Version classiqueVersion mobile

L’expérience des problèmes publics

 | 
Daniel Cefaï
, 
Cédric Terzi

Avoir l’expérience d’un problème public. Éprouver, ressentir, évaluer

Des « événements » difficiles à encaisser

Un pragmatisme pessimiste

Joan Stavo-Debauge

Texte intégral

1Depuis plusieurs années, les sciences sociales dressent le portrait de victimes engagées, dans les arènes de la médecine, des sciences ou de la justice. La littérature nous conte des histoires de victimes qui réclament des comptes. Instruites par une « expérience de l’injustice » (Renault, 2004), elles auraient ainsi le pouvoir de se mobiliser. On va ici nuancer ce tableau, en nous souciant de la façon dont les épreuves de l’accident ou de la maladie du travail peuvent porter atteinte à la capacité des personnes à en avoir une « expérience », instructive et mobilisatrice. Ces épreuves ne conduisent pas toujours à remettre en cause des conditions de travail ou à demander la réparation de torts. L’attention à de telles dynamiques relativise l’embrayage sur une économie juridique de la réparation, qui mobiliserait une indignation trouvant dans le droit les moyens de se transformer en action publique.

  • 1 Leur rapport au pragmatisme a été bien exploré ces dernières années. On distinguera le travail de B (...)

2L’idée que les problèmes sont un vecteur d’expérience, parce qu’ils constituent une incitation à l’enquête, est une idée ancienne. Elle est au cœur du pragmatisme de Dewey (1993), mais aussi de la phénoménologie et de l’herméneutique. Dans ces trois courants de pensée, l’épreuve des événements s’inscrit très immédiatement dans une dynamique de valorisation. Elle est l’occasion d’une enquête ou d’une nouvelle compréhension. Leur choc y apparaît toujours comme un stimulus bénéfique, ce qui revient à oublier qu’ils peuvent aussi être la source d’une violence improductive, se recevoir comme un coup (sans guère d’avenir agentif), voire ne générer rien d’autre qu’un trauma. Dans une première partie, on va considérer cette idée optimiste (et toute théorique) héritée du pragmatisme, dont on retrouve trace dans les sociologies pragmatiques et praxéologiques1. Les problèmes y sont souvent considérés comme une provocation à l’investigation et l’occasion d’une expérimentation.

  • 2 La partie empirique se nourrit du chapitre d’un rapport remis à l’ANR, dans lequel j’ai analysé tre (...)
  • 3 L’immense littérature sociologique sur les « mouvements sociaux » (Cefaï, 2007), les « mobilisation (...)
  • 4 Ce concept et les propos qui vont suivre n’ont pas été originairement confectionnés pour cette étud (...)
  • 5 Les victimes étant membres de la FNATH, certains diraient qu’elles sont donc mobilisées et particip (...)

3Cette idée n’était pas étrangère au projet dans lequel notre étude venait prendre place2. Il conjecturait que le gain en combativité des victimes et la multiplication des contentieux pourraient avoir la faculté de rénover le droit de la réparation et de changer les modes d’organisation du travail. Cette perspective fait l’hypothèse de fortes capacités agentives des victimes : il n’y aurait de changement que pour autant qu’elles se mobilisent, et l’« expérience de l’injustice » les y conduirait presque mécaniquement. L’analyse des matériaux nous a appris que ce présupposé des pouvoirs d’instruction des épreuves et d’agentivité combative des victimes devait être sérieusement tempéré. On doit douter de la capacité des premières à fournir une « expérience » qui pousserait les secondes à une riposte juridique ou politique3. On le documentera avec certains « troubles » pourvus de propriétés étiologiques et symptomatologiques qui les rendent difficiles à « encaisser4 », la façon dont celles et ceux qui en souffrent s’interrogent à leur propos ne pointant pas là où il faut et ne suivant pas la bonne temporalité. Dès lors, comme privatisés par les victimes, qui s’enferrent dans un sentiment de culpabilité et se sentent responsables de ce qui leur arrive, ces « troubles » ne donnent pas lieu à la formation d’un « public », alors même qu’ils constituent une part conséquente des pathologies du travail5.

« Encaisser », en partant d’expressions du langage ordinaire

4Avant, on fera donc un détour par les traditions pragmatiste et phénoménologique, où s’articulent des tropismes travaillant les sociologies des « problèmes publics ». On relèvera une série de problèmes qui y sont peu pris en compte, bien qu’ils soient signalés par plusieurs expressions du langage ordinaire. Pour y remédier, on proposera l’idée d’« encaissement », qui permet d’abord de faire entendre l’exercice d’une certaine violence, nécessairement à l’œuvre dans les processus dont ces philosophies s’occupent. Le lexique du choc imprègne en effet discrètement (mais de manière décisive) les philosophies de l’expérience – qui sont toujours aussi des philosophies de la rencontre et de l’événement, ces trois termes étant mis en miroir et intriqués dans un même réseau sémantique, où ils sont quasiment interchangeables. Si la rencontre peut aller avec quelques violents chocs et l’événement se recevoir comme un coup, c’est donc qu’ils s’affirment comme une épreuve dont l’impact et les effets réclament d’être encaissés, avant d’être éventuellement intégrés dans la trame d’une expérience et socialisés dans une enquête collective menée par un « public ».

5Plusieurs expressions du langage ordinaire indiquent cette violence de la rencontre et cette sévérité de l’intégration des événements. Ainsi l’expression « encaisser un coup », où se dit le fait d’être passible d’un choc qui ébranle et fait vaciller. Elle ne fait pas seulement entendre un coup porté, elle s’enquiert de la manière de le recevoir, de se tenir après son arrivée et de ne pas céder complètement aux effets de son impact. C’est bien de tenue qu’il s’agit, c’est d’abord l’équilibre et l’assise de la personne qui se trouvent atteints par le choc du coup reçu, avant qu’il ne soit la cause d’autres dommages (physiques et psychologiques ou moraux). Il n’est pas anodin que ce soit dans l’univers pugilistique que cette expression trouve son usage le plus usité, puisqu’elle dit la façon de soutenir le coup, mais aussi de savoir en atténuer la portée et de pouvoir en contenir les effets. La qualité d’un boxeur se révèle dans sa capacité à « encaisser des coups », à se maintenir à flot, à rester solidement campé sur ses jambes, à ne pas être abattu, bien que des coups s’abattent sur son corps. Pour un boxeur, encaisser, c’est savoir prendre des coups, éviter d’être compté par l’arbitre, le combat pouvant être arrêté sur sa décision, et repousser l’horizon du K-O. Cette expression thématise un incertain devenir, celui du choc se faisant impact violent et pouvant entraîner commotion ou blessure.

  • 6 « C’est à cause de cet élément du “miraculeux” présent dans toute réalité que les événements, aussi (...)

6Hors de l’univers pugilistique, lorsqu’on en a l’usage, le choc dont il est question est souvent celui d’une surprise, d’un présent intempestif qui arrive contre toute attente et déborde celui qui le reçoit. Ce présent intempestif peut néanmoins se convertir de gré à gré, ou se donner immédiatement, comme un don pourvu d’effets « miraculeux6 ». Avant de s’enquérir de ce qui se donne et de la nature de sa valence, positive ou négative, bénéfique ou maléfique, l’expression offre de considérer ce qu’il advient de qui y a été exposé, après un premier moment d’altération ou de destitution qui signale l’exposition à une chose surprenante. Certes, dans son usage ordinaire, le verbe « encaisser », qui se tient au voisinage de l’expression « encaisser un coup » ou « encaisser le coup », se rapporte souvent à un violent choc négatif, à ce qui ne s’accueille pas sans résistances ou difficultés. L’utilisation du verbe « encaisser » concerne généralement ce qu’il est difficile d’« encaisser sans broncher » ou d’« encaisser sans dommages ». Mais rien n’oblige à restreindre sa couverture sémantique aux seuls contacts avec des événements gros de méfaits. Il y a des « coups du sort » heureux, des « coups de pied au cul » bienvenus et des surprises joyeuses, tout comme il y a des dons malvenus ou malfaisants. Jean-Luc Marion le dit bien (1997, p. 159) :

Le propre du don, c’est souvent que – selon l’expression commune – « ce n’est pas un cadeau » ; le don donne aussi ce que l’on ne souhaitait pas, voire ce que l’on redoutait ; puisqu’il se donne d’abord à partir de soi, il advient plus souvent comme un accident que comme une bonne fortune.

7Eu égard à cette double valence du don, le choc peut donc être positif, pas seulement dans la conséquence de ses effets médiats, mais aussi dans ce qu’il délivre spontanément ; on peut être sous le coup d’une bonne surprise et en recevoir une vive impression positive. S’il résulte a minima d’une rencontre, elle peut affecter positivement et provoquer des émotions lumineuses, en étant source de bienfaits portés sans délai au crédit de qui s’y expose et en ressort altéré d’une heureuse façon. Le choc peut être accueilli comme un dérangement prometteur et être mis sur le compte d’un « soi » se réjouissant de ce qu’il lui apporte ou lui communique. Cela nous met sur la piste de cet autre sens, solidaire d’un usage très courant du verbe « encaisser », bien qu’historiquement second, dérivé de « mettre en caisse » (qui se disait d’abord de plantes ou de végétaux). On le trouve dans l’expression « encaisser des fonds » (les « recevoir et les porter en avoir », dit le Littré) ou « encaisser un effet, un billet, une traite » (« en toucher la valeur », dit ce même Littré). Au regard de ces expressions, le choc peut indiquer qu’une chose bénéfique arrive ou tient en réserve de belles promesses qui n’attendent que d’éclore. Même si elle s’accueille comme un choc, elle est néanmoins perçue autant que reçue de manière positive. Sa violence initiale s’effacerait dans une forme ou une autre d’appropriation, et la chose serait versée au compte de qui en a été passible.

Aux sources de l’hypothèse mise en question, les philosophies de l’« expérience »

  • 7 Voir, notamment, Levinas (1994, p. 178), Zarader (2001, p. 138), et Romano (1999, p. 231-232).

8Quittant les rivages du langage ordinaire, on remarquera que les diverses philosophies de l’expérience valorisent toujours la « rencontre », moment clef inaugurant leur déploiement. Chez nombre d’auteurs, il y a même comme une équivalence foncière entre la rencontre, l’événement et l’expérience7. Si la rencontre est ainsi considérée, c’est précisément en tant qu’elle est un événement dont le choc dérange l’ordre des choses et rompt l’installation ou la station de la personne dans son cours d’action, dans ses habitudes ou dans ses convictions (dans sa façon d’être et d’appartenir au monde). D’abord reçu dans une très temporaire passivité, ce choc est ensuite crédité de la capacité à faire bouger, à instruire et à donner lieu à une expérience nouvelle. Déplaçant des frayages routiniers, rompant des équilibres menaçant de se fossiliser, fissurant des dogmatismes ou dérangeant un « sommeil éthique » (Levinas), il mettrait en mouvement et mobiliserait l’organisme, en lui donnant à (se) découvrir, à se soucier, à explorer ou à penser.

  • 8 On trouve un trait similaire chez Peirce, pour qui « la perception est une confrontation directe, v (...)

