Version classiqueVersion mobile

Les usages politiques du passé

 | 
François Hartog
, 
Jacques Revel

II

Deux nouvelles mises en scène de la nation allemande. Les expériences du Deutsches Historisches Museum (Berlin) et du Haus der Geschichte der Bundesrepublik Deutschland (Bonn)

Two new productions of the German nation. The experiences of the Deutsches Historisches Museum (Berlin) and the Haus der Geschichte der Bundesrepublik Deutschland (Bonn)

Michael Werner

Résumé

L’auteur tente de dresser le bilan, au terme d’une dizaine d’années d’existence, des deux musées d’histoire créés en Allemagne, la Maison de l’histoire de la République fédérale de Bonn et le Musée historique allemand de Berlin. Ayant pour mission de gérer deux dimensions différentes du rapport au passé, les deux institutions, conçues avant la chute du Mur, ont été confrontées à une actualité politique susceptible de modifier les projets initiaux et la répartition des tâches prévue au départ. Le texte s’efforce notamment de montrer, d’une part, les interactions entre les présupposés politiques, les débats ayant accompagné l’élaboration des projets et les options techniques retenues dans les deux cas, et, d’autre part, les infléchissements successifs provoqués par une actualité politique insoupçonnée.

Texte intégral

  • 1 Pour l’état des réflexions à ce sujet, cf. G. Korff, M. Roth, eds, Das historische Museum. Labor, S (...)

1Depuis toujours, les « musées d’histoire » – quelle que soit l’extension qu’on donne à ce terme1 – ont eu partie liée avec le politique. Du musée des Monuments français de Lenoir au musée de Versailles et au Mémorial de Caen, du Museum of Imperial War de Londres au Nordiska Musejet de Stockholm, les institutions de conservation des objets du passé national ont en général été investies d’une mission politique. On pourra, certes, objecter que tout musée public est porteur d’un projet politique au sens large. Ce fut le cas du British Museum, du musée du Louvre, du Altes Museum de Berlin. Mais ceux qui se définissent plus particulièrement par une perspective historique dominante – sur la nation, telle localité, telle époque, tel type d’activité, classe d’objets, etc. – répondent à des volontés ou à des relations d’ordre politique plus précises. Ils concrétisent l’idée d’une éducation par l’histoire tout comme celle de la protection et de la préservation des objets laissés par des populations diverses et susceptibles d’incarner la mémoire des groupes en question. Dans le cas des musées d’histoire qui prennent pour cadre la nation, l’investissement politique est particulièrement lourd. Selon la conception classique, un tel musée doit mettre en scène l’épopée de la nation, à travers les faits d’armes d’abord, les réalisations culturelles et techniques et les faits de civilisation ensuite. Au xixe siècle, les champs d’application de cette mission étaient souvent relativement indifférenciés. En outre, ils pouvaient varier fortement selon qu’il s’agissait d’une grande puissance européenne ou d’une « petite » nation en voie d’affirmation. Ces dernières ont été davantage portées, dès cette époque, vers les collections ethnographiques rassemblant les objets de la culture matérielle et les vestiges de la vie quotidienne. Par la suite, le champ de vision s’est à la fois élargi et uniformisé, suivant un concept d’histoire totale qui s’est progressivement imposé.

  • 2 Au titre de ces anticipations, on peut aussi citer l’acquisition par Daimler-Benz (été 1988) d’un i (...)

2L’histoire allemande récente offre un exemple particulièrement instructif de ces usages politiques : la création parallèle de deux musées d’histoire à vocation nationale, le Musée historique allemand (Deutsches Historisches Museum) de Berlin et la Maison de l’histoire de la République fédérale d’Allemagne (Haus der Geschichte der Bundesrepublik Deutschland) de Bonn. Les deux entreprises ont fait l’objet d’une discussion publique très animée qui a souvent versé dans la polémique. Dans l’opinion, elles ont été étroitement associées aux efforts du gouvernement Kohl visant à remédier au déclin présumé de la culture historique en Allemagne. Aujourd’hui, avec un recul de dix ans, il s’avère que les deux projets participent bien davantage du mouvement de nouvelle culture mémorielle dont relèvent, tout à la fois, les courants historiographiques de l’Alltagsgeschichte, des Geschichtswerkstätten (version allemande des History workshops) et la renaissance des Heimatmuseen, ces musées locaux et régionaux fondés pour la plupart au début du siècle. En même temps, les cartes ont connu une nouvelle donne avec l’avènement, totalement inattendu, de l’unification allemande. La façon dont la création des deux musées a pu anticiper sur ces événements ne laisse pas d’étonner2. Mais le contexte même de ces initiatives montre la particularité du rapport à l’histoire en Allemagne après 1945 et permet, tout comme leur réalisation progressive, d’illustrer les liens complexes qui unissent perspective historique et visée politique dans ce pays.

Quel rapport au passé après 1945 ?

3Il n’est pas inutile de rappeler à l’observateur d’aujourd’hui que la division politique consécutive à la fin de la Seconde Guerre mondiale a placé les Allemands dans une situation de gestion du passé bien particulière. En simplifiant, on dira que la RDA a cultivé un rapport actif à l’histoire qui consistait à voir dans la création d’un État communiste l’aboutissement logique des tendances profondes de l’évolution socio-économique. Dans cette perspective, on y mettait en avant les événements susceptibles d’illustrer la lutte des classes et les tentatives successives des Allemands pour se libérer du joug des aristocrates ou des capitalistes : la guerre des paysans au début du xvie siècle, les révolutions bourgeoises avortées, les divers soulèvements ouvriers entre 1846 et 1919, enfin la mise en place d’un régime socialiste à partir de 1946. Dans cette perspective, le régime nazi n’apparaît que comme l’épisode, certes violent, mais logique, d’une lutte de longue haleine, caractérisé par le fait que le grand capital avait fait alliance avec une idéologie fasciste particulièrement réactionnaire. Dans la confrontation avec l’Union soviétique, le socialisme avait montré sa supériorité et, parallèlement, les communistes avaient été les seuls résistants actifs en Allemagne.

4Cette vision de l’histoire allemande fut mise en scène dans un musée historique (Museum für Deutsche Geschichte) que la RDA avait installé en 1952 (puis réaménagé en 1981) dans l’ancien Arsenal prussien de Berlin (Zeughaus). Du côté de la RFA en revanche, les rapports à l’histoire nationale ont été contradictoires. À une période de gêne, sinon de silence total, pendant l’ère Adenauer, a succédé le « procès des pères » engagé par la génération de 1968. Ces deux phases ont ceci en commun qu’elles ont mis entre parenthèses la question nationale, si bien qu’on eut l’impression que la RFA était entrée dans une sorte d’ère post-nationale, dominée par le rattachement à l’Occident et l’intégration européenne. Cette éclipse du national ne fut bien sûr pas totale. Dans un certain nombre de secteurs, on a bien pu repérer des velléités de nationalisme. De même, le choc de la « catastrophe allemande » (Friedrich Meinecke) avait bien une ampleur nationale et attestait, de fait, la permanence des catégories nationales. Mais le sentiment de rupture était tellement général que la nation ne semblait plus offrir le cadre adéquat pour construire un rapport plausible entre passé, présent et avenir.

  • 3 Rappelons que tout citoyen de RDA réfugié à l’Ouest avait, au même titre que tout descendant de « s (...)

5Deux mouvements à la fois parallèles et contradictoires peuvent cependant être observés. D’une part, la ligne politique des gouvernements successifs, conservateurs ou socialistes, avait progressivement conduit à accepter la division politique de l’Allemagne en plusieurs États, tout en insistant sur l’unité et l’indivisibilité de la nation. Progressivement, l’affirmation de cette unité paraissait cependant de plus en plus artificielle, même si elle était, en effet, soutenue par une politique de nationalité spécifique3. D’autre part, le « patriotisme de la Constitution », selon l’expression de Habermas, qui s’est développé à partir des années 1970, voyait dans la RFA le premier État démocratique durable de l’histoire allemande, fondé sur des institutions solides et soutenu par une adhésion populaire générale. Dans une vision minimaliste, on peut voir dans cette attitude la traduction politique de l’expérience réussie de la reconstruction économique qui avait apporté aux Allemands de l’Ouest l’aisance matérielle et un début de réhabilitation morale. Mais en même temps, le caractère universel des valeurs sur lesquelles se fondait la Constitution fédérale devait conférer à la république de Bonn qui, au départ, était conçue comme une construction provisoire, une stabilité insoupçonnée.

