Version classiqueVersion mobile

L’expérience des problèmes publics

 | 
Daniel Cefaï
, 
Cédric Terzi

L’héritage nord-américain

Micro-politique du trouble1

Du trouble personnel au problème public

Robert M. Emerson et Sheldon L. Messinger
Traduction de Daniel Cefaï et Cédric Terzi

Texte intégral

  • 1 Traduction du texte de Robert M. Emerson (University of California, Los Angeles) et Sheldon L. Mess (...)

1Cet article propose une histoire naturelle des processus interactionnels qui permettent d’identifier des difficultés ou des troubles personnels et d’y réagir, de les élaborer et, parfois, de les transformer en une espèce spécifique de déviance. Ces processus se concentrent autour des efforts pour faire quelque chose du trouble ou pour y remédier ; ils sont façonnés de façon décisive par la nature et l’orientation d’une intervention extérieure, généralement d’une instance officielle. La forme que prend en définitive un trouble est, dans une large mesure, le produit de luttes micro-politiques pour la sauvegarde et la légitimation de telles instances officielles.

2Dans son effort d’évaluation et de critique, Gibbs (1966) a très tôt fait valoir que l’on pourrait raisonnablement attendre des partisans d’une approche de la déviance en termes d’étiquetage qu’ils « développent une théorie du processus de réaction ». Un certain nombre de prises de position ont récemment fait écho à cet appel (Kitsuse, 1972 ; Orcutt, 1973). Deux questions requièrent une attention particulière. Premièrement, comme l’a souligné Kitsuse (1972, p. 241), la perspective de l’étiquetage n’a fourni que peu d’études sur la réaction informelle. Pourtant, les processus informels peuvent établir des statuts de déviants indépendamment de l’« étiquetage officiel », tout en ayant des répercussions fortes sur ce dernier. Deuxièmement, la perspective de l’étiquetage a négligé les relations entre les systèmes de réactions informels et officiels. Jusqu’ici, peu de recherches ont exploré les conditions dans lesquelles les systèmes de contrôle informels s’avèrent inadéquats (Goffman (1969) fait exception), ou les influences réciproques que les mesures de contrôle formelles et informelles ont les unes sur les autres. Nous concevons cet article comme un essai programmatique pour une sociologie du trouble, qui permette d’articuler théoriquement ces deux types de réaction sociétale.

  • 1 Notre approche creuse, dans le registre de l’interaction, une veine parallèle à celle que Spector e (...)

3Notre argument part du principe que toute situation sociale engendre un certain nombre de difficultés, fugaces et ambiguës, qui pourraient être identifiées comme relevant de la déviance, alors qu’elles ne le sont pas d’emblée. Dans de nombreux cas, ce qui est reconnu dans un premier temps est un vague sentiment que « quelque chose va mal » (something wrong) – quelque chose comme un « trouble ». L’examen de l’histoire naturelle de problèmes de ce genre est propre à fournir une approche fructueuse des processus de réaction informelle et de leur rapport avec les réactions des agences officielles de contrôle social. Plus précisément, cet article explore les processus par lesquels les troubles sont identifiés, reçoivent des définitions et des réponses et sont, parfois, transformés en une espèce reconnue de déviance1. Deux aspects de ce processus revêtent une importance particulière pour la sociologie de la déviance et retiendront notre attention. Premier aspect : que se passe-t-il quand des protagonistes, étrangers au trouble en question, sont mobilisés autour de la définition et de la résolution de ce dernier ? Second aspect : que se passe-t-il quand l’implication de ces tiers (outsiders) repose sur leur autorité formelle plutôt que sur des liens personnels ?

Considérations préliminaires au sujet des troubles et de leurs remèdes

  • 2 [NdT. : « Remedial » est une référence explicite à Goffman, que nous traduirons ici par « réparateu (...)

4Les problèmes trouvent leur origine dans la reconnaissance que quelque chose va mal et qu’il faut y remédier. Dans cette perspective, un trouble implique des composantes à la fois de définition et de réparation2. Un certain état de choses est vécu comme difficile, pénible, irritant, voire insupportable. La perception de ce qui va mal est souvent vague dans un premier temps : une femme remarque qu’elle prend du poids, ou qu’elle est souvent déprimée, un mari se rend compte que sa femme boit plus que d’habitude, ou qu’elle commence à rester dehors plus tard après le travail ; des parents réalisent que leur fille s’intéresse trop aux garçons, et que leur fils commence à traîner avec une bande de voyous. De toute évidence, il peut arriver qu’une personne en vienne à reconnaître l’existence de ces problèmes, sans pour autant jamais rien faire pour y remédier. Il peut arriver qu’après avoir ruminé le supposé problème, la personne décide que, tout compte fait, ce n’en est pas vraiment un (il arrive à tout le monde d’avoir un coup de blues, quelques kilos de trop n’ont pas d’importance, les mœurs sexuelles ont changé dans le monde d’aujourd’hui…). Ou cette personne peut encore arriver à la conclusion qu’il n’y a rien qui puisse être fait pour résoudre le problème ou que toute tentative serait d’emblée vouée à l’échec. Un problème que l’on ignore peut s’envenimer, mais il peut tout aussi bien disparaître. La reconnaissance du fait que quelque chose va mal s’accompagne de l’évaluation des moyens d’y remédier, et de la tentative d’en appliquer un qui paraisse le plus approprié.

5Il arrive parfois qu’un remède fonctionne du premier coup, mais ce n’est pas toujours le cas. De telles circonstances peuvent conduire à chercher d’autres remèdes, et tandis que cette recherche se poursuit, les troubles peuvent prendre une forme cyclique (Goffman, 1969, p. 361-369). Une difficulté surgit, un remède est trouvé et appliqué ; il opère, temporairement ou pas du tout ; un nouveau remède est recherché. Il s’ensuit un cycle récurrent – trouble, remède, échec, trouble à nouveau, nouveau remède… –, jusqu’à ce que le trouble cesse ou que la personne affectée renonce à tout effort supplémentaire. Ces processus ont pour conséquence que le trouble est progressivement élaboré, analysé et spécifié, subsumé sous un type et rapporté à des causes – il est « organisé » pour utiliser le terme que Balint (1957) a appliqué aux stades initiaux de la maladie.

6Une fois encore, l’appréhension initiale des troubles n’implique souvent rien de plus qu’un vague malaise. Ce sentiment peut être éprouvé de l’intérieur par la personne concernée ou l’affecter de l’extérieur, suite à la remarque d’un proche attentif. La compréhension du problème ne commence à émerger à proprement parler que lorsque la personne troublée y réfléchit, discute de la question avec d’autres, et commence à mettre en œuvre des stratégies réparatrices. L’effort pour trouver un remède et le mettre en œuvre est crucial pour les processus d’organisation, d’identification et de consolidation du trouble.

