Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archiver la mémoire

 | 
Florence Descamps

Guide méthodologique

L’ingénierie des archives orales

Texte intégral

  • 1 Florence Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source or (...)

1Lexpérience accumulée depuis les années 1970 en matière d’enquêtes orales, tant dans les sciences humaines et sociales, dans les institutions que dans le champ patrimonial, a permis de dégager une méthodologie de la création des corpus oraux et de leur exploitation, qui peut s’adapter à de multiples projets, à de multiples objectifs et à de multiples environnements sociaux ou professionnels. Je présenterai ici les phases successives de ce que j’ai appelé depuis 2001 une ingénierie des archives orales1, qui s’inscrit dans un mouvement de professionnalisation des pratiques, qui vise à une meilleure gestion des projets historiques et patrimoniaux et qui dans les faits a contribué à la patrimonialisation de la source orale autant qu’à la solidification des bases de l’histoire orale à la française.

Concevoir un projet

2La première phase, la plus importante, est celle de la conception du projet, du choix des objectifs et des méthodes. Je me situerai ici dans une approche conservatoire et patrimoniale, car elle me semble la plus englobante et la plus large ; la démarche scientifique constitue en définitive un cas particulier en matière de création de corpus oraux et elle peut facilement adopter cette ingénierie des archives orales en l’adaptant à ses propres finalités.

3Si le projet vient en réponse à un appel d’offres ou à une commande institutionnelle, on commencera par analyser la (les) demande(s) sociale(s) qui s’exprime(nt) derrière cet appel à projets. S’agit-il d’une demande de mémoire (territoriale, communautaire, culturelle), d’histoire et de connaissance, de patrimoine ou d’animation culturelle, d’une demande économique et touristique, d’une demande politique, pédagogique ou civique ? On s’efforcera d’identifier le commanditaire et les acteurs sociaux impliqués dans la constitution du futur corpus d’archives orales, d’analyser l’environnement (sociologique, institutionnel, juridique, géographique, politique) de la commande, de mesurer les enjeux, les fragilités ou les risques qui s’y attachent, ainsi que les retombées qui en sont attendues.

  • 2 C’est le syndrome « chef d’œuvre en péril », qui se développe à la faveur d’une émotion patrimonial (...)

4En réalité, selon les commanditaires, selon les institutions productrices ou collectrices, selon les objectifs et selon les méthodes utilisées, il existe une grande variété de types d’archives orales : des archives orales conservatoires, qui visent à fixer et à stocker, à titre préventif ou en urgence2, des informations, des récits ou des souvenirs, mais sans objectif d’exploitation déterminé ; des archives commémoratives, qui visent à raviver le souvenir des morts, à leur rendre hommage et à entretenir le lien entre les morts et les vivants ; des archives orales célébrantes (sur le mode de la fête ou de l’anniversaire) ; des archives orales mémorielles ou monumentaires, qui visent à fixer et à conserver la mémoire culturelle d’un événement, d’une expérience ou d’une communauté, comme une butte-témoin ; des archives orales scientifiques, qui visent à construire ou accroître les connaissances sur un sujet ; des archives orales pédagogiques, qui visent à expliquer ou à faire comprendre (notamment en milieu scolaire) ; des archives orales civiques, qui visent à former les consciences et à éduquer les comportements ; des archives orales transmissives, qui visent à transmettre des savoirs ou des savoir-faire (notamment dans l’entreprise) ; des archives orales identitaires, qui visent à affirmer des valeurs ou à assurer/réassurer une identité culturelle ; des archives orales éthiques, qui visent à réparer, défendre, justifier ou reconnaître ; des archives orales communicationnelles, qui visent à accroître la notoriété ou le prestige (en externe) ou le sentiment d’appartenance (en interne) ; des archives orales militantes, qui sont tournées vers l’action. Il y a donc des choix à faire, même s’il va de soi qu’une même collection de témoignages oraux peut avoir plusieurs motivations, plusieurs objectifs à la fois et s’inscrire dans des registres multiples.

5Dans cette énumération, on voit que les archives orales scientifiques sont en définitive très minoritaires et qu’elles ne sont qu’un type d’archives orales parmi d’autres. Cette diversité des archives orales est directement liée à la multiplication et à la diversification des demandes sociales, mais aussi aux nouveaux usages sociaux du témoignage oral, eux-mêmes démultipliés par les innovations technologiques liées au son, à l’image, aux technologies numériques et à l’écran. Le témoignage, longtemps cantonné au monde religieux ou judiciaire, après avoir traversé le champ des sciences sociales, connaît une expansion considérable dans les médias, la communication, l’enseignement, l’industrie du divertissement ou le spectacle. Notre société médiatique, grande dévoreuse de vécu, exige la constitution de stocks de paroles sur soi et sur les autres. Face à cette demande sociale qui peut s’avérer multiple et complexe suivant les partenaires impliqués dans le projet, on s’efforcera d’objectiver les attentes des différents partenaires, de comprendre leur intentionnalité et de répondre par des solutions raisonnées.

6Une fois le type d’archives orales déterminé, on s’attachera à faire l’inventaire et l’analyse de l’offre existante et des ressources disponibles (l’état des connaissances sur le sujet, les savoir-faire et les compétences universitaires ou professionnelles mobilisables, l’existence d’archives écrites publiques ou privées, ou de témoignages oraux sur le même sujet, l’existence de sources imprimées, audiovisuelles ou numériques, la bibliographie). Dans un va-et-vient entre la demande et l’offre, on pourra alors esquisser des propositions qui soient crédibles et réalistes en termes de calendrier, de budget et de contenu.

7Dans un troisième temps, on s’efforcera de définir les objectifs cognitifs de l’enquête ou de la constitution du corpus. Quel type d’informations souhaite-t-on obtenir ou recueillir et sur quel type de sujet ? À quel type de problématique souhaite-t-on répondre ? Que cherche-t-on à comprendre ou à connaître ? Le sujet de la recherche fera l’objet d’une note de présentation, définissant les limites chronologiques, l’espace géographique, l’espace social ou institutionnel, le groupe social ou les individus, la langue, l’activité, l’événement concernés par l’étude et la question posée.

  • 3 Si l’on souhaite exploiter immédiatement les enregistrements, il faut qu’ils soient libres de droit (...)

8Dès cette première phase de la conception du projet, il est important de définir les produits d’exploitation escomptés. En effet, il devient très rare qu’une telle activité de création patrimoniale, culturelle ou historique de témoignages oraux ne soit pas assortie d’un projet de valorisation, car désormais les commanditaires raisonnent en termes d’investissements, de résultats et de retour sur investissement. Le corpus d’archives orales envisagé alimentera-t-il une exposition historique ou culturelle, un colloque, un article scientifique, un travail universitaire, une base de données, un site Internet ? Donnera-t-il lieu à un livre d’entretiens, une anthologie de textes et de photographies, un beau-livre, un disque audio, un DVD, un produit multimédia, un film documentaire, une émission radiophonique, une mise en ligne sur Internet, un spectacle à base de témoignages, un parcours sonore dans un musée ou dans la ville, etc. ? Or le choix des produits de valorisation a des conséquences sur les choix initiaux. Par exemple, si l’on envisage une diffusion sonore dans une enceinte collective (exposition, colloque, musée, émission radiophonique, spectacle), il faut être très exigeant sur la qualité du matériel (notamment le micro), sur la prise de son et sur les standards d’enregistrement. Si l’on envisage un livre à base de textes et de réécriture des enregistrements, il faut prévoir un budget de transcription et un calendrier qui tienne compte de cette phase – chronophage – de passage d’une langue orale à une langue écrite. Les exploitations futures des témoignages conditionnent également le dispositif juridique adopté, notamment en matière de communicabilité des témoignages et de cession des droits d’auteur3.

