Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archiver la mémoire

 | 
Florence Descamps

Vers un patrimoine mémoriel

Texte intégral

Le processus de patrimonialisation des archives orales

  • 1 Nathalie Heinich, La fabrique du patrimoine. De la cathédrale à la petite cuillère, Paris, Éditions (...)
  • 2 Article L1 du Code du patrimoine, issu de l’ordonnance du 20 février 2004, relative à la partie lég (...)
  • 3 D. Voldman (dir.), Les Cahiers de l’IHTP, no 21, La bouche de la vérité. La recherche historique et (...)
  • 4 « Un monument, au sens originel du terme, désigne une œuvre érigée avec l’intention précise de main (...)
  • 5 « La valeur historique d’un monument résulte du fait qu’il représente pour nous un moment déterminé (...)
  • 6 « La commémoration quant à elle, a pour but dès l’érection du monument, que le moment désigné n’app (...)

1Dans les années 2000, le processus de patrimonialisation, que les collections de témoignages oraux sur la Seconde Guerre mondiale et la Shoah ont connu au cours des années 1990 sous l’empire des politiques du « devoir de mémoire », commence à toucher discrètement l’ensemble des corpus oraux : ceux qui sommeillent depuis les années 1970 dans les centres patrimoniaux et ceux en train de se constituer. En effet, à l’orée du siècle nouveau, la fée Patrimoine transforme tout ce qu’elle touche dès lors qu’elle nomme patrimoine ce qu’elle désigne. « De la cathédrale à la petite cuiller » (André Chastel, repris par Nathalie Heinich1), le patrimoine, entendu comme « l’ensemble des biens, immobiliers et mobiliers, relevant de la propriété publique ou privée, qui présentent un intérêt historique, artistique, archéologique, esthétique, scientifique ou technique2 », ne cesse de s’étendre et d’absorber de nouveaux objets, du plus matériel au plus immatériel, les déclarant dignes de conservation, de protection, de restauration et d’appropriation par la société ou le public. Ce qu’il est possible de concevoir et d’organiser pour des mémoires traumatiques, l’est-il pour des mémoires de groupes sociaux plus ordinaires ou plus anodines ? Peut-on patrimonialiser la mémoire des communautés, des villages, des institutions ou des entreprises ? Si oui, comment ? Selon quels critères ? Dans quelle intention ? Au nom de quoi ? Avec quelles conséquences ? N’y a-t-il pas un risque à figer ainsi des représentations et des discours ? Les archives orales, délibérément « provoquées3 », volontairement archivisées pour durer, pour alimenter en matériaux « l’historien du futur » et pour être transmises aux générations futures, semblent cependant se prêter à la définition sociologique selon laquelle : est patrimoine ce qui est désigné et déclaré comme tel par les acteurs sociaux (communautés sociales ou professionnelles, producteurs, publics), sans exclusive réservée aux experts ni aux institutions étatiques. Elles constituent en effet des « monuments voulus », des monuments-mémoire, pour reprendre la typologie d’Aloïs Riegl (1858-1905), historien d’art viennois du début du xxe siècle4. Leur création délibérée et planifiée, leur ingénierie (voir chapitre 5 du présent ouvrage), leur financement, leur dépôt dans une institution patrimoniale semblent bien répondre à cette intention monumentaire. De fait, il est possible d’attribuer aux corpus oraux, sédimentés depuis le début du xxe siècle et archivés dans diverses institutions, « les trois valeurs de mémoire » distinguées par Aloïs Riegl : la valeur d’ancienneté (qui trouve son origine dans l’altération du temps), la valeur historique5 et la valeur commémorative6.

2Mais avant de conclure sur la dimension monumentaire des archives orales, essayons de suivre pas à pas le processus de patrimonialisation. En premier lieu, comment décrire et comprendre l’attribution de la valeur, première étape de l’entrée en patrimoine ? Nous avons vu plus haut que la prégnance des problématiques de commémoration et de mémoire à la fin du xxe siècle, ainsi que l’établissement d’un « régime d’historicité présentiste », ont un impact direct sur la création des corpus de témoignages oraux ; ces derniers visent précisément à maintenir, à retenir dans le présent les éléments d’un passé qui passe trop vite ou, au contraire, à tenter de faire passer « un passé qui ne passe pas ». Dans les deux cas, le passé et le souvenir de ce passé sont jugés dignes d’intérêt et se voient attribuer une valeur autorisant les investissements financiers et humains nécessaires à leur conservation. D’autre part, les bouleversements économiques, sociaux, démographiques, migratoires, territoriaux, politiques et institutionnels que la société française connaît depuis le début des années 1980 (amplification de phénomènes anciens – exode rural, urbanisation – et apparition de nouveaux phénomènes – mondialisation, accélération de la construction européenne, régionalisation, désindustrialisation et rurbanisation), les effacements structurels qui s’ensuivent, les changements que ces phénomènes produisent sur les individus et sur leur compréhension du monde, ainsi que l’incertitude qui en résulte suscitent une forte demande sociale à l’égard du passé, de sa connaissance, de son ressaisissement et de sa mise en valeur. C’est cette demande sociale qui alimente, « au ras du terrain », les campagnes d’archives orales à caractère conservatoire, transmissif, mémoriel ou commémoratif menées par les collectivités locales, les associations, les entreprises ou les institutions publiques.

  • 7 Par exemple, Charles Quimbert, « Fest-noz et patrimoine », Tétralogiques, no 24, 2019, p. 143-165.
  • 8 Claude Mollard, L’ingénierie culturelle, Paris, Puf, 2016 [1994].

3D’autre part, l’oralité connaît un renouveau d’intérêt en soi, qui se manifeste dans la redécouverte des langues régionales, pour certaines enseignées à l’école, dans la vivacité de l’ethnomusicologie entretenue par les revivalismes régionaux7, dans le renouveau de la littérature orale, dans les maisons ou les conservatoires de l’oralité, les maisons de la mémoire orale, les maisons du conte, le recours à la narration orale en milieu scolaire, les textes de littérature lus sur scène à haute voix, les ateliers de récits de vie ou les ateliers de la mémoire dans les maisons de retraite, la mise en spectacle de témoignages oraux, etc. Ce retour de l’oralité se double de celui du récit qui, dans les collections de témoignages oraux, se donne à entendre sur un mode autobiographique, polyphonique et contrapuntique. Loin d’être éclipsée par la multiplication des écrans en tout genre dans notre vie quotidienne et par l’envahissement de nos espaces professionnels et privés par l’image animée, la parole enregistrée progresse au même rythme que cette dernière et s’en trouve rehaussée. La narration, la parole enregistrée ou filmée, sont des valeurs redécouvertes et utilisées pour leur richesse et leur efficacité relationnelle, émotionnelle, imaginative ou interprétative. Dans cette attribution de la valeur, les militants, « les médiateurs8 » et les experts de la source orale, même peu nombreux, jouent un rôle-clef : ils sont chercheurs ou conservateurs, militants associatifs ou radiophoniques, collecteurs, membres de sociétés savantes, enseignants, collectionneurs, artistes-interprètes, techniciens du son, érudits ou simples passionnés ; venant de tous les champs des sciences humaines et sociales, ils sont avant tout des praticiens de la source orale et des habitués du « terrain ». De ce point de vue, le processus de patrimonialisation des corpus oraux, processus « par le bas », est bien conforme aux intuitions originelles de l’histoire orale. Le goût pour la mémoire, l’oralité et le récit en sont des facteurs communs.

  • 9 Seule la radio a su apprivoiser la parole enregistrée et, surtout, l’exploiter et la valoriser sous (...)

4Ces facteurs endogènes sont redoublés par des facteurs contextuels exogènes qui tiennent aux progrès technologiques et aux pratiques sociales et professionnelles que les témoignages oraux suscitent. De fait, l’oralité se voit dopée au tournant des xxe et xxie siècles par les nouvelles technologies combinées de l’informatique, du numérique et d’Internet, qui ont permis au son en général et aux archives de la parole constituées tout au long du siècle de sortir de leur ghetto documentaire9. En effet, les sources orales, parentes pauvres des institutions patrimoniales, se trouvaient bien souvent reléguées dans les réserves, les greniers et les caves, rendues invisibles et inaudibles faute d’instruments de documentation adéquats, inexploitées faute de postes de consultation et de « lecture » commodes et efficaces, handicapées par une audition linéaire chronophage. Grâce aux nouvelles technologies, elles connaissent dès la fin des années 1990 une résurgence indéniable. Les corpus oraux, une fois numérisés, peuvent être facilement reproduits, segmentés et documentés et donc plus facilement proposés à la consultation. Les possibilités de marquage et d’indexation sur les fichiers numériques permettent d’identifier le contenu des enregistrements et de gagner du temps dans le repérage de l’information et dans l’exploitation des données. Les témoignages oraux peuvent désormais être paginés et chapitrés comme des livres et les extraits ou les citations peuvent aisément être combinés avec du texte et de l’image, dans des documents multimédias. L’arrivée et le développement d’Internet apparaissent aux professionnels comme une véritable voie de salut pour les corpus oraux, venant parachever ce processus d’exhumation et ouvrant des horizons nouveaux de diffusion, de consultation et d’appropriation. Ces perspectives stimulent à leur tour la création d’autres corpus oraux et enclenchent un cercle vertueux et cumulatif.

