Version classiqueVersion mobile

Rites hindous

 | 
Gérard Colas
, 
Gilles Tarabout

Modèles du rite, rites modèles

Sur quelques convergences de méthode dans les domaines rituel et linguistique

la question de la substitution dans le Veda

Michel Angot

Résumé

Patañjali le grammairien comparait les règles de grammaire dédiées à des formes hors de l’usage aux règles que les ritualistes ont formulées pour des rituels obsolètes voire jamais réalisés. La concordance entre les domaines linguistique et rituel, déjà soulignée par Louis Renou au niveau du vocabulaire, va bien au-delà. Car la structure des opérations grammaticales est organisée et fondée sur un seul mode opératoire : la substitution. En regard la substitution tient dans le domaine rituel une place qui, sans être exclusive, est essentielle.

La similarité dépasse le simple rapprochement : le rapport entre original et substitut dans ces deux domaines permet d’étalonner la gradation entre une vérité qui existe principalement sur le mode de l’absence et une réalité dont la présence s’accompagne de multiplicité et de défaut. Finalement, aussi bien dans le domaine rituel que linguistique, on enseigne l’original vrai mais on pratique le substitut défectueux.

Texte intégral

Cela est réalisé naturellement. Par exemple, dans des fêtes, des repas, des réunions, si l’on dit « qu’on s’assoie », sans dire « chacun dans son groupe », tout le monde s’assoit dans son groupe. [...] Et les maigres ne s’assoient pas avec les maigres, les clairs avec les clairs, mais ceux qui ont quelque ressemblance déterminée par leur intérêt s’assoient ensemble. Les vaches qui sont allées paître le jour se couchent le soir venu avec leur veau et les bœufs d’un attelage, très intimement liés, meuglent quand ils se voient.
Mahābhāsya de Patañjali sur I.1.50 (1.372).

11. Le but de cet article est de présenter la substitution dans le Veda et les disciplines annexes qui se sont développées à son propos (pour le protéger, le mettre en œuvre ou l’expliquer) et de la comparer avec ce que l’on observe dans les disciplines du langage qui toujours furent au faîte de la réflexion brahmanique.

  • 1 Nombre discuté ; celui-ci est fonction de Śaṃkara qui n’a commenté que dix Upaniṣad. Dans L’Inde cl (...)

2Commençons par définir le cadre purement textuel de notre étude. Le Veda, c’est-à-dire « le Savoir », est un ensemble composite dont la formation s’étend quasiment sur un millénaire. Ce que fut l’emploi originel des hymnes les plus anciens, on l’ignore car on ne connaît que leur intégration à titre de paroles dans les rituels sacrificiels ultérieurs. Ces rituels divins (imités par les hommes) sont décrits et expliqués par des mythes dans le second ensemble de cette section, les Brāhmaṇa, des textes en prose rythmée qui traitent du bráhman, la science sacrée. Les Brāhmana sont complétés à leur tour par les textes « forestiers », les Āraṇyaka. Par ailleurs, les quelque dix1 Upaniṣad védiques développant les spéculations des Āraṇyaka mais écartant le rituel pour l’essentiel, témoignent des aspirations humaines les plus hautes et ont une portée plus métaphysique.

  • 2 Si les textes védiques sont antérieurs pour une bonne partie à l’écriture (il n’y a pas de mots ou (...)

3Il faut joindre au Veda proprement dit les « textes » des disciplines, principalement linguistiques (notamment la Phonétique et la Grammaire), développées plus tardivement (vie siècle avant notre ère ?) pour le mettre en œuvre et le protéger. De ce corpus oral (même si les manuscrits puis les livres imprimés sont venus par la suite épauler la mémoire)2 ainsi défini par ses utilisateurs mêmes, nous ne connaissons aujourd’hui qu’une partie car beaucoup a été perdu et ce qui subsiste a subi l’usure du temps. Mais sans doute le plus important aux yeux de ses utilisateurs est encore disponible aujourd’hui grâce au prodigieux effort des brahmanes chargés depuis l’Antiquité de son apprentissage et de sa transmission.

42. Pour la clarté de notre propos, dès l’abord, il faut séparer ces textes originaux du discours continu dont ils ont été l’objet tout au long de l’histoire indienne. Une certaine partie du Veda est déjà un discours sur d’autres parties du Veda : cette pratique a continué et ce discours qui a pris du volume a été intégré dans le brahmanisme puis l’hindouisme, correspondant à une certaine manière de considérer le Veda. On imagine que la perception de ce corpus immense a constamment changé et que cette variation ne s’est pas faite dans l’unanimité.

  • 3 On peut douter que les auteurs des hymnes ou leurs successeurs et utilisateurs reconnaissent la val (...)
  • 4 Dans RS VIII.19.5. La traduction de L. Renou (ÉVP XIII, 65) est « savoir-poétique » : « Le mortel q (...)
  • 5 Dans le seul Taittirīya-Upaniṣad-Bhāṣya de Śaṃkara, j’ai compté 11 termes par lesquels Śaṃkara se r (...)

5Deux exemples : on nomme cet ensemble Veda ‘Savoir, Connaissance’. Le fait est acquis en Inde anciennement et en français, « véda » est un mot commun dans un dictionnaire (en l’occurrence le Grand Robert 2001) où il désigne un « ensemble de textes religieux et poétiques formant les premiers documents littéraires de l’Inde »3. Or on peut douter que les auteurs de la Ṛk-Saṃhitā, « La Collection des hymnes », la partie la plus prestigieuse car la plus sacrée de ce corpus, aient jamais utilisé ce mot pour qualifier leurs textes : le mot veda apparaît une seule fois dans cette collection et pas pour désigner le « Veda » !4 Nulle part dans ce texte considéré comme le plus sacré par les Brahmanes d’hier (et beaucoup d’Indiens encore aujourd’hui), comme le plus ancien par les Indianistes, il n’est question du fait que ces hymnes soient un savoir, encore moins le Savoir par excellence. Quand le mot veda fut d’abord employé, ce fut concurremment à d’autres (par exemple vidyā dans l’expression canonique trayī vidyā ‘la triple science’). On a dit d’abord principalement « les Veda » et ainsi quand le grammairien Patañjali (iie siècle avant notre ère ?) affirme qu’il faut connaître la grammaire, c’est vedānāṃ rakṣārtham « afin de protéger les Veda ». Et quelques siècles plus tard, Śaṃkara (viiie s.) tout en parlant du Veda au singulier emploie aussi śāstra, śruti, vidyā, chandas, āgama, āmnāya, etc.5

6Quant au statut de ce texte, c’est dans la période post-védique que la doctrine de la permanence (ou ‘éternité’ comme on traduit souvent nityatva) du Veda est mise au point ; adoptée par les herméneutes dont les réflexions forment la Mīmāṃsā, elle avait notamment pour but d’établir l’autorité absolue du Veda en contraste avec les prétentions bouddhistes nécessairement connectées à une personne donc à un certain temps. Mais même dans le camp brahmaniste, cette doctrine ne fut pas acceptée universellement ; ainsi Vātsyāyana dans le Nyāya-Bhāṣya considère-t-il que le Veda est un texte respectable, parmi d’autres, mais que la parole védique est anitya ‘impermanente’.

  • 6 « Le destin du Veda en Inde », ÉVP t. VI, Paris 1960.
  • 7 C’est dans le Nirukta II. 11 que Yāska analyse le mot ṛṣi en le rapportant à la racine DṚŚ- ‘ voir’ (...)

7Même le caractère révélé de ces textes n’est pas unanimement reconnu par les Écoles de pensée qui reconnaissent l’autorité du Veda. Comme l’a montré Renou6, il y a bien des manières de concevoir une telle Révélation et pas seulement celle qui imagine la transformation de ce qu’ont « vu » des voyants (ṛṣi) en expressions sonores audibles et reproductibles par des oreilles et des bouches humaines7, si bien que l’ensemble prend génériquement le nom de « audition » (śruti)’, c’est ce terme qu’on rend, en dehors de toute justification étymologique, par « Révélation ».

  • 8 Elle se perpétue à l’intérieur de l’hindouisme. Gonda (1965 [pp. 314-362 de l’édition publiée en 19 (...)

83. Des couches de textes se sont lentement déposées, de nouvelles interprétations se sont fait jour avec le temps sans parler de tous les (nombreux) termes par lesquels simultanément ces textes ont été désignés. Cette réinterprétation est constante et tant le brahmanisme que l’hindouisme, dans une certaine mesure, intègrent ces nouveaux regards sur le Veda. Voilà pourquoi il ne faut pas confondre ces regards sur le Veda avec ce que ces textes disent eux-mêmes et d’eux-mêmes. Si aujourd’hui, loin d’avoir disparu, cette parole védique est mise en actes sous forme de divers types de récitation traditionnelle et est réalisée dans les rituels domestiques, c’est à travers une perspective dans une grande mesure moderne. D’ailleurs, la majorité des maîtres indiens, des brahmanes et des pandits contemporains avec lesquels nous avons pu parler se désintéressent complètement du sens originel des textes traditionnels ; ils pensent les textes anciens en intégrant toutes les valeurs dont ceux-ci se sont chargés avec le temps. Il n’y a pas vraiment d’interrogation ou de débat sur le sens ou l’emploi originels des mots ou encore sur la portée des rites tels que les Brahmanes de l’Antiquité pouvaient les concevoir. Ainsi quand (et c’est exceptionnel) des brahmanes accomplissent un grand rituel solennel, ce qui fait débat, c’est bien la réalisation du texte en fonction des valeurs contemporaines8. On n’entend guère ces brahmanes s’interroger pour savoir comment à l’origine ils étaient conçus. Quand ils le font, on s’aperçoit que ce qu’ils imaginent être originel n’est rien d’autre qu’un certain état, pas toujours très ancien en réalité, de la « tradition indienne », nom moderne et nationalisé de la tradition brahmanique.

94. Pourtant on devine que, avec le temps, le souci de la littéralité a pu, a dû s’accompagner et s’accommoder de la disparition de minéraux, de plantes, d’animaux, de l’oubli de leur détermination précise, etc. Ajoutons l’évolution des mentalités, par exemple le fait que le végétarisme qui aujourd’hui caractérise les brahmanes orthodoxes (et pas seulement eux) n’avait pas dans l’ancienne Asie du Sud brahmanisée la même valeur, n’était pas pratiqué par les mêmes individus, si même il l’était ! On conçoit que le poids des réalités, l’évolution des esprits, l’émergence de nouveaux courants de pensée, de nouvelles techniques, un nouvel environnement, etc. aient pu entraîner un décalage entre les mots et les choses. Il a fallu par nécessité, sous la pression de l’usage, substituer ceci à cela, composer avec le réel, pour ce genre de raisons contingentes. Ainsi dans le domaine sacrificiel, l’ouvrage important de G.U. Thite (1975) décrit-il un ensemble de faits qui s’inscrivent dans une stratégie permettant d’éviter la mort réelle (quand cette mise à mort a-t-elle été sentie comme un meurtre ?) au profit de la mise à mort symbolique d’effigies. La substitution est alors un des moyens d’adoucir, de civiliser le sacrifice. Par ailleurs, la conception mīmāṃsaka d’un Veda éternel et immuable (le mot exact est nitya, plus ‘permanent’ que ‘éternel’) parlant de l’invisible, et la volonté affirmée de littéralité ont fait que, faute de pouvoir changer l’ordre des mots, c’est la charge sémantique de ces mots qui (consciemment ?) a été changée en pratiquant ce qu’on nomme la dérivation sémantique. Ces textes anciens, constamment relus et interprétés, ont ainsi conservé leur actualité, tirés qu’ils étaient vers de nouveaux présents. Transformation, modification, substitution, etc. sont la sanction de cette adaptation. Dans l’ordre des textes, on peut prendre comme exemple ce qu’aujourd’hui on nomme le Śrīsūkta (ṚVKh V.87). Dans le svādhyāya, la ‘récitation personnelle du Veda’, traditionnellement on récite avant le texte lui-même ses caractéristiques formelles (son nom, le nombre de rc, le ou les rsi, la ou les devatā et les différents chandas ‘mètres’). Ainsi récite-t-on aujourd’hui : « De ce sūkta de quinze strophes qui commence par “Hiraṇyavarṇām”, les ṛṣi sont Ānanda et Kardama, fils de Ciklītendirā, la divinité est Śrī... » Cela n’empêche nullement (le même aujourd’hui !) de réciter ensuite un hymne qui comprend vingt-sept strophes et de nommer Śrīsūkta ce qu’on nommait Hiraṇyavarṇāsūkta. En Inde, ce fait ne se limite pas au Veda ; un texte médical ancien comme la Caraka-Saṃhitā s’est maintenu dans toutes les parties du sous-continent indien (et même au delà) dans des conditions climatiques, zoologiques, botaniques, écologiques partout bien différentes : là aussi il a bien fallu adapter le texte aux réalités du lieu et du moment. Convenons d’appeler « transformation contingente » ce phénomène continu d’adaptation aux réalités.

  • 9 Le cas du sacrifice humain et de ses substituts est traité dans ŚB VI.2.1.39 car aujourd’hui na tat (...)
  • 10 « C’est le glissement vers l’est » (sur lequel Minard 1949 : 190, n. 549b) que l’on observe entre l (...)
  • 11 Les discussions sur les procédures du sacrifice, qu’ils soient védiques ou pas, ne sont pas l’apana (...)

105. Le Veda a donc subi les assauts du temps et les hommes l’ont adapté, détourné, vénéré et oublié, la vénération n’étant souvent qu’une manière d’oublier. Cette adaptation, le Veda lui-même la signale : il connaît des pratiques « d’avant » qui sont obsolètes « aujourd’hui », des pratiques « d’ailleurs » que « ici » on condamne. Par exemple, JB 11.404 prescrit dans sa description du Mahāvrata l’union sexuelle d’un habitant du Magadha et d’une courtisane, pratique confirmée par ĀpŚS XXI. 19.6. En revanche le Pañcaviṃśa-Brāhmaṇa ignore cette pratique et ŚŚS XVII.6.2 déclare expressément qu’un tel rite « antique et obsolète ne doit pas être exécuté ». Le fait n’est pas isolé9, au point que les commentateurs ont inventé l’expression purākalpa ‘usages d’autrefois’ (JS VI.7.26- 30) pour les désigner. L’abandon des pratiques est considéré souvent comme positif et souhaitable, mais parfois c’est la raison qu’on invoque pour expliquer la dégénérescence des mœurs sociales : « Au temps jadis (purā) où les brâhmanes l’offraient, il n’y avait personne pour leur commander ; aujourd’hui (idānim) ils ne l’offrent plus si bien que tout un chacun leur commande. » À la recherche d’une définition de l’orthopraxie, les Brāhmaṇa signalent aussi des différences de pratique (parakṛti) selon les régions de l’« aire védique ». L’opposition purā/idārnīm ‘autrefois/aujourd’hui’ se double d’une différence entre les pratiques d’ici et d’ailleurs10. Si l’on ne répète pas l’original c’est aussi qu’on ne peut plus le faire car avec le temps, l’état du monde a changé ; autrefois les dieux prenaient part personnellement et directement au rituel des hommes car « jadis, les dieux et les hommes vivaient ensemble dans le monde » (ŚB 2.3.4.4) ; de même, l’agni dont nous usons à présent est le quatrième, les trois précédents étant morts (ŚB 1.2.3.1), etc. L’essentiel ici est de remarquer que dans des récits qui sont considérés comme la Révélation, aux dires mêmes du texte sacré, le temps est un facteur de transformation des rites. Il faut observer à la lettre les préceptes et simultanément constater que la lettre évolue. C’est pourquoi ces textes sont pleins des débats opposant tels et tels docteurs, et leurs exposés contradictoires se terminent souvent par tad u tathā na kuryāt « il ne faut pas agir ainsi » ; et cette condamnation provient du fait que c’est précisément ce qu’un autre propose11 : les procédures rituelles ont varié, sont variées et cette variation est aussi inscrite en terme de désaccord dans la Révélation.

116. De surcroît, il y a la transformation que les textes védiques décrivent eux-mêmes comme un mécanisme volontaire, structurel. Ce caractère structurel se constate dans les nombreuses situations où un mécanisme de transformation est décrit comme la procédure normale dans les opérations rituelles. À ce niveau on décrit la procédure sans la justifier (autrement que par un mythe), sans que la substitution ou la transformation fasse l’objet d’un discours théorique. C’est plus tard, dans la Mīmāṃsā, le traité d’exégèse du Veda (cf. infra, § 21), que ce mécanisme de transformation est décrit, analysé et justifié au point d’occuper parfois une place tout à fait centrale dans les spéculations et les opérations. Convenons de nommer « transformations structurelles » celles des transformations qui sont intégrées normalement dans le rite.

  • 12 Le soma est céleste selon RS VIII.100.8 et quand il est terrestre, il pousse « au nombril de la ter (...)
  • 13 La question de l’identification du soma n’a jamais été résolue et demeure un objet de controverse. (...)

12Entre les transformations contingente et structurelle, la différence n’est pas toujours évidente : il y a des moments où, semble-t-il, on choisit de substituer ce que de toute façon le poids de la nécessité rendait inévitable et on peut penser que ce que le Veda décrit est justement la sanction textuelle des assauts qu’il subissait déjà à l’époque où il a été constitué. On peut ainsi imaginer qu’il y a eu un moment où la vraie plante soma a été cueillie et qu’il n’y ait eu à recourir à des substituts que occasionnellement, puis que, peut-être à la suite des déplacements des populations, le soma (une plante montagnarde ?)12 soit devenu rare car inaccessible. De toute façon, le fait est que dans les textes védiques le soma est livré par un marchand : il vient donc d’ailleurs et n’est pas trouvable sur place. La question de l’identification du soma a beaucoup intéressé les indianistes (plus que les brahmanes contemporains !). Elle ne nous retiendra pas ici car ce que les textes des Brāhmaṇa envisagent, c’est la nécessité structurelle de substituer telle plante réelle au vrai soma13, et c’est précisément cette substitution conçue comme une nécessité que nous voulons étudier.

13Voilà donc le but de ces quelques pages : étudier les adaptations structurelle et contingente observables dans le Veda, et plus particulièrement celles de type substitution et les comparer avec des mécanismes apparentés que l’on observe dans des théories linguistiques, l’Étymologie, la Logique et surtout la Grammaire, le savoir traditionnel qui, plus que les autres, importait aux brahmanes chargés de conserver ces textes et de les mettre à l’abri du réel.

  • 14 Haudry (1975 : 344) remarque qu’il n’y a pas de racine simple pour désigner l’activité sacrificiell (...)

147. Même s’il n’est pas sûr que la religion védique originelle ait été rituelle (yajña)14, c’est en fonction de la toute-puissance du rite que les Brāhmaṇa, des textes ultérieurs aux Saṃhitā, présentent les rituels humains et tout à la fois spéculent sur eux. Ultérieurement, le Sūtra de Jaimini et le commentaire de Śabara dont l’ensemble forme la Mīmāṃsā, le traité d’exégèse du Veda, décrivent théoriquement ce yajña comme un ensemble d’actes qui mettent en relation trois éléments : (a) le sacrifiant pour qui est réalisé le rituel, (b) l’offrande et (c) la divinité. En pratique, les grands rituels solennels, les seuls sur lesquels spécule le Veda (sans les décrire exactement lui-même), ont principalement la forme de la longue préparation d’un repas communiel entre les divers participants, repas où est consommé ce qui reste des offrandes végétales et animales faites aux Dieux tandis qu’on murmure, récite, chante les textes sacrés. Ce que l’on doit dire, qui doit le dire, quand, en fonction de quel geste se composent les éléments de ces rituels qui intègrent presque tous un élément de sacrifice.

  • 15 Le terme medhya a ce double sens de domestique et sacrifiable.

