Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archiver la mémoire

 | 
Florence Descamps

Une histoire orale à la française ?

Texte intégral

Processus de normalisation ou maintien d’une exception française ?

  • 1 Philippe Joutard et Anne-Marie Granet-Abisset, « Histoires de vie, histoire dans la vie. Philippe J (...)

1Le processus d’archivisation et de patrimonialisation qui touche les corpus oraux dans les années 1990 et 2000 profite à l’histoire orale, désormais définie de façon consensuelle comme une méthode de recherche en histoire contemporaine plus que comme une discipline spécifique. À la dualité de deux concepts originellement alternatifs, qui ont donné lieu à deux généalogies intellectuelles et à deux projets épistémologiques parallèles – histoire orale/archives orales –, se substitue au début du xxie siècle un couple vertueux où les archives orales, acceptant leur vocation ancillaire, se mettent au service d’une histoire orale à la française. A posteriori, on peut distinguer en définitive trois grandes phases de développement pour cette histoire orale à la française : 1973-1983, la phase de fondation, dix ans de publications à flux tendus sur la source orale, programmatiques et expérimentales, dans une atmosphère effervescente d’innovation historiographique, d’émulation et de créativité, nourrie de transdisciplinarité ; 1984-2006, une deuxième phase également très dense, qui connaît un double mouvement de légitimation épistémologique et d’accumulation documentaire : d’un côté la bataille méthodologique et scientifique en faveur de la source orale, largement menée par l’IHTP, ses responsables successifs (François Bédarida, Robert Frank, etc.) et son Bulletin dans les années 1980 et 1990, et de l’autre, un lent mouvement d’accumulation des corpus de témoignages oraux dans les institutions. Un travail modeste, discret et peu visible qui a pu précisément laisser croire à l’inexistence de l’histoire orale en France, mais qui n’en a pas moins contribué à forger la crédibilité de cette nouvelle source. Enfin, depuis le milieu des années 2000, une troisième phase, plus apaisée et plus consensuelle, semble ouvrir le temps extensif et durable de l’exploitation des sources orales. Coexistent désormais la génération des fondateurs de la première histoire orale française, producteurs d’égo-histoire et objets d’histoire eux-mêmes1, la deuxième génération des « élèves » et des « disciples » qui ont prolongé, déployé ou infléchi les intuitions des fondateurs, et maintenant la troisième génération de chercheurs et de travaux, décomplexée par rapport aux débats anciens sur la source orale, moins affiliée, plus distanciée, engagée désormais dans l’exploitation de ces archives orales et dans l’évaluation de leurs capacités cognitives.

2Cette périodisation en trois phases successives courant sur quarante ans permet de mettre en valeur plusieurs effets, des effets de durée que d’aucuns pourraient appeler péjorativement « lenteur » ou « retard », mais qui me semble correspondre aux spécificités de l’acclimatation des témoignages oraux dans le paysage scientifique et documentaire français. En premier lieu, rappelons le temps que prend la réception des innovations conceptuelles, historiographiques et méthodologiques dans les sciences humaines et sociales (pas de linéarité ni de cumulativité immédiate, sinuosité et discontinuité des avancées de la connaissance). Rappelons aussi le temps que prend la diffusion de l’innovation technologique et instrumentale (le magnétophone portable, la caméra). Rappelons enfin le temps que prennent l’accumulation et la sédimentation historique des corpus oraux pour atteindre le seuil à partir duquel les témoignages deviennent utilisables : en effet, un seuil quantitatif, une masse critique de documents sont nécessaires pour constituer une source crédible, ce qui explique la terminologie actuelle en collections, fonds et corpus. Enfin, pour terminer, faut-il redire le temps que prend l’exploitation d’un corpus de témoignages oraux par rapport à la source écrite immédiatement disponible et lisible, ne serait-ce qu’à cause des deux étapes intermédiaires et chronophages que sont l’écoute et la transcription ? Là est l’explication à l’étirement des travaux d’histoire orale sur plusieurs années, voire sur plusieurs décennies. Quoi qu’il en soit, au terme d’un siècle de maturation, de transformation historiographique et de sédimentation documentaire, nous allons tenter de caractériser cette histoire orale à la française au début du xxie siècle.

  • 2 M. Bloch, « Critique historique et critique du témoignage », dans M. Bloch, Histoire et historiens, (...)
  • 3 R. Dulong, Le témoin oculaire, op. cit.
  • 4 C’est pourquoi, dans la plupart des cas, les témoins survivants de la Shoah sont filmés. Le corps m (...)

3L’histoire orale des années 2000, à travers ses controverses, ses tâtonnements, ses enthousiasmes aussi, a désormais redécouvert le témoin oculaire et auriculaire direct de Thucydide, le témoin « digne de foi » de Mabillon, le témoin scrupuleux et sincère de Jean Norton Cru qui « a ses lettres de créance », les témoins « à moitié sourds et à moitié aveugles » de Marc Bloch2. Cette figure du témoin historique, un temps oubliée et progressivement exhumée, rencontre et s’enrichit de la figure du témoin judiciaire, celui qui dans le prétoire jure de dire toute la vérité et qui s’astreint à répéter son témoignage sans varier3. Elle renoue aussi avec la figure véridictive du témoin-martyr des premiers temps du christianisme, en la renversant totalement : le martyr confessant doit mourir pour témoigner, le martyr-survivant des camps doit vivre pour témoigner. Dans les deux cas, le corps déshumanisé et supplicié fait preuve4. C’est cette polysémie qui donne au témoignage toute son épaisseur et c’est cette pluralité de fonctions symboliques qui autorise aussi sa mise en patrimoine. Depuis la Première Guerre mondiale, le témoignage (par opposition au souvenir) est devenu lui-même objet d’histoire et il peut être historicisé, y compris dans ses formes littéraires. Car le témoignage est devenu au fil des décennies plus qu’un outil et plus qu’une source historique : c’est un type de discours, un type de prise de parole, une pratique sociale et culturelle, un mode de partage et de transmission des connaissances ou de l’expérience, une représentation de soi ou du monde, une étape du processus de deuil ou de reconnaissance, un procédé de création identitaire. Le témoignage accédant au statut d’œuvre de l’esprit en tant que remémoration, représentation et forme de discours, le témoin s’est trouvé lui aussi rehaussé au rang d’auteur, voire d’écrivain de l’histoire, en concurrence potentielle avec l’historien. Il a résulté, d’une part, une relation tendue et conflictuelle entre le témoin et l’historien (qui dit la réalité ? qui dit le vrai ?) et, d’autre part, une interrogation sur l’écriture de l’histoire, mise sous tension, entre rationalité et émotion, explication et compréhension, objectivité et subjectivité, distance et empathie, collectif et individuel.

  • 5 Un témoignage est toujours « adressé » ; or les registres rhétoriques du témoignage peuvent être tr (...)
  • 6 Sur l’affaire Aubrac, voir l’entretien de Lucie Aubrac avec Daniel Cordier et François Bédarida, «  (...)

4Remettant ses pas dans ceux de Marc Bloch, premier théoricien d’une « psychologie du témoignage », l’histoire orale à la française a réinventé une méthodologie et une critique du témoignage : qu’est-ce qu’un témoignage ? Comment est-il construit ? Par qui ? Quand ? À cause de quoi ? En vue de quoi ? Au nom de quoi ? À l’intention de qui ? Qu’est-ce qu’un témoin et en quoi est-il crédible ou fiable ? Comment utiliser et évaluer un témoignage ? Quel est son statut dans la démonstration et sa fonction dans l’administration de la preuve ? Quelle place a-t-il dans le récit et dans l’écriture de l’histoire (valeur illustrative, esthétique, émotionnelle, éthique5) ? Peut-on passer d’un témoignage individuel à la mémoire collective ? Et si oui, comment et par quelle procédure ? Dans cette réévaluation méthodologique et épistémologique du témoignage, la vigilance et le doute critique restent de mise, mais globalement les controverses se sont atténuées depuis le début du xxie siècle. Les virulentes prises de position de Daniel Cordier, témoin et biographe militant de Jean Moulin en faveur du strict document d’archive et de la plus scrupuleuse chronologie contre le témoignage individuel et ses approximations dans l’affaire Aubrac qui, en 1997, a mis en cause les variations et les contradictions des témoignages des époux Aubrac, auraient pu provoquer de dommageables régressions positivistes6. Et de fait, la situation fut surprenante, lors de cette table ronde organisée par Libération le 17 mai 1997, entre des témoins transformés en accusés et des historiens du temps présent chevronnés endossant pour certains la robe des juges, contrairement à toutes les postures de l’histoire orale et de l’histoire tout court. Pourtant, en dépit de l’énième pointage positiviste des oublis, des erreurs factuelles et chronologiques contenues dans les témoignages – mais un témoignage oral, à cinquante ans de distance, a-t-il jamais servi à établir une chronologie au jour le jour ou heure par heure ? –, la cause des témoins en est sortie paradoxalement clarifiée.

  • 7 Comment Raymond Aubrac pouvait-il répondre à une question telle que « pourquoi n’avez-vous pas été (...)

