Version classiqueVersion mobile

L’expérience des problèmes publics

 | 
Daniel Cefaï
, 
Cédric Terzi

Le travail de publicisation des problèmes. Revendiquer, critiquer, mobiliser

Faire et défaire un fait dans une controverse1

Le Monde et le mouvement universitaire de 2009

Michel Barthélémy

Texte intégral

  • 1 Ma reconnaissance va à Louis Quéré et Cédric Terzi pour leur relecture de ce texte.

1La mise en cause d’un article de presse dans sa prétention à dire ce qui est le cas offre une occasion d’examiner les opérations ordinaires par lesquelles un fait est établi et celles qui sont mises en œuvre pour le défaire. Le cas qui nous occupera trouve son origine dans la réforme de l’enseignement supérieur et de la recherche qui a suscité, au printemps 2009, l’opposition de la communauté universitaire. Le mouvement s’est concentré sur la mise en œuvre de la loi sur les libertés et responsabilités des universités (LRU), adoptée en 2007. Il s’est opposé en particulier aux dispositions concernant la formation des enseignants du secondaire, le statut des enseignants-chercheurs et la gouvernance des universités. Cette mobilisation d’ampleur nationale s’est étendue sur plusieurs mois, entre février et juin 2009, et a fait l’objet d’une large couverture médiatique.

2Celle-ci a pu être la cible de la critique des universitaires engagés dans le mouvement. Tel fut le cas d’un article du journal Le Monde, intitulé « Les facs mobilisées voient leur image se dégrader », paru dans l’édition du 1er avril 2009. L’article émanait du service France. Il était identifié comme « reportage », et signé par trois journalistes : Christian Bonrepaux, Benoît Floc’h et Catherine Rollot. Il a été vigoureusement critiqué par un enseignant-chercheur de l’université Paris I, Jérôme Valluy.

  • 1 Notons que celui-ci n’apparaît pas dans la version numérique de l’article. Par conséquent le lecteu (...)

3La thèse de l’article est exposée sans équivoque dans son titre – « Les facs mobilisées voient leur image se dégrader » –, et surtout dans son sous-titre : « Toulouse II, Rennes II, Montpellier III, à la pointe de la contestation depuis trois ans, perdent des étudiants1. » L’article met l’accent sur la corrélation entre les grèves à répétition et les effets en chaîne associés à la mauvaise réputation qui en résulterait, ainsi qu’entre la fréquence des grèves dans certaines universités et le taux d’abandon d’étudiants de première année. Cette double corrélation est présentée par le texte non comme une hypothèse qu’il pourrait être pertinent de questionner, mais comme un fait du monde réel dont l’actualité est tout simplement attestée par l’enquête que le quotidien lui consacre sous la forme d’un reportage effectué dans trois universités. C’est cette évidence de l’argument de l’article que le travail critique mené par Valluy va s’efforcer de déconstruire, notamment en pointant le biais méthodologique qui, selon lui, est au fondement de l’analyse journalistique.

4Dans une première partie, je présenterai une description analytique de l’article du Monde, en m’intéressant à la manière dont un récit journalistique présente son contenu comme ancré dans les faits et justifié par les éléments qu’il relate. Dans la seconde partie, je montrerai sur quels aspects précis du texte Valluy a pris appui pour fonder sa critique, et comment il a mis en cause sa prétention à rapporter un état de choses du monde réel, dûment documenté et associé à une situation relativement stable.

L’article du Monde : la construction discursive de la notion de réputation appliquée à la situation de trois universités

Les facs mobilisées voient leur image se dégrader
Toulouse II, Rennes II, Montpellier III, à la pointe de la contestation depuis trois ans, perdent des étudiants
Toutes trois sont des universités éruptives. À Toulouse II-Le Mirail (UTM), Rennes II ou Paul-Valéry Montpellier III, toutes spécialisées en lettres et sciences sociales, les étudiants et les enseignants sont prompts à sortir des amphis pour devenir des « anti ».
Cette année, elles sont à la pointe de la contestation contre les réformes de l’enseignement supérieur. Comme en 2008, et l’année d’avant. À Rennes II, le président Marc Gontard fait ses comptes : « En 2006, lors de la contestation du CPE (contrat première embauche), j’ai eu huit semaines de blocage. En 2007, pendant le mouvement contre la loi sur l’autonomie des universités, je n’ai eu que dix jours ! La mobilisation actuelle se solde déjà par sept semaines d’arrêt des cours. »
Cette agitation chronique ne va pas sans victime. « Les plus touchés, regrette Anne Fraïsse, présidente de Montpellier III et parmi les plus engagés contre les actuelles réformes, sont les étudiants de licence, ceux qui viennent d’arriver et qui sont les plus faibles. Après quelques semaines d’interruption des cours, certains lâchent prise. Dans notre pyramide des âges, les mouvements provoquent des trous, comme les guerres dans celle de la population française. »
Beaucoup d’étudiants travaillent pour payer leurs études. Ce sont les premiers touchés. « À la reprise des cours, ils ne pourront pas étudier à plein-temps pour rattraper le temps perdu, constate Patrick Mpondo-Dicka, vice-président du conseil des études et de la vie universitaire de Toulouse II. En plus, ils profitent de l’absence de cours pour travailler davantage et glissent vers la vie active sans diplôme. »
Fac sous-financée
Dans un contexte de baisse démographique du nombre de bacheliers et de désaffection générale pour les filières lettres et sciences humaines, les grèves ont tendance à aggraver l’hémorragie d’étudiants.
Rennes a perdu 5 500 étudiants en quatre ans, ses effectifs passant de 22 000 en 2005 à 16 500 en 2009. Montpellier-III accueille chaque année 7 % d’étudiants en moins, en moyenne depuis trois ans, même si « c’est compensé par des arrivées en master », précise la présidente. En six ans, l’UTM a perdu 5 000 étudiants.
Bien entendu, rappelle Julien Roumette, enseignant-chercheur en lettres modernes et très engagé dans le mouvement de l’UTM, « pour une inscription en licence, les étudiants ne regardent pas la carte des universités françaises pour choisir celle qui possède la meilleure image. Ils prennent celle qui n’est pas trop loin de chez eux et qui leur permet d’étudier à moindre coût. » Cet enseignant fait en outre remarquer : « Si on parle d’atteinte à l’image, que dire du coup porté aux études littéraires par Nicolas Sarkozy au prétexte qu’elles se détournent de la professionnalisation et conduisent à des lectures inutiles de romans telle La princesse de Clèves ? »
Au fil des mobilisations, l’image de l’université se dégrade bien pourtant. L’article consacré à Montpellier III sur l’encyclopédie en ligne Wikipédia comprend une rubrique « Les grèves ». « J’ai deux fils en terminale, déclare Isabelle Cayzac, présidente de la fédération de parents PEEP pour l’Hérault. S’ils avaient voulu faire des études de lettres, je me serais opposée à ce qu’ils aillent à Montpellier III. Cette université donne une image de chaos, de bazar, de glandeurs. »
Selon le président de Rennes II, cette mauvaise image affecte aussi les relations avec les entreprises. « J’ai besoin de 4 000 stages par an, dit-il, mais je crains que ce ne soit de plus en plus dur de vendre Rennes II à des patrons qui voient notre université comme un repaire de gauchistes. » Pourtant, insistent les présidents, leur université ne peut être réduite à cette image frondeuse. « Dans certains champs de recherche, l’excellence du Mirail est reconnue à l’international, assure Daniel Filâtre qui dirige Toulouse II-Le Mirail. Mais cette image est brouillée par une autre : passer pour un lieu permanent de contestation. »
Les étudiants le constatent eux-mêmes. Quand il fait visiter le campus, Damien Jouve, vice-président de l’UNEF à Montpellier, souligne combien étudier dans un espace bucolique, couvert de pins, aéré et qui possède son propre musée de moulages antiques est une chance. « C’est une fac où l’on devrait avoir envie d’aller, reconnaîtil. Mais il y a des gens qui ne s’inscrivent pas parce que Montpellier III a une image de fac poubelle sous-financée qui n’offre pas de débouchés. Donc, si l’université a mauvaise réputation, c’est plus à cause de la politique menée que des mouvements. »
Vue avec des yeux d’étudiantes américaines, l’agitation qui règne à Montpellier III est « bizarre et énervante », mais au moins leurs cours sont assurés. Même sidération chez les étudiants Erasmus. En lettres modernes au Mirail, la Berlinoise Stefanie Becker avoue sa surprise : « En Allemagne, il n’y a pas de tradition de grève. » Pendant le blocage du campus, la jeune femme passe rarement à la fac : « Les tas de chaises qui bloquent les grilles, cela ne fait pas vraiment envie. Je les prends en photo avec les banderoles pour montrer à mes amis de Berlin ce que je suis en train de vivre. »
À Toulouse II, un suivi pédagogique est cependant maintenu : Stefanie Becker a rendez-vous une fois par semaine au café Le Concorde avec une dizaine d’étudiants et son enseignante de français pour un cours informel sur tables de bistrot. Mais d’autres sont moins bien lotis : « Au deuxième semestre, il y a eu des cours pendant trois semaines, puis ça s’est arrêté, s’étonne Stefanie Pickel, étudiante allemande en LEA à Montpellier III. Les étudiants Erasmus n’ont rien pour réviser ou apprendre. Heureusement que je suis également des cours à Montpellier I, qui, eux, continuent, car sinon j’aurais perdu mon temps. »
Daniel Weissberg, vice-président délégué aux relations européennes et internationales au Mirail, regrette qu’à la suite des précédents conflits, des établissements étrangers aient dénoncé les conventions qui les liaient avec l’université. « Si les flux d’étudiants étrangers sont stabilisés, la manière dont on est perçu chez nos partenaires se dégrade », avance-t-il.

Les universités éruptives et leurs agents

5L’article s’ouvre sur une catégorisation des universités en question : elles ont pour propriété commune d’être des « universités éruptives ». Il s’agit d’une caractérisation d’ensemble placée avant l’énoncé des détails qui la justifient auquel il sert d’accroche :

Toutes trois sont des universités éruptives. À Toulouse II-Le Mirail (UTM), Rennes II ou Paul-Valéry Montpellier-III, toutes spécialisées en lettres et sciences sociales, les étudiants et les enseignants sont prompts à sortir des amphis pour devenir des « anti ».