15Or à tous les niveaux de ces yajña ‘rite’, on voit que le mécanisme de substitution est fondamental parce qu’on rappelle avec insistance et sous des formes diverses que la vraie victime du sacrifice est le púruṣa ‘homme’ alias le yajamana ‘sacrifiant’ c’est-à-dire la personne qui, payant tous les frais, en goûtera les fruits dans l’au-delà. Si l’homme est le premier des animaux c’est qu’en même temps il est la première des victimes (paśu a ce double sens bien relevé dans Minard 1949 : 71) selon la formule corroborée par de nombreux textes : púruso hi prathamāḥ paśūnām « car l’homme du rite est le premier des animaux-victimes » (ŚB 6.2.1.18) ; c’est à ce titre que l’homme règne sur ces animaux qui sont tous des animaux domestiques15 et qu’il peut les prendre comme substituts. Dès lors, sauf à se suicider (cf. Lévi 1966 : 133), l’offrande-victime est nécessairement un substitut du sacrifiant. C’est la raison pour laquelle la substitution est au cœur du mécanisme du yajña. L’homme est la victime vraie ; mais qu’en est-il de la victime réelle ? C’est dans le décalage entre le vrai et le réel que s’inscrit la nécessité de la substitution.

  • 16 F. Staal, à de nombreuses reprises, a insisté sur le fait qu’en rien ils ne sont nécessaires à la r (...)
  • 17 On a tout lieu de penser que ce que les auteurs des Saṃhitā et des Brāhmaṇa présentent sont des myt (...)
  • 18 « Quand on entreprend le rite, tout comme Prajāpati se donna aux dieux, on se donne aux dieux » (ŚB (...)
  • 19 Par exemple dans ŚB XI. 1.8.3 : « Quand il se fut donné lui-même aux dieux, il émit cette réplique (...)

168. Plus encore : les spéculations sur le yajña sont principalement le fait des Brāhmaṇa c’est-à-dire des grands traités du sacrifice ainsi que des traités plus descriptifs et plus techniques, les Śrauta-Śutra. Ils présentent le sacrifice comme une entité vivante toute puissante que les dieux et les hommes utilisent à certains égards autant qu’ils sont utilisés par lui. Ces textes16, les traités spéculatifs sur le yajña, et plus rarement les Saṃhitā (c’est-à-dire l’ensemble des paroles récitées pendant le yajña), racontent ou plutôt évoquent le sacrifice primordial dont les rites divins et humains ne sont qu’une répétition et une imitation. La manière dont le monde est devenu ce monde, grâce à la conjugaison de Prajāpati, des deva ‘Dieux’ et des autres entités, la manière dont les Dieux ont trouvé le yajña et l’ont utilisé constituent un niveau de vérité (de nature linguistique) qui est ce que conventionnellement nous nommons mythe17. Mais ce que le dieu démiurge pouvait faire sur lui-même en se déconstituant pour constituer l’univers, en se donnant18 aux dieux, les dieux et les hommes issus de son acte de création ne peuvent le faire. Déjà dans certains récits cosmogoniques, le yajña est présenté comme une réplique, une contrepartie de Prajāpati19 nommée pratimā’, ce mot désigne une copie de l’original, mais d’un original inaccessible ou pour le moins impossible. On ne copie pas tant l’original qu’on lui donne une forme sensible parce l’original est d’ordre linguistique (le texte du Veda) tandis qu’on réalise les substituts. Dans le vocabulaire courant, certaines copies sont effectuées pour que l’on ne puisse pas reconnaître l’original ; ainsi, dans la peinture, un faux est ce qui se rapproche si bien du vrai qu’il peut être confondu. Mais dans le rite, l’original est linguistique et, en même temps, on lui donne une actualité via sa récitation, si bien qu’il ne peut être copié qu’au prix d’une déformation systématique qui est sa réalisation ; ce n’est pas l’original qu’on copie dans cette réplique et on n’essaye pas de rapprocher par une opération quelconque le substitut de l’original. La déformation est précisément réalisée à travers l’opération de substitution. De plus la réalisation de l’ensemble du Veda étant impossible, on récite du Veda, jamais le Veda. Le texte récité est une réalité linéaire, impermanente, partielle, émiettée, sonore, prenant la forme d’un événement linguistique face à un Veda dont la permanence proclamée et théorisée (dans la Mīmāṃsā) demeure à jamais virtuelle.

  • 20 Dans le Śatapatha-Brāhmaṇa, lire n. 3 p. 49, vol. I de la traduction de J. eggeling où l’auteur don (...)

179. Dès lors, parce que la vérité ne peut être réalisée, le yajña se présente comme l’ensemble des stratagèmes par lesquels le sacrifiant, incapable de réaliser la vérité, s’offre en partie en sacrifice et offre par ailleurs des substituts animaux ou végétaux. Plusieurs passages de la Taittirīya-Saṃhitā (TS VI. 1.11.6, VII.2.10.4), parfois difficiles à interpréter il est vrai, montrent que la dīkṣā est la consécration du sacrifiant comme victime de son propre sacrifice. La substitution, sanction du passage de la vérité textuelle à la réalité contingente, est donc inévitable et nécessaire. Dès lors on répète inlassablement le fait que « le sacrifice c’est l’homme ». Le fait que le yajña constitue le modèle de l’action humaine dans le monde entraîne une cascade d’imitations : le rite est une imitation du mythe avec ce qu’il faut de substituts pour lui donner corps ; ainsi le gâteau sacrificiel est une pratimā ‘réplique’ de l’animal sacrificiel, etc.20 ; parce que le sacrifiant s’est racheté lui-même au prix de l’animal sacrifié, « par conséquent il ne doit pas en manger » (TS VI. 1.11.6). Dans le monde, les hommes s’organisent comme dans le rite car le Veda est la source du dharma. Mais plus on s’éloigne de la vérité originelle, plus les substituts sont nécessaires pour donner corps à la vérité.

EXEMPLES DE SUBSTITUTION DANS LES MYTHES ET LES RITES

  • 21 On ne pourra jamais que supposer et imaginer comment les auteurs et les utilisateurs des hymnes et (...)
  • 22 Le végétarisme des brahmanes d’aujourd’hui est battu en brèche par les affirmations du Veda lui-mêm (...)

1810. Prenons quelques exemples pour illustrer ce mécanisme de substitution rendu nécessaire par la volonté de réaliser ce qui est conçu en vérité comme relevant du seul domaine des mots21. On sait que les offrandes animales jointes à la consommation de viande font problème aux brahmanes d’aujourd’hui. Il est vrai que la violence rituelle a semble-t-il toujours posé problème ainsi que l’attestent les textes les plus anciens dont nous disposons et les pratiques qui leur étaient associées. Encore faut-il rappeler que ce n’est pas forcément le même problème : le mécanisme de substitution observable dans des textes védiques n’a pas été inventé (vers 1000 av. n.è.) pour soulager les consciences des brahmanes pénétrées bien plus tard par les valeurs du renoncement et du yoga (non-violence, végétarisme, etc.)22.

  • 23 On dit à répétition, notamment dans le Śatapatha-Brāhmaṇa, que la victime sacrificielle est l’homme (...)
  • 24 En général ce sont des mâles qui sont immolés (mais les exemples d’immolation de vaches ne manquent (...)
  • 25 Un passage duYajur-Veda noir (TS V5.1.1-2) procède à une explication similaire bien que différente (...)

19Commençons par L’Aitareya-Brāhmaṇa (2.8) et le Śatapatha-Brāhmaṇa (1.2.3.6-7) qui racontent avec quelques variantes la même histoire de substitution du végétal à l’animal. Suivons le récit dans la version du ŚB ; le but, peut-être le prétexte, est comme souvent de justifier un nom ou une formule. En l’occurrence il s’agit d’une expression associée à une certaine offrande végétale lors des cérémonies de préparation de l’autel pour le Darśapūrṇamāsa : on dit que cette offrande est complète au point d’affirmer à son propos pāṅiktaḥ paśúḥ « le quintuple sacrifice animal est complet ». Pourquoi parler de sacrifice animal alors qu’il s’agit d’une offrande végétale ? Le texte remonte alors à un moment principiel (pas nécessairement de nature temporelle), agre ‘à la pointe’, le « moment » des origines c’est-à-dire des originaux sans substituts. C’était quand les dieux utilisaient le púruṣa ‘l’homme’ comme paśú ‘victime animale’ ; ce sacrifice de púruṣa rapelle évidemment que le Puruṣa est la victime originale tandis que le sacrifiant (appelé aussi púruṣa) en est le substitut dans un genre de textes où les identifications mystiques sont fréquentes voire systématiques23. Le medhá, l’essence du sacrifice, passe alors de l’une à l’autre des cinq victimes canoniques du paśubandha ‘sacrifice animal’ ; la liste ainsi constituée comprend, outre l’homme, l’étalon, le taureau24, le bélier et le bouc. Dans une autre version du même récit (ŚB 2.2.1.21), ce medhá s’attarde dans le bouc qui est pour cette raison la victime usuelle, le substitut normal. La justification qui est donnée (ŚB 6.2.2.15) permet de comprendre la nature du substitut, c’est-à-dire ce qui fait que le substitut peut jouer ce rôle : le bouc, explique le texte, a « l’aspect extérieur de tous les animaux sacrificiels » : de l’homme il a l’absence de cornes et la barbe, du cheval l’absence de cornes et la crinière, du bœuf il a les huit sabots et du bélier il a les sabots25.

  • 26 C’est la traduction de Minard (1949 : 70) rectifiant, à juste titre nous semble-t-il, celle de Egge (...)
  • 27 L’orge a, notamment dans les textes védiques, une importance particulière parmi tous les végétaux. (...)

2011. C’est donc le principe de ressemblance qui, du moins ici, dicte le mécanisme de la substitution : tout en étant différent, le bouc participe de l’original. Il est l’analogue par excellence et cette question de l’analogie et de la ressemblance court en filigrane dans de nombreux récits similaires (et au delà de la sphère strictement sacrificielle et rituelle comme nous le verrons). Ce principe de ressemblance, de conformité joue à plein pour transférer quelque chose, ou associer deux éléments dans un même mouvement : ainsi « il bénit le sacrifiant, comme l’épouse est à l’image du mari, sa femme se trouve bénie du même coup »26. C’est parce qu’il ressemble à l’original que le substitut est choisi, dès lors on transfère sur lui certains aspects de l’original. Toute la théorie du transfert (atideśa), si importante dans le Vyākaraṇa, repose sur la pratique de la substitution. Reprenons le fil du récit : une fois dans le bélier, le medhá, l’essence du sacrifice, s’enfuit à nouveau pour se réfugier dans un lieu singulièrement différent de tous les précédents : la terre (pṛthivī) d’où il renaît sous forme de deux végétaux, le riz et l’orge (vrīhiyavau)27. Jusque-là, la résidence du medhá était un animal et celui-ci était mâle ; le masculin est finalement conservé (les deux céréales portent des noms masculins) malgré la transition féminine de la terre mais alors que le medhá est concentré dans l’animal, dans les végétaux, il subsiste maintenant à l’état dispersé. Le point d’arrivée est l’affirmation d’une efficacité (vīryà) des végétaux comparable à celle des paśu « pour celui qui sait ainsi » ; l’essentiel de l’original subsiste donc dans les substituts.

  • 28 C’est une des raisons qui nous font douter des interprétations qui présentent la substitution comme (...)

2112. Cette justification du sacrifice végétal substitut des originaux de nature animale ne disqualifie pas pour autant les victimes animales28. On est ici dans un cas de figure où seul l’original, c’est-à-dire l’homme, qui est en même temps originel, est la victime impossible en réalité (encore que le texte ne le dise pas ouvertement) ; mais plusieurs substituts de dignité différente demeurent successivement (mais non simultanément semble-t-il) possibles par ailleurs. Par la suite, le statut du puruṣa offert (lequel est le premier substitut) demeure incertain puisque le texte affirme que « il devint un kimpuruṣa », expression difficile parce que le sens de ce « devenir » n’est pas clair et que la nature du kimpuruṣa embarrasse les interprètes (‘mockman ’ selon Eggeling, mais les dictionnaires proposent aussi ‘nain’, ‘singe’, etc.). Si l’on récapitule en comparant substituts et original, on constate que le medhá n’est plus immédiatement accessible dans les substituts comme il pouvait l’être dans les animaux ; il faut creuser (khan-) la terre pour que le riz et l’orge poussent chargés de ce medhà : il est obtenu dans le dernier substitut au prix d’un effort des dieux, et à leur suite d’un effort des hommes. Cette médiation que l’on constate chez les substituts les caractérise : le substitut est un lieu où l’original s’est caché et où il n’est plus immédiatement disponible. Par ailleurs, alors que dans les sacrifices animaux seuls les abris du medhá changeaient, quand il s’enfouit dans la terre pour ressurgir dans certains végétaux, ce medhá change lui-même puisqu’il est dispersé dans ces céréales cultivées tandis qu’il était concentré dans l’animal. Il est possible d’y voir là l’influence de la terre (dont les noms védiques sont tous féminins) puisque le féminin dans ces traités du sacriffice est souvent un signe de pluralité. De toute façon, l’effort des hommes contrarie la trop grande dispersion du medhà. Ici, on constate que l’accroissement du décalage entre l’original et le (ou les) substitut(s) s’accompagne d’un surcroît d’action. Le même fait s’observe par ailleurs dans le rituel et la linguistique. C’est un fait d’importance : quelle que soit la nature du karman ‘action’, ici le fait de creuser la terre, cette action est souvent le signe d’un éloignement de l’original, donc d’un manque accru de ressemblance entre l’original et le substitut. Dans le cas présent, l’action ne permet pas de rapprocher original et substituts, mais de trouver les substituts : sans elle, le medhá demeurerait caché, enfoui et dispersé dans la terre.

  • 29 L’idée que l’homme n’est pas une victime de réalité est corroborée indirectement dans l’histoire de (...)
  • 30 MS I.11.5. Même idée exprimée dans TB I.3.2.1. Elle est corroborée dans la structure même des récit (...)

2213. Notons aussi l’unicité de l’original, à côté de la pluralité des substituts et finalement l’existence de substituts pluriels, les céréales. Quand le texte prévoit la substitution, il est remarquable qu’il en énonce plusieurs possibles. Le fait n’est pas isolé : ainsi quand il s’agit des substituts du feu sacrificiel dans lequel on verse une oblation de lait, le Brāhmaṇa (TB III.7.3) propose une liste qui, très curieuse, a des points communs avec celle des substituts de la victime humaine. Si le feu sacrificiel fait défaut, les substituts possibles sont successivement un feu ordinaire, l’oreille d’une chèvre, la main droite de l’officiant bráhman, des herbes kuśa, de l’eau. On constate la même pluralité des substituts et le fait que les derniers de la liste sont marqués par la pluralité (le nom de l’eau, āpaḥ, est féminin et pluriel). La gamme des substituts décline du singulier au pluriel et du masculin au féminin. Autre fait important : l’original, au moins dans le texte, n’est pas une victime de réalité29. D’ailleurs si le jeu des substitutions est clairement énoncé, l’original lui-même n’est pas nettement défini ; on a l’impression que tous ces animaux et végétaux sont des substituts de substitut. Cela aussi se retrouve souvent dans diverses disciplines anciennes où cette procédure de substitution est utilisée : l’original parvient difficilement au seuil de la réalité car il est trop vrai, trop précieux et n’existe que comme la source virtuelle des substituts. Ce que les ṛṣi ont vu et dont d’une certaine manière les hommes se souviennent en célébrant le sacrifice, constitue moins un acte fondateur que les hommes répètent qu’une source de mémoire : l’acte d’aujourd’hui est une mise en scène circonstanciée de l’original, voire une invention ; en effet ce que le Veda raconte ce sont des mots tandis que les hommes mettent en rapport ces mots avec les réalités de leur monde : ils inventent un contenu objectif aux mots ; ils mettent ces mots en scène. D’ailleurs la forte séquence du rituel humain n’est pas le simple décalque de la séquence mythique, laquelle n’est pas décrite dans le Veda lui-même : le sacrifice des dieux n’est pas un acte dont les hommes disposent complètement et parfaitement ; il comprend des substituts dès une origine qui n’est pas exactement un début ; sa mise au point telle que la racontent des mythes partiels a été laborieuse, a compris des ratages, des oublis qu’il a fallu combler. « Les dieux ont conquis les sacrifices un à un »30, souvent incomplètement, si bien que le rituel n’est nécessairement qu’en partie la réplique de celui des origines. Ce décalage est structurel : dans le cas présent, l’offrande végétale qui a les vertus du sacrifice animal n’est pas faite en raison d’une quelconque impossibilité liée à la non-existence de l’original ou des premiers substituts – qu’est-ce qui empêche le sacrifice animal ? – ; mais la réalité du rite a toujours tendance à être en décalage avec la vérité textuelle et à s’en éloigner. Aussi, comme parfois l’original a tendance à ne pas exister, à n’être sans doute qu’un fait de langue, le mécanisme de substitution n’est pas un simple remplacement et peut être interprété diversement.

23Unicité de l’original, pluralité des substituts, transition par le féminin, dispersion de l’original dans les substituts, hiérarchie, recours à l’action, décalage de plus en plus important entre les différents substituts qui pourtant se ressemblent, original mystérieux voire irréel, modification due aux temps, incertitude des rites à accomplir : tels sont quelques-uns des ingrédients de ce processus de substitution.

2414. Le deuxième exemple est celui des substituts de soma tel qu’il est présenté dans ŚB 4.5.10.1-6. Bien que l’utilisation du soma-plante pour constituer un jus qui constitue un des ingrédients principaux du yajña soit fréquente, on sait que les textes comme le Śatapatha-Brāhmaṇa ne sont pas précis sur sa nature. L’original là aussi est mystérieux et l’on est, semble-t-il, plus occupé à la recherche des substituts qu’à celle de l’original qui semble non seulement manquer mais devoir manquer. Il faut marquer fortement cet aspect car il met bien en valeur le fait que l’usage des substituts n’est pas toujours causé par une absence de l’original due aux circonstances ; parfois, l’absence constitue l’original, lequel n’a pas de présence parce qu’il n’a pas de présent (les mythes sont généralement racontés au parfait, le temps que Pāṇini le grammairien qualifie de parokṣa « hors la vue ») et ce mode de l’absence propre à l’original nécessite l’existence des substituts. Ainsi dans ŚB 4.5.10.1 -6, rien n’est dit de la recherche du soma original et presque tout le brāhmaṇa est consacré à ses substituts ; encore qu’il n’y a pas de mot dans ce texte pour dire « substitut » ou « substitution » et qu’aucune expression particulière ne souligne ou ne dénote l’opération de substitution. On dit simplement yády u ná vindati tátra prāyaścittiḥ kriyate « si on n’en trouve pas, on fait un rituel de réparation ». Commence alors la présentation des substituts possibles. La liste est telle qu’elle donne à penser qu’il y a peu de chances que l’on puisse trouver et donc utiliser le vrai soma parce qu’il ne semble pas qu’on ait jamais cherché l’original.

2515. Un des intérêts du texte est qu’il est très explicite en ce qui concerne la nature des relations substitut-original car il dit pourquoi les substituts peuvent être des substituts. Tous sont des plantes (successivement phālguna, śyenahṛta, ādāra, dūrva, n’importe quelle variété de plantes kuśa). Le point commun de trois de ces substituts (outre le fait que ces plantes ont toutes des noms masculins comme soma qui est un mâle) est leur couleur aruṇa (brun ?) et c’est cette couleur qui en fait de bons substituts : eṣa vai somasya nyaṅgaḥ « car il ressemble à. soma ». Dans le dernier cas, on peut utiliser tous les haritān kuśān ‘kuśa jaunes’. De plus, dans le dernier cas, il faut à titre de prāyaścitti ‘réparation’ ajouter une vache supplémentaire comme dakṣiṇā et même refaire une dīkṣā. Il semble que le substitut se soit trop éloigné de l’original puis que pour compenser ce décalage excessif, le réparer ou le marquer on ait, comme dans l’exemple précédent, recours à l’action. Celle-ci semble bien le signe d’un accroissement du décalage entre original et substituts.

