Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Archiver la mémoire

 | 
Florence Descamps

Les archives orales ou le tournant patrimonial

Testo integrale

L’invention des archives orales

  • 1 Guy Thuillier, « Pour la création d’archives orales », La Gazette des archives, no 92, 1976, p. 28- (...)
  • 2 Dominique Aron-Schnapper et Danièle Hanet, « Archives orales et histoire des institutions sociales  (...)

1L’histoire orale aurait pu se développer en France sur sa lancée originelle, selon les axes distingués précédemment, à l’instar des autres pays européens, si elle n’avait pas été percutée par une innovation concurrente et par un concept alternatif : celui des archives orales. C’est Dominique Schnapper qui joue le rôle-clef dans cette affaire. Ancienne membre de l’équipe de Pierre Bourdieu au Centre de sociologie européenne, sociologue des hauts fonctionnaires, de la haute administration et du système administratif, initiée aux méthodes quantitatives par Alain Darbel, statisticien proche de Bourdieu, mais formée aux méthodes de la discipline historique et sensible aux questions épistémologiques et philosophiques de l’histoire, elle se voit chargée en 1975 par le Comité d’histoire de la Sécurité sociale créé en 1973 de constituer les archives orales de la Sécurité sociale. Au terme d’une campagne de collecte qui dure de 1975 à 1980, ces archives orales constituent le premier corpus de témoignages oraux enregistrés, à caractère historique, à vocation patrimoniale, consacré à une institution administrative et à un dispositif d’action publique, commandé par un Comité d’histoire (sept cents heures d’enregistrement et trois cents témoins). À une idée qui avait été formulée dès 1973-1976 par Guy Thuillier1, historien de l’administration et fondateur avec Pierre Laroque du Comité d’histoire de la Sécurité sociale, elle donne une forme rigoureuse et scientifique, en théorisant d’un point de vue méthodologique le concept d’archives orales, en l’opposant fermement à celui d’histoire orale et en le lestant d’un corpus expérimental très important2. Le rapport d’enquête publié en 1980 fait date et peut être considéré comme le manifeste fondateur des archives orales ; il donne lieu à plusieurs publications, tables rondes et débats et bénéficie de l’aura de son auteur et du soutien que lui apportent les Annales. Dans ce rapport, Dominique Schnapper expose la problématique histoire orale-archives orales et tranche en faveur de la seconde appellation, au nom des méthodes de l’histoire et des spécificités du travail de l’historien. En effet, selon elle, le témoin ne réalise pas un travail d’historien, mais produit une source ; de même que l’intervieweur, lorsqu’il recueille un témoignage, n’accomplit pas un travail d’historien, mais contribue à fixer une source, qui de fait sera un jour utilisable par l’historien. En (re) mettant ainsi en place la triangulaire, le témoin, l’archiviste, l’historien et en redéfinissant les rôles de chacun, Dominique Schnapper repositionne les sources orales à leur juste place, à côté des autres sources de l’histoire, qu’elles soient archivistiques, manuscrites, iconographiques ou audiovisuelles, et les soumet aux mêmes règles critiques. Ce faisant, elle rompt avec l’ambition militante et originelle de l’histoire orale de fonder une autre histoire, mais contribue plutôt à sa normalisation et marque un tournant qui va s’avérer décisif pour l’histoire orale. Enfin, elle dégage trois principes méthodologiques pour la constitution des corpus oraux qui feront date : d’une part, la recherche et la représentation de la polyphonie des points de vue dans le choix des témoins (administrateurs, décideurs politiques, experts, médecins, syndicats, agents de guichet, membres des régimes spéciaux et du régime général, femmes, etc.) ; d’autre part, l’archivisation des témoignages oraux et leur dépôt aux Archives nationales (assorti d’un délai de réserve trentenaire, ce qui n’est pas sans rappeler le choix du Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale) ; enfin, le choix de la transcription intégrale (un choix de « riches », qui ne résistera guère au temps).

  • 3 En 1986, Lucette Valensi et Nathan Wachtel publient leur ouvrage Mémoires juives, construit sur des (...)

2Les conséquences de l’irruption de ce nouveau concept, en apparence picrocholines, sont en réalité décisives. En premier lieu et dans le court terme, l’appellation « archives orales » contrarie les historiens oraux et tous ceux qui se sont ralliés à cette appellation internationale, et ce pour trois raisons. D’abord, la leçon de méthodologie historique venant d’une sociologue a sans doute froissé plus d’un historien oral. Deuxièmement, l’utilisation du terme archives orales met en lumière un problème à l’époque mal identifié et aujourd’hui résolu, celui du statut juridique et documentaire des entretiens réalisés par les chercheurs qui sont des agents publics d’un genre particulier et qui considèrent généralement leurs matériaux de recherche et leurs textes comme leur propriété. Enfin, le lancement du concept d’archives orales clive intellectuellement, selon deux orientations différentes, une communauté historienne qui, dans les années 1970-1980, n’est pas si nombreuse à regarder favorablement les témoignages oraux3. La faible visibilité de l’histoire orale française trouve là une partie de ses causes, dans cette double appellation et dans cette division numérique des troupes, qui sans le vouloir ont affecté le développement en France de l’histoire orale en tant que discipline et affaibli son insertion dans les réseaux internationaux d’histoire orale, en plein essor à la même époque.

  • 4 Chantal de Tourtier-Bonnazzi, Guide des papiers des ministres et secrétaires d’État de 1871 à 1974,(...)
  • 5 En 1986 et 1988 se tiennent le xxviiie congrès national des archivistes français et le xie congrès (...)

3Par ailleurs, en changeant de focale et en utilisant le terme archives, Dominique Schnapper opère un déplacement déterminant et sollicite une autre communauté professionnelle que celle des historiens et des chercheurs en sciences sociales : celle des archivistes. Interpellés sur le sujet, certains archivistes ont beau jeu, forts de la nouvelle loi de 1979 qui définit les archives, de souligner que le terme archives n’est pas non plus adéquat et que le métier d’archiviste ne consiste pas plus à fabriquer des sources de toute pièce que le métier d’historien à tendre un micro à un informateur. Il n’en reste pas moins qu’au même moment, au sein du réseau des Archives de France, certaines personnalités pionnières et entreprenantes comme Chantal de Tourtier-Bonnazzi, à la tête de la section des archives privées4, puis des Archives contemporaines aux Archives nationales, perçoivent l’innovation que constituent les sources orales et jouent un rôle pionnier pour acclimater « le témoignage oral aux Archives5 », que ce soit dans les centres départementaux ou à Paris pour compléter les séries d’archives politiques de la IIIe ou de la IVe République. En dépit de périodes de latence, de résistances locales, d’hésitations quant à la politique à conduire et de flux très irréguliers d’entrées, l’institution Archives a su maintenir un engagement quasi continu en faveur de la conservation des témoignages oraux. En revanche, les campagnes institutionnelles de collecte ne parviennent pas à se pérenniser et continuent de reposer sur la militance individuelle ou sur des partenariats exceptionnels : Georgette Elgey et les archives orales du second septennat de François Mitterrand ; l’enquête d’Agnès Callu et d’Hervé Lemoine sur le secrétariat général de la Défense nationale ; Annette Wieviorka et l’association Témoignages pour mémoire, antenne française des Video Archives de l’université de Yale, sur les survivants de la Shoah ; les archives orales de l’Inra ou celles de la Sécurité sociale ; les collections de témoignages oraux des départements ministériels ou des conservateurs.

4Mais le plus important n’est pas là. Il est dans l’adoption massive du concept d’archives orales par les organisations publiques et privées à la fin des années 1980 et au début des années 1990. En effet, peu initiées aux subtilités terminologiques et professionnelles des métiers de l’histoire et des archives, ces dernières acceptent sans difficulté qu’il puisse exister, à côté des archives écrites, des archives orales constituées de la parole et des souvenirs de leurs agents ou de leurs employés, les deux types de sources se complétant et contribuant à l’écriture de l’histoire. En outre, pour des institutions n’ayant pas ou peu de sources écrites, ou ne les ayant pas encore organisées ou traitées, la création d’archives orales apparaît comme un moyen facile de rassembler des matériaux pour entreprendre ou nourrir leur propre histoire. Enfin, cette activité propose un retour sur investissement plus gratifiant, plus valorisant et, en apparence, plus facilement exploitable qu’un programme de classement ou de conservation d’archives écrites, moins coûteux aussi. La commodité de l’appellation, l’apparente symétrie avec les archives écrites, l’efficacité de la méthode font donc le succès du concept et de l’exercice.

