Version classiqueVersion mobile

L’expérience des problèmes publics

 | 
Daniel Cefaï
, 
Cédric Terzi

L’héritage nord-américain

Note introductive des traducteurs

Significations disputées

Contester la propriété et l’autorité des problèmes sociaux

Daniel Cefaï et Cédric Terzi

Texte intégral

Note introductive des traducteurs

1Nous vivons dans une société de problèmes publics. John Dewey et Robert Park l’avaient anticipé, Gusfield le confirme. Gusfield fait partie de cette génération d’étudiants de l’université de Chicago qui, aux côtés de Becker, Goffman, Freidson ont suivi les cours de Wirth, Warner, Blumer et Hughes. Si la notion progressiste de « public » a progressivement disparu à la faveur de la professionnalisation des sciences sociales et des transformations de la « grande société », l’idée d’une « dynamique processuelle » des problèmes sociaux dans un « champ d’interaction » s’est perpétuée à travers l’enseignement de la sociologie à Chicago. L’analyse des processus de constitution des problèmes sociaux est un objet de prédilection pour les sciences sociales. Elle montre une société en train de se faire en identifiant, en désignant et en définissant des situations problématiques, qui apparaissent inacceptables d’un point de vue esthétique, éthique ou politique, une société qui se donne les moyens de les circonscrire, de les réguler, de les contrôler, sinon de les supprimer. Ce faisant, elle permet d’observer la dynamique de découverte, d’invention et d’établissement de « standards ». Contrairement à ce que pensaient les fonctionnalistes, le cadre normatif ne préexiste pas à l’identification, à la désignation et au traitement des problèmes sociaux. Les critères d’appréciation, d’évaluation et de jugement émergent eux-mêmes dans le mouvement qui permet de voir le caractère problématique d’une situation, de l’expliquer et de l’interpréter.

2Un problème social, ce n’est rien d’autre que la société qui s’indigne, s’observe, s’étudie, s’interroge, et qui se soigne, se régule, s’organise, s’institue. Tel est le propre de la modernité politique. Sans le développement de l’État providence, des institutions publiques, des dispositifs juridiques et administratifs, et des équipements techniques et professionnels qui vont avec, il n’y aurait pas de problèmes sociaux. Notre vie serait remise entre les mains de Dieu, de la Nature ou du Destin. Mais, dans ce texte, Gusfield renverse la perspective. Alors que, jusque-là, dans la littérature inspirée de Chicago « problème social » rimait avec « mouvement social », Gusfield réserve cette puissance d’institution au « conflit moral et politique ». C’est seulement lorsque les significations d’un phénomène sont contestées et disputées que l’on quitte le régime de consensus autour du problème social pour entrer dans l’arène politique à proprement parler. Autrement dit, une fois que la genèse d’un problème social comme l’alcool au volant a atteint un certain degré d’institutionnalisation, un ordre public est rétabli. Des faits sont attestés par la science, des normes sont arrêtées par le droit. La situation se dépolitise. Une espèce de consensus tacite referme l’espace des réalités multiples et des valeurs alternatives qui s’était ouvert. La « société », cet « autrui généralisé nébuleux », fédéré par tout ce qui est tenu pour acquis, reprend ses droits. Ce qui avait été un temps problématisé a engendré une situation à présent tenue pour allant de soi. L’alcool au volant fait partie du paysage. Les injonctions transmises par des campagnes de communication, les multiples mesures de sécurité routière et automobile et les nouvelles façons de boire et de conduire se sont comme naturalisées.

3Gusfield a fait le détour par la phénoménologie et l’ethnométhodologie, par la critique littéraire et par l’anthropologie culturelle pour rendre compte de cette « production d’un ordre symbolique ». Il plaide pour une analyse culturelle de plein droit, en contrepoint des analyses structurales qui sont faites des luttes entre groupes d’intérêt pour s’approprier le pouvoir et le droit de définir et de contrôler un problème public. D’une part, cette analyse culturelle doit rendre compte des mythes et des rites séculiers (Gusfield & Michalowicz, 1984) qui fondent le consensus moral et politique. La production de rapports statistiques, le discours public d’un leader politique, l’affichage d’images choquantes à visée pédagogique, le dépistage de l’alcoolémie d’un automobiliste par éthylotest et sa condamnation par un tribunal correctionnel, sont autant d’actes de communication, fédérateurs d’un public implicitement considéré comme consensuel. S’exerce à travers eux une « autorité culturelle » ou un « pouvoir symbolique », en ce qu’ils produisent de nouvelles textures de réalité et de moralité, mais qui doivent être ratifiées par des publics effectifs pour porter à conséquence. D’autre part, l’analyse culturelle va au rebours de cette fabrique de consensus : sa tâche n’est pas de participer à la mise en place d’un ordre public, mais de dévoiler « comment les institutions et les mouvements sociaux affectent, et sont affectés par les interprétations, les discours et les symboles qui font voir une situation comme un “problème social” ». Elle doit donc dépister dans l’arène publique d’autres façons de « voir » la situation, de la comprendre, de l’interpréter en récoltant une multiplicité de prises de positions, qu’elles émanent des représentants d’une association de lutte contre l’alcoolisme, de contre-expertises publiées par des ingénieurs en rupture de ban, de controverses autour de résultats de laboratoires scientifiques, d’expérimentations menées à l’étranger à partir d’hypothèses hétérodoxes. Et il doit lui-même recourir aux méthodes de l’enquête de l’expérimentation et de la discussion pour faire émerger d’autres façons possibles d’organiser l’expérience du problème public. Son travail doit avoir une force de problématisation et de publicisation.