5Car, à l’issue de cette affaire, il est apparu que le témoignage oral individuel est par définition situé, local, partiel, partial, subjectif et modeste, qu’il ne peut pas facilement répondre à la question de la chronologie ni à celle et de la datation – et qu’il ne peut pas non plus répondre à toutes les questions7 ; enfin, que c’est bien à l’historien qu’il revient de faire le travail d’enquête panoramique, de croisement des points de vue, de doute critique, de distanciation et d’objectivation. Ce constat, partagé par la plupart des historiens contemporanéistes, a ouvert la porte à la normalisation des témoignages oraux que rien n’autorise en définitive à traiter différemment des autres sources : « les sources orales, oui, mais des sources comme les autres ».

6Du fait des résistances historiques très fortes qu’elle a rencontrées dans le monde académique et chez les historiens, l’histoire orale à la française a établi un corpus de règles ou de principes qui semble à peu près stabilisé aujourd’hui :

  • l’acceptation du caractère provoqué et construit des archives orales8 ;
  • le refus du témoignage unique (testis unus, testis nullus), l’adoption de la notion de corpus, le choix de la sérialité qui a permis la réinjection du quantitatif dans ce qui semblait être le règne du qualitatif et qui autorise des traitements statistiques croisés avec des sources primaires (les dossiers de personnels, par exemple9) ;
  • le concept de polyphonie des points de vue, notamment dans la constitution du corpus des témoins ;
  • le refus de l’utilisation exclusive de sources orales et la volonté d’opérer un rigoureux croisement des sources, qu’elles soient primaires ou secondaires (sources écrites, imprimées, audiovisuelles, iconographiques, statistiques) ;
  • la critique interne et externe des témoignages, la contextualisation des conditions de leur production, l’analyse du positionnement social et stratégique du témoin-locuteur ;
  • le respect de l’intervieweur comme de l’interviewé, et la prise en compte de leur contribution mutuelle (co‑construction de la connaissance dans l’entretien) ;
  • la notion d’œuvre de collaboration ;
  • le dépôt et l’archivisation des sources orales ;
  • l’organisation de leur accessibilité, de leur vérifiabilité et de leur citabilité (séquençage, catalogage, établissement des métadonnées, création de bases de données, référencement de la source) ;
  • l’acceptation de l’erreur et du mensonge, comme signifiants et comme objets d’étude ;
  • l’intérêt pour le travail de mémoire et pour la construction du discours ou du récit ;
  • l’usage réflexif, différencié et comparé des apports heuristiques et cognitifs des différents types de sources, archivistiques et testimoniales, écrites, orales et audiovisuelles ;
  • l’acceptation pleine et entière de la subjectivité, en lieu et place de sa crainte ;
  • l’intérêt pour la parole de l’autre, y compris dans ses fragilités et ses défaillances.

7L’histoire orale reste à cet égard une école du probable et du vraisemblable, autant que de la modestie. Signe de l’acclimatation discrète des témoignages oraux, ce corpus de règles qui retravaille et actualise les fondamentaux de la discipline historique fait désormais l’objet d’un enseignement méthodologique, même succinct, dans les universités, au niveau des masters et des formations doctorales. J’ai personnellement longtemps assuré ces cours de méthodologie sous forme d’interventions extérieures dans les universités en région parisienne et en province ; ils sont aujourd’hui intégrés par les enseignants « locaux » dans les différentes spécialités ou dans des modules méthodologiques groupés où les témoignages oraux figurent au même titre que les sources statistiques, les sources de presse, les sources audiovisuelles ou cinématographiques, etc. Quelques pôles émergent, plus explicitement spécialisés comme l’a été l’IHTP pendant près de vingt ans à travers ses séminaires et ses journées d’étude. Citons l’EPHE qui dispense spécifiquement un enseignement sur l’histoire orale depuis 1997, l’École nationale des chartes, Sciences Po Paris, les universités de Paris X-Nanterre, Paris I, Paris IV, Paris XII ou Paris VIII, Grenoble, Aix, Strasbourg, Toulouse, Montpellier, Le Havre, Dijon, Angers, Aix-Marseille, Lyon et bien sûr, les différents cursus de l’EHESS qui intègrent dans leurs différents domaines cette méthode. On est donc passé, au début du xxie siècle, de la méfiance à la tolérance, de la suspicion à la familiarité, voire à la banalisation. Car dans l’offre de formation, il ne faut pas oublier que la technique de l’entretien est également enseignée dans les autres sciences humaines et sociales, notamment en anthropologie, en sociologie et en science politique, très gourmandes en entretiens, ainsi que dans les masters professionnels de documentation et d’archives. Par ailleurs, les institutions patrimoniales assument également leur rôle dans cette formation côté archives sonores et audiovisuelles, tant auprès des étudiants que des collecteurs (la phonothèque de la MMSH, la BDIC, certaines archives départementales, l’Ina, les ethnopôles, etc.). Enfin, les comités d’histoire ministériels, gros producteurs d’archives orales, ont été et restent des lieux de formation pour de futurs archivistes-historiens oraux.

8Comme nous l’avons vu plus haut, cette histoire orale à la française est fortement archivisée, au sens où les sources orales ont fait matériellement leur entrée dans les archives et au sens où elles ont fini par acquérir le statut d’archive selon la définition du Code du patrimoine. Les archives orales des institutions patrimoniales sont parfois plus visibles et plus accessibles que les corpus détenus par les laboratoires de recherche en sciences humaines et sociales. L’histoire orale à la française entretient de ce fait des relations étroites avec le patrimoine oral, mémoriel et immatériel, dont elle est une forme à la fois complémentaire et concurrente. Cette entrée en patrimoine a nourri une réflexion juridique dense, qui a montré que la création, la conservation et l’utilisation des sources orales mobilisaient plusieurs droits intriqués (droit du patrimoine, droit civil, droit d’auteur, droit des bases de données, droits de la personne et des données sensibles) et que les conservateurs autant que les chercheurs devaient s’y initier sérieusement.

9Du point de vue des contenus et des spécialités, les territoires de l’histoire orale et des archives orales en France sont marqués par les différentes phases de l’acclimatation de ces deux méthodes dans le dernier quart du xxe siècle, mais au terme d’une saga cinquantenaire, on peut estimer que la source orale s’est acclimatée dans la quasi-totalité des sous-disciplines en histoire contemporaine et qu’à des degrés divers, l’usage du témoignage oral, la pratique de l’entretien sont devenus familiers aux historiens de la seconde moitié du xxe siècle : histoire de la guerre et des combattants, histoire des relations internationales, histoire politique, histoire économique, histoire des entreprises, histoire bancaire et financière, histoire de la gestion, histoire de l’industrie, histoire ouvrière, histoire sociale dans toutes ses composantes, histoire des migrations, histoire culturelle, histoire intellectuelle, histoire des sciences et des techniques, histoire des sciences humaines et sociales, histoire médicale, histoire rurale, histoire de l’agronomie, histoire religieuse, histoire de l’Église, histoire des femmes, histoire de l’État et de ses administrations, histoire du patrimoine, histoire des universités, etc. Pas une de ces spécialités pour laquelle ne puissent être citées une ou plusieurs recherches historiques ayant eu recours aux témoignages oraux. La dernière à avoir été touchée par la grâce est sans doute l’histoire des arts, et depuis quelques années, le frémissement est réel, avec des projets d’histoire orale en art contemporain, sur l’histoire de l’enseignement de l’architecture ou de l’éducation artistique, et la constitution de collections d’archives orales consacrées à quelques monstres sacrés de l’histoire de l’art française (André Chastel).

  • 10 À mon modeste niveau, je dirige ou suis étroitement six thèses depuis 2015, et en 2019, j’ai partic (...)
  • 11 Voir ma propre habilitation, Histoire orale, histoire des pouvoirs, histoire des savoirs, EHESS, 20 (...)

10Quarante ans après l’invention de l’histoire orale en France, l’étendue et les fruits de l’acclimatation de la source orale en histoire sont apparus dans toute leur diversité lors des trois jours de conférence, « Pratiques contemporaines de l’histoire orale. De l’entretien aux archives orales », organisés par Ariane Mak et Carine Lemouneau Bajaar, les 11-13 avril 2019 à l’EHESS à Paris. Le nombre d’intervenants et d’auditeurs a illustré la vitalité de l’histoire orale à la française et l’intérêt que cette dernière suscite. D’autres indices viennent confirmer cette dynamique : la rénovation du Bulletin de l’Afas et sa transformation en revue, Sonorités, ainsi que son ouverture assumée à l’histoire orale dans ses manifestations françaises autant qu’internationales ; la place faite au traitement des sources orales dans Les Carnets de la phonothèque de la MMSH ; le dynamisme du pôle image-son de la MMSH (Maryline Crivello), etc. Les thèses d’histoire sur le second xxe siècle incluant le recours aux témoignages oraux se multiplient10, tandis que les premières habilitations à diriger des recherches incluant un volet d’histoire orale sont soutenues dans la seconde moitié des années 200011. Dernier indice, au dernier concours de recrutement du CNRS en histoire économique, 80 % des dossiers de recherche annonçaient un recours aux entretiens ou à l’enquête orale. Or, cette discipline n’est pas historiquement la plus accueillante aux témoignages oraux…Un recensement systématique des thèses d’histoire recourant aux sources orales reste à faire pour confirmer ce constat impressionniste.

