Version classiqueVersion mobile

L’expérience des problèmes publics

 | 
Daniel Cefaï
, 
Cédric Terzi

Le travail de publicisation des problèmes. Revendiquer, critiquer, mobiliser

D’une catastrophe naturelle à une réussite humanitaire

Le traitement public des événements de Gondo en Suisse

Alain Bovet et Cédric Terzi

Texte intégral

1Le 14 octobre 2000, des intempéries ont provoqué une crue violente du Rhône et de ses affluents. Il en a résulté des inondations, des coulées de boue et des éboulements qui ont touché plusieurs dizaines de communes. Seize personnes ont été tuées et l’évacuation de plusieurs milliers d’autres a été nécessaire. La plupart des victimes ont été atteintes par un éboulement, accompagné par la rupture d’un mur de protection en amont du village de Gondo, dans le Haut-Valais, à proximité de la frontière italienne. La catastrophe a provoqué la destruction d’un tiers des maisons du village, dont une usine électrique, la maison de commune et l’hôtel de la Poste.

  • 1 Nous reprenons la notion de « public » de John Dewey. Le public s’ancre dans « le fait objectif que (...)

2Cette catastrophe naturelle a bien entendu fait l’objet d’une forte médiatisation, laquelle s’est muée au fil des jours en une grande opération de manifestation de solidarité nationale, orientée vers la reconstruction des villages dévastés et des habitations détruites dans les régions de montagne. Portée à bout de bras par les médias dans leur ensemble et par la télévision en particulier, cette opération a mobilisé les victimes de la catastrophe, les institutions publiques et, enfin, l’ensemble de la population suisse. Celle-ci a été invitée à se sentir concernée par ce qui s’était passé et à se constituer en public politique sous la forme spécifique d’une collection de donateurs individuels, appelés à partager et soutenir la volonté de reconstruire des habitants1.

  • 2 Dans son analyse des différents modes de constitution des collectivités politiques, Widmer (2004, 2 (...)

3Le traitement public de cette catastrophe constitue une opportunité pour documenter, sur un corpus relativement restreint (les éditions du journal régional de la Télévision Suisse Romande entre le 16 et 20 octobre), comment le collectif politique suisse se constitue en faisant front commun dans l’adversité. Nous montrerons comment la catastrophe est devenue l’occasion de célébrer l’unité et la solidarité nationales dans une modalité métonymique. Dans la terminologie développée par Widmer (2004), la métonymie désigne l’opération, généralement effacée voire occultée, par laquelle une collectivité politique se constitue comme un ensemble homogène d’éléments interchangeables. Cette opération se fait notamment au détriment du pluralisme politique, dans la mesure où elle implique que les membres de la collectivité se reconnaissent dans la perspective qui les unit, laquelle apparaît alors comme la seule envisageable2.

  • 3 Notre analyse reprend et prolonge la « praxéologie de l’action conjointe » initiée par Widmer (2010 (...)

4La mise en intrigue qui a pris forme dès le lendemain de la catastrophe a progressivement été tendue vers l’horizon de la reconstruction. Elle a été structurée autour de trois figures décisives. La première est celle des personnes directement touchées par la catastrophe. Celles-ci ont été constituées comme protagonistes de l’intrigue sous la catégorie d’habitants revêtant une forte charge prescriptive. Il ne s’agit pas seulement de voir les personnes touchées comme des habitants, mais comme une catégorie à préserver face aux forces de la nature qui la menacent. Ainsi configurés par l’intrigue, ces habitants sont dotés de vertus morales, au premier rang desquelles la ténacité, qui leur permet de « tenir le coup » et de s’engager rapidement dans la restauration de leurs habitations. Cette figure est essentielle à l’intrigue dans la mesure où le programme d’« action conjointe3 » qui prend forme après les intempéries est entièrement fondé sur la volonté première et unanime des habitants de reconstruire leurs villages détruits.

5Pour cette raison, la deuxième figure importante, celle des institutions publiques, apparaît systématiquement comme le prolongement direct de la volonté de reconstruire des habitants. La continuité ainsi établie entre les habitants et ceux qui leur viennent en aide est une caractéristique de la conception helvétique des institutions de milice. En Suisse, l’armée, la protection civile ou encore les pompiers sont essentiellement composés de membres non-professionnels, qui ne se distinguent pas fondamentalement des personnes auprès desquelles ils interviennent. Lorsqu’une catastrophe survient, ce sont donc d’abord des citoyens ordinaires, habitant sur place ou en d’autres lieux, qui viennent en aide à leurs semblables. Ainsi l’aide prodiguée aux victimes est-elle conçue comme de l’entraide, et de ce fait constitutive d’une forme de solidarité que chaque catastrophe permet de célébrer.

6La troisième figure est celle de l’instance médiatique, en l’occurrence celle du journal télévisé régional diffusé par la première chaîne de la télévision publique nationale. La Société suisse de radiodiffusion (SSR) a été l’un des protagonistes du traitement de la catastrophe : elle a joué un rôle essentiel dans son apprêtement et dans la conduite de l’opération humanitaire chargée d’y remédier. Notre argument est que les médias sont configurés par l’intrigue de la même manière que le sont les habitants et les institutions publiques. Sur ce plan, ils ne bénéficient pas de la position de surplomb ou d’extériorité que leur attribuerait une analyse qui leur assignerait l’entière responsabilité de la « construction » des événements.

Le traitement de la catastrophe par le journal télévisé régional

7Afin de rendre intelligibles les analyses qui suivent, il est nécessaire de présenter très succinctement les principales étapes du traitement public de la catastrophe, qui ont préparé l’intervention décisive de la « Chaîne du Bonheur », ordonnatrice de la vaste opération humanitaire chargée d’intégrer l’ensemble de la collectivité suisse en un grand élan de solidarité nationale.

8Les premières images diffusées par le journal régional au lendemain de la catastrophe ont été des prises de vue muettes de cours d’eau délités et de villages dévastés. Ces images impressionnantes marquaient la stupeur et l’affliction que les journalistes éprouvaient et qu’ils proposaient à leur audience de ressentir. L’essentiel du compte rendu journalistique était alors consacré aux opérations de sauvetage, conduites dans l’espoir de retrouver d’éventuels survivants dans les décombres des habitations emportées.

9À cette première phase a rapidement succédé une deuxième, de reprise en main de la situation. L’instance médiatique a retrouvé sa voix et fait témoigner des habitants qui ont indiqué que l’heure n’était déjà plus à la souffrance et au deuil, mais à l’affirmation de la volonté de réintégrer et reconstruire les villages et les habitations. Des opérations de déblaiement des gravats et de dégagement des cadavres étaient déjà en cours, avec les risques que cela comportait pour d’éventuels survivants. Les journalistes ont alors commencé à solliciter avec insistance des estimations chiffrées de l’ampleur des dégâts. De nombreuses institutions publiques (armée, chemins de fers, cantons, État fédéral) sont intervenues dans cette seconde phase, mais en insistant sur le fait que leur action avait pour seule vocation d’épauler les habitants dans leur volonté de reconstruire.

10Cinq jours après la catastrophe s’est ouverte une troisième phase, consistant à rassembler la collectivité suisse autour de l’effort de reconstruction que les habitants appelaient de leurs vœux. Ce moment de solidarité, anticipé par les phases précédentes, a été organisé par la Chaîne du Bonheur, une fondation humanitaire créée par la Société suisse de radiodiffusion, dont les interventions prennent la forme d’un appel à don relayé par toutes les chaînes de radio et de télévision publiques suisses, et adressé à l’ensemble de la population.

  • 4 Le geste que nous opérons ici est devenu classique en ethnométhodologie. Si Garfinkel (2007) reconn (...)

11Il convient de noter que, dans le déroulement de la catastrophe, ces phases ont revêtu un caractère objectif aux yeux des protagonistes de la situation. Leur succession a résulté du travail accompli aussi bien par les institutions publiques, les victimes et les journalistes, que par les nombreux donateurs qui ont contribué à l’effort de reconstruction. Mais, en retour, tous ces participants ont été saisis par l’ordonnancement temporel de ces phases. Par exemple, il ne pouvait être question pour des journalistes de ne pas manifester la stupeur et l’affliction requises face aux conséquences dramatiques des intempéries. Le passage d’une phase à une autre a également revêtu les caractéristiques d’un fait social au sens durkheimien du terme : il a été reconnu et formulé en tant que tel par les journalistes qui en étaient un vecteur essentiel, mais également par les victimes, et par les représentants des institutions publiques chargées d’organiser les opérations de secours et de déblaiement4.

12Les comptes rendus journalistiques ont d’emblée été orientés vers le dénouement figuré par l’appel à don. Cette orientation était attestée par l’empressement manifeste des journalistes à faire avancer l’intrigue, parfois contre ce qu’ils présentaient comme l’obstination des sauveteurs ou des habitants. Elle transparaissait également dans leur insistance à disposer, sitôt après la survenue de la catastrophe, puis tout au long de la semaine, d’une estimation chiffrée des dégâts.