  • 10 J.-C. Bouvier et al., Tradition orale et identité culturelle. Problèmes et méthodes, Paris, CNRS Éd (...)
  • 11 Ces journées d’étude sont organisées par la phonothèque de la MMSH, la BnF, par des associations d’ (...)
  • 12 Pour en savoir plus sur l’association Dastum, voir www.dastum.bzh.

5À cet endroit de la chaîne de la mise en patrimoine, ce sont bien les experts-médiateurs qui, prenant le relais des producteurs prescripteurs de la valeur, jouent un rôle déterminant. À partir du moment où des conservateurs, des archivistes, des bibliothécaires, des documentalistes acceptent ou décident de s’approprier le concept d’archives orales et font entrer les enregistrements dans leurs fonds patrimoniaux, par-delà les coûts financiers considérables que cela engendre (ne serait-ce que la numérisation des fonds anciens), ce sont leurs pratiques professionnelles elles-mêmes qui se mettent à fabriquer du patrimoine. Entrée en magasin, mise en boîte, étiquetage, numérotation, cotation, restauration, mise en série ou en collection, description, fichage, documentation des enregistrements, reproduction, gestion des délais de communicabilité, réalisation d’inventaire et de guide des fonds, mise en série, entrée dans une base de données, collectes complémentaires, mise en ligne et valorisation, rédaction de guides ou de notices, établissement des métadonnées… Autant de gestes documentaires professionnels qui préparent (annoncent ?) l’entrée des témoignages oraux en patrimoine. À ces travaux caractéristiques des métiers professionnels du patrimoine – inventorier, récoler, recenser, inscrire, décrire, classer, traiter, restaurer –, viennent s’ajouter du côté des universités les premiers manuels de méthodologie, à la suite de l’ouvrage pionnier de Jean-Claude Bouvier et Philippe Joutard, Tradition orale et identité culturelle10 ; de 1990 à 2006 s’égrènent les premiers enseignements sur l’ingénierie des archives orales, les premiers colloques d’archivistes sonores ou oralistes11. Ces activités rendent visible et contribuent à former une communauté de professionnels et d’experts, certes étroite, mais transversale à plusieurs métiers – ceux des archives, des bibliothèques, de l’audiovisuel, de la recherche en sciences humaines et sociales, des collectionneurs et des associations – tous engagés dans la reconnaissance du patrimoine oral. Ce faisant, elles consacrent la naissance d’un nouveau métier à côté de celui d’historien oral, celui d’archiviste oral, qui bénéficie par ailleurs de la montée en puissance des archives audiovisuelles, des technologies de l’information et de la problématique documentaire. Dans la formation de cette expertise documentaire, à partir de 1997, la BnF et ses pôles associés (associations de collecteurs, phonothèques, association des archives sonores et audiovisuelles) jouent un rôle important, tout comme des grands conservatoires régionaux comme Dastum12 sur la culture orale bretonne, le Conservatoire occitan, l’Union pour la culture populaire en Poitou-Charentes–Vendée (UPCP-Métive) et son Centre d’études, de recherche et de documentation sur l’oralité, et bien d’autres encore. Au sein de ce réseau, la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, créée dans la filiation du Centre de recherche sur l’histoire orale et les parlers régionaux de l’université d’Aix-en-Provence (Crehop), sous la direction de Véronique Ginouvès, joue un rôle essentiel dans l’animation et l’innovation, à l’échelle régionale comme à l’échelle nationale, dans la formation des associations de collecteurs, dans l’établissement d’une science documentaire des corpus oraux, dans l’entrée des corpus oraux au sein des humanités numériques, dans la reconnaissance des archives des chercheurs des sciences humaines et sociales à l’échelle méditerranéenne, nationale et internationale, dans la valorisation des corpus oraux de la recherche en sciences sociales et leur exploitation.

  • 13 P. Cordereix, « Les fonds sonores du département de l’Audiovisuel de la Bibliothèque nationale de F (...)
  • 14 Depuis plus de dix ans, des témoignages d’acteurs et d’observateurs privilégiés des événements maje (...)
  • 15 Pour en savoir plus, voir la présentation du Centre d’histoire orale de l’université de Concordia s (...)
  • 16 Voir la plateforme « Mémoire orale » (www.memoire-orale.be) mise en place à l’initiative de la Fédé (...)
  • 17 Voir le programme de collecte de témoignages oraux mené sur la Seconde Guerre mondiale (www.ahicf.c (...)
  • 18 Karine Lepetit, « Caen-Ouistreham, ethnologie d’un port », dans François Calame, Jean-Pierre Castel (...)
  • 19 Pour en savoir plus sur l’association, voir www.generiques.org/archives-et-patrimoine.

6La nouvelle offre de diffusion que constitue Internet entre en congruence avec l’injonction de valorisation qui s’impose à la même époque dans toutes les institutions patrimoniales et culturelles publiques, pour qui l’obtention de crédits budgétaires et de financements est de plus dépendante de retours sur investissements sonnants et trébuchants, ou à tout le moins symboliques (notoriété, prestige, visibilité, fréquentation, restitution, etc.). Conserver, collecter, recenser, décrire ne suffisent plus, il faut désormais valoriser. Cette injonction s’applique aux collections orales comme aux autres, et les institutions sont contraintes de réagir. Beaucoup d’efforts sont faits pour intégrer le son et l’oral dans les expositions culturelles (bornes sonores, cabines d’écoute, parcours ou « douches » sonores, audioguides, applications sur smartphone, etc.). Pénétrées de l’importance de la nécessité de la valorisation pour pouvoir survivre, les grandes associations détentrices de collections orales et les conservatoires régionalistes se tournent vers les publics, ouvrent les premiers sites Internet de collections sonores (Dastum, UPCP-Métive, La Sauvegarde de la Parole sarthoise) et investissent dans des plateformes qui mêlent le son, le chant, la parole, parfois le texte, plus rarement le film, la photographie et le document d’archive. La BnF et sa bibliothèque numérique Gallica s’investissent dans ce nouveau champ de diffusion et présentent leurs fonds sonores sur leur site13. À partir de 2008, il est créé un « portail du patrimoine oral » qui regroupe la plupart des détenteurs d’archives ethnomusicologiques et orales, tandis que l’Ina s’efforce de donner un plus large accès à ses collections audiovisuelles en mettant en ligne de nombreux extraits oraux et visuels de ses fonds patrimoniaux. Sur le modèle étranger du Centre virtuel sur l’histoire de la construction européenne (CVCE14), du Centre d’histoire orale et audiovisuelle de l’université canadienne de Concordia à Montréal15 ou de la plateforme d’histoire orale sociale belge16, des centres de ressources ouvrent progressivement des sites numériques thématiques, dotés d’instruments de travail et de moteurs de recherche, permettant des visites et des exploitations scientifiques, culturelles ou pédagogiques. Citons l’Association pour l’histoire des chemins de fer et sa plateforme « Mémoire orale de l’industrie et des réseaux17 », en partenariat avec l’Institut de l’aluminium et la Fondation EDF, le Centre régional de culture ethnologique et technique et ses « métiers portuaires » au Havre18, le Centre de l’oralité alpine et son programme « Pierres qui roulent », l’association Génériques19, etc. L’Europe a également sa plateforme, « Europeana Sound » (www.eusounds. eu), qui propose de créer un accès unifié aux collections sonores de grandes institutions patrimoniales et scientifiques en Europe.

  • 20 F. Descamps, « L’entretien de recherche en histoire : statut juridique, contraintes et règles d’uti (...)
  • 21 Pour consulter le rapport Vaïsse, voir F. Descamps, « Le statut juridique des archives orales : les (...)
  • 22 Véronique Ginouvès et Isabelle Gras (dir.), La diffusion numérique des données en SHS. Guide des bo (...)

7L’autre élément qui signale autant qu’il contribue au processus de patrimonialisation des archives orales, c’est l’élaboration juridique dont les corpus oraux commencent à faire l’objet à partir des années 2000. De fait, les témoignages oraux, fabriqués à des fins patrimoniales, scientifiques, culturelles ou pédagogiques, sont encore dans les années 1990 des objets documentaires juridiquement non identifiés et non stabilisés. Ils n’apparaissent nommément ni dans la loi de 1979 sur les archives, ni dans la loi de 1985 sur l’audiovisuel, ni dans la loi de 2008 sur les archives, à peine dans le Code de la propriété intellectuelle, littéraire et artistique, à la faveur d’une incise ou d’un raisonnement par assimilation. En outre, la jurisprudence sur les témoignages oraux et les œuvres orales est faible, à l’exception de la jurisprudence sur l’interview de presse. La seule méthode consiste à procéder par analogie et par approximations successives. Il faut plus de dix ans de tâtonnements, d’investissements et de persévérance après la parution de mon ouvrage et celle de l’avis du Conseil économique et social en 2001 (Georgette Elgey, assistée d’Hervé Lemoine et d’Agnès Callu), plusieurs consultations juridiques, plusieurs journées d’étude, plusieurs groupes de travail sur le statut des archives orales (la commission Arnauld, puis la commission Vaïsse), un jugement sur la titularité des droits d’auteur (l’affaire Delouvrier-Lefeuvre20) pour y voir un peu plus clair dans le statut juridique des archives orales. Le rapport Vaïsse de 2013 est la première étape d’une clarification très attendue par les producteurs, les détenteurs et les utilisateurs d’archives orales21. En 2018, il reçoit un prolongement dans l’ouvrage dirigé par Véronique Ginouvès et Isabelle Gras, La diffusion numérique des données en SHS22.

