Version classiqueVersion mobile

L’expérience des problèmes publics

 | 
Daniel Cefaï
, 
Cédric Terzi

Avoir l’expérience d’un problème public. Éprouver, ressentir, évaluer

Le travail des émotions dans l’expérience publique1

Marées vertes en Bretagne

Louis Quéré

Texte intégral

  • 1 Je remercie, pour leurs remarques, critiques et suggestions, Martin Aranguren, Daniel Cefaï, Pierre (...)

1« Il faut qu’un problème soit senti pour pouvoir être énoncé. » (Dewey, 1993, p. 132). Pour John Dewey, l’appréhension sensible du caractère problématique d’une situation précède son élaboration cognitive dans une enquête :

Formuler la nature d’un problème signifie que la qualité sous-jacente […] est devenue l’objet d’une pensée articulée. Mais quelque chose se présente comme problématique avant que l’on reconnaisse quel est le problème. Le problème est « eu », ou bien on en a l’expérience, avant qu’il puisse être énoncé ou mis en avant ; mais il est « eu » en tant que qualité immédiate d’une situation globale. Sentir que quelque chose fait problème, que quelque chose laisse perplexe et demande à être résolu, indique la présence de quelque chose qui pénètre tous les éléments et toutes les considérations. La pensée est l’opération par laquelle cette chose est convertie en des termes pertinents et cohérents. (Dewey, 1931, p. 249)

2Dewey prend soin de préciser, dans un ouvrage ultérieur (1993, p. 129), que la « situation globale » n’est pas pour autant un sentiment ou une émotion : « Au contraire, le sentiment, la sensation et l’émotion doivent eux-mêmes être identifiés et décrits en fonction de la présence immédiate d’une situation qualitative totale. »

  • 1 La définition d’Hochschild est la suivante (1979, p. 561) : « Par “emotion work”, j’entends l’acte (...)

3On peut penser que cette observation s’applique aussi aux problèmes publics, et donc supposer que leur institution et leur résolution ont des fondements d’ordre sensible et font intervenir des affects. Mais en quels termes rendre compte de ces fondements et de ces médiations ? La citation précédente met l’accent sur la conversion de l’objet d’une sensation ou d’un sentiment en un objet de pensée, mais ne décrit vraiment ni la contribution des affects à cette conversion, ni leur transformation dans ce processus. C’est à cette tâche que je voudrais consacrer cet article. Je m’en acquitterai en me penchant sur la dynamique et le travail des émotions, notamment des émotions collectives, qui sous-tendent les divers moments de la perception, de la définition et de la résolution d’un problème public. Le cas que j’ai choisi d’examiner est celui dit des « marées vertes en Bretagne ». Je présenterai d’abord ce cas. Ensuite j’expliquerai, par un détour théorique substantiel, ce que j’entends par « travail des émotions » (j’emploierai cette expression en un autre sens que Hochschild (1979), qui vise un travail sur les émotions1). Dans un troisième temps, je ferai ressortir quelques aspects concrets de ce « travail » dans le cas retenu.

Le problème public des « marées vertes » en Bretagne

4Cela fait maintenant une quarantaine d’années que le phénomène (qui a toujours existé de façon très limitée) a pris des dimensions considérables, et qu’il est devenu un problème public. Il est devenu un problème public parce qu’il a été institué comme tel et « dramatisé » (au sens de Gusfield, 2009 : constitué en drame, au sens littéraire du terme, sur la scène publique). Il a été institué en problème dès lors qu’il a été perçu comme nouveau et anormal, et catégorisé comme pollution d’origine humaine, pollution inacceptable mais remédiable. On l’a analysé pour en trouver les causes et proposer des solutions. On a établi des responsabilités concernant à la fois l’origine du phénomène et la prise en charge du traitement de ses conditions et conséquences.

5Les instigateurs de cette problématisation ont été les associations écologiques, notamment Eau et rivières de Bretagne, puis Halte aux marées vertes, Sauvegarde du Trégor, et d’autres. Le premier constat de pollution de plages par les algues vertes a été fait en 1971, à Saint-Michel-en-Grève dans les Côtes-d’Armor. En 1992, Eau et rivières de Bretagne dénonçait à la Commission européenne la violation par la France de la directive de 1975 sur la teneur de l’eau en nitrates. Bruxelles condamnera la France en 2001. C’est aussi à la même époque que les scientifiques de l’IFREMER (Institut français de la mer) et du CEVA (Centre d’étude et de valorisation des algues), sollicités par des associations écologiques, établissent que c’est la trop grande teneur en nitrates des eaux de rivière qui provoque la prolifération des algues vertes dans les baies peu profondes, dès que l’eau de mer se réchauffe au printemps et que l’ensoleillement s’accroît. Cette teneur résulte pour l’essentiel du lessivage des terres agricoles, qui comportent trop d’azote et de nitrates. Ces surcroîts ont pour principale origine l’usage excessif d’engrais et l’épandage trop important des déjections animales issues des élevages hors sol.

6En février 2004, quatre associations intentaient une action en justice contre l’État pour dommages causés aux baies de Saint-Brieuc, Lannion (Côtes-d’Armor) et Douarnenez (Finistère). Cette plainte aboutit, en octobre 2007, à une condamnation de l’État par le tribunal administratif de Rennes pour carence dans la mise en œuvre des réglementations européennes et françaises en matière de préservation de la qualité de l’eau, condamnation confirmée en décembre 2009 par la cour d’appel de Nantes. En 2009 également, plus de trois cents plaintes ont été déposées par diverses associations auprès de la cour d’appel de Rennes à l’encontre de l’État pour son inaction sur le problème des algues vertes. De nouvelles actions ont été intentées en août 2011, à la suite de l’affaire des « sangliers de Morieux » (que j’évoquerai plus loin).

7L’État a cependant désormais fait siennes les explications des scientifiques et pris des dispositions pour combattre le phénomène. Dans un rapport d’août 2009, adressé au Premier ministre, le préfet des Côtes-d’Armor reconnaît qu’un des facteurs importants du développement de l’« ulve pélagique » (responsable des marées vertes), qui est en suspension dans l’eau et se déplace au gré des courants, est l’abondance de l’azote inorganique, apporté par les cours d’eau : « Il est principalement d’origine agricole par l’intermédiaire des effluents (lisier et autres) et engrais minéraux épandus sur les bassins versants concernés. »

8Cette explication continue d’être contestée par une partie du monde agricole. Elle invoque l’ancienneté du phénomène, allègue une perte d’appétit des gastéropodes amateurs d’algues vertes, souligne l’importance des conditions géoclimatiques, incrimine plutôt les phosphates rejetés par les stations d’épuration, et minore, voire nie totalement, le rôle de l’azote d’origine agricole : « Aucune corrélation n’est démontrée entre rejets d’azote et développement d’algues vertes. » Les algues vertes pourraient même être un atout pour l’économie régionale, si on réussissait à les ramasser avant leur échouage et à les valoriser, par exemple pour produire des nanomatériaux ! Certaines organisations agricoles ont recours aux services d’un « Institut scientifique et technique de l’environnement », créé et dirigé, avec le soutien de l’industrie agroalimentaire de l’Ouest, par un ingénieur agronome, ancien de l’INRA. Celui-ci conteste en particulier le bien-fondé des directives européennes sur les nitrates, arguant qu’il n’y a aucune raison sanitaire de les maintenir, puisque les nitrates sont plutôt bénéfiques pour la santé. Il a été taxé de charlatanisme par une bonne partie de la communauté scientifique, mais il reste très sollicité par la frange la plus « négationniste » du monde agricole. La position des chambres d’agriculture, syndicats, coopératives et organisations professionnelles réunis, depuis décembre 2009, dans le CAP Bretagne (Comité pour une agriculture positive), dont le but est de promouvoir une agriculture « produisant durablement dans le respect de l’environnement », est plus nuancée et plus coopérative.

9Plusieurs événements douloureux (dont la mort inexpliquée de chiens sur une plage polluée, puis celle d’un cheval, et enfin le décès, en 2009, d’un chauffeur de camion transportant vers une aire de stockage des algues vertes ramassées sur une plage) ont contribué à étendre l’enquête à des aspects précédemment peu explorés, comme la dangerosité des algues, et à donner à ce problème une dimension de problème de santé publique. Ce n’est en effet qu’assez récemment que scientifiques et médecins ont établi que les algues en putréfaction dégageaient une trentaine de substances toxiques, dont un gaz mortel, le sulfure d’hydrogène (H2S). Le rapport de l’INERIS (Institut national de l’environnement et des risques) confirmant officiellement la dangerosité des gaz toxiques dégagés par la décomposition des algues vertes date de 2009. Une réglementation de l’accès aux plages polluées a donc été adoptée pour prévenir les accidents, et des dispositions prises pour mettre en garde les usagers.