13Il faut dire que ce dénouement a été porté par une figure institutionnelle. Comme à chaque fois qu’une catastrophe survient, en Suisse et dans le monde, les chaînes de radio et de télévision publiques des trois régions linguistiques ont organisé durant vingt-quatre heures leurs programmes autour d’un dispositif de collecte et de solidarité humanitaire porté par la Chaîne du Bonheur. Les appels à dons ont été lancés sur le plateau des émissions par les journalistes et les animateurs qui passaient à l’antenne. Afin de faire le point sur la progression des dons, ils entraient régulièrement en liaison en duplex avec un animateur-vedette, qui passait la journée dans la centrale d’appel téléphonique installée dans un studio de télévision.

  • 5 Ces estimations sont calculées à partir d’un article publié par le quotidien 24 heures, un an après (...)

14Dans le cas présent, la Chaîne du Bonheur a récolté le montant record de 74 millions de francs versés par sept cent mille donateurs. Le bilan total des dégâts a été estimé à 670 millions de francs, dont plus de 500 pour le seul canton du Valais. Dans ce canton, 350 millions ont été pris en charge par les assurances. Sur les 150 millions restant, 76 ont été pris en charge par le canton (qui a fait une demande spéciale de financement à la Confédération), 32 par les communes et plus d’une cinquantaine par la Chaîne du Bonheur (au bilan ce sont finalement 58,5 millions qui ont été attribués au Valais5). La plus grosse part de ce montant a été consacrée aux villages de montagne les plus touchés, et notamment à la reconstruction de leurs places centrales et de leurs mairies.

La figuration des habitants touchés : la résilience par la reconstruction

15L’analyse de l’opération de mise en intrigue par laquelle la catastrophe a été constituée en tant que situation concernant indirectement l’ensemble de la collectivité nationale fait apparaître que la Chaîne du Bonheur ne se donne pas n’importe quel bénéficiaire. Il faut que l’aide soit destinée à des personnes affectées au titre d’habitants de villages dévastés, de logements emportés, détruits ou endommagés par la catastrophe. La normativité de cette catégorie est étroitement liée à un prédicat qui lui est associé : une ferme volonté de reconstruire. Il est en effet frappant de constater que les témoignages des personnes affectées concordent autour de la manifestation d’un désir de reconstruire sans délai. Les comptes rendus journalistiques dont nous disposons ne fournissent aucun exemple d’abattement, ni de résignation, et encore moins d’empressement à déménager vers une région plus clémente.

16Cette observation n’a rien d’ironique, du moins pas dans le sens d’une critique des médias qui leur reprocherait de « construire » la figure des habitants, en ne retenant que les propos qu’ils veulent leur faire dire. Elle invite plus profondément à analyser comment les médias contribuent à faire advenir la figure morale qui à la fois projette et soutient le dénouement que représente le programme d’action conjointe d’aide à la reconstruction. Les médias font dire non pas ce qu’ils souhaitent entendre, mais ce qui doit se faire entendre dans une telle situation.

17C’est en effet en tant qu’habitants que les victimes prennent part au programme de la reconstruction, notamment en jouant le rôle qui est attendu d’eux dans les reportages télévisés. S’ils s’y ajustent si bien, c’est que « l’action prime sur les personnages […] D’où le précepte : d’abord concevoir l’intrigue, ensuite donner des noms. » (Ricœur, 1983, p. 69). En devenant des personnages de l’intrigue, les journalistes et les habitants se soumettent à sa configuration, en même temps qu’ils la mettent en œuvre. Ce que nous visons est donc moins un agenda caché des médias que la trame normative associée au processus de constitution d’une collectivité solidaire.

Des habitants à ravitailler

18Comment s’établit la figure morale d’habitants dont la volonté de reconstruire sert de fondement à l’action de tous les protagonistes de la situation ? Une première observation porte sur les catégories pertinentes et opérantes. Une séquence du journal télévisé du mercredi 18 octobre, soit quatre jours après les intempéries, paraît particulièrement significative à ce propos. Il s’agit d’une séquence typique de reprise de contrôle à la suite du choc provoqué par la catastrophe. Un reportage montre le « ballet des hélicoptères » qui s’est mis en place pour atteindre les villages du Haut-Valais devenus inaccessibles par voie routière. Une séquence du reportage mentionne le cas du village de Grächen. La voix off du journaliste commence par indiquer que « quatre hélicoptères approvisionnent ce village de 1 400 habitants et ramènent les touristes en plaine ». Ce programme d’action est ensuite confirmé par le témoignage d’un homme préposé à l’aide au sol qui affirme : « Il y a très peu de vols à vide. Tout est coordonné de façon à ce qu’il y ait toujours un vol soit avec des marchandises soit avec des personnes. »

19Aussi bien le commentaire en voix off que le témoignage qui le suit mettent en œuvre un dispositif de catégorisation (Sacks, 1972) des personnes présentes à Grächen au moment de la catastrophe. Ce dispositif à deux places comprend les catégories « habitant » et « touriste ». Ces deux catégories structurent le programme héliporté : il faut ravitailler les habitants et évacuer les touristes. S’il y a « très peu de vols à vide », c’est que les vols qui montent apportent des marchandises (et accessoirement une équipe de télévision) et que ceux qui descendent ramènent des touristes.

20La catastrophe semble donc avoir pour effet de pousser les touristes à quitter les lieux sinistrés. Les habitants en revanche sont voués à y demeurer. Il n’est ainsi fait aucune mention d’habitants qui voudraient quitter ces lieux inhospitaliers, ou qui le devraient, notamment pour rejoindre la plaine afin d’y remplir leurs obligations professionnelles. Dans cette perspective, les habitants semblent irrémédiablement attachés, au propre comme au figuré, au lieu qu’ils habitent. Ils semblent même dans une certaine mesure réduits à cela, puisqu’ils ne manifestent aucune attache à d’autres lieux que le village qu’ils habitent.

« Faudra bien tenir le coup, sinon ça vaut plus la peine de reconstruire quelque chose »

Les « têtes » de Baltschieder

21On comprend aisément que des habitants à ce point attachés au lieu qu’ils habitent soient fortement affectés par une telle catastrophe. Pour autant, ces habitants n’apparaissent pas accablés. Au contraire, ils affirment sans exception la nécessité de continuer à habiter les lieux détruits par la catastrophe et manifestent leur empressement à reconstruire leurs habitations et leurs villages. Cette volonté qui transcende la détresse est décrite comme une qualité propre aux Hauts-Valaisans. Elle est à la fois exhibée et thématisée dès l’émission du mardi 17 octobre, à l’occasion d’un entretien diffusé en direct de Baltschieder, l’un des deux villages les plus touchés. À l’avant-plan d’une pelle mécanique en train de déblayer les gravats qui ont enseveli les rues du village, l’envoyé spécial s’entretient avec Marcel Egger, présenté comme « habit[ant] le village » et comme « pompier volontaire ». Après que ce dernier ait exprimé sa détermination à lutter contre la force énorme de la nature, le journaliste lui pose la question suivante :

Comment réagissent les habitants du village en ce moment ? Ils sont dépités ? Ils ont envie de reconstruire le village ? Quel est le sentiment général ?

22À quoi Marcel Egger répond :

Moi je crois que je connais bien les têtes du Haut-Valais. Euh, on est fort et puis on essaie certainement, on croit encore à notre village. Et puis à mon avis on est, on avait toujours un futur ici hein.

23La question du journaliste envisage les options de l’accablement et de la reconstruction. L’intérêt de la réponse de Marcel Egger réside moins dans le fait de choisir l’option de la reconstruction, qui a manifestement la préférence du journaliste et des habitants du Haut-Valais, que de l’étayer sur une anthropologie spontanée de ces derniers : la force, voire l’entêtement des Hauts-Valaisans, est la qualité qui leur permet d’occuper la place qui leur est dévolue dans le dispositif de la reconstruction, en affirmant, immédiatement après la catastrophe, leur ferme volonté de continuer à habiter le village sinistré.

Les habitants de Gondo vus depuis Simplon-Village : « la Suisse entière est avec vous et avec la volonté de reconstruire »

24Cette caractérisation des habitants est développée lors de l’émission du lendemain. Le même envoyé spécial conduit alors une interview en direct de Simplon-Village, un village qui surplombe Gondo, et vers lequel les habitants de Gondo ont été évacués. L’envoyé spécial s’y entretient avec Alfred Squadratti, présenté par le biais d’un synthétiseur comme « membre de la cellule de crise » et que le journaliste indique comme présent à Simplon-Village « depuis le début de la catastrophe ». La première question posée porte sur l’évolution du « sentiment des gens » :

– Vous êtes là depuis samedi, depuis le début de cette catastrophe. Est-ce qu’en cinq jours, euh, le sentiment des gens a évolué ?

