Version classiqueVersion mobile

Les usages politiques du passé

 | 
François Hartog
, 
Jacques Revel

II

Structurer le passé. Les Israéliens, les Palestiniens et l’autorité symbolique des monuments archéologiques

Structuring the past. Israelis, Palestinians and the symbolic authority of archaeological monuments

Neil Asher Silberman

Résumé

L’article tente de suivre l’histoire et le contexte politique de la commémoration archéologique en Palestine-Israël, depuis les efforts des sociétés scientifiques européennes au xixe siècle pour revendiquer certains sites majeurs, à travers l’activité réglementaire du département des Antiquités durant le Mandat britannique, jusqu’à l’établissement de parcs nationaux en Israël. Il examine également le statut spécifique des restes archéologiques sur la rive occidentale du Jourdain, sous administration jordanienne et israélienne, et la perspective d’une ère nouvelle sous l’Autorité palestinienne. Au-delà de la présentation d’études de cas spécifiques, l’article tente de caractériser la commémoration archéologique traditionnelle comme une forme de discours symbolique par lequel les certitudes politiques modernes d’une société sont projetées dans un passé éloigné et présentées comme éternelles et inévitables. Il est en particulier attentif aux messages subtils qu’exprime le choix des sites et des structures à préserver, des méthodes de présentation, et au message symbolique complexe – presque une affirmation symbolique d’identité – de l’ensemble des sites historiques, archéologique, naturels et de divertissement de la société. Enfin, il examine quelques évolutions internationales troublantes dans la présentation et l’interprétation de sites archéologiques (d’un côté, une fragmentation ethnique, de l’autre le développement de parcs à thèmes) et leur impact possible sur Israël.

Note de l’éditeur

Ce texte est d’abord paru in Neil Asher Silberman & David Small, eds, The archaeology of Israel. Constructing the past, interpreting the present, Supplement Series 237 du Journal for the Study of the Old Testament (Sheffield, Sheffield Academic Press), 1997, p. 62-81. Nous remercions l’auteur et l’éditeur de nous en avoir gracieusement autorisé la réédition.

Texte intégral

  • 1 B. G. Trigger, A history of archaeological thought, Cambridge, Cambridge University Press, 1989 ; T (...)

1En dépit des prétentions scientifiques et des hypothèses intellectuelles communément admises, nous voudrions montrer que l’utilisation publique et l’image sociale des sites archéologiques ne sont que rarement en accord avec les intentions manifestées par les archéologues. Comme l’ont démontré des études récentes portant sur l’histoire de la discipline, l’archéologie, dans ses développements et ses résultats, doit être considérée comme une activité à la fois universitaire et sociale, évoluant toujours dans un contexte politique et ayant des effets politiques sensibles1. Je me propose donc d’examiner, loin des distinguos philosophiques des spécialistes ou de l’histoire de la recherche universitaire, quelques conséquences culturelles, politiques et économiques des activités archéologiques sur le territoire d’Israël. Je m’intéresserai ainsi au processus par lequel, au cours des deux derniers siècles, certains éléments du territoire identifiés comme des « sites archéologiques », voire, dans quelques rares cas particuliers, comme des « monuments archéologiques », ont acquis un statut spécifique et ont souvent joui d’un pouvoir symbolique spécial qui a contribué à façonner le paysage moderne, politique et social, du territoire d’Israël. Je suivrai l’évolution des sites archéologiques à l’époque moderne depuis les lieux de pèlerinage religieux, en passant par les trésors impériaux, jusqu’aux trésors nationaux. Tout en prenant en considération la distance géographique qui sépare Jérusalem, Massada, Megiddo et Hazor de la colonie de Williamsburg et de la plantation de Plimoth, je montrerai que la tendance internationale qui consiste à utiliser le passé comme ressource de loisirs risque de modifier irréversiblement l’aspect de certains des sites archéologiques les plus importants d’Israël et de la rive gauche du Jourdain.

  • 2 Cf. par exemple, M. Landau, Narratives of human evolution, New Haven, Yale University Press, 1991 ; (...)

2Il faut tout d’abord faire une distinction terminologique simple, de peur que les universitaires et les archéologues professionnels ne se formalisent de ce qui pourrait apparaître comme une assimilation rapide de l’ensemble de l’histoire de l’archéologie moderne à une compétition impérialiste et à une mythification nationaliste débouchant sur la création de lieux de villégiature populaires. Ainsi, je ne traiterai pas des centaines de sites archéologiques qui ne sont guère connus que des savants, et dont les objets ne sont discutés que dans la littérature universitaire. Même si les interprétations des sites archéologiques les plus obscurs ou les plus éphémères peuvent sembler avoir une portée idéologique ou politique2, j’ai ici l’intention de m’intéresser au paysage archéologique tel qu’il est modelé dans la conscience publique par le flux des touristes, par les excursions scolaires sur le terrain, et par la vulgarisation des découvertes archéologiques auprès de cette partie de la population qui connaît un nombre de sites relativement réduit et qui s’y rend régulièrement. Ainsi, en mesurant l’impact social de ce nombre limité de sites archéologiques israéliens bien connus du public (soit une cinquantaine de sites administrés par le Service des parcs israéliens), nous pouvons considérer ces derniers comme le reflet d’une idéologie publique largement répandue.

  • 3 M. P. Leone, « Archaeology’s relationship to the present and the past », in R. A. Gould & M. A. Sch (...)
  • 4 Voir par exemple J. Blatti, ed., Past meets present. Essays about historic interpretation and publi (...)
  • 5 Comme le montrent R. G. Handsman et M. P. Leone, « Living history and critical archaeology in the r (...)

3Je vais donc traiter plus précisément de la représentation publique des monuments archéologiques très connus et souvent fréquentés, ainsi que de leur capacité à faire apparaître comme naturels, éternels, et inévitables des opinions, des attitudes, et des enjeux de pouvoir3. Au cours des nombreuses visites de sites archéologiques, de musées de plein air et de monuments historiques, la perception du passé partagée par le public est façonnée par tout un éventail d’éléments de présentation tels que des reconstructions choisies de monuments détruits, des brochures, des panneaux d’information, et les explications des guides pour touristes4. Je montrerai que tous ces éléments convergent pour présenter au public une « histoire » composite ou un récit dont les conclusions hâtives s’étendent bien au-delà des données archéologiques sur lesquelles elles sont fondées5.

  • 6 Voir les articles in in P. L. Kohl & C. Fawcett, eds, Nationalism, politics…
  • 7 B. G. Trigger, A history of archaeological thought.
  • 8 B. Lewis, History : remembered, recovered, invented, New York, Simon & Schuster, 1975 ; K. Sklenar, (...)
  • 9 École ultra-diffusionniste du début du xxe siècle, cf. C. Renfrew, « Colonialism and megalithismus  (...)
  • 10 Voir par exemple E. Barkan, « Mobilizing scientists against nazi racism, 1933-1939 », in G. W. Stoc (...)

4Les récits qui reçoivent un soutien officiel comportent souvent un message politique très fort justifiant la politique du gouvernement en place, par exemple des revendications territoriales particulières, ou la domination de fait d’un groupe ethnique6. Loin d’être l’apanage de l’archéologie en territoire d’Israël, la politisation de l’archéologie peut être observée dès le début de la discipline à l’époque moderne7, et particulièrement dans la relation romanesque et littéraire qui s’est établie entre certains sites et objets archéologiques et certains États-nations modernes8. Ainsi, qu’il s’agisse de recherches portant sur des ruines et les vestiges des civilisations celtiques ou indo-européennes, sur des constructeurs de tumulus, sur les architectes du Grand Zimbabwe, ou même sur les « Enfants du Soleil » par l’école de Manchester9, toutes ces recherches présentent la même tendance à imposer au paysage historique et archéologique les marques d’une réalité politique contemporaine. De même, les objections des « contre-histoires », produits de résistances politiques modernes qui tentent de réfuter les hypothèses universitaires dominantes et les affirmations politiques qui en dérivent, ne doivent pas être étudiées seulement dans le contexte de discussions intellectuelles, mais aussi comme les éléments d’un débat politique permanent10.

