Version classiqueVersion mobile

L’expérience des problèmes publics

 | 
Daniel Cefaï
, 
Cédric Terzi

Avoir l’expérience d’un problème public. Éprouver, ressentir, évaluer

La dimension sensible des problèmes publics1

La plate-forme d’observation du bayou et la viabilité d’un quartier de la Nouvelle-Orléans

Stéphane Tonnelat

Texte intégral

  • 1 Je voudrais remercier Jean Samuel Bordreuil et Anne Lovell pour l’invitation à travailler avec eux (...)
  • 1 L’introduction reflète mon contact initial avec le bayou. Au cours de cette première visite, j’ai e (...)

1John Taylor, un résident africain-américain d’une soixantaine d’années, casquette et barbe poivre et sel, passe ses journées sur le pont de bois surplombant le bayou Bienvenue d’un côté et le quartier du Lower 9th Ward de l’autre1. Il présente le bayou aux visiteurs. Il se souvient de son enfance, avant l’ouragan Betsy de 1965, lorsque l’eau était douce et qu’il allait pêcher entre les cyprès chauves dont on aperçoit aujourd’hui de vieilles souches dépasser de l’eau. « On ne voyait pas de l’autre côté, à l’époque, c’était une forêt. C’était couvert de nénuphars. » Puis il enchaîne, « Pour chaque mile de bayou planté, c’est deux pieds d’eau de moins lors des ouragans. Avant, le bayou s’étendait jusqu’à la mer, à 75 miles d’ici. Je vous laisse faire le calcul. S’il avait été encore vivant en 2005, les eaux de Katrina n’auraient pas débordé au-dessus des protections. Tout ça, c’est à cause du canal de navigation MRGO (Mississippi River Gulf Outlet) qui, à partir des années 1960, a relié le golfe directement au bayou, apportant d’importantes quantités d’eau salée auxquelles les cyprès n’ont pas résisté. Mais c’est aussi à cause du canal que d’abord les eaux de Betsy en 1965, puis de Katrina en 2005, se sont engouffrées dans le bayou, leur vitesse et leur force multipliées par son effet d’entonnoir. C’est d’ailleurs à cause de Betsy qu’on a construit ce mur de protection qui nous a séparés du bayou, qui nous a coupés de ses richesses, mais surtout qui nous a empêchés de voir sa mort progressive. Avant cette plate-forme, la plupart des gens du quartier, ceux qui sont plus jeunes que moi, ne connaissaient même pas l’existence du bayou. »

2Cette rencontre, en avril 2010, a été ma première leçon d’écologie deltaïque. Elle m’a éclairé non seulement sur des aspects techniques des phénomènes liés aux ouragans, mais aussi sur l’histoire des relations essentielles entre ce quartier très sévèrement touché par les inondations de Katrina et son environnement naturel.

Problèmes sociaux et problèmes publics

3Le rapprochement de deux dimensions particulières du problème causé par la catastrophe de 2005, les problèmes dits sociaux et les problèmes dits environnementaux, est ce qui rend cette plate-forme remarquable. En effet, dans les autres quartiers de La Nouvelle-Orléans, les questions environnementales ont assez rapidement été confiées aux institutions fédérales, nationales et locales en charge des infrastructures, tandis que les associations de quartier prenaient la responsabilité d’organiser le retour des résidents déplacés, de reconstruire avec l’aide d’organisations humanitaires le système de santé, et d’aider tant bien que mal à la reconstruction des logements. De fait, les questions urgentes et à moyen terme sont devenues des problèmes sociaux distincts, chacun déclinant une histoire naturelle marquée d’accidents singuliers. D’après l’approche de Spector et Kitsuse (1973, 2001), la construction des problèmes sociaux serait en effet marquée par un schéma récurrent de quatre étapes retrouvées dans presque tous les cas portés à la connaissance d’un public par « un groupe établissant des motifs de plaintes et de réclamations relatives à une condition présumée ». Dans ce cadre, le problème de la protection de la ville contre les inondations dues aux ouragans serait maintenant dans sa deuxième phase. Les symptômes ont été rendus visibles de façon dramatique par la catastrophe, et le travail acharné de nombreux individus et organisations de presse a permis d’identifier le problème comme un défaut de conception et d’entretien du système de digues entourant la ville (phase 1). Le Congrès fédéral américain a désigné l’institution fautive, l’Army Corps of Engineers, et l’a chargée de réparer les dégâts, tandis qu’une coalition d’associations à but non lucratif comme MRGO must GO s’est chargée de veiller à la bonne exécution des travaux (phase 2). Aujourd’hui, le problème serait en partie résolu par la forte diminution des plaintes. Le canal de navigation MRGO, par lequel s’étaient engouffrées les eaux du Golfe, a été fermé par une barrière de rochers. Les digues ont été réparées et une nouvelle protection a été construite à l’est de la ville. Pour de nombreux habitants de La Nouvelle-Orléans, ce problème est en cours de règlement, même si un doute important subsiste quant à la capacité de ce système à résister à un ouragan majeur. Le moindre défaut de cette infrastructure raviverait donc sans aucun doute le problème et le pousserait dans une troisième phase de contestation du système et, peut-être, dans une quatrième phase de conception de réponses alternatives.

Photo 1 : La plate-forme d’observation du bayou Bienvenue dans le Lower 9th Ward, La Nouvelle-Orléans. John Taylor y accueille les visiteurs. © S. Tonnelat 2010.

Photo 2 : Vue du bayou Bienvenue depuis la plate-forme d’observation. Remarquez les souches et les troncs nus de cyprès chauves. © S. Tonnelat 2010.

4Cette délégation du problème social à une institution pourtant contestée s’est faite d’autant plus aisément que les habitants de La Nouvelle-Orléans étaient pris dans une multitude de problèmes pressants et quotidiens qui ont mobilisé leurs énergies. Notamment, la mairie a adopté une politique qui a rendu les organisations sociales de quartiers responsables de l’obtention de la plupart des services publics et des aides au retour. Plusieurs autres problèmes sociaux importants ont ainsi été dénoncés, à l’échelle des quartiers et de la ville entière, comme les destructions illégales de maisons vides (Bordreuil, 2011), la prolifération de contrats de travail frauduleux, le manque d’accès aux soins médicaux, les obstacles aux aides à la reconstruction des logements, le manque de sécurité et l’absence de la police, la réouverture des écoles et des commerces, l’accès à une nourriture saine et bon marché, etc. Dans quelques cas, comme dans celui des services de santé, le problème social a suivi toutes les étapes de l’histoire naturelle, pour aboutir à un réseau de service humanitaire qui a en grande partie remplacé l’infrastructure publique maintenant démantelée (Lovell, 2011).

5Ainsi, les conséquences de la catastrophe de 2005 ont été progressivement distribuées en une variété de problèmes sociaux relativement disjoints, chacun suivant sa propre carrière. Cette division a empêché l’émergence d’une discussion publique sur les causes véritables des inondations et, du même coup, sur la viabilité de la ville à moyen et long terme.

6Cette limitation de la réflexion globale sur la ville et sur sa vulnérabilité aux inondations est, selon moi, due au manque de caractère public des problèmes sociaux soulevés par les événements. Chaque problème évoqué s’attache en effet à traiter des conséquences de Katrina comme symptômes, sans mener d’enquête sur leurs origines. Or il me semble que cette difficulté ne réside pas seulement dans les phénomènes observés, mais également dans la méthode d’analyse des problèmes sociaux. Spector et Kistuse expliquent que, lorsqu’une institution est mise en place pour traiter un problème social, le travail des groupes à l’origine de la dénonciation du problème change. Il ne s’attache dès lors plus à documenter et à diffuser la condition à traiter, mais à contrôler l’efficacité de l’institution chargée de la résoudre. Il y a donc une discontinuité entre le travail d’enquête qui a mené à la constitution du problème et celui qui consiste à essayer de rendre les institutions désignées comptables du problème (accountable). Souvent d’ailleurs, les groupes originels sont démoralisés par leur succès initial et par la perte du but collectif qui les avait mobilisés, et finissent par disparaître. D’autres groupes prennent alors le relais et assument la fonction de surveillance des institutions (watchdog). Ainsi, même dans le meilleur des cas décrits par Spector et Kitsuse, il existe une discontinuité entre l’observation et la constitution d’une condition à l’origine d’un problème et le traitement de cette condition. C’est cette disjonction entre les dimensions sensibles de l’expérience à l’origine de l’identification d’un problème et les dimensions institutionnelles censées le régler qui empêche le problème de devenir public. De même, l’absence d’analyse de cette disjonction est ce qui empêche la théorie constructiviste des problèmes sociaux de gagner une plus grande reconnaissance dans le monde universitaire étatsunien (Best, 2002). Comme le suggère Cefaï (1996), « certaines étapes de développement peuvent ne pas advenir, d’autres, décrites comme successives se produire simultanément ». Il me semble, en fait, qu’il faille que la première étape, dite de publicisation, reste constamment activée si l’on veut pouvoir parler de problème public. Cette nécessité avait d’ailleurs déjà été repérée par John Dewey, pour qui la solution se situe dans un processus continu d’enquête et de diffusion.