– Oui il a évolué. Et je peux dire qu’il a évolué d’une façon réjouissante, heureusement. Je me rappelle les premières images, les premières personnes que j’ai vues ici, qui ont été évacuées de Gondo, c’était des gens qui ont vu la terreur, c’était des visages qui exprimaient eux le drame. C’était des gens détruits, et aujourd’hui le cinquième jour après la catastrophe, j’ai eu l’occasion de parler avec euh des gens, une cousine, une connaissance. Des gens qui ont pu descendre aujourd’hui à Gondo, pour aller chercher le plus nécessaire. Et quand bien même ils avaient peur de regarder à droite ou à gauche quand ils sont rentrés dans leur village et qu’ils ont pris peut-être des choses peut-être pas les plus rationnelles. Une femme m’a dit : « Je suis revenue. Ma valise est pleine mais je ne sais pas si j’ai pris les bonnes affaires. » Eh bien quand bien même il y a eu cela, elle m’a dit : « On va retourner à Gondo. » Il y a une volonté euh déterminée, et il y a pas une personne que j’ai rencontrée qui m’a dit qu’elle avait pas envie de retourner à Gondo.

25Alfred Squadratti parle bien en tant que membre de la cellule de crise dans la mesure où il ne se présente à aucun moment comme une victime directe de la catastrophe. Il se borne à rapporter ce qu’il a vu et ce qui lui a été dit. Comme l’a rappelé le journaliste, ce n’est pas pour autant un spécialiste dépêché depuis la plaine pour agir sur la catastrophe. Il était sur les lieux depuis le début, ce qui suggère fortement qu’il habite le village. Cette position privilégiée apparaît dans sa manière de se rapporter aux habitants avec lesquels il entretient des relations d’interconnaissance ou de parenté. Ces personnes ont été exposées au drame et en ont été durement affectées. Mais, cinq jours plus tard seulement, une autre attitude s’est substituée à la stupeur : ces personnes veulent « retourner à Gondo ». Alfred Squadratti peut ainsi parler d’une « volonté déterminée », qui ne souffre aucune exception parmi les personnes qu’il a rencontrées. Cette caractérisation des habitants concorde avec ce qu’en a dit Marcel Egger la veille. À défaut de se montrer pleinement rationnels, et une fois surmonté le choc initial, tous les habitants font preuve de ténacité face à l’adversité.

  • 6 Nous reviendrons sur cette opposition structurante à la fin de cette section à propos d’une famille (...)

26Dans la suite de l’entretien, le journaliste demande à Alfred Squadratti à quoi il attribue cette volonté de « continuer à vivre sur place ». Celui-ci répond en opposant le fait d’être hébergé et d’être chez soi6. Après cette réponse, le journaliste conclut l’entretien de la façon suivante :

Ben en tout cas on peut qu’espérer que le village sera reconstruit et puis ben soyez certain que la Suisse entière, si ce n’est une partie de l’Europe qui a suivi les malheurs de Gondo, est avec vous et avec la volonté de reconstruire.

27Par cette formulation, le journaliste indique que la reconstruction est d’ores et déjà le seul horizon non seulement souhaitable mais simplement envisageable. Il indique ensuite que ce ne sont pas seulement les habitants et le média qui convergent vers cet horizon, mais la « Suisse entière si ce n’est une partie de l’Europe ». Tous les acteurs et toutes les échelles envisageables fusionnent avec l’interlocuteur, qui incarne indistinctement les habitants touchés et leur « volonté de reconstruire ». L’un des effets de l’interview semble résider dans le fait d’abolir les distinctions énonciatives et agentives. Plus précisément, ce n’est pas la catastrophe qui associe les téléspectateurs aux habitants de Gondo, mais la réaction admirable de ces derniers, qui fait, comme le dira ensuite le journaliste, qu’« on a dépassé la catastrophe », ce qui permet à l’instance médiatique et aux téléspectateurs auxquels elle s’adresse de fusionner avec leur volonté de reconstruire.

Une habitante de Gondo, affectée mais volontaire

28De fait, le dépassement de la catastrophe opéré par les habitants devient, pour les journalistes, une consigne de lecture de la situation et, vraisemblablement, d’écriture des comptes rendus qu’ils en font. L’instance médiatique peut ainsi se permettre de diffuser des séquences, qui, prises isolément, pourraient suggérer que la catastrophe n’a pas été dépassée, sans pour autant mettre à mal l’intrigue tendue vers la reconstruction. C’est le cas d’une séquence diffusée à la suite de l’interview d’Alfred Squadratti. Cette séquence est annoncée par la présentatrice de la manière suivante : « Olivier Misel a recueilli le témoignage poignant de la patronne de l’hôtel de la Poste qui était heureusement fermé au moment de la catastrophe. Écoutez cette femme qui a tout perdu en quelques secondes » :

Ça me décroche le cœur. Ça me fait mal, très mal. Tous les morts qu’on a perdus, tous des parents et des amis. Et on… si on les trouve encore, c’est déjà beaucoup, mais on a trouvé trois, quatre. On voudrait encore rester à Gondo. Moi je veux aller à Gondo. Moi j’attends seulement qu’ils nous disent « Vous pouvez rester là » et je retourne à Gondo. Et puis on est beaucoup qu’on veut rester à Gondo. On veut, on veut pas aller ailleurs. On était toujours là. On fait le possible.

29Dans la première partie de l’extrait, cette femme témoigne de la peine et de la douleur que la catastrophe lui fait endurer. Il s’agit non seulement de la perte de proches, mais encore du fait que leurs corps n’ont pas encore été tous retrouvés. Par une transition thématique rapide voire abrupte, sans doute due au montage de la séquence, elle passe immédiatement de l’expression de sa douleur à l’affirmation de la volonté de retourner et de demeurer à Gondo. Cette volonté n’est pas (seulement) énoncée à la première personne mais rattachée à un « on », qui inclut les habitants de Gondo, et qu’elle oppose à un « ils », désignant les institutions publiques qui tardent à assumer leur responsabilité de répondre à leur désir.

30Qu’elle résulte ou non du montage, la séquence est intéressante dans la mesure où elle reproduit le mouvement par lequel les habitants sont passés de l’accablement à l’affirmation de la volonté de reconstruire. Ce mouvement est particulièrement frappant chez cette femme, dont la détresse, marquée par son discours, mais également par le corps qui l’énonce, semble presque insurmontable. La deuxième partie de l’extrait vient toutefois nous rappeler l’évolution « réjouissante » dont parlait Alfred Squadratti, lorsqu’il témoignait du fait que les habitants dans un premier temps « détruits » par la catastrophe manifestaient ensuite une volonté unanime de reconstruire.

31Ce qui frappe dans ces images, ce n’est pas tant la fabrication médiatique d’un consensus artificiel, qu’il s’agirait de dénoncer, que la prégnance d’une certaine mise en intrigue de la catastrophe, qui s’impose à tous ses protagonistes et qui appelle les téléspectateurs à déceler, au cœur même d’un accablement au demeurant parfaitement sensé et intelligible, les prémices d’une volonté indéfectible de restaurer et continuer à habiter des lieux avérés dangereux.

32La comparaison avec le traitement d’autres catastrophes fait ressortir dans ce cas particulier l’absence (ou l’absence de mention) de prise en charge spécifique des personnes affectées, en particulier sous la forme de « débriefings post-traumatiques », devenus presque routiniers dans de telles situations. Il ne fait pas de doute qu’une telle prise en charge serait ajustée à l’état manifesté par cette femme au cours de son interview. Or cette perspective ne semble pas même être envisagée. Ce n’est, de fait, pas le propos de l’instance médiatique. Porteuse de l’intrigue de la reconstruction, celle-ci invite ses téléspectateurs à déceler le désir de reconstruire des habitants au cœur même de leur accablement, marquant ainsi un tournant majeur pour l’orientation de l’intrigue vers un programme d’action conjointe de reconstruction, et donc vers la poursuite de l’habitation des villages de montage.

Les habitants sans domicile fixe de Saillon

33Continuer à habiter leur village constitue un véritable leitmotiv dans la présentation des habitants touchés par la catastrophe, à tel point qu’ils semblent se réduire ou se résumer à ce projet. On en trouve une figuration particulièrement affirmée dans un reportage de l’émission du vendredi 20 octobre, consacré à la « famille Cottier ». Il s’agit d’une famille dont l’habitation, au village de Saillon, a été endommagée par les inondations qui ont touché la plaine, au point de nécessiter son évacuation. Cette situation définit la vie de la famille Cottier qui, comme l’indique l’annonce du reportage, « passe ses nuits dans un chalet qui lui a été prêté. Et la journée, eh bien elle éponge son appartement ». Le reportage nous apprend en effet que « Daniel, Irmgard et leur fils Lucien se lèvent à l’aube pour travailler sur les ruines de leur ancienne maison ». Si la famille Cottier doit se résoudre à passer ses nuits dans un chalet de fortune, elle consacre en revanche la totalité de sa vie diurne à remettre en état son habitation. Pas de mention, ni même de trace d’activité professionnelle, pour les parents, ou scolaire, pour les enfants.