Établir un cahier des charges

9Toute une série de points obligés doit être résolue en amont, si ce n’est dans le détail, au moins dans leurs grands principes ; ils balisent la construction de l’enquête et constituent les principaux éléments du cahier des charges.

Construire le corpus des informateurs-témoins

  • 4 Krzysztof Pomian, « Le passé. De la foi à la connaissance », Le Débat, no 24, 1983, p. 151-168.

10La définition du corpus des informateurs découle de l’objet de l’enquête. Mais un corpus de témoins n’est pas un donné qui s’impose sur le mode de l’évidence, encore moins du hasard, il nécessite une construction rationalisée. L’identification des informateurs privilégiés peut se faire via plusieurs moyens : le dépouillement des archives disponibles, des sources imprimées, des organigrammes ou des médias, le travail bibliographique, le bouche à oreille, l’enquête sur le terrain, les liens interpersonnels, l’immersion dans le milieu social ou professionnel concerné. La qualification d’informateur privilégié s’attribue en réalité selon des critères très divers. Dans la discipline historique, la figure du témoin oculaire et auriculaire direct est la plus célèbre et la plus ancienne, mais les critères sont parfois plus complexes et plus subtils. La principale qualité du témoin tient au fait qu’il puisse dire « j’y étais, j’ai vu et j’ai entendu » et qu’il puisse attester de son implication physique et personnelle dans l’événement ou la situation observée. Mais bien d’autres éléments peuvent être retenus : son positionnement stratégique dans l’organisation ou le groupe social concerné, son âge, sa génération, sa profession, son grade, son corps d’appartenance, son métier, son sexe, ses compétences et ses qualifications, son expertise, sa crédibilité, sa connaissance ou sa compréhension du sujet, sa représentativité, ses motivations au moment du témoignage, ses capacités narratives, ses talents de conteur, etc. Autrement dit, la crédibilité d’un observateur ou d’un témoin, c’est-à‑dire sa valeur, doit être évaluée, pesée au regard de critères de pertinence qu’il revient au chef de projet ou au chercheur de construire et de valider. De sorte que pour répondre à la question « le témoin est-il digne de foi4 ? », il y a toute une réflexion préalable à mener pour ajuster le corpus des témoins au plus près de l’objet de la recherche.

11En matière de témoins, le deuxième grand principe méthodologique des archives orales, davantage que le caractère rigoureusement représentatif de l’échantillon statistique, est la notion de corpus, à laquelle se rattache directement le principe de la polyphonie des points de vue. Le corpus des témoins doit viser à reconstituer autour d’un même objet la pluralité des points de vue, en variant la qualité, la provenance, la typologie et le positionnement des témoins dans l’espace géographique et social : origines sociales et culturelles, catégorie professionnelle, grades, sexe, métier, âge, critère géographique, situation d’appartenance ou d’extériorité, proximité ou éloignement, etc. La question du nombre de témoins est également fonction de l’objet de l’enquête. Par exemple, si l’on travaille sur le processus de décision d’une dévaluation monétaire, le corpus de témoins est très étroit, car très peu de personnes sous la Ve République prennent part au pouvoir monétaire, et on peut ambitionner de recueillir exhaustivement le témoignage de tous les acteurs vivants. À l’inverse, si l’on travaille sur un groupe social, il peut être pertinent d’accroître le nombre de témoignages pour obtenir le plus grand nombre de points de vue possibles ou de tenter de construire un échantillon représentatif, ce qui n’est pas évident, car en histoire orale, on travaille toujours sur des survivants. La plupart des travaux s’appuient sur des corpus d’une trentaine à une centaine d’entretiens, qu’il s’agisse d’archives orales existantes ou d’entretiens réalisés pour les besoins de l’enquête orale ; mais en microhistoire, il est également possible de travailler sur un très petit nombre de récits.

Définir la méthode d’entretien

12Il est loin le temps où n’existait que le questionnaire directif écrit en 123 questions numérotées à appliquer à un informateur dépourvu de toute initiative. Aujourd’hui, alors que la méthode de l’entretien de recherche qualitatif ou compréhensif s’est acclimatée dans la quasi-totalité des sciences humaines et sociales et que les méthodes ethnographiques se sont diffusées jusqu’en histoire, la directivité des débuts a laissé la place à des modes plus souples et plus respectueux de la parole et de la personne du témoin. En réalité, toutes les méthodes existent et cohabitent. Une seule règle subsiste : que la méthode soit adaptée aux objectifs cognitifs de l’enquête. Selon la discipline des sciences humaines et sociales à laquelle ils appartiennent et en fonction du sujet qu’ils étudient et des objectifs visés, les historiens oraux adoptent telle ou telle méthode, qui chacune possède des qualités heuristiques et compréhensives différentes, qu’ils adaptent à leur objet : l’entretien libre, l’entretien thématique directif ou semi-directif (le préféré des historiens), l’entretien individuel ou collectif, le dialogue ou l’exposé oral, le récit de vie ou le récit de carrière, le récit de pratiques, le récit d’expérience, etc. Chaque méthode s’accompagne d’une posture ou d’une situation d’entretien différente et chacune place l’intervieweur et l’interviewé dans des rôles spécifiques. Les caractéristiques de telle ou telle méthode d’entretien ont un effet sur la production des informations ; elles ont aussi des conséquences juridiques sur la qualité d’auteur de l’intervieweur et de l’interviewé. Dans le cas où le témoin se livre à un exposé oral sous forme de monologue, sans aucune interruption de la part de l’intervieweur, il sera plus difficile pour ce dernier d’accéder à la qualité d’auteur, contrairement à une situation plus explicitement dialogique ; le guide d’entretien ou le questionnaire deviennent alors des éléments-clefs du dispositif et sont des indices de l’accès au statut d’auteur pour l’intervieweur. La méthode d’entretien a donc des conséquences déterminantes sur la forme de la prise de parole, sur la relation d’entretien, sur la durée de l’entretien, sur ses contenus et sur sa qualification juridique.

  • 5 Pour ma part, j’ai pratiqué un très grand nombre de méthodes. Dans un premier temps, j’ai adopté un (...)

