Version classiqueVersion mobile

Évidence de l’histoire

 | 
François Hartog

Première partie. Voir dans l'Antiquité

4. L’œil de Thucydide et l’histoire « véritable »

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Histoire « véritable » : l’historien entend ainsi prévenir le lecteur qu’il lui propose véritablement de l’histoire, en fait de l’histoire tout court ; l’histoire est vraie ou elle n’est pas de l’histoire. Position méthodologique, ce titre est aussi, dans le même mouvement, polémique. Car écrire une histoire « véritable », c’est soutenir que les autres ne le sont pas, soit par défaut de méthode (elles n’ont pas trouvé le chemin du vrai), soit pour toute autre raison, plus directement en rapport avec la place et la fonction de l’historien dans sa société. Histoire « véritable », « vraie », ou, dans ses variantes plus récentes, histoire « scientifique » ou encore « nouvelle », on a là quelque chose qui, depuis vingt-cinq siècles, traverse le projet d’écrire l’histoire ou de faire de l’histoire, du moins en Occident et même si ce qu’on a mis sous le vieux mot d’histoire a grandement varié. Je voudrais, à travers son texte et, inévitablement, à travers quelques-unes de ses lectures, évo...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2005

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search