  • 6 Ces deux organismes ont regardé à peu près au même moment les expériences d’histoire orale existant (...)

5Ce tournant archivistique et documentaire, qui s’appuie sur une demande sociale en mémoire en forte croissance, est accompagné et soutenu à partir des années 1990 par les Services historiques des armées, les comités d’histoire ministériels et quelques associations d’histoire d’entreprises (la Section d’histoire des usines Renault, l’Association pour l’histoire de Paribas) qui, sur le modèle du Comité d’histoire de la Sécurité sociale, promeuvent des programmes d’archives orales, avec ou sans exploitation immédiate, et viennent en appui des efforts pour le classement ou pour la valorisation des archives écrites. Le mouvement s’est amorcé au milieu des années 1970 par des pionniers, le Service d’histoire orale de l’Armée de l’air et le Comité d’histoire de la Sécurité sociale déjà cités6. Sous l’influence de Guy Thuillier, haut fonctionnaire et historien de l’administration, très actif dans les Comités d’histoire de la seconde partie des années 1980, accompagnant le renouveau de l’histoire de l’État – dont l’ouvrage de Pierre Rosanvallon, L’État en France de 1789 à nos jours (1990), constitue une des bornes témoins –, les ministères et quelques entreprises publiques (l’Association pour l’histoire de l’électricité, plus tard l’Association pour l’histoire des chemins de fer) adoptent par contagion ou par émulation des programmes historiques et patrimoniaux qui incluent presque tous des projets institutionnels ou thématiques d’archives orales, constitués des témoignages oraux de leurs dirigeants, de leurs cadres supérieurs ou intermédiaires ou de leurs employés : les inspecteurs des Finances, les administrateurs civils des administrations centrales, les ingénieurs, les magistrats, les diplomates, les officiers, les décideurs des politiques publiques, les cabinets ministériels, les chercheurs, les techniciens. La diversité des méthodes est très grande et emprunte, suivant les commanditaires et les chercheurs sollicités, à la sociologie, la science politique ou l’histoire.

6Pour ma part, formée directement et spécifiquement par Dominique Schnapper en 1987 et m’inscrivant délibérément dans sa filiation scientifique, je fonde en 1988 les archives orales du Comité pour l’histoire économique et financière au ministère des Finances (Cheff), qui vont se développer sur une quinzaine d’années et subir plusieurs inflexions thématiques et méthodologiques successives : enquête par récits de carrière, archives orales thématiques, archives orales par corps, par direction ou par métier, archives orales consacrées à un événement, à un texte de loi ou à une réforme des finances publiques, archives orales constituées dans le cadre d’une thèse ou d’un séminaire, journées-témoins, etc. Parallèlement, je conseille ou contribue à la constitution d’un certain nombre de grands corpus oraux des ministères et des organismes publics ou d’entreprises privées. Ma conférence sur les archives orales à l’École pratique des hautes études (EPHE), dès le début des années 1990, devient un lieu de rencontre, d’animation, d’émulation, de transmission et de circulations des savoirs et des pratiques autour de la source orale, à l’instar de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) à Aix-en-Provence, dirigée par Véronique Ginouvès. C’est dans cette conférence que je mets au point une ingénierie patrimoniale et historique des archives orales, dont les leçons sont synthétisées dans mon ouvrage L’historien, l’archiviste et le magnétophone paru en 2001. Les nombreux cours de méthodologie que j’ai donnés et que je donne encore dans les universités de région parisienne et de province diffusent par capillarité les méthodes des archives orales et celles de l’histoire orale.

7Emboîtent le pas aux ministères des syndicats (CFDT, CFTC, CGT), des partis politiques (la Fondation Jean Jaurès), des fondations consacrées à un homme politique (l’Institut Pierre Mendès France, l’Institut Charles de Gaulle, l’Association Georges Pompidou, plus tard l’Institut François Mitterrand), des associations du travail social (éducation populaire, éducation spécialisée), des établissements publics (le Collège de France, la chambre de commerce et d’industrie de Paris), des fédérations professionnelles (assurances), des grandes entreprises publiques (EDF-GDF, la SNCF), des entreprises privées que le développement de l’histoire d’entreprise stimule et qui les conduit à interviewer leurs dirigeants ou leurs cadres (l’Institut pour l’histoire de l’aluminium, Patrick Fridenson pour l’histoire de Renault, Maurice Lévy-Leboyer et Patrick Fridenson pour l’histoire de Thomson). Les archives orales bancaires se développent elles aussi, principalement chez Paribas, sous l’impulsion de Pierre de Longuemar qui s’inspire des méthodes de l’histoire orale britannique tout en adoptant l’approche archivistique et qui s’associe le concours des historiens spécialistes de la banque ou de l’histoire financière (Éric Bussière, Hubert Bonin, Sabine Effosse et Laure Quennouëlle, toutes deux formées aux archives orales au sein du Comité pour l’histoire économique et financière). Il est aujourd’hui impossible de citer toutes les institutions ayant réalisé, entamé ou seulement envisagé la constitution d’archives orales organisationnelles.

  • 7 En 2014, citons à titre d’exemples les collections de témoignages oraux les plus importantes. D’abo (...)

8Les conséquences de cette adoption des archives orales par les organisations dans les années 1990 sont très importantes. Premièrement, un changement d’échelle se produit. Là où un chercheur réalise un corpus d’une vingtaine à une quarantaine d’entretiens pour une recherche individuelle, c’est une démarche collective qui préside ici à la constitution de ces archives orales institutionnelles, fruit d’un travail d’équipe ou d’une démarche poursuivie dans la longue durée. Cet effort trouve son aboutissement dans la constitution de corpus documentaires rationalisés de plusieurs centaines d’heures d’entretiens7, renouant ainsi avec les principes de la recherche collective sur crédits programmés et avec les grandes enquêtes des années 1960. De façon paradoxale, une dimension quantitative et sérielle est réinjectée dans ce qui était conçu comme une démarche essentiellement qualitative. Enrichissement supplémentaire, l’accumulation des corpus sur plusieurs années, voire sur plusieurs décennies, permet l’étude d’un même objet à moyen terme. D’autre part, et là est sans doute le véritable changement d’orientation, ces collections de témoignages ne sont pas destinées à un seul chercheur-auteur ou à un laboratoire de recherche ni à un seul projet éditorial, mais à la collectivité, ce qui suppose d’organiser l’accessibilité géographique et physique des collections (un lieu de conservation, de consultation et de transmission) et de rendre l’information disponible par une démarche volontaire de documentation (contextualisation, description, cotation, indexation).

9On passe ainsi d’une technique historiographique propre à l’histoire du temps présent, cantonnée jusque-là aux sciences humaines et sociales et à quelques chercheurs entreprenants, à un environnement professionnel archivistique et documentaire qui exige des savoir-faire et des compétences très différentes. En effet, le fait que les corpus soient voués à une pérennisation et à une consultation par des tiers, y compris dans la longue durée, pose le problème des droits des auteurs et des réalisateurs, suppose d’élever les standards de qualité des enregistrements et oblige à penser la conservation, la pérennisation et la reproduction des documents sonores (et de leurs instruments de lecture), ainsi que la conception des instruments de travail. Ce tournant archivistique et documentaire exige donc une professionnalisation de l’activité « archives orales » et alimente la naissance d’une ingénierie des archives orales que chaque organisme commanditaire ou prestataire se voit peu ou prou conduit à adopter ou à réinventer sur le tas (voir chapitre 5 du présent ouvrage).

10Tout au long des années 1990 puis 2000, la constitution de ces corpus oraux à caractère historique exige la collaboration de nombreux chercheurs, enseignants, étudiants, professionnels des archives et de la documentation qui sont conduits à se former à la méthode de l’entretien et à la technique des archives orales, et qui par la suite essaiment dans diverses enceintes professionnelles et disséminent cette pratique en en faisant la promotion. En fin de compte, à travers ce processus d’archivisation, le témoignage, rendu accessible et donc comparable, recoupable et vérifiable, se trouve crédibilisé en tant que source historique et moyen de connaissance.

  • 8 Éric Godelier, La culture d’entreprise, Paris, La Découverte, 2006.
  • 9 1974, création de la Délégation aux célébrations nationales, rattachées aux Archives en 1979 ; 1978 (...)
  • 10 Michel Rautenberg parle de son côté de la rupture patrimoniale (Bernin, À la croisée, 2003).
  • 11 François Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 2003.