  • 12 Françoise Thébaud, Écrire l’histoire des femmes et du genre, Lyon, ENS Éditions, 2007.
  • 13 Pour n’en donner qu’un exemple, Bénédicte Girault, Mémoires d’un ministère. Une analyse secondaire (...)

11Les cinq territoires historiques de l’histoire orale des origines, décrits au chapitre 1, sont toujours là, mais ils se sont déployés, ramifiés, transformés au gré des nouveaux questionnements et des renouvellements historiographiques des sciences humaines et sociales : en histoire sociale, par exemple, les travaux sur l’histoire des femmes se sont autonomisés et ont adopté les problématiques du genre12. L’histoire des ouvriers, elle, s’est enrichie d’une histoire de la désindustrialisation, tandis que l’histoire des migrations met en œuvre des compagnonnages étroits avec l’histoire économique et urbaine des Trente Glorieuses, avec l’histoire de la décolonisation, avec l’histoire culturelle des communautés étrangères et avec l’histoire internationale (guerres, émigration politique ou économique, persécutions politiques ou religieuses), tout en se dotant d’une anthropologie historique de l’exil. Le troisième axe, toujours très vivace, est celui de l’histoire des conflits et des traumatismes de l’histoire nationale et internationale, il se double maintenant de l’histoire des dictatures, des mouvements terroristes, des risques et des catastrophes naturelles. Le quatrième axe, qui constitue sans doute une des spécificités françaises tant les institutions s’y sont impliquées, est celui de l’histoire des organisations publiques et privées, qui croise elle aussi l’histoire politique, économique, sociale et culturelle nationale. La place de l’État y est particulièrement importante, pour plusieurs raisons : d’une part, parce que l’histoire de l’État sous l’Occupation a été l’un des premiers sujets de l’histoire orale dans sa période fondatrice (l’étude des mouvements de résistance, les hauts fonctionnaires sous Vichy) ; d’autre part, parce que les comités d’histoire ministériels et les associations d’histoire des entreprises ont joué un grand rôle en faveur de la constitution de corpus oraux thématiques et rationalisés ; troisièmement, parce que depuis une trentaine d’années, l’État, ses administrations et ses politiques publiques ont été constitués en objets d’histoire et qu’ils donnent lieu, en lien avec la science politique, la sociologie et la sociohistoire, à de nombreux programmes de recherches utilisant les témoignages oraux (hauts fonctionnaires, cadres intermédiaires, agents publics, politiques publiques, ministères et directions, élites politiques et gouvernementales, processus décisionnel, travail des bureaux, administrations de guichets) ; enfin, parce que l’État s’est montré un important commanditaire d’enquêtes orales pour lui-même, à but patrimonial ou scientifique (voir « le souci de soi », cher à Michel Foucault). Quoi qu’il en soit, la vivacité de ce courant d’histoire orale institutionnelle et organisationnelle est une des explications au poids de l’histoire orale des élites en France, qu’il s’agisse des élites politiques, administratives, économiques, entrepreneuriales, sociales, culturelles ou universitaires. Mais le plus frappant est sans doute l’enveloppement général des travaux dans les problématiques de mémoire, une mémoire déclinée désormais au pluriel, « mémoires13 ». L’axe de la mémoire, qui était dans les années 1980 spécifique à certains sujets comme l’ethnohistoire, est devenu transverse à la totalité des champs historiques.

12Enfin, pour conclure sur les acquis de l’histoire orale à la française, il me semble que les praticiens de la source orale ont mis en valeur trois grands intérêts des témoignages oraux pour le métier de l’historien. Paradoxalement, le recours au témoignage oral, dont il faut souligner le caractère chronophage, peut se révéler un formidable gain de temps pour problématiser une question historique et élaborer des hypothèses, car la parole recueillie au soir d’une vie peut être extrêmement intuitive, synthétique et visionnaire. Deuxièmement, véritable antidote au positivisme, le témoignage oral, de manière explicite et transparente, dévoile un principe épistémologique cardinal selon lequel une source est toujours située, datée, subjective, adressée, à contextualiser et qu’elle est toujours le fruit d’un point de vue local. Enfin, alors qu’il est impossible à l’historien de remonter le temps et de retourner dans le passé, il me semble que le recueil extensif et l’écoute intensive des « voix qui nous viennent du passé » constitue une expérience proche de l’immersion dans un milieu social et culturel donné, à l’instar de ce que pratiquent les ethnologues ; on y acquiert par imprégnation une connaissance et une compréhension intimes du milieu, de ses représentations, de ses normes, de ses valeurs et de ses croyances.

  • 14 Voir le sommaire de l’imposant volume d’histoire orale publié par Robert Perks et Alistair Thomson  (...)
  • 15 Pour expliquer cette réticence française à l’utilisation du terme « histoire orale », on en est réd (...)

13Au terme de ce bilan et à ce point de la discussion, nous pouvons nous interroger sur le maintien d’une spécificité de l’histoire orale en France : au vu de ses champs de recherche, est-elle si différente de celle pratiquée dans les pays étrangers14 ? Les objets d’étude diffèrent-ils tant que cela de ceux de l’histoire orale internationale ? Les pratiques en sont-elles si différentes ? Tout est sans doute affaire de quantité de travaux, d’accent et d’intensité : en France, peut-être plus d’archives orales et plus d’enquêtes patrimoniales, peut-être plus d’histoire orale des institutions publiques et des entreprises, peut-être plus d’histoire orale des élites et plus d’histoire orale d’en haut… Mais la fécondité de l’histoire orale ouvrière et des mouvements sociaux, les dynamiques de l’histoire des migrations, de l’histoire culturelle et de l’histoire du genre me semblent contredire ce diagnostic. L’un des points de non-conformité de la France au modèle anglo-saxon dominant était l’opposition entre les deux concepts divergents « histoire orale » et « archives orales » ; cette opposition semble aujourd’hui largement dépassée, mieux comprise aussi des observateurs internationaux lorsqu’ils se penchent sur le cas français, du fait de la croissance des plateformes numériques de dépôt d’archives orales dans les pays étrangers. Donc, pour conclure sur ce point, ce qui paraît signer l’exception française, c’est d’abord la faible institutionnalisation de l’histoire orale en tant que spécialité propre, et plus encore, la non-utilisation du terme « histoire orale » par les praticiens de la source orale, ainsi que leur non-revendication de l’appellation d’historiens oraux ou d’historiens oralistes. L’invisibilité (apparente) de l’histoire orale à la française y trouve là une de ses explications. Mais si les historiens répugnent eux-mêmes à utiliser ces termes15, comment l’exiger des représentants des autres sciences sociales ? A contrario, ce qui caractérise l’histoire orale à la française, c’est la multiplicité des termes utilisés pour désigner le recours aux témoignages oraux. Cette instabilité terminologique est à la fois une cause et une conséquence de la non-cristallisation de l’histoire orale en France, elle dévoile les difficultés conceptuelles attachées à la naissance de l’histoire orale et aux querelles méthodologiques qui ont entouré son acclimatation dans la première phase. Elle atteste aussi l’ancienneté du procédé d’enregistrement de la parole en France et de sa précoce archivisation : archives de la parole, traditions orales, phonogrammes, enregistrements, archives sonores, souvenirs oraux, témoignages oraux, interviews, histoire orale, ethnotextes, archives orales, sources orales, archives parlées, corpus oraux, collections orales, archives audiovisuelles, enquêtes orales, entretiens de recherche, récits de vie, mémoire orale, patrimoine oral, patrimoine culturel immatériel, patrimoine mémoriel… Plus de vingt termes différents, et j’en ai certainement oublié. Chacun de ces termes ou presque correspond à un moment chronologique du processus historique d’acclimatation de la parole enregistrée dans les sciences humaines et sociales et dans les institutions patrimoniales. Chacun de ces termes se réfère à des environnements professionnels distincts, tout en pointant une posture, un métier, des pratiques professionnelles, une ambition épistémologique ou documentaire. Chacun de ces termes désigne des « moments » différents de la production, de la conservation et de l’utilisation de la source orale, et assigne un statut différent à la parole enregistrée.

14Alors, histoire orale française, histoire orale à la française ou histoire contemporaine tout court ? Pour clore le débat – mais le doit-on ? –, je propose que le terme « histoire orale » soit utilisé pour désigner le « moment » historiographique particulier correspondant à son « invention », qu’il désigne aussi l’activité du chercheur lorsqu’il crée ses sources pour son propre usage scientifique (« je fais de l’histoire orale ») et qu’il constitue en définitive un raccourci bien commode pour désigner le recours aux sources orales en histoire contemporaine…

Chantiers et perspectives d’avenir

15Le constat de l’acclimatation de la source orale dans la boîte à outils de l’historien en France – éternelle histoire du verre à moitié plein ou à moitié vide – doit-il conduire à considérer que l’affaire est acquise ? Non bien sûr, car les réticences et les résistances subsistent ici ou là, le scepticisme renaît facilement et les critiques positivistes tout autant. Pire, la banalisation du recours au témoignage oral dans l’arène sociale et médiatique, ainsi que l’excès de facilité technique fragilisent cette pratique et risquent de la décrédibiliser. En effet, d’importantes dynamiques politiques, sociales, culturelles et économiques soutiennent la demande sociale en mémoire et alimentent la production sans cesse renouvelée de corpus de témoignages oraux. Tant que le régime d’historicité n’aura pas été modifié et que de nouveaux futurs ne se seront pas ouverts, n’en déplaise à ceux qui regrettent et dénoncent l’inflation patrimoniale et mémorielle, le mouvement de ressouvenance et de mise en mémoire n’est pas près de s’éteindre. Il convient donc de poursuivre la réflexion et de ne pas baisser la garde méthodologique.