  • 23 Voir Patrick Clarac, Gens de mer, gens de rivière en Gironde au xxe siècle, Paris-Bordeaux, L’Harma (...)
  • 24 Marie-Hélène Chevalier, Florence Descamps et Véronique Ginouvès, « Les services d’archives et les s (...)
  • 25 Ces derniers sont aujourd’hui très dynamiques. Voir les enquêtes orales du parc naturel régional de (...)

8Le dernier facteur favorable à la patrimonialisation des corpus d’archives orales, soit sur le mode de l’exhumation, soit sur le mode de la création, est la patrimonialisation des territoires autant que la territorialisation des patrimoines. Les lois de décentralisation et les successifs trains de déconcentration de la gestion publique culturelle ont été déterminants à cet égard : les identités régionales s’en sont trouvées fortement réactivées, mises sous pression par les enjeux de la mise en valeur économique touristique. Toute une série de nouveaux acteurs institutionnels, de donneurs d’ordres et de commanditaires locaux (collectivités publiques, municipalités, associations de quartier, maisons de retraite, centres d’action sociale23, cabinets d’urbanistes, associations culturelles et linguistiques, entreprises industrielles désireuses de valoriser leurs anciens sites de production) viennent rejoindre les institutions patrimoniales locales qui se trouvent elles aussi dynamisées par la multiplicité des initiatives et des partenariats (écomusées, musées de société, musées de pays, associations régionales de collecteurs, archives départementales24, archives municipales, maisons de la Mémoire, maisons du patrimoine oral, parcs naturels nationaux et régionaux25).

  • 26 Créé en 1982 à l’initiative des Houillères, le Centre historique minier de Lewarde, qui appartient (...)
  • 27 Voir les enquêtes orales de Secrets de fabriques, réalisées par l’ethnologue Corinne Cassé, dans le (...)

9Cette réactivité sociale et politique alimente de nombreuses enquêtes orales, souvent désignées sous le terme de mémoire orale, qui expriment une forte demande sociale en histoire, en patrimoine et en culture locale et qui révèlent l’existence d’un public susceptible de participer à ces opérations ou de s’intéresser à leurs résultats26. Or l’existence d’un public désireux de s’approprier les objets est un des éléments essentiels du processus de patrimonialisation. Le lancement d’archives orales constitue à cet égard un bon indice de la prise de conscience patrimoniale et une efficace porte d’entrée pour construire des opérations culturelles plus importantes et plus consistantes27.

  • 28 Sur les archives des ethnologues de la maison Archéologie et Ethnologie (MAE) de Nanterre, voir Ant (...)
  • 29 C’est ainsi que l’anthropologue Jean-Noël Pelen, ancien directeur du Crehop, a déposé à la phonothè (...)
  • 30 Voir le numéro 46 en préparation de Sonorités. Bulletin de l’Afas (2019), sous la direction de Mari (...)

10Un cas particulier, au carrefour de la territorialisation du patrimoine, de la patrimonialisation des territoires, des archives de la recherche et de la mémoire, est celui des matériaux d’enquêtes des sciences humaines et sociales des années 1960 et 1970 (photographies, films, textes, archives, entretiens, témoignages, enregistrements sonores ou musicologiques, rapports, articles). Retrouvés chez des chercheurs ou dans les bibliothèques des laboratoires de recherche, dans certains cas collectés et recentralisés matériellement dans un lieu patrimonial unique, ces matériaux numérisés, archivés, recensés et inventoriés, parfois déposés sur des plateformes numériques, autorisent une mise en partage des données collectées entre laboratoires de recherche et s’offrent à la « revisite » ou au « réexamen » d’autres chercheurs28. Ces nouvelles formes d’archivage numérique permettent d’alimenter des nouvelles recherches, d’organiser une restitution auprès des descendants des enquêtés d’alors et de faire entrer dans le patrimoine local les données constituées à l’époque, ainsi que les exploitations que les chercheurs en ont faites. La phonothèque de la MMSH, héritière du Crehop, s’est fait une spécialité de cette activité d’archivage et de valorisation des archives de la recherche ; elle contribue ainsi à conserver des données historiques d’époque et à patrimonialiser une mémoire orale régionale29, tout en « photographiant » et en documentant un certain état de la recherche en sciences humaines et sociales, ce qui permettra une histoire future de ses pratiques. La numérisation des collections de la musique et de la parole du musée national des Arts et Traditions populaires, lors de la création à Marseille du musée de la Méditerranée, a également obéi à cette logique de régionalisation, de restitution et de patrimonialisation territoriale. L’ensemble des collections a été déposé aux Archives nationales30, mais des conventions avec des centres de ressources régionaux ont permis de déposer des copies numériques des enquêtes ethnomusicologiques dans des lieux patrimoniaux publics ou dans des associations locales. Dastum a ainsi reçu un exemplaire des collections bretonnes, la phonothèque de la MMSH une copie des enquêtes orales concernant la Provence, la frontière italienne, les Alpes et les Cévennes ; d’autres dépôts de corpus ont eu lieu dans la Manche, en Catalogne, en Poitou, en Bourgogne, au Pays basque, en Aquitaine ou en Midi-Pyrénées.

11La territorialisation du patrimoine oral et la patrimonialisation des territoires s’entremêlent avec un autre processus de patrimonialisation, très actif aujourd’hui : celui de la mémoire des communautés immigrées en France. Cette patrimonialisation accompagne la prise de conscience des vagues successives d’immigration à partir du début du xxe siècle et s’insère dans le débat sur la contribution des différentes communautés immigrées à la construction de la société française, à son économie, à sa culture et à son identité. Depuis 2006, une institution publique centrale et parisienne, le musée national de l’Histoire de l’immigration, logé dans l’ancien ministère des Colonies dans le Palais de la Porte Dorée, s’est vu chargé de la mission de « rassembler, sauvegarder, mettre en valeur et rendre accessibles les éléments relatifs à l’histoire de l’immigration en France, notamment depuis le xixe siècle ; [de] contribuer ainsi à la reconnaissance des parcours d’intégration des populations immigrées dans la société française et faire évoluer les regards et les mentalités sur l’immigration en France » (décret du 16 novembre 2006). Mais elle ne mène pas en tant que telle une politique de collecte de témoignages oraux sur l’histoire ou la mémoire de l’immigration ; seule sa Galerie des dons accueille quelques parcours de vie, mais sans systématisation de la démarche.

  • 31 Voir la journée d’étude franco-italienne organisée par Claire Scopsi au Conservatoire national des (...)
  • 32 Tifenn Hamonic et Louisa Zanoun, « Pour des archives orales de l’immigration. Histoire et mémoires (...)
  • 33 Voir le programme d’archives orales filmées conduit par Rosa Olmos, « Mémoire de l’immigration algé (...)
  • 34 Sur la mémoire arménienne collectée à Marseille, voir Corinne Cassé, « Collecter la mémoire orale a (...)
  • 35 Voir le site Internet du Réseau des acteurs de l’histoire et de la mémoire de l’immigration en Nouv (...)
  • 36 Pour consulter les témoignages des anciens combattants marocains, des réfugiés républicains espagno (...)
  • 37 Pour un bilan de ce programme, voir le rapport du séminaire national du 26 avril 2012 à Bordeaux, « (...)
  • 38 Depuis 2005, la délégation interministérielle à la ville joue un rôle tout à fait central en matièr (...)

12La dynamique en matière de création d’archives orales de l’immigration se situe donc davantage du côté des associations de quartier, des associations par nationalités (les Italiens31, les Polonais, les Espagnols, etc.) et des associations régionales ou nationales (Passerelle de mémoire, Génériques32), rejointes par quelques institutions patrimoniales qui ont choisi parmi leurs axes scientifiques de se spécialiser dans l’histoire de l’immigration ou des communautés étrangères (la BDIC – désormais dénommée La contemporaine33, les archives départementales du Val-de-Marne, la phonothèque de la MMSH, pour n’en citer que quelques-unes34). À titre d’exemple en région, nous pouvons citer le programme de collecte de mémoire orale sur les communautés immigrées d’Aquitaine, lancé en 2008 par le Réseau aquitain pour l’histoire et la mémoire de l’immigration (RAHMI35), en partenariat avec le musée national de l’Histoire de l’immigration et un collectif d’associations d’immigrés, avec le soutien de la direction des affaires culturelles d’Aquitaine, de l’Agence pour l’égalité des chances du Conseil régional d’Aquitaine et des archives départementales des cinq départements de la région,et avec le concours d’une radio locale et d’une association de volontaires pour la collecte. Les archives orales de ce groupe de recherche se veulent à la fois patrimoniales, scientifiques et réparatrices. Les objectifs sont de recueillir « la mémoire trop longtemps oubliée de quatre populations d’Aquitaine s’étant engagées pour la démocratie entre 1936 et 1945 (anciens goumiers marocains, tirailleurs sénégalais, républicains espagnols, immigrés portugais) et d’organiser la rencontre entre témoins, chercheurs et professionnels des archives ». Entre janvier 2008 et septembre 2010, une équipe de 28 intervieweurs collecte les récits de vie et témoignages de quelque 80 personnes : 19 résistants espagnols, 22 anciens combattants marocains de l’armée française, 4 tirailleurs sénégalais et 33 Portugais engagés dans la vie associative, l’action civique, le champ économique ou culturel36. En janvier 2011, les résultats sont présentés par les chercheurs et le relais est passé aux collectivités régionales, à charge pour elles de conserver cette mémoire et de valoriser ce patrimoine, en particulier auprès des enseignants et des élèves37. Une deuxième phase prévoit de collecter le témoignage de militants engagés en faveur des droits des migrants depuis les années 1950. Une troisième phase concernera une dizaine de femmes militantes ayant marqué l’histoire de la région. Des disques, des émissions radiophoniques, des livres illustrés de photographies d’époque, des expositions et des événements avec les témoins sont prévus. Le choix et la multiplicité des partenaires sont assez représentatifs des dispositifs qui se nouent dans les années 2010 en matière de patrimonialisation des corpus de témoignages oraux, sachant que certains projets se développent sur des territoires géographiques qui cumulent les marques et les traces de l’histoire industrielle, de l’histoire de l’immigration et de l’histoire urbaine française38.