À moins d’être le fruit de méthodes d’investigation et d’une consignation incessante des faits, l’opinion publique est intermittente même si elle s’avère correcte. Elle n’apparaît que dans des mouvements de crise. Sa « rectitude » ne porte donc que sur une urgence immédiate. Mais son manque de continuité la rend fausse par rapport au cours des événements. Tout se passe comme si un médecin était capable de faire face momentanément à l’urgence d’une maladie mais ne pouvait adapter son traitement aux conditions sous-jacentes qui l’ont fait naître. Il peut alors « soigner » la maladie – c’est-à-dire faire que les symptômes alarmants du moment disparaissent – mais il ne modifie pas ses causes ; son traitement peut même conduire à une aggravation. Seule une enquête continue – continue au sens de persistante et connectée aux conditions d’une situation – peut fournir le matériel d’une opinion durable sur les affaires publiques. (Dewey, 2010, p. 276-277)

7Il arrive néanmoins que les conditions d’émergence d’un problème public soient réunies et relativement observables. Dans le cas présent, je voudrais décrire comment le processus d’enquête et de diffusion du problème de la viabilité du quartier du Lower 9th Ward (ci-après Lower 9) de La Nouvelle-Orléans s’est appuyé sur la construction et l’animation d’un petit espace urbain, la plate-forme d’observation du bayou Bienvenue. Je soutiens que cet espace, ainsi que Taylor, son « personnage public » (Jacobs, 1991) qui en assure l’animation, apportent au problème social de l’avenir du quartier la dimension sensible, ici la visibilité, qui permet d’établir une continuité entre l’enquête par la communauté locale directement concernée, les mesures prises par les institutions administratives et techniques en charge des infrastructures de protection contre les inondations, et un public à l’origine non concerné par les problèmes du quartier. Le plus remarquable dans cet exemple est l’importance du rôle joué par cette petite plate-forme d’observation. C’est grâce à elle, en partie, que la situation du Lower 9 dans la ville et dans le delta est devenue visible et discutable.

L’origine du problème : l’avenir incertain du Lower 9th Ward et l’injonction à prouver sa viabilité

8Depuis Katrina, le quartier du Lower 9, à 90 % habité par des Africains-Américains, est devenu à la fois le symbole du désastre qui a touché la ville de La Nouvelle-Orléans et des profondes inégalités raciales devant la vulnérabilité aux éléments. Le 25 août 2005 au matin, deux sections de la digue du canal industriel, la bordure ouest du district, ont lâché sous la pression des eaux apportées par l’ouragan. La vague a balayé les maisons sur plusieurs rues de profondeur. Puis le niveau de l’eau est monté rapidement, forçant les habitants non évacués à chercher refuge sur les toits des rares maisons de plus de deux étages, tandis que d’autres mouraient noyés sans pouvoir sortir de chez eux. Puis, pendant des semaines, l’eau a stagné dans la cuvette que forme le district entre les digues du Mississippi, du Canal et du bayou. Les maisons encore debout ont commencé à pourrir sous l’effet de la chaleur et de l’humidité. Isolé du reste de la ville par des ponts fermés par l’armée, le quartier a été plus ou moins abandonné à son sort. Alors qu’il a été submergé par des niveaux d’eau très importants, mais comparables à d’autres zones de la ville comme Lakeview, un quartier riche à dominante blanche, lequel est par endroits plus bas encore en dessous du niveau de la mer que le Lower 9, il est aussi rapidement devenu l’exemple d’un lieu qui n’aurait jamais dû être bâti, tant son terrain paraît à la fois hors de la ville et coincé entre différentes voies d’eau.

9Pourtant, le Lower 9 est également apparu, dans les médias et pour le reste de la ville, comme un des creusets de la culture si particulière à La Nouvelle-Orléans et qui, à elle seule, justifierait sa reconstruction (Regis, Breunlin, & Lewis, 2011). À cet égard, on pourrait dire que le Lower 9 est l’incarnation de l’épaisseur de la ligne qui partage la ville entre les terrains à abandonner (plus proches de la côte) et ceux à reconstruire, si bien décrite par Campanella dans son livre Bienville’s Dilemma (2008).

10Après Katrina, plusieurs actions ont contribué à sérieusement mettre en doute la pertinence même de l’existence de ce quartier. D’abord, les résidents ne furent pas autorisés à retourner dans leur quartier pendant trois mois après les inondations. Le programme Look and Leave de la ville et de la Croix-Rouge ne les autorisait qu’à visiter, en bus, leur ancien logement afin d’y retrouver ce qui était encore récupérable. Le colonel Terry Ebert, directeur pour La Nouvelle-Orléans du département du Homeland Security, aurait dit pour sa part : « Il n’y a rien du tout à sauver là-bas. » (Landphair, 2007). L’ambiguïté de cette petite phrase permettait de mettre sur le même plan les dégâts liés aux inondations et la réputation de forte criminalité du quartier. Dans une ville qualifiée de capitale du crime, le Lower 9 était la « capitale de la capitale du crime » (Scarf cité par Landphair, 2007). Il était donc difficile pour les résidents de défendre la reconstruction du Lower 9. D’une part, ils ne pouvaient se retrouver chez eux, d’autre part leurs arguments se heurtaient à la supposée désorganisation sociale du quartier. Par ailleurs, plusieurs personnalités scientifiques ont commencé à dénoncer l’absurdité d’une ville construite en dessous du niveau de la mer, suggérant de déplacer les populations les plus vulnérables afin d’éviter une répétition de la catastrophe. Pour ces chercheurs, le Lower 9 a pris valeur d’exemple. Ainsi en octobre 2005, un géographe de LSU (Louisiana State University), Craig Colten, soutient en direct à la radio publique nationale (NPR) une proposition de déplacement des populations vers les zones de plus grande élévation (Anonyme, 2005). En réponse, dans la même émission, la première voix pour soutenir la légitimité de la reconstruction est celle de Pam Dashiell, alors la présidente de l’association du quartier de Holy Cross, dans le Lower 9. Elle décrit la vie de son quartier comme celle d’un village soudé avec une forte tradition associative. Elle insiste aussi sur la forte proportion de propriétaires qui non seulement offrent une garantie de stabilité, mais aussi devraient être dédommagés en cas de déplacement. Puis, en réponse aux études de la commission municipale qui tendent à condamner le quartier, elle demande une enquête indépendante afin d’évaluer les causes des inondations et la viabilité du quartier.

11Pourtant, à l’hiver 2006, le district, comme quelques autres dans la ville, se voit qualifié de zone verte (green dot) dans les propositions de plan du BNOB (Bring New Orleans Back). Les résidents des quartiers touchés prennent très mal l’idée, avancée par des urbanistes environnementalistes, que leur quartier puisse être remplacé par une zone verte qui servirait de cuvette de rétention. Ce plan est rapidement abandonné devant les protestations de la ville entière. Mais il sert tout de même à justifier l’injonction du maire Ray Nagin, faite à tous les quartiers, de prouver leur viabilité, grâce à un plan de reconstruction ainsi que des chiffres sur les retours. Cette décision, qualifiée de politique du laisser-faire (Campanella 2008), a délégué à chaque district la responsabilité de sa planification à court et moyen terme. Elle a reporté la responsabilité des premières urgences sur les résidents, tandis que le problème de l’infrastructure anti-inondation était conservé par l’Army Corps of Engineers. Plusieurs quartiers, comme Broadmoor, ont alors fait preuve d’une capacité de planification et d’aide au retour remarquable, initiant, comme le dit Samuel Bordreuil (2010), une émulation mobilisatrice.

  • 2 Cette séparation était frappante lors des ateliers participatifs organisés en 2009 par la ville et (...)

12C’est à partir de ce moment que les carrières des divers problèmes sociaux ont commencé à diverger, notamment en raison de problèmes d’échelle. Focalisés sur leur communauté, les groupes de quartiers ont perdu prise sur les enjeux environnementaux à l’origine des inondations, demandant seulement la réparation des digues et des pompes de leur district2. Dans le Lower 9 cependant, l’avenir du quartier semblait encore bien incertain. De fait, encore aujourd’hui, les retours d’habitants exilés semblent difficiles tant les dégâts sont importants et les moyens financiers des ex-résidents limités. Le quartier, dans sa partie nord, la plus proche du bayou et la plus touchée, ressemble encore à un gigantesque terrain vague. D’après le recensement de 2010, seuls 4 500 habitants sur 18 000 seraient revenus dans le quartier après Katrina. Comment prouver à l’administration municipale que le quartier est viable si personne ne revient ?

  • 3 La plus médiatique de ces actions est probablement l’opération Make it Right, parrainée par l’acteu (...)
  • 4 [www.helpholycross.org/].