6À cette catégorisation ad hoc s’ajoute la spécification d’un domaine disciplinaire d’appartenance, celui des lettres et sciences sociales. Contrairement à la « mobilisation » évoquée dans le titre (« Les facs mobilisées »), qui est une situation transitoire générée par un événement inhabituel, l’éruptivité désigne une propriété récurrente distinctive d’un agent : sa grande réactivité. La suite du paragraphe accrédite cette idée : elle évoque des étudiants et des enseignants « prompts à sortir des amphis pour devenir des “anti” ». Ainsi la promptitude des membres de la communauté universitaire à se mobiliser en qualité de contestataires, à l’image d’un volcan qui se met à cracher sa lave, serait la propriété qui distingue les universités éruptives des autres établissements d’enseignement supérieur. En outre, si les catégories « étudiants » et « enseignants » renvoient aux identités sociales et aux activités de personnes que l’on peut s’attendre conventionnellement à voir fréquenter des amphis, en revanche n’y sont pas spontanément ni prioritairement associées celles qui ont trait au champ de l’action revendicative ou politique. Le passage d’un registre d’activités à l’autre suppose l’ajout d’un prédicat approprié : l’éruptivité pour les universités et le fait d’être « anti » pour leurs membres. Cette catégorisation est renforcée par l’opposition posée entre « amphis » et « anti », qui suggère aussi une opposition de lieux (un espace voué à l’enseignement, d’un côté ; la rue et, plus généralement, l’espace public urbain comme lieu d’expression de revendications sociales et politiques, de l’autre) et une opposition de types d’activités qui s’excluent mutuellement en pratique (étudier/manifester). En effet, il faut « sortir des amphis » pour accomplir les activités à partir desquelles on peut être identifié comme étant un « anti ». C’est la récurrence de ce type d’activité qui conduit à transformer circonstanciellement la catégorie générique « université » en « université éruptive ».

  • 2 Sur cette forme (catégorie de collectivité + adjectif), voir Jayyusi (2010, chapitre 1).

7Cependant il n’est pas avéré que les personnes ainsi désignées (des « anti ») seraient susceptibles d’employer elles-mêmes ce mot pour s’identifier, qualifier leur action et se reconnaître les unes et les autres, pas plus que de qualifier d’« éruptives » leurs universités d’appartenance. Cette catégorisation indique que les destinataires du récit journalistique ne sont pas ceux qui en sont l’objet mais le public des lecteurs du journal, auquel est présenté un aspect particulier du mode de fonctionnement des universités spécifiées en période de mobilisation sociale. Les lecteurs sont supposés mobiliser leur connaissance de sens commun des structures sociales, notamment leur connaissance des propriétés des universités de lettres et sciences sociales (elles sont supposées plus « engagées » politiquement), et faire usage de l’arrière-plan culturel et normatif adéquat pour appréhender la situation avec la catégorisation employée pour la décrire2. C’est ce qui sert de fondement d’une part à l’identification des protagonistes et ultérieurement des catégories rendues programmatiquement pertinentes par le choix de la description, à commencer par les patients des événements rapportés, d’autre part à l’expansion et aux transformations ultérieures des catégories qui conviennent à une claire appréhension de la situation sous la perspective proposée.

  • 3 Jayyusi traite des qualificatifs qui permettent de lier la description et l’action dans une même ca (...)
  • 4 En même temps, cette description ouvre la voie à une réplique possible des intéressés au sujet de l (...)
  • 5 « Les appréciations morales concernant le caractère approprié des actions accomplies par les partie (...)

8L’identification des agents de la situation considérée opère avec la catégorie « anti », comme elle le ferait avec celle d’« agitateur » ou de « gauchiste ». En effet, à la question : « Mais pourquoi manifeste-t-il ? » on peut répondre : « parce que c’est un agitateur », ou encore « parce que c’est un gauchiste3 ». Ainsi la catégorisation choisie dans le cas qui nous occupe (« anti ») donne-telle sens à la catégorisation « université éruptive », en conjecturant un processus interne. Le simple fait de pointer, implicitement, le type de personne pour qui il est « normal », typique, attendu, de se comporter en « anti » permet justement de faire l’économie d’une exposition des éléments précis (faits et arguments) ayant pu générer la mobilisation collective contre la LRU. Il en va de même pour les collectivités : les actions d’interruption de cours, de manifestation, etc., qui ont lieu dans les universités de lettres et sciences sociales sont traitées comme caractéristiques et démarcatives de certaines universités. On peut inférer que l’on y conteste probablement davantage que l’on y travaille. L’identité ainsi accordée aux membres d’une catégorie (individus ou entités collectives) fournit un appui pour évaluer moralement leurs actions4, cette évaluation s’exprimant dans la façon de présenter celles-ci5.

  • 6 Sur ce type de situation admettant plus d’une description mutuellement contradictoire, on se report (...)

9Il n’est pas anodin d’employer, pour définir une situation, un qualificatif qui coupe court à la recherche de raisons d’agir, que l’on pourrait découvrir, examiner, discuter, contester ou partager. Car de cet examen pourraient ressortir le caractère problématique de la caractérisation présentée, ainsi que la possibilité d’une description alternative faisant apparaître l’action évoquée comme une réponse motivée à la situation considérée sous un jour non pris en compte par la précédente6. Dans l’article analysé, fait ainsi défaut l’énoncé de la situation de départ qui permettrait de contextualiser et d’évaluer la réponse qui lui est apportée (contre quoi les universitaires s’élèvent-ils ?). Un caractère automotivé est dès lors implicitement attribué à la contestation, qui justifie la qualification des universités en question comme « éruptives ». Plus encore, cette attribution construit le type de situation particulière dans laquelle est censée agir la catégorie d’acteur présentée. Ce qui fournit un fil conducteur pour les développements ultérieurs de l’enquête.

10La première phrase du deuxième paragraphe de l’article du Monde évoque les activités qui justifient la catégorisation mentionnée ci-dessus : « Cette année, elles sont à la pointe de la contestation contre les réformes de l’enseignement supérieur. Comme en 2008, et l’année d’avant. »

11Ce passage établit un lien durable entre les universités en question et les mobilisations contre les réformes de l’enseignement supérieur. Ce sont ces universités, en tant que collectivités et communautés culturelles, qui cultivent sur la durée l’esprit de contestation des politiques gouvernementales en matière d’enseignement et de recherche.

12La suite du paragraphe offre une illustration concrète de cette assertion :

À Rennes II, le président Marc Gontard fait ses comptes : « En 2006, lors de la contestation du CPE (contrat première embauche), j’ai eu huit semaines de blocage. En 2007, pendant le mouvement contre la loi sur l’autonomie des universités, je n’ai eu que dix jours ! La mobilisation actuelle se solde déjà par sept semaines d’arrêt des cours. »

13La mention de la position d’un président d’université dans ce passage tend à ordonner la lecture des événements selon un point de vue institutionnel. Examinons la liste des mouvements présentés dans ce témoignage. Chaque mouvement est identifié au regard de son objet et de sa durée. N’étaient le premier paragraphe de l’article, ainsi que la première phrase du deuxième paragraphe, qui précise la signification de la catégorisation initiale, l’existence d’un lien particulier entre ces mouvements, tous nationaux, ainsi que le sens de la comptabilisation cumulée de leurs répercussions, ne seraient pas clairs. On aurait simplement affaire à une liste d’actions qui se sont déroulées, ici comme ailleurs, en relation à des thèmes de mobilisation spécifiques et à des moments différents. Le fait que la liste présentée n’apparaisse pas composée d’événements discrets, mais bien comme une occasion de spécifier une pratique contestataire récurrente, distinctive des universités incriminées, alors même qu’elles ne sont pas les seules à avoir pris part aux mouvements en question, est induit par le titre et le premier paragraphe de l’article. Ce n’est pas tant la participation aux mobilisations, que leur ampleur, ainsi que la systématicité et la rapidité de leur constitution, qui font la différence. Ajoutons que le fait que ce soit un président d’université qui s’exprime circonscrit le champ d’appréhension des mouvements à leurs effets sur le fonctionnement interne de l’université, mesurés en termes de nombre de journées ou de semaines durant lesquelles les enseignements n’ont pas été dispensés.

  • 7 Cet argument pourrait d’ailleurs donner prise à une critique de l’application de la catégorie « uni (...)

14L’entrée d’un président d’université dans le récit pour commenter les faits ne constitue pas une surprise au vu de ce que chacun sait, conventionnellement, sur les prérogatives et préoccupations d’un membre de cette catégorie – il lui incombe notamment d’assurer la bonne marche de l’établissement qu’il dirige. En conséquence de quoi, les mouvements sont définis dans les termes sous lesquels ils constituent un sujet de préoccupation pour les membres de cette catégorie. On remarquera que le témoignage cité ne rapporte que les durées mesurables de mobilisation dont la nature est qualifiée minimalement (« blocage », « arrêt des cours ») ; aucune indication précise, ni a fortiori aucune appréciation, n’est donnée à propos de leurs effets concrets. Elle n’est pas pour autant absente, elle s’est simplement rendue implicite dans l’énoncé sur le mode de l’opposition entre ce qui devrait être le cas (le fonctionnement normal d’une université) et ce qui est effectivement constaté (les arrêts de cours). On notera aussi le point d’exclamation au terme de l’énoncé : « En 2007, pendant le mouvement contre la loi sur l’autonomie des universités, je n’ai eu que dix jours ! » Il souligne un contraste avec le mouvement en cours et tient lieu d’un commentaire implicite de l’énonciateur sur celui-ci7.

Les universités éruptives et leurs victimes

Cette agitation chronique ne va pas sans victime. « Les plus touchés, regrette Anne Fraïsse, présidente de Montpellier III et parmi les plus engagées contre les actuelles réformes, sont les étudiants de licence, ceux qui viennent d’arriver et qui sont les plus faibles. Après quelques semaines d’interruption des cours, certains lâchent prise. Dans notre pyramide des âges, les mouvements provoquent des trous, comme les guerres dans celle de la population française. »

Beaucoup d’étudiants travaillent pour payer leurs études. Ce sont les premiers touchés. « À la reprise des cours, ils ne pourront pas étudier à plein-temps pour rattraper le temps perdu, constate Patrick Mpondo-Dicka, vice-président du conseil des études et de la vie universitaire de Toulouse II. En plus, ils profitent de l’absence de cours pour travailler davantage et glissent vers la vie active sans diplôme. »

  • 8 Sur la manière dont, dans un récit, les personnages sont naturellement (conventionnellement) liés e (...)

15Ces paragraphes s’attachent cette fois à développer plus précisément la thématique des conséquences problématiques des arrêts de cours et des blocages d’universités, en commençant par le cas des usagers eux-mêmes. Cette thématique introduit de nouvelles catégories dans le récit, entre autres celles des victimes des interruptions de cours8. C’est de nouveau un témoignage de président d’université, celui de Montpellier III, qui précise ce point, suivi par celui du vice-président du Conseil des études et de la vie universitaire (CEVU) de Toulouse II. Ces témoignages sont introduits par l’attribution de la propriété qui justifie la catégorisation des universités évoquées comme « éruptives » : une « agitation chronique ». Ainsi la série de mouvements de contestation cités par le président de Rennes II, en relation à des objets distincts temporellement ordonnés, se trouve-t-elle ramassée sous un terme commun et unique : une « agitation ». Sa qualification de « chronique » souligne le caractère permanent de « l’éruptivité » propre aux universités considérées.