7Prenons pour exemple un type particulier de cycle de réparation, susceptible d’évoluer en provoquant certaines affections physiques. Lorsqu’un trouble corporel en vient à être reconnu et qu’un « auto-diagnostic provisoire » (Freidson, 1961) est risqué, certaines mesures réparatrices – si minimes soient-elles – peuvent être entreprises. En cas de rhume par exemple, on peut, dans un premier temps, ne pas s’en faire et attendre de voir si les symptômes disparaissent. Si tel n’est pas le cas, des « mesures plus actives peuvent être prises, comme rester au lit pendant un jour ou deux ou prendre de l’aspirine » (ibid., p. 143). Il se peut que de tels remèdes mettent un terme au trouble. S’ils ne le font pas, ou si le « même trouble » réapparaît quelque temps plus tard, le diagnostic de « rhume » est remis en doute. Cette interprétation du trouble, acceptée dans un premier temps, peut alors être remaniée, parfois de façon radicale. Par exemple :

Le « rhume » de son mari, militaire, avait duré plusieurs semaines. Après avoir observé les symptômes pendant quelques jours, son épouse a soutenu que l’affection en question ne pouvait pas être un rhume, qu’il devait s’agir d’une allergie et qu’il devait aller consulter un médecin. Pensant que sa femme avait tort, le mari a refusé de consulter un médecin pour traiter un simple rhume. Les symptômes ont persisté pendant six ou sept semaines avant de disparaître. L’année suivante, le mari a été libéré de l’armée et il est retourné à la vie civile. Au cours de cette deuxième année, il a, à nouveau, eu un « rhume » qui a duré plusieurs semaines. Sa femme a de nouveau soutenu qu’il devait avoir le rhume des foins. Elle lui a rappelé qu’au cours d’une discussion à ce sujet, son oncle – un médecin – avait également émis l’hypothèse de l’allergie. Elle a fini par le convaincre de consulter un médecin de leurs amis. Le médecin-ami a diagnostiqué que l’affection était un rhume et il a plaisanté au sujet des qualifications médicales de l’épouse. Finalement, le « rhume » a disparu. Au cours de la troisième année, le mari s’est remis à éternuer et sa femme a insisté pour qu’il consulte un autre médecin. Cette fois-ci, c’est bien un rhume des foins qui a été diagnostiqué et les symptômes ont dès lors été maîtrisés. (Ibid., p. 142-143)

  • 3 C’est le point de vue de Hewitt et Hall (1973). En s’intéressant à la manière dont des « quasi-théo (...)
  • 4 Remarquez que, dans l’exemple de Freidson, ce n’est que parce que les remèdes fondés sur le diagnos (...)

8Cet exemple montre pourquoi le « trouble » ne devrait pas être conceptualisé comme la détermination d’une définition particulière d’une situation problématique3. Selon un tel point de vue, il suffirait d’avoir identifié ou diagnostiqué un trouble pour aussitôt en détenir le remède approprié : pour un excès de poids, suivre un régime est la bonne réponse ; s’il s’agit d’une maladie, il faut consulter un médecin et, le cas échéant, se procurer les médicaments adéquats. En fait, le processus par lequel on remédie à des troubles est infiniment plus ouvert, contingent et émergent que la formulation « diagnostic-puis-réponse » ne le laisse penser. C’est précisément ce que l’incident du « rhume » met en évidence : la validité de la formulation de ce que le trouble « est en réalité » n’est que conditionnelle, elle dépend des conséquences qui résulteront de la tentative d’y remédier. La mise en œuvre d’un remède vaut simultanément comme effet et comme test de la définition du trouble. Le fait que le remède se montre efficace peut être considéré comme une confirmation du diagnostic du trouble et de sa cause4. Mais ce diagnostic ne tient que « jusqu’à nouvel ordre » (Garfinkel, 1967). Il vaut tant qu’une aggravation du trouble ne vient pas rouvrir la question de ce qui ne va pas au juste et de ce qui peut être fait à ce sujet.

  • 5 Telle est la position défendue par les partisans du Fat Power (Allon, 1973).

9Nous ne nions pas que la définition d’un trouble affecte ce qui peut être fait à son sujet. Mais l’effet n’est pas aussi linéaire et direct que celui posé par le modèle « définir-puis-répondre ». Nommer un « problème » a des implications, telles que préfigurer certaines solutions et en exclure d’autres. Identifier le problème de quelqu’un en tant que « surpoids » revient par exemple à exclure qu’il soit formulé dans les termes d’une discrimination ou d’une exclusion sociale, qui seraient arbitrairement fondées sur l’apparence corporelle5, ce qui impliquerait des solutions/remèdes forts différents. Cette définition en termes de « surpoids » tend plus, cependant, à délimiter une gamme de remèdes possibles qu’à en prescrire un en particulier comme réponse nécessaire. Un homme qui décide qu’il est trop gros peut suivre un régime ou décider de faire de l’exercice. Ou bien il peut se tourner vers les causes plutôt que vers les conséquences, et entreprendre une psychothérapie.

10En bref, beaucoup de troubles paraissent vagues aux personnes concernées quand elles en prennent acte pour la première fois. Mais les mesures qu’elles engagent pour y remédier ou pour l’administrer clarifient et spécifient la nature de ces troubles. En ce sens, l’histoire naturelle d’un problème est intimement liée à l’effort d’entreprendre quelque chose à son sujet. Les actions réparatrices de toutes sortes – vivre avec, ignorer, isoler, contrôler ou corriger le trouble – sont des événements de la plus haute importance, tant pour déterminer ce qu’il va advenir du trouble que pour façonner la façon dont il va être perçu. Sur le plan conceptuel, la définition d’un trouble peut être considérée comme le facteur déclencheur autant que le produit émergent des actions réparatrices.

Troubles relationnels et remèdes intrinsèques

11Dans les situations jusqu’à présent examinées, les troubles ont été éprouvés et traités sur un mode intra-personnel. Les troubles qui impliquent une dimension interpersonnelle ont cependant un intérêt sociologique particulier. Des variations importantes sont introduites par de tels troubles relationnels, quand les efforts de réparation sont adressés à une personne par une autre qui en reconnaît les difficultés. Car, contrairement aux efforts pour remédier à des troubles personnels, toute tentative de résoudre des troubles relationnels soulève la question de la distribution des droits et des responsabilités entre les parties prenantes de cette relation.

12La différence radicale entre les processus de définition et de réparation des troubles individuels et relationnels apparaît dans la façon dont une femme, engagée dans une psychothérapie, raconte les conseils qu’elle a reçus de ses proches.

Elle s’est rendu compte de ses problèmes « […] quand je me suis retrouvée à pleurer à mon travail. À fondre en larmes quand je parlais à mes amis. À sangloter à tel point que je ne pouvais plus quitter la maison sans m’effondrer face à la première personne que je rencontrais et qui me saluait en disant : “Bonjour, comment allez-vous ?” Cela durait depuis plusieurs mois quand un voisin, un instituteur, m’a dit d’aller demander de l’aide dans une clinique psychiatrique. » Elle a jugé ce conseil utile. D’autres conseils, qu’elle n’avait pas sollicités, sont venus de deux médecins. « Un m’a dit que je n’avais pas de troubles cardiaques, mais que c’était une affection mentale qui me provoquait des douleurs dans la poitrine […] l’autre que je devais me débarrasser de mon mari parce qu’il me faisait du mal. » Mais ces conseils ne lui ont pas été d’une grande aide. Elle a également sollicité les conseils de plusieurs amis et de son mari. « Tous les amis m’ont conseillé de quitter mon mari. Quand je parle, il ne m’écoute jamais sans me ridiculiser. » (Kadushin, 1969, p. 172)

13Cette personne en difficulté s’est vue conseiller de solliciter de l’aide pour son état mental – une solution présupposant qu’au fond, son problème était de nature intrapsychique – et de quitter son mari – cette solution revenant à établir le caractère relationnel de son trouble.

  • 6 Dans ces situations, les problèmes sont ballottés entre des cadrages de type « social » et « nature (...)

14Il ne faudrait pas déduire de cette distinction que les troubles se distribueraient en troubles nécessairement ou essentiellement individuels ou relationnels. La différence provient moins des troubles en eux-mêmes que de la perspective dans laquelle ils sont saisis et traités. Un trouble d’abord perçu comme personnel peut être redéfini comme relationnel et pris en charge comme tel, et vice versa. Dans le cas de malaises corporels, par exemple, un diagnostic psychosomatique peut transformer n’importe quel symptôme physique, tels que les douleurs à la poitrine, en résultat d’une tension relationnelle. À l’inverse, les dimensions relationnelles de nombreuses formes de maladies mentales peuvent disparaître si l’on inscrit le trouble dans une autre classe nosologique ou si on lui découvre une cause organique6.

