Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Archiver la mémoire

 | 
Florence Descamps

Préface

Patrick Fridenson

Texte intégral

1À Washington, au musée-mémorial de l’Holocauste ouvert en 1993, il y a une salle nommée « Voix d’Auschwitz » où, dans la pénombre, on peut écouter les voix de personnes qui ont survécu aux camps de concentration. Cette salle est l’œuvre conjointe des historiens qui ont recueilli les témoignages, des conservateurs du musée qui ont opéré la sélection, des scénographes et des ingénieurs du son à qui l’on doit son retentissement. En y pénétrant, les visiteurs et visiteuses sont saisis par l’intensité des voix qui inspirent l’émotion et parfois l’horreur. Ils ressentent le choc de la vérité cachée par les bourreaux nazis, déniée ensuite par les négationnistes. Cette expérience muséale mêle ainsi histoire et patrimoine. Elle s’inscrit à son tour dans la mémoire des visiteurs qui s’en feront l’écho autour d’eux.

  • 1 Paul Thompson et Joanna Bornat, The Voice of the Past. Oral history, Oxford, Oxford University Pres (...)

2Il y a là tous les enjeux du livre de Florence Descamps : comprendre ce que l’appel à la mémoire vivante des femmes et des hommes peut apporter, d’une part, à l’histoire et aux autres sciences sociales et, d’autre part, au patrimoine immatériel des sociétés ; montrer les pratiques à développer par ceux qui veulent en poursuivre l’élan dans le respect de la déontologie et de l’éthique pour offrir à tous une vision plus large du passé et de ses liens avec le présent. Je souhaite que ce livre ait autant d’écho en langue française que celui de son prédécesseur, le sociologue britannique Paul Thompson, en langue anglaise, qui en est aujourd’hui à sa quatrième édition1.

  • 2 Cet ouvrage est adapté du mémoire de synthèse que Florence Descamps a présenté dans le cadre de son (...)
  • 3 Patrick Fridenson, « Avant-propos », Études et documents, no 3, 1991, p. I-VII.

3Ayant eu la chance d’accompagner l’écriture de ce livre2, je voudrais ici, prenant appui sur des réflexions antérieures3, passer en revue quelques traits originaux de l’histoire orale : la saisie à la fois des individus et du collectif ; la mise en lumière d’aspects mal connus de l’expérience humaine ; le dialogue entre le son, le texte et l’écran ; les transformations du rôle des historiens.

  • 4 Jean-Michel Chapoulie, La tradition sociologique de Chicago (1892-1961), éd. revue et complétée, Pa (...)
  • 5 Samuel L. A. Marshall, L’invasion aéroportée en Normandie (« Night Drop »), trad. par Henri Chéret, (...)
  • 6 Elizabeth W. Adkins, « The development of business archives in the United States. An overview and a (...)
  • 7 Voir le site Internet de ce qui est aujourd’hui le Benson Ford Research Center : cdm15889.contentdm (...)

4Si le récit biographique est par nature celui de l’individu, l’histoire orale est aussi en prise sur le collectif. La collecte des récits de vie est née aux États-Unis. Dans les années 1920-1930, des sociologues de l’université de Chicago entreprirent les premiers entretiens biographiques allant de l’immigration aux relations de race et à la désorganisation sociale, avec des personnes ne sortant pas de l’ordinaire : des paysans, des ouvriers, aux côtés de leurs familles4. À leur suite, en Pologne, des sociologues recueillaient par concours autobiographiques la mémoire écrite de paysans, d’ouvriers et de chômeurs. Les historiens ne prirent le relais qu’après la Seconde Guerre mondiale, et dans des conditions très différentes. Il s’agissait non plus de répondre à une curiosité intellectuelle, mais, dans une période où se développaient les universités, de satisfaire une demande émanant d’organisations au sein de la société. L’armée américaine, qui cherche à comprendre les difficultés et l’impact de l’invasion aéroportée de juin 1944 en Normandie, fait très vite interviewer par des historiens quelque 200 parachutistes5. Puis le constructeur automobile Henry Ford II souhaite en 1950 que soit préparé le cinquantième anniversaire de l’entreprise créée par son grand-père. À cette fin, la direction procède à la création des archives de la firme, à laquelle un archiviste-conseil fait ajouter le recueil des souvenirs de dirigeants et de cadres6. Plus de 300 sont collectés de 1951 à 1956. 238 sont transcrits, indexés et reliés7. Il y a là aussi un agenda implicite : les récits collectés mettront en évidence la crise qu’avait connue l’entreprise à la fin du règne d’Henry Ford I et le bien-fondé de son éviction. Dans les deux cas, on relève l’importance de la commande passée aux historiens oraux, les crédits affectés sont considérables et les résultats le sont tout autant : après la naissance du récit de vie individuel, c’est l’apparition de la biographie collective qui donne à voir et à entendre une organisation dans sa diversité, en même temps qu’un groupe dans toute son épaisseur.

