le maintien de Pinochet au pouvoir21. Si le scrutin a conduit à la fin de la dictature, les résultats indiquent que les Chiliens qui ont voté restaient divisés par rapport au régime de Pinochet : 53 % ont voté non à la continuité du régime, 44 % oui.

33Le clivage entre partisans du régime de Pinochet et opposants a aussi opéré en ce qui concerne la vérité sur les crimes du passé. Les forces armées et la droite politique n’ont reconnu que très tardivement l’existence de telles exactions, pour la plupart commises par des agents de l’État. Ce n’est qu’à la fin de 2004 que l’armée de terre, à travers la déclaration de son commandant en chef, Emilio Cheyre, dans un journal national (La Tercera), a reconnu sa responsabilité dans les faits.

34Durant des années, les Chiliens ont été nettement divisés quant à l’interprétation de leur histoire. « La vérité sur les crimes du passé » a été un objet de conflit. Elle n’a donc pas constitué un socle commun pour la collectivité politique. De ce fait, elle a aussi été un enjeu politique important pour les gouvernements successifs de la période post-dictatoriale. Définie de manière générique comme « le problème des droits de l’homme », elle a notamment été au centre de l’action publique du premier gouvernement élu.

Une politique gouvernementale de vérité : au service de la réconciliation

35La réponse concrète du premier gouvernement élu au problème des droits de l’homme a été de mettre en place une commission « Vérité et Réconciliation », et non une commission « Vérité et Justice », comme le demandaient les organisations de défense des victimes. Celles-ci revendiquaient « toute la vérité » sur le destin de leurs parents, ce qui impliquait de connaître l’identité des bourreaux afin que justice (pénale) soit faite. Or, la vérité recherchée par la nouvelle commission fut ordonnée à la réconciliation nationale et non à la condamnation des responsables. Nous insisterons sur la signification de cette mutation pour la configuration du problème public de la vérité.

36Pour comprendre comment cette commission a contribué à la redéfinition du problème de la vérité, nous examinerons d’abord les propositions d’identification à la collectivité politique proposées par le président de la République, Patricio Aylwin. En effet, si le travail d’établissement de la vérité était auparavant porté comme une affaire de justice par les associations de victimes dans le champ de l’opposition à la dictature, il est désormais traité par le gouvernement dans le contexte d’une politique de reconstruction démocratique visant à la réconciliation et à l’unité nationales. Nous décrirons ensuite le statut de la commission et ses principaux procédés de factualisation tels qu’ils ont été présentés par le président de la République. Enfin, nous analyserons brièvement la controverse publique qui s’est développée à propos de la publication du rapport de la commission afin d’illustrer la relation qui s’est établie entre son travail (enquête officielle sur les faits) et le travail de l’opinion (réception du rapport par le public) dans l’élaboration d’un récit national de vérité sur le passé.

Une politique de vérité

37Le 11 mars 1990, Patricio Aylwin reçoit des mains du général Augusto Pinochet les emblèmes du pouvoir politique. Cette cérémonie lui confère le statut de président mais son pouvoir reste encore à conquérir sous les conditions institutionnelles de cette nouvelle démocratie. Le 12 mars, Aylwin prononce un discours au cours d’une cérémonie au Stade national, la principale enceinte sportive du pays qui fut aussi un centre de détention et de torture pendant les premiers mois de la dictature. Cette allocution présidentielle, qui a acquis un caractère emblématique, est encore régulièrement citée, plus de vingt ans après avoir été prononcée. Le discours d’Aylwin proposait d’établir un accord, qui avait le caractère d’une promesse et d’un engagement, entre le président et les citoyens : « Aujourd’hui nous assumons l’engagement de reconstruire notre démocratie. »

38Trois propositions d’identification peuvent être relevées dans ce discours : une définition du collectif politique comme unité (qu’est-ce que le Chili et quel est son avenir ?) ; une définition de la situation politique (le changement de régime comme transition graduelle vers la démocratie et comme situation à risque) ; et à partir de ces deux propositions, un programme d’action (une politique publique). Ce programme comporte un volet qui nous intéresse tout particulièrement puisqu’il renvoie à une politique des droits de l’homme, centrée sur l’établissement (esclarecimiento) de la vérité en vue du pardon, et sur le pardon en vue de la réconciliation.

Nous avons dit – et nous le réitérons solennellement aujourd’hui – que la conscience morale de la nation exige que la vérité soit établie au sujet de la disparition de personnes, des crimes horribles et d’autres violations graves des droits de l’homme qui ont eu lieu pendant la dictature. Nous avons dit aussi – et aujourd’hui je le répète – que nous devons aborder cette délicate affaire en conciliant la vertu de la justice et la vertu de la prudence. Et lorsque les responsabilités pénales seront établies, l’heure du pardon arrivera. (Aylwin, discours du 12 mars 1990 ; nous soulignons)

39La première proposition d’identification définit le Chili comme un collectif uni. Elle répond à une situation de reconstruction d’une société qui, selon les mots d’Aylwin, a été déchirée par une guerre fratricide. Il s’agit d’exorciser la violence comme source de division pour constituer ce que le Président appelle, dans son discours, une « nation de frères ». La fratrie comme forme de collectif politique suppose de surmonter les divisions et de restaurer ce qui est tenu pour la source originaire et essentielle de l’unité : l’« âme du Chili ». Ainsi, le président présente-t-il dès le début de son discours le moyen pour recouvrer l’unité :

Nous fêtons aujourd’hui un nouveau jour. Plutôt que de célébrer le triomphe que nous avons formellement concrétisé hier, lors de la transmission du mandat auprès des Chambres réunies, nous signifions solennellement, par cette belle rencontre, notre ferme volonté de forger l’unité nationale par des chemins de réconciliation entre les Chiliens, sur les bases du respect mutuel, de l’empire strict de la vérité, de l’entrée en vigueur du droit et de la recherche constante de la justice.

  • 22 Le système électoral établi par la Constitution de 1980 est binominal et non proportionnel. Il enge (...)
  • 23 La loi d’amnistie (décret-loi n°2191) a été promulguée le 18 avril 1978. Elle absout les délits com (...)