10Une stabilité relative ayant été atteinte dans l’explication du phénomène, quoique toujours rejetée par les défenseurs de l’agriculture intensive et par les porte-parole de l’industrie agroalimentaire, des dispositifs de prévention et de traitement ont été mis au point. Ils comportent deux volets. Le premier concerne le ramassage et le stockage des algues. Ces opérations ont été à la charge des collectivités locales pendant plusieurs années ; l’État a récemment apporté son aide pour soulager les finances de ces collectivités locales. Le second concerne l’établissement, dans le cadre d’un plan gouvernemental de lutte contre les algues vertes, de programmes territoriaux de réduction des rejets d’azote dans les bassins versants dont les eaux affluent dans les baies polluées. La principale mesure consiste à inciter et aider les agriculteurs à transformer progressivement les systèmes de culture pour limiter les apports d’engrais chimiques et les épandages de lisier, de façon à réduire les écoulements d’azote dans les cours d’eau (diminution du cheptel, extension des herbages, réduction de la culture du maïs, couverture végétale des sols pendant l’hiver, multiplication des fermes « bio », aménagement foncier, restauration du bocage, etc.). Ces plans territoriaux ont été élaborés, ou sont en cours d’élaboration, dans le cadre d’une concertation entre les professions agricoles, les collectivités territoriales, les scientifiques (un comité scientifique régional, chargé d’expertiser et d’évaluer les projets de territoire a été créé en février 2010), les administrations publiques et les associations de défense de l’environnement ; ils bénéficient d’aides financières de l’État. L’élaboration et la mise en œuvre de ces plans requièrent une coopération entre ces différents partenaires, coopération dont les bases restent fragiles, tant le problème suscite tensions et émotions.

11On peut dire qu’au problème des algues vertes correspond une « configuration émotionnelle » (Emirbayer & Goldberg, 2005) qui lui est spécifique. Ne sont pas impliqués dans cette configuration que, d’un côté, les praticiens d’une agriculture intensive, de l’autre, les militants des associations de défense de l’environnement et les divers partisans d’une agriculture « durable et solidaire », les uns et les autres s’accusant mutuellement et prenant le public à témoin du bien-fondé de la cause qu’ils défendent. À preuve l’« affaire » suscitée au printemps 2011 par la campagne d’affichage de la FNE (Fédération nationale de l’environnement) dans le métro avant le Salon annuel de l’agriculture. Deux des affiches dénonçaient les effets néfastes de l’agriculture industrielle en France en évoquant le danger mortel de la décomposition des algues vertes sur les plages. Personne n’a vu ces affiches, puisqu’elles ont été refusées par la régie publicitaire de la RATP, sous prétexte qu’il s’agissait de « visuels très dénigrants, contraires au principe de neutralité du service public », car véhiculant un message « trop agressif », « visant directement les éleveurs ». Elles ont néanmoins beaucoup circulé, et elles ont été abondamment reproduites par la presse régionale.

12Bien qu’aucune mention ne fût faite de la Bretagne sur les affiches, la plage polluée qu’elles présentaient a été immédiatement identifiée comme bretonne et dûment localisée. Ce qui a conduit le président de la région Bretagne à porter plainte contre la FNE, au motif que les affiches nuisaient aux intérêts économiques de la région, et, ce qui ne figurait évidemment pas dans l’accusation publique, blessaient la susceptibilité de nombre d’acteurs engagés à l’époque dans l’élaboration des plans territoriaux évoqués ci-dessus. Cette plainte a finalement été retirée quelques jours avant qu’elle ne soit examinée par un tribunal – à un moment précisément où l’on constatait une recrudescence, sans doute due aux conditions météorologiques du printemps 2011, des échouages d’algues vertes sur nombre de plages bretonnes.

13Par ailleurs des habitants de la commune qui a identifié l’une de « ses » plages sur les affiches ont contesté la véracité de la photo reproduite, arguant du fait qu’ils n’avaient jamais vu autant d’algues vertes sur cette plage. Il a finalement été établi que la photo avait bien été prise sur cette plage à telle date, par telle personne, dans telles circonstances, et qu’elle n’avait subi aucune retouche.

14Bref, dans toute cette affaire il y a eu beaucoup d’émotions en jeu, celles-ci, ravivées par des événements inattendus, se combinant avec les dimensions plus intellectuelles et plus pratiques de l’instruction et du traitement du problème. D’autres épisodes témoignent de la « configuration émotionnelle » occasionnée par la « dramatisation » du problème des algues vertes en Bretagne. L’un d’entre eux est l’organisation, le 19 septembre 2010, sur un même site, de deux manifestations antagoniques. Ce jour-là, l’association Baie de Douarnenez environnement, créée quelques mois plus tôt pour lutter contre la prolifération des algues vertes en baie de Douarnenez, organisait, avec le soutien de plus de quatre-vingts autres associations bretonnes, une marche de protestation à Sainte-Anne-La-Palud, en Plonevez-Porzay (Finistère Sud). En réaction à cette initiative, un Collectif pour la préservation de l’environnement et de l’activité économique en baie de Douarnenez convoquait, avec le soutien de la FDSEA (Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles) du Finistère, une contre-manifestation le même jour, sur le même site, à la même heure, pour dénoncer l’« acharnement des associations [écologiques notamment] contre les agriculteurs bretons », s’opposer à la « dégradation de l’image de la Bretagne que leur combat induit », et attirer l’attention sur les efforts importants déjà faits par l’agriculture pour contribuer à résoudre le problème des algues vertes. Tandis que les uns se défendaient d’être les « saboteurs de l’image de marque de la Bretagne », et en appelaient à plus de cohérence et de résolution dans l’action de l’État, les autres s’indignaient qu’on tienne les agriculteurs comme seuls responsables du problème des algues vertes, et que l’on disculpe les systèmes de traitement des eaux usées gérés par les collectivités locales. Le même scénario s’est reproduit le 18 septembre 2011 à Fouesnant.

15Un autre épisode important a été l’affaire des « sangliers de Morieux », en juillet-août 2011, avec la découverte progressive sur une plage de cette commune de la baie de Saint-Brieuc, sujette à d’importants échouages d’algues vertes, des cadavres de trente-six sangliers et d’un ragondin. Ces morts étaient-elles imputables au gaz toxique (H2S) dégagé par les algues en putréfaction, voire à des cyanobactéries présentes dans l’eau de la rivière arrivant à cet endroit, comme le soutenaient les écologistes, ou bien résultaient-elles d’un empoisonnement volontaire, comme le soutenaient les organisations agricoles ? Le suspense a duré une partie de l’été, dans l’attente des résultats des analyses prescrites par la préfecture des Côtes-d’Armor. Et différentes émotions ont été liées à l’évolution de ce « drame ». Il faut souligner que ces événements ont eu lieu à un moment particulier : celui de l’élaboration, plutôt conflictuelle, du plan de lutte contre les algues vertes dans la baie de Saint-Brieuc. Une première version de ce plan avait en effet reçu un avis défavorable du comité scientifique régional, en février 2011, avis auquel les organisations agricoles avaient vivement réagi en claquant la porte du comité régional de suivi du plan Algues vertes, et en dénonçant les contraintes auxquelles est soumise l’agriculture : d’une part, l’objectif fixé par les scientifiques est « irréaliste », car il exigerait de « supprimer toute activité agricole sur ce bassin » ; d’autre part,

L’argent va être dépensé plus en ingénierie et en paperasse que pour des mesures concrètes pour les agriculteurs. Les collectivités vont embaucher des techniciens pour réaliser des diagnostics que l’on connaît déjà. De plus, ce n’est pas aux collectivités de piloter l’agriculture. Il faut nous faire confiance et que les scientifiques viennent au moins nous rencontrer pour nous comprendre. (Le Télégramme, 14 avril 2011)

16Tandis que les élus se montraient très circonspects et plutôt résignés, et la préfecture très embarrassée, parce que soucieuse de ne pas aggraver les tensions existantes en apportant de l’eau au moulin des écologistes, et en contrant l’interprétation des organisations agricoles, les défenseurs de l’environnement disposaient là d’une situation inattendue qu’ils pouvaient facilement exploiter pour conforter leurs diagnostics, leurs accusations et leurs revendications, et ils ne s’en sont pas privés. Dès le départ, ils ont attribué ces morts au H2S et, pour étayer leur explication en attendant les résultats des analyses biochimiques, ils ont multiplié, avec force démonstrations et mises en scène qui témoignaient d’une grande assurance et d’une certaine excitation, sinon satisfaction, les mesures de ce gaz sur la plage en question tout au long du mois de juillet, mesures qui révélaient des doses suffisamment élevées pour être mortelles. Ils n’ont donc pas boudé leur plaisir quand les services de la préfecture ont confirmé leur diagnostic au mois d’août (sans toutefois reconnaître officiellement que la mort de sangliers avait été provoquée par le H2S) : les résultats des analyses conduisaient effectivement à incriminer ce gaz toxique et n’étayaient aucunement la thèse de l’empoisonnement. Mais, en même temps, ils ne permettaient pas d’établir la cause du décès avec une totale certitude, tout simplement parce que l’un des cadavres de sangliers analysés ne présentait aucune trace de H2S ! Cette mort mystérieuse a été beaucoup invoquée à l’encontre du diagnostic des écologistes et elle a contribué à maintenir le suspense tout au long de l’épisode, qui a été vécu plus ou moins comme un match entre deux protagonistes : les écologistes, mettant en cause les algues vertes, et les organisations agricoles, avançant la thèse de l’empoisonnement.