13Le Lower 9 a quand même répondu à l’injonction du maire. Il l’a fait, non pas par un retour en nombre, comme ailleurs dans la ville, mais en transformant le quartier, à travers différentes actions, en modèle écologique et culturel d’installation dans une zone inondable de delta de grand fleuve, le rendant ainsi exemplaire pour un grand nombre d’autres villes à travers le monde3. Les membres de la Holy Cross Neighborhood Association4, dont la présidente avait demandé une enquête sur les causes de l’inondation, ont lancé un grand nombre d’initiatives pour démontrer la viabilité du quartier. Ils ont notamment créé un très actif centre pour l’environnement et le développement durable. Contrairement à ce qui s’est passé ailleurs dans la ville, ce groupe a ainsi refusé de déléguer complètement les questions environnementales à l’Army Corps au profit des questions sociales plus pressantes (retours, logement, sécurité). Il a décidé de les lier et de faire de la résilience du quartier un problème public.

14Je voudrais maintenant décrire un des foyers de cette mobilisation à teneur écologique en me penchant sur le rôle apparemment mineur, mais que je crois très important, de la plate-forme en bois d’environ 15 m2 qui chevauche depuis 2008 un mur anti-inondation protègeant le quartier du Lower 9 des eaux qui pourraient déborder du bayou Bienvenue. Au lieu d’opposer les arguments sociaux et culturels des « reconstructeurs » à ceux de retour à la nature des « renonciateurs » (Campanella, 2008), je soutiens que cet espace public a permis de réconcilier les perspectives culturaliste (celle qui fonde la reconstruction sur l’existence d’une culture locale) et environnementaliste (qui soutient que les zones sous le niveau de la mer ne sont pas viables) en rendant publics à la fois une explicitation de la catastrophe passée et une proposition de remède au mauvais développement du quartier depuis les années 1960, à travers une histoire du quartier et du bayou, faite des souvenirs d’expériences des anciens, et un scénario de conjuration des catastrophes à venir.

L’émergence conjointe d’un problème public et d’un espace public

15L’histoire de cette plate-forme commence en janvier 2006, lorsqu’un groupe de professeurs et d’étudiants en paysagisme de l’université du Colorado anime un atelier dans le quartier sur le thème « Comment peut-on vivre ici ? » (Langhorst & Cockerham, 2008). Ils découvrent l’histoire de l’urbanisation de La Nouvelle-Orléans, qui s’est développée par tranches perpendiculaires au Mississippi. Traditionnellement, les constructions occupaient les terrains les plus élevés sur les berges du fleuve, lui-même au-dessus du niveau de la mer. Les cultures se développaient derrière les habitations, sur les terrains inondables. Le bayou, ou back waters, un marais d’eau douce, occupait l’arrière des parcelles, servant à la fois de protection contre les inondations et de ressource en bois de construction et en nourriture chassée et pêchée. C’est ainsi que le plan en damier s’est adapté au fleuve, distribuant les terrains en éventail autour de ses méandres.

  • 5 En 1923, l’ouverture du canal industriel isole une partie du 9th Ward du reste de la ville, qui dev (...)

16En 2006 pourtant, le bayou est absent. Il est invisible. Il a aussi disparu des mémoires. Cet oubli est bien sûr dû à l’absence de nombreux résidents qui ne sont pas revenus, mais il est aussi le résultat de politiques d’aménagement et de catastrophes qui ont fait fuir une bonne partie de la population au cours du xxe siècle, remplacée progressivement par des familles africaines-américaines majoritairement pauvres5.

17En étudiant une section du quartier perpendiculaire au fleuve, les étudiants s’aperçoivent que le bayou est caché derrière une triple barrière de broussailles, de voies ferrées et d’un mur de palplanches en acier. Quelques habitants de plus de soixante ans les aident à retrouver un accès. Celui-ci est tout de suite adopté par les résidents et activistes locaux. En juillet 2007, une nouvelle équipe d’étudiants organise un pique-nique de crabes bouillis (crab boil) devant la triple barrière. Le chemin est alors élargi et recouvert de tuiles par une autre association locale, Common Ground, et les habitants sont invités à grimper aux barreaux d’une échelle pour jeter un premier coup d’œil au bayou. En septembre, le sentier est encore amélioré par les volontaires du club Sierra. À cette occasion, les propos d’un habitant du quartier observant l’eau sont repris par le principal quotidien local, le Times Picayune : « Il y a toute une génération qui a grandi ici et qui ne savait pas que c’était là. Mais une fois qu’ils sont là, il est difficile de les faire partir. » (Reid, 2007). En parallèle, une équipe d’enseignants et d’étudiants en gestion de l’eau de l’université du Wisconsin, guidée par des résidents de longue date, s’intéresse à l’état sanitaire du bayou et à ses possibilités de restauration. Ils ont besoin d’un accès pratique pour prendre les mesures de salinité de l’eau. L’association de quartier Holy Cross, dans le Lower 9, encourage ces initiatives. Depuis la redécouverte du bayou, elle défend sa revitalisation comme un des objectifs de viabilité du quartier. Elle encourage aussi les anciens à rapporter les souvenirs utiles à ces ambitions. Steve Ringo, membre de l’association, est l’une des figures détentrices de ce savoir local (Geertz, 2002), repris par les universitaires et cité par un journal local.

Résident du Lower 9 de longue date, Steve Ringo se souvient de la période avant que le canal du Golfe au Mississippi (MRGO) n’inonde le bayou d’eau salée et décime les cyprès natifs et le marécage juste au nord du Lower 9. Il se souvient qu’il y avait alors plus de terres au sec que sous l’eau. Il se souvient de la chasse au canard le jour de Thanksgiving et de son voisin M. Jœy qui a attrapé un poisson orphie de 45 kg. Il se souvient aussi du moment où le mur d’acier a été construit autour du bayou après l’ouragan Betsy. « Ce qui s’est passé quand ils ont construit ce mur – je l’appelle le mur de Berlin – c’est qu’il a séparé le bayou du quartier », dit-il. « Aujourd’hui, quand on dit aux jeunes qui ont grandi ici qu’on va restaurer le bayou, ils disent, quel bayou ? » (Wiltse, 2007 ; traduction de l’auteur)

18À la suite de ces initiatives, la rénovation du bayou est listée en troisième place des projets à mener en priorité dans le Lower 9 par l’association de quartier. Cette nouvelle priorité est d’autant plus significative que le bayou ne figurait pas dans le plan de développement durable produit en 2006 par les mêmes personnes, aidées par des professionnels. Encouragée, l’équipe de paysagistes a conçu un projet de plate-forme d’observation et fait apporter tous les matériaux du Colorado. Mais le Levee District, administration de l’État de Louisiane, responsable du mur anti-inondation, prend peur. Il menace l’université de poursuites si la plate-forme est construite. L’association Holy Cross prend alors sa défense et active des soutiens politiques, tandis que les matériaux sont stockés dans une caserne de pompiers. Un architecte local renommé assure que le projet ne menace en rien l’intégrité structurelle du mur. Le projet se contente en effet d’enjamber élégamment la barrière d’acier tout en posant ses pieds sur les cailloux du ballast, sans aucune fondation. Après six mois de négociation, le Levee District accepte de fermer les yeux. Fin janvier 2008, la plate-forme est construite par les étudiants et leurs professeurs revenus spécialement du Colorado, pendant leurs congés. Jœrn Langhorst, enseignant paysagiste, se souvient :

Il faisait froid et il y avait du vent. Et les conditions matérielles étaient difficiles. On ne pouvait pas aller à Home Dépôt [un grand magasin de bricolage]. Ils disaient qu’il fallait attendre trois semaines pour recevoir les outils. Alors on a demandé aux gens de nous prêter leurs outils. Aussi, une autre organisation, Common Ground, nous a envoyé tout un groupe de gens. Mais il n’y avait pas beaucoup de place et une partie du travail était de trouver des choses à faire pour ces gens. Nous avons monté les dernières pièces vers 11h 30 du soir et nous sommes partis en avion le lendemain matin à 6h 00. (Communication personnelle)