6Cela dit, l’intensité des débats historiographiques qui ont périodiquement agité les milieux intellectuels et politiques en RFA montre que la clef des deux constructions résidait bien dans la place qu’on accordait, dans l’histoire allemande, à la période national-socialiste. Pour les uns, celle-ci représentait un épisode particulièrement dramatique, qui ne pouvait cependant pas affecter durablement l’idée d’un État-nation allemand. Elle était perçue comme une aberration, regrettable certes, voire horrible. Mais cette aberration était pensée par rapport à une norme qui continuait d’exister. Pour les autres, elle constituait la fin logique d’un développement qui avait voulu instituer l’Allemagne comme un État-nation au centre de l’Europe. Ceux-ci soutenaient que l’Allemagne unifiée créée par Bismarck n’avait duré que soixante-quinze ans et que le retour vers une réalité pluri-étatique correspondait aux tendances profondes de l’histoire allemande. Cette vision, qui se rattachait volontiers à une conception post-nationale de l’Europe en voie de construction, était par ailleurs souvent associée à un argument d’ordre moral : collectivement responsables des exactions nazies, les Allemands avaient perdu le droit de vivre dans un État national. Tout comme l’expulsion, en 1945-1946, de douze millions d’Allemands des territoires rattachés à la Pologne et à l’Union soviétique, la fin de l’unité allemande pouvait être interprétée comme une punition collective infligée aux Allemands pour avoir commis des crimes sans précédent dans l’histoire de l’Europe.

7Le caractère ambivalent des deux types d’argumentaires est manifeste. Les tenants de la continuité nationale devaient minimiser l’ampleur de la catastrophe nazie. Dans la mesure où, le plus souvent, ils étaient des partisans actifs de l’intégration européenne et de l’ancrage de l’Allemagne dans l’alliance occidentale, ils étaient obligés de mettre entre parenthèses les espoirs de réunification. Ils devaient enfin gérer les ambiguïtés du discours des partenaires occidentaux sur l’unité allemande, ambiguïtés qui sont apparues au grand jour après la chute du Mur. Car ceux-ci, tout en se déclarant favorables au principe d’auto-détermination, ont montré de fortes réserves face à la reconstitution d’un État national allemand. D’autre part, la thèse de la punition collective avancée par les tenants de la rupture post-nationale révèle, de toute évidence, la persistance d’un cadre de réflexion national. En même temps, elle prolonge, en l’inversant, l’idée d’un Sonderweg, d’une voie spécifique du développement historique allemand. Contrairement aux nations de l’Europe de l’Ouest, qui avaient pourtant, pendant deux siècles, servi de modèle, l’Allemagne aurait, finalement, mieux fait de renoncer à l’établissement d’un État national et de dissocier nation politique et nation culturelle. Ses traditions fédérales ne pourraient-elles, de leur côté, inspirer la construction européenne ?

Deux projets complémentaires

  • 4 Il est caractéristique du mélange des questions idéologiques et pratiques qui a entouré cette affai (...)
  • 5 H. Boockmann, E. Jäckel, H. Schulze, M. Stürmer, « Memorandum pour un Musée historique allemand à B (...)
  • 6 Le détail de ces débats est documenté de façon exhaustive in C. Stölzl, ibid.

8Vers le milieu des années 1980, ces débats sont entrés dans une phase qui a fait intervenir, outre les historiens, différents acteurs politiques. Regrettant une « perte » du sens de l’histoire, notamment chez les jeunes, le Sénat de Berlin, sous l’égide du maire Richard von Weizsäcker, futur président de la RFA, chargea une commission d’historiens de réfléchir à la conception d’un musée qui pourrait prolonger le succès de l’exposition sur la Prusse organisée en 1981 au Martin-Gropius-Bau nouvellement restauré4. L’existence d’un musée historique à Berlin-Est constituait, par ailleurs, un argument de poids souvent mis en avant. Dans leur pré-rapport, les historiens constataient chez leurs concitoyens une « incertitude croissante concernant la définition de la place de l’Allemagne dans l’histoire récente et, consécutivement, une quête visant à assurer une identité politique et sociale ». Cette quête devait passer par un « dialogue avec le passé » incluant aussi bien « grandeur que traumatisme, à la fois Weimar et Auschwitz5 ». Dès cette époque, on peut constater une certaine ambiguïté de l’argumentaire : les partisans du projet insistaient à la fois sur le manque de sens historique, la « perte d’histoire » qui menaçait les générations nouvelles et sur la « demande d’histoire » croissante qui s’était manifestée dans différentes expositions historiques et justifiait la création d’un musée permanent. Face à eux, on a vu alors se former une coalition d’adversaires du projet qui comprenait des Verts hostiles au retour d’un questionnement national, des sociaux-démocrates berlinois soucieux d’autonomie locale, des intellectuels de gauche méfiant à l’égard d’une initiative qui mettait en avant la centralité de la capitale du Reich pour l’histoire allemande. Enfin on a assisté à un débat technique entre deux conceptions : l’une qui se proposait de construire un vrai musée de l’histoire avec une exposition permanente fondée sur une collection propre, et l’autre qui voulait aménager une Maison de l’histoire servant simplement de lieu d’accueil pour de grandes expositions temporaires6.

  • 7 Déclaration gouvernementale du 13 octobre 1982, reproduite ibid., p. 128.
  • 8 Déclaration du 4 mai 1983, ibid.
  • 9 E. François, « Naissance d’une nation. Le Musée historique allemand de Berlin », Vingtième Siècle, (...)

9Parallèlement, le cours du projet fut infléchi par l’entrée en scène du gouvernement fédéral. Dès sa déclaration de politique générale d’octobre 1982, le chancelier Kohl, lui-même auteur d’une thèse d’histoire, avait fait part de son intention de mener une politique favorable à la préservation d’une culture historique en Allemagne. « Le gouvernement fédéral s’emploiera », déclara-t-il, « à ce que la capitale fédérale, Bonn, voie naître une collection relative à l’histoire allemande depuis 1945 consacrée à l’histoire de notre État et à la nation divisée7 ». En mai 1983, il annonça le second volet : le gouvernement fédéral se proposait d’aider à la réalisation d’un musée historique à Berlin qui embrasserait l’ensemble de l’histoire allemande8. Dès lors, les deux projets seront poursuivis de façon parallèle. En même temps, ils seront associés à l’idée d’une initiative politique émanant du gouvernement fédéral conservateur, même si on a pu montrer par la suite qu’ils avaient déjà été esquissés sous les gouvernements sociaux-démocrates9. L’affaire a été passablement compliquée par le fait qu’en Allemagne fédérale, le domaine de la culture est du ressort des Länder. C’est seulement de façon exceptionnelle que le gouvernement fédéral peut y intervenir.

  • 10 Le groupe chargé de la conception du projet a été composé de Lothar Gall, Klaus Hildebrand, Horst M (...)

10Les discussions très nombreuses et controversées qui ont accompagné la création des deux musées constituent une sorte de cas d’école pour les interactions entre débat public et parlementaire, formation de l’opinion, jeux d’oppositions politiques plus ou moins manifestes, intervention d’experts de tous bords et, enfin, processus de prise de décision au niveau des gouvernements régional et fédéral. Il est intéressant d’observer que le projet berlinois a bien plus mobilisé l’attention que son pendant rhénan. C’est lui qui a cristallisé, au moment de la controverse des historiens, les critiques d’une large part de l’opinion, notamment intellectuelle de gauche. N’y avait-il pas là une tentative insidieuse de renouer avec l’idée d’une continuité nationale, au-delà du traumatisme national-socialiste ? Voulait-on réveiller les démons de l’histoire, à deux pas non seulement du Mur, mais aussi de l’ancien siège de la Gestapo, où avaient été torturés les adversaires du régime ? Les défenseurs du projet avaient beau affirmer qu’il s’agissait de mettre en scène un rapport critique, interrogatif à l’histoire nationale, de faire apparaître les crises et les ruptures : dans la mesure où il était lié à une problématique identitaire, le projet continuait à être apparenté à une entreprise de médication pour une nation allemande en mal de repères. En revanche, le projet de Bonn avait d’emblée été porté par une volonté politique plus consensuelle. Personne ne voulait ouvertement contester une entreprise censée documenter la voie démocratique de l’Allemagne fédérale. Les objections ont porté sur la primauté accordée, dans la première conception élaborée par un groupe d’historiens, à l’histoire politique. Par la suite, l’histoire économique et sociale ainsi que l’histoire des mentalités et des pratiques quotidiennes ont davantage été prises en compte. Mais curieusement, le fait que la définition et la mise en œuvre du projet aient été confiées à un petit groupe proche du gouvernement chrétien-libéral n’a jamais fait l’objet d’une véritable contestation politique10. Tout s’est passé comme si les joutes berlinoises avaient éclipsé les enjeux politiques, nettement plus partisans, du projet de Bonn. En revanche, le comité de seize personnes chargé, en 1985, de la conception du musée de Berlin était davantage ouvert aux différentes sensibilités politiques et à un éventail assez large de « chapelles » historiennes. Ces distributions étaient proportionnées aux difficultés entraînées par deux missions politiques différentes.