  • 31 Cette ressemblance demeure un principe d’explication a priori : que ce soit pour les animaux ou les (...)
  • 32 Le rite est censé être une réplique du mythe originel et l’assimilation est poussée jusqu’aux détai (...)
  • 33 Par exemple au tout début de la BĀU, les relations entre le cheval du sacrifice et quelques-unes de (...)

2616. Trois des cinq substituts le sont donc sur le mode de la ressemblance31. Quant aux deux autres (śyenaḥrta et ādāra), rien n’est dit dans ce texte de leur ressemblance avec le soma en terme de couleur ; certains considèrent que ādāra est un équivalent du pūtika, souvent mentionné comme substitut du soma ; il en va ainsi dans ŚB 14.1.2.12 et PB VIII.4.1, IX. 1 où une autre histoire de substitut de soma est racontée et où le soma est plutôt un terme générique qu’une plante ou un jus spécifique. Revenons aux substituts du soma dans ŚB 4.5.10.1-6 ; si la ressemblance fait défaut ou plus exactement si elle n’est pas mentionnée, le texte raconte deux mythes d’origine dont il ressort que śyenaḥrta et ādāra sont des sortes de rejetons du soma originel. On comprend dès lors qu’ils ont le statut de substitut sur le mode d’une descendance qu’on imagine lourde de ressemblance. En bref sur les cinq substituts énoncés, les cinq partagent avec l’original le genre linguistique (dont on connaît l’importance dans les mithuna réalisés pendant le yajña), la nature végétale ; trois d’entre eux ressemblent à l’original par la couleur et les deux autres descendent de l’original32. Le principe de ressemblance (associé ou non au principe de descendance) est ici au cœur des relations substitut-original et je crois qu’on peut généraliser à l’ensemble du rituel védique pour affirmer que le substitut est ce qui ressemble à l’original tout en s’inscrivant plus que lui dans le champ de la réalité. On peut y voir un aspect particulier de l’analogie générale qui existe, disent ces textes anciens, entre les différents plans de l’univers ; on sait en effet que les récits sont souvent l’occasion de dresser des listes d’équivalents entre les éléments du sacrifice et les réalités de ce monde-ci dans le cadre formel des nidāna et saṃpad33

  • 34 C’est précisément une des définitions vyākaraṇiques du substitut et de l’original : le substitut es (...)

2717. Revenons un moment sur le fait que, lorsqu’il s’agit d’utiliser tel substitut de réalité d’un original mythique, l’original n’a pas toujours d’existence. On observe cela dans différents domaines : que ce soit sur le plan du rite, du Vyākaraṇa (nous le montrerons ci-dessous) ou du monde, l’original est parfois non-existant, parfois difficilement existant34. Ainsi, dans le rituel le substitut ressemble à quelque chose que personne n’a vu sauf les ṛṣi originels et encore s’agit-il de mots : le plan de réalité rituelle est à l’image d’une vérité virtuelle faite des mots du Veda. Les originaux sont ces mots du Veda (ou au moins des réalités d’un ailleurs inaccessible au moment où le rituel est accompli) tandis que les substituts sont des réalités du monde rituel, parfaitement sensibles, telle ou telle plante, tel ou tel animal, etc. La Mīmāṃsā considère que le Veda est un discours sur l’invisible, or le rituel prend place dans le champ du réel mondain. C’est donc que l’original est invisible par nature tandis que les substituts sont perceptibles. Dès lors on comprend pourquoi l’opération de substitution est indispensable (on ne doit pas agir sur l’originel), et aussi ce qu’elle a d’irréel car on ne peut de toute façon pas agir sur lui : on ne peut substituer quelque chose qui existe à quelque chose qui n’a pas d’existence, n’a pas de présence et n’en a peut-être jamais eu, ou encore a une existence purement linguistique si l’on adopte le point de vue de la Mīmāṃsā selon laquelle on substitue des choses à des mots. Dans cet esprit, cette opération de substitution constitue plus l’affirmation d’une présence (celle du substitut) qu’un remplacement de l’original par le ou les substituts. Il n’y a jamais rien qui s’offre à notre regard que cette présence, rien notamment d’une autre présence qui aurait pu exister et dont une instance amoindrie ou modifiée serait le substitut voulu par les officiants ; l’original n’est jamais présent et la réalité mondaine qui s’offre aux regards et à l’action n’est rien d’autre que l’ensemble des substituts ayant – pense-t-on, dit-on – plus ou moins la forme ou le statut de l’original. Les originaux ont tendance à être des objets de pensée ou de langue et les substituts des réalités du monde. C’est dire que l’opération de substitution est purement mentale. Si l’on s’en tient aux faits, il y a cueillette d’un végétal et c’est seulement au niveau de la parole qu’on dit que ce végétal est un substitut de soma ; y a-t-il eu un moment dans la vie de l’officiant où il a travaillé sur l’original ? On peut en douter. Pareillement il y a offrande végétale dont on dit qu’elle a la puissance du sacrifice animal. Mais à aucun moment on n’a substitué le végétal à l’animal. Il s’agit seulement de superposer deux niveaux : on affirme que telle réalité de l’aujourd’hui du rite a le nom d’une vérité d’hier ou d’ailleurs et que cette réalité du rite est le substitut d’aujourd’hui de l’original d’hier, mais d’un hier qui peut-être a toujours été un hier et jamais un aujourd’hui. La substitution liée au principe de ressemblance permet d’organiser le réel rituel (et, au delà, social, économique, mondain en général) au nom d’une vérité langagière ; elle est un schème d’action sur le monde et une méthode d’analyse pour les hommes qui affirment dans les textes que la substitution informe le monde. On surimpose des mots tenus pour vrais (les mots du Veda) à des réalités d’aujourd’hui qui, tout en étant plus ou moins fausses, se conforment à cette vérité.

  • 35 PB IX.5.7 ; récit identique dans JB I.354.

2818. Parmi tous les mythes où l’original soma est remplacé par quelque substitut, citons encore celui du Pancaviṃśa-Brāhmaṇa : « Indra tua Vṛtra. Le soma qui s’écoula de son nez devint les arjuna bruns et celui qui s’écoula de son omentum, les arjuna rouges. Ce sont les bruns qu’il faut presser. »35 Ce récit, tout en confirmant l’analyse précédente, est intéressant parce qu’il montre clairement que les hommes n’ont jamais pu utiliser le soma original : le meurtre de Vṛtra est un fait du mythe et dès lors il est évidemment vain de chercher le soma dans ce monde. Si les officiants ont recours aux substituts, ce n’est donc pas parce que malheureusement l’original fait défaut, parce qu’ils n’en ont pas trouvé, ou encore parce que le marchand de soma n’est pas passé, etc. : le fait est que, dans ce récit pour le moins, le soma n’a pas d’existence sauf dans ses substituts. Par ailleurs, par le biais de la couleur on retrouve à l’œuvre le principe de ressemblance pour expliquer (en partie, car tout ce qui est brun n’est pas, semble-t-il, un substitut de soma) le choix du substitut. Le début de récit (PB IX.5.1 -4) raconte contradictoirement que le vendeur de soma est passé par là et que les officiants en ont acheté. Mais voilà maintenant qu’il a disparu (le récit elliptique ne dit ni comment ni pourquoi). Le récit parallèle de JB I.354 précise qu’il n’est plus question d’en acheter à nouveau ; il faut payer le vendeur de soma malgré tout puis trouver des substituts aux alentours : « S’ils ne peuvent obtenir de soma, ils devront presser [à la place] des plantes pūtika et, faute d’obtenir celles-ci, des plantes arjuna. » Sur un autre mode que le récit précédent (pourtant issu du même texte), on voit donc s’organiser la disparition systématique de l’original ; ici on ne dénie pas que le soma puisse exister : le marchand de soma a bien vendu du soma original mais celui-ci est devenu absent ! L’impression est que le soma vrai, l’original de tous les substituts, ne saurait simultanément être vrai et présent. On apprend plus tard (PB IX.5.7 cité supra) que certains arjuna sont bruns. Voilà ainsi justifié leur choix puisque l’on sait que le brun (hari) est la couleur de soma. Mais qu’en est-il des pūtika, les mêmes plantes que citait sans explication le Śatapatha-Brāhmaṇa ? Qu’est-ce qui justifie qu’elles puissent être des substituts convenables ? C’est l’occasion pour le texte de fournir une autre justification à travers un mythe : « La gāyatrī ramenait le soma ; un gardien de soma lança une flèche après elle et lui coupa une plume ; ce qui tomba alors (de soma) devint la plante pūtīka. En elle, les Dieux trouvèrent aide (ūti) d’où le fait qu’on la nomme pūtīka ; parce qu’ils pressent les plantes pūtīka, ils trouvent de l’aide pour lui. » C’est une ressemblance sonore qui sert ici à justifier le nom de la plante et, au delà, son rôle de substitut.

  • 36 Encore que la grande majorité de ses exemples soient empruntés à la branche Taittirīya du Kṛṣṇa-Yaj (...)
  • 37 Expression de Renou 1941 (2) : 164 et 1962 : 9.

2919. Ces exemples de substitution sont pris dans les textes que la tradition brahmanique (devenue indienne récemment) considère depuis longtemps comme la Révélation. On n’y trouve exprimée aucune théorie : c’est avec les mythes qu’ils inventent que les « doctrinaires » du sacrifice justifient la substitution et celle-ci y est simplement mentionnée comme une procédure efficace trouvée par les Dieux et inscrite dans l’ordre du rite. La réflexion théorique sur cette pratique n’a vraiment commencé qu’ultérieurement dans les Śrauta-Sūtra et surtout la Karma-Mīmāṃsā, l’exégèse de l’acte [rituel] dont les sūtra ‘formules’ sont attribués à Jaimini. Le propos de la Karma-Mīmāṃsā n’est plus de décrire les rites : ceux-ci, bien que portant un nom semblable, sont quelque peu différents selon l’école du ritualiste qui les énonce et la branche védique à laquelle il appartient : l’agniṣṭoma selon le Yajur-Veda blanc diffère de celui décrit par la branche Taittirīya qui appartient au Yajur-Veda noir. Justement parce que la Mīmāṃsā n’est pas rattachée à une école rituelle particulière36, cela lui a permis de constituer une doctrine cohérente du sacrifice védique. Bien souvent cette cohérence est acquise au prix d’un affaiblissement des ressorts mythiques ou magiques des rituels védiques et des spéculations auxquelles ils donnent lieu dans les Brāhmaṇa. Les problèmes soulevés par la mise en œuvre de la parole du Veda sont résolus par des solutions où le bon sens raisonnable l’emporte le plus souvent. Les affirmations abruptes et le délire rituel des Brāhmaṇa y sont remplacés par des raisonnements plus retenus formant une sorte de « jurisprudence du rituel »37.

  • 38 Les analyses ultérieures à Śabara (celles de Kumârila et Prabhākara notamment) sont en fait plus en (...)
  • 39 Cf. Malamoud 2002 où cette procédure est étudiée dans la perspective de l’auteur.
  • 40 Le mot est de Śahara (JS VI.3.31, 32) mais non de Jaimini. On ne peut se limiter aux cas de substit (...)
  • 41 Origine inconnue ; non cité dans Garge 1952. Comme le dit l’auteur (ibid. : 49), beaucoup des « cit (...)
  • 42 Le pūrvapakṣin prend la phrase au pied de la lettre et est prêt à faire jouer aux os le rôle du yaj (...)

3020. En l’occurrence, ce troisième exemple emprunté à la réflexion mīmāmsaka originelle38, est un problème39 qui fait l’objet d’une longue discussion (JS X.2.47) après qu’il a été déjà abordé plus généralement dans le sūtra JS VI.3.22. Qu’en est-il si, après la consécration (dīkṣā), l’un des initiés d’une session sacrificielle vient à mourir ? Comme on ne saurait sans dommage ne pas mener le yajña à son terme, il faut trouver une procédure pour éviter que la puissance sacrificielle ne se répande dans le monde. Par quoi, par qui le sacrifiant doit-il être remplacé ? La réponse à cette question constitue le satranyāya ‘maxime de la session’ (JS VI.3.22) et justifie la présence d’un pratinidhi ‘substitut’40. L’objet de la discussion mīmāmsaka est une phrase d’origine inconnue selon laquelle alors : « Ils le brûlent, nouent ses os dans une peau d’antilope, consacrent celle des personnes qui est son plus proche (parent) et sacrifient avec elle ; à la fin de l’année, ils doivent faire le sacrifice des os. »41 Parmi les signes de la substitution notés précédemment, on remarque surtout le fait que l’éloignement de l’original, en fait la présence du substitut, accroît là aussi le niveau de l’action : on ne se contente pas de remplacer un original absent par un substitut présent ; celui-ci pourrait faire exactement ce que devait faire celui-là et ne faire que cela. Or on ajoute de l’action laquelle ne vient pas combler quelque insuffisance du substitut mais constitue la sanction de l’éloignement de l’original, c’est-à-dire la sanction du fait qu’il y a substitution. La manière dont la Mīmāṃsā interprète et discute la phrase (notamment sa dernière partie où grammaticalement on peut comprendre que ce sont les os qui font le sacrifice)42 et les faits sont une chose, mais ce qui ici nous retient est cette affirmation selon laquelle le substitut est un possible rendu nécessaire par le fait qu’il est, parmi tous les possibles, le plus proche (nediṣṭha) de l’original. Déjà à propos de JS VI.3.27, Sāmānyaṃ taccikīṛṣā hi « Ce qui relève du même genre car il y en a besoin », Śahara explique que lorsqu’un élément matériel nécessaire au sacrifice fait défaut (parce qu’il est perdu ou non disponible), il faut recourir à un substitut sāmānyaṃ ‘de même genre’. Le problème demeure pourtant parce que l’unique original ne peut ressembler qu’à plusieurs substituts selon la nature et le degré de ressemblance. Il importe donc de reconnaître ces ressemblances et de les classer. Le cas est abordé dans le sūtra JS VI.3.20 qui pose le problème de la structure de la ressemblance. Quoi qu’il en soit de cette question, l’essentiel ici est de constater la remarquable concordance de pensée entre la Mīmāṃsā et les disciplines du langage : quand on passe du rituel des hommes à celui des mots, on ne change pas de procédure ; on procède à des substitutions et le substitut est celui des possibles rendu nécessaire par sa plus grande proximité avec l’original (cf. infra, §35).

  • 43 Résumé et présentation in P. V Kane 1941, vol. II & V : 1319, et index p. 159, s.v.pratinidhi.
  • 44 La formule de Patañjali explique Ekadeśavikṛtam ananyavat qui est le vārttika 4 du Pratyāhāra-Sūtra (...)
  • 45 Haudry (1975 : 344) remarque que l’activité rituelle est un « aboutissement ». Le rite a dû précéde (...)

3121. Outre le cas évoqué précédemment, la Mīmāṃsā offre une théorie de la substitution dans le domaine rituel védique. Tout un chapitre spécifique (JS VI.3. 17-41) est ainsi consacré à ce que l’on peut et ne peut pas substituer. Dans ce cadre restreint, il n’est possible que de décliner à grands traits la matière de la réflexion43. Le topique 3 établit le fait qu’un acte ne diffère pas quand on en change les ingrédients (dravya). Doit-on ou ne doit-on pas introduire, c’est-à-dire substituer quelque chose de non prescrit si ce qui est prescrit fait défaut ? La réponse d’autorité est affirmative parce « ce qui est enjoint est réalisé dans les deux cas ». Dans le commentaire, Sahara utilise l’exemple du soma et explique que les substituts eux-mêmes prescrits par le Veda le sont aux fins de niyama ‘limitation’, le Veda restreignant le champ des possibles au champ du nécessaire. C’est le topique 5 qui est le plus important : le sūtra JS VI. III.18 et le commentaire y dressent une sorte de carte des substitutions en affirmant : « La divinité, le feu [rituel], le texte de la formule sacrificielle (c.-à-d. les mantra récités) et l’action [ne sont pas substituables] parce que reliés à une motivation entièrement différente. » Dans la Mīmāṃsā, on constate d’ailleurs que cette théorie de la substitution s’articule dans le cadre d’une réflexion conséquente, intéressante mais que nous ne pouvons que mentionner incidemment : en quoi une modification ou une substitution rend-elle quelque chose différent ? Quand on change un élément de l’ensemble, faut-il considérer que cet ensemble demeure le même ? Jusqu’où peut-on changer ? À partir de quand quelque chose cesse-t-il d’être lui-même pour devenir autre ? Y a-t-il des éléments de l’ensemble que l’on peut changer indifféremment et d’autres qui altèrent décidément son identité ? Cela conduit la Mīmāṃsā à distinguer le principal de l’auxiliaire, à refuser la possibilité d’une substitution dans le principal mais à admettre sa possibilité pour tous les éléments auxiliaires (cf. adhikaraṇa 1 dans JS VI.3.1-7). Il y a là toute une théorie du même et du différent qui est formulée à propos du rituel dans son ensemble ou des éléments qui sont impliqués par sa réalisation. La même question est abordée dans la doctrine des grammairiens sous la forme d’une paribhāṣā ‘métarègle’ plaisante : « Un chien dont l’oreille ou la queue a été coupée demeure un chien, il ne devient pas un cheval ou un âne. » C’est là une formule de Patañjali commentant un vārttika de Kātyāyana qui affirme : « Ce qui est modifié dans une partie est comme non autre. »44 Il faut noter que ce sont les procédures qu’on peut rapprocher car, au niveau du vocabulaire, chacun parle différemment : Jaimini, l’auteur du Mīmāṃsā-Sūtra, emploie à deux reprises le terme āgama, littéralement « ce qui vient », pour désigner le substitut tandis que Śabara utilise plus fréquemment le mot pratinidhi et que Patañjali dit régulièrement ādeśa (cf. infra, §27). Si les théoriciens disposent d’un vocabulaire topique, le rituel en acte est beaucoup moins précis. Dans ces textes où le sanskrit s’invente lui-même, on a l’impression que les choses sont en avance sur les mots. Ce n’est pas le seul cas : l’activité rituelle elle-même et le sacrifice n’ont pas dans ce sanskrit encore archaïque de mot topique. Les « théologiens » ont besoin pour les désigner ou les décrire de recourir à tout un faisceau de métaphores, ainsi que l’a remarqué Haudry45. Il en va de même pour la substitution : dans tous les textes que nous examinons, il y a des substitutions mais pas de mot topique pour dire « substitution » ou « substitut ».

3222. Dans l’exemple aussi bien que dans la théorie, ce qui est remarquable c’est l’existence d’une faute ou d’un défaut préalable à la substitution. Pour chaque sūtra de la section VI.3.1, Jaimini et Śabara parlent d’un dosa, d’un défaut (le mot est employé par Jaimini dans JS VI.3.3). C’est sur cette base qu’est justifiée l’opération de substitution. En l’occurrence, c’est parce qu’il faut un nombre précis de participants (de dix-sept à vingt-quatre) à une telle session que la mort de l’un des participants cause un manque qui est donc un défaut et c’est le constat de ce défaut qui conduit au remplacement de l’officiant mort par son substitut le plus proche. Cette substitution relève de la « transformation contingente » évoquée ci-dessus et non pas d’une nécessité interne structurelle. Sa cause en est un élément fortuit, occasionnel, extérieur au rituel et il aurait été préférable, pour la bonne marche de la cérémonie, qu’elle ne se produise pas. Néanmoins, Śabara connaît aussi la substitution structurelle puisqu’il fait remarquer à propos du sūtra JS VI.3.17 que, dans certains cas, le Veda impose le substitut en permanence. Par ailleurs on voit qu’ici l’original est aussi réel que le substitut : l’original est possible et probable (souhaitable même) dans le champ du réel et si le substitut est improbable et occasionnel, il s’inscrit également dans la réalité. C’est donc entièrement d’un bout à l’autre dans le champ du réel que cette opération prend place. Il y a là une profonde différence avec les Brāhmaṇa où certaines des substitutions évoquées précédemment, de nature structurelle, marquent principalement le passage du plan du vrai à celui du réel.