40L’unité de la nation dépendrait ainsi de la vérité partagée sur son passé comme socle commun. Cela suppose que soit résolu le problème des droits de l’homme, sur la base, entre autres, de « l’empire de la vérité ». En effet, selon un principe réaliste de transition politique, où la voie parlementaire se trouvait bloquée par une majorité d’opposition (de droite22) et la voie judiciaire par une loi d’amnistie23 édictée par le régime dictatorial et respectée par le gouvernement, le programme d’action d’Aylwin préconisait la recherche de la vérité concernant les « plus graves violations des droits de l’homme » entendues comme celles ayant entraîné la mort. Dans un discours ultérieur (24 avril 1990), le président Aylwin annonçait la création, par décret suprême, d’une « commission de vérité et réconciliation » composée de « personnes de la plus haute qualité morale ».

41Cependant, une politique de la vérité non punitive comportait certains problèmes : comment constituer une collectivité nationale unie et, dans le même temps, révéler la vérité sur un passé récent qui met à mal cette prétendue unité ? Les experts de la commission et leur enquête officielle sur la vérité représentent ici une possibilité de surmonter ce problème par la production d’un nouveau tiers médiateur de la collectivité politique. Il ne sera plus à caractère métaphysique (« l’âme du Chili »), mais fondé sur une vérité présumée objective, produite par des procédés rigoureux d’administration de la preuve, certifiée par la haute qualité morale des enquêteurs et qui peut prétendre à être reconnue par l’ensemble de la collectivité politique et non seulement par les opposants à la dictature.

42Ainsi, dans le discours présidentiel du 24 avril, la commission est présentée comme un organisme politiquement indépendant, composé de huit personnes de haute qualité morale possédant une grande compétence technique et se répartissant équitablement entre proches de l’ex-régime militaire et personnes favorables au gouvernement élu. Cet équilibre politique était censé favoriser l’efficacité attendue du dispositif dans la production d’une « vérité pour la réconciliation ». Car le président ne se contentait pas d’investir la commission d’une mission de recherche – « établir le cadre le plus complet possible des faits graves allégués (violations des droits de l’homme) » – ; il lui assignait aussi et surtout une visée débordant son champ d’expertise : la réconciliation. Cet objectif figurait en ces termes dans le premier article du décret de création de la commission : « Que soit créée une commission nationale de vérité et de réconciliation qui aura pour objectif de contribuer à démêler la vérité sur les plus graves violations des droits de l’homme commises durant les dernières années [...] afin de collaborer à la réconciliation de tous les Chiliens. »

43Aux huit personnalités (principalement des juristes) assurant la direction de la commission était adjointe une équipe composée d’avocats et d’assistantes sociales. Celle-ci a contribué à l’enquête, en interviewant les parents des disparus et des exécutés, et en validant leurs récits auprès des institutions de l’État et des organismes de défense des droits de l’homme (ce que le rapport appelle des « investigations postérieures »).

De la vérité contre la dictature à la « vérité pour la réconciliation »

44Mais comment répondre à la demande d’« une vérité pour la réconciliation », c’est-à-dire d’une vérité assujettie à un objectif politique ? Il semble que les membres de la commission se soient accordés pour comprendre cette sollicitation, et l’honorer, en produisant une « reconnaissance des faits » :

Nous avons estimé que collaborer avec l’État du Chili pour établir la vérité, de façon sereine et impartiale, servirait à ce que la société assume une attitude de reconnaissance de ces faits. (CNVR, 1991, XV)

45Ainsi, la principale activité de la commission et de son rapport a été de produire des « faits reconnaissables ». Dans les termes de Dulong (1998), elle a été un « opérateur de factualité », traduisant les narrations des événements en récits susceptibles d’être attestés ou capables de passer une épreuve de vérification.

46Mais, comme on l’a vu, les violations des droits de l’homme sur lesquelles la Commission a enquêté avaient déjà fait l’objet, depuis 1974, de multiples investigations et dénonciations de la part des associations des familles de victimes, de leurs avocats et des organisations de défense des droits de l’homme. D’ailleurs, la commission a déclaré s’être appuyée largement sur les données produites par ces organisations. Ceci étant, pourquoi ne pas avoir sollicité leurs membres comme experts dans la commission ? Pour la même raison qui a poussé le président Aylwin à ne pas appeler celle-ci « commission Vérité et Justice ». Dans le contexte de cette politique gouvernementale des droits de l’homme, la vérité était conçue comme un pas vers la réconciliation et non comme un pas vers la justice punitive, ce qui, selon Aylwin, aurait réveillé les divisions et mis en danger la stabilité de la nouvelle démocratie. La vérité devait être porteuse de paix et de réconciliation et opérer comme médiation pour instituer un collectif uni. Les personnes associées à la défense des droits de l’homme étant également celles qui s’étaient opposées à la dictature, elles ne remplissaient pas les conditions de neutralité nécessaires à l’unité, car l’objectif était désormais de réunir ceux qui étaient jusqu’alors dans des camps opposés.

47Ceci étant, le savoir établi par les enquêtes menées par les dénonciateurs des violations des droits de l’homme a été partie prenante au processus de factualisation réalisé par la commission. Mais le caractère conflictuel de ces enquêtes a été supprimé. Le savoir constitué dans une opposition au pouvoir dictatorial et à ses dénis de réalité et de justice faisait désormais partie d’une politique qui visait une reconstruction démocratique fondée sur l’unité et la réconciliation. Ainsi la vérité a-t-elle acquis un sens nouveau : elle a été publicisée pour concerner un public national ; elle n’a plus été recherchée pour demander justice et mobiliser les opposants.

48Les dénonciations des familles et les informations apportées par les organisations des droits de l’homme ont été traduites en « cas » sur la base desquels la commission a dressé une liste officielle de deux mille deux cent soixante-dix-neuf victimes de violations des droits de l’homme. Ce chiffrage, nécessaire au traitement administratif du problème, faisait partie d’une nouvelle factualisation, maintenant gérée par le gouvernement. La transformation de l’ancienne « vérité pour la dénonciation » en « vérité pour la réconciliation » passait également par l’adjonction à la liste des victimes de cent soixante-quatre cas correspondant à des personnes ayant subi des « violences de particuliers sous des prétextes politiques ». Sous cette appellation étaient désignées les victimes appartenant aux armées. Leur inclusion dans l’enquête était faite au nom du principe de neutralité qui permettait de faire passer la commission dans les négociations avec la droite politique. Malgré cela, la principale conclusion du rapport final concernant la période dictatoriale a été qu’au Chili, il n’y a pas eu de guerre civile ni de guerre tout court, car la résistance à l’« intervention militaire » n’avait duré que quelques jours et qu’il n’y avait donc pas eu « deux forces en présence » de même niveau.