13Le Guide du patrimoine sonore et audiovisuel français dirigé par Agnès Callu et Hervé Lemoine, tous deux conservateurs du Patrimoine, fruit d’une enquête documentaire qui a démarré en 1999-2000, acte et consacre en 2005 l’apparition officielle de l’expression « patrimoine oral », que j’ai proposée et discutée dès 2000 dans mon séminaire à l’École pratique des hautes études (EPHE). Même s’il est en partie déjà dépassé à sa parution, tant les corpus d’archives orales se multiplient « au ras du terrain » sans qu’il soit toujours possible de repérer leur éclosion, ce guide en cinq volumes a permis de fixer un état des collections d’archives orales françaises à la fin du xxe siècle. Une cartographie en relief, tout en paroles et en récits, s’en dégage. Au nord, dans les pays de langue d’oïl, c’est la mémoire des cultures urbaines, industrielles, militantes, syndicales, minières, métallurgiques, ouvrières et immigrées que l’on recueille. Au sud, dans les pays de langue d’oc, ce sont les monuments d’une civilisation agropastorale, montagnarde, provençale et occitane, mais aussi méditerranéenne, ouverte sur l’outre-mer, que l’on dresse. À l’ouest, ce sont des blocs entiers des anciennes provinces de France que l’on exhume, achevant de s’effriter, dans leur dimension rurale, villageoise, agraire, mais aussi maritime, atlantique et portuaire, tandis qu’à l’est s’accumulent les traces des guerres, des révolutions industrielles et énergétiques et des mouvements de populations venus de l’est, du sud et d’outre-mer. À Paris, grâce aux comités d’histoire ministériels et aux services historiques des armées, c’est un âge d’or de l’État central, interventionniste, reconstructeur, industrialiste et planificateur qui est fixé sur la bande, célébré dans toute la variété de ses politiques publiques triomphantes. Mais depuis le début du xxie siècle, à la patrimonialisation de la mémoire heureuse et prospective des Trente Glorieuses, de la prospérité et de la paix, succèdent, bien repérables par Internet, les premiers enregistrements de la crise économique, de la désindustrialisation, du déclin, des espoirs politiques déçus, mais aussi de la mondialisation et de ses flux migratoires.

14Mais davantage que cette vaste publication, c’est la proclamation en 2003 de la convention de l’Unesco sur le patrimoine culturel immatériel, ratifiée trois ans plus tard par la France, qui a constitué pour les corpus de témoignages oraux à la fois « une divine surprise » et un puissant instrument d’expansion et de promotion. Alors qu’ils viennent de voir reconnaître par les institutions culturelles nationales la qualité de patrimoine oral et de patrimoine sonore pour leurs collections d’archives parlées, mais qu’ils peinent à définir le concept de « patrimoine mémoriel », les producteurs d’archives orales et les collecteurs de mémoire orale s’emparent immédiatement du vocable de « patrimoine culturel immatériel », dans lequel ils voient un concept à la fois englobant et ennoblissant, susceptible de les aider à promouvoir leurs propres projets et de leur attirer une reconnaissance qu’ils ne parviennent pas toujours à obtenir de la part des autorités patrimoniales publiques savantes ni des collectivités locales.

15De l’article 2 de la convention Unesco, ils retiennent la première partie de la définition en laquelle ils voient la réponse à leurs préoccupations de reconnaissance et de légitimation : « On entend par patrimoine culturel immatériel les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel […] ». Un peu plus loin, le texte précise les contenus de ce patrimoine culturel immatériel :

Le « patrimoine culturel immatériel », tel qu’il est défini au paragraphe 1 ci-dessus, se manifeste notamment dans les domaines suivants :
(a) les traditions et expressions orales, y compris la langue comme vecteur du patrimoine culturel immatériel ;
(b) les arts du spectacle ;
(c) les pratiques sociales, rituels et événements festifs ;
(d) les connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers ;
(e) les savoir-faire liés à l’artisanat traditionnel.

  • 39 Cette formulation, fort peu républicaine, n’a pas échappé aux acteurs sociaux français qui ont cepe (...)

16Les producteurs et les détenteurs de corpus oraux à caractère dialectal, linguistique, littéraire, ethnologique, ethnographique, anthropologique pouvaient-ils ne pas se réjouir de cette onction soudaine ? La désignation explicite du rôle des « communautés39 » dans la prescription et dans l’attribution de la « valeur patrimoniale » ne pouvait qu’encourager les associations de collectage et les collecteurs de terrain.

  • 40 C’est ainsi que le projet « Mémoire de l’histoire de l’immigration en Aquitaine » présentait son pr (...)

17Si la définition du patrimoine culturel immatériel et son application concrète dans les pays signataires donnent immédiatement lieu à controverses et débats au sein des sciences humaines et sociales, ainsi que dans les institutions patrimoniales savantes françaises, la diffusion et la réception du concept de patrimoine culturel immatériel à partir de 2006 sont considérables et très rapides dans le corps social, à l’instar des « lieux de mémoire » de Pierre Nora ou du concept « d’archives orales ». Les commanditaires, les détenteurs et les conservateurs de collections, les associations de collecteurs, les collectivités locales, les associations, les témoins eux-mêmes désignent désormais ainsi leurs corpus de témoignages oraux, même si ces derniers ne répondent pas exhaustivement aux critères définis par le texte, et invoquent en référence la déclaration de l’Unesco de 2003 pour présenter, justifier et valoriser leurs motivations et leurs objectifs40. La convention pour le patrimoine culturel immatériel constitue un formidable levier social pour les projets de création ou de valorisation d’archives orales.

Vers une mise en patrimoine de la mémoire

18De fait, au-delà de la définition juridique, sociologique et même politique qui est posée dans le texte de la convention, n’est-ce pas en définitive la mémoire qui se voit couronnée par la qualité de patrimoine, dans sa fragilité et dans son immatérialité ?

  • 41 Armelle Faure et Adélaïde Maisonabe, Bort-les-Orgues, les mots sous le lac. Récits et témoignages d (...)
  • 42 Arthur Mettetal et Xavier Antoinet, « Usine des mémoires ? Des archives orales valorisées », Sonori (...)

19Je voudrais appuyer ce propos par trois exemples de monuments mémoriels élevés à la mémoire de ce qui a disparu. Le premier est le corpus de 100 témoignages oraux constitué entre 2010 et 2018 sous la direction de l’ethnologue Armelle Faure auprès des anciens habitants des villages engloutis de Haute-Dordogne, après la construction des barrages hydroélectriques dans les années 1930 jusqu’aux années 1950, en partenariat avec les archives de la Corrèze et du Cantal : Les mots sous le lac41. Plusieurs décennies après les événements, cette édification d’un mémorial immatériel – « Elle ne sera pas oubliée, ma vallée » – opère une reconnaissance du traumatisme subi et organise une forme de réparation symbolique pour les descendants des villageois déplacés, en même temps qu’elle accompagne la revitalisation d’un territoire rural oublié (dépôt d’archives privées et de photographies, expositions, conférences, documentaires, ouvrages, parcours de promenade, spectacles, etc.). Le deuxième projet a trait à la collection d’une vingtaine de témoignages oraux ouvriers réalisée entre 2011 et 2013 par une association de patrimoine industriel pour le projet archivistique, scientifique et artistique, Usine des mémoires42, consacré au complexe métallurgique industriel monumental de Peñarroya-Metaleurop, fermé en 2003, en attente de dépollution et d’arasement total. Plusieurs expositions et un web-documentaire ont vu le jour, s’appuyant sur un riche matériau photographique (portraits, paysages industriels, photographies d’archives). Enfin, le troisième exemple concerne le lavoir à charbon de Chavannes, près de Montceau-les-Mines, fermé en 1999, classé monument historique industriel en 2000, promis à la démolition, au sujet duquel la direction des affaires culturelles de Bourgogne–Franche-Comté a lancé en 2015 un vaste programme de sauvegarde et d’étude archivistique, documentaire, technique, architectural, industriel et photographique, ainsi qu’une enquête orale d’histoire industrielle et ouvrière (en 2018-2019, une vingtaine d’entretiens ont d’ores et déjà été réalisés par l’association d’ethnologues en charge de l’enquête). Dans les trois cas, à des ensembles architecturaux matériels « en dur », témoins d’une période historique révolue, désaffectés, engloutis ou voués à l’effacement, viennent se substituer, sous l’action conjointe de collectivités locales, d’associations, de chercheurs ou d’instances patrimoniales publiques, des monuments immatériels voulus, faits de sons, de paroles, de photographies, de données « archéologiques » et numériques, d’informations, de connaissances, de récits, de jugements de valeur, de représentations, de récits, de souvenirs et de traces mémorielles, le tout déclaré « patrimoine culturel immatériel » pour les populations concernées et destiné à être conservé et transmis.