19Dès son ouverture, la plate-forme, laissée ainsi disponible par ses concepteurs, devient un lieu important dans le Lower 9. Les activistes s’en servent pour emmener les habitants et les visiteurs se rendre compte par eux-mêmes de la connexion du quartier au bayou et à l’écologie du Delta. En novembre, une conférence sur l’avenir du bayou rassemble des activistes, des résidents et des universitaires. Parmi ceux-ci se trouvent les étudiants du Wisconsin qui y présentent leurs premiers travaux, réalisés l’année précédente sur l’état sanitaire du bayou et sur son histoire (Wold, 2008). Leur rapport, daté d’août 2008, présente notamment une série de photos aériennes du bayou, prises entre 1933 et 1989 (Water Resources Management Practicum, 2007, 2008). La première photo montre une couverture d’arbres dense, seulement percée par un fin canal. La dernière révèle un plan d’eau dégagé entouré de murs et d’un gigantesque canal. Ce travail de recherche, repris par d’autres chercheurs (Freudenburg et al., 2009), reconstitue l’histoire de la dégradation du bayou. En particulier, il établit clairement la responsabilité du canal MRGO dans les intrusions massives d’eau salée et la mort des cyprès à partir des années 1960. De fait, ce rapport reprend ce que des habitants savaient déjà, sans avoir jamais pu le prouver. Entre le travail des scientifiques, la mémoire des anciens et la nouvelle visibilité offerte par la plate-forme, l’argument semble convaincant. De nombreuses photos et reportages circulent d’ailleurs sur le web, filmés depuis la plate-forme et exposant la nature des causes de la vulnérabilité du quartier. En décembre 2008, deux activistes du quartier, Pam Dashiell, directrice du Center for the Environment and Sustainable Developement, et Darryl Malek-Wiley, membre du club Sierra, sont par exemple filmés sur la plate-forme par la chaîne ABC 26, une filiale locale de la chaîne nationale, pour expliquer les enjeux de la restauration du bayou. On y apprend que ces résidents ignoraient l’existence du bayou avant Katrina. Pourtant, ils en parlent comme s’ils l’avaient toujours connu. « C’était un magnifique et fertile marais de cyprès. » Leur détermination apparaît aussi renforcée par la visibilité de la scène qui sert de fond au reportage. « La dégradation de ce qui protégeait les gens autrefois est quelque chose qu’on ne peut pas laisser faire », dit Pam. « Avec cette eau libre, cela augmente la possibilité d’inondation du Lower 9th Ward. Avec des cyprès en bonne santé, cela aiderait à réduire la montée des eaux […] Si tous ces arbres avaient été là et si Mr Go n’avait pas été là, je pense que nous n’aurions pas eu les mêmes dégâts avec Katrina », dit Malek-Wiley (Morcos, 2008). À cette époque, une souche de cyprès visible depuis la plate-forme apparaît sur de nombreuses photos du bayou. Sa forme en V permet de reconnaître le site depuis lequel le cliché a été pris. On la retrouve par exemple dans un pamphlet de l’organisation MRGO must GO pour la rénovation des zones humides du delta.

20Mais la plate-forme ne sert pas qu’à la prise de conscience sur l’origine de l’augmentation des risques d’inondation. Elle permet aussi de donner de la consistance aux témoignages rapportés par les étudiants de l’université du Wisconsin sur la chasse et la pêche de quelques anciens, notamment John Taylor, aussi surnommé l’Homme des Marais (Swamp man) (Water Resources Management Practicum, 2008, 2009) :

Quand on avait six cents, on achetait trois cartouches et on allait pister un lapin, le surprendre, le tuer, rentrer à la maison et le manger. Ou on le vendait à quelqu’un pour $ 1,50 sur le chemin du retour et on s’achetait une bouteille de vin ou de bière ou ce qu’on voulait. C’était un mode de vie. Ce n’était pas un sport. (John Taylor)

21Dans le même rapport, d’autres résidents établissent une connexion plus directe entre le sort du quartier et celui du bayou. Ainsi McClendon, fondateur du Lower 9th Ward Village (community center) et résident originaire du Lower 9th Ward :

J’ai été élevé ici et c’était une partie importante du quartier parce qu’on en avait besoin. Parce qu’on allait pêcher des crabes, on allait pêcher du poisson, on y faisait du canoë. Ça nous rendait indépendants. C’est comme le proverbe. Ils disent : tu peux continuer à me donner du poisson, ou tu peux m’apprendre à pêcher. Dans ce bayou, on apprenait à pêcher. On apprenait à survivre. Si on ne le récupère pas, je pense qu’on perd la part la plus précieuse du quartier. Pour faire revenir le quartier, il faut faire revenir le bayou.

22Ainsi, la dégradation du bayou, outre la disparition des protections naturelles du quartier, en vient-elle aussi à expliquer la perte d’une autosuffisance alimentaire qui, jusqu’aux années 1970, avait mitigé les effets de la pauvreté. Après Katrina, dans un quartier où il n’y a aucun commerce de nourriture fraîche, la question prend pour certains universitaires une dimension de justice sociale et spatiale évidente (Ross & Zepeda, 2011). En perdant les ressources du bayou, les habitants du quartier ont également perdu des moyens matériels de subsistance, ce qui a aggravé leur vulnérabilité. Pour l’association de quartier Holy Cross, il ne s’agit d’ailleurs pas seulement de nourriture. Le bayou peut aussi être vu comme une nouvelle ressource de développement économique. Des plans soumis par des écoles de paysagisme proposent d’élargir la plate-forme afin d’accueillir un centre d’éducation à l’environnement en milieu deltaïque. Ils suggèrent aussi d’utiliser la voie ferrée pour faire venir les touristes du Carré français, de l’autre côté du canal industriel.

23Dès 2008, l’enquête locale sur les causes de la vulnérabilité du quartier aux inondations est ainsi terminée. Ses résultats sont utilisés pour reporter la faute sur le canal MRGO et ainsi défendre la reconstruction du quartier. Mais les résidents et les chercheurs ne s’arrêtent pas là. Ils veulent retrouver leurs défenses et leurs ressources naturelles (et, du même coup, celles de la ville en général) afin de prouver la viabilité à moyen terme de leur quartier. Pour cela, il leur faut mener une nouvelle enquête sur la possibilité de restaurer le bayou dans son état planté de cyprès. Là encore, la plate-forme se révèle cruciale.

La poursuite de l’enquête et les dimensions sensibles du problème public

24Face aux conséquences de Katrina et aux mobilisations massives qui ont suivi, le Congrès a voté le financement de la fermeture du canal MRGO qu’il a imposée à l’Army Corps, lequel s’apprêtait plutôt à le draguer une nouvelle fois pour le maintenir en état de fonctionnement (Freudenburg et al., 2009). Ce projet est complété à la fin de l’année 2009 par une immense barrière de rochers. Un mur anti-inondation plus proche de la ville est aussi construit sur le canal. En 2007, le Congrès autorise aussi la déviation d’une partie du Mississippi pour apporter de l’eau douce au bayou Bienvenue, au niveau de la paroisse Saint-Bernard, voisine du Lower 9. Mais il ne vote pas ces financements complémentaires aux travaux d’infrastructure de protection. L’Army Corps dépose alors un plan de rénovation du bayou du Lower 9 auprès d’un organisme dépendant de l’État de Louisiane (CWPPRA), mais financé par l’État fédéral qui sélectionne chaque année des projets de rénovation de zones humides, soumis par des collectivités ou par les antennes locales des administrations nationales et fédérales. Partenaire de ce plan, le Water and Sewerage Board de La Nouvelle-Orléans propose un plan de désalinisation de l’eau du bayou, en y déversant les effluents traités d’une station d’épuration visible depuis la plate-forme. L’Army Corps propose, de son côté, de dévier une partie de l’eau du Mississippi vers le bayou, afin de l’alimenter en eau douce et de draguer les boues du fond du lac Borgne, voisin, pour remonter le terrain du bayou et faciliter la croissance des plantes semi-aquatiques. Le projet atteint les phases ultimes du processus de sélection, mais il n’est finalement pas retenu. D’après l’étude de l’université du Wisconsin, cet échec du projet, si près du but, serait dû à un manque de coordination entre les nombreuses parties intéressées. L’étude a notamment exhumé un plan du bayou montrant son découpage en de nombreuses parcelles qui, bien qu’immergées, sont encore la propriété de résidents, d’institutions publiques ou de compagnies privées. John Taylor confirme ce découpage en affirmant qu’il est lui-même propriétaire d’une partie du bayou qu’il a héritée de ses parents. Il ajoute qu’il serait difficile de retrouver tous les propriétaires.

25Mais les volontaires et les activistes du quartier ne se découragent pas. Ils décident de mener leur propre enquête afin de surveiller l’évolution du bayou. En juin 2009, les étudiants en gestion de l’eau du Wisconsin installent des radeaux de plantations afin de tester la viabilité de diverses sortes de plantes d’eau saumâtre, première étape avant les arbres. Cette initiative est présentée par un nouveau film diffusé sur Internet. À partir de cette période, la photographie de la souche en V s’enrichit d’une tache de végétation dont la couleur varie avec les saisons. Pour les personnes informées, l’apparition de cette tâche est l’indicateur qui permet de mesurer la désalinisation progressive de l’eau du bayou après la fermeture du canal MRGO.

26Un autre groupe construit un stand d’information, reproduisant les photos de la dégradation progressive du bayou et montrant l’état initial à recouvrer. Le même mois, le Times Picayune publie une liste de lieux à découvrir à La Nouvelle-Orléans (Reid, 2009). La plate-forme y figure en neuvième position. Les touristes et visiteurs en tous genres s’y succèdent. Elle fait désormais partie du circuit du Lower 9, avec l’opération Make it Right, la brèche dans la digue du canal industriel, la maison du célèbre pianiste Fats Domino, le musée de la Culture locale de Ron Lewis (Breunlin, 2009) et le « Village » communautaire de Mack McClendon. Ce dernier accueille d’ailleurs des ateliers sur la rénovation du bayou, animés conjointement avec l’école de paysagisme de l’université de l’État de Louisiane (LSU). Par ailleurs, le problème du bayou commence à devenir populaire dans le quartier. Lors de l’atelier participatif d’urbanisme organisé par la ville et le cabinet Goody Clancy, en avril 2009, pour faire approuver le nouveau plan de zonage, trois femmes noires d’une soixantaine d’années, assises à ma table, décrivent leur quartier avant Katrina comme plein de vie. Contrairement aux habitants des autres quartiers cependant, elles ne demandent pas seulement sa reconstruction à l’identique, mais également un plan de restauration du bayou Bienvenue.