13Du choix de la méthode d’entretien découle le choix du mode de questionnement, de la rédaction d’un éventuel questionnaire et de la forme des questions (fermées, ouvertes, semi-fermées) : questionnaire directif ou semi-directif, canevas d’entretien, guide d’entretien, témoignage encadré ou récit dirigé. La terminologie assez flottante trahit le caractère non standardisé et non figé de l’exercice5 et laisse d’importantes marges de manœuvre à l’inventivité de l’intervieweur ou du concepteur de l’enquête. Le questionnaire est souvent considéré comme l’instrument de travail à appliquer à l’enquêté en situation d’entretien ; mais il est aussi et surtout un outil de travail pour l’enquêteur lui-même, qui objective ainsi les questions qu’il se pose et qui doit le maîtriser de manière à y circuler librement, dans un sens ou dans l’autre, sans en être prisonnier, de façon à le combiner au propre cheminement du témoin. Le canevas d’entretien permet aussi de construire un scénario d’entretien, c’est-à-dire de dessiner l’itinéraire par lequel on souhaite conduire le témoin jusqu’au cœur du sujet, ce qui n’exclut pas, lors de l’entretien, les sinuosités, les allers et retours, les fausses routes, les culs-de-sac, les détours ou les chemins de traverse. Enfin, le questionnaire est l’instrument de travail qui permet, au-delà des spécificités du parcours et du discours de chaque témoin, d’identifier les points-clefs sur lesquels, dans l’exploitation ultérieure, on organisera délibérément le croisement et la confrontation des témoignages ; il est toujours possible, même dans un entretien en apparence libre, d’insérer des questions qui seront posées systématiquement à tous les témoins du corpus.

  • 6 J’ai pratiqué les deux méthodes, avec les inspecteurs des Finances (sans) et avec les préfets (avec (...)
  • 7 J’appelle « reprise » la technique qui consiste à faire systématiquement un deuxième entretien pour (...)

14Liées à la question du questionnaire et à sa mise en forme, d’autres questions de méthode surgissent, qui sont autant de micro-choix qu’il faut à un moment ou à un autre trancher : faut-il prévoir ou non un préambule biographique ? De quelle longueur ? Faut-il rédiger le questionnaire de façon très formelle et très précise ou au contraire travailler sur des formulations très ouvertes et très générales ? Faut-il soumettre préalablement au témoin le questionnaire pour lui permettre de préparer efficacement son témoignage ou au contraire préserver un effet de surprise ou de spontanéité en ne le lui communiquant pas à l’avance ? Faut-il préparer le questionnaire avec le secours des archives (le dossier de personnel, par exemple6) ou au contraire se dégager de la pression des archives ? Faut-il adopter le principe d’une reprise systématique après le premier entretien7 ? Si les interviews sont réalisées par une équipe, comment organiser le partage des contenus des entretiens pour que l’enquête soit cumulative ? Comment organiser la remontée d’informations et comment réorienter l’enquête en fonction des premiers résultats ? Quand s’arrêter ? Comment conclure ?

Choisir les intervieweurs-enquêteurs

  • 8 Si nécessaire, une formation peut être dispensée, tant en matière d’enquête et d’entretien que sur (...)

15De l’objet de la recherche découle également la définition du profil des intervieweurs (étudiants, chercheurs confirmés, experts membres de l’institution ou experts externes, professionnels de l’entretien, jeunes ou seniors, etc.). Plusieurs critères de choix peuvent entrer en ligne de compte : la discipline des sciences humaines et sociales dans laquelle on veut ancrer l’enquête, la connaissance du sujet ou l’expertise, l’implication personnelle de l’intervieweur dans le champ scientifique, l’appétence pour l’exercice de l’entretien, l’âge (ou la différence d’âge), le sexe, la disponibilité, la proximité personnelle, générationnelle ou professionnelle avec le témoin, l’expérience de la pratique de l’entretien8. Chaque critère doit être évalué et pesé, avec ses avantages et ses inconvénients.

  • 9 Le recueil de témoignages oraux ou la constitution d’archives orales ne relèvent pas de la fiction (...)

16L’essentiel consiste dans la crédibilisation de l’intervieweur vis-à-vis de son interlocuteur et dans la mise en place d’un pacte d’entretien équilibré et clair. Pour ma part, j’estime que ce pacte d’entretien ou pacte de témoignage repose sur trois piliers : l’établissement de la confiance, l’acceptation du principe de co-construction de l’information ou de la connaissance, l’exigence de véridiction9. Il est important aussi de réfléchir à la posture d’entretien qui préside à l’exercice : le partage ou la transmission des connaissances, l’intention testamentaire, la relation pédagogique, la reconnaissance, la justification, l’introspection, la promotion de soi… Autant d’attitudes à analyser et à documenter, notamment par l’enregistrement du « hors champ », c’est-à-dire tous les métadiscours qui s’expriment avant, après et autour de l’interview.

Les conditions matérielles de l’entretien et de l’enregistrement

17Les aspects matériels sont trop souvent considérés comme secondaires ou accessoires. Pourtant ils pèsent lourd dans la création des corpus oraux.

18La question du lieu d’enregistrement n’est jamais innocente ni anecdotique. Les lieux les plus usités sont le domicile, l’institution patrimoniale, le lieu de travail, le bureau, le lieu tiers (café, club, autre) et ils sont tous signifiants. Chacun de ces lieux a un effet sur la relation d’entretien, influe sur la nature des informations recueillies et comporte des avantages et des inconvénients.

19L’installation matérielle des protagonistes, le dispositif d’enregistrement ne sont pas non plus des éléments anodins ; ils sont même décisifs dans le cas du filmage des entretiens (positionnement de la caméra, positionnement de l’interviewé et de l’intervieweur par rapport à la caméra, choix des plans et du cadrage, décor, lumière, éclairages, etc.). Certains lieux sont plus propices que d’autres à l’enregistrement de la parole ou à la prise de vue et il ne faut pas hésiter à se montrer exigeant, notamment en termes de bruits parasites (fenêtre ouverte, téléphone, etc.), sauf évidemment si l’environnement sonore fait partie de l’enquête (l’atelier, l’usine, etc.).

  • 10 La qualité et les standards professionnels d’enregistrement ne devraient jamais être sacrifiés (mic (...)

20Le choix du matériel d’enregistrement est également l’occasion de réfléchir au meilleur moyen d’atteindre les objectifs fixés, de réfléchir au type d’informations que l’on souhaite recueillir, aux futures exploitations et aux apports comparés de l’enregistrement sonore, de la photographie ou de l’enregistrement filmé10. Chacun de ces moyens techniques de captation et de compréhension du réel procure des gains en termes d’informations, de connaissances, d’interrelation, d’expression et de mise en scène de soi ; chacun d’entre eux génère des biais et des interactions variées, qui sont autant d’objets d’étude.

21Les questions liées au temps méritent elles aussi d’être réfléchies. Quel est le moment le plus propice de la journée pour instaurer la plus grande qualité de parole et d’écoute ? Quelle est la durée la plus efficace d’un entretien pour que l’interviewé ait le temps d’apprivoiser l’exercice, de rôder sa mémoire et de développer son récit ? Faut-il calibrer l’entretien et imposer un nombre de séances ? Ou au contraire ne pas imposer de limite de durée ? Faut-il espacer les séances ? Peut-on faire plusieurs entretiens dans la même journée ? Tout dépend en définitive des objectifs, de la matière, de la relation d’entretien, du calendrier et du budget.