17C’est cependant dans le monde agricole que les manifestations d’émotions ont été les plus fortes. Pendant tout l’été, des porte-parole des organisations agricoles ont dénoncé l’acharnement et l’intégrisme d’une poignée de « Khmers verts », indûment relayés par les médias, leur volonté de détruire l’« économie bretonne » et leur dramatisation de la situation – le nombre de plages polluées par les algues vertes en Bretagne n’étant, en vérité, qu’infime ! Ils s’en sont aussi pris aux scientifiques qui font des « mauvaises » pratiques agricoles la cause de la prolifération des algues vertes : ils agiraient plus en militants écologistes qu’en chercheurs impartiaux ! Le 12 août, les jeunes agriculteurs des Côtes-d’Armor ont organisé un match de football sur la plage de Morieux où ont été trouvés les cadavres de sangliers, plage alors interdite au public, pour prouver que celle-ci n’était pas le moindrement dangereuse, pour « arrêter le tapage médiatique » et « crier leur ras-le-bol ». La préfecture a laissé faire. Les déclarations, mots d’ordre, pancartes et autocollants lors de cette manifestation témoignaient d’une grande exaspération, d’une profonde colère et d’un profond dégoût, pour ne pas parler d’une réelle haine à l’égard des écologistes : « agriculteurs enragés », « humiliés d’être montrés du doigt », exaspérés d’être stigmatisés et « traités d’assassins », ayant « marre d’être mis au pilori », alors qu’ils ont « fait des efforts considérables » pour réduire les facteurs de pollution, etc.

18Il reste à comprendre comment de telles manifestations, finalement pacifiques malgré l’antagonisme qu’elles expriment, suscitent ou entretiennent les émotions qui opèrent dans l’expérience publique du phénomène des algues vertes, et en quoi consistent ces opérations. Pour cela, il me faut élaborer une problématique du « travail des émotions ».

En quoi consiste le « travail des émotions » ?

19Dans leur article déjà évoqué, Emirbayer et Goldberg relevaient trois « postulats pernicieux » (une expression de Charles Tilly) dans l’analyse sociologique de la place et du rôle des émotions dans les mobilisations sociales (un thème en plein développement, qui donne lieu à différentes approches que je n’examinerai pas – voir, par exemple, Cefaï, 2007 ; Traïni, 2009) : a) l’opposition entre raison et émotion, conduisant à souligner l’irrationalité de nombre de mouvements sociaux ou la dégradation de la cognition dans les émotions collectives (même ceux, telle Hochschild, qui s’intéressent au « travail de l’émotion », ou encore à la gestion stratégique des émotions des militants par les leaders, souscrivent implicitement à cette distinction) ; b) l’appréhension des émotions comme états ou événements individuels, relevant de la seule sphère de la subjectivité (la situation n’est pas considérée comme porteuse de l’émotion) – même les promoteurs du retour de l’émotion dans l’étude des mobilisations collectives, tels Goodwin, Jasper et Polletta (2001), continuent de considérer les émotions comme des attributs des seuls individus et de leurs actions – ; c) l’incapacité à accorder une « autonomie analytique » aux émotions collectives : elles sont immédiatement considérées comme provenant de quelque chose d’autre, totalement séparé : des relations sociales, des formations culturelles ou des processus cognitifs (Emirbayer & Goldberg, 2005).

20Pour remédier à ces trois « postulats pernicieux », Emirbayer et Goldberg préconisent une approche relationnelle et transactionnelle des émotions, étayée à la fois sur les analyses des classiques du pragmatisme (celle de William James est cependant à peine évoquée) et sur la théorie de l’habitus de Pierre Bourdieu. Bien que leur définition de l’émotion collective, comme située entre les individus et correspondant à des « complexes d’investissements psychiques, d’engagements et de cathexis », soit loin d’être claire, je vais tenter de prolonger leur geste (quoique sans reprendre la référence à Bourdieu) en reconstruisant la théorie des émotions de Dewey. Celle-ci demande à être amendée et complétée, notamment pour pouvoir prendre en compte la gamme étendue du travail des émotions, que Dewey n’envisage que dans le cadre de l’esthétique. Je m’appuierai pour cela sur la théorie différentialiste récemment proposée par Pierre Livet.

L’approche fonctionnelle et située de Dewey

21Il est sans doute utile de commencer par distinguer minimalement affects, émotions et sentiments. L’espace affectif est bien plus complexe que les émotions et les sentiments – il inclut aussi, par exemple, les sensations et les humeurs. Pour Livet (2002, p. 262), il peut être considéré comme structuré en régions, selon trois dimensions « qui articulent le rapport que le monde a avec nous […], notre mode de réaction et la valence de ce rapport » : favorable/défavorable ; invasion/intervention ou hostilité/opportunité ; passivité/réaction active. Une émotion ne se réduit pas à l’affect ressenti ; celui-ci n’en est qu’une des composantes. De plus, on ne peut pas lier exclusivement un affect à une émotion, comme lui étant spécifique ; un même affect peut correspondre à des émotions différentes, et une émotion impliquer plusieurs affects (ibid., p. 38). Quant au sentiment, il est une disposition affective plus générale et plus stable qu’une émotion, qui, elle, est transitoire ; il peut donc survivre à une émotion.

22Mais la façon de différencier l’espace affectif varie selon les auteurs. Pour Hacker (2004), par exemple, la catégorie la plus générale est celle de feelings. Elle inclut les « affections », qui sont des passions par opposition à des actions, les appétits, les sensations (l’ennui, la lassitude ou la fatigue) et les perceptions tactiles. Les émotions relèvent des premières, avec les « agitations », souvent provoquées par quelque chose d’inattendu – l’excitation ou l’étonnement, par exemple –, et les humeurs. Elles se divisent elles-mêmes en troubles émotionnels ou émois (explosion de joie, de colère…), qui sont momentanés ou épisodiques, et en attitudes émotionnelles qui sont durables et se manifestent par un certain type de conduite sur la longue durée (l’amour, la fierté, la honte, par exemple). Les uns et les autres ne déterminent pas les comportements de la même façon. Quand on agit par amour, par fierté, par compassion, par gratitude, etc., on ne le fait pas comme quand on réagit par excitation, ravissement, énervement, colère, etc., ou comme quand on pousse un cri d’horreur, recule de dégoût ou est paralysé par un choc.

23Comme on le verra, on trouve une distinction du même ordre chez Dewey. Mais la différenciation de l’espace affectif n’est pas une préoccupation importante chez lui. Ce qui mobilise beaucoup plus ses efforts est la critique des conceptions subjectivistes de l’émotion, qui traitent comme première, et chose en soi, l’attitude émotionnelle de la personne et négligent à la fois son référent objectif et son lien à une situation. On ne peut, insiste Dewey, séparer une émotion ni de son objet, ni de la situation qui la suscite. Tel est le leitmotiv de ses remarques sur l’émotion, qui sont un mélange d’analyse conceptuelle et de théorisation. On le trouve formulé dès un article de 1912 :

  • 2 Mon propos ne portant pas principalement sur la théorie des émotions de Dewey, je ne reviens pas su (...)

Une attitude émotionnelle se manifeste dans un certain mode de comportement […] La distinction entre une attitude émotionnelle d’un agent ou d’une personne, et une chose, est dérivée, et non pas première, dans l’expérience. Ce qui existe concrètement est une situation dotée de qualités […] ou une situation dans laquelle se produit une réaction qualitative spécifique vis-à-vis d’un environnement empreint d’une qualité distinctive ; ces deux descriptions sont deux manières différentes de nommer analytiquement un seul et même fait2. (Dewey, 1912, p. 31-32)

24Quelques années plus tard, Dewey explicite, dans Human Nature and Conduct, la nature de cette « réaction qualitative » : elle est due à un désajustement des habitudes, soit que les habitudes sollicitées par la situation s’entrechoquent, soit qu’elles sont carrément mises en échec par la situation, celle-ci contrastant avec les « attentes inconscientes » ou la « perspective » (outlook) formées par les habitudes : « L’émotion est une perturbation provenant d’un clash ou d’un échec de l’habitude, et la réflexion est, pour le dire vite, l’effort pénible des habitudes perturbées pour se réajuster. » (Dewey, 1922, p. 76).

25D’une certaine manière, Dewey esquissait là une théorie différentialiste de l’émotion, mais il ne développe pas cette intuition dans ses écrits ultérieurs. Ceux-ci mettent plutôt l’accent soit sur la référence objective de l’émotion, soit sur son caractère situé, ou sur les deux en même temps. C’est le premier aspect qui est souligné dans Expérience and Nature :

En son sens ordinaire, l’émotion est quelque chose qui est suscité par des objets, qu’ils soient physiques ou personnels ; elle est une réponse à une situation objective. Elle n’est pas quelque chose qui existe par soi-même quelque part, requérant un matériau à travers lequel s’exprimer. L’émotion est l’indication d’une participation intime, avec plus ou moins d’excitation, à une scène de la nature ou de la vie ; elle est, pour ainsi dire, une attitude ou une disposition qui est fonction de choses objectives. (Dewey, 1925, p. 391)

  • 3 Pour un développement de ce thème, voir Johnson (2007).