  • 11 D. Lowenthal, The past is a foreign country, Cambridge, Cambridge University Press, 1985 ; M. P. Le (...)
  • 12 E. Hobsbawm, The age of extremes. A history of the world, 1914-1991, New York, Pantheon Books, 1994 (...)

5On peut aussi constater que le prestige et la popularité des sites archéologiques sont affectés par des facteurs économiques et culturels plus subtils tels que le sexe, le profit, ou l’efficacité11. Ces éléments d’interprétation reflètent l’univers conceptuel plus vaste, non seulement d’un État-nation particulier, mais aussi du capitalisme industriel transnational moderne et de ses fondements idéologiques dont les prétentions et les conséquences culturelles se répandent au cours des dernières décennies du xxe siècle au point de dépasser, ou du moins de défier, en de nombreux endroits du globe, les prérogatives de la souveraineté nationale12. À plus d’un titre, la visite d’un site archéologique par un touriste moderne peut s’apparenter aux pratiques traditionnelles de pèlerinage, où l’on accomplissait des rituels religieux et où l’on illustrait – et vraisemblablement enseignait – des « leçons » d’une portée sociale plus large. Mais la communication ne suit pas toujours une ligne droite, qui partirait des instances intellectuelles ou politiques pour atteindre un public docile. Il me semble que la forme rhétorique des récits (narratives) archéologiques est toujours modelée dans une certaine mesure par la réaction du public aux histoires (stories) archéologiques, et par son éventuelle acceptation. Je montrerai donc dans les pages qui suivent que l’histoire archéologique du territoire d’Israël est parvenue à un stade où les réactions et les aspirations des non-spécialistes sont désormais centrales pour décider de la priorité et du financement des projets archéologiques. Et les nombreuses implications du développement socio-économique augurent mal de l’interprétation à venir de l’histoire et de l’archéologie d’Israël.

Des lieux de pèlerinage aux célébrations du progrès : la création de la Terre sainte chrétienne

  • 13 E. D. Hunt, Holy Land pilgrimage in the later Roman Empire, AD 312-460, Oxford, Clarendon Press, 19 (...)
  • 14 B. Mazar, The mountain of the Lord, Garden City, Doubleday, 1975, p. 94, 257, 285.
  • 15 A. A. Duri, « Jerusalem in the early Islamic period », in K. J. Asali, ed., Jerusalem in history, N (...)
  • 16 R. Schick, « Christian life in Palestine during the early Islamic period », Biblical Archaeologist, (...)
  • 17 R. Simon, « The struggle for the Christian Holy Places in Eretz-Israel in the Ottoman period, 1516- (...)

6Le prestige social des éléments du paysage d’Israël que nous pourrions aujourd’hui appeler des sites archéologiques a été très intimement lié, pendant des siècles, si ce n’est pendant des millénaires, aux pèlerinages et aux rituels traditionnels. Bien que les premiers exemples de conservation sélective ou de vénération historique des anciennes tombes et des ruines remontent à l’Ancien Testament (par exemple, le tombeau de Rachel, Genèse 35 : 20 ; les ruines d’Aï, Josué 8 : 29), et que les pratiques de pèlerinage vers les tombeaux païens et israélites aient persisté et se soient développées sous les périodes perse, hellénistique et romaine, une transformation décisive s’est produite avec l’adoption du christianisme comme religion officielle par l’Empire romain au ive siècle de notre ère13. Tandis que les Juifs continuaient en petit nombre à se rendre à Jérusalem – quand les conditions le permettaient14 –, la recherche de sites bibliques (et en particulier de sites du Nouveau Testament), leur conservation et leur restauration, leur insertion dans des réseaux de pèlerinages, régionaux et internationaux, influèrent fortement sur l’importance des provinces byzantines de la Première, Deuxième, et Troisième Palestine dans la conscience impériale (ainsi que sur leur économie). À partir du viie siècle, les chefs musulmans de la Palestine favorisèrent l’établissement de nouvelles traditions de pèlerinage15, et de nombreux sites chrétiens continuèrent ainsi à attirer des visiteurs16. En réalité, plus que l’opposition à des pratiques fondées sur la religion, c’est la concurrence entre des groupes religieux rivaux et des entités politiques pour le contrôle des divers sites de pèlerinage qui devint un élément central dans les conflits internationaux en Terre sainte pendant le Moyen Âge et la période ottomane17.

  • 18 Cf. M. I. Lowance, The language of Canaan. Metaphor and symbol in New England from the puritans to (...)
  • 19 N. A. Silberman, « Desolation and restoration. The impact of a biblical concept on Near Eastern arc (...)
  • 20 N. A. Silberman, Digging for God and country, New York, Knopf, 1982.
  • 21 E. Robinson, Biblical researches in Palestine, Mount Sinaï, and Arabia Petraea. A journal of travel (...)

7La Réforme entraîna un changement notable dans les attitudes chrétiennes à l’égard des sites antiques en Terre sainte. Tandis que les pèlerinages catholiques se poursuivaient, une grande partie du monde protestant rejeta les conventions ritualistes du pèlerinage et, à la suite du choix d’une lecture métaphorique et spiritualisée de la Bible, développa une conception abstraite et quelque peu imaginaire de la géographie et de l’histoire bibliques18. Toutefois, cette image idéalisée de la Terre sainte se trouva confrontée aux réalités de la Palestine moderne, quand les premiers explorateurs protestants commencèrent à arriver au début du xixe siècle19. Une conséquence en fut la création d’une nouvelle « archéologie biblique », grâce principalement aux innovations conceptuelles et aux explorations incessantes d’un grand chercheur américain, le professeur Edward Robinson. Bien que Robinson eût été précédé par un certain nombre d’enquêteurs agnostiques, de nationalités et d’orientations religieuses diverses, lesquels avaient mis en doute la valeur historique des sites traditionnels de pèlerinage20, il sut habilement mettre à profit sa familiarité d’une part avec la Bible et les sources classiques, et d’autre part avec la terminologie géographique arabe de l’époque, pour reconstruire ce qu’il considérait comme l’authentique paysage historique de la Palestine21. Comme il n’était pas satisfait des lieux traditionnels de pèlerinage et des méthodes religieuses de légitimation en vigueur, Robinson fut le premier à utiliser une méthode d’identification des sites antiques d’importance dans laquelle les preuves empiriques, si elles n’étaient pas sacro-saintes, jouaient désormais un rôle central. On en vint ainsi à redessiner la géographie de la Terre sainte au moyen d’une étude fondée sur l’histoire positive. Il advint ainsi que ce nouveau projet intellectuel, qui devait transformer la portée spirituelle de certains éléments du paysage, fut bientôt rattrapé par les ambitions territoriales contemporaines des diverses puissances européennes du Moyen-Orient.

  • 22 N. A. Silberman, Digging for God and country.
  • 23 D’autres concernaient l’éducation, la santé, les missions, et le génie civil : voir par exemple D. (...)