15En outre, le mouvement par lequel un trouble passe d’un cadrage individuel à un cadrage interpersonnel, et réciproquement, dépend du cycle de réparation discuté auparavant. Ainsi, si une difficulté personnelle persiste malgré l’application de remèdes intra-personnels, la personne en difficulté est plongée dans l’incertitude. En quoi consiste au juste son trouble ? Que faut-il faire à son sujet ? Ici, comme précédemment, plusieurs interprétations, souvent contradictoires, peuvent être proposées à la personne en difficulté au sujet de ce qui ne va pas, en général sous la forme de conseils relatifs à la manière de gérer le problème. Ce qui revient à dire que des versions intra-personnelles et relationnelles du trouble peuvent s’enchaîner de manière séquentielle, voire même se combiner de façon simultanée.

  • 7 Sur ces « échanges réparateurs », voir par exemple Goffman (1971, p. 95-187).

16Lorsque les troubles sont abordés en termes relationnels, les premières mesures réparatrices impliquent généralement qu’un protagoniste réagisse directement et s’efforce d’influencer le comportement de la personne en difficulté. De telles actions réparatrices, qui prennent appui sur les ressources interpersonnelles inhérentes à cette relation, peuvent être qualifiées de remèdes intrinsèques. Ces remèdes intrinsèques peuvent d’abord prendre des formes indirectes et implicites. Une femme troublée par la conduite de son mari peut exprimer que quelque chose ne va pas par une série de signaux subtils : un silence gêné, un froncement de sourcil, une grimace7. Les participants peuvent ensuite s’engager dans un processus interactionnel de négociation en vue de résoudre le trouble, sans pour autant le reconnaître comme tel. La sanction habile proposée par la personne offensée peut avoir pour effet de tempérer la conduite du contrevenant, lequel « suspend » l’offense, en l’accompagnant parfois d’« excuses ». Il se peut aussi que le contrevenant ignore la tentative de sanction et que la personne offensée « ferme les yeux ».

17Mais il se peut encore que l’affaire n’en reste pas là et qu’elle se poursuive, sur un mode pratiquement silencieux, voire même secret. Elle peut faire l’objet de plaisanteries, l’humour permettant, ici comme ailleurs, aux protagonistes concernés d’éviter de reconnaître le trouble qui les sépare, tout en en manifestant la gravité (Emerson, 1969). Le trouble peut encore devenir un enjeu explicite au cœur de leur relation. Les stratégies de gestion du trouble peuvent varier entre la posture minimale d’un « il faut que nous en parlions » et une posture accusatrice, qui qualifie de mauvaise la conduite de l’autre et affirme qu’elle doit changer.

18Une plainte directement adressée au partenaire de la relation modifie la dynamique fondamentale du trouble. Un tel coup (move) publicise, explicite et change radicalement un trouble tenu jusque-là pour individuel. La plainte directe peut porter à la lumière des différences de perception de la nature ou de la source du trouble. Des attentes implicites, relatives aux droits et aux responsabilités de l’un et de l’autre, peuvent être explicitement affirmées et, éventuellement, contestées. Le problème peut devenir le point de mire de la relation, et susciter un dialogue continu qui explore ce qui va mal et ce qu’il faudrait faire, qui envisage des possibilités et qui fait des choix. La plainte ne fait pas qu’organiser et consolider le trouble. Elle le place au foyer d’une relation d’échange entre deux personnes et le constitue comme un problème éminemment interpersonnel.

19Il se peut que les plaintes initiales marquent le début d’un long cycle de réparation. Le recours précoce à des solutions interpersonnelles peut n’avoir que des effets limités ou temporaires, et d’autres stratégies peuvent être engagées pour influencer le comportement de l’autre, avec plus ou moins de succès. Jackson (1954, p. 572) a décrit une série typique de remèdes mis en œuvre sans succès par des épouses pour essayer de maîtriser un problème d’alcool naissant chez leur mari.

Elles menacent de le quitter, cachent les bouteilles d’alcool, les vident dans l’évier, limitent son accès à l’argent, dans des tentatives qui se succèdent rapidement, sans qu’aucune ne s’avère efficace. Des méthodes moins punitives, telles que discuter de la situation quand il est sobre, prendre soin de lui pendant ses gueules de bois, boire avec lui pour le retenir à la maison, sont également mises à l’épreuve, mais toutes échouent.

20Ces tentatives de solution révèlent la nature et la gravité du problème.

21La compréhension de ces questions est compliquée par le caractère partiel et rétrospectif des troubles et des comptes rendus de leur développement. Les versions particulières de ce qu’est le problème, de la manière dont il est survenu et de la réponse qui lui a été donnée, sont susceptibles d’être franchement partisanes et vivement contestées. Les personnes directement concernées par le trouble peuvent ne jamais parvenir à un accord sur sa définition, ni même sur la reconnaissance de son existence. Un mari peut, par exemple, se plaindre à sa femme de ses sorties nocturnes, mais celle-ci peut refuser de voir quoi que ce soit de problématique dans sa conduite. Lorsqu’elle est confrontée aux réprimandes ou aux menaces de son époux, c’est dans le comportement de ce dernier qu’elle identifie un trouble – en l’occurrence une insistance déraisonnable pour qu’elle reste à la maison. Les revendications relatives à l’existence ou à la nature d’un trouble sont des produits de la situation problématique et s’enracinent en elle.

22Deuxièmement, beaucoup de troubles ne sont formulés que rétrospectivement, souvent à des fins partisanes. Des incidents relationnels antérieurs peuvent être réinterprétés à la lumière de diagnostics ultérieurs. C’est ainsi qu’un protagoniste lésé peut en prendre conscience : « Maintenant, je réalise ce qui me gêne dans la façon dont vous me traitez ! », ou « Maintenant, je comprends pourquoi j’ai toujours détesté quand vous faisiez cela ! ». De plus, ce n’est souvent que plus tard que les protagonistes d’un trouble formulent explicitement les étapes et les composantes distinctives du processus de réparation. Le moment d’apparition du trouble ne sera daté que rétrospectivement ; et l’attribution de causes est partie prenante de la lutte interpersonnelle en cours pour déterminer ce qu’est le trouble et comment y remédier. De même, c’est souvent après coup que sont questionnés les droits et les responsabilités en jeu dans la relation, et qu’est ressaisi le sens des actions en tant que plaintes ou réparations. Par exemple, ce sera quand le plaignant éprouvera un sentiment que les choses sont devenues intolérables qu’il se référera à sa tolérance passée à l’égard du trouble comme à une preuve de ses tentatives persistantes de le régler de façon juste et équitable.

23De même que pour les troubles intra-personnels en train de naître, les troubles relationnels peuvent ne pas s’aggraver. Les plaintes et les remèdes qui s’ensuivent peuvent être suffisamment efficaces pour satisfaire la partie lésée. Le trouble peut se perpétuer dès lors que chacune des parties rejette les versions et les propositions de solution de l’autre partie. Une plainte formulée peut être abandonnée et ignorée dès lors que la personne qui se sentait initialement offensée a appris à vivre avec le problème. Ou, comme le note Goffman (1969, p. 364-365), la partie affectée par le trouble peut accéder aux demandes de l’autre partie, redéfinir la conduite qui pose problème comme légitime, et en conséquence, réallouer de nouveaux droits et responsabilités dans la relation. Dans ces circonstances, la volonté d’accepter, ou tout au moins de supporter une conduite qui a été taxée de problématique, ou à l’inverse, l’inclination à maintenir la pression sur cette conduite en lui cherchant d’autres réponses et remèdes, sont décisives pour le processus de développement d’un trouble.

