Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archiver la mémoire

 | 
Florence Descamps

Sources orales et histoire : un apprivoisement séculaire

Texte intégral

Le rejet de la source orale à la fin du xixe siècle

  • 1 Charles Seignobos et Charles-Victor Langlois, Introduction aux études historiques, Paris, Librairie (...)

1La chose est bien connue maintenant. Dans l’historiographie française, la source orale s’est vue disqualifiée à la fin du xixe siècle par les pères fondateurs de la première école historique française. Ambitionnant de construire une histoire-science inspirée d’Auguste Comte et de Claude Bernard, les chefs de file de l’école « méthodique » – péjorativement appelée « positiviste » par ses détracteurs – ont voulu doter la science historique de méthodes de connaissance et de vérification fiables et rigoureuses qui lui permettent de rivaliser avec les sciences expérimentales et de se rapprocher du modèle hypothético-déductif. Leur projet épistémologique se caractérise en conséquence par un modèle historiographique et méthodologique très cohérent qui va se révéler très robuste et particulièrement durable : le primat du document primaire, prioritairement issu des archives publiques, le respect de la distance temporelle entre le moment de l’étude et les faits étudiés, la reconstitution de faits attestés par le recoupement des sources ; une articulation forte entre la réalité, l’établissement de la vérité et la recherche de l’objectivité. Dans cette construction au service de l’histoire politique et institutionnelle nationale, la source orale perçue comme une parole individuelle et subjective ne peut avoir sa place. De fait, dans leur manuel fondateur, Introduction aux études historiques, publié en 1898, Charles Seignobos et Charles-Victor Langlois instruisent contre la source orale un procès qui va marquer la discipline pendant un siècle et dont les traces sont encore repérables ici et là dans l’ensemble des sciences humaines et sociales, et plus particulièrement en histoire1.

2La mise à l’écart du témoignage oral par les fondateurs de la première école historique française (les auteurs de l’ouvrage parlent de « tradition orale ») se fait au nom de sept griefs principaux : le défaut de fixation, le défaut d’authentification et de provenance, le défaut d’exactitude, le défaut de fiabilité, le défaut de vérifiabilité, le défaut d’objectivité, le défaut d’intérêt historique. Le premier grief a trait à la forme et au support du témoignage oral ; il pointe la variabilité et la volatilité de la parole, notamment dans le bouche à oreille. Le deuxième grief met en cause les modes et les étapes de la transmission, impossibles à identifier, ce qui interdit de connaître la source première et d’authentifier la provenance. Ces deux arguments ne sont pas dénués d’intention polémique, car la fixation des témoignages oraux par écrit se fait depuis l’Antiquité, qu’il s’agisse des chroniques historiques, des traditions populaires ou de la littérature orale, et le recoupement des témoignages est une technique ancienne héritée de Thucydide ; d’autre part, dès 1898, le procédé phonographique d’enregistrement est opérationnel (Charles Cros en France, Thomas Edison aux États-Unis) et au tournant des xixe et xxe siècles, rien n’empêche plus de fixer la parole dans sa forme sonore et orale. Les trois accusations suivantes sont beaucoup plus importantes et sont d’ordre épistémologique : elles ont trait au rapport qu’entretiennent les témoignages oraux individuels avec la réalité et avec la vérité. Empreints d’erreurs et d’inexactitudes en matière de dates, de lieux et de noms, déformés par le travestissement, l’évitement ou le mensonge, affectés par l’oubli et le travail de reconstruction de la mémoire, les témoignages oraux ne sont pas fiables, et quand bien même ils le seraient, ils ne seraient pas vérifiables scientifiquement. Le sixième argument met en cause la subjectivité du témoignage, sa partialité, son « localisme » et son caractère individuel, non généralisable. Enfin, le dernier argument s’attaque au contenu des sources orales, tissées d’anecdotes, de légendes, de petites histoires, leur déniant tout intérêt historique, eu égard aux objectifs que les historiens méthodiques poursuivent. Cette charge disqualifiante contre les témoignages oraux installe le document d’archive primaire au sommet de la hiérarchie probatoire en histoire et renvoie durablement le témoignage des contemporains à un statut secondaire, subalterne et incertain. Il faudra un siècle pour que tombent (ou s’atténuent) une à une les accusations contre les sources orales, grâce aux successifs élargissements historiographiques et épistémologiques du xxe siècle.

  • 2 Les historiens grecs (Hérodote, Thucydide) puis romains (Flavius Josèphe, Luc l’évangéliste ou Eusè (...)
  • 3 Voltaire et Le siècle de Louis XIV.
  • 4 Saint-Simon et ses Mémoires, Tocqueville et L’Ancien Régime et la Révolution.
  • 5 Chateaubriand et ses Mémoires d’Outre-Tombe ; Michelet, Histoire de la Révolution française et Le P (...)
  • 6 Jean Mabillon (1632-1707), spécialiste de l’ordre bénédictin, de saint Bernard de Clairvaux et des (...)
  • 7 Les bollandistes sont des jésuites savants spécialisés dans l’histoire de l’Église et dans l’éditio (...)

3Rompant délibérément avec les acquis de l’histoire ancienne2, écartant les miracles de l’histoire sainte et de l’hagiographie, des épopées et des gestae médiévales, oubliant les chroniques des règnes royaux, ignorant les réflexions des contemporains de l’histoire classique3, la tradition mémorialiste et essayiste française4, l’histoire révolutionnaire et romantique5, les historiens méthodiques préfèrent puiser aux sources de l’érudition et de la science diplomatique patiemment élaborées aux xviie et xviiie siècles par les moines bénédictins de Saint-Maur6 et par les jésuites bollandistes7, élevées au rang de science d’État par les institutions archivistiques de la monarchie absolue (l’Académie des inscriptions et belles-lettres, le cabinet des chartes de Moreau). En 1898, ils recueillent aussi les fruits des efforts séculaires de la République naissante et de la monarchie censitaire qui ont poursuivi toutes deux l’édification d’un réseau national d’archives publiques maillant l’ensemble du territoire (création des Archives nationales par le décret du 7 septembre 1790, puis par la loi du 7 messidor an II [25 juin 1794], création des Archives départementales par la loi du 5 brumaire an V [26 octobre 1796]) et ont encouragé la construction d’une science documentaire et archivistique publique (création de l’École des chartes en 1821 qui adopte les méthodes critiques de Mabillon). Enfin, ils sont les héritiers et les bénéficiaires directs de la politique patrimoniale, archivistique et savante menée par Guizot, orchestrée par le Comité des travaux historiques et scientifiques créé en 1834, diffusée et démultipliée par le réseau des sociétés savantes répandues sur le territoire national, prolongée sous le Second Empire, puis sous la IIIe République (création de l’École pratique des hautes études en 1868, formation professionnelle aux méthodes de la recherche et à l’édition critique des sources, développement des sciences auxiliaires et techniques de l’histoire). Dans cette architecture ambitieuse au service de l’histoire politique et institutionnelle de la nation française et fondée sur la source scripturale, la source orale se trouve décalée et non ajustée.

  • 8 L’histoire orale, lorsqu’elle prendra son essor, sera en quelque sorte redevable ou suiveuse des au (...)

4L’exclusion de la source orale de la boîte à outils de l’historien à la fin du xixe siècle a plusieurs conséquences très importantes. La première est que les autres sciences humaines et sociales, elles aussi en voie de structuration à la même époque, notamment le folklorisme, l’ethnologie, la linguistique ou la dialectologie, vont manifester leur intérêt pour cette source et vont dès lors prendre de l’avance en matière de méthodes d’enquête « sur le terrain » et de traitement de la parole, ce qui ne sera pas sans effet sur le long terme8.

  • 9 Jean-Jacques Becker, « Le handicap de l’a posteriori », Les Cahiers de l’IHTP, no 4, Questions à l’ (...)
  • 10 Denis Peschanski, « Les effets pervers », Les Cahiers de l’IHTP, no 21, La bouche de la vérité. La (...)

5D’autre part, la cohérence et la force de l’argumentaire positiviste contre les sources orales ont pesé très lourd au sein de la discipline historique, entravant et freinant jusque dans les années 1990 le développement de l’histoire orale. C’est ainsi que lors de deux tables rondes successives, l’une en 1986 et l’autre en 1992, tenues à l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP) sur l’histoire orale, plusieurs historiens contemporanéistes du xxe siècle ont actualisé quasiment dans les mêmes termes que Seignobos et Langlois le procès positiviste contre les témoignages oraux : l’oubli, la sélectivité des souvenirs, le « handicap de l’a posteriori9 », le travail de reconstruction (de déformation) de la mémoire, le métissage des souvenirs qui mélangent le vécu, l’appris et l’imaginaire, « les effets pervers10 » de la mémoire, le caractère subjectif, local, partial, partiel, « adressé » du discours et du témoignage…

  • 11 Le caractère provoqué et fabriqué de la source orale suscite l’essor d’une productologie des corpus (...)

6En termes historiographiques, enfin, ce legs de la défiance et du soupçon explique les circonlocutions méthodologiques qui viennent encore bien souvent à l’appui de l’utilisation des témoignages oraux, comme s’il fallait encore et toujours justifier de leur valeur épistémologique ou de leur recevabilité scientifique. Cela dit, ce doute critique et méthodologique a obligé et oblige encore les historiens oraux (ou oralistes) à une vigilance et à une discipline qui leur servent autant de garde-fou que d’aiguillon heuristique et épistémologique11.

Les occasions manquées de l’entre-deux-guerres

7La deuxième génération des historiens français a-t-elle opéré le même verrouillage et entretenu la même défiance envers les « affirmations des témoins » ?

8L’entre-deux-guerres se donne à voir à la fois comme une période d’effervescence intellectuelle, de décloisonnement des savoirs, de maturation historienne et comme un rendez-vous manqué entre les témoignages oraux et les historiens, car jamais le contexte n’aura été plus propice à la réintroduction des sources orales en histoire.