8Comme je l’ai décrit ailleurs plus en détail22, la course aux meilleurs sites à explorer et pour la possession de lieux bibliques récemment découverts finit par devenir un enjeu de prestige diplomatique pour les puissances européennes rivales, alors que l’Empire ottoman en désagrégation devenait une cible intéressante pour l’Occident qui souhaitait installer une présence à la fois politique, culturelle et économique. Au cours de la deuxième moitié du xixe siècle, l’exploration archéologique fut l’une des tentatives très visibles conduites par les Européens dans ce but23. Des sociétés nationales permanentes pour l’exploration de la Palestine furent créées en Grande-Bretagne (1865), aux États-Unis (1870), en Allemagne (1877) et en France (1890).

  • 24 N. A. Silberman, Digging for God and country.
  • 25 U. Ra’anan, Frontiers of a nation, Westport, Hyperion Press, 1976.

9La concurrence entre les chercheurs des diverses nations occidentales était parfois âpre ; les sites archéologiques importants du pays n’étaient pas tant considérés comme des lieux sacrés que comme des sources rentables d’antiquités génératrices de prestige. À l’issue de l’âpre concurrence entre Anglais, Allemands et Français pour la « stèle de Mesha », des aires archéologiques d’influence furent établies dans diverses régions du pays, tandis que les autorités ottomanes garantissaient des « concessions » virtuelles pour les fouilles britanniques dans le Sud, pour les Français à Jérusalem et ses environs, et pour les Allemands dans le Nord24. Toutefois, plus encore que ces revendications spécifiques, cette activité archéologique avait un effet cumulatif sur la perception du paysage moderne. Dans de nombreux cas, on attribua à des sites antiques un poids historique bien plus considérable en termes politiques qu’à des villages modernes ; les limites géographiques de la Terre sainte (qu’on avait longtemps laissées vagues et mal définies, mais qui devinrent finalement les frontières légales du Mandat sur la Palestine à l’issue de la Première Guerre mondiale) furent déterminées non par recensement ou débat politique, mais principalement par les experts archéologiques de l’Enquête sur la Palestine occidentale parrainée par les Britanniques25.

  • 26 Selon l’expression typique qu’en donne R. A. S. Macalister, A history of civilization in Palestine, (...)
  • 27 B. G. Trigger, « Alternative archaeologies : nationalist, colonialist, imperialist », Man, 19, 1984 (...)
  • 28 N. A. Silberman, « Petrie and the founding fathers », in A. Biran & J. Aviram, eds, Biblical archae (...)

10Toutefois, par-delà les concurrences nationales, un phénomène plus important a transformé la signification potentielle de chacun des sites archéologiques en Terre sainte. Vers la fin du xixe siècle, la désintégration politique et économique de l’Empire ottoman rendait de plus en plus aisée l’administration de ses territoires et de son peuple par les puissances européennes. Les explorateurs occidentaux – en tant que représentants autoproclamés de la « croisade » conquérante et civilisatrice que représentait l’avance européenne26 – commencèrent à faire une distinction entre les peuples modernes de ces régions et les réalisations de leurs civilisations antiques, d’une manière qui rappelle singulièrement les autres types d’archéologie colonialiste décrits si magistralement par Bruce Trigger27. Dans le cas de la Palestine, les strates superposées de dépôts archéologiques dans les tumulus du pays furent interprétées comme l’illustration et la preuve tangible d’un processus continu de conquêtes « raciales », au cours desquelles les races les plus « puissantes » avaient toujours triomphé des races plus « passives »28. Les explorateurs européens étaient bien entendu convaincus de la « puissance » de leur propre race. Ainsi, depuis les premières fouilles de W.M.F. Petrie au mont el-Hesy en 1890, en passant par les grandes fouilles stratigraphiques de l’entredeux-guerres, les lieux de fouilles en Terre sainte acquirent-ils une double signification : ils illustraient la véracité des récits historiques de l’Ancien Testament tout en confirmant les conquêtes incessantes de la Palestine (au caractère historiquement inéluctable) par les grands empires du monde.

  • 29 Government of Palestine, « Provisional schedule of historic sites and monuments », Official Gazette(...)
  • 30 Voir par exemple N. A. Silberman, « Visions of the future : Albright in Jerusalem, 1919-1929 », Bib (...)

11On peut dire que la transformation la plus fondamentale intervenue dans la signification sociale des sites antiques de Terre sainte s’est produite pendant l’administration du pays par les autorités du Mandat britannique. Avec l’établissement d’un département des Antiquités, moderne et bureaucratique, et la mise en place de lois protégeant un ensemble reconnu de sites antiques29, les différents tumulus, ruines, tombeaux et anciens sites de villages acquirent un statut légal spécifique qui prit le pas sur la portée religieuse ou magique qu’ils auraient pu avoir. Il est fréquemment fait mention des disputes entre les habitants juifs, chrétiens et musulmans du pays, d’une part, et l’arrivée d’expéditions archéologiques d’autre part, quant aux droits de propriété de sites antiques, et ce phénomène met en évidence les nouveaux rapports de forces30. Tandis que les lieux traditionnels de pèlerinage religieux du pays étaient entretenus par les représentants des différentes sectes et « dénominations », en fonction du statu quo hérité de l’époque ottomane, les sites antiques de Palestine devinrent alors un domaine de réinterprétation historique active, d’identification idéologique et de légitimation politique. Les fouilles, comme la guerre, étaient devenues « la poursuite de la politique par d’autres moyens ».

L’essor de l’archéologie israélienne

  • 31 D. Rusof, Sha’arei Meiron (en hébreu), Jérusalem, Sha’arei Ziv Institute, 1992.
  • 32 H. H. Ben-Sasson, « The image of Eretz-Israel in the view of Jews arriving there in the late Middle (...)
  • 33 Y. Ben-Arieh, Jerusalem in the nineteenth century : the emergence of the new city, Jérusalem, Yad I (...)
  • 34 N. A. Silberman, Digging for God and country, p. 72, 184.

12La relation spirituelle du peuple juif avec les monuments matériels et les anciens repères géographiques du territoire d’Israël se conformèrent au schéma classique du pèlerinage, durant les siècles qui suivirent la suppression de l’autonomie de la Judée par l’Empire romain. Comme on l’a déjà signalé, les ruines du Temple de Jérusalem ont conservé leur importance pour les Juifs en tant que symbole tangible de leur indépendance nationale antérieure, et, avec le temps, des sites, associés aux activités réelles ou légendaires des premiers rabbins ou des premiers sages, devinrent le centre d’attraction de nouveaux rituels de pèlerinage, principalement mais pas exclusivement en haute Galilée31. Bien que les sources traitant de l’entretien des sites de pèlerinage juifs pendant le Moyen Âge soient limitées32, on s’aperçoit que, vers la fin de la période ottomane, la responsabilité de la conservation du caractère sacré des sites traditionnels de culte, et parfois de leur entretien physique, fut dévolue à différentes œuvres de charité et à des associations rabbiniques de Jérusalem et de Safed33. C’est pour cette raison qu’aux yeux des Juifs des provinces ottomanes de Palestine, les inexplicables dégradations perpétrées par les archéologues européens au cours de leurs fouilles dans les monuments et jusque dans les dépouilles des ancêtres israélites suscitèrent souvent indignation et protestations publiques34.

  • 35 Y. Shavit, « “Truth shall spring out of the earth” : the development of Jewish popular interest in (...)
  • 36 E. J. Hobsbawm & T. Ranger, The invention of tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 1983
  • 37 R. Elboim-Dror, Hebrew education in Eretz-Israel (en hébreu), Jérusalem, Yad Izhak Ben-Zvi, 1986.
  • 38 R. Shenfeld, From king messiah to messiah of flesh and blood, Tel Aviv, Papyrus Publishing House, 1 (...)
  • 39 A. Brawer, « From the early days of the Israel exploration society », in J. Aviram, ed., Western Ga (...)
  • 40 N. Silberman, A prophet from amongst you. The life of Yigael Yadin, Reading, Addison-Wesley, 1993, (...)