  • 46 Vārttika 6, Aprayukte dīrghasattravat de la Paspaśā, MBh I.37.9. L’Aṣṭādhyāyi, c’est-à-dire la Gram (...)
  • 47 On suppose qu’elle appartient au Veda selon ce qu’en déduit Śabara ; mais la phrase est absente des (...)

3323. Il n’y a pas que les objets ou les personnes qui sont l’objet de substitution. La même procédure s’observe à propos du sens des mots et des mots mêmes du texte réputé permanent. Ainsi procède-t-on à une substitution quand, dans des conditions définies, la signification obvie d’un mot s’avère impossible ou inacceptable. La Mīmāṃsā parle (JS VI.7.31-40) d’une session sacrificielle nommée Viśvasṛj ou Viśvasṛjāmayanam. Celle-ci a la particularité de durer mille saṃvatsara, c’est-à-dire mille années. Voilà une entreprise, semble-t-il, désespérée pour les hommes ! Patañjali fait référence à ce problème dans son Grand Commentaire sur la grammaire de Pāṇini46 et explique que des sessions de cent ou mille années ne se tiennent plus adya ‘aujourd’hui’ ; ce faisant, il laisse entendre qu’elles ont pu exister précédemment. Quant à la Mīmāṃsā, elle expose huit thèses où, pour résoudre le problème, l’astuce le dispute au raisonnement : ce rite est réservé aux dieux dit l’un des protagonistes, à des hommes qui ont consommé un elixir vitae dit un autre, à toute une génération d’officiants dit un troisième ; un autre dit que deux cent cinquante officiants pendant quatre ans vont réaliser un rite de mille ans ; un autre encore prétend que le mot mille est à prendre dans un sens secondaire, etc. Toutes ces vues sont réfutées pour diverses raisons. La vue finale, plus réaliste, se fonde sur une phrase du Veda47 assimilant la course du soleil dans le ciel diurne aux six saisons de l’année : c’est le printemps quand le soleil se lève, c’est l’été quand il en est au milieu de sa course montante, etc. ; c’est ainsi que « le soleil est toutes les saisons » et qu’un jour est une année. Dans ces conditions, parce que le Veda lui-même procède à une telle assimilation, Jaimini considère que l’on peut changer le sens du mot saṃvatsara ‘année’ et lui substituer le sens de ‘jour’ là où le sens de ‘année’ est impossible.

34Les mots des mantra védiques originels sont eux-mêmes l’objet de substitutions ; énoncés à tel genre et tel nombre, avec telle désinence, pour tel rite qui sert de modèle, ils ne peuvent tels quels prendre place dans tel autre rite. Ils doivent être adaptés. La forme exacte du mantra récité pendant le rite est donc déterminée selon les besoins et les circonstances. Cette procédure nommée ūha (Jha 1942 : 334) fait l’objet d’un chapitre entier (adhyāya IX) de la Mīmāṃsā. Prenons l’exemple du mantra Indrapītasya, etc. (TS III.2.5.3) récité pendant le rite-modèle qu’est le Darśapūrṇamāsa. Ce mantra est dédié à Indra, la seule divinité qui soit invoquée en l’occurrence. Qu’en est-il dans un autre rite, dont le modèle est le darśapūrṇamāsa mais où d’autres divinités (Agni, etc.) sont invoquées pour lesquelles aucun mantra n’est prescrit ? Doit-on dès lors réciter le mantra en question quand la divinité est Indra et ne rien réciter sinon ? C’est l’opinion première (JS III.2.27). La vue finale (JS III.2.28) est que l’on adapte ledit mantra yathādevatam ‘selon chaque divinité’, c’est-à-dire que l’on substitue agni, mitrāvaruṇa, sarasvatī, etc. à indra. C’est cette procédure que la Mīmāṃsā nomme ūha. Elle est fondée sur le fait que le Veda est loin de décrire précisément tous les rites qu’il promeut. La parole védique considérée comme vraie et permanente est ainsi adaptée par voie de substitution à la réalité. La permanence du texte védique, promue par la Mīmāṃsā, est maintenue au seul niveau de la prakṛti, le sacrifice-modèle ou archétype, tandis que la pratique du texte vrai et permanent entraîne toute une série d’adaptations où la substitution joue un rôle éminent.

  • 48 À l’inverse, Renou (1962 : 168) note la possibilité de substituer des versets ṛgvédiques aux trois (...)
  • 49 L’équivalence de structure entre les Veda et om est affirmée d’abord dans la Māṇḍukya-Upaniṣad. Voi (...)
  • 50 Bouy, ed. et trad., 2000 : 84. Le culte de om sensible dans cette œuvre rend les Veda aussi inutile (...)
  • 51 Pāṇini I.4.92 explique le sens de prati quand il est préposition et en II.3.11, il instruit l’ablat (...)
  • 52 Renou (1954 : 109) signale que pratihita est le nom donné au substitut du roi, son plus proche pare (...)
  • 53 La traduction de Renou « Abhimanyu est l’égal d’Arjuna », ne nous semble pas correspondre à ce qu’e (...)

3524. Le domaine où s’exerce la substitution dans le Veda est plus large qu’il ne semble parce que, ainsi que nous l’avons vu précédemment, il y a des substitutions mais pas de vocabulaire unifié de la substitution. Or beaucoup de ce qui se dit, se fait ou se pense sur le terrain sacrificiel est réalisé sous forme de substitution. Prenons comme dernier exemple le cas où l’opération est marquée dans le texte par l’emploi prégnant d’une préposition. On l’a souvent remarqué, anu signifie les « homologies mystiques » dans le Veda des Brāhmaṇa et des Upaniṣad : il marque l’équivalence, la conformité de tel plan de l’univers à un autre plan. Prati pousse plus loin l’identification en signifiant la substitution. Quand TĀ II. 11.4 déclare : « Ce yajus (scil. om) équivaut à la Triple Science, il est la Parole, la syllabe suprême », il s’agit bien de dire que om est à la fois l’homologue et aussi le substitut des Veda. On a affaire ici, semble-t-il, à un substitut du type évoqué précédemment (supra, §22) car l’original existe sur le même plan, de la même manière phonique que le substitut. Pourtant, il n’en est rien : le fait est que la totalité de la triple Science, c’est-à-dire l’ensemble des trois Veda, est inaccessible, impossible à disposer dans le champ de la réalité et cela non parce qu’elle fait défaut mais, à l’inverse, parce qu’elle fait excès. Le fait est que l’original est inaccessible et il l’est de manière essentielle : jamais on ne pourra être en mesure d’énoncer cette Śruti dans sa totalité. Certes l’original peut être partiellement énoncé ; mais dire le Veda partiellement est ambigu : cela ne se fait pas sans léser la totalité que d’en énoncer une fraction. La chose est connue et bien étudiée (cf. Malamoud 1977 : 78 sq.). Ce fractionnement s’accompagne d’une effraction violente que la récitation provoque et se doit de réparer simultanément. Dès lors comment dire le Veda en totalité ? Doit-on se résoudre à seulement dire du Veda ? Le récitant est-il condamné au morcellement ? C’est là qu’interviennent les pratinidhi que sont om et aussi les trois exclamations rituelles alias les Grandes Élocutions bhūr bhuvaḥ s(u) vaḥ48. Il s’agit toujours du même problème rencontré à propos de soma : comment faire advenir à la réalité ce qui en soi excède le réel, lui échappe d’une manière ou d’une autre. Le pratinidhi qu’est om est donc un substitut en ce sens que cette partie du tout équivaut et remplace le tout avec cet avantage qu’il est un condensé accessible à la parole. Dire om équivaut donc à énoncer la totalité des trois Veda49. On rappelle par un substitut de parole le caractère inaliénable de l’original ; on comble par de la parole vraie ce que la réalité de la parole peut avoir de partiel, d’insuffisant, donc de mortel. L’attaque (pratipad) de la récitation personnelle en forme de om est l’affirmation d’une totalité condensée qui annonce l’émiettement mortel de la parole védique. Que om soit un pratinidhi des trois Veda est différent de certaines affirmations upaniṣadiques (notamment la Māṇḍūkya-Upaniṣad) où om est présenté comme la source des Veda, où il est « tout ce qui entre dans le champ de la temporalité, mais aussi ce qui est au delà de ce champ »50. Dans la phrase du Taittirīya-Āraṇyaka plus haut, le terme pratinidhi n’est pas employé ; en revanche on y observe un emploi prégnant de prati. L’usage de prati dans ce sens est suffisamment remarquable pour que le grammairien Pāṇini lui ait consacré deux sūtra51 ; dans l’un, il affirme que « [Le mot] prati [a le nom karmapravacanīya ‘préposition’] pour signifier : (a) pratinidhi ‘représentant’, (b) pratidana ‘l’échange’ » et cette « préposition » n’a donc pas ses valeurs usuelles d’opposition ou d’adhérence. Prati est alors exactement l’équivalent de notre ‘contre’ dans l’expression ‘contre-amiral’ : celui-ci fait fonction d’amiral et le remplace en cas d’absence52. Or, à une époque où les livres n’existent pas, la totalité de la parole védique est toujours absente ou existe à titre de simple possibilité. Il n’y a malheureusement pas de commentaire de Patañjali pour ce sūtra si bien que l’on doit recourir à des analyses et des exemples qui sont très tardifs ; la Kāśikā (VIIe s.) donne comme exemple : Abhimanyur arjunataḥ prati « Abh. est à la place de Ar. », c’est-à-dire que l’un est le substitut de l’autre53. Haradatta (XIIe s.) dans sa Pada-Manjarī, commentaire de la Kāśikā, explique que « le pratinidhi est celui qui est délégué pour exécuter les fonctions de l’original absent ».

*

36Nous sommes loin d’avoir vu tout ce qui est du ressort de la substitution dans le Veda. On connaît ainsi les usages magiques de la substitution (les voûts employés dans des rituels de magie, d’envoûtement) ainsi que les nombreuses effigies auxquels on a recours dans le culte normal. Le tableau est néanmoins suffisant pour le comparer aux pratiques et théories linguistiques anciennes.

LA SUBSTITUTION DANS LES THÉORIES LINGUISTIQUES

  • 54 À l’époque classique (brahmanisme et hindouisme), il est légitime de traduire vyākaraṇa par Grammai (...)

3725. Le Vyākaraṇa54 fondé par Paṇini (ive ou ve s. av. n.è.), s’il a donné le la en matière de théorie linguistique n’en a jamais eu le monopole : avant et après lui, les Prātiśākhya védiques (des traités principalement consacrés à la phonétique), le Nirukta (le traité d’étymologie attribué à Yāska, une œuvre du vie siècle (?) avant notre ère) sans compter le travail des auteurs des Padapāṭha et le Veda lui-même sont riches de réflexions grammaticales et linguistiques. Ultérieurement toutes les grandes écoles de pensée brahmaniques, bouddhiques ou jaina n’ont cessé de réfléchir sur la langue. Le fait est que la grammaire, surtout à époque ancienne, n’est jamais loin de la religion et du rite. Dans le Nirukta, les principes de modification (plus que de substitution), de ressemblance constituent les principales bases méthodologiques des étymologies proposées par Yāska. En l’occurrence les opérations (mais qui opère ?) sont présentées comme des modifications plutôt que comme des substitutions. Mais l’hésitation demeure possible car Yāska est très rapide dans sa présentation ; il ne l’a pas formalisée ni vraiment théorisée ; de plus, Pāṇini de sa discipline, il n’a pas bénéficié d’un Patañjali et de toute une théorie de commentateurs pour expliquer sa méthode. Au total, le Nirukta réputé plus védique que le Vyākaraṇa utilise la ressemblance comme principe d’analyse et de formation des mots ; c’est là le principal point commun avec ce que nous avons vu précédemment et ce que l’on peut constater dans la Grammaire.

  • 55 Souvent des monosyllabes, tels ghu, ghi, etc. Pāṇini utilise également un système élaboré d’abrévia (...)

3826. C’est dans la Grammaire (Vyākaraṇa) que l’on peut le mieux observer la substitution car elle constitue successivement le mécanisme fondamental de l’Aṣṭādhyāyī et ensuite un topique majeur de réflexion pour les commentateurs, à commencer par Patañjali. L’Aṣṭādhyāyī de Pāṇini (plus que l’ensemble du système vyākaraṇique) est célèbre à juste titre par deux caractères qui ont frappé les Occidentaux parce qu’ils leur rappelaient les principes qu’on peut voir à l’œuvre dans les théories scientifiques modernes et contemporaines, à savoir la nécessité et la simplicité. Cette dernière prend ici la forme de la « légèreté » (lāghava) c’est-à-dire de l’économie des moyens qu’utilise Pāṇini. Ce principe d’économie s’applique dans tous les domaines du formulaire pāṇinéen et évidemment dans la forme même des sūtra qui le composent ; mais Pāṇini dépasse la concision générale propre au genre sūtra, laquelle est en partie motivée par l’oralité de l’apprentissage. Ce qui est recherché est, dans le cadre de l’absence complète de redondance dans les sūtra, le fait de dire le maximum par le minimum de moyens ; c’est par exemple le cas des mots techniques créés par Pāṇini qui sont « légers » c’est-à-dire brefs55. Le lāghava est par ailleurs utilisé comme méthode d’exégèse par les commentateurs : les infractions apparentes de Pāṇini à cette légèreté sont interprétées comme autant d’indices révélant quelque enseignement caché par le maître.

  • 56 L’emploi de ce mot dans ce sens est technique. Dans les Brāhmaṇa, son emploi est rare (quatre occur (...)
  • 57 Sans prétendre à l’exhaustivité, signalons l’atideśa ‘transfert’, le samuccaya ‘inclusion’ (JS 10.4 (...)
  • 58 Tant itivikāraḥ (Vājasancyi-Prātiśākhya 133) et Aṃ vikārasya (Taittirīya-Prātiśākhya 1.28) ; pour d (...)

3927. Or un des domaines où ce principe d’économie est poussé à l’extrême est celui des opérations grammaticales puisque le Vyākaraṇa pāṇinéen ne nécessite avec la substitution (ādeśatva)56 qu’un seul type d’opération ; cette substitution prend l’apparence d’une soustraction (substitut ø dit lopa), d’une addition (la suffixation est réalisée comme la substitution d’une base suffixée à la même base sans suffixe ; de même pour l’accrétion), d’une multiplication (cas des āmreḍita ‘formes avec redoublement’), d’une agrégation (cas des composés et des suffixes taddhita ‘secondaires’), etc. Bien que les conditions d’apparition et de développement du Vyākaraṇa pāṇinéen soient mal connues, il est probable que cette discipline soit un héritage reçu et réorganisé dans les milieux du rituel, probablement spécialisé dans la codification à des fins didactiques. Mais l’effort de systématisation a été tel que des opérations pratiquées par ailleurs (dans les autres Śāstra, notamment la Śikṣā ‘Phonétique’ ou la Mīmaṃsā ‘Herméneutique’ [du Veda])57, antérieurement ou simultanément, n’ont pas été retenues par le muni et ses continuateurs. Par exemple la transformation est un type d’opération bien connu dans le rituel et aussi dans la Śikṣā : dans les rites, l’ūha est (selon ŚŚS VI. 1.3 ; cf. supra, § 23) un Śabdavikāra ‘modification des mots’ (d’un mantra) à des fins d’adaptation aux circonstances de son emploi ; dans les Prātiśākhya, le vikāra ‘transformation, modification’ est l’opération principale dans le domaine du saṃdhi au point que le Vājasaneyi-Prātiśākhya58 réserve une désinence spécifique (l’accusatif) pour noter, à travers un sūtra d’allure pāṇinéenne, ces changements phonétiques. Dans le premier des cas, alors que le vikāra consiste en fait en une substitution de mots, l’opération est décrite par le Śrauta-Sūtra comme une transformation ou une modification du montra de base ; dans le second où il s’agit d’une simple modification causée par le contexte, l’opération décrite comme modification par le Prātiśākhya est organisée comme substitution par Pāṇini, contre l’évidence. Sans nul doute, il y a là de sa part une volonté de réduire le nombre d’opérations grammaticales, un souci que l’on peut nommer scientifique.

  • 59 Dans le Bhāṣya I.409, Patañjali qui est comme Śabara sous I.1.10 un nityaśabdavādin ‘tenant de la p (...)
  • 60 Depuis l’étude décisive de P. Thieme (1937-1938), on considère aujourd’hui que le Kātyāyana du Vāja (...)

4028. Mais il y a aussi, si l’on suit Patañjali59, celle de refuser le vikāra ‘modification’ en tant que tel, c’est-à-dire en tant que type d’opération ; la raison invoquée est que le vikāra porte atteinte au statut nitya « permanent » des mots. Voilà bien un problème de mīmāṃsaka ! Kātyāyana et Patañjali (Bhāṣya 1.411-412) montrent d’abord que ce procès fait au vikāra ne peut pas s’appliquer à l’ādeśatva ‘substitution’. Certes si l’on définit linéairement c’est-à-dire dans une séquence temporelle le mécanisme de la substitution, « L’original est ce qui n’est plus après avoir été tandis que le substitut est ce qui est après n’avoir pas été » (Bhāṣya I.411), l’un comme l’autre ont un début ou une fin et ne sont donc pas nitya’, dès lors, l’ādeśatva semble souffrir du même défaut que le vikāra. Mais le siddhānta, c’est-à-dire l’opinion dernière de Patanjali, celle qui est tenue pour vraie, est que le substitut et l’original sont des noms donnés en connaissance aux différents éléments sans que jamais une opération soit réalisée ; les substituts sont subjectifs sans qu’il y ait de substitution objective : l’ādeśatva n’est pas l’opération par laquelle tel élément est substitué à tel autre mais la connaissance que l’on a de l’un qui succède à la connaissance que l’on a de l’autre en sorte que tous les uns et tous les autres sont permanents (nitya). Le substitut c’est ce qu’on pointe du doigt (ā-DIŚ-) et ce qu’on pointe ainsi existait auparavant, il n’est pas le résultat du pointage. Ainsi le sūtra Aster bhūḥ (2.4.52) instruit dans certaines conditions bhū- comme substitut de as- (deux racines signifiant « être ») parce que as- est défectif dans certains temps. Patañjali explique en conclusion de son raisonnement : « Permanent est as- dans son propre domaine, permanent est bhū- mais la connaissance se transforme » (Bhāsya I.412). Ainsi celui qui connaît ne réalise rien d’autre qu’une polarisation sur un objet qui existe en dehors de lui et qui devient objet de conscience par cette assignation (ādeśatva) tandis que celui qui ne sait pas peut imaginer qu’il fait quelque chose. C’est d’ailleurs là que s’opposent les techniques pratiques illustrées par les Prātiśākhya et les techniques de connaissance du Vyākaraṇa60.

  • 61 Il y a notamment toute une série de sūtra qui sont nommés atideśasūtra, littéralement ‘sūtra d’exte (...)
  • 62 L’Aṣṭāḍhyāyī repose sur une analyse de la chaîne parlée, analyse non mentionnée par Pāṇini et rapid (...)

4129. Le mécanisme de substitution dans le rituel était important mais non unique tandis que dans le Vyākaraṇa ancien la substitution et les rapports substitut-original61 forment la seule opération structurée dans l’Aṣṭādhyāyī et aussi un topique majeur de la réflexion grammairienne chez Patañjali et ses successeurs. La nature des originaux et donc des substituts couvre toute l’étendue des formes enseignées par Pāṇini ; elle vaut des éléments les plus discrets (un ton est le substitut d’un autre selon Svarito vā° 8.2.6, une voyelle est le substitut d’une autre selon Er uḥ 3.4.86), aux plus importants tels que des suffixes, des racines (Aster bhūḥ 2.4.52), des affixes verbaux appelés vikaraṇa (Divādibhyah śyan 3.1.69), des désinences Ṅer yaḥ 7.1.13) voire des mots entiers : Yuṣmadasmadoḥ (8.1.20) et les sūtra suivants instruisent les substituts de certains pronoms tels que vām et nau à yuṣmad et asmad62. Le vocabulaire technique est peut-être d’origine rituelle comme le laisse entendre Renou (1941-1942, in Staal 1972 : 435-469) mais, comme d’habitude dans ce śāstra, il y est plus nettement défini (par les successeurs immédiats de Pāṇini) et il est employé de manière systématique dans des conditions précises.