« Missions » politiques et muséologiques

  • 11 Cf. le résumé donné par S. von Köckritz, directeur des affaires culturelles au ministère de l’Intér (...)
  • 12 Après avoir été créé, en mars 1986, comme fondation sous tutelle, le Haus der Geschichte a, en vert (...)

11Le musée de Bonn semblait avoir une tâche bien circonscrite et, donc, plutôt facile à mettre en œuvre : montrer l’histoire de la République fédérale à partir de 1945 en insistant à la fois sur les traditions libérales, démocratiques et fédérales de l’histoire allemande ainsi que sur l’ancrage définitif à l’Ouest (Westorientierung) de l’Allemagne démocratique11. Cette mission impliquait également de ne pas passer sous silence ce qu’on appela pudiquement les « hypothèques », le Troisième Reich et la nation divisée. Mais en se donnant délibérément pour objet une success-story à laquelle il fallait, d’une part, conférer une certaine profondeur historique et qu’il convenait, d’autre part, d’enrichir de l’épaisseur du vécu historique, les responsables du projet se sont engagés dans une conception didactique qu’on retrouvera au niveau de la présentation concrète. Pour la mise en œuvre institutionnelle, on choisit la forme d’une fondation entièrement financée par le gouvernement fédéral12. La structure d’organisation associe, outre le conseil d’administration (Kuratorium) et le comité scientifique d’usage, un conseil de représentants de la vie civile (Arbeitskreisgesellschaftlicher Gruppen) où sont représentés les syndicats, le patronat, les Églises, les mouvements civiques, etc. Chaque projet majeur, chaque initiative, doit recueillir l’assentiment de ce conseil, qui possède donc, à côté du comité scientifique, un pouvoir de contrôle effectif.

  • 13 L’exposition a été inaugurée à l’occasion du centenaire de la fondation du Reich, le 21 mars 1971. (...)
  • 14 La possibilité, un moment évoquée, de clore l’éventail chronologique par l’année 1945, en laissant (...)
  • 15 Le texte complet est publié in C. Stölzl, Deutsches Historisches Museum… Il a fait l’objet d’une an (...)

12Le musée de Berlin était conçu sur d’autres bases. Poursuivant l’ancienne exposition intitulée « Questions à l’histoire allemande » (Fragen an die deutsche Geschichte) installée au Reichstag depuis 197113, il envisageait un questionnement le plus large possible des thèmes relatifs à l’histoire allemande, depuis les origines jusqu’à l’actualité immédiate14. Après une première phase, où certains experts avaient proposé de mettre l’accent sur la période qui va du xviiie au xxe siècle – ce qui, du coup, aurait conduit à privilégier l’avènement de la nation –, l’histoire allemande a été finalement prise au sens large. Pendant les années 1986-1987, la conception élaborée par le comité scientifique a été largement débattue et amendée15. Elle prévoit notamment : de tenir compte de la pluralité des représentations historiques concurrentes ; d’inscrire l’histoire allemande dans un cadre européen, en insistant sur les relations avec les voisins et sur les limites toujours floues de l’espace allemand ; de faire éclater les continuités linéaires et les visions téléologiques en accentuant les ruptures, les évolutions concurrentes ; de donner une place particulière aux périodes « critiques » autour de 1500, de 1800, de 1917-1918, de 1933 et de 1945 ; d’ouvrir la perspective à l’ensemble des approches historiographiques.

13Institutionnellement, le musée de Berlin (DHM) a été créé le 28 juillet 1987 sous la forme d’une SARL (GmbH) dont les deux commanditaires sont à part égale la République fédérale et le Land de Berlin. Cette formule, présentée à l’époque comme cadre provisoire en attendant la transformation du musée en établissement culturel soutenu par l’ensemble des Länder, est toujours en vigueur. Et dans la mesure où les Länder ne peuvent ou ne veulent pas participer au financement, le statut n’est pas près de changer. Le budget est entièrement à la charge du gouvernement fédéral. La direction du musée est contrôlée par un conseil de surveillance de quatorze personnalités, nommées à part égale par la République fédérale et par le Land de Berlin (qui délègue cependant quatre sièges aux représentants des autres Länder). Lors d’une cérémonie solennelle en octobre 1987, le musée a été présenté comme le « cadeau d’anniversaire » du gouvernement fédéral à la ville de Berlin qui fêtait ses 750 ans. En préambule au contrat fondateur, on a fixé les attendus politiques du projet, usant, pour une fois et de façon presque prémonitoire, des formules fortes :

  • 16 Contrat du 28 octobre 1987 portant sur la création du Musée historique allemand, reproduit in C. St (...)

« Sachant que les peuples ne peuvent vivre qu’avec leur histoire et que son histoire commune, avec ses hauts et ses bas, est pour le peuple allemand une des conditions de son existence ; souhaitant affermir et approfondir dans notre peuple la conscience de l’histoire allemande commune, en même temps que portés par la volonté de préserver l’unité nationale du peuple allemand et de recouvrer l’unité de l’Allemagne par la libre autodétermination du peuple allemand ; cherchant à transmettre à la jeune génération une connaissance étendue de l’histoire allemande et à l’inciter à se poser des questions à propos de cette histoire ; espérant pouvoir donner aux visiteurs étrangers des informations sur l’histoire allemande et ses liens avec l’Europe ; souhaitant continuer de donner à Berlin la capacité de remplir ses missions en tant que capitale d’une Allemagne unifiée16… »

  • 17 Il s’agit de la pose d’une pierre, à l’emplacement prévu pour la construction, portant l’inscriptio (...)

14Au moment symbolique du lancement officiel du projet17, la vocation nationale de l’entreprise était clairement désignée. Après avoir passé toutes les étapes d’une délibération pluraliste et d’une prise de décision démocratique, le projet se trouvait mis en conformité avec la position officielle du gouvernement fédéral au sujet de l’unité allemande. Du coup, les visées politiques se faisaient clairement jour, sous une forme juridiquement forte. Au terme d’un processus de consolidation long de plusieurs années, les autorités de l’État fédéral, légitimées par une décision du Parlement, remettaient les pendules politiques à l’heure. Anticipant sur la politique énergique d’unification nationale engagée par le gouvernement fédéral après la chute du Mur, le chancelier Kohl avait affirmé que sa vision de l’histoire allemande comportait un objectif, dont la réalisation pouvait paraître, certes, lointaine et théorique, mais qui n’en restait pas moins inébranlable : recouvrer l’unité de la nation dans le cadre d’une Europe démocratique.

L’intrusion de l’histoire vivante

15En 1987, les deux projets sont donc entrés dans leur phase de réalisation concrète. Les concours d’architecture sont organisés, non seulement pour Bonn, mais aussi pour Berlin, où on avait renoncé à l’installation dans le Martin-Gropius-Bau et choisi, à l’initiative du chancelier Kohl, un emplacement situé en face du Reichstag, lieu hautement symbolique, près de la porte de Brandebourg. Mais la chute du Mur et la réalisation de l’unité bousculeront considérablement les données. D’abord sur le plan de la conception. Le musée de Bonn, dont les travaux avaient commencé en automne 1989, s’est progressivement trouvé en décalage par rapport au contexte politique qui lui avait donné naissance. On s’est vite habitué à l’idée qu’une page avait été tournée et que la république de Bonn allait inexorablement, à son tour, devenir « de l’histoire ». En juillet 1991, le Bundestag décida, par une faible majorité, de transférer le siège du gouvernement à Berlin : la Maison de l’histoire, qui avait été installée, à bon escient, à proximité immédiate du quartier des ministères de la capitale rhénane, allait donc se trouver rattachée à une période révolue de l’histoire – quand bien même elle continuerait à documenter l’actualité immédiate de l’Allemagne.

  • 18 Une des conditions du transfert avait été que le musée « ouest-allemand » allait reprendre la très (...)
  • 19 Quatre cent mille objets rassemblés du temps de la RDA ainsi que quatre mille objets venant de l’an (...)