34La suite du reportage montre dans un premier temps Daniel Cottier à l’intérieur de la maison, constatant non sans abattement les dommages causés à ses antiquités. La séquence suivante montre le passage de « divers spécialistes » venus régler le sort de la maison, ce qui amène Daniel à ce commentaire plein d’amertume : « À un moment donné on a même parlé de la démolir. » À cette phase d’accablement succède, une fois encore, la manifestation d’une volonté de reconstruire, portée par Irmgard Cottier, qui est interviewée à l’extérieur de l’habitation inondée. Elle commence par raconter l’attachement de son époux à la maison et au jardin, puis elle souligne qu’aucun membre de la famille n’a perdu la vie. Cette funeste éventualité prend un sens déterminé dans la suite du reportage :

[Voix off :] Les catastrophes naturelles Madame Cottier connaît.
[Irmgard Cottier :] Mon papa qui est passé sous une avalanche, qui est décédé dans une avalanche en 65 quand j’avais douze ans. Euh j’ai eu ma famille qui a été touchée en 93 à Brigue.
[Journaliste :] Vous m’avez dit que les enfants de votre mari auront le contrecoup après. Vous vous sentez prête à les recueillir lorsque ça se passera ?
[Irmgard Cottier :] Si je tiens le coup, ouais, faudra bien. Bien sûr. Sinon je pense on… sinon ça vaut plus la peine de reconstruire quelque chose.

35Il faut d’abord rappeler que Saillon, village de plaine, ne se trouve pas dans le Haut-Valais, ce qui laisse entendre qu’Irmgard Cottier a quitté le Haut-Valais, et notamment la ville de Brigue, pour vivre avec son époux. Cette origine haut-valaisanne lui vaut d’avoir été durement et « dûment » éprouvée par des catastrophes naturelles, ce qui lui apporte une expérience dont elle tire la force et la ténacité nécessaires pour « tenir le coup ». C’est cette capacité décisive qu’elle apporte à sa nouvelle famille du Bas-Valais, notamment à son époux – qui à lui seul semble ne pas être en mesure de « tenir le coup » –, ce qui en fait la porteuse du programme de reconstruction au sein de son foyer. C’est donc tout un imaginaire de la montagne et des qualités morales qu’elle forge chez ses habitants qui est ici convoqué.

36Le reportage se conclut avec le retour au chalet de secours « après une journée de travail les pieds dans la boue ». On y voit la famille Cottier en train de manger dans un intérieur cossu. Mais le commentaire se soucie de prévenir une interprétation erronée de telles images :

L’image d’une famille normale dans son foyer. Image trompeuse. Ces gens-là n’ont qu’une pensée : la maison de Saillon, celle qui est si mal en point et qui fait d’eux des sans domicile fixe.

37Il ne faut donc pas s’y tromper : la famille Cottier n’a pas recouvré son habitation. Elle y travaille cependant d’arrache-pied en prenant appui sur les qualités morales, spécifiquement haut-valaisannes, de la mère de famille. Il ne faudrait par ailleurs pas voir dans ce reportage une représentation pittoresque des montagnards suisses. Il s’agit au contraire d’assurer les conditions de félicité de l’opération humanitaire par laquelle la population suisse est invitée à se fondre dans la volonté de reconstruire des habitants touchés par la catastrophe. La transition de la présentatrice du journal télévisé à l’issue du reportage consacré à la famille Cottier est à cet égard explicite :

Pour venir en aide justement à toutes ces familles, la Chaîne du Bonheur est mobilisée depuis six heures ce matin. Et aujourd’hui on assiste à un véritable élan de solidarité. L’opération rencontre un succès sans précédent.

38Tandis que, dès potron-minet, la famille Cottier retournait à Saillon pour travailler à reconstruire son habitation, les Suisses, sans attendre le lever du soleil, leur venaient en aide en appelant la Chaîne du Bonheur pour faire des promesses de dons.

La figuration des institutions publiques : « Nous nous entraidons »

39Victimes de la catastrophe, mais surtout associés à une indéfectible volonté de reconstruire, les habitants sont apparus comme porteurs de demandes, ou même d’exigences adressées à la collectivité nationale. Des réponses leur ont notamment été apportées par des institutions publiques. Des sauveteurs et des pompiers ont immédiatement été engagés sur les lieux des glissements de terrain et des inondations. D’importants moyens militaires ont été mis en œuvre pour déblayer les voies de communication et les villages sinistrés, de manière à préparer leur reconstruction. Les autorités politiques cantonales ont débloqué des fonds pour venir en aide aux habitants et ont pris la parole pour les assurer de leur soutien. Des représentants des administrations publiques sont intervenus pour élucider les causes de la catastrophe, pour évaluer les risques et pour envisager des mesures à prendre à l’avenir.

40Dans les paragraphes qui suivent, nous nous intéresserons à la place occupée par ces institutions publiques dans le programme d’action conjointe de la reconstruction, et à la manière dont leur intervention a été figurée dans le reportage télévisé. Le trait le plus frappant de l’action de ces institutions est la proximité que leurs représentants entretiennent avec les habitants, à tel point qu’il n’est pas toujours aisé de les distinguer. Les uns et les autres apparaissent avant tout comme des membres de la même collectivité, mieux, comme des habitants unis dans leur désir commun de rapidement reconstruire les villages détruits par les intempéries. Loin d’amoindrir l’autorité des institutions, cette proximité constitue leur véritable qualité, leur garantissant notamment un surcroît de légitimité. Saisie dans la mise en intrigue de la reconstruction, cette proximité participe d’un mouvement continu d’intégration de la collectivité suisse, entièrement mobilisée pour restaurer et préserver l’habitation de ses régions de montagne.

  • 7 Voici la manière dont le « système de milice » est présenté par le département fédéral des affaires (...)

41Ce rapport particulier de la Suisse à ses institutions trouve une expression dans le système dit « de milice », en vertu duquel de nombreux corps, tels que l’armée, la protection civile et les pompiers, sont composés d’une proportion importante – voire presque exclusive dans le cas de la protection civile – de membres non professionnels7. L’aide apportée après les intempéries a donc été fournie pour une part très importante par des personnes ordinaires mobilisées pour la circonstance. Il serait ici encore inutile de chercher à démêler ce qui relève du déroulement de l’action et de son compte rendu, notamment médiatique. Nous montrerons au contraire par l’analyse de quelques séquences que cette qualité de proximité imprègne aussi bien l’organisation pratique de l’action que son intelligibilité et son adéquation morale.

  • 8 Le caporal est le premier grade de sous-officier et donc le supérieur hiérarchique direct du simple (...)

42Cette qualité de proximité est particulièrement visible dans un reportage de l’édition du jeudi, que la journaliste Stéphanie Jaquet (SJ) a consacré à l’intervention d’un régiment de l’armée pour déblayer une voie ferrée submergée de limons. Ce document est introduit par les images d’un entretien, mené sur le théâtre des opérations, avec le caporal Sylvain Lavenex (SL8), un homme moustachu, vêtu d’une combinaison de camouflage et d’un gilet fluorescent orange, équipé d’une pelle. Il répond avec un fort accent vaudois :

SJ : [voix off] Le régiment du chemin de fer 1 est à pied d’œuvre depuis deux jours pour rendre sa voie au train. Du travail à la pelle et à la pioche qui semble plus agréable qu’un cours de répétition.

SL : Oui c’est intéressant pour la – pour nous, oui (son d’ambiance).

SJ : C’est difficile par rapport à ce qu’on vous demande de faire ?

SL : Non ça ça ça nous change pas trop quoi, ça va, ouais ouais.

SJ : Vous vous sentez un peu plus utile que d’habitude ? SL : Ah oui quoi… super !

  • 9 Un colonel d’état-major général est un officier supérieur professionnel.

43Si cette séquence est riche sur le plan analytique, c’est surtout en raison de tout ce qu’elle donne à reconnaître d’images ordinaires. La trame de cette reconnaissance est explicitée : ce qui se donne à voir à l’écran se présente sous les traits d’un « cours de répétition », c’est-à-dire des trois semaines d’exercice que tous les soldats suisses – et donc en principe tous les hommes – doivent effectuer chaque année jusqu’à leur démobilisation. Si le déploiement d’une troupe militaire composée de personnes ordinaires fait partie du paysage suisse, les images présentées ici ont ceci de remarquable que ces hommes remplissent leur devoir sur le terrain d’une opération réelle. Cette situation a explicitement été saisie comme une opportunité : par l’instance médiatique qui en fait l’illustration de l’engagement de Suisses ordinaires dans le lancement du programme d’action conjointe de reconstruction ; par les soldats qui y ont vu l’occasion de se sentir « un peu plus utiles que d’habitude » ; mais aussi par leur état-major, qui en a profité pour célébrer l’efficacité de l’armée de milice qui garantit la disponibilité d’une main-d’œuvre toujours prête à faire face aux situations imprévues. C’est ce que souligne dans le même reportage le colonel d’état-major général9, Hans-Ruedi Hauri (HRH) :

SJ : Le travail est rapide. 160 hommes sont sur le terrain.

HRH : Pour le moment c’est beaucoup plus que suffisant parce qu’il nous manque des moyens lourds. Alors euh ce sont c’est la coopération avec les CFF [Chemins de fer fédéraux], puis les CFF ont été un peu surpris par euh la force qui était venue ici.

SJ : Donc vous avancez plus vite que prévu semble-t-il ?

HRH : Oui, on est très puissants.

