Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les usages politiques du passé

 | 
François Hartog
, 
Jacques Revel

V

Variations marocaines autour du moment colonial

Moroccan variations around the colonial moment

Abdelahad Sebti

Résumé

Le rapport entre expérience coloniale et discours historique a souvent été envisagé au niveau de deux processus opposés, celui de l’élaboration d’une vulgate liée à la légitimation de la domination coloniale, et celui d’une réappropriation identitaire corrélative du mouvement d’émancipation nationale. À partir du cas marocain, cet article voudrait esquisser les contours d’une approche qui met en relief une plus grande complexité de la question. Apparaissent notamment différentes formes d’interaction entre les deux discours protagonistes du rapport colonial, et une hégémonie de l’historiographie non professionnelle qui oriente les types de présence du moment colonial dans la culture historique du Maroc indépendant.

The relationship between colonial experience and historical discourse has frequently been considered on the lines of two opposing processes, that of the elaboration of a vulgate version linked to the legitimisation of colonial domination, and that of an identity reappropriation corresponding to the movement of national liberation. Based on the Moroccan example, this article aims to sketch the outline of an approach which highlights the greater complexity of the problem. In particular, different forms of interaction between the two protagonist discourses of the colonial relationship appear along with a non professional historiographical hegemony which colours the various ways in which the colonial moment is present in the historical culture of independent Morocco.

Texte intégral

  • 1 Sur la distinction entre l’histoire comme mémoire collective et l’histoire des historiens de métier (...)

1Entre culture historique et historiographie professionnelle1 la dissymétrie est avérée. La seconde est de formation nettement récente, puisqu’au début des années 1970, le Maroc ne comptait à peine que deux dizaines de chercheurs de formation universitaire, venus parfois d’autres disciplines et travaillant sur des époques et des champs dispersés. Depuis lors, si la population des historiens s’est nettement accrue et diversifiée, la production d’ouvrages destinés à un public estudiantin prime encore sur la production de travaux d’histoire issus de véritables itinéraires de recherche ; autrement dit le pays en est à la mise en place de l’historiographie universitaire.

2À l’opposé, l’ensemble du champ politique et culturel est saturé d’histoire, car le passé est un espace fondamental de légitimation pour les principales forces en présence : la monarchie, les forces politiques issues du mouvement nationaliste anticolonial, la mouvance islamiste, et la mouvance berbériste. Il serait d’ailleurs intéressant d’explorer les modalités et lieux de production de discours sur le passé en dehors de la sphère universitaire : livres scolaires, mémoires, ouvrages d’historiens amateurs, textes politiques…

Usages politiques du passé

  • 2 A. Sebti, « Histoire sociale et questions de méthode » (en arabe), in Collectif, Recherches sur l’h (...)
  • 3 Retenons deux titres illustrant les deux aspects de l’apport d’A. Laroui : L’idéologie arabe contem (...)

3La recherche marocaine récente accorde un intérêt extrêmement limité aux usages sociaux et politiques du passé. S’agit-il de handicaps méthodologiques, liés notamment à un manque d’intérêt pour l’historiographie, et à la marginalisation institutionnelle de disciplines comme la philosophie, la psychologie et la sociologie ? Serait-ce un effet d’une dynamique de réappropriation nationaliste hantée par la volonté de « rétablir les faits » et donc de concentrer l’effort sur l’exploration des Archives nationales, dont l’accès est encore malaisé, voire aléatoire2 ? Si l’œuvre pionnière d’Abdallah Laroui a surtout imprégné le milieu des philosophes et des sciences sociales, les historiens y ont apprécié un effort de décolonisation de l’histoire mais n’ont pas vu que l’auteur avait généralement traité l’histoire comme historiographie3.

4Le présent comme lieu d’observation est marqué par une expérience politique de transition démocratique qu’on pourrait qualifier d’« alternance arrangée ». Processus très actuel, encore entaché d’incertitudes, et qui pourrait engager dans le long terme l’ensemble du système politique. Au-delà des déclarations d’intentions et des objectifs affichés par les uns et par les autres, l’évolution concrète de cette expérience ne manquera pas d’influencer l’appréciation des différents protagonistes dans leurs choix au présent, comme dans l’usage qu’ils font de la mémoire et du rapport qu’ils entretiennent avec le passé.

Le moment colonial, un repère important

5Le pouvoir colonial a élaboré sa stratégie institutionnelle et culturelle après une longue fréquentation de la société et du pouvoir marocains, et au terme d’un processus de domestication qui a progressivement évolué du bas vers le haut. La formule même du protectorat, instauré en 1912, a couronné un processus remarquable d’extension de protections consulaires qui a affecté différentes couches de la société marocaine.