9On le voit dans la façon dont le pragmatisme s’attache à l’expérience, fournissant un remarquable exemple d’une pensée qui met en valeur le choc8. Cette valorisation n’y est certes pas toujours à l’œuvre, mais le choc y prend néanmoins une place considérable. Exposant son « naturalisme culturel » dans le chapitre III de Logique (Dewey, 1993, p. 78), après avoir noté que « les façons dont les êtres humains répondent aux conditions physiques mêmes sont influencées par leur environnement culturel », Dewey pose que les « occasions dans lesquelles un être humain répond aux choses comme choses purement physiques de façon purement physique sont comparativement rares » (ibid., p. 101). À l’exclusion du dernier, tous les exemples qu’il choisit sont des occurrences d’un choc (auditif, thermique, visuel) : « sauter quand on entend un bruit soudain, retirer la main quand on touche quelque chose de chaud, fermer les yeux devant une lumière qui soudain augmente d’intensité, s’étendre au soleil en ne pensant à rien, etc. »

  • 9 Sa théorie de la valuation fait fond sur un choc productif : « Tant qu’une situation ne connaît pas (...)

10Penché sur les rapports des « vérités » aux trois « parties » de la « Réalité » (« sensations », « relations » et « vérités antérieures »), James disait quelque chose d’assez similaire (James, 2007a, p. 262). Ce « qui vient juste de faire irruption dans l’expérience » est la seule manière de voir surgir une « réalité “indépendante” de la pensée humaine ». À moins du « choc » produit par cette « irruption », une telle « réalité » est « chose bien difficile à trouver » (ibid., p. 260). Quand on parcourt d’autres ouvrages de Dewey (ou de James), il apparaît que le choc s’inscrit constamment dans une dynamique de valorisation9. Loin de sanctionner une incapacité, éventuellement temporaire, il est prioritairement envisagé comme une provocation à l’« investigation » ou comme une incitation à l’invention ; autant de mouvements qui contiendraient une promesse de novation, comme découverte de capacités ou acquisition de l’expérience née de leur exercice. L’échec, tout comme le choc, y est donc traité comme un moment productif, faisant naître une réflexivité qui trouve le lieu de son émergence dans le recul de l’action en cours qu’inflige la butée contre la difficulté rencontrée. Il faut qu’il y ait « assez de résistance entre les éléments nouveaux et anciens pour permettre que se développe la conscience de l’expérience qui est vécue » (Dewey, 2005, p. 79).

11On ne trahira pas Dewey en disant que l’infélicité entraîne (à) la réflexion, qui semble préférentiellement surgir « dans ce vide inventif ouvert par l’échec et l’interrogation sur l’échec » (Ricœur, 1955, p. 214). Les difficultés se présentant souvent pour le pragmatisme comme l’occasion d’un « accroissement du savoir » ou d’un « perfectionnement d’un savoir-faire » (Quéré, 2006, p. 126), leur malignité y est comme d’emblée résorbée sans être vraiment considérée. Si « les chocs éveillent notre curiosité et nous poussent, normalement, à nous interroger sur la nature de la situation qui a brutalement interrompu notre occupation du moment » (Dewey, 2005, p. 158), c’est donc qu’ils valent essentiellement comme le moment d’un productif « travail du négatif » (selon un schème finalement très hégélien), et non comme blessure ouverte par un coup infligé (dont on ne se remet pas et qui démet nos pouvoirs au lieu de participer à les augmenter). Rien ne le dit mieux que la manière dont Dewey narre sa venue à Chicago, dans une lettre à sa femme, à qui il déclare « son enthousiasme à explorer » la ville (Joseph, 2002, p. 83). Fidèle à sa philosophie, qui témoigne d’un « optimisme se nourrissant de situations problématiques » (ibid., p. 84), le choc ressenti à l’abord de Chicago se convertit très vite en une promesse. Bien que ce soit un « chaos » qui se donne brutalement aux sens, présentant tous les traits de l’encontre, la rencontre de la grande ville ouvre une « occasion absolue ».

Chicago, écrit-il, c’est l’enfer qui se défait, plus tout à fait l’enfer, simplement le matériau d’une création nouvelle… Tout ce qui est concevable est là pour vous solliciter : la ville semble submergée de problèmes qui s’offrent à vous et vous demandent de les résoudre ou sinon de les noyer dans le lac. Je n’imaginais pas que les choses fussent à ce point phénoménales et objectives, bien plus que dans un village de campagne. Elles vous collent à la peau au lieu de vous laisser le temps d’y réfléchir… On peut ici apprécier à chaque coin de rue l’occasion absolue telle que le chaos en propose : pure matière sans aucune norme. Le premier effet est plutôt paralysant mais le contrecoup est stimulant, subjectivement au moins, et c’est peut-être à cela que sert le chaos dans le monde, bien plus qu’à faire qu’on s’en occupe. (Ibid., p. 84)

12Le trouble est aussitôt dépossédé de sa teneur négative initiale. L’effet « premier », « paralysant », rapidement dépassé, Dewey s’attache à son caractère « stimulant », enchanté du « contrecoup ». C’est là un trait de l’orientation de la philosophie pragmatiste, le choc s’y trouve immédiatement valué positivement, en tant qu’il secoue et signalerait des problèmes fournissant aux « idéaux » une matière à travailler. Dans cette courte lettre, il y a un ton que ne renierait pas James. Pas seulement pour la place qu’y prend un « chaos » de « sensations » qui « échappent presque totalement à notre contrôle » (James, 2007a, p. 259), mais aussi pour la dimension d’« occasion » qu’elles revêtent au « tempérament » pragmatiste. On ne peut s’empêcher de penser à ce passage où James écrit que « pourvu que les conditions additionnelles surviennent, nos idéaux deviennent choses réelles. Quelles sont donc ces conditions additionnelles ? Elles sont d’une part un ensemble de choses qui, le moment venu, nous fourniront une occasion, une brèche dans laquelle nous engouffrer, et d’autre part notre action. » (Ibid., p. 292).

  • 10 « Nos expériences perceptuelles » seraient « des expériences originellement fortes » (James, 2007b, (...)

13Avant d’offrir une « occasion » aux « idéaux », tout choc né de la rencontre avec l’étrange ou le nouveau semble être une bonne chose pour James10. Tandis que si le choc vaut pour Dewey, c’est d’abord parce qu’il arrache au confort d’une habitude et bouscule des inerties, en appelant à « rassembler de l’énergie » et à « la mettre au service de notre faculté de réaction » (Dewey, 2005, p. 79). Dans Reconstruction en philosophie (2003a, p. 84), il fustige d’ailleurs les « penseurs » qui « se sont essentiellement efforcés de minimiser le choc du changement », et n’ont pas été capables de réformer leurs philosophies, afin qu’elles soient à la hauteur d’un monde « pluriel » et « ouvert », inadéquat aux anciennes ontologies et aux catégories aristotéliciennes ou kantiennes.

14Que cette mise en valeur du choc soit un trait fréquent chez Dewey, on peut s’en convaincre en considérant la place conférée à la « sensation » dans ce même ouvrage. Elle y est décrite comme une prémisse nécessaire, bien que non suffisante, au déploiement d’une conduite intelligente allant jusqu’à l’enquête. Et c’est par cette valorisation du « choc » que passe son plaidoyer en faveur des « sensations » qui, si elles « ne participent d’aucune sorte de connaissance », lui apparaissent néanmoins comme autant de « provocations, d’incitations, de sollicitations visant un acte d’enquête qui doit se terminer en connaissance » (ibid., p. 94). S’il sauve les « sensations » contre le « rationaliste », tout en reconnaissant que ce dernier « avait raison de nier que les sensations en tant que telles soient de véritables éléments de connaissance » (ibid.), c’est qu’elles « sont des chocs dus au changement, à l’interruption d’un ajustement qui était en cours ; ce sont des signaux qui invitent l’action à s’engager dans de nouvelles directions » (ibid.).

Les sensations ne sont en aucune manière des modes de connaissance. Comme interruption, elles posent les questions suivantes : que signifie ce choc ? Que se passe-t-il ? De quoi s’agit-il ? De quelle façon mon rapport au monde est-il dérangé ? Comment vais-je modifier le cours de mon action de façon à faire face au changement qui vient d’intervenir dans le milieu ? Comment vais-je réajuster ma conduite pour y répondre ? La sensation est donc bien, comme l’ont prétendu les sensationnalistes, le début de la connaissance, mais uniquement dans le sens où le choc de changement dont on fait l’expérience est le stimulus nécessaire au déclenchement de l’investigation et de la comparaison qui finit par produire de la connaissance. (Ibid., p. 95)

15Ces chocs atteignent seulement le niveau basique de la « sensation ». Mais ils sont dès ici intriqués dans une dynamique d’évaluation, car les « sensations » « posent » des « questions ». Il n’est pas fortuit que Dewey fasse surgir à même la « sensation » une capacité de questionnement, c’est là une façon de se frayer une voie jusqu’à l’enquête. Pour lui, « enquête et question sont, jusqu’à un certain point, des termes synonymes » ; « nous enquêtons quand nous questionnons ; et nous enquêtons quand nous cherchons ce qui fournira une réponse à la question posée. Ainsi, il appartient à la nature même de la situation indéterminée qui provoque l’enquête d’être en question. » (Dewey, 1993, p. 170).

16Ce tropisme joue aussi dans L’art comme expérience, où le « terme de “sens” recouvre une vaste gamme de contenus » qui « inclut presque tout ce qui va du pur choc émotionnel et physique au sens lui-même, c’est-à-dire la signification des choses présentes dans l’expérience immédiate » (Dewey, 2005, p. 43). Si Dewey ne va pas jusqu’à doter d’une « signification » la « sensation » d’un « choc » (ou le « choc » de la « sensation »), elle lui ouvrirait un chemin. Certes, la « sensation » est tenue pour insuffisante à la constitution d’une « expérience » bien formée, l’art « porte plus loin » et doit aller « jusqu’à une organisation et un ordre qui dépassent la seule sensation » (ibid., p. 158), mais les « expériences de “pure” sensation » sont malgré tout créditées d’un accent positif, parce que « même les chocs éveillent notre curiosité » (ibid.).

17Les « chocs » sont donc bienvenus, ils provoquent la mise en route d’un processus qui « finit par produire de la connaissance » (Dewey, 2003a, p. 95), ou par alimenter une « expérience » qui enrichit l’« organisme », en destituant ses frayages routiniers, en l’amenant à réagir et à explorer de « nouvelles » voies. Si le choc est une épreuve positive quant au mouvement qu’elle entraîne (l’enquête et la mobilisation des capacités estimables qu’elle implique) et quant à son issue (un enrichissement de l’expérience), il faut néanmoins la surmonter, échapper à ses contrecoups les plus dirimants ou à ses résonances les plus néfastes. Dewey ne le dit pas, ou si peu. Pourtant, un choc n’est pas immédiatement gros d’une « expérience », et une « expérience » n’est pas seulement ce que l’on « traverse » ou ce qui nous « traverse » (Romano 1998 ; Quéré, 2002). Il y a certains événements dont on ne se remet pas et qui restent durablement inappropriables, loin d’amorcer le développement d’une « expérience », ils peuvent en effondrer la possibilité.

18Le choc ne permettra de faire expérience que si le subir n’engloutit pas l’agir, l’un et l’autre faisant couple dans la philosophie de Dewey : « Le rapport étroit entre faire, souffrir et subir forme ce que l’on appelle expérience », et « s’il n’y a pas de lien entre ces deux versants, il n’y a pas d’expérience » (Dewey, 2003a, p. 92). Mais, puisque « l’expérience est avant toute chose une expérience acquise tout en étant pleinement subie […] le subir continue de dispenser la promesse d’une positivité » (Breviglieri, 2008). Dewey ne le pense donc qu’à l’horizon d’un « faire » et au bénéfice de l’« agir », au travers de sa capacité d’instruction : « Ce qui compte, c’est ce que nous faisons, pas ce que nous recevons. » (Dewey, 2005, p. 132). Ce que « nous recevons » ne vaut que si on peut en « faire » quelque chose, certes. Mais le subir ne pourra acquérir cette qualité positive que si le choc n’a pas fait ployer les capacités de celui qui y a été exposé et ne l’a pas laissé interdit ou exsangue : deux états que recouvre l’expression « être choqué », où se dit l’effet d’un événement inadmissible qui coupe les jambes, laisse pantois, écarquille les yeux, prive de la parole ou n’arrache qu’un cri. Dewey ne considère pas qu’il y a des choses reçues qui n’invitent pas à faire et ne se prêtent pas à une expérience enrichissante, parce qu’elles infligent une sévère défaite ou ne font rien d’autre que du mal.

