Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archiver la mémoire

 | 
Florence Descamps

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Michel de Certeau, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 2002 [1975], p. 118-120.

1Litinéraire historiographique que nous venons d’emprunter en suivant ce fil ténu que constitue l’enregistrement des « voix qui nous viennent du passé » nous permet de revisiter la grande trilogie histoire, mémoire, patrimoine. Dans les années 1980-1990, ces trois notions, qui rendent compte de trois relations au passé et renvoient à trois usages sociaux du passé, entrent en dialogue étroit, s’entrecroisent, s’entrechoquent parfois. En facteur commun, vient s’insérer le recours aux témoignages oraux, sous ses deux versions « histoire orale » et « archives orales ». Ces deux pratiques, à l’origine distinctes, sont deux réponses inventées par la discipline historique pour répondre à la demande sociale en mémoire qui a fait jour dès la fin des années 1970 ; elles font de la mémoire un objet d’histoire tout en préparant, sous certaines conditions, sa mise en patrimoine. La première s’est voulue en son temps plus alternative et plus contestataire, elle donne à entendre la mémoire vive. La seconde s’est dotée d’emblée d’une dimension documentaire, elle fait transiter la mémoire par le sas refroidissant de l’archivisation, de moyenne ou de longue durée, et de la mise en série. Ce faisant, elle prépare le travail des historiens et ouvre la porte à la patrimonialisation des voix, des récits, des trajectoires et des « vies » des personnes interrogées. Le recours aux sources orales dévoile combien l’histoire n’est pas une connaissance isolée ou sanctuarisée du passé, elle est elle-même traversée de mémoires sociales plurielles, en même temps qu’elle alimente le processus de patrimonialisation, qui exige science autant que conscience. Ainsi, les corpus de témoignages oraux donnent à voir et à entendre l’intrication de ces trois réalités – mémoire, histoire, patrimoine –, en documentant de façon tangible ce tricotage sans cesse remis sur le métier. La transformation des témoignages oraux en archives orales constitue un instrument utile pour passer de la mémoire à l’histoire ; elle est un chemin de pacification pour apaiser les mémoires concurrentes ou conflictuelles et ouvre la voie à leur potentielle patrimonialisation. Car si, comme le dit Michel de Certeau, « l’écriture historique vise à calmer les morts qui hantent encore le présent et à leur offrir des tombeaux scripturaires1 », la parole enregistrée et archivée, elle, peut calmer la mémoire des vivants en offrant des tombeaux immatériels à ceux que le passé hante et que la peur de l’oubli étreint.

Notes

1 Michel de Certeau, L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 2002 [1975], p. 118-120.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site