16Quels chantiers faut-il ouvrir pour développer les travaux sur les sources orales et renforcer leur crédibilité ? Si je pose cette question, ce n’est pas par excès de scrupules ou de militantisme, c’est d’abord et surtout en raison de la complexité de la source orale et de la difficulté de son exploitation. De fait, contrairement à ce que j’ai avancé plus haut, nous pouvons légitimement nous interroger ; les sources orales sont-elles vraiment des « sources comme les autres » ? Leur caractère « fabriqué » complexifie l’analyse, en ajoutant une polysémie supplémentaire liée à la dualité des intervieweurs-producteurs, à la pluralité de leurs horizons d’attente et au différentiel de temporalités dans lesquelles les témoignages s’inscrivent. Leur caractère sonore pose également la question de l’oralité et de leur paradoxale mise par écrit. Ces difficultés spécifiques justifient le maintien d’investissements réflexifs et méthodologiques. Enfin, la dernière raison qui justifie de ne pas relâcher l’effort, c’est qu’après une longue période de maturation, de collecte et de dépôts (la deuxième phase), il semble que nous entrions plus intensivement dans le temps de l’exploitation et de l’évaluation des apports des sources orales. À cet égard, il n’est pas inutile de mettre en exergue la citation de Dominique Schnapper commentant Max Weber, une citation sévère et exigeante, qui n’a pas perdu un cil de pertinence et qui sonne comme une injonction pour le temps présent :

  • 16 D. Schnapper, « Avant propos : vingt ans après », dans F. Descamps, L’historien, l’archiviste et le (...)

[…] la recherche historique est une pratique […], un art qui s’apprend et se perfectionne par le travail, la réflexion et l’expérience. C’est pourquoi la réflexion méthodologique doit impérativement se fonder sur les pratiques concrètes. Pour reprendre les termes de Weber, « la méthodologie ne peut jamais être autre chose qu’une réflexion sur les moyens qui se sont vérifiés dans la pratique et le fait d’en prendre expressément conscience ne saurait pas plus être la présupposition d’un travail fécond que la connaissance de l’anatomie n’est la présupposition d’une démarche “correcte”. Tout comme l’individu qui voudrait sans cesse contrôler sa façon de marcher d’après ses connaissances anatomiques risque finalement de trébucher, le spécialiste pourrait connaître la même mésaventure s’il cherchait à déterminer les buts de son travail sur des bases extérieures en se fondant sur des bases méthodologiques16. » C’est l’action de constituer des archives orales et « les produits finis » auxquels elle permet de parvenir qui est la seule et véritable justification du travail. Comme toute méthode, la réunion d’archives orales ne constitue pas une fin en soi. C’est un instrument qui se justifie par les résultats qu’il permet d’obtenir. C’est donc à partir de travaux réalisés par des historiens qui les ont utilisées que l’on peut ou l’on pourra, lorsque les archives patrimoniales seront ouvertes aux historiens, en montrer le sens, l’efficacité et les limites.

17Alors, après cet avertissement liminaire, quelles pistes de réflexion et de recherche pouvons-nous ouvrir pour les années qui viennent ?

18La première est celle de la question juridique et éthique. Au terme de deux décennies d’efforts, le chemin du droit est maintenant balisé grâce à la publication en 2018 de l’ouvrage de Véronique Ginouvès et d’Isabelle Gras, La diffusion numérique des données SHS. Guide des bonnes pratiques éthiques et juridiques, fruit de plusieurs groupes de travail successifs venus d’horizons divers. Dans le cas des témoignages oraux, l’ouvrage montre que le questionnement juridique doit être mobilisé dès l’origine et d’un bout à l’autre de la chaîne de production, de conservation, de diffusion et d’exploitation, en articulant entre elles plusieurs couches de droit et de réglementation (Code du patrimoine du côté des archives ; Code de la propriété intellectuelle, littéraire et artistique du côté de l’entretien ; Code civil, droit des bases de données, droit des données personnelles et des données sensibles pour la protection des personnes ; secret professionnel, secret bancaire, secret fiscal, secret médical, secret défense, etc.). La contribution de Raphaëlle Branche, Frédéric Saffroy, Maurice Vaïsse et de moi-même, « La parole et le droit. Recommandations pour la collecte, le traitement et l’exploitation des témoignages oraux » (p. 103-127) actualise et développe les recommandations du rapport Vaïsse de 2013 cité précédemment ; elle présente aussi les nouveaux éléments juridiques issus des recommandations de la CNIL en vertu de la loi de 1978, dite « Informatique et libertés », et du règlement général sur la protection des données personnelles (RGPD) du 27 avril 2016, entré en vigueur le 25 mai 2018. L’objectif de cette contribution est de montrer que les règles de droit – bien assimilées – ne sont pas là pour entraver le travail des chercheurs, mais pour le conforter et le sécuriser, autant que pour rassurer l’interviewé sur la protection de ses données personnelles. La deuxième conclusion réside dans le fait que, par le biais du contrat de communicabilité et par le recours au « consentement éclairé » de l’interviewé, la plupart des difficultés sont solubles – à l’exception notable des appréciations portées par les témoins sur des personnes physiques tierces, qu’elles soient encore vivantes ou décédées. Dans ce cas, le recours au délai de réserve ou à l’anonymisation est pour le moment les seules solutions disponibles. Enfin, la réaffirmation des droits de la connaissance historique, la défense des archives et la protection des droits de la personne, même si elles peuvent dans certains cas diverger, restent des causes importantes dont les historiens ne peuvent s’offrir le luxe de se désintéresser.

  • 17 F. Descamps, « La parole et le droit. De l’insouciance à la vigilance », dans V. Ginouvès et I. Gra (...)
  • 18 Le programme ANR Histinéraires s’appuie sur la collecte et l’étude des « mémoires de synthèse des a (...)

19Dans le même temps, se fait jour de plus en plus explicitement une préoccupation déontologique et éthique. Pour les témoignages oraux, ce questionnement porte sur le choix des interviewés, sur les méthodes de questionnement, sur les modes d’utilisation et de diffusion des témoignages (notamment en ligne), sur le choix des citations et sur la « restitution » des résultats (activité entendue comme le retour des chercheurs vers les interviewés, une fois la recherche achevée). À l’instar du questionnement juridique, le questionnement éthique peut accompagner chacune des étapes de la chaîne de production et d’exploitation des témoignages oraux17. J’en ai éprouvé toute l’acuité, à la faveur de deux expériences personnelles récentes de recherche : d’une part, ma participation au projet Histinéraires de l’ANR18, où je me suis vue appliquer la méthode du récit de carrière (l’intervieweuse interviewée), et d’autre part, ma participation au programme d’histoire Les femmes qui comptent au sein duquel j’assure le volet d’histoire orale pour les administratrices du ministère de l’Économie et des Finances dans le dernier quart du xxe siècle et pour lesquels les aspects éthiques ressortent de façon importante (l’objet de la recherche elle-même, le mode de questionnement, le respect de la vie privée de l’interviewée et des personnes citées).

  • 19 Cet effort de documentation des enquêtes est une des conditions à la « revisite » ou à la réutilisa (...)
  • 20 On garde en tête l’avertissement critique de Pierre Bourdieu sur « L’illusion biographique », Actes (...)
  • 21 F. Descamps, « Et si on ajoutait l’image au son ? Quelques éléments de réflexion sur les entretiens (...)

20Deuxième piste de réflexion, encore et toujours, la question de l’entretien et de ses méthodes. À l’issue de trente années de pratiques et de préconisations méthodologiques diverses et variées issues des sciences humaines et sociales – l’histoire n’a rien inventé et a beaucoup emprunté –, même si la tendance en longue durée est celle d’un questionnement plus qualitatif, plus compréhensif, plus ethnographique et moins directif, il faut conclure à l’absence de standardisation et à l’extrême variété des méthodes utilisées : entretien libre, entretien semi-directif, entretien bilatéral, entretien collectif (un interviewé, plusieurs intervieweurs ou bien un intervieweur, plusieurs interviewés) ; récit de vie ; récit de carrière ; récit de pratiques ; entretien thématique ; entretien compréhensif ; entretien ethnographique ; auditions collectives, etc. À cet égard, dans la présentation des projets d’enquêtes, le souci de réflexivité et d’explicitation des choix posés est patent et le choix de la méthode d’entretien fait souvent l’objet de développements explicites19. Pour ma part, dès l’origine, en matière de méthode d’entretien, j’ai fait le choix du récit de vie, transformé en « récit de carrière guidé », en cohérence avec l’environnement dans lequel évoluent mes interviewés (administration, entreprises, grandes organisations) ; ces dernières années, j’ai été conduite à rechercher des dispositifs permettant une densification de l’information et un plus fort engagement du témoin dans la co-construction de la connaissance (utilisation d’aide-mémoire, canevas de questions communiqué à l’avance). Faut-il redire que chaque projet de recherche, chaque domaine, chaque « terrain » secrète ses propres objectifs cognitifs et ses propres outils ? Réciproquement, chaque outil induit des effets sur l’information produite et sur la forme de la prise de parole20. De ce point de vue, dans les années à venir, du fait de la multiplication des images animées, de la diffusion des outils audiovisuels et de la demande sociale, la question du filmage se posera de plus en plus21. Les réflexions et les apports du cinéma ethnographique et ethnologique, ceux de l’anthropologie visuelle seront très précieux, qu’il s’agisse du choix des dispositifs filmiques, de l’analyse et de l’interprétation des images, de la mise en forme des résultats (montage, « capsules », documentaire) ou de la restitution aux « enquêtés ».