44Si les propos du colonel Hauri pourraient faire croire à une tension, voire à une rivalité, entre l’armée et les Chemins de fer fédéraux, la suite du reportage indique qu’il n’en est rien. De fait les deux institutions apparaissent comme consubstantielles, parce que composées de personnes ordinaires. C’est ce que fait savoir le chef de division des infrastructures des Chemins de fer fédéraux, Pierre-Alain Urech (PAU) dans la suite du reportage :

SJ : Du côté des CFF on est satisfait du travail accompli par les troupes de l’armée.

PAU : La collaboration est excellente. Il s’agit ici d’un engagement des troupes militaires du chemin de fer, en partie dirigées par des spécialistes techniques des CFF qui sont en même temps officiers. Par contre, toute la troupe, elle est du service militaire des chemins de fer. C’est des ouvriers, des employés, des postiers.

45Cette séquence fait apparaître comment le système de milice fait de l’action publique un aspect consubstantiel à la vie sociale, de telle sorte que les officiers qui dirigent les troupes militaires en deviennent indistincts des cadres de l’entreprise des Chemins de fer fédéraux. Les propos de Pierre-Alain Urech formulent rétrospectivement la catégorie incarnée par le caporal Lavenex, à savoir celle « des ouvriers, des employés, des postiers », bref de ces Suisses ordinaires offerts comme autant de figures dans lesquelles chaque téléspectateur est invité à se reconnaître.

  • 10 Sous cet angle, les logiques métonymique et métaphorique privilégient respectivement le droit du sa (...)

46Les représentants des institutions publiques ne se distinguent donc en rien des victimes auxquelles ils portent secours. Ce n’est pas tant au titre de citoyens que d’habitants de la Suisse que ces institutions s’engagent conjointement dans le programme de reconstruction. Celui-ci impose aux Suisses épargnés par la catastrophe de venir en aide aux victimes pour leur permettre de restaurer leurs habitations. C’est en tant qu’émanation de ces habitants, c’est-à-dire en continuité avec eux, que les institutions apparaissent comme des intervenants légitimes dans la situation. Ce récit donne donc à voir une communauté d’habitants qui se reconnaissent un destin commun, plutôt qu’ils ne partagent des principes et des règles de vivre ensemble10. En conséquence, cette manière de conduire l’intrigue n’organise pas l’expérience d’une citoyenneté commune, associée à des droits et des devoirs – notamment d’assistance et de solidarité – dont la prise en charge serait susceptible d’être déléguée à des représentants institutionnels.

47Cette organisation caractéristique du travail des institutions publiques a été mise en abyme par le compte rendu médiatique. Prenant appui sur l’organisation des institutions de milice, les reportages s’adressaient à un téléspectateur invité à voir dans les victimes et ceux qui leur portaient secours des habitants comme lui, et donc à se reconnaître en tant que membre de la collectivité emportée par l’intrigue tendue vers l’horizon de la reconstruction.

48Cette proposition d’identification a été réitérée à maintes reprises tout au long des reportages journalistiques. Elle s’est faite particulièrement explicite lors de la longue séquence consacrée à une compagnie de secouristes de la protection civile, interrogés après avoir été relevés par des troupes de l’armée. Ces entretiens ne mettaient pas seulement en scène des miliciens, des Suisses comme les autres, identifiables en tant que tels par leurs noms de famille et par leur accent, genevois en l’occurrence. Plusieurs séquences ont fait apparaître que leur intervention dans le village de Gondo avait été précédée par une expérience médiatisée de la catastrophe, du même ordre que celle qu’étaient en train d’en avoir les téléspectateurs auxquels le reportage était destiné. Cette mise en abyme a été particulièrement explicite dans le récit de deux secouristes de la protection civile, Bernard Zufferey (BZ) et Henri Richard (HR), significativement désignés par leur nom et sans indication de leur fonction ni de leur grade :

BZ : Sur place il y a encore ces mélanges d’odeurs, de tout, lessive de tout de toutes choses qui existent quoi de… Et c’est vrai que le mélange des combinaisons de sens font qu’on le vit totalement différemment sur place que ce qu’on voit par les médias.

HR : Si on parle par rapport à ce qu’on avait vu dans le… au niveau du journal. Moi j’avais vu le journal dimanche euh ça me semblait une vision d’enfer mais en arrivant ici c’était l’apocalypse. Je pouvais pas je pouvais vraiment pas ressentir euh la même chose quoi. J’étais pas dire anéanti mais c’était vraiment très très fort.

49Cette séquence fait apparaître la proximité des sauveteurs, non seulement avec les victimes, mais également avec les téléspectateurs auxquels le reportage est adressé. Leur trajectoire en devient exemplaire, en ceci qu’elle atteste de la possibilité, pour les spectateurs du compte rendu journalistique de la situation, d’en devenir les protagonistes. Invités à se reconnaître sous les traits de ces personnes ordinaires engagées dans l’entraide auprès des habitants, les téléspectateurs peuvent se ressaisir en tant que membres d’une communauté d’habitants, titre auquel ils ne peuvent ni rester indifférents au destin de leurs semblables, ni se tenir à l’écart du dispositif de reconstruction que les victimes appellent de leurs vœux.

La médiation journalistique : du malheur au bonheur

50Il s’agit maintenant d’analyser comment les comptes rendus journalistiques de la catastrophe ont servi de point d’appui à une opération humanitaire d’ampleur nationale. Afin de retracer ce mouvement, nous nous intéresserons à la manière dont une opération humanitaire est venue se glisser dans le déroulement d’un journal télévisé. Nous serons ainsi en mesure de montrer que c’est de l’intérieur même du discours de l’information qu’a pris forme une mobilisation publique ayant pour vocation de relayer, d’accompagner et de soutenir la volonté de reconstruire exprimée par les habitants victimes de la catastrophe.

51C’est sans le moindre accroc que s’est réalisé le passage des reportages journalistiques à l’appel à don. Cette remarquable continuité est la manifestation d’un discours cohérent, dont l’articulation ne laisse aucune place pour interroger la pertinence ou la légitimité de l’intervention de la Chaîne du Bonheur. Son entrée en scène n’est jamais thématisée : il est tenu pour acquis qu’elle est la réponse appropriée à l’exigence morale engagée par les comptes rendus journalistiques, de telle sorte que son inscription au cœur même d’une émission d’information entre, en quelque sorte, dans l’ordre naturel des choses. Seule une question d’agencement pratique semble être susceptible d’être posée. Elle concerne la détermination du moment à partir duquel il est possible, décent et souhaitable, de lancer l’appel à don. Cette question est d’ordre strictement pratique pour les participants, au premier rang desquels les journalistes, qui font évidemment bien plus que fournir le numéro de compte sur lequel les dons peuvent être versés. Mais cette question n’est pas en tant que telle une question publique susceptible de faire l’objet d’une controverse. Des formes de polarisation ou de critique à ce sujet seraient vues comme indécentes et déplacées.

52Il s’agit d’un trait structurant de l’espace public suisse face aux catastrophes : quoi qu’il arrive, et quoi que fassent les institutions étatiques et publiques, la Chaîne du Bonheur se mobilisera, non pas au nom ou à la place des institutions publiques, mais en tant qu’émanation directe de la communauté suisse solidaire. C’est ce rapport métonymique (i.e. occultant ou effaçant l’opération par laquelle un représentant est associé à un représenté) qui immunise le dispositif contre la critique, laquelle n’est articulable qu’à condition de trahir les engagements constitutifs de la situation, et donc de s’extraire de la communauté nationale ou de s’en faire exclure.

53Cette substitution métonymique emporte l’instance médiatique qui, ayant anticipé et appelé la mobilisation de la Chaîne du Bonheur, devient le prolongement de la volonté des habitants et le vecteur de son extension à l’ensemble de la collectivité nationale.

54Le premier extrait sur lequel nous nous arrêterons est la conclusion de l’édition du jeudi 19 octobre par la présentatrice du journal télévisé Raphaëlle Tschoumy (RT). L’extrait constitue la désannonce du reportage, déjà évoqué, consacré à l’engagement conjoint de l’armée et des Chemins de fer fédéraux pour dégager et remettre en service des lignes ferroviaires bloquées par la catastrophe :

RT : Ce soir, c’est encore un petit peu tôt pour évaluer les dégâts mais une chose est sûre : toute la Suisse soutient les Valaisans et va les aider. Le conseil fédéral a annoncé qu’il allait débloquer une aide financière de même que les cantons du Jura et de Neuchâtel. Par ailleurs si vous-mêmes vous voulez vous montrer solidaires, demain la Chaîne du Bonheur organise une journée nationale. Vous pouvez verser vos dons sur le compte de chèques 10-15000-6, avec la mention « Intempéries en Suisse ». La question jurassienne est relancée […].