  • 8 Marcel Gillet, « Problèmes de méthode : l’utilisation par sondage des dossiers de la Caisse autonom (...)
  • 9 Joëlle Affichard et al. (dir.), Pour une histoire de la statistique, t. 2, Matériaux, Paris, Econom (...)

5En France, c’est le second modèle, le plus récent, qui s’est acclimaté le premier. Dès 1949, le Comité d’histoire de la Seconde Guerre mondiale recueille les témoignages de Français libres et de résistants, mais aussi de déportés et de prisonniers de guerre. En 1958 et 1959, Marcel Gillet, historien économiste à l’université de Lille, se lance dans des entretiens non directifs (inspirés par les enseignements du psychologue René Le Senne) non seulement avec des patrons et des ingénieurs, mais encore avec 117 mineurs de charbon du Nord et du Pas-de-Calais sélectionnés sur la base d’un échantillon de dossiers de retraités8. Au milieu des années 1960, c’est au tour du Service historique de l’Armée de l’air : il fait parler des officiers, des ingénieurs de l’armement, des anciens ministres. J’ai été associé aux prémices de ce projet, qui a connu un second souffle grâce au général Charles Christienne. Dès lors, la formule a fait école auprès des autres administrations, le plus souvent à l’initiative de Guy Thuillier, qui a réuni en sa personne les qualités de l’historien et du haut fonctionnaire et qui a fait appel à la sociologue Dominique Schnapper pour les archives de la Sécurité sociale, puis plus tard sous l’impulsion de Florence Descamps. On peut s’interroger sur les raisons de cette formule collective d’histoire orale en France. Je ne crois pas qu’il faille y voir la séduction d’une méthode américaine ; il me semble plus juste d’y déceler des raisons spécifiquement françaises. L’air du temps était au collectif. Sous l’impulsion de l’Insee et de l’Ined, la France de l’après-guerre connaissait un formidable boom de la statistique9. C’était le moment où, en histoire, Pierre Chaunu en appelait à l’histoire « sérielle ». L’enquête orale en donnait l’équivalent, en ajoutant toutefois une dimension qu’un roman de 1967 nommait « la vraie vie ».

  • 10 Luisa Passerini, Storia e soggettività. Le fonti orali, la memoria, Florence, La Nuova Italia, 1988

6À l’inverse des États-Unis, l’histoire de vie purement individuelle n’est venue que par la suite. Elle a été préfigurée par le succès de la collection « Terre humaine », créée en 1954 par l’anthropologue Jean Malaurie, puis développée par des anthropologues et des sociologues, dont certains ont créé une revue franco-britannique, Life stories/Récits de vie. Son essor participe de cet intense retour du sujet, dont le mouvement de mai-juin 1968 avait donné le signal comme ailleurs10, mais aussi de la volonté d’une société française, en intense mutation, de retrouver ses racines. Pourtant, si l’on compare avec ce qui se passe dans les autres pays européens, on s’aperçoit que, comme en 1898, son principe a été contesté par une partie non négligeable des historiens, et qu’au début, l’histoire de vie a beaucoup moins pris en France qu’en Italie, en Hollande, en Allemagne, en Scandinavie ou en Grande-Bretagne.