Définir les instruments de travail

22Le travail de conception de l’enquête comprend aussi la définition des instruments de travail documentaire qui devront accompagner les enregistrements, sans lesquels les entretiens ne peuvent prétendre au statut de ressources ni de sources. Un corpus non documenté est un corpus inutilisable. Plusieurs outils sont désormais éprouvés : la fiche chronothématique, qui repère chronologiquement et linéairement les informations ainsi que les thèmes successifs abordés par le témoin ; la fiche de synthèse qui établit les conditions de production du témoignage, le contextualise et en analyse l’intérêt historique ; la fiche d’inventaire (ou sommaire) qui divise en chapitres l’enregistrement ; le résumé (ou la contraction) d’entretien ; la transcription ; l’extraction d’informations factuelles ; l’indexation systématique (personnes, lieux, dates, institutions, matières) ou par mots-clefs des fiches chronothématiques, des résumés ou des transcriptions ; la fiche biographique du témoin ; la fiche bibliographique, etc. Ces instruments de travail sont en général très étroitement liés aux exploitations envisagées et certains doivent être conçus très en amont (par exemple, le thésaurus). Ainsi, la publication d’un ouvrage nécessite-t-elle obligatoirement la transcription d’extraits, voire des entretiens dans leur totalité, alors que la réalisation d’un disque peut n’admettre que le seul et simple repérage chronothématique. Il est donc important de réfléchir dès le départ aux instruments documentaires qu’exigent les valorisations envisagées.

23Avec les nouvelles technologies numériques, les corpus sonores de témoignages oraux enregistrés sur disque dur et les fichiers documentaires qui les accompagnent constituent des bases de données en tant que telles. Transcrits, transformés en corpus textuels, ils deviennent interrogeables par moteur de recherche et sont susceptibles d’analyses textométriques. La transcription accélère le travail de repérage des informations et facilite le travail d’analyse de contenu et de citation, mais elle présente aussi beaucoup d’écueils, et ce pour plusieurs raisons. Premièrement, la transcription ne propose qu’une restitution mutilée de l’expression verbale des richesses de l’oralité ; pire, elle les élimine. Deuxièmement, la transcription, en transformant l’œuvre orale en œuvre écrite, exige un lourd travail d’adaptation ou de traduction, ce qui complexifie à plaisir le statut juridique déjà compliqué des témoignages oraux. Troisièmement, le travail de transcription est très coûteux en temps et en argent (six heures de travail, au minimum, pour une heure d’entretien littéralement transcrite) ; il suppose d’être suivi d’un travail de vérification (contre les oublis, les erreurs de compréhension et les interpolations) et d’un travail de réécriture qui exige rigueur, respect de l’œuvre originale et reconnaissance pleine et entière des auteurs, de tous les auteurs. Pour toutes ces raisons, la transcription demeure objet de débats, mais dans beaucoup de cas et notamment dans les travaux historiques qui font de la citation un instrument probatoire, elle reste la voie royale et paradoxale de la valorisation des témoignages oraux.

Devenir patrimonial et statut juridique des enregistrements

24La phase de conception de l’enquête s’achève avec la définition du devenir patrimonial du corpus d’enregistrements. Cette qualification patrimoniale est-elle d’emblée voulue et conférée au corpus créé, avec le choix d’une institution patrimoniale partenaire, ou n’est-elle prévue qu’au terme d’une première utilisation scientifique ou culturelle dont les limites chronologiques sont explicitement définies ? Si la solution du partenariat avec une institution patrimoniale est choisie (bibliothèque, phonothèque, médiathèque, musée, fondation culturelle ou centre d’archives), il est nécessaire de définir contractuellement les modes d’entrée du corpus dans les collections ou dans les fonds (dépôt, don, versement légal, protocoles spécifiques), ainsi que les modalités de conservation, de reproduction, de consultation, de diffusion et d’exploitation. Dans la plus grande majorité des cas, qu’il s’agisse de corpus créés par un chercheur, une association, une organisation ou par un laboratoire de recherche, le recours au contrat est nécessaire. Car la conservation, la reproduction, la transmission, la diffusion et l’exploitation des témoignages oraux sont soumises à des exigences juridiques complexes.

  • 11 Les archives sont définies par le Code du patrimoine comme « l’ensemble des documents, y compris le (...)
  • 12 Les archives qui n’entrent pas dans la définition de l’article L 211-4 du Code du patrimoine consti (...)

25Une première clarification s’impose, celle du statut d’archives publiques11 ou privées12. Dans le premier cas, les dispositions du Code du patrimoine s’appliquent, avec ses restrictions, notamment en matière de délais de communication : vingt-cinq ans pour le délai le plus courant, cinquante ans pour les questions de vie privée, etc. Dans le second cas, le recours au contrat s’impose pour régler tous les usages des témoignages oraux.

  • 13 Un entretien, dont la forme est originale et qui porte « l’empreinte de la personnalité » de son ou (...)
  • 14 En matière d’interviews, la jurisprudence a reconnu la qualité d’auteur tant à la personne interrog (...)
  • 15 La cession des droits patrimoniaux doit obligatoirement faire l’objet d’un écrit (article L 131-2 d (...)

26Deuxièmement, ce droit patrimonial doit être combiné avec le Code de la propriété intellectuelle (CPI) et le droit d’auteur. Ce dernier s’applique à toutes les œuvres de l’esprit, y compris les témoignages oraux et les interviews13, ce qui pose la question – toujours délicate – de la titularité des droits d’auteur (partagée ou non entre l’interviewé et l’intervieweur14). Seuls l’auteur ou les auteurs jouissent de l’intégralité des droits moraux et patrimoniaux sur leur œuvre. Les droits moraux (divulgation, paternité, respect de l’œuvre, droit de repentir et de retrait) sont incessibles, tandis que les droits patrimoniaux exigent de la part du ou des auteurs des autorisations de reproduction et d’exploitation15. Ces droits exclusifs d’exploitation durent jusqu’au décès de l’auteur et pendant soixante-dix ans à compter de son décès (article L 123-1 du CPI).

27Troisièmement, en tant que bases de données, les corpus de témoignages oraux sont soumis aux dispositions spécifiques du CPI en la matière (L 341-1 du CPI) ; dans ce cas, le producteur se voit reconnaître certains droits particuliers.

  • 16 Une consultation est en cours par la CNIL auprès des chercheurs en sciences humaines et sociales (n (...)
  • 17 InSHS, Les sciences humaines et sociales et la protection des données à caractère personnel dans le (...)
  • 18 Ce consentement doit être libre et éclairé, il nécessite que le témoin ait été préalablement inform (...)
  • 19 Le contrat est en premier lieu une autorisation d’enregistrement et de conservation de la parole. I (...)

28Quatrièmement, ils sont également soumis à la législation sur la fixation, la conservation et la diffusion des données personnelles (voir la loi « Informatique et libertés » du 6 janvier 1978 et le règlement général sur la protection des données personnelles [RGPD] entré en vigueur en 2018). Selon l’article 8 de la loi « Informatique et libertés », il est interdit, sans le consentement exprès de la personne concernée, « de collecter ou de traiter des données à caractère personnel qui font apparaître, directement ou indirectement, les origines raciales ou ethniques, les opinions politiques, philosophiques ou religieuses ou l’appartenance syndicale des personnes, ou qui sont relatives à la santé ou à la vie sexuelle de celles-ci ». Au-delà de l’information et du consentement du témoin, le traitement des données personnelles suppose une déclaration préalable auprès de la CNIL16. Pour une mise à jour de ces règles juridiques générales et pour avoir plus de détails sur leur application, on se reportera à l’ouvrage d’Isabelle Gras et Véronique Ginouvès de 2018 déjà cité, ainsi qu’à l’ouvrage récemment publié par le CNRS en 201917. Le recours au « consentement éclairé » de la personne18, l’établissement d’un contrat de communicabilité et de diffusion19, l’anonymisation (partielle ou temporelle), le recours au délai de réserve ou l’application stricte des délais du Code du patrimoine permettent cependant de résoudre bon nombre de difficultés.