24Il y a toutefois une condition restrictive : aucune des parties concernées par ce trouble ne doit mettre un terme à la relation qu’elle entretient avec la situation problématique. Alors que le refus ou le retrait constituent des réponses faciles à mettre en œuvre lors de contacts éphémères avec les autres (Goffman, 1963), ces stratagèmes ne sont pas praticables ou acceptables face à des troubles qui surviennent dans des relations durables (Goffman, 1969, p. 365). Lorsque la fuite est exclue, les troubles et leurs stratégies de résolution augmentent considérablement en complexité. De telles circonstances poussent souvent à rechercher des solutions à l’extérieur.

Plaintes et intervention de tiers

25Quand les remèdes intrinsèques échouent et qu’aucun accommodement ne s’annonce, des tierces parties sont susceptibles d’être enrôlées dans la situation problématique et d’y jouer un rôle actif et central. Il se peut que ces tiers soient impliqués dans une difficulté relationnelle dès son origine : le mari d’une épouse volage, par exemple, peut discuter avec sa mère, sa sœur ou son meilleur ami de la situation – pourquoi elle se produit et comment y répondre. Et sa compréhension de ce qu’est le problème et des manières d’y faire face peut être façonnée de manière décisive par les points de vue et les analyses de ces proches. Pourtant, aussi longtemps que ces tiers n’interviennent que pour prodiguer conseils et soutien, le trouble demeure essentiellement privé. En particulier, les tentatives d’agir continuent de relever de l’initiative des parties qui étaient directement impliquées dès l’origine du trouble. Toutefois, sitôt qu’un protagoniste extérieur ne se contente plus de donner des conseils et se met à intervenir activement, la structure du trouble subit des changements significatifs.

26Dans bien des cas, la ligne de démarcation entre la consultation pour un avis éclairé et la demande d’intervention plus active peut être floue. De fortes pressions sont exercées sur les conseillers pour les convertir en participants directs. Les amis, les conseillers et les thérapeutes d’une partie peuvent décider de s’impliquer directement dans le trouble, en prenant par exemple un mari à part pour lui faire comprendre à quel point sa femme est affectée par sa consommation d’alcool. Un tel engagement devient décisif quand un tiers intervient directement et entre en relation avec les protagonistes de la situation problématique, lesquels, dès lors, ne traitent plus exclusivement l’un avec l’autre. À la suite d’un tel événement, les solutions envisagées ne proviennent plus de l’intérieur de la relation perturbée, mais de l’extérieur.

  • 8 Sur les « rôles de l’agent », voir Goffman (1961, p. 136).
  • 9 [NdT. : Un troubleshooter peut désigner en anglais un dépanneur, un médiateur de conflits (dans une (...)
  • 10 De nombreux agents réparateurs s’attendent à ce que les rôles de plaignant et de victime soient jou (...)

27Avec l’appel à l’intervention d’un tiers, les rôles suivants8 se différencient dans le processus de réparation. D’abord, il y a un plaignant, qui annonce l’existence d’un trouble en cherchant comment y remédier. Ce rôle du plaignant peut être distinct du rôle de la victime, c’est-à-dire de la personne tenue pour offensée, blessée ou lésée. Ensuite, il y a le remédiateur (troubleshooter9), agent réparateur à qui le trouble est confié pour y remédier et le médiatiser. Enfin, un responsable peut être désigné sous la figure du fauteur de trouble (troublemaker10).

28D’une manière générale, il semble que la décision de demander une intervention à l’extérieur de la relation, ainsi que le type d’intervention souhaité, soient étroitement liés aux tentatives antérieures de faire face au trouble – afin de l’éviter, de l’isoler ou de le supprimer. Certains facteurs doivent être pris en compte, comme les types de mécanismes de contrôle et de résolution disponibles dans cette situation sociale-ci, les conditions et les limites qui encadrent leur utilisation, l’existence et la force des liens avec d’éventuels remédiateurs et le degré de légitimité accordé à la participation de ces tierces parties à la situation troublée. Ces facteurs façonnent non seulement la nature des premiers efforts pour répondre au trouble dans la relation, mais aussi la forme et le moment de ces interventions extérieures.

29Les modes de résolution de la situation problématique par des tiers ont tendance à passer par plusieurs étapes. Les premières personnes invitées à résoudre le trouble sont habituellement des amis ou des parents proches de l’une des parties en cause, sinon des deux. L’implication de ces remédiateurs personnels repose précisément sur les relations personnelles qu’ils entretiennent avec l’une ou l’autre des parties. Bien qu’ils puissent être en mesure de remédier au trouble, leur intimité peut également être un obstacle. Par exemple, si le remédiateur est identifié comme l’allié de l’un des protagonistes, le poids de leurs relations antérieures pourra faire obstacle à une solution mutuellement acceptable.

30Dans un second temps, les troubles peuvent évoluer en donnant une place toujours plus grande à des remédiateurs officiels et agréés. Dans certains cas, cette participation peut intervenir de façon imprévue et épisodique. Comme Jackson (1954) l’a noté au sujet du mari buveur, c’est dans l’urgence que des agents externes peuvent être introduits dans la situation – par exemple, par un appel à la protection policière –, puis lors de contacts plus réguliers avec des médecins, des organismes sociaux, des centres de sevrage et peut-être l’association des Alcooliques anonymes. Dans d’autres situations, des remédiateurs officiels peuvent être contactés en personne par les protagonistes en difficulté en raison de leur expertise ou de leur neutralité, comme lorsqu’un couple décide de soumettre ses problèmes à un conseiller conjugal.

31Habituellement, les premiers des agents officiels à s’impliquer dans les troubles sont des « généralistes », tels que les policiers (Cumming, Cumming & Edel, 1965 ; Parnas, 1967), les médecins de famille (Freidson, 1961) ou les ministres du culte (Cumming & Harrington, 1963 ; Weiss, 1973). La préférence initiale pour de tels remédiateurs reflète une variété de facteurs. Ces agents sont relativement disponibles pour le commun des plaignants et les profanes savent à quoi s’en tenir (Freidson, 1961, 1970) : ils s’adressent à eux en cas de troubles relationnels, du fait du caractère général et inclusif de leurs mandats professionnels.

32Même le choix initial du remédiateur peut être lourd de conséquences. La sélection d’un agent en particulier peut imposer de façon péremptoire la définition d’un trouble jusqu’alors ouvert ou discuté. En outre, cette sélection risque de faire apparaître comme inconciliables les différences entre les protagonistes du trouble. Par exemple, suggérer à son conjoint de voir un psychiatre peut faire exploser des dissensions jusqu’alors latentes. L’offre d’une solution exacerbe alors le trouble antérieur : « Tu veux que je voie un psychiatre ! Tu crois que c’est moi qui suis fou ? »

33En outre, ce choix initial d’un remédiateur peut avoir des conséquences qui, si elles ne sont pas nécessairement irréversibles, déterminent si, où et comment un trouble circulera par la suite dans tel ou tel réseau de spécialistes. Quand un trouble a résisté aux efforts réparateurs, ou quand il semble qu’il serait traité de manière plus appropriée ailleurs, les remédiateurs initiaux ont tendance à en transmettre la prise en charge à d’autres remédiateurs, souvent plus spécialisés. Goffman (1961) parlait de « circuit d’agents » : les troubles peuvent passer d’un agent à un autre, dans le sens d’une expertise toujours plus pointue, et, parfois aussi, vers des prises en charge plus coercitives et punitives.

34En se déplaçant le long d’un circuit de remédiateurs, un trouble ambigu au départ tend à se cristalliser, tandis que de nouvelles méthodes et de nouvelles ressources pour le prendre en charge sont recherchées et mises en œuvre, au détriment des solutions précédentes, tenues pour inefficaces. Dans ce processus, un individu peut se voir attribuer le rôle de fauteur de trouble et être explicitement identifié comme déviant. Quand des traitements généralistes de la déviance ont été testés et ont échoué, le fauteur de trouble peut être orienté vers des spécialistes dans d’autres domaines de déviance, et la nature de son trouble connaître une réinterprétation, tandis que de nouvelles procédures d’élimination, de réduction ou de confinement sont mises en œuvre.

