Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archiver la mémoire

 | 
Florence Descamps

Introduction

Texte intégral

  • 1 Philippe Joutard, « Introduction à l’histoire orale. La pratique de l’histoire orale en France », d (...)
  • 2 P. Joutard, La légende des Camisards. Une sensibilité au passé, Paris, Gallimard, 1977 ; et, repren (...)
  • 3 P. Joutard avait déjà eu l’occasion de formuler ce jugement dans des termes identiques lors du cong (...)
  • 4 P. Joutard et A.-M. Granet-Abisset, « Histoires de vie, histoire dans la vie », Sociétés et représe (...)
  • 5 Mark Cave et Stephen Sloan (dir.), Listening on the Edge. Oral History in the Aftermath of Crisis, (...)
  • 6 De 2016 à 2018 ; il est également responsable d’un grand programme d’histoire orale à La Nouvelle-O (...)

1Dans un petit ouvrage de 2013 intitulé L’histoire orale en questions1, un débat roboratif s’installe par conférences interposées entre Philippe Joutard, l’un des fondateurs de l’histoire orale en France2, et moi-même : existe-t-il, ou non, une histoire orale en France, à l’instar des pays anglo-saxons, de l’Amérique latine et des autres pays d’Europe ? Quelque peu désabusé, Philippe Joutard constate la faible pratique de l’histoire orale chez les historiens contemporanéistes français et souligne que « le témoignage n’est pas encore passé dans les mœurs de l’Université française ». Plus loin, il poursuit : « Je regrette que la France universitaire ne soit pas convaincue de l’importance de l’histoire orale. […] Des avancées sont réalisées, mais jamais encore au cœur de la recherche historique3. » Arguant de la faiblesse des occurrences du terme français « histoire orale » sur le web, de l’absence d’article conséquent sur l’histoire orale française ou d’articles en français se réclamant de l’histoire orale, de l’inexistence d’une revue française d’histoire orale et même de l’absence d’une notice Wikipédia sur l’histoire orale française, il conclut à son invisibilité et à sa faiblesse, voire à sa non-existence. Toujours en 2013, lors d’un entretien avec Anne-Marie Granet-Abisset, professeure d’histoire contemporaine à l’université de Grenoble et pourtant elle-même productrice et utilisatrice de témoignages oraux, il insiste : « le recours au témoin et à sa parole dont on sait bien qu’il propose le récit reconstruit au présent des représentations et des réalités vécues d’un passé individuel et collectif, sont marginaux en France et continuent de l’être4 ». Quelque temps plus tard, lors d’un séjour à Paris en 2014, l’historien américain Mark Cave5, membre et président de l’International Oral History Association6, m’interroge sur l’inexistence de l’histoire orale en France, tandis qu’en avril 2015, lors d’un colloque à l’université de Sherbrooke, les historiens oraux canadiens s’étonnent à leur tour : pourquoi cette absence ?

  • 7 Pour ne citer qu’une référence incontournable, Robert Perks et Alistair Thomson (dir.), The Oral Hi (...)
  • 8 Depuis 1979, date de la création du Centre de recherche sur les ethnotextes, l’histoire orale et le (...)
  • 9 L’Association française des archives sonores, orales et audiovisuelles a relancé et transformé son (...)
  • 10 C’est chose faite depuis 2019 grâce à Ariane Mak et Carine Lemouneau, qui ont créé le carnet de rec (...)
  • 11 P. Joutard, Histoire et mémoires, conflits et alliance, Paris, La Découverte, 2013, p. 152.

2Sommée de répondre à cette question quasi-anxiogène, je m’interroge alors. Il faut me rendre à l’évidence : le champ de l’histoire orale en France est peu institutionnalisé et ne s’est pas structuré en discipline autonome. En effet, il n’existe pas de filière doctorale universitaire en histoire orale, pas de département universitaire voué à cette discipline, que peu d’offre de formation par rapport à la masse (apparente) de séminaires et conférences proposés aux États-Unis ou en Grande-Bretagne, pas d’adhésion de la France à l’association internationale d’histoire orale (IOHA), qu’une rare participation des chercheurs français aux colloques internationaux de l’IOHA et qu’un faible nombre de publications méthodologiques par rapport à la masse des manuels d’histoire orale anglo-saxons7, et enfin pas d’association française des chercheurs en histoire orale8. On constate une absence de revue française d’histoire orale (du moins jusqu’en 20149), la faible visibilité des publications d’histoire orale en français, difficilement repérables par les moteurs de recherche du web faute de mots-clefs adéquats, et l’absence de sites ou de blogs dédiés à l’histoire orale française10. Les termes – histoire orale, historien oral ou historien oraliste – restent de fait peu utilisés, y compris par les chercheurs utilisant eux-mêmes les sources orales, tant dans leurs travaux scientifiques que dans les revues ou les plateformes de ressources. De cette invisibilité terminologique, faut-il déduire l’absence du recours aux témoignages oraux en histoire contemporaine en France et conclure à une (triste) exception française11 ?