6Le pouvoir colonial n’a pas cherché à se légitimer par la négation de l’existence d’une entité nationale marocaine, mais plutôt par un programme de « réforme assistée » en faveur d’un État et d’une nation séculaires. C’est là une différence importante avec le cas algérien. Il est intéressant de remarquer que les nationalismes politiques des deux pays ont d’abord commencé par prendre le pouvoir colonial au mot : revendication des droits liés à l’assimilation dans un cas, retour au texte du protectorat dans l’autre ; d’où le paradoxe, au Maroc, d’un discours du colonisateur pris parfois comme référence pour appuyer la contestation nationaliste. On a souvent invoqué la circulaire du « coup de barre », datée du 18 novembre 1920, et que le résident général Lyautey adressa à ses proches collaborateurs.

  • 4 Voir le texte de la circulaire in G. Delanoë, Lyautey, Juin, Mohammed V : fin d’un protectorat, Par (...)

« Ici nous avons réellement trouvé un État et un peuple. Il passait, il est vrai, par une crise d’anarchie, mais crise relativement récente et plus gouvernementale que sociale.
Si le Makhzen n’était plus qu’une façade, du moins tenait-elle encore à peu près debout, et il suffirait de remonter à peu d’années pour retrouver un gouvernement effectif, faisant dans le monde figure d’État, avec de grands ministres, des ambassadeurs ayant frayé avec les hommes d’État européens, et dont plusieurs survivaient toujours.
Mais, au-dessous du Makhzen, la plupart des institutions étaient encore debout, diverses selon les régions, mais représentant vraiment des réalités.
Si c’étaient, au Sud, les grandes et solides organisations féodales, c’étaient, dans le reste du Maroc, des institutions communales et sociales : administration des villes fort bien gérées comme nous pûmes encore le constater dans les années qui précédèrent le protectorat ; corporations, djemas des tribus, grandes firmes commerciales avec les agents résidant dans les grands ports anglais, allemands, italiens. Rien d’analogue n’existait en Algérie.
Ajoutons que la masse du peuple, en majorité berbère, n’a rien de l’inertie habituelle des musulmans de l’Orient. Elle est laborieuse, active, avide d’instruction, ouverte aux nouveautés, attachée au sol, à la prospérité, à la culture, nullement nomade4. »

  • 5 E. Burke III, « La Mission scientifique au Maroc », in Recherches récentes sur le Maroc moderne. Ac (...)

7Il vaudrait la peine d’approfondir, de manière comparative, le discours lyautéen (avec celui de Cromwell sur l’Égypte ?) et d’en rechercher la genèse et l’élaboration tant dans la formation de Lyautey, que dans les réseaux du milieu colonial et intellectuel intéressé par les enjeux de la « Question marocaine5 ».

Différents types d’écriture historiographique

8La crise culturelle liée à la domination coloniale a provoqué différents types d’écriture historiographique qui ont contribué à modeler la mémoire collective.

  • 6 H. Terrasse, Histoire du Maroc des origines à l’établissement du protectorat français, Casablanca, (...)

9Une récapitulation de l’histoire dynastique : gommant les ruptures doctrinales et spatiales, et soulignant une continuité totale de l’entité nationale (voir l’Istiqsâ d’Ahmed Nâsirî, mort en 1897). Ainsi, au niveau territorial, on distingue peu entre séquences marocaines et séquences maghrébines ; et au niveau doctrinal, on tend à projeter dans le passé une continuelle appartenance au sunnisme, pas toujours vérifiée dans les faits. La même trame dynastique sera reprise par l’archéologue français Henri Terrasse, dans une synthèse événementielle publiée en 1949, et qui sera invoquée plus tard comme étant un manuel emblématique d’une historiographie colonialiste6. En fait, il faudrait suivre de manière méthodique les cheminements différents et les emprunts entre auteurs français et tradition historiographique locale.

  • 7 D. Rivet, Lyautey et l’institution du protectorat français au Maroc, 1912-1925, Paris, L’Harmattan, (...)

10Une réaffirmation de la tradition dynastique au niveau des institutions et du rituel, attitude qui n’est pas sans rapport avec la politique lyautéenne, imprégnée de monarchisme métropolitain, et magnifiant la « royauté » marocaine pour en faire un outil de domination et de conservatisme7.

  • 8 Voir C.-O. Carbonell, « Un historien marocain entre la tradition et la modernité : Mohamed al-Mokht (...)

11Un mouvement d’historiographie urbaine et régionale. On y identifie le prolongement d’une tradition arabo-islamique mais aussi un début de familiarisation avec les sources européennes, la fréquentation des chercheurs du protectorat, et donc une évolution relative de la conception de l’histoire. Signalons que les représentants les plus caractéristiques de cette écriture figurent aussi parmi les intellectuels fondateurs du mouvement nationaliste : Muhammad Dâwûd à Tétouan (correspondant anonyme du journal cairote Al-Ahrâm pendant la guerre du Rif) ; et au moment même où « l’Association secrète » de Fès entamait son action, sous la direction d’Allal Fâsî, Mokhtâr Soussi présidait la première association culturelle de la même ville : c’est lui qui compilera par la suite, de manière quasi frénétique, une histoire monumentale du Souss berbérophone8.