  • 9 Sur les paires catégorielles asymétriques, voir Jayyusi (2010, chapitre 5).
  • 10 Victimes que l’on pourrait dire collatérales, au sens où elles ne sont pas ciblées par ces actions, (...)

16L’accent est mis sur la conséquence concrète de ce phénomène : « Cette agitation chronique ne va pas sans victime. » Une paire catégorielle asymétrique9 ad hoc rassemble les agents de cette « agitation chronique » (étudiants et enseignants « anti » ou contestataires) et leurs « victimes10 » – des étudiants que réunit le fait d’être parmi les plus susceptibles de voir la poursuite de leurs études compromise par l’arrêt des cours (ceux de première année de licence ou/et étudiants salariés). Les témoignages présentés de responsables d’université évoquent des établissements qui, loin d’apporter une formation reconnue à leurs étudiants, se mettent en situation d’exclure ceux qui, du fait de leur formation initiale ou de leur situation sociale et économique, sont les plus déshérités. Une dichotomie se manifeste ainsi entre, d’un côté, les obligations morales de l’université et ses missions de service public, et, de l’autre, ce qui arrive à cette catégorie d’étudiants dans ces universités-là, comme conséquence de l’action contestatrice conjointe d’autres étudiants, plus favorisés, et de leurs enseignants.

17Une citation utilisée comme sous-titre divise l’article en deux parties : « Fac sous-financée. » Elle fait état d’une situation imputable aux pouvoirs publics et à la politique suivie à l’égard de l’université. La faiblesse alléguée de la dotation budgétaire est utilisée en tant qu’indicateur de l’intérêt relatif que l’État lui témoigne.

18Les deux paragraphes suivants livrent des informations chiffrées globales sur la baisse des effectifs estudiantins sur plusieurs années et sur ses causes diverses.

Dans un contexte de baisse démographique du nombre de bacheliers et de désaffection générale pour les filières lettres et sciences humaines, les grèves ont tendance à aggraver l’hémorragie d’étudiants.
Rennes a perdu 5 500 étudiants en quatre ans, ses effectifs passant de 22 000 en 2005 à 16 500 en 2009. Montpellier III accueille chaque année 7 % d’étudiants en moins en moyenne, depuis trois ans, même si « c’est compensé par des arrivées en master », précise la présidente. En six ans, l’UTM a perdu 5 000 étudiants.

  • 11 Pas plus que n’est indiquée la hauteur à laquelle opère la compensation, évoquée par la présidente (...)

19La question du financement de l’université n’est pas abordée dans ces deux paragraphes. Le premier résume la thèse de l’article, le second la fonde empiriquement. En premier lieu est mentionnée une baisse tendancielle des effectifs d’étudiants en lettres et sciences humaines, filières auxquelles forment les trois universités considérées. Les établissements affectés n’ont pas prise sur les ressorts de cette baisse qui a une double origine : démographie et désintérêt. À cela s’ajoute le fait qu’une partie de la désaffection des étudiants pour ces universités serait imputable, selon les témoignages cités dans l’article, aux mouvements des dernières années. Cette assertion fait écho aux propos précédents de la présidente de Montpellier III, et du vice-président du CEVU de Toulouse II, lesquels évoquaient les décrochages en cours d’année, qu’ils imputaient aux grèves, sans d’ailleurs spécifier le poids respectif des deux sources de la variation des effectifs étudiants11. De tous les facteurs invoqués pour rendre compte de la baisse de ces effectifs dans les universités de lettres et sciences humaines, la grève est le seul qui soit imputable à une action délibérée des membres de la communauté universitaire locale, et qui puisse participer, même involontairement, à l’amplification du phénomène. La prise en compte des effets d’une telle action rend possibles des inférences et des évaluations morales à son sujet, quelle que soit sa part dans l’ensemble de la problématique évoquée.

Le point de vue de membres de la communauté universitaire proches du mouvement

20Comment, dans ce cadre, un point de vue divergent peut-il être traité ? La suite de l’article va mettre en scène, tour à tour, un universitaire mobilisé et un représentant d’un syndicat étudiant.

Bien entendu, rappelle Julien Roumette, enseignant-chercheur en lettres modernes et très engagé dans le mouvement de l’UTM, « pour une inscription en licence, les étudiants ne regardent pas la carte des universités françaises pour choisir celle qui possède la meilleure image. Ils prennent celle qui n’est pas trop loin de chez eux et qui leur permet d’étudier à moindre coût ». Cet enseignant fait en outre remarquer : « Si on parle d’atteinte à l’image, que dire du coup porté aux études littéraires par Nicolas Sarkozy au prétexte qu’elles se détournent de la professionnalisation et conduisent à des lectures inutiles de romans telle La princesse de Clèves ? »

  • 12 Allusion à une remarque de Nicolas Sarkozy au sujet de l’imbécilité de l’attitude qui consisterait (...)

21L’article préface d’une formule d’accord (« bien entendu »), tendant ainsi à reconnaître par avance son bien-fondé, l’argument d’un universitaire présenté comme engagé dans le mouvement, selon lequel la réputation d’une université n’est pas le critère de choix déterminant pour un étudiant qui s’inscrit en première année de licence. Or l’essentiel de l’argumentation que développe l’article contredit cette affirmation. Suit une élaboration critique par le même universitaire sur ce qui atteint la réputation des universités, notamment celles spécialisées dans les études de lettres. Cette critique fait référence à un propos tenu par le chef de l’État en 200612, et que le mouvement universitaire de 2009 a érigé en symbole du mépris qui régnerait dans les plus hautes sphères de l’État pour le savoir et la culture, dont est notamment garante l’Université.

Au fil des mobilisations, l’image de l’université se dégrade bien pourtant. L’article consacré à Montpellier III sur l’encyclopédie en ligne Wikipédia comprend une rubrique « Les grèves ». « J’ai deux fils en terminale, déclare Isabelle Cayzac, présidente de la fédération de parents PEEP pour l’Hérault. S’ils avaient voulu faire des études de lettres, je me serais opposée à ce qu’ils aillent à Montpellier III. Cette université donne une image de chaos, de bazar, de glandeurs. »
Selon le président de Rennes II, cette mauvaise image affecte aussi les relations avec les entreprises. « J’ai besoin de 4 000 stages par an, dit-il, mais je crains que ce soit de plus en plus dur de vendre Rennes II à des patrons qui voient notre université comme un repaire de gauchistes. » Pourtant, insistent les présidents, leur université ne peut être réduite à cette image frondeuse. « Dans certains champs de recherche, l’excellence du Mirail est reconnue à l’international, assure Daniel Filâtre qui dirige Toulouse II-Le Mirail. Mais cette image est brouillée par une autre : passer pour un lieu permanent de contestation. »

  • 13 « Dans un contexte de baisse démographique du nombre de bacheliers et de désaffection générale pour (...)
  • 14 Cette information de Wikipédia sur les grèves à Montpellier III a été retirée depuis la parution de (...)

22Le premier paragraphe élimine toute équivoque quant à la manière dont l’article suggère d’entendre l’argument de Julien Roumette. Il apparaît qu’il ne s’agit en rien d’un accord, mais d’une concession mineure qui ne change rien au fond puisque la première phrase du paragraphe réaffirme le motif de l’article : « Au fil des mobilisations, l’image de l’université se dégrade bien pourtant. » Si, plus tôt13, les mobilisations sont présentées comme un facteur d’accentuation d’une tendance nationale à la baisse des effectifs en première année dans certaines disciplines, ici, en revanche, elles apparaissent comme le facteur déterminant de la baisse de réputation des universités considérées. Le premier élément apporté à l’appui de cette assertion est le fait que les grèves sont un aspect jugé suffisamment récurrent dans le paysage universitaire montpelliérain pour que la fiche de présentation de Montpellier III sur Wikipédia en fasse expressément mention14. À la suite de quoi, plusieurs intervenants, concernés à des titres divers par l’université – la présidente d’une association de parents d’élèves du secondaire, puis un président d’université évoquant les rapports de son établissement avec les entreprises –, sont sollicités pour apporter des arguments et des preuves en faveur de la thèse développée par l’article. Dans leurs propos rapportés, le fait pour les universités en question d’être « de toutes les mobilisations » est attribué cette fois à des catégories de personnes – des « glandeurs » et des « gauchistes » – qui sont à l’origine des troubles et de la mauvaise image de ces universités : « Cette université donne une image de chaos, de bazar, de glandeurs » ; « des patrons qui voient notre université comme un repaire de gauchistes » ; « image frondeuse » ; « un lieu permanent de contestation ». Des actions associées dans leur contexte originel à des motifs spécifiques sont utilisées ici pour construire des attributs transsituationnels et les appliquer aux personnes ou organisations engagées dans ces actions.

  • 15 Sur l’analyse des listes, voir Jayyusi (2010, chapitre 3).
  • 16 Pour prendre la mesure des écarts et des congruences entre les termes constitutifs de cette descrip (...)

23Revenons un instant sur les trois termes « chaos, bazar, glandeurs ». Ils forment une liste en ce que chacun d’eux entretient des relations avec les autres, qui donnent sens à l’ensemble qu’ils constituent15. Les deux premiers termes sont liés : « chaos » exprime l’idée d’une absence d’ordre, cependant que « bazar » précise davantage la nature de ce chaos en désignant un désordre provoqué, délibérément ou par incompétence. Il n’est plus un fait naturel et devient ainsi attribuable à quelqu’un. De sorte que les « glandeurs », ceux qui ne font pas ce qu’ils devraient faire, sont le type de personnes qui sont susceptibles, par leur attitude même, de provoquer le désordre dans une institution. C’est alors le résultat de leur comportement qui apparaît comme un trait disjonctif identifiant de l’université en cause au point d’effacer ses autres traits caractéristiques, y compris les plus valorisants. Ce contraste est énoncé dans les propos du président de Toulouse II. Les « universités éruptives » apparaissent ici comme le produit de l’activité d’une catégorie dichotomique spécifique : non pas des étudiants et des enseignants-chercheurs, sans plus de précision, mais des étudiants et des enseignants-chercheurs acharnés à provoquer, par leur agitation politique, une situation de désordre permanent au sein de leur établissement16. La motivation de cette agitation, vue de l’extérieur, est livrée dans la catégorisation disjonctive qui est faite de ses auteurs. Celle-ci sonne en même temps comme un jugement moral explicitement porté sur eux : ils sont des universitaires ou des étudiants qui faillissent à leurs devoirs : enseigner pour les uns, étudier pour les autres. Sous cette description, le désordre est présumé être recherché pour lui-même.