19S’il tel n’est pas le cas, il sera loisible de dire que le choc a initié une dynamique d’apprentissage. Néanmoins, celui qui est assailli par un choc n’est pas nécessairement en mesure de le concevoir comme l’indication d’un « problème » à résoudre ou d’une « question » attendant une réponse. Le travail du choc regarde avant tout la tenue de l’organisme exposé, sa solidité ou sa contenance face à ce qui (lui) arrive, et avec lequel il lui faudra alors compter, sous réserve qu’il le puisse encore.

20Avant d’être un « stimulus » qui « éveille la curiosité », le choc reste donc une collision qui suspend un engagement dans l’action et désempare celui qui en pâtit, en mettant brutalement en cause ce qui lui importe ou ce à quoi il est affairé. Sa modalité première de donation est celle de l’accident, de la difficulté éprouvée, voire de la commotion, si ce n’est même du traumatisme. Lorsque nous parlons de « commotion », on l’entend dans son sens premier, et non dans l’acception de Dewey, qui la met au principe de la création artistique et de l’appréciation esthétique. Il décrit ainsi la posture d’un peintre devant une « scène » dont il désire rendre l’expressivité (ibid., p. 117) : « Le peintre n’aborde pas la scène l’esprit vide, mais avec un arrière-plan d’expériences depuis longtemps fondées dans ses capacités et autres, ou avec la commotion qu’il doit à des expériences plus récentes. Il y vient avec un esprit en éveil, patient, désireux d’être impressionné. » Plus loin, l’idée revient, toujours à propos d’un « tableau », vu par le public cette fois-ci :

On dit avec raison qu’un tableau nous frappe. Il y a un impact qui précède toute reconnaissance définie de ce à quoi il renvoie […] Il n’est pourtant pas possible, ni désirable, de prolonger indéfiniment ce moment de l’expérience esthétique […] On ne saurait le forcer et, quand il ne vient pas, il n’est pas très sensé de chercher à retrouver à la demande la belle commotion initiale. (Ibid., p. 179)

21Avant de communiquer une force, de déranger « l’engourdissement de la pensée » (Breviglieri, 2008), de mobiliser des potentialités dormantes (qui n’auraient attendu que son coup de fouet pour s’éveiller), le choc fait vaciller. Il ne se convertit ni à tout coup, ni sans coût, en une dynamique positive, animant sans délai des capacités qui promettent l’« expérience » d’une nouvelle « intégration » entre l’« organisme » et son « milieu » (Dewey, 1993, p. 83). Préalablement, l’« organisme » doit être en mesure de résister au coup qu’il en reçoit, être capable de ne pas céder complètement à son impact, dont l’empreinte peut en faire durer les effets traumatiques. Dewey ne semble guère s’en préoccuper, concentré sur ce qu’ouvre ce choc, il ne conçoit que la promesse de transformation qu’il renferme et les provocations à l’action créative qu’il déclenche.

22Cette vue est pendante à la place des « impulsions » dans son anthropologie générale. Par « impulsions », contre les « instincts » ou « réflexes » (Dewey, 2005, p. 85), il entend ces « activités natives » dont la « signification » première est un « spasme physique, une explosion dispersant de l’énergie en pure perte » (Dewey, 1922, p. 65). Les « impulsions » sont ainsi dotées d’une « fonction sociale » aussi positive que productive, leur « vertu propulsive » en fait des « brèches ouvertes dans le courant des habitudes lorsque la continuité de l’expérience est menacée ou brisée » (Zask, 1999, p. 85, 90). Afin de libérer leur capacité « propulsive », il faut que quelque chose enraye les habitudes et rompe la continuité du flux de l’expérience. Si l’« impulsion » fournit le « coup de pouce primordial » à la « mise en marche de l’intelligence », et « donc de l’enquête », « pour que l’impulsion mette en branle la conscience, encore faut-il qu’elle-même soit mue par quelque chose, qu’une brèche soit ouverte dans les habitudes » (ibid., p. 90, 91). Ce « quelque chose », c’est précisément le choc procuré par la survenue de l’étrange ou du nouveau, à qui il revient de produire un impact suffisamment fort pour fissurer les habitudes et y ouvrir une « brèche ».

23On le voit, le choc est toujours saisi comme l’index d’un changement et comme le prélude à la conquête d’une expérience nouvelle ou plus complète. Dewey saute très vite le pas du coup reçu (qui est d’abord subi et dont il faut bien pouvoir « encaisser le choc ») à une transformation positive, laquelle permet de le verser au crédit d’un compte d’expériences, comme on « encaisse des titres » qui sont à valoir : un compte toujours déjà ouvert à la perception de la nouveauté et dont le porteur serait d’avance bien disposé à en recueillir les fruits. Si chez Dewey l’expérience est eue plutôt que faite, dans sa préférence pour le verbe « avoir », en lieu et place du verbe « faire », il faut peut-être entendre le sens bancaire que prend son usage nominal, celui de l’avoir (de l’à-valoir de cet avoir).

24Gadamer a une formulation proche dans Vérité et méthode (1996, p. 376) : « Avoir fait une expérience signifie l’avoir », ce qui nous invite à élargir l’investigation. Cette présence du choc au cœur de la valorisation de l’expérience et de l’enquête n’est pas propre à la seule tradition pragmatiste. La spécification heideggérienne de l’expérience résonne avec celle de Dewey. La dimension du choc y paraît même sensiblement accusée. C’est à l’aide de la métaphore d’un coup (s’abattant si fort qu’il « renverse » celui qu’il atteint) que Heidegger figure le « faire une expérience » : « Faire une expérience avec quoi que ce soit, une chose, un être humain, un dieu, cela veut dire : le laisser venir sur nous, qu’il nous atteigne, nous tombe dessus, nous renverse et nous rende autre. » (Heidegger, 1976, p. 173).

25Une étape manque dans cette séquence. On y lit un appel à une disponibilité (« le laisser venir sur nous ») et on y entend également une passibilité à un choc (« nous atteigne », « nous tombe dessus » et « nous renverse ») qui provoque ou engendre une transformation (« nous rende autre »). Mais c’est comme si cette atteinte ne réclamait pas d’être surmontée ou contenue. Son inappropriabilité première et la violence de l’encontre s’estompent aussitôt. Pourtant, avant d’être rendu « autre », celui qui a fait l’épreuve de la rencontre avec cette « chose » doit avoir été en mesure de se relever. Afin d’en « faire une expérience », il lui faut se rétablir, ne pas avoir été dévasté ou atterré par ce qui (lui) est arrivé de la plus violente des façons ; en lui tombant dessus. Certes, « l’expérience » est « ce qui provient et résulte de l’épreuve bouleversante, de la traversée critique et de l’intégration-appropriation d’événements » (Romano, 1999, p. 198), mais avant d’être matière à une « expérience », il faut pouvoir encaisser le coup porté par ces « événements », en en amortissant le « choc », ne serait-ce que celui de l’« étonnement » (ibid., p. 222). Voilà qui est un préalable à sa conversion positive, en un rendre « autre », revenant à qui s’est rendu disponible à sa pleine résonance.

  • 11 Cette précipitation vers le positif se montre ici : « Une vérité ancienne, un fait nouveau – et hop (...)

26L’idée d’encaissement ouvre la pensée à une dynamique (mêlant indissociablement passivité et activité) rarement considérée dans son intégralité, l’épreuve du « choc » étant trop vite précipitée vers son issue positive (en son devenir « expérience »). L’impact négatif, la nocivité ou le caractère éventuellement traumatisant du choc reçu ne sont alors que peu pris en compte. Si ce n’est pour valoriser la figure d’agent qui accueille cette puissance d’altération et fait montre de sa grandeur en s’offrant aux chocs des événements, en les laissant venir à lui et en goûtant l’ouverture à l’imprévisible qu’ils apportent – et lui rapportent, pourrait-on dire, puisqu’il y gagnera une nouvelle expérience qu’il pourra mettre à son compte, comme on « encaisse une plus-value11 ».

L’occultation du mal au profit de l’auscultation du « négatif »

27Dans ces valorisations du choc, on peut voir une coupable occultation du mal, métamorphosé en « négatif » : un « négatif » dont le travail, parce qu’il est producteur, nécessaire ou stimulant, permettrait de rééquilibrer les comptes et de récupérer ou de retrouver du positif, à terme ou lorsqu’on élargit le tableau (Jullien, 2006). Revenons à la source commune des affinités du pragmatisme de Dewey et de la phénoménologie de Heidegger, soit Hegel, avec lequel les deux auteurs n’ont eu de cesse de s’expliquer. Gadamer (1996, p. 377) rappelle que l’analyse du « concept d’expérience » par Hegel « a attiré particulièrement l’attention de Heidegger, qui a éprouvé à son égard à la fois attirance et répulsion ». Quant à l’empreinte hégélienne qui persiste jusque dans les derniers travaux de Dewey, elle est bien connue (Stavo-Debauge & Trom, 2004).

28S’autorisant de Gadamer, Quéré (2002, p. 132) souligne également l’héritage hégélien du pragmatisme et de l’herméneutique. Ce motif de la négativité est à l’œuvre dans l’herméneutique de Gadamer, qui ne cache pas qu’il l’emprunte à Hegel. Il le dit lorsqu’il critique la conception qu’Aristote se faisait de l’expérience, en relevant que celui-ci « simplifie le processus de son instauration » parce que « ce qui intéresse Aristote dans l’expérience, c’est uniquement sa contribution à la formation d’un concept » (Gadamer, 2006, p. 375). Mais « si on considère de la sorte l’expérience dans la perspective de son résultat, on brûle ainsi une étape, celle qui correspond au processus qui lui est propre », et « ce processus est essentiellement négatif » (ibid., p. 376).

29Ainsi pour Gadamer, « l’expérience est toujours, pour commencer, expérience de nullité ». Elle n’est telle que « pour commencer », mais une fois traversée cette « expérience de nullité », « on possède alors un savoir différent et meilleur » (ibid., p. 377). S’il note qu’« ainsi comprise », l’expérience « présuppose » « nécessairement » une « déception infligée à des attentes multiples et diverses », c’est pour mieux affirmer que « ce n’est que grâce à des instances négatives que l’on parvient à une expérience nouvelle » (ibid., p. 378). Ici aussi, le mal est donc largement occulté ; l’épreuve du « choc » est productive, impulsion donnée au gain d’une « expérience », il rend « attentif » à une nouvelle « possibilité » (ibid., p. 289).