  • 9 A. Jirârî, S. Bensaïd Alaoui, A. Toufiq, Abderrahman Ibn Zaydân, Casablanca, Fondation ONA, 1998.

12Ces différents mouvements historiographiques se conjuguent dans l’œuvre de Abderrahmane Ibn Zaydân (mort en 1946). Celui-ci reconstitue le fonctionnement de l’institution monarchique marocaine ; il écrit aussi une histoire apologétique de la dynastie alaouite, puis une histoire de la ville de Meknès sous forme d’un répertoire biographique accordant une place de choix aux sultans et à l’élite makhzénienne (secrétaires, ministres, ambassadeurs), inhabituellement mêlés aux clercs et aux saints9. Ibn Zaydân donnait en outre des conférences dans des espaces universitaires créés par les autorités coloniales, tels que l’Institut des hautes études marocaines, noyau de l’actuelle Faculté des lettres et des sciences humaines de Rabat.

  • 10 Voir l’analyse de l’ouvrage par M. Ayyadi (en arabe), in Id., ed., Des repères dans l’histoire cult (...)

13Dans le même temps, paraissaient des textes se situant formellement hors du champ historiographique, qui analysent la domination par l’Infidèle sur le modèle atemporel de la communauté égarée et impie : c’est le cas de Muhammad ibn Ja‘far al-Kattânî dans sa Nasîhat Ahl al-Islâm, lithographiée en 1908 (et réimprimée en 1989, précédée d’une préface du fils de l’auteur où celui-ci souligne, avec des accents nettement fondamentalistes, l’actualité des idées développées dans l’ouvrage)10.

Le moment colonial

  • 11 Cette politique fut, au départ, un moyen envisagé par les autorités du protectorat, dans la région (...)

14Le moment colonial a inauguré l’affirmation de l’unité nationale au nom de l’idée de la nation menacée de démembrement ethnique. Il s’agit des événements de protestation liés à la promulgation du « dahir berbère » (1930). La politique berbère n’était que la réédition de la politique kabyle pratiquée auparavant en Algérie. En fait, dès 1914, le gouvernement colonial décrète que les tribus dites de coutume berbère doivent être administrées selon leurs lois et coutumes propres, sous le contrôle des autorités françaises11. Le dahir de 1930 va encore plus loin et habilite les juridictions françaises à statuer en matière pénale pour « la répression des crimes en pays berbère ». Ces mesures affectent l’aire d’exercice du droit musulman (et donc la légitimité religieuse du sultan) et portent atteinte à l’esprit du traité de 1912. De ce fait, contre la dichotomie Arabes/Berbères, c’est le thème de l’unité de la nation marocaine qui va catalyser l’opposition politique au protectorat ; et la politique berbère demeurera longtemps une sorte de péché originel qui délégitime toute revendication politique ou culturelle fondée sur l’identité berbère.

  • 12 P. Nora, « L’ère de la commémoration », in Id., ed., Les lieux de mémoire, III. Les France, 3. De l (...)
  • 13 M. El Mansour, « The social uses of history », in M. Dahbi, M. Ezroura, L. Haddad, eds, Cultural st (...)

15Le phénomène de « la commémoration comme pédagogie politique »12. La fête du Trône (18 novembre), inconnue auparavant, est conçue en 1933 (et officialisée en 1934) comme une initiative dotant le pays de sa première « fête nationale », moyen de légitimer la contestation nationaliste, et peut-être aussi de faire évoluer la monarchie – en tant que projet politique – d’une conception lyautéenne vers une autre, plus proche du modèle anglais. La même fête sera plus tard, après l’indépendance, utilisée pour fonder un nouveau rite appelé « fête de l’Allégeance ». C’est ici un processus d’« invention de la tradition »13, que la recherche pourrait repérer de manière plus large, tout en suivant les éventuels rapports avec le style politique adopté à partir des années 1960.

  • 14 A. Laroui, Les origines sociales et culturelles du nationalisme marocain, Paris, François Maspero, (...)

16Une exaltation, au présent, du symbole monarchique, à travers l’image du sultan exilé (1953), payant le prix de son engagement dans le sillon du mouvement nationaliste. On peut y voir une véritable refondation politique, puisque la monarchie s’éloigne de la sorte de la représentation qui avait légitimé la domination européenne, et qui avait accepté plus tard d’être confinée dans une fonction protocolaire. Mais la nouvelle situation confirme l’hégémonie makhzénienne qui s’inscrit dans la logique de l’évolution amorcée au cours du xixe siècle14, c’est-à-dire au cours d’une mise en dépendance qui a épargné la souveraineté formelle de l’État marocain.

Le mouvement colonial dans l’historiographie universitaire

  • 15 M. El Mansour, « La recherche historique depuis l’indépendance. Remarques générales » (en arabe), i (...)