Photo 3 : Still Water at the bayou Bienvenue – Photo Darryl Malek-Wiley, mars 2011. Source www.helpholycross.org

27L’importance de la plate-forme est aussi révélée par un incident mineur. Lorsqu’une partie brûle par accident en juin 2009, elle est aussitôt reconstruite par les ouvriers de Make it Right et améliorée par l’ajout d’une pergola et de marches pour descendre jusqu’à l’eau du bayou. À l’automne 2009, elle reçoit successivement la visite du patriarche œcuménique orthodoxe d’Istanbul Bartholomée, venu prendre la mesure des progrès et bénir les eaux, et de Nancy Sutley, directrice du conseil de la Maison-Blanche pour la qualité environnementale, venue assurer les résidents du soutien du président des États-Unis, Barak Obama, en visite à La Nouvelle-Orléans. Ces visiteurs sont tous deux accueillis par John Taylor, qui leur donne la leçon d’écologie deltaïque, maintenant bien rodée, mentionnée en début d’article. La présence d’une aigrette installée à demeure sur les radeaux de plantations est alors prise comme un signe encourageant par les résidents.

28Mais en 2009, les fonds ne sont toujours pas acquis pour la restauration du bayou. La coalition d’organisations environnementales, MRGO Must GO, a atteint son but emblématique avec la fermeture du canal et doit procéder à une redéfinition de ses objectifs. Il s’agit de soutenir un nouveau projet de financement porté par l’Army Corps. Cette fois cependant, l’implication des stakeholders, c’est-à-dire de la communauté locale, est pensée comme nécessaire pour gagner l’assentiment du panel d’experts nommés par l’État. Amanda Moore, employée de la National Wildlife Federation, responsable de la coalition et interlocutrice privilégiée de l’Army Corps, raconte que c’est précisément la plate-forme qui leur fournira l’occasion de faire entrer l’association de quartier dans le jeu des acteurs institutionnels.

Ils m’ont appelée, il y a quelques années, pour me demander une estimation du nombre de visiteurs. C’était un homme de l’Army Corps, un auquel je n’avais jamais parlé. Il me dit « Bonjour, j’aimerais savoir combien de personnes visitent cette plate-forme par semaine », ou quelque chose du genre. Alors je lui réponds, « Est-ce que vous êtes en train de faire une analyse coûts/bénéfices de cet espace là-bas ? » Et il me dit oui. Je dis « Ok. Donc vous êtes en train de préparer une rénovation de cet espace de détente. Est-ce que vous avez parlé avec des gens du quartier au moins ? » Et il me dit non. Alors j’ai dit « C’est très bien que vous ayez décidé d’améliorer cette plate-forme de loisirs, mais si vous le faites sans tenir compte des volontés du quartier, cela ne se passera pas bien, du tout. » C’est ainsi que je leur ai fait rencontrer des gens. C’était au Village, chez Mack, la première fois. Et il a fait asseoir des gens du quartier avec les Army Corps. Et puis ils ont eu d’autres réunions après cela. (Conversation téléphonique avec Amanda Moore, juillet 2011)

29Sans prétendre interférer avec les plans plus larges des institutions fédérales, les concepteurs, promoteurs et usagers de la plate-forme d’observation, ont ainsi permis aux habitants mobilisés du Lower 9 de faire entendre leur interprétation de la catastrophe et leur désir de réhabilitation du bayou. Incidemment, ce coup de téléphone montre aussi comment cet espace d’observation du bayou forme un lien qui rompt la discontinuité entre les étapes d’émergence et de traitement du problème social de la vulnérabilité de la ville aux inondations.

30Comment la plate-forme a-t-elle progressivement acquis une telle importance dans le projet de rénovation du bayou, tant pour les habitants du quartier que pour les institutions ? Il me semble que la visibilité offerte par cet espace sur une étendue d’eau percée de troncs d’arbres morts ne prend tout son sens que dans le contexte qui a pris forme à la suite de Katrina. Grâce aux explications tirées du travail de nombreuses personnes, locales et bénévoles, ce que les visiteurs « voient » n’est pas seulement une image, mais une interprétation des causes des inondations sur le long terme. Ce faisant, ils envisagent d’autant mieux la possibilité de rénovation du bayou comme une solution évidente, puisque directement observable depuis la plate-forme. C’est comme si l’explication seule, ou la vision seule, ne suffisait pas. C’est ce que des élèves expliquent lors d’un forum organisé par l’Environmental Defense Fund dans l’école du quartier en août 2009.

Aujourd’hui, on a besoin d’impliquer plus de monde. Et la meilleure façon pour beaucoup de gens de le découvrir [le bayou] n’est pas de lire sur le sujet. Les gens ont besoin de voir ce qui se passe. De voir les arbres morts au milieu de l’eau si près de la ville au lieu de le lire. Ils ont besoin de cette expérience6.

31Amanda Moore explique aussi qu’elle fait venir autant d’élus que possible sur la plate-forme afin de les exposer à cette expérience. D’après elle, ces conseillers municipaux, présidents de paroisse, députés de l’État et autres, sont beaucoup plus réceptifs après la visite et lorsque la question des zones humides est discutée dans leurs assemblées respectives. Dans ce cas précis, en plus d’impliquer la communauté locale, l’organisation qui sert d’organe de contrôle (watchdog) au problème de la rénovation côtière utilise la médiatisation de la plate-forme pour élargir le cercle des publics désormais concernés. C’est donc l’observation sensible de la condition à traiter qui maintient le problème public et lui donne des chances d’être pris en considération par les instances décisionnelles.

Le public comme configuration de rôles et la place du personnage public

32Si la catastrophe de Katrina a suscité une communauté de destin rassemblant toutes les personnes touchées par les conséquences des événements de 2005, celle-ci est visiblement insuffisante pour mobiliser les instances gouvernementales en vue d’apporter un remède au risque récurrent d’inondation de La Nouvelle-Orléans. Pour impliquer de façon active des personnes indirectement concernées par la catastrophe, il faut en plus que cette communauté réussisse à transformer la nature du régime de l’expérience, pour passer d’un mode passif à un mode cognitif qui implique une enquête (Quéré, 2003). C’est précisément ce que les habitants et bénévoles du Lower 9 ont fait. Ils ont construit « un espace commun d’enquête, de communication, de discussion, polarisé par une visée de régulation des conditions des activités sociales » (ibid., p. 133). Celui-ci leur a permis d’acquérir un point de vue collectif sur l’histoire du quartier et sa situation dans la ville et dans le delta, ainsi que d’élaborer des scénarios d’actions pour influencer le cours des choses dans un sens nouvellement imaginé. Dans cette enquête, la plate-forme a fourni les signes et les symboles sur lesquels l’expérience a pu se fixer et devenir perceptible pour une réinterprétation des événements passés et une prévisualisation des devenirs possibles. Elle a ainsi rendu possible une forme de « redéfinition de la situation » (Thomas, 1923), mais avec des dimensions d’emblée partagées. À cet égard, cet espace est le résultat d’une action collective qui a associé dans un même régime d’expérience cognitive à la fois des habitants directement affectés par la catastrophe et des bénévoles venus à l’origine pour traiter une situation d’urgence. Ils constituent ce que Louis Quéré appelle « une communauté virtuelle d’intérêt et d’action [qui] se substitue alors à la communauté de destin et aux formes moins médiatisées d’association qui la caractérisent » (Quéré, 2003, p. 133).

33Mais cette communauté, pour publique qu’elle soit, n’est qu’un échelon d’un public plus large encore, constitué par les nombreux visiteurs, anonymes, officiels et célébrités, qui viennent tous les jours découvrir, de leurs propres yeux, les relations entre le Lower 9 et son environnement naturel. Le public du bayou et de la viabilité du quartier n’est donc, au final, pas seulement une entité indiscernable de personnes indirectement concernées par cette question, comme le serait un public fantôme (Lippmann, 1927), ni une communauté d’intérêts circonscrite au problème. Certes la diffusion dans les médias a joué un rôle dans la constitution du problème et sa prise en compte par les institutions au plus haut niveau de l’État fédéral. Mais cette diffusion – et son audience – ne sont qu’un des éléments de la configuration de personnes impliquées. Cette dernière compte aussi des membres de la communauté de destin originelle, des bénévoles venus les aider, ainsi que des officiels divers et variés. Chacune de ces catégories joue, en fin de compte, un rôle particulier dans la constitution et l’animation d’un problème public qu’elles construisent comme une action collective.

  • 7 Sur l’importance de la saleté et de la visibilité dans l’aménagement urbain, voir Tonnelat (2008).