30Au mieux, le mal n’est donc que du « négatif », « moment » qui serait par principe surmontable et en pratique surmonté. Il conduirait à tout coup vers le positif d’une meilleure compréhension ou d’un savoir riche d’autres possibilités. Certes, l’épreuve est souvent « douloureuse et désagréable », mais c’est le prix à payer pour avoir une « expérience nouvelle ». Le mal semble bien devoir disparaître du tableau. « Toute expérience digne de ce nom réduit une attente à néant », écrit Gadamer (ibid., p. 378), mais c’est aussi le mal comme tel qui est réduit à néant. Au reste, en deçà même d’un mal infligé, il est aussi fort possible que rien ne surgisse de l’attente annihilée, si ce n’est une frustration improductive ou un désaccord irrémissible. Le mal est bien réduit à néant. Il n’est plus le mal, ou plus vraiment. Il n’a plus son inacceptable ou scandaleux tranchant, il n’a plus sa stérilité, il participe d’une bonne « dialectique » et travaille pour le « positif ». Ses occurrences sont ainsi métamorphosées en de simples « instances négatives », tenues pour bienvenues puisque corrélées au déploiement d’un fécond processus.

31Si cette métamorphose des éventuels dommages du choc en un simple moment « négatif » paraît chose aisée, c’est que ces auteurs ne s’occupent que des bienfaits de l’altération heureuse et se focalisent uniquement sur les bénéfices escomptés de la survenue de l’étrange ou du nouveau ; où « ce qui n’était qu’un choc devient une invitation et la résistance devient un élément à utiliser dans des arrangements de matière existants et variables » (Dewey, 2005, p. 46). L’occultation du caractère potentiellement improductif ou irrécupérable du mal est renforcée par une condamnation de tout ce qui pourrait retrancher la nouveauté, rejeter l’étrange ou se fermer à l’originalité – ce qui est « susceptible de se produire dans un monde de fossés et de murs qui limitent la communauté d’expérience » (ibid., p. 135). De telles défiances ne sont pas seulement empêchement d’une « communication », mais aussi désaveu d’une « occasion de changement » (Romano, 2003, p. 35).

  • 12 Levinas fait un pas de plus et va du « bouleversement » au « traumatisme ». Débordant le « moi », a (...)

32Ces auteurs ne prêtent donc attention au choc qu’à l’horizon de ce qu’ils en escomptent, soit les bénéfices « d’une sorte de développement » (Quéré, 2002, p. 135), logé dans la capacité de l’accident ou de l’incident rencontrés à faire surgir de la nouveauté, à amener à y réagir d’une manière inventive et à produire une « expérience » inédite. Zask (2002, p. 118) le dit à propos de Dewey : « Toute expérience est une relation à l’altérité et à ce que l’altérité fait changer en quiconque en fait l’expérience. » Là où James pose qu’« au cœur de la continuité, notre expérience se présente comme une altération » (James, 2007c, p. 189). Tandis que pour Romano (1999, p. 232) « l’ex-pér-ience signifie toujours […] une altération constitutive », cette « altération » est même le critère de toute « rencontre » : il n’y aurait de « rencontre » que « bouleversante12 ».

Violence et latence des événements

33Cette rapide revue montre que tous font la part belle au choc, inscrit dans une dynamique de mise en valeur qui parcourt un réseau conceptuel composé par les termes quasiment interchangeables de la rencontre, de l’événement et de l’expérience. Qu’on le prenne par l’un ou l’autre de ces trois bouts, si on en tire le fil, c’est aussitôt qu’on tombe sur les deux autres. Du fait de cette valorisation, l’éventuelle violence de l’événement est fatalement négligée. Par violence, on entend aussi bien un choc qui porte gravement atteinte aux personnes, qu’un choc qui se montre stérile ou sans avenir, et qui ne peut donc rien leur apporter, rien de bon et rien qui donne matière au « travail du négatif », rendant ainsi sa rencontre, non plus seulement dommageable, mais aussi improductive ou inféconde. Il ne s’agit donc pas de la « sorte de violence » qui « force à penser » et que Deleuze louait dès Proust et les signes (2006, p. 24). Cette improductive ou dommageable violence de l’événement est pourtant du domaine du possible, elle est même largement avérée. Ce n’est pas seulement à du « négatif » que doivent s’affronter ceux qui ont été exposés à sa brutale irruption, mais bien à ce qui se présente à eux comme des maux ou des méfaits qui peuvent ne (s’)ouvrir aucun futur – à tout le moins pas celui d’une expérience plus complète ou d’une enquête enrichissante.

  • 13 Pour Dewey, « toute expérience authentique » est « une épreuve », mais tout comme l’« expérience », (...)

34Certes, au travers de cette sémantique du choc, l’étrangéité de l’événement est bien pensée comme un genre d’atteinte. Il touche au propre, le bouleverse et l’altère. Mais, somme toute, ce bouleversement est heureux, c’est pour le mieux qu’il transforme et c’est à tout coup qu’il semble pouvoir le faire. L’altération prodiguée par l’étrangéité de l’événement n’assèche ou ne tarit jamais l’expérience. Tout au contraire, elle est désaltérante, elle rafraîchit des « routines » surannées, elle accroît l’intensité du flux expérientiel et la densité de ce qu’il contient. Toujours productif, il apporte plus qu’il ne fait perdre, il contribue plus qu’il n’enlève, il donne plus qu’il ne soustrait. Ce qui manque à être pensé, c’est la possibilité que l’événement soit malvenu aux personnes comme aux communautés, et qu’elles ne soient pas nécessairement prêtes à pouvoir lui réserver un bon accueil, à supporter sa survenue ou à s’en instruire. Le fait qu’il puisse s’avérer durablement « choquant », non appropriable autant qu’inapproprié, disparaît donc de la réflexion13.

35Du même coup, ce sont aussi les efforts que sa réception suppose et les difficultés qui encombrent son intégration qui ne peuvent être adéquatement pensés. Au lieu d’un gain, l’événement peut entrainer une perte sèche, aussi sèche que l’impact du choc par lequel il se signale et fait impression, parfois terriblement mauvaise. Dans de tels cas, il ne se laissera pas aisément « intégrer » ou « assimiler » (Dewey, 2005, p. 79), que ce soit dans la trame d’une « expérience » personnelle ou collective. Si c’est toujours bien comme un choc (et même comme un violent coup porté) que sa survenue trouvera à se ressentir, il faudra que ceux qui en subissent l’impact soient en mesure de l’encaisser. À moins de cette capacité, avant toute autre forme de perception plus élaborée, de réception plus positive et de réponse plus active, il n’aura pas d’avenir, et eux non plus. Du moins, aucun d’entre eux n’aura l’avenir promis par les auteurs évoqués, l’avenir d’une expérience plus vive ou d’une enrichissante transformation.

  • 14 Le choc tient d’abord à cette surprise – qui le reçoit ne le voit que rarement venir. S’il n’a pas (...)

36L’expression « encaisser un coup » dit ce qui fait défaut à ces théories : un certain réalisme amenant à considérer le mal et la résistance à des événements qui parfois ne montrent nulle productivité, ne s’offrent comme la prémisse d’aucun gain en expérience et ne souffrent aucune sorte d’enquête susceptible d’éclairer leur genèse ou de se prémunir contre leur retour. Cette expression n’indique pas seulement une aptitude à faire face au coup porté et à ne pas se laisser entièrement démettre par la surprise de son arrivée (qui lui confère son accent d’« effraction14 »). L’idée d’encaissement permet de faire un pas au-delà, en ouvrant à la considération d’une plus ample temporalité. Loin de s’en tenir au seul présent vif d’un impact ponctuel, elle offre de revenir sur le travail du choc de l’événement malvenu, tout comme elle autorise à en suivre les conséquences. Elle indique sa latence, et témoigne d’une éventuelle persistance de ses effets, annonçant une difficulté à ce que le « matériau » ainsi apporté soit « ingéré et digéré » (Dewey, 2005, p. 82). C’est précisément en raison de cette latence et de la possibilité de sa persistance que l’événement doit être encaissé, afin de ne pas se laisser submerger par ses effets, de canaliser son retentissement dans ce qu’il pourrait avoir de plus fâcheux, voire de prévenir ses contrecoups et de se prémunir contre son retour. Néanmoins, cette expression vaut bien pour un temps plus court, elle rend évidemment compte d’une capacité à répondre du/au coup de l’événement, en l’endurant. « Encaisser un coup », c’est pouvoir se tenir après l’avoir reçu, en supportant son impact et en agissant en conséquence.

37Agir en conséquence, ce sera d’abord être en mesure de se rétablir, de recouvrer l’équilibre et de préserver ce qui a été mis en question ; ou alors devoir admettre ce qu’il a apporté, tout en endiguant l’empire du mal dont il a pu accoucher. Limiter son empire, c’est ne pas s’affaisser, malgré le démenti que la sanction du coup inflige à des pouvoirs ou à des aspirations. C’est aussi prendre sur soi de ne pas répondre ou de ne point répliquer à ce qui se présente sous le jour d’une provocation ou d’une vexation – « encaisser sans broncher », sans rien laisser paraître de l’affliction subie ou du trouble ressenti, en contenant dans l’intimité du corps la réaction que l’impact du choc reçu a suscitée. Cette réaction peut d’ailleurs se nourrir d’un sens du juste et du convenable, l’une des propriétés de l’injustice (ou de l’inconvenance) étant qu’elle est « choquante ». L’indignation, sentiment si central dans les sociologies et philosophies critiques, est d’abord une réaction à une telle propriété. Et ce sentiment n’est pas immédiatement agentif. Au contraire, l’indignation est d’abord ce mouvement de recul devant un événement ou une situation qui laissent sans voix.

38Le verbe « encaisser » délimite un genre spécifique d’impressions, d’opérations et de réactions (plus ou moins passives), relatives au devenir du choc et au devenir de qui s’y est affronté, invitant à se soucier de la façon dont il travaille l’organisme affecté et dont ledit organisme parvient (ou non) à le travailler en retour ; sans perdre de vue que le choc peut éclater dans un après-coup, la révélation et le plein efficace de ses effets intervenant alors comme un contre-coup qui n’affecte la personne ou la communauté qu’avec retard (par exemple, lorsqu’elle se croyait tirée d’affaire). Se soucier du « qui » sur lequel l’événement s’est abattu, ou en lequel le mal s’est infiltré, c’est ne pas estimer que l’ébranlement généré ou les failles produites par son impact sont toujours surmontables, sinon bienvenus, en donnant lieu à une expérience positive qui transformerait pour le mieux et sans difficultés notoires celui qui en est passible – de sorte qu’il pourrait alors le porter à son compte, se l’approprier et le verser à ses avoirs, l’« encaisser » donc, mais comme on le dit d’une « somme d’argent » ou d’un « chèque ».

39Ce faisant, il s’agit de prendre en compte la latence du coup porté, son retentissement et sa persistance, dans une attention aux effets et aux traces des événements échus ou des épreuves passées. En adressant la mémoire et le devenir de l’organisme affecté, l’idée d’encaissement regarde donc le passé. Mais elle se soucie aussi de l’avenir, en scrutant les modalités de réponse de l’organisme à la révélation de sa vulnérabilité et de sa faillibilité. Le concept d’encaissement permet alors de se pencher sur les effets de l’événement, par où se garde trace du subir et se commandent des réactions qui vont se régler sur sa résonance. Si ces réactions nous intéressent, c’est qu’elles pèsent sur la capacité de l’organisme mis en cause à assimiler ce qui lui est arrivé. Ici, ce qui se joue, ce sont donc les capacités d’appropriation de l’événement, mais aussi d’enquête à son sujet et de riposte aux coups qu’il a portés.

Les enquêtes ont-elles toujours lieu et sont-elles toujours fécondes ?