17Dans un premier temps, l’historiographie marocaine a opposé à la vulgate coloniale une contre-vulgate à tonalité apologétique quant à l’image et à la définition de l’État marocain de l’époque précoloniale. On a même affirmé parfois qu’elle est passée, au milieu des années 1970, d’une perspective nationaliste à une perspective imprégnée par l’histoire sociale15. Or, il est parfois malaisé de distinguer les deux phases, puisque la phase dite d’histoire sociale véhicule encore l’approche marquée par la phase nationaliste. C’est ainsi que le xixe siècle a été l’objet d’un mouvement historiographique centré sur l’évolution sociale, notamment dans les campagnes. Avant même l’époque du protectorat, une certaine image coloniale affirmait l’existence de larges espaces de dissidence (sîba), où les tribus échappaient à la souveraineté effective de l’État. Et pour « contrebalancer » cette image, les chercheurs marocains ont souvent cherché à définir la société rurale dans son rapport constant avec l’État makhzénien ; dans ce mouvement, tous les éléments de tension entre État et société ont été ramenés à l’impact de la pénétration européenne. Conséquence paradoxale : une accumulation de travaux qui tendent à réhabiliter l’État traditionnel sans qu’avance réellement la connaissance de ce même État (institutions, rituel, sultans et personnages marquants).

  • 16 Le chantier fut initié par G. Ayache, mais le modèle fut la recherche d’A. Toufiq, La société maroc (...)
  • 17 Voir G. Denoeux et L. Gateau, « L’essor des associations au Maroc : à la recherche de la citoyennet (...)

18L’histoire sociale, c’est en fait la monographie d’histoire locale, celle de la tribu (zaouia)16 ; terrain méthodiquement balisé par les officiers des Affaires indigènes. La jeune historiographie marocaine tend à fétichiser la monographie ; elle l’articule de manière plus ou moins explicite avec une demande de mémoire, au nom d’un monde rural ignoré par la littérature historique antérieure. Et, de manière générale, l’intérêt pour l’histoire locale est relayé tant par les institutions universitaires nées d’une décentralisation maîtrisée, que par les institutions communales élues et les associations régionales, souvent conçues comme des espaces de cooptation des élites locales17. Énumérons brièvement quelques-unes des entités représentées par ce mouvement associatif, en respectant les désignations en usage : Jbel Ayyachi, bassin de Safi, la Chaouia, Essaouira, Iligh, Taounate Ourdzagh, les Doukkala, la Grande Ismaïliyya, Ribat al Fath, le Grand Atlas, le Tafilalt, Tétouan Asmir, Andouzen et les Gattioua, les Angad, le Bou Regreg, Fès-Saïs, la province de Béni Mellal et Azilal, Tiflet-Maâmora, le Grand Casablanca-Carrières centrales. On se limite parfois aux noms de villes ou des régions ; on parle parfois d’« association culturelle et sociale », ou d’« association pour le développement et la solidarité », ou d’« association pour la sauvegarde, la promotion et le développement ». Il est aussi significatif d’observer la carrière des fondateurs de ces associations : gouverneurs, ministres, dignitaires du palais royal (chambellan, chef du secrétariat particulier du roi, chef des services de sécurité).

  • 18 C’est en quelque sorte l’inverse du processus constaté en France. Voir P. Nora, Les lieux de mémoir (...)
  • 19 Voir A. M. Moudden, « Cultural struggles in Morocco », in Cultural studies, interdisciplinarity…, p (...)

19Le motif de l’identité locale est récupéré par le pouvoir central, et ce, à un niveau plus large, à travers le thème de la région comme facteur de territorialisation : les collectivités régionales se voient dotées de conseils élus qui bénéficient de compétences en matière de développement économique et social. Le système est présenté comme une réplique des Länder allemands ou de la décentralisation française. Le Sahara est la première région à avoir fonctionné selon ce système (très récemment généralisé au reste du pays), utilisé explicitement comme outil de négociation avec le mouvement séparatiste sahraoui, le Polisario. On est loin d’une « montée en puissance du local et du culturel, profondément destructeurs du national », puisque les valeurs locales sont paradoxalement distillées par en haut18. La revendication culturelle berbère semble présenter un processus inverse ; mais elle a été reconnue et récupérée dans le cadre de l’idée du pluralisme culturel19.

Le moment colonial manipulé

  • 20 La presse se fait régulièrement l’écho de polémiques qui se déroulent au sujet de l’appartenance ré (...)