  • 11 Alain Corbin, Paroles de Français anonymes. Au cœur des années trente, Paris, Albin Michel, 2019.

7La première richesse de l’histoire orale est de donner accès à des éléments peu ou pas connus de l’expérience humaine, ce en s’efforçant de restituer la trame de vie des individus. En 2019, Alain Corbin a publié les récits que, sur les conseils de son professeur, il a recueillis en 1967 auprès d’hommes et de femmes du Limousin ayant vécu dans les années 1930 pour éclairer la thèse de troisième cycle qu’il préparait (Prélude au Front Populaire. Contribution à l’histoire de l’opinion publique dans le département de la Haute-Vienne, 1934-1936) et qu’il a soutenue en 1968. Dans l’introduction de son livre, il écrit : « Au cours de ces visites, j’ai obtenu une parole que j’ai cherchée en vain dans les documents de papier11. » Quelle est donc cette parole ?

  • 12 Françoise Thébaud, Écrire l’histoire des femmes et du genre, éd. augmentée, Lyon, ENS Éditions, 200 (...)
  • 13 Traduction d’un classique : William M. Reddy, La traversée des sentiments. Un cadre pour l’histoire (...)
  • 14 Philippe Joutard, Ces voix qui viennent du passé, Paris, Gallimard, 1983.
  • 15 Georges Balandier, « Histoire de vie mode d’emploi », Le Monde, 28 juin 1991, p. 22.

8Ce sont d’abord les mots et les vues des groupes silencieux et dominés qui étaient la préoccupation des pionniers américains et de leurs homologues polonais. Elle a alimenté par la suite d’autres types d’histoire, comme celle des femmes et du genre (qui a valorisé l’expérience subjective des femmes tout en mettant « à mal l’identité collective des femmes » ou l’idée d’une « mémoire féminine »12). La mise en valeur du poids de la quotidienneté et des règles non écrites a peu à peu laissé la place aux sentiments et aux émotions13 suscités par les événements ou les crises de toutes sortes, ainsi qu’au repérage des écarts entre le discours et la réalité14. Le sociologue Georges Balandier a écrit naguère que « les histoires de vie rapportent bien plus qu’un itinéraire, elles sont les révélateurs des modes de participation à une culture, à un métier, à une condition, à des lieux et à des relations sociales établies dans la quotidienneté », mais il ajoutait aussitôt qu’« une vie, c’est un parcours15 ». Ce que suggère ce terme de « parcours », c’est l’intérêt de se déplacer vers les processus de changement, individuels et collectifs, par lesquels passent les vies de celles et ceux dont le récit est obtenu.

  • 16 Voir le numéro spécial des cahiers Pratiques sociales et travail en milieu urbain intitulé « L’appr (...)

9Enfin, l’histoire orale permet de saisir l’individu dans sa globalité : les relations entre les générations ; les apprentissages ; l’accès aux emplois, le chômage et le travail ; le logement et la cohabitation ; la santé, les maladies, les accidents, les vulnérabilités, les traumatismes ; la vie privée et la famille ; les tensions, conflits et crises ; les croyances ; les loisirs ; la participation à l’espace public… Elle suggère combien un même individu est susceptible de changer, d’évoluer, dans tous les aspects physiques, matériels et moraux de son existence, au cours des différents âges de la vie. De ce fait, on comprend mieux les reconversions politiques, culturelles, professionnelles : elles sont en vérité banales, car le changement de l’individu est un phénomène de masse16.

  • 17 Voir le numéro spécial « Mobilités » des Annales ESC, vol. 45, no 6, 1990, p. 1275-1450.
  • 18 Voir le livre saisissant de Marie Carpenter sur la direction générale des Télécommunications dans l (...)

10L’histoire orale est, par conséquent, irremplaçable pour tout ce qui concerne la mobilité géographique, professionnelle et sociale des individus, les migrations, la colonisation, le déracinement et l’immigration. Même les documents des caisses de retraite et services des pensions ne dispensent pas du recours à l’histoire orale. Or tous les travaux récents sur le xixe et le xxe siècle montrent une mobilité plus importante qu’on ne l’imaginait naguère, et la mobilité permet de saisir à la fois des expériences individuelles et des expériences collectives, les solidarités, le racisme et la xénophobie17. Inversement, le degré de sédentarité dans une commune, la stabilité et la mobilité du personnel dans une organisation publique ou privée sont des éléments essentiels pour la compréhension de son potentiel, de son dynamisme, de son unité et de son identité18.