55La présentatrice indique d’emblée qu’il « est encore un petit peu tôt pour évaluer les dégâts » et donc qu’à ce moment-là, les tenants et aboutissants de la situation ne sont pas suffisamment éclaircis pour permettre le lancement effectif de la reconstruction. Toutefois, cela ne l’empêche pas de suggérer, dans le même souffle, qu’un tel traitement rationnel du problème se trouve en quelque sorte débordé par un irrépressible élan national de solidarité dont l’existence ne souffre manifestement aucun délai. La présentatrice est en effet en mesure d’affirmer, avant même l’articulation d’un premier état des lieux, qu’il est certain que « la Suisse soutient les Valaisans » et que cet appui va se concrétiser sous la forme d’aides financières publiques et de dons privés.

56Par cette opération métonymique, le reportage journalistique prolonge sans le moindre accroc la mise en œuvre d’une opération humanitaire, et se fond ainsi dans la mobilisation d’une unité nationale solidaire. Cet appel vient remplir un horizon d’attente dont les contours ont été élaborés tout au long des comptes rendus journalistiques de la semaine. Dans la perspective de cette attente, il ne fait aucun doute que l’aide à apporter aux Valaisans est destinée à la reconstruction, laquelle est envisagée comme un devoir moral. Ce devoir incombe indistinctement aux habitants appelés à faire part de leur volonté de reconstruire, aux autorités dont il n’est pas envisageable qu’elles s’y opposent et enfin aux Suisses appelés à les soutenir afin d’y parvenir. C’est autour de ce centre de gravité que s’organise l’expérience de l’unité nationale, laquelle s’appuie sur des principes tacites, mais incarnés par la volonté de reconstruire les habitations de montagne détruites par la catastrophe.

57Cinq jours après la catastrophe, il n’est donc nul besoin d’enquêter pour affirmer que la volonté de reconstruire manifestée par les habitants et recueillie par les journalistes est devenue celle de « la Suisse » dans son ensemble, et donc qu’elle engage personnellement chacun des téléspectateurs auxquels s’adresse la présentatrice du journal télévisé. À ce sujet, il convient de souligner que l’aide prodiguée par les institutions publiques – et donc par représentation – ne saurait satisfaire l’exigence de solidarité requise et dont la réalisation est déjà assurée (« une chose est sûre »). Encore faut-il pour cela que tous ceux qui sont affectés par le sort des Valaisans – et donc chacun de ceux qui composent la Suisse – incarnent cette solidarité nationale sous la modalité que l’instance télévisuelle leur propose : celle d’un don à la Chaîne du Bonheur.

  • 11 Dans les termes de Searle (1998, p. 45-48), l’intervention de la Chaîne du bonheur est un fait inst (...)

58Le travail de médiation assuré par l’instance télévisuelle constitue l’articulation centrale du dispositif. Les comptes rendus journalistiques élaborés et diffusés après la catastrophe ont mis en évidence et relayé la volonté de reconstruire manifestée par les habitants. Plus encore, les journalistes ont d’emblée reçu et présenté ces témoignages comme une exigence de solidarité nationale. Or, en s’offrant en tant que scène pour les appels à dons de la Chaîne du Bonheur, le journal télévisé propose à celles et ceux qui le suivent un dispositif qui leur dispense une place dans laquelle jouer le rôle qui est dévolu à la Suisse – et donc aux Suisses – dans le programme de reconstruction. Dans cette configuration, l’instance télévisuelle assure l’intelligibilité du programme de reconstruction, lequel conjoint la volonté manifestée par les habitants, son relais par les journalistes, la mobilisation de la Chaîne du Bonheur et les dons consentis par les Suisses. Elle exerce ainsi une fonction proprement institutionnelle, en établissant les versements financiers des téléspectateurs en tant que solution fonctionnellement et moralement adéquate à la situation des habitants, et donc comme la réponse appropriée à l’exigence de reconstruire générée par la catastrophe11.

59Dans ces conditions, ce que la présentatrice formule comme une proposition a plutôt la portée d’une exigence morale : comment quiconque a suivi les journaux télévisés de la semaine pourrait-il ne pas « vouloir se montrer solidaire » en versant un don à la Chaîne du Bonheur ? Ceci permet de mieux caractériser le travail de médiation réalisé par l’instance télévisuelle. Celle-ci ne se contente pas d’assurer un lien entre la catastrophe et les téléspectateurs. Elle interpelle ces derniers en tant qu’habitants, appelés à se reconnaître dans les figures de celles et ceux qui ont perdu leur maison dans la catastrophe. En pareilles circonstances, se montrer solidaire, c’est être Suisse : c’est faire l’expérience de son appartenance à une communauté dont les membres sont unis par des liens métonymiques. Or, c’est la télévision qui – par l’intermédiaire de ses reportages prolongés par l’intervention de la Chaîne du Bonheur – offre aux Suisses les moyens de prendre part à la reconstruction, et donc d’assurer la réalisation du programme d’action conjointe dévolu à la Suisse. Ainsi la télévision acquiert-elle la stature d’une véritable institution politique : c’est elle qui assure la médiation entre la Suisse et les Suisses. Elle devient l’instance par laquelle la Suisse se révèle à elle-même.

60Après avoir décrit le programme d’action auquel invite la télévision, penchons-nous à présent sur un extrait du journal télévisé du vendredi 20 octobre, qui nous permet d’observer comment ce programme est rempli et comment la télévision en rend compte. Il s’agit de la séquence qui fait immédiatement suite au reportage consacré à la famille Cottier, que nous avons analysé à la fin de la première section. Dans cette séquence consacrée à l’opération en cours de la Chaîne du Bonheur, la présentatrice (RT) s’entretient avec Jean-Marc Richard (JMR) qui intervient à partir d’un studio transformé pour l’occasion en centrale téléphonique. Jean-Marc Richard est un animateur vedette de la radio et de la télévision, qui est mis à contribution dans chacune des opérations de la Chaîne du Bonheur.

RT : Pour venir en aide justement à toutes ces familles, la Chaîne du Bonheur est mobilisée depuis six heures ce matin. Et aujourd’hui on assiste à un véritable élan de solidarité. L’opération rencontre un succès sans précédent. Jean-Marc, bonsoir, vous êtes sur pied de guerre depuis six heures ce matin.

JMR : Bonsoir Raphaèle.

RT : Où en sommes-nous dans les –

JMR : Ouais même cinq heures et quart euh ouais.

RT : Même cinq heures et quart, où en sommes-nous, ce soir, dans les collectes de dons ?

JMR : Alors écoutez euh c’est absolument euh, je crois qu’on va le dire, hallucinant. C’est un terme qui paraît comme ça extraordinaire, mais qui correspond assez bien à ce que nous vivons, un peu magique aussi. Nous avons dépassé les 17 millions. Le record absolu d’une journée euh de dons, de promesses de dons, c’était 13 millions avec euh la catastrophe de Mitch en Amérique centrale, donc on l’a dépassé, il était à peine 15 heures. Et nous sommes à plus de 17 millions. C’est donc totalement inespéré.

RT : Comment l’expliquer, que vous disent les gens au téléphone ?

JMR : Alors ils nous disent toute leur émotion. Ils nous posent beaucoup de questions auxquelles nous tentons évidemment chaque fois de répondre à l’antenne et nous l’avons fait depuis ce matin. Ils nous disent aussi qu’ils n’ont pas envie de laisser tous leurs voisins, les gens juste à côté, ils nous disent aussi qu’ils ont le sentiment de pouvoir toucher cette solidarité, qu’elle est si proche d’eux, que c’est LA LEUR vraiment, et qu’ils ont confiance en l’utilisation de cet argent.

RT : Merci Jean-Marc Richard, l’opération de la Chaîne du Bonheur se poursuit donc jusqu’à ce soir minuit. Merci beaucoup.

JMR : Absolument.

RT : Et si vous, vous voulez également verser un don, voici le numéro de compte postal : 10-15000-6 avec la mention « Intempéries en Suisse », ou alors téléphonez directement à la centrale au 08 00 87 07 07. Le Valais qui doit donc aujourd’hui se retrouver, se reconstruire comme une partie du canton de Vaud également touché par ces intempéries. Le pont de Plan-sur-Bex vient de reprendre vie. Il a été remplacé ce matin. On voit sur ces images tournées par Olivier Misel le goudronnage. Le pont est opérationnel depuis la fin de l’après-midi mais il ne s’agit là que d’un pont provisoire. Le pont définitif ne sera construit qu’après l’hiver.