26Pour contrer les habitudes de pensée subjectivistes, et parer au dualisme de la raison et de l’émotion, Dewey rétablit la contribution de l’environnement aux émotions et distribue celles-ci sur le self et sur le monde en termes de « fonction ». Soit l’exemple de la peur : « La peur, qu’il s’agisse d’un instinct ou d’une acquisition, est une fonction de l’environnement. L’homme a peur parce qu’il évolue dans un monde qui épouvante et qui fait peur. » (Ibid., p. 42). Cette « fonction de l’environnement » se concrétise notamment dans les qualités d’une situation d’ensemble auxquelles on réagit, et, en un sens, les émotions sont une composante d’une telle situation ; elles imprègnent et colorent les objets, personnes, circonstances, et ceux-ci sont indispensables pour faire naître les émotions. Ainsi, quand on est en colère, la colère n’est pas seulement un fait psychologique. Elle est aussi la présence d’une qualité prédominante d’une situation, dont le self fait partie, et, en ce sens, elle est indistinctement dans l’organisme et dans l’environnement3 : elle est

le ton, la couleur, la qualité pénétrants des personnes, des choses et des circonstances, ou d’une situation. Quand nous sommes en colère, nous ne sommes pas conscients de la colère, mais de tous ces objets dans leurs qualités immédiates et uniques. Dans une autre situation, la colère peut apparaître comme un terme distinct, et l’analyse peut l’appeler un sentiment ou une émotion. Mais nous sommes alors passés dans l’univers du discours. (Dewey, 1931, p. 248)

27On notera ici l’usage du terme « fonction » au sens mathématique du terme. Cet usage exclut une interprétation causaliste de l’idée qu’une émotion est suscitée par un objet. L’objet d’une émotion n’est pas sa cause. On peut être effrayé par quelque chose, mais ce dont on a peur est un objet, qui peut d’ailleurs être imaginaire ou dans le futur. L’objet n’a pas à être découvert, comme doit l’être une cause – par une conjecture, une observation, une expérimentation, etc. Il en va ainsi parce que l’émotion a une dimension cognitive : on a peur de quelque chose dont on sait, pense, pressent, imagine, croit (peut-être à tort) qu’il est dangereux, menaçant, etc. Elle a aussi une dimension sociale et culturelle : l’émotion peut être raisonnable ou déraisonnable, en fonction de ce que l’on sait collectivement de l’objet de l’émotion, de ses capacités, de ses régularités de comportement, des possibilités liées à lui, etc., ainsi que des règles et habitudes de comportement en une telle situation (ces dernières pouvant être correctes ou incorrectes).

28Pour Dewey, l’émotion est plus particulièrement suscitée par le caractère « problématique » d’une situation : elle est une réponse à l’incertain et au douteux, au précaire et à l’ambigu, appréhendés comme « totalités non analysées » ; elle est notamment liée au fait que l’on se préoccupe de l’évolution et de l’issue indéterminées ou incertaines d’un événement ou d’une situation présente. Elle peut aussi bien paralyser que susciter un rassemblement d’énergie pour agir sur les conditions environnantes, à la recherche d’un résultat préféré ou privilégié. La levée de l’indétermination ou de l’incertitude suscite aussi des affects (satisfaction, exaltation ou déception, dépression).

29L’aspect intellectuel de l’institution et de la résolution des problèmes n’est lui-même pas coupé des sensations, car celles-ci traduisent une appréciation immédiate des idées que l’on a et des conclusions auxquelles on aboutit :

À différentes idées correspondent des « sentiments » différents, des aspects qualitatifs différents, exactement comme pour d’autres choses. C’est grâce à ces propriétés de nos idées que celui qui cherche sa voie dans la résolution d’un problème complexe parvient à trouver une direction. Elles l’arrêtent lorsqu’il est sur la mauvaise voie et le font avancer lorsqu’il suit la bonne. Elles sont le signe de la circulation intellectuelle […] Chaque fois qu’une idée perd sa qualité immédiate sentie, elle cesse d’être une idée et devient, comme un symbole algébrique, un pur stimulus permettant d’exécuter une opération sans le secours de la pensée. (Dewey, 2005, p. 151-152)

30C’est dans L’art comme expérience que Dewey explicite le plus complètement sa conception fonctionnelle et située de l’émotion. « Nous sommes enclins à nous représenter les émotions […] comme si chacune était en soi une sorte d’entité, qui, lorsqu’elle apparaît, est déjà entièrement constituée [à l’intérieur]. » (Ibid., p. 66). Mais, d’une part, une émotion (la joie, par exemple) « n’est pas quelque chose de complet avant d’être extériorisé » : son expression contribue à la constituer. Or cette expression incorpore les conditions environnantes comme médiations. D’autre part, l’organisme (le sujet, le self) entre bien comme facteur dans l’émotion, mais uniquement en tant qu’il est engagé dans des transactions avec son environnement. Une émotion – le chagrin que provoque la mort d’un proche, par exemple – implique « une interpénétration du self et de conditions objectives ». S’il en est ainsi, c’est parce que

Une émotion est dirigée vers un objet, elle provient d’un objet ou encore se manifeste à propos d’un objet, que ce soit dans le domaine des faits ou des idées. Une émotion a partie liée avec une situation dont l’issue est inconnue et dans laquelle le self qui ressent l’émotion est impliqué de façon vitale. Il peut s’agir de situations déprimantes, menaçantes, intolérables. (Ibid., p. 94)

31C’est pourquoi,

Il n’y a pas, si ce n’est nominalement, de chose telle que l’émotion de peur, de haine, d’amour. Le caractère unique et original des événements et des situations vécus imprègne l’émotion qui est provoquée. Si c’était la fonction du discours de reproduire ce à quoi il fait référence, nous ne pourrions jamais parler de peur, mais seulement de peur-de-cette-automobile-qui-approche, avec tous les détails précisant le moment et lieu […]. Une vie humaine serait trop courte pour rendre avec des mots une seule émotion. (Ibid., p. 95 ; traduction modifiée)

32De même que l’émotion est imprégnée de la qualité diffuse de la situation, de même elle imprègne celle-ci à son tour.

33Pour qu’il y ait émotion, il faut donc qu’il y ait un enjeu dans la situation, quelque chose d’important dont le dénouement est incertain : on n’éprouve pas d’émotion à propos d’objets, d’événements ou de situations qui nous indiffèrent, ni dans des situations dont l’issue est assurée. C’est pourquoi

les émotions (quand elles ont un sens) sont des qualités d’une expérience complexe qui progresse et évolue […] Elles sont toutes, autant soient-elles, liées à un drame et elles changent lorsque ce drame évolue. La nature profonde de l’émotion peut être perçue lorsqu’on assiste à une représentation théâtrale ou lorsqu’on lit un roman. Elle accompagne la progression de l’intrigue ; et une intrigue nécessite une scène, un espace pour se construire, ainsi que du temps pour se dérouler. L’expérience est émotionnelle, mais elle n’est pas faite d’une série d’émotions séparées. De la même façon, les émotions sont attachées aux événements et aux objets dans leur évolution […] L’émotion a sans conteste partie liée avec le self. Toutefois elle appartient à un self impliqué dans la progression des événements vers un aboutissement désiré ou craint. (Ibid., p. 66-67 ; traduction modifiée)

34Ce lien de l’émotion à la structure d’intrigue d’une situation la distingue des réactions réflexes. L’émotion suppose une préoccupation pour quelque chose en développement, dont l’issue est indéterminée ; elle intègre donc une composante cognitive d’attention, de découverte, d’évaluation ou d’imagination :

Nous sursautons instantanément quand quelque chose nous fait peur, tout comme nous rougissons immédiatement quand nous avons honte. Mais la peur ainsi que la honte ne sont pas dans ce cas des états émotionnels. En soi, ces émotions ne sont que des réflexes automatiques. Pour devenir émotionnelles, elles doivent devenir partie intégrante d’une situation globale et durable qui implique un souci des objets et de leur aboutissement. Le sursaut causé par l’effroi ne devient peur émotionnelle que lorsqu’on découvre ou que l’on pense qu’il existe un objet menaçant qui nous contraint à faire face ou bien à fuir. Le sang qui monte au visage ne devient l’émotion de honte qu’à partir du moment où une personne établit, par la pensée, un lien entre une action qu’elle a accomplie et la réaction défavorable d’une autre personne à son égard. (Ibid., p. 67)

35Une émotion peut entraver l’action, si elle est « excessive dans son immédiateté », ou la stimuler, si elle signifie « un rassemblement d’énergie pour traiter la situation dont l’issue est indéterminée » (Dewey, 1929, p. 225).

36Dans L’art comme expérience, Dewey introduit une autre distinction importante, qui lui permet d’aborder, pour la première fois, la question du travail des émotions (au sens de ce qu’elles accomplissent) : celle entre l’expression directe et immédiate des émotions, et leur expression différée et médiatisée, ou encore celle entre des émois et des attitudes émotionnelles. L’expression directe d’une émotion est proche d’une décharge immédiate, comme, par exemple, le cri de joie suscité par la retrouvaille d’un ami que l’on n’a pas vu depuis longtemps. Dans ce cas, l’émotion n’accomplit rien. À l’opposé, une expression indirecte passe par l’incorporation d’une émotion durable dans un matériau objectif qui l’entretient : la langue pour l’écriture d’un poème, les formes et les couleurs pour la réalisation d’une peinture, les sons pour la composition d’une musique, etc., pour prendre des exemples dans le domaine esthétique. Dans ce cas, une résistance est opposée à l’expression immédiate, et l’émotion dure parce qu’elle est entretenue par le matériau résistant qui sert à l’exprimer. Elle se caractérise alors par ce qu’elle opère, par exemple, rassembler un matériau, sélectionner, organiser, ordonner les aspects de ce matériau appropriés pour son expression.

