Version classiqueVersion mobile

Les usages politiques du passé

 | 
François Hartog
, 
Jacques Revel

Résumés

Abstracts

Texte intégral

François Hartog, Jacques Revel

1Note de conjoncture historiographique

2Usages politiques du passé ? Si la question n’est pas neuve – le genre de l’histoire nationale en témoigne abondamment du xixe siècle à aujourd’hui –, cette note introductive voudrait d’abord inviter à réfléchir sur le savoir historique et les diverses formes du débat public avec lesquelles il lui faut de plus en plus négocier. Sur ce terrain l’historien, loin d’être seul, rencontre notamment le journaliste, le témoin, mais aussi le juge. Si la conjoncture est clairement marquée par la montée et le primat du « contemporain » ou du « présent » comme catégorie dominante, voire comme mot d’ordre, ce phénomène s’est accompagné d’une intensification de l’usage public du passé – les commémorations bien sûr, mais aussi plusieurs lois récentes en sont autant d’indices. Face à cette conjoncture, quelles ont été les analyses et les réponses des historiens, en particulier de ceux qui, travaillant sur le très contemporain, sont en première ligne ? Que peuvent-elles être ? Comment, pour reprendre les catégories de Koselleck, articuler « changement d’expérience » et « changement de méthode » ?

3A note of historiographical conjuncture

4Political uses of the past? If the question is not new – the genre of national history from the 19th century to date is ample illustration – this introductory note would first of all like to open a reflection on historical knowledge and the different kinds of public debate with which it has increasingly to negotiate. On this ground, the historian, far from being on his own, encounters the journalist, the witness but also the judge. If the current situation is clearly distinguished by the growth and primacy of the « contemporary » or the « present » as a dominant category, even as a slogan, this phenomenon has been accompanied by an intensification of the public use of the past. Commemorations of course, but also several laws are as many signs of this process. Faced with this situation, what have been the historians analyses and responses? In particular, of those specialists of the very contemporary period who are in the forefront? What can these reactions be? To go back to Koselleck’s categories, how can « change of experience » and « change of method » be articulated?

Giovanni Levi

5Le passé lointain. Sur l’usage politique de l’histoire

6À travers l’examen de trois cas significatifs, l’article souligne l’affaiblissement du rôle de l’histoire, face aux modifications qui sont intervenues dans le public des lecteurs – désormais soumis à des modes d’information simplifiés et accélérés –, et dans la mémoire elle-même, devenue plus individuelle et fragmentaire. Il soutient, en outre, que le révisionnisme historiographique a un but politique qu’il atteint non pas tant à travers une réévaluation d’une partie du passé qu’à travers une dévaluation générale du passé, comme le démontrent aussi les relectures du passé rendues publiques par l’Église catholique.

7The distant past. On the political use of history

8Through a study of three significant cases, the article underlines the weakened role of history, confronted with changes which have taken place not only in a reading public henceforth subjected to simplified and accelerated forms of information but in memory itself, now more personalized and fragmentary. Furthermore, it also claims that historiographical revisionism has a political objective which it attains not so much through a re-evaluation of some of the past as through a general depreciation of the past. This is also demonstrated by the catholic Church’s public disclosure of the rereading of the past.

Michael Herzfeld

9Vers une phénoménologie ethnographique de l’esprit grec

10L’article questionne l’interprétation littérale des idéologies nationales, en particulier celle de la Grèce, en tant que représentations exactes aussi bien des expériences culturelles et sociales des citoyens que des expériences pratiques des administrateurs. En Grèce, la force de telles idéologies repose en grande partie sur les particularités historiques et politiques du pays, dominé par des puissances décidées à l’utiliser comme frontière de la civilisation européenne et secondées dans ce but par les élites locales. La dissimulation, dans un ensemble d’activités culturelles allant de la religion à l’architecture, permet l’expression d’autres notions d’identité, impliquant la reconnaissance d’histoires très différentes. La conservation de ce qui est historique constitue un champ de bataille particulièrement intéressant pour une telle contestation du passé officiel. En conclusion, une brève comparaison entre la Grèce et l’Italie tente de rendre compte des dynamiques contraires à partir desquelles sont produites histoires locales et histoires nationales.