  • 12 Pierre Renouvin, Les origines immédiates de la guerre, 28 juin-4 août 1914, Paris, A. Costes, 1925 (...)

9L’événement le plus considérable est sans nul doute celui de la Première Guerre mondiale. L’irruption de la guerre et la mobilisation projettent les historiens hors de leur cabinet de travail, sur le front, dans les tranchées et dans les combats. La guerre perturbe – parfois gravement – leur vie personnelle (Pierre Renouvin est mutilé de guerre) ; elle influence directement leurs travaux historiques (Marc Bloch et « les fausses nouvelles » dans les tranchées ; Pierre Renouvin, avec l’abandon de ses recherches sur les cahiers de doléances de Normandie et son entrée à la Bibliothèque de la Guerre créée par les époux Leblanc) ; elle les bascule dans une histoire en train de se faire et les transforme, à chaud ou dans un délai très rapproché, en témoins clairvoyants et en historiens acérés du très contemporain12. Au sein et à cause de l’énormité cataclysmique de l’événement, de nouvelles expériences sociales, collectives et individuelles, surgissent, inédites, difficilement appréhendables selon les catégories normales de l’entendement et de la connaissance : le vécu du soldat, les fracas et la violence des combats, la douleur et la souffrance psychique, morale ou physique, l’expérience collective de la guerre et de la mort, la fraternité, la vie quotidienne dans les tranchées, mais aussi les désordres du gouvernement et de l’administration de guerre… Pour les historiens engagés sur le front, comment les archives publiques de l’état-major et des ministères des Armées, de l’Armement ou des Affaires étrangères n’apparaîtraient-elles pas pauvres et inappropriées par rapport à la densité dramatique de l’expérience humaine et sociale des tranchées et des combats ?

  • 13 M. Bloch, Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, Paris, Armand Colin, 2018 [1949], p. 72.
  • 14 Annette Wieviorka, L’ère du témoin, Paris, Plon, 1998.

10C’est en tout cas l’intuition de Marc Bloch qui imagine et suggère, une fois la paix revenue, de faire appel aux « rapports des témoins13 », sans pour autant penser les moyens de réaliser cette remontée de témoignages de combattants. C’est aussi l’idée des époux Leblanc qui, en créant en 1917 la Bibliothèque-Musée de la Guerre, décident de se faire les collecteurs et les conservateurs des archives privées des soldats (correspondances, journaux de tranchées, journaux personnels, tracts, affiches, menus objets, illustrations) en vue d’une autre histoire de la guerre qui ne soit pas celle du ministère de la Guerre et des Affaires étrangères, mais celle des combattants eux-mêmes. Par ailleurs, à l’issue du conflit et pour la première fois d’une manière aussi rapprochée et durable, acteurs, témoins, experts, juristes, publicistes, archivistes et historiens cohabitent dans des enceintes autorisées comme la Société d’histoire de la guerre ou la Fondation Carnegie pour la paix. Expérimentant les formes tâtonnantes d’une histoire immédiate, ils amorcent des échanges et un dialogue que le Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale des années 1950, puis les comités d’histoire ministériels des années 1980 et 1990 sauront porter à leur forme la plus achevée. Enfin, alors que les archives privées de la vie combattante commencent pour la première fois à desserrer le monopole des archives publiques dans les sources de l’histoire contemporaine nationale, dès 1915, entre en expansion une littérature du témoignage de guerre qui ne s’éteindra pas de tout l’entre-deux-guerres. « L’ère du témoin14 », proclamée par Annette Wieviorka pour les survivants de la Shoah après 1945, connaît sans doute sa première efflorescence avec la Grande Guerre.

  • 15 Jean Norton Cru, Témoins. Essai d’analyse et de critique des souvenirs de combattants, édités en fr (...)

11Dans ces conditions et dans ce contexte, comment la valeur du témoignage, comment la figure du témoin ne s’imposerait-elle pas au lendemain de la guerre, mettant en demeure les historiens de se faire les historiens du contemporain ? De fait, ce phénomène massif de prise de parole, qui signe la naissance d’un genre littéraire, la littérature de guerre, n’échappe pas à Jean Norton Cru : cet historien américain d’origine franco-anglaise, mobilisé de 1914 à 1917, a l’idée iconoclaste de se demander si les témoignages individuels publiés par les (anciens) combattants ne pourraient pas constituer une source pour l’histoire de la guerre15. En bon disciple de Seignobos et Langlois, il applique la méthodologie critique de ses maîtres aux trois cents récits publiés entre 1915 et 1928 et s’applique à valider les sources « dignes de foi », en discernant le vrai du faux, l’exact de l’erroné, l’authentique de l’imaginaire, la vérité de la fiction romanesque. Non sans faire l’erreur – étonnante, au regard des règles de la discipline – d’intégrer dans son corpus d’étude des souvenirs autobiographiques, des récits à caractère documentaire, des récits à caractère fictif ou des romans.

  • 16 Voir le dialogue entre Marc Bloch et Maurice Halbwachs dans Les cadres sociaux de la mémoire, Paris (...)
  • 17 Voir l’intérêt porté par Henri Berr ou Lucien Febvre aux travaux des ethnologues et folkloristes Pa (...)

12De toutes ces réflexions disruptives, va-t-il sortir une théorisation du témoignage et du témoin ? On peut d’autant plus y croire que la génération des Annales, prenant le contre-pied de la précédente, entretient un dialogue étroit avec les autres disciplines des sciences humaines et sociales, prolonge sa réflexion jusqu’à « l’actuel », reconsidère la question des sources et des méthodes d’enquête en histoire, se pose explicitement la question de la mémoire collective16, de la tradition et de sa transmission17, et ouvre avec enthousiasme les champs nouveaux de l’histoire économique et sociale et de l’histoire des mentalités. En outre, grâce aux technologies nouvelles de l’époque, commencent à se développer de nouvelles possibilités de capter le réel, comme la photographie, la photographie aérienne, le cinéma, l’enregistrement de la musique, du chant, des discours et de la voix.

  • 18 Pascal Cordereix, « Ferdinand Brunot et les Archives de la parole : le phonographe, la mort, la mém (...)
  • 19 Pascal Cordereix et Luc Verrier. « Le ronéophone Pathé, au cœur de l’enquête des Ardennes », Revue (...)
  • 20 P. Cordereix, « Les enregistrements du musée de la Parole et du Geste à l’Exposition coloniale. Ent (...)

13De fait, les linguistes et les dialectologues sont parmi les premiers à se saisir de cette opportunité, enclenchant un mouvement précoce de fixation des sources orales et une patrimonialisation quasi immédiate de ces sources18. Créées en 1910 à la Sorbonne par Ferdinand Brunot (grammairien et philologue) grâce au mécénat de la firme Pathé – institution tout à la fois scientifique et patrimoniale –, les Archives de la Parole permettent aux chercheurs de procéder à l’enregistrement de voix et de textes (parlementaires, hommes de lettres, comédiens, poètes) en studio à Paris et d’organiser les premières collectes de terrain en 1912 et 1913, en car phonographique19, dans le Berry et le Limousin, puis dans les Ardennes franco-belges avec le dialectologue Charles Bruneau, disciple de Ferdinand Brunot et spécialiste des parlers ardennais. Les années 1930 sont particulièrement fécondes et innovantes. En 1928, grâce au mécénat de Léon Gaumont, est créé le musée de la Parole et du Geste qui fusionne avec les Archives de la Parole et doit réunir les archives du son, de la parole et de l’image animée. Sous la direction d’Hubert Pernot, les missions de collecte linguistiques et ethnomusicologiques s’exportent en Europe centrale et méditerranéenne (Roumanie en 1928, Tchécoslovaquie en 1929, Grèce en 1930). En 1931, lors de l’exposition coloniale, le nouveau directeur Philippe Stern, futur conservateur du musée Guimet, entreprend une anthologie musicale des « chants, musiques et dialectes indigènes de nos possessions d’Afrique, d’Asie, d’Océanie » et presse une collection de disques20.

  • 21 Marie-Barbara Le Gonidec (dir.), Les archives de la mission de folklore musical en Basse-Bretagne d (...)

14En 1936, le gouvernement du Front populaire décide la création du musée de l’Homme et du musée national des Arts et Traditions populaires, deux institutions à la fois patrimoniales et scientifiques, qui toutes deux procèdent à des enquêtes de terrain et utilisent les nouveaux procédés d’enregistrement, de photographie et de cinéma (voir Marcel Griaule et son premier film ethnographique en pays dogon en 1935, tiré des 1 600 mètres de pellicules réalisés au cours de l’expédition Dakar-Djibouti ou le cinéaste Fred Matter engagé par Paul-Émile Victor pour immortaliser la première mission scientifique au Groenland en 1934-1935). En 1939, c’est au tour du musée national des Arts et Traditions populaires d’envoyer sa première mission sur le terrain en Basse-Bretagne sous la direction de Claudie Marcel-Dubois21. Enfin, en 1938, la Phonothèque nationale, sous la responsabilité de Robert Devigne, absorbe les collections du musée de la Parole et du Geste, reçoit la mission du dépôt légal et reprend les missions d’enregistrement sur le territoire français. Des « croisières folkloriques » sont organisées dans les Alpes provençales en 1939, en Languedoc-Roussillon–Pyrénées en 1941-1942, en Normandie en 1946 ainsi qu’en Vendée avec les frères sculpteurs et folkloristes Joël et Jean Martel, en Corse en 1948. Dans toutes ces institutions, la prise en charge de l’oralité et l’enregistrement du son font la part belle à la langue, à la locution, à la parole chantée et à l’ethnomusicologie. Malheureusement, le témoignage à caractère historique est délaissé, voire ignoré. La figure du témoin n’est pas non plus posée dans son épaisseur biographique, sociologique, mémorielle, historique et attestataire ; tout ce processus d’enregistrement de la parole s’opère au bénéfice du locuteur, du conteur, du musicien, de l’interprète et de l’artiste.