49Si ce rapport semblait disqualifier la principale justification des forces armées et de leurs partisans concernant leur action antisubversive pendant la dictature contre l’« ennemi interne », en réalité il distinguait deux vérités : une vérité factuelle – la liste des victimes certifiées par le dispositif –, et une vérité historique. Appelée « cadre politique », cette dernière correspondait à une révision historique des causes attribuables au conflit politique et social chilien des années 1960 et 1970. La vérité de fait devait être reconnue par les personnes non directement concernées afin d’opérer comme une référence commune à partir de laquelle le débat et l’opposition seraient possibles, c’est-à-dire pour être considérée comme un passé partagé par la communauté nationale.

La vérité pour la réconciliation dans l’espace médiatique

50La production de cette vérité pour la réconciliation ne se comprend pas sans observer la reconnaissance publique qui lui a été accordée. Dans cette partie, nous décrirons les grands traits de cette reconnaissance – au sens d’un élargissement de sa réception aux personnes « non directement concernées » – dans le débat public généré dans la presse écrite chilienne par la publication du rapport de la commission.

Faire événement

51Le 8 février 1991, dans le cadre d’une cérémonie organisée au palais présidentiel et retransmise par la radio et la télévision, le président Aylwin reçoit le rapport des mains du président de la commission. Dans un bref discours, il annonce sa prochaine publication et crée une attente quant à sa réception :

Ce rapport […] qui a un caractère public mais dont j’ignore encore le contenu, constitue sans aucun doute la base fondamentale et décisive de la solution au grave problème auquel il fait référence [les violations des droits de l’homme]. Les premiers jours du mois de mars […] je m’adresserai à vous pour rendre public le texte intégral du rapport et, simultanément, formuler mes propositions.

52Pratiquement tous les journaux endossent cette mise en suspens d’une politique qui se veut événementielle et efficace. Entre le 8 février et le 4 mars, la presse traite le sujet sur le mode de l’attente. Les comptes rendus sur un document pas encore connu, mais très attendu, comportent une profusion de photos du rapport, attestant de son existence et lui conférant une réalité matérielle.

53Un « horizon d’attente » (Koselleck, 1990) qui oriente la discussion publique se constitue alors autour d’une « panoplie interprétative » (Gamson & Modigliani, 1989) centrée sur la reconstruction démocratique et polarisée selon une opposition droite/gauche. Les ex-partisans du régime militaire soutiennent que la responsabilité des crimes incombe à l’Unité populaire (gouvernement Allende), puisque, selon eux, les forces armées ont dû intervenir pour éviter une dictature totalitaire de gauche. De ce point de vue, la vérité du rapport est incomplète car l’enquête ne porte que sur la période militaire et non sur la période du gouvernement Allende (1970-1973). Dans le camp opposé, les organisations de victimes, les organisations des droits de l’homme et certains partis politiques de la gauche extraparlementaire affirment également que cette vérité est incomplète car elle ne concerne que les cas de mort, et non les autres violations des droits de l’homme. De plus, ils reprochent au rapport « à venir » l’absence probable des noms des coupables. Cette polarisation des positions n’est pas nouvelle au sein des champs politique et médiatique chiliens, elle renvoie au mode classique de confrontation pendant la dictature. Le changement provient plutôt d’une nouvelle figure de médiation : le gouvernement élu. Les porte-parole de ce gouvernement tentent pour leur part de temporiser en appelant les Chiliens à attendre l’annonce du président en même temps qu’ils se positionnent comme prescripteurs de la réception du rapport : la vérité contenue dans le rapport doit servir à la réconciliation.

Une vérité de fait pour la réconciliation

  • 24 Le rapport a été appelé par la presse Rapport Rettig, du nom du président de la commission Vérité e (...)

54Après un mois d’attente et de spéculations, pendant lequel la presse fournit de nombreux « avant-goûts » de la vérité à venir, le discours prononcé par le président le 4 mars 1991 est l’occasion d’une première médiatisation du rapport et de sa vérité. Ce jour-là, le journal El Mercurio annonce : « Ce soir à la radio et à la TV : le président Aylwin remet au pays le rapport Rettig24. » Le discours a été enregistré et retransmis par l’ensemble des médias audiovisuels.

55Dans sa présentation du rapport, le président accorde une place centrale à l’annonce des résultats quantifiables de l’enquête :

Le bilan de toute la période donne un résultat de 2 279 victimes, dont 164 sont considérées par la commission comme des « victimes de violence politique » [victimes au sein des partisans du régime dictatorial] et 2 115 sont qualifiées de « victimes de violations des droits humains ».

  • 25 Par « public », on n’entend pas seulement les auditeurs du discours d’Aylwin, mais un collectif app (...)

56Il continue son discours avec un décompte détaillé de ce dernier type de victimes. Une telle publicisation des données chiffrées du rapport par la parole présidentielle transforme le dénombrement des victimes en une « vérité pour la réconciliation », c’est-à-dire en une tentative de résoudre un problème politique défini en termes de division des Chiliens. Encore fallait-il constituer un public25 pour cette vérité sur les crimes du passé, c’est-à-dire pour que les résultats chiffrés du rapport soient reconnus par l’ensemble des Chiliens et qu’ils agissent comme un opérateur de l’unité du Chili. En effet, la vérité ne se suffit pas à elle-même pour réaliser un objectif politique de réconciliation nationale : elle a besoin d’un destinataire qui la reconnaisse. Les attentes et les spéculations médiatiques générées par l’annonce présidentielle de la remise du rapport, tout comme le discours présidentiel du 4 mars 1991 et sa médiatisation ont contribué à ce travail visant à faire des résultats de l’enquête de la commission une vérité de fait pour la réconciliation. Cette opération était explicite dans le discours d’Aylwin :

Le rapport que je rends public aujourd’hui établit la vérité. Au vu des informations propres du rapport et au vu de la qualité de leurs auteurs – dont plusieurs ont soutenu l’ancien régime – cette vérité doit être acceptée par tous. Aucune personne de bonne foi ne peut ne pas la reconnaître. (Nous soulignons)

57Ainsi, Aylwin présentait le rapport comme résultat d’une enquête valable, et son contenu comme une vérité factuelle qui transcendait les positions politiques. Mais cette vérité, pour obtenir l’efficacité politique visée, devait acquérir le statut d’une vérité publique « acceptée par tous », surtout dans une situation d’instabilité où la confiance en l’institution politique se construisait à nouveaux frais. On peut donc résumer l’acte du président comme la quête d’un public pour la vérité en vue de la réconciliation.