40Cette double appropriation peut échouer, en sa dimension personnelle comme sous son aspect public – i.e. dans la constitution d’un « public ». Ainsi il est des troubles, qualifiés d’« accidents du travail » et/ou de « maladies professionnelles », qui ne parviennent pas à être encaissés, pas toujours ou pas seulement parce qu’ils relèveraient d’événements trop brutaux, mais aussi parce que leur étiologie ne ressort pas nécessairement de l’impact d’un événement clairement assignable et facilement découpable. Pour autant, ces « troubles » n’en sont pas moins causalement imputables aux conditions de travail, même si les victimes ne parviennent généralement pas à s’en saisir. L’échec à constituer les maux dont elles souffrent en instance d’un problème plus général, comme l’organisation des processus du travail, les conduit à s’enferrer dans un sentiment de culpabilité qui privatise ce qu’elles endurent.

41Cette privatisation n’est certes pas totale. Les comptes rendus des victimes diffèrent notablement selon le mode de survenue et la nature du mal enduré. L’un et l’autre « préfigurent » la « mise en intrigue » propre à « re-figurer » ce qui leur est arrivé (Ricœur, 1983-1985), en le racontant à des tiers, comme à soi-même. Selon Ricœur, la « configuration » qu’opère le récit est « préfigurée » par les structures du « champ pratique de l’agir et du pâtir ». Certaines des modalités du « pâtir » paraissent néanmoins difficilement articulables dans une intrigue capable de soutenir une économie de la réparation, tant en raison de la façon dont le mal s’immisce que de la manière dont il s’est imposé à la victime.

42Dans bien des cas, lorsqu’une victime s’efforce de raconter ce qui lui est arrivé, elle échoue à en pointer les causes. Au-delà de l’état de choc dans lequel elle peut encore se trouver, et de la difficulté à se remémorer un épisode douloureux, il est des maux qui n’offrent pas matière à un récit. Lorsqu’une narration est malgré tout articulée, la personne peut n’en tirer aucun gain d’intelligibilité : l’histoire qu’elle (se) raconte porte à faux et l’enquête sur laquelle elle fait fond n’éclaire pas la genèse de sa souffrance. Parfois, cela tient au langage même des instances médico-légales, qui, en refigurant ce qui lui est arrivé au moyen de ses propres ressources sémantiques, met la personne sur la mauvaise voie. Malgré la ratification de la qualification par les instances concernées, tous les « accidents du travail » ne ressortissent pas d’une temporalité événementiale ou d’un processus accidentel.

43On pourrait croire que ces différences importent peu, car c’est une même identité de victime d’un « accident du travail » qui a été attribuée aux personnes. Mais ce que le droit reconnaît comme tel ne présente pas toujours les traits topiques d’un « accident ». Par ailleurs, « au terme du compromis » qu’opère la loi de 1898, « le salarié bénéficie d’une présomption d’imputabilité », « dès lors que l’accident survient sur le lieu du travail, il est présumé imputable et donne lieu à réparation » (De Blic, 2008, p. 120). En son fonctionnement routinier, la loi n’aide donc pas toujours à mettre en lumière les causes du mal.

44Néanmoins, une enquête peut être spontanément conduite par la victime, sans l’aide de tiers. La raison en est simple et semble aller dans le sens de la théorie de Dewey. En effet, pour les victimes, il y aurait là une manière de s’approprier ce qui leur arrive, en se retournant sur les « conséquences indésirables » dont elles pâtissent et en en cherchant les « causes » (Dewey, 2003b). Pour autant, l’impulsion qui initie cette enquête, si elle a lieu, n’est pas nécessairement connectée à une attente de réparation et elle n’amorce pas toujours une demande de compte. Ou alors, si on veut faire intervenir dès ici le lexique de la réparation, ce qu’il s’agit de réparer en premier lieu, c’est l’incompréhension devant ce à quoi elle n’était pas préparée.

  • 15 Sur la définition de l’événement par Derrida, voir Derrida (2001, p. 97).

45L’épreuve de l’événement est à la fois « résistance » et « ouverture » à l’expérience, c’est à son caractère « incompréhensible » qu’il se reconnaît (Derrida, 2003, p. 13915). De sorte que « l’événement catastrophique est en lui-même vide de sens et l’expérience traumatique est d’abord et toujours une expérience de l’absence de sens » (Malabou, 2007, p. 258). Si l’« événement sans signification, brut » a le pouvoir d’« effacer son intentionnalité pour s’annoncer comme un coup porté à toute herméneutique en général » (ibid., p. 345), il peut également porter un coup à tout désir d’enquête sur les responsabilités. Un ingénieur du son, victime d’une lourde chute qui l’a plongé dans le coma et profondément handicapé, le dit avec force, l’appel au droit et la volonté d’enquêter sur le dommage ne peuvent pas être premiers. Avant de demander réparation du tort, il faut d’abord procéder aux réparations du corps, faire en sorte de parvenir à « tenir le choc » :

En même temps, c’est vrai que, nous, on n’a pas cherché à… chercher des responsabilités. La famille était dans l’angoisse, à se demander si leur fils allait être enterré ou pas. Après, au bout de deux mois à ce rythme-là… Moi, quand je me suis réveillé, on m’a dit : « qu’est-ce qu’on fait ? », « pour l’instant, je me reconstruis, je peux pas faire autre chose que de me reconstruire, sinon, je vais pas tenir le choc. »

46Même lorsque la situation est moins grave, on ne quitte jamais l’exigence à devoir encaisser ce qui est arrivé, l’« épreuve de l’événement » que constitue l’accident ou la maladie relevant à deux égards d’un « choc ». D’abord, comme l’indique la résistance dont il fait l’objet, il se signale par un « choc » ; ensuite, pour une durée et avec une intensité variables, il peut laisser celui qui le subit en « état de choc », échoué sur les berges de l’incompréhension, loin du rivage de l’appropriation, frappé par l’impossibilité de faire sens de ce qui est arrivé, d’enquêter à son propos, d’en tirer une « expérience » ou d’en faire un récit. Derrida estime que le « mouvement d’appropriation » par lequel il y a « expérience » est « irréductible et inévitable » (Derrida, 2001, p. 139), mais rien n’est moins sûr.

47Certes, lorsque la personne parvient à surmonter le « choc » initial du malheur, elle peut en venir à se lancer dans une enquête. Le récit qu’elle fait au sociologue est témoignage de cette enquête, il est le résultat de ce dont elle s’est rendu compte et dont elle veut rendre compte. Et on pourrait dire que cette enquête, outre qu’elle constitue comme un « premier mouvement d’appropriation » (ibid.), se donne déjà comme l’amorce d’une réparation, consistant à se réparer soi, c’est-à-dire à se rétablir, en faisant sens de ce qui arrive, avant de recouvrer des forces. Mais cette modalité de réparation ne désigne pas « l’ensemble des opérations destinées, si tant est que cela soit possible, à réagir d’une manière ajustée à la souffrance, compte tenu de sa qualification et de ses imputations » (Dodier & Barbot, 2009). Elle ne prend pas la forme « de la sanction du responsable (sanction légale, condamnation morale, vengeance, rétorsion, etc.), de la compensation (financière ou autre), de la mise en présence avec ce qui a été perdu ou avec l’origine de la souffrance (sous forme de commémo-ration, d’évocation, par exemple) » (ibid.). Non seulement elle est antérieure, mais elle peut même repousser ces « opérations » qui consument de l’énergie, prennent un temps qui peut être compté, et éternisent un mal que les victimes souhaitent pouvoir oublier (ou avoir refoulé). Cette valorisation de l’oubli est explicite chez un homme victime de l’amiante. Non content de ne jamais parler des causes de la maladie avec sa femme et de refuser de s’associer à d’autres victimes, il considère comme un bien l’ignorance dans laquelle se trouvent des personnes qui sont vraisemblablement pareillement atteintes.

– Et [des gens] qui le savent pas, ça, oui, il doit y en avoir beaucoup. Ça, c’est sûr qu’il doit y en avoir. Mais d’un côté, il vaut mieux ne pas le savoir, vous savez. La tête, c’est dans les mots. J’essaye de laisser la tête à autre chose, c’est tout. […] Non, on n’en parle pas de ça. On évite d’en parler, on en parle au minimum. De toute façon, ça mène à quoi de parler ? À rien du tout. Autant laisser l’esprit sur un autre sujet puisque ça mène à rien.

– Ce serait utile de faire passer à tous les gens qui ont travaillé dans le bâtiment jusqu’aux années 1990 des radios systématiques ?

– Oui, parce qu’il doit y en avoir beaucoup qui sont touchés. Mais bon, s’ils sont touchés, celui qui est touché, il est bon, alors c’est même pas la peine. Celui qui est touché, il est touché. S’il y a un remède quelconque, d’accord, mais comme il y a rien, autant le laisser comme ça dans l’ignorance. Mais c’est sûr qu’il doit y en avoir des centaines et des centaines de milliers de personnes qui sont touchées.

48Pour certaines victimes, l’oubli et l’ignorance (au sens de ne rien vouloir savoir) sont donc préférables, spécialement quand elles font face à de l’irréparable ou à de l’irréversible – soit à ce qui ne saurait être récupéré ou retrouvé, et dont la simple remémoration peut faire mal, en ravivant le scandale de la perte, en rappelant que le deuil est impossible. Lorsqu’on étend le sens de l’idée de « réparation », l’oubli doit être compté comme l’une de ses modalités. « Les ressources mal maîtrisées » de la « mémoire » pouvant être grosses de « nuisance, d’inquiétude et de souffrance » (Ricœur, 2000, p. 555). Il y aurait donc comme un « oubli heureux », à tout le moins bienfaisant, qui se présenterait comme un succédané à l’impossible retour à l’insouciance ou à l’innocence d’avant l’événement malheureux. La victime qui veut oublier aura alors bien du mal à faire appel au droit et à participer d’un « public », sans compter que l’appropriation du mal prend même parfois le chemin d’une dénégation, sans faire l’objet d’une « expérience » en adéquation avec le dommage subi. Lorsque l’oubli ne s’impose pas comme la seule manière de se remettre, un premier mouvement d’appropriation de l’événement malheureux consiste à l’inscrire dans un plus ample tableau, biographique voire social, la victime faisant ainsi un premier pas vers l’intégration expérientielle de ce qui lui est arrivé.

49De la sorte, elle ferait un peu mieux que de se préparer au pire, elle commencerait déjà à réparer une identité blessée et s’apprêterait à produire celle-ci sous la guise d’une identité de victime. Identité qu’elle doit s’approprier, afin de pouvoir se faire (re) connaître à des tiers susceptibles d’enclencher les demandes de réparation auprès des instances compétentes. Il faut tempérer une telle description. Pour autant qu’elle ait lieu, l’interrogation semble d’abord articulée à un ressort existentiel minimal, une façon de parer à l’irruption de méfaits indubitables, surgissant comme une chose incompréhensible dont il faut parvenir à encaisser le coup, avant toute autre réaction moins passive. S’il se loge bien en ce ressort ce que l’on pourrait appeler une « expérience de l’injustice », cette injustice n’est ici pas encore « sociale ». Strictement existentielle, elle est de l’ordre d’un questionnement arraché à une victime interloquée qui se dit pour elle-même et dans une adresse vague : « pourquoi moi ? » Et cela peut conduire à la résignation, où flanche tout désir de se battre, comme le souffle ce chef de chantier :

À un moment donné, on sait pas quoi faire, alors qu’est-ce qu’on fait ? On est malade, on est malade, on est malade. On est malade pour de vrai et c’est comme ça.