4230. Première question : les originaux ont-ils quelque chance de se réaliser ? Alors que dans le rituel, certains originaux sont en quelque sorte des mots vus par les ṛṣi et n’ont donc jamais aucune réalité autre que linguistique, il semble d’abord que dans le Vyākaraṇa, il en aille autrement. Ainsi dans la liste des désinences nominales originales donnée par le sūtra Svaujasam° (4.1.2), aucune d’entre elles ne sera remplacée systématiquement par des substituts : ces désinences correspondent à celles des thèmes consonantiques non nasals (encore que <sU>, c’est-à-dire le -s de nominatif, ne puisse jamais être constaté dans l’emploi). Pour les autres thèmes, et en fonction de la forme du thème, un substitut est fourni par un sūtra ; ainsi quand il s’agit d’obtenir la forme priyais (instrumental pluriel d’un thème en -a), le sūtra Ato bhisa ais (7.1.9) instruit le substitut ais de bhis. Au total, dans ce domaine des désinences nominales, on constate que l’emploi des originaux est beaucoup plus rare que celui des substituts mais qu’il demeure possible dans certains cas. Sur les 21 désinences des thèmes masculins en -a, thèmes qui sont les plus fréquents surtout dans le sanskrit classique, 18 sont des substituts ; les trois qui sont des originaux (<bhyas>, <ām> et <su>) s’accompagnent d’une modification de la voyelle prédésinentielle du thème.

4331. Néanmoins à l’intérieur du domaine des éléments prescrits par Pāṇini il n’est pas rare que la substitution puisse être systématique, l’original n’ayant dès lors aucune chance de se réaliser. Les suffixes instruits sous la forme yu tels <LyuṬ>, <Lyu> (3.1.134), etc. ou sous la forme vu tels <ṆvuL> (3.1.133), etc. sont les originaux des substituts ana et aka instruits par Yuvor anākau (7.1.1) ; et dans ces cas jamais les originaux <LyuṬ>, etc. ne se réalisent, à tel point que Renou les nomme « éléments fictifs ». Autre type de relation original-susbtitut : la forme de surface comprend une partie de l’original et un substitut : ainsi <jhi> est la troisième de la liste des désinences verbales (tin) énumérées dans le sūtra Tiptasjhi° (3.4.78). Ce <jhi> n’apparaît jamais en tant que tel dans un verbe car Jho’ntaḥ (7.1.3) instruit le substitut ant de la partie jh de <jhï> dans bháv a (jh→ant) i puis bháv ((a + a) →a) nti d’où finalement bhávanti. La désinence de surface comprend donc un i original précédé d’un substitut.

44Finalement, il n’y a pas de catégorie qui soit composée d’éléments qui tous se réalisent.

4532. Si le mécanisme de substitution est universel dans le Vyākaraṇa pāṇinéen, il répond à différentes nécessités et motivations :

  • des raisons contextuelles ; comme dans tous les faits de saṃdhi, la substitution iy est liée au contexte : il faut, pour que Iko yaṇ aci (6.1.77) s’applique, que la condition aci « devant une voyelle (aC) » soit remplie ;

  • des raisons d’économie (lāghava) : les substituts de surface ana et aka sont manipulés sous les formes théoriques yu et vu ; on pourrait dire que yu et vu sont le nom collectif de plusieurs suffixes mais ce serait vyākaraṇiquement faux car yu et vu ne sont pas des noms mais des nommés ;

  • des raisons de vivakṣā ‘désir d’expression’ du locuteur ; ainsi <l> est le suffixe générique verbal, dont <lAṬ>, <lAṄ> sont les substituts s’il y a désir de marquer le présent, le passé ; <tiP> est le substitut de <lAṄ> si le locuteur a le désir d’exprimer la troisième personne du singulier (celle dite prathamapuruṣa) ; enfin cette désinence subit une dernière opération de nature morphologique à savoir l’amuïssement par Itaś ca (3.4.100) du i de ti substitut d’un </> à marqueur /Ṅ/ ce qui est le cas de <tiP> vis-à-vis de <IAṄ>. Chaque substitut est de plus en plus limité, particulier et intègre par sthānivadbhāva ‘traitement du substitut comme l’original’ les valeurs du ou des précédents originaux. Le fait est lié au caractère flexionnel de la langue sanskrite.

4633. Autre point qui rapproche Vyākaraṇa et rituel dans ce domaine, l’existence fréquente d’un original pour plusieurs substituts. Un bon exemple en est l’organisation de la présentation des désinences verbales mentionnées ci-dessus. La désinence verbale <l> (totalement irréelle c’est-à-dire ne parvenant jamais à l’emploi) est unique ; ce </> exprime la verbalité à l’état pur sans référence temporelle ou modale, de nombre ou de personne. Elle est l’original de dix désinences <IAṬ>, <IAṄ>, etc., chacune d’entre elles exprimant un temps (ou un mode) en plus de la simple verbalité. Ce sont celles-ci qui ont pour substituts les dix-huit désinences qui, sous la forme d’une liste, constituent le sūtra Tiptasjhi° (3.4.78) ; le nombre de dix-huit doit encore être augmenté de tous les substituts causés par les marqueurs de <lAṬ>, <lAṄ>, <lUṬ>, etc. L’ensemble forme une pyramide comprenant de plus en plus d’éléments. Le niveau 4 comprend la majorité des éléments du niveau 3 et tous leurs substituts.

1° <1>

1 original

2° <1AṬ> <1AṄ> <1UṬ> <1EṬ> [...]

10 substituts (les lakāra)

3° <tiP> <tas> <jhi> <siP> <thas> <tha>[...]

18 substituts de chacun des lakāra, soit 180

4° <t> [...]

substituts de certains des 180 précédents

  • 63 La présentation pāṇinéenne des désinences casuelles et personnelles est très différente. Les vingt (...)

47Les éléments des niveaux 1 et 2, comprenant l’original, sont totalement irréels ; ceux des niveaux 3 et 4 sont réels, c’est-à-dire compétents à l’emploi ; ils sont beaucoup plus nombreux au total. La tendance est bien à la singularité de l’original contrastant avec la pluralité des substituts. L’original est rare63.

  • 64 Bhāṣya 11.44 : Sarve sarvapadādeśā dākṣiputrasya pāṇineh. La phrase vise à sauver l’éternité des mo (...)
  • 65 Sans doute est-ce la position ultime de Patañjali ; il n’en reste pas moins que les ādeśa désignent (...)

4834. Le cas en question met aussi en valeur le caractère de plus en plus particulier, localisé, des substituts par opposition à l’aspect général et délocalisé de l’original. Le mouvement de substitution ancre les éléments grammaticaux dans la réalité de la langue ; dans une large mesure on enseigne d’abord des originaux mais on parle avec les substituts. À cet égard il faut souligner un fait de vocabulaire noté par Patañjali (Bhāṣya I.410) quand il explique étymologiquement la valeur de l’ādeśa : « Ce qui est enseigné (ādiśyate) c’est cela qui est ādeśa », dit-il. L’argument vise à montrer qu’un ādeśa n’est pas seulement ce qui paraît être un substitut mais que les ādeśa concernent l’ensemble des sūtra prescriptifs. Est ādeśa ce qui, n’étant pas attendu, doit prendre la place de ce qui est attendu. La substitution ne s’arrête pas à ce qui est techniquement enseigné comme tel. Le substitut est notamment ce qui prend la place de ce qui se présente à la conscience spontanément, c’est-à-dire selon le principe de ressemblance. Dans le contexte, l’affirmation peut paraître de circonstance mais elle est confirmée dans un autre passage, plus important et pour tout dire décisif, où Patañjali affirme : « Tous les substituts le sont des mots entiers pour Pāṇini, fils de Dakṣī. »64 Prenons l’exemple d’une opération que nous nommons affixation : c’est clairement le fait d’ajouter un élément à une base et c’est ce que reflète l’emploi du mot « affixe ». Or elle est décrite par Patañjali comme le fait que la conscience passe d’un « mot » éternel (la base présuffixale) à un autre « mot » éternel, la base et son suffixe. L’ādeśa (substitut/indication) dans ce contexte est le passage d’un état de conscience pointée sur un objet à un autre où l’attention est dirigée vers un autre objet65.

4935. Le principe de ressemblance, l’un des deux (avec la filiation) qui justifient dans la sphère sacrificielle le fait que tel élément soit le substitut de tel autre, n’est pas absent du Vyākaraṇa comme on pourrait le penser rapidement ; au contraire, c’est même ce principe qui est à la base de toute la parole de Pāṇini et c’est ce que nous allons maintenant montrer.

  • 66 Kāśikā 1 : 101, glose du sūtra de Pāṇini 1.1.50.
  • 67 Cf. les explications détaillées dans la Kāśikā (notamment in Ojihara & Renou 1962 : 18-19). Pour le (...)

50De manière systématique, les substituts ne sont énoncés que dans la mesure où ils diffèrent de l’original. Sinon, la « ressemblance » permet d’échapper à la nécessité de préciser lequel est nécessairement le substitut parmi tous les possibles et lesquels ne le sont pas car Sthāne’ntaratamaḥ « (Parmi les éléments) acquis à la place de tel (autre), c’est le plus proche, c’est-à-dire le plus semblable qui est le substitut (valable) »66. Il faut se rappeler pour comprendre l’importance d’une telle affirmation que toutes les opérations sont des substitutions, même celles qui apparemment n’en ont pas l’air et que par conséquent ce principe d’affinité ou de sympathie, entre original et substituts, fonde toutes les paroles de Pāṇini. Le terme āntarya constamment utilisé par les commentateurs est l’abstrait dérivé du mot antara du sūtra, qui signifie aussi un « ami ». Que cet āntarya n’est rien d’autre que le principe de ressemblance est confirmé explicitement par Patañjali sous le vt. 8 (1.373) où il prend des exemples du monde pour montrer que ce principe est universel : dans le monde, différents éléments séparés du tout se dirigent vers ce tout qui a leur nature ; ainsi les flammes faites de lumière s’élancent vers la lumière, etc. La ressemblance commande l’affinité entre les substituts et les originaux. Kaiyaṭa commentant ce passage ajoute : « Les substituts, même s’ils sont groupés dans une règle, s’appliqueront sans se mêler » car ils prennent respectivement la place d’un élément qui leur ressemble. Nulle part Pāṇini n’établit les conditions de cette « ressemblance » qui est connue par ailleurs (dans les différents Prātiśākhya) : il la tient pour acquise. C’est la Kāśikā qui précise la nature de cette amicale proximité (āntarya), laquelle fonde la substitution ; ce sont, l’ordre étant hiérarchique, la communauté de lieu d’articulation (sthāna), de sens (artha), de modalité (guṇa) et de dimension (prāmāṇya)67. Comme les substituts peuvent ressembler aux originaux à plusieurs égards, il importe de classer ces ressemblances. Pāṇini n’en dit rien et c’est donc svabhāvataḥ « naturellement » que se réalise ce classement ; en l’occurrence, c’est la ressemblance dans ce qui importe qui s’applique.

5136. On retrouve aussi un usage déjà vu dans le rituel : le manque de ressemblance entraîne un supplément d’action. Certes, l’opération a toujours lieu (qu’elle soit ou non prescrite) mais, si la ressemblance est là, cette opération n’a pas à être précisée, elle se réalise elle aussi par la nature des choses (svabhāvataḥ) : l’āntarya permet d’économiser les paroles de Pāṇini. En somme, Pāṇini n’énonce des sūtra que dans la seule mesure où sa parole infléchit, contredit plus ou moins les usages du monde ; sinon il laisse faire le principe de ressemblance.

  • 68 « Le Maître-fait-norme, une herbe darbha purificatrice nouée sur un doigt de la main, s’étant assis (...)
  • 69 Beaucoup des paribhāṣā utilisées (avec ou sans ce nom) par Patanjali, recueillies et étudiées par s (...)

52Pas plus que Pāṇini, Patañjali ne dit pourquoi le principe de ressemblance l’emporte sur tout autre mais on voit que dans les opérations de substitution, ce principe s’applique prioritairement et systématiquement, et que c’est précisément dans la mesure où il ne peut s’appliquer qu’il faut formuler les sūtra et avoir recours à eux. Le silence de Pāṇini permet aux lois du monde d’œuvrer svabhāvataḥ ‘naturellement’ (Bhāṣya I.372) en suivant le principe universel de ressemblance entre original et substitut tandis que par ailleurs, là où la ressemblance doit faire défaut, la parole du maître fait écran à cette mise en œuvre en organisant les choses. C’est dans cet esprit que Patañjali à plusieurs reprises affirme que la parole de Pāṇini constitue un effort (Bhāṣya 11.291) car les sūtra doivent toujours contrer les usages établis dans le monde et en ajouter d’autres. Dans un passage célèbre, il souligne le grand effort auquel a dû se résoudre Pāṇini pour énoncer l’Aṣṭādhyāyī68. Cette pratique est « universelle », c’est-à-dire qu’elle s’applique à la totalité du Sūtra de Pāṇini : toute la parole de Pāṇini et la manière dont elle est structurée sont un « grand effort » pour contrer les lois du monde69. On retrouve le fait que l’action, en l’occurrence l’énonciation des sūtra, est d’autant plus présente que les substituts s’éloignent des originaux. Dans le cas d’un éloignement maximum il faut dire expressément quoi est l’original et quoi est le substitut et dans quelle situation. Finalement dans le cadre d’un processus généralisé de substitution fondée sur la ressemblance, le silence de Pāṇini utilise les lois dites par ailleurs, dans le Veda et dans le monde, tandis que sa parole contre, filtre ou limite ces lois dans le discours grammatical. Dans les sūtra, on entend la parole du maître Pāṇini laquelle s’oppose aux usages du monde et quand il se tait c’est qu’il faut écouter la parole silencieuse de l’univers.

  • 70 C’est le cas de l’ensemble de la production du sūtra et de certaines parties de cet ensemble (comme (...)

5337. La discussion porte aussi sur le référent de cette plus grande proximité entre original et substitut : est-ce le substitut qui doit être le plus proche de l’original parmi tous les substituts possibles ou bien l’original qui doit être le plus proche d’un des substituts ? La première option aboutit à systématiser les rapports de substitution au point d’envisager ceux entre original et... original, ce qui amènerait un blocage de la machine à fabriquer les mots qu’est, semble-t-il, l’Aṣṭādhyāyī : le substitut le plus proche de l’original étant l’original lui-même, la règle si elle s’appliquait sans limitation pourrait mettre en œuvre à l’infini une chaîne de substituts en tout point semblables aux originaux, le même se répétant sans fin sans jamais produire de différent, les phonèmes ne restant pas en place un seul instant comme « des grains de sésame jetés dans une poêle chauffée ». L’argument pour purement théorique qu’il soit, étudié par Patañjali et toute la tradition de la Kāśikā, est très représentatif. On devine que cette procédure est repoussée ; parmi les arguments avancés, le plus intéressant est que justement la substitution original/original ne produirait pas toujours un même instable mais parfois du stable faux : l’exemple envisagé est celui de bisam→bisam (‘tige’ notamment du lotus) où la présence du i devant un s qui a le statut de substitut provoquerait par application de Iṇkoḥ (8.3.57) la cérébralisation de ce s : *bi (s→ṣ) am. L’original ne saurait se reproduire à l’identique, le double du même est différent70. Le fait que deux formes identiques soient l’une l’original, l’autre un substitut, permet à certaines règles de ne pas s’appliquer au premier et de s’appliquer au second.

5438. Pāṇini ne fait l’effort de dire les substituts que lorsqu’ils sont éloignés de l’original au point de ne pas être reconnaissables ou déterminables comme substituts. Si bien que, comme précédemment dans le domaine du rituel, l’éloignement du substitut vis-à-vis de l’original provoque un effort supplémentaire. C’est ce qui lui permet d’introduire de la discontinuité et du nouveau dans le tissu de la parole. Un exemple dans le domaine de la tonalité : soit deux voyelles dont l’une est aiguë (udātta) et l’autre grave (anudātta), appelées à être remplacées par un substitut unique ; ainsi, selon Prathamayoḥ pūrvasavarṇaḥ (6.1.102), le i de agní et le au (anudātta) de la désinence du duel ont pour substitut unique une voyelle longue de même varna que la voyelle antérieure : agn ((i + au) →i). Du point de vue de la tonalité maintenant, parmi les trois tons susceptibles d’être substituts, le plus proche est le svarita parce qu’il participe par définition de la nature des deux originaux udātta et anudātta (cf. Samāhāraḥ svaritaḥ 1.2.31 : « Le svarita est le rassemblement [de l’udātta et de l’anudātta] »). Or le substitut désiré est l’udātta et c’est justement parce que le plus proche n’est pas le bon que Pāṇini est obligé d’énoncer le sūtra Ekādeśa udāttenodāttaḥ (8.2.5) qui enseigne que « Dans un substitut unique, quand l’un des deux originaux est udātta, le substitut est udātta. » La question est aussi abordée de savoir quelle est la source de la ressemblance : est-ce que l’original ressemble au substitut ou l’inverse ? Finalement le débat se termine avec une certaine lecture du sūtra, celle qui à travers la qualification du substitut prescrit la réalisation du substitut le plus proche de l’original donné.

  • 71 C’est le cas du siddhāntin du Nyāya-Bhāṣya qui, sous Vikāradeśopadeśāt saṃśayaḥ (2.2.40), cite les (...)

5539. Un dernier point : on sait que la procédure de substitution quoique diverse dans ses modalités et ses causes est systématique, étant la seule opération métalinguistique. En outre, il est remarquable que cette opération subsiste même quand elle heurte le sentiment. Prenons l’exemple classique de dadhi atra et de dadhy atra. Bien sûr, les traducteurs (L. Renou, S.M. Katre, etc.) qui sont au fait des procédures pāṇinéennes traduisent tous le sūtra correctement par : « Les semivoyelles y, etc. sont les substituts respectifs des voyelles i, etc. devant voyelle » ; l’exemple canonique est celui que reprennent Mīmāṃsā et Nyāya, à savoir dadh (i → y) atra. Mais le sentiment demeure chez les usagers de la langue (et chez les étudiants !) que « i devient y » dans ce contexte. L’opération instruite par Pāṇini comme une substitution est sentie comme une transformation. C’est surtout vrai quand la cause est contextuelle car dès lors le substitut ne peut que ressembler évidemment à l’original et donc apparaître comme une modification. Par contre, quand l’original et le substitut sont nettement différents (cas de vām substitut de yuṣmad) chacun admet facilement l’idée de substitution71.

56De toute façon la substitution n’est pas une opération linguistique qui correspondrait à un mécanisme psychologique : il n’y a pas volontairement ou consciemment un moment où le locuteur substituerait un élément B à un élément A ; même quand il s’agit d’une option entre deux éléments, le locuteur ne pense pas A pour finalement lui substituer B dans l’emploi. C’est vrai en fait de toute l’œuvre de Pāṇini et c’est plaisamment montré par Patañjali (Bhāsya I.32) qui remarque que, à la différence d’un amateur de pots qui se rend chez un potier et lui demande de lui fabriquer un pot dont il a besoin, l’amateur de mots ne se rend pas chez le grammairien pour lui demander de lui fabriquer des mots ; il se contente d’employer les mots. Le fait que l’opération de substitution ne corresponde pas à une réalité psychologique est expliqué par Patañjali dans un passage fameux (Bhāṣya I.32) où le maître s’explique précisément sur la notion. C’est un point où il faut nettement différencier la science du rituel de celle du Vyākaraṇa : l’une réfléchit sur des actions présentes (en fonction d’autres actions passées ou d’actions relevant d’une vérité non-sensible mais présente par la récitation du Veda éternel), l’autre est une opération de connaissance a posteriori. Cela étant, les deux disciplines réfléchissent aussi pareillement : dans le rituel, (cf. supra, § 15) certaines substitutions sont « réalisées » sans que jamais un élément soit en réalité substitué à un autre.