  • 20 Du côté des tiers, le respect de la vie privée peut conduire à des actions en justice, tant sur le (...)

29Une cinquième strate de dispositions juridiques vient enserrer l’utilisation des témoignages oraux, celle de la protection des droits de la personnalité, de la vie privée, de l’image et de la voix, régie par la loi de 1970 (article 9 du Code civil) et par la loi sur la presse de 1881 pour ce qui concerne la diffamation des individus décédés20.

30Enfin, dans certains cas, il faut veiller au respect du secret professionnel (article 226-13 du Code pénal) ou du secret de la défense nationale (article 413-9 du Code pénal).

31L’utilisation de la parole enregistrée est donc complexe. Les contraintes qui pèsent sur la parole enregistrée peuvent sembler aller à rebours des intuitions de l’histoire orale (une prise de parole libre, permettant de contourner les verrous institutionnels), elles sont parfois en tension avec le droit de la connaissance ou le droit à la connaissance, et elles font obstacle aux revendications actuelles de libre accès aux informations ou d’archives ouvertes. Toutefois, au-delà des questions juridiques qui donnent lieu à des analyses souvent complexes, parfois contradictoires, mais toujours subtiles et à des solutions nécessairement imparfaites, la constitution et l’utilisation des témoignages oraux engagent à une réflexion éthique qui fait l’un des intérêts de l’histoire orale.

Définir le calendrier, les « livrables » et le budget

32La résolution de tous ces points donne lieu à une note-projet, qui est validée par l’ensemble des partenaires ou par le groupe de pilotage. L’établissement du calendrier de l’enquête, de ses différentes phases, des différents produits livrables (enregistrements, fiches documentaires, transcriptions, rapport d’enquête, produits d’exploitation, articles, ouvrages, films, etc.), la détermination du budget, qui est fonction de tous les éléments mentionnés ci-dessus, viennent parachever la phase de conception de l’enquête orale.

La lettre d’appel à témoignage

33Le point d’aboutissement de tout ce travail de conception et de définition est la lettre d’appel à témoignage, qui synthétise pour le témoin les éléments importants du projet et qui permet de nouer de façon transparente et solide le pacte d’entretien. Le pacte d’entretien a une triple dimension. C’est tout d’abord un pacte de confiance, d’ordre éthique et déontologique, par lequel l’intervieweur et l’interviewé s’entendent sur les objectifs poursuivis : la recherche d’informations, la construction de la connaissance, la transmission, la commémoration, etc. À ce titre, il impose notamment aux organisateurs de l’interview de préciser les objectifs de la collecte de témoignage, de ne pas enregistrer hors de la volonté du témoin, d’être clairs sur les utilisations futures de l’entretien. Le témoin, pour sa part, doit clairement formuler son accord par l’octroi de son autorisation (par écrit ou par oral). Ce pacte reçoit une traduction juridique (le contrat). Dans la lettre à témoignage, on résumera donc les points caractéristiques de l’enquête : l’identité du commanditaire ou du chercheur ; le sujet général de l’enquête ; la méthode d’entretien ; les modes d’enregistrement ; la raison pour laquelle le témoin est sollicité et l’objet précis de l’entretien ; le devenir patrimonial des entretiens et les utilisations envisagées. Cette lettre est un outil commode – et nécessaire – pour informer l’interviewé des tenants et aboutissants de l’exercice et pour attester qu’il a consenti de façon éclairée à la fixation et à l’utilisation de sa parole (voir les exigences de la CNIL en matière de données personnelles). Ces éléments peuvent aussi être communiqués oralement et directement à l’informateur, notamment lors d’un entretien préliminaire ; les autorisations peuvent faire l’objet d’un enregistrement, si l’accord écrit ne peut être obtenu.

La réalisation des entretiens

Une préparation personnalisée

34Chaque entretien fait l’objet d’une préparation personnalisée (archives, dossier de personnel lorsqu’il existe, bibliographie, presse, littérature grise, annuaires, organigrammes, écoute des autres témoignages oraux sur le même sujet, etc.) ; le questionnement est également adapté au témoin. D’une séance à l’autre, l’enregistrement est réécouté de façon critique afin de repérer les approximations, les allusions, les contradictions, les noms de personnes ou toute autre information qui mériterait des précisions ou des développements complémentaires. La relation d’entretien se modifie nécessairement au fil des séances ; si le récit s’allonge de semaine en semaine, on peut avoir bon espoir qu’elle gagne en confiance, en familiarité, en compréhension de l’exercice, en liberté de parole.

35Le témoin peut être aidé et soutenu dans son travail de remémoration par des aide-mémoire en tout genre : documents d’archive, articles de presse, chronologie, photographies anciennes, organigrammes d’époque, objets, croquis, cartes, listes de noms, questionnaire communiqué préalablement, reconstitution du CV ou du parcours professionnel, etc. Tous ces supports, à commencer par le questionnaire ou le canevas d’entretien, sont d’une grande aide dans le cas de témoins peu enclins à la parole ou au contraire dans le cas de témoins volubiles ou digressifs ; ils replacent l’exercice du témoignage dans sa finalité, non pas une conversation amicale ou mondaine, non pas une confession, mais un entretien pour connaître ou pour transmettre.

36L’excès de préparation et de documentation peut parfois assécher l’exercice, du côté du témoin comme de l’intervieweur. Dans le premier cas, le témoin, surinformé, ne porte plus de témoignage personnel sur son expérience, mais fait un cours (un grand classique chez l’inspecteur des Finances ancien professeur à Sciences Po) ou discute de la production historiographique récente sur le sujet concerné (plus rare). Dans le second cas, l’intervieweur plein de son savoir, en général acquis au dur labeur des archives, assomme son témoin de ses connaissances, fait confirmer par le témoin ce qu’il sait déjà et donc s’ennuie, faute d’avoir réfléchi en amont aux informations qu’il voulait obtenir par le biais de l’oralité ; quant au témoin, déstabilisé par l’étendue des connaissances de son intervieweur, il finit par se taire, persuadé de sa non-valeur ajoutée…

La conduite de l’entretien

37La conduite de l’entretien exige d’avoir une idée claire de ce que l’on cherche, mais en même temps de se montrer totalement souple et ouvert aux méandres que la parole et le souvenir peuvent suivre pour approcher l’objet du questionnement. Une séquence introductive, biographique, est souvent utile pour apprivoiser la parole, lancer le travail de mémoire et amorcer l’entretien. Elle est également importante pour situer l’auteur du témoignage : qui parle et d’où parle-t-il ? L’objectif est de faire parler le témoin le plus possible et le mieux possible. Aux questions fermées on préférera les questions ouvertes ; aux questions directes les questions indirectes, le but étant d’obtenir les informations les plus diversifiées et les plus larges possible. Les questions « qui ? », « comment ? » et « pourquoi ? » – cette dernière question étant elle-même déclinée en « à cause de quoi ? », « en vue de quoi ? » et « au nom de quoi ? » – sont les questions favorites de l’histoire orale. La question « quand ? » demeure la plus délicate, compte tenu des effets du temps écoulé, du travail de la mémoire et de l’oubli. S’acharner sur des questions de datation ou de chronologie horaire peut être contre-productif et déstabilisant pour le témoin ; mieux vaut s’adresser aux documents d’archives primaires, à condition qu’ils existent et qu’ils soient accessibles. Il n’en reste pas moins que le témoignage d’un témoin peut conduire à relancer une enquête sur la genèse d’une décision ou d’un changement, et rectifier une chronologie admise…