13Toutefois, comme Yaacov Shavit l’a montré dans une étude éclairante et détaillée35, un intérêt pour ce qu’on pourrait appeler l’archéologie moderne finit par émerger dans les milieux de l’intelligentsia juive d’Europe centrale, au cours d’un long processus, étroitement lié à des phénomènes d’acculturation sociale et d’évolution de la communauté juive en Europe. La diffusion des idées nationalistes modernes en Europe s’est accompagnée d’un engouement romantique pour les romans historiques, pour les collections d’antiquités, et de l’« invention de la tradition » dans de nombreux pays qui présentaient des situations politiques et économiques variées36. C’est ainsi que se transforma la culture juive en Europe, et qu’apparurent de nouvelles notions d’histoire positive et d’identité politique dans les programmes scolaires37 ainsi que dans la littérature populaire38. Tout au long du xixe siècle, les journaux juifs révélèrent avec enthousiasme les découvertes archéologiques en Mésopotamie et en Égypte qui contribuaient à confirmer ou à élucider l’histoire biblique. L’intérêt local pour les antiquités et pour la géographie historique du territoire d’Israël finit par déboucher, en 1912, sur la création de la Société pour l’exploration de la Palestine juive39. Dans certains cercles au moins, la structure de l’histoire juive évolua depuis un récit du pacte, de l’exil et de la rédemption, où Dieu occupait une position centrale, vers une épopée politique, moins spirituelle, du caractère et du destin nationaux. Ainsi les premières fouilles de l’ancienne synagogue de Hammat Tveria par la Société pour l’exploration de la Palestine juive, dirigées par Nahum Slouscz en 1920, et celles de l’ancienne synagogue de Beit Alpha par l’Université hébraïque, dirigées par Eleazar Sukenik en 1929, relièrent-elles fortement les sites archéologiques fouillés au patrimoine juif sur le territoire d’Israël40.

  • 41 Y. Shavit, « “Truth shall spring out of the earth”… »
  • 42 En particulier A. E. Glock, « Tradition and change in two archaeologies », American Antiquity, 50, (...)
  • 43 Cf. N. Grätz, « The war of independence. The conflict of models in Israeli culture » (en hébreu), T (...)

14Pendant les années du mandat britannique, les fouilles demeurèrent principalement la prérogative de grandes firmes étrangères, à cause des dépenses qu’elles nécessitaient et des difficultés logistiques. Bien que le département d’archéologie de l’Université hébraïque ait entrepris plusieurs fouilles à petite échelle pendant les années 1930 et 1940, l’intérêt de la communauté juive en Palestine pour l’archéologie s’exprima d’abord par l’exploration de la campagne et par l’étude géographique, plutôt que par le culte de sites archéologiques particuliers. Le développement et la diffusion de ce qu’on a appelé pendant des générations d’écoliers et d’adolescents le yediat ha-aretz, la « connaissance du territoire41 », précédèrent les développements ultérieurs de l’archéologie tels que l’ethno-archéologie et les enquêtes régionales. Toutefois, deux phénomènes eurent une portée idéologique importante, même si elle ne fut pas évoquée explicitement : l’identification de villages arabes modernes avec des sites bibliques jusque-là non localisés ; l’étude des comportements modernes des Arabes de Palestine ainsi que de la culture matérielle, celle-ci permettant de comprendre la fonction des objets recueillis lors des fouilles. La culture traditionnelle du fellah fut implicitement définie comme stationnaire ; par conséquent, elle ne présentait d’intérêt qu’en tant que vestige fossilisé du passé. Les implications intellectuelles d’une telle thèse ont été étudiées ces dernières années par divers chercheurs42. Les effets politiques et sociaux devinrent plus visibles quand émergea une dichotomie centrale dans le paysage physique du territoire d’Israël entre le passé et le présent, le moderne et le primitif, l’Arabe et le Juif43.

  • 44 N. A. Silberman, A prophet from amongst you…, p. 230-231.
  • 45 B. Morris, The birth of the Palestinian refugee problem, Cambridge, Cambridge University Press, 198 (...)
  • 46 Cf. D. Lowenthal, The past is a foreign country, p. 35-73.
  • 47 Par exemple M. Dayan, Living with the Bible, New York, William Morrow, 1978.

15Comme je l’ai suggéré ailleurs44, l’un des effets les plus marqués des développements militaires et politiques de 1948, qui n’a pas encore été étudié, fut la modification profonde du paysage historique physique. En six mois, entre mai et novembre, de nombreux sites du paysage physique du jeune État d’Israël qui avaient été identifiés comme « antiques » furent déplacés lors de manœuvres militaires, de migrations de population, de créations de nouvelles colonies, et ces opérations s’accompagnèrent d’un remodelage artificiel du terrain45. De plus, le secteur oriental de Jérusalem, avec le fascinant Dôme du Rocher, la « Tour de David » et les tombes dans la vallée de Kidron, fut soustrait à la sphère physique des activités éducatives et religieuses israéliennes. Si les considérations récentes sur les conséquences des accords territoriaux de l’après-1948 se sont concentrées sur les domaines diplomatiques et politiques, je voudrais quant à moi montrer que cet état des choses a engendré une situation culturelle atypique – du moins en ce qui concerne le paysage historique de l’État d’Israël nouvellement créé. Une grande partie de ce qu’on avait identifié comme « antique » (c’est-à-dire les villages arabes et les lieux anciens les plus célèbres de Jérusalem) fut soudain déplacée, ou bien mise hors de portée, ce qui a suscité un déséquilibre profond entre « ancien » et « moderne » dans le paysage national46. C’est pourquoi je voudrais montrer que, dans les années 1950 et au début des années 1960, les sites archéologiques ont commencé à prendre une importance considérable dans la société israélienne, non seulement dans le cadre de recherches de « racines » personnelles, comme il a été maintes fois suggéré47, mais aussi dans celui d’une tentative institutionnellement concertée pour restaurer l’équilibre chronologique d’un paysage vivant.

  • 48 Cf. S. Bunimovitz, « How the mute stones speak », Biblical Archaeology Review, 21 (2), 1995, p. 58- (...)
  • 49 En commençant avec W. G. Dever, « Two approaches to archaeological method – the architectural and t (...)
  • 50 Pour le cas célèbre des fouilles de la cité de David, voir Z. Meshi-Zahav & Y. Meshi-Zahav, eds, Th (...)

16L’histoire de l’essor de l’archéologie israélienne a été racontée par des témoins qui y ont participé, les uns partisans, les autres critiques. Il n’y a pas lieu de retracer ici l’histoire intellectuelle et sociale du mouvement de l’archéologie-comme-religion-nationale, si ce n’est pour remarquer que, dans les premiers temps, les illustrations tirées de la poterie et de l’architecture de l’âge du bronze remplacèrent rapidement les villages arabes et les fellahs, pour devenir les images préférées du passé sur les affiches de voyage et dans les manuels scolaires, ainsi que dans une vaste gamme de médias exhibés en public, par exemple dans les hagados de la Pâque. Au-delà de divergences universitaires sur des problèmes archéologiques précis48 ou sur les méthodes de fouilles49, l’archéologie et ses productions visibles devinrent le moyen principal pour illustrer une histoire nationale qui se définissait elle-même. Il est important de souligner que tous les messages n’étaient pas nationalistes ; les concepts modernes de progrès technologique, d’efficacité, et même de relations entre hommes et femmes étaient pris en compte dans l’interprétation et la reconstruction des sites archéologiques. L’archéologie israélienne transmit ainsi une grande variété de messages publics, depuis le noble martyre des rebelles de Massada et celui de Bar-Kokhba jusqu’à l’opulence du style romain (ironiquement contradictoire) des palais et du temple d’Hérode, ou encore les villas de la cité haute de Jérusalem. En effet, la perception israélienne commune du passé s’était si résolument engagée dans la voie d’une perspective matérialiste et moderniste que les archéologues israéliens furent parfois considérés comme des intrus blasphémateurs et traités avec mépris et hostilité par des factions politiques et religieuses ultra-orthodoxes du monde juif50.