  • 22 L’anthropologue et folkloriste Robert Hertz mène une campagne de collectage en 1915 sur le front pa (...)

15L’histoire, à l’instar de l’ethnologie, de la linguistique ou du folklorisme, va-t-elle s’approprier l’une ou l’autre de ces techniques d’enregistrement du réel ? Las, malgré quelques expériences de photographie aérienne à visée archéologique dans l’entre-deux-guerres, l’habitus disciplinaire est trop puissant ; le document écrit demeure l’instrument privilégié, voire exclusif, du travail historique. Pire, suite à l’affaire Norton Cru qui met aux prises dans les années 1930 l’historien américain avec l’establishment littéraire français furieux de voir ses œuvres évaluées et jugées à l’aune de la critique historique la plus scrupuleuse, la communauté historienne française perd l’occasion de crédibiliser méthodologiquement les apports du témoignage individuel à la connaissance du passé et d’intégrer la parole enregistrée dans la panoplie des outils professionnels de l’historien. A posteriori, alors que le centenaire de la Grande Guerre vient d’être célébré, on ne peut que regretter que, dans les années 1930, en dépit de la visibilité sociale des anciens combattants dans la société française, en dépit d’une prise de parole publique organisée et d’un réel poids politique, en dépit des moyens technologiques qui existaient désormais, il ne se soit trouvé personne pour avoir l’idée d’enregistrer les voix des poilus de 14-18 et de les faire entrer dans les collections de la Phonothèque nationale ou de toute autre institution patrimoniale française22.

16Avec le déferlement de la Seconde Guerre mondiale, la survenue de la défaite de juillet 1940 et l’instauration du régime de Vichy, la violence de l’événement s’impose à nouveau aux contemporains… et aux historiens. L’étrange défaite de Marc Bloch (témoignage écrit en 1940) est l’essai indépassé d’une « histoire immédiate » qui ne porte pas encore ce nom et qui unit dans une même écriture le témoin, l’essayiste et l’historien du temps présent. Quelque temps après, entré en résistance et en clandestinité, dans sa retraite à la fois active et réflexive, l’historien des Rois thaumaturges (1924) et du toucher des écrouelles revisite les fondements méthodologiques de la science historique édifiés par Seignobos et Langlois et propose un nouvel ensemble de réflexions sur les méthodes et les finalités du travail de l’historien. Ce manuscrit inachevé sera publié de façon posthume en 1949 par Lucien Febvre sous le titre d’Apologie pour l’histoire ou le métier de l’historien. Ce legs de Marc Bloch à la discipline historique, un temps submergé par les succès prométhéens et conjugués de l’histoire économique et sociale et de l’histoire sérielle, statistique et quantitative des années 1960 et 1970, sera redécouvert dans les années 1990 par les historiens du temps présent, et plus particulièrement retravaillé par les historiens oraux (notamment par moi-même). Marc Bloch y réexamine la question des sources, de leur pertinence et de leur adéquation à l’objet de la recherche ; il reprend à nouveaux frais la question des « affirmations des témoins », jette les bases d’une « psychologie du témoignage » et souligne le caractère situé de tout document, étroitement lié au point de vue de son producteur, nécessairement dépendant du contexte historique et social dans lequel il est produit. Il propose aussi un dépassement de la critique d’exactitude et de sincérité chère aux historiens méthodiques et souligne que le travail de l’historien doit s’attacher à analyser et dévoiler, « par-delà l’erreur et le mensonge », les croyances, les normes, les façons de dire et de penser qui les sous-tendent et les autorisent. À ce titre, Marc Bloch demeure une référence fondamentale pour tous les historiens qui ont recours aux témoignages oraux et qui veulent en faire un usage raisonné.

  • 23 En linguistique, les travaux d’André Martinet, effectués auprès de 800 officiers de l’Oflag de Wein (...)
  • 24 Lucien Febvre, Honneur et patrie. Une enquête sur le sentiment d’honneur et l’attachement à la patr (...)
  • 25 L. Febvre, « Au jour le jour. Une tragédie, trois comptes rendus, 1940-1944 », Annales ESC, vol. 3, (...)
  • 26 Laurent Douzou (dir.), Faire l’histoire de la Résistance, Rennes, Pur, 2010.

17En 1944-1945, les conséquences historiques de la guerre, de l’occupation, de la collaboration, de la résistance et de la libération sont considérables23 ; les enjeux historiographiques ne le sont pas moins. Dans les désordres et l’effervescence du changement de régime, deux commissions d’histoire sont créées, l’une pour l’histoire de l’Occupation et de la Libération de la France en octobre 1944 au ministère de l’Éducation nationale, l’autre pour l’histoire de la Guerre en juin 1945 placée auprès de la présidence du Conseil et présidée par Lucien Febvre. Ce dernier, ancien combattant de la guerre de 1914-1918 et cofondateur des Annales (avec Marc Bloch, spécialiste du « cœur religieux » du xvie siècle, assassiné en 1944 par les nazis), est très frappé par la succession de deux guerres mondiales, par l’affrontement des deux France et par les fractures qui ont écartelé politiquement la société française entre Pétain, Giraud et De Gaulle, et consacre son cours de 1945-1946 au Collège de France au thème « Honneur et Patrie24 ». C’est également Lucien Febvre qui préface et dirige les premiers Cahiers d’histoire de la Guerre (quatre livraisons en 1949-1950), ainsi que la Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale qui prend la suite des Cahiers à partir de 1951. De fait, en décembre 1951, les deux commissions d’histoire initiales fusionnent et donnent naissance au Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, toujours présidé par Lucien Febvre, assisté de Pierre Renouvin, Julien Cain, Ernest Labrousse et Georges Bourgin, auquel succédera quelque temps après pour plus de vingt-cinq ans Henri Michel, secrétaire général du Comité, lui-même résistant et historien de la Résistance. Emboîtant le pas à Marc Bloch, Lucien Febvre défend pour l’historien la possibilité de s’affranchir du délai cinquantenaire cher aux historiens méthodiques et d’écrire sur des périodes très récentes, y compris sur la période de la guerre et de Vichy ou sur la Résistance25. Le travail doit commencer par « la mise au point des faits », en procédant par « approximations successives », ce qui en définitive constitue bien le métier de l’historien, quelles que soient les périodes chronologiques envisagées. Avec Henri Michel, il défend l’idée que l’histoire peut et doit s’écrire avec le concours des acteurs et des témoins et que les souvenirs sont des documents utilisables par l’historien au même titre que les autres sources documentaires26.

  • 27 Une commission d’histoire de la Déportation est officiellement créée à partir de 1952, animée par A (...)
  • 28 Ces archives orales sont actuellement conservées dans la série 72 JJ. Sur le bilan des collectes or (...)
  • 29 Dans les années 1980 et 1990, ce sont un médiéviste, Jacques Le Goff, un antiquisant, Pierre Vidal (...)

18Passant à l’acte et réalisant ce que Marc Bloch n’a pas pu ou pas su faire, sur une idée du médiéviste et résistant Édouard Perroy, premier secrétaire de la commission d’histoire de l’Occupation et de la Libération, le Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale entreprend d’organiser, avec l’aide de son réseau de correspondants départementaux, la collecte de témoignages oraux auprès de 2 000 résistants, 1 000 déportés et 500 prisonniers de guerre27. De manière nouvelle pour l’époque, au sein du corpus des témoins, les héros (résistants) côtoient les victimes (civils bombardés, prisonniers, déportés) dont c’est la première apparition en tant qu’objet d’histoire. C’est l’acte de naissance officieux de l’histoire orale en France, non encore désignée sous ce terme à l’époque. Prises en notes ou transcrites, déposées et réservées aux Archives nationales pour cinquante ans28, assignées à un statut clairement documentaire, vouées à l’écriture de l’histoire de la guerre et de la Résistance, les « dépositions » orales des témoins pressentis n’ont malheureusement pas été fixées par enregistrement sonore, mais elles constituent les premières « archives orales » thématiques et rationalisées, à l’échelle du territoire national. Leur plus stimulant paradoxe réside sans doute dans le fait d’avoir été placées sous le patronage d’un moderniste et dans la filiation d’un médiéviste, tous deux désireux de conforter les droits de l’histoire dans leur prise en charge du présent des sociétés contemporaines, et tous deux soucieux de promouvoir une histoire capable de prendre en compte et d’interpréter toutes les traces laissées par l’homme dans l’espace et dans le temps29.

  • 30 À l’époque, la distinction entre les déportés politiques, les déportés du travail et les déportés « (...)
  • 31 Thomas Fontaine, « Les premiers pas du CH2GM en histoire de la Déportation », Guerres mondiales et (...)

19Néanmoins, en dépit de cette expérience précoce et innovante de collecte et de mise en archives de témoignages oraux à caractère historique, la campagne du Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale reste isolée et ne fait pas d’émule à l’époque ; elle constitue un apax dans ces années 1950, même si les premiers historiens oraux issus du journalisme font leur apparition pour la IVe République (Robert Aron, Georgette Elgey). Étonnamment, alors qu’un effort a été fait pour établir une typologie des témoins, partagés entre héros combattants et victimes de la guerre30, l’expérience du Comité d’histoire ne donne pas lieu à une véritable théorisation de l’enquête de terrain en histoire, ni à une réflexion spécifique sur le témoignage (à l’exception de Germaine Tillion), ni sur la figure du témoin « gardien de la mémoire », ni sur la mémoire en tant qu’objet d’histoire. Dans les années 1950, le recours aux témoins, alors même qu’il constitue la principale innovation du Comité, fait débat et le statut du récit individuel continue de diviser les historiens, à commencer par les historiens du Comité d’histoire eux-mêmes31. Le choix de déposer les témoignages aux Archives nationales et d’en réserver la consultation pendant cinquante ans n’a sans doute pas favorisé les travaux d’analyse et d’exploitation.