CONCLUSIONS

  • 72 C’est cet esprit de système qui fait qu’une partie notable de la langue tant vaidika que laukika éc (...)
  • 73 L’Aṣṭāḍhyāyī est sans doute le seul ouvrage de l’Inde ancienne auquel on peut, dans une certaine me (...)

5740. On observe donc une convergence générale entre les substitutions pratiquées dans le Veda, en partie théorisées dans la Mīmāṃsā et la méthode employée par Pāṇini et théorisée par Patañjali même s’il demeure que dans les deux domaines, la substitution n’a pas exactement la même importance. L’esprit de système72 affiché par Pāṇini, de nature idéologique, pratique et scientifique73, a conduit ce mécanisme à occuper une place qu’il n’a pas à ce point dans le Veda et dans d’autres śāstra. L’aspect complètement construit du système vyākaraṇique a permis à son créateur de se montrer exclusif ; en revanche, l’hétérogénéité des pratiques rituelles jointes à l’existence de différentes écoles rituelles a entretenu la diversité. Les textes védiques et les pratiques associées sont bien trop foisonnants pour se couler entièrement dans un moule unique, à la manière du modèle vyākaraṇique nécessairement réducteur. La substitution (quelle que soit sa conception) n’est donc pas la seule opération pratiquée et pensée par le Veda, qui est tout sauf un système. Il faut aussi noter le caractère divers des substitutions védiques, caractère manifesté par l’absence d’un mot unique pour l’exprimer (même si cet argument n’est pas complètement convaincant). C’est toute une gamme de substitutions qui a été mise en place : celle où l’original a un défaut provoquant son remplacement par un substitut, celle où il y a nécessairement un original et un substitut (notamment la procédure par laquelle le sacrifiant se choisit un ou plusieurs substituts, faute de pouvoir se sacrifier en réalité). La substitution est aussi ce qui permet à la vérité textuelle unique d’acquérir une réalité plurielle de moindre dignité. Le plus intéressant car le plus fécond dans et hors le rituel a été l’idée de la substitution structurelle, celle d’un original dont le mode d’existence est l’absence ou l’existence sur un autre plan.

  • 74 Cardona 1988. Le passage en question est TS VI.4.7.3-4, cité p. 662.

58L. Renou (1941-42 [publ. en 1945]), en se tenant presque exclusivement au vocabulaire, avait déjà noté les « Connexions entre le rituel et la grammaire en sanskrit ». Mais je crois qu’il faut aller plus loin et constater que les opérations rituelles et grammaticales relèvent aussi du même mode opératoire. G. Cardona74 énumérant les différentes analyses du mot vyākaraṇa a certainement raison de mettre en valeur celle, assise sur un récit fameux de la Taittirīya-Saṃhitā, où l’on rapproche le découpage de la parole (vyākṛ-) et le découpage de la victime.

  • 75 Passage fameux de TS VI.4.7.3-4.

59La continuité de structure entre tous ces mythes est remarquable. Si l’on cherche à dégager l’élément décisif, il nous semble que c’est la présence récurrente de la violence : que ce soit avec les substituts de soma, les substituts végétaux des victimes animales, les substituts de Śunaḥśepa, les substituts du Veda, le phénomène de substitution apparaît régulièrement quand nos ritualistes ont le sentiment de faire violence. Certes, à nos yeux, la récitation partielle du Veda, la cuisson de l’orge ou la mise à mort d’un cheval ou d’un bouc ne sont pas du même ordre et les deux premières opérations ne relèvent que idéologiquement de la violence. Mais la manière dont les brahmanes et tous les Indiens d’aujourd’hui voire nous-mêmes pouvons ressentir les choses et en parler maintenant n’a pas d’importance ici. Dans le domaine de la parole, il est notable que le Vyākaraṇa devenu avec le temps analyse de la langue sanskrite ait d’abord été conçu comme le processus par lequel la parole indifférenciée (avyākṛta) est éclatée, violemment fragmentée (par Indra) en les mots de la langue qui dès lors devient vyākṛta ‘différenciée’75 : le Vyākaraṇa comme science de la fragmentation.

60Par ailleurs, on voit aussi combien le principe de ressemblance joue un rôle important dans toute cette question et ne peut en être séparé.

6141. Cette convergence doit aussi être vue en terme d’évolution. La description des rites où le mythe tient lieu d’explication d’une part et la réflexion théorique et systématique sur le rite et sur la langue d’autre part datent de deux périodes successives et différentes où la substitution joue un rôle des plus importants. À quoi est due cette évolution ? On peut penser à l’émergence du Bouddhisme et d’autres écoles de pensée qui, en se développant, remettent en cause le Veda et la précellence des brahmanes. Or l’axiome de la permanence du Veda épaulé par la pratique de la substitution ont été l’une des meilleures parades trouvées par le monde des brahmanes orthodoxes pour asseoir définitivement la supériorité de la parole védique sur toute autre parole humaine entachée du défaut d’origine. Et sans doute, donc, la substitution participe-t-elle aux débats incessants consacrés à la philosophie religieuse dans l’Inde ancienne. Le « tout-substitution » qui se développe avec la Mīmāṃsā et surtout le Vyākaraṇa patañjalien tient peut-être ainsi à la radicalisation des débats qui opposent à cette époque Brahmanistes et Bouddhistes. Patañjali aurait vécu au iie ou ier siècle avant notre ère et Jaimini quatre ou cinq siècles plus tard, à une époque où les systèmes se forment et s’affrontent.

6242. Cela étant, l’argument ne vaut pas absolument. Car ni les Brāhmaṇa ni le Vyākaraṇa de Pāṇini n’ont été élaborés en fonction de l’existence du Bouddhisme. Surtout, la réflexion théorique portant sur la substitution n’a pas systématiquement été liée à l’idéologie de la permanence de la parole, de la parole védique en particulier, bien au contraire. Prenons l’exemple de (l’ancien) Nyāya, la « Logique » ; à propos d’une série de sūtra (II.2.40-57), le commentateur Vātsyāyana (Ve s., une époque pas très éloignée de celle de Śabara, l’auteur du Commentaire sur les sūtra de la Mīmāṃsā) discute longuement du problème notamment sur la base de l’exemple grammatical canonique dadh (i→y) atra et tranche au profit de la substitution. Les arguments pour le vikāra ‘modification’ (à savoir y est une modification de i) ou pour l’ādeśa ‘substitut’ (y est le substitut de i) sont dans une large mesure repris de Patañjali. Parmi les plus intéressants, citons celui mentionné sous le sūtra 40 où Vātsyāyana explique qu’il ne peut s’agir d’une modification parce qu’il n’y a pas de différence entre un y original (celui de yacchati par exemple) et un y résultant du vikāra (celui de iṣṭyā provenant de iṣṭi + ā) ; l’idée est qu’un original et un produit (vikṛta) ne sauraient être semblables.

  • 76 Biardeau (1964 : 226-227) a montré que l’adversaire du Naiyāyika est un tenant du Sāṃkhya, les deux (...)
  • 77 L’exemple donné dans une version du texte éclaire ce qui est nommé ici anvaya : on dit que l’or se (...)
  • 78 Terme de phonétique (provenant des Prātiśākhya) ; le ‘mode’ désigne ici le mode d’articulation ; le (...)

Certains76 pensent que dans l’expression dadhy atra « Du yaourt ici », il y a un vikãra ‘modification’ en ce que le ‘i’ ayant abandonné sa nature de ‘i’ accède à la nature de ‘y’. D’autres disent qu’on emploie un ‘y’ lorsqu’on a un cas d’emploi du ‘i’ où ce ‘i’ abandonne sa place ; quand il y a juxtaposition-des-mots (saṃhitā), on n’emploie pas le ‘i’ mais à sa place on emploie un ‘y’ et c’est cela qu’on nomme ‘substitution » (ādeśa). Les deux sont enseignés [concurremment]. On ne sait pas de quelle nature [est ce passage du ‘i’ au ‘y’].
C’est l’enseignement par substitution qui est le bon. Car si on enseigne la modification, parce qu’on ne perçoit aucune présence continue (anvaya) [entre le i et le y], l’inférence d’une modification est impossible77. C’est quand cette présence continue existe, que quelque chose se perd et quelque chose est acquis qu’on peut inférer une modification. Mais [ici], on ne perçoit aucune présence continue, aussi dit-on qu’il n’y a pas de modification. Et quand deux phonèmes ont deux modes d’articulation (karaṇa)78 différents, il y a possibilité de produire [l’un] quand on ne produit pas [un autre]. Le ‘i’ est produit avec un mode d’articulation ouvert tandis que pour le ‘y’ le mode d’articulation est à friction légère (= c’est une semiocclusion) ; ces deux [phonèmes] sont donc énoncés avec des efforts (prayatna) différents et c’est quand l’un des deux n’est pas employé qu’on peut employer l’autre. [NBh II.2.40]

  • 79 En témoignent par exemple les absences des mots ādeśa et vikāra dans les index des deux volumes de (...)

63Toute cette discussion79 est déterminée par le fait que Vātsyāyana est un anityaśabdavādin ‘tenant de la non permanence des phonèmes et plus fondamentalement un anityaśabdavādin ‘tenant de la non-permanence de la substance’, dont les phonèmes sont un cas particulier. C’est là le vrai sujet de discussion : n’acceptant pas l’éternité de la substance, le Bhāṣya ne peut admettre qu’un phonème qui n’a qu’une existence momentanée puisse se transformer ou se modifier ; celui-ci ne peut qu’apparaître et disparaître. Au contraire la substitution comprise comme l’emploi d’un phonème à la place d’un autre met en valeur l’impermanence des phonèmes qui n’existent qu’au moment où on les énonce mais ni après ni avant. La substitution que Patañjali lie à la permanence des phonèmes (cf. supra, § 28) est précisément comprise à l’inverse par Vātsyāyana : les phonèmes, comme toute substance, vont et viennent (mais ne deviennent pas) et donc se substituent les uns aux autres.

  • 80 J’ai rédigé l’article avant d’avoir lu ce livre important où est étudiée une partie de la matière d (...)

6443. La faible importance numérique des substitutions védiques que l’on peut opposer au tout-substitution du Vyākaraṇa est, nous semble-t-il, compensée par son importance stratégique. Car que ce soient les substituts de soma, les substituts de la victime vouée au sacrifice, le om substitut de toute la parole védique, les substituts des mantra, etc., l’opération de substitution porte sur l’essentiel, l’essence même du rituel védique. C’est cette procédure portant sur l’essentiel que Pāṇini a généralisée et non un simple mécanisme opératoire constitué pour des raisons d’opportunité. Néanmoins, je n’irai pas jusqu’à dire que le « Vedic ritualism in its entirety, like sacrifice as a category within religion, is based on substitution », comme l’affirme B.K. Smith80 (1989 : 176).

65La substitution nous apparaît alors comme la réponse (ou une partie de la réponse) à la question que théologiens et grammairiens (peut-être étaient-ils les mêmes) se posaient sur la vérité et la réalité ainsi que sur leur rapport. Un rite, c’est de la langue sacrée considérée comme vraie mise en scène dans le monde. Cette situation a dû être sentie comme étrange et problématique. D’autant que les rites, pluriels, ouverts à la diversité, ne sont pas, voire ne peuvent pas être toujours identiques ; ils ne se répètent pas exactement. Si bien que considérer le texte védique comme la source unique des rituels aboutissait en fait à penser le même comme l’origine du différent. Comment gérer et concevoir cela ? Il n’était déjà pas facile d’affirmer la transcendance du Veda : ainsi que le montre le début de la Paspaśā du Mahābhāṣya, la langue védique n’était pas vraiment distincte de celle que pouvaient parler les brahmanes śiṣṭa « de bonne éducation » ; en témoigne la possibilité d’une grammaire unique, valable pour un Veda non profondément différent de ce que Pāṇini nomme la Bhāṣā. Mais les brahmanes voulaient aussi que le Veda soit la source du réel rituel et mondain. Comment dès lors conjuguer la vérité permanente attribuée au Veda et la réalité instable des rites et du monde ? Le risque de contradiction apparaît clairement : la permanence attribuée au Veda (et inventée au moment où la langue védique disparaissait) risquait de le stériliser ; à l’inverse son impermanence risquait de le faire disparaître, de le dissoudre dans le réel changeant. La substitution est alors la meilleure solution : elle permet de distinguer la parole vraie de la parole réelle et d’établir une relation entre les deux. Le mécanisme de substitution offrait aux brahmanes la possibilité d’établir un pôle de vérité unique, un pôle de réalité plurielle, d’instituer un rapport entre eux et de maintenir une distance respectueuse entre l’un et l’autre, entre les rites et leur source. Les sūtra de Pāṇini sont vis-à-vis des mots comme la parole du Veda vis-à-vis des rites : ils sont à l’origine des mots comme le Veda est à l’origine des rites. À cet égard, il est remarquable de constater le rapport entre mantra et ūha (cf. supra, § 23) : alors qu’on se servait des mantra du Veda comme source et modèle des formules sacrificielles utilisées dans les (nombreux) rites qui sont des adaptations du modèle archétypal, celles-ci n’acquéraient pas pour autant le statut de mantra. Ceux-ci sont considérés comme vrais et permanents mais le vrai paradigmatique mis en œuvre dans les rites humains ne se reproduit pas à l’identique, il devient le réel, une parole rituelle pas éloignée de la parole mondaine. Selon JS II 1.34, un mantra modifié n’est pas un mantra même s’il en fait office. Quant aux mots des sūtra de Pāṇini, ils échappent en grande partie aux règles qu’ils établissent : ils ne sont pas des mots parmi d’autres mais prétendent être la source hors le monde des mots du monde.

66On voit dès lors en quoi le projet vyakāraṇique sur la langue et celui des brahmanes orthodoxes sur le Veda sont parallèles et pourquoi leurs auteurs ont eu recours à la même structure. Pāṇini formula un modèle de grammaire générative qu’il plaça à l’abri de la langue. Quant aux ritualistes et herméneutes, alors qu’ils avaient le sentiment que mettre en scène le vrai dans des contextes différents menaçait la pérennité et l’unicité de la parole védique, il leur fallut à la fois maintenir le Veda à l’abri du réel changeant tout en instituant ce pôle linguistique comme source immuable du réel. Le mécanisme de substitution nous semble ainsi avoir participé de la lente réponse élaborée par les cercles d’herméneutes à cette question : comment faire pour que le Veda soit la source et qu’il le demeure ? Comment faire pour que la source ne s’écoule pas et ne devienne pas le fleuve ? Et cela correspondait bien au statut auquel prétendaient les brahmanes : être les gardiens et les connaisseurs de la source.

67M.A.

68NB. Une partie de cette question a été abordée lors de la session du 29 avril 1998 de l’équipe « Rites hindous : transferts et transformations » de l’EHESS. Que ses animateurs, G. Colas et G. Tarabout, qui ont aussi lu une première version de cet article, soient ici remerciés de leur initiative et de leurs remarques.

Bibliographie

ABRÉVIATIONS

AitB

Aitareya- Brāhmaṇa

ĀpŚS

Āpastamba-Śrauta-Sūtra

BĀU

Bṛhad-Āraṇyaka-Upaniṣad

BŚS

Baudhāyana-Śrauta-Sūtra

ÉVP

Etudes védiques et paninéennes

JB

Jaiminīya- Brāhmaṇa

JS

Jaiminīya-Sūtra et les commentaires de Sahara

M S

Maitrayani-Saṃhitā

MBh

Mahābhāṣya de Patañjali

NBh

Nyāya-Bhāṣya

PB

Pañcaviṃśa-Brāhmaṇa

PIŚ

Paribhāṣa-Indu-Śekhara de Nāgeśa

RS

Ṛk-Saṃhitā

RVKh

Rg-Veda-Khila

ŚŚS

Śānkhāyana- Śrauta- Sūtra

ÉB

Śatapatha-Brāhmaṇa

Taittirīya-Āraṇyaka

TB

Taittirīya- Brāhmaṇa

TS

Taittirīya-Saṃhitā

TU

Taittirīya-Upaniṣad

BIBLIOGRAPHIE

Les références au Mahābhāṣya de Patañjali et au Pradipa de Kaiyaṭa sont données en fonction de l’édition Vedavrat, Haryāṇā Sāhitya Saṃsthān Gurukul Jhajjar (Rohtak), par n° de vol., de page et de ligne.

Les traductions françaises du Bhāṣya correspondent à celles de P.-S. Filliozat dans Le Mahābhāṣya de Patañjali, Adhyāya 1 Pāda 1 Āhnika 5-7, Pondichéry, 1976, et de Adyāya 1 Pāda 1 Āhnika 8-9, 1978.

Cf. Michel angot, La Tonalité dans la tradition pāṇinéenne. La Svarasiddhāntacandrikā. Paris, chez l’Auteur, 1994 ; S. D. Joshi & J. A. Roodbergen, Patañjali’s Vyākaraṇa-Mahābhāṣya. Sthānivad-bhāvāhnika. Part I, BORI, Research Unit Publications N° 11,1990.

Angot, M. (2002), « Les corps et leurs doubles. Remarques sur la notion de corps dans les Brāhmaṇa », in V Bouillier & G. Tarabout, eds., Images du corps dans le monde hindou. Paris, CNRS Éditions (« Monde indien -Sciences sociales, 15e-20e siècle »), pp. 101-134.

Biardeau, M. (1964), Théorie de la Connaissance et Philosophie de la Parole dans le brahmanisme classique. Paris, Mouton.

Biardeau, M. & Malamoud, C. (1976), Le Sacrifice dans l’Inde ancienne. Paris, PUF (« Bibliothèque de l’École des hautes études, Sciences religieuses » LXXIX).

Bodewitz, H. W. (1999), « Hindu ahiṃsā and its roots », in J.E.M. Houben & K.R. Van Kooij, eds., Violence Denied : Violence, Non-Violence and the Rationalization of Violence in South Asian Cultural History. Leyde/Boston/Cologne, Brill (« Brill’s Indological Library » 16), pp. 17-44.

Bouy, C., ed. et trad : cf. Gauḍapāda.

Bronkhorst, J. (1999), Langage et réalité : sur un épisode de la pensée indienne. Turnhout, Brepols (« Bibliothèque de l’École des hautes études, Sciences religieuses » 105).

Capdeville, G. (1971), « Substitution de victimes dans les sacrifices d’animaux à Rome », in Mélanges d’archéologie et d’histoire de l’École française de Rome, 83, pp. 283-323.

Garge, D.V (1952), Citations in Śabara-Bhāṣya. Poona, Deccan College.

Cardona, G. (1967-1968), « Anvaya and Vyatireka in Grammar », The Adyar Library Bulletin, 31-32, pp. 313-352.

Cardona, G. (1988), Pāṇini : His Work and its Traditions, vol. 1 : Background and Introduction. Delhi, Motilal Banarsidass (2e éd. 1997), pp. 656-666.

Das, R. P. (1987), « On the identification of a Vedic plant », in G.J. Meulenbeld & D. Wujastyk, eds., Studies on Indian Medical History. Groningen, E. Forsten, pp. 19-42.

Falk, H. (1989), « Soma I and II », Bulletin of the School of Oriental and African Studies (Univ. of London), 52 (I), pp. 77-90.

Filliozat, P.-S. (1988), Grammaire sanskrite pâninéenne. Paris, Picard.

Gait, E. A. (1914), « Human sacrifice (Indian) », in J. Hastings, ed., Encyclopaedia of Religion and Ethics. New York, Scribner, vol. VI, pp. 849-853.

Gauḍapāda. Āgamaśāstra : un traité védantique en quatre chapitres, éd. et trad. C. Bouy. Paris, Institut de civilisation Indienne (« Publications de l’ICI » 69), 2000.

Girard, R. (2003), Le Sacrifice. Paris, Bibliothèque nationale.