  • 12 G. Thuillier, « Pour la création d’archives orales », La Gazette des archives, no 92, 1976, p. 28-3 (...)
  • 13 Dominique Aron-Schnapper et Danièle Hanet, Histoire orale ou archives orales ? Rapport d’activité s (...)
  • 14 Florence Descamps, « L’histoire des femmes cadres aux Finances entre 1939-1981 : un plafond de plom (...)
  • 15 F. Descamps, « La crise des capitaux en mai 1981 : anatomie d’un processus décisionnel. Les apports (...)

3Contre ce diagnostic, adossée à mon engagement continu en faveur des archives orales depuis 1987, je souhaite retracer l’histoire séculaire d’une innovation historiographique qui, en France, dans le dernier tiers du xxe siècle, a bouleversé les méthodes et le périmètre temporel de l’histoire contemporaine et a accompagné la naissance et le développement de l’histoire du temps présent. Cette histoire fait aussi la synthèse de mes travaux depuis 2001, en matière d’histoire orale et d’archives orales, qu’il s’agisse de mes publications ou de mes activités de conseil et de gestion de projet. Précisons dès à présent qu’elle laisse également place à quelques éléments d’égo-histoire, et ce pour trois raisons : d’une part, je suis l’héritière directe de deux des fondateurs de l’histoire orale en France dans sa version « archives orales », Guy Thuillier12 et Dominique Schnapper13 qui m’ont respectivement initiée et formée à cette méthode. D’autre part, j’ai participé à l’expansion du mouvement des archives orales dans les institutions publiques ou privées, ainsi que dans les collectivités locales, en dirigeant ou en conseillant des projets historiques ou patrimoniaux incluant la constitution de corpus de témoignages oraux. Enfin, parce que je me suis immergée durant ces quinze dernières années dans les sources orales pour mes propres sujets de recherche, depuis l’histoire de l’administration et du ministère des Finances jusqu’à l’histoire des femmes cadres14, en passant par l’histoire des politiques économique du dernier quart du xxe siècle15. Ma parole n’est donc ni neutre ni distancée, elle est à l’image de ces témoignages individuels que j’ai collectés et écoutés durant de longues heures, elle assume sa part de subjectivité et repose sur une conviction maintes fois mise à l’épreuve, selon laquelle la source orale est un instrument fécond pour comprendre la façon dont les individus appréhendent et se représentent le monde, dans le temps et dans l’espace.

4C’est pourquoi je voudrais plaider ici en faveur d’une histoire orale à la française – même si elle n’en revendique pas officiellement le nom –, défendre l’acclimatation réussie du témoignage oral individuel en histoire contemporaine, montrer comment ce recours aux sources orales est entré en collision avec le mouvement de patrimonialisation qui a saisi la société française à partir des années 1990, au point de s’y confondre ou d’en être recouvert, tout en en assurant l’expansion discrète.

  • 16 F. Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à (...)

5Je propose donc de refaire un itinéraire historiographique du xxe siècle, tout en revisitant, à partir de cette « petite voie » de la source orale, la grande trilogie histoire, mémoire et patrimoine. Nous verrons en premier lieu comment la source orale a été réintroduite dans la boîte à outils de l’historien plus précocement qu’on ne l’a dit et écrit, y compris moi-même16 ; dans un second temps, comment le « tournant des archives orales » a fait basculer l’histoire orale naissante dans l’univers du patrimoine et comment la patrimonialisation des témoignages oraux s’est accompagnée de celle de la mémoire. Enfin, nous verrons en quoi l’ingénierie des archives orales, telle que je l’ai développée depuis une quinzaine d’années, constitue un principe actif de la fabrique du patrimoine oral et mémoriel, alimentant ainsi une histoire orale à la française aux caractéristiques bien identifiées.

Notes

1 Philippe Joutard, « Introduction à l’histoire orale. La pratique de l’histoire orale en France », dans Fabrice d’Almeida et Denis Maréchal (dir.), L’histoire orale en questions, Paris, Ina Éditions, 2013, p. 11-17. Cet ouvrage est le fruit d’un séminaire sur l’histoire orale tenu à l’Institut national de l’audiovisuel en 2009-2010.

2 P. Joutard, La légende des Camisards. Une sensibilité au passé, Paris, Gallimard, 1977 ; et, reprenant le titre de l’ouvrage de l’historien britannique Paul Thompson (The Voice of the Past. Oral History, publié par Oxford University Press en 1978), Ces voix qui nous viennent du passé, Paris, Hachette, 1983.