  • 32 René Rémond, « Plaidoyer pour une histoire délaissée. La fin de la IIIe République », Revue françai (...)

20Dès lors, dans les années 1950 et 1960, la discipline historique semble refermer ses portes au témoignage oral, sous l’inspiration d’un double verrouillage : d’un côté, celui de l’histoire politique et de la réaffirmation du primat des archives primaires principalement administratives, et de l’autre, celui de l’histoire économique et sociale, quantitative et sérielle, qui déploie avec succès l’autre héritage des Annales, celui de Simiand et de l’argument statistique. C’est la double peine pour le témoignage individuel. D’autre part, le délai de réserve cinquantenaire reprend ses droits et « l’histoire immédiate » peine à obtenir un droit de cité en histoire contemporaine. Latéralisée et maintenue sur les marges académiques, elle reste l’apanage des essayistes, des journalistes, des mémorialistes, des littérateurs et des acteurs en mal de justification ou de valorisation historique. Au sein de l’université, l’histoire de la IIIe République pendant l’entre-deux-guerres, « histoire délaissée32 », ne se développe que lentement, tandis que, sous la conjugaison des deux grands récits résistancialistes, communiste et gaulliste, le couvercle du silence et du déni se referme sur le régime de Vichy.

Premières acclimatations de l’histoire orale en France

21Pourtant, dans les années 1960, les sciences humaines et sociales connaissent de profonds renouvellements dans leurs méthodes d’enquête et dans leurs outils d’investigation ou de questionnement. L’enquête par questionnaire écrit directif, venue des États-Unis, combinée aux méthodes statistiques, rencontre un grand succès, notamment en sociologie. Mais très vite, à côté de ces techniques d’analyse quantitatives, sous l’influence de la méthode ethnologique et ethnographique, se développe une pratique plus qualitative du questionnaire et surtout de l’entretien de recherche. Les expérimentations sont multiples, les pratiques empiriques sont parfois tâtonnantes. En dépit du perfectionnement outre-Atlantique du magnétophone, mis au point dès 1948 par les Américains qui inventent alors à l’université Columbia l’oral history, la parole n’est pas toujours enregistrée, loin de là, mais elle est de mieux en mieux recueillie et de plus en plus prise au sérieux et analysée.

  • 33 Sur les grandes enquêtes collectives en France, voir Bernard Paillard, Jean-François Simon et Laure (...)
  • 34 André Burguière, Bretons de Plozévet, Paris, Flammarion, 1975.
  • 35 De Farrebique à la trilogie des Paysans de Raymond Depardon, le cinéma documentaire prend en charge (...)
  • 36 Edgar Morin, Commune de France, la métamorphose de Plodémet, Paris, Fayard, 1967.
  • 37 L’abondante production sur l’optimisme des années 1960 ne doit pas faire oublier des approches plus (...)

22C’est le cas par exemple dans les grandes enquêtes pluridisciplinaires sur crédits de recherche programmés, organisées par la toute nouvelle Délégation générale à la recherche scientifique et technique : Plozévet en Basse-Bretagne (1961-1965), l’Aubrac (1963-1966), le Châtillonnais (1966-1968), les Baronnies (1976), la Corse (1978), la Margeride (1979-1980)33… À Plozévet, les historiens cohabitent avec les médecins, les généticiens, les géographes, les ethnographes, les dialectologues et les sociologues ; les chercheurs réalisent des photographies (Roger Morillère), des films (Robert et Monique Gessain) et, parfois, des entretiens, enregistrés, le plus souvent pris en notes ou résumés. À aucun moment ne sont pensées ni prévues la conservation et l’archivisation des matériaux créés, ni a fortiori leur patrimonialisation. Davantage que l’étude d’un passé lointain (les Blancs et les Bleus/Rouges des guerres révolutionnaires pourtant bien repérés par André Burguière34), davantage que celle d’un passé tout proche (la Grande Guerre et la Seconde Guerre mondiale aux traces encore vives), dans cette parenthèse exceptionnelle des quinze « glorieuses »35, c’est l’étude du changement et de la modernisation économique et sociale qui retient prioritairement et médiatiquement l’attention36. Ni Mai 68 ni la crise économique de 1973-1974 n’ont encore étendu leurs ombres menaçantes sur la planification, la consommation et le productivisme triomphants37. Le progressisme impose son régime d’historicité moderniste, qui, plein d’un espoir dans un monde futur nécessairement meilleur, tourne le dos avec allégresse à un passé désormais affecté d’une valeur péjorative.

  • 38 Daniel Bertaux, Histoires de vie ou récits de pratiques ? Méthodologie de l’approche biographique e (...)

23Il n’en reste pas moins que l’entretien, l’interview comme on dit à l’époque, fait son apparition comme technique de recherche et se diffuse tout au long des années 1960 par capillarité et par contagion. On le détecte en ethnographie à Chanzeaux, petit village d’Anjou, ausculté par le chercheur américain Laurence Wylie ; on le suit en anthropologie à Minot en Bourgogne avec Françoise Zonabend, Yvonne Verdier et Marie-Claude Pingaud ; en Aubrac avec Claudie Marcel-Dubois et Georges Henri Rivière ; en Bretagne avec Donatien Laurent ; dans les Baronnies avec Joseph Goy, Isac Chiva et Rolande Bonnain ; dans le bocage normand avec Jeanne Favret-Saada. On le repère en sociologie dans le programme sur les administrations centrales de l’État piloté par la Maison des sciences de l’homme, chez Michel Crozier, Alain Touraine et Pierre Bourdieu. On le repère en science politique et en science administrative à la Fondation nationale des sciences politiques et à l’Institut d’études politiques de Paris chez Bernard Gournay, Jeanne Siwek-Pouydesseau et Marie-Christine Kessler, ou encore Aline Coutrot. Il progresse au début des années 1970 via le commissariat général au Plan et son Comité d’organisation des recherches appliquées sur le développement des enquêtes de sciences sociales (Cordes) et c’est dans ce contexte, lors d’une grande enquête sur la boulangerie artisanale, que le sociologue Daniel Bertaux38, déçu des apories des enquêtes quantitatives en matière de mobilité sociale, acclimate en France la méthode des « histoires de vie », importée de la sociologie de Chicago et de l’histoire orale américaine. Avec la diffusion progressive de la méthode de l’entretien, puis du magnétophone portable (Nagra, UHER), les conditions d’une acclimatation de l’histoire orale en France se mettent en place.

24Les événements de Mai 68, la libération de la parole qui accompagne cette crise sociale autant que politique et qui avait été annoncée par Edgar Morin et Jean Rouch dans leur film prémonitoire Chronique d’un été en 1960, sorte d’enquête sociologique dans les rues de Paris à base d’extraits d’entretiens et de conversations, la découverte par les chercheurs de la praxis, la contestation étudiante et anti-institutionnelle, la volonté de redonner la parole aux prolétaires, aux humbles et aux dominés, le poids du référentiel gauchiste, la montée des revendications féministes et des minorités sexuelles ou ethniques, alimentent de nombreuses recherches critiques alternatives et secouent l’institution universitaire. Le glacis marxiste et structuraliste se fissure et laisse filtrer d’autres influences intellectuelles ; l’individu, le sujet et le discours font leur retour… La discipline historique, cernée de toute part, va-t-elle connaître les mêmes contestations, les mêmes bouleversements ?

25Au milieu de cette effervescence intellectuelle, l’histoire n’échappe pas à la contestation étudiante et sociale. De nouveaux projets historiographiques s’esquissent sous l’influence de Paul Veyne, de Michel Foucault ou de Michel de Certeau ; le positivisme de la majorité des historiens français se fendille, mais ne modifie pas pour autant les fondamentaux méthodologiques de la discipline. En revanche, émerge « la nouvelle histoire », catégorie fourre-tout bien commode pour désigner tout à la fois une histoire des mentalités revisitée et retravaillée, une ethnohistoire du quotidien, du corps et de la vie privée et une histoire des représentations qui s’annonce comme une redoutable concurrente pour l’histoire politique institutionnelle et pour l’histoire économique et sociale d’inspiration marxiste. Alors qu’elle ne figurait pas dans l’essai historiographique de Pierre Nora et Jacques Le Goff, Faire de l’histoire (1974), la mémoire collective apparaît pour la première fois en 1978 comme un objet d’histoire dans l’encyclopédie programmatique de Jacques Le Goff, Roger Chartier et Jacques Revel, La nouvelle histoire. Présentée et théorisée par Pierre Nora, l’étude de la mémoire emprunte autant à l’histoire qu’à l’anthropologie et se propose d’étudier la façon dont le passé se recompose et se rend présent dans la société et dans l’espace collectif. Le couple histoire-mémoire, jusque-là disjoint, se forme ; il ne se désunira plus, avec la fécondité que l’on sait. Le terme « histoire orale » n’a cependant pas encore été prononcé à cette date.

26À la (re)découverte savante de la mémoire collective comme objet d’étude pour les sciences humaines et sociales fait écho l’exploitation éditoriale de la mémoire populaire des humbles et des sans-grade. Grenadou, paysan français (1966) avait montré le chemin dans les années 1960. La décennie suivante est encore plus prolixe, voire bavarde : Le Cheval d’orgueil (1975), Mémé Santerre (1975), La Mère Denis (1976), Une soupe aux herbes sauvages (1978), autant de succès d’édition qui accompagnent « la fin des paysans » et le déclin de la France rurale, constatés par le sociologue Henri Mendras dès 1967, et qui alimentent la demande sociale en revisite du passé, en nostalgie et en surprise devant la rapidité du chemin parcouru. L’un des sommets de cette production éditoriale est sans doute Le Cheval d’orgueil. Mémoires d’un breton du pays bigouden de Pierre Jakez-Hélias, paru dans la collection Terre humaine chez Plon en 1975 : cette collection, créée en 1954 par Jean Malaurie, a rencontré un succès considérable et a exercé une influence profonde et durable sur les sciences humaines et sociales, et plus particulièrement sur la naissance de l’histoire orale.