La publicisation du discours du président

58La presse rapporte ce discours comme une double demande : demande de pardon aux familles de victimes et demande d’acceptation de la vérité par tous les Chiliens. « Au nom de la Nation, le président Aylwin a parlé du rapport Rettig : Je demande pardon aux parents » (La Nación, 5 mars 1991) ; « Le président appelle tous les Chiliens à accepter la vérité » (La Epoca, 5 mars 1991). Deux quotidiens sortent de ce registre, El Mercurio et El Fortin Mapocho, qui représentent le clivage droite/gauche. Le premier, qui a largement appuyé les campagnes médiatiques de l’ancien régime, présente le discours de manière distanciée et neutre, en se constituant en énonciateur objectif. Il reproduit le discours complet, ainsi que certaines parties du rapport, sans autre commentaire : « Rapport de la commission de vérité et réconciliation » (El Mercurio, 5 mars 1991) ; « Discours présidentiel » (El Mercurio, 6 mars 1991). Le second journal, d’origine syndicale, faisant partie depuis 1984 de la presse d’opposition, intitule l’un de ses articles : « Hier soir le président a dit : La société chilienne est en dette envers les victimes des violations des droits de l’homme » (El Fortín Mapocho, 5 mars 1991). Ce journal se place du côté des victimes : à la différence de la plupart des journaux qui décrivent le discours d’Aylwin comme une demande de pardon et d’acceptation de la vérité, il insiste sur l’actualité du problème des violations des droits de l’homme, qui doit désormais concerner la société tout entière. Selon cet article, il ne s’agit pas seulement du passé du pays mais d’une affaire en cours, en attente de reconnaissance et de justice.

Du débat public à la confrontation sur la vérité

59À partir du 5 mars, la presse écrite met en place des rubriques spéciales sur le sujet. La polarisation droite/gauche orientée vers la reconstruction démocratique, qui structurait le débat public avant le 4 mars, se double désormais d’une nouvelle opposition entre les partisans du rapport et ses opposants. D’un côté, le gouvernement, les églises et certains partis de droite (Rénovation nationale) assument pleinement la vérité du rapport et appellent à la reconstruction démocratique au moyen du pardon et de la réconciliation. De l’autre, les ex-partisans du régime militaire, les associations de victimes et les partis de la gauche extraparlementaire considèrent que cette vérité est incomplète et rejettent la demande de pardon, pour des raisons évidemment différentes. Les organisations de victimes expriment leur frustration car le rapport ne dit toujours pas où sont leurs parents disparus et ne contient pas les noms des responsables. Des personnalités reconnues comme partisanes de l’ancien régime estiment cette vérité incomplète parce qu’elle ne prend pas en considération la période de l’Unité populaire comme période de violation des droits de l’homme (Hermogenes Pérez de Arce, avocat et éditorialiste de El Mercurio, écrit : « Ni vérité, ni réconciliation », El Mercurio, 6 mars 1991). En définitive, ce qui évolue entre l’avant et l’après publication du rapport, c’est qu’en dépit des critiques concernant l’incomplétude de la vérité, sa véracité n’est niée ni par la droite ni par la gauche, mais seulement discutée. En ce sens, on peut dire que la recherche d’un public par Aylwin et son gouvernement produit, à ce moment, quelques résultats.

60Mais la production de la vérité sur les « crimes du passé », comme problème public, va prendre un tour beaucoup plus polémique. Car il en va autrement pour ceux qui ont été directement mis en cause par le rapport : les forces armées, qui sont présentées comme les principaux responsables des crimes ; le pouvoir judiciaire qui, « par manque d’énergie et de courage moral, n’a pas protégé les droits fondamentaux des Chiliens », alors qu’il était en position de le faire (Aylwin, discours 4 mars 1991).

61Si les premiers jours qui suivent la publication du rapport sont marqués par la polarisation d’un débat opposant ceux qui acceptent sa vérité et ceux qui critiquent son incomplétude, progressivement s’impose dans l’espace médiatique une « panoplie du déni », propulsant sur le devant de la scène des acteurs qui nient radicalement sa véracité. Le débat se restreint à trois institutions : d’un côté, les forces armées et la Cour suprême, de l’autre, le gouvernement.

62En effet, le 8 mars 1991, différents journaux rapportent la « réaction » de la Cour suprême au discours du président. Celle-ci définit l’initiative comme une agression, comme une campagne de « certaines autorités » contre le prestige du pouvoir judiciaire, menaçant la stabilité institutionnelle de l’État de droit (« Cour suprême : “La stabilité institutionnelle en danger” », El Mercurio, 8 mars 1991).

63Le 10 mars (après un an de gouvernement démocratique), deux articles sont publiés en face à face dans El Mercurio. D’un côté, un long entretien avec le président Aylwin, intitulé « Un anniversaire polémique », où ce dernier réaffirme la vérité du rapport. De l’autre, un entretien avec le leader de droite proche de Pinochet, Jaime Guzman, intitulé « L’autre vision », dans lequel, selon les mots du journaliste, celui-ci « confronte “sa” vérité avec la vérité du rapport Rettig ». À partir de cette date, El Mercurio va accorder une large tribune à cette « autre vision » sur la vérité (qu’on peut résumer dans la phrase de Guzman : « Plus jamais d’Unité populaire »), sans l’endosser explicitement mais en offrant aux opposants au rapport de larges espaces d’expression.

64Les commandants des forces armées à la retraite sont les premiers militaires à se prononcer sur le rapport : « Il ne dit pas la vérité » (La Epoca, 16 mars, 1991) ; ou « Dans le meilleur des cas, il énonce une vérité incomplète » (El Mercurio, 16 mars 1991). Ils réaffirment le scénario de confrontation esquissé par la Cour suprême le 8 mars et expriment leur solidarité envers elle et ses propos. Les forces armées se prononcent officiellement sur le rapport Rettig à partir du 21 mars : les forces armées de l’air et la police (carabiniers) expriment leurs divergences, tandis que les armées de terre et de mer rejettent radicalement la vérité factuelle et historique présentée dans le rapport. L’armée de terre y voit une mise en accusation à son encontre et refuse de demander pardon comme l’avait demandé Aylwin dans son discours.

65Les réactions de ces deux branches de l’armée suscitent immédiatement une polémique publique entre les partis politiques. L’ex-président de la commission, Raúl Rettig, revient alors sur la scène publique. Selon ses propres déclarations, ce retour ne constitue pas une riposte, mais certains journaux le présentent comme tel (« Aujourd’hui, il a décidé de rompre le silence : Rettig répond à ses critiques », La Segunda, 28 mars 1991). Pour sa part, le gouvernement insiste à plusieurs reprises sur la validité du rapport.