20L’application du concept de patrimoine immatériel aux archives orales est une réflexion que je mène depuis plusieurs années. Cette réflexion est fondée sur une double problématique : la constitution d’un corpus de souvenirs individuels peut-elle permettre d’appréhender une culture collective (sociale, organisationnelle, institutionnelle, familiale, locale, etc.) ? L’accumulation de souvenirs individuels et leur mise en série fait-elle mémoire collective ou produit-elle de la mémoire collective ? Si oui, ce capital culturel, identitaire et distinctif, peut-il être désigné, à l’issue d’une série d’opérations d’exhumation, de désignation, de restauration, de construction, de connaissance et de légitimation, comme un patrimoine transmissible et appropriable, soit par les successeurs-héritiers directs du groupe qui a fait l’objet de l’enquête, soit par d’autres groupes sociaux qui se l’approprieraient pour différents motifs (sous prétexte, par exemple, qu’il touche à l’universel ou qu’il définit des valeurs auxquelles ces groupes sociaux adhèrent) ?

  • 43 Philippe Bezès, Florence Descamps et Scott Viallet-Thévenin, « Bercy : empire ou constellation de p (...)

21Ce double questionnement a inspiré mon action, depuis le lancement des archives orales du ministère des Finances en 1987 jusqu’à mon entrée dans le comité scientifique du projet du lavoir de Chavannes, chantier actuellement en cours. Il a également inspiré ma réflexion sur les cultures administratives et ministérielles, nourrissant mes travaux en histoire de l’administration et plus particulièrement sur le ministère des Finances, fruit d’une construction historique biséculaire, agrégat de « principautés » plus ou moins intégrées43. La constitution d’archives orales thématiques et mises en série ne serait-elle pas l’un des moyens pour la mémoire de se doter d’une forme tangible, objectivable et collective, susceptible de provoquer une cristallisation patrimoniale ? La création d’archives orales ne serait-elle pas en définitive une des réponses que la société a inventées pour permettre à la mémoire de devenir non seulement un objet de recherche pour les historiens ou les sociologues (voir chapitre 4 du présent ouvrage), mais aussi un héritage partagé et « un réducteur d’incertitude » en ces temps de mutations accélérées ?

22De fait, si l’on applique aux corpus de témoignages oraux archivés la chaîne des gestes de la patrimonialisation, on constate que la plupart, voire la totalité, sont aujourd’hui vérifiés, même si pour certains, les choses sont encore hésitantes, incertaines et non stabilisées. Ces gestes ou postures sont les suivants :

  • la prise de conscience brutale ou progressive de la « rupture patrimoniale44 » (« ce qui était » n’est plus ou va s’effacer) ;
  • l’émergence et l’intervention d’experts, de « médiateurs » ou de professionnels qui attribuent de la valeur aux traces de ce passé ou qui la confirment ;
  • la volonté de créer des monuments-mémoriaux pour conjurer l’oubli et pour en organiser la transmission (les fameuses « mémoires-prothèses » de Pierre Nora45) ;
  • le développement de pratiques patrimoniales professionnelles de collecte, de tri, de recensement et de description ;
  • l’archivisation de ces corpus dans des institutions et l’application de dispositifs de restauration ou de pérennisation ;
  • la reconnaissance publique ou collective, éventuellement législative ou réglementaire46 ;
  • les pratiques d’appropriation par les publics ;
  • l’expérience de l’émotion – car il n’existe pas de patrimoine sans émotion47.

23Parmi ces étapes, la deuxième est une des plus intéressantes. En matière de témoignages oraux, quel va être le critère d’attribution de la valeur ? Le critère de l’ancienneté ou celui de la rareté ? Celui de la diction et de la qualité narrative ? Celui du contenu informationnel et de son potentiel scientifique ? Celui de la force politique ou de la représentativité sociale ? Celui de l’impact médiatique et émotionnel ? Celui de la dimension esthétique ou éthique ? Celui de la qualité sonore et de la contexture de la voix ? Quelle part sera faite au singulier et au collectif, à l’unique et à l’universel ? L’on perçoit alors combien toute attribution de valeur patrimoniale est une construction éminemment sociale et culturelle, éminemment relative, et que si elle engage des crédits publics, des collectivités publiques ou une action publique, elle ne peut être qu’une construction politique. Très concrètement et à une échelle micropatrimoniale, pour nos corpus oraux, la question de la valeur se pose à tout moment, non seulement au moment de la collecte et du choix des témoins, mais aussi lors du dépôt ou du don d’une collection de témoignages à une institution patrimoniale : cela vaut-il ? Cela vaut-il d’être conservé et transmis ? Un peu plus loin dans la chaîne patrimoniale, lors de la « mise en scène » ou de la « mise en exposition » de témoignages oraux dans un musée, dans un parcours culturel, dans un centre d’interprétation, la question de la valeur joue à nouveau : pourquoi accorde-t-on de la valeur à tel ou tel témoignage au point de l’extraire de son obscurité pour le donner à entendre, à écouter et à regarder ? Pourquoi celui-ci et pas un autre ? En vertu de quel objectif ? Au nom de quoi ? Pour quel propos ? En vue de quel effet ? Ce qui nous emmène très directement à la question des publics.

  • 48 En règle générale, les appels à candidature lancés annuellement par le ministère de la Culture pour (...)
  • 49 Pour ne citer qu’un exemple parmi d’autres, voir le spectacle 36e Dessous d’Odile Macchi, présenté (...)

24De ce point de vue, les deux étapes les moins avancées de la patrimonialisation des corpus de témoignages sont sans aucun doute leur reconnaissance par les autorités patrimoniales institutionnelles et publiques, et leur reconnaissance par les publics. On a vu que la première moitié des années 2000 avait connu des progrès majeurs pour les corpus oraux – la convention de l’Unesco sur le patrimoine culturel immatériel (2003), le guide Callu-Lemoine (2005), le portail du patrimoine oral (2008) –, mais les succès enregistrés sur le terrain par les collectes de sources orales autoproclamées « patrimoine culturel immatériel » n’ont pas empêché le doute de s’instiller au sein des instances savantes et du ministère de la Culture : les corpus de témoignages oraux relèvent-ils du patrimoine culturel immatériel (PCI)48 ? Les archives orales, supports d’une mémoire « fabriquée » et fixée artificiellement par voie d’enregistrement à un moment précis, archivisée et mise à part dans des institutions spécifiques dédiées à la conservation, ne sont-elles pas des artefacts, des prothèses mémorielles, des mémoires mortes, construites précisément pour pallier la disparition de la transmission orale interpersonnelle et intergénérationnelle ? Or, la seconde partie de l’article 2 de la convention de l’Unesco précise de façon injonctive et normative que « ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité […] ». Bref, le patrimoine culturel immatériel selon l’Unesco se doit d’être vivant, et c’est à ce prix qu’il peut faire l’objet d’un recensement et d’une reconnaissance officielle, voire d’une inscription au « patrimoine de l’humanité ». Par ailleurs, selon l’Unesco, le PCI doit inclure des processus créatifs, des savoirs et des valeurs capables de susciter la production d’expressions culturelles dans des circonstances nouvelles. L’innovation est donc une dimension à part entière du concept de patrimoine culturel immatériel dans la mesure où elle assure la transmission des traditions et contribue à maintenir la valeur culturelle et identitaire des groupes concernés. À cet égard, les archives orales ne sont pas en reste, car elles sont souvent sollicitées pour alimenter des spectacles vivants, du théâtre ou des actions sociales49. À cette étape de la discussion, il faut préciser qu’hormis les institutions nationales, nul n’est obligé de s’aligner sur la définition de l’Unesco, ce que les acteurs-producteurs des archives orales font très souvent, ignorant ou laissant de côté délibérément la seconde partie de la définition du PCI.

  • 50 Pour une réflexion sur la place des corpus oraux dans les expositions, M. Mériaux, Histoire de plan (...)

25Néanmoins, ce débat sur le patrimoine culturel immatériel a le mérite de mettre en lumière l’étape ultime du processus de patrimonialisation : la reconnaissance comme telle par le public, son appropriation et sa transmission. Si les archives orales sont maintenues dans les réserves des institutions patrimoniales, si elles ne sont pas valorisées par les conservateurs et si elles ne font l’objet d’aucune appropriation par la population, elles ne peuvent aucunement prétendre au statut de patrimoine. Là est donc le grand défi présent et futur pour les corpus oraux : être« visités », écoutés, visualisés (lorsqu’ils sont filmés), « reçus », retravaillés, réinterprétés, transmis, revitalisés, mis en spectacle, traités et exposés comme des objets patrimoniaux (les expôts)50.

  • 51 Voir la thèse en cours (2019) de Pandélis Mavrogiannis à l’Inalco, sur les corpus linguistiques et (...)
  • 52 M. Mériaux, Histoires de plantes, op. cit., p. 275-311.