27La télévision n’est pas en reste. Elle a même été pionnière puisque, dès 1956, Hubert Knapp défriche le thème de ce qui était et de ce qui n’est plus, du passé ressouvenu et de la mémoire en mobilisant les témoignages des contemporains : Les Conteurs (1956) ; Les Croquis (1957-1967) ; Les Provinciales (1969-1977) ; Ceux qui se souviennent (1978-1984) ; Les « Enfants de la république » (1986) ; et sur le Front populaire, Avant 36, Chronique de la mémoire, Tout va bien, 1936 ou Onze jours de bonheur.

28Hostile à l’idée d’utiliser des méthodes qui la rapprocheraient ou la feraient confondre avec le journalisme télévisuel, mais perméable à la contagion des sciences sociales et dynamisée par les nouvelles problématiques intellectuelles, la discipline historique abaisse quelque peu sa garde méthodologique et entrebâille sa porte à la source orale, qui effectue ses premières percées à la fin des années 1960 et au début des années 1970 sur le territoire français : indépendamment de toute influence étrangère, la source orale est stimulée par la multiplication de travaux de terrain de la part de jeunes chercheurs, étudiants de maîtrise et de DEA (créé en 1974), puis doctorants, notamment dans les universités de province.

29On peut ainsi repérer cinq germes, cinq pôles de production, qui vont donner à l’histoire orale en France ses spécificités et ses principaux axes de recherche, toujours actifs aujourd’hui.

  • 39 Général Christienne, « Le Service historique de l’Armée de l’air en 1974 », La Gazette des archives (...)
  • 40 Jules Maurin, Armée, guerre, société. Soldats languedociens (1889-1919), Paris, Publications de la (...)

30Le premier germe, isolé dans une première phase, est celui semé par le Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, déjà cité, qui, en recueillant les témoignages oraux des résistants, d’anciens combattants et de déportés, dessine un champ de recherches particulièrement prometteur et promis à une forte expansion dans le futur : la guerre, la Résistance, les conflits armés, les conflits civils et internationaux, les guerres de décolonisation. Ce domaine est investi progressivement dans les années 1960 et 1970, d’abord par le Service historique de l’Armée de l’air sous la direction du colonel Hayez, puis du général Christienne39, puis par les autres Services historiques (la Marine dans les années 1980, Armée de terre dans les années 1990), par les musées d’histoire de la Seconde Guerre mondiale, de la Résistance et de la Déportation, par la Bibliothèque de documentation internationale contemporaine-musée d’histoire contemporaine (BDIC) et par certains centres de recherches en histoire militaire comme Montpellier40, Besançon ou Grenoble, au gré de l’engagement des historiens contemporanéistes implantés localement et des associations de résistants ou de déportés.

  • 41 Le film n’aborde cependant pas la question de la déportation des Juifs, qui est encore un non-objet (...)
  • 42 À cet égard, La grande histoire des Français sous l’Occupation d’Henri Amouroux, dont le premier to (...)

31Le contrepoint de cette mémoire institutionnelle et héroïque de la Seconde Guerre mondiale et de la Résistance, dont le Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale est le réceptacle, surgit alors qu’on ne l’attendait pas, avec le film de Marcel Ophuls, Le Chagrin et la Pitié qui, tourné en 16 mm et destiné à la télévision, mais censuré par l’ORTF, sort en salles de cinéma en 1969. Chronique à la fois auvergnate et nationale, construite uniquement autour de témoignages montés de façon contrapontique, le film remet en cause l’image d’une France résistante, gaullienne et communiste41. Il dévoile de façon brutale et prophétique, trois ans avant l’ouvrage de Robert Paxton publié aux États-Unis en 1972 et traduit en France en 1973, les contradictions, les compromissions et les lâchetés de la France de Vichy que l’historiographie savante contemporaine française, prise à la fois de déni, de tétanie et d’amnésie, n’a pas commencé à défricher42. Le mariage réussi du cinéma et du témoignage oral, de l’image animée et de la parole enregistrée ouvre la voie à une autre écriture de l’histoire et popularise la figure du témoin « parlant », jusque-là restée sans visage. Le documentaire historique saura en faire bon usage, alternant documents d’archives, narrateur en voix off, expert historien et témoignages individuels a posteriori. Un genre télévisuel est né et son succès ne tarira plus.

  • 43 Marcel Gillet, Les charbonnages du Nord de la France au xixe siècle, Paris-La Haye, Mouton-EPHE (VI(...)
  • 44 Françoise Cribier, Une génération de parisiens arrivent à la retraite, Paris, Cordes-CNRS, 1978 ; i (...)
  • 45 Patrick Fridenson, Histoire des usines Renault. Naissance de la grande entreprise, 1898-1939, Paris (...)
  • 46 Voir C. Rhein, Jeunes femmes au travail à Paris entre les deux guerres, thèse d’histoire en 1977, d (...)

32Le deuxième pôle est celui de l’histoire sociale « d’en bas », qui s’amorce dès la seconde moitié des années 1960, qui s’éparpille sur l’ensemble du territoire national en fonction des universités et des chercheurs et ne fait que s’amplifier dans les décennies suivantes. S’illustrent dans ces premiers travaux d’histoire orale nombre d’historiens de la France industrielle et ouvrière : Jean Métral (anthropologue) sur les métallurgistes de Givors, Yves Lequin et Sylvie Schweitzer à Lyon, Marcel Gillet à Lille, dès la fin des années 1950, et Rolande Trempé à Lille et à Toulouse sur le monde de la mine et des mineurs43, Rémy Cazals sur les ouvriers du cuir à Mazamet, Madeleine Rebérioux à l’université de Paris VIII sur les ouvriers du livre, Gérard Noiriel sur les ouvriers immigrés italiens de la sidérurgie lorraine, mais aussi Françoise Cribier (géographe) sur les provinciaux montés à Paris44, Joseph Goy sur les métiers ruraux ou artisanaux du Bassin parisien, Patrick Fridenson sur les usines Renault45… Se segmentant sans cesse au gré des groupes sociaux et des communautés professionnelles, cette histoire orale des travailleurs, des métiers et des mouvements sociaux se révèle d’une richesse illimitée. Le mouvement est soutenu par l’apparition des premiers écomusées, soit ruraux (La Grande Lande), soit industriels (Le Creusot), qui constituent à leur tour leurs propres corpus oraux patrimoniaux. Partie prenante de l’histoire sociale qui s’autonomise et se structure à cette époque,une dynamique histoire orale des femme, autour de la revue Pénélope et de Michelle Perrot, s’attache à démontrer la fécondité de la source orale pour cette population à la parole longtemps confisquée ou dominée46.

  • 47 Jean-Claude Bouvier est spécialiste du provençal et de la littérature orale, des troubadours du Moy (...)
  • 48 J.-C. Bouvier et al. (dir.), Tradition orale et identité culturelle. Problèmes et méthodes, Paris, (...)

33Le troisième pôle est celui des langues régionales et minoritaires, des langues en voie de disparition, des ethnotextes et de la littérature orale, dont la figure de proue est Jean-Claude Bouvier, ethnolinguiste et dialectologue47, cofondateur avec Philippe Joutard en 1980 du Centre de recherche sur l’histoire orale et les parlers régionaux à l’université d’Aix-Marseille (Crehop), ancêtre de l’actuelle phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme. Ce pôle de recherche, au carrefour de la linguistique, de la dialectologie, de la littérature, de l’ethnographie et de l’anthropologie (Jean-Noël Pelen)48, reçoit les renforts des associations régionales linguistiques, culturelles, ethnomusicologiques et revivalistes, qui collectent sur le terrain et qui, saisies plus précocement que d’autres par la conscience de la rupture de la transmission, décident très tôt de patrimonialiser leurs corpus oraux (Dastum, Conservatoire occitan, Métive, etc.). Ce pôle est particulièrement soutenu par la Phonothèque nationale et par le réseau de ses pôles associés, conservatoires ou associations. C’est ce réseau qui est à l’origine de l’Association française des détenteurs d’archives sonores, créée en 1979 et présidée par Marie-France Calas, et qui développe précocement des activités d’encouragement et de formation professionnelle à la collecte des sources orales.

  • 49 P. Joutard, La légende des Camisards. Une sensibilité au passé, Paris, Gallimard, 1977 ; id., Les C (...)

34Le quatrième pôle est celui de l’histoire de la mémoire et plus largement de l’ethnohistoire, consacrée à des communautés religieuses, culturelles, linguistiques ou ethniques particulières ou minoritaires, que le succès monumental en 1975 d’Emmanuel Le Roy Ladurie, Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, vient confirmer et encourager. Philippe Joutard, spécialiste de la mémoire cévenole et camisarde dès 1967, en est le chef de file49. Inspiré par les différents courants d’histoire orale européens, et notamment par l’histoire orale britannique (Paul Thompson), c’est lui qui va assurer dans cette période, avec Jean-Claude Bouvier et Jean-Noël Pelen, la première acculturation de l’histoire orale, sous ce nom, en France. Ce pôle de recherche qui croise oralité, mémoire et histoire locale, va se voir augmenté par l’expansion des problématiques mémorielles de la fin du dernier quart du xxe siècle liées cette fois-ci aux événements traumatiques nationaux « qui ne passent pas » (Shoah, Vichy, guerre d’Algérie).