La version palestinienne

  • 51 T. Canaan, Mohammedan saints and sanctuaries in Palestine, Jérusalem, Palestine Oriental Society, 1 (...)
  • 52 Cf. B. St Laurent, « The Dome of the Rock. Restorations and political implications, 1720 to the pre (...)
  • 53 S. J. Adler, « The Temple Mount in court », Biblical Archaeology Review, 17 (5), 1991, p. 60-68, 72

17À l’instar des juifs et des chrétiens des provinces ottomanes de la Palestine, les musulmans de ces régions développèrent une relation physique au passé fondée sur le paysage, le culte de ruines anciennes choisies et la vénération des tombes des hommes saints51. Pour une large part, la relation des Palestiniens musulmans avec leur passé consistait en un mélange de traditions très localisées et panislamiques. Toutefois, c’est certainement à l’époque de la période ottomane que les reconstructions et les embellissements multiples d’un lieu de pèlerinage central, le Dôme du Rocher à Jérusalem, révélèrent de façon subtile l’évolution des liens politiques ou les premiers linéaments d’une conscience nationale, quand bien même ce phénomène ne remettait pas en question ni ne menaçait les cadres historiographiques antérieurs. Ainsi, toutes les reconstructions et les restaurations successives du Dôme du Rocher, par le sultan Soliman le Magnifique (1545-1566), par Ahmet III (1720-1722), Mahmut II (1817), Abdül-Medjid (1853), Abdül-Aziz (1874-1875), par les autorités du Mandat britannique (1918-1928), et enfin par le royaume hachémite de Jordanie (1960-1967 et de 1992 à nos jours), ont utilisé un déploiement architectural et spectaculaire de signes commémoratifs fonctionnant comme une rhétorique visuelle et politique envers le présent et le passé52. De fait, la sainteté traditionnelle et l’importance politique de l’enceinte de Haram ash-Sharif sont encore assez puissantes aujourd’hui pour conduire les autorités islamiques à cacher ou à retirer les vestiges archéologiques récemment découverts53.

  • 54 M. Muslih, The origins of Palestinian nationalism, New York, Columbia University Press, 1988.
  • 55 N. A. Silberman, « Visions of the future… ».
  • 56 R. A. S. Macalister, R. A. S. Macalister, A history of civilization in Palestine, p. 121-129.

18Jusqu’à une époque récente, l’archéologie n’a joué qu’un rôle dérisoire dans la cristallisation de la conscience palestinienne arabe. Dès les premiers moments du mouvement national, au début du xxe siècle, la plupart des intellectuels palestiniens arabes qui s’intéressaient à l’histoire de leur peuple préférèrent les études littéraires et l’ethnologie54 ; ils laissèrent les fouilles aux chercheurs étrangers, ou n’y participèrent que selon leurs capacités logistiques ou techniques. Pour la plupart des Palestiniens ruraux, l’archéologie ne fournissait, au mieux, qu’un emploi temporaire entre deux saisons des récoltes55. Les relations entre les premiers archéologues européens et la population rurale du pays étaient même souvent ouvertement hostiles ou froidement instrumentales. Dans le cas des fouilles de R. A. S. Macalister, à Gezer, au début du xxe siècle, les paysans palestiniens étaient considérés comme la cause de la stagnation du pays à l’époque moderne56, et l’emploi de fellahs dans les entreprises archéologiques successives, de grande envergure, des Allemands, des Américains, des Anglais et des Français ne suscita guère l’intérêt du public musulman envers l’archéologie comme un moyen d’auto-définition nationale. Bien que des chrétiens et des Arabes de Palestine aient occupé des postes importants de fonctionnaires dans le département des Antiquités du Mandat britannique, aucune fouille indépendante ne fut menée à bien par des institutions palestiniennes culturelles ou éducatives.

  • 57 P. J. King, American archaeology in the Mideast, Philadelphie, American Schools of Oriental Researc (...)

19Le rôle de l’archéologie dans la constitution de la conscience nationale palestinienne n’eut pas un développement substantiel au cours de l’administration de la rive occidentale du Jourdain par le royaume hachémite de Jordanie de 1948 à 1967. Toutes les ressources disponibles de l’activité archéologique locale furent utilisées pour insérer les antiquités retrouvées sur les deux rives du Jourdain dans une histoire jordanienne unique. Quelques mois après la fin de la guerre israélo-arabe de 1948, le Musée archéologique palestinien (connu généralement aujourd’hui sous le nom de musée Rockfeller), bien que conçu comme un centre pour l’étude de l’archéologie de la Palestine et dirigé par un conseil d’administration international, ne fut qu’une administration dépendant du Département des Antiquités de Jordanie. Son président jusqu’en 1956 fut l’archéologue Gerald Lankester Harding, un ancien administrateur colonial britannique. Pendant les années 1950 et 1960, les travaux archéologiques se multiplièrent sur la rive occidentale avec le soutien de la Jordanie57. Pourtant, cette activité peut être considérée comme la prolongation de la période du mandat. En effet, tous les projets les plus importants (Qumran, Tell el-Farah [N], Schechem, Taanach, Beit Zur, Dothan) furent menés à bien par des institutions étrangères, et se concentrèrent sur les rapports avec la Bible. Enfin, dans le personnel des fouilles, on notait une quasi-absence de chercheurs locaux ou d’étudiants aux postes les plus élevés. Les fouilles, ainsi que les monuments historiques qui furent finalement exhumés, eurent pour le royaume de Jordanie une portée limitée principalement au tourisme et au prestige international.

  • 58 Ibid., p. 200.
  • 59 Par exemple D. C. Baramki, The art and architecture of ancient Palestine, Beyrouth, Palestine Liber (...)
  • 60 G. Ziadeh, « The present is our key to the past », Bir Zeit Research Review, 4, 1987, p. 40-65.

20Bien que la nomination en 1960 d’un chercheur palestinien, Awni Dajani, au poste de directeur du département des Antiquités de Jordanie ait marqué le début d’une ère nouvelle58, l’intérêt pour l’archéologie fut peu soutenu avant la guerre de 1967. Dans les archives du musée Rockfeller, on retrouve, pour les années 1950 et 1960, de très nombreuses initiatives pour encourager la fréquentation des musées par les groupes scolaires et les simples citoyens, mais de nombreux rapports exprimèrent la déception causée par la faiblesse de cette fréquentation. C’est pourtant dans les années 1980, sous la pression de l’administration israélienne et avec l’essor exponentiel des études supérieures dans les universités palestiniennes, que commence l’affirmation d’un passé archéologique strictement « palestinien ». Si les premières tentatives étaient ouvertement polémiques59, les efforts ultérieurs portèrent sur le renouvellement des approches archéologiques pour mettre en évidence la continuité historique et culturelle60. En renversant, avec ironie, le yediat ha-aretz des premiers chercheurs juifs de Palestine, les éléments de la culture villageoise palestinienne traditionnelle étaient désormais valorisés comme l’incarnation durable (et non la fossilisation) de relations sociales égalitaires et même comme l’expression stylistique des anciennes sociétés palestiniennes.