38Le magnétophone, en libérant la main et le regard de l’intervieweur, permet à ce dernier de se consacrer à la mise en place de la relation d’entretien, à la conduite de l’entretien et à sa dynamique (relances, reformulations, encouragements). Écoute, empathie, compréhension, implication sont sans doute les maîtres mots de l’entretien, davantage que neutralité et distance qui étaient parfois recommandées dans le passé. Le temps de l’entretien n’est pas le temps du soupçon ni de la critique, encore moins du jugement moral ou de la condamnation. Pour autant, ne peut-on y injecter une dose de contradiction critique, voire de contestation ? C’est ce que permet la consultation des archives ou des autres témoignages qui peuvent être invoqués dans le cours de l’entretien, à condition de ne pas réduire le témoin au silence par une parole péremptoire ou définitive. Enfin, rappelons que depuis Marc Bloch, erreurs et mensonges ne sont pas seulement des affirmations à blâmer, à rectifier ou à éliminer, mais avant tout des faits à étudier en tant que tels.

  • 21 Les émotions, les coupures d’enregistrement, les interruptions téléphoniques, les recherches ou les (...)

39La présence du magnétophone ne dispense pas de prendre des notes, ne serait-ce que pour effectuer les relances nécessaires ou pour marquer l’intérêt que l’on porte aux propos du témoin. Le carnet d’enquête est également un instrument de travail précieux. Y sont portées toutes les indications concernant le déroulement de l’enquête et celui de chaque entretien, les incidents ou les événements qui ont marqué l’interview21, les documents d’archives privées communiqués, les gestes, les conversations prononcées à côté ou hors de l’enregistrement, les propos off, les objets montrés ou commentés, les propos tenus par les tiers, les lieux et les décors dans lesquels s’est déroulé l’entretien, les paroles ou les discours qui livrent les intentions du témoin lorsqu’il se prête à l’exercice des archives orales. Ce petit carnet de bord est précieux au moment de rédiger la fiche de synthèse, qui récapitule les conditions factuelles et objectives dans lesquelles s’est déroulé l’entretien et qui permet de se prononcer sur l’intérêt historique ou sur les apports du témoignage obtenu. De façon générale, le hors-champ de l’entretien est riche en informations et peut lui-même devenir un objet d’étude.

40L’entretien est également un moment extrêmement favorable pour identifier si le témoin conserve par-devers lui des objets du passé, des documents d’archives, des photographies, des publications, des articles de presse, un journal personnel, des agendas, des mémoires, et pour lui demander s’il accepterait d’en livrer une copie ou les originaux.

41Pour conclure, qu’est-ce qu’un bon ou un mauvais témoin ? Qu’est-ce qu’un bon ou un mauvais entretien ? Qu’est-ce qu’un bon ou un mauvais intervieweur ? Il est souvent difficile de se prononcer sur la qualité d’un entretien. On ne peut le faire que relativement aux autres témoignages obtenus sur le même sujet et en regard des objectifs qui ont été assignés au départ à l’enquête ; on appréciera alors la sincérité du témoin, la précision de ses propos, le nombre et la densité des informations, la richesse du témoignage, son exactitude, sa recoupabililité, la pertinence de l’analyse, le talent narratif du témoin, son caractère esthétique ou narratif. À l’inverse, on regrettera la vacuité d’un témoignage, son caractère flou ou peu structuré, sa platitude, les faibles relances de l’intervieweur ou sa méconnaissance du sujet. Mais, dans le moyen ou dans le long terme, un entretien en apparence pauvre ou ennuyeux peut révéler des qualités heuristiques imprévues, car les critères d’appréciation d’un document peuvent changer suivant l’époque à laquelle on se situe et suivant les questions qu’on lui applique. C’est ce qui permet d’ailleurs d’envisager une revisite par les sciences humaines et sociales de corpus d’entretiens constitués antérieurement ou dans un autre cadre par des tiers. On pourrait être tenté de dire qu’un mauvais entretien est un entretien où l’on n’entend que l’intervieweur ; mais même dans ce cas, l’omniprésence de l’intervieweur, ses présupposés, sa façon d’imposer ses questions et ses réponses, ses obsessions, son insistance peuvent un jour se révéler signifiantes pour l’historien, notamment celui qui prendrait pour objet d’étude l’entretien lui-même, ses méthodes et les interactions en jeu dans un entretien de sciences sociales.

Le traitement documentaire et la valorisation des entretiens

La documentation des entretiens

42Ayant déjà en partie abordé cette question lors de la phase de préparation de l’enquête, je me contenterai de redire que tout corpus de témoignages oraux, s’il veut accéder au rang de source et de ressource, doit être documenté. La note-projet, les questionnaires, le repérage des sources disponibles, la bibliographie, les notices biographiques, les fiches chronothématiques, les fiches d’inventaire, les fiches de synthèse, les transcriptions, les résumés, les correspondances avec les témoins, les contrats de cession de droits ou de communicabilité, l’éventuel rapport final constituent le dossier documentaire de l’enquête. Tous ces documents permettront aux futurs utilisateurs de contextualiser et de critiquer la source ainsi fabriquée. Ils constituent aussi une première forme de valorisation et de mise à disposition de l’information. La numérisation, l’indexation, la transformation en base de données interrogeables par moteur de recherche constituent une deuxième étape dans la valorisation documentaire des corpus oraux. La troisième étape est celle de la mise à disposition des enregistrements en salle sur poste de consultation dédié ou par tout autre moyen de diffusion (Intranet, Internet, etc.). Tous ces usages doivent être expressément autorisés par les auteurs et le producteur du corpus.

La publication des entretiens

43La quatrième étape de la valorisation est celle de la publication des entretiens, soit sous une forme textuelle, soit sous une forme sonore ou audiovisuelle. La publication de témoignages oraux réécrits, parfois annotés et critiqués, sous forme de citations, d’extraits anthologiques, de résumés ou sous forme exhaustive, est ancienne, aussi ancienne que l’histoire orale elle-même, depuis la mise par écrit des témoignages oraux de l’histoire antique jusqu’à celle des traditions orales de l’ancienne Europe au cours du xixe siècle. Avec l’essor des nouvelles technologies, se sont développés de nouveaux outils de valorisation qui permettent une restitution sonore directe des entretiens ou des témoignages : le disque audio, le DVD, le documentaire radiophonique ou audiovisuel, la borne sonore dans un musée ou dans une exposition, l’audioguide, l’application pour téléphone portable, etc. Avec les technologies numériques et l’explosion d’Internet qui ouvrent des possibilités illimitées de diffusion et de mise en partage des contenus, la tentation est très grande de mettre en ligne les enregistrements sonores, soit sous forme de corpus exhaustifs, soit sous forme d’extraits, soit sous forme de montages sonores ou audiovisuels ou multimédias, accompagnés ou non de leurs instruments de travail documentaires et critiques, enrichis de documents iconographiques ou d’archives. Les choses n’en sont qu’à leurs débuts. Là encore, on s’efforcera de réfléchir aux objectifs poursuivis, aux publics visés et à l’intérêt de telle ou telle activité de valorisation. Par exemple, quel est le statut de l’extrait sonore sur Internet ? Est-il une illustration ? Un produit d’appel publicitaire ? Une forme de restitution ? Un partage de connaissances ? Enfin, en matière d’archives orales, il est nécessaire d’avoir une approche coût-avantage, compte tenu du temps que prend l’exploitation des entretiens.