  • 50 Odile Rudelle, Mai 58, De Gaulle et la République, Paris, Plon, 1988 (l’enquête orale a duré de 197 (...)
  • 51 Robert Paxton, Parades and Politics at Vichy. The French Officer Corps under Marshal Pétain, Prince (...)
  • 52 Stanley Hoffmann, « Fondation nationale des sciences politiques (Paris). Colloque. 1970. Paris – Le (...)
  • 53 François Bloch-Lainé et Jean Bouvier, La France restaurée, 1944-1954. Dialogue sur les choix d’une (...)
  • 54 Le ratio témoins/historiens s’est inversé et les témoins peuplent désormais la tribune.

35Le cinquième pôle est celui de l’histoire politique et des institutions, celle de la Seconde Guerre mondiale et du régime de Vichy, puis celle de la IVe et de la Ve République (IHTP, Archives nationales, Fondation nationale des sciences politiques). Croisant histoire politique, science politique et sciences administratives, il se développe en marge de la Sorbonne, à Sciences Po et à la Fondation nationale des sciences politiques50, et ouvre ses portes aux témoins politiques. L’une de ses têtes de pont est Raoul Girardet. Fondateur du cycle d’histoire du xxe siècle, spécialiste de l’armée, du nationalisme et des droites en France, animateur avec Jean Touchard et René Rémond d’un séminaire bien connu sur la France des années 1930, Raoul Girardet est cet historien qui au tout début des années 1960 suggère à un jeune étudiant américain un sujet de thèse en histoire du temps présent, les officiers de l’armée d’armistice, et l’engage à recueillir les témoignages des témoins : Robert Paxton51. Quelque temps plus tard, en 1966, la FNSP organise un grand colloque d’histoire politique sur Léon Blum, chef de gouvernement, initié par René Rémond, placé sous la présidence de Pierre Renouvin, professeur d’histoire des relations internationales à la Sorbonne, en présence de témoins et d’acteurs du Front populaire, dont les souvenirs ont été préalablement recueillis, analysés et recoupés. Cette première à Sciences Po sera suivie quelques années plus tard par trois grands colloques d’histoire contemporaine auxquels participent acteurs et témoins : le Gouvernement de Vichy, 1940-1942, en 197052, le colloque Daladier en 1975, le colloque « La France en voie de modernisation 1944-1952 » en 1981, où se noue une grande rencontre entre Jean Bouvier et François Bloch‑Lainé qui fera beaucoup d’émules et aura une large postérité en histoire économique pour l’après-194553. On pourrait presque parler de la naissance d’un genre spécifique, le colloque d’histoire du xxe siècle, avec intervention de témoins. Depuis, le dialogue n’a pas cessé, au Sénat, à l’Assemblée ou à Sciences Po, jusqu’au Centre d’histoire du xxe siècle qui a poursuivi pendant plusieurs décennies cette tradition54. Ce courant d’histoire orale d’en haut, qui dans les années 1970 n’épouse pas les intuitions originelles de l’histoire orale telle que la définissent ses fondateurs et qui se refuse à la théoriser comme une autre histoire, ne cesse de s’élargir. Il reçoit dans les années 1980 le renfort des départements d’histoire contemporaine des grandes universités parisiennes qui, dans le cadre de leurs programmes de recherche sur l’histoire de l’entre-deux-guerres, de Vichy ou de la Reconstruction, se décident à entrer en dialogue avec les décideurs publics et plus particulièrement avec les hauts fonctionnaires de la IVe République (voir le Centre Pierre Renouvin de relations internationales de Paris I, le Centre d’histoire contemporaine de Nanterre ou les travaux de Jean Bouvier et de son équipe d’histoire économique à Paris I autour de la Libération et de la Reconstruction, etc.).

36Ces cinq pôles mettent en œuvre dans leurs productions des compagnonnages de route divers et variés avec les sciences humaines et sociales et font appel avec plus ou moins d’intensité au dialogue pluridisciplinaire ou interdisciplinaire : ethnologie et anthropologie, psychologie pour les uns ; dialectologie et linguistique pour les deuxièmes ; sociologie et science politique pour les troisièmes ; archivistique et documentation pour les quatrièmes. Ils connaissent dans les décennies suivantes des dynamiques et des chronologies spécifiques qui se déploient de façon non homogène, non linéaire et différenciée au sein de la discipline historique, au gré des acteurs scientifiques, des personnalités et des crédits financiers, toutes choses aujourd’hui historicisables.

  • 55 Marie-France Calas, « Le Département de la Phonothèque nationale et de l’Audiovisuel de la Biblioth (...)

37Quoi qu’il en soit, en 1982, lors du IVe congrès international d’histoire orale qui est organisé à Aix-en-Provence par Philippe Joutard et Jean-Claude Bouvier et qui signe la première insertion de l’histoire orale française dans le mouvement de l’histoire orale internationale, toutes les jeunes pousses de l’histoire orale française sont là, bien vivaces, depuis l’histoire des femmes et des ouvriers jusqu’à Odile Rudelle et son enquête sur la crise de 1958, ou au général Christienne, chef du Service d’histoire de l’Armée de l’air. Il se dégage des communications réunies à cette occasion une histoire orale conforme au modèle international, une histoire militante, porteuse de revendications à la fois historiographiques, sociales et politiques, une histoire orale plutôt d’en bas, une histoire orale des gens ordinaires, des mouvements sociaux, des minorités et des dominés (femmes, Juifs, ouvriers, etc.), mais qui laisse croître sur ses marges une discrète histoire orale de la guerre, de l’armée, de l’État et des institutions en général. Cette histoire orale de la période fondatrice, plutôt contestataire, n’a pas encore fait la jonction avec le patrimoine et elle ne pense guère à archiviser ses matériaux, à l’exception des conservatoires linguistiques régionaux, de la FNSP, de la Phonothèque nationale55 et du Service historique de l’Armée de l’air qui affichent dès cette époque une claire ambition de conservation et de transmission. Cette structuration précoce de l’histoire orale française, plutôt prometteuse, n’a en définitive rien à envier du point de vue de la variété de ses questionnements à l’histoire orale américaine et internationale telle qu’elle se pratique à la même époque.

  • 56 Danièle Voldman, « La place des mots, le poids des témoins », dans IHTP (dir.), Écrire l’histoire d (...)
  • 57 Sur l’histoire orale internationale, voir mon ouvrage L’historien, l’archiviste et le magnétophone. (...)
  • 58 Jean-François Picard, Alain Beltran et Martine Bungener, Histoires de l’EDF. Comment se sont prises (...)

38Dans les années 1980, l’histoire orale française naissante bénéficie d’un exceptionnel soutien épistémologique et institutionnel, avec la création en 1978-1979 de l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP). Ce laboratoire CNRS se voit chargé d’acclimater dans le champ intellectuel et scientifique cette histoire du contemporain dans lequel le passé est encore présent et pèse de tout son poids. Dans sa corbeille de naissance, l’IHTP trouve plusieurs cadeaux ou héritages. Sur le plan des axes de recherche, obtenant de récupérer l’essentiel du Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale au sein duquel il exerce son droit d’inventaire, il reçoit en partage l’histoire des guerres et des conflits contemporains, internationaux ou civils, et au premier chef, en recto, la Seconde Guerre mondiale, au verso, le régime de Vichy et sa mémoire clivée et refoulée. Au cœur de cette nouvelle histoire aux bornes chronologiques glissantes, d’emblée définie comme une histoire au second degré, se déploie l’épaisseur de la mémoire avec ses silences, ses occultations, ses dénis et ses répétitions. Mieux encore, c’est la présence des témoins survivants – leur « vivance » d’après le néologisme de Danièle Voldman56 – qui donne sa spécificité à cette discipline, une histoire dont les témoins ont été des acteurs et sont désormais des contributeurs, voire des auteurs potentiels, ou à l’opposé, des censeurs. L’IHTP croise donc le chemin de l’histoire orale, et s’y engage résolument. Pendant une douzaine d’années, s’associant le concours de la sociologie et de la science politique, l’IHTP réalise, à coup de bulletins spécialisés, de bibliographies, de tables rondes et de séminaires de recherche, un important travail d’acculturation méthodologique du témoignage oral dans la discipline historique et acclimate la méthode de l’entretien de recherche en histoire contemporaine. Plusieurs questionnements sont récurrents : le statut et la validité du témoignage en histoire ; la méthode des histoires de vie ou des récits de vie ; la question autobiographique et « l’illusion biographique » (Pierre Bourdieu) ; l’entretien de recherche, ses biais et ses méthodes. Se voulant une caisse de résonance des enquêtes et des travaux menés sur le territoire par les différentes équipes françaises d’histoire orale, l’IHTP poursuit le travail commencé par la Maison des sciences de l’homme dans la première moitié des années 1980 (voir les tables rondes internationales organisées autour de l’histoire orale avec Paul Thompson, Raphael Samuel ou Luisa Passerini). Tout au long des années 1980, il se fait l’introducteur et le passeur de l’histoire orale européenne et internationale, principalement l’histoire orale italienne, britannique et allemande, dans une moindre mesure américaine57 et met en perspective les axes de recherche français avec une actualité historiographique qui touche tous les pays occidentaux : les régimes fascistes et nazis en Europe et les résistances qu’ils ont (ou non) suscitées, la Seconde Guerre mondiale, la résistance, la déportation et l’extermination des Juifs d’Europe, la movida espagnole, la chute du régime franquiste et la résurgence des drames de la guerre civile espagnole. Enfin, l’IHTP offre son soutien à l’histoire orale d’entreprise qui connaît ses premières grandes enquêtes et ses premières publications et s’en fait l’écho58.

  • 59 Marc Ferro, L’histoire sous surveillance. Science et conscience de l’histoire, Paris, Calmann-Lévy, (...)