26Par enchaînement logique, la question suivante est celle des conditions et des moyens par lesquels cette réappropriation et cette revitalisation pourraient être mises en œuvre : comment faire pour que les récits des morts parlent aux vivants ? Comment faire des corpus oraux des « objets patrimoniaux » appropriables, actuels, dont nos contemporains puissent se déclarer les héritiers ou les récipiendaires ? À ce sujet, certains « objets » listés par l’Unesco paraissent plus aisément patrimonialisables que d’autres : les corpus linguistiques (surtout ceux des langues en voie de disparition)51, les ethnotextes chers à Jean-Claude Bouvier, la littérature orale, les contes, l’ethnomusicologie, tous les corpus parlés de nature littéraire susceptibles d’une réutilisation sociale ou artistique contemporaine directe ; dans un tout autre domaine, les corpus des savoirs et des savoir-faire (agricoles, botaniques, vétérinaires, artisanaux, médicaux), des techniques et des « tours de main » professionnels… Enfin, les corpus monumentaires du devoir de mémoire et des expériences traumatiques du xxe siècle, dont on a vu – et ce n’est pas un hasard – que ce sont eux qui ont fait l’objet des premiers mémoriaux ou musées. De façon générale, les sujets à caractère ethnographique ou anthropologique apparaissent plus propices à une revisite et à une réappropriation actualisée : la vie quotidienne, le corps, la sexualité, la famille, la naissance, l’enfance, la mort, les rituels, les croyances, l’intime, les sentiments, la douleur, la guerre, l’exil… Tous ces sujets susceptibles de nous rejoindre aujourd’hui dans notre affectivité, notre imaginaire et nos émotions. Il n’en reste pas moins que si l’on veut faire de ces corpus oraux un patrimoine à transmettre et à partager, il faut mobiliser compétences techniques et informatiques, capacités d’imagination et d’inventivité et pluridisciplinarité (sciences humaines et sociales, scénographie, muséographie, sciences du numérique, du son et de l’image, informatique, etc.). Pour ma part, au vu de ce qui existe en France et à l’étranger, dans les musées ou dans les centres d’interprétation, je propose quatre voies de réflexion, d’approfondissement et d’innovation : travailler sur la dimension communautaire en articulant mieux mémoire individuelle et mémoire collective ; investir dans la connaissance et dans l’exploitation des corpus oraux (car pas de patrimoine sans expertise) ; travailler sur les médiations et leur perfectionnement (applications, portails, expositions virtuelles, documentaires) ; réfléchir à la place et à la mise en valeur de l’oralité et de la voix52, en utilisant le récit et en mobilisant les cinq sens.

  • 53 Au sein des collections de témoignages oraux, très vite, une hiérarchie se dessine, ou à tout le mo (...)

27De façon empirique, depuis vingt ans, on peut observer sur le terrain la mise en place progressive de ces étapes de l’entrée en patrimoine des collections de témoignages oraux. La demande en mémoire orale ne tarit pas, elle se transforme, elle rebondit d’un thème à l’autre, d’un territoire à l’autre, elle se segmente, se démultiplie et se ramifie. Pierre Nora, qui espérait que notre société s’affranchirait de la « tyrannie » de la mémoire et sortirait de cet âge mémoriel dans lequel la société française est plongée depuis les années 1980, n’a pas été exaucé, loin de là. À cette demande sociale, les producteurs d’archives orales ont répondu suivant les cas par des propositions d’archives orales à vocation patrimoniale, commémorative, scientifique, culturelle, transmissive ou pédagogique. De sorte que, si la patrimonialisation réside dans le processus volontariste et rationalisé par lequel ce qui est voulu comme patrimoine est désigné comme tel, « fabriqué », puis offert à une appropriation par le groupe social concerné, on peut considérer que l’ingénierie des archives orales telle qu’elle s’est développée depuis vingt ans relève directement de ce processus de patrimonialisation et qu’elle a largement contribué à la fabrication d’un patrimoine mémoriel dans les organisations. En effet, la chaîne d’opérations qu’exige la mise en archives orales de la mémoire d’un groupe social ou d’une organisation, d’une expérience ou d’un événement suit bien les différentes étapes de la patrimonialisation : la décision d’attribuer à tel ou tel élément du passé de la valeur, la décision d’entendre, au terme d’un processus de sélection rationalisé, tel ou tel témoin et d’attribuer à son témoignage de la valeur au point de l’enregistrer et de le conserver, la mobilisation de ressources financières (car, comme le dit André Chastel, le patrimoine, ça doit coûter !), le traitement documentaire, la communication au public, la valorisation et l’érection de « monuments53 ».

28Le fait que ce patrimoine mémoriel soit en cours d’édification et que les forces qui travaillent à sa construction soient minoritaires, dotées de moindres atouts que les défenseurs des autres patrimoines plus anciennement et plus solidement construits, et que ces forces aient été affectées par de fortes discontinuités au cours du xxe siècle, lui donnent des caractéristiques particulières qui font de lui, tout séculaire qu’il soit, un patrimoine particulièrement hétérogène et fragile. Constitué de strates sédimentaires successives, fabriqué par des groupes sociaux très divers au sein desquels les sciences humaines et sociales jouent un rôle déterminant, dépendant de quelques acteurs individuels militants, faiblement institutionnalisé, non totalement professionnalisé, non centralisé dans une institution patrimoniale chef de file unique et régulatrice, disséminé aux mains de « propriétaires » très divers (État, institutions patrimoniales, associations, collectionneurs privés, laboratoires et universités, chercheurs, collectivités publiques ou comités d’entreprise), peu visible, éparpillé en mini-corpus sur l’ensemble du territoire, en état de sous-investissement financier, mal inventorié et mal connu scientifiquement, imparfaitement reconnu par les institutions culturelles étatiques et non stabilisé juridiquement, sous-valorisé et sous-exploité, ce patrimoine mémoriel est un patrimoine à la fois en construction et en péril. Sa fragilité est augmentée par sa dématérialisation (là où il faut des bombardements massifs ou un incendie géant pour détruire une cathédrale, il suffit d’un clic pour effacer un fichier numérique) et par l’incertitude de sa conservation et de sa transmission. Plus qu’un autre, il risque de n’être qu’un patrimoine éphémère. Et ce sont peut-être cette fragilité et cette précarité qui nous touchent.

29Dernier-né dans la longue lignée des patrimoines, ce patrimoine mémoriel en construction est un intéressant objet d’étude. Présent sur l’ensemble du territoire et universalisable, capable de prendre en charge des micro-identités au plus fin des besoins, plastique et tout-terrain, c’est un patrimoine non élitaire, profondément démocratique (puisque chacun peut s’en faire le producteur avec des moyens financiers très faibles), un patrimoine « d’en haut » comme « d’en bas », de tous et de chacun. Immatériel, c’est un patrimoine moderne, non seulement parce qu’il est un gros consommateur de nouvelles technologies, mais parce qu’il est lui-même fabriqué par ces nouvelles technologies et qu’il possède les qualités de leur immatérialité : la mobilité, la transportabilité, la rapidité de transmission, la partageabilité, l’appropriabilité, la combinabilité virtuelle du son, du texte et de l’image. Immatériel, il sollicite l’ensemble des sciences humaines et sociales (linguistique, littérature, sociologie, histoire, ethnographie, ethnologie, anthropologie, géographie, psychologie, sciences du patrimoine et de la communication, sciences de la documentation, de la communication et de l’information, droit), mais aussi les sciences du vivant (les sciences cognitives et les neurosciences). Ajusté à la contemporanéité, il est en phase avec les tendances profondes de notre société : la recherche d’enracinement et de communauté d’appartenance, la proximité, la « petitesse » (la microhistoire), le localisme, mais aussi la construction individuelle de soi, le choix individualiste d’identités et de filiations adoptives, la soif de reconnaissance, la présentation de soi, la recherche de la « mêmeté », le besoin de récit et d’écoute, la découverte de l’altérité ou le besoin d’une parole qui se déploie dans une rencontre.

  • 54 Jean-Michel Leniaud a développé cette idée dans plusieurs de ses publications consacrées au patrimo (...)
  • 55 Aloïs Riegl, Le culte moderne des monuments, op. cit.

30Enfin, ce patrimoine est intéressant, car il n’est pas tout à fait un patrimoine comme les autres, en raison de sa double singularité. Premièrement, il est immatériel, sans autre intermédiation que le son et la voix (ou l’image) et sans objet-support de référence (ni livre, ni instrument de musique, ni toile, ni papier) ; deuxièmement, il n’obéit pas au même processus que les autres. D’ordinaire, les monuments, les objets, les artefacts produits par l’homme et la société ont dans une première phase un usage et une valeur d’usage. En se patrimonialisant ou en étant patrimonialisés, ces objets venus du passé perdent leur valeur d’usage54 et accèdent au statut de patrimoine à l’issue d’un processus complexe de « désignification », puis de sélection, de tri, de réinvestissement symbolique, de valorisation, de transmission et d’appropriation. Or, dans le cas de la création des archives orales institutionnelles, thématiques ou sociobiographiques, les producteurs décident a priori que les traces qu’ils vont fabriquer seront d’emblée et délibérément dotées d’une valeur conservatoire symbolique et culturelle les rendant dignes d’être patrimonialisées et transmises aux générations futures. Ces corpus n’ont jamais connu d’autres usages antérieurs et ils n’ont qu’une finalité : faire accéder certaines mémoires, certains récits et certaines vies au rang de sources historiques et de patrimoine. Lorsque les archives orales sont arrivées dans les années 1980 sur le devant de la scène, c’est précisément ce caractère « provoqué » et dédié qui a gêné certains historiens et certains archivistes, car pour les sources historiques, théoriquement, le processus est le même que pour le patrimoine : les documents administratifs ont d’abord une valeur d’usage, puis ils la perdent pendant une phase intermédiaire et ce n’est que dans une troisième vie, au terme d’une procédure de tri à la fois volontaire et involontaire et de mise en « valeur », qu’ils deviennent des archives historiques. Le cas des archives orales provoquées, dans un cadre institutionnel ou social, est donc doublement intéressant : d’emblée voués à l’histoire et d’office patrimonialisés, ces corpus sont des « monuments voulus », à valeur commémorative et à valeur historique, dont Aloïs Riegl dit bien qu’ils sont en nombre « infime en regard de la grande quantité des monuments non voulus55 ». Ne serait-ce qu’à ce titre, ils méritent d’être pris comme objet d’étude.