  • 19 Voir le numéro spécial de Sociétés contemporaines intitulé « Réseaux sociaux », et notamment Alain (...)

11La connaissance des réseaux dans lesquels les individus s’insèrent ou qu’ils constituent et des relations qu’ils y tissent montre, grâce à l’histoire orale, un espace social plus complexe et plus varié que les premiers travaux des sociologues et anthropologues ne l’avaient perçu19. En outre, ces réseaux changent au cours de la vie, peuvent être mobilisés de façon très diverse et être remis en service après des phases de latence.

  • 20 Raphael Samuel, East End Underworld. Chapters in the Life of Arthur Harding, Londres, Routledge & K (...)
  • 21 P. Fridenson, « Présence de Raphael Samuel », Le Mouvement social, no 181, 1997, p. 124.

12Cependant, les mobilités peuvent être descendantes et les réseaux se situer en dehors de l’ordre social. C’est ce que montre par exemple le livre que l’historien anglais Raphael Samuel a consacré à un petit truand de l’Est de Londres20. C’est une démonstration éclatante du potentiel de l’histoire orale pour qui veut comprendre le sous-prolétariat, la criminalité et la vie de quartier autrement que par les grilles d’analyse, ainsi que les sources des pouvoirs publics et des philanthropes. Le recoupement constant entre sources orales (six ans d’entretiens en prison, qu’il arrivait à Raphael Samuel de juger très pénibles) et sources écrites n’est plus ici la nécessaire critique historienne des sources ; il permet de présenter les multiples identités des individus sur l’échiquier spatial et social, en l’occurrence de dépasser la simple affiliation à la criminalité urbaine et mieux cerner l’ouvrier conservateur, dont le répertoire s’étend de l’intégration dans l’entreprise à la marginalité criminelle, et même à la sympathie pour les petits mouvements fascistes21.

  • 22 Robert Cabanes, « Avant-propos », Pratiques sociales et travail en milieu urbain. Les Cahiers, no 1 (...)
  • 23 Nicolas Hatzfeld, Les gens d’usine. 50 ans d’histoire à Peugeot-Sochaux, Paris, Éditions de l’Ateli (...)
  • 24 Voir le projet « Automobile in American Life and Society » de l’université de Michigan-Dearborn et (...)
  • 25 Henry Mintzberg, Structure et dynamique des organisations, trad. par Pierre Romelaer, Paris, Éditio (...)
  • 26 Hervé Dumez et Alain Jeunemaitre, Diriger l’économie. L’État et les prix en France (1936-1986), Par (...)