16Les transformations de l’espace politique et urbain de Berlin sont plus considérables encore. En août 1990, quelques semaines avant l’unification officielle, le dernier gouvernement de la RDA transfère au Musée historique allemand à la fois le bâtiment et les collections du Musée d’histoire de Berlin-Est18 – ce qui va conduire à l’abandon du projet de construction en face du Reichstag. Du coup, le Musée historique hérite d’une riche collection19 – certes constituée sous d’autres auspices – et d’un bâtiment – en mauvais état – à l’adresse prestigieuse Unter den Linden. La symbolique de l’ancien emplacement – la tension entre le Reichstag et le Mur qui marque la division de l’Allemagne – est remplacée par celle de l’avenue principale d’une ville en voie de redevenir la capitale d’un État-nation allemand. Autre coïncidence, elle aussi hautement symbolique : depuis plusieurs années, le musée avait préparé, pour le centenaire du renvoi de Bismarck par Guillaume II, en 1890, une grande exposition consacrée au fondateur du Reich. Conçue dans un esprit plutôt critique, celle-ci devait voir le jour dans un contexte totalement inattendu, en août 1990, au moment des négociations ultimes sur l’unification. Par ailleurs, la prise de possession de l’Arsenal devait profondément modifier le programme de travail, les thèmes et le calendrier des expositions temporaires, et jusqu’à la conception de l’exposition permanente enfin.

La muséographie : conceptions et réalités

  • 20 Voir la profession de foi de H. Schäfer in Haus der Geschichte der Bundesrepublik Deutschland, ed., (...)

17En dépit de leur parenté, les deux musées représentent, de fait, deux conceptions muséographiques quasi opposées. Celui de Bonn est construit autour d’un projet didactique, à l’appui duquel devaient être mobilisés tous les concours possibles de l’architecture moderne et des techniques médiatiques contemporaines. L’immeuble clair et transparent, conçu par Hartmut et Ingeborg Rüdiger, est implanté le long de l’axe central de Bonn (Adenauerallee), où il dispose d’une entrée de métro directe. Visant un public « moyen » qui, d’ordinaire, ne trouve pas le chemin des musées20, il joue sur tous les registres de la séduction. Ouvert le 14 juin 1994, il propose une exposition permanente sur 4 000 m2 organisée selon une structure qui se voudrait claire tout en rendant possible des approches et des temps de visite différenciés. Intitulée Erlebnis Geschichte (histoire en tant qu’expérience vivante), elle met en scène l’histoire de la RFA en cinq blocs chronologiques. Mélangeant objets, reconstructions scéniques, documents (écrits, visuels) et présentations audiovisuelles, elle voudrait capter l’attention des visiteurs en faisant allusion à leur vécu personnel. Différents niveaux d’approche, matérialisés sur une échelle verticale, sont proposés. Un premier niveau rassemble quelques grands objets ou des compositions spectaculaires. Pour l’époque de l’immédiat après-guerre, on présente sur les étagères originales le gigantesque fichier de recherche de la Croix-Rouge établi pour recueillir des informations sur des personnes disparues, chassées, emprisonnées, déplacées, retrouvées. On y voit également le fuselage, rempli de caisses et de paquets, d’un « bombardier de raisins secs » (appellation populaire des avions américains assurant le ravitaillement de Berlin pendant le blocus). La période de la reconstruction est par exemple symbolisée par un échafaudage entourant un édifice en gros œuvre, la Mercedes 300 d’Adenauer, une petite salle de cinéma, quelques photos géantes. Le deuxième niveau présente les principales pièces d’exposition avec leurs textes d’explication, dans un mélange subtil d’objets de la vie quotidienne et de pièces et documents qui se rattachent à l’histoire politique. Le troisième comporte les bornes et stations médiatiques interactives ainsi que des textes, documents et objets permettant d’approfondir des thèmes spécifiques. Il est associé à des petites scènes reconstituées, censées reproduire l’ambiance particulière de tel ou tel espace vécu. Souvent, des objets sont associés à de grandes photos murales qui constituent le décor tout en créant une illusion d’espace. Les niveaux sont reliés par des rampes et des escaliers qui matérialisent des transitions thématiques, des associations et connexions visuelles. En variant les échelles, ces passages permettent donc de croiser des linéarités et de rompre les temporalités propres au récit de chaque niveau. Chacune des cinq grandes salles déploie une conception d’ensemble qui utilise un système de couleurs et de composantes architecturales créant un paysage à la fois varié et cohérent. En tout, près de sept mille objets sont exposés.

18Malgré tout, l’histoire politique demeure au centre. Les élections fédérales scandent le déroulement des événements et fournissent les principales césures. Les grandes divisions de l’exposition suivent les changements de gouvernement. L’ensemble est dominé par la mise en valeur de deux orientations profondes qui ont marqué cette politique : la dimension chrétienne-démocrate incarnée par Adenauer, d’une part, qui, assisté par Ludwig Ehrhard, a résolument joué les cartes de la reconstruction économique et de la réconciliation avec les alliés occidentaux, quitte à s’accommoder, dans les faits, de la division allemande ; la dimension occidentale ou, plus précisément, germano-américaine d’autre part, qui insiste sur le rôle prépondérant des Américains dans la consolidation politique de l’Allemagne fédérale. Rien ne symbolise mieux l’attachement ouest-allemand au bouclier militaire et politique américain que la place accordée à ce petit bout de papier sur lequel Kennedy avait griffonné, en notation phonétique, la fameuse phrase prononcée en « allemand » à Berlin, le 23 juin 1963 : « Ish bin ein Bearliner ». À côté de ces deux tendances principales, d’autres facteurs comme la réconciliation franco-allemande (à laquelle le musée consacrera cependant une exposition temporaire), l’ouverture à l’Est engagée par Willy Brandt ou encore les crises provoquées par le terrorisme de la « Fraction Armée Rouge » restent au second plan.

  • 21 Dans la mesure où il n’était pas possible d’intégrer l’histoire de la RDA dans ce scénario, il a ét (...)

19La chute du Mur a bien sûr bousculé les données de la dernière période présentée dans l’exposition et conduit à introduire quelques modifications dans le plan initial de l’exposition. Ces changements restent cependant limités. Ils concernent plus la crise de la RDA et le processus d’unification que ses suites et difficultés. L’histoire mise en scène à travers l’exposition est arrivée à son terme21. On invite, certes, le visiteur, à travers une production vidéo intitulée « L’avenir est entre nos mains », à réfléchir sur les grandes questions du futur. Mais les thèmes abordés (environnement, croissance de la population mondiale, alimentation, mondialisation, etc.) n’ont plus que peu de choses en commun avec les parcours proposés dans l’exposition. Ceux-ci avaient insisté sur un processus de démocratisation réussi et consacré, en quelque sorte, par l’avènement (ou le retour) de l’unité allemande. Le second terme de l’évolution présentée est l’intégration de l’Allemagne dans une construction européenne de plus en plus solide. La disparition – planifiée, mais pas encore réalisée au moment de l’exposition – du Deutschmark, au profit d’une monnaie européenne, symbolise cette autre fin. L’histoire de la république de Bonn est donc à la fois celle d’une Allemagne retrouvée et celle d’une Allemagne dissoute dans un ensemble européen.

20Du point de vue de la présentation, cette vision a conduit à produire des séquences qui possèdent à la fois des vertus didactiques et, à l’occasion, une certaine charge émotionnelle. Fondamentalement, il s’agit de raconter une histoire, dans toute sa complexité, certes, avec ses questions restées ouvertes, mais en suivant un scénario préétabli qu’il convient d’illustrer par des objets, des reconstitutions, des séquences, etc. Dans cette optique, il est permis, à défaut d’original, d’avoir recours à des copies, voire à du faux ancien. Certaines pièces de l’exposition, il est vrai fort rares, ont en effet été fabriquées après coup. Seule une formulation anodine de la légende permet à l’observateur averti de voir qu’il ne s’agit pas d’un original. Ce qui compte, c’est l’effet produit sur le visiteur. La logique de l’Erlebnis prime sur celle de l’authenticité, la mise en scène de l’exposition, qui cherche à illustrer son propos, l’emporte sur la cohérence propre du musée fondée sur la notion de pièce originale.

  • 22 Stiftung Haus der Geschichte der Bundesrepublik Deutschland, ed., Tätigkeitsbericht 1997-1998, Bonn (...)
  • 23 Ces visiteurs représentent environ 20 % du total (ibid., p. 86).

21Le succès de la Maison de Bonn a été et reste toujours considérable. En 1995, elle obtient le prix de musée du Conseil de l’Europe. En 1996, l’Assemblée parlementaire recommande au Conseil des ministres d’encourager la création de musées d’histoire selon le modèle de Bonn. Le nombre annuel de visiteurs se situe autour de 600 00022. Parmi ceux-ci figurent de nombreuses classes scolaires. L’afflux de visiteurs est facilité par une disposition du Bundestag qui permet à chaque député de faire venir chaque année, aux frais du Parlement, un certain contingent de groupes scolaires et de citoyens23. On ignore à l’heure actuelle si cette disposition va survivre au déménagement du Bundestag à Berlin.