11Mais l’archivisation des sources orales dans les institutions entraîne une autre conséquence importante : elle permet ou favorise l’entrée de la problématique de l’histoire et de la mémoire dans les organisations et enclenche dans certains cas le processus de patrimonialisation des témoignages oraux, désormais perçus par les institutions comme le support et l’expression d’une mémoire collective, culturelle et identitaire. L’appropriation du concept d’archives orales se fait d’autant plus facilement dans les institutions qu’elle se trouve en congruence avec l’appropriation concomitante des concepts de culture d’administration, de culture d’entreprise8 et de patrimoine à partir des années 19809, le patrimoine culturel étant perçu comme un ensemble partagé de références, d’expériences, d’événements fondateurs, d’acteurs mythologiques, de façons de parler et de penser, de façons de faire, de gestes, de normes, de valeurs et de croyances en partie hérité des générations précédentes, ce que précisément les entretiens permettent de mettre au jour. Ce processus de patrimonialisation, qui ne touche pas seulement les témoignages oraux mais aussi les archives écrites, les traces architecturales, les fonds anciens des bibliothèques, les objets, les décors, le mobilier, les outils, les machines, les sites de fabrication industrielle, révèle le tournant patrimonial qui marque les années 198010 et dévoile le changement de « régime d’historicité » que connaît la société française dans la même décennie et dont François Hartog a défini les contours et les contenus11 : effacement de l’horizon d’avenir, dilatation et survalorisation de la présence du passé dans le présent et présentisme.

  • 12 Paul Ricœur, Parcours de la reconnaissance. Trois études, Paris, Stock, 2004 ; Johann Michel (dir.) (...)

12De fait, les archives orales, à l’instar de la généalogie à l’échelle personnelle ou familiale et au même titre que toutes les autres activités ayant trait à la quête, à la connaissance, à la fixation, à la conservation et à la transmission des traces du passé dont l’inflation est l’une des marques distinctives de la fin du xxe siècle, peuvent être considérées comme une réponse collective élaborée par les organisations à une demande sociale que les changements politiques, culturels, économiques, sociaux et institutionnels rendent plus anxieuse et plus pressante. Les raisons de ce besoin de mémoire, qui est aussi un besoin de connaissance, sont multiples : vieillissement de la population et allongement de la durée de vie qui dilatent le champ de la remémoration, non-recouvrement des générations, mobilité géographique, interruption de la transmission orale intergénérationnelle, disparition de l’horizon de progrès qui a marqué le siècle précédent, incertitude de l’avenir, éveil de la conscience patrimoniale devant ce qui se perd ou ce qui va s’effacer, nostalgie d’antan, pluralité des mémoires sociales, étiolement ou épuisement des grands récits nationaux, questionnement sur l’identité de la France et de la société française, prise de conscience des lacunes de la connaissance historique et des défaillances de l’enseignement de l’histoire… À cet égard, les archives orales s’apparentent à une démarche de réappropriation et de « reconnaissance » du passé et de tous ceux qui nous ont précédés12. Elles constituent dans les organisations une des formes – certes minoritaire et discrète, mais pas moins réelle que les autres – que prend le passé pour s’inscrire dans le présent des sociétés contemporaines, à côté du musée, des commémorations, des expositions historiques, des spectacles sons et lumières, des reconstitutions costumées, des cinéscénies, des spectacles, des documentaires et films historiques ou des beaux livres. À ce titre, elles constituent elles aussi un objet d’étude sociologique, d’études patrimoniales et… d’histoire, puisque les archives orales peuvent désormais être historicisées, depuis le Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, voire depuis les Archives de la parole de 1911.

  • 13 Pierre Rosanvallon, Le parlement des invisibles, Paris, Seuil, 2014.

13Si la démarche des archives orales revêt un clair caractère collectif, elle bénéficie aussi, à l’instar de l’histoire orale, du regain d’intérêt à l’échelle individuelle pour l’autobiographie, pour l’identité individuelle et pour le « soi » (ego-histoire, microhistoire, histoire du for interne, histoire de l’intime, histoire de soi, archives de soi, mémoire de soi, autoportrait oral, journal intime, édition de correspondances personnelles, etc.). Cet engouement autobiographique nourrit l’initiative de Philipe Lejeune, professeur de littérature et fondateur de l’Association pour le patrimoine autobiographique à Ambérieu-en-Bugey, ainsi que la création dans les années 1990 d’ateliers d’écriture ou d’entreprises de récits autobiographiques à caractère personnel, familial ou professionnel, jusque l’initiative de Pierre Rosanvallon13, qui renoue avec les intuitions premières de l’histoire orale des « gens ordinaires », ou la plateforme italienne à vocation internationale Memoro, banca della memoria. Les archives orales, à base de récits de vie, ne constituent-elles pas en définitive une forme démocratisée de l’exercice autobiographique autrefois réservé aux élites (portraits de cour, portraits de la noblesse sous l’Ancien Régime, portraits de la bourgeoisie au xixe siècle, littérature mémorialiste, journaux intimes) ?

14Cet intérêt pour le « soi » – plus que pour le « moi » – s’appuie sur la réhabilitation et la réévaluation d’un individu à la fois sujet et acteur, capable de donner sens à ses actions et capable d’avoir un discours sur lui-même et sur les autres. Ce changement de référentiel dans les sciences humaines et sociales, en rupture avec le marxisme et le structuralisme de la séquence précédente, a un impact direct dans la discipline historique ; il autorise la redécouverte du rôle de l’individu en histoire, alimente le renouveau de la biographie et contribue à la naissance d’une prosopographie contemporaine, restée jusque-là l’apanage de siècles plus anciens. Au sein de cette prosopographie qui touche désormais autant les classes populaires que les classes moyennes ou que les élites, la figure du décideur, qu’il évolue dans un environnement public (l’homme politique ou le haut fonctionnaire) ou dans un environnement privé (le dirigeant d’entreprise), devient une figure très familière de l’histoire orale comme des archives orales institutionnelles.

  • 14 Le « lieu de mémoire » est un lieu où la mémoire travaille ; en ce sens, il ne se limite pas à un l (...)
  • 15 P. Joutard, Histoire et mémoires. Conflits et alliances, Paris, La Découverte, 2015, p. 79-100.
  • 16 Éric Mension-Rigau, Singulière noblesse. L’héritage nobiliaire dans la France contemporaine, Paris, (...)
  • 17 G. Thuillier, « Pour la création d’archives orales », La Gazette des archives, no 92, 1976, p. 29.

15Absorbées dans la vague du patrimoine qui déferle à partir de 1980, portées par le succès médiatique de l’expression « lieux de mémoire » à partir de 198414, enveloppée par l’ère de la commémoration dont elles constituent dans certains cas une déclinaison institutionnelle et locale, les archives orales, fondées sur les souvenirs et les récits d’individus érigés en témoins, constituent un des fruits du mariage de l’histoire, de la mémoire et du patrimoine, où la mémoire archivisée permet de fabriquer du patrimoine oral et où, réciproquement, le patrimoine est un enjeu qui permet de sédimenter et de fixer une mémoire orale, qui devient dans le même temps source et objet d’histoire. Histoire, patrimoine et mémoire entrecroisent leurs fils compréhensifs et interprétatifs, parfois concurrents et divergents, mais désormais indissociablement noués. La décennie des années 1990 esquisse donc une double version du patrimoine mémoriel en train de naître. D’un côté, une version culturelle, dérivée de l’ethnohistoire ou de l’anthropologie historique, souvent centrée sur « les sociétés-mémoire15 », comme la mémoire juive sépharade du pourtour méditerranéen, la mémoire des shtetls juifs d’Europe centrale, la mémoire protestante cévenole, la mémoire vendéenne ou chouanne, la mémoire ouvrière de tel ou tel territoire industriel, ou encore la mémoire de groupes sociaux vivant un rapport particulier au passé comme les anciennes élites sociales d’Éric Mension-Rigau16. De l’autre, une version institutionnelle ou organisationnelle où les archives orales, désignées d’emblée comme un « capital17 » et comme un actif de l’institution ministérielle, de l’entreprise ou de l’association, font à ce titre l’objet d’investissements professionnels et financiers, même intermittents.

