Version classiqueVersion mobile

L’expérience des problèmes publics

 | 
Daniel Cefaï
, 
Cédric Terzi

L’héritage nord-américain

Note introductive des traducteurs

Micro-politique du trouble

Du trouble personnel au problème public

Daniel Cefaï et Cédric Terzi

Texte intégral

Note introductive des traducteurs

1Robert M. Emerson a été formé par Everett C. Hughes à Brandeis University, avant d’enseigner à l’Université de Californie à Los Angeles (UCLA). Sheldon Messinger, formé à UCLA par Lemert et Garfinkel, était pour sa part un pivot du Center for the Study of Law and Society de Berkeley. Leur texte a été élaboré à partir de matériaux provenant d’enquêtes sur des prisons et sur des asiles menées, dans la Bay Area par l’équipe de Messinger à la fin des années 1950, et de la recherche d’Emerson en vue de sa thèse sur les façons de juger dans les tribunaux pour mineurs. Il nous reconduit des arènes de conflits dont procède, et que projette tout problème social, à la genèse constitutive de leur expérience. Beaucoup de problèmes publics s’enracinent en effet dans un processus de qualification de « troubles ordinaires » (Emerson, 2009), éprouvés dans des situations d’interaction, avant d’être examinés, réfléchis, catégorisés, disputés. Cette notion de « trouble » était déjà présente dans Judging Delinquents d’Emerson (1969, p. 32, p. 35 ou p. 83-89), où elle renvoyait explicitement aux trouble cases de l’anthropologie du droit de Karl N. Llewellyn, défenseur du réalisme juridique et E. Adamson Hoebel, proche de Max Gluckman, et qui ont mis au point une méthode de description ethnographique des modes de résolution des conflits en droit cheyenne (1941). Cette enquête sur les trouble cases a depuis été reprise par de nombreux anthropologues du droit, de Laura Nader à Austin Sarat.

2Mais avant d’être traité par des catégories et des dispositifs institutionnels, le trouble vient tout simplement perturber l’ordre cognitif et normatif des choses. Toutes sortes de « réactions informelles » se produisent avant qu’un « étiquetage officiel » ne vienne estampiller le trouble comme un problème social et que des tiers, désignés par le public, au nom d’institutions de réparation ou de répression, soient habilités à le prendre en charge (Katz, 1975). Des jeunes délinquants ont ainsi dû être désignés comme des « fauteurs de trouble » (troublemakers), avant que leur cas ne soit traité par ces « éradicateurs de troubles » (troubleshooters) – expression intraduisible qui signifie à la fois « réparateurs dépanneurs » et « médiateurs-conciliateurs » – que sont agents de police ou de justice, travailleurs sociaux, psychiatres ou éducateurs, à qui incombe la « nécessité de faire quelque chose », chacun selon les cadrages de sa discipline ou de son organisation (Emerson, 1969, p. 83). Inversement, une fois que des définitions du trouble sont rendues disponibles par ces tiers, elles sont reprises dans les interactions dyadiques de la vie quotidienne. La qualification juridique de harcèlement sexuel a ainsi débordé l’espace du droit. Elle a donné lieu à des critères d’appréciation morale de certains types d’actes et d’interactions entre hommes et femmes et a transformé leur expérience, notamment dans les transports en commun (Emerson & Gardner, 1997).

3Cette perspective de la « micropolitique du trouble » a une forte résonance pragmatiste et elle a aussi beaucoup à voir avec l’ethnographie dans le style de Chicago, que revendique Emerson (2009). On peut la mettre en parallèle avec la question des modes de définition et de maîtrise des situations de trouble, d’abord vécues dans le registre personnel et interpersonnel, avant de progressivement trouver une formulation en termes de problèmes et de mobiliser des publics. John Dewey a été le premier, dans The Public and its Problems (1927) à donner ses titres de noblesse à ce type de processus politique. Mais on peut aussi voir dans ce texte une invitation à enquêter dans des contextes d’interaction afin d’élucider comment les participants à une situation coproduisent de façon routinière, cointerprètent et coadministrent des formes de troubles, dont ils ont une expérience partagée. Emerson (2008 et 2009) a ainsi analysé les situations de « contrôle social informel » (Emerson, 2006) qu’appellent les conflits de cohabitation entre colocataires de chambres en cité universitaire. Selon quelles voies un trouble de voisinage est-il appréhendé, décrit et raconté ? En quoi perturbe-t-il un ordre moral et quelles procédures de réparation suscite-t-il ? À quels moments cristallise-t-il en problème, qui peut avoir plus ou moins de conséquences publiques ? Tout un ensemble de traditions interactionnistes, ethnométhodologiques et conversationnalistes peut être ici mis en œuvre pour observer et décrire de tels processus (Maynard, 1988).

4Un terrain privilégié pour ce questionnement est offert par la « micropolitique institutionnelle ».