50En ces instants, la victime se tient loin de la riposte adressée et de la volonté de livrer un combat par le moyen du droit. L’enquête sur les dommages ne s’inscrit donc pas immédiatement dans une expérience de la justice et des injustices au travail. Après une période de sidération plus ou moins longue, ce qui tend le ressort de l’interrogation des victimes n’est pas toujours lié à l’intuition d’injustices de cette sorte. Elles ont d’abord à faire avec le pur et simple scandale du mal, dont la frappe laisse pantois et s’éprouve comme un coup du sort qui se laisse difficilement encaisser. Ce coup peut surgir au détour de la parole d’un médecin qui dit cliniquement ce qu’il en est et énonce froidement ce qui ne sera plus :

Il m’a dit : « Écoutez, là, il faut plus espérer ». Là, c’est comme une guillotine. Vous avez un médecin qui vous annonce ça : « Écoutez, la récupération de votre épaule à 100 %, là, il faut oublier, vous avez un certain taux de capacité, il faut que vous arriviez à comprendre que vous allez rester comme ça jusqu’à la fin de votre vie. » Et là, c’est un tremblement de terre.

51Et si une enquête plus élaborée a lieu par la suite, elle n’a pas nécessairement les effets escomptés : l’interrogation peut tourner à vide ou se boucler sur la victime, en la livrant aux tourments de l’auto-imputation et de la culpabilité.

« Accident » ou « transformations silencieuses » ?

52Les « troubles musculo-squelettiques » (TMS) ou « affections péri-articulaires » en sont les exemples les plus patents. S’ils sont intéressants, ce n’est pas seulement en raison de leur croissance exponentielle, c’est aussi parce que leur étiologie ne se laisse pas résorber dans la saisie de l’impact d’un événement accidentel ou de l’exposition à des matériaux nocifs. Ces « troubles » sont en effet exemplaires de situations où il peut certes y avoir eu « accident », dans l’acception ordinaire du terme comme dans son usage juridique, mais, à proprement parler, ce n’est bien souvent pas à cause de ce dernier que le dommage qui s’ensuit prend de l’ampleur et s’installe durablement. En règle générale, c’est bien plutôt parce que l’accident est advenu à un corps usé et fatigué par le labeur, élimé et érodé par la répétition de gestes usuels, qui s’avèrent à la longue pathogènes. Au mieux, l’accident révèle une érosion antérieure ou accroît des troubles anciens, mais jusqu’alors ténus. Dévoilant des « transformations silencieuses » (Jullien, 2009), sa puissance d’altération fait fond sur des processus auxquels peu d’attention était portée, jusqu’à ce qu’un incident souvent mineur fasse soudainement éclater leur caractère pernicieux.

53Dans des cas tels que ceux des TMS, lorsque leur pleine reconnaissance est concomitante d’une procédure pour « accident du travail », si la narration de la victime tourne autour de l’« accident » tenu pour déclencheur du mal, elle ne sera en mesure de rendre la souffrance sensée et intégrable dans une « expérience » que pour autant que son récit parvienne à embrasser une temporalité plus ample, à l’échelle d’une biographie professionnelle, seule à même de rendre raison des méfaits actuellement endurés. Pour la personne, cela suppose de s’enfoncer dans le passé et dans le détail de ses gestes et activités, en allongeant l’enquête sur la source du mal. Il lui faut ne pas rester empêtrée dans la remémoration du déboire accidentel qui vaut, pour elle, moment d’un basculement dramatique. Nombre de victimes ne parviennent pas à investir cette modalité d’enquête. Elles tournent alors de façon obsessionnelle autour d’un « accident » qui n’en exhibe pas les propriétés topiques, en dépit du fait qu’il a été reconnu comme tel et bien qu’il leur apparaisse comme un trou noir dans lequel leur vie aurait plongé.

54Lorsque l’arrêt de travail est contemporain d’une procédure pour « accident du travail », relativement automatique dès lors qu’une blessure survient sur le site de l’activité professionnelle, on ne peut d’ailleurs qu’être frappé par les efforts des victimes pour configurer ce qui leur est arrivé dans une forme appropriée ; c’est-à-dire sous un jour susceptible de manifester les propriétés d’un « accident du travail », que la loi de 1898 définissait en circonscrivant les « atteintes au corps humain provenant de l’action soudaine et violente d’une cause extérieure ».

55Ces efforts ne sont pas seulement produits à l’intention de tiers. C’est d’abord pour elle-même que la victime doit pouvoir reconnaître que ce qui lui est arrivé procède bien d’un « accident » et que la qualification administrative est congruente avec ce dont elle subit les conséquences. Si elle échoue à admettre que son mal est de nature accidentelle, le travail de l’imputation peut se retourner contre elle. Elle se sentira alors fautive et se tiendra pour responsable du malheur qui l’affecte, coupable de ne pas avoir pris soin d’elle-même, d’avoir été inattentive aux règles de sécurité ou de ne pas avoir été capable de s’économiser. Reconnaître et faire reconnaître la qualité strictement accidentelle de l’événement malheureux, c’est échapper partiellement ou totalement aux tourments de l’auto-imputation. L’« accident » est ce qui « arrive », et « ce qui arrive arrive », il n’est donc pas nécessaire de s’en prendre à soi-même : « ça arrive » et « ça peut arriver à tout le monde ». Comme le dit un ouvrier, « Il y a un jeune dernièrement, il a eu un accident. Ils sont comme nous, quand ça arrive, ça arrive. »

56Mais ce travail, souvent considérable, pour rejoindre le format d’un accident et en rencontrer les traits prototypiques peut échouer. Une aide-ménagère, proche de la retraite, tente ainsi vainement d’associer les souffrances qui la taraudent à un instant décisif, saisi comme purement fortuit et donc pleinement accidentel. Faute de parvenir à rabattre l’ensemble de ses maux sur cet « accident », elle n’échappe pas aux affres de l’auto-imputation. Si l’événement « accapare » son « attention », « structure » son « récit et sert à sa dramatisation » (Jullien, 2009, p. 150), étiologiquement, ses souffrances ne s’y réduisent nullement, et elle n’en a que trop conscience. Elle ne le formule toutefois pas ainsi, car cette conscience s’accompagne d’une restriction de son attention, et c’est cet aveuglement qui la voit revenir constamment sur l’« accident » de sa chute, autour duquel se joue l’impossible mise en intrigue des causes de ses douleurs.

57En un sens, la « maturation silencieuse du négatif », d’où procède la souffrance de cette femme, reste pour elle « dissimulée sous le sensationnel de l’événement », et que l’« effet de condensation dramatique » de l’accident l’empêche d’apercevoir que son mal « ne s’entend que comme la conséquence de maturations si subtiles qu’[elle] n’a pas su » ou pu « les suivre et les observer » (ibid., p. 156). Si elle sent confusément qu’il n’est pas la source de tous ses malheurs, que son corps s’est délabré progressivement et que le mal a fait son chemin silencieusement, elle ne parvient pas pour autant à cesser d’être obsédée par son « accident ». On l’entrevoit lorsqu’elle en préface la narration et donne quelques indices de l’antécédence de ses problèmes, indices antérieurs à l’événement accidentel de cette chute qui signe sa chute dans une souffrance irrémissible :

C’est un peu de ma faute, toujours j’ai mal au dos, j’ai forcé, j’ai dit : ça va pas, c’est ça, c’est ça. Plus la colonne vertébrale, deux vertèbres qui se sont tellement tassées, je faisais 1,68 m et je suis à 1,65 m. C’est quand même trois centimètres. Je voyais mes chemises, elles deviennent longues, je sais pas pourquoi. J’ai toujours bossé, donc je ne suis pas tombée chez la dame. Comme une imbécile, il y a une fille qui passe à midi, elle met un grand drap sur un lit médicalisé, un drap pour deux personnes. Et comme l’aide-soignante, que tout le monde se fiche de tout le monde, il y avait le lit avec la couette et le drap, il s’est (coincé dans la roulette) [ce qui a provoqué la chute].

58Un autre cas présente de mêmes caractéristiques. Il s’agit d’une aide cuisinière, également proche de la retraite. Elle aussi déploie avec force détails l’« accident ». Survenu le soir de l’an 2000 (ce qui le rend plus mémorable), elle le relie aux graves problèmes de dos qui l’handicapent et ont occasionné son licenciement, qu’elle ne conteste pas. Si ces problèmes de dos témoignent indubitablement d’une vie de labeur, elle ne les inscrit pas dans une temporalité longue, ni ne questionne ses conditions de travail. Son récit tourne sans cesse autour de cet « accident » du 31 janvier 1999, comme l’événement insigne qui a fait basculer sa vie dans la souffrance. Il est pris dans une « structuration narrative » qui ne semble plus « en rapport avec une capacité de se projeter en avant » (Ricœur, 2008, p. 288) et témoigne essentiellement d’un empêtrement. La profusion des détails apportés au récit de cette soirée, le compte rendu à la fois minutieux et encore chargé d’affects qu’elle en propose, montre combien elle est effectivement hantée par cet « accident » (Stavo-Debauge, 2009, 2010).

59Les enquêtés tournent d’autant plus autour de ce qu’ils tiennent pour un « accident », dont ils ne parviennent pas à se défaire, que ce dernier ne permet nullement d’expliquer à lui seul leur situation, même s’il a bien été dûment reconnu comme un « accident du travail » par les instances médico-légales. Il ne le peut, puisqu’il y a une disproportion entre ledit « accident » (parfois désespérément anodin) et les affections dont ils souffrent. Autour de cette disproportion se constituent des récits sans issue. Sans issue, parce que incapables de rendre raison (et donc justice) de ce qui est arrivé à la personne du narrateur, les troubles dont il souffre ayant une histoire plus longue, la racine du mal qui l’accable plongeant plus loin dans le passé. Mais ce passé est occulté par le sombre rayonnement et la puissance d’attraction négative de l’« accident » autour duquel la narration s’enroule en boucle, en creusant un sillon qui reste infécond quant à l’intelligibilité qu’il produit. Cette impossibilité de faire sens du mal, d’en comprendre l’émergence et d’en expliquer les causes, peut plonger les victimes dans une perplexité qui se détermine parfois en une véritable « dépression », laquelle n’est pas tant due à l’« accident » lui-même qu’à l’absurde disproportion entre son caractère insignifiant et l’ampleur des ravages dont elles ont à souffrir.

60Ce sont surtout les affections « péri-articulaires » et les TMS qui donnent lieu à de tels récits. Il n’y a là rien d’étonnant, ce trait est congruent avec la nature même de ces maladies, endogènes à l’activité professionnelle et naissant à même les gestes dont elle se compose. De sorte que si les effets négatifs de ces maux peuvent se laisser pleinement reconnaître lors d’un « accident du travail », leur étiologie n’est nullement résorbable dans l’événement accidentel : ils proviennent de la sourde et invisible répétition du même, non de la différence faite par la survenue ponctuelle d’un événement gros d’une puissance d’altération soudaine. Et si le déboire survenu sur le lieu de travail a été reconnu comme un « accident du travail », il ne fait bien souvent que précipiter une rupture depuis longtemps irréversible ou outrer une douleur présente de longue date ; rupture dont la victime n’imaginait pas la possibilité ou douleur dont elle parvenait à s’accoutumer, en en supportant vaille que vaille les méfaits, en jonglant avec des périodes de repos transitoires et en fermant les yeux sur l’ampleur des maux qui érodaient souterrainement son corps. La difficulté des personnes à reconnaître, avant qu’il ne soit trop tard, la gravité des TMS tient aussi au fait qu’ils sont intriqués dans le processus de vieillissement du corps, que leur mode d’apparition est parallèle à cette usure lente qui ne produit ses pires effets que tardivement.