44D’un point de vue juridique, la divulgation et la diffusion de témoignages personnels sur Internet constituent une représentation et une publication. À ce titre, elles sont soumises à de fortes contraintes : les délais du Code du patrimoine, les exigences du secret professionnel ou de la confidentialité, les contraintes du droit d’auteur qui concernent dans certains cas l’intervieweur et l’interviewé, la protection de la vie privée, des données personnelles, de la réputation et des droits de la personne, le risque de diffamation. La publication sur Internet des fiches chronothématiques, des inventaires, des résumés d’entretiens et des transcriptions est soumise aux mêmes contraintes juridiques. La vigilance est donc de mise.

  • 22 Le recours au contrat est impossible pour les corpus dits « orphelins ». Ces corpus anciens, qui ex (...)

45Si la question de la cession des droits d’auteur se révèle en définitive facilement soluble grâce au recours au contrat22, il n’en est pas de même pour le dévoilement des informations susceptibles de porter atteinte à la vie privée des personnes. Car les archives orales sont tissées de ces informations à caractère personnel, privé, religieux, philosophique, politique, social, familial, médical parfois ; mieux, l’obtention de ces informations biographiques est bien souvent la raison même des archives orales. Dans le cas d’enquêtes orales à caractère patrimonial ou scientifique, un informateur, un témoin peut accorder son consentement à la fixation, la diffusion ou la publication des propos qu’il a tenus à son propre endroit (sa propre vie, sa propre action), mais il n’est pas en mesure de le faire pour les propos qui concernent des tiers. Ce risque est d’ailleurs très bien perçu par certains témoins qui se refusent dans certains cas à faire des portraits ou à citer nominativement les personnes dont ils parlent.

46L’anonymisation des données est souvent avancée comme une solution à ce problème de la mise en cause des personnes, mais elle s’avère longue et compliquée à mettre en œuvre sur des corpus d’entretiens de plusieurs dizaines d’heures, car il faut alors anonymiser non seulement les personnes citées, mais aussi les lieux et les institutions. En outre, dans les milieux d’interconnaissance étroits, l’anonymisation est tout bonnement illusoire ; enfin, toutes les sciences humaines et sociales ne tolèrent pas de la même manière l’anonymisation des informations et des informateurs ; celle-ci est parfois antinomique avec les pratiques de recherche, en histoire notamment. En dernier ressort subsiste l’arme du délai de réserve : le témoignage n’est rendu communicable et exploitable qu’à l’expiration d’un délai de rigueur, contractuellement fixé ou imposé par l’institution productrice (voir les délais du Code du patrimoine).

47Entre éthique, respect des droits de la personne et progrès des connaissances, la voie de l’exploitation des témoignages oraux se révèle donc étroite, mais cette tension donne lieu à de fécondes réflexions.

Usages scientifiques et sociaux des témoignages oraux

  • 23 Françoise Cribier et Élise Feller, Projet de conservation des données qualitatives des sciences soc (...)
  • 24 Gilles Laferté, « Des archives d’enquêtes ethnographiques pour quoi faire ? Les conditions d’une re (...)

48Si l’exploitation des témoignages oraux par les sciences humaines et sociales a connu un long purgatoire pour les raisons que j’ai rappelées, il me semble qu’elle est désormais acquise, à la condition expresse qu’elle se soumette aux règles de la discipline historique. Critique des sources, citations, références en note de bas de page, introduction méthodologique, transcriptions placées en annexes, enregistrements mis à disposition sur un disque audio ou sur un DVD complémentaire, toutes ces pratiques, jusque-là appliquées aux sources écrites, le sont désormais aux sources orales et audiovisuelles, ou du moins progressent et deviennent familières aux étudiants et aux jeunes chercheurs. Le plus grand effort consiste sans doute dans l’organisation de l’accessibilité et de la vérifiabilité de ces sources par tous. Pour cela, le dépôt des corpus de recherche dans des lieux patrimoniaux reste encore le meilleur moyen de crédibiliser les témoignages oraux. À cet égard, plusieurs rapports et plusieurs groupes de travail se sont intéressés à la conservation des archives des sciences humaines et sociales, et plus particulièrement aux données qualitatives de la recherche (rapport Cribier-Feller, enquête ARSHS menée par Serge Wolikow23, etc.), ainsi qu’aux conditions de leur réutilisation. Comme on l’a vu plus haut, les travaux de « revisite » ou de réexamen de ces corpus de la recherche en SHS ont commencé et suscitent à leur tour de nouveaux questionnements24.

49Mais, par-delà ces usages scientifiques, ce sont sans doute les autres usages des témoignages oraux qui ont connu la plus grande expansion ; ce sont d’ailleurs ces usages qui suscitent les questionnements juridiques les plus épineux, car ces usages sociaux des témoignages sont presque toujours collectifs, voire parfois lucratifs : édition de beaux livres, expositions culturelles, parcours sonores, mise en musée, diffusion d’extraits dans des enceintes publiques ou collectives, disques audio et DVD, produits multimédias, documentaires audiovisuels, émissions radiophoniques, spectacles, lecture sur scène, contes, mise en scène théâtrale, sites de diffusion ou plateformes éditoriales sur Internet. On ne compte plus les valorisations extrascientifiques ou extra-académiques des archives orales. Ces usages sociaux du témoignage et de la parole sur soi constituent une forme de restitution envers ceux qui ont accepté de se souvenir et de parler ; ils s’inscrivent dans une pratique du don et du contre-don et dans une relation intergénérationnelle de transmission et de compréhension mutuelle. À l’échelle de la société, la constitution d’archives orales constitue donc une magnifique entreprise de reconnaissance pour des personnes et des groupes sociaux s’estimant non reconnus et, en ce sens, les archives orales sont fidèles aux premières intuitions de l’histoire orale des origines : rendre la parole aux oubliés de l’histoire. Le grand défi est néanmoins celui de la banalisation et de la dilution, car, victime de son succès, l’histoire orale est submergée par l’expansion de la « parole témoignante » dans de multiples enceintes (presse, radio, télévision, cinéma, numérique, storytelling, musées, spectacles, etc.), au risque de susciter confusions et approximations chez les commanditaires, les médiateurs et dans le public. Du côté des SHS, l’antidote à cet usage non modéré du témoignage dans l’espace social se trouve sans doute dans le resserrement des fondamentaux méthodologiques… et dans l’archivisation rigoureuse des témoignages oraux.

Notes

1 Florence Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, Cheff, 2001, p. 251-422.

2 C’est le syndrome « chef d’œuvre en péril », qui se développe à la faveur d’une émotion patrimoniale ou mémorielle.

3 Si l’on souhaite exploiter immédiatement les enregistrements, il faut qu’ils soient libres de droits, ce qui suppose que l’interviewé soit prévenu des usages escomptés de son témoignage et qu’il donne son accord à cette utilisation. Ce dispositif a nécessairement un impact sur sa prise de parole et sur le contenu de ses propos.