Archiver la mémoire des traumatismes du xxe siècle

16Outre l’engouement des institutions pour l’efficacité du concept d’archives orales, celles-ci bénéficient de l’actualité politique, sociale et scientifique de la mémoire du xxe siècle, très sensible, qui va peser fortement en faveur de la constitution de collections archivisées de témoignages oraux, de la prise en compte des témoignages individuels et de la mise en exergue de la figure du témoin. Deux éléments ressortent principalement : la mémoire tragique du nazisme, de ses crimes et du génocide juif ; la mémoire plus récente, encore chaude et fortement clivée, de la guerre d’Algérie, et en arrière-plan celle de l’immigration en France.

  • 18 Henry Rousso, Le syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Paris, Seuil, 1987 ; id., La hantise du pas (...)
  • 19 Ce qui a eu pour effet collatéral de réactiver les travaux historiques sur l’État, sa machinerie et (...)

17En dépit du sentiment de honte et de culpabilité, du déni et de la volonté de ne pas mesurer l’étendue des responsabilités françaises, le refoulé de la Seconde Guerre mondiale finit par se frayer un chemin dans l’historiographie française18. Sous la pression des travaux étrangers (Robert Paxton, La France de Vichy, 1972, traduit en 1973 ; Raul Hilberg, La destruction des Juifs d’Europe, 1961, traduit seulement en 1985), la question de l’extermination des Juifs d’Europe, de la collaboration des États européens avec l’Allemagne nazie et de la contribution propre du régime de Vichy à la déportation des familles juives étrangères et françaises vient au premier plan des questionnements de l’histoire contemporaine du xxe siècle. Trois axes d’étude principaux peuvent être distingués : la responsabilité des États et des administrations dans la mise en place de politiques raciales et dans l’organisation de la déportation19, les opinions ou les réactions du corps social et l’adhésion (ou non) des individus à ce programme politique ; l’expérience de la déportation et de la survivance qui va faire la part belle au témoignage. À partir de la fin des années 1980, l’histoire et les autres sciences humaines et sociales s’organisent pour prendre en charge ces questions et accumulent les travaux, allongeant sans cesse une bibliographie nationale et internationale qu’il est désormais impossible de récapituler exhaustivement.

  • 20 L’expression est utilisée en 1986 par le secrétaire d’État aux Anciens combattants, puis popularisé (...)
  • 21 On remarquera que la fondation Fortunoff et la fondation Shoah de Steven Spielberg ont toutes deux (...)

18À ces questionnements savants, en parallèle de travaux historiques individuels ou collectifs de longue haleine, s’ajoutent ceux des acteurs et des témoins qui, saisis par l’urgence du temps qui leur est compté, décident d’apporter leur propre contribution à la connaissance de ce qui est désormais défini et connu comme crime contre l’humanité et comme génocide. La prise de parole publique des survivants, qui n’a pas attendu les années 1980 – même si elle fut peu relayée et peu entendue dans les années 1960 et 1970 –, est d’abord essentiellement individuelle et prend historiquement trois formes : la littérature ou l’essai ; le témoignage écrit, déposé ou publié ; la prise de parole orale dans des enceintes publiques, notamment dans le cadre scolaire. À partir des années 1980, la parole des survivants se voit sollicitée et recueillie de façon organisée par des acteurs qui se font les dépositaires, les porteurs et les transmetteurs de cette mémoire de l’expérience des camps, mais aussi du monde d’avant l’anéantissement. Les sociologues-historiens oraux des années 1980 (Lucette Valensi, Nathan Wachtel, Nicole Lapierre, Michael Pollak) ouvrent le chemin, mais ils sont très vite rejoints et relayés dans les années 1990 par des acteurs collectifs et institutionnels qui entreprennent sous l’injonction du « devoir de mémoire » l’archivisation de la mémoire de la Shoah20. Le mouvement, qui a une dimension internationale, s’étend des États-Unis à Israël, en passant par l’ensemble des pays occidentaux, à travers la création de fondations, de mémoriaux, de musées et de centres de ressources documentaires ou historiques. En France, il commence modestement avec des associations de déportés comme l’association Témoignages pour mémoire, antenne associative et francophone issue de la fondation Fortunoff des archives vidéo de l’université de Yale créées à la fin des années 1970. Il se poursuit dans les années 1990 avec la création de fondations publiques commémoratives qui entreprennent de collecter les témoignages oraux des survivants sous une forme écrite, sonore ou filmée (la Fondation pour la mémoire de la Shoah, la Fondation pour la mémoire de la Déportation, le mémorial de la Shoah, le Centre pour l’histoire de la Résistance et de la Déportation créé en 1992 à Lyon, l’Ina et sa collection de témoignages filmés, etc.). La création en 1994 par Steven Spielberg de la Fondation des archives de l’histoire audiovisuelle des survivants de la Shoah (Shoah Foundation), dans le sillage de son film La Liste de Schindler (1993), donne un éclat médiatique à cette démarche21, met en valeur et stimule les initiatives d’archives orales en France et en Europe sur la Seconde Guerre mondiale, souvent prises en charge et organisées par des programmes publics, municipaux, régionaux, nationaux, voire européens.

  • 22 Johann Michel, Gouverner les mémoires. Les politiques mémorielles en France, Paris, Puf, 2010.

19L’archivisation des témoignages et leur pérennisation dans des lieux patrimoniaux publics sont d’emblée prévues, ainsi que leur accessibilité et leur communicabilité, de façon à permettre une utilisation pédagogique de ces documents, dans l’espoir de conjurer l’oubli et d’empêcher la reproduction de tels crimes. Ces créations de collections de témoignages s’accompagnent de la publication de notes de méthode, de programmes d’enseignement sur l’histoire de la Shoah, d’interventions de témoins dans les mémoriaux ou dans les classes, qui manifestent l’investissement de l’institution scolaire et d’une façon générale de l’État dans ce qu’il est désormais convenu d’appeler les politiques mémorielles22. Ces politiques publiques de la mémoire, partagées entre l’État, les institutions patrimoniales, les collectivités locales, les établissements d’enseignement et les associations d’anciens déportés, placent au cœur de leurs dispositifs d’action l’efficacité (supposée) du témoignage individuel et son appropriation (escomptée) par le public. Le témoin se fait passeur. À travers son témoignage, c’est un autre rapport au passé que l’histoire qui est proposé au public ou aux élèves, n’utilisant plus seulement le raisonnement explicatif ou rationnel, mais laissant une place à l’émotion, au sensible et à l’identification.

  • 23 Pierre Vidal-Naquet, Les assassins de la mémoire. « Un Eichmann de papier » et autres essais sur le (...)

20Le témoignage, dont on a vu qu’il a connu une longue éclipse épistémologique, est propulsé sur le devant de la scène médiatique et politique ; il accède à une centralité qu’il n’a jamais connue. Alors que l’histoire de la Shoah est en pleine expansion, les débats autour des témoignages individuels sont lourds d’enjeux, car leur valeur probatoire est mise en doute, voire niée, par les négationnistes (Henri Roques notamment, dans la filiation de Robert Faurisson et Paul Rassinier) qui relèvent toutes les défaillances des témoins et s’appliquent à recycler les argumentaires positivistes les plus littéraux et les plus éculés contre la parole des anciens déportés. Le combat public, médiatique et judiciaire de Pierre Vidal-Naquet contre le négationnisme, depuis son essai Un Eichmann de papier (1980) jusqu’aux Assassins de la mémoire (1987)23, constitue la pointe d’un débat épistémologique et scientifique sur le témoignage qui prend ses racines à la fin du xixe siècle, mais se prolonge jusque dans les années 1990, même si la loi Gayssot de 1990, contestée par une partie des historiens, y met un terme légal.

  • 24 Rappelons que le procès de Klaus Barbie a été le premier procès à être filmé en France, conformémen (...)
  • 25 Jean-Noël Jeanneney, Le passé dans le prétoire. L’historien, le juge et le journaliste, Paris, Seui (...)
  • 26 Voir l’affaire du fichier juif de l’Insee (1991), des comptes juifs des banques (la Mission d’étude (...)
  • 27 Hannah Arendt, Eichmann à Jérusalem. Rapport sur la banalité du mal [1963], trad. par A. Guérin, Pa (...)
  • 28 Sur le programme d’histoire orale mené par la Bibliothèque de documentation internationale contempo (...)
  • 29 Benoît Guillou, Le pardon est-il durable ? Une enquête au Rwanda, Paris, Éditions François Bourin, (...)
  • 30 Sur le film Shoah, voir Rémy Besson, La mise en récit de Shoah, thèse de doctorat en histoire, EHES (...)