61Dans le cas des deux femmes dont on a parlé, à la suite de Jullien (2009), on pourrait dire que l’« accident » figure et contresigne un « événement », une « rupture », qui « n’existe pas », mais qu’il « s’est seulement produit une dérégulation, au départ très subtile, qui, en se développant, a soudain franchi un seuil, un beau jour, et devient sensible. Nous étonne alors la brutalité de l’“événement” parce que nous n’avons pas su percevoir la transformation silencieuse qui insensiblement y a conduit. » (Ibid., p. 160). Dire que l’« événement » de l’« accident » n’existe pas, est un peu trop radical. De fait, quelque chose comme un « accident » a bien eu lieu, et il a été reconnu comme tel. Mais il n’a pas à lui seul le pouvoir causal de produire de telles affections. Il faut plutôt dire qu’il révèle tout à trac et d’un seul coup les atteintes nées de l’exercice répété d’un ensemble de gestes usuels, le mal se logeant dans leur accumulation, qui a progressivement miné le corps de la personne et érodé le bon fonctionnement de ses capacités sensori-motrices.

62Au regard des récits des victimes, on peut dire que l’impossibilité qu’elles ont à faire sens de ce qui leur est arrivé tient précisément au fait qu’elles ne parlent que de l’« accident » et le figurent comme le point de basculement de leur vie. Elles passent ainsi sous silence le reste, l’ordinaire de leur vie au travail, les conditions dans lesquelles elles ont exercé leurs activités professionnelles, l’intensité et la durée de leurs efforts, les contraintes organisationnelles dans lesquels elles étaient prises. L’« événement » accidentel ne partage pas seulement leur vie entre un « avant », dense et sensé, et un « après », chaotique et informe. Il partage aussi ce qui se narre et ce qui se passe sous silence, ce dont le compte rendu est fait et ce qui n’accède pas à la parole, ce sur quoi porte l’attention et ce qui reste hors de toute enquête circonstanciée. Lorsque Jullien s’en prend à la « mythologie de l’événement », on devine bien des points communs avec l’étiologie et la symptomatologie des TMS : « Dans quelle mesure l’événement est-il le fait d’un surgissement abrupt […] plutôt que d’une maturation ? Ou dans quelle mesure est-il à concevoir comme une rencontre, avec ce que celle-ci suppose d’Extérieur, et même d’inintégrable, plutôt que comme un résultat ? » (Ibid., p. 146).

63La nature même des TMS explique l’inadéquation des récits des victimes aux causes d’une souffrance dont elles ne peuvent rendre raison dès lors qu’elles restent accaparées par l’image de l’agression d’un « accident », auquel elles imputent les ravages qui ont durablement atteint leur corps et désorganisé l’ensemble de leur vie. Les TMS « sont des maladies de l’activité, du geste inadéquat ou excessivement répété ». Elles ne proviennent ni « des ravages provoqués par un agent extérieur sur le corps des travailleurs », ni « de l’agression de poisons (plomb, benzènes, matières radioactives, etc.) ou de poussières (charbon, silice, amiante) utilisés ou travaillés par les salariés ». Ainsi, « hormis celles qui résultent de l’usage de matériels vibrants, elles s’articulent à l’activité proprement dite, au cœur du travail et des gestes effectués », « elles sont liées à l’usage industrieux du corps » (Hatzfeld, 2009a et b).

De l’indécision des experts aux difficultés des victimes

64Dès lors, « par principe », ces troubles posent problème parce que le geste, dont la répétition vaut source du mal, « est constitutif de l’activité dans le travail » (ibid.). Sur la scène du droit, ces traits ont longtemps rendu difficile la quantification des TMS, comme l’indique le caractère débattu de ces affections dans les années 1950, tantôt versées dans la catégorie d’« accident du travail », tantôt dans celle de « maladie professionnelle » (Hatzfeld, 2009b). En amont, cette difficulté est lisible à même les comptes rendus des victimes contemporaines, les troubles dont elles souffrent déjouent tout aussi bien les qualifications ordinaires de l’« accident » que ses qualifications médicolégales. Or les secondes sont largement dépendantes des premières, comme en attestent les éléments de plusieurs dossiers présentés par Hatzfeld. Ils montrent bien que le problème majeur, rencontré par les experts médicaux et les membres des autorités juridictionnelles, tenait au fait que ces affections se laissaient difficilement reconnaître comme la résultante d’un « accident du travail », tel que défini par la loi de 1898. La loi ne permettait donc pas de les encaisser, elles en débordaient les formes sémantiques et ne pouvaient être contenues dans les catégories nosologiques et juridiques en usage.

65Ce problème persiste et il se pose en premier lieu aux victimes. Il ne peut que persister puisque le mode de survenue et l’étiologie de ces « troubles » cadrent mal avec les traits prototypiques autour desquels tourne la sémantique du concept d’« accident », tant dans ses usages ordinaires que dans ses usages techniques. Cette sémantique est bien dépliée dans le jugement (négatif) d’un expert consigné dans l’un des dossiers compulsés par Hatzfeld : « Il n’y a pas eu l’action soudaine et violente d’un élément extérieur qui caractérise l’accident du travail, mais une action lente et progressive. » Les traits qui font l’« accident » sont ici clairement disposés, dans le relevé de leur absence. Issus de la définition proposée par la loi de 1898, ils croisent ceux qui concourent à faire de telle ou telle occurrence factuelle un « événement » : « soudaineté », « violence » et « extériorité ». Dans les dossiers rouverts par Hatzfeld, on voit l’un des experts prendre appui sur la dimension évènementielle du trouble, saisi à l’acmé de ses effets, afin de s’autoriser sa qualification en « accident du travail », à rebours du jugement d’un de ses confrères : « On peut cependant admettre qu’il y a eu le 9 novembre 1953 un traumatisme ayant causé une douleur soudaine et violente à l’intéressé. » (Ibid.).

66À proprement parler, ce n’est pas un « traumatisme » qui a « causé une douleur soudaine et violente à l’intéressé », c’est bien plutôt ladite « douleur » qui figure pour « l’intéressé » le « traumatisme » qui lui a fait lâcher prise, l’obligeant à quitter son poste de travail. Dans le compte rendu de cet expert, les traits qui font l’« accident » sont déportés sur la « douleur », qu’il dote des qualités de « soudaineté » et de « violence ». C’est elle qui fait alors « événement », en tant qu’elle est tout à coup ingérable, mais il ne semble pas qu’elle ait été produite par un « événement » accidentel. Pour l’expert, il fallait néanmoins mettre la « douleur » à cette hauteur d’« événement » et la saisir au pic de ses effets, afin de qualifier le trouble ressenti en « accident du travail », en soulignant le caractère extraordinaire d’une « douleur » qui amena le travailleur à cesser son activité – comme s’il était sous le coup d’un brutal « accident du travail » (d’un « traumatisme ayant causé une douleur soudaine et violente », écrit l’expert).

67Ce détour par les problèmes que rencontrèrent les experts, à l’occasion du long parcours de la reconnaissance des TMS par la médecine et le droit du travail, permet d’éclairer les difficultés des victimes actuelles. Ces difficultés sont parentes des embarras qui entourent la qualification des TMS, en raison de leur étiologie (diffuse et progressive) et de leur symptomatologie (une douleur lancinante qui peut devenir insupportable et empêcher la réalisation de gestes très usuels). Du fait de ces propriétés, les personnes qui en sont affectées peuvent retourner contre elles-mêmes l’enquête qui mène à l’imputation (sur le double plan de la responsabilité et de la causalité). Cette dynamique récursive du jugement est bien illustrée par les propos de l’aide-ménagère. Malgré ses efforts à agrandir son « accident » au rang d’une cause efficiente, elle s’attribue immédiatement la responsabilité de son malheur. En effet, c’est autour de cette impression de s’être fait mal (à) elle-même, que sa narration prend forme. En dépit de la tentation du repli et du silence qu’induit son sentiment de culpabilité, c’est par là que s’ouvre son récit :

C’est un peu ma faute pourquoi j’arrive à ce stade-là. Je commençais à 8 heures du matin et je finissais à 8 heures le soir. Toute la journée, sans coupure, sans rien manger, toute la journée. Depuis longtemps mon médecin traitant, il me dit : « Madame P. »

68L’enquête sur les racines du mal tourne court. Focalisé sur le seul « accident » de sa chute, son questionnement s’inscrit dans une boucle récursive excessivement réduite, qui se referme aussitôt sur elle, sans faire le détour par des contraintes externes. Certes, son enquête rencontre bien l’idée d’une pression ou d’une contrainte, mais ce sont celles que cette dame dit avoir exercées sur elle-même, en se montrant trop dure au mal, indifférente aux alertes que lui envoyait son propre corps ou peu intéressée à quérir l’avis du corps médical : « J’ai jamais passé chez le médecin, moi. C’est pour ça que j’arrive dans cet état-là. » Si négligence il y a eu, elle en serait coupable, en ayant négligé sa santé. Les maux résultant de son activité salariée ne l’amènent donc pas à poser la question de ses conditions de travail et à rejoindre le plan de tels « problèmes publics ». Son « accident » n’est pas l’occasion d’une enquête prenant son « point de départ dans le fait objectif que les actes humains ont des conséquences sur d’autres hommes, que certaines de ces conséquences sont perçues, et que leur perception mène à un effort ultérieur pour contrôler l’action » (Dewey, 2003b, p. 61). La puissance de fascination répulsive qu’il exerce sur elle fait écran à l’allongement de son questionnement et lui barre l’accès au problème de l’injustice au/du travail (qu’elle ne constitue pas en objet d’expérience). Trop obnubilée par cet « accident », elle ne porte pas son regard plus en amont, vers les contraintes « oppressives » (Thévenot, 2011) qui cernent sa profession.

Conclusion

69En interrogeant l’optimisme des philosophies ayant nourri les sociologies des « problèmes publics », on a exploré la possibilité d’une inexpérience des victimes et de leur difficulté à participer d’un « public ». Au final, il se peut qu’on ait simplement rappelé des évidences : être victime, c’est être un patient avant d’être un agent ; le mal obscurcit l’attention au lieu de l’aiguiser, il peut aussi travailler souterrainement en deçà de toute perception ; la souffrance diminue des capacités plutôt qu’elle ne les augmente ; l’événement n’est pas toujours bienfaisant, il faut parvenir à en « encaisser » les coups avant de pouvoir en faire quelque chose ; mais il arrive aussi qu’il soit reçu comme un coup de grâce, et lorsque tout semble s’être écroulé d’un seul coup, c’est comme s’il n’y avait plus rien à (en) faire – pas même une enquête à son propos. C’est peut-être aussi pour ces raisons que des experts sont requis et qu’il ne faut pas tout attendre des victimes, ni d’un point de vue épistémique et cognitif, ni d’un point de vue politique et conatif : l’exigence de démocratisation des enquêtes (scientifiques et sociales) a ses limites, demander à ceux qui n’en ont plus la force d’y participer peut être contre-productif, voire cruel.

Bibliographie

Arendt Hannah (1972), La crise de la culture, Paris, Gallimard.

Breviglieri Marc (2002), « L’horizon du ne plus habiter et l’absence de maintien de soi en public », in D. Cefaï & I. Joseph (eds), L’héritage du pragmatisme, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, p. 319-336.

Breviglieri Marc (2008), « Penser la dignité sans parler le langage de la capacité à agir », in J.-P. Payet & A. Battegay (eds), La reconnaissance à l’épreuve. Explorations socio-anthropologiques, Toulouse, Septentrion Presses Universitaires, p. 83-94.