20Au fil des négociations entre le pouvoir makhzénien et les forces d’opposition issues du mouvement national, le moment colonial est l’objet d’une instrumentalisation continue. On la perçoit d’abord, évidemment, à travers une cadence commémorative effrénée qui s’investit dans des objets, des formes, des aires socioculturelles, et connaît des degrés de retentissement divers ; mais aussi par le biais de colloques et de journées d’études sur le mouvement nationaliste, la Résistance et l’Armée de libération nationale, dans lesquels l’enjeu commémoratif et corporatiste semble primer sur l’enjeu du savoir20. Différentes instances sollicitent régulièrement des chercheurs universitaires, pas toujours spécialistes de la question, et qui se voient, dans la hâte, obligés d’inscrire leurs données dans des schémas convenus. La séquence coloniale, réduite à l’épopée nationaliste, est envisagée comme un espace de légitimation de l’élite politique. Sont requis tour à tour des acteurs, des épisodes, des récits ; des chronologies sont construites, et se multiplient toutes sortes d’opérations de récupération, voire de réinterprétation du passé colonial.

21Acteurs et épisodes. Il est significatif, par exemple, que la phase du passage au protectorat soit très peu invoquée, avec notamment l’insurrection de Fès et le mouvement d’Ahmed El Hiba au Sud. Quant aux années de passage à l’indépendance, elles sont généralement déconnectées du contexte maghrébin, pourtant fondamental au niveau de la solidarité nationaliste et de la stratégie coloniale française. Une typologie des acteurs et des événements, qui confronterait les récits dominants avec les acquis des recherches récentes, reste à faire.

22Différents récits ont été élaborés progressivement au cours des années qui ont suivi l’indépendance (1956) ; ils ont exprimé la configuration du champ politique, marqué à l’époque par l’hégémonie du parti de l’Istiqlal, puis la scission de celui-ci et la création de l’Union nationale des forces populaires (1959). Cette évolution signifiait la marginalisation de forces politiques telles que le Parti démocratique de l’indépendance, et le Parti communiste marocain. Les enjeux de l’époque ont été manifestement répercutés sur l’histoire de la lutte nationaliste.

23Des lieux de production de mémoire : calendriers, rituels, iconographie, médias audiovisuels, théâtre, cinéma, presse écrite, archives, mémoires, récits à tonalité hagiographique, etc.

  • 21 Thème souvent implicite, mais voilà que les deux expressions sont littéralement juxtaposées pour co (...)

24La phase du protectorat est souvent réduite, par sélection, télescopage, grossissement, recomposition, au statut d’« accident de l’histoire », et de « parenthèse politique » dans le passé du pays21. On assiste même à des opérations d’inversion, réduisant par exemple l’autorité coloniale française omnipotente à une position d’auxiliaire de la monarchie marocaine.

  • 22 L. Valensi, Fables de la mémoire. La glorieuse bataille des trois rois, Paris, Seuil, 1992, p. 238- (...)

25Des chronologies ad hoc. Une première ébauche de périodisation a été proposée. Au lendemain de l’indépendance, la presse écrite ne fait que rarement référence au passé ; puis, à partir du milieu des années 1960, avec la phase de durcissement politique c’est l’hégémonie de la mémoire officielle22. Il semble qu’à une phase de compétition inégale, pendant laquelle on oppose des moments et des figures nationalistes, succède une phase de réconciliation où les symboles sont partagés, au prix de remodelages et d’adaptations nécessaires, notamment en ce qui concerne l’épisode de la Révolution rifaine (1921-1926). Cette réconciliation s’opère grâce à l’unanimité manifestée autour de la question du Sahara (la Marche verte date du 6 novembre 1975). Dans ce nouveau contexte, la mémoire nationaliste se trouve revivifiée. Le rapprochement entre la monarchie et l’opposition née du mouvement nationaliste est explicitement présenté comme une réédition de « la Révolution du Roi et du Peuple », formule consacrée de l’anniversaire de l’exil du roi Mohammed V (20 août 1953).

26Des translations et des chevauchements. Des personnages, dont l’action politique, entamée pendant le protectorat, se poursuit après l’indépendance, deviennent, dans le processus de réconciliation récente, soit des acteurs, soit des martyrs continuellement évoqués dans le discours politique de l’opposition. Leurs portraits sont retouchés dans la presse, les mémoires et les écrits biographiques.

27C’est le cas de Mehdi Ben Barka, opposant assassiné à Paris en 1965 dans des circonstances demeurées obscures, et dont le nom fut récemment donné à une grande artère située dans un quartier résidentiel de la capitale, non loin d’une autre artère à laquelle on donna le nom du dirigeant socialiste Abderrahim Bouabid.

  • 23 Voir la publication partielle des mémoires de Basri, dans un long entretien réalisé par Hassan Najm (...)

28Non moins révélateur est le cas de Fqîh Basrî, dont le nom est resté longtemps associé à un courant qualifié parfois de « blanquiste » au sein du même parti. Rentré au pays après de nombreuses années d’exil, la publication partielle de ses mémoires fait l’effet d’un véritable pavé dans la mare. Il ressuscite dans la mémoire certains épisodes qui appartenaient au domaine du tabou et du non-dit ; et certaines réactions virulentes, au sein même de l’Union socialiste des forces populaires, laissent percevoir l’existence de conflits, réactivés par cette évocation du passé, entre les différents courants qui traversent le parti au pouvoir23.