61Si cette intervention est susceptible de revêtir un caractère comique ou tragique à notre regard rétrospectif, c’est que la distance historique, analytique et culturelle – pour ceux qui ne sont pas Suisses – nous dissocie de la situation telle qu’elle était configurée pour ses protagonistes. Cet écart rompt la fusion métonymique constitutive de l’événement ainsi que l’effervescence qui lui était associée, de telle sorte que la célébration de l’unité nationale, alors même que les corps des victimes n’étaient pas encore tous retrouvés, ne nous apparaît pas (ou plus) nécessairement normale et souhaitable, bref comme la seule chose à faire pour quiconque entendait prendre part à ce qui était en train de se passer. C’est dire qu’il serait aisé d’adopter une perspective ironique sur cette séquence : la jubilation qui s’y manifeste apparaît en effet comme déplacée en regard d’une catastrophe ayant causé de nombreuses pertes humaines. Il serait sans doute également aisé de refuser toute ironie et de traiter cette séquence comme relevant du traitement ordinaire des catastrophes naturelles en Suisse, adoptant ainsi la perspective entièrement dénuée d’ironie de ses protagonistes. Nous proposons plutôt de traiter cette séquence, et en particulier l’amusement voire l’indignation qu’elle pourrait susciter, comme des aspects signifiants de notre objet d’analyse. En effet, cette séquence télévisée nous montre tout à la fois la poursuite d’une opération humanitaire à laquelle la télévision s’est déjà largement employée, et le constat enjoué de son « succès sans précédent ». Les analyses conduites jusqu’ici ont montré le caractère fusionnel de cette opération, qui interdit le type de distance critique dont relèverait l’ironie mentionnée précédemment. Dans la mesure où les habitants n’avaient d’autre choix que de souhaiter unanimement reconstruire au plus vite leurs villages détruits, où cette volonté appelait un soutien des institutions publiques et de toute la collectivité nationale, une opération de récolte de dons et la célébration enthousiaste de sa réussite n’étaient aucunement déplacées. En d’autres termes, cette opération et son succès ne peuvent apparaître comme incongrus qu’à ceux qui n’auraient pas été saisis par la catastrophe sous les modalités que nous avons dégagées précédemment.

62Tout au plus pourrait-on s’interroger sur la surprise manifestée par les protagonistes de la séquence à l’égard du succès d’une opération à laquelle ils se sont à ce point employés.

  • 12 Ces deux aspects des rites de possession ressortent admirablement des films de Jean Rouch, notammen (...)

63Ce questionnement invite à une approche en termes de rituel. Les analyses des rites de possession montrent que les participants contribuent activement à la survenue de la possession, notamment en prenant part à de longues danses. Mais cette contribution active ne les empêche pas de faire l’expérience de la possession sous la forme d’une saisie abrupte par une entité extérieure qui échappe à leur maîtrise12. Dans le cas du rite de possession, il n’y a donc pas de contradiction à être saisi, au sens littéral, par un événement qu’on a par ailleurs activement œuvré à faire advenir. L’intrigue de la reconstruction a ceci de commun avec le rite qu’elle saisit, en tant que personnages, les agents qui contribuent à son organisation. Dans cette dynamique, la séquence télévisée de l’appel à dons revêt une dimension de révélation de la vraie nature de la communauté aux yeux de ses propres membres. C’est à ce titre qu’elle est susceptible de s’avérer surprenante.

64L’étonnement manifesté par l’animateur de la Chaîne du Bonheur rappelle qu’un des aspects les plus frappants du travail de la télévision consiste précisément à ne pas le faire apparaître comme tel. En effet, loin de souligner la médiation qu’elle opère entre un événement et une audience, la télévision se représente comme saisie par le même mouvement que les habitants et les institutions qu’elle a fait intervenir tout au long de la semaine. Cet effacement des médiations apparaît clairement dans l’échange repris ici :

RT : Comment l’expliquer, que vous disent les gens au téléphone ?

JMR : Alors ils nous disent toute leur émotion. Ils nous posent beaucoup de questions auxquelles nous tentons évidemment chaque fois de répondre à l’antenne et nous l’avons fait depuis ce matin. Ils nous disent aussi qu’ils n’ont pas envie de laisser tous leurs voisins, les gens juste à côté, ils nous disent aussi qu’ils ont le sentiment de pouvoir toucher cette solidarité, qu’elle est si proche d’eux, que c’est LA LEUR vraiment, et qu’ils ont confiance en l’utilisation de cet argent.

65La question de la présentatrice est intéressante en ce qu’elle pourrait offrir l’occasion à Jean-Marc Richard de faire apparaître les chaînes de médiations à l’œuvre dans cette opération de solidarité : les gens téléphonent à notre standard, les standardistes me disent ce qu’ils disent et je vous le rapporte en réponse à votre question. Loin de procéder de la sorte, Jean-Marc Richard court-circuite les médiations, au point d’envisager le caractère tangible de la solidarité qui se manifeste si fortement. La séquence apparaît ainsi comme la célébration rituelle, voire cérémonielle, d’une collectivité fusionnée autour d’un programme d’action conjointe. Plutôt que de choisir entre l’ironie et le sérieux, nous proposons une perspective analytique permettant de relever que la médiation décisive de la Télévision Suisse Romande est soumise aux contraintes du programme d’action conjointe qu’elle est en train d’instituer. Il faut encore une fois n’être pas saisi comme le sont les différents protagonistes de l’affaire pour s’amuser, s’étonner ou s’indigner du ton adopté par Richard pour célébrer le succès de la récolte de dons.

66Si les rites propitiatoires peuvent apparaître comme des solutions trouvées par des collectivités pour faire face aux aléas naturels, le travail considérable, bien que facilement effaçable, déployé par la Télévision Suisse Romande représente la solution trouvée par la collectivité suisse pour faire face aux catastrophes exceptionnelles, en même temps qu’il la met en œuvre. Ce type de solution implique toutefois des conséquences importantes pour la culture politique suisse, auxquelles nous consacrerons la conclusion de cette étude.

Conclusion : la culture politique suisse en action

  • 13 Cette identité nationale est célébrée avec d’autant plus d’empressement que sa cohésion est réguliè (...)
  • 14 La culture politique suisse procède d’une articulation particulière de pratiques sociales qui, en t (...)

67Le traitement médiatique des intempéries d’octobre 2000 revêt une dimension politique à plusieurs titres. Il offre d’abord une occasion de faire l’expérience d’une identité nationale13, qui trouve dans la réponse apportée aux catastrophes un lieu privilégié pour sa manifestation et sa constitution. Les différentes actions envisagées, discutées et accomplies, à la suite de la destruction des villages de montagne participent d’un ordre social, dont la dimension politique doit être pleinement prise en compte. En effet, ce qui se constitue à cette occasion est une collectivité politique bien particulière, laquelle émerge et s’organise au cours d’un processus dont l’élucidation permet de caractériser la culture politique suisse14.

68Notre proposition consiste à dire que l’analyse du caractère politique de ce genre de phénomène requiert d’examiner attentivement non seulement ce qui est fait, ce qui est réalisé, mais encore les modalités de ce faire, ainsi que ses conséquences. Les extraits que nous avons présentés documentent le travail par lequel une catastrophe est saisie et apprêtée de manière à apparaître comme un appel à donner de l’argent, action qui est immédiatement appréhendée comme la manifestation privilégiée de la solidarité nationale. Cette unité nationale est assurée en référence à un programme d’action sans alternative : la reconstruction, érigée en tant qu’horizon vers lequel sont appelées à converger les actions entreprises par les habitants dont les villages ont été détruits, les institutions publiques, les médias audiovisuels et la population suisse.

69Au cœur de cette configuration, la télévision se donne pour tâche de rappeler publiquement les uns et les autres à leur devoir : elle demande aux victimes de manifester leur désir de reconstruire malgré tout. Elle somme les institutions publiques de dire qu’il n’est pas envisageable de s’y opposer. Elle donne aux Suisses les moyens de se montrer solidaires et les appelle à le faire.

70Ainsi conçue, la reconstruction est érigée comme un bien public et comme un devoir moral, ce qui lui confère la consistance d’un fait social objectif et contraignant. Elle peut ainsi être analysée comme le produit d’un ordre social particulier, mais également comme ce qui maintient et reproduit cet ordre social. En effet, le travail par lequel la catastrophe est apprêtée de manière à permettre l’exercice d’un appel à don peut être analysé comme l’accomplissement d’une forme particulière d’intégration politique, dont la manifestation est portée notamment par les exigences relatives à la reconstruction des villages de montagne et à l’action humanitaire en faveur des victimes de catastrophes naturelles.

71L’institution de cette forme d’ordre social est portée par des manières habituelles de saisir les catastrophes, de considérer leurs victimes, d’envisager les actions à mener, de concevoir la manière d’en rendre compte. Les données que nous avons mobilisées nous permettent de rendre compte de la manière dont la télévision suisse contribue à l’institution de cette forme d’ordre social. En parlant de la « contribution » de la télévision à l’élaboration d’un ordre social, nous entendons souligner que ce que nous invitons à observer n’a rien d’une construction médiatique ou discursive. Le moment de l’appel à dons est particulièrement intéressant à ce sujet : l’action de la Chaîne du Bonheur prétend explicitement incarner la solidarité suisse (ou le caractère solidaire des Suisses).

72Les données télévisuelles indiquent que l’appel à dons, cette forme particulière d’exercice de la solidarité nationale, s’inscrit sans discontinuité dans le prolongement direct du traitement journalistique de la catastrophe. Cette observation permet de saisir la manière dont l’aide humanitaire est instituée comme un trait de l’identité suisse. Ce n’est pas seulement une manière d’agir. C’est une manière de se rapporter aux situations, d’y saisir des affordances qui appellent une action humanitaire et offrent les prises nécessaires pour la mener à bien.