11Towards an ethnographic phenomenology of the Greek mind

12The article questions the literalistic interpretation of nationalist ideologies, and especially that of Greece, as accurate representations of either the cultural and social experiences of citizens or the practical experiences of administrators. The force of such ideologies in Greece owes a great deal to the historical and political specificities of the country’s domination by powers determined to use it as a frontier of European civilization and supported by local elites in that endeavor. Concealment – in a range of cultural activities from religion to architecture – permits the expression of alternative notions of identity, entailing the recognition of very different histories; historic conservation is an especially interesting battleground for such contestation of the official past. Finally, the author briefly attempts a comparison of Greece with Italy in order to explain contrasting dynamics in the production of local and national histories.

Jérôme Baschet

13L’histoire face au présent perpétuel.

14Quelques remarques sur la relation passé/futur

15Afin de s’interroger sur l’articulation des temps historiques, on part des outils proposés par Reinhart Koselleck. Aux trois configurations du rapport entre champ d’expérience et horizon d’attente qu’il repère dans l’histoire occidentale, on propose d’ajouter deux étapes supplémentaires. On revient préalablement sur la relation passé/présent, à travers la brève évocation d’une expérience comparative par laquelle un historien médiéviste se trouve immergé dans les réalités contemporaines du Sud-Est mexicain, où se manifestent d’étranges déphasages temporels et où persistent des formes d’organisation communautaire traditionnelles. Il s’agit cependant d’un monde au présent, et c’est en s’appuyant sur l’analyse des textes produits par le mouvement zapatiste depuis 1994 que l’on propose de définir la configuration contemporaine des temps historiques comme domination d’un présent perpétuel, dont le poids tend à réduire aussi bien notre champ d’expérience que notre horizon d’attente. Enfin, en se référant aux mêmes expériences, on s’efforce de dessiner l’horizon d’un dépassement – ou du moins d’une critique – de cette domination du présent perpétuel. À la confluence de la culture indigène et d’une double critique de la vulgate marxiste et du présent néolibéral, les textes zapatistes offrent en effet quelques ressources pour penser une récupération conjointe du passé et du futur, articulés en des figures inédites ou du moins interdites tant par la linéarité progressiste de la modernité que par la décomposition d’inspiration postmoderne. Passé et futur se répondent et peuvent se mêler en une imprévisible discordance des temps, contribuant à la réaffirmation d’une pensée résolument historique, indispensable pour restaurer d’un même mouvement un espace d’expérience et un horizon d’attente ouvert.

16History faced with the eternal present.

17Some comments on the past/future relationship

18The links between historical times are reconsidered on the basis of the concepts proposed by Reinhart Koselleck. To the three arrangements between the field of experience and the forms of expectations which he locates in Western history, we propose to add two supplementary stages. Before proceeding, the relationship between past/present is recalled through a comparative experience which submerged a medievalist in the contemporary realities of South-East Mexico. Despite curious worldly disorientations and persistent traditional forms of community organisation, this is really the current world. Relying on analyses of texts produced by the Zapatist movement since 1994, the actual form of historical times is defined as the domination of a permanent present whose weight reduces our field of experience as well as our forms of expectations. Finally, referring to the same experiences, we outline the forms of transcending or at least criticizing this domination. In fact, the Zapatist texts which are at the meeting point of native culture and a twin criticism of vulgate Marxism and a neoliberal present offer some resource to conceive a related recovery of the past and the future set forth in new features or at least censured both by the progressive linearity of modernity and post-modern inspired decomposition. Past and future communicate and can come together in an unpredictable discrepancy of times. They thus contribute to the reassertion of a firmly historical thought, indispensable to restore a space of experience and an open form of expectation in a single move.

Michael Werner

19Deux nouvelles mises en scène de la nation allemande. Les expériences du Deutsches Historisches Museum (Berlin) et du Haus der Geschichte der Bundesrepublik Deutschland (Bonn)

20L’auteur tente de dresser le bilan, au terme d’une dizaine d’années d’existence, des deux musées d’histoire créés en Allemagne, la Maison de l’histoire de la République fédérale de Bonn et le Musée historique allemand de Berlin. Ayant pour mission de gérer deux dimensions différentes du rapport au passé, les deux institutions, conçues avant la chute du Mur, ont été confrontées à une actualité politique susceptible de modifier les projets initiaux et la répartition des tâches prévue au départ. Le texte s’efforce notamment de montrer, d’une part, les interactions entre les présupposés politiques, les débats ayant accompagné l’élaboration des projets et les options techniques retenues dans les deux cas, et, d’autre part, les infléchissements successifs provoqués par une actualité politique insoupçonnée.