Un début d’évolution dans le rapport dominant avec le moment colonial

  • 24 H. Aourid, article dans Le Journal (Casablanca), 18-25 oct. 1998. Signalons que l’auteur a été nomm (...)

29Dans la presse comme à l’université, une série de réflexions, d’interrogations, voire de critiques laisse pressentir une évolution du rapport au moment colonial. C’est ainsi qu’un auteur d’une chronique de presse affirme qu’il serait temps de mettre un terme martèlement de l’opinion publique avec le thème de la Résistance. « Hommage […] à ceux qui, à un moment particulier de l’histoire du Maroc, ont payé de leur vie et de leur liberté leur amour de la patrie. Grands, ils le seront en évitant de nous rappeler notre dette à leur égard. Moins ils s’en prévalent, plus reconnaissants nous serons. Le patriotisme n’est pas un fonds de commerce. Sans doute ont-ils sauvé la patrie, mais ils ne l’ont pas achetée24… »

  • 25 M. Karchaoui, article dans Al-Ahdâth al-Maghribiyya (Casablanca), 21-22 nov. 1998.

30Un journaliste influent, membre du parti du Premier ministre (USFP), se demande s’il ne serait pas utile de faire preuve d’imagination et de reconsidérer la manière de commémorer les fêtes nationales : remplacer la commémoration festive par une commémoration qui appartienne au registre de la réflexion critique ; s’interroger par exemple sur les causes internes et les responsabilités de l’élite par rapport à l’aliénation de l’indépendance du pays pendant le protectorat ; rechercher si l’indépendance nationale ne serait pas menacée à la fin du xxe siècle comme elle le fut à la fin du siècle précédent. Face aux différents défis posés par le contexte de la mondialisation, la sauvegarde de l’indépendance ne passe-t-elle pas nécessairement par la modernisation et la démocratisation de l’État25 ?

  • 26 Il s’agit de Khalid Jamaï, invité de l’émission télévisée « Pour tout vous dire » (chaîne 2 M). Sur (...)
  • 27 Dans le sens inverse, les états-majors des partis de l’opposition de droite (correspondant à la coa (...)

31Un autre journaliste, membre de la direction du parti de l’Istiqlal, soutient de son côté que la notion de zaïm (leader charismatique) est incompatible avec la démocratie26 – une façon détournée d’évoquer le rajeunissement de l’élite politique27. L’idée est reprise par d’autres, car elle permet aussi d’affirmer que la démocratie implique le nécessaire passage de la primauté des personnes à la primauté des institutions, donc à un État de droit.

  • 28 Cf. l’article de M. Bajjou dans le quotidien Al-Ahdâth al-Maghribiyya.

32Dans un article éloquemment intitulé « Est-il temps de rompre avec la culture du mouvement national ? », un journaliste souligne quant à lui que si les objectifs de départ ont été atteints pour ce qui est de l’hégémonie culturelle, l’échec est flagrant au niveau de l’instauration d’un État démocratique28.

33Dans le champ universitaire, la revue Hespéris-Tamuda, publiée par la Faculté des lettres et des sciences humaines de Rabat, a organisé au mois de mai 1998 un colloque international sur le thème « Repenser le protectorat ». Repenser l’expérience coloniale, diversifier les angles d’approche de la période en question, dialoguer sur le sujet avec des chercheurs français, espagnols, allemands et américains, tout ceci exprime le désir d’adopter une attitude moins crispée et plus sereine à l’égard de l’épisode colonial.

  • 29 Témoin le quotidien de l’USFP (Al-Ittihâd al-ishtirâkî), qui consacre ses pages dites « récréatives (...)

34Le protectorat, moment colonial par excellence, n’a donc mobilisé qu’indirectement l’historiographie professionnelle, en traitant du xixe siècle perçu comme un moment proto-colonial. Le protectorat est, quant à lui, un « chantier » très récent, et beaucoup de travaux, réalisés par de jeunes chercheurs, sont encore inédits. Les historiens ont été longtemps dissuadés d’entreprendre des recherches sur le sujet par les difficultés d’accès aux archives, et par le poids d’acteurs, hommes et groupes encore présents dont la sensibilité à l’égard des péripéties de l’époque en question restait vigilante. Dans l’ensemble, on pourrait décrire comme une division du travail l’intérêt porté, d’un côté par les chercheurs français, espagnols et américains, au système colonial, et de l’autre côté par les chercheurs marocains aux événements, aux hommes et aux idées du mouvement nationaliste. Il est vrai que le chantier évolue ; d’autres questions surgissent, certains travaux amorcent une histoire sociale du protectorat. Mais au-delà des sujets abordés, la perception du moment colonial évolue peu et sa connaissance risque d’être, pour longtemps encore, hypothéquée par le recours au passé colonial comme instrument de la légitimation29.