34Au sein de cette configuration, je voudrais me pencher encore un peu sur le travail de John Taylor, le résident évoqué en introduction. On a déjà vu que Taylor avait accueilli l’envoyée de la Maison-Blanche et l’archevêque orthodoxe. Il accueille, de même, tous les jours, de nombreux visiteurs anonymes, conseillers municipaux et autres officiels. Par ses discours, il est celui qui donne sens à la visibilité du bayou en enrichissant le régime d’expérience sensible d’une interprétation cognitive. Dans un sens plus goffmanien (Goffman, 1991), il est celui qui dresse le cadre des interactions qui prennent place sur la plate-forme. Il définit du même coup des ordres de pertinence qui font saillir, sous la forme de « prises » (Gibson, 1979), des éléments particuliers du paysage visible. Grâce à lui, les arbres morts ne sont pas seulement des souches et des troncs nus dépassant de l’eau, mais les restes d’un bayou luxuriant que les aménagements de l’homme dans le delta ont progressivement détruit. Les petites plates-formes d’herbes flottantes deviennent des mesures des progrès vers la restauration de ce bayou dans son état initial des années 1950. Cette circulation d’informations fait de John Taylor un personnage public au sens de Jacobs (1991). Pourtant, à la différence du buraliste du coin de la rue, ou du vendeur de journaux récupérés dans les poubelles de la Sixième Avenue de New York (Duneier, 1999), John Taylor n’est pas un généraliste concerné par la vie quotidienne du quartier. Il est plutôt un acteur de pointe dans la configuration de rôles qui forme la communauté d’intérêts et d’action autour de la question de la viabilité du quartier. Tout comme le problème, le rôle de Taylor s’est construit avec l’enquête sur le bayou. Il a d’abord été une personne-ressource et un destinataire pour le travail des étudiants en paysagisme et en management de ressources en eau lorsqu’il les a aidés à retrouver des accès au bayou et qu’il leur a raconté sa lente dégradation. Puis il est devenu le gardien autoproclamé de la plate-forme nouvellement construite. Il s’est donné pour mission non seulement de diffuser l’information, mais aussi d’entretenir et d’embellir la plate-forme. Alors que les équipes d’entretien avaient cessé de passer la tondeuse et de ramasser les ordures le long de la portion de voies ferrées en face de la plate-forme, à cause des pierres installées pour stabiliser les premières marches, Taylor a pris leur relais. Il l’a fait non seulement pour que l’aspect des lieux soit accueillant, mais aussi parce qu’il savait que toute accusation de désordre et de saleté remettrait en cause l’autorisation informelle accordée par le Levee district7.

35Par ailleurs, les mesures de salinité de l’eau et les plates-formes d’herbes flottantes ne sont pas des indicateurs très suivis, ni très fiables de l’évolution du bayou depuis la fermeture du canal MRGO. À l’inverse, Taylor est non seulement un très bon observateur de la vie sauvage, mais il est aussi présent de façon quasiment quotidienne sur les lieux. C’est pourquoi en 2010, l’association de quartier Holy Cross a décidé de l’embaucher à temps partiel. Cette reconnaissance du travail d’accueil et d’entretien qu’il avait déjà mené bénévolement durant deux ans se double d’une nouvelle mission. L’association lui a confié un appareil photo performant avec lequel il documente l’évolution de la vie sauvage. En 2011, il a ainsi montré le retour de deux animaux emblématiques du bayou : une famille de tatous se promenant sur la berge et un petit alligator. Taylor utilise ainsi l’expérience acquise dans sa jeunesse pour nourrir l’enquête sur la restauration du bayou. Outre un possible retour à une forme de subsistance par la chasse et la pêche défendu par certains environnementalistes, son savoir local est donc aussi et surtout une mesure de la condition reconnue par tous comme étant à l’origine de la vulnérabilité du quartier. À ce titre, Taylor ne fait pas seulement circuler l’information, il mène aussi une enquête continue sur la santé du bayou, qui permet aux habitants et aux associations d’avoir une prise directe, non médiatisée par l’Army Corps, sur les changements environnementaux dans le delta du Mississippi. Ainsi, en plus de servir de lieu de mobilisation et de visite pour la coalition environnementaliste de défense de la restauration des zones humides, la plate-forme est aussi un lieu d’enquête qui maintient une mobilisation continue à l’échelle locale. Elle permet par conséquent au problème social de la vulnérabilité de la ville aux inondations de demeurer en même temps dans sa première phase de publicisation du problème et dans sa deuxième ou troisième phase de traitement du problème par une institution et de surveillance du travail de celle-ci (Spector & Kitsuse, 1973). Alors que la coalition surveille les mesures prises par l’Army Corps, John Taylor et le public de la plate-forme observent les conséquences de ces mesures. Il n’y a donc pas de discontinuité entre les dimensions sensibles de la constatation du problème, sa publicisation par les acteurs locaux et le traitement institutionnel du problème. La plate-forme sert en effet à la fois à sensibiliser un public et des acteurs officiels à travers les médias et les visites, à améliorer les chances de financement du projet de rénovation porté par l’Army Corps, et à surveiller le résultat du travail de ces derniers.

36Finalement, l’enquête sur le bayou et son rôle dans la catastrophe de Katrina s’est progressivement transformée en enquête sur le processus de rénovation en cours. C’est cette boucle de rétroaction que la visibilité augmentée de la plateforme permet et qui transforme le problème social en problème public et le maintient en tant que tel.

Problème public et espace public

37Il faut maintenant revenir sur la distinction entre problème social et problème public. Un problème public n’est pas un type de problème social, mais plutôt un mode de développement de ce problème, congruent avec une théorie de l’enquête propre à la posture pragmatiste. Dire qu’un problème est public est du même ordre que dire d’un espace qu’il est public. C’est une façon de prendre la mesure de l’émergence, au cours de l’avancement du problème et dans son espace de débat et d’expérience, d’un certain nombre de principes normatifs. C’est avant tout celui de la continuité de l’enquête, depuis la dénonciation d’un problème jusqu’aux étapes ultérieures de son traitement, qui a été mis en évidence tout au long de cet article. Cette pérennité est garantie non seulement par la constitution d’une communauté d’enquêteurs locaux, connectée aux expressions sensibles du problème, mais aussi par celle d’un auditoire, sorte de « public fantôme », directement ou indirectement concerné, qui a pour rôle d’agir comme témoin. Isaac Joseph appellerait ce cercle élargi, la « communauté des non-dupes », ceux à qui on ne la fait pas. C’est lui qui, le premier, a pointé la correspondance normative entre l’enquête chez Dewey et l’expérience de l’interaction en public de Goffman. Dans le Lower 9, cette articulation est particulièrement visible chez les paysagistes volontaires qui ont conçu et construit la plate-forme. Leur position originelle, certes empreinte d’incertitude, était plutôt celle d’environnementalistes scientifiques pour qui la situation du quartier, au-dessous du niveau de la mer, était une erreur de jugement. En témoigne le titre de leur premier atelier, « Pourquoi quelqu’un déciderait-il de vivre dans un endroit pareil ? », teinté d’un doute à l’époque partagé par les médias, qui sera progressivement transformé en « Comment peut-on vivre ici ? ». Leur conviction s’est formée progressivement, à partir de ce doute, à travers l’enquête qui les a d’abord menés à rencontrer les habitants du quartier, puis à reconstruire avec eux l’accessibilité au bayou afin de faire connaître à d’autres un cheminement sensible et intellectuel similaire au leur. Joseph s’inspire de Dewey pour montrer qu’un sens moral est articulé à une intelligence de l’enquête.

Il faut trouver le bon cours d’action. Du coup, l’enquête se précise : elle consiste à observer dans le détail ce dont la situation est faite ; analyser les différents facteurs qui interviennent ; mettre au clair ce qui est obscur ; faire le décompte des traits les plus marquants et les plus vivaces ; examiner les conséquences des différents modes d’action qui se suggèrent eux-mêmes ; considérer sa décision comme une hypothèse ou une tentative tant que les conséquences anticipées ou supposées qui ont conduit à l’adopter n’ont pas été confrontées aux conséquences effectives. Cette enquête est intelligence. Nos fautes morales sont ramenées à la faiblesse de nos dispositions, à l’absence de sympathie, au parti pris partial qui nous fait juger du cas concret à la hâte ou de manière erronée. Une sympathie élargie, une véritable sensibilité, une constance face à ce qui est désagréable, un équilibre des intérêts nous permettant d’entreprendre intelligemment le travail d’analyse et de prise de décision constituent les traits distincts de la moralité – les vertus de l’excellence morale. (Dewey, 2008, cité et traduit par Joseph, 2004, p. 32)