73Plus précisément encore, c’est une manière de voir dans les catastrophes des occasions privilégiées de manifester l’intégration identitaire de la Suisse, dont l’advenue, toujours ressentie comme contingente et précaire, est l’occasion d’une célébration rituelle. Ainsi, les opérations que nous avons décrites définissent une perspective depuis laquelle les catastrophes sont moins un malheur qu’une occasion de célébration.

74Il est possible, pour conclure, d’indiquer les conséquences de cette manière de configurer les choses. Dans la mesure où les personnes à aider sont présentées comme des victimes de la fatalité, une éventuelle enquête sur les responsabilités n’a pas lieu d’être engagée (Fassin, 2010). On s’éloigne ainsi du traitement politique des problèmes publics, qui selon Gusfield (2009) passe notamment par l’établissement de responsabilités causales – qu’est-ce qui a causé ce problème ? – et politiques – qui doit s’en occuper ?

75Il en va de même pour une éventuelle enquête sur la validité et la pertinence de la reconstruction. C’est notamment ce que montre le caractère soit simplement absent, soit inaudible, de positions consistant à questionner la reconstruction, voire à lui envisager des alternatives. De fait, une conséquence du caractère métonymique de la configuration réside dans le fait d’exclure la possibilité même du pluralisme politique. Faire du programme d’action l’objet d’une discussion, voire d’une critique, reviendrait à se mettre en marge d’une communauté dont il se manifeste comme la raison d’être.

76Ces conséquences sur la culture politique suisse jettent un éclairage sur la manière dont l’action humanitaire est pratiquement constituée en tant que métonymie de l’identité nationale suisse, dont elle est à la fois le principe et le résultat. Pour le dire plus brutalement, l’analyse du traitement des intempéries permet de voir comment une catastrophe devient le lieu privilégié de célébration de l’identité nationale. Ce qui permet d’envisager la possibilité de respécifier la glose ironique de Jean-Luc Godard au sujet du drapeau suisse : « Nous avons fait une croix sur le sang des autres. »

Bibliographie

Dewey John (2010), Le public et ses problèmes, Paris, Gallimard [1927].

Fassin Didier (2010), La raison humanitaire. Une histoire morale du temps présent, Paris, Gallimard-Seuil (« Hautes Études »).

Garfinkel Harold (2007), Recherches en ethnométhodologie, Paris, Presses universitaires de France [1967].

Gusfield Joseph (2009), La culture des problèmes publics. L’alcool au volant : la production d’un ordre symbolique, Paris, Economica [1981].

Ricœur Paul (1983), Temps et récit 1. L’intrigue et le récit historique, Paris, Seuil.

Sacks Harvey (1972), « On the Analysability of Stories by children » in J. J. Gumperz & D. Hymes (eds), Directions in Sociolinguistics : The Ethnography of Communication, New York, Rinehart & Winston, p. 325-345.

Searle John R. (1998), La construction de la réalité sociale, Paris, Gallimard.

Widmer Jean (2004), Langues nationales et identités collectives. L’exemple de la Suisse, Paris, L’Harmattan.

Widmer Jean (2010), Discours et cognition sociale. Une approche sociologique, Paris, Éditions des archives contemporaines.

Notes

1 Nous reprenons la notion de « public » de John Dewey. Le public s’ancre dans « le fait objectif que les actes humains ont des conséquences sur d’autres hommes, que certaines de ces conséquences sont perçues, et que leur perception mène à un effort ultérieur pour contrôler l’action de sorte que certaines conséquences soient assurées et d’autres évitées » (Dewey, 2010, p. 91). La constitution de ces publics revêt une portée politique : « Quand des conséquences indirectes sont reconnues et qu’il y a un effort pour les réglementer, quelque chose ayant les traits d’un État commence à exister. » (Ibid.).

2 Dans son analyse des différents modes de constitution des collectivités politiques, Widmer (2004, 2010) distinguait l’opération métonymique de celle qu’il qualifiait de métaphorique qui consiste à fonder l’unité par la référence à un tiers, placé en extériorité, dont une figure peut être celle de l’État de droit. Cette distinction peut être lue comme une invitation à élucider les opérations qui fondent ce que Durkheim distinguait sous les termes de solidarité « mécanique » et « organique ». Les enquêtes dirigées par Widmer ont montré qu’en Suisse la cohésion nationale est régulièrement envisagée comme une exigence pour ses membres de se fondre en une unité homogène appelée à faire face à une extériorité menaçante. Cette manière d’envisager l’unité nationale n’est pas sans lien avec l’émergence et la progression des idées nationalistes, populistes et xénophobes dans les débats publics suisses au cours des quinze dernières années.

3 Notre analyse reprend et prolonge la « praxéologie de l’action conjointe » initiée par Widmer (2010, p. 78-81). Son ambition est de prendre acte du « fait massif que les catégorisations de personnes trouvent leur origine dans la catégorisation d’une action conjointe » (ibid., p. 78).

4 Le geste que nous opérons ici est devenu classique en ethnométhodologie. Si Garfinkel (2007) reconnaît que les « faits sociaux » revêtent les caractéristiques d’extériorité et de contrainte que leur attribuait Durkheim, il s’applique cependant à montrer qu’ils sont accomplis en tant que tels par les agents auxquels ils s’imposent.

5 Ces estimations sont calculées à partir d’un article publié par le quotidien 24 heures, un an après la catastrophe [archives.24heures.ch/VQ/LAUSANNE/-/article-2001-10-1237/gondo-une-annee-apres-le-dramedes-cicatrices-lentes-a-guerirle-14-octobre-2000-la-montagne]. Pour le bilan financier de l’opération, voir le communiqué de presse du 7 novembre 2005 [vs.ch/Press/DS_3/CP-2005-11-07-8451/fr/Comm.pdf]) : « La Chaîne du Bonheur et son partenaire opérationnel en Valais, la Croix-Rouge suisse, sont maintenant en mesure de présenter le décompte final de la collecte “Intempéries Valais, Tessin et régions avoisinantes” : sur les 74,2 millions de francs collectés suite à cette catastrophe, 64,7 millions ont été utilisés pour financer des aides à des privés, des corporations et des communes en difficultés. Un tiers de ce montant est allé aux deux communes les plus sévèrement touchées, Gondo et Baltschieder. 58,5 millions de francs ont été affectés en Valais, 2,1 millions au Tessin et 1,9 million aux régions voisines d’Aoste et d’Ossola. Le coût total est finalement légèrement inférieur aux premières estimations pour plusieurs raisons : les travaux de déblaiement de Gondo ont été intégralement pris en charge par la Confédération, le coût de la construction a été moins élevé que les premières offres, et les dégâts au Tessin ont été moins importants qu’estimés initialement. Après décision du conseil de Fondation, le solde de 9,5 millions de francs devrait être attribué à la fin de l’année au fonds permanent “Intempéries Suisse”, ce qui correspondrait à la volonté du donateur. Ce fonds permettra de financer des projets non encore terminés au Valais et au Tessin, de répondre à des demandes lors d’autres catastrophes en Suisse et d’intervenir dans des cas particulièrement difficiles. »

6 Nous reviendrons sur cette opposition structurante à la fin de cette section à propos d’une famille hébergée qui est présentée comme « sans domicile fixe ».

7 Voici la manière dont le « système de milice » est présenté par le département fédéral des affaires étrangères sur son site swissworld.org : « Le service rendu à la communauté est, en Suisse, fortement ancré dans la tradition. Il consiste pour les citoyens à accepter une charge publique qu’ils accomplissent parallèlement à leurs activités professionnelles normales. Pour les Suisses il se concrétise par le système de milice, dont la manifestation la plus connue est l'armée, laquelle est en grande partie non professionnelle, même pour la plupart de ses officiers. Pour les Suisses, les hommes politiques font partie du système de milice. Les membres du parlement fédéral ne renoncent pas non plus à leurs anciennes charges professionnelles quand ils prennent leurs fonctions. » [swissworld.org/fr/politique/vue_densemble/le_systeme_de_milice/] (consulté le 27 janvier 2011).

8 Le caporal est le premier grade de sous-officier et donc le supérieur hiérarchique direct du simple soldat.

9 Un colonel d’état-major général est un officier supérieur professionnel.

10 Sous cet angle, les logiques métonymique et métaphorique privilégient respectivement le droit du sang et le droit du sol.

11 Dans les termes de Searle (1998, p. 45-48), l’intervention de la Chaîne du bonheur est un fait institutionnel, en ce sens que c’est elle qui garantit que les promesses de dons des téléspectateurs valent comme l’expression de la solidarité nationale dans les circonstances de cet appel à dons.

12 Ces deux aspects des rites de possession ressortent admirablement des films de Jean Rouch, notamment Les maîtres fous (1954), et Les tambours d’avant : Tourou et Bitti (1971).

13 Cette identité nationale est célébrée avec d’autant plus d’empressement que sa cohésion est régulièrement envisagée comme problématique, voire menacée (Widmer, 2004).

14 La culture politique suisse procède d’une articulation particulière de pratiques sociales qui, en tant que telles, ne sont en rien propres à la Suisse. Notre analyse vise donc à saisir des phénomènes politiques généraux, mais par le biais d’études empiriques délimitées.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search