35Il est important de comprendre comment une intervention de l’extérieur transforme radicalement des troubles tenus auparavant pour privés, car cette transformation montre très clairement la nature négociée (plutôt qu’intrinsèque) des problèmes. Alors que les désaccords à propos de la nature du trouble et des remèdes à y apporter étaient auparavant confinés aux parties initiales (et sous leur contrôle), l’implication d’une tierce partie reconstitue le trouble comme un phénomène d’ordre public. Gulliver (1969, p. 24) l’avait signalé à propos du processus de règlement de la dispute : « Le désaccord initial est élevé de l’horizon de l’argumentation dyadique à celui de l’arène publique. » Dans cette dynamique vers une situation triadique, les parties de la dyade originelle ne peuvent plus s’orienter exclusivement l’une vers l’autre. Elles doivent s’adresser à la tierce partie et lui présenter leur point de vue. Dans ce processus, les présuppositions, les revendications et les anticipations relationnelles, jusque-là tenues pour allant de soi, doivent être clamées et justifiées. De plus, dans la mesure où les standards mis en œuvre par le remédiateur pour soupeser les revendications des uns et des autres sont divergents par rapport à ceux des parties impliquées à l’origine dans le trouble, de nouveaux fondements doivent être établis à leurs droits et à leurs responsabilités. Des conduites qui étaient traitées comme idiosyncrasiques dans la relation dyadique doivent être à présent explicitées et légitimées en termes plus universels. De fait, les parties peuvent apprendre à leur grande surprise et consternation que certains des éléments sur lesquels se fonde leur épreuve d’une situation problématique sont vus par les autres comme « normaux » ou « désirables ».

36Présenter le problème à une tierce partie peut fournir une première occasion de voir le trouble comme un tout cohérent et d’en formuler une histoire explicite. Comme les personnes en état de trouble essaient de faire valider leurs prétentions par cette tierce partie, nouvellement impliquée, les conduites, les situations et les difficultés antérieures doivent être réinterprétées et réorganisées en péripéties du trouble en cours, tandis que d’autres éléments peuvent être cadrés comme des remèdes à expérimenter. Ainsi, la nécessité de rendre compte à la tierce partie des actions passées et de justifier des réactions réparatrices peut engendrer des histoires minutieusement documentées sur les causes, l’origine et la persévérance du trouble, en même temps qu’élargir le spectre des accusations de mauvaise conduite.

37Au bout du compte, l’intervention extérieure affecte directement tant les dimensions de définition que de réparation du trouble. Les perspectives de la tierce partie doivent à présent être anticipées : les protagonistes de la situation problématique doivent répondre aux actions réparatrices qu’elle propose, dans la mesure où celles-ci ont un impact crucial sur les façons de définir et de maîtriser le trouble. Si des remédiateurs officiels sont impliqués, le trouble peut être traité comme un « cas ». Une histoire officielle se sédimente petit à petit tandis que le trouble se déplace dans le système des renvois d’un spécialiste à un autre. Différents modes de résolution, qu’aucun des protagonistes de la dispute originale ne souhaitait pourtant, peuvent se détacher et s’imposer au bout du compte.

38Pour résumer, la tentative de peser sur le cours de l’intervention peut conduire à une clarification et à une spécification progressives de la nature et de la gravité du trouble. Plus concrètement, les réactions aux modes d’intervention de tierces parties – en particulier quand et comment le remédiateur intervient – contribuent à définir et à organiser la situation problématique. Pour mettre en lumière la signification théorique de ces processus, nous allons à présent considérer les difficultés que les troubles posent au remédiateur, au moment initial de son intervention.

Traiter les réclamations : les possibles de l’intervention

39Pour un remédiateur extérieur, les troubles posent un problème d’alignement : il lui faut décider quelle attitude adopter vis-à-vis des différentes parties et des enjeux de leur dispute. Comme Aubert (1965) l’a montré, les remédiateurs ont en général le choix entre deux possibilités : considérer le trouble comme un conflit ou comme une déviance.

40Traiter le trouble comme un conflit revient à refuser de s’aligner, soit en évitant de s’engager dans aucun camp, soit en s’engageant équitablement de part et d’autre et en recherchant une médiation entre les parties. Par exemple, la police répond de façon routinière aux cas de violence familiale en s’interposant entre mari et femme et en trouvant une solution immédiate, même si temporaire (Parnas, 1967, p. 923-933). En adoptant un tel rôle, le remédiateur définit le trouble comme un conflit et son intervention est symétrique eu égard aux positions et aux réclamations des deux parties (Aubert, 1965, p. 18).

41Par opposition, en traitant le trouble comme une déviance, le remédiateur est directement confronté aux difficultés de l’alignement : sa position vis-à-vis du trouble et de la plainte est fonction du parti qu’il prend. Dans des circonstances particulières, la police renoncera à trouver une forme de conciliation dans une dispute domestique et réagira ouvertement en adoptant la perspective de l’une des parties, par exemple en arrêtant le mari agressif et en l’emmenant hors du domicile conjugal (Parnas, 1967). Dans une intervention aussi inéquitable, le trouble n’est pas spécifié comme conflit, mais comme déviance. Le noyau relationnel du trouble est dissous avec l’attribution unilatérale de tous les torts à l’une des parties (qualifiée de déviante) et de tous les droits à l’autre partie (qualifiée de victime).

42Une variété de facteurs détermine la probabilité d’une intervention symétrique ou asymétrique. En premier lieu, à un niveau structural, l’affirmation de certains types de droits et de réclamations peut être proscrite légalement, comme lorsque le droit pénal nie aux travailleurs un droit légitime à la grève ou aux contestataires un droit légitime à voler ou à tuer un ennemi. Un tel déni de légitimité va bien sûr de pair avec la prescription d’une intervention unilatérale à l’encontre de la partie dont la requête est tenue pour illégitime.

43Deuxièmement, les remédiateurs opèrent souvent en s’appuyant sur une théorie du trouble et des idéologies d’intervention qui impliquent des réponses symétriques ou asymétriques. Les présuppositions du droit pénal, par exemple, encouragent des jugements absolus dans l’imputation de la responsabilité, et ses sanctions sont en général unilatérales contre la personne fautive. La médicalisation du trouble, en en localisant la source dans un dysfonctionnement physiologique de l’individu, engendre également des solutions asymétriques. Quant à ceux qui s’occupent de cas de mauvais traitements infligés à des enfants, ils sont gagnés à l’avance à une idéologie de la maltraitance et procèdent en déterminant s’il y a eu ou non un auteur de ce crime. Par contre, certains remédiateurs disposent de théories réparatrices qui leur permettent, et leur imposent même, de ne pas prendre parti. Les conseillers matrimoniaux recourent fréquemment à une idéologie thérapeutique pour éviter de porter des jugements en termes de bien et de mal, de droit et de tort, et pour adopter une attitude neutre vis-à-vis des troubles. Chaque trouble peut être traité comme un problème relationnel, même si le conseiller peut conclure en privé, à titre personnel, que l’une des parties, plus fautive, est davantage à blâmer que l’autre.

  • 11 L'intervention symétrique d’un personnage qui intervient comme médiateur est caractéristique des pr (...)