Notes

1 Nathalie Heinich, La fabrique du patrimoine. De la cathédrale à la petite cuillère, Paris, Éditions de la MSH, 2009.

2 Article L1 du Code du patrimoine, issu de l’ordonnance du 20 février 2004, relative à la partie législative du Code du patrimoine.

3 D. Voldman (dir.), Les Cahiers de l’IHTP, no 21, La bouche de la vérité. La recherche historique et les sources orales, 1992.

4 « Un monument, au sens originel du terme, désigne une œuvre érigée avec l’intention précise de maintenir à jamais présents dans la conscience des générations futures des événements ou des faits humains particuliers (ou un ensemble des uns et des autres) », Aloïs Riegl, Le culte moderne des monuments. Son essence et sa genèse, trad. par Daniel Wieczorek, Paris, Seuil, 1984 [1re éd. 1903, trad. par Jacques Boulet]. Cité dans l’article « Le culte moderne des monuments », Socio-anthropologie, no 9, 2001, en ligne : journals.openedition.org/socio-anthropologie/5 (consulté en juillet 2019).

5 « La valeur historique d’un monument résulte du fait qu’il représente pour nous un moment déterminé de l’évolution dans un domaine quelconque de l’activité humaine » (Aloïs Riegl, « Le culte moderne des monuments », Socio-anthropologie, no 9, 2001, en ligne : journals.openedition.org/socio-anthropologie/5, consulté en juillet 2019).

6 « La commémoration quant à elle, a pour but dès l’érection du monument, que le moment désigné n’appartienne jamais au passé et qu’il demeure toujours présent dans la conscience des générations futures. Cette troisième classe des valeurs de mémoire présente ainsi un lien évident avec les valeurs d’actualité » (Aloïs Riegl, « Le culte moderne des monuments », Socio-anthropologie, no 9, 2001, en ligne : journals.openedition.org/socio-anthropologie/5, consulté en juillet 2019).

7 Par exemple, Charles Quimbert, « Fest-noz et patrimoine », Tétralogiques, no 24, 2019, p. 143-165.

8 Claude Mollard, L’ingénierie culturelle, Paris, Puf, 2016 [1994].

9 Seule la radio a su apprivoiser la parole enregistrée et, surtout, l’exploiter et la valoriser sous forme d’émissions et de documentaires. Mais, de façon surprenante, contrairement à ce qui s’est passé aux États-Unis (voir le terkélisme, du nom de Studs Terkel [1912-2008], journaliste américain et promoteur de l’histoire orale via la radio, la littérature et le théâtre), en Angleterre à la BBC ou en Pologne, il n’y a guère eu de connexions entre la radio et l’histoire orale en France, alors qu’il y en avait avec la télévision et le cinéma.

10 J.-C. Bouvier et al., Tradition orale et identité culturelle. Problèmes et méthodes, Paris, CNRS Éditions, 1980.

11 Ces journées d’étude sont organisées par la phonothèque de la MMSH, la BnF, par des associations d’archives orales chefs de file (l’Afas), l’association pour l’histoire des chemins de fer (AHICF), par les archives départementales ou les archives municipales, sur la sollicitation des collecteurs toujours très demandeurs de rencontres, d’échanges et de formation.

12 Pour en savoir plus sur l’association Dastum, voir www.dastum.bzh.

13 P. Cordereix, « Les fonds sonores du département de l’Audiovisuel de la Bibliothèque nationale de France », Bulletin de l’Institut Pierre Renouvin, vol. 40, no 2, 2014, p. 141-151.

14 Depuis plus de dix ans, des témoignages d’acteurs et d’observateurs privilégiés des événements majeurs de la construction européenne sont enregistrés et publiés sur le site du CVCE. Une centaine d’entretiens audiovisuels ont été menés et plus de 160 heures d’enregistrements y sont publiées en version intégrale ou sous la forme d’extraits choisis. Voir Frédéric Allemand et François Klein, « Saisir l’écho de l’histoire : le programme d’Histoire orale du Centre virtuel de la connaissance sur l’Europe », Sonorités. Bulletin de l’Afas, no 40, 2014, p. 14-20.

15 Pour en savoir plus, voir la présentation du Centre d’histoire orale de l’université de Concordia sur son site Internet.

16 Voir la plateforme « Mémoire orale » (www.memoire-orale.be) mise en place à l’initiative de la Fédération Wallonnie-Bruxelles et coordonnée par l’Institut d’histoire ouvrière, économique et sociale.

17 Voir le programme de collecte de témoignages oraux mené sur la Seconde Guerre mondiale (www.ahicf.com/archives-orales), ainsi que la plateforme sur laquelle sont publiés les témoignages (www.memoire-orale.org).

18 Karine Lepetit, « Caen-Ouistreham, ethnologie d’un port », dans François Calame, Jean-Pierre Castelain et Pierre Schmit (dir.), La mémoire orale. Rencontres ethnologiques de Rouen, Mont-Saint-Aignan, Publication des universités de Rouen et du Havre-CRéCET de Basse-Normandie, 2007 et la plateforme de publication www.metiers-portuaires.fr.

19 Pour en savoir plus sur l’association, voir www.generiques.org/archives-et-patrimoine.

20 F. Descamps, « L’entretien de recherche en histoire : statut juridique, contraintes et règles d’utilisation », Histoire@politique. Politique, culture, société, no 3, 2007, en ligne : www.histoire-politique.fr/index.php?numero=03&rub=autres-articles&item=24 (consulté en mai 2019).

21 Pour consulter le rapport Vaïsse, voir F. Descamps, « Le statut juridique des archives orales : les propositions du rapport Vaïsse », Les Carnets de la phonothèque, 17 janvier 2014, en ligne : phonotheque.hypotheses.org/12258 (consulté en juillet 2019).

22 Véronique Ginouvès et Isabelle Gras (dir.), La diffusion numérique des données en SHS. Guide des bonnes pratiques éthiques et juridiques, Aix-en-Provence, Pup, 2018.

23 Voir Patrick Clarac, Gens de mer, gens de rivière en Gironde au xxe siècle, Paris-Bordeaux, L’Harmattan-Oareil, 2003 et ses enquêtes orales dans l’estuaire de la Gironde ou les enquêtes orales menées à Dunkerque par le Centre communal d’action sociale dans la collection « Mémoires de territoire ».

24 Marie-Hélène Chevalier, Florence Descamps et Véronique Ginouvès, « Les services d’archives et les sources orales. De la collecte à la valorisation, quels partenariats ? Compte rendu de la journée d’étude de l’Afas, Angers, 17 juin 2011 », Bulletin de l’Afas, no 37, 2011, p. 14-21.

25 Ces derniers sont aujourd’hui très dynamiques. Voir les enquêtes orales du parc naturel régional des Boucles de la Seine normande menées en partenariat avec l’université de Rouen, dans le cadre du projet « Usines en bord de Seine. Formation et évolutions des territoires nés de la Seconde Révolution industrielle ».

26 Créé en 1982 à l’initiative des Houillères, le Centre historique minier de Lewarde, qui appartient à la région Nord–Pas-de-Calais, et qui constitue depuis 2012 l’un des sites du bassin minier inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco, est classé monument historique. Certains parcours thématiques sont encore assurés par d’anciens mineurs qui témoignent de leur existence et de leur métier. Voir Janine Marc-Pezet (dir.), Paroles de gueules noires. Témoignages de mineurs, Vincennes, Radio France-Frémeaux et associés, 2003.

27 Voir les enquêtes orales de Secrets de fabriques, réalisées par l’ethnologue Corinne Cassé, dans le cadre d’un programme patrimonial de mise en valeur touristique des vallées de Haute-Provence (www.secrets-de-fabriques.fr/patrimoines/enqetes-orales).

28 Sur les archives des ethnologues de la maison Archéologie et Ethnologie (MAE) de Nanterre, voir Antoinette Molinié et Marie-Dominique Mouton, « L’ethnologue aux prises avec les archives : introduction », Ateliers du LESC, no 32, 2008, en ligne : ateliers.revues.org/1093 (consulté en juillet 2019).