35Qu’en est-il de la conjoncture récente ? À la suite de la mort du roi Hassan II, et de l’arrivée au pouvoir du jeune souverain Mohammed VI, qui a commencé par entériner le processus d’« alternance » évoqué plus haut, ce qui semble dominer, c’est d’un côté une réactualisation du thème de la « révolution du roi et du peuple », signifiant une communauté d’action entre la monarchie et le mouvement national. Mais Mohammed VI semble en même temps émettre, à l’adresse du peuple et de la classe politique, une série de « signaux » qui vont dans le sens d’un désir de modernisation/démocratisation de l’institution monarchique. Cela pourrait signifier une réactivation de la présence du futur, et une atténuation ou une reformulation de la présence de l’épisode colonial dans le discours politique.

Notes

1 Sur la distinction entre l’histoire comme mémoire collective et l’histoire des historiens de métier, voir J. Le Goff, Histoire et mémoire, Paris, Gallimard, 1988, p. 194 (« Folio »).

2 A. Sebti, « Histoire sociale et questions de méthode » (en arabe), in Collectif, Recherches sur l’histoire du Maroc. Esquisse de bilan, Rabat, Publications de la Faculté des lettres et des sciences humaines de Rabat, 1989, p. 43-57.

3 Retenons deux titres illustrant les deux aspects de l’apport d’A. Laroui : L’idéologie arabe contemporaine, Paris, François Maspero, 1967 ; L’histoire du Maghreb. Un essai de synthèse, Paris, François Maspero, 1970.

4 Voir le texte de la circulaire in G. Delanoë, Lyautey, Juin, Mohammed V : fin d’un protectorat, Paris, L’Harmattan, 1988, t. 1, p 27-33.

5 E. Burke III, « La Mission scientifique au Maroc », in Recherches récentes sur le Maroc moderne. Actes de Durham, n° sp. de Bulletin économique et social du Maroc. Documents, 138-139, 1979, p. 37-56 ; pour une approche conceptuelle, L. Valensi, « Le Maghreb vu du Centre : sa place dans l’école sociologique française », in J.-C. Vatin, ed., Connaissances du Maghreb. Sciences sociales et colonisation, Paris, Éd. du CNRS, 1984, p. 227-244.

6 H. Terrasse, Histoire du Maroc des origines à l’établissement du protectorat français, Casablanca, Atlantides, 1949, 2 vol.

7 D. Rivet, Lyautey et l’institution du protectorat français au Maroc, 1912-1925, Paris, L’Harmattan, 1996, vol. 1, p. 175-181.

8 Voir C.-O. Carbonell, « Un historien marocain entre la tradition et la modernité : Mohamed al-Mokhtar Soussi », in D. Chevalier, ed., Les Arabes et l’histoire créatrice, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 1995, p. 133-138.

9 A. Jirârî, S. Bensaïd Alaoui, A. Toufiq, Abderrahman Ibn Zaydân, Casablanca, Fondation ONA, 1998.

10 Voir l’analyse de l’ouvrage par M. Ayyadi (en arabe), in Id., ed., Des repères dans l’histoire culturelle et religieuse du Maroc, Casablanca, Publications de la Faculté des lettres et des sciences humaines de Casablanca-Aïn Chock, 1996, p. 237-271.

11 Cette politique fut, au départ, un moyen envisagé par les autorités du protectorat, dans la région du Moyen-Atlas, pour pallier l’échec d’une stratégie fondée sur les grands commandements indigènes, et qui avait fait ses preuves dans l’Atlas de Marrakech. Voir D. Rivet, Lyautey et l’institution du protectorat…, p. 194-200.

12 P. Nora, « L’ère de la commémoration », in Id., ed., Les lieux de mémoire, III. Les France, 3. De l’archive à l’emblème, Paris, Gallimard, 1992, p. 979.

13 M. El Mansour, « The social uses of history », in M. Dahbi, M. Ezroura, L. Haddad, eds, Cultural studies, interdisciplinarity, and the university, Rabat, Publications de la Faculté des lettres et des sciences humaines de Rabat, 1996, p. 295. Pour une approche théorique et comparative de cet aspect, voir E. Hobsbawm et T. Ranger, eds, The invention of tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 1997 (1re éd. 1983).

14 A. Laroui, Les origines sociales et culturelles du nationalisme marocain, Paris, François Maspero, 1975, p. 434.

15 M. El Mansour, « La recherche historique depuis l’indépendance. Remarques générales » (en arabe), in Collectif, Recherches sur l’histoire du Maroc…, p. 17-27.