44Troisièmement, la forme de l’intervention est affectée par le pouvoir dont dispose le remédiateur en relation aux parties impliquées dans la situation problématique. L’intervention de tierces parties, dont l’autorité dépend du soutien ou de l’accord des premières, tend à prendre des formes symétriques11. Les remédiateurs personnels, parents ou amis, peuvent choisir leur camp, mais ils le font d’ordinaire sans imposer leur solution contre la résistance du camp adverse. L’intervention de tiers proches tend donc à prendre la forme d’un acte de médiation : ils doivent négocier une solution qui soit mutuellement acceptée par les parties, en s’appuyant sur des ressources et en appliquant des sanctions d’ordre personnel. Par contre, de nombreux remédiateurs officiels disposent du pouvoir d’imposer des solutions unilatérales à travers des décisions judiciaires (Eckhoff, 1966), même dans le cas d’une opposition de l’une ou des deux parties. Quand les efforts de médiation sont restés vains, une intervention officielle peut être recherchée par l’un ou l’autre des protagonistes, afin de mettre un terme par la contrainte à cette situation insoluble.

45La nature d’une intervention extérieure est façonnée par des facteurs situationnels, qui la conditionnent. Les troubles tendront à avoir des solutions asymétriques dans la mesure où l’une des parties, sinon les deux, résiste au compromis et dispose de marges de manœuvre et de ressources de pouvoir pour faire valoir sa position. De plus, les conditions dans lesquelles l’intervention d’un tiers est demandée préfigurent une réponse symétrique ou asymétrique. Les remédiateurs peuvent être convoqués comme médiateurs dans la situation problématique, comme lorsqu’un couple accepte de régler d’un commun accord ses difficultés conjugales en présence d’un conseiller. En d’autres occasions, l’une ou l’autre partie peut rechercher unilatéralement une intervention extérieure. Cette démarche se solde souvent par des accusations de mauvaise conduite adressées contre la partie devenue adverse, et par la présentation du trouble dans la perspective la plus partiale possible afin d’obtenir l’intervention souhaitée. Quand l’accusation d’une partie se fait depuis une plus forte position de pouvoir, la probabilité d’une intervention unilatérale dans les termes de cette partie augmente.

46La plainte à une tierce partie, que ce soit sous la forme d’une demande d’aide ou d’un acte d’accusation, n’est que le point de départ de l’intervention qui suivra. Ces plaintes sont soumises à l’inspection et à l’éventuelle révision des remédiateurs, qui opèrent en étant conscients que les allégations peuvent être fausses ou distordues, que l’attribution de responsabilité et de culpabilité peut être trompeuse et non valide, et que l’action réparatrice qui est proposée peut être illégitime, ou avoir une valeur d’exploitation ou de subversion. L’agent de probation, chargé du suivi de la liberté surveillée auprès d’un tribunal pour mineurs, peut réagir à des allégations qu’un adolescent se conduit de façon inacceptable et qu’il est « hors contrôle », en calmant les parents à l’origine de l’accusation. Un remédiateur peut prendre parti dans une situation problématique où il était supposé être un médiateur neutre. Il peut encore s’en tenir au cadre initialement proposé, mais soit redéfinir le problème (par exemple, les différences entre parents et enfant reflètent un « manque de communication »), soit renverser le processus d’attribution des rôles du coupable et de la victime. Le patient de Goffman, convaincu d’« emmener sa femme chez le psychiatre » (1961, p. 138 [1968, p. 192]), est un exemple classique de cette dernière possibilité.

47Ces considérations mettent en lumière l’importance de la façon dont les termes de l’intervention du remédiateur peuvent avoir des conséquences sur la transformation du trouble. Même là où cette intervention est façonnée par les seules actions de l’une ou des deux parties concernées par le trouble, de sorte que la solution mise en œuvre ratifie simplement ce qui avait été initialement proposé, ce sont, en termes analytiques, la nature et l’orientation de l’intervention qui déterminent en quoi consiste le trouble. Cela ne signifie pas que les remédiateurs peuvent intervenir librement. Leur action peut être étroitement contrainte par la nécessité de prendre en compte une histoire antérieure, des jeux de position et des rapports de pouvoir, et les attentes des parties respectives. Elle l’est encore par les prescriptions d’une idéologie professionnelle ou institutionnelle et par des facteurs situationnels ou pratiques. Toute intervention d’un remédiateur peut être radicalement renversée ou révisée par une intervention ultérieure, notamment celle accomplie par un officiel, qui conduit à un réalignement du trouble sous les catégories de la déviance ou du conflit.

  • 12 Voir la résolution par la police du cas « Big Jim » (Bittner, 1967, p. 709-710).

48Les processus d’intervention de tierces parties fournissent la clef de la consolidation des troubles. Elles ne font donc pas que s’appuyer sur une définition de la situation problématique comme méritant un traitement équilibré ou unilatéral. Les réponses qu’elles donnent ont leur propre logique et leur propre dynamique, parfois en désaccord avec les définitions du trouble comme déviance ou conflit. Les idéologies professionnelles peuvent prescrire une réponse préétablie à tous les troubles, sans égard pour les détails de cas particuliers – par exemple, les conseillers matrimoniaux avancent systématiquement des lectures relationnelles à tous les problèmes conjugaux. Mais la prise en compte de paramètres pragmatiques et situationnels peut engager l’intervention dans des directions qui n’étaient pas prévisibles sur le fondement de l’évaluation de cas spécifiques de mauvaise conduite par le remédiateur. Les efforts de ceux qui recourent à des lectures relationnelles peuvent être contrecarrés par l’impossibilité de trouver une solution mutuellement acceptable par les deux parties, et peuvent alors recourir à une réponse unilatérale comme à un expédient pratique. Des agents psychiatriques en santé communautaire peuvent ainsi rencontrer des situations où ils estiment que les deux parties souffrent clairement d’un trouble psychiatrique, et décider pourtant de n’en interner qu’une seule, du fait que la situation leur paraît trop explosive pour rester inchangée (Emerson & Pollner, 1976). À l’inverse, les remédiateurs peuvent répondre de façon impartiale, tout en reconnaissant un déséquilibre des bonnes et des mauvaises raisons d’agir de part et d’autre (Bittner, 1967, à propos du maintien de la paix par la police). Les remédiateurs peuvent même intervenir au nom d’une partie dont ils sont pourtant convaincus qu’elle est en tort, si une telle attitude offre une garantie de résolution définitive du trouble12. Ces différents exemples éclairent la façon dont les formes particulières du trouble, y compris la déviance et le conflit, peuvent être configurées en cours d’action par les réponses des remédiateurs, et ne sont pas prédéterminées par leurs définitions du trouble.

Vers une sociologie du trouble

49En conclusion, nous voudrions explorer certaines implications de la micro-politique du trouble ici proposée pour les approches interactionnistes de la déviance qui prédominent aujourd’hui.

50Premièrement, nombre de ces approches examinent la production de la déviance à des étapes déjà avancées. Souvent, la population à étudier regroupe tous ceux qui ont subi une sanction majeure, parfois irrévocable, comme un placement institutionnel, et qui sont déjà identifiés comme déviants. Une telle sanction fournit un « point d’arrivée » (qui pourra plus tard se révéler n’avoir été qu’une « étape ») depuis lequel il est possible de traiter un acteur comme une espèce particulière de déviant et d’ordonner ses activités passées et ses événements biographiques comme menant à ce « point d’arrivée ». Cette conception de la carrière déviante, cependant, organise les épisodes d’une histoire d’une façon qui lui aurait été étrangère à un stade d’expérience plus précoce, quand les définitions étaient encore ambiguës et les résultats incertains. De surcroît, ces approches se focalisent sur des cas qui ont été qualifiés de déviants et négligent les cas qui y ont réchappé. S’ils ne sont pas purement et simplement négligés, de tels cas sont envisagés du point de vue de cet échec : pourquoi n’y sont-ils pas parvenus ? En ce sens, les modèles de carrière déviante présupposent et requièrent à la fois un point d’aboutissement déviant. Par contraste, le concept de « trouble » oriente l’attention non seulement vers les phases précoces des carrières de déviance, mais également vers des situations générales de « non-déviance » ou de « pré-déviance ». Il maintient ouverte la possibilité que de nombreux troubles, aux potentialités déviantes, puissent « ne déboucher sur rien », ou donner lieu à une situation dont toute imputation de déviance est absente, ou être définies à l’épreuve d’une catégorie de déviance parmi d’autres possibles. De la sorte, le concept de « trouble » prend en compte l’ouverture et l’indétermination des points d’aboutissement d’une carrière déviante, en abandonnant en partie la centralité de la notion de déviance elle-même.