29 C’est ainsi que l’anthropologue Jean-Noël Pelen, ancien directeur du Crehop, a déposé à la phonothèque neuf corpus d’entretiens, constitués à la faveur d’un séminaire sur la production des récits collectifs. Les enquêtes de terrain combinent des enregistrements de contes, de chansons populaires et de récits de vies en Provence (pays d’Arles, Bouches-du-Rhône) et dans les Cévennes. Voir Matthieu Andreani, « La phonothèque de la MMSH intègre le réseau CALAMES », Les Carnets de la phonothèque, 19 décembre 2013, en ligne : phonotheque.hypotheses.org/11744 (consulté en juillet 2019).

30 Voir le numéro 46 en préparation de Sonorités. Bulletin de l’Afas (2019), sous la direction de Marie-Barbara Le Gonidec, consacré aux archives de l’ethnomusicologie, et plus particulièrement à celles du musée national des Arts et Traditions populaires (MNATP).

31 Voir la journée d’étude franco-italienne organisée par Claire Scopsi au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) sur l’histoire orale de l’immigration italienne en France, le 10 avril 2014, où étaient invités les représentants de l’histoire orale italienne. Voir C. Scopsi, « Les mémoires des immigrés, entre source et médium », Sonorités. Bulletin de l’Afas, no 44, 2018, en ligne : journals.openedition.org/afas/3144 (consulté en juillet 2019).

32 Tifenn Hamonic et Louisa Zanoun, « Pour des archives orales de l’immigration. Histoire et mémoires de l’immigration : mobilisations et luttes pour l’égalité, 1968-1988 », Sonorités. Bulletin de l’Afas, no 44, 2018, en ligne : journals.openedition.org/afas/3169 (consulté en juillet 2019).

33 Voir le programme d’archives orales filmées conduit par Rosa Olmos, « Mémoire de l’immigration algérienne, Oued Souf (Algérie) – Hauts-de-Seine (France) : projet de collecte, conservation et traitement de sources orales », Sonorités. Bulletin de l’Afas, no 38, 2012, p. 16-17.

34 Sur la mémoire arménienne collectée à Marseille, voir Corinne Cassé, « Collecter la mémoire orale arménienne dans les Bouches-du-Rhône », archives départementales des Bouches-du-Rhône-phonothèque de la MMSH-association Paroles Vives, 2007, en ligne : phonotheque.hypotheses.org/files/2008/09/annexe-methodo-armeniensPV.pdf (consulté en juillet 2019) ; avec V. Ginouvès, « Quand l’ethnologue crée une source pour la mettre à disposition du public dans une phonothèque de recherche : l’exemple de la constitution d’un fonds sur la mémoire arménienne », La Gazette des archives, 2008, no 211, p. 181-189.

35 Voir le site Internet du Réseau des acteurs de l’histoire et de la mémoire de l’immigration en Nouvelle-Aquitaine (RAHMI).

36 Pour consulter les témoignages des anciens combattants marocains, des réfugiés républicains espagnols et des immigrés portugais, voir le site Internet du Réseau des acteurs de l’histoire et de la mémoire de l’immigration en Nouvelle-Aquitaine (RAHMI) : www.rahmi.fr/collecte-memoire-orale.

37 Pour un bilan de ce programme, voir le rapport du séminaire national du 26 avril 2012 à Bordeaux, « Collecter des témoignages ou récits de l’immigration : nouveaux fournisseurs, nouveaux usages, nouvelles compréhensions ? », en ligne : www.ipapic.eu/IMG/pdf/GIS_CNHI_Bordeaux-2-3.pdf (consulté en juillet 2019).

38 Depuis 2005, la délégation interministérielle à la ville joue un rôle tout à fait central en matière de constitution d’archives orales sur la politique de la ville. Il s’agit de recueillir des témoignages oraux auprès des initiateurs et des concepteurs de cette politique, auprès des élus, des acteurs associatifs et des habitants des quartiers concernés. Pour un exemple de projet d’histoire orale urbaine en partenariat avec les archives municipales de Pantin, voir Pierre-Jacques Derainne et Geneviève Michel, Aux Courtillières, histoires singulières et exemplaires, Paris, Créaphis, 2005.

39 Cette formulation, fort peu républicaine, n’a pas échappé aux acteurs sociaux français qui ont cependant dû s’en accommoder.

40 C’est ainsi que le projet « Mémoire de l’histoire de l’immigration en Aquitaine » présentait son programme de collecte en 2008 : « Parce qu’il contribue à ce que la mémoire orale devienne une source à part entière des archives et à ce que les apports de l’immigration à l’histoire nationale et à la mémoire collective soient reconnus et valorisés, ce programme s’inscrit pleinement dans l’esprit de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel […] selon laquelle il est nécessaire de faire davantage prendre conscience, en particulier parmi les jeunes générations, de l’importance du patrimoine culturel immatériel et de sa sauvegarde » (archives privées de l’auteur). Encore aujourd’hui, la page Internet du RAHMI sur « la collecte de la mémoire orale » fait référence au PCI : www.rahmi.fr/actions-collecte-memoire-orale-imigration (consulté en juillet 2019).

41 Armelle Faure et Adélaïde Maisonabe, Bort-les-Orgues, les mots sous le lac. Récits et témoignages d’avant le barrage, Toulouse, Privat, 2012, dans la collection « patrimoine régional » et A. Faure, Patrimoine barrages et habitants, 100 témoignages oraux de la vallée de la Dordogne et ses cinq grands barrages, Lavaur, Archives départementales de la Corrèze et du Cantal-EDF, 2016 ; la brochure Dordogne. Les secrets de la vallée, hors-série du journal La Montagne, Clermont-Ferrand, 2016. Les témoignages sont disponibles aux archives départementales de la Corrèze et du Cantal, ainsi qu’au centre d’archives d’EDF à Blois.

42 Arthur Mettetal et Xavier Antoinet, « Usine des mémoires ? Des archives orales valorisées », Sonorités. Bulletin de l’Afas, no 40, 2014, p. 6-13.

43 Philippe Bezès, Florence Descamps et Scott Viallet-Thévenin, « Bercy : empire ou constellation de principautés ? », Pouvoirs, no 168, 2019, p. 9-28.

44 M. Rautenberg, La rupture patrimoniale, op. cit.

45 P. Nora, « Introduction », dans id. (dir.), Les lieux de mémoire, op. cit., p. 28.

46 La reconnaissance institutionnelle ne repose pas aujourd’hui sur la loi (il n’y a rien dans le Code du patrimoine sur les témoignages oraux), mais essentiellement sur des individualités ou sur des chefs de départements au sein des institutions patrimoniales et scientifiques.

47 Jean-Michel Leniaud (dir.), thématique « Émotions patrimoniales I », Livraisons d’histoire de l’architecture, no 17, 2009 et id., thématique « Émotions patrimoniales II », Livraisons d’histoire de l’architecture, no 22, 2011 ; Daniel Fabre (dir.), Émotions patrimoniales, Paris, Éditions de la MSH, 2013. L’événement récent de l’incendie de Notre-Dame de Paris (2019) est à cet égard un cas d’école. Peut-être faudra-t-il une destruction brutale d’une collection de témoignages oraux pour que son caractère patrimonial apparaisse en pleine lumière, à moins que précisément le corpus ne disparaisse dans l’indifférence la plus totale.

48 En règle générale, les appels à candidature lancés annuellement par le ministère de la Culture pour le PCI excluent les corpus de témoignages oraux.

49 Pour ne citer qu’un exemple parmi d’autres, voir le spectacle 36e Dessous d’Odile Macchi, présenté au théâtre de la Reine blanche à Paris, adapté de l’enquête menée dans le port de Bayonne sur la pollution d’un site industriel par une usine d’engrais.

50 Pour une réflexion sur la place des corpus oraux dans les expositions, M. Mériaux, Histoire de plantes, op. cit.

51 Voir la thèse en cours (2019) de Pandélis Mavrogiannis à l’Inalco, sur les corpus linguistiques et numériques du judéo-espagnol constitués en France et sur le pourtour de la Méditerranée.

52 M. Mériaux, Histoires de plantes, op. cit., p. 275-311.

53 Au sein des collections de témoignages oraux, très vite, une hiérarchie se dessine, ou à tout le moins, une typologie. Certains récits sont plus « monumentaires » que d’autres et connaissent des processus de sacralisation, c’est-à-dire de distinction et de mise à part, du fait de leur qualité verbale et narrative, de la qualité de leur énonciateur, ou encore du sujet lui-même ou de leur dimension éthique.

54 Jean-Michel Leniaud a développé cette idée dans plusieurs de ses publications consacrées au patrimoine : L’utopie française. Essai sur le patrimoine, préf. de Marc Fumaroli, Paris, Mengès, 1992 ; Chroniques patrimoniales, Paris, Norma, 2001 ; Les archipels du passé. Le patrimoine et son histoire, Paris, Fayard, 2002. Sur la patrimonialisation, voir aussi Jean Davallon, « Comment se fabrique le patrimoine », Sciences humaines, hors-série no 36, 2002, en ligne : www.scienceshumaines.com/comment-se-fabrique-le-patrimoine_fr_12550.html (consulté en juillet 2019) ; « À propos des régimes de patrimonialisation : enjeux et questions », conférence d’ouverture du colloque « Patrimonialização e sustentabilidade do património : reflexão e prospectiva », Lisbonne, université nouvelle de Lisbonne, 27-29 novembre 2014, en ligne : halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01123906/document (consulté en juillet 2019).

55 Aloïs Riegl, Le culte moderne des monuments, op. cit.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site