Cefaï Daniel (2007), Pourquoi se mobilise-t-on ?, Paris, La Découverte.

Chauviré Christine (2009), « Faillibilisme et fiabilisme chez Peirce », in C. Chauviré, A. Ogien & L. Quéré (eds), Dynamiques de l’erreur, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 19), p. 83-110.

De Blic Damien (2008), « De la Fédération des mutilés du travail à la Fédération nationale des accidentés du travail et des handicapés », Revue française des affaires sociales, 2/3, p. 119-140.

Deleuze Gilles (2006), Proust et les signes, Paris, Presses universitaires de France [1964].

Derrida Jacques (2001), « Une certaine possibilité impossible », in G. Soussana, J. Derrida & A. Nouss (eds), Dire l’événement, est-ce possible ?, Paris, L’Harmattan.

Derrida Jacques (2003), « Auto-immunités, suicides réels et symboliques », in G. Borradori, J. Derrida & J. Habermas (eds), Le « concept » du 11 septembre, Paris, Galilée, p. 133-196.

Dewey John (1922), Human Nature and Conduct, New York, Modern Library.

Dewey John (1993), Logique. Théorie de l’enquête, Paris, Presses universitaires de France.

Dewey John (2003a), Reconstruction en philosophie, Publications de l’Université de Pau, Farrago/Léo Scheer.

Dewey John (2003b), Le public et ses problèmes, Publications de l’Université de Pau, Farrago/Léo Scheer.

Dewey John (2005), L’art comme expérience, Publications de l’Université de Pau, Farrago/Léo Scheer.

Dewey John (2011), La formation des valeurs, Paris, La Découverte.

Dodier Nicolas & Janine Barbot (2009), « Itinéraires de réparation et formation d’un espace de victimes autour d’un drame médical », in J. Cultiaux & T. Périlleux (eds), Destins politiques de la souffrance, Toulouse, Éditions Erès, p. 101-119.

Gadamer Hans-Georg (1996), Vérité et méthode, Paris, Le Seuil.

Hatzfeld Nicolas (2009a), « Les maladies du travail face au déni administratif. La longue bataille des affections péri-articulaires (1919-1972) », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 56 (1), p. 171-196.

Hatzfeld Nicolas (2009b), « Maladies professionnelles : la reconnaissance des troubles musculo-squelettiques », Corps, 6, p. 47-59.

Heidegger Martin (1976), Acheminement vers la parole, Paris, Gallimard.

James William (2007a), Le pragmatisme, Paris, Flammarion.

James William (2007b), Essais d’empirisme radical, Paris, Flammarion.

James William (2007c), Philosophie de l’expérience, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond.

Joseph Isaac (2002), « Pluralisme et contiguïtés » in D. Cefaï & I. Joseph (eds), L’héritage du pragmatisme, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, p. 83-105.

Jullien François (2006), Du mal/du négatif, Paris, Le Seuil.

Jullien François (2009), Les transformations silencieuses, Paris, Grasset.

Levinas Emmanuel (1990), Totalité et infini. Essai sur l’extériorité, Paris, Le Livre de Poche [1971].

Levinas Emmanuel (1991), Entre nous. Essais sur le penser-à-l’autre, Paris, Grasset.

Levinas Emmanuel (1994), Les imprévus de l’histoire, Paris, Le livre de Poche.

Levinas Emmanuel (1999), Liberté et commandement, Paris, Le Livre de Poche.

Levinas Emmanuel (2001), En découvrant l’existence avec Husserl et Heidegger, Paris, Vrin.

Madelrieux Stéphane (2008), William James, l’attitude empiriste, Paris, Presses universitaires de France.

Madelrieux Stéphane (2010), « Le pragmatisme et les variétés de l’expérience », in L. Perreau (éd.), L’expérience, Paris, Vrin, p. 111-131.

Malabou Catherine (2007), Les nouveaux blessés, de Freud à la neurologie. Penser les traumatismes contemporains, Paris, Bayard.

Marion Jean-Luc (1997), Étant donné. Essai d’une phénoménologie de la donation, Paris, Presses universitaires de France.

Quéré Louis (2002), « La structure de l’expérience publique d’un point de vue pragmatiste », in D. Cefaï & I. Joseph (eds), L’héritage du pragmatisme, La Tour d’Aigues, Éditions de L’Aube, p. 131-160.

Quéré Louis (2006), « Confiance et engagement », in A. Ogien & L. Quéré (eds), Les moments de la confiance. Connaissance, affects et engagements, Paris, Economica, p. 117-142.

Renault Emmanuel (2004), L’expérience de l’injustice, Paris, La Découverte.

Ricœur Paul (1955), Histoire et vérité, Paris, Le Seuil.

Ricœur Paul (1983-1985), Temps et récit, 3 tomes, Paris, Le Seuil.

Ricœur Paul (2000), La mémoire, l’histoire et l’oubli, Paris, Le Seuil.

Ricœur Paul (2008), Écrits et conférences, 1. Autour de la psychanalyse, Paris, Le Seuil.

Romano Claude (1998), L’Événement et le monde, Paris, Presses universitaires de France.

Romano Claude (1999), L’Événement et le temps, Paris, Presses universitaires de France.

Romano Claude (2003), Il y a, Paris, Presses universitaires de France.

Stavo-Debauge Joan (2009), Venir à la communauté. Une sociologie de l’hospitalité et de l’appartenance, thèse de doctorat de sociologie, Paris, EHESS.

Stavo-Debauge Joan (2010), « Dé-figurer la communauté ? Hantises et impasses de la pensée (politique) de J.-L. Nancy », in L. Kaufmann & D. Trom (eds), Qu’est-ce qu’un collectif ? Du commn à la politique, Paris, EHESS (« Raisons Pratiques », 20), p. 137-171.

Stavo-Debauge Joan & Danny Trom (2004), « Le pragmatisme et son public à l’épreuve du terrain. Penser avec Dewey contre Dewey », in B. Karsenti & L. Quéré (eds), La croyance et l’enquête. Aux sources du pragmatisme, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 15), p. 195-226.

Thévenot Laurent (2011), « Powers and Oppressions Viewed from the Sociology of Engagements in Comparison with Bourdieu’s and Dewey’s Critical Approaches of Practical Activities », Irish Journal of Sociology, 19 (1), p. 35-67.

Zarader Marlène (2001), L’Être et le neutre, Paris, Verdier.

Zask Joëlle (1999), L’opinion publique et son double. 2. John Dewey, philosophe du public, Paris, L’Harmattan.

Zask Joëlle (2002), « Éthiques et politiques de l’interaction. Le self-government à la lumière du pragmatisme », in D. Cefaï & I. Joseph (eds), L’héritage du pragmatisme, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, p. 107-130.

Notes

1 Leur rapport au pragmatisme a été bien exploré ces dernières années. On distinguera le travail de Breviglieri (2002, 2008), qui met à l’épreuve les limites de la sociologie interactionniste (qui « fait de l’idéologie du pragmatisme le principe même de sa méthode ») dans l’analyse de situations où pointent de profondes incapacités à agir et interagir. Son attention à l’« effondrement du maintien de soi » et à la « perte de monde familier habitable » permet de poser une critique sur les exigences d’accès au domaine public et à certains cadres institutionnels de l’aide sociale dont les « vecteurs de reconnaissance » restent trop « fortement attachés à une valorisation directe et indirecte de l’expérience ».

2 La partie empirique se nourrit du chapitre d’un rapport remis à l’ANR, dans lequel j’ai analysé trente entretiens de victimes, contactées auprès de la FNATH (Fédération nationale des accidentés du travail et des handicapés) et interviewées par Anne De Blic. Ce travail enchaînait avec une enquête historiographique sur la FNATH, menée par Damien De Blic. Mon analyse a bénéficié de leur excellent travail.

3 L’immense littérature sociologique sur les « mouvements sociaux » (Cefaï, 2007), les « mobilisations » de victimes ou de malades ou sur les « luttes pour la reconnaissance », tourne autour de ce lourd présupposé. Sa remise en cause n’est donc pas sans portée.

4 Ce concept et les propos qui vont suivre n’ont pas été originairement confectionnés pour cette étude sur les victimes. Dans ma thèse, l’abord des philosophies de l’expérience visait à dégager l’ontologie de l’étrangéité qu’elles me semblaient receler, et le concept d’« encaissement » figurait les tensions de l’hospitalité et de l’appartenance (Stavo-Debauge, 2009).

5 Les victimes étant membres de la FNATH, certains diraient qu’elles sont donc mobilisées et participent du « public » des « problèmes » pris en charge par l’association. D’abord, en vertu de ses statuts, une adhésion formelle est requise pour recevoir conseil. Ensuite, l’appel à la FNATH témoigne de la faiblesse des victimes plutôt que de leur force, elles attendent un secours plus qu’un recours. Loin de vouloir se réapproprier leur histoire en usant de ses services, il s’agit souvent pour elles de s’en dessaisir auprès d’experts.

6 « C’est à cause de cet élément du “miraculeux” présent dans toute réalité que les événements, aussi précisément que nous les fassent prévoir la crainte ou l’espoir, nous laissent toujours sous le coup de la surprise. L’impact même d’un événement n’est jamais totalement explicable. » (Arendt, 1972, p. 220-221).

7 Voir, notamment, Levinas (1994, p. 178), Zarader (2001, p. 138), et Romano (1999, p. 231-232).

8 On trouve un trait similaire chez Peirce, pour qui « la perception est une confrontation directe, voire brutale, car “seconde”, du sujet avec l’altérité présentée dans le percept, un “clash” entre le moi et le non-moi », le « choc initial, irrésistible », figurant comme « la première étape du percept » (Chauviré, 2009, p. 94-95).

9 Sa théorie de la valuation fait fond sur un choc productif : « Tant qu’une situation ne connaît pas, ou n’est pas menacée par un choc et une perturbation […] il n’y a ni besoin, ni désir, ni valuation, tout comme en l’absence de doute, il n’y a pas de raison d’enquêter. » (Dewey, 2011, p. 151).

10 « Nos expériences perceptuelles » seraient « des expériences originellement fortes » (James, 2007b, p. 53). Sur son intérêt pour ce qui pousse l’organisme à ses limites, voir Madelrieux (2008).

11 Cette précipitation vers le positif se montre ici : « Une vérité ancienne, un fait nouveau – et hop, notre esprit trouve une vérité nouvelle. » (James, 2007a, p. 257).

12 Levinas fait un pas de plus et va du « bouleversement » au « traumatisme ». Débordant le « moi », au point de le « dé-poser », le « traumatisme » devient la source de la « générosité » et de la « bonté », du « pour-l’autre » ; « l’Autre intervient comme traumatisme, c’est là sa manière propre » (Levinas, 1991, p. 167). Voir aussi Levinas (1990, p. 198 ; 1999, p. 77 ; 2001, p. 326).

13 Pour Dewey, « toute expérience authentique » est « une épreuve », mais tout comme l’« expérience », cette « épreuve » semble à tout coup « instructive, sensible et active » (Madelrieux, 2010, p. 120).

14 Le choc tient d’abord à cette surprise – qui le reçoit ne le voit que rarement venir. S’il n’a pas pu l’esquiver ou en accepter les conséquences, il devra faire avec le coup porté par une chose qui ne conduit pas toujours aux « délices de la découverte » dont Dewey (2005, p. 172) attribuait l’intime connaissance au « chercheur scientifique », au « peintre » et au « poète ».

15 Sur la définition de l’événement par Derrida, voir Derrida (2001, p. 97).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search