C’est l’émotion qui permet de trouver le mot juste, l’incident approprié au moment approprié, l’harmonie exquise des proportions, du ton, de la teinte ou de la nuance exacte, qui contribue à unifier le tout en en définissant une partie. Toutefois, cette faculté n’est pas donnée à toutes les émotions : seule la possède l’émotion provoquée par un matériau qu’elle a elle-même appréhendé et rassemblé. L’émotion trouve sa forme et son élan quand elle s’exprime de façon indirecte lors de la recherche et de l’agencement du matériau, et non lorsqu’elle se dépense de façon directe. (Dewey, 2005, p. 98)

37S’il en est ainsi c’est parce que l’émotion représente alors une accumulation d’énergie, qui est mise au service de la « faculté de réaction » pour « assimiler » ce qui fait l’objet de la perception ou de la pensée.

C’est seulement quand la libération complète est ajournée et ne surgit qu’au terme d’une succession de périodes ordonnées d’accumulation et de conservation, découpées en intervalles par des pauses récurrentes d’équilibre, que la manifestation de l’émotion devient une véritable expression, pourvue d’une qualité esthétique. L’énergie émotionnelle continue d’opérer, mais dans ce dernier cas, elle exécute une vraie tâche ; elle accomplit quelque chose. Elle évoque, assemble, reçoit ou rejette souvenirs, images, observations, et les façonne en un ensemble dont toutes les parties sont harmonisées par un même sentiment émotionnel immédiat. En résulte un objet doté d’une unité et complètement indépendant. La résistance offerte à l’expression immédiate de l’émotion est précisément ce qui la contraint à revêtir une forme rythmique. (Ibid., p. 190)

38Le travail de l’émotion n’est pas réservé à la création artistique et à la réception des œuvres d’art – pour Dewey, l’art révèle la teneur et la dynamique de l’expérience parce qu’il intensifie celle-ci, accroît son intégration, etc. Il est présent dans toute expérience, puisque l’énergie de l’émotion y est une « force motrice et liante » :

Elle sélectionne ce qui s’accorde et colore ce qu’elle a sélectionné de sa teinte propre, donnant ainsi une unité qualitative à des matériaux extérieurement disparates et dissemblables. Elle apporte de l’unité dans et à travers les parties variées d’une expérience. (Ibid., p. 67 ; traduction complétée)

39Elle est aussi ce qui unifie le self, lorsqu’elle est provoquée par les fins des convictions morales :

Le religieux n’est la « moralité touchée par l’émotion » que lorsque les fins de la conviction morale suscitent des émotions non seulement intenses mais aussi rendues actuelles et soutenues par des finalités si inclusives qu’elles unifient le soi. (Dewey, 2011a, p. 108)

40L’ouvrage dont est extraite cette dernière citation, A Common Faith, est contemporain d’Art as Experience. Dewey y appelait à lier intelligence et émotion dans une « intelligence émotionnelle », pour faire advenir le possible entrevu par l’imagination :

Dire que les émotions qui ne s’allient pas à l’intelligence sont aveugles est une banalité. De même, les émotions intenses peuvent s’exprimer par la destruction des institutions. Mais si l’on cherche à améliorer les institutions, seule l’alliance de l’émotion et de l’intelligence est un gage de progrès. (Ibid., p. 171)

41Comment peut se faire ce mariage de l’émotion et de l’intelligence pour faire naître des institutions meilleures, étant entendu qu’il faut que ce soit une émotion et une intelligence collectives ? Le propos de Dewey, qui ne s’attarde d’ailleurs pas sur ce dernier aspect, est généreux, mais il manque un certain nombre de maillons à son explication pour rendre convaincant et opératoire le dépassement qu’il a tenté des principaux dualismes sous-tendant la conception subjectiviste des émotions.

Les émotions comme sondes de valeur

42Il me semble que l’on peut élaborer une partie des maillons manquants de la théorie de Dewey à l’aide de la théorie différentialiste de Livet, notamment de sa conception des opérations et des modes d’opération de l’émotion. Comme Dewey, Livet lie les émotions aux situations, ainsi qu’aux efforts de réajustement que celles-ci suscitent – mais il s’agit moins de réajustement des habitudes par la pensée que de révision des croyances, des attentes, des orientations, des préférences et des plans d’action, voire de la réalité elle-même. En effet, une émotion est une réaction à une situation et à sa configuration, car nous sommes « émotionnellement sensibles » à la structure et à la dynamique des situations, pour autant qu’elles nous importent. Les émotions sont « déclenchées par des traits objectifs des situations, mais des traits relationnels, relatifs à nos activités et dispositions en cours, appréciés en fonction de nos préoccupations et des changements d’orientations qu’elles provoquent » (Livet, 2002, p. 50). Une situation peut avoir une structure « inter-affective ». C’est par exemple ce qui permet d’expliquer une émotion culturelle comme la honte, dans laquelle l’agent éprouve un certain dégoût envers lui-même, pour autant qu’il se considère lui-même « avec le regard qu’il pense être celui des autres » et leur attribue un jugement de valeur et une émotion (dégoût) (ibid., p. 58). Ce qui produit ce genre d’émotion est l’organisation de l’interaction par une « structure perspective où nous sentons peser sur nous le regard des autres, tout en adoptant ce regard à notre propre sujet » (ibid., p. 60-61).

43Livet envisage les émotions dans une double problématique des révisions et des valeurs. « Une situation qui provoque une émotion est aussi une situation qui provoque une révision » (ibid., p. 159) ; réciproquement, « toute situation qui déclenche une révision déclenche aussi une émotion » (ibid., p. 90). Il en va ainsi parce que l’émotion surgit quand une situation dément ou dépasse les croyances, les attentes ou les préférences, ou quand elle manifeste que les désirs ou les objectifs ne sont pas appropriés à la réalité. Dans une telle situation, on peut soit résister à ce démenti ou à ce dépassement, soit procéder à une révision des attitudes et des orientations, ou encore à celle de la réalité (pour la faire concorder avec les désirs). Voici la définition « différentialiste » proposée par Livet : une émotion est

La résonance affective, physiologique et comportementale d’un différentiel entre un ou des traits perçus (ou imaginés ou pensés) de la situation en cause, et le prolongement de nos pensées, imaginations, perceptions ou actions actuellement en cours. Ce différentiel est apprécié relativement à nos orientations affectives actuelles (désirs, préférences, sentiments, humeurs), que ces orientations soient déjà actives ou qu’il s’agisse de nos dispositions actuellement activables. Plus ce différentiel est important, plus l’émotion est intense. (Ibid., p. 23 ; souligné par l’auteur)

44« L’émotion n’est pas détachable des dynamiques particulières qui ont lieu au présent. » (Ibid., p. 51). En fait, il y a principalement deux dynamiques en jeu, entre lesquelles s’établit un contraste qui est apprécié en fonction d’« orientations affectives » : une « dynamique inertielle », « résultant de l’inertie propre à nos activités » (incluant des croyances admises, des attentes implicites, des préférences hiérarchisées, etc.) ; et une « dynamique informative », qui tient à l’irruption d’événements inattendus ou exceptionnels, ou à l’apparition de nouvelles informations, etc. Ainsi, si une activité suit son cours normal, ou si la situation correspond à nos attentes et à nos orientations implicites, nous n’éprouvons pas d’émotion car rien ne vient les contrarier ; en revanche, si l’activité dévie par rapport à ce cours normal, du fait par exemple qu’elle rencontre un obstacle imprévu, ou si ce qui apparaît dans la situation contredit nos croyances, nos attentes ou nos préférences, et cela « dans un sens qui importe pour nos activités et dispositions en cours », nous en éprouvons une.

  • 4 Livet différencie les révisions : réviser ses préférences est une chose, réviser ses croyances, ses (...)

45C’est en vertu d’un tel différentiel entre les dynamiques qui y ont lieu que des situations provoquent des révisions, qui elles-mêmes déclenchent des émotions, ou qu’elles provoquent des émotions, qui elles-mêmes déclenchent des révisions. Les révisions sont des opérations cognitives, puisque « réviser c’est changer les prémisses ou les inférences qui nous conduisent à une conclusion démentie par les faits nouvellement connus » (ibid., p. 28). Il s’agit soit de révisions pour nous ajuster à la réalité – en modifiant nos croyances, nos attentes, nos objectifs, nos valeurs, nos préférences ou nos désirs –, soit de révisions visant à ajuster la réalité à nous, de telle sorte qu’elle corresponde à nos préférences et satisfasse nos valeurs4.

46Il se peut cependant que nous résistions à de telles révisions : les émotions expriment alors aussi cette résistance. Elles peuvent aussi bloquer les révisions. C’est ainsi qu’elles révèlent nos valeurs, puisqu’une caractéristique importante des valeurs est qu’elles résistent à des tentatives de révision.

Tout se passe comme si nous confrontions deux résistances, celle du monde à nos valeurs, celle de nos valeurs au monde. Quand une réalité insensible aux valeurs l’emporte, nous ressentons par la résistance des émotions négatives à la révision de nos attentes la résistance de nos valeurs à la pression mondaine. Quand les valeurs l’emportent, la résistance de nos émotions positives à une révision plus optimiste révèle que nous prêtons toujours au monde une résistance à nos valeurs. (Ibid., p. 182)

47C’est donc par l’intermédiaire des émotions, des résistances qu’elles manifestent et de la mise à l’épreuve de la capacité des préférences de résister à des révisions, que nous explorons « le paysage des valeurs et normativités qui nous sont accessibles » (ibid., p. 10) : « Nos jugements de valeur ne sont pas d’abord l’affirmation de valeurs assurées, mais bien davantage des moyens d’explorer le terrain de notre sensibilité aux valeurs, grâce aux échos radars de nos réactions émotionnelles. » (Ibid., p. 9).