  • 61 W. Khalidi, ed., All that remains : the Palestinian villages occupied and depopulated by Israel in  (...)
  • 62 Cf. H. Shanks, « Peace, politics, and archaeology », Biblical Archaeology Review, 20 (2), 1994, p.  (...)
  • 63 Selon les termes de C. Haberman, « Israel hunts antiquities, angering Arabs », New York Times, 15 n (...)

21Tout aussi important était le lien, établi de façon de plus en plus consciente, entre l’étude de la culture matérielle et les revendications politiques modernes sur la souveraineté du territoire palestinien arabe. Une tentative (avec une dimension archéologique, au moins en partie) pour dresser une liste systématique de la localisation et de la nature des villages arabes détruits après 1948 à l’intérieur des frontières de l’État d’Israël fut conçue par son instigateur comme un important travail d’érudition qui possédait aussi « une pertinence actuelle dans la recherche d’une solution honorable et paisible à ce conflit vieux d’un siècle61 ». Ainsi, des amas de murs de pierre écroulés et des fondations de maisons à nu qu’on avait longtemps dédaignés prirent une importance politique croissante, aussi bien comme données archéologiques que comme incarnations physiques de l’histoire nationale. À un niveau plus pratique et légal, les négociations de 1993 entre Israël et l’autorité palestinienne nouvellement constituée aboutirent à un débat féroce sur l’avenir des sites archéologiques dans les zones d’où les Israéliens étaient disposés à se retirer62. Des sites antiques, particulièrement dans le district de Jéricho, devinrent une cause célèbre importante, même si elle fut de courte durée. Le fait que les sites ou les objets en question – des manuscrits hébreux et araméens ou les palais d’hiver d’Hérode, par exemple – puissent être reliés de manière significative à l’histoire du peuple palestinien était moins important que l’opinion de toutes les nations modernes selon laquelle le contrôle des antiquités dans un territoire était une prérogative inaliénable de souveraineté63. Ainsi, comme cela avait été le cas en de nombreuses autres nations, la conscience palestinienne évolua vers une reconnaissance de la valeur et de l’importance des monuments archéologiques non religieux ; et cette conscience prit véritablement son essor avec l’émergence des institutions de l’État-nation et de ses prérogatives.

Disneyland en Terre sainte

  • 64 A. Rabinovich, « Inside the Israel Antiquities Authority », Biblical Archaeology Review, 20 (2), 19 (...)
  • 65 Passant de deux millions de dollars à vingt-deux millions de dollars, selon Rabinovich, ibid., p. 4 (...)

22Depuis la fin du xxe siècle, il est possible de discerner un nouvel élément important pour la construction du passé sur le territoire d’Israël. Alors que des images idéologiques conflictuelles du patrimoine national et de l’héritage territorial continuent à façonner les représentations traditionnelles et les interprétations populaires, une conscience instrumentale (on pourrait même dire « post-idéologique ») a une influence croissante sur l’attribution de moyens aux archéologues. Avec la réorganisation du département israélien des Antiquités, au printemps 1990, comme un Service des antiquités indépendant, placé sous la direction d’un directeur énergique ayant les moyens statutaires de gérer en toute indépendance certains revenus et de développer son dispositif administratif et professionnel64, la part gouvernementale des activités archéologiques a atteint un niveau jamais égalé. Entre 1990 et 1994, le nombre des employés travaillant à temps plein dans ce service a quadruplé et son budget annuel effectif a décuplé65. En s’alliant activement avec d’autres institutions gouvernementales telles que le ministère du Tourisme et le ministère du Travail, le Service des antiquités s’est lancé dans un programme ambitieux de fouilles à grande échelle dans le pays, notamment avec des projets très visibles, destinés au tourisme, dans les vastes sites gréco-romains de Beit She’an, Césarée et Banias.

  • 66 H. Shanks, « Glorious Beth Shean », Biblical Archaeology Review, 16 (4), 1990, p. 16-31, sp. p. 18.
  • 67 N. A. Silberman, A prophet from amongst you…
  • 68 Pour un processus similaire d’incorporation présentant l’histoire « officielle » des États-Unis, vo (...)

23En contraste avec les petites opérations de restauration et les projets personnels des directeurs et des directeurs-adjoints précédents d’un département des Antiquités passif et de taille réduite, ces nouvelles entreprises archéologiques visent à répondre à des problèmes économiques et sociaux modernes (à côté de questions purement universitaires, ou peut-être indépendamment de celles-ci). Dans le cas de Beit She’an en particulier, les problèmes du chômage et l’intérêt de développer une industrie touristique locale furent des facteurs importants et sans doute décisifs dans l’organisation initiale des fouilles66. Ces objectifs étaient certes présents dans les fouilles antérieures entreprises par Israël. Lors des premières fouilles de Yadin dans les années 1950, on avait employé une main-d’œuvre constituée principalement d’immigrants nouvellement arrivés en Israël, qu’on avait installés à Rosh Pinna ; et les fouilles de Massada dans les années 1960 aboutirent à la création d’un des sites touristiques les plus visités67. Mais, jusqu’à ces développements récents, ces facteurs étaient tous secondaires eu égard à l’objectif principal de l’entreprise, qui était en général la sélection de sites pour les connaissances qu’ils pouvaient apporter sur des problèmes historiques précis ou leur intégration dans le Service des parcs nationaux d’Israël, qui par son ampleur fournit un récit matériel de l’histoire du peuple d’Israël et de l’avènement de l’État d’Israël68.

  • 69 Cf. N. A. Silberman, « The battle that Disney should have won », Lingua franca, 5 (1), 1994, p. 24- (...)

24Les nouveaux grands projets demeurent bizarrement en dehors des récits archéologiques traditionnels sur le territoire d’Israël (et pour une large part ils n’y sont pas rattachés). Ils manifestent par ailleurs – fait unique – une admiration, dépourvue de sentiment national, envers l’architecture classique, la technologie antique et la vie urbaine. Tandis que les vastes sites gréco-romains, en cours d’aménagements touristiques, comportent dans leurs histoires des épisodes peu plaisants de despotisme impérial (Césarée), de paganisme hérodien (Banias) et de massacres collectifs de citoyens juifs innocents (Césarée et Beit She’an), ces histoires ont en général été passées sous silence – ou en tout cas n’ont pas été mises en avant pour justifier la décision de faire de ces sites des lieux de commémoration. Le choix de projets archéologiques dans les cités gréco-romaines relève d’une tendance internationale à l’exploitation de ruines archéologiques monumentales comme lieux de loisirs rentables. Les visiteurs découvrent des panoramas ou prennent plaisir à des expériences « interactives », qui découlent de ce choix et qui importent plus que des récits édifiants ou suggestifs69.

  • 70 Pour une étude représentative, voir W. Leon & R. Rosenzweig, History museums in the United States…  (...)