16 Le chantier fut initié par G. Ayache, mais le modèle fut la recherche d’A. Toufiq, La société marocaine au xixe siècle : Inultân, 1850-1912 (en arabe), Rabat, Publications de la Faculté des lettres et des sciences humaines de Rabat, 1983. Il n’est pas sans intérêt de relever qu’Ayache est natif d’Algérie et appartenait à la mouvance communiste ; il a joué un rôle important dans la mise en relief des archives de l’État précolonial marocain ; le travail de Toufiq a, quant à lui, été rédigé en langue arabe, et il s’est objectivement inscrit dans la lignée des travaux occidentaux, à ambition théorique, et qui ont souvent porté sur la même région du Haut-Atlas.

17 Voir G. Denoeux et L. Gateau, « L’essor des associations au Maroc : à la recherche de la citoyenneté », Monde arabe, Maghreb, Machrek, oct.-déc. 1995, p. 19-39.

18 C’est en quelque sorte l’inverse du processus constaté en France. Voir P. Nora, Les lieux de mémoire, III-3, p. 986-987.

19 Voir A. M. Moudden, « Cultural struggles in Morocco », in Cultural studies, interdisciplinarity…, p. 135-145. L’auteur relève un mode spécifique de gestion des conflits culturels. Des similarités apparaissent notamment entre les réactions de l’État marocain face à trois mouvements : culture berbère, femmes et islamisme politique. Rappelons par ailleurs que le mouvement culturel « amazighe » a dû récemment dénoncer « le complexe du dahir berbère », thème que nous avons signalé plus haut.

20 La presse se fait régulièrement l’écho de polémiques qui se déroulent au sujet de l’appartenance réelle à la Résistance. Cela va jusqu’à des pétitions contestant l’emplacement de certains événements récemment célébrés. Voir à titre d’exemple, dans l’hebdomadaire Al-Usbû‘, 18 déc. 1998, la réaction d’anciens résistants à un colloque tenu en octobre 1998 sur la résistance dans le Sud-Est du Maroc.

21 Thème souvent implicite, mais voilà que les deux expressions sont littéralement juxtaposées pour constituer le titre d’une livraison spéciale, à caractère commémoratif, du journal Le Matin du Sahara, réputé proche du point de vue de la monarchie. Détails à relever : c’est le numéro du 30 mars 1999, jour du 87e anniversaire de la signature du traité du protectorat. À côté des textes de différents traités, le journal ne manque pas de republier le texte de la circulaire du « coup de barre » de Lyautey, dont nous avons souligné plus haut l’importance.

22 L. Valensi, Fables de la mémoire. La glorieuse bataille des trois rois, Paris, Seuil, 1992, p. 238-249.

23 Voir la publication partielle des mémoires de Basri, dans un long entretien réalisé par Hassan Najmi pour le quotidien Al-Ittihâd al-ishtirâkî, déc. 1998-janv. 1999. On annonce par ailleurs la parution de l’ensemble des mémoires en question. Et pour les réactions suscitées par Fqîh Basrî, voir notamment A. Jabrou, La vérité d’abord (en arabe), Rabat, 1999.

24 H. Aourid, article dans Le Journal (Casablanca), 18-25 oct. 1998. Signalons que l’auteur a été nommé porte-parole officiel du palais royal peu après l’arrivée au pouvoir du roi Mohammed VI (juillet 1999).

25 M. Karchaoui, article dans Al-Ahdâth al-Maghribiyya (Casablanca), 21-22 nov. 1998.

26 Il s’agit de Khalid Jamaï, invité de l’émission télévisée « Pour tout vous dire » (chaîne 2 M). Sur l’interview en question, voir La Vie économique (Casablanca), 18-24 déc. 1998. Plus récemment, un courant s’exprimant au sein de l’USFP parle du nécessaire passage du « leadership historique » au « leadership démocratique ». Voir Assahîfa al-Jadîda (Casablanca), 23 oct. 1999.

27 Dans le sens inverse, les états-majors des partis de l’opposition de droite (correspondant à la coalition électorale dite Al-Wifâq) annoncèrent vers la fin de l’année 1998 qu’ils allaient fêter l’anniversaire du 11 janvier 1944, commémorant le « Manifeste de l’indépendance ». Attitude paradoxale, puisque certains des partis concernés ont toujours revendiqué le droit de s’exprimer au nom des jeunes générations qui n’ont pas connu la période coloniale. Mais l’anniversaire en question fait partie du capital symbolique des partis au pouvoir ; il est donc utile de faire feu de tout bois. Et la justification présentée se fonde sur ce seul argument : « Le Manifeste appartient à l’ensemble du peuple marocain ». Voir Maroc Hebdo International (Casablanca), 19-25 déc. 1998.

28 Cf. l’article de M. Bajjou dans le quotidien Al-Ahdâth al-Maghribiyya.

29 Témoin le quotidien de l’USFP (Al-Ittihâd al-ishtirâkî), qui consacre ses pages dites « récréatives » du mois d’août 1999 à des thèmes historiques significatifs tels que la figure d’Abdelkrim, le mouvement nationaliste dans la zone du protectorat espagnol, le résistant Zerktouni, et l’affaire Ben Barka.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540