21Two new productions of the German nation. The experiences of the Deutsches Historisches Museum (Berlin) and the Haus der Geschichte der Bundesrepublik Deutschland (Bonn)

22The author draws up a balance sheet at the end of ten or so years of existence of the two history museums recently founded in Germany, the Institute of History of the Federal Republic in Bonn and the German Historical Museum in Berlin. The two institutions, conceived before the fall of the Berlin Wall, with the mission of administering two different dimensions of the relationship to the past, were confronted with political events which risked modifying the initial projects and the allotment of tasks outlined at the start. This work particularly tries to show the interactions between the political presumptions, the debates which accompanied the elaboration of the projects and the technical options retained in the two cases on the one hand and on the other, the successive shifts provoked by unsuspected political events.

Neil Asher Silberman

23Structurer le passé. Les Israéliens, Les Palestiniens et l’autorité symbolique des monuments archéologiques

24L’article tente de suivre l’histoire et le contexte politique de la commémoration archéologique en Palestine-Israël, depuis les efforts des sociétés scientifiques européennes au xixe siècle pour revendiquer certains sites majeurs, à travers l’activité réglementaire du département des Antiquités durant le Mandat britannique, jusqu’à l’établissement de parcs nationaux en Israël. Il examine également le statut spécifique des restes archéologiques sur la rive occidentale du Jourdain, sous administration jordanienne et israélienne, et la perspective d’une ère nouvelle sous l’Autorité palestinienne. Au-delà de la présentation d’études de cas spécifiques, l’article tente de caractériser la commémoration archéologique traditionnelle comme une forme de discours symbolique par lequel les certitudes politiques modernes d’une société sont projetées dans un passé éloigné et présentées comme éternelles et inévitables. Il est en particulier attentif aux messages subtils qu’exprime le choix des sites et des structures à préserver, des méthodes de présentation, et au message symbolique complexe – presque une affirmation symbolique d’identité – de l’ensemble des sites historiques, archéologique, naturels et de divertissement de la société. Enfin, il examine quelques évolutions internationales troublantes dans la présentation et l’interprétation de sites archéologiques (d’un côté, une fragmentation ethnique, de l’autre le développement de parcs à thèmes) et leur impact possible sur Israël.

25Structuring the past. Israelis, Palestinians and the symbolic authority of archaeological monuments

26This paper will attempt to trace the history and political context of archaeological commemoration in Palestine-Israel, from the efforts of 19th-century European scientific societies to stake claims for certain prominent sites, through the regulatory activities of the Mandatory Department of Antiquities, through the establishment of a formalized National Park Authority in the State of Israel. Attention will also be paid to the distinctive status of archaeological remains in the West Bank – under Jordanian and Israeli administration – and to the prospects of a new era under Palestinian autonomy. Beyond the specific case studies presented here, the paper will attempt to characterize traditional archaeological commemoration as a form of symbolic discourse in which a society’s modern political takens-for-granted are retrojected into the distant past and made to seem eternal and inevitable. Special attention will be paid to the subtle messages conveyed by the choice of sites and structures to be preserved, methods of presentation, and the compound symbolic message – almost amounting to symbolic statement of identity – of the society’s entire range of historical, archaeological, natural, and recreational sites. Finally, some disturbing international trends in the presentation and interpretation of archaeological sites (ethnic fragmentation, on the one hand, and theme park-type developments, on the other) will be examined for their possible impact in Israel.

Elias Sanbar

27Hors du lieu, hors du temps. Pratiques palestiniennes de l’histoire

28Il s’agit d’une présentation succincte et générale de la façon dont la question de l’histoire est perçue dans la société palestinienne contemporaine, c’est-à-dire à travers les deux prismes de l’identité nationale niée et des usages de l’histoire pour précisément venir à bout de cette négation. Cet article, qui s’articule sur la date charnière de 1948 – avant et après l’exil forcé des Palestiniens –, s’attache à montrer les différentes phases par lesquelles est passée cette démarche de légitimation par l’histoire ainsi que les « missions » successives dévolues aux historiens, investis d’une charge dépassant très largement leurs strictes fonctions de chercheurs.