13Cette même parole donne accès à la seconde richesse de l’histoire orale : la pluralité de la vie interne des organisations et de leurs circuits de décision. L’histoire orale parvient ainsi à donner à voir « la relative autonomie des acteurs qui sont intégrés dans les “organisations” ou les “systèmes”, mais qui aussi les transforment22 ». Cette relative autonomie est tantôt la condition même du pouvoir et de la règle, tantôt le prélude à leur mise en cause, voire à leur subversion. Elle permet d’appréhender des expérimentations à peu près absentes des archives qui auraient pu transformer durablement l’organisation : ainsi en est-il de la chaîne en S instaurée localement à l’usine de carrosserie de Peugeot en 1960, qui aurait pu renforcer la continuité du flux (ce que Toyota réussit), mais qui – au bout d’une semaine – se solda par un échec cuisant dont il faut chercher la trace dans les mémoires23. Elle permet aussi de comprendre les nouveaux métiers ou l’exercice des tâches de conception : c’est le cas des entretiens réalisés par l’archiviste David Crippen auprès d’une trentaine de designers automobiles de Ford dans les années 1980, tous transcrits et pour partie accessibles en ligne24. L’histoire orale complète à merveille le travail d’archives pour relativiser l’idée d’une prise de décision unique. Elle met en valeur l’importance de l’application de ces décisions, qui peut être très différente. Elle confirme plutôt les résultats obtenus par les chercheurs en gestion qui analysent l’organisation comme un système de flux, préfèrent parler de flux de décisions, font la distinction entre décisions opératoires (prises de façon routinière), managériales (décisions de coordination et d’exception), stratégiques (décisions d’exception avec un impact important sur l’organisation). Elle permet « de comprendre comment les décisions opératoires, managériales et stratégiques sont liées les unes aux autres et quels rôles jouent les différents participants – opérateurs, cadres dirigeants, cadres moyens, fonctionnels techniques et logistiques – dans les phases des différents processus de décision25 ». On pourrait étendre cette analyse à la tutelle de l’État sur les entreprises publiques ou aux différentes aides publiques allouées aux entreprises, et là aussi trouver dans l’histoire orale un précieux outil d’investigation. Ce qui est dit pour les décisions vaut tout autant pour les politiques d’ensemble. On doit ainsi à deux chercheurs en gestion ayant mené une campagne de témoignages oraux la seule histoire d’ensemble du contrôle des prix en France de 1936 à 198626.

  • 27 Voir le dossier « Oral history » dans Enterprise and Society, vol. 20, no 1, 2019, p. 4-88. Ou enco (...)

14De surcroît, les historiens peuvent trouver dans l’enquête orale, à condition de veiller à la sélection des enquêteurs et à leurs propres réseaux, un moyen de contourner les barrières que sont les dates limites d’accès aux archives publiques et privées et, parallèlement, le secret qui entoure encore la vie des affaires ou celle de l’État, de combler les lacunes des archives, d’aborder des sujets sensibles comme la corruption ou l’étude d’aspects récents des pays émergents27.

  • 28 P. Fridenson, « Quelques messages en retour des historiens aux gestionnaires », dans Ludovic Caillu (...)
  • 29 Trevor Pinch and Karen Bijsterveld (dir.), The Oxford Handbook of Sound Studies, Oxford, Oxford Uni (...)
  • 30 P. Fridenson, « Une sélection d’archives inédites de La contemporaine sur le mouvement de 68 », Le  (...)
  • 31 Archives orales du Charles Babbage Institute, en ligne : conservancy.umn.edu/handle/11299/174487 (c (...)
  • 32 Archives orales du Academic Health Center Oral History Project, en ligne : conservancy.umn.edu/hand (...)
  • 33 Voir la page Internet consacrée à l’histoire orale au SCARC : scarc.library.oregonstate.edu/oralhis (...)