  • 5 Il ne faut pas pour autant attribuer une force éthérée aux émotions. Hacker rappelle que l’explicat (...)

48Mais les émotions ne sont pas simplement des révélateurs de valeurs et des déclencheurs de révision ; elles sont aussi des éléments moteurs de la conduite. En effet, c’est principalement l’émotion qui nous pousse soit à ajuster nos croyances, nos préférences et nos valeurs à la réalité, soit, au contraire, à tenter d’ajuster le monde à nos valeurs5 : « Son rôle normal est de nous disposer soit à changer le monde, soit à nous changer nous-mêmes. » (Ibid., p. 78). Dans le premier cas, nous résistons à un changement de nos préférences et de nos valeurs, dans le second nous cédons à la pression du monde. C’est l’émotion qui nous donne l’énergie nécessaire pour faire l’un et l’autre.

Il en va ainsi des émotions du type de la colère, comme la révolte, l’indignation, voire du dégoût. Elles nous amènent à réviser notre action, ne serait-ce qu’en y mettant plus d’énergie, mais sans réviser nos objectifs finaux ni nos préférences. En même temps, elles nous révèlent d’une part à quel point nous tenons à ces objectifs et combien ces préférences sont enracinées en nous, d’autre part à quel point la pression du monde est contraire à la satisfaction des désirs ordonnés suivant ces préférences. (Ibid., p. 79)

49Un point important de l’approche différentialiste de l’émotion est l’éclairage qu’elle projette sur les émotions collectives. J’y reviendrai plus loin. Je voudrais conclure cette mise en perspective des deux théories évoquées en notant que Dewey inclurait sans doute d’autres opérations que les opérations cognitives dans le travail de l’émotion, et qu’il trouverait la définition, relativement courante, des valeurs en termes de préférences d’agents, ou en termes d’attraction pour certains biens, comme le signe d’un maintien de la psychologie subjectiviste. Il recommanderait de parler de « valuations » plutôt que de valeurs, c’est-à-dire d’attributions de valeurs ou de qualités à des choses, en fonction de conditions environnantes, et de considérer ces « valuations » comme des événements dans un « behavioral field », impliquant des transactions entre un organisme et un environnement : une « valuation » se manifeste dans et par un comportement durable, doté d’une dimension affective-motrice – par exemple, chérir, s’attacher à, prendre soin de, etc. –, tout en ayant une composante intellectuelle (Dewey, 2011b). En un sens, les émotions elles-mêmes sont des « valuations » (évaluation/appréciation) de personnes (y compris de soi-même), de choses et d’événements du point de vue de ses intérêts et préoccupations, et en fonction de valeurs sociales et d’engagements moraux.

50Dans cette perspective, les valeurs correspondent davantage à des engagements qu’à des préférences : elles sont à la fois « ce à quoi nous tenons » (en ce sens, elles résistent aux révisions) et ce qui nous oblige, parce que nous leur conférons une autorité sur nos désirs et préférences. C’est pourquoi nos émotions révèlent non seulement notre caractère, mais plus globalement quel genre de personne nous sommes. Cette substitution des engagements aux préférences ne réduit cependant en rien la pertinence de la problématique des révisions liées aux émotions, ni celle de la description des opérations suscitées par une émotion qui n’est pas une simple décharge immédiate.

La dynamique émotionnelle des problématisations

51Je reviens maintenant aux marées vertes pour tenter de cerner le travail des émotions dans l’institution et la résolution d’un problème public. Comme je l’ai déjà indiqué, Dewey privilégiait un certain abord du « problématique » : une situation est problématique lorsqu’elle interrompt le cours fluide de la conduite parce qu’elle est embrouillée, incompréhensible, pas assez claire pour savoir comment la traiter. Certes cette indétermination peut être source d’émotions, car elle signifie une déstabilisation ou une paralysie des habitudes, mais les affections qui lui sont liées sont plutôt des affects suscités par l’incertitude et l’indécision : répulsion, inconfort, malaise, ennui, déplaisir, irritation, voire angoisse (Peirce, par exemple, parlait d’une « aversion instinctive » pour l’état d’indécision qu’est le doute). Au fur et à mesure de la clarification de la situation dans et par l’enquête, qui est une activité intellectuelle, bien qu’elle comporte des « valuations » ayant une dimension affective motrice, y compris de ses propres accomplissements, prennent forme des fins qui suscitent de nouvelles émotions, ces dernières fournissant l’énergie nécessaire pour concrétiser les premières. Mais tant la problématique de l’enquête, développée dans Logique, que l’approche située de l’émotion ébauchée dans L’art comme expérience, exploitent peu le potentiel de la théorie différentialiste esquissée dans Human Nature and Conduct. Or une théorie différentialiste d’une part élargit le « problématique » à tout ce qui contrarie, bloque ou désajuste les habitudes, en tant qu’elles activent des orientations, des attentes, des manières d’agir dans une situation, d’autre part inclut dans l’enquête, au-delà des opérations cognitives et pratiques destinées à réduire l’indétermination de la situation à toutes fins pratiques, un travail propre des émotions – non seulement les émotions suscitent l’enquête, mais elles opèrent aussi dans la configuration du problème et de sa solution. Pour le montrer, j’évoquerai d’abord l’émotion, dont la dénonciation publique est le comportement paradigmatique : l’indignation. Je me pencherai ensuite sur l’analyse des émotions collectives.

L’ambivalence de l’indignation

  • 6 Comme on l’a vu, un tel mélange indique la présence d’une qualité immédiate d’une totalité non anal (...)

52L’indignation, et des émotions proches – l’irritation, l’exaspération, la rage ou la colère –, jouent un rôle essentiel dans l’institution d’un problème public. En quoi consiste l’indignation et comment naît-elle ? L’indignation peut simplement être suscitée par des contrariétés rencontrées dans l’usage et la jouissance. Dans le cas des algues vertes, les habitudes et activités des usagers des plages, des pêcheurs, des plaisanciers, etc., peuvent être contrariées par la présence de telles algues vertes, ce qui les oblige à s’ajuster aux conditions environnantes, à réviser leurs plans d’action, à aller à l’encontre des attentes et préférences activées dans la situation, à modifier, temporairement ou durablement, leurs habitudes, etc. Ce qu’ils ressentent est un mélange d’affects, de sentiments et d’émotions : surprise – celle qu’ils éprouvent, par exemple, alors qu’ils ne s’y attendaient pas, lorsqu’ils découvrent la plage où ils pensaient pouvoir passer leur journée, jouer avec leurs enfants, se baigner, etc., recouverte d’algues vertes et donc impraticable –, répulsion, déception, déplaisir, ennui, mécontentement, irritation, etc.6. S’ils s’indignent, cela peut être parce qu’ils considèrent que « ça suffit ; on n’en peut plus d’être enlisés dans les algues vertes ! », ou parce qu’ils considèrent que « la mairie », qui est censée assurer la propreté et la sécurité des plages de sa commune, ne fait pas ce qu’elle devrait faire, ou que l’État ne prend pas le problème à bras-le-corps, etc.

  • 7 Voir supra la déclaration des représentants de l’agriculture conventionnelle en Bretagne en avril 2 (...)

53Un habitué des lieux, qui a pu observer l’évolution du phénomène sur plusieurs années, pourra aussi éprouver du chagrin, de la tristesse ou de l’amertume devant le spectacle de plages régulièrement polluées. Son émotion sera cependant différente selon qu’il pense que l’on ne peut pas faire autrement que s’accommoder du phénomène, parce qu’on ne peut rien y changer, donc qu’il faut s’y résigner et s’y habituer, mettre les habitudes, les attitudes et les pratiques en accord avec les changements advenus dans l’environnement, et peut-être tirer parti de ces changements –, ou, au contraire, qu’il est possible de modifier les choses et d’adapter les conditions environnantes pour qu’elles répondent aux besoins, objectifs, valeurs partagés, donc qu’il croit possible de remédier au problème et qu’il faut le faire, en s’attaquant à ses causes et en établissant des responsabilités. Tout dépend alors de la manière dont il perçoit ces causes et responsabilités, du crédit et du degré de certitude qu’il accorde aux conclusions des expertises portées à la connaissance du public, et de l’idée qu’il se fait des actions possibles sur ces causes et responsabilités. Tandis que le dégoût, l’indignation, la colère, la révolte n’apparaîtront pas dans le premier cas, ils procéderont, dans le second cas, de la conviction que la pollution est la conséquence indirecte d’initiatives humaines et de choix économiques et sociaux malheureux, et que l’on peut et doit y remédier, qu’elle résulte de négligences coupables ou d’une insensibilité aux biens communs de l’environnement, que, dans cette affaire, les responsabilités, diverses et variées, ne sont pas assumées, qu’il y a trop d’hésitations et d’incohérences dans le comportement des pouvoirs publics, qu’il y a une socialisation indue des effets d’intérêts, d’initiatives et d’activités privés, que, s’agissant de la préservation de biens communs (dont l’eau), est inacceptable le refus de reconnaître un droit de regard du public sur les orientations des activités et sur celles du développement économique et social, etc.7. Ces émotions ne feront pas nécessairement de celui qui les éprouve un activiste, mais il aura une expérience différente du problème : il le percevra à travers ce qu’il connaît des expertises scientifiques et des débats et actions publics qu’elles ont déclenchés ; il évaluera différemment les déclarations et initiatives des uns et des autres, trouvera certaines inacceptables, d’autres bienvenues ; et il nourrira un intérêt et une préoccupation plus forts pour le développement et l’aboutissement des processus en cours. Cependant, l’acquisition de cette capacité d’articuler les données du problème par la pensée et le discours n’effacera pas les affects premiers éprouvés à la vue des plages polluées ; elle fera simplement naître des émotions différentes.