4 Krzysztof Pomian, « Le passé. De la foi à la connaissance », Le Débat, no 24, 1983, p. 151-168.

5 Pour ma part, j’ai pratiqué un très grand nombre de méthodes. Dans un premier temps, j’ai adopté une forme plutôt directive et formalisée d’interview, puis le mode plus souple et plus plastique du canevas d’entretien, afin de laisser la plus grande initiative possible au témoin. Par la suite, je suis revenue à des formes plus « dirigées ». Mais dans tous les cas, c’est la façon de penser, la façon de se souvenir et la façon de dire de l’interviewé qui sont au centre des préoccupations.

6 J’ai pratiqué les deux méthodes, avec les inspecteurs des Finances (sans) et avec les préfets (avec).

7 J’appelle « reprise » la technique qui consiste à faire systématiquement un deuxième entretien pour vérifier, expliciter, croiser, compléter et développer le premier entretien. Cette reprise a forcément un coût en temps ou en argent.

8 Si nécessaire, une formation peut être dispensée, tant en matière d’enquête et d’entretien que sur le champ de connaissance concerné.

9 Le recueil de témoignages oraux ou la constitution d’archives orales ne relèvent pas de la fiction mais de l’histoire, c’est-à-dire de la connaissance du réel et de la recherche du vrai.

10 La qualité et les standards professionnels d’enregistrement ne devraient jamais être sacrifiés (micros, enregistreurs, casques, etc.). Les contraintes budgétaires font qu’ils le sont souvent.

11 Les archives sont définies par le Code du patrimoine comme « l’ensemble des documents, y compris les données, quels que soient leur date, leur lieu de conservation, leur forme et leur support, produits ou reçus par toute personne physique ou morale et par tout service ou organisme public ou privé dans l’exercice de leur activité » (article L 211-1 C. pat.). Un témoignage oral constitue donc une archive, à partir du moment où sa production ou sa réception est réalisée dans l’exercice de l’activité d’une entité publique quelconque. Le Code du patrimoine dispose également que sont des archives publiques « les documents qui procèdent de l’activité de l’État, des collectivités territoriales, des établissements publics et des autres personnes morales de droit public, […] de la gestion d’un service public ou de l’exercice d’une mission de service public par des personnes de droit privé » (article L 211-4 C. pat.).

12 Les archives qui n’entrent pas dans la définition de l’article L 211-4 du Code du patrimoine constituent des archives privées. Leur conservation, leur exploitation et leur communication sont soumises à la volonté de la personne morale ou physique qui les a produites ou reçues, d’où l’importance du recours au contrat.

13 Un entretien, dont la forme est originale et qui porte « l’empreinte de la personnalité » de son ou de ses auteurs, constitue une œuvre de l’esprit (article L. 112-2 du CPI) ; il bénéficie de la protection légale du droit d’auteur.

14 En matière d’interviews, la jurisprudence a reconnu la qualité d’auteur tant à la personne interrogée qu’à la personne qui l’interroge. La question nécessite un examen au cas par cas, dont la solution dépend des circonstances et des caractéristiques de l’entretien et du témoignage produit. Lorsque deux personnes sont désignées comme les auteurs d’une même œuvre, l’entretien constitue une œuvre de collaboration au sens de l’article L 113-3 du CPI. L’œuvre appartient en indivision aux deux auteurs et l’accord exprès de chacune des deux parties est nécessaire pour toute utilisation ou exploitation de l’œuvre en question.

15 La cession des droits patrimoniaux doit obligatoirement faire l’objet d’un écrit (article L 131-2 du CPI) et chacun des droits transmis doit faire l’objet d’une mention distincte précisant son domaine d’exploitation, son étendue, sa destination, les lieux et la durée. Il en est de même pour la traduction, l’adaptation, la transformation ou l’arrangement (article L. 122-4 du CPI), ce qui concerne très directement la transcription et la réécriture d’un entretien ou d’un témoignage.

16 Une consultation est en cours par la CNIL auprès des chercheurs en sciences humaines et sociales (non médicales) concernant l’utilisation des données personnelles qu’ils font dans leurs enquêtes. Une grande vigilance doit donc s’observer à l’égard des recommandations ou décisions que la CNIL pourra être conduite à prendre dans les prochains mois.

17 InSHS, Les sciences humaines et sociales et la protection des données à caractère personnel dans le contexte de la science ouverte. Guide pour la recherche, Paris, CNRS, 2019, en ligne : www.inshs.cnrs.fr/sites/institut_inshs/files/pdf/guide-rgpd_2.pdf (consulté en juillet 2019).

18 Ce consentement doit être libre et éclairé, il nécessite que le témoin ait été préalablement informé des finalités et conditions de l’enregistrement dans toute leur étendue.

19 Le contrat est en premier lieu une autorisation d’enregistrement et de conservation de la parole. Il permet aussi de prendre en compte la cession des droits relatifs à la propriété intellectuelle du témoin et de préciser les conditions de cession des droits patrimoniaux pour les usages à venir du témoignage (consultation en salle de lecture, transcription, diffusion en situation pédagogique, publication, diffusion sur Internet, anonymisation, etc.). En cas d’œuvre de collaboration, l’intervieweur se voit reconnaître le droit de paternité (droit au nom) et signe le même type de contrat.

20 Du côté des tiers, le respect de la vie privée peut conduire à des actions en justice, tant sur le fondement de l’article 9 du Code civil que sur la diffamation (article 29 et suivants de la loi du 29 juillet 1881).

21 Les émotions, les coupures d’enregistrement, les interruptions téléphoniques, les recherches ou les commentaires, les apports documentaires, les interventions de tierces personnes, les accidents techniques d’enregistrement, etc.

22 Le recours au contrat est impossible pour les corpus dits « orphelins ». Ces corpus anciens, qui existent dans certaines institutions patrimoniales et pour lesquels on ignore qui sont le producteur, les auteurs, les intervieweurs, les interviewés, les ayants droit, sont condamnés à rester incommunicables dans les réserves. Le rapport Vaïsse d’octobre 2013 a fait à cet égard des propositions intéressantes : qu’ils soient au moins rendus consultables en salle de lecture, dans les centres d’archives et à la BnF, quitte à faire l’objet de régularisations a posteriori avec les ayants droit.

23 Françoise Cribier et Élise Feller, Projet de conservation des données qualitatives des sciences sociales recueillies en France auprès de la « société civile », rapport au ministère de la Recherche, CNRS-EHESS-université de Caen, 2003 ; Serge Wolikow, « Les archives du savoir en sciences sociales. Délimitation et projets », dans Marie Cornu et Jérôme Fromageau (dir.), Archives et sciences sociales. Aspects juridiques et coopération scientifique, Paris, L’Harmattan, 2006, p. 17-28 ; Serge Wolikow (dir), numéro thématique « Richesse et diversité : à la découverte des archives des sciences humaines et sociales », La Gazette des archives, no 212, 2008 ; Serge Wolikow, « L’enquête sur les archives de la recherche en sciences humaines et sociales (ARSHS). Premier bilan », Histoire@Politique, vol. 3, no 9, 2009, p. 100.

24 Gilles Laferté, « Des archives d’enquêtes ethnographiques pour quoi faire ? Les conditions d’une revisite », Genèses, no 63, 2006, p. 25-45.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site