  • 17 À l’argument de Roumette, on l’a vu, l’article oppose le point de vue d’une mère de famille ayant d (...)

24Tous ces éléments, développés juste après qu’a été rapporté l’argument de Roumette sur les motivations du choix d’une université par les nouveaux étudiants, sont susceptibles d’être lus comme une invalidation de celui-ci17. Ce qui donne à penser que cet argument est cité en vue d’empêcher par avance qu’un lecteur puisse le reprendre à son compte et objecter à la thèse de l’article. Par ailleurs, l’universitaire suggère une autre raison de la perte de réputation de l’université que les grèves à répétition : à savoir la suspicion jetée sur l’intérêt des études de lettres par la remarque présidentielle sur La princesse de Clèves. Ces deux considérations ne sont manifestement pas situées sur le même plan et n’ont pas la même portée. Si le premier point est vrai – la population locale de néo-bacheliers évite les universités abonnées aux grèves, et les employeurs locaux se méfient des stagiaires de l’université de leur bassin d’emploi et des diplômes qu’elle décerne –, il en résulte un handicap sérieux pour le développement régional, national, voire international, d’une université sur le double plan de l’attractivité de son enseignement et de la reconnaissance de ses domaines de spécialité dans la recherche. Si le second point est vrai – la répercussion de la critique présidentielle sur l’intérêt porté aux études de lettres –, il n’a qu’une incidence marginale, voire nulle, sur le nombre de personnes s’inscrivant en lettres à l’université. De plus, cet argument critique apparaît comme un plaidoyer d’un universitaire en faveur de sa discipline. Dans les deux cas, il n’est pas un obstacle sérieux à l’argument principal développé par l’article.

Les étudiants le constatent eux-mêmes. Quand il fait visiter le campus, Damien Jouve, vice-président de l’UNEF à Montpellier, souligne combien étudier dans un espace bucolique, couvert de pins, aéré et qui possède son propre musée de moulages antiques est une chance. « C’est une fac où l’on devrait avoir envie d’aller, reconnaît-il. Mais il y a des gens qui ne s’inscrivent pas parce que Montpellier III a une image de fac poubelle sous-financée qui n’offre pas de débouchés. Donc, si l’université a mauvaise réputation, c’est plus à cause de la politique menée que des mouvements. »
Vue avec des yeux d’étudiantes américaines, l’agitation qui règne à Montpellier III est « bizarre et énervante », mais au moins leurs cours sont assurés. Même sidération chez les étudiants Erasmus. En lettres modernes au Mirail, la Berlinoise Stefanie Becker avoue sa surprise : « En Allemagne, il n’y a pas de tradition de grève. » Pendant le blocage du campus, la jeune femme passe rarement à la fac : « Les tas de chaises qui bloquent les grilles, cela ne fait pas vraiment envie. Je les prends en photo avec les banderoles pour montrer à mes amis de Berlin ce que je suis en train de vivre. »

25L’énoncé introductif – « Les étudiants le constatent eux-mêmes » – n’indique pas clairement quel est le sujet traité. On ne sait pas à quoi renvoie le pronom « le », si ce n’est que son référent est à rechercher dans ce qui précède ou suit l’énoncé. La personne citée immédiatement après est un étudiant dont on peut penser qu’il est également, comme l’enseignant-chercheur interrogé précédemment, plutôt favorable au mouvement universitaire. Cette inférence est permise par ce qui est dit de son appartenance syndicale. Elle l’est aussi par l’explication qu’elle donne de la baisse de fréquentation de son université : la faiblesse des financements accordés par l’État. Cet argument s’oppose à ceux avancés jusque-là concernant la baisse d’attractivité des établissements pour les étudiants de première année. La question se pose alors de savoir si ce que « constatent » les étudiants, c’est la gêne occasionnée par les grèves qui perturbent la tenue des cours, ou bien le manque de moyens dont disposent les universités pour leur assurer des conditions d’enseignement satisfaisantes.

26Le deuxième paragraphe apporte des éléments de réponse. Il renoue en effet avec la thématique de la gêne qu’occasionnent les grèves, illustrée cette fois par les témoignages d’étudiants étrangers. Ce que « constatent eux-mêmes les étudiants » ce n’est pas tant le sous-financement de l’université que les perturbations dont ils peuvent avoir une expérience directe. L’équivoque est ainsi levée. Les étudiants étrangers rejoignent ainsi les victimes des mouvements de grève à l’université. Le propos de l’étudiant de l’UNEF n’en apparaît alors que plus intempestif, car en déphasage avec le contexte et isolé des autres prises de position sur le sujet. Dès lors la question du sous-financement des universités est évacuée en tant que source possible de l’attrait inégal des universités et donc de la baisse des effectifs constatée.

À Toulouse II, un suivi pédagogique est cependant maintenu : Stefanie Becker a rendez-vous une fois par semaine au café Le Concorde avec une dizaine d’étudiants et son enseignante de français pour un cours informel sur tables de bistrot. Mais d’autres sont moins bien lotis : « Au deuxième semestre, il y a eu des cours pendant trois semaines, puis ça s’est arrêté, s’étonne Stefanie Pickel, étudiante allemande en LEA à Montpellier III. Les étudiants Erasmus n’ont rien pour réviser ou apprendre. Heureusement que je suis également des cours à Montpellier I, qui, eux, continuent, car sinon j’aurais perdu mon temps. »
Daniel Weissberg, vice-président délégué aux relations européennes et internationales au Mirail, regrette qu’à la suite des précédents conflits, des établissements étrangers aient dénoncé les conventions qui les liaient avec l’université. « Si les flux d’étudiants étrangers sont stabilisés, la manière dont on est perçu chez nos partenaires se dégrade », avance-t-il.

27Les deux derniers paragraphes de l’article concernent le traitement différencié que reçoivent les étudiants étrangers selon les universités – dans un cas, deux universités en grève (Toulouse II et Montpellier III), dans l’autre, une université en grève et une autre qui ne l’est pas (Montpellier III et Montpellier I). Dans les deux cas, la distinction passe entre les universités et les universitaires qui, tant bien que mal, assurent leurs cours et ceux qui ne le font pas. L’évocation du cas des étudiants étrangers dont l’université a passé un accord avec une université française permet d’introduire l’idée d’un large consensus sur l’effet exclusivement négatif des grèves sur la réputation des universités françaises auprès de leurs homologues étrangères.

Une seule version possible ?

28Les questions que soulève l’article du Monde sont : comment s’y prend-il pour donner à son traitement du sujet les caractères de factualité, d’objectivité, d’évidence ? Comment apparaît-il sans alternative sérieuse, alors même que le sujet abordé est ouvert à des interprétations divergentes, confronte des intérêts distincts, suscite des positions diverses et opposées ? Nous avons souligné le rôle essentiel joué par le choix de la catégorisation initiale (« universités éruptives ») dans la mise en place à la fois du thème (quels sont les traits distinctifs qu’apporte le prédicat « éruptif » à la catégorie université ?) et de la scène qui lui est naturellement, i.e. normativement, liée (quel sens précis acquiert cette qualification en relation au contexte dans lequel elle est employée et qui s’élabore autour d’elle à partir des transformations réglées qu’elle autorise ?). Cette catégorisation initiale donne lieu à un développement méthodique encadré par un argument, livré dès le chapô de l’article, consistant à associer un problème à un type d’activité et celui-ci à une catégorie d’acteurs. À partir du moment où les propriétés utilisées pour constituer trois universités en un groupe distinctif sont abordées exclusivement en termes de conséquences indésirables et non voulues des mobilisations qu’elles connaissent chaque année, ces universités et leurs activités apparaissent comme les responsables du problème mis en avant. Celui-ci, qui conditionne la pertinence même de l’usage de la catégorie « universités éruptives », éclipse toutes les autres considérations possibles, à commencer par l’examen des raisons de chaque mobilisation du milieu universitaire. Un tel examen dissoudrait ipso facto les bases du travail de catégorisation effectué par l’article ainsi que sa définition du problème, et donnerait une autre place aux deux témoignages non orthodoxes, qui, encadrés par des propos, témoignages et arguments qui les contredisent ou les discréditent, se trouvent effectivement marginalisés. Finalement, l’article tire son caractère d’évidence du fait qu’il oppose un groupe d’universités, aux traits particuliers qui les rendent dérogatoires, aux universités archétypales que tout le monde connaît, y compris sans jamais s’y être rendu physiquement, ni y avoir suivi aucun cours, mais simplement en se fondant sur sa compétence de membre ordinaire de la société pour appréhender la situation et évaluer la description qui en est présentée.

Les ressorts de la critique de l’article du Monde

29Lorsqu’il était paru, cet article avait attiré mon attention dans le cadre du mouvement universitaire alors en cours depuis plusieurs mois, auquel aucune issue ne se profilait véritablement. En effet, il apportait des arguments suffisamment préoccupants pour plaider en faveur d’un dénouement rapide du conflit. C’est ainsi que je l’avais lu comme une étape marquant une rupture possible dans celui-ci. En effet, le tête-à-tête entre le gouvernement et les universitaires engagés dans le mouvement cédait soudainement la place à une interrogation sur la responsabilité du mouvement quant aux conséquences de ses actions sur la réputation des universités et le sort des étudiants. Aussi n’avais-je pas été particulièrement étonné de constater que l’article avait retenu l’attention de quelqu’un d’autre. En effet, le 3 avril 2009, soit trois jours après sa parution, Jérôme Valluy, spécialiste de sociologie politique, également administrateur du site Universités & Universitaires en Lutte, mettait en ligne sur le site internet du mouvement une réponse à l’article paru trois jours plus tôt, sous la forme d’une lettre ouverte adressée à la rédaction du Monde intitulée « Le choix politique de la rédaction du Monde18 ».

30Le texte de Valluy comporte trois parties. Examinons-les tour à tour.

Les éléments et les méthodes d’une mise en cause du positionnement politique du Monde

La rédaction du journal Le Monde a fait le choix politique depuis trois mois de se construire comme un adversaire résolu du mouvement universitaire, d’occulter systématiquement aux yeux de ses lecteurs les raisons légitimes de cette défense de l’université et de la recherche : la liberté de production et de diffusion des savoirs ; l’indispensable pluralisme paradigmatique dans les sciences humaines, économiques et sociales ; les besoins de notre pays d’investissement en recherche fondamentale ; la démocratisation de l’accès aux savoirs.