Gonda, J. (1963), The Vision of the Vedic Poets. La Haye, Mouton.

gonda, . J. (1965), Change and Continuity in Indian Religion. La Haye, Mouton. (Repr. Delhi, Munshiram Manoharlal, 1985.)

Gonda, J. (1975), Vedic Literature (Saṃhitās and Brāhmaṇas). Wiesbaden, O. Harrassowitz (« A History of Indian Literature », vol. I, fasc. 1).

Hariyappa, « Ṛgvedic legends through the ages », Bulletin of the Deccan College Research Institute (Poona), XI, pp. 184-240.

Haudry, J. (1975), L’Emploi des cas en védique. Lyon, Éditions de l’Hermès.

Houben, J. E.M. & Van Kooij, K. R., eds. (1999), Violence Denied : Violence, Non-Violence and the Rationalization of Violence in South Asian Cultural History. Leyde/Boston/Cologne, Brill (« Brill’s Indological Library » 16).

Jha, G. (1964), Pūrva-Mīmāṃsā in its Sources. 2e éd., Varanasi, Banaras Hindu University (1re éd. 1942).

Kane, P. V (1941), History of Dharmaśāstra, vol. II & vol. V. Poona, Bhandarkar Oriental Institute (« Government Oriental Series »).

Katre, S. M. (1989), Aṣṭādhyāyī of Pāṇini. Delhi. (Éd. orig. : Austin, University of Texas Press, 1987.)

Kirfel, W. (1976), « Der Aśvamedha und der Puruṣamedha », Kleine Schriften, pp.79-190.

Kramrisch, S. (1975), « The Mahāvīravessel and the plant Pūtika », Journal of the American Oriental Society (Baltimore), 95/2, pp. 222-235.

LÉvi, S. ([1898] 1966), La Doctrine du sacrifice dans les Brâhmanas. 2e éd. avec une préface de L. Renou. Paris, PUF (« Bibliothèque de l’École pratique des hautes études, Sciences religieuses » 73).

Macdonell, A. A. ([1910] 1968), Vedic Grammar. Varanasi, Indological Book House.

Malamoud, C. (1977), Le Svādhyāya, récitation personnelle du Veda. Taittirīya-Āraṇyaka Livre II, texte traduit et commenté. Paris, É. de Boccard (« Publications de l’Institut de civilisation indienne » série in-8°, 42).

Malamoud, C. (1989), « Village et forêt dans l’idéologie de l’Inde brahmanique », in Cuire le monde. Paris, La Découverte (« Textes à l’appui »), pp. 93-114.

Malamoud, C. (2002), Le Jumeau solaire. Paris, Le Seuil (« La Librairie du xxie siècle »).

Minard, A. (1949 ; 1956), Trois Énigmes sur les Cent Chemins, 2 vol. Tome I : Paris, Les Belles Lettres (« Annales de l’Université de Lyon ») ; tome II : Paris, É. de Boccard (« Publications de l’ICI » série in-8°, 3).

Oguibénine, B. (1994), « De la rhétorique de la violence », Puruṣārtha, 16 : Violences et non-violences en Inde. Paris, Éd. de l’EHESS, pp. 81-95.

Ojihara, Y. & Renou, L. (1962), La Kāśikā-Vṛtti (adhyāya I, pada 1) traduite et commentée. Paris, École française d’Extrême-Orient.

Rahurkar, V. G. (1964), The Seers of the Ṛgveda. Poona, University of Poona.

Renou, L. (1941-1942 [publié en 1945]), « Les connexions entre le rituel et la grammaire en sanskrit », Journal asiatique, CCXXXIII (1), pp. 105-165.

Renou, L. (1942), Terminologie grammaticale du sanskrit. Paris, Champion.

Renou, L. (1952), Grammaire de la langue védique. Lyon/Paris, IAC (« Les langues du monde », série « Grammaire, philologie, littérature » 9).

Renou, L. (1954), Vocabulaire du rituel védique. Paris, Klincksieck.

Renou, L. (1962), « Recherches sur le rituel védique : la place du Rig-Veda dans l’ordonnance du culte », Journal asiatique, CCL, pp. 161-184.

Renou, L. (1978), « ‘Connexion’ en védique, ‘cause’ en bouddhique », in L’Inde fondamentale [Études d’indianisme réunies et présentées par C. Malamoud]. Paris, Hermann (« Savoirs »), pp. 149-153.

Renou, L. & Filliozat, J., eds. (1947-1953), l’Inde classique. Manuel des études indiennes, 2 vol. Tonte I, Paris, Payot ; tome II : Paris, Imprimerie Nationale/Hanoï, EFEO.

Schmidt, H. P. (1968), « The origin of ahiṃsā », in Mélanges d’indianisme à la mémoire de Louis Renou. Paris, É. de Boccard (« Publications de l’ICI » série in-8°, 28), pp. 625-655.

Sharma, R. M. (1990), The Aṣṭādhyāyī of Pāṇini, vol. II. Delhi, Munshiram Manoharlal.

Smith, B. K. (1989), Refections on Resemblance, Ritual and Religion. New York/Oxford, Oxford University Press.

Smith, B. K. & O’Flaherty, W. D. (1989), « Sacrifice and substitution : Ritual mystification and mythical démystification », Numen, 36 (2), pp. 189-224.

Thieme, P. (1937-1938), « On the identity of the Vārttikakāra », Indian Culture, Journal of the Indian Historical Institute (Calcutta), 4 (2), pp. 189-209.

Thite, G. U. (1975), Sacrifice in the Brahmana-Texts. Poona, University of Poona.

Verpoorten, J. M. (1987), Mīmāṃsā Literature. Wiesbaden, Otto Harrassowitz.

Wasson, R. G. ([1968] 1973), Soma : Divine Mushroom of Immortality. New York, Harcourt Brace Jovanovitch.

Notes

1 Nombre discuté ; celui-ci est fonction de Śaṃkara qui n’a commenté que dix Upaniṣad. Dans L’Inde classique (1947-1953), Renou en énumère quatorze et signale les prétentions « védiques » de quatre autres. De fait, il y a un style voire un genre « upaniṣad » et les brahmanes nationalistes d’aujourd’hui sont prêts à admettre le caractère « védique » de textes traditionnels. Ils ont souvent à l’esprit, plus ou moins ouvertement, l’équation « traditionnel = ancien = antique = éternel ».

2 Si les textes védiques sont antérieurs pour une bonne partie à l’écriture (il n’y a pas de mots ou de racines pour « écrire » ou pour « lire » dans le Veda), ils sont surtout restés extérieurs à l’écriture pour ce qui concerne la composition. Quant à la transmission et la conservation des textes, le degré d’oralité et a contrario le degré du recours à l’écrit semblent avoir été fonction du statut des textes. Encore de nos jours, les brahmanes les plus orthodoxes condamnent l’usage des livres (nous avons nous-mêmes pu le vérifier à nos dépens) pour apprendre le Veda.

3 On peut douter que les auteurs des hymnes ou leurs successeurs et utilisateurs reconnaissent la validité d’une telle définition.

4 Dans RS VIII.19.5. La traduction de L. Renou (ÉVP XIII, 65) est « savoir-poétique » : « Le mortel qui avec la bûche-flambante, qui avec le versement-oblatoire, qui avec le savoir-poétique, a honoré adéquatement Agni. » En note, l’auteur ajoute que cette instance singulière n’est probablement pas à l’origine de l’emploi du mot veda pour désigner la littérature sacrée : ce serait de l’Atharva-Veda que proviendrait l’usage de veda pour désigner ce corpus de textes.

5 Dans le seul Taittirīya-Upaniṣad-Bhāṣya de Śaṃkara, j’ai compté 11 termes par lesquels Śaṃkara se réfère à ce que l’on nomme Veda.

6 « Le destin du Veda en Inde », ÉVP t. VI, Paris 1960.

7 C’est dans le Nirukta II. 11 que Yāska analyse le mot ṛṣi en le rapportant à la racine DṚŚ- ‘ voir’. Dans les Brāhmaṇa, les ṛṣi sont d’abord des connaisseurs du rite plus que des voyants du texte. Sur les ṛṣi dans le Veda, voir Gonda 1963 et 1975 : 65-78.

8 Elle se perpétue à l’intérieur de l’hindouisme. Gonda (1965 [pp. 314-362 de l’édition publiée en 1985 par Munshiram Manoharlal]) a montré quelle descendance les dīkṣā védiques ont eu dans les rituels hindous et sectaires.

9 Le cas du sacrifice humain et de ses substituts est traité dans ŚB VI.2.1.39 car aujourd’hui na tathā kuryāt « il ne faut pas procéder ainsi » selon la formule récurrente. Dans l’Inde contemporaine, cela n’empêche nullement des pratiques qui oscillent entre le meurtre crapuleux et le sacrifice tantrique (notamment de jeunes filles assimilées à la Déesse).

10 « C’est le glissement vers l’est » (sur lequel Minard 1949 : 190, n. 549b) que l’on observe entre les différentes Saṃhitā et Brāhmaṇa yajurvédiques, le plus oriental donc le plus récent étant le Śatapatha.

11 Les discussions sur les procédures du sacrifice, qu’ils soient védiques ou pas, ne sont pas l’apanage des textes anciens ; aujourd’hui encore, on entend des disputes entre les officiants et les débats sont vifs. Mais l’intérêt est de constater que l’incertitude et le débat sont inscrits dans la Śruti. La Révélation védique est en miettes et ne se présente pas comme un corps unifié : ni l’orthodoxie ni l’orthopraxie ne sont de mise. L’interrogation est constante, portant sur l’interprétation aussi bien que sur le rite lui-même. AitB 6.7.5 discute par exemple de l’offrande aux rakṣas : faut-il ou ne faut-il pas la faire ? La conclusion est qu’il faut bien leur faire une offrande mais à voix basse.

12 Le soma est céleste selon RS VIII.100.8 et quand il est terrestre, il pousse « au nombril de la terre, sur les montagnes » affirme RS. Le haoma avestique est montagnard lui aussi (YasnaX.4 ; etc.).

13 La question de l’identification du soma n’a jamais été résolue et demeure un objet de controverse. Parmi les recherches les plus intéressantes ou les plus importantes, citons Wasson 1973 ; Kramrisch 1975 : 222-235 ; Das 1987 : 19-42 ; Falk 1989 où l’auteur y rejette la théorie du soma champignon et propose celle du soma Ephedra.
Nous avons discuté avec un āyurvédiste indien spécialiste de la flore qui nous a récité la vulgate indienne : il affirmait que le soma est une plante rare, qui pousse dans l’Himalaya ; il disait en avoir vu une seule fois dans sa vie.

14 Haudry (1975 : 344) remarque qu’il n’y a pas de racine simple pour désigner l’activité sacrificielle et que celle-ci est un « aboutissement ». Pour dire ‘sacrifier’, le Veda des Brāhmaṇa emploie tout un faisceau de racines spécialisées (HU-‘verser’– »‘verser l’oblation’→ ‘sacrifier’) ou employées métaphoriquement (TAN- ‘tendre’→‘faire le sacrifice’).
Le Veda est, a posteriori, souvent divisé en deux sections, l’une est la section des actes (karmakāṇḍa) ; l’autre, dédiée à la connaissance de l’être en soi, est le jñānakāṇḍa ‘section de la connaissance’ qui comprend principalement les Upaniṣad. La division Upaniṣad/reste du Veda est à cet égard insuffisante car les spéculations « philosophiques » ne sont pas absentes des Saṃhitā et les Upanisad n’ignorent pas la valeur du karman. Ce qui est frappant est la disproportion entre les deux sections, la seconde constituant plutôt un appendice de la première et n’occupant qu’une très faible partie de l’ensemble.

15 Le terme medhya a ce double sens de domestique et sacrifiable.

16 F. Staal, à de nombreuses reprises, a insisté sur le fait qu’en rien ils ne sont nécessaires à la réalisation du yajña. Faut-il rappeler qu’ils n’en restent pas moins le Veda.

17 On a tout lieu de penser que ce que les auteurs des Saṃhitā et des Brāhmaṇa présentent sont des mythes qu’ils prennent pour des mythes c’est-à-dire des histoires de vérité, jamais confondues avec la réalité, mais qui expliquent la réalité. Une partie de l’hindouisme (la majorité nous semble-t-il) les considère comme de l’histoire ancienne : aujourd’hui les dévots se rendent en pèlerinage sur les lieux qu’ont fréquenté Kṛṣṇa, Rāma, etc. Mais d’autres conceptions sont possibles : Śaṃkara affirme (Gauḍapādakārikā-Bhāṣya II.15) que les utpattisaṃvāda ‘cosmogonies’ védiques sont des analogies ou des allégories purement didactiques. Il semble en revanche que personne ne les prenne plus pour des mythes. C’est là entre Védisme et Hindouisme une distinction tout à fait significative.

18 « Quand on entreprend le rite, tout comme Prajāpati se donna aux dieux, on se donne aux dieux » (ŚB XI.1.8.5).

19 Par exemple dans ŚB XI. 1.8.3 : « Quand il se fut donné lui-même aux dieux, il émit cette réplique de lui-même qu’est le sacrifice » (trad. Minard 1949 : 129, §366).

20 Dans le Śatapatha-Brāhmaṇa, lire n. 3 p. 49, vol. I de la traduction de J. eggeling où l’auteur donne une liste d’exemples.

21 On ne pourra jamais que supposer et imaginer comment les auteurs et les utilisateurs des hymnes et plus généralement de l’ensemble du Veda concevaient l’articulation entre les mots et les choses. Les études portent nécessairement sur des textes ultérieurs, par ex. Bonkhorst 1999.

22 Le végétarisme des brahmanes d’aujourd’hui est battu en brèche par les affirmations du Veda lui-même ; ŚB XI.7.1.3 affirme clairement que « la meilleure nourriture c’est la viande ». Cela vaut aussi pour les Upaniṣad : dans un rituel de procréation cité par BĀU VI.4.14-18, selon que le riz, toujours accompagné de beurre (sarpis), est cuit au lait, au petit-lait, à l’eau ou à la viande, le teint de l’enfant s’assombrit et le nombre de Veda que l’enfant à naître connaîtra augmente. C’est le carnivore qui est destiné à être le brahmane le plus savant !

23 On dit à répétition, notamment dans le Śatapatha-Brāhmaṇa, que la victime sacrificielle est l’homme ; cette affirmation est de nature linguistique et ne signifie pas nécessairement que l’homme soit tué par l’homme pendant le sacrifice ; ce que les textes disent, c’est qu’il est la victime vraie du sacrifice auquel il participe.

24 En général ce sont des mâles qui sont immolés (mais les exemples d’immolation de vaches ne manquent pas) et ici la série ne laisse pas de doute sur la nature de go ; le mot go employé au féminin désigne indifféremment les vaches, c.-à-d. les « bovins » en général dont le mahīṣa ‘buffle’ (donc go ne désigne pas une espèce animale telle que définie par la science). Employé au masculin, le mot désigne le taureau. Les valeurs secondaires attachées à ce mot font que A. Minard pensait (« l’eau », « la terre » ; cf. Minard 1956 : 343) que l’équivalence avec pṛthivī repose essentiellement sur l’idée de sein maternel.

25 Un passage duYajur-Veda noir (TS V5.1.1-2) procède à une explication similaire bien que différente dans les détails ; le bouc possède bien « tous les signes des victimes sacrificielles » ; de plus cette description du bouc lequel résume à lui seul tous les paśu (y compris le bouc lui-même qui a, dit le texte, les signes de son caractère de bouc) s’inscrit explicitement dans un contexte d’anurüpatvâ ‘conformité’ (traduction sans doute préférable à ‘ressemblance’ de A. B. Keith) ; c’est un des termes qui, comme dans le Śatapatha-Brāhmaṇa, désignent l’homologie.

26 C’est la traduction de Minard (1949 : 70) rectifiant, à juste titre nous semble-t-il, celle de Eggeling en faisant de ánu une particule marquant l’homologie mystique.

27 L’orge a, notamment dans les textes védiques, une importance particulière parmi tous les végétaux. Elle est dans le Śatapatha-Brāhmaṇa la plante nourricière par excellence, le mangé par opposition aux mangeurs, la plante la plus fidèle (en fonction du mythe raconté dans ŚB III.6.1.8) ; c’est chez les plantes, l’équivalent de l’udumbara parmi les arbres et du bouc parmi les animaux. C’est à ce niveau statutaire qu’on peut reconnaître une « ressemblance » entre tous ces différents substituts. Son nom donne lieu à différentes étymologies mystiques dont la plus fréquente fait de yáva un dérivé de la racine YU- ‘repousser (l’ennemi)’. Cf. ŚB XIII.6.1.9 et Minard 1956 : §866-867 ; Renou, ÉVP I : 79.

28 C’est une des raisons qui nous font douter des interprétations qui présentent la substitution comme un stratagème pour éviter de verser le sang, de faire violence. C’est déjà ce qu’affirmait S. Lévi (1966 : 137). Quand on offre un gâteau de riz comme substitut du bouc ou de toute autre victime, cela n’exclut pas que ce bouc puisse être immolé à un autre moment du même sacrifice. Cela nous semble être précisément le contraire : le medhá court partout dans le monde des substituts du puruṣa et de Prajāpati et partout il doit être sacrifié comme substitut. La substitution augmente le nombre de victimes possibles. Comme le dit TB 111.2,8.8, pasór vaí pratimā puroḍāsaḥ « le gâteau sacrificiel est une réplique de la victime animale » et toutes les pratimā ne se cantonnent pas dans le domaine animal ; de toute façon, elles doivent être sacrifiées. En revanche, l’original c’est-à-dire le sacrifiant ne l’est pas.

29 L’idée que l’homme n’est pas une victime de réalité est corroborée indirectement dans l’histoire de Śunaḥśepa où, attaché au poteau sacrificiel, celui-ci dit : « Ils vont me tuer comme si j’étais un non-humain » (AitB 7.16). Question débattue ; ainsi Kirfel (1976 : 79-190) considère-t-il que le sacrifice fondamental était dans les temps prévédiques le sacrifice humain mais il s’interroge justement sur son caractère imaginaire ; en dernier, Oguibénine 1994 et Houben & Van Kooij 1999. Dans ce dernier ouvrage, l’article de H. W. bodewitz, « Hindu ahiṃsā », donne une bibliographie assez complète des ouvrages sanskrits ainsi que des principaux articles. La majorité des auteurs, dont le dernier cité, admettent non sans nuances les substituts comme les jalons d’une stratégie visant à éviter des actes qui sont ou sont devenus moralement condamnables ou qui choquent la sensibilité. Si nous proposons ici une autre interprétation de la substitution, ce n’est pas sans considérer que plusieurs motivations aient pu voir le jour avec le temps et soient également acceptables. Sur le sacrifice humain en Inde, les faits sont rassemblés par Gait (1914 : 849). Ce dernier ouvrage, malgré son ancienneté, est une mine d’informations dont beaucoup demeurent utilisables aujourd’hui ; sur le puruṣamedha, voir Thite 1975 : 23-26.

30 MS I.11.5. Même idée exprimée dans TB I.3.2.1. Elle est corroborée dans la structure même des récits recueillis dans les Brāhmaṇa : à part quelques exceptions (telle celle du récit de Śunaḥśepa), les récits sont généralement courts, partiels et couvrent souvent tout au plus un aspect d’un épisode du rite. Rien à voir avec les récits amples et circonstanciés que l’on observe dans les Purāṇa et les épopées.

31 Cette ressemblance demeure un principe d’explication a priori : que ce soit pour les animaux ou les substituts de soma, les listes en question ne sont pas constituées de tous les animaux ou de toutes les plantes qui ressemblent à l’original. Les deux textes disent bien en quoi ces substituts ressemblent à l’original mais non pourquoi ce sont précisément ceux-là et pourquoi on a retenu cette ressemblance plutôt qu’une autre.