  • 22 La BDIC procède actuellement à une enquête rétrospective sur les réalisateurs des enquêtes menées p (...)

21Troisième question à remettre sans cesse sur le métier : la validation de la source orale et sa déconstruction/reconstruction. Les sources orales sont-elles « dignes de foi » ? Sont-elles utilisables par l’historien et si oui, comment, pourquoi et en vue de quoi ? Font-elles preuve et si oui, à quelles conditions ? Cette version actualisée de la critique des sources chère à l’historien de l’école « méthodique », renommée contextualisation critique des conditions de production des témoignages oraux, est à l’origine d’une nouvelle science auxiliaire de l’histoire orale, la productologie des corpus oraux. La productologie des corpus oraux et des enquêtes orales est la démarche qui consiste à prendre pour objet d’étude les corpus eux-mêmes, mais pas tant leurs résultats ou leurs contenus que la façon dont ils ont été construits et produits. Cette productologie s’applique particulièrement bien aux corpus créés par les associations ou par les institutions à destination des « historiens du futur » et déposés dans des institutions patrimoniales, mais aussi aux corpus issus directement de la recherche en sciences humaines et sociales, déposés, documentés et rendus accessibles à la « revisite » par d’autres chercheurs. Enquête sur les enquêtes, la productologie des corpus oraux s’intéresse à l’intention originelle des producteurs-auteurs, officielle et parfois officieuse, aux objectifs en matière de production de connaissance, aux références théoriques mobilisées, à la construction de la collecte y compris dans ses rebonds chronologiques et dans ses inflexions thématiques, tout autant que dans ses impasses, aux choix (successifs) des méthodes d’entretien, à la conduite des entretiens « sur le terrain » et à leurs difficultés, aux méthodes de traitement et d’analyse de la source orale, aux choix de transcription, à l’écriture et à l’intégration des témoignages dans le texte, au statut des citations, aux modes de diffusion des résultats, à la restitution aux interviewés ainsi qu’aux réactions de ces derniers. Dans un travail de recherche personnel, cet exercice autoréflexif peut sembler plus difficile à réaliser ; il n’en demeure pas moins nécessaire, au moins en introduction ou dans une annexe méthodologique. Deux thèses récentes me paraissent illustrer de façon exemplaire la fécondité de ce questionnement : elles proposent dans chacun des cas, avant de s’attaquer à leur contenu, une histoire critique de la production des enquêtes orales et rendent explicites les opérations par lesquelles ces enquêtes accèdent au statut de sources pour l’historien. Il s’agit, dans deux domaines scientifiques très différents, de la thèse de Maëlle Mériaux, Histoire de plantes : témoignages de liens à travers les générations. Étude des sources ethnobotaniques orales et écrites de Haute-Bretagne, de la fin du xixe siècle à nos jours, (université de Rennes, 2018) et de celle de Bénédicte Girault, Mémoires d’un ministère. Une analyse secondaire de l’enquête orale du Service d’histoire de l’éducation, c.1950-c.2010 (université de Cergy-Pontoise, 2018). Dans les deux cas, cette histoire des enquêtes n’a été possible que parce que « le tournant documentaire » avait bien été effectué (dépôt des enquêtes et accès rendu possible, séquençage des enregistrements, réalisation des instruments de travail, établissement des métadonnées) et surtout, parce que les éléments concernant l’histoire des enquêtes étaient identifiables et récupérables (enquête dans l’enquête) ou parce qu’ils avaient été rassemblés antérieurement dans les archives de l’enquête et notifiés : genèse du projet, identité des chefs de projet et des intervieweurs22, buts de l’enquête, problématique, type d’enquête ou de collecte (conservatoires, militantes, transmissives, scientifiques, mémorielles), moyens mis à disposition, méthodes mises en œuvre, « produits » escomptés, publics envisagés, etc.

22La quatrième piste de réflexion a trait aux usages scientifiques des témoignages oraux et aux registres d’analyse que l’on peut appliquer aux corpus oraux. Dans ce domaine, je distingue schématiquement cinq grands référentiels.

  • 23 D. Aron-Schnapper et D. Hanet, « Archives orales et histoire des institutions sociales », art. cit. (...)
  • 24 Pour un exemple de ce type de travaux, voir les thèses d’histoire menées au sein du Comité pour l’h (...)

23Premier référentiel, le référentiel réaliste ou positiviste. C’est le plus traditionnel, le plus éprouvé sans doute chez les historiens oraux à la française et le plus installé maintenant dans les pratiques. L’adoption de ce registre traduit la volonté de ne pas céder à la tentation qui consiste à n’utiliser les sources orales que pour l’étude des discours, des représentations et des distorsions mémorielles. L’histoire orale n’est pas seulement une histoire de l’écart ni seulement une histoire au second degré, elle prétend aussi accéder au réel et dire quelque chose du passé. De cette ambition à la fois réaliste et véritative, il résulte un véritable effort pour ancrer les travaux d’histoire orale dans la quête des « petits faits vrais23 » et une appétence certaine pour l’exercice confirmatif et probatoire des témoignages oraux par les archives écrites24. Plus concrètement, le référentiel réaliste consiste à étudier les « faits » rapportés par le témoin (qu’ils soient événementiels, matériels ou immatériels, ou de l’ordre des représentations), à les discuter et à les valider en recoupant les affirmations des témoins par d’autres sources, notamment primaires. C’est l’usage le plus répandu et désormais le mieux admis. Compte tenu du recul historique, on peut observer que les informations les plus recherchées ont trait :

  • aux aspects biographiques et sociologiques, aux parcours professionnels et aux carrières, aux trajectoires sociales (vie privée, vie professionnelle, vie publique) ;
  • aux lieux, au cadre spatio-temporel et au quotidien (ethnographie du contemporain) ;
  • au fonctionnement des systèmes collectifs, aux relations de pouvoir, aux réseaux, aux conflits, aux crises et au processus décisionnel ;
  • aux outils, aux méthodes, aux usages, aux savoirs et aux savoir-faire ;
  • la dernière catégorie d’informations recherchées concerne le ressenti et le vécu, les croyances, les jugements de valeur, les normes, les représentations, les perceptions, les émotions, les sentiments, soit tout ce qui relève de l’expérience et de l’existence. Ces informations sont susceptibles de faire l’objet de questions directes, mais elles peuvent être également appréhendées à travers les thématiques réalistes citées plus haut, car aux témoignages oraux, l’historien peut appliquer sans modération la maxime de Marc Bloch qui consiste à faire parler les documents « contre leur gré » et « malgré eux ».
  • 25 H. Wallenborn, L’historien, la parole des gens et l’écriture de l’histoire, op. cit.
  • 26 P. Ricœur, « L’identité narrative », Esprit, no 140-141, 1988, p. 295-304. Pour l’usage que Bénédic (...)
  • 27 O. Join-Lambert, Le receveur des Postes, op. cit.
  • 28 Claude Dubar et Didier Demazière, Analyser les entretiens biographiques. L’exemple des récits d’ins (...)
  • 29 Bénédicte Pincemin, Damon Mayaffre, Serge Heiden et Philippe Weyl, « Génétique mémorielle. Shoah, m (...)
  • 30 Signalons le projet Matriciel, en partenariat avec l’Institut géographique national (IGN) et le Cen (...)

24Le deuxième référentiel est le référentiel narratif, qui vise à étudier les formes du discours, les formes verbales et lexicales, la structure des récits, les topoï, le « hors-champ » et les métadiscours qui entourent l’entretien. Ce type d’analyse vise à construire des typologies de discours ou de récits25, croisés avec des analyses de parcours, de trajectoires ou de profils sociologiques, ce qui conduit à retravailler le concept d’« identité narrative » cher à Paul Ricœur26. Dans ce cadre, les sources orales qualitatives peuvent se combiner avec des traitements statistiques issus d’autres sources comme les dossiers de carrière27. Cette analyse des récits est plus familière aux sociologues qu’aux historiens28, qui sont plus à l’aise avec l’analyse des contenus qu’avec celle des contenants. La coopération des linguistes et des spécialistes des analyses statistiques de données textuelles (ADT) serait sans doute d’une grande aide ; des expérimentations existent, appliquant aux témoignages les méthodes de traitement automatique du langage (TAL). Citons dans le cadre de l’Equipex Matrice, consacré à la mémoire traumatique du xxe siècle, placé sous la direction de Denis Peschanski, les travaux de Bénédicte Pincemin, Damon Mayaffre, Serge Heiden et Philippe Weyl sur les témoignages écrits des survivants de la Shoah29. Le corpus des textes est diachronique : il rassemble des témoignages immédiats écrits à la sortie de la guerre, des témoignages médians écrits dans les années 1980 et des témoignages récents écrits dans les années 2000 : « L’objectif est de mobiliser les outils de l’ADT pour sérier le vocabulaire primaire sans doute hérité directement des camps et un vocabulaire reconstruit qui intègre, au fil des années, la compréhension historique d’un événement inintelligible aux victimes contemporaines. D’une certaine manière, il s’agit non pas de faire de la génétique de texte, mais de la génétique mémorielle au sein des textes, en déconstruisant les témoignages en sédimentations lexicales distinctes, traces de strates mémorielles superposées. » Dans l’exemple cité, ces méthodes sont appliquées à des textes. Pour les témoignages oraux, cela suppose d’en passer par l’étape préalable de la transcription30, très coûteuse en temps et en crédits.