15Aujourd’hui, les archives orales peuvent être accessibles par le son, le texte et l’écran. Il y a là une diversité de supports et un espace possible de dialogue entre eux qui peuvent constituer une troisième richesse de l’histoire orale. Le son est toujours un son particulier, celui d’un récit dont le témoin n’est pas le seul producteur. On peut l’analyser comme l’édification en commun – entre le témoin et l’historien – d’un récit tenté par la rationalité, le sens, la justification, et pourtant guetté en permanence par l’émotion et l’ouverture sur l’intimité. Le témoignage oral donne ainsi à voir un état de la mémoire sollicitée à un moment donné et dans un contexte précis28. Le son fait entendre le timbre des voix, le style, les silences, les hésitations, les rires ou les émotions, leur réception par les historiens oraux. Les pratiques d’écoute et l’interprétation peuvent donc bénéficier des avancées des sound studies29. Il peut être accompagné d’images ou d’un film de l’entretien. Une partie des historiens et des chercheurs d’autres sciences sociales (comme les chercheurs du Centre de gestion scientifique de l’École des mines de Paris, à l’initiative de Claude Riveline, ou le sociologue Claude Durand pour ses enquêtes orales a posteriori sur les grèves de mai-juin 1968 en France30) font aussi une transcription de l’enregistrement. Dans bien des cas, ils la soumettent pour avis, rectification, compléments à la personne qui leur a confié ses souvenirs. Consommatrice de temps, la transcription du témoignage n’est donc pas un luxe ou une commodité pour l’utilisateur futur, elle poursuit le dialogue entre le chercheur et sa source qui est le privilège de l’histoire orale. Le récit sonore, comme la transcription, peut désormais être disponible sur Internet. Les mises en ligne de transcription sont fréquentes aux États-Unis : les souvenirs des cadres de Ford recueillis entre 1951 et 1956 ont été numérisés en 2011 et sont aujourd’hui librement accessibles en ligne. Beaucoup de fondations de recherche et d’archives d’universités de ce pays procèdent ainsi. Le Charles Babbage Institute de l’université du Minnesota, avec principalement Jeffrey Yost et Tom Misa, a recueilli 400 entretiens sur un grand projet informatique de la National Science Foundation, les a complétés par 400 autres entretiens réalisés par d’autres acteurs et 80 % des 800 intéressés ont autorisé le libre accès à leurs propos31. Dans la même université, l’Academic Health Center Oral History Project, initié par l’historienne des sciences et de la santé Dominique A. Tobbell avec l’archiviste Erik Moore et les assistantes de recherche doctorantes Lauren Klaffke et Emily Hagens, a entrepris, face à la mémoire institutionnelle des archives et de l’imprimé, l’histoire des professions de santé formées et employées dans cette université depuis 1970, des politiques de santé, des pratiques de soin et des recherches médicales menées à travers les récits de vie des différentes personnes impliquées dans leur réalisation ou dans les rapports avec des acteurs extérieurs, et ces récits, essentiels pour comprendre la récente montée des universités américaines en matière de soins, sont accessibles en ligne32. Sur la côte Ouest, le Oregon State University Libraries Special Collections and Archives Research Center (SCARC) est à la tête de plus de 2 000 entretiens réalisés depuis 194933. Une partie a été mise en ligne. Ces entretiens offrent des récits de vie sur les groupes ethniques, le réchauffement climatique, l’agriculture, l’industrie de la bière, etc. La mise en ligne rend désormais possible la fouille des données.

16Enfin, la pratique de l’histoire orale, qu’elle soit le fait d’historiens, d’archivistes ou de non-professionnels formés à cet effet, a des effets en profondeur sur le rôle des historiens. Elle les incite à se méfier du précepte traditionnel qui invite à « faire parler le témoin ». Si celui-ci a l’avantage de rappeler qu’il n’y a pas d’histoire spontanée et que pour qu’il y ait histoire, il faut l’intervention de professionnels, il risque de faire négliger le principe cardinal de l’histoire orale : savoir écouter le témoin, c’est-à-dire être sensible à la multiplicité des informations, des significations – même inconscientes –, des sources que contient son témoignage, ainsi qu’aux incitations sous-jacentes à le réinterroger ou à s’orienter vers d’autres directions que celles que l’historien croit fécondes.

  • 34 Isabelle Danic, « La notion de représentation pour les sociologues. Premier aperçu », Travaux et do (...)
  • 35 André Orléan, « Les croyances et représentations collectives en économie », dans Bernard Walliser ( (...)
  • 36 Il y a dans N. Hatzfeld, Les gens d’usine, op. cit., un passage fascinant sur les divergences au se (...)
  • 37 « Archives orales : une autre histoire ? Présentation », Annales ESC, vol. 35, no 1, 1980, p. 124-1 (...)
  • 38 P. Joutard, La légende des Camisards. Une sensibilité au passé, Paris, Gallimard, 1977.
  • 39 Matthew B. Miles et A. Michael Huberman, Analyse des données qualitatives, 2e éd., trad. par Martin (...)