32 Le rite est censé être une réplique du mythe originel et l’assimilation est poussée jusqu’aux détails ; aussi les textes abondent-ils en situations où l’on rappelle pourquoi il faut utiliser tel objet à la place de l’original mythique : ainsi ŚB XIII.4.4.9 compare-t-il les qualités du khadira aux os de Prajāpati : le bois de khadira ayant la structure des os se trouve être le bon substitut. La ressemblance entre les deux est assurée par la descendance car « le khadira est né des os de (Prajāpati) ». Il se trouve que le bois de khadira n’est pas le seul à partager la dureté des os. Dès lors, le principe de descendance est utilisé pour justifier le choix entre tous les substituts possibles qui se ressemblent.

33 Par exemple au tout début de la BĀU, les relations entre le cheval du sacrifice et quelques-unes des parties de son anatomie et de sa physiologie ainsi que le cosmos d’une part, certains éléments et phénomènes naturels d’autre part. Sur ces notions, voir notamment Renou 1978 : 149-153 et ANGOT 2002 : 101-134.

34 C’est précisément une des définitions vyākaraṇiques du substitut et de l’original : le substitut est ce qui est alors qu’il n’était pas auparavant, l’original est ce qui n’est plus après avoir été.

35 PB IX.5.7 ; récit identique dans JB I.354.

36 Encore que la grande majorité de ses exemples soient empruntés à la branche Taittirīya du Kṛṣṇa-Yajur-Veda. Cf. Garge 1952 : 73.

37 Expression de Renou 1941 (2) : 164 et 1962 : 9.

38 Les analyses ultérieures à Śabara (celles de Kumârila et Prabhākara notamment) sont en fait plus en rapport avec les spéculations du brahmanisme pénétré par les valeurs du yoga, du renoncement etc. et en discussion avec les autres écoles de pensée indiennes de l’époque.

39 Cf. Malamoud 2002 où cette procédure est étudiée dans la perspective de l’auteur.

40 Le mot est de Śahara (JS VI.3.31, 32) mais non de Jaimini. On ne peut se limiter aux cas de substitution qui portent le nom de pratinidhi. Il demeure que le pratinidhi n’occupe pas dans la Mīmāṃsā la place centrale qu’a l’ādeśa dans le Vyākaraṇa. Ainsi le terme n’apparaît pas dans l’ Index to the English Translation of Shabara-Bhāṣya (bien maigre il est vrai) réalisé par U. Mishra, ni dans ceux de Jha (1942) et de Garge (1952) ; il est cité une fois dans celui réalisé par J.-M. Verpoorten (1987) pour le volume de A History of Indian Literature consacré à la Mīmāṃsā.

41 Origine inconnue ; non cité dans Garge 1952. Comme le dit l’auteur (ibid. : 49), beaucoup des « citations » sont en fait des adaptations et c’est en vain qu’on les cherche dans les index habituels. Mais le fait est bien connu et décrit par ex. dans PB IX.8.1-2 ; Caland, dans sa traduction p. 219, cite les passages parallèles. ŚŚS XIII. 11.2 est, semble-t-il, le seul des textes à donner comme alternative l’idée défendue par le pūrvapakṣin de la Mīmāṃsā à savoir remplacer simplement le vivant par une urne contenant les os du mort. Tous les autres considèrent qu’il faut (a) effectuer la consécration du « substitut le plus proche », (b) réaliser un rituel de crémation et amener l’urne funéraire sur le terrain sacrificiel.

42 Le pūrvapakṣin prend la phrase au pied de la lettre et est prêt à faire jouer aux os le rôle du yajamāna ; le siddhāntin, toujours enclin au réalisme, est plus circonspect et terre à terre et limite la portée de la phrase.

43 Résumé et présentation in P. V Kane 1941, vol. II & V : 1319, et index p. 159, s.v.pratinidhi.

44 La formule de Patañjali explique Ekadeśavikṛtam ananyavat qui est le vārttika 4 du Pratyāhāra-Sūtra 2.

45 Haudry (1975 : 344) remarque que l’activité rituelle est un « aboutissement ». Le rite a dû précéder le mot.

46 Vārttika 6, Aprayukte dīrghasattravat de la Paspaśā, MBh I.37.9. L’Aṣṭādhyāyi, c’est-à-dire la Grammaire de Pāṇini, a jusqu’ici été le terrain de prédilection des linguistes, ce qui peut sembler bien naturel. Mais l’ouvrage s’il est indéniablement grammatical n’est pas seulement grammatical. Il a été rédigé par un brahmane (un cercle de brahmanes peut-être) dont le cadre de pensée était le Veda et donc le rituel védique. Les relations originelles entre grammaire et rituel sont soulignées par le fait que le Nirukta et le Vyākaraṇa sont des vedāṅga ’membres du Veda’. On a, nous semble-t-il, trop tendance à penser ces disciplines en fonction de ce qu’elles sont devenues dans l’Inde médiévale ou moderne, de ce que sont leurs équivalents dans l’Occident d’aujourd’hui, plus généralement de la place que ces disciplines occupent dans l’espace du savoir des modernes.

47 On suppose qu’elle appartient au Veda selon ce qu’en déduit Śabara ; mais la phrase est absente des index védiques réalisés par Viśvabandhu comme des index des citations du Śabara-Bhāṣya.

48 À l’inverse, Renou (1962 : 168) note la possibilité de substituer des versets ṛgvédiques aux trois Grandes Élocutions.

49 L’équivalence de structure entre les Veda et om est affirmée d’abord dans la Māṇḍukya-Upaniṣad. Voir Bouy, ed. et trad., 2000.

50 Bouy, ed. et trad., 2000 : 84. Le culte de om sensible dans cette œuvre rend les Veda aussi inutiles qu’encombrants. On est en fait loin du sentiment d’effraction ressentie par le récitant d’une partie du Veda, sentiment que l’énonciation de om et des vyāhṛti assimilés à la totalité vient corriger. Dans l’Upaniṣad, om est identique au brahman, à l’univers et à l’homme et à leurs parties constitutives plus qu’au Veda lui-même.

51 Pāṇini I.4.92 explique le sens de prati quand il est préposition et en II.3.11, il instruit l’ablatif de la forme liée à la dite préposition. Les grammaires védiques (Renou 1952 : §380, p. 320 et Macdonell 1968 : §608) sont muettes sur cet emploi.

52 Renou (1954 : 109) signale que pratihita est le nom donné au substitut du roi, son plus proche parent, dans BŚS XII. 11 et ĀpŚS XVIII.16.14

53 La traduction de Renou « Abhimanyu est l’égal d’Arjuna », ne nous semble pas correspondre à ce qu’enseigne le sūtra. Même sa traduction de pratinidhi dans le sūtra (‘la contre-partie’, ‘l’équivalence’) ne convient pas et nous avons préféré ‘représentant’ en accord avec ‘représentative’ qui est la traduction de S. M. Katre (1989 : 100) et de R. M. sharma (1990 : 299). L’exemple de la Kāśikā et le commentaire de Haradatta vont aussi dans ce sens.

54 À l’époque classique (brahmanisme et hindouisme), il est légitime de traduire vyākaraṇa par Grammaire, en tenant compte du fait que le Vyākaraṇa n’a rien à voir avec la lecture des gramma ‘lettres’. En revanche à l’époque ancienne où la conscience étymologique est plus aiguë, le Vyākaraṇa est la connaissance de la diffraction de la parole unique originelle en langage linéaire et morcelé. Cet éclatement raconté par un mythe ne se fait pas dans le désordre et les lois qui le structurent constituent précisément les règles du Vyākaraṇa.

55 Souvent des monosyllabes, tels ghu, ghi, etc. Pāṇini utilise également un système élaboré d’abréviations pour nommer des ensembles d’items. On peut aussi signaler le caractère artistique et esthétique des sūtra qui est rarement évoqué par les spécialistes. À côté de la forme sonore des sūtra qui semblent parfois avoir été travaillés à des fins quasi mélodiques, il y a une beauté abstraite dans les prakriyā, c’est-à-dire dans les suites d’opérations réalisées grâce aux sūtra. Il est question de « réaliser une belle prakriyā » où les problèmes trouvent des solutions « élégantes ». Tout cela rappelle le vocabulaire des scientifiques contemporains, notamment celui des mathématiciens et des physiciens.

56 L’emploi de ce mot dans ce sens est technique. Dans les Brāhmaṇa, son emploi est rare (quatre occurrences au total). Dans les Āraṇyaka, il n’apparaît que dans le TĀ (trois occurrences). Dans les dix emplois des Upanisad védiques, il signifie ‘instruction’ ou ‘description’. Ainsi dans eṣa ādeśaḥ (TU 1.11.4, un des deux emplois du mot dans cette Upaniṣad) où il est glosé vidhi par Śaṃkara et dans le célèbre athāta ādeśaḥ neti neti (BĀU 2.3.6, seul emploi du mot) où Śaṃkara le glose par nirdeśa ‘instruction’.

57 Sans prétendre à l’exhaustivité, signalons l’atideśa ‘transfert’, le samuccaya ‘inclusion’ (JS 10.4.1), le tantra ‘tramage’ et son contraire l’āvāpa ‘insertion’ (JS 11.1.1), le bādha ‘exclusion’ (JS 10.1.1-3), etc. (cf. Garge 1952 : 276-288). Beaucoup de ces opérations se retrouvent dans le Vyākaraṇa mais elles sont présentées comme des substitutions.

58 Tant itivikāraḥ (Vājasancyi-Prātiśākhya 133) et Aṃ vikārasya (Taittirīya-Prātiśākhya 1.28) ; pour des références sur la notion, cf. l’entrée vikāraṇa de la Terminologie grammaticale du sanskrit de Renou (1942).

59 Dans le Bhāṣya I.409, Patañjali qui est comme Śabara sous I.1.10 un nityaśabdavādin ‘tenant de la permanence des phonèmes’ (ou des mots) explique que « Dans les mots éternels, en vérité, les phonèmes doivent être stables, immuables, sans perte ou gain ni altération. Dans ces conditions, il n’est pas possible de dire de mots éternels : “C’est toujours le même et il est modifié” » (trad. Filliozat 1978 : 28). Quelques lignes plus loin (Bhāṣya I.411-412), Patañjali discute même la possibilité de concilier la substitution avec le principe non discuté du śabdānāṃ nityatvam ‘la permanence des mots’. C’est la racine vi-KṚ- (notamment dans vikāra) qui est la racine pour dire ‘modifier’ ; la même racine est employée dans le vocabulaire médical pour signifier la maladie.

60 Depuis l’étude décisive de P. Thieme (1937-1938), on considère aujourd’hui que le Kātyāyana du Vājasaneyi-Prātiśākhya et celui des vārttika sont la même personne. À cet égard, il est remarquable que ce soit Kātyāyana qui s’exprime en terme de vikāra (vt. 15 du Pratyāhāra-Sūtra 5, Bhāṣya I.105). Quand Patañjali en vient à commenter l’expression de Kātyāyana, il dit vikāra adeśah « un vikāra, c’est-à-dire une substitution ».

61 Il y a notamment toute une série de sūtra qui sont nommés atideśasūtra, littéralement ‘sūtra d’extension de champ’ et sont en pratique des sūtra de transfert. Ils sont marqués généralement par l’emploi du suffixe°vat ‘comme’ et régissent les conditions d’application d’une opération prévue dans un certain domaine A originel à un autre domaine B. Jusqu’à quel point les éléments de l’ensemble B sont comme ceux de l’ensemble originel A : voilà qui constitue un topique majeur des discussions vyākaraṇiques. Le sūtra Sthānivad ādeso’nalvidhau (1.1.56) : « le substitut est comme l’original sauf dans les opérations impliquant spécifiquement un phonème unique » est le prototype de ces atideśasūtra.

62 L’Aṣṭāḍhyāyī repose sur une analyse de la chaîne parlée, analyse non mentionnée par Pāṇini et rapidement étudiée par Patañjali ; c’est la méthode dite par anvayavgarireta ‘permanence et absence’ (il existe de nombreuses traductions de cette expression ; cf. l’étude de Cardona 1967-68, vol. 31-32 : 313-352). La procédure permet d’isoler à l’intérieur de la séquence phonique les éléments signifiants les plus discrets ; elle repose aussi sur le mécanisme de substitution : en substituant tel élément A à tel autre élément B, il y a disparition du sens associé à B et apparition du sens associé à A ; cf. Bhāṣya sur le samarthasūtra (I.364).

63 La présentation pāṇinéenne des désinences casuelles et personnelles est très différente. Les vingt et une désinences casuelles énumérées dans Svaujasam˚ (4.1.2) sont des originaux chargés par d’autres sūtra des notions de kāraka, de nombre, etc. Il n’y a pas de désinence casuelle générique et de substituts de plus en plus particuliers.

64 Bhāṣya 11.44 : Sarve sarvapadādeśā dākṣiputrasya pāṇineh. La phrase vise à sauver l’éternité des mots et signifie que l’ādeśa est un upadeśa spécifique, c’est-à-dire une méthode de description du langage éternel. La phrase est énoncée en fonction des āgama ‘accrément’. Dans un autre contexte, celui du saṃdhi, Śabara pour la même raison refusait la modification (vikāra) i→y dans dadh (i→y) atra au profit de la substitution et affirmait (JS 1.1.16) varṇāntaram avikāraḥ « c’est un autre phonème et non une modification ». Cf. Biardeau 1964 : 184.

65 Sans doute est-ce la position ultime de Patañjali ; il n’en reste pas moins que les ādeśa désignent une réalité grammaticale dans le Vyākaraṇa opératoire, y compris dans le Bhāṣya et notamment dans les paragraphes qui précèdent celui-ci.

66 Kāśikā 1 : 101, glose du sūtra de Pāṇini 1.1.50.

67 Cf. les explications détaillées dans la Kāśikā (notamment in Ojihara & Renou 1962 : 18-19). Pour le Bhāṣya et ses principaux commentaires, Filliozat 1976 : 376-403 et Joshi-Roodbergen 1990.

68 « Le Maître-fait-norme, une herbe darbha purificatrice nouée sur un doigt de la main, s’étant assis dans un endroit pur, le visage tourné vers l’orient, a composé les sūtra au prix d’un grand effort » (Bhāṣya I.128, vārttika 7 sous Vṛddhir ādaic 1.1.1/16).

69 Beaucoup des paribhāṣā utilisées (avec ou sans ce nom) par Patanjali, recueillies et étudiées par ses successeurs (finalement par Nāgeśa qui au xviiie siècle les a magistralement commentées dans son Paribhāṣa-Indu-Śekhara) sont des expressions condensées de ces lois. Les commentateurs montrent comment les lois du monde organisent silencieusement la parole pāṇinéenne ne se manifestant çà et là que grâce à un élément qui révèle discrètement (jñāpana) leur présence. Mais beaucoup d’entre elles résultent de la volonté des commentateurs de faire fonctionner l’Aṣṭādhyāyī : l’ouvrage de Pāṇini, œuvre de connaissance, est utilisé et réorganisé en tant qu’œuvre de génération du langage. Sur Sthānivad ādeśah, voir PIŚ XII qui en donne une autre version.

70 C’est le cas de l’ensemble de la production du sūtra et de certaines parties de cet ensemble (comme dans l’exemple donné ci-dessus) ; mais il n’en irait pas ainsi de chacune des opérations.

71 C’est le cas du siddhāntin du Nyāya-Bhāṣya qui, sous Vikāradeśopadeśāt saṃśayaḥ (2.2.40), cite les deux règles de Pāṇini, Aster bhūḥ (2.4.52) et Bruvo vaciḥ (2.4.53) pour défendre la thèse de la substitution.

72 C’est cet esprit de système qui fait qu’une partie notable de la langue tant vaidika que laukika échappe à l’Aṣṭādhyāyī. Cela vaut pour des formes très rares ou particulières mais aussi pour des mots simples et courants tels que go, ca, etc. ; les Formulaires annexes (Uṇādi-Sūtra, Phiṭ-Sūtra, Lingānuśāsana-Sūtra) sont venus combler ce qui a été, à un certain moment, senti comme une lacune. Cf. l’introduction dans Angot 1994.

73 L’Aṣṭāḍhyāyī est sans doute le seul ouvrage de l’Inde ancienne auquel on peut, dans une certaine mesure, appliquer cette épithète.

74 Cardona 1988. Le passage en question est TS VI.4.7.3-4, cité p. 662.

75 Passage fameux de TS VI.4.7.3-4.

76 Biardeau (1964 : 226-227) a montré que l’adversaire du Naiyāyika est un tenant du Sāṃkhya, les deux s’opposant fondamentalement sur la nature de la substance : s’aidant de l’exemple de l’or toujours identique sous des formes différentes, le pūrvapakṣin [scil. le ‘tenant de la première vue’] du Nyāya-Bhāṣya « pose une entité sous-jacente aux phénomènes, qui perdure en eux, et une continuité ontologique entre la cause et l’effet. Dans l’hypothèse inverse, celle du Nyāya, on pose que la substance-cause n’est pas éternelle et qu’elle disparaît en produisant la substance-effet. Il y a donc discontinuité entre les deux ». Le Naiyāyika utilise l’exemple du lait qui, une fois caillé, devient autre que lui-même, le processus étant, contrairement à celui de l’or, irréversible.

77 L’exemple donné dans une version du texte éclaire ce qui est nommé ici anvaya : on dit que l’or se transforme en boucles d’oreille parce qu’on continue à percevoir l’or dans ces bijoux ; c’est cette perception continue de l’or aux deux termes de la transformation qui est l’anvaya. Traduction anglaise ‘basic agreement’. Outre la traduction par ‘présence continue’ qui est celle de Renou (1957) dans la Terminologie grammaticale du sanskrit, cet auteur emploie aussi ‘permanence ; ‘relation constante’ est celle de J. M. Verpoorten (1987) qui traduit aussi par ‘co-présence’ quand il s’agit de l’anvayavyatireka. Le mot désigne dans la linguistique mīmāmsaka (surtout chez Kumārila ; Śahara qui emploie le mot lui préfère saṃbandha) la construction des mots d’une phrase ; ainsi dans « Amène l’homme au bâton » il n’y a pas d’anvaya entre l’acte d’amener et le bâton.

78 Terme de phonétique (provenant des Prātiśākhya) ; le ‘mode’ désigne ici le mode d’articulation ; les karaṇa sont aussi les cinq instruments producteurs de son de la bouche, tels la pointe de la langue ou les lèvres. Le mot s’oppose à sthāna ‘lieu d’articulation’ et désigne, outre la bouche, la poitrine, le nez. Attention à Filliozat (1988, §2 : 44) qui emploie sthāna pour karaṇa conformément aux usages grammaticaux.

79 En témoignent par exemple les absences des mots ādeśa et vikāra dans les index des deux volumes de l’Encyclopedia of Indian Philosophies’, dans le premier volume consacré principalement au Nyāya et au Vaiśeṣika originels, les auteurs n’ont jugé opportun ni de traduire ni même de résumer ou de mentionner l’existence de ce prakaraṇa du Nyāya-Sūtra-Bhāsya.

80 J’ai rédigé l’article avant d’avoir lu ce livre important où est étudiée une partie de la matière décrite ici, notamment dans la sphère sacrificielle. Conçu dans une perspective différente (notamment en fonction des idées de Girard (2003) sur le sacrifice, l’ouvrage est excellent et fournit d’autres exemples de substitution védique.

Auteur

Docteur en sanskrit, spécialiste des études védiques (grammaire et littérature, Vyākaraṇa, Āyurveda, Mīmāṃsā, etc.), il est chercheur au Centre d’études de l’Inde et de l’Asie du Sud (EHESS-CNRS).
Publications
– 1999 Nyāya, l’art de conduire la pensée. Introduction, texte, traduction et notes de M.A., Paris, chez l’Auteur.
– 2001 L’Inde classique. Paris, Les Belles Lettres (« Guides Belles Lettres des Civilisations »).

– 2002 « Les corps et leurs doubles. Remarques sur la notion de corps dans les Brāhmaṇa », in V Bouillier & G. Tarabout, eds., Images du corps dans le monde hindou. Paris, CNRS Éditions (« Monde indien-Sciences sociales, 15e- 20e siècle »), pp. 101-134.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search