  • 31 Voir M. Mériaux et sa base de données de 225 plantes répertoriées dans son Histoire de plantes, op. (...)

25Le troisième référentiel est le référentiel documentaire qui met au cœur de son approche le traitement des sources, leur classement, leur ordonnancement, le repérage de l’information (choix et méthodes d’indexation, mots-clefs, thésaurus) et l’étude critique des outils de traitement documentaire. Ce référentiel, encore peu développé pour les corpus oraux, pourrait sembler l’apanage des chercheurs en humanités numériques ou en sciences de l’archivistique (à l’université d’Angers, par exemple), mais il est mobilisable dès lors que l’on est convaincu que le traitement statistique des données et l’organisation de l’information en base de données produisent des connaissances spécifiques et que la mise en forme de l’information dit ou dévoile quelque chose du fond31.

  • 32 Histoire de plantes, op. cit., p. 295-298.
  • 33 Il l’est davantage par les anthropologues et les ethnomusicologues. Voir Joël Candau et Marie-Barba (...)
  • 34 Peter Stockinger (dir.), Les archives audiovisuelles. Description, indexation et publication, Paris (...)

26Le quatrième référentiel, sans doute le moins investi par les historiens oraux français, est le référentiel acoustique, selon l’heureuse expression de Maëlle Mériaux32, qui vise à prendre à bras le corps la question de l’oralité (les mots pour le dire, la façon de parler, les accents, les intonations, le rythme verbal, le débit, les silences, la voix, son timbre et sa texture), celle du son (étude des signaux sonores et des bruits autour de la parole, les supports, les techniques et les dispositifs d’enregistrement) et celle de l’écoute par des auditeurs (transmission, réception, compréhension, communication, émotions, partage, communion). Peu étudié en tant que tel par les historiens33, il est cependant convoqué dans les dispositifs de médiation culturelle (expositions, musées, centres d’interprétations, mémoriaux, etc.). Ce référentiel sonore se dédouble en un cinquième référentiel, le référentiel visuel dès lors que les entretiens sont filmés, ouvrant ainsi toute une autre série de réflexions sur le corps, les gestes, le regard, le visage, la communication et les informations non verbales34, tout autant que sur les apports de l’image animée dans les sciences humaines et sociales.

27Enfin le dernier référentiel est le référentiel mémoriel, celui de la mémoire, bien identifié par les fondateurs de l’histoire orale dès la fin des années 1970, qui articule en réalité les trois temporalités du passé, du présent et du futur. De fait, ce référentiel mémoriel ne se consacre pas seulement au souvenir de l’événement passé, mais il intègre le processus de ressouvenance, le contexte de la production du témoignage et son expression dans le temps présent. Enfin, il intègre dans son étude la dimension testimoniale, c’est-à-dire prescriptive, morale et quasi-prospective, du témoignage qui dévoile en creux le futur désiré par les témoins.

28Ces cinq référentiels (six, si les entretiens sont filmés) traversent tous les corpus oraux et sont tous mobilisables à un degré ou à un autre. La complexité et l’importance du travail qui caractérisent chacun de ces référentiels expliquent qu’il soit difficile à un seul chercheur de les maîtriser tous. Des choix doivent être faits et on comprend que les historiens jusqu’à présent se soient concentrés sur le référentiel réaliste, celui dont ils sont les plus familiers. Pour les appliquer tous à un même corpus, sans doute faudrait-il un travail collectif et disposer de ressources pluridisciplinaires.

29Les trois référentiels d’analyse des corpus de témoignages oraux, réaliste ou positiviste, narratif ou rhétorique et mémoriel, ne sont pas sans rappeler la théorie des « quatre sens des Écritures ». Issue du judaïsme qui distingue dans l’étude de la Torah le sens littéral, le sens allusif, le sens allégorique et le sens mystique, retravaillée par la patristique chrétienne prolongée jusqu’au Moyen Âge, actualisée au xxe siècle par deux théologiens jésuites, Henri de Lubac et Hans Urs von Balthasar, cette théorie distingue classiquement dans l’analyse des Écritures de l’Ancien et du Nouveau Testament le sens historique ou littéral (ce qui s’est passé), le sens allégorique ou spirituel (ce qui a trait à la croyance), le sens tropologique ou moral (ce qu’il convient de faire, tourné vers l’action et ses justifications), enfin le sens anagogique ou eschatologique (ce qui a trait au futur, aux fins dernières et à la postérité). De façon plus sophistiquée, Thomas d’Aquin distingue à l’intérieur du sens historique, le sens parabolique (ce qui est dit et signifié par l’intermédiaire de la parabole ou de l’anecdote), le sens étiologique (un énoncé est prononcé dans des conditions particulières d’énonciation), le sens analogique (un énoncé peut procéder par comparaison, par exemple entre l’Ancien et le Nouveau Testament). Ces diverses catégories ne sont pas sans résonance avec les axes d’analyse des corpus oraux : la réalité de l’événement du passé et son attestation, l’intrication du témoignage et de la croyance, les justifications de l’action, l’utilisation quasi-parabolique dans le récit de l’anecdote (« pour faire comprendre »), la dimension morale (les valeurs, « les grandeurs », pour parler comme Luc Boltanski) et la dimension prescriptive (ce qu’il faut comprendre, ce qu’il faudrait faire ou en tout cas ne plus faire). Cette consonance est-elle si surprenante ? Rappelons que les Écritures sont essentiellement constituées de textes issus de la tradition orale, à base de chroniques, de généalogies, d’enseignements, de poèmes, de prophéties, de légendes, de récits du passé ou sur le passé, de témoignages individuels recoupés, mis progressivement par écrit, bref, des « ethnotextes », pour utiliser un des termes de la première génération des fondateurs de l’histoire orale, même s’il n’a pas eu de postérité. Quoi qu’il en soit, l’idée de la polysémie des témoignages oraux, dans leurs contenus comme dans leur forme, et celle de la pluralité des horizons d’attente et de temporalité, est à retenir pour leur analyse.

  • 35 Voir les travaux d’Henry Rousso, Marie-Claire Lavabre, Johann Michel et Sébastien Ledoux.
  • 36 Sur les différentes mémoires du ministère de l’Éducation nationale et de ses cadres supérieurs, voi (...)

30Enfin, pour conclure, il convient de s’appesantir quelque temps sur le référentiel mémoriel. En effet, la grande innovation des témoignages oraux portant sur le passé, c’est le retournement épistémologique qu’ils ont fini par provoquer. Là où Seignobos et Langlois voyaient dans les témoignages oraux une source secondaire, a posteriori, indirecte, déformée et déformante, incapable de saisir le passé « tel qu’il s’est passé », car comptable de tous les événements qui se sont produits entre-temps, il faut voir en eux une source primaire et directe pour toute étude des processus de ressouvenance et de remémoration. De ce grand renversement de perspective, il ressort plusieurs axes de recherche. Tout d’abord, la multiplication de corpus de témoignages oraux mis en série, constitués par groupe social (administrateurs, ingénieurs, chercheurs, médecins, officiers, soldats, patrons, banquiers, ouvriers, cheminots, marins, pêcheurs, dockers, mineurs, postiers, éducateurs, enseignants, chercheurs, villageois, habitants des quartiers, etc.), archivisés en couches sédimentaires successives, repose à nouveaux frais la question de l’articulation entre mémoire individuelle et mémoire collective. Cette dernière qui a fait l’objet du plus grand nombre de travaux, a souvent été étudiée de façon institutionnelle, à partir des politiques publiques de mémoire, des institutions patrimoniales ou mémorielles, des lois, des monuments aux morts, des déclarations politiques, des manifestations collectives de commémoration ou des rituels commémoratifs35, ainsi que par le biais de ses productions intellectuelles et artistiques (littérature, production audiovisuelle, cinéma, arts plastiques). Grâce à l’accumulation des corpus de témoignages individuels surtout s’ils sont diachroniques, il est désormais possible d’étudier les conditions et les mécanismes de la construction (ou non) d’une mémoire collective. La première conséquence en est le passage d’une mémoire au singulier (terme générique, indistinct et indéfini) à des mémoires au pluriel, désormais documentées de façon tangible. De ce processus de dénaturalisation et de déshomogénéisation de la mémoire, il en résulte un émiettement, une diffraction et un feuilletage en micro-mémoires de groupes, de corps, de communautés, de villages, de vallées, de villes, de ports, de quartiers, d’associations, de syndicats, de professions, de partis ou d’administrations36. Un immense champ d’étude s’ouvre à l’infini, selon un jeu d’échelles sociales, culturelles, politiques et territoriales, toujours plus fin et ramifié. Se dégagent aussi des typologies de mémoires toutes en relief : clivées ou concurrentes, faibles ou fortes, présentes ou absentes ; investies ou désinvesties ; actives ou latentes ; vaincues ou hégémoniques, dominées ou dominantes, labiles ou stabilisées, structurées ou floues, douloureuses ou heureuses, traumatiques ou pacifiées. Chacune peut désormais être décrite, déconstruite, documentée et historicisée, grâce à un ancrage dans ce matériau empirique que constituent les témoignages individuels.