4Quelle doit alors être la posture du chercheur ? Elle oscille entre les différents textes de Gusfield. Dans le livre issu de sa thèse, Symbolic Crusade (1961), encore pétri de Marx, de Weber et de Veblen, il critiquait ce qu’il appelait la « politique du statut » : le mouvement de tempérance visait à faire prévaloir la vision de l’Amérique, les intérêts et les valeurs d’une classe sur les autres. Dans The Culture of Public Problems (1981), il prônait une forme d’ironie olympienne, de détachement et de non-engagement, qui était dans la droite ligne du constructivisme dont il se réclamait – tout en riant de l’impossibilité de se tenir « sur la touche » (1984). Dans Contested Meanings (1996), il reste sur une ligne similaire : le travail sociologique permet de faire apparaître des perspectives virtuelles ou disparues, en réveillant le spectre des possibles que la production du consensus et de l’autorité avait rendu invisibles. Il produit des significations alternatives et ouvre de nouvelles controverses. Mais le relativisme s’est fait perspectivisme, au sens de Weber, en l’occurrence proche du pragmatisme de Dewey. « Le rôle du chercheur en sciences sociales est de critiquer les cadres, les hypothèses et les présuppositions qui orientent le discours de la vie institutionnelle et ainsi, de contribuer à des “façons de voir alternatives”. » (2000, p. 3-14). En remettant en cause la rhétorique consensuelle des problèmes sociaux et en stimulant la réflexion, l’enquête et l’imagination, la sociologie se porte du côté de la dispute des significations. Elle renonce aux conforts tant de l’expertise technique que de l’activisme radical, mais par son activité, elle remet en cause les lignes de partage du privé et du public, elle bouscule les évidences et les préjugés qui verrouillent l’expérience publique et l’action publique. Dans l’horizon d’une « politique de la responsabilité éthique », « elle dispense aux responsables politiques et aux publics » non seulement des éléments de connaissance, mais aussi de « multiples éléments de valeur ». Le chercheur ne fait pas de politique, mais ses interventions dans la sphère publique, en problématisant le non-problématique, en publicisant le non-public, en élargissant le spectre des significations plutôt qu’en le rétrécissant, sont cruciales pour que le public et ses représentants puissent se former une opinion, énoncent leurs choix et prennent des décisions.

5Là où les analyses classiques mettent l’accent sur le consensus ou sur l’hégémonie culturelle, incarnés par les figures tutélaires de « la société », de « l’État » ou « du peuple », Gusfield s’efforce d’élucider les dynamiques par lesquelles peuvent se constituer des publics diversifiés. Résolument pluraliste, cette démarche s’inscrit dans le droit fil du pragmatisme de Park, de Mead ou de Dewey. Ceux-ci ne se posaient pas en faiseurs de consensus ni en détenteurs de solutions, mais ils pensaient que leur tâche était d’enquêter, d’argumenter et de discuter, en prise avec une multiplicité de publics.

Bibliographie

Gusfield Joseph (1954), Organizational Change : A Study of the Woman’s Christian Temperance Union, Ph. D. Dissertation, Departement of Sociology, University of Chicago.

Gusfield Joseph (1961), Symbolic Crusade : Status Politics and the American Temperance Movement, Urbana, University of Illinois Press.

Gusfield Joseph (1981), The Culture of Public Problems : The Drinking-Driving Problem and the Production of Symbolic Order, Chicago, University of Chicago Press [trad. fr. La culture des problèmes publics, Paris, Economica, 2007].

Gusfield Joseph (1984), « On the Side : Practical Action and Social Constructivism in Social Problems Theory », in J. W. Schneider & J. I. Kitsuse (eds), Studies in the Sociology of Social Problems, Norwood, Ablex, p. 31-51.

Gusfield Joseph (1996), Contested Meanings : The Construction of Alcohol Problems, Madison, University of Wisconsin Press.

Gusfield Joseph (2000), Performing Action : Artistry in Human Behavior and Social Research, New Brunswick et Londres, Transaction Pub.

Gusfield Joseph & Jerzy Michalowicz (1984), « Secular Symbolism : Studies of Ritual, Ceremony and the Symbolic Order in Modern Life », Annual Review of Sociology, 10, p. 417-437.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search