3 P. Joutard avait déjà eu l’occasion de formuler ce jugement dans des termes identiques lors du congrès de l’Association des archivistes français à Montpellier en 2008 : « La collecte des témoignages oraux. Retour sur quarante ans de pratique en France », La Gazette des archives, no 211, 2008, p. 7-19.

4 P. Joutard et A.-M. Granet-Abisset, « Histoires de vie, histoire dans la vie », Sociétés et représentations, no 35, 2013, p. 183-207.

5 Mark Cave et Stephen Sloan (dir.), Listening on the Edge. Oral History in the Aftermath of Crisis, New York, Oxford University Press, 2014.

6 De 2016 à 2018 ; il est également responsable d’un grand programme d’histoire orale à La Nouvelle-Orléans sur l’ouragan Katrina de 2005 et sur la marée noire provoquée par l’explosion de la plate-forme pétrolière Deepwater Horizon en 2010.

7 Pour ne citer qu’une référence incontournable, Robert Perks et Alistair Thomson (dir.), The Oral History Reader, Londres-New York, Routledge, 2015 [1998]. Cet ouvrage volumineux (721 pages) réunit sous forme d’anthologie tous les textes « majeurs », tous les « classiques » de l’histoire orale internationale (théorie, méthodes et usages) depuis une quinzaine d’années.

8 Depuis 1979, date de la création du Centre de recherche sur les ethnotextes, l’histoire orale et les parlers régionaux (Crehop) qui n’existe plus sous ce sigle, aucune institution n’a souhaité intégrer l’histoire orale dans sa titulature. L’Association française des détenteurs d’archives sonores et audiovisuelles (Afas), créée elle aussi en 1979 et très proche du Crehop, n’a jamais voulu intégrer l’histoire orale dans ses initiales ni dans sa raison sociale et il a fallu attendre 2014 pour que le terme « orale » apparaisse dans son intitulé.

9 L’Association française des archives sonores, orales et audiovisuelles a relancé et transformé son bulletin Sonorités en revue scientifique en 2014 et a souhaité lui donner cette mission de soutien à l’histoire orale francophone ; elle souhaite aussi réunir tous les producteurs, les chercheurs et les conservateurs s’intéressant au témoignage oral dans les sciences humaines et sociales.

10 C’est chose faite depuis 2019 grâce à Ariane Mak et Carine Lemouneau, qui ont créé le carnet de recherche Histoire orale et archives orales sur Hypothèses.org : oralhistory.hypotheses.org.

11 P. Joutard, Histoire et mémoires, conflits et alliance, Paris, La Découverte, 2013, p. 152.

12 G. Thuillier, « Pour la création d’archives orales », La Gazette des archives, no 92, 1976, p. 28-32 ; G. Thuillier [signé Jacques Caritey], « Archives et mémoire de la nation : pour une politique des archives orales », La Revue administrative, vol. 41, no 246, 1988, p. 563-567.

13 Dominique Aron-Schnapper et Danièle Hanet, Histoire orale ou archives orales ? Rapport d’activité sur la constitution d’archives orales pour l’histoire de la Sécurité sociale, Paris, Association pour l’histoire de la Sécurité sociale, 1980 et Dominique Aron-Schnapper et Danièle Hanet, « D’Hérodote au magnétophone : sources orales et archives orales », Annales ESC, vol. 35, no 1, 1980, p. 183-199.

14 Florence Descamps, « L’histoire des femmes cadres aux Finances entre 1939-1981 : un plafond de plomb », Revue française d’administration publique, no 145, 2013, p. 39-63. Pour la période 1974-2001, j’entame un chantier d’histoire orale auprès des femmes ayant exercé des fonctions d’encadrement supérieur au ministère des Finances dans le dernier quart du xxe siècle, troisième volet d’un programme de recherches dans les banques et les institutions financières intitulé « Les femmes qui comptent », lancé en décembre 2018 et dirigé par Sabine Effosse et Laure Quennouëlle-Corre.

15 F. Descamps, « La crise des capitaux en mai 1981 : anatomie d’un processus décisionnel. Les apports des témoignages oraux », dans Florence Descamps, Roger Nougaret et Laure Quennouëlle-Corre (dir.), Banque et société xixe-xxie siècles. Identités croisées, hommage à Pierre de Longuemar, Bruxelles, Peter Lang, 2016, p. 147-164 ; F. Descamps, « Les technocrates du ministère des Finances et le tournant de la rigueur de 1983. Conversion libérale ou idéologie gestionnaire ? », Vingtième siècle, no 138, 2018, p. 33-47.

16 F. Descamps, L’historien, l’archiviste et le magnétophone. De la constitution de la source orale à son exploitation, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France (Cheff), 2005 [2001], accessible en ligne depuis 2013.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site