31L’auteur esquisse tout d’abord un bilan sévère de la couverture par le journal du mouvement universitaire depuis son début, en l’accusant de lacunes factuelles et de partis pris, en lui reprochant d’ignorer voire de travestir le point de vue et les arguments des enseignants-chercheurs engagés dans un mouvement de « défense de l’université et de la recherche ». On notera les caractéristiques positives du collectif impliqué, en tous points opposées aux traits négatifs associés à la catégorie « universités éruptives ». Qualifier certaines universités d’« éruptives » suffit à expliquer qu’elles s’opposent aux réformes les touchant. A contrario, le texte de Valluy évoque une série de raisons précises de se mobiliser contre ces réformes et donne dans le même mouvement une cohérence d’ensemble à celles-ci, qui justifie le combat qui est mené contre elles. Ces raisons dépassent le cas des trois universités examinées dans le reportage du Monde : il s’agit de défendre l’Université et la Recherche dans leur ensemble. Elles sont énumérées dans une liste qui évoque des manques ; les éléments qui la composent sont censés être ceux que les réformes actuelles ignorent, malmènent, ou abordent insuffisamment. Les manques ne sont pas seulement dans la politique gouvernementale ; ils sont aussi dans l’article incriminé. Valluy poursuit :

Vous avez au contraire constamment réduit ce mouvement, par vos choix d’agenda et de cadrage, à des revendications corporatistes, à un conservatisme larvé de résistance à tout changement, à des réflexes irrationnels de frondes et des contestations perpétuelles voire à des problèmes psychologiques d’inquiétude ou des phénomènes sociaux de rumeurs.

32Une seconde liste est ainsi opposée à la première. Celle-ci énonçait les raisons de la mobilisation contre les réformes du gouvernement, qui, d’après l’auteur du texte, n’ont pas été restituées par le quotidien. Celle-là décrit les aspects sous lesquels la mobilisation universitaire aurait été préférentiellement thématisée par le journal. Les deux listes ne sont manifestement pas comparables dans leurs contenus respectifs ni dans les inférences qu’elles autorisent de faire. La première renvoie à des têtes de rubrique d’un débat ouvert sur ce que menacent les réformes : « La liberté de production et de diffusion des savoirs ; l’indispensable pluralisme paradigmatique dans les sciences humaines, économiques et sociales ; les besoins de notre pays d’investissement en recherche fondamentale ; la démocratisation de l’accès aux savoirs. » La seconde aligne des jugements dévalorisants sur les motivations des acteurs du mouvement ou sur la signification présumée de leur position, sur la base d’un lexique que l’auteur attribue au journal. Ces deux listes donnent à voir deux conceptions inconciliables entre elles de la position des universitaires contestataires, l’une attribuée au journal, l’autre revendiquée par l’un des membres actifs du mouvement. Cette opposition sert d’appui au développement de l’argument selon lequel l’orientation de la rédaction du Monde à l’égard du mouvement est de nature politique.

33La fin de cette première partie du texte met en avant les raisons qui, selon l’auteur, ont conduit le quotidien à adopter la ligne qui est la sienne, au détriment du mouvement universitaire ; puis, retournant la critique contre le journal, Valluy déplore ce qu’il estime être les effets négatifs de ses articles sur l’image du « service public de l’enseignement ».

Par effet d’osmose avec les pouvoirs politiques et économiques, vous avez masqué l’ampleur, sans précédent historique, de cette résistance universitaire qui va bien au-delà de celle de 1968, tant du point de vue de l’unanimisme sur l’axe gauche-droite que du nombre d’enseignants et chercheurs mobilisés. Et vous avez relayé avec constance les rhétoriques gouvernementales d’évaluation et de modulation utilisées aux seules fins d’économie budgétaire et de subordination politique de la pensée. Vous avez relayé avec plus de constance que les chargés de communication des cabinets ministériels toutes les manœuvres de diversion et d’intoxication conduites par les ministres sans couvrir les rencontres de la coordination nationale des universités, sans rendre compte du modèle d’enseignement supérieur et de recherche qu’elle défend, à travers ses motions, pour les étudiants, pour les Français et pour la démocratie. Vous n’avez rien voulu dire des enjeux hautement politiques qui sous-tendent la technicité des réformes du statut des enseignants-chercheurs, de la formation des enseignants, du classement des revues scientifiques, de l’évaluation des carrières, de la précarisation des personnels et doctorants, des restrictions budgétaires imposées à l’Éducation nationale…
Monsieur Greilsamer se plaint de cette époque où « la presse tente d’esquiver bien des coups », mais ne semble pas avoir la moindre conscience des coups portés au service public de l’enseignement qui a pourtant plus d’importance encore pour la santé de notre espace public et de notre culture démocratique. Et la rédaction du journal a-t-elle conscience des coups répétés que le journal Le Monde, par les articles de Catherine Rollot, a porté aux quatre-vingt mille enseignants du supérieur, aux dizaines de milliers de chercheurs, aux centaines de milliers d’étudiants dont nous avons la responsabilité chaque année ? Ces coups, nous les avons comptés et nous les avons encaissés depuis trois mois, chaque fois en les accueillant par des tollés d’indignations et de protestations. Les avez-vous entendues ?

La critique de l’article du Monde daté du 1er avril 2009

34La deuxième partie du texte est plus spécifiquement consacrée à l’examen de l’article « Les facs mobilisées voient leur image se dégrader ». Enfin, une troisième partie, que nous évoquerons plus brièvement, fait part du désenchantement de l’auteur face à l’évolution de la ligne éditoriale du journal au fil du temps, et justifie la rédaction par ses soins, et la diffusion sur Internet, d’une « charte de bonne conduite vis-à-vis du journal Le Monde » – une charte en dix points, placée en annexe du texte, dont l’objet est d’inviter les membres de la communauté universitaire à boycotter ce quotidien autant que faire se peut.

35L’examen de ce texte permet de porter l’attention sur la manière dont la « critique » est entendue dans la présente étude. Il s’agit de l’ensemble des opérations par lesquelles l’évidence, la facticité allant de soi, des propriétés de la situation sociale dont rend compte le texte médiatique, et telles qu’elles sont reçues par le lecteur ordinaire dans la perspective du sens commun, sont déconstruites méthodiquement et se voient dotées d’une autre signification. Menées par Valluy, ces opérations recourent au raisonnement scientifique, en tant que norme d’évaluation du raisonnement journalistique mobilisé pour la construction de l’article du Monde.

36La critique de l’article du 1er avril vise à réparer l’image du mouvement que la couverture du sujet par le journal aurait délibérément écornée. Cette partie est introduite par les considérations suivantes :

Le dernier coup en date fut un coup de trop : « Les facs mobilisées voient leur image se dégrader ! » par Christian Bonrepaux, Benoît Floc’h et Catherine Rollot. Cet article pourra être utilisé pendant des années en TD de Méthodes et techniques des sciences sociales, pour introduire nos étudiants aux rigueurs les plus élémentaires de la recherche et leur illustrer les fautes à ne pas commettre.

37Le texte de Valluy place ainsi l’article du Monde sous un regard scientifique et méthodologique. Il affirme qu’il est indispensable de maîtriser les outils et techniques des sciences sociales pour produire des énoncés vrais sur le monde social. Il laisse d’emblée entendre que cette condition n’est pas satisfaite dans l’établissement, par Le Monde, d’une corrélation entre mobilisations universitaires et baisse des effectifs d’étudiants à l’université.

38Valluy s’emploie en effet à souligner le manque de pertinence, d’après lui, des indicateurs utilisés par Bonrepaux, Floc’h et Rollot. Sa critique opère en quatre temps (repérés par les lettres a, b, c et d placées devant les paragraphes correspondants). Il souligne tout d’abord que la corrélation entre le mouvement en cours dans les universités et la baisse des effectifs estudiantins est sous-tendue par la mise en équivalence de mouvements passés, dans les universités-témoins examinées dans l’article du Monde, avec le mouvement présent.

a. Par son titre « Les facs mobilisées voient leur image se dégrader » (au présent) et les premières phrases des deux premiers paragraphes – « Toutes trois sont des universités éruptives » (au présent) puis « Cette année, elles sont à la pointe de la contestation contre les réformes de l’enseignement supérieur » (au présent) – l’article énonce une thèse centrale qui oriente le développement : celle d’une corrélation entre la mobilisation actuelle (l’actualité donne sens à la publication de l’article) et les variations d’effectifs de trois universités. Or cette corrélation est actuellement inobservable puisqu’elle ne pourra être observée (sauf à disposer d’une boule de cristal) qu’à partir de la prochaine vague d’inscriptions à l’automne 2009.
Comme l’expression d’une telle corrélation inobservable est absurde et que les journalistes le savent, ils introduisent un recul historique de quelques années qui crée chez le lecteur l’illusion d’un fondement empirique à la thèse centrale. La supercherie tient en deux points : [1] aucune mobilisation dans les années précédentes ne peut être mise sur le même plan que celle qui se déroule depuis trois mois ; l’amalgame est sociologiquement faux, pour ne pas dire frauduleux, mais il permet aux journalistes de relier le passé au présent et d’induire une validation rétrospective d’une thèse qui, elle, est prospective, ce qui est méthodologiquement inacceptable ; [2] dans l’examen des années passées, ils reconnaissent bien l’existence d’autres variables susceptibles d’expliquer ces baisses d’effectifs (démographie locale, attaques symboliques du gouvernement contre certaines matières, structure disciplinaire de l’offre de formation…), mais c’est seulement pour mieux réaffirmer leur thèse (« Au fil des mobilisations, l’image de l’université se dégrade bien pourtant » ; « … Les grèves ont tendance à aggraver l’hémorragie d’étudiants »), qui est celle de la prévalence du facteur « mobilisation » sur tous les autres… et cela sans aucun contrôle de cette inférence.

39La critique de Valluy prend la forme d’une problématisation de l’évidence de l’argument soutenu par l’article du Monde. Elle réalise cette opération en déconstruisant les présupposés de l’argument et les inférences qu’ils autorisent, ce qui lui permet de contester le caractère factuel de ce que l’article avance. Elle isole le mouvement actuel des précédents, les renvoyant chacun à sa singularité.

40Dans l’article du Monde, la baisse des effectifs étudiants, supposée imputable aux mouvements universitaires de ces dernières années, est ce qui permet de réunir les trois universités évoquées dans une même catégorie. La critique de Valluy conteste la logique unificatrice de cette opération. Elle procède en deux temps. Tout d’abord elle conteste la relation entre le mouvement actuel et la baisse des inscriptions dans les universités pour l’année qui vient :

L’article énonce une thèse centrale qui oriente le développement : celle d’une corrélation entre la mobilisation actuelle (l’actualité donne sens à la publication de l’article) et les variations d’effectifs de trois universités. Or cette corrélation est actuellement inobservable puisqu’elle ne pourra être observée (sauf à disposer d’une boule de cristal) qu’à partir de la prochaine vague d’inscriptions à l’automne 2009.