17L’histoire orale amène les historiens à prendre au sérieux les représentations et les légitimations théoriques et pratiques que les individus construisent et donnent de leur action. Cette prise au sérieux des représentations, familière à la sociologie depuis Émile Durkheim34 et dont une partie des économistes reconnaissent la nécessité35, ouvre de nouvelles voies à la recherche. Elle incite, par exemple, à chercher l’influence de la religion dans le travail et voir si elle unifie, ou non, la représentation du travail36, ou encore celle des différences entre hommes et femmes. Elle met en valeur les justifications que l’individu élabore, les compromis qu’il accepte, le tri qu’il effectue parmi ses souvenirs, tant il est vrai que le témoignage provoqué par l’historien « n’est pas l’expérience vécue, directement transmise, mais une chronique, et par conséquent une construction37 ». Toutefois, cette prise au sérieux ne réduit pas l’interprétation du témoignage à la description contenue dans le récit. La pratique de l’histoire orale ne se limite pas, comme on pourrait le croire, à l’évocation du passé immédiat. Elle permet d’atteindre des périodes plus lointaines qui informent toujours les traditions populaires, religieuses ou chantées multiséculaires, dont Philippe Joutard a été le premier grand explorateur en France38. Aux États-Unis, ce sont, par exemple, les mémoires de l’esclavage qui furent recueillies sous le New Deal. Les mythes qui rassemblent, les petits groupes de référence sont autant de représentations collectives que chacun réinterprète à sa façon. Elle pousse aussi à examiner ce qui, dans le témoignage oral, est l’écho de genres oraux qui fournissent des modèles au témoin (proverbes, folklore) ou des récits inspirés des moyens de communication de masse. Elle ne détourne nullement du recours à la sociologie pour atteindre les déterminations multiples qui pèsent sur les individus. Elle rend possible l’utilisation de méthodes de triangulation élaborées par la psychologie ou les sciences de gestion pour faire face à ce matériau qualitatif39.

18L’histoire orale enrichit de multiples manières ce que l’on commence à savoir sur les évolutions de la mémoire individuelle et de ce que l’on appelle la mémoire collective ou la mémoire nationale. Elle ne se contente pas de déceler les légendes qu’inévitablement fabrique ou transmet la mémoire, elle montre également que le témoignage oral analysé historiquement peut mettre à mal les stéréotypes toujours vivaces dans l’opinion, et souligne ainsi le potentiel de véracité et le caractère inédit et irremplaçable du témoignage oral sur des points fondamentaux.

  • 40 Nathalie Ponsard, Lectures ouvrières à Saint-Étienne du Rouvray. Des années 1930 aux années 1990, P (...)
  • 41 Un monument de papier. Étude des registres de condoléances ouverts à la mairie du XIe arrondissemen (...)
  • 42 Ariane Mak, En grève et en guerre. Les mineurs britanniques au prisme des enquêtes du Mass Observat (...)

19Elle ouvre la voie à de multiples exploitations secondaires. Elle peut compléter les sources écrites. J’évoquerai, à cet égard, trois exemples parmi tant d’autres. Nathalie Ponsard a étudié le catalogue de la bibliothèque du Comité d’entreprise des papeteries de Saint-Étienne du Rouvray (Seine-Maritime) durant les Trente Glorieuses et les fiches d’emprunt de livres partiellement conservées. Les témoignages oraux lui ont permis de voir pourquoi les lecteurs et lectrices ne respectaient pas toujours les prescriptions progressistes des militants du Comité40. Hélène Frouard a étudié les registres de condoléances ouverts à la mairie du 11e arrondissement de Paris après les attentats du 13 novembre 201541. « L’unanimité qui se dégage de cette fabrication collective ne doit toutefois pas faire oublier que les attentats ont eu un impact différencié selon les groupes sociaux. Les messages des registres ont permis de repérer des sous-groupes, qui ont mobilisé des identités spécifiques en venant remplir les registres. Il s’agit des femmes, touchées en tant que mères ou grands-mères ; des habitants du 11e qui se sont sentis visés en tant qu’habitants de ce quartier ; ou encore de personnes qui se sont senties fragilisées et remises en cause en tant que musulmanes. » Des entretiens auprès d’un échantillon de scripteurs ont permis de préciser l’impact social des attentats. Enfin, Ariane Mak, étudiant les grèves des mineurs britanniques pendant la Seconde Guerre mondiale, a croisé les transcriptions d’entretiens recueillis dans la période même par le Mass Observation (1937-1949), « ce singulier collectif de recherche extra-universitaire et autodidacte qui constitue un épisode négligé de l’histoire des sciences sociales britanniques », et une soixantaine de témoignages des survivants rencontrés ces dernières années42.