  • 26 La Constitution de 1980 accordait aux forces armées un droit de participation institutionnelle à ce (...)
  • 27 Le sénateur Guzman, professeur de droit à l’Université catholique, a été l’un des membres fondateur (...)

66La séance du Conseil de sécurité nationale26 du 27 mars, où siègent le gouvernement et les forces armées, est exceptionnellement rendue publique et fait l’objet d’une couverture médiatique importante. L’armée de terre et la marine réaffirment leur rejet du rapport en indiquant, comme pour mettre fin au débat, qu’il s’agit d’une position « définitive » (Las Ultimas Noticias, 28 mars 1991). Le 29 mars, le gouvernement ratifie, à sa manière, cette clôture du débat et déclare « la fin du débat institutionnel » (El Mercurio, 29 mars 1991). En fait, la confrontation va surtout se clore en raison de l’assassinat, le 1er avril, du sénateur de droite Jaime Guzman27 par un groupe armé de gauche. Cet événement change brusquement le thème du débat, mais pas sa configuration conflictuelle : le nouveau litige ne portera pas prioritairement sur le rapport et la vérité, mais sur la lutte contre le terrorisme. La droite et les forces armées accusent le gouvernement de ne pas être à la hauteur de cette tâche. Celui-ci répond en établissant une commission de lutte contre le terrorisme. Plusieurs journaux présentent l’événement comme « une épreuve pour la transition démocratique », un « coup dur pour la démocratie » ou encore un « grand défi pour la transition », selon les termes mêmes utilisés par le président Aylwin le 2 avril, dans son discours pour dénoncer l’attentat contre le sénateur Guzman.

  • 28 Le 13 mai 1991, la Cour suprême consigne dans un accord ses appréciations sur le rapport Rettig. Il (...)

67Le 4 mai, un mois après la publication du rapport Rettig, celui-ci n’est plus au centre des comptes rendus journalistiques. Le gouvernement et les associations des droits de l’homme et de victimes – effacées de l’espace médiatique depuis la polémique avec les forces armées – appellent à « réactiver le rapport Rettig ». Mais sa publicisation ne regagne pas l’ampleur du premier mois. La publication, le 13 mai, de la position officielle de la Cour suprême sur le rapport relance timidement le débat sur la vérité, toujours sur le mode de la confrontation, car la Cour conteste fortement le document en le qualifiant de « téméraire et tendancieux » (La Epoca, 16 mai 1991). Mais la déclaration n’a pas un important retentissement médiatique et elle ne suscite pas de discussion publique. Le gouvernement réaffirme la vérité du rapport et reprend un extrait de l’accord de la Cour28 qui reconnaît l’existence des violations des droits de l’homme pendant la dictature, mais pas la partie où la Cour s’attaque au rapport. Finalement le débat sur la vérité se poursuivra sans grande publicité au Parlement lors des sessions sur les lois de réparation aux victimes ; bien qu’elles donnent lieu à de fortes disputes sur des versions antagonistes du passé récent, ces lois seront finalement approuvées par la droite.

En guise de conclusion

68Nous avons distingué deux formes de problématisation et de publicisation de la vérité sur le passé. Dans l’environnement autoritaire du régime militaire chilien, le problème de la vérité était corrélé à la revendication de justice portée par le camp de la dissidence, en particulier par l’AFDD. Les « disparus » constituaient alors un « problème de type public » qui se définissait à travers, entre autres, une lutte de catégorisation : « disparus » contre « présumés disparus », « victimes » et « résistants » contre « ennemis internes de la patrie », « coup d’État » contre « pronunciamiento militaire ». Les catégories mises en œuvre par les militants visaient à résister aux dénis du régime et à rendre vraisemblable la réalité des disparitions, comme forme d’anéantissement de « l’ennemi politique ». Ces processus d’enquête et de catégorisation ont acquis une reconnaissance de la part de l’opposition à la dictature et obtenu un large degré de légitimité, notamment à l’échelle internationale, en raison de la cause humanitaire et/ou politique qu’ils défendaient. Dans la configuration qui opposait la négation par le régime politique et la lutte « contre cette négation », la vérité sur les crimes du passé ne se constituait pas en socle d’un intérêt commun, généralisable par et pour l’ensemble de la collectivité nationale. Il y avait une corrélation entre la scission de fait du collectif politique et l’absence d’accord sur la « vérité de fait » des disparitions.

69La seconde forme de problématisation et de publicisation de la vérité a émergé avec la mise en place des gouvernements post-dictatoriaux. Dès lors, la publicisation de la vérité sur les crimes du passé ne résulta plus d’un effort de dénonciation par la dissidence, mais s’inscrivit dans un processus d’officialisation d’une vérité pour la réconciliation, portée, cette fois, par le nouveau gouvernement élu, s’appuyant sur une commission officielle. La reconnaissance publique de la vérité sur les crimes du passé devait fournir un nouveau fondement à l’unité de la collectivité politique. Mais le processus a donné lieu à des différends et ouvert un débat. Le public a cependant été rapidement dessaisi. Le débat a été contrôlé par la fixation de la vérité par le gouvernement. Celui-ci a défini le bien public suprême en termes de stabilité des institutions et de protection de la démocratie, menacée non seulement par le risque terroriste, mais aussi par le débat public.

70Dans une approche institutionnaliste ou « transitologique » de la question politique, cela pourrait paraître paradoxal, puisque le rétablissement des garanties constitutionnelles et des procédures démocratiques, propres à un État de droit, n’a pas ouvert la voie à la participation à la vie publique, ou au collectif politique. C’est en ce paradoxe que se loge un problème substantiel : le « déficit » démocratique devient un moyen d’atteindre un régime démocratique.

71À cet égard, deux préoccupations se sont imposées au cours de l’enquête. La première correspond à la nécessité de se munir d’outils adéquats pour décrire l’écart entre moyens et fins. Nous avons dessiné les contours d’un espace public « agi par » l’action gouvernementale. Ce mode opératoire peut répondre à la préséance d’une approche institutionnaliste de la chose publique et de la démocratie. Une telle approche présuppose l’existence d’un espace public soumis aux impératifs de la politique, cette dernière étant assumée, voire réifiée, comme une sphère plus ou moins autonomisée de la vie publique. Cela revient à dire que les « transitologues » (élites politiques et experts en justice transitionnelle) produisent des transitions et que les transitions produisent des « transitologues » et de la « transitologie ». Au regard de ce type de circularité, l’espace public qui se met en place au Chili après la dictature est très éloigné de la dynamique expérimentale projetée par Dewey (2010). La vérité n’y renvoie pas à l’établissement d’une continuité expérientielle des publics avec l’État de droit, mais elle est traitée par l’action gouvernementale comme la condition d’un consensus qui rend possible la gouvernabilité institutionnelle.