  • 13 Voir la proposition de Fletcher et al. (1974, p. 59) de voir le processus clef de l’« étiquetage » (...)

51Deuxièmement, la micro-politique du trouble pointe vers un approfondissement de l’imagerie élémentaire de la désignation de déviance. C’est un axiome de la perspective de l’étiquetage que les déviants sont les produits d’une définition sociale. Cette définition comprend en général l’imputation d’une identité immorale et d’un statut hors normes. Douglas (1971), par exemple, voit dans la déviance le produit d’une négociation de « significations morales », et Katz (1972, p. 192) la conceptualise comme l’assignation d’un statut ontologique ou moral défectueux. Mais une insistance exclusive sur les « significations » court le risque d’être unilatérale. Il a été argumenté ici que la définition du trouble façonne la réaction qui la façonne en retour. La désignation du déviant est le produit des efforts de réparation13, qui impliquent des composantes d’action autant que d’interprétation, lesquelles peuvent varier indépendamment les unes par rapport aux autres. Un déviant ne devrait pas seulement être compris comme quelqu’un qui est condamné moralement, mais comme quelqu’un à qui on s’oppose. Et si, en certaines occasions, la condamnation morale semble précéder la mise au ban d’une personne et en être la cause, le fait d’avoir été mis au ban engendre toujours de l’opprobre moral chez les autres.

  • 14 La différence engendrée par la présence et la préférence des plaignants a été documentée par les tr (...)

52Troisièmement, la micro-politique du trouble insiste sur un point qui n’est pas suffisamment explicité dans de nombreuses recherches qui se revendiquent de la perspective de l’étiquetage, et qui n’a jamais été relevé par ses critiques. Les actions que l’on oriente vers une autre personne (ou vers soi-même) en tant que « déviante » dépendent fortement (sans être totalement déterminées par eux) des cadres de référence et des ressources à disposition des remédiateurs officiels, des plaignants et des victimes, impliqués dans une situation problématique14. La perspective de l’étiquetage, à proprement parler, ne soutient pas que les officiels, les plaignants et les victimes ne prennent pas en compte les activités des déviants, et elle ne recommande pas davantage aux analystes d’ignorer ces activités. Elle propose que les analystes s’efforcent de prendre en compte et de rendre compte (account) du rôle des officiels, des plaignants et des victimes dans la détermination des définitions et des solutions, et dans leur re-spécification ultérieure. Les activités des personnes qui sont finalement traitées (ou non) comme déviantes, ainsi que les activités des plaignants et des victimes, des fauteurs de trouble et des éradicateurs de trouble, sont alors conçues comme des facteurs dont les conséquences sont variables, plus ou moins temporaires ou durables. Les conditions d’une telle variation devraient être un sujet central d’enquête et d’analyse.

53Cette considération nous conduit à un dernier point. Quoique notre propos vise avant tout des processus d’interaction, d’ordre micro-politique, nous reconnaissons et insistons même sur le fait qu’une sociologie du trouble, menée à son terme, devrait également inclure des questions macro-politiques. Une telle macro-politique du trouble conduirait à enquêter sur les façons dont des intérêts économiques, sociaux et politiques plus vastes façonnent à la fois les cadres de référence disponibles pour identifier le trouble et les moyens institutionnalisés d’y remédier. Des tendances sociales dans la longue durée, comme la formation des États-nations ou la centralisation du pouvoir politique, le passage du capitalisme marchand au capitalisme industriel, la diffusion de modèles d’organisation bureaucratique ou la transition du marché libéral du « laisser-faire, laisser-aller » à la constitution d’entreprises oligopolistiques, s’avèrent ont eu de sérieuses conséquences sur les modes de définition et de résolution des problèmes. Certaines formes de punition comme le bannissement ou l’exil ont été exclues par la création des États, ce qui a contribué à la construction de prisons (Langbein, 1976). La différenciation de catégories spécifiques de déviants a été motivée par le développement des marchés du travail, tandis que la « désincarcération » a été encouragée par l’État providence (Scull, 1977). La complexification du droit s’est parfois faite sous la coupe de la croissance de l’économie, conduisant à la reconnaissance de nouveaux types de « crimes », à leur inscription dans la législation et à leur répression au nom de la loi (Hall, 1952). Et, finalement, des institutions bureaucratiques n’ont eu de cesse d’œuvrer pour réguler la façon dont certaines activités, telles que la détention et la consommation de marijuana, sont appréhendées et traitées (Dickson, 1970).

54Ce n’est pas ici le lieu d’entrer dans les détails. Contentons-nous d’insister sur le fait que la proposition de développer une micro-politique du trouble ne doit pas se faire aux dépens d’une macro-politique du trouble. En contrepoint de l’enquête sur les forces puissantes qui affectent les activités de groupes et d’individus, qualifiés de déviants, cette macro-politique de la déviance devrait également explorer minutieusement comment les significations attribuées à ces activités et les opérations engagées à leur égard en sont elles-mêmes affectées.

Bibliographie

Allon Natalie (1973), « Group Dieting Rituals », Society, 10, p. 36-42.

Aubert Vilhelm (1965), The Hidden Society, Totowa, N.J., Bedminster Press.

Balint Michael (1957), The Doctor, His Patient and the Illness, New York, International Universities Press.

Becker Howard S. (1963), Outsiders : Studies in the Sociology of Deviance, New York, Free Press.

Bittner Egon (1967), « The Police on Skid-Row : A Study of Peace Keeping », American Sociological Review, 32, p. 699-715.

Black Donald J. & Albert J. Reiss Jr. (1970), « Police Control of Juveniles », American Sociological Review, 35, p. 733-747.

Cumming Elaine, Cumming Ian M. & Laura Edell (1965), « Policeman as Philosopher, Guide and Friend », Social Problems, 12, p. 276-286.

Cumming Elaine & Charles Harrington (1963), « Clergyman as Counselor », American Journal of Sociology, 69, p. 234-243.

Dickson Donald T. (1970), « Marijuana and the Law : Organizational Factors in the Legislative Process », Journal of Drug Issues, 3, p. 115-122.

Douglas Joseph D. (1971), American Social Order : Social Rules in a Pluralistic Society, New York, Free Press.

Eckhoff Tortstein (1966), « The Mediator, the Judge and the Administrator in Conflict-Resolution », Acta Sociologica, 10, p. 148-72.

Emerson Joan P. (1969), « Negotiating the Serious Import of Humor », Sociometry, 32, p. 169-181.

Emerson Robert M. & Melvin Pollner (1976), « Mental Hospitalization and Assessments of Untenability », presented at the Annual Meetings of the Society for the Study of Social Problems, New York.

Emerson Robert M. & Sheldon L. Messinger (1977), « The Micro-Politics of Trouble », Social Problems, 25 (2), 1977, p. 121-134.

Fletcher, C. Richard, Manning Peter K., Reynolds L. T. & J. O. Smith (1974), « The Labeling Theory and Mental Illness », in P. M. Roman & H. M. Trice (eds), Explorations in Psychiatric Sociology, Philadelphia, F. A. Davis, p. 43-62.

Freidson Eliot (1961), Patients’ View of Medical Practice : A Study of Subscribers to a Prepaid Medical Plan in the Bronx, New York, Russell Sage Foundation.

Freidson Eliot (1970), Profession of Medicine : A Study of the Sociology of Applied Knowledge, Chicago, University of Chicago Press.