  • 24 Dans la dernière mouture du projet, on lit en bonne place : « Das Deutsche Historische Museum steht (...)

22Le musée historique de Berlin a été conçu sur de tout autres bases. Beaucoup plus vaste, il était d’abord prévu qu’il occupe 36 000 m2, dont 16 000 réservés à l’exposition permanente et 5 000 destinés aux expositions temporaires. En outre, il a été – après certaines hésitations – pensé comme un « vrai » musée, dont la première tâche devait être la constitution d’une collection d’objets originaux24. Cette optique impliquait une politique d’acquisition de longue haleine, non pas tant destinée à trouver des pièces illustrant un schéma préétabli, mais fondée sur une acception large de ce qui pouvait être rattaché à l’histoire allemande, sur la base d’une observation attentive du marché de ces objets. Ce choix impliquait également des structures spécifiques d’organisation interne : diviser les départements du musée selon les classes d’objets – et non pas selon des thèmes ou des périodes –, faire appel à des historiens de l’art, à des spécialistes de la conservation et de la restauration des objets. Enfin, il était porteur d’une autre logique de présentation : plutôt que d’illustrer des séquences pédagogiques par des objets recherchés à cet effet, il s’agissait de développer une histoire des objets, en insistant sur le caractère fragmentaire et aléatoire de la transmission, ainsi que sur la multiplicité des interprétations qu’ils peuvent susciter.

23De façon générale, en optant pour la conception d’un musée plutôt traditionnel, le Musée historique allemand entendait, à long terme, accroître son autonomie relative face au politique. À la suite d’une politique d’acquisition considérable et grâce à l’héritage est-allemand, il a réussi à réunir un ensemble de plus d’un million de pièces. Ainsi se trouvait réfutée l’objection de départ qui avait mis en doute la possibilité de réunir, dans les conditions de l’époque actuelle, une collection significative.

24Le transfert à l’Arsenal de Berlin et l’abandon du projet de construction établi par Aldo Rossi ont cependant obligé le musée à réduire considérablement ses appétits en espace d’exposition. Après le mirage des 21 000 m2 du bâtiment conçu par l’architecte italien, il a fallu se contenter, dans un premier temps, des 5 000 m2 de l’Arsenal, dont la moitié seulement était disponible pour aménager une exposition permanente. Malgré ces contraintes, l’équipe du musée a cependant présenté, en décembre 1994, soit cinq mois après l’ouverture de la Maison de Bonn, une première exposition « permanente » sur 2 500 m2, en attendant la transformation du bâtiment, dont l’achèvement est prévu pour 2002. Dans un cadre architectural contraignant, le visiteur se voit proposer un parcours à travers l’histoire allemande sur trois ailes du bâtiment, comportant trente-huit petites salles qui se font face par paires. À la différence de l’exposition de Bonn, il s’agit d’un trajet linéaire à travers un espace à deux dimensions. Dans l’axe des trois ailes du bâtiment, on a installé une suite d’environ vingt objets, grands ou petits, censés incarner des aspects centraux pour les époques et thèmes présentés. On y découvre, par exemple, un bureau de clerc médiéval, une table d’architecte du château de Wörlitz, une machine à vapeur néogothique de 1848, différentes machines, un uniforme de Guillaume II (dont l’une des manches est raccourcie, en raison du bras gauche légèrement estropié de l’empereur). À côté de ces objets qui retiennent immédiatement le regard, on trouve aussi certaines pièces « anodines » mais hautement symboliques, comme le projet de Constitution de 1849 (jamais entrée en vigueur) ou une version allemande de la Déclaration d’indépendance des États-Unis imprimée à Philadelphie en 1776. Ce dernier objet entend démontrer, au même titre que le Manifeste communiste, la dimension internationale de l’histoire allemande. L’ensemble tisse un réseau de correspondances et de renvois multiples qui ont pour but de rompre les fils narratifs. Les salles situées sur les deux côtés de cet axe sont équipées de manière assez conventionnelle, et mêlent tableaux, objets, documents, affiches, bustes, costumes, etc. Il reste que, malgré ces arrangements, on se trouve fondamentalement dans une progression narrative plutôt linéaire qui, par la force des choses, minimise les ruptures et les discontinuités. Par ailleurs, le parti pris d’une présentation « classique » est évident. Les médias audiovisuels ne font leur entrée que dans les dernières salles, c’est-à-dire à partir du moment où l’on dispose des enregistrements originaux. Les montages et les mises en scène médiatiques « anhistoriques » sont proscrits. La tragédie de la Shoah est évoquée dans une salle d’exposition obscurcie, à l’aide de films d’époque notamment.

  • 25 Le projet de la commission a été présenté et commenté par E. François, « Naissance d’une nation… », (...)

25Cette exposition – transitoire, car fermée en décembre 1998 en raison des travaux de transformation du bâtiment – n’a pu reprendre qu’une infime partie des recommandations élaborées par la commission d’experts25 : en insistant sur les phases de crise considérées comme des périodes charnières (en particulier vers 1500 et vers 1800), en faisant apparaître l’insertion européenne de l’histoire allemande (surtout jusqu’à Bismarck), elle se proposait de susciter la réflexion plutôt que de (re-) construire une identité toujours problématique. Du point de vue muséographique, elle constituait une sorte de pari : elle voulait apporter la preuve qu’une présentation « ouverte » de l’histoire allemande était possible, à partir d’une collection d’objets spécifique, nouvellement rassemblée depuis 1986. Elle entendait montrer également, à une échelle réduite, que l’orientation générale prise au moment de la fondation était à la fois réaliste et valable. Mais en repoussant à plus tard la présentation différenciée entre salles chronologiques (consacrées à une époque donnée), salles thématiques et salles d’approfondissement historique, elle a dû provisoirement abandonner toute idée de complexification et d’enrichissement des structures narratives mises en œuvre.

  • 26 On dénombre 114 expositions en dix ans, dont 96 furent présentées à l’Arsenal même, où deux surface (...)
  • 27 Werner était le peintre officiel du Kaiserreich allemand.

26Dans le même temps, l’approfondissement de telle ou telle question était délégué à des expositions temporaires, extrêmement nombreuses et, pour partie, somptueuses, montées à partir de 198926, et consacrées à des thèmes aussi divers que « Walther Rathenau », « Anton von Werner : de l’histoire en images27 », « Les camps de concentration après 1945 », « Les derniers jours de l’humanité : images de la guerre de 1914-1918 », « Affinités électives : Scandinavie et Allemagne, 1800-1914 », « Artistes allemands aux États-Unis, artistes américains en Allemagne, 1813-1913 », « La guerre des images : les Pays-Bas et l’Europe absolutiste », « Bohême et dictature en RDA : groupes, conflits, quartiers », « Les mythes de la nation – un panorama européen du xixe siècle » – pour ne citer que quelques exemples. Une large place a été faite à des expositions de photographies, dont le support, de manière générale, constitue un accès privilégié à l’histoire récente.

27Enfin il convient de mentionner les activités documentaires. Une bibliothèque de 200 000 volumes a été constituée. Les ressources iconographiques, et notamment l’immense photothèque, qui a pu intégrer les archives de quelques grandes agences photographiques, sont accessibles à travers des fichiers et consultables sur place. Le musée réalise également des publications d’archives sonores sur CD et CD-ROM. Tout comme la Maison de Bonn, il a attiré de nombreux visiteurs : environ 600 000 par an. Par ailleurs, certaines grandes expositions comme celles consacrée à Bismarck ou aux cinquante ans de la République fédérale, présentées au Martin-Gropius-Bau, ont vu défiler plus de 300 000 personnes. L’ensemble montre qu’à condition de consacrer les moyens financiers nécessaires, il est possible de créer une institution qui s’installe à part entière dans le paysage des grands établissements nationaux. Paradoxalement, pourrait-on dire, la volonté politique du gouvernement fédéral, exprimée de manière forte et claire, a engendré une structure qui, de fait, a su conquérir un degré d’autonomie non négligeable.

  • 28 Le projet est présenté par C. Stölzl, « Deutsches Historisches Museum. Neubau des Wechselausstellun (...)
  • 29 Les débats autour de ce monument, dont le principe a été voté par le Bundestag, viennent de faire l (...)
  • 30 L’attaque de l’écrivain Martin Walser contre ce qu’il appelle le caractère rituel et ostentatoire d (...)