25Alors que, au niveau international, s’amenuisaient les financements des projets universitaires et culturels, et que, de manière générale, diminuaient budget et effectifs, les autorités archéologiques (de même que les protecteurs des merveilles de la nature et des paysages idylliques) ont été toujours plus contraintes de solliciter des sources de financement indépendantes. Des stratégies d’exploitation économique des sites archéologiques se sont multipliées, notamment en rapport avec la « Liste du patrimoine international » de la Banque mondiale qui, depuis les années 1980, est sollicitée partout dans le monde, et depuis que cette même Banque mondiale, toujours au cours des années 1980, a décrété que certains sites archéologiques importants constituaient des moteurs de projets de développement. Cette forme de planification économique est déjà familière aux États-Unis et en Europe, où les Services nationaux des antiquités, souvent en collaboration avec des entreprises privées, ont développé des réseaux complexes de loisirs pour financer la construction d’attractions touristiques, de nouveaux pèlerinages destinés non pas aux pénitents, mais à des familles en vacances, à des tours organisés en cars climatisés, en voitures de location, ou en camping-cars70. Toutefois, le modelage du contenu de ces sites est un enjeu encore plus subtil et plus important que l’infrastructure ou la méthode de présentation du passé, puisque le succès ou l’échec de nombre de ces projets est évalué selon le nombre de visiteurs (et selon l’argent rapporté). Il faut donc prendre en compte les désirs et les attentes d’un public potentiel. Et dans une situation où les parts de marché et l’attraction d’un public sont devenues les motivations principales pour la planification des expositions archéologiques, seul le plus fou des organisateurs de parcs choisirait de mettre en avant les peines, les injustices, le racisme et les souffrances qui, tout en étant un aspect de l’histoire méritant d’être mentionné, et même souligné, ne produiraient sans doute pas l’effet escompté sur les vacanciers ou les agents touristiques qui organisent des itinéraires.

26Est-on encore loin d’un Roman World ou d’un Bible Land à la Walt Disney en Israël ou sous les auspices de l’Autorité palestinienne ? C’est une question qu’on est en droit de se poser. Quoi qu’il en soit, les professionnels qui conçoivent les parcs, les consultants en relations publiques, et les promoteurs touristiques jouent déjà un rôle important dans la constitution d’un paysage historique pour le territoire d’Israël. Comme ailleurs dans le monde, les archéologues se retrouvent de plus en plus souvent devant un choix délicat : devenir les complices consentants de projets de développement à buts économiques ou être regardés comme des obstacles au progrès et au développement. La transformation du prestige et du sens des sites archéologiques sur le territoire de la Bible a fait bien du chemin depuis le jour où le patriarche Abraham acheta la grotte de Machpelah. Pendant des siècles, nombre de ces sites furent investis d’un sens religieux ; à l’époque moderne, ils devinrent les objets d’attention du pouvoir lui-même. Toutefois, dans cette nouvelle ère de l’après-guerre froide, et dans ce monde post-idéologique d’investissements transnationaux et de consommation, il se pourrait que le public des touristes obtienne exactement le genre d’histoire qu’il souhaite voir. Et si les tendances actuelles se poursuivent, le résultat ne sera guère plus attirant moralement ou esthétiquement que les premiers exemples de chauvinisme archéologique, religieux ou nationaliste. Le passé fondé sur le profit tendra nécessairement à n’être qu’une triste parodie : des images de Ben-Hur et de Spartacus tirées de bandes dessinées populaires côtoieront des images plus anciennes de Josué, Umar Ibn al-Khattab et Eléazar ben-Yaïr. Et tragiquement, nous pourrions bien nous retrouver plus pauvres, et non plus riches, du fait que certains paysages historiques d’Israël, autrefois considérés comme sacrés et depuis transformés en images ordonnées de nation et de progrès, aient été transformés si facilement, pour faire du profit, en des parcs à thèmes du xxie siècle, désormais dé-historicisés.

Notes

1 B. G. Trigger, A history of archaeological thought, Cambridge, Cambridge University Press, 1989 ; T. C. Patterson, Toward a social history of archaeology in the United States, Fort Worth, Harcourt Brace, 1995 ; P. L. Kohl & C. Fawcett, eds, Nationalism, politics, and the practice of archaeology, Cambridge, Cambridge University Press, 1995.

2 Cf. par exemple, M. Landau, Narratives of human evolution, New Haven, Yale University Press, 1991 ; N. A. Silberman, « Promised lands and chosen peoples. The politics and poetics of archaeological narratives », in P. L. Kohl & C. Fawcett, eds, Nationalism, politics…, p. 249-262.

3 M. P. Leone, « Archaeology’s relationship to the present and the past », in R. A. Gould & M. A. Schiffer, eds, Modern material culture : the archaeology of us, New York, Academic Press, 1981 ; J. M. Gero, « Socio-politics and the woman-at-home ideology », American Antiquity, 50, 1985, p. 342-350 ; T. C. Patterson, « Development, ecology, and marginal utility in anthropology », Dialectical Anthropology, 15, 1987, p. 15-31.

4 Voir par exemple J. Blatti, ed., Past meets present. Essays about historic interpretation and public audiences, Washington, Smithsonian Institution Press, 1987 ; W. Leon & R. Rosenzweig, History museums in the United States. A critical assessment, Urbana, University of Illinois Press, 1989.

5 Comme le montrent R. G. Handsman et M. P. Leone, « Living history and critical archaeology in the reconstruction of the past », in V. Pinsky & A. Wylie, eds, Critical traditions in contemporary archaeology, Cambridge, Cambridge University Press, 1989.

6 Voir les articles in in P. L. Kohl & C. Fawcett, eds, Nationalism, politics…

7 B. G. Trigger, A history of archaeological thought.

8 B. Lewis, History : remembered, recovered, invented, New York, Simon & Schuster, 1975 ; K. Sklenar, Archaeology in Central Europe : the first 500 years, New York, St Martin’s Press, 1983 ; B. Anderson, Imagined communities : reflexions on the origins and spread of nationalism, Londres, Verso, 1983.

9 École ultra-diffusionniste du début du xxe siècle, cf. C. Renfrew, « Colonialism and megalithismus », Antiquity, 41, 1967, p. 276-288.

10 Voir par exemple E. Barkan, « Mobilizing scientists against nazi racism, 1933-1939 », in G. W. Stocking, ed., Bones, bodies, behavior, Madison, University of Wisconsin Press, 1988 ; N. A. Silberman, « Promised lands and chosen peoples… ».

11 D. Lowenthal, The past is a foreign country, Cambridge, Cambridge University Press, 1985 ; M. P. Leone, P. P. Potter & P. A. Shackel, « Towards a critical archaeology », Current Anthropology, 28, 1987, p. 283-302.

12 E. Hobsbawm, The age of extremes. A history of the world, 1914-1991, New York, Pantheon Books, 1994, chap. xiv [trad. fr. L’âge des extrêmes : le court xxe siècle, 1914-1991, Bruxelles, Complexes/Paris, Le Monde diplomatique, 1999].

13 E. D. Hunt, Holy Land pilgrimage in the later Roman Empire, AD 312-460, Oxford, Clarendon Press, 1982 ; R. L. Wilken, The land called holy : Palestine in Christian history and thought, New Haven, Yale University Press, 1992 ; J. E. Taylor, Christiana and the Holy Places. The myth of Jewish-Christian origins, Oxford, Oxford University Press, 1993.

14 B. Mazar, The mountain of the Lord, Garden City, Doubleday, 1975, p. 94, 257, 285.

15 A. A. Duri, « Jerusalem in the early Islamic period », in K. J. Asali, ed., Jerusalem in history, New York, Olive Branch, 1990.

16 R. Schick, « Christian life in Palestine during the early Islamic period », Biblical Archaeologist, 51, 1988, p. 218-221, 239-240.

17 R. Simon, « The struggle for the Christian Holy Places in Eretz-Israel in the Ottoman period, 1516-185 » (en hébreu), Cathedra, 17, 1980, p. 107-126.

18 Cf. M. I. Lowance, The language of Canaan. Metaphor and symbol in New England from the puritans to the transcendentalists, Cambridge, Harvard University Press, 1980.

