Version classiqueVersion mobile

L’expérience des problèmes publics

 | 
Daniel Cefaï
, 
Cédric Terzi

L’héritage nord-américain

Note introductive du traducteur

Sociologie des problèmes sociaux

Un modèle d’histoire naturelle

Daniel Cefaï

Texte intégral

Note introductive du traducteur

1Pourquoi traduire ce texte de John Kitsuse et Malcolm Spector ? Kitsuse avait été formé par Lemert et Garfinkel à l’Université de Californie à Los Angeles, dans la même promotion que Cicourel, et enseignait alors à Northwestern, Chicago, où il était le collègue de Becker ; Spector, un ancien étudiant de Kitsuse, avait obtenu un poste à l’université McGill à Montréal. Leur travail commun a eu une importance cruciale dans les années 1970. Ils ont publié le livre qui a réussi à faire de la sociologie des problèmes sociaux autre chose qu’une matière de cours de première année du cursus universitaire. Ce livre, Constructing Social Problems (1977), défend une « approche définitionnelle » des problèmes sociaux, qui a donné corps à ce que l’on appelle aujourd’hui la démarche constructiviste – qui couronne, selon les manuels, une longue procession de paradigmes : de la pathologie sociale, de la désorganisation sociale, du conflit de valeurs, du comportement déviant, de l’étiquetage, de la critique de la domination, enfin, de la construction sociale (Rubington & Weinberg, 1995). Il a conduit, du reste, à une relecture a posteriori de l’ensemble de recherches qui avaient renouvelé la sociologie de la déviance et des problèmes sociaux au début des années 1960.

2Le montage argumentatif est intéressant. Spector et Kitsuse déclarent aller à l’encontre de la tradition fonctionnaliste représentée par Merton et Nisbet, et se réclament de la perspective du conflit des valeurs de Fuller et Myers, dont ils semblent faire un précédent des recherches de Becker – en raison de la place accordée aux « jugements de valeur » des acteurs. Mais ils affirment alors leur singularité en prétendant dépasser le dualisme des « conditions objectives », latentes ou manifestes, et des « perspectives subjectives ». Ils leur substituent une notion de « conditions supposées » et adoptent l’idée que les problèmes sociaux ne sont pas tant des dysfonctionnements structuraux ou des représentations collectives que des claim-making activities. « Si les problèmes sociaux ne peuvent pas être des conditions, que sont-ils ? Le plus succinctement, ils sont les activités de ceux qui affirment l’existence de conditions et les définissent en tant que problème. » (Spector & Kitsuse, 1977, p. 74). Au bout du compte, les « problèmes sociaux » sont ce que les gens pensent qu’ils sont en engageant des activités d’affirmation/déclaration/réclamation/revendication – qualifiées ainsi, en conformité avec la façon dont les participants rendent compte de leurs activités.

3Plutôt que de procéder à des analyses de distributions statistiques ou de facteurs de causalité, et plutôt que de mener des analyses de contenu sur des corpus de textes, l’enquête devra donc suivre des activités telles qu’elles se déroulent en situation.

Prosaïquement, claim-making signifie demander des services, remplir des formulaires, porter plainte, intenter des procès en justice, convoquer des conférences de presse, écrire des lettres de protestation, adopter des résolutions, publier des révélations, placer des publicités dans les journaux, soutenir ou critiquer une décision ou une politique du gouvernement, mettre en place des piquets de grève ou des boycotts : tels sont les traits constitutifs de la vie sociale et politique. (Ibid., p. 79)

4Et pour chaque ensemble d’activités, l’enquête doit restituer des foyers d’attention, des enjeux de conflit ou des points de controverse, autour desquels se forment des configurations d’acteurs en confrontation. Soit

Une grande diversité de personnes, faisant partie d’organisations de protestation ou de croisades morales, qui formulent des plaintes et des réclamations ; les officiels ou les bureaux à qui ces revendications sont adressées ; les membres des médias qui rendent publiques et disséminent des nouvelles à ce propos ; des commissions d’enquête ; des corps législatifs, des pouvoirs exécutifs et des agences administratives qui doivent répondre aux interpellations des citoyens ; des professionnels du soin – travailleurs sociaux, médecins ou psychiatres ; et quelquefois, des chercheurs en sciences sociales, qui contribuent à la définition et au développement des problèmes sociaux. (Ibid.)

5On pourrait se demander où est la nouveauté par rapport aux travaux qui fleurissent depuis le début des années 1960, en particulier dans le domaine d’études de la déviance ? Elle n’est pas aussi grande que le message de rupture et de fondation du « modèle constructionniste » le prétend. La filiation est évidente. Une nouvelle synthèse est cependant proposée, qui emprunte des éléments d’argumentation et de méthodologie aussi bien à l’ethnographie de Chicago, qu’à Goffman, à la phénoménologie et à l’ethnométhodologie. Cette synthèse des années 1970 fédère de fait des courants très différents sous le parapluie constructionniste : il n’est pas sûr que les mots « activité », « temporalité » et « contexte » aient le même sens pour tous ces auteurs. Et l’étiquette de « construction », qui reste pertinente comme arme critique contre certaines formes de sens commun ou de science positive, s’est mise à couvrir des entreprises très différentes et à faire disparaître la multiplicité des opérations à décrire derrière l’écran d’un mot.