28Il reste que le musée de Berlin demeure un chantier largement inachevé. D’abord sur le plan matériel : pour cause de rénovation, le bâtiment du Zeughaus a fermé ses portes en décembre 1998 pour quatre ans. Même rénové, il disposera « seulement » de 7 500 m2 réservés à l’exposition permanente. Certes, il sera complété par un bâtiment annexe construit par l’architecte I.M. Peï et destiné aux expositions temporaires, qui ajoutera 2 800 m2 à cet effet28. Mais l’espace total disponible en 2002, au moment de la réouverture, n’atteindra pas la moitié de ce qui était initialement prévu. Parallèlement, il aura évolué du point de vue intellectuel et politique. L’unification allemande a, une première fois, changé la donne. De musée destiné à préserver une mémoire – problématique – de l’unité nationale, il s’est transformé en une institution qui, dans une conjoncture caractérisée par un retour général de l’histoire, a vu s’estomper les soucis de légitimation primitifs. Les problèmes du rapport à la nation sont devenus moins théoriques et beaucoup plus concrets. D’une part, l’État-nation n’est plus l’objet d’une controverse susceptible d’opposer conservateurs et post-nationaux « alternatifs ». D’autre part, les difficultés de communication et les problèmes identitaires qui opposent Allemands de l’Est et Allemands de l’Ouest avaient été largement sous-estimés ; à l’heure actuelle, ils ont plutôt tendance à s’accentuer, ce qui donne matière à des réajustements inattendus. Certains aspects de ce problème ont été traités lors d’un certain nombre d’expositions temporaires, parmi lesquelles on peut citer « Des communistes ont-ils le droit de rêver ? Les peintures et tableaux du palais de la République à Berlin », « Les artistes en RDA entre esthétique et politique, 1949-1989 », « Deux villes modèles à l’Ouest et à l’Est : Wolfsburg et Stalinstadt : deux villes nouvelles de l’époque du nouveau départ ». D’autres enjeux de mémoire, comme le mémorial de l’Holocauste29, le débat entre Martin Walser et Ignatz Bubis30 ou la reconstruction du château berlinois des Hohenzollern polarisent aujourd’hui l’opinion, selon des clivages qui ne correspondent plus du tout aux divisions politiques anciennes.

La fragmentation des propositions identitaires

29Contrairement à ce qu’on a pu croire immédiatement après la chute du Mur, le Musée historique allemand de Berlin n’est donc pas devenu une machine à produire une nouvelle identité allemande. La naissance de la nation n’a pas eu lieu. On a assisté, au contraire, à un double phénomène de banalisation et de diversification de la perspective. L’emplacement, sur l’avenue Unter den Linden, a attiré (et attirera) les touristes de la capitale, nombreux, pour lesquels la visite (gratuite, donc facile, parfois inopinée) au Zeughaus, à côté de la Neue Wache, à proximité de l’île des Musées, constituera une escale culturelle parmi d’autres. Le pavillon conçu par Peï créera une attraction architecturale supplémentaire. Il sera mis en valeur par le contraste avec les bâtiments classicistes de Schinkel et ajoutera, par un clin d’œil vers les réalisations du même architecte à Paris, Boston, Washington et Ithaca, à l’internationalisation du lieu. D’autre part, la démultiplication des sujets et des perspectives a fait éclater le continuum de l’histoire nationale homogène.

30Du coup, s’il y a offre identitaire, celle-ci passe plutôt par une réflexion sur la dimension historique de l’existence de chaque citoyen. Et concrètement, cette offre est associée à des propositions multiples et différenciées pour se reconnaître dans l’une ou l’autre figure ou dans plusieurs à la fois : Allemand de l’Ouest ou de l’Est, Bavarois ou Saxon, ouvrier ou intellectuel, artiste, aristocrate, bourgeois, citoyen des métropoles ou des campagnes – toutes ces déterminations ne sont pas exclusives les unes des autres. Leur dénominateur commun n’est pas une identité allemande clairement élaborée, mais plutôt une mise en relation à travers une histoire dont on ne peut toujours montrer que des fragments.

31D’un autre côté, la Maison de l’histoire de Bonn, bien qu’elle se trouve, depuis 1990, décalée par rapport à sa mission initiale, suit une orientation pédagogique différente. En premier lieu, sa présentation se fonde sur une cohérence chronologique forte, qui engendre des types de récit historique opérant par découpages successifs. En faisant appel à l’expérience historique individuelle des visiteurs – différenciée, il est vrai, selon leur âge –, elle intègre davantage la mémoire concrète des uns et des autres. Le type de « reconnaissance » qu’elle produit est lié au vécu du visiteur – pour autant qu’il soit suffisamment âgé, dans les premières salles, qui exposent l’histoire des années 1945 à 1963, alors que les salles suivantes rejoignent progressivement la mémoire de toutes les classes d’âges. Et surtout, elle débouche sur un temps présent court qui rattache les parcours muséographiques à l’actualité immédiate. La « modernité » des mises en scène et des moyens audiovisuels utilisés suggère la proximité du passé et du présent. Séduit par la variété et la profusion des installations, le visiteur est aisément convaincu de la pertinence des parcours proposés. La voie vers la démocratie n’a pas été facile, mais la direction prise en 1949 s’est révélée « juste » et l’ensemble a débouché sur une situation qui est dorénavant irréversible. En ce sens, l’histoire mise en scène à Bonn est, effectivement, productrice d’identité.

32Cette identité n’est pas une identité nationale traditionnelle. Mais elle est censée permettre aux Allemands, aujourd’hui, de se reconnaître dans le cadre d’un État unifié dont ils ont, pour la plupart, toujours du mal à assumer la dimension nationale. Mélangeant mémoire individuelle et mémoire collective, l’exposition de Bonn doit cette capacité, entre autres, au fait qu’elle ne fait commencer son histoire qu’en 1945. Le choc nazi est renvoyé aux préliminaires et traité de façon relativement discrète. Si bien que la construction identitaire est à la fois facilitée et « incomplète » : elle laisse en suspens un point qui, par ailleurs, doit être considéré comme central. Ce qui rend l’entreprise, au-delà de toutes les autres raisons, problématique.

  • 31 Il s’agit du premier vers de l’hymne national.
  • 32 Le troisième partenaire a été la Kunsthalle de Bonn, musée d’art moderne créé également sous l’égid (...)

33La grande exposition « “Einigkeit und Recht und Freiheit”. Wege der Deutschen, 1949-1999 » (« “Unité, droit et liberté31”. Les voies des Allemands, 1949-1999 »), présentée sur 5 000 m2 au Martin-Gropius-Bau du 23 mai au 3 octobre 1999 à l’occasion du cinquantenaire de la création de la République fédérale, illustre les limites et les ambiguïtés de l’entreprise. Montée conjointement par les musées de Bonn et de Berlin32, elle est divisée en une partie chronologique qui, au rez-de-chaussée du bâtiment, offre un parcours à travers dix-huit salles, regroupées autour d’une cour centrale où l’on a mis en scène le « chantier Allemagne ». Le premier étage propose, dans vingt salles, des regroupements thématiques comme le cinéma, les valeurs morales, les fêtes, les Églises, la famille, les immigrations, le design industriel, etc. Les deux étages présentent des registres de temporalité différents dont le contraste est saisissant. Alors qu’au premier niveau, on a aménagé un parcours à travers cinquante ans d’histoire, ponctué par des thèmes à dominante politique, le second offre des salles qui, sur un sujet donné, sont construites sur le principe de l’écart temporel : entre un premier ordinateur à cartes perforées et un modèle miniaturisé dernier cri, entre une cuisine 1950 et une installation d’aujourd’hui, ou encore entre des valeurs morales de l’immédiat après-guerre et les normes de la vie actuelle. Les récits du premier niveau, agencés par une logique d’évolution progressive, se trouvent donc concurrencés par des tableaux thématiques qui insistent sur les contrastes, les écarts, les transformations, les révolutions intervenues en un demi-siècle. Une dernière salle expose des objets banals d’Allemands moyens, qui racontent chacun une « histoire d’Allemand », telle cette cuillère de bois totalement rabotée par quarante ans de services dans la cuisine, une petite valise en cuir qui a contenu toutes les affaires qu’une « tante Leni » a pu emporter lors de son voyage, sans retour, d’Est en Ouest, ou encore les modèles en miniature des immeubles de la Stalinallee, à Berlin-Est, dont l’architecte Henselmann avait fait cadeau, en 1958, à un petit garçon habitant à côté de son bureau et qui avaient été transformés en jouet ordinaire.