Garfinkel Harold (1967), Studies in Ethnomethodology, Englewood Cliffs, N. J., Prentice-Hall.

Gibbs Jack P. (1966), « Conceptions of Deviant Behavior : The Old and the New », Pacific Sociological Review, 9, p. 9-14.

Goffman Erving (1961), Asylums. Garden City, New York, Doubleday [1968, Asiles. Études sur la condition des malades mentaux, Paris, Minuit].

Goffman Erving (1963), Behavior in Public Places, New York, Free Press.

Goffman Erving (1969), « The Insanity of Place », Psychiatry, 32, p. 352-388.

Goffman Erving (1971), Relations in Public, New York, Basic Books.

Goffman Erving (1974), Frame Analysis : An Essay on the Organization of Experience, Cambridge, Harvard University Press [1991, Les cadres de l’expérience, Paris, Minuit].

Gulliver Philip Hugh (1969), « “Introduction” to Case Studies of Law in Non-Western Societies », in L. Nader (ed.), Law in Culture and Society, Chicago, Aldine, p. 11-23.

Hall Jerome (1952), Theft, Law, and Society (2e éd.), Indianapolis, Bobbs-Merrill.

Hewitt John P. & Peter M. Hall (1973), « Social Problems, Problematic Situations, and Quasi-Theories », American Sociological Review, 38, p. 367-374.

Jackson Joan K. (1954), « The Adjustment of the Family to the Crisis of Alcoholism », Quarterly Journal of Studies on Alcohol, 15, p. 562-586.

Kadushin Charles (1969), Why People Go To Psychiatrists, New York, Atherton Press.

Katz Jack (1972), « Deviance, Charisma, and Rule-Defined Behavior », Social Problems, 30, p. 186-202.

Kitsuse John I. (1972), « Deviance, Deviant Behavior, and Deviants : Some Conceptual Problems », in W. J. Filstead (ed.), An Introduction to Deviance, Chicago, Markham, p. 233-243.

Langbein John H. (1976), « The Historical Origins of the Sanction of Imprisonment for Serious Crime », The Journal of Legal Studies, 5, p. 35-60.

Nader Laura (1965), « The Anthropological Study of Law », American Anthropologist, 67, p. 3-32.

Orcutt James D. (1973), « Societal Reaction and the Response to Deviation in Small Groups », Social Forces, 52, p. 259-267.

Parnas Raymond I. (1967), « The Police Response to the Domestic Disturbance », Wisconsin Law Review, 4, p. 914-960.

Scull Andrew T. (1977), Decarceration : Community Treatment and the Deviant. A Radical View, Englewood Cliffs, N. J., Prentice-Hall.

Spector Malcolm & John I. Kitsuse (1973), « Social Problems : A Reformulation », Social Problems, 21 (2), p. 145-159.

Weiss Robert S. (1973), « Helping Relationships : Relationships of Clients with Physicians, Social Workers, Priests, and Others », Social Problems, 20, p. 319-328.

Notes

1 Notre approche creuse, dans le registre de l’interaction, une veine parallèle à celle que Spector et Kitsuse (1973) ont récemment ouverte, à l’échelle de la collectivité, pour l’analyse de la définition et la cristallisation des problèmes sociaux. Ils proposent un modèle d’histoire naturelle pour examiner les « activités de revendication et de réponse » (p. 146) qui conduisent à l’identification d’un problème social émergent.

2 [NdT. : « Remedial » est une référence explicite à Goffman, que nous traduirons ici par « réparateur », en reprenant la traduction en français de Relations in Public (1971). Cette option fait cependant perdre le lien avec l’expression en anglais de « remédier à un problème ».]

3 C’est le point de vue de Hewitt et Hall (1973). En s’intéressant à la manière dont des « quasi-théories » peuvent servir l’imputation de déviance dans des situations problématiques, ils conçoivent le processus comme étant essentiellement celui au cours duquel des événements troublés sont expliqués et rendus significatifs.

4 Remarquez que, dans l’exemple de Freidson, ce n’est que parce que les remèdes fondés sur le diagnostic de rhume des foins ont mis un terme au problème que tous les acteurs, y compris le sociologue-analyste, acceptent la validité de ce diagnostic.

5 Telle est la position défendue par les partisans du Fat Power (Allon, 1973).

6 Dans ces situations, les problèmes sont ballottés entre des cadrages de type « social » et « naturel » (Goffman, 1974, p. 21 sq. [1991, p. 30 sq.]). L’un des attraits du modèle médical est qu’il abolit le caractère relationnel des troubles. Dans le cas de troubles psychiatriques, il absout les proches de la personne en difficulté de toute responsabilité pour l’état de désordre de la situation.

7 Sur ces « échanges réparateurs », voir par exemple Goffman (1971, p. 95-187).

8 Sur les « rôles de l’agent », voir Goffman (1961, p. 136).

9 [NdT. : Un troubleshooter peut désigner en anglais un dépanneur, un médiateur de conflits (dans une organisation) ou un consultant en gestion (d’entreprises). L’expression est ici traduite par le néologisme de « remédiateur », qui a cours en psychologie cognitive et en pédagogie scolaire, en raison de son double sens de remédier à une relation et de médiatiser une relation. Il permet d’éviter les lourdeurs de traduction par « éradicateur de trouble » ou par « solutionneur de trouble ».]

10 De nombreux agents réparateurs s’attendent à ce que les rôles de plaignant et de victime soient joués par la même personne, et comme ce n’est pas nécessairement ce qui se passe, des plaignants « désintéressés » peuvent être appelés à rendre des comptes pour leur engagement. L’idée générale est que les plaignants victimes et les plaignants non victimes peuvent rencontrer différents problèmes de présentation pour faire valider leurs plaintes. En outre, les plaintes peuvent être avancées, et des interventions mises en œuvre, sans que les rôles de la victime et de l’auteur du méfait soient précisément attribués. Lorsque les solutions impliquent une médiation, dans les cas examinés ci-dessous, ils peuvent soit éviter ces rôles, soit attribuer une partie de chacun d’entre eux aux deux protagonistes.

11 L'intervention symétrique d’un personnage qui intervient comme médiateur est caractéristique des processus juridiques dans les sociétés tribales et traditionnelles où les agents légaux ne disposent généralement pas d’une telle autorité. Les études anthropologiques consacrées aux disputes et à leur règlement (par exemple : Nader, 1965 ; Gulliver, 1969) fournissent une riche source de documents sur ces processus.

12 Voir la résolution par la police du cas « Big Jim » (Bittner, 1967, p. 709-710).

13 Voir la proposition de Fletcher et al. (1974, p. 59) de voir le processus clef de l’« étiquetage » de la maladie mentale non pas dans la « conduite de nommer », mais dans la prise en charge dans un circuit de spécialistes.

14 La différence engendrée par la présence et la préférence des plaignants a été documentée par les travaux de Black et Reiss (1970), bien que la théorie sur la question reste embryonnaire. Beaucoup de recherches en « victimologie » ont également soulevé des questions pertinentes. Mais ces questions sont restées marginales par rapport à l’attention accordée à la part des « chiffres noirs » [le chiffre noir de la délinquance évalue la part des infractions qui n’ont pas été signalées, constatées et enregistrées par les documents administratifs, policiers et judiciaires, sur la base de suppositions, estimations et extrapolations] et au rôle variable des victimes parmi les causes de la déviance. Un nombre considérable d’enquêtes, dans le courant de recherches sur l’étiquetage, a bien entendu porté sur le rôle des remédiateurs officiels.

Notes de fin

1 Traduction du texte de Robert M. Emerson (University of California, Los Angeles) et Sheldon L. Messinger (University of California, Berkeley), « The Micro-Politics of Trouble », Social Problems, 25 (2), 1977, p. 121-134.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search