19 N. A. Silberman, « Desolation and restoration. The impact of a biblical concept on Near Eastern archaeology », Biblical Archaeologist, 54, 1991, p. 76-87.

20 N. A. Silberman, Digging for God and country, New York, Knopf, 1982.

21 E. Robinson, Biblical researches in Palestine, Mount Sinaï, and Arabia Petraea. A journal of travels in the year 1838, Boston, Crocker & Brewster, 1841.

22 N. A. Silberman, Digging for God and country.

23 D’autres concernaient l’éducation, la santé, les missions, et le génie civil : voir par exemple D. Kushner, ed., Palestine in the late Ottoman period : political, social, and economic transformation, Jérusalem, Yad Izhak Ben-Zvi, 1986.

24 N. A. Silberman, Digging for God and country.

25 U. Ra’anan, Frontiers of a nation, Westport, Hyperion Press, 1976.

26 Selon l’expression typique qu’en donne R. A. S. Macalister, A history of civilization in Palestine, Cambridge, Cambridge University Press, 1912.

27 B. G. Trigger, « Alternative archaeologies : nationalist, colonialist, imperialist », Man, 19, 1984, p. 355-370.

28 N. A. Silberman, « Petrie and the founding fathers », in A. Biran & J. Aviram, eds, Biblical archaeology today, 1990, Jérusalem, Israel Exploration Society, 1993.

29 Government of Palestine, « Provisional schedule of historic sites and monuments », Official Gazette, 15 juin 1929.

30 Voir par exemple N. A. Silberman, « Visions of the future : Albright in Jerusalem, 1919-1929 », Biblical Archaeologist, 56, 1993, p. 8-16.

31 D. Rusof, Sha’arei Meiron (en hébreu), Jérusalem, Sha’arei Ziv Institute, 1992.

32 H. H. Ben-Sasson, « The image of Eretz-Israel in the view of Jews arriving there in the late Middle Ages », in M. Ma’oz, ed., Studies on Palestine during the Ottoman period, Jérusalem, Magnes Press, 1975 ; et J. Prawer, « The Hebrew itineraries of the crusader period » (en hébreu), Cathedra, 41, 1986, p. 65-90.

33 Y. Ben-Arieh, Jerusalem in the nineteenth century : the emergence of the new city, Jérusalem, Yad Izhak Ben-Zvi, 1986, p. 16-31 ; N. Shur, History of Safed (en hébreu), Tel Aviv, Dvir, 1983.

34 N. A. Silberman, Digging for God and country, p. 72, 184.

35 Y. Shavit, « “Truth shall spring out of the earth” : the development of Jewish popular interest in archaeology in Eretz-Israel » (en hébreu), Cathedra, 44, 1987, p. 27-54.

36 E. J. Hobsbawm & T. Ranger, The invention of tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 1983.

37 R. Elboim-Dror, Hebrew education in Eretz-Israel (en hébreu), Jérusalem, Yad Izhak Ben-Zvi, 1986.

38 R. Shenfeld, From king messiah to messiah of flesh and blood, Tel Aviv, Papyrus Publishing House, 1986.

39 A. Brawer, « From the early days of the Israel exploration society », in J. Aviram, ed., Western Galilee and the coast of Galilee, Jérusalem, Israel Exploration Society, 1965.

40 N. Silberman, A prophet from amongst you. The life of Yigael Yadin, Reading, Addison-Wesley, 1993, p. 19-27.

41 Y. Shavit, « “Truth shall spring out of the earth”… »

42 En particulier A. E. Glock, « Tradition and change in two archaeologies », American Antiquity, 50, 1985, p. 464-477, qui propose une bibliographie.

43 Cf. N. Grätz, « The war of independence. The conflict of models in Israeli culture » (en hébreu), Tsiyonut, Supplément 14, 1989, p. 9-50.

44 N. A. Silberman, A prophet from amongst you…, p. 230-231.

45 B. Morris, The birth of the Palestinian refugee problem, Cambridge, Cambridge University Press, 1987 ; A. Golan, « The transfer of abandoned rural lands to Jews during Israel’s war of independence » (en hébreu), Cathedra, 63, 1992, p. 122-154.

46 Cf. D. Lowenthal, The past is a foreign country, p. 35-73.

47 Par exemple M. Dayan, Living with the Bible, New York, William Morrow, 1978.

48 Cf. S. Bunimovitz, « How the mute stones speak », Biblical Archaeology Review, 21 (2), 1995, p. 58-67, 96-100.

49 En commençant avec W. G. Dever, « Two approaches to archaeological method – the architectural and the stratigraphic », Eretz-Israel, 11, 1973, p. 1-8.

50 Pour le cas célèbre des fouilles de la cité de David, voir Z. Meshi-Zahav & Y. Meshi-Zahav, eds, The slope of the Temple Mount : battle diary, Jérusalem, Meshi-Zahav, 1985.

51 T. Canaan, Mohammedan saints and sanctuaries in Palestine, Jérusalem, Palestine Oriental Society, 1927.

52 Cf. B. St Laurent, « The Dome of the Rock. Restorations and political implications, 1720 to the present », 1993, unpublished paper presented at the Annual meeting of the American schools of oriental research ; et B. St Laurent & A. Riedlmayer, « Restorations of Jerusalem and the Dome of the Rock and their political significance, 1537-1928 », Muqarnas, 10, 1993, p. 76-84.

53 S. J. Adler, « The Temple Mount in court », Biblical Archaeology Review, 17 (5), 1991, p. 60-68, 72.

54 M. Muslih, The origins of Palestinian nationalism, New York, Columbia University Press, 1988.

55 N. A. Silberman, « Visions of the future… ».

56 R. A. S. Macalister, R. A. S. Macalister, A history of civilization in Palestine, p. 121-129.

57 P. J. King, American archaeology in the Mideast, Philadelphie, American Schools of Oriental Research, 1983.

58 Ibid., p. 200.

59 Par exemple D. C. Baramki, The art and architecture of ancient Palestine, Beyrouth, Palestine Liberation Organization Research Center, 1969.

60 G. Ziadeh, « The present is our key to the past », Bir Zeit Research Review, 4, 1987, p. 40-65.

61 W. Khalidi, ed., All that remains : the Palestinian villages occupied and depopulated by Israel in 1948, Washington, Institute for Palestinian Studies, 1992, p. xxxiv.

62 Cf. H. Shanks, « Peace, politics, and archaeology », Biblical Archaeology Review, 20 (2), 1994, p. 50-57, 94.

63 Selon les termes de C. Haberman, « Israel hunts antiquities, angering Arabs », New York Times, 15 novembre 1993.

64 A. Rabinovich, « Inside the Israel Antiquities Authority », Biblical Archaeology Review, 20 (2), 1994, p. 40-45.

65 Passant de deux millions de dollars à vingt-deux millions de dollars, selon Rabinovich, ibid., p. 44.

66 H. Shanks, « Glorious Beth Shean », Biblical Archaeology Review, 16 (4), 1990, p. 16-31, sp. p. 18.

67 N. A. Silberman, A prophet from amongst you…

68 Pour un processus similaire d’incorporation présentant l’histoire « officielle » des États-Unis, voir J. Bodnar, Remaking America. Public memory, commemoration, and patriotism in the twentieth century, Princeton, Princeton University Press, 1992.

69 Cf. N. A. Silberman, « The battle that Disney should have won », Lingua franca, 5 (1), 1994, p. 24-28.

70 Pour une étude représentative, voir W. Leon & R. Rosenzweig, History museums in the United States… ; et J. Blatti, ed., Past meets present…

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search