21Ouverte sous des auspices menaçants, « l’ère du témoin » comme l’a nommée Annette Wieviorka se déploie en France dans un contexte politique, historique et judiciaire bien particulier, celui des grands procès de Vichy et de l’Occupation (Maurice Papon, 1981-1997 ; René Bousquet, 1986-1993 ; Paul Touvier, 1989-1994 ; Klaus Barbie, condamné en 198724), qui mêlent de façon inextricable, voire confondent, la figure judiciaire et la figure historique du témoin25, et celui des affaires judiciaro-mémorielles qui mettent en question le rôle de l’État dans la déportation des Juifs26. Cette centralité judiciaire et historique de la figure du témoin n’est pas totalement nouvelle (voir le procès d’Eichmann en 1961 à Jérusalem, étudié par Hannah Arendt27) et elle n’est pas propre à la France ; on la retrouve dans les décennies suivantes dans d’autres pays secoués par des dictatures criminelles (l’Argentine, le Chili28), des guerres civiles et fratricides (l’ex-Yougoslavie), des guerres ethniques ou raciales (le Rwanda ou l’Afrique du Sud). Les commissions de vérité et de réconciliation, qui ont suivi certains de ces conflits, mobilisent elles aussi, à travers un dispositif juridique et éthique bien particulier, les témoins-victimes et les témoins-bourreaux, appelés à venir s’exprimer devant une enceinte publique, soit pour exprimer leur souffrance et leur douleur soit pour reconnaître leurs crimes et exprimer leur repentir dans l’espoir de reconstruire la société29. Enfin, complémentaire de la figure victimaire et de la figure historico-judiciaire, se met en place une troisième figure du témoin que j’appelle médiatique, très sollicitée à la télévision et au cinéma, avec, d’une part, l’expansion du documentaire historique télévisuel qui, depuis Marcel Ophuls, fait la part belle aux témoins et, d’autre part, les films de Claude Lanzmann qui développe une œuvre cinématographique autour du témoignage et des témoins, de la parole et du silence (Shoah en 198530, Tsahal en 1994, Un vivant qui passe en 1997, Sobibor en 2001, Le Rapport Karski en 2010 et Le Dernier des injustes en 2013). Le résultat est, sur l’histoire de la Seconde Guerre mondiale et sur l’histoire de la Shoah, une intrication forte entre témoignage, histoire, justice pénale et média qui fait la marque distinctive des années 1980 et 1990 en France.

  • 31 Voir le récit de Louisette Ighilahriz, sollicité par Florence Beaugé et publié dans Le Monde le 19  (...)
  • 32 Le général Paul Aussaresses a témoigné en 2000 dans le cadre du programme des archives orales du Se (...)
  • 33 Sur « la décristallisation » des pensions d’Afrique du Nord, voir le rapport public annuel de la Co (...)

22Dans les années 2000, le processus de chaîne mémorielle et d’interaction historique et médiatico-politique se répète avec la guerre d’Algérie et plus largement avec la question de l’Afrique du Nord, elle-même étroitement liée à la reconnaissance de la contribution des immigrés à la construction de la France militaire, industrielle et sociale au xxe siècle. Tandis que les historiens ouvrent de nouveaux chantiers de recherche sur la guerre d’Algérie (Raphaëlle Branche et les appelés, Sylvie Thénault et la justice) et que des journalistes se saisissent du sujet (Jean-Luc Einaudi, La bataille de Paris, 17 octobre 1961, 1991), les témoignages dans la presse de quelques anciens acteurs, victimes et bourreaux, relancent le débat sur la torture (2000-2001)31. Le cinéma de fiction s’en mêle (L’Ennemi intime de Florent-Emilio Siri en 2007), ainsi que le cinéma documentaire (les films de Mehdi Lallaoui dans les années 1990 ; celui de Benjamin Stora, Guerre d’Algérie, la déchirure, en 2012). Les pouvoirs publics sont mis sous pression. Les révélations contenues dans le témoignage du général Aussaresses sur la pratique de la torture en 200132 et sa mise en examen pour apologie de crimes de guerre conduisent le chef de l’État à réagir. Jacques Chirac ordonne alors la dégradation du général Aussaresses de l’ordre de la Légion d’honneur. Quelques années plus tard, l’émotion suscitée par le film Indigènes en 2006 et par les témoignages des anciens combattants d’Afrique du Nord conduit le gouvernement Villepin en 2007 à « décristalliser », à réévaluer et à verser les pensions des anciens combattants issus de l’ancien empire colonial français33.

  • 34 Réalisé par Jean-Marc Berlière et René Lévy, déposé en 2006 à la BnF, le corpus de récits de polici (...)
  • 35 Sur les témoignages oraux conservés par le Service historique de la Défense concernant la guerre d’ (...)
  • 36 La mise en valeur de cette boucle de la mémoire, que je constate pour les tragédies de la Seconde G (...)

23Les affaires historiques et mémorielles viennent ainsi périodiquement secouer l’arène médiatique et politique française ; à chaque fois, ces émotions mémorielles relancent l’intérêt pour les collectes de témoignages sur les événements traumatiques de l’histoire nationale (les camps de harkis post-1962 ou les camps de main-d’œuvre indochinoise post‑1945, etc.) ou au contraire les bloquent pour un temps de raison. L’actualité politique et médiatique, les commémorations, pèsent donc fortement sur les archives orales qui sont étroitement dépendantes du contexte historique dans lequel elles sont produites. Dans certains cas, elle contraint les producteurs à des protocoles de confidentialité restrictifs ; dans d’autres cas, elle stimule les initiatives, qu’il s’agisse de l’adoption de nouvelles thématiques ou de la création de nouveaux corpus de témoins34. C’est ainsi que lors de sa création en 1996, la section d’histoire orale du Service historique de l’Armée de terre (SHAT), sous la direction d’Hervé Lemoine, choisit comme axe de recherche la guerre d’Algérie et la résolution gouvernementale du conflit algérien. Dix ans plus tard, par l’intermédiaire de l’Office national des anciens combattants (ONAC) et avec le soutien de la direction de la Mémoire, du Patrimoine et des Archives, une grande campagne d’archives orales est lancée entre 2005 et 2008 auprès des anciens appelés du contingent en Algérie, sur l’ensemble du territoire, reflétant la réorientation des questionnements historiques et historiographiques et réactivant les premiers mots d’ordre de l’histoire orale « d’en bas » des années 197035. Le contexte mémoriel des années 1990 et 2000 a donc un fort impact sur l’activité de production des archives orales ; il pèse sur les questionnements et les problématiques de recherche des historiens ; il pèse sur les institutions productrices d’archives orales ; il pèse aussi sur la prise de parole des témoins ; enfin, il transforme la façon dont se pose la question de la mémoire et du témoignage36.

  • 37 Selon Jacques Le Goff, « la mémoire est la matière première de l’histoire. Mentale, orale ou écrite (...)

24Plusieurs traits caractéristiques se dégagent de cette période. La répétitive et lourde injonction médiatique et politique au devoir de mémoire se double de deux débats par rapport auxquels les historiens sont régulièrement sommés de se positionner : le premier non exempt de tensions, le débat mémoire-histoire, et le second plus apaisé, qui oppose « devoir de mémoire » et « travail de mémoire ». Pour ma part, en tant que praticienne des témoignages oraux, je considère que mémoire et histoire entretiennent des relations intimes, de dépendance, d’interactions fortes et d’engendrement mutuel, même si, au bout du compte, elles expriment de manière différente et dans des registres distincts notre rapport au passé. Il n’y a, en aucune manière, de confusion entre les deux ordres de compréhension, mais une complémentarité dynamique, ce qui n’exclut pas les conflits, les divergences ou les décalages entre ces deux modes d’appréhension et de représentation du passé. Au sein de la société, chez l’individu comme chez l’historien, peuvent cohabiter une connaissance historique claire et rationalisée d’un événement et une mémoire vive, psychologiquement et affectivement sensible de ce même événement. Entre mémoire et histoire, c’est précisément le va-et-vient qui est fécond : l’histoire est fille de la mémoire et réciproquement37.

  • 38 Cette centralité de la figure du témoin n’a pas tari la contestation et les controverses autour de (...)
  • 39 Renaud Dulong, Le témoin oculaire. Les conditions sociales de l’attestation personnelle, Paris, Édi (...)
  • 40 Olivier Abel et al. (dir.), La juste mémoire. Lectures autour de Paul Ricœur, Genève, Labor et Fide (...)