6Le deuxième moment de rupture est politique. Kitsuse (1972, 1980) est extrêmement conscient de cette nouvelle donne, qui est le contrecoup de l’émergence de nouveaux mouvements sociaux dans les années 1960, et qui bat son plein dans les années 1970. Ce cycle de mobilisations collectives a bouleversé les critères de perception et d’appréciation de ce qui est normal et problématique, tout comme de ce qui relève du privé ou du public. C’est ainsi une expérience de lire successivement l’un ou l’autre des manuels des années 1950, puis des années 1960 : les formes d’expérience, publique et privée, se sont complètement transformées. Successivement, les Noirs, les femmes, les homosexuels, les handicapés… ont achevé le travail de dénaturalisation de leurs stigmates, se sont battus collectivement contre leur prétendue infériorité ou anormalité et ont réussi à faire reconnaître leurs droits civiques auprès des publics et de l’État. D’une certaine façon, ils ont montré que le problème était de faire d’eux un problème – reprenant, en le politisant, le geste qui avait été accompli jusque-là par des petites minorités et qui était resté circonscrit à des cercles étroits.

7Mais l’article de Spector et Kitsuse répond à un autre grand enjeu, qui est de proposer une histoire naturelle des problèmes sociaux. Cette perspective s’inscrit directement dans l’héritage de la sociologie de Chicago, plus particulièrement de Park et de Blumer (1971), qui avaient élaboré une histoire naturelle du comportement collectif composée de plusieurs étapes : un événement provoquant une perturbation de la vie quotidienne ; une agitation croissante par imitation directe ou par suggestion immédiate ; une montée de l’excitation collective qui dévie l’attention collective vers de nouveaux objets ; une coopération entre conduites individuelles vers des objectifs communs. Fuller et Myers (1941) avaient, dans la même veine, élaboré une histoire naturelle des problèmes sociaux, dans un article qui a longtemps fait référence, avant d’être critiqué par Lemert (1951). Becker déplorait encore en 1966, que « peu de recherches avaient été faites sur les étapes du développement des problèmes sociaux » (p. 11). Spector et Kitsuse s’inscrivent dans cet héritage et semblent reprendre même le projet d’établir des lois de ce développement. Ils construisent un type-idéal de quatre phases : 1. publicisation de revendications par un groupe qui définit une condition comme dommageable ; 2. reconnaissance de la légitimité de la demande et prise en charge par une institution ; 3. manque de confiance et insatisfaction vis-à-vis des procédures bureaucratiques ; 4. généralisation de la solution ou invention d’institutions alternatives ou parallèles.

8On pourrait critiquer la thèse de Spector et Kitsuse sous de multiples aspects. Le déploiement typique de la carrière des problèmes sociaux a quelque chose de trop mécanique pour être pris à la lettre. La typologie des groupes revendicatifs est pensée en relation à des intérêts et à des valeurs (Spector & Kitsuse, 1977, p. 88) qui paraissent avoir un caractère objectif et ne sont pas rapportés au jeu des interactions : ils sont déjà constitués et on ne les voit pas se former eux-mêmes dans une dynamique de problématisation et de publicisation. Enfin, si la dimension de l’interaction stratégique est au cœur des préoccupations des auteurs (manifestations de pouvoir en forme de bluff, stratégies de promotion des demandes, batailles pour prendre le contrôle de la définition des problèmes, tactiques de refroidissement des controverses par les agences bureaucratiques…), la description de la dynamique de désignation des coupables, victimes, témoins, juges et justiciers, et destinataires n’est guère approfondie.

9Reste que ce texte a un statut de classique qui, par son succès, a rebattu les cartes dans ce domaine de recherches, ou lui a tout au moins donné une « cohérence intellectuelle » (Best, 2002) qui lui manquait.

Bibliographie

Becker Howard S. (1966), Social Problems : A Modern Approach, New York, Wiley.

Best Joel (2002), « Constructing the Sociology of Social Problems : Spector and Kitsuse Twenty-Five Years Later », Sociological Forum, 17 (4), p. 699-706.

Blumer Herbert (1971), « Social Problems as Collective Behavior », Social Problems, 18, p. 298-306.

Fuller Richard C. & Richard B. Myers (1941), « The Natural History of a Social Problem », American Sociological Review, 3, p. 320-328.

Kitsuse John I. (1972), « Deviance, Deviant Behavior, and Deviants : Some Conceptual Problems », in W. J. Filstead (ed.), An Introduction to Deviance : Readings in the Process of Making Deviants, Chicago, Markham, p. 233-244.

Kitsuse John I. (1980), « Coming Out All Over : Deviants and the Politics of Social Problems », Social Problems, 28 (1), p. 1-13

Lemert Edwin (1951), « Is There a Natural History of Social Problems ? », American Sociological Review, 16, p. 217-233.

Rubington Earl & Martin S. Weinberg (1995), The Study of Social Problems : Seven Perspectives, New York, Oxford University Press.

Spector Malcolm & John I. Kitsuse (1973), « Toward a Sociology of Social Problems : Social Conditions, Value-Judgments and Social Problems », Social Problems, 20, p. 407-419.

Spector Malcolm & John I. Kitsuse (1977), Constructing Social Problems, Hawthorne, Aldine de Gruyter (2e ed. 1987).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search