34Sur le plan muséographique, l’exposition est centrée sur la notion d’objet. Sept mille pièces ont été rassemblées pour l’occasion, venant de plus de huit cents prêteurs individuels et institutionnels, si bien qu’il a fallu renoncer à l’idée d’établir un catalogue. Le visiteur est donc invité à une série de rencontres uniques avec l’objet, qu’il n’est pas possible de prolonger ou d’approfondir après la fin de l’exposition. Le modèle du rapport à l’histoire est celui du « je me souviens ». La fixation du présent par l’écrit ou l’image est rejetée. Il s’agit d’un événement éphémère, réalisé par des architectes de grande réputation, qui, pour montrer des rapports multiples à l’histoire, ont mis en œuvre des conceptions esthétiques variées : un immense marché aux puces historique finement agencé, qui donne l’occasion de rapprochements et de rencontres insolites, tout en organisant, selon une historiographie proche de l’Alltagsgeschichte, un retour vers une mémoire individuelle susceptible de se stabiliser. L’ensemble tente de marier, on le voit, les conceptions des musées de Bonn et de Berlin. D’un côté on a déroulé le film de la démocratisation et de la parlementarisation, entrecoupé de vues d’une RDA totalitaire. De l’autre, on insiste sur la pluralité des voies individuelles, sur le caractère aléatoire de la transmission et sur l’individualité des histoires que l’on peut extraire d’objets échoués sur les rives du présent.

  • 33 On peut rappeler, à cet égard, le grand débat, en 1992-1993, sur le réaménagement de la Neue Wache (...)

35L’exposition proprement dite, pas plus que l’existence, la définition ou le fonctionnement des deux musées, ne donnent plus lieu aujourd’hui à des controverses notables. Les grands débats sur les enjeux de l’histoire portent tout d’abord sur le mémorial de l’Holocauste. Certaines questions annexes comme les monuments destinés à la mémoire d’autres victimes du nazisme sont tout juste évoquées. Le problème central et toujours récurrent demeure celui du caractère incommensurable des crimes nazis commis au nom du peuple allemand33. Face à cette question, les deux musées ne peuvent ni ne veulent proposer de réponse. Et l’opinion publique, volatile, cherche d’autres supports pour continuer la discussion.

36L’exemple de ces deux musées éclaire, enfin, les forces et les limites de l’intervention politique dans la « mise en scène » de l’histoire. En s’engageant personnellement, le chancelier Kohl a non seulement fait avancer de manière décisive les deux projets, il a aussi marqué de manière forte – et à vrai dire inhabituelle pour la culture politique allemande de l’après-guerre – une orientation politique. Mais tant le cours de l’histoire récente (l’avènement de l’unité) que la dynamique propre à chacune des deux institutions ont profondément modifié les projets initiaux. À dix ans de distance, la Maison de Bonn, qui paraissait portée par un consensus général, se révèle être un projet plus étroitement politique, qui continue à fonctionner dans un cadre bien délimité. Construite autour de l’idée d’une exposition permanente, elle reste avant tout un instrument didactique. La pédagogie mise en œuvre est, certes, moderne et joue, pour capter l’attention du visiteur, sur tous les registres de la séduction médiatique. Les structures narratives élaborées tentent de densifier et d’enrichir la chronologie, fondamentalement linéaire, des événements. Mais le message politique de l’artifice muséographique est simple et clair : conforter une identité ouest-allemande émergée de l’après-guerre qui assigne à l’Allemagne une place dans une Europe démocratique. Le musée de Berlin, dont la création avait été entourée d’arrière-pensées politiques plus lourdes, plus ambiguës, a su développer, paradoxalement, une plus grande indépendance. La variété des manifestations, l’éventail des thèmes traités, la diversité des regards portés sur le passé, les orientations muséographiques mises en œuvre témoignent de l’existence d’une importante marge de manœuvre. Dans la mesure où, de toute façon, il était impensable d’envisager sérieusement un programme centré sur le retour de la nation, on devait d’emblée miser sur des approches plurielles et sur des regards croisés. L’instrumentalisation directe de l’entreprise, si jamais elle avait effleuré l’esprit de tel responsable politique ou de l’un ou l’autre conseil en histoire, n’avait pas de base opératoire. En outre, la méfiance d’une large partie de l’opinion publique veillait au grain : aucun faux pas n’était toléré, chaque dérive en direction d’une restauration des valeurs nationales serait immédiatement dénoncée. Il reste que tant que le musée de Berlin n’aura pas présenté son exposition permanente définitive, on ne pourra juger sérieusement de l’adéquation de la réalisation aux objectifs. Sera-t-il possible de construire des structures narratives à partir d’une logique de l’objet, du fragment polysémique ? Et comment éviter, du coup, que ces structures narratives, fussent-elles complexes et multidimensionnelles, ne convergent pas, pour finir, vers un récit au second degré d’autant plus puissant qu’il aura intégré toutes les critiques et oppositions internes ? Entre ces deux difficultés la voie à trouver sera, de toute évidence, étroite et sinueuse.

37Par ailleurs, il s’est avéré que la différence entre les deux musées n’était pas simplement la conséquence des orientations politiques ou des projets idéologiques des équipes de direction respectives. J’ai essayé de montrer qu’elle renvoyait tout autant à des choix techniques, dont la portée, dans l’ardeur des débats d’idée, avait été largement sous-estimée. Logiques de collections, de conservation, d’exposition et de présentation pouvaient tantôt se compléter, tantôt se contredire. À l’heure actuelle, il semble que Bonn et Berlin incarnent, à cet égard, deux options opposées. En face du feu d’artifice multimédia et des surprises architecturales du Haus der Geschichte, le Deutsches historisches Museum affiche une sobriété presque classique. Le pavillon imaginé par Peï créera, sans doute, un contrepoids et valorisera les expositions temporaires, davantage tournées vers la séduction immédiate du public. Mais pour l’instant, la distance entre les conceptions techniques des uns et des autres peut se lire, entre autres, dans la faible mobilité entre les équipes de concepteurs d’exposition attachés aux deux musées. Si on excepte la dernière grande exposition du cinquantenaire confiée, en partie, à des scénaristes indépendants, on constate que peu de réalisations communes ont vu le jour. Tout se passe comme si la rivalité institutionnelle des deux équipes se doublait, inévitablement, d’une polarisation forte sur le plan des conceptions techniques.

38Il reste que la création et l’activité des deux musées s’inscrivent dans une nouvelle politique de la mémoire qui a tenté et tente toujours d’articuler un rapport du présent à l’histoire. Les contraintes des choix politiques qui ont présidé à la constitution des deux projets continuent à produire des effets variés, alors que la situation a, aujourd’hui, foncièrement changé. En même temps, les responsables chargés de la mise en œuvre des projets respectifs ont intégré les contraintes successives et réagi de façon plus ou moins subtile, tout en tentant d’acquérir une autonomie relative. Pour l’instant, le musée de Berlin semble avoir mieux réussi, techniquement, dans cette tentative. Mais le retour du pouvoir politique de l’Allemagne fédérale dans l’ancienne et nouvelle capitale est en train de modifier, une nouvelle fois, la donne. Dorénavant, le musée de Bonn aura, dans sa province rhénane, la possibilité de développer une autre relation à son propre passé, à opérer une certaine réorientation qui pourra l’éloigner davantage des objectifs politiques immédiats. Le musée de Berlin, en revanche, entre directement dans une reconfiguration de la géographie politique et culturelle allemande qui se produit sous nos yeux. Il y a fort à parier que, dans le voisinage proche des musées d’art, du monument à l’Holocauste et des centres de pouvoir – sans parler de la reconstruction éventuelle, presque en face du Zeughaus, du château des Hohenzollern –, il sera exposé à une pression politique accrue.

Notes

1 Pour l’état des réflexions à ce sujet, cf. G. Korff, M. Roth, eds, Das historische Museum. Labor, Schaubühne, Identitätsfabrik, Francfort-sur-le-Main, Campus, 1990 ; M.-L. von Plessen, ed., Die Nation und ihre Museen, Francfort-sur-le-Main, Campus, 1992 ; M. Hinz, ed., Der Krieg und seine Museen, Francfort-sur-le-Main, Campus, 1997 ; J. Rüsen, ed., Geschichte sehen. Beiträge zur Ästhetik historischer Museen, Pfaffenweiler, Centaurus, 1988. Les trois premiers titres sont issus de colloques internationaux organisés par le Musée historique allemand de Berlin.

2 Au titre de ces anticipations, on peut aussi citer l’acquisition par Daimler-Benz (été 1988) d’un immense terrain près de Potsdamer Platz, à proximité immédiate du Mur de Berlin. Par la suite, cette acquisition a fait de Daimler-Benz et de sa filiale Debis le plus grand promoteur immobilier de l’ensemble Potsdamer Platz.

3 Rappelons que tout citoyen de RDA réfugié à l’Ouest avait, au même titre que tout descendant de « souche » allemande résidant dans les pays de l’Est, automatiquement droit à un passeport ouest-allemand.