39Alors qu’elles prennent leur essor de façon concomitante et qu’elles s’épaulent mutuellement, l’histoire du temps présent et l’histoire orale profitent toutes les deux de la loi de 1979 sur les archives publiques, qui redéfinit les délais de communicabilité pour les archives et raccourcit le traditionnel délai de réserve de cinquante ans à trente ans. Il en résulte plusieurs effets. Le délai trentenaire d’ouverture des archives coïncide désormais avec le déliement générationnel de la parole et avec la ressouvenance de témoins plus jeunes et plus réflexifs, désireux de contribuer à la connaissance des événements qu’ils ont connus… et de peser sur l’histoire en train de s’écrire. Le délai trentenaire place donc les historiens du temps présent sous la surveillance des témoins vivants59 ; mais réciproquement, il place aussi les acteurs historiques sous les projecteurs des historiens, qui peuvent à tout moment leur demander des comptes de leur action ou tout simplement l’exposer et la commenter. Le couple historien-témoin se met en place, structurel à l’histoire immédiate, marqué dans les années 1980 par une certaine défiance du fait des sujets qui mettent aux prises les historiens et les témoins (la Seconde Guerre mondiale, la Résistance, l’Occupation). Les acteurs et les témoins revendiquent désormais les uns et les autres de prendre part à la production des connaissances et de contribuer à l’écriture d’une histoire qu’ils ont vécue, voire faite. Une concurrence, parfois une rivalité, s’installe, non exempte de tensions, qui s’apprivoise lentement par ajustements progressifs. Néanmoins, en établissant des délais de communicabilité contraignants et rallongés (soixante ans, cent ans, cent vingt ans) pour certains types de documents et pour certains types d’informations (les délibérations de l’exécutif, les relations internationales, les affaires monétaires et financières, les dossiers de personnels, la vie privée, etc.), la loi de 1979 aiguise l’appétit des historiens qui, dès lors, cherchent à contourner cet interdit archivistique et à solliciter directement les témoignages des acteurs. L’histoire orale s’en trouve grandement stimulée.

Notes

1 Charles Seignobos et Charles-Victor Langlois, Introduction aux études historiques, Paris, Librairie Hachette, 1898, rééd. Kimé, 1992, p. 150-155.

2 Les historiens grecs (Hérodote, Thucydide) puis romains (Flavius Josèphe, Luc l’évangéliste ou Eusèbe de Césarée) ont tout inventé en histoire orale : l’œil et l’oreille, le témoin oculaire et auriculaire direct, l’histoire-enquête, l’histoire du temps présent, l’utilisation des souvenirs des contemporains, le croisement des témoignages, la critique de la mémoire et des déformations du bouche à oreille, la transmission du témoignage, la parole attestataire et l’autorité du témoin, jusqu’au martyr (marturos en grec, témoin).

3 Voltaire et Le siècle de Louis XIV.

4 Saint-Simon et ses Mémoires, Tocqueville et L’Ancien Régime et la Révolution.

5 Chateaubriand et ses Mémoires d’Outre-Tombe ; Michelet, Histoire de la Révolution française et Le Peuple, pour ne citer que quelques exemples.

6 Jean Mabillon (1632-1707), spécialiste de l’ordre bénédictin, de saint Bernard de Clairvaux et des Pères de l’Église, est considéré comme l’inventeur de la diplomatique et des techniques d’érudition. Il est l’auteur de l’ouvrage de méthode De Re Diplomatica (1681) où sont exposées les méthodes permettant d’établir la date, la provenance, la nature, l’authenticité et les versions successives d’un document écrit ou d’une charte.

7 Les bollandistes sont des jésuites savants spécialisés dans l’histoire de l’Église et dans l’édition des Vies de saints (Fasti Sanctorum et Acta Sanctorum). Leur société, fondée au xviie siècle aux Pays-Bas espagnols par Jean Bolland, s’est rendue célèbre par la mise au point des méthodes historiques critiques. L’un de ses représentants les plus illustres est le jésuite Daniel van Papenbroeck qui a entretenu une controverse scientifique avec Mabillon.

8 L’histoire orale, lorsqu’elle prendra son essor, sera en quelque sorte redevable ou suiveuse des autres sciences humaines et sociales en matière de méthode, d’enquête et d’entretien.

9 Jean-Jacques Becker, « Le handicap de l’a posteriori », Les Cahiers de l’IHTP, no 4, Questions à l’histoire orale, 1987, p. 95-98.

10 Denis Peschanski, « Les effets pervers », Les Cahiers de l’IHTP, no 21, La bouche de la vérité. La recherche historique et les sources orales, 1992, p. 45-53.

11 Le caractère provoqué et fabriqué de la source orale suscite l’essor d’une productologie des corpus d’archives orales, devenus eux-mêmes objets d’enquête et d’histoire, par une mise en abyme qui sert en ultime ressort leur cause et leur validation. Sur la visite et la revisite des archives des enquêtes, Christian Topalov, Histoires d’enquêtes. Londres, Paris, Chicago (1880-1930), Paris, Classiques Garnier, 2015 ; Gilles Laferté, « Des archives d’enquêtes ethnographiques pour quoi faire ? Les conditions d’une revisite », Genèses, no 63, 2006, p. 25-45 ; Gilles Laferté, Paul Pasquali et Nicolas Renahy (dir.), Le laboratoire des sciences sociales. Histoire d’enquêtes et revisites, Paris, Raisons d’agir, 2018. Pour un exemple d’enquête sur les archives orales des années 1990 et 2000, voir la thèse de Maëlle Mériaux, Histoire de plantes : témoignages de liens à travers les générations. Étude des sources ethnobotaniques orales et écrites de Haute-Bretagne, de la fin du xixe siècle à nos jours, thèse de sociologie, université de Rennes, 2018, et celle de Bénédicte Girault, Mémoires d’un ministère. Une analyse secondaire de l’enquête orale du Service d’histoire de l’éducation (c.1950-c.2010), thèse d’histoire, université de Cergy-Pontoise, 2018.

12 Pierre Renouvin, Les origines immédiates de la guerre, 28 juin-4 août 1914, Paris, A. Costes, 1925 et id., Les formes du gouvernement de guerre, Paris, Puf, 1925 ; et Marc Bloch, Écrits de guerre (1914-1918), textes réunis et présentés par Étienne Bloch, introduction de Stéphane Audoin-Rouzeau, Paris, Armand Colin, 1997.

13 M. Bloch, Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, Paris, Armand Colin, 2018 [1949], p. 72.

14 Annette Wieviorka, L’ère du témoin, Paris, Plon, 1998.

15 Jean Norton Cru, Témoins. Essai d’analyse et de critique des souvenirs de combattants, édités en français de 1915 à 1928, Nancy, Presses universitaires de Nancy, 1993 [1929].

16 Voir le dialogue entre Marc Bloch et Maurice Halbwachs dans Les cadres sociaux de la mémoire, Paris, Albin Michel, 1994 [1925].

17 Voir l’intérêt porté par Henri Berr ou Lucien Febvre aux travaux des ethnologues et folkloristes Paul Rivet, André Varagnac, Georges-Henri Rivière ou Arnold van Gennep.

18 Pascal Cordereix, « Ferdinand Brunot et les Archives de la parole : le phonographe, la mort, la mémoire », Revue de la Bibliothèque nationale de France, vol. 48, no 3, 2014, p. 5-11.

19 Pascal Cordereix et Luc Verrier. « Le ronéophone Pathé, au cœur de l’enquête des Ardennes », Revue de la Bibliothèque nationale de France, vol. 55, no 2, 2017, p. 40-51.

20 P. Cordereix, « Les enregistrements du musée de la Parole et du Geste à l’Exposition coloniale. Entre science, propagande et commerce », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, vol. 92, no 4, 2006, p. 47-59.

21 Marie-Barbara Le Gonidec (dir.), Les archives de la mission de folklore musical en Basse-Bretagne de 1939 du musée national des Arts et Traditions populaires, Paris-Rennes, CTHS-Dastum, 2009.

22 L’anthropologue et folkloriste Robert Hertz mène une campagne de collectage en 1915 sur le front parmi « les poilus de la Mayenne et d’ailleurs », mais recueille principalement des contes et dictons… Les témoignages oraux d’anciens combattants édités dans le coffret Frémeaux, La Grande Guerre. Anthologie 1914-1918, sous la direction de Jean-Yves Patte, ont été majoritairement enregistrés par Radio France dans les années 1970. C’est dans ces mêmes années, à partir de 1974, que, dans le cadre de sa thèse d’État (Armée, guerre, société. Soldats languedociens [1889-1919], soutenue en 1979 et publiée aux Presses de la Sorbonne en 1982), l’historien Jules Maurin se lance de façon pionnière dans une vaste enquête orale (150 témoignages, pour certains en occitan) auprès des anciens combattants de la Grande Guerre dans les départements de l’Hérault et de la Lozère. Il rejoint dans son intuition les historiens oraux britanniques qui recueillent à la même époque les témoignages des soldats britanniques et qui, suite aux travaux de Paul Thompson sur la classe ouvrière ou sur l’éducation des enfants, sont beaucoup plus familiers de l’histoire orale que leurs collègues français.

23 En linguistique, les travaux d’André Martinet, effectués auprès de 800 officiers de l’Oflag de Weinsberg en Wurtemberg, ouvre des pistes innovantes et déterminantes pour la sociolinguistique appliquée à une classe sociale, « la bourgeoisie au sens large » et notamment pour les Parisiens (66 témoins). Voir son ouvrage La prononciation du français contemporain. Témoignages recueillis en 1941 dans un camp d’officiers, Paris, Droz, 1945.

24 Lucien Febvre, Honneur et patrie. Une enquête sur le sentiment d’honneur et l’attachement à la patrie, Paris, Perrin, 1996. Sur ce cours professé au Collège de France en 1945-1946 et 1946-1947, Marleen Wessel, « “Honneur ou Patrie ?” Lucien Febvre et la question du sentiment national », Genèses, no 25, 1996, p. 128-142.

25 L. Febvre, « Au jour le jour. Une tragédie, trois comptes rendus, 1940-1944 », Annales ESC, vol. 3, no 1, 1948, p. 51-68.