72La seconde préoccupation nous oblige à nous interroger sur les limites d’une approche procédurale de la formation des publics. Suivant cette approche, la réflexivité de la société n’est pas une condition mais un résultat. Ceci étant, ni les rétro-productions « vertueuses », postulées par Dewey, ni les cercles « vicieux » des théories transitologiques, ne sont de l’ordre de la nécessité. Ils ne sont que des possibilités parmi d’autres. Malgré tout, l’approche de Dewey peut aussi réintroduire des formes de substantivation d’un ordre politique que l’on pourrait dire meilleur, dans le lexique du bien ou du juste. Pour Dewey, témoin d’un public délité, l’enquête publique pourrait contribuer à rétablir ou à rééquilibrer les transactions entre l’organisme (individu ou collectif) et son environnement problématique. Le pourrait se convertit en devrait quand la quête tend vers une restauration de la « situation perdue », comme horizon imaginé du bien public. Il nous semble alors que la dualité entre procéduralisme méthodologique et éthique démocratique n’est pas nécessairement ambivalente ou inconséquente. Elle fait signe vers une tension normative de la vie démocratique, que l’enquêtrice ne peut qu’assumer doublement dans le cours de son enquête, en la repérant parmi les préoccupations de ses enquêtés et en l’identifiant au ressort de sa propre démarche.

Bibliographie

Actes de la Recherche en Sciences Sociales (2008a), Pacifier et punir. 1. Les crimes de guerre et l’ordre public international, 173.

Actes de la Recherche en Sciences Sociales (2008b), Pacifier et punir. 2. La force du droit international et le marché de la paix, 174

Agüero Felipe (2003), « Parlamento, presidencialismo y democracia protegida », Revista de ciencia politica, XXIII, 2, p. 7-42.

Arendt Hannah (1961), Condition de l'homme moderne, Paris, Calmann-Lévy.

Arendt Hannah (1972), « Vérité et Politique », in Id., La crise de la culture, Paris, Gallimard, p. 289-336.

Association de familles de détenus disparus de Chili (1997), 20 años de historia de la Agrupación de Familiares de Detenidos Desaparecidos, Corporación Agrupación de Familiares de Detenidos Desaparecidos, Santiago.

Aylwin Patricio (1992), La transición chilena. Discursos escogidos 1990-1992, Santiago, Editorial Andrés Bello.

Boltanski Luc, Claverie Élisabeth, Offenstadt Nicolas & Stéphane Van Damme (eds) (2007), Affaires, scandales et grandes causes, Paris, Stock.

Bovet Alain & Cédric Terzi (2005), « La composante narrative des controverses politiques et médiatiques. Pour une analyse praxéologique des actions et des mobilisations collectives », Réseaux, 132, p. 111-132.

Cefaï Daniel (1996), « La construction des problèmes publics », Réseaux, 75, p. 43-66.

Claverie Élisabeth (2009a), « La violence, le procès et la justification », in M. Breviglieri, C. Lafaye & D. Trom (eds), Compétences critiques et sens de la justice, Paris, Economica, p. 107-123.

Claverie Élisabeth (2009b), « Bonne foi et bon droit d’un génocidaire », Droit et société, 3 (73), p. 635-664.

Claverie Élisabeth (2009c), « Ménager la victime ? Ménager le coupable ? Jugement, révision et histoire devant le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie », Droit et Culture, 58, p. 141-159.

Claverie Élisabeth & Luc Boltanski (2007), « Du monde social en tant que scène d’un procès », in L. Boltanski, É. Claverie, N. Offenstadt & S. Van Damme (eds), Affaires, Scandales et grandes causes, Paris, Stock.

Commission nationale de Vérité et Réconciliation (CNVR) (1996), Informe de la Comision Nacional de Verdad y Reconciliation, Ed. Comision nacional de reconciliación y reparación, Ministerio del Interior [1991].

Cottereau Alain (1999), « Dénis de justice, dénis de réalité : remarques sur la réalité sociale et sa dénégation », in P. Gruson & R. Dulong (eds), L’expérience du déni. Bernard Mottez et le monde des sourds en débats, Paris, Éditions de la MSH.

Dewey John (2006), Logique. La théorie de l’enquête, Paris, Presses universitaires de France [1938].

Dewey John (2010), Le public et ses problèmes, Paris, Gallimard [1927].

Diaz Paola & Carolina Gutierrez Ruiz (2009), « Les détenus disparus, victimes ou résistants ? Les catégories dans la mobilisation de l’Association chilienne des familles de Détenus Disparus », in S. Lefranc & L. Mathieu (eds), Mobilisation de Victimes, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Dulong Renaud (1998), Le témoin oculaire, Les conditions sociales de l’attestation personnelle, Paris, Éditions de l’EHESS.

Dupret Baudouin & Jean-Noël Ferrié (eds) (2008), Médias, guerres et identités. Les pratiques communicationnelles de l’appartenance politique, ethnique et religieuse, Paris, Éditions des Archives contemporaines.

Elster Jon (2004), Closing the Books : Transitional Justice in Historical Perspective, Cambridge, Cambridge University Press.

Fradin Bernard, Quéré Louis & Jean Widmer (eds) (1994), L’enquête sur les catégories. De Durkheim à Sacks, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 5).

Gamson William A. & Andre Modigliani (1989), « Media Discourse and Public Opinion on Nuclear Power : A Constructionist Approach », American Journal of Sociology, 95 (1), p. 1-37.

Garretón Manuel Antonio (1991), « La transición chilena. Una evaluación provisoria », Document de travail FLACSO, Serie Estudios Politicos, 8, Santiago.

Godoy Óscar Arcaya (1999), « La transición chilena a la democracia : pactada », Estudios Públicos, 74, Santiago.

Guilhot Nicolas (2005), The Democracy Makers : Human Rights and International Order, New York, Columbia University Press.

Gusfield Joseph (2009), La Culture des problèmes publics, L’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique, (trad. et éd. D. Cefaï), Paris, Economica [1981].

Hayner Priscilla B. (1994), « Fifteen Truth Commission, 1974 to 1994 : A Comparative Study. Human Rights », Quarterly, 16 (4), p. 597-655.

