Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Leçons politiques de l'épidémie de sida

 | 
Nicolas Dodier

Troisième partie. Le durcissement de la lutte contre les marges

Avant-propos de la Troisième partie

Texte intégral

1Νous voudrions éviter un malentendu. La subversion des institutions médicales lors de l’épidémie de sida ne doit pas être comprise comme une plus grande ouverture du monde médical à la diversité des thérapeutiques, une sorte d’acceptation de la variété des théories médicales et des modes d’évaluation dans un monde pluriel, où le malade serait libre de circuler au milieu d’une offre de soins foisonnante. La post-modernité dans le monde médical, en quelque sorte. C’est même l’inverse qui s’est produit dans le cadre du sida. Et cela pour deux raisons. D’une part, l’établissement de la modernité thérapeutique dispose, avec les essais contrôlés d’un côté et les procédures de l’éthique de l’autre, d’un nouvel arsenal très efficace pour identifier et poursuivre les pratiques déviantes. Un large front de lutte s’est constitué ainsi, avec deux grandes cibles, au Nord comme au Sud : les manquements à l’éthique légale et les thérapeutiques dissidentes. D’autre part, la subversion de la modernité thérapeutique s’est traduite par un durcissement des attitudes vis-à-vis des pratiques déviantes. Car elle a donné naissance à un nouveau monde d’acteurs, hétérogènes certes, engagés les uns vis-à-vis des autres dans des négociations et des polémiques ardues, mais unis par une participation commune à une modernité thérapeutique désenclavée, et prompts à incriminer toutes les pratiques qui pourraient contrevenir à celle-ci.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès ouvert
Liseuse ePub PDF du livre
Chargement PDF du chapitre

Accès exclusif

Offert par