25Le deuxième trait est celui de la centralité de la figure du témoin, dont nous avons vu les différentes apparitions médiatiques, et qui se voit retravaillée tout au long des années 1990 par les sciences humaines et sociales. En dépit des contestations qu’elle a pu connaître, soit dans le cadre des attaques négationnistes, soit lors de bouffées positivistes toujours résurgentes38, la parole du témoin est dorénavant attestataire (le témoin se définit par sa présence à l’événement) et, dans la plupart des cas, autoritaire (cette parole fait autorité). La polysémie religieuse, historique, judiciaire, policière qui s’attache à la figure du témoin permet de redécouvrir ou de redonner du relief aux qualités heuristiques du témoignage et de l’épaisseur au rôle du témoin (témoin oculaire39, témoin judiciaire, témoin instrumentaire, témoin historique, témoin-source, témoin monumentaire, témoin-martyr, etc.). Elle s’éclaire aussi de la redécouverte de travaux plus anciens comme ceux de Maurice Halbwachs (Les cadres sociaux de la mémoire, 1925), de Marc Bloch (Apologie pour l’histoire ou le métier de l’historien, 1949) ou du commentaire de philosophes comme Paul Ricœur qui, depuis Histoire et vérité en 1955 jusqu’à La mémoire, l’histoire, l’oubli en 2000, en passant par Temps et récit en 1983-1985, s’est fait le compagnon de route des historiens40. À l’ancienne trilogie des historiens méthodiques – archive écrite, réalité, vérité – se substitue une autre trilogie : témoignage, sincérité, véracité.

  • 41 Marta Craveri a coordonné le projet « Archives sonores de l’Europe du Goulag » et codirigé avec Ala (...)
  • 42 Je désigne par le terme « patrimonialisation » l’ensemble des opérations, des règles ou des pratiqu (...)
  • 43 Elisabeth Meier, « Mémoire orale et patrimonialisation de l’ancien centre de détention de la Stasi (...)
  • 44 En revanche, on notera l’existence d’écoutes secrètes de prisonniers de guerre allemands, réalisées (...)

26Cette séquence voit s’esquisser une troisième version archivisée de la mémoire orale. Après la sauvegarde de la mémoire populaire des communautés paysannes et ouvrières en voie de disparition, après la fixation de la mémoire organisationnelle et culturelle des administrations et des entreprises, s’archive la mémoire traumatique nationale et internationale des conflits, des guerres et des crimes étatiques ou collectifs commis au cours du xxe siècle, une mémoire des victimes (Juifs, victimes des guerres civiles, de la déportation, du travail forcé41, de la détention ou de la décolonisation, etc.), dressée comme une stèle commémorative immatérielle, à côté de l’historiographie savante des institutions d’oppression et d’extermination. Mise en archive, mais aussi en musée, destinée à être écoutée et partagée, l’expérience de la déportation, des camps, de la captivité et de la persécution est saisie par le processus de patrimonialisation42 et érigée en monument historique. Cette patrimonialisation de la parole des survivants est conforme aux premières intuitions de l’histoire orale qui souhaitait rendre la parole aux sans-voix et aux broyés de l’histoire, elle la pousse même à son acmé, en substituant le témoin-victime au témoin-héros. Ce faisant, elle plonge dans le trou noir de l’opprobre et de la non-connaissance le témoin-bourreau, l’aveugle, le banal et docile exécutant des rouages bureaucratiques de la violence d’État. C’est ainsi que les mémoriaux d’ex-RDA consacrés à la mémoire de la dictature et à l’expérience de l’internement43, à l’instar des mémoriaux du Goulag en ex‑Union soviétique, collectionnent depuis les années 2000 les témoignages filmés ou sonores des anciens prisonniers, mais n’envisagent qu’avec beaucoup de réticence l’idée de recueillir les témoignages des agents qui ont administré les prisons, les camps de rétention ou de travail, la police et fait fonctionner les tribunaux44. C’est là un angle mort de l’histoire orale et des archives orales lorsqu’elles sont mises au service de la mémoire et de la commémoration. De fait, par respect pour les victimes et par peur de la banalisation, elles ne peuvent se résoudre, éthiquement, à intégrer les témoignages des anciens bourreaux, même si ces derniers sont devenus, par un de ces retournements paradoxaux dont l’histoire a le secret, des vaincus de l’histoire, alors même que, pour analyser et comprendre la mise en place et le fonctionnement des systèmes d’oppression, les témoignages des bourreaux dans leur effrayante banalité seraient aussi nécessaires que ceux des victimes.

  • 45 Voir la décision des Nation unies en 2008 d’instituer le 27 janvier comme date universelle de commé (...)
  • 46 André Chastel, « Patrimoine monumental », dans Encyclopædia Universalis, en ligne : www.universalis (...)
  • 47 Voir le musée mémorial de l’Holocauste à Washington et les vingt-deux autres musées de l’Holocauste (...)
  • 48 Voir les travaux interdisciplinaires réalisés aux États-Unis sur les survivants des attentats du 11 (...)
  • 49 Marie Lavorel, Patrimonialiser les mémoires sensibles. Héritage culturel et muséologie, thèse de do (...)

27Pour conclure sur le processus de patrimonialisation qui touche, à la fin du xxe siècle, les corpus oraux de la mémoire traumatique de la Shoah, on peut dire que, délibérément fabriquées pour conjurer l’oubli et célébrer les morts, organisées d’emblée pour être diffusées et partagées, mises en mémoriaux ou en musées, dotées d’une valeur non pas esthétique comme la plupart des patrimoines jusque-là définis dans l’histoire, mais historique et surtout normative et éthique, ces archives orales ont une forte dimension monumentaire : d’une part, elles désignent un événement du passé qui ne doit jamais être oublié45 ; d’autre part, elles disent quelque chose de la condition humaine jusque dans ses ténèbres. À travers les politiques publiques du « devoir de mémoire » et les aménagements spécifiques que cela suppose, elles s’engagent dans un processus de patrimonialisation publique nationale qui n’est pas sans poser toute une série de questions. De très nombreuses définitions du terme « patrimoine » existent en effet, depuis son acception juridique et légale (voir les lois successives sur le patrimoine et sur les monuments historiques depuis le xixe siècle) jusqu’à sa définition sociologique, en passant par sa définition familiale et financière. Rappelons dans un premier temps la définition d’André Chastel : est patrimoine « ce dont la préservation demande des sacrifices et ce dont la perte constitue un sacrifice46 ». Si un peuple peut décider de faire de la mémoire de son propre anéantissement le cœur de son identité historique et l’origine de sa résilience politique, cette expérience est-elle appropriable ou reproductible par d’autres peuples ou d’autres sociétés, dans d’autres espaces et dans d’autres temps47 ? Au-delà du cas emblématique de la Shoah, la mémoire des grands traumatismes de l’histoire du xxe siècle, des expériences limites de la famine, de la torture, des bombardements, de la déportation et des attentats terroristes, peut-elle être mise en musée48 ? Peut-on, doit-on, faire entrer dans le patrimoine des sociétés occidentales l’expérience de la déshumanisation, des crimes de guerre et des génocides ? Et si oui, à quelles conditions, selon quels critères et pourquoi ? La chaîne classique du processus de patrimonialisation – identifier, attribuer de la valeur, décrire, connaître, interpréter, transmettre, s’approprier – est-elle applicable à une mémoire traumatique, négative ou tout simplement « sensible49 » ? Il y a là un vaste champ de recherche, auquel la démarche des archives orales apporte sa modeste contribution, mais que seules des entreprises pluridisciplinaires de sciences sociales ambitieuses permettront d’explorer.

Note

1 Guy Thuillier, « Pour la création d’archives orales », La Gazette des archives, no 92, 1976, p. 28-32.

2 Dominique Aron-Schnapper et Danièle Hanet, « Archives orales et histoire des institutions sociales », Revue française de sociologie, vol. 19, no 2, 1978, p. 261-275 ; id., Histoire orale ou archives orales ? Rapport d’activités sur la constitution d’archives orales pour l’histoire de la Sécurité sociale, Paris, Association pour l’étude de l’histoire de la Sécurité sociale, 1980 ; id., « D’Hérodote au magnétophone : sources orales et archives orales », Annales ESC, vol. 35, no 1, 1980, p. 183-199.

3 En 1986, Lucette Valensi et Nathan Wachtel publient leur ouvrage Mémoires juives, construit sur des extraits de récits de vie entrecroisés, dans la collection « Archives » dirigée par Pierre Nora et Jacques Revel (Gallimard-Julliard), accréditant le statut documentaire du témoignage. Avec le livre de François Fourquet sur Les comptes de la puissance (1980), ce sont les deux ouvrages qui m’ont marquée lors de mes premiers pas en matière de sources orales.