26 Laurent Douzou (dir.), Faire l’histoire de la Résistance, Rennes, Pur, 2010.

27 Une commission d’histoire de la Déportation est officiellement créée à partir de 1952, animée par Annette Lazard, soutenue par nombre de déportés comme Germaine Tillion qui, dès l’origine, travaille dans l’idée que le souvenir doit alimenter l’histoire et réciproquement. Elle sera suivie en 1955 d’une commission d’histoire de la Résistance.

28 Ces archives orales sont actuellement conservées dans la série 72 JJ. Sur le bilan des collectes orale du Comité, Henri Michel, « Le Comité d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale », Revue d’histoire de la Deuxième Guerre mondiale, vol. 31, no 124, 1981, p. 1-17.

29 Dans les années 1980 et 1990, ce sont un médiéviste, Jacques Le Goff, un antiquisant, Pierre Vidal-Naquet, des modernistes, Philippe Joutard ou Arlette Farge, qui à leur tour se livreront à une défense et illustration de la parole des témoins.

30 À l’époque, la distinction entre les déportés politiques, les déportés du travail et les déportés « raciaux » n’est pas encore clairement faite, et si l’étude du système concentrationnaire est bien mise au centre du programme de travail du Comité, il n’est pas prévu au départ de programme de collecte particulier pour les Juifs en tant que tels.

31 Thomas Fontaine, « Les premiers pas du CH2GM en histoire de la Déportation », Guerres mondiales et conflits contemporains, no 242, 2011, p. 101-119.

32 René Rémond, « Plaidoyer pour une histoire délaissée. La fin de la IIIe République », Revue française de science politique, vol. 7, no 2, 1957, p. 253-270.

33 Sur les grandes enquêtes collectives en France, voir Bernard Paillard, Jean-François Simon et Laurent Le Gall (dir.), En France rurale. Les enquêtes interdisciplinaires depuis les années 1960, Rennes, Pur, 2010 et Bernard Kayser, Les sciences sociales face au monde rural : méthodes et moyens, Toulouse, Presses universitaires du Mirail, 1989.

34 André Burguière, Bretons de Plozévet, Paris, Flammarion, 1975.

35 De Farrebique à la trilogie des Paysans de Raymond Depardon, le cinéma documentaire prend en charge et met en paroles, en images et en récit, à partir de lents témoignages filmés, ce long délitement de la civilisation villageoise, rurale, agropastorale de la France des campagnes.

36 Edgar Morin, Commune de France, la métamorphose de Plodémet, Paris, Fayard, 1967.

37 L’abondante production sur l’optimisme des années 1960 ne doit pas faire oublier des approches plus critiques et plus contestataires. Voir Céline Pessis, Sezin Topçu et Christophe Bonneuil (dir.), Une autre histoire des Trente Glorieuses. Modernisation, contestations et pollutions dans la France d’après-guerre, Paris, La Découverte, 2013.

38 Daniel Bertaux, Histoires de vie ou récits de pratiques ? Méthodologie de l’approche biographique en sociologie, Paris, Cordes-MSH, 1976 ; id., « L’approche biographique. Sa validité méthodologique, ses potentialités », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 69, 1980, p. 197-225.

39 Général Christienne, « Le Service historique de l’Armée de l’air en 1974 », La Gazette des archives, no 88, 1975, p. 51-52.

40 Jules Maurin, Armée, guerre, société. Soldats languedociens (1889-1919), Paris, Publications de la Sorbonne, 1982 (150 témoignages).

41 Le film n’aborde cependant pas la question de la déportation des Juifs, qui est encore un non-objet d’histoire et qui n’a pas encore pénétré le prétoire. Faut-il rappeler que de 1978 à 1981, Maurice Papon est le ministre du Budget de Valéry Giscard d’Estaing et que l’affaire Papon, révélation de son passé vichyste de haut fonctionnaire, n’éclate qu’en mai 1981, entre les deux tours de l’élection présidentielle, à la suite d’un article du Canard enchaîné.

42 À cet égard, La grande histoire des Français sous l’Occupation d’Henri Amouroux, dont le premier tome est publié en 1976, s’apparente à une très vaste enquête d’histoire orale… par écrit, une histoire du quotidien dont les individus ordinaires se sont saisis pour s’en faire les auteurs. La même veine sera reprise par le journaliste et éditeur Jean-Pierre Guéno, à partir de 1998, avec ses livres de témoignages publiés chez Librio, « Paroles de ».

43 Marcel Gillet, Les charbonnages du Nord de la France au xixe siècle, Paris-La Haye, Mouton-EPHE (VIe section), 1973.

44 Françoise Cribier, Une génération de parisiens arrivent à la retraite, Paris, Cordes-CNRS, 1978 ; id., Suivi d’une génération de retraités parisiens, Paris, Commissariat au Plan, CNRS, 1983 ; Françoise Cribier et Catherine Rhein, « Migrations et structure sociale : une génération de provinciaux venus à Paris dans l’entre-deux-guerres », Ethnologie française, vol. 10, no 2, 1980, p. 137-146.

45 Patrick Fridenson, Histoire des usines Renault. Naissance de la grande entreprise, 1898-1939, Paris, Seuil, 1998 [1972]. À la même période, deux historiens ont mené des enquêtes qui sont souvent rapprochées de l’histoire orale : Jacques Ozouf et les « hussards noirs de la République » (Nous les maîtres d’école. Autobiographies d’instituteurs de la Belle Époque, Paris, Gallimard, 1993 [1973]) ; Antoine Prost et les anciens combattants (Les anciens combattants et la société française 1914-1939, Paris, Presses de la FNSP, 1977). La forme de ces enquêtes est majoritairement fondée sur l’écrit et le questionnaire, mais l’idée qui consiste à recueillir le témoignage et la parole directe des acteurs ou des témoins d’en bas s’apparente bien à la démarche de l’histoire orale.

46 Voir C. Rhein, Jeunes femmes au travail à Paris entre les deux guerres, thèse d’histoire en 1977, dont une partie des enquêtes orales a été dactylographiée et publiée à part sous le titre La vie dure qu’on a eue. Neuf récits de vie de travailleuses parisiennes retraitées (Paris, Cordes, 1980) ; voir également la table ronde « Histoire orale et histoire des femmes » du 16 octobre 1981 dans le Bullletin de l’IHTP, no 3, 1982, ainsi que les témoignages présentés par Yvonne Knibiehler dans Nous les assistantes sociales. Naissance d’une profession, Paris, Aubier, 1980.

47 Jean-Claude Bouvier est spécialiste du provençal et de la littérature orale, des troubadours du Moyen Âge à nos jours. Il s’intéresse précocement lui aussi à la mémoire : voir La mémoire partagée. Lus-la-Croix-Haute, Grenoble, Centre alpin et rhodanien d’ethnologie, 1980.

48 J.-C. Bouvier et al. (dir.), Tradition orale et identité culturelle. Problèmes et méthodes, Paris, CNRS Éditions, 1980.

49 P. Joutard, La légende des Camisards. Une sensibilité au passé, Paris, Gallimard, 1977 ; id., Les Camisards, Paris, Gallimard, 1994 ; avec Patrick Cabanel (dir.), Les Camisards et leur mémoire, 1702-2002, Montpellier, Les Presses du Languedoc, 2002 ; avec Jacques Poujol et Patrick Cabanel, Cévennes, terre de refuge 1940-1944, Sètes, Nouvelles Presses du Languedoc, 2012 [1987] ; avec Patrick Cabanel, Jacques Sémelin et Annette Wieviorka (dir.), La montagne refuge. Accueil et sauvetage des Juifs autour du Chambon-sur-Lignon, Paris, Albin Michel, 2013.

50 Odile Rudelle, Mai 58, De Gaulle et la République, Paris, Plon, 1988 (l’enquête orale a duré de 1977 à 1984, 32 témoins).

51 Robert Paxton, Parades and Politics at Vichy. The French Officer Corps under Marshal Pétain, Princeton, Princeton University Press, 1966.

52 Stanley Hoffmann, « Fondation nationale des sciences politiques (Paris). Colloque. 1970. Paris – Le Gouvernement de Vichy, Institutions et politiques. (Rapports et extraits des débats du colloque qui s’est tenu à la Fondation nationale des sciences politiques les 6 et 7 mars 1970) », Revue française de science politique, vol. 23, no 2, 1973, p. 626-630.

53 François Bloch-Lainé et Jean Bouvier, La France restaurée, 1944-1954. Dialogue sur les choix d’une modernisation, Paris, Fayard, 1986.

54 Le ratio témoins/historiens s’est inversé et les témoins peuplent désormais la tribune.

55 Marie-France Calas, « Le Département de la Phonothèque nationale et de l’Audiovisuel de la Bibliothèque nationale », dans La Gazette des archives, no 111, 1980, p. 289-297.

56 Danièle Voldman, « La place des mots, le poids des témoins », dans IHTP (dir.), Écrire l’histoire du temps présent. En hommage à François Bédarida, préf. de Robert Frank, Paris, CNRS Éditions, 1993, p. 123.

57 Sur l’histoire orale internationale, voir mon ouvrage L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, Cheff, 2001, p. 27-56 et la collection des Bulletins de l’IHTP.

58 Jean-François Picard, Alain Beltran et Martine Bungener, Histoires de l’EDF. Comment se sont prises les décisions de 1946 à nos jours, Paris, Dunod, 1985 ; Alain Beltran et Michèle Ruffat, Culture d’entreprise et histoire, Paris, Éditions d’organisation, 1991. Sur la naissance de l’histoire orale appliquée à l’histoire des entreprises, voir la préface de Patrick Fridenson dans ce même volume.

59 Marc Ferro, L’histoire sous surveillance. Science et conscience de l’histoire, Paris, Calmann-Lévy, 1985.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site