  • 19 Le calendrier de la procédure de préinscription des lycéens de terminale à l’université était ouver (...)

41Le texte fait ainsi apparaître l’issue à laquelle s’intéresse l’article du Monde comme indécidable au moment où il l’aborde. Il indique en outre qu’elle ne peut davantage être postulée à partir de la seule référence à des circonstances survenues dans le passé et indûment considérées comme similaires19 à celles qui prévalent au moment de la publication de l’article. Cette discontinuité entre le mouvement actuel et les mouvements précédents rend problématique, voire fautif, l’agencement en série des différents mouvements auxquels ont pris part les universités considérées dans l’article, y compris celui en cours.

  • 20 Sharrock (1990) a étudié les conditions d’un savoir identifié comme appartenant à une communauté au (...)

42Ce caractère fautif est d’ailleurs anticipé dans le paragraphe qui précède l’analyse de l’article, où il est dit : « Cet article pourra être utilisé pendant des années en TD de Méthodes et techniques des sciences sociales, pour introduire nos étudiants aux rigueurs les plus élémentaires de la recherche et leur illustrer les fautes à ne pas commettre. » Cette présentation de l’usage qui pourrait être fait de l’article pour former les étudiants au raisonnement requis dans la conduite d’une enquête scientifique, et dans l’exploitation de ses données, semble traiter les journalistes, qui enquêtent également sur la société, ses activités, ses productions, ses agents et ses institutions, en confrères des chercheurs en sciences humaines et sociales. Ils devraient donc être formés aux mêmes méthodes d’enquête que les chercheurs et les reconnaître comme les seules valables. Or ce n’est pas le cas : on ne s’attend pas à ce qu’un article de presse soit rédigé à la manière d’un article scientifique et satisfasse ses critères de validité et de véridicité. Mais le fait de sous-entendre qu’il ne peut y avoir d’autres critères que ceux de la rationalité scientifique pour juger de la validité d’un énoncé a pour conséquence directe de faire passer les journalistes pour des enquêteurs peu rigoureux, voire incompétents, sur le plan épistémologique et méthodologique. Le caractère ironique de la comparaison peut en outre s’entendre comme établissant un contraste entre les scientifiques, qui emploient ces outils et ces méthodologies à bon escient, d’autant qu’ils en sont, en tant que communauté savante, les inventeurs, les propriétaires et les garants, et marquer une forme de condescendance envers les journalistes, usagers occasionnels de ce savoir20.

Comme l’expression d’une telle corrélation inobservable est absurde et que les journalistes le savent, ils introduisent un recul historique de quelques années qui crée chez le lecteur l’illusion d’un fondement empirique à la thèse centrale […] L’amalgame est sociologiquement faux, pour ne pas dire frauduleux, mais il permet aux journalistes de relier le passé au présent et d’induire une validation rétrospective d’une thèse qui, elle, est prospective ce qui est méthodologiquement inacceptable.

43Ce passage souligne combien l’opération critique de Valluy repose sur des critères et des pratiques relevant de la rationalité scientifique. Sa critique délie ce que la catégorisation « universités éruptives » faisait tenir ensemble de manière convaincante en soulignant la « fraude » qui sous-tendrait cette opération. Développant l’argument (cf. b), Valluy dénonce le rôle prépondérant accordé par Le Monde au facteur « grèves » dans l’explication de la baisse des effectifs estudiantins dans les universités en question. Il lui oppose une explication multifactorielle, s’appliquant à l’ensemble des universités françaises, et prenant en compte le fait que certains facteurs ont une incidence locale et d’autres nationale. Bref un facteur, quel qu’il soit, ne saurait expliquer à lui seul la désaffection des primo-étudiants envers une université en particulier. À cela s’ajoutent la relativisation, dans le point 3 de la liste des facteurs mentionnés ci-dessous, du caractère déterminant de la réputation pour les choix d’inscription, et, dans le point 4, la déconstruction des réputations. On notera que la liste des facteurs explicatifs est jalonnée de considérations critiques soulignant la responsabilité du gouvernement dans la baisse des effectifs dans les universités de sciences humaines et sociales, ou dénonçant l’absence de fondement des croyances sur le rôle des classements internationaux dans la réputation d’une université.

b. Il y a en effet de multiples raisons sociologiques qui peuvent expliquer des variations
d’effectifs sur telle ou telle université :

  1. la demande de formation est en baisse sur certaines disciplines plus que sur d’autres – notamment en raison des attaques gouvernementales contre les sciences humaines et sociales – et, par suite, les variations d’inscriptions dans chaque université dépendent nécessairement de la structure disciplinaire de son offre de formation ;

  2. l’inscription dans les universités, en province particulièrement, dépend de l’évolution démographique dans leurs zones géographiques respectives de recrutement : il suffit de variations locales de la pyramide des âges dans un territoire pour que varient les effectifs de classes d’âge susceptibles de s’inscrire dans l’université de proximité ;

  3. les choix d’inscription ne dépendent pas seulement de la proximité géographique ou de la « réputation » de telle ou telle université mais aussi de choix personnels de la part d’étudiants souvent désireux d’aller dans une ville éloignée de leur territoire familial pour s’affranchir de leurs univers d’origine, familiaux, sociaux ou géographiques ;

  4. les réputations des universités ne procèdent pas de rationalités analytiques – quand bien même les idéologies du moment sur les classements diffusent de telles croyances – mais de processus sociaux de constructions de réputations dans lesquels s’entremêlent les données objectives, les propagandes politiques ou journalistiques et les phénomènes de rumeurs ;

  5. … et de bien d’autres facteurs encore…

44Ayant pointé les approximations de l’analyse causale de l’article du Monde, Valluy tire les conséquences de sa démonstration (cf. c) : puisque la thèse de l’article ne peut être confirmée, il ne peut être considéré ni comme l’analyse factuelle qu’il prétend être, ni comme ce que le lecteur ordinaire a pu prendre pour une description documentée d’une situation du monde réel.

c. De tout cela les journalistes du journal Le Monde sont parfaitement conscients mais ils jouent sur les ambiguïtés chronologiques de leurs corrélations sans fondements pour habiller l’expression de leur conviction politique : la mobilisation, loin de défendre l’université, porte atteinte à ses intérêts. Or cela est faux si l’on considère l’université principalement comme une institution de production et de diffusion de savoirs. En raison de leur conviction aveuglante, ces journalistes ne parviennent même pas à imaginer la corrélation inverse entre mobilisation et effectifs : la radicalisation politique actuellement observable chez les 18/25 ans, qui gonflent aujourd’hui les effectifs électoraux et militants de la gauche critique, sous l’effet des politiques gouvernementales, suscite parfois un attrait particulier dans ce public en faveur des universités réputées les plus attachées à la liberté des savoirs et au développement de l’esprit critique… Cela tient au fait, qu’entre 18 et 25 ans, et pour certains beaucoup plus tard encore, les gens n’ont pas tous les goûts économiques et les aspirations existentielles de N. Sarkozy, A. Minc, X. Darcos, C. Rollot ou V. Pécresse.

  • 21 L’opposition entre opinion et fait est ce qui, dans l’article du Monde permet de valider les témoig (...)

45Dans la perspective critique de Valluy, l’article du Monde apparaît comme l’expression d’une opinion21, voire comme une prise de position politique. Celle-ci peut se déduire par contraste avec la vision de l’université préconisée par Valluy comme « une institution de production et de diffusion de savoirs ». Cette conception s’oppose en effet à celle qui veut voir dans l’Université, à titre principal ou exclusif, un instrument censé combler les attentes du marché du travail en matière de formation de main-d’œuvre, et un dispositif de recherche orienté vers les besoins des entreprises en matière d’innovations économiquement exploitables. On notera que la définition que présente Valluy des missions de l’institution universitaire fait la part belle aux enseignants-chercheurs. L’Université ainsi entendue est l’œuvre collective de ces derniers ; et elle s’adresse à la société tout entière et non à un segment particulier de celle-ci, celui que représentent les intérêts privés, essentiellement économiques. Ce sont deux visions de l’Université qui se confrontent ici sur un mode mutuellement exclusif : l’une voit en elle un dispositif de formation de cadres et de catégories intermédiaires et un lieu de recherches appliquées, l’autre un milieu dans lequel le savoir est envisagé comme un outil de réflexivité sociale, et un moyen de former des étudiants qui soient avant tout des citoyens émancipés, capables de critiquer les pouvoirs, les évidences et les illusions sociales (voir infra).

  • 22 Comme le laisse entendre la liste des personnes citées dans le passage ci-dessous où se retrouvent (...)

46Dans son texte, Valluy accuse la rédaction du Monde de privilégier sans l’avouer la première conception, hétéronome, de l’Université. Ses journalistes auraient, par affinité idéologique avec le gouvernement22, critiqué d’une façon dissimulée les mouvements contestant sa politique, dans l’objectif inavoué de faire de l’Université l’opposé d’« une institution de production et de diffusion de savoirs ». En ce sens, le texte de Valluy reproduit une procédure courante de la sociologie critique : dévoiler des intentions cachées, en l’occurrence celles de la rédaction du Monde.

47Dans la suite du texte (cf. d) Valluy s’emploie à délégitimer les catégories de personnes dont les témoignages ont nourri l’article du Monde et le caractère d’évidence que revêt son argument.

d. Vient ensuite une sélection orientée de témoignages savamment choisis : les présidents d’université qui ont d’abord soutenu ces réformes renforçant leurs propres pouvoirs et ne s’en sont distanciés que sous la menace de l’ensemble de leurs collègues ; les étudiants étrangers qui sont de passage dans un système universitaire dont ils n’attendent que la validation du semestre en cours et qu’ils n’auront pas à assumer ultérieurement comme citoyens du pays ; les chefs d’entreprise que les journalistes font parler de trois universités dont l’offre de formation est massivement orientée vers des sciences humaines et sociales dont les principaux débouchés ne sont pas ces entreprises. Trois types d’acteurs marginaux dans l’univers social de référence mais qui ont tous en commun d’avoir de bonnes raisons d’être indifférents ou hostiles au mouvement de défense de l’Université.
La seule chose dont on peut être certain en lisant cet article, c’est que les réputations des trois universités souffriront effectivement de la publication d’un tel article dont l’audience locale risque d’être beaucoup plus importante que la couverture médiatique des mobilisations. En raison même des fautes commises par les journalistes ces trois universités pourraient valablement attaquer en justice Le Monde et lui réclamer des dommages et intérêts.