54Dans les termes de Livet, l’indignation est le type d’émotion qui, d’un côté, rejette l’accommodement et donne la « motivation de résister sur le long terme à une accoutumance à la réalité telle qu’elle est » (Livet, 2002, p. 89), de l’autre, révèle des valeurs solides et prouve qu’elles méritent qu’on reconnaisse leur validité et leur autorité – cette reconnaissance est elle-même pour une part de nature émotionnelle. On peut ajouter que l’indignation est entretenue par les résistances de ceux à qui des révisions (de croyances, d’orientations, de pratiques) sont demandées, ces résistances prouvant aux indignés qu’ils ont raison, et les confortant dans leur volonté de changer les choses. De leur côté, ceux qui résistent aux révisions demandées par ceux qui veulent que les choses changent ne tirent pas moins leur énergie des mêmes émotions, et de leur attachement aux convictions et valeurs qu’elles révèlent.

55C’est ce qui donne naissance aux configurations émotionnelles assez complexes que j’ai évoquées dans le cas de la mobilisation sur la question des marées vertes en Bretagne : l’irritation, l’indignation et la colère apparaissent bien partagées, alimentées par, et alimentant, les résistances des uns et des autres aux révisions demandées. Une partie de la profession agricole s’indigne des attributions de responsabilité qui sont faites aux agriculteurs, et cette émotion, alimentée par le refus des associations de défense de l’environnement, des scientifiques et des collectivités territoriales de réviser non seulement leur analyse du problème, de ses causes et des responsabilités en jeu, mais aussi leurs pratiques et leur hiérarchie de valeurs, la conforte dans sa volonté de résister aux révisions de croyances, d’orientations, de pratiques et de valeurs qui lui sont demandées. Le même processus se produit du côté des activistes, et du public qui partage leur indignation.

56On voit ainsi apparaître l’ambivalence de l’indignation : elle conduit à résister à l’accommodement à la réalité telle qu’elle est – que ce soit, d’un côté, à la pollution des plages ou à la dégradation générale de la qualité des eaux, de l’autre, au développement d’une sensibilité publique nouvelle aux questions environnementales et à la défense de biens communs, ou encore à l’émergence d’une revendication d’un droit de regard du public sur des orientations et des pratiques censées relever des pouvoirs discrétionnaires d’une profession –, et donc à vouloir réviser le monde pour le faire correspondre aux attentes et aux valeurs. Mais elle conduit tout autant à bloquer les révisions nécessaires de part et d’autre, ou à favoriser les révisions les plus aisées aux dépens des révisions les plus difficiles. Dans ces derniers cas interviennent d’autres émotions, notamment l’ennui, l’anxiété, l’angoisse, la peur, qui peuvent être provoquées par le fait « de ne pas savoir comment réviser » (ibid., p. 30), ou par le caractère difficile et incertain des révisions exigées.

Les émotions collectives

57Les protagonistes impliqués dans le « drame » des algues vertes sont pour la plupart des collectifs (associations, syndicats, organisations professionnelles, collectivités territoriales…), et la « configuration émotionnelle » en jeu comporte des émotions collectives, y compris celles des publics qui assistent au « drame » et suivent son évolution (et dont on peut, par exemple, lire les réactions jour après jour sur les sites internet des quotidiens régionaux). Comment sont possibles des émotions collectives qui soient autre chose que des sommations ou des agrégations d’émotions individuelles portant ensemble sur un même objet ? Pour répondre à cette question, on pourrait repartir de l’argument de Dewey selon lequel les émotions proviennent d’un « clash ou d’un échec de l’habitude », en considérant qu’il y a des habitudes collectives, correspondant aux mœurs, aux us et coutumes et aux institutions.

58Bien qu’elle favorise la convergence des appréhensions affectives des qualités des situations, l’existence d’habitudes collectives n’entraîne cependant pas celle d’émotions collectives. Celles-ci sont des émotions partagées, et cela selon des modalités qui font que le partage des émotions est lui-même une émotion : il assure à chacun que son émotion est partagée par les autres, et cette assurance est un facteur d’émotion. Quelle est la nature de ce partage qui est lui-même une émotion, étant entendu que le fait qu’une émotion soit partagée ne suffit pas à en faire une émotion collective ? Il peut en effet y avoir des émotions « intersubjectives » (Livet), telle la chaleur de l’amitié, des émotions interactives (Nishizaka, 2000), telle la surprise partagée dans une activité conjointe où elle contribue à la coordination de la vision, ou des « émotions participatives » (Livet), telles celles qui prévalent dans une foule.

59Les émotions collectives ont longtemps été traitées dans les problématiques de la psychologie des foules ; elles ont alors été perçues comme des phénomènes de contagion, de fusion ou d’hystérie collective, traduisant une régression du comportement rationnel et une dégradation du contrôle cognitif : perte des capacités de réflexion, de raisonnement et de détermination volontaire des comportements. Ou comme des phénomènes d’imitation, de sympathie fusionnelle, de communion mystique, d’identification à un leader, etc. Ces approches ont été critiquées de toutes parts. Mais celles qui les ont remplacées n’ont pas résolu tous les problèmes posés par l’analyse des émotions collectives.

60L’un de ces principaux problèmes est celui qui se pose dès lors que l’on veut traiter les émotions collectives autrement que comme des sommations ou des agrégations d’émotions individuelles. Une solution radicale consiste à considérer qu’un collectif peut réellement éprouver des émotions, ou qu’une émotion peut être un « état » authentique d’une collectivité ; elle a par exemple été récemment défendue par Bryce Huebner (2011), qui prend appui sur la théorie de la « cognition distribuée » d’Edwin Hutchins. Mais elle apparaît peu crédible. Une solution moins radicale, mais guère plus crédible, est proposée par Margaret Gilbert (2001, 2002), qui s’est penchée sur des émotions collectives telles que la culpabilité ou le remords éprouvé par un groupe ou une population. L’émotion collective serait le fait d’un « sujet pluriel » : celui-ci se sentirait collectivement coupable pour une action collective commise dès lors que ses membres seraient liés par un « engagement conjoint » à se sentir coupables « tel un seul corps ». Cette sorte d’émotion collective conserve une base individuelle, puisque les engagements qui la font naître sont de nature individuelle. Si l’explication paraît assez peu crédible, c’est parce qu’elle revient à supposer que, dans une mobilisation collective, il y aurait quelque chose comme un « engagement conjoint » à s’indigner « tel un seul corps ».

61Livet (2002) a proposé de considérer les émotions collectives comme apparaissant dans des situations requérant des activités coordonnées, et pas seulement dans des rassemblements où les gens vivent ensemble des « émotions participatives » suscitées par des satisfactions ou des insatisfactions, des espoirs ou des inquiétudes, des audaces ou des peurs, des apaisements ou des énervements, etc. Les émotions collectives reposent alors sur un partage d’orientations, de préférences ou de valeurs par des participants à des activités conjointes qui restent anonymes les uns pour les autres, ces orientations, préférences, valeurs étant contrariées par l’occurrence, relativement aux activités en cours, d’événements disruptifs et de situations inattendues, ou par l’apparition d’informations discordantes. Si le partage des émotions peut contribuer à stimuler les révisions collectives exigées par le désajustement des habitudes, des croyances, des attentes, des objectifs et des pratiques, et notamment « à entretenir des valeurs qui ne sont pas actuellement réalisées dans le monde » (ibid., p. 122), il arrive tout aussi souvent qu’il conforte les résistances aux révisions. C’est d’ailleurs par ces deux biais que s’exerce sa « force motrice et liante » : il fournit aux individus l’assurance que leurs valeurs sont bien « une réalité psychologique collective » (ibid., p. 123).

62Pour que les émotions collectives fonctionnent ainsi, leur objet doit avoir « un statut collectif » – ce qui est, par exemple, le cas quand un événement, un comportement ou une activité sociale sont appréhendés sous l’aspect de leurs conséquences directes et indirectes du point de vue du bien commun ou de l’intérêt collectif. L’émotion collective est d’autant plus forte que ceux qui y participent « doivent se penser et se vivre comme membres d’un collectif pour viser [l’objet collectif de l’émotion] » (ibid., p. 125), ou que l’objet de l’émotion est lui-même un collectif (une équipe de foot, une profession, une association ou une nation par exemple). L’indignation des agriculteurs bretons face aux accusations dont ils sont la cible concernant l’origine des algues vertes, et leur animosité vis-à-vis des associations de défense de l’environnement (mais la réciproque est vraie), illustrent bien cette capacité des émotions à produire du collectif et de l’identification à un collectif.