4 Il est caractéristique du mélange des questions idéologiques et pratiques qui a entouré cette affaire que l’initiative ait été impulsée par la nécessité de trouver une destination prestigieuse à cet édifice (ancien musée des Arts et Métiers), situé à trois mètres du Mur, dont la restauration avait été très controversée. Par la suite, les adversaires de la restauration ont été parmi les défenseurs les plus ardus du caractère « artistique » de l’édifice, qu’ils voulaient préserver d’un envahissement par l’histoire politique.

5 H. Boockmann, E. Jäckel, H. Schulze, M. Stürmer, « Memorandum pour un Musée historique allemand à Berlin » [janvier 1982], reproduit in C. Stölzl, ed., Deutsches Historisches Museum. Ideen, Kontroversen, Perspektiven, Francfort-sur-le-Main, Propyläen, 1988, p. 61-66, ici p. 61 sq.

6 Le détail de ces débats est documenté de façon exhaustive in C. Stölzl, ibid.

7 Déclaration gouvernementale du 13 octobre 1982, reproduite ibid., p. 128.

8 Déclaration du 4 mai 1983, ibid.

9 E. François, « Naissance d’une nation. Le Musée historique allemand de Berlin », Vingtième Siècle, Revue d’Histoire, 34, 1992, p. 69-84, travail pionnier sur le sujet.

10 Le groupe chargé de la conception du projet a été composé de Lothar Gall, Klaus Hildebrand, Horst Möller, Ulrich Löber. Ont également été consultés (en été 1983) : Karl-Dietrich Bracher, Hans-Peter Hillgruber, Morsey, Hans-Peter Schwarz et Michael Stürmer.

11 Cf. le résumé donné par S. von Köckritz, directeur des affaires culturelles au ministère de l’Intérieur, lors de l’audition de novembre 1983 à Berlin (in C. Stölzl, Deutsches Historisches Museum…, p. 129).

12 Après avoir été créé, en mars 1986, comme fondation sous tutelle, le Haus der Geschichte a, en vertu d’une loi votée par le Bundestag pendant l’hiver 1989-1990, le statut d’une fondation indépendante (selbständige Stiftung).

13 L’exposition a été inaugurée à l’occasion du centenaire de la fondation du Reich, le 21 mars 1971. Elle fut actualisée et transformée en exposition permanente en septembre 1974. Depuis, et jusqu’à sa fermeture en 1996, elle aurait été vue par six millions de visiteurs.

14 La possibilité, un moment évoquée, de clore l’éventail chronologique par l’année 1945, en laissant la « suite » au musée de Bonn, a été rapidement abandonnée.

15 Le texte complet est publié in C. Stölzl, Deutsches Historisches Museum… Il a fait l’objet d’une analyse lucide par E. François, « Naissance d’une nation… », p. 73-76.

16 Contrat du 28 octobre 1987 portant sur la création du Musée historique allemand, reproduit in C. Stölzl, Deutsches Historisches Museum…, p. 645 sq.

17 Il s’agit de la pose d’une pierre, à l’emplacement prévu pour la construction, portant l’inscription de la dation du musée à la ville de Berlin.

18 Une des conditions du transfert avait été que le musée « ouest-allemand » allait reprendre la très grande majorité des personnels (pléthoriques) du musée de l’Est. Ce qui a conduit au recrutement d’une bonne centaine de personnes qui représentent, aujourd’hui encore, la majorité des collaborateurs, sur un ensemble de cent soixante. Les postes de responsabilité sont cependant, à quelques rares exceptions près, revenus à des Allemands ou Berlinois de l’Ouest. Mais la disposition concernant l’embauche des personnels de l’Est a fait que le Musée historique est aujourd’hui l’un des musées les plus richement dotés en postes de l’Allemagne. À titre de comparaison : la Maison de Bonn dispose, en 1999, de quatre-vingt-onze postes, son prolongement est-allemand, le Forum de Leipzig (cf. infra n. 21) de dix-neuf postes.

19 Quatre cent mille objets rassemblés du temps de la RDA ainsi que quatre mille objets venant de l’ancienne collection de l’Arsenal transférée, en 1945, en Union soviétique et Pologne. Seule une petite partie de cette collection a été restituée, en 1957, à la RDA.

20 Voir la profession de foi de H. Schäfer in Haus der Geschichte der Bundesrepublik Deutschland, ed., Erlebnis Geschichte. Das Buch zur Ausstellung, Bonn, Lübbe, 1998, p. 8 sq. (2e éd.), qui rappelle sa devise : « Mind your visitor ».

21 Dans la mesure où il n’était pas possible d’intégrer l’histoire de la RDA dans ce scénario, il a été décidé de créer, à Leizpig, sous l’égide du Haus der Geschichte der Bundesrepublik Deutschland, un musée à part, intitulé Forum d’histoire du temps présent (Zeitgeschichtliches Forum). Il présente, sur 2400 m2, d’une part une exposition permanente dans laquelle les thèmes de la Résistance, les relations germano-allemandes et les effets de la politique communiste sur la vie quotidienne des citoyens sont privilégiés, et de l’autre, des expositions temporaires. L’ouverture de ce Forum a eu lieu le 9 octobre 1999.

22 Stiftung Haus der Geschichte der Bundesrepublik Deutschland, ed., Tätigkeitsbericht 1997-1998, Bonn, Lübbe, 1999, p. 86-87.

23 Ces visiteurs représentent environ 20 % du total (ibid., p. 86).

24 Dans la dernière mouture du projet, on lit en bonne place : « Das Deutsche Historische Museum steht und fällt mit dem Aufbau einer reichhaltigen Sammlung von Realien zur deutschen Geschichte » (le Musée historique allemand sera ou ne sera pas en fonction de cette condition : la constitution d’une collection substantielle d’objets relatifs à l’histoire allemande) (C. Stölzl, Deutsches Historisches Museum…, p. 614).

25 Le projet de la commission a été présenté et commenté par E. François, « Naissance d’une nation… », p. 76-78.

26 On dénombre 114 expositions en dix ans, dont 96 furent présentées à l’Arsenal même, où deux surfaces, de 1300 et 1000 m2, étaient disponibles.

27 Werner était le peintre officiel du Kaiserreich allemand.

28 Le projet est présenté par C. Stölzl, « Deutsches Historisches Museum. Neubau des Wechselausstellungsgebäudes und Überdachung des Schlüterhofes (Zeughaus) », Bau und Raum. Annual Buildings and Regions, Jahrbuch 1998, p. 106-113.

29 Les débats autour de ce monument, dont le principe a été voté par le Bundestag, viennent de faire l’objet d’une volumineuse publication de 1300 pages en doubles colonnes : U. Heimrod, G. Schlusche, H. Seferenz, eds, Der Denkmalstreit, das Denkmal. Die Debatte um das « Denkmal für die ermordeten Juden Europas », Berlin, Philo, 1999.

30 L’attaque de l’écrivain Martin Walser contre ce qu’il appelle le caractère rituel et ostentatoire de l’auto-accusation allemande visait plus le chancelier Kohl, soutien politique majeur du projet de monument, que la gauche, dont le ministre de la Culture, Michael Naumann, avait mis en cause le même projet. I. Bubis, président de l’Association des Juifs d’Allemagne, s’est violemment opposé à Walser et à ce qu’il considérait comme une tentative de tourner la page. Voir F. Schirrmacher, ed., Die Walser-Bubis-Debatte. Eine Dokumentation, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1999.

31 Il s’agit du premier vers de l’hymne national.

32 Le troisième partenaire a été la Kunsthalle de Bonn, musée d’art moderne créé également sous l’égide fédérale à Bonn en 1992.

33 On peut rappeler, à cet égard, le grand débat, en 1992-1993, sur le réaménagement de la Neue Wache à Berlin, qui a interféré avec le débat sur le mémorial de l’Holocauste : était-il licite de concevoir un monument pour l’ensemble des victimes du nazisme, y compris les soldats de la Wehrmacht ? À l’époque de la RDA déjà, on avait réuni à cet endroit des cendres et de la terre venant à la fois des camps de concentration et des champs de bataille. En imposant, pour l’aménagement intérieur, une statue « pacifiste » de Käthe Kollwitz construite sur le modèle d’une pietà, le chancelier Kohl avait privilégié une vision symbolique chrétienne. À l’inscription intérieure, dédiée aux victimes de la guerre et de la tyrannie, correspond, à l’entrée du bâtiment, l’énumération explicite de tous les types de victimes. Les pièces essentielles du débat ont été publiées in C. Stölzl, ed., Die Neue Wache unter den Linden. Ein deutsches Denkmal im Wandel der Geschichte, Berlin, Koehler & Amelang, 1993.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search