48Le lecteur ordinaire de l’article peut voir entrer en scène les présidents d’université, les étudiants étrangers et les chefs d’entreprise, à point nommé dans le fil du récit, chaque catégorie contribuant comme tout naturellement à la construction de son argument, à travers l’énoncé des préoccupations des uns et des autres face à une situation délicate. En revanche, Valluy problématise leurs témoignages et la fonction qu’ils jouent dans l’argument du Monde. Il rassemble les membres de chaque catégorie sous une même caractéristique : leur éloignement des préoccupations autour desquelles s’est constitué « le mouvement de défense de l’Université et de la Recherche », ainsi que des positions qu’il défend – un éloignement dont il accuse également le journal d’avoir fait preuve.

49On notera que ne figurent pas dans cette critique les étudiants de première année ou les étudiants salariés, présentés par l’article comme les « victimes » des interruptions de cours. En revanche, il y est question d’étudiants politiquement engagés, qu’attireraient les « universités réputées les plus attachées à la liberté des savoirs et au développement de l’esprit critique ». Il s’agit d’une catégorie d’acteurs cohérente avec la mobilisation en faveur de la défense de l’Université, telle que l’entend le texte de Valluy, et absente des témoignages sollicités par l’article du Monde.

50Enfin, dans le dernier paragraphe, Valluy traite l’article du Monde non pas comme un article de presse décrivant une situation reconnaissable du monde social, mais comme un texte à caractère diffamatoire.

Ce dernier article en date de C. Rollot est seulement emblématique de ce qui s’est passé depuis trois mois : je pourrais, si j’en avais le temps, produire des analyses de ce type pour la totalité de ses publications relatives aux réformes et au mouvement en cours.
Les analyses de votre couverture du mouvement par nos collègues Henri Maler et Olivier Poche23 démontrent ce que tous les enseignants et chercheurs avaient perçu au fil des derniers mois : les articles de Catherine Rollot, les choix par d’autres journalistes qu’elle de tribunes et témoignages, les choix d’agenda et de cadrage, les omissions aussi ont reflété un effarant aveuglement lié au parti pris initial.
Des dizaines de collègues, à ma connaissance, et peut-être beaucoup plus, vous ont écrit pour corriger vos erreurs, vous expliquer ce que vous sembliez ne pas comprendre, vous apporter des informations, vous suggérer d’autres cadrages et d’autres hiérarchisations d’informations. Ils l’ont fait souvent, pour ce que j’ai lu, avec politesse, bienveillance, en raison d’un sentiment d’attachement néanmoins troublé par votre parti pris.
Il y a quelques semaines, au moment où commençait à se développer spontanément, comme par rumeur, une campagne de désabonnements, nous avons perçu un léger infléchissement dans la ligne éditoriale, à travers quelques articles moins hostiles et des choix de tribunes plus diversifiées. Mais cela n’a pas duré et le bilan des trois mois écoulés est aujourd’hui très lourd. Le temps des efforts d’explication est révolu : c’est aujourd’hui celui de la rupture.
Le journal Le Monde a creusé, ou simplement révélé, en quelques semaines un véritable fossé entre lui et la communauté des enseignants et chercheurs, un fossé dont la profondeur est proportionnelle au consensus, parmi eux, contre ces réformes. La Charte de bonne conduite vis-à-vis du journal Le Monde et surtout le succès qu’elle rencontre ne sont que le reflet de ce phénomène dont la rédaction du journal porte seule la responsabilité. Dans les années 1980 je fus un lecteur assidu du journal, incité en cela par mes enseignants du collège, du lycée et de l’université. Dans les années 1990, j’ai continué de le lire de manière plus distanciée en raison de son évolution un peu décevante. Dans les années 2000, vint le temps de l’exaspération puis finalement, en 2009, du mépris et du dégoût, l’année d’une rupture probablement irréversible.
Ce sont là les raisons pour lesquelles je crois juste et nécessaire de publier cette charte rappelée ci-dessous24 afin qu’elle soit diffusée le plus largement possible parmi les enseignants du primaire au supérieur et parmi les générations d’étudiants qui se succéderont dans les universités que vous avez aussi ouvertement desservies.

  • 25 Cf. Lettre ouverte, introduction à la « charte de bonne conduite vis-à-vis du journal Le Monde » [f (...)

51Sous ce jour, l’article du Monde apparaît comme une « agression » contre l’institution universitaire et ses membres. Ce qui donne à ceux-ci un droit de réplique, droit exercé par Valluy en qualité de membre de la communauté rudoyée par le journal à travers trois de ses représentantes, et en tant qu’il a « joué un rôle dans le déclenchement de ce mouvement universitaire25 ». Par un retournement opéré au moyen de la description, les membres de la communauté universitaire deviennent les « victimes » des allégations du Monde, au lieu d’être les responsables de la désaffection qui affecte leurs établissements. Sa réponse prend la forme d’une critique déniant à l’article considéré toute prétention à présenter des informations valides, faute d’avoir respecté les principes méthodologiques d’une enquête rigoureuse.

Le lien supposé entre l’orientation d’un article isolé et la ligne éditoriale du journal

52Le texte de Valluy est polémique. Il accuse la rédaction du Monde non pas de méconnaître la situation, mais de présenter intentionnellement les réformes gouvernementales en cours sous un jour positif, et de jeter le discrédit sur les critiques qu’elles soulèvent dans les milieux universitaires, sans présenter en détail le point de vue sur lequel ces critiques s’appuient.

  • 26 Le passage concerné est le suivant : « La rédaction du journal a-t-elle conscience des coups répété (...)

53Aux yeux de Valluy l’article du Monde incriminé n’est pas isolé. Il s’inscrit dans un cadre plus général : celui de l’adoption d’une ligne rédactionnelle déterminée, qui représente un « tournant dans l’histoire du Monde ». Il apparaît alors comme le dernier en date d’une série de « coups » portés à la communauté universitaire dans son ensemble depuis le début du mouvement26. Valluy utilise ainsi l’article du 1er avril 2009 pour illustrer la thèse de l’orientation politique partisane adoptée par le quotidien dans sa couverture du mouvement universitaire. En fait il se sert de l’article pour élaborer les détails du modèle qu’il entend dévoiler.

54Notons que si l’article du Monde marginalise les universités entrées dans la contestation contre les réformes de l’enseignement supérieur et de la recherche, en limitant leur nombre à trois sur quatre-vingt-trois universités, symétriquement Valluy met en avant, à plusieurs reprises, le consensus exceptionnel qui réunirait les universitaires de tous bords sur le rejet de ces réformes, marginalisant à son tour les défenseurs de celles-ci.

Conclusion

55En pratique, le texte de Valluy reprend la trame de l’article du Monde qu’il critique : il se penche sur les dommages générés par une action. Mais il s’agit cette fois, d’un côté, de l’action des pouvoirs publics (réformes), de l’autre, de celle du journal (couverture du mouvement universitaire). Dans l’article du journal, la catégorisation de certains étudiants comme « victimes » (du fait de l’interruption des cours) appelle ipso facto celle des contestataires des réformes : les premiers sont victimes de l’action des seconds ou de leur manque de conscience professionnelle. La description de Valluy identifie de nouveaux candidats pour occuper les catégories relationnellement appariées de « victime » et de « responsable ». Les « victimes » sont les universitaires engagés dans le mouvement, les étudiants, les universités, la production et la transmission des savoirs, les Français, la démocratie, etc. Elles ont en commun d’être toutes maltraitées tant par les réformes du gouvernement que par les présentations, jugées partiales, des faits par certains médias. En dénonçant ce qu’il estime être un déséquilibre dans la présentation des points de vue en lice, Valluy plaide en faveur d’un mode de traitement symétrique des protagonistes de l’affaire par les médias. Ce qui suppose qu’il soit admis a priori que la préoccupation de l’intérêt général sous-tend leur action et que les divergences qui se manifestent dans la définition de l’intérêt général fondent celles qui apparaissent dans la conception de l’université qu’il convient de défendre parmi celles en concurrence. L’enjeu est de faire place aux différentes conceptions d’une façon qui soit reconnaissable par les intéressés en respectant les termes dans lesquels ils les expriment. Leur confrontation ne se réduit pas à un « conflit social » mettant aux prises le gouvernement et les universitaires engagés dans le mouvement ; elle relève en premier lieu du débat permanent engagé dans une société démocratique sur la définition légitime et les propriétés des biens communs que sont en l’espèce l’éducation et la recherche.

56Dans cet ordre d’idée, le texte de Valluy s’efforce de rapporter le mouvement à l’élaboration d’un point de vue universitaire autonome, formulant les enjeux et les problèmes soulevés par les réformes et soucieux de les traiter. Ce point de vue des enseignants-chercheurs se caractérise par le fait de s’exprimer sur des questions moins visibles dans le débat du fait qu’elles sont insuffisamment traitées non seulement par les médias mais également par d’autres catégories d’acteurs œuvrant dans le champ universitaire, mais avec d’autres priorités. La non-mise à l’agenda médiatique de questions qui pourtant participent de l’élaboration conjointe et concurrente d’une situation complexe et conflictuelle n’est pas sans incidence sur la claire appréhension de celle-ci par le public. Par conséquent, une question que soulève ce texte, en relation avec la liberté d’informer27, est celle des conditions à satisfaire au sein d’une société démocratique pour assurer un traitement médiatique équilibré des perspectives qui s’opposent sur les politiques publiques touchant à des sujets de société et des questions d’intérêt général. En particulier, la question se pose de savoir comment éviter de résoudre le hiatus provoqué par la confrontation de points de vue divergents en donnant l’avantage à une partie plutôt qu’à une autre, quelles que soient les « bonnes raisons » que l’on puisse avoir de le faire28.

57On l’a vu, Valluy oppose la rigueur du raisonnement scientifique au relâchement du raisonnement journalistique : la crédibilité de la thèse défendue par l’article du Monde en pâtit, car elle manque de fondement. Or cet argument n’est en aucun cas une gêne pour la compréhension du propos de l’article par le lecteur ordinaire, qui mobilise sa connaissance de sens commun des structures sociales. C’est donc que les méthodes utilisées pour faire sens du texte dans l’attitude de la pensée courante n’accordent pas à ce point précis l’importance que la critique savante lui attribue après coup. Cette critique fait davantage mouche auprès du milieu académique à laquelle du reste elle est essentiellement adressée. Peu importe en fait pour le raisonnement de sens commun que l’on ne puisse pas établir dès à présent avec toute la précision voulue l’incidence des grèves en cours sur le niveau des inscriptions en première année de licence, s’il est par ailleurs établi qu’une partie au moins de la crise des universités est liée à la désaffection des étudiants qui leur préfèrent d’autres filières de formation, plus aptes à leur procurer un travail à la sortie. Si ce présupposé d’arrière-plan est admis, alors on peut convenir jusqu’à plus ample informé que les grèves et les perturbations des cours n’arrangent pas les choses, mais peuvent vraisemblablement, à défaut d’induire, du moins renforcer l’hémorragie constatée par ailleurs. De ce point de vue, la critique des grèves dans les universités s’en trouve fondée.