  • 37 F. Hartog, Régimes d’historicité, op. cit.
  • 38 J. Michel, Gouverner les mémoires, op. cit. L’auteur propose notamment la succession d’un régime d’ (...)
  • 39 D. Peschanski, Les années noires. 1938-1944, Paris, Hermann, 2012 : le dernier chapitre est consacr (...)
  • 40 Selon la chronologie et selon le contexte politique, Denis Peschanski distingue les mémoires fortes (...)

31Le deuxième axe de recherche est celui des « régimes de mémorialité ». La généalogie de ce concept, inspiré et décliné du « régime d’historicité » théorisé par François Hartog37, jette ses premiers linéaments dans les années 2010. Le terme a en effet été précédé de celui de « régime mémoriel » chez Johann Michel38, philosophe et politiste, qui en a proposé une définition et dressé une typologie pour l’après-1945. L’historien Denis Peschanski a introduit le concept en 2012 et en a défini les contenus pour les « années noires », la Résistance et la Shoah39. Il utilise également le terme de « configuration mémorielle » et dégage des typologies de « mémoires fortes » ou de « mémoires faibles ». En ce qui me concerne, j’ai longtemps tâtonné autour de la notion de « chaîne de la mémoire », de « cycle mémoriel » ou de « cycle de la mémoire », qui n’était guère satisfaisante. Je n’ai découvert le concept de « régime de mémorialité » qu’après la soutenance de mon habilitation fin 2014, date à laquelle je l’ai immédiatement adopté en raison de son efficacité pour les corpus de témoignages oraux. Ce concept permet en effet de retravailler et d’historiciser de façon dynamique ce que Maurice Halbwachs, sociologue de la mémoire, a appelé « les cadres sociaux de la mémoire ». Il résume d’une façon particulièrement concise ce que j’essayais d’appréhender à travers toute une série de questions : quand se souvient-on ? Qui se souvient ? Comment se souvient-on ? Dans quels mots se souvient-on ? Devant qui se souvient-on ? À qui s’adresse-t-on quand on se souvient ? Pourquoi se souvient-on ? Au nom de quoi se souvient-on ? De quoi se souvient-on ? De quoi ne se souvient-on pas ? Autrement dit, qu’oublie-t-on ? Ces dix questions permettent en effet de contextualiser le processus de remémoration à l’œuvre dans les témoignages oraux. L’adoption du concept de « régime de mémorialité » et de sa définition (configuration mémorielle ou ensemble d’éléments contextuels qui composent un « dispositif collectif de remémoration stable ») est particulièrement heuristique. Mais si l’application de ce concept est relativement aisée à l’échelle nationale40, elle l’est beaucoup moins à l’échelle d’un groupe social plus étroit, sauf si ce dernier est directement issu ou conformé à un événement national (les Poilus du Midi, les officiers de l’armée d’armistice, les Malgré-nous, les déportés, les survivants de la Shoah, les résistants, les pieds-noirs, les harkis, les marins témoins de Mers el-Kébir ou du sabordage de la flotte pendant la Seconde Guerre mondiale), et elle devient de plus en plus difficile à mesure que l’on descend dans l’échelle collective et territoriale : une organisation, un ministère, une direction, un service, une entreprise, un village, une micro-communauté. Par ailleurs, l’exercice, qui a usuellement été pratiqué pour les mémoires traumatiques du xxe siècle, dont le caractère est de facto surinvesti émotionnellement, politiquement et culturellement, est-il applicable à des « mémoires ordinaires » ou plus exactement à la mémoire « d’événements ordinaires » ? Quoi qu’il en soit, avec ce concept, nous disposons d’un outil efficace pour étudier, caractériser et objectiver le contexte de production des témoignages oraux, leurs contenus et leur forme narrative ; c’est particulièrement stimulant dans le cas des archives orales institutionnelles et patrimoniales, mais ça l’est tout autant pour un chercheur qui commence une enquête orale dans le cadre d’un travail doctoral ou d’une recherche personnelle. Car c’est le processus de production, de construction et de cristallisation de la mémoire qui se voit ainsi désigné et saisi.

32Plus concrètement, il est possible de lister les éléments susceptibles d’entrer dans la composition ou la structuration d’un régime de mémorialité. On peut en identifier une douzaine qui peuvent former une grille d’analyse :

  • la question démographique, l’effet de génération et l’état de la transmission intergénérationnelle ;
  • le contexte historique national et la conjoncture politique, économique et sociale (les alternances politiques, les réformes territoriales, la construction européenne, le retour du libéralisme, etc.) ;
  • l’état de la société française et le « moral » de la nation (identité douloureuse, identité heureuse, sentiment de progrès ou de déclin, d’ouverture ou de blocage) ;
  • le poids des instances politiques, culturelles, religieuses et leur capacité à produire du sens (passé, présent, avenir) ;
  • la conjoncture historique internationale (la conjoncture des relations diplomatiques avec l’Algérie) et ses fractures (la chute du Mur en 1989, qui fait rejouer 1945, mais aussi 1917 et 1918, la guerre en ex-Yougoslavie, le génocide rwandais, le Brexit, etc.) ;
  • les grandes commémorations et l’actualité des politiques publiques de mémoire en France et à l’international ;
  • l’actualité judiciaire des procès historiques en France ou à l’étranger ;
  • la politique des pouvoirs publics en matière d’archives (délais, ouverture, tri et sélection, protection, valorisation) ;
  • l’état et l’avancée des connaissances dans les sciences sociales et plus particulièrement en histoire ;
  • le rôle des médias et de la presse dans les émotions mémorielles et patrimoniales (depuis le journalisme d’investigation jusqu’à la série grand public) ;
  • les représentations artistiques du passé et sur le passé (littérature, cinéma, arts plastiques, expositions, etc.) ;
  • le rôle des entrepreneurs de mémoire à l’échelle nationale (ceux qui organisent ou conçoivent les dispositifs de mémoire) ;
  • les porteurs de mémoire à l’échelle du groupe étudié (les leaders, les « dominants »).

33Tous ces éléments interagissent dans une circularité qu’il convient d’étudier très finement dès lors que l’on procède à des enquêtes orales ou que l’on constitue des archives orales. Toutes ces questions peuvent se décliner à l’échelle d’un groupe social ou à une échelle territoriale bien déterminée ; dans un pays comme la France et compte tenu des spécificités des régions et de leur histoire en longue durée, on entrevoit aisément qu’il puisse ressortir des variations locales de régimes de mémorialité, voire des spécificités irréductibles.

34De ces nouveaux axes d’étude – juridique, éthique, épistémologique, documentaire, acoustique, mémoriel –, l’histoire orale à la française entendue comme une méthode recourant aux témoignages oraux ne peut que se trouver enrichie. Quarante ans après son émergence en France, elle manifeste une vivacité qui trouve sa source dans ses divers courants fondateurs et qui lui permet de toucher, à des degrés divers, l’ensemble des sous-disciplines de l’histoire contemporaine. Partageant nombre de ses préoccupations avec les autres sciences sociales, elle les rejoint dans une prise en charge du contemporain et articule de façon spécifique le passé et le présent.

Notes

1 Philippe Joutard et Anne-Marie Granet-Abisset, « Histoires de vie, histoire dans la vie. Philippe Joutard et l’histoire orale à la française. Entretiens des 4 octobre et 12 décembre 2012 », Sociétés et représentations, no 35, 2013, p. 183-207. Des entretiens sont actuellement en cours auprès des fondateurs de l’Afas.

2 M. Bloch, « Critique historique et critique du témoignage », dans M. Bloch, Histoire et historiens, textes réunis par Étienne Bloch, Paris, Armand Colin, 1995, p. 8-16.

3 R. Dulong, Le témoin oculaire, op. cit.

4 C’est pourquoi, dans la plupart des cas, les témoins survivants de la Shoah sont filmés. Le corps marqué d’un numéro fait preuve.

5 Un témoignage est toujours « adressé » ; or les registres rhétoriques du témoignage peuvent être très différents : l’anecdote, le récit réaliste (« les petits faits vrais »), la généralité abstraite, la réserve pudique, le retrait méfiant, l’émotion et l’empathie. Les effets sur l’interlocuteur puis l’auditeur n’en sont pas les mêmes.

6 Sur l’affaire Aubrac, voir l’entretien de Lucie Aubrac avec Daniel Cordier et François Bédarida, « Spécial Aubrac – épilogue. Des zones d’ombre subsistent », Libération, 9 juillet 1997 ; voir aussi le blog de l’historien François Delpla, « 21 octobre 1943 : l’évasion de Raymond Aubrac », www.delpha.org, 2001 (www.delpla.org/IMG/pdf/aubrac.pdf) ; Annette Wieviorka, « Les Aubrac : fausse affaire mais vrai débat », Larousse. Journal de l’année 1997, édition 1998, en ligne : www.larousse.fr/archives/journaux_annee/1998/111/les_aubrac_fausse_affaire_mais_vrai_debat (consulté en juillet 2019).