4 Chantal de Tourtier-Bonnazzi, Guide des papiers des ministres et secrétaires d’État de 1871 à 1974, Paris, AN, 1984 [1978].

5 En 1986 et 1988 se tiennent le xxviiie congrès national des archivistes français et le xie congrès international des archives sur les « nouvelles archives », notamment sur les archives audiovisuelles (série AV, désignant cassettes et vidéocassettes) ; voir Chantal de Tourtier-Bonnazzi (dir.), Le témoignage oral aux Archives. De la collecte à la communication, Paris, AN, 1990.

6 Ces deux organismes ont regardé à peu près au même moment les expériences d’histoire orale existant outre-Atlantique : l’armée américaine et les vétérans de la Seconde Guerre mondiale pour le Service historique de l’Armée de l’air, le département d’histoire orale de l’université de Columbia pour Dominique Schnapper. Le premier a adopté et conservé l’appellation histoire orale ; la seconde en est revenue avec le concept d’archives orales…

7 En 2014, citons à titre d’exemples les collections de témoignages oraux les plus importantes. D’abord, les ministères (la collection du Service historique de l’Éducation, 11 000 heures d’enregistrement ; les Armées, plus de 6 000 heures ; Économie et Finances, 3 500 heures, 350 témoins ; Affaires sociales, 700 heures, 300 témoins ; Culture, 600 heures, 450 témoins ; Affaires étrangères, 450 heures, 70 témoins ; Intérieur et Corps préfectoral, 400 heures, 40 témoins ; Police, 72 témoins ; Assistance publique de Paris, 90 témoins ; Radiodiffusion française, 200 témoins ; Équipement et Villes nouvelles, 50 témoins ; Délégation à la Ville, 200 heures ; Office français des réfugiés et des apatrides, 16 témoins, etc.). Puis les fondations politiques (Association Georges Pompidou, 200 entretiens), les établissements publics (ONIC, chambre de commerce de Paris) ; les organismes de recherche (Inra, 1 000 heures) ; les grandes entreprises publiques (EDF-GDF, 700 heures ; SNCF, 900 heures ; SEITA, 54 témoins). Enfin, les banques ou les organismes financiers (Caisse d’épargne, 600 heures ; BNP-Paribas, 100 témoins).

8 Éric Godelier, La culture d’entreprise, Paris, La Découverte, 2006.

9 1974, création de la Délégation aux célébrations nationales, rattachées aux Archives en 1979 ; 1978, création de la direction du Patrimoine au ministère de la Culture ; 1980, proclamation de l’année du patrimoine par le président de la République et par Michel Guy, ministre de la Culture, et création de la mission pour le Patrimoine ethnologique au ministère de la Culture ; 1984, création des Journées du Patrimoine et de la cellule du Patrimoine industriel au ministère de la Culture ; 1988, création des Entretiens du Patrimoine ; 1996, création de la Fondation du Patrimoine pour le patrimoine de pays.

10 Michel Rautenberg parle de son côté de la rupture patrimoniale (Bernin, À la croisée, 2003).

11 François Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expériences du temps, Paris, Seuil, 2003.

12 Paul Ricœur, Parcours de la reconnaissance. Trois études, Paris, Stock, 2004 ; Johann Michel (dir.), Mémoires et Histoires. Des identités personnelles aux politiques de reconnaissance, Rennes, Pur, 2005 ; Florence Descamps, « Mémoire de soi, mémoire des autres. Des archives de la reconnaissance ? », dans Jean‑Marc Berlière et René Lévy (dir.), L’historien, le sociologue et le témoin. Quand des policiers se mettent à table, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2010, p. 30-53.

13 Pierre Rosanvallon, Le parlement des invisibles, Paris, Seuil, 2014.

14 Le « lieu de mémoire » est un lieu où la mémoire travaille ; en ce sens, il ne se limite pas à un lieu géographique ou un monument comme on le croit communément, mais il peut être un livre, une date, un événement, un homme-mémoire, un symbole, un paysage, une pratique, un support pédagogique. Pour une définition précise, voir Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, t. 3, vol. 1, Les France, Paris, Gallimard, 1992, p. 20 : un « lieu de mémoire » correspond à « toute unité significative, d’ordre matériel ou idéel, dont la volonté des hommes ou le travail du temps a fait un élément symbolique du patrimoine mémoriel d’une quelconque communauté ».

15 P. Joutard, Histoire et mémoires. Conflits et alliances, Paris, La Découverte, 2015, p. 79-100.

16 Éric Mension-Rigau, Singulière noblesse. L’héritage nobiliaire dans la France contemporaine, Paris, Fayard, 2015.

17 G. Thuillier, « Pour la création d’archives orales », La Gazette des archives, no 92, 1976, p. 29.

18 Henry Rousso, Le syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Paris, Seuil, 1987 ; id., La hantise du passé, Paris, Textuel, 2001 ; id., Vichy : l’événement, la mémoire, l’histoire, Paris, Gallimard, 2001 ; id., Face au passé. Essais sur la mémoire contemporaine, Paris, Belin, 2016 ; avec Éric Conan, Vichy, un passé qui ne passe pas, Paris, Pluriel, 2013 [1994].

19 Ce qui a eu pour effet collatéral de réactiver les travaux historiques sur l’État, sa machinerie et ses politiques publiques.

20 L’expression est utilisée en 1986 par le secrétaire d’État aux Anciens combattants, puis popularisée en 1993 par l’émission télévisée La Marche du siècle. Elle est surtout rendue célèbre par un entretien de Primo Levi portant ce titre (Primo Levi, Le devoir de mémoire, trad. par Joël Gayraud, Paris, Mille et une nuits, 1994 [1989]). Pour un exemple de ce discours, voir Simone Veil, présidente de la Fondation pour la mémoire de la Shoah, introduisant les témoignages filmés des rescapés de la Shoah présentés par l’Ina : « Nous, les survivants de la Shoah, parlons par fidélité à ceux qui ne sont pas revenus et n’ont jamais eu d’autres sépultures que nos cœurs et nos mémoires. Plus que jamais, face aux faussaires de l’histoire, il faut écouter le témoin qui dit : “cela fut, je l’ai vu, je l’ai vécu”. » Source : www.fondationshoah.org. Sur la notion de « devoir de mémoire » et sa généalogie, voir Sébastien Ledoux, Le devoir de mémoire. Une formule et son histoire, Paris, CNRS Éditions, 2016.

21 On remarquera que la fondation Fortunoff et la fondation Shoah de Steven Spielberg ont toutes deux adopté le terme « archives » dans leur titulature.

22 Johann Michel, Gouverner les mémoires. Les politiques mémorielles en France, Paris, Puf, 2010.

23 Pierre Vidal-Naquet, Les assassins de la mémoire. « Un Eichmann de papier » et autres essais sur le révisionnisme, éd. revue et augmentée, Paris, La Découverte, 2005 [1987].

24 Rappelons que le procès de Klaus Barbie a été le premier procès à être filmé en France, conformément à la loi Badinter du 11 juillet 1985, qui autorise l’enregistrement audiovisuel ou sonore de certaines audiences publiques pour la constitution d’archives historiques de la justice. L’enregistrement audiovisuel ou sonore de l’intégralité des débats se fait à partir de points fixes dans la salle d’audience. Les images du procès Barbie (1987), du procès Touvier (1994), du procès Papon (1998) et du procès du régime Pinochet (2010) sont conservées aux Archives nationales. La diffusion des enregistrements est, dans un premier temps, subordonnée à l’autorisation du président du tribunal de grande instance de Paris. Le délai de vingt ans pour pouvoir diffuser l’enregistrement a été supprimé en 2008. Après cinquante ans, à compter de la date du procès, la diffusion sera libre.

25 Jean-Noël Jeanneney, Le passé dans le prétoire. L’historien, le juge et le journaliste, Paris, Seuil, 1998.

26 Voir l’affaire du fichier juif de l’Insee (1991), des comptes juifs des banques (la Mission d’étude sur la spoliation des Juifs de France, dite « Mission Mattéoli », en 1997), des trains de la SNCF en 2001… La responsabilité de l’État sous Vichy est solennellement reconnue par le président Jacques Chirac en 1995. Dans les années 1990, les campagnes d’archives orales auprès des préfets n’ont guère été facilitées par ce contexte judiciaire, et si la première tentative d’archives orales à l’Intérieur s’esquisse en 1997 dans le cadre du Bicentenaire du corps préfectoral, elle s’interrompt rapidement pour ne reprendre qu’au milieu des années 2000.