38Mais Joseph défend aussi l’idée que cette intelligence se fonde dans les fils de l’interaction que Goffman a patiemment démêlés au cours de sa carrière, notamment dans les espaces publics. Après la construction de la plate-forme, plusieurs réunions s’y sont tenues et de nombreux visiteurs s’y sont rendus, à la fois pour prendre la mesure du problème, mais aussi pour être présents à l’endroit précis où les paroles s’associent à la vision pour construire une interprétation des causes et des remèdes à la catastrophe. Lors de ma dernière visite, un groupe de cyclistes, clients d’une visite guidée appelée « Lower Nine Renaissance Tour », a fait halte sur la plate-forme pour y découvrir le bayou. Leur guide, formée par John Taylor, en a profité pour leur prodiguer la leçon d’écologie deltaïque. La plate-forme est ainsi devenue un espace public dans les deux sens usuels de ce mot, c’est-à-dire un espace accessible à tous et un espace de débats sur l’avenir du quartier et de la ville en général (Joseph, 1991 ; Tonnelat, 2010). La constitution de cet espace public est corrélée à la configuration de rôles qui constitue le public du problème qu’elle contribue à soulever (Quéré, 2003). Comme le dit Austin Allen, un professeur de paysagisme de l’université du Colorado, qui habite maintenant dans le Lower 9 : « Il y a plein de gens qui affirment qu’ils ont construit cette plate-forme. » (Communication personnelle, juillet 2011). De fait, outre le nombre important de personnes impliquées dans cette construction – de sa conception à sa réalisation et à son entretien en passant par les négociations –, la plate-forme offre une grande disponibilité à ses usagers. Elle leur propose en effet une expérience qui n’est pas seulement réduite à une forme d’exposition, mais qui contribue à coproduire le problème public de la viabilité du quartier. Il suffit pour s’en convaincre de consulter le grand nombre de témoignages et de photos publiés dans les journaux et sur Internet par des visiteurs occasionnels ou des journalistes. Ainsi, à l’inverse des injonctions au comportement vertueux, habituellement véhiculées par les médias, la question de la viabilité du quartier s’est progressivement construite à travers un récit aux multiples voix en tant que problème public. Comme l’affirme Dewey (2010), ce récit a touché des personnes indirectement concernées. John Taylor est l’un des personnages publics reconnus par la communauté pour garantir cette diffusion sur la plate-forme. Ses interactions, ainsi que celles d’autres membres de la communauté d’enquêteurs, ont une puissance de problématisation de la situation auprès des visiteurs. Elles sont à l’origine de nombreuses conversions cognitives et normatives, analogues à celle qui ouvre cet article.

Dire que la vérité devrait l’emporter, comme le propose Goffman (dont on sait le peu de propension qu’il a à jouer les éveilleurs de conscience ou à faire acte d’allégeance à un quelconque progressisme), « pour peu qu’une séquence d’activité se prolonge » ou que « la biographie des éléments qui la constituent est correctement contrôlée… » [Goffman, 1991, p. 431], c’est faire l’hypothèse que ce qui change dans l’accomplissement du jeu de dupes, ce n’est pas la position des participants, ni leur responsabilité morale, mais l’intelligence des situations et la possibilité d’élargir, par l’expérience, la communauté des non-dupes. (Joseph, 2004, p. 31)

  • 8 Joan Stavo-Debauge et Danny Trom (2004) parlent par exemple des « deux publics » de la patrimoniali (...)

39Ainsi, qu’il s’agisse de décider de l’opportunité d’un cours d’action dans une interaction momentanée, comme pour les visiteurs de la plate-forme qui se laissent ou non convaincre par leur guide, ou de s’engager dans un processus d’enquête plus long sur la viabilité du quartier, comme pour les activistes du quartier et les volontaires, l’« intelligence fonctionnelle » (ibid., p. 33) qui guide la participation est la même. L’articulation entre les deux rôles du public, témoin et membre de la communauté locale des enquêteurs, s’organise dans l’espace public de la plate-forme à travers une expérience sensible et cognitive partagée entre tous. Cela signifie que les dimensions sensibles de la perception et de la mesure du problème sont les mêmes que celles de l’accessibilité physique et psychologique de la plate-forme aux visiteurs (Joseph, 1997). La continuité dont parle Dewey dans le processus de constitution d’une opinion publique, et celle dont parle Goffman, eu égard à l’accès à la vérité, se nourrissent ici aux mêmes sources de l’expérience. Ainsi, le problème de l’avenir du quartier n’aurait pas une pluralité de publics, divisés entre, d’un côté, les acteurs locaux et, de l’autre, les visiteurs, mais un seul public dont les membres auraient des rôles distincts8. Ils sont rassemblés non par un engagement, mais par la même croyance (au sens de James), tirée d’une expérience partagée. Aujourd’hui, au moins jusqu’à la prochaine catastrophe, plus personne, ni dans le quartier, ni dans la ville, ni aux États-Unis, ne remet en cause la légitimité du Lower 9th Ward à faire partie de la ville. En rendant le bayou visible, la plate-forme a aussi rendu le quartier dicible.

40Bien sûr, tout espace physique n’est pas forcément porteur d’un problème, et inversement, tout problème public n’est pas forcément adossé à un espace physique. Certains problèmes d’ordre national peuvent ainsi s’appuyer sur un fond d’expérience commune, voire publique, acquise par chacun dans des contextes distincts, mais similaires. On pense bien sûr à l’expérience de la grande ville et à l’idée de la démocratie comme mode de vie de Dewey et Joseph. Mais d’autres problèmes, plus localisés, ou plus difficiles à formuler, requièrent qu’un espace public physique, même restreint, soit rendu accessible à la perception directe. C’est le cas des situations de catastrophes environnementales. Kai Erikson (1994) parle de celles qui sont causées de façon invisible par la main de l’homme comme une « nouvelle espèce de troubles », particulièrement difficiles à supporter par les communautés touchées. L’expérience de la plate-forme d’observation du bayou ouvre une piste pour surmonter ces nouveaux obstacles et redonner un sens commun, aussi bien de la catastrophe que des conséquences qu’il faut en tirer. C’est en rendant disponible l’expérience de l’observation directe d’une condition à traiter que le problème qu’il représente peut devenir public et le demeurer au cours des différentes phases de sa carrière de problème social. C’est un témoignage de la puissance partageable qu’un espace public au sens plein, aussi petit soit-il, peut donner aux aspirations d’un quartier en milieu à risques.

Bibliographie

[Anonyme] (2005), « Trouble and Desire : Rebuilding the Ninth Ward », Talk of the Nation. NPR, October 4. [npr.org/templates/story/story.php?storyId=4944960].

Best Joel (2002), « Review : Constructing the Sociology of Social Problems : Spector and Kitsuse Twenty-Five Years Later », Sociological Forum, 17 (4), p. 699-706.

Bordreuil Jean Samuel (2010), Reconstruction de La Nouvelle-Orléans et sphère publique, CERI, IEP, Paris.

Bordreuil Jean Samuel (2011), « New Orleans post Katrina : Les usages du Net par gros temps », metropolitiques.eu (6 août), [metropolitiques.eu/New-Orleans-post-Katrina-Les.html].

Breunlin Rachel (2009), The House of Dance and Feathers : A Museum by Ronald W. Lewis, La Nouvelle-Orléans, UNO Press/Neighborhood Story Project.

Campanella Richard (2008), Bienville’s Dilemma : a Historical Geography of New Orleans, Lafayette, University of Louisiana at Lafayette.

Cefaï Daniel (1996), « La construction des problèmes publics. Définitions de situations dans des arènes publiques », Réseaux, 14 (75), p. 43-66.

Dewey John (2008), Reconstruction in Philosophy, New York, Cosimo Classics [1920].

Dewey John (2010), Le public et ses problèmes, trad. Joëlle Zask, Paris, Gallimard (« Folio Essais ») [1927].

Duneier Mitchell (1999), Sidewalk, New York, Farrar Straus and Giroux.

Erikson Kai T. (1994), A New Species of Trouble : Explorations in Disaster, Trauma, and Community, New York, Norton.

Freudenburg William R., Gramling Robert, Laska Shirley & Kai T. Erikson (2009), Catastrophe in the Making : The Engineering of Katrina and The Disasters of Tomorrow, Washington D. C., Island Press/Shearwater Books.

Geertz Clifford (2002), Savoir local, savoir global : les lieux du savoir, trad. D. Paulme, Paris, Presses universitaires de France.

Gibson James J. (1979), The Ecological Approach to Visual Perception, Boston, Houghton Mifflin.

Goffman Erving (1991), Les cadres de l’expérience, trad. I. Joseph, Paris, Minuit.

Jacobs Jane (1991), Déclin et survie des grandes villes américaines, Bruxelles-Liège, Mardaga.

Joseph Isaac (ed.) (1991), L’espace du public. Les compétences du citadin, Paris, Plan Urbain, Éditions Recherches.

Joseph Isaac (1997), « Prises, réserves, épreuves », Communications, p. 131-142.

Joseph Isaac (2004), « L’athlète moral et l’enquêteur modeste », in B. Karsenti & L. Quéré (eds), La croyance et l’enquête. Aux sources du pragmatisme, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 15), p. 19-52.

Landphair Juliette (2007), « “The Forgotten People of New Orleans” : Community, Vulnerability, and the Lower Ninth Ward », The Journal of American History, 94 (3), p. 837-845.

Langhorst Joern & Lori Cockerham (2008), « (Re-)Building Place and Community in New Orleans – A Critical Reflection », Rocky Mountain Exposures. Newsletter of the Colorado Chapter of the American Society of Landscape Architects, (juin), p. 1-10.

Lippmann Walter (1927), The Phantom Public, New Brunswick, Transaction Publishers.

Lovell Anne M. (2011), « “Qui se soucie des soins ?” La disparition d’un hôpital public après Katrina », metropolitiques.eu (7 avril), [metropolitiques.eu/Qui-se-soucie-des-soins-La.html].