7 Comment Raymond Aubrac pouvait-il répondre à une question telle que « pourquoi n’avez-vous pas été transféré à Paris ? » ?

8 Dans la filiation de Marc Bloch, le développement d’une réflexion « constructiviste » autour des archives, du statut de l’archive et de son producteur dans les années 1990, notamment après la chute du Mur, permet de reconnaître que le témoignage oral provoqué n’est pas le seul document à être le fruit d’un point de vue, dont il convient précisément d’analyser les déterminants.

9 Odile Join-Lambert, Le receveur des Postes, entre l’État et l’usager, 1944-1973, Paris, Belin, 2001.

10 À mon modeste niveau, je dirige ou suis étroitement six thèses depuis 2015, et en 2019, j’ai participé à deux jurys de thèse, ainsi qu’à un jury d’habilitation de recherche, pour des travaux mobilisant d’importants corpus de sources orales.

11 Voir ma propre habilitation, Histoire orale, histoire des pouvoirs, histoire des savoirs, EHESS, 2014, et celle de Nathalie Ponsard, Explorer l’histoire sociale et culturelle en co-construction avec les acteurs, université de Lyon 2, 2019.

12 Françoise Thébaud, Écrire l’histoire des femmes et du genre, Lyon, ENS Éditions, 2007.

13 Pour n’en donner qu’un exemple, Bénédicte Girault, Mémoires d’un ministère. Une analyse secondaire de l’enquête orale du Service d’histoire de l’éducation, c.1950-c.2010, thèse de doctorat, université de Cergy-Pontoise, 2018.

14 Voir le sommaire de l’imposant volume d’histoire orale publié par Robert Perks et Alistair Thomson (dir.), The Oral History Reader, Londres-New York, Routledge, 2015 [1998], et la liste des colloques internationaux de l’International Oral History Association.

15 Pour expliquer cette réticence française à l’utilisation du terme « histoire orale », on en est réduit à des hypothèses : son origine américaine, le rejet du terme en tant que tel et la multiplication de concepts concurrents, le refus du positionnement militant et contestataire des débuts de l’histoire orale, la volonté de ne pas faire des sources orales une source à part, le refus d’une autre histoire et la préférence accordée à une histoire contemporaine capable d’intégrer cette nouvelle source…

16 D. Schnapper, « Avant propos : vingt ans après », dans F. Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone, op. cit., p. xix-xxii, et Max Weber, Essais sur la théorie de la science, trad. par Julien Freund, Paris, Pocket, 1992 [1965], p. 207-208.

17 F. Descamps, « La parole et le droit. De l’insouciance à la vigilance », dans V. Ginouvès et I. Gras (dir.), La diffusion numérique des données en SHS, op. cit., p. 89-101 ; Myriam Fellous-Sigrist, « Consent in the digital context. The example of oral history interviews in the United Kingdom », dans V. Ginouvès et I. Gras (dir.), La diffusion numérique des données en SHS, op. cit., p. 143-157.

18 Le programme ANR Histinéraires s’appuie sur la collecte et l’étude des « mémoires de synthèse des activités scientifiques » des habilitations à diriger des recherches soutenues en histoire depuis le début des années 1990. Le projet « La fabrique de l’histoire telle qu’elle se raconte » s’intéresse au récit que les historiens font d’eux-mêmes, à la façon dont ils racontent dans ces textes d’ego-histoire leur parcours d’historien, académique comme intellectuel. La collecte de ces textes est accompagnée d’entretiens menés auprès de chercheurs qui ont accepté de se prêter au jeu de l’histoire orale. Une quarantaine d’entretiens biographiques ont d’ores et déjà été recueillis par Anne-Marie Granet-Abisset (université de Grenoble) et Véronique Ginouvès (phonothèque de la MMSH).

19 Cet effort de documentation des enquêtes est une des conditions à la « revisite » ou à la réutilisation des témoignages et des entretiens par des chercheurs tiers et par les « historiens du futur ». Voir sur ce sujet, Gilles Laferté, « Des archives d’enquêtes ethnographiques pour quoi faire ? Les conditions d’une revisite », Genèses, no 63, 2006, p. 25-45.

20 On garde en tête l’avertissement critique de Pierre Bourdieu sur « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, no 62-63, 1986, p. 69-72, sans succomber à l’inhibition qui pourrait en résulter.

21 F. Descamps, « Et si on ajoutait l’image au son ? Quelques éléments de réflexion sur les entretiens filmés dans le cadre d’un projet d’archives orales », La Gazette des archives, no 196, 2004, p. 95-122, et François Siino, « Le témoignage filmé : un entretien comme les autres ? Retour sur l’enquête “le temps de la coopération au Maghreb” », Sonorités. Bulletin de l’Afas, no 45, 2019, en ligne : journals.openedition.org/afas/3655 (consulté en juillet 2019).

22 La BDIC procède actuellement à une enquête rétrospective sur les réalisateurs des enquêtes menées par la BDIC ou déposées par des chercheurs ou des documentaristes. C’est aussi le travail très fin que réalise la phonothèque de la MMSH lors de l’entrée d’une enquête de recherche dans ses fonds.

23 D. Aron-Schnapper et D. Hanet, « Archives orales et histoire des institutions sociales », art. cit., p. 262.

24 Pour un exemple de ce type de travaux, voir les thèses d’histoire menées au sein du Comité pour l’histoire économique et financière de la France (Cheff), notamment les thèses de Laure Quennouëlle, Aude Terray, Nathalie Carré de Malberg et Frédéric Tristram sur le ministère des Finances au xxe siècle.

25 H. Wallenborn, L’historien, la parole des gens et l’écriture de l’histoire, op. cit.

26 P. Ricœur, « L’identité narrative », Esprit, no 140-141, 1988, p. 295-304. Pour l’usage que Bénédicte Girault fait de ce concept, voir Mémoires d’un ministère, op. cit.

27 O. Join-Lambert, Le receveur des Postes, op. cit.

28 Claude Dubar et Didier Demazière, Analyser les entretiens biographiques. L’exemple des récits d’insertion, Paris, Nathan, 1997.

29 Bénédicte Pincemin, Damon Mayaffre, Serge Heiden et Philippe Weyl, « Génétique mémorielle. Shoah, mémoire et ADT », dans Damon Mayaffre et al., JADT 2016 – Statistical Analysis of Textual Data, communication présentée lors des 13es journées internationales d’analyse statistique des données textuelles (JADT), juin 2016, Nice, p. 495-506, en ligne : hal.archives-ouvertes.fr/hal-01361988/document (consulté en juillet 2019).

30 Signalons le projet Matriciel, en partenariat avec l’Institut géographique national (IGN) et le Centre de recherches historiques à l’EHESS, qui étudie à travers les récits de vie de migrants les lieux et les espaces de migration, ainsi que les émotions qui leur sont associées, tout en les cartographiant. Ce travail, réalisé par Carmen Brando, Catherine Dominguès et Laurence Jolivet, utilise comme sources les transcriptions d’une partie du corpus des témoignages oraux recueillis par le RAHMI, dont j’ai déjà parlé au chapitre 3.

31 Voir M. Mériaux et sa base de données de 225 plantes répertoriées dans son Histoire de plantes, op. cit., p. 269-274.

32 Histoire de plantes, op. cit., p. 295-298.

33 Il l’est davantage par les anthropologues et les ethnomusicologues. Voir Joël Candau et Marie-Barbara Le Gonidec (dir.), Paysages sensoriels. Essai d’anthropologie de la construction et de la perception de l’environnement sonore, Paris, CTHS, 2013.

34 Peter Stockinger (dir.), Les archives audiovisuelles. Description, indexation et publication, Paris, Hermès-Lavoisier, 2011.

35 Voir les travaux d’Henry Rousso, Marie-Claire Lavabre, Johann Michel et Sébastien Ledoux.

36 Sur les différentes mémoires du ministère de l’Éducation nationale et de ses cadres supérieurs, voir B. Girault, Mémoires d’un ministère, op. cit., et sa troisième partie sur les « concurrences mémorielles ».

37 F. Hartog, Régimes d’historicité, op. cit.

38 J. Michel, Gouverner les mémoires, op. cit. L’auteur propose notamment la succession d’un régime d’unité nationale et d’un régime victimo-mémoriel.

39 D. Peschanski, Les années noires. 1938-1944, Paris, Hermann, 2012 : le dernier chapitre est consacré aux régimes de mémorialité en France, p. 387-402. Voir aussi D. Peschanski (dir.), Mémoire et mémorialisation, t. 1, De l’absence à la représentation, Paris, Hermann, 2013 ; avec Denis Maréchal (dir.), Les chantiers de la mémoire, Paris, Ina, 2013.

40 Selon la chronologie et selon le contexte politique, Denis Peschanski distingue les mémoires fortes et faibles de la Résistance communiste et gaulliste, les variations de la mémoire de Vichy et de la Shoah et met en place le couple héros/victime qui peut s’inverser selon les variations de la conjoncture historique.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site