27 Hannah Arendt, Eichmann à Jérusalem. Rapport sur la banalité du mal [1963], trad. par A. Guérin, Paris, Gallimard, 2002 [1966].

28 Sur le programme d’histoire orale mené par la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC), renommée La contemporaine depuis 2018 (Rosa Olmos), en partenariat avec l’université de Nanterre sur les exilés chiliens, voir Caroline Moine, « Les archives et les sources audiovisuelles de la solidarité internationale avec le Chili. Bilan d’un séminaire (2015-2017) », Matériaux pour l’histoire de notre temps, vol. 3, no 125-126, 2017, p. 45-49.

29 Benoît Guillou, Le pardon est-il durable ? Une enquête au Rwanda, Paris, Éditions François Bourin, 2014.

30 Sur le film Shoah, voir Rémy Besson, La mise en récit de Shoah, thèse de doctorat en histoire, EHESS, 2012, publiée sous le titre Shoah, une double référence ? Des faits au film, du film aux faits, Paris, MkF Éditions, 2017.

31 Voir le récit de Louisette Ighilahriz, sollicité par Florence Beaugé et publié dans Le Monde le 19 juin 2000, mettant en cause le général Bigeard et le général Massu ; puis l’affaire Aussaresses en mai 2001, suite à la publication de ses mémoires, Services spéciaux : Algérie 1955-1957 (Paris, Le Grand Livre du mois, 2001), dont des extraits sont publiés dans Le Monde le 3 mai 2001.

32 Le général Paul Aussaresses a témoigné en 2000 dans le cadre du programme des archives orales du Service historique de l’Armée de terre (SHAT, Série 3K 60, sept entretiens d’avril à novembre 2000). Pour ma part, je pense que c’est l’exercice du témoignage oral au SHAT qui est à l’origine du livre de souvenirs écrit par Paul Aussaresses, comme cela s’est vérifié plusieurs fois dans d’autres projets d’archives orales et pour d’autres témoins moins sulfureux (François Bloch-Lainé et Claude Gruson, Paul Delouvrier, Pierre Uri, Maurice Grimaud, Guy Delorme, André de Lattre et bien d’autres…).

33 Sur « la décristallisation » des pensions d’Afrique du Nord, voir le rapport public annuel de la Cour des comptes, février 2010, p. 557-571 (www.gisti.org/IMG/pdf/22_decristallisation-pensions-anciens-combattants.pdf).

34 Réalisé par Jean-Marc Berlière et René Lévy, déposé en 2006 à la BnF, le corpus de récits de policiers comporte 72 témoignages, soit 175 heures d’enregistrement, et correspond à deux périodes de collecte, 1992-1996 et 2002-2005, ce qui est particulièrement intéressant pour comparer le travail du souvenir et du discours ; les témoignages portent sur le second tiers du xxe siècle et englobent la période de Vichy et la guerre d’Algérie.

35 Sur les témoignages oraux conservés par le Service historique de la Défense concernant la guerre d’Algérie, Romain Choron, « Les appelés de la guerre d’Algérie (1954-1962) dans les fonds de la division des témoignages oraux (DTO) du service historique de la Défense (SHD) », Sonorités. Bulletin de l’Afas, no 43, 2017, en ligne : journals.openedition.org/afas/3036 (consulté en mai 2019).

36 La mise en valeur de cette boucle de la mémoire, que je constate pour les tragédies de la Seconde Guerre mondiale ou pour la guerre d’Algérie, se vérifierait aisément pour des mémoires moins tragiques, voire heureuses. C’est selon moi le cas de la mémoire de Mai 68 et de façon générale des années 1968, qui font l’objet de nombreux travaux, d’enquêtes orales et de publications autobiographiques. Voir Agnès Callu, Le Mai 68 des historiens. Entre identités narratives et histoire orale, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2010. Voir aussi les travaux de l’association Cités des mémoires étudiantes, ainsi que ceux de Jean-Philippe Legois, responsable des enquêtes orales dans cette même association (en collaboration avec Alain Monchablon et Robi Morder), « Le mouvement étudiant et l’université, entre réforme et révolution » dans Geneviève Dreyfus-Armand et al. (dir.), Les années 68. Le temps de la contestation, Bruxelles, Éditions Complexe-CNRS-IHTP, 2008 [2000], p. 282-298 ; et id., « Archives et mémoires étudiantes : enjeu historique et enjeux archivistiques », La Gazette des archives, no 193, 2002, p. 161-173.

37 Selon Jacques Le Goff, « la mémoire est la matière première de l’histoire. Mentale, orale ou écrite, elle est le vivier où puisent les historiens » (Histoire et mémoire, Paris, Gallimard, 1988 [1977], p. 10).

38 Cette centralité de la figure du témoin n’a pas tari la contestation et les controverses autour de sa parole historique, des plus hostiles – Daniel Cordier s’en est fait une spécialité, depuis les successives affaires Frenay/Moulin jusqu’à l’affaire Aubrac – aux plus intéressées. Voir Frédéric Rousseau, Le procès des témoins de la Grande Guerre. L’affaire Norton Cru, Paris, Seuil, 2003 ; Philippe Mesnard, Consciences de la Shoah. Critiques des discours et des représentations, Paris, Kimé, 2000 et id., Témoignage en résistance, Paris, Stock, 2007 ; Hélène Wallenborn, L’historien, la parole des gens et l’écriture de l’histoire. Le témoignage à l’aube du xxie siècle, Loverval, Labor, 2006 ; Yannis Thanassekos, « La rhétorique de la catastrophe », Questions de communication, no 12, 2007, p. 41-56.

39 Renaud Dulong, Le témoin oculaire. Les conditions sociales de l’attestation personnelle, Paris, Éditions de l’EHESS, 1998.

40 Olivier Abel et al. (dir.), La juste mémoire. Lectures autour de Paul Ricœur, Genève, Labor et Fides, 2006.

41 Marta Craveri a coordonné le projet « Archives sonores de l’Europe du Goulag » et codirigé avec Alain Blum et Valérie Nivelon l’ouvrage Déportés en URSS. Récits d’Européens au goulag, Paris, Autrement, 2012. Elle a publié avec Anne-Marie Losonczy « Trajectoires d’enfances au goulag. Mémoires tardives de la déportation en URSS », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », no 14, 2012, p. 193-222.

42 Je désigne par le terme « patrimonialisation » l’ensemble des opérations, des règles ou des pratiques entourant la mise en patrimoine d’objets ou d’artefacts, dont il a été décidé au terme d’un processus de reconnaissance et d’attribution de valeur qu’ils font désormais partie du patrimoine.

43 Elisabeth Meier, « Mémoire orale et patrimonialisation de l’ancien centre de détention de la Stasi d’Erfurt », Sonorités. Bulletin de l’Afas, no 42, 2016, en ligne : journals.openedition.org/afas/2986 (consulté en juillet 2019).

44 En revanche, on notera l’existence d’écoutes secrètes de prisonniers de guerre allemands, réalisées à l’époque sans intention particulière autre que conservatoire, gravées dans des disques de cire, conservées par les Britanniques, rendues publiques en 1996 et désormais transcrites (40 000 pages de transcription ; voir les travaux de Sönke Neitzel ou Harald Welzer sur ce sujet). Il existe la même chose aux États-Unis au National Archives and Records Administration à Washington (100 000 pages de transcription).

45 Voir la décision des Nation unies en 2008 d’instituer le 27 janvier comme date universelle de commémoration de la Shoah.

46 André Chastel, « Patrimoine monumental », dans Encyclopædia Universalis, en ligne : www.universalis.fr/encyclopedie/patrimoine-monumental (consulté en juillet 2019).

47 Voir le musée mémorial de l’Holocauste à Washington et les vingt-deux autres musées de l’Holocauste sur le territoire américain.

48 Voir les travaux interdisciplinaires réalisés aux États-Unis sur les survivants des attentats du 11 septembre 2001 et de la Shoah, ainsi qu’en France sur les attentats terroristes de 2015 (cf. les travaux de Denis Peschanski et de l’Equipex, Matrice).

49 Marie Lavorel, Patrimonialiser les mémoires sensibles. Héritage culturel et muséologie, thèse de doctorat, université d’Avignon-université du Québec, Montréal, 2014 ; S. Ledoux, Le devoir de mémoire, op. cit.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2019

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Leggi

Accesso esclusivo

open access

Offerto da L’éditeur de ce site