Morcos Laila (2008), Wetland Restoration Project in Lower Ninth Ward – WGNO, WGNO-TV.com, 10 décembre, [abc26.com/news/wgno-wetland-restoration-projectin-158221,0,1399441.story].

Quéré Louis (2003), « Le public comme forme et comme modalité d’expérience », in D. Cefaï & D. Pasquier (eds), Les sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, Paris, Presses universitaires de France, p. 113-134.

Regis Helen A., Breunlin Rachel & Ronald W Lewis (2011), « Building Collaborative Partnerships Through a Lower Ninth Ward Museum », Practicing Anthropology, 33 (2), p. 4-10.

Reid Molly (2007), « Forgotten Bayou Pathway Re-Emerges », Times Picayune, 30 septembre.

Reid Molly (2009), « HOMETOWN TOURISTS ; Got Time Off ? Take a Look at What Your Own City Has to Offer », Times Picayune, 19 juin.

Ross J. Asleigh & Lydia Zepeda (2011), « Wetland Restoration, Environmental Justice and Food Security in the Lower 9th Ward », Environmental Justice, 4 (2) (7 août), p. 101-108.

Spector Malcolm & John I. Kitsuse (1973), « Social Problems : A Re-Formulation », Social Problems, 21 (2), p. 145-159.

Spector Malcolm & John I. Kitsuse (2001), Constructing Social Problems, New Brunswick, Transaction Publishers [1977].

Stavo-Debauge Joan & Danny Trom (2004), « Le pragmatisme et son public à l’épreuve du terrain. Penser avec Dewey contre Dewey », in B. Karsenti & L. Quéré (eds), La croyance et l’enquête. Aux sources du pragmatisme, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 15), p. 195-226.

Thomas William Isaac (1923), The Unadjusted Girl, Oxford, UK, Little Brown.

Tonnelat Stéphane (2008), « “Out of Frame” : The (In)Visible Life of Urban Interstices. A Case Study in Charenton-le-Pont, Paris, France », Ethnography, 9 (3), p. 291-324.

Tonnelat Stéphane (2010), « The Sociology of Urban Public Spaces », in H. Wang, M. Savy, & G. Zhai (eds), Territorial Evolution and Planning Solution : Experiences from China and France, Paris, Atlantis Press.

Water Resources Management Practicum (2007, 2008), Wetland Restoration and Community-Based Development Bayou Bienvenue, Lower Ninth Ward, New Orleans, Nelson Institute for Environmental Studies University of Wisconsin-Madison.

Water Resources Management Practicum (2008, 2009), The Bayou Bienvenue Wetland Triangle, Issues Affecting, Nelson Institute for Environmental Studies University of Wisconsin-Madison.

Wiltse Ariane (2007), « Sustaining the Nine », Gambit Weekly, 26 juin, p. 26-33.

Wold Amy
2008 « Group Discusses Revitalizing Popular Bayou Site in N.O. »,
The Advocate, 4 novembre, [2theadvocate.com/news/33807269.html].

Notes

1 L’introduction reflète mon contact initial avec le bayou. Au cours de cette première visite, j’ai eu l’impression de me trouver en présence d’un espace public exceptionnel, ce qui m’a décidé à commencer une nouvelle recherche. Cet article est la version longue d’un papier publié dans metropolitiques.eu, le 1er juin 2011. Le terrain a été mené au cours de quatre voyages d’environ une semaine chacun entre 2009 et 2011. Les rencontres et observations sur place ont été complétées par des entretiens téléphoniques.

2 Cette séparation était frappante lors des ateliers participatifs organisés en 2009 par la ville et le cabinet d’urbanisme Goody Clancy, chargé de rassembler toutes les contributions dans un grand programme-cadre. Dans chaque district, les résidents étaient sollicités pour donner leur avis sur le zonage et faire remonter leurs principales préoccupations. Pourtant, nulle part dans le plan, les questions de protection anti-ouragan ou d’érosion et de subsidence des terrains n’étaient ouvertes à la discussion. À part dans le Lower 9, les résidents n’étaient d’ailleurs pas intéressés par ces questions qu’ils semblaient considérer comme extérieures au plan. Ainsi, dans le district New Orleans East, une zone comme le Lower 9, majoritairement africaine-américaine et largement dévastée par les eaux, le principal souci des habitants était d’éviter à tout prix l’installation d’immeubles mixtes (logement et commerce) et de protéger le caractère suburbain de leur district, distinct du reste de la ville. Les petits commerces de proximité étaient vus comme dangereux, car ils risquaient d’animer des espaces publics qui devaient au contraire être des « zones tampon », vides, entre les îlots d’habitat. Dans cette assemblée, la reconstruction du district semblait aller de soi. Les digues étaient en cours de reconstruction et elles seraient à l’épreuve de crues centennales. Il ne restait plus qu’à rebâtir.

3 La plus médiatique de ces actions est probablement l’opération Make it Right, parrainée par l’acteur Brad Pitt, qui consiste à reconstruire des maisons résistantes aux inondations, grâce à diverses innovations techniques (surélévation, panneaux solaires, matériaux flottants, etc.). Plutôt que de faire confiance aux protections fournies par les digues réparées, les promoteurs de cette opération proche du canal industriel, qui avait cédé en 2005, semblent avoir pris leur avenir en main. Ils ont ainsi transformé une partie du district en modèle de quartier autonome et résistant aux éléments. À cet égard, on peut dire que le problème social de la viabilité du quartier a atteint la phase ultime de son histoire naturelle en inventant un système alternatif de gestion du risque. Cette initiative fait de la résilience de la ville aux aléas climatiques un problème social comme les autres. Elle sert d’ailleurs d’exemple et de vitrine pour tous les États-Unis, montrant la détermination du quartier à ne pas se laisser mettre de côté. Pourtant, si cette opération est efficace en termes d’image et de reconstruction, elle ne fait que traiter les symptômes du problème, plus large, de la dégradation des conditions d’existence du quartier dans la zone deltaïque. Elle ne contribue donc pas à faire de la viabilité du quartier une question publique, c’est-à-dire une question soumise à un processus d’enquête, continu et diffusé, sur les conditions à l’origine du problème.

4 [www.helpholycross.org/].

5 En 1923, l’ouverture du canal industriel isole une partie du 9th Ward du reste de la ville, qui devient le Lower 9th Ward (lower signifie en aval du Mississippi). En 1927, les autorités de Louisiane sacrifient le quartier en y déversant le trop-plein du Mississippi qui menaçait le reste de la ville. Puis en 1960, le sentiment d’abandon par la ville se double de tensions raciales lorsque le quartier est choisi pour appliquer les premières mesures anti-ségrégation. L’arrivée de quelques fillettes noires dans l’école pousse les familles blanches à fuir le district. En 1965, l’ouragan Betsy inonde le district faisant de nombreux morts. Le contraste entre la ville, très peu touchée, et ce quartier dévasté pousse encore d’autres familles blanches vers la banlieue, notamment la Paroisse St Bernard, juste en aval du Lower 9, relativement inaccessible aux Africains-Américains. Enfin, à partir de ces mêmes années, l’industrie portuaire décline et l’emploi ouvrier traditionnellement occupé par les africains-américains disparaît. Ces tendances font qu’en 2000, la population du Lower 9 est à 90 % africaine-américaine. Un tiers vit en dessous du seuil de pauvreté (Landphair, 2007).

6 Lower 9 – Wetlands Restoration Community Forum [youtube.com/watch?v=QT6f496Gcv0] (consulté le 4 septembre 2011).

7 Sur l’importance de la saleté et de la visibilité dans l’aménagement urbain, voir Tonnelat (2008).

8 Joan Stavo-Debauge et Danny Trom (2004) parlent par exemple des « deux publics » de la patrimonialisation d’un quartier de Lyon, à partir desquels ils critiquent la théorie de l’enquête de Dewey.

Notes de fin

1 Je voudrais remercier Jean Samuel Bordreuil et Anne Lovell pour l’invitation à travailler avec eux à la Nouvelle-Orléans dans le cadre de leur projet de recherche sur les publics de la reconstruction après Katrina financé par l’ANR. Je remercie Michèle Jolé, Cédric Terzi, Daniel Cefaï et Louis Quéré pour leur lecture attentive, leurs remarques, critiques et suggestions.

Table des illustrations

Légende Photo 1 : La plate-forme d’observation du bayou Bienvenue dans le Lower 9th Ward, La Nouvelle-Orléans. John Taylor y accueille les visiteurs. © S. Tonnelat 2010.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/19587/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Photo 2 : Vue du bayou Bienvenue depuis la plate-forme d’observation. Remarquez les souches et les troncs nus de cyprès chauves. © S. Tonnelat 2010.
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/19587/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Photo 3 : Still Water at the bayou Bienvenue – Photo Darryl Malek-Wiley, mars 2011. Source www.helpholycross.org
URL http://books.openedition.org/editionsehess/docannexe/image/19587/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k

Auteur

Sociologue, Laboratoire CRH-LAVUE, École d’architecture Paris Val-de-Seine.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search