29Outside places, outside time. Palestinian practices of history

30This succinct and general presentation of the way in which the problem of history is perceived in contemporary Palestinian society is based on the analysis of the coexistence of a rejected national identity and of uses of history to overcome this negation. Around the turning point of 1948, before and after the forced exile of Palestinians, the article outlines the different stages of this approach of legitimisation by history as well as the successive missions attributed to historians well beyond their strict scholarly tasks.

Pedro Ruiz Torres

31Les usages politiques de l’histoire en Espagne. Formes, limites et contradictions

32L’histoire a été, et est toujours, un objet d’exploitation politique. L’Espagne présente une situation particulière, où se sont affrontées, presque tout au long du xxe siècle, deux façons de concevoir l’histoire espagnole. Sans tradition de mémoire/histoire, ou de conscience nationale hégémonique, les années de la dictature ont accentué l’ancien conflit. La façon dont a pris place la transition vers la démocratie a encouragé l’oubli du passé le plus récent. L’Espagne est actuellement témoin d’une politisation croissante de l’histoire, moins évidente, certes, que précédemment. Révisions et commémorations historiques proposent ainsi une image biaisée de la normalité, qui contraste avec le pessimisme d’hier.

33Political uses of history in contemporary Spain. Forms, limits and contradictions

34History has been and is a subject of political exploitation. Spain presents a peculiar situation. Two opposed ways of conceiving Spanish history have confronted one another throughout most of the 20th century. With no tradition of memory/history or hegemonic national awareness, the years of dictatorship accentuated the old conflict. The way in which the transition to democracy took place encouraged the forgetting of the most recent Spanish past. Spain is now witnessing an increasing politicization of history, in a way less evident than before. Historical commemorations and revisions provide a biased picture of normality that contrasts with the pessimism of yesterday.

Lucette Valensi

35Notes sur deux histoires discordantes.

36Le cas des Arméniens pendant la Première Guerre mondiale

37La question arménienne constitue un cas limite d’utilisation politique du passé. Alors qu’il semblerait aisé d’établir les « faits » dans leur enchaînement et dans leurs relations, l’événement du sort des Arméniens en Anatolie pendant la Première Guerre mondiale, a suscité deux discours historiographiques largement inconciliables. Sur la base d’un sondage dans ces deux ensembles, cet article tente de faire l’inventaire des arguments défendus de part et d’autre, et d’évaluer les conditions de production non d’un discours unitaire, mais d’analyses du moins compatibles.

38Notes on two conflicting histories.

39The case of Armenians during the First World War

40The Armenian question constitutes an extreme example in the political use of the past. While it might appear an easy task to determine the succession of « facts » and their connections, the event of the fate of Armenians in Anatolia during the First World War has given rise to two sets of largely irreconciliable historiographical discourses. On the basis of a survey among these two sets, this article attempts to review the arguments defended by both sides and to assess the conditions of production of at least compatible analysis if not of a unitary discourse.

Abdelahad Sebti

41Variations marocaines autour du moment colonial

42Le rapport entre expérience coloniale et discours historique a souvent été envisagé au niveau de deux processus opposés, celui de l’élaboration d’une vulgate liée à la légitimation de la domination coloniale, et celui d’une réappropriation identitaire corrélative du mouvement d’émancipation nationale. À partir du cas marocain, cet article voudrait esquisser les contours d’une approche qui met en relief une plus grande complexité de la question. Apparaissent notamment différentes formes d’interaction entre les deux discours protagonistes du rapport colonial, et une hégémonie de l’historiographie non professionnelle qui oriente les types de présence du moment colonial dans la culture historique du Maroc indépendant.

43Moroccan variations around the colonial moment

44The relationship between colonial experience and historical discourse has frequently been considered on the lines of two opposing processes, that of the elaboration of a vulgate version linked to the legitimisation of colonial domination, and that of an identity reappropriation corresponding to the movement of national liberation. Based on the Moroccan example, this article aims to sketch the outline of an approach which highlights the greater complexity of the problem. In particular, different forms of interaction between the two protagonist discourses of the colonial relationship appear along with a non professional historiographical hegemony which colours the various ways in which the colonial moment is present in the historical culture of independent Morocco.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search