Koselleck Reinhart (1990), « “Champs d’expérience” et “horizon d’attente” : deux catégories historiques », in Id., Le Futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éditions de l’EHESS.

Le Débat (1998), Vérité judiciaire, vérité historique, 102.

Lefranc Sandrine (2002), Les politiques du pardon, Paris, Presses universitaires de France.

Lefranc Sandrine (2006), Après le conflit, la réconciliation ?, Paris, Michel Houdiard éditions.

Lefranc Sandrine (2008a), « Du droit à la paix. La circulation de techniques internationales de pacification par le bas », Actes de la recherche en sciences sociales, 174, p. 48-67.

Lefranc Sandrine (2008b), « La justice transitionnelle n’est pas un concept », Mouvements, 53, p. 61-69.

Lefranc Sandrine (2009), « La professionnalisation d’un militantisme réformateur du droit : l’invention de la justice transitionnelle », Droit et Société, 3 (73), p. 561-589.

Le Pape Marc, Siméant Johanna & Claudine Vidal (eds) (2006), Face aux crises extrêmes. Face aux massacres, aux guerres civiles et aux génocides, Paris, La Découverte.

O’Donnell Guillermo, Schmitter Philippe C. & Laurence Whitehead (1986), Transition From Authoritarian Rule : Latin America, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

Osiel Mark (2006), Juger les crimes de masse. La mémoire collective et le droit, Paris, Seuil [1997].

Padilla Elías (1995), La memoria y el olvido. Detenidos desaparecidos en Chile, Santiago, Origenes.

Quéré Louis (2003), « Le public comme forme et comme modalité de l’expérience », in D. Cefaï & D. Pasquier (eds), Les sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, Paris, Presses universitaires de France (« Curapp »), p. 113-134.

Quéré Louis (2008), « Le caractère impersonnel de l’expérience », in Actes du IIe Symposium international communication et expérience esthétique, Université fédérale de Minas Gerais, Belo Horizonte, Brésil.

Quéré Louis & Alain Cottereau (2003), « Postface », in C. Barril, M. Carrel, J.-C. Guerrero, & A. Marquez (eds), Le public en action, Paris, L’Harmattan, p. 363-381.

Raszczynsky Katia, Rojas Baeza Paz & Patricia Barceló (1991), Tortura y resistencia en Chile, Santiago, Emision [1984].

Rousso Henri (2001), Vichy. L’événement, la mémoire, l’histoire, Paris, Gallimard.

Ruz R. (2004), Agrupación de familiares de detenidos desaparecidos : organización y forma de sociabilidad en dictadura. Tesis para optar al grado de Licenciatura en Historia. Pontificia Universidad Católica de Chile, Facultad de Historia y, Geografía y Ciencia Política, Instituto de Historia, Santiago.

Teitel Ruti G. (2003), « Transitional Justice Genealogy », Harvard Human Rights Journal, 16, p. 69-94.

Terzi Cédric (2005), « “Qu’avez-vous fait de l’argent des Juifs ?” Problématisation et publicisation de la question “des fonds juifs et de l’or nazi” par la presse suisse, 1995-1998 », thèse de doctorat, EHESS-Université de Fribourg (CH).

Vidal-Naquet Pierre (1995), Les assassins de la mémoire, « Un Eichmann de papier » et autres essais sur le révisionnisme, Paris, Gallimard/La Découverte.

Watson Rod (1994), « Catégories, séquentialité et ordre social », in B. Fradin, L. Quéré & J. Widmer (eds), L’enquête sur les catégories. De Durkheim à Sacks, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 5), p. 151-184.

Wieviorka Annette (2002), L’ère du témoin, Paris, Hachette.

Wieviorka Annette (2005), Auschwitz, 60 ans après, Paris, Robert Laffont.

Zimmerman Don H. (1974), « Facts as Practical Accomplishment », in R. Turner (ed), Ethnomethodology, Harmondsworth, Penguin Books, p. 128-143.

Notes

1 Entre autres, l’International Center of Transitional Justice (ICTJ) dont le siège est à New York et l’Institute for Justice and Reconciliation au Cap.

2 « Disparition politique » est la catégorie que les activistes des droits de l’homme en Amérique latine utilisent pour formuler leurs revendications de vérité.

3 Mon enquête s’inspire en particulier de la recherche sur les publics de Terzi (2005) et de Bovet et Terzi (2005).

4 Selon Arendt, « La vérité de fait est toujours relative à une pluralité [de points de vue] : elle concerne des événements et des circonstances dans lesquels beaucoup sont engagés ; elle est établie par des témoins et repose sur des témoignages ; elle existe seulement dans la mesure où on en parle, même si cela se passe en privé. » (Arendt, 1972, p. 303 ; trad. modif.).

5 Alliance composée par le Parti socialiste (PS, auquel appartenait le président Salvador Allende), le Parti communiste (PC), le Parti radical (PR), le Mouvement d’action populaire unitaire (MAPU), l’Action populaire indépendante (API), Le Mouvement d’action populaire ouvrier et paysan (MAPU OC), le Parti de gauche chrétienne (IC), le Parti de gauche radicale (PIR).

6 Différents régimes d’exception constitutionnelle ont été mis en place pendant la dictature (1973-1990). Entre 1973 et 1978, le pays a été en état de siège. Les associations, organisations syndicales et partis politiques ont été suspendus, certains ont été proscrits, tandis que les réunions publiques étaient interdites et les médias censurés.

7 Pronunciamiento est la forme substantive du verbe « se prononcer ».

8 Selon la Doctrine de sécurité nationale (DSN) mise en œuvre en Amérique latine à partir des années 1960, les acteurs sociaux et politiques de l’Unité populaire étaient des ennemis internes internes de la patrie, de la famille et de l’unité de la nation, ce qui élargissait sensiblement la notion de subversion et, partant, étendait le spectre de la guerre antisubversive.

9 Cinq mille recours d’habeas corpus ont été présentés entre 1973 et 1979, trois seulement ont été admis. Ceci s’est répété tout au long de la dictature militaire : sur un total de vingt mille recours, dix seulement ont été admis. Voir Ruz (2004) et [fasic.org].