Bibliographie

Chua Beng-Huat (1979), « Democracy as Textual Accomplishment », Sociological Quarterly, 20 (4), p. 541-549.

Cuff Edward C. (1993), Problems of Versions in Everyday Situations, Lanham, University Press of America.

Eglin Peter (1979), « Resolving Reality Disjunctures on Telegraph Avenue : A Study of Practical Reasoning », The Canadian Journal of Sociology/Cahiers canadiens de sociologie, 4 (4), p. 359-377.

Eglin Peter & Stephen Hester (2003), The Montreal Massacre, Waterloo, Wilfried Laurier University Press.

Jayyusi Lena (2010), Catégorisation et ordre moral, Paris, Economica [1984].

Pollner Melvin (1974), « Mundane Reasoning », Philosophy of the Social Sciences, 4, p. 35-54.

Pollner Melvin (1976), « The Very Coinage of your Brain : The Anatomy of Reality Disjunctions », Philosophy of the Social Sciences, 5, p. 411-430.

Sacks Harvey (1992), « Characters Appear on Cue », Lectures on Conversation, Oxford, Blackwell, p. 410-416.

Sharrock Wes W. (1990), « On Owning Knowledge », in J. Coulter (ed.), Ethnomethodological Sociology, An Elgar Reference Collection, p. 45-53.

Smith David (1978), « K is Mentally Ill. The Anatomy of a Factual Account », Sociology, 12, p. 23-53.

Smith David (1990), « The Active Text : A Textual Analysis of the Social Relations of Public Textual Discourse », in D. E. Smith (ed.), Texts, Facts and Femininity, New York, Routledge, p. 90-119.

Notes

1 Notons que celui-ci n’apparaît pas dans la version numérique de l’article. Par conséquent le lecteur qui lit l’article sous ce mode n’y a pas accès.

2 Sur cette forme (catégorie de collectivité + adjectif), voir Jayyusi (2010, chapitre 1).

3 Jayyusi traite des qualificatifs qui permettent de lier la description et l’action dans une même catégorie. Par exemple la catégorie « secouriste » porte avec elle les activités qui la spécifient ; son usage permet de spécifier les circonstances de l’intervention d’une personne identifiable sous cette catégorie et elle fournit les raisons pour lesquelles elle se trouve être sur les lieux, dans une situation où ses services et ses compétences sont requis (Jayyusi, 2010, p. 80-81).

4 En même temps, cette description ouvre la voie à une réplique possible des intéressés au sujet de la présentation qui est faite de leur action comme de leur identité.

5 « Les appréciations morales concernant le caractère approprié des actions accomplies par les parties considérées sont incorporées dans les identifications (catégories) utilisées pour établir le sens de ce qui est raconté et perçu à propos de ce qui s’est passé. » (Cuff, 1993, p. 53).

6 Sur ce type de situation admettant plus d’une description mutuellement contradictoire, on se reportera aux travaux de Pollner (1974, 1976), de Smith (1978 et 1990), et de Eglin (1979).

7 Cet argument pourrait d’ailleurs donner prise à une critique de l’application de la catégorie « université éruptive » à cet établissement, eu égard à la force variable des mobilisations qu’il connaît (il n’a que mollement contesté la loi LRU en 2007). Mais force est de constater que l’effet de liste est le plus fort et que le contraste est plus porteur d’un étonnement du président sur la détermination des grévistes que sur le caractère relatif des propriétés liées à la catégorisation employée.

8 Sur la manière dont, dans un récit, les personnages sont naturellement (conventionnellement) liés entre eux et aux activités qui leur incombent en relation à un contexte et à un thème, on se reportera à Sacks (1992, Lecture 20, p. 410-416). Pour une analyse d’une affaire complète conduite selon ce mode d’analyse, voir Eglin & Hester (2003).

9 Sur les paires catégorielles asymétriques, voir Jayyusi (2010, chapitre 5).

10 Victimes que l’on pourrait dire collatérales, au sens où elles ne sont pas ciblées par ces actions, mais sont accidentellement touchées par elles.

11 Pas plus que n’est indiquée la hauteur à laquelle opère la compensation, évoquée par la présidente de Montpellier III, qu’apporte la hausse des entrées en master.

12 Allusion à une remarque de Nicolas Sarkozy au sujet de l’imbécilité de l’attitude qui consisterait à interroger une candidate à un poste de guichetière sur le roman de Mme de Lafayette lors d’un concours administratif d’attaché d’administration. Sur le détail de la polémique, on pourra se reporter, entre autres, à cet article en ligne du magazine Les Inrockuptibles : « La Princesse de Clèves en marathon contre Sarkozy », paru le 17 février 2009 [tinyurl.com/62f86dq].

13 « Dans un contexte de baisse démographique du nombre de bacheliers et de désaffection générale pour les filières lettres et sciences humaines, les grèves ont tendance à aggraver l’hémorragie d’étudiants. »

14 Cette information de Wikipédia sur les grèves à Montpellier III a été retirée depuis la parution de l’article.

15 Sur l’analyse des listes, voir Jayyusi (2010, chapitre 3).

16 Pour prendre la mesure des écarts et des congruences entre les termes constitutifs de cette description de ces universités et la manière dont les membres de la communauté universitaire de l’une d’elle, Toulouse II-Le Mirail, la présentent (une « grande fac de gauche », « résistante », « contestataire et très réactive vue de l’extérieur »), on se reportera à une émission de France-Culture du 31/03/11 : « En territoire universitaire (4/4) : “Université de Toulouse II - Le Mirail : première à gauche” [franceculture.fr/emissions/sur-les-docks/en-territoire-universitaire-44-universite-de-toulouse-ii-le-mirail-premiere].

17 À l’argument de Roumette, on l’a vu, l’article oppose le point de vue d’une mère de famille ayant des enfants en terminale et présidant une association de parents d’élèves au niveau régional. Elle est donc censée être particulièrement attentive à la qualité de la formation dispensée dans le système éducatif. En outre, ce propos forme une réponse à distance à l’argument de Roumette sur la dépréciation des études de lettres : l’un impute celle-ci à une déclaration du président de la République, l’autre aux perturbations des cours à Montpellier III.

18 Le texte est accessible à l’adresse suivante : [universitesenlutte.wordpress.com/2009/04/03/le-choix-politique-de-la-redaction-du-monde/]. Une autre réponse a été publiée sur le blog Le grand barnum, le 1er avril 2009, sous le titre : « Nicolas Sarkozy, la destruction de l’Université et le choléra mental du journal Le Monde » [le-grand-barnum.fr/nicolas-sarkozy-ladestruction-de-luniversite-et-le-cholera-mental-du-journal-le-monde/#more-1154].

19 Le calendrier de la procédure de préinscription des lycéens de terminale à l’université était ouvert du 20 janvier au 20 mars 2009. L’article du Monde, publié le 31 mars, ne mentionne pas s’il a eu accès aux premiers résultats de cette procédure. Par conséquent il se construit sur d’autres ressources, à savoir les sources et témoignages cités à l’appui de l’argument principal développé dans le texte.

20 Sharrock (1990) a étudié les conditions d’un savoir identifié comme appartenant à une communauté autre que celle de l’utilisateur de celui-ci.

21 L’opposition entre opinion et fait est ce qui, dans l’article du Monde permet de valider les témoignages de ceux que les grèves incommodent et de discréditer la position des « pro-mouvement », au sens où les premiers rendent compte d’une expérience factuelle et les seconds font état d’une opinion personnelle. Valluy préserve ce rapport pour lequel un fait a plus de valeur et la retourne contre l’article.

22 Comme le laisse entendre la liste des personnes citées dans le passage ci-dessous où se retrouvent des personnalités politiques du gouvernement : V. Pécresse et X. Darcos, respectivement ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et ministre de l’Éducation nationale, le président de la République et l’un de ses conseillers officieux (A. Minc), et une journaliste du Monde (C. Rollot) co-auteure de l’article controversée

23 Voir « Le Monde et le mouvement universitaire », Acrimed, 18 mars 2009 : [acrimed.org/article3102.html]. On se reportera également à l’article en ligne des mêmes auteurs, « Universités : Le Monde persévère… », Acrimed, 8 avril 2009 : [acrimed.org/article3118.html], qui présente une analyse de l’article du Monde daté du 1er avril 2009.

24 Voir [universitesenlutte.wordpress.com/2009/04/03/le-choix-politique-de-la-redaction-du-monde/].

25 Cf. Lettre ouverte, introduction à la « charte de bonne conduite vis-à-vis du journal Le Monde » [fsu.obspm.fr/textes/charte_le_monde.pdf].

26 Le passage concerné est le suivant : « La rédaction du journal a-t-elle conscience des coups répétés que le journal Le Monde, par les articles de Catherine Rollot, a portés aux quatre-vingt mille enseignants du supérieur, aux dizaines de milliers de chercheurs, aux centaines de milliers d’étudiants dont nous avons la responsabilité chaque année ? Ces coups, nous les avons comptés et nous les avons encaissés depuis trois mois, chaque fois en les accueillant par des tollés d’indignations et de protestations. Les avez-vous entendues ? Le dernier coup en date fut un coup de trop : “Les Facs mobilisées voient leur image se dégrader” par Christian Bonrepaux, Benoît Floc’h et Catherine Rollot. » Cet extrait inscrit bel et bien l’article considéré dans un ensemble d’articles qui partagent une orientation commune supposée défavorable au mouvement universitaire.

27 Outre le débat sur le site La Plume d’Aliocha, voir : [laplumedaliocha.wordpress.com/2009/04/06/les-bras-men-tombent/], un billet du site Novövision, paru le 12 avril 2009, fait le point sur ce sujet. Voir « Le Monde et les universitaires : le divorce est-il consommé ? », [novovision.tcrouzet.com/le-monde-et-les-universitaires-le/].

28 Chua (1979) décrit une difficulté du même ordre dans le cas d’une commission d’enquête officielle ayant à remettre un rapport au gouvernement faisant la synthèse des points de vue entendus par elle sur la question qui lui a été confiée, et à recommander une politique à mener pour traiter le problème examiné. L’auteur montre comment la commission s’efforce de satisfaire deux orientations contradictoires dans son rapport : adopter une position neutre par rapport aux opinions recueillies et cependant présenter, pour justifier les recommandations qu’elle est amenée à faire, l’une des perspectives en lice comme plus appropriée et plus représentative que d’autres sur le sujet abordé.

Notes de fin

1 Ma reconnaissance va à Louis Quéré et Cédric Terzi pour leur relecture de ce texte.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search