63Livet souligne aussi que le partage d’une émotion assure à ceux qui l’éprouvent que son objet est le même pour tous, et que les uns et les autres résistent soit à l’accommodement avec une réalité tenue pour insatisfaisante, soit aux révisions sollicitées. Cette assurance est elle-même un « facteur d’émotion et de partage de l’émotion » (ibid., p. 135), car nous sommes sensibles émotionnellement à « la valeur qui consiste à partager [une] valeur commune » (ibid., p. 130) :

Dans une émotion collective, les attentes, les buts et les préférences sont supposés eux aussi collectifs, et les expressions de l’assemblée sont là pour confirmer que puisque les émotions sont partagées, les attentes, buts et préférences le sont aussi. Le partage de l’émotion est bien souvent le seul moyen de saisir la convergence des buts et des préférences. (Ibid., p. 125)

64Plus l’assurance est grande que l’objet de l’émotion est le même pour tous, ou plus l’assurance sur la convergence des objectifs ou des valeurs est forte, plus cette assurance est elle-même une émotion. C’est pourquoi « partager les émotions, ce n’est pas les décharger […] c’est les transformer en valeurs socialement reconnues et résistantes à un destin contraire » (ibid., p. 135).

65Je ne poursuis pas plus loin cette analyse conceptuelle et théorique, et reviens aux mobilisations collectives autour des marées vertes. Dans la configuration émotionnelle suscitée par ce problème, il ne s’agit pas exactement des mêmes émotions de part et d’autre de la ligne de front dessinée plus haut. Ceux qui mènent le combat contre les algues vertes refusent l’accommodement avec la réalité et en appellent à une révision des croyances, des orientations, des valeurs et des habitudes sous-tendant un certain nombre de pratiques dans différents domaines (agriculture, traitement des eaux usées, autorisations administratives, engagements de l’État et des collectivités territoriales, etc.) ; les émotions collectives stimulent ces refus, activent ou bloquent ces révisions. Elles sont aussi présentes sur le front adverse : d’une part, elles entretiennent les certitudes et les valeurs d’un groupe professionnel face aux défis qui lui sont lancés ; d’autre part, elles entérinent un blocage collectif de révisions qui ne peuvent se faire que collectivement ; y contribuent notamment les émotions d’indignation et de colère, voire de rage et de haine, qui prennent pour cible non pas le « système » qui pousse, voire oblige, les membres de ce groupe à adopter les pratiques dont les conséquences provoquent le malaise, mais les « écologistes intégristes » et ceux qui les soutiennent (notamment les scientifiques). Dans ce cas, « partager l’émotion de colère et de haine, c’est transformer un blocage, une incapacité à réviser sa situation socio-économique, en une résistance à la révision, donc en une valeur commune. Mais il s’agit d’une valeur purement négative. » (Livet, 2002, p. 141). Les valeurs négatives motivent tout autant l’action que les valeurs positives.

66On peut ajouter, pour conclure, que les compromis auxquels sont récemment parvenus les protagonistes du problème public des algues vertes sur des protocoles de traitement à long terme du phénomène procèdent aussi de révisions collectives de part et d’autre, rendues possibles par la reconnaissance mutuelle, assurément limitée et à toutes fins pratiques, de collectifs par ailleurs séparés, voire opposés, reconnaissance qui comporte aussi, comme dimension très importante, un partage d’émotions. Mais cette dynamique de reconnaissance mutuelle, à forte composante émotionnelle, qui représente un aspect important de l’institution et de la résolution du problème public, demanderait à faire l’objet d’une enquête pour elle-même.

Bibliographie

Bennett Max R. & Peter M. S. Hacker (2003), Philosophical Foundations of Neurosciences, Oxford, Blackwell.

Cefaï Daniel (2007), Pourquoi se mobilise-t-on ?, Paris, La Découverte.

Dewey John (1912), « What are States of Mind ? », The Middle Works, 1899-1924, vol. 7, p. 31-43.

Dewey John (1922), Human Nature and Conduct, New York, Dover Publications Inc.

Dewey John (1925), Experience and Nature, New York, Dover Publications Inc.

Dewey John (1929), The Quest for Certainty, New York, Milton, Balch & Company.

Dewey John (1931), « Qualitative Thought », The Later Works, vol. 5, p. 243-262.

Dewey John (1993), Logique. Théorie de l’enquête, Paris, Presses universitaires de France [1938].

Dewey John (2005), L’art comme expérience, Pau, Publications de l’Université de Pau/Farrago [1934].

Dewey John (2011a), Une foi commune, Paris, Les empêcheurs de penser en rond [1934].

Dewey John (2011b), La formation des valeurs, Paris, Les empêcheurs de penser en rond [1934].

Emirbayer Mustafa & Chad Alan Goldberg (2005), « Pragmatism, Bourdieu and Collective Emotions in Contentious Politics », Theory and Society, 34, p. 469-518.

Gilbert Margaret (2001), « Collective Remorse », in A. Jokic (ed.), War Crimes and Collective Wrongdoing, Oxford, Blackwell, p. 216-235.

Gilbert Margaret (2002), « Collective Guilt and Collective Guilt Feelings », The Journal of Ethics, 6, p. 115-143.

Goodwin Jeff, Jasper James M. & Francesca Polletta (eds) (2001), Passionate Politics, Chicago, University of Chicago Press.

Gusfield Joseph (2009), La culture des problèmes publics, Paris, Economica [1981].

Hacker Peter M. S. (2004), « The Conceptual Framework for the Investigation of Emotions », International Review of Psychiatry, 16 (3), p. 199-208.

Hochschild Arlie Russell (1979), « Emotion Work, Feeling Rules and Social Structure », The American Journal of Sociology, 85 (3), p. 551-575.

Huebner Bryce (2011), « Genuinely Collective Emotions », European Journal for Philosophy of Science, 1 (1), p. 89-118.

Johnson Mark (2007), The Meaning of the Body, Chicago, The University of Chicago Press.

Livet Pierre (2002), Émotions et rationalité morale, Paris, Presses universitaires de France.

Nishizaka Aug Aug (2000), « Seeing What One Sees : Perception, Emotion and Activity », Mind, Culture and Activity, 7 (1-2), p. 105-123.

Traïni Christophe (ed.) (2009), Émotions… Mobilisation !, Paris, Presses de Sciences Po.

Notes

1 La définition d’Hochschild est la suivante (1979, p. 561) : « Par “emotion work”, j’entends l’acte d’essayer de changer, en degré ou qualité, une émotion ou un sentiment. “Travailler sur” l’émotion ou sur le sentiment revient à […] “gérer” une émotion […]. Notez que “emotion work” réfère à l’effort – l’acte d’essayer –, et pas au résultat. » Ce travail sur l’émotion prend place dans un environnement où il y a des règles socialement partagées, qui fournissent des directives concernant la façon dont « nous ressentons, essayons de ressentir, voulons essayer de ressentir » (ibid., p. 563). Fait aussi partie de ce travail la manifestation faciale, et plus largement corporelle, y compris en les feignant, de sentiments ou d’émotions socialement appropriés à une situation ou à un cadre organisationnel.

2 Mon propos ne portant pas principalement sur la théorie des émotions de Dewey, je ne reviens pas sur les deux articles que celui-ci a consacrés en 1894-1895 aux théories de l’émotion de Charles Darwin et de William James.

3 Pour un développement de ce thème, voir Johnson (2007).

4 Livet différencie les révisions : réviser ses préférences est une chose, réviser ses croyances, ses attentes ou ses plans d’action, une autre chose, et réviser le monde encore autre chose (voir Livet, 2002, p. 75-77). Mais, pour mon propos, je n’ai pas besoin d’introduire ces distinctions.

5 Il ne faut pas pour autant attribuer une force éthérée aux émotions. Hacker rappelle que l’explication d’une action par une émotion est téléologique et non pas causale : les émotions ne sont pas des causes neuronales ou somatiques qui nous font agir. « Beaucoup de termes d’émotion signifient des motifs précisément parce que les émotions impliquent ou laissent entendre des formes de care et des buts pour lesquels une action devrait être faite – par exemple, l’élimination ou l’évitement d’un état de choses indésirable, la préservation ou la création d’un état de choses désirable. » (Bennett & Hacker, 2003, p. 222).

6 Comme on l’a vu, un tel mélange indique la présence d’une qualité immédiate d’une totalité non analysée, qui affecte la sensibilité, y compris une fois qu’on l’a articulée discursivement. Les affects, sentiments et émotions mentionnés ne sont que des noms pour « une relation de qualité » : « Quand je dis que j’éprouve tel sentiment […] ce qui est réellement désigné c’est en premier lieu la présence d’une qualité dominante dans une situation en tant que totalité, et pas uniquement l’existence d’un sentiment ou d’un état psychique ou psychologique. » (Dewey, 1931, p. 248). Cette qualité peut être gênante, troublante, inconfortable, répulsive, irritante, etc., ou le contraire. La caractérisation de ce qui est éprouvé, qui se fait dans l’univers du discours, introduit des distinctions explicites dans la qualité « sentie » ou « eue » d’une totalité.

7 Voir supra la déclaration des représentants de l’agriculture conventionnelle en Bretagne en avril 2011 : « Ce n’est pas aux collectivités [publiques] de piloter l’agriculture. Il faut nous faire confiance… » ; et la réponse immédiate de plusieurs associations, dont Eau et rivières de Bretagne (22 avril 2011) : « L’agriculture est une chose trop sérieuse en Bretagne pour qu’elle soit confiée exclusivement aux agriculteurs... »

Notes de fin

1 Je remercie, pour leurs remarques, critiques et suggestions, Martin Aranguren, Daniel Cefaï, Pierre Livet, Albert Ogien, Patricia Paperman, Cédric Terzi, Gérôme Truc et Julia Velkovska.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search