10 Entretien avec Mireya Garcia, vice-présidente de l’AFDD, Santiago, mars 2006.

11 Dans les deux listes publiées par deux périodiques, l’un brésilien, l’autre argentin, figuraient des personnes qui étaient, jusqu’à cette date, « détenus non trouvés » au Chili et qui, du fait qu’elles étaient passées pour « mortes » ou « passées en clandestinité » suite à des « affrontements à l’étranger », laissaient supposer à leurs familles qu’elles avaient pu être assassinées. Le doute était cependant d’autant plus fort que, d’une part, l’information était publiée dans deux journaux inconnus à cette date (la publication de l’un était suspendue depuis des décennies), et qui, par la suite, ne connaîtront pas de nouvelle parution, d’autre part, d’après les témoignages de prisonniers politiques, les personnes étaient vivantes lorsqu’ils se sont croisés dans les mêmes centres de détention. Cf. Déclarations publiques de l’AFDD : « Les disparus au Chili et l’affaire “guérilleros” », juin 1975, et « Lettre à Pinochet » du 3 octobre 1975.

12 « Dans les dispositifs de catégorisations “occasionnés” […] le fait que deux catégories ou plus sont traitées comme “allant ensemble” d’une certaine manière pourrait être énigmatique si l’on ne connaissait pas le thème à l’avance ou si l’on ne disposait pas de nombreuses autres informations contextuelles. » (Watson, 1994, p. 159).

13 Selon l’étude de Padilla (1995) portant sur 1193 détenus disparus, parmi les 69 % pour lesquels on dispose d’informations sur l’activité militante, 22,79 % étaient des militants du MIR, 53 % des militants du Parti communiste, 18,94 % des militants du Parti socialiste, 1,67 % des militants du MAPU (Mouvement d’action populaire) ; les chiffres sont décroissants pour les autres formations de gauche.

14 Entretien avec Viviana Diaz, présidente de l’AFDD, Santiago, mars 2007.

15 La presse dissidente était composée d’une dizaine de publications liées à différentes organisations (notamment partis politiques et églises). Ces publications ont toutes disparu dès le retour de la démocratie en 1990.

16 Entretien avec Mireya Garcia, vice-présidente de l’AFDD, mars 2006.

17 C’est-à-dire les églises (notamment l’Église catholique), les avocats des droits de l’homme, les associations des droits de l’homme, les associations de victimes, ainsi que les partis et organisations de gauche et de centre-gauche.

18 Voir Entretien avec Viviana Diaz, présidente AFDD, mars 2007.

19 « L’opposition à la dictature » est ici entendue comme l’ensemble des réseaux et des acteurs sociaux et politiques (partis, associations, églises, presse dissidente, intellectuels, artistes, etc.) qui se sont coordonnés pour agir contre la dictature. Au début des années 1980, dans le contexte d’une importante crise économique, ont été organisées les premières manifestations de masse contre la dictature, convoquées par ces différents acteurs composant « l’opposition ».

20 La négociation apparaissait comme la voie de transition vers la démocratie. Les partis politiques les plus modérés ont ainsi pris le dessus sur les autres tendances et ont rassemblé autour d’eux un large éventail de positions partisanes et associatives. La mobilisation populaire ainsi que la lutte armée pour faire tomber la dictature ont été des stratégies soutenues par les partis de gauche (entre autres le PC et le MIR), qui se sont rassemblés en 1983 dans une coalition nommée le Mouvement démocratique populaire (MDP). Au même moment, s’est constituée l’Alliance démocratique (avec entre autres le Parti démocrate-chrétien, le Parti socialiste et des partis de la droite démocratique), qui prônait des moyens plus modérés pour sortir de la dictature. C’est cette alternative qui s’est finalement imposée. Avec l’Église catholique comme médiatrice, elle a conduit les négociations avec le régime dictatorial pour participer au référendum (1988), organiser en 1989 la première campagne électorale depuis 1970 et négocier certaines réformes de la Constitution de 1980 (voir Godoy, 1999).

21 Dans la Constitution de 1980, le régime militaire avait prévu le passage à une « démocratie protégée », selon l’expression du général Pinochet, dont les Forces armées seraient le tuteur institutionnel. Ainsi, la participation de la coalition d’opposition Alliance démocratique au référendum de 1988 signifiait l’acceptation des règles du jeu du régime, au moins en principe. De fait, le régime démocratique chilien a hérité de la dictature une série d’institutions, nommées « enclaves autoritaires » par le sociologue chilien Manuel Antonio Garretón : entre autres, un système électoral non proportionnel, des sénateurs désignés et des sénateurs à vie, la loi d’amnistie, une série d’institutions qui donnent un pouvoir politique et une autonomie aux corps militaires (Garretón, 1991).

22 Le système électoral établi par la Constitution de 1980 est binominal et non proportionnel. Il engendre une surreprésentation au Parlement des grandes coalitions au détriment des petites formations : il accorde un siège aux deux premières majorités d’une circonscription électorale, quel que soit l’écart qui les sépare. De ce fait, la droite a été depuis longtemps surreprésentée au Parlement et la gauche des petits partis (« extraparlementaire ») en a été absente jusqu’en 2009.

23 La loi d’amnistie (décret-loi n°2191) a été promulguée le 18 avril 1978. Elle absout les délits commis sous l’État de siège entre le 11 septembre 1973 et le 10 mars 1978, pour autant qu’ils n’ont pas déjà été jugés ou condamnés. Dans la pratique, cette loi bénéficie surtout aux agents de l’État qui ont perpétré différents types d’exaction durant cette période.

24 Le rapport a été appelé par la presse Rapport Rettig, du nom du président de la commission Vérité et Réconciliation, le juriste Raúl Rettig.

25 Par « public », on n’entend pas seulement les auditeurs du discours d’Aylwin, mais un collectif appelé à agir sur un problème censé le concerner, même s’il n’est pas directement affecté (Dewey, 2010). Le collectif en question est, dans ce cas, la collectivité politique incitée à accepter et à reconnaître la vérité du rapport.

26 La Constitution de 1980 accordait aux forces armées un droit de participation institutionnelle à ce Conseil. Celui-ci conseillait le président de la République sur les faits et sujets qui concernaient la sécurité nationale (voir Agüero, 2003).

27 Le sénateur Guzman, professeur de droit à l’Université catholique, a été l’un des membres fondateurs de l’Union démocrate indépendante (UDI), un parti politique fervent défenseur de Pinochet et de son régime.

28 Le 13 mai 1991, la Cour suprême consigne dans un accord ses appréciations sur le rapport Rettig. Il a été publié par El Mercurio le 16 mai 1991 : « Réponse de la Cour suprême au rapport de la commission nationale de Vérité et Réconciliation. »

Notes de fin

1 Je tiens à remercier pour leur commentaires et suggestions Alain Bovet, Daniel Cefaï, Louis Quéré et Cédric Terzi. Je remercie aussi l’accueil critique et l’aide précieuse de Joan Stavo-Debauge.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search