Chaque site institutionnel engendre des formes de trouble spécifiques et récurrentes de même que des manières caractéristiques de traiter ces troubles et peut-être d’y remédier […] des difficultés sont signalées et débattues, des principes sont articulés et identifiés, des factions se créent et se transforment, des décisions sont prises et des mesures sont appliquées avec des conséquences à plus ou moins long terme. (Emerson, Rochford & Shaw, 1983, p. 349)

5Des raisonnements pratiques et des transactions interpersonnelles, symétriques ou asymétriques, s’engagent alors ; des dispositifs de catégorisation sont activés pour qualifier des actes, déterminer des responsabilités, identifier des responsables et des victimes et prendre les mesures qui s’imposent (Emerson & Warren, 1983). Ce sont alors des chaînes d’activités qui doivent être observées, avec leurs divisions du travail, leurs hiérarchies statutaires et leurs réglementations institutionnelles, leurs verbalisations d’expériences, leurs dilemmes moraux et leurs intrigues temporelles…

6Un exemple est donné par une enquête sur la façon dont les membres d’une des résidences de soins psychiatriques, qui se substituent de plus en plus aux États-Unis aux anciens asiles, répondent à des incidents qui sèment le trouble dans l’institution (Emerson, Rochford & Shaw, 1983). Ceux qui y travaillent ne font pas qu’appliquer une procédure : leur prise en charge du trouble se fait en relation aux liens personnels de sympathie, de soutien ou de parrainage qu’ils ont développés avec certains hébergés, et en relation aux « réputations institutionnelles » de certains autres. Ces interactions, perçues comme relativement incohérentes par les résidants, peuvent pourtant s’avérer déterminantes pour leur destin. Une autre enquête témoigne par contre de la résistance des patients aux imputations de trouble : ceux-ci s’efforcent de prouver qu’ils ne sont pas malades, que leur trouble est sans importance ou que la responsabilité doit en être imputée à quelqu’un d’autre, que le cours de leur vie passée atteste de leur honneur et de leur droiture, et que l’hôpital a tort de leur imposer le statut de patient (Goffman, 1961, p. 151-152). D’où l’invitation, parmi les nombreux comptes rendus (accounts) qui font une institution, à prêter attention à ce type d’histoires (sad tales) (Warren & Messinger, 1988), aux justifications et aux excuses des personnes à problème (troubled) et qui posent problème (troublesome), à leurs récits de déni ou de neutralisation de la responsabilité.

7Un dernier point à relever dans le texte d’Emerson et Messinger (1977, p. 132) est que le processus d’administration des troubles sur tel ou tel site est façonné par des « forces macro-économiques, sociales ou politiques » et que l’on peut retracer l’histoire de sa genèse et de son institutionnalisation. Ce qui se manifeste comme un trouble et finit par poser problème à l’échelle des conduites et des interactions ordinaires des résidantes d’un foyer pour femmes battues est indissociable des formes de définition légale du problème de la « violence domestique », du développement de politiques publiques de lutte contre ce fléau, de l’élaboration d’explications causales dans le cadre de théories du « dysfonctionnement familial » et de méthodes d’accompagnement, soit dans des groupes de self-help féministe, soit par des techniques de « thérapie professionnelle » (Ferraro, 1983).

8La micropolitique du trouble est l’appoint nécessaire d’une sociologie des problèmes publics.

Bibliographie

Dewey John (2010), Le public et ses problèmes, Paris, Gallimard [1927].

Emerson Robert M. (1969), Judging Delinquents : Context and Process in Juvenile Court, Chicago, Aldine.

Emerson Robert M. (1992), « Disputes in Public Bureaucracies », in S. S. Silbey & A. Sarat (eds), Studies in Law, Politics and Society, Vol. 12/A, Greenwich, JAI Press, p. 3-29.

Emerson Robert M. (2008), « Responding to Roommate Troubles : Reconsidering Informal Dyadic Control », Law & Society Review, 42, p. 483-512.

Emerson Robert M. (2009), « Ethnography, Interaction, and Ordinary Trouble », Ethnography, 10 (4), p. 535-548.

Emerson Robert M. & Carol Brooks Gardner (1997), « Bus Troubles : Public Harassment and Public Transportation », Perspectives on Social Problems, 9, Greenwich, JAI Press, p. 265-273.

Emerson Robert M. & Sheldon L. Messinger (1977), « The Micro-Politics of Trouble », Social Problems, 25 (2), p. 121-134.

Emerson Robert M. & Melvin Pollner (1976), « Dirty Work Designations : Their Features and Consequences in a Psychiatric Setting », Social Problems, 23 (3), p. 243-254.

Emerson Robert M., Rochford E. Burke & Linda L. Shaw (1983), « The Micropolitics of Trouble in a Psychiatric Board and Care Facility », Journal of Contemporary Ethnography, 12, p. 349-367.

Emerson Robert M. & Carol A. B. Warren (1983), « Trouble and the Politics of Contemporary Social Control Institutions », Journal of Contemporary Ethnography, 12, p. 243-247.

Felstiner William L., Abel Richard L. & Austin Sarat (1980-1981), « The Emergence and Transformation of Disputes : Naming, Blaming, Claiming… », Law and Society Review, 15 (3-4), p. 631-654.

Ferraro Kathleen J. (1983), « Negotiating Trouble in a Battered Women’s Shelter », Urban Life and Culture, 12 (3), p. 287-306.

Goffman Erving (1961), Asylums. Garden City, New York, Doubleday [1968 Asiles. Études sur la condition des malades mentaux, Paris, Minuit].

Katz Jack (1975), « Essences as Moral Identities : Verifiability and Responsibility in Imputations of Deviance and Charisma », American Journal of Sociology, 80 (6), p. 1369-1390.

Llewellyn Karl N. & E. Adamson Hoebel (1941), The Cheyenne Way : Conflict and Case Law in Primitive Jurisprudence, Norman, University of Oklahoma Press.

Maynard Douglas W. (1988), « Language, Interaction, and Social Problems », Social Problems, 35 (4), p. 311-334.

Warren Carol A. B. & Sheldon L. Messinger (1988), « Sad Tales in Institutions : A Study in the Microsociology of Knowledge », Journal of Contemporary Ethnography, 17 (2), p. 164-182.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2012

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search