  • 43 Sara Zanisi, Il Portello. Voci dalla fabbrica. Le interviste di Duccio Bigazzi in Alfa Romeo, Milan (...)

20Dans un autre registre, l’histoire orale autorise la réalisation de dictionnaires biographiques beaucoup plus critiques ou complets que ceux n’utilisant que les sources imprimées et les archives. Elle permet en outre la publication de sélections contextualisées et mises en perspectives d’archives orales recueillies par des chercheurs qui soit sont décédés, soit choisissent de les livrer au public en tant que telles43. Apparaît ainsi au grand jour un matériau dialogué, souvent exubérant, qui n’est en aucune façon brut mais qui transmet la chaleur de la vie et de ses protagonistes et constitue un pont de type nouveau entre la recherche et le public.

21Que l’on me permette, pour conclure, une remarque personnelle. Quand on a pratiqué l’histoire orale, on voit encore mieux la précarité du document écrit. Celui-ci n’est pas moins empreint que le témoignage oral d’intentions, de justifications, de silence et de non-dits. Gardons-nous de prendre pour parole d’Évangile tout ce que le document (ou la source imprimée, ou le tableau statistique, ou la carte) nous dit et de nous laisser bercer par la fausse sécurité de l’écrit !

Notes

1 Paul Thompson et Joanna Bornat, The Voice of the Past. Oral history, Oxford, Oxford University Press, 4e éd. revue, 2017 [1978].

2 Cet ouvrage est adapté du mémoire de synthèse que Florence Descamps a présenté dans le cadre de son habilitation à diriger des recherches (EHESS, 2014) et dont j’ai été le garant.

3 Patrick Fridenson, « Avant-propos », Études et documents, no 3, 1991, p. I-VII.

4 Jean-Michel Chapoulie, La tradition sociologique de Chicago (1892-1961), éd. revue et complétée, Paris, Seuil, 2018 [2001].

5 Samuel L. A. Marshall, L’invasion aéroportée en Normandie (« Night Drop »), trad. par Henri Chéret, Paris, Payot, 1968.

6 Elizabeth W. Adkins, « The development of business archives in the United States. An overview and a personal perspective », The American Archivist, vol. 60, no 1, 1997, p. 8-33.

7 Voir le site Internet de ce qui est aujourd’hui le Benson Ford Research Center : cdm15889.contentdm.oclc.org/cdm (consulté en juillet 2019).

8 Marcel Gillet, « Problèmes de méthode : l’utilisation par sondage des dossiers de la Caisse autonome nationale de Sécurité sociale dans les mines », Le Mouvement social, no 43, 1963, p. 117-120 ; id., Les charbonnages du Nord de la France au xixe siècle, Paris-La Haye, Mouton, 1973, p. 341-350.

9 Joëlle Affichard et al. (dir.), Pour une histoire de la statistique, t. 2, Matériaux, Paris, Economica-Insee, 1987.

10 Luisa Passerini, Storia e soggettività. Le fonti orali, la memoria, Florence, La Nuova Italia, 1988.

11 Alain Corbin, Paroles de Français anonymes. Au cœur des années trente, Paris, Albin Michel, 2019.

12 Françoise Thébaud, Écrire l’histoire des femmes et du genre, éd. augmentée, Lyon, ENS Éditions, 2007 [1998], p. 67-115.

13 Traduction d’un classique : William M. Reddy, La traversée des sentiments. Un cadre pour l’histoire des émotions (1700-1850), trad. par Sophie Renaut, Dijon, Presses du réel, 2019.

14 Philippe Joutard, Ces voix qui viennent du passé, Paris, Gallimard, 1983.

15 Georges Balandier, « Histoire de vie mode d’emploi », Le Monde, 28 juin 1991, p. 22.

16 Voir le numéro spécial des cahiers Pratiques sociales et travail en milieu urbain intitulé « L’approche biographique. Processus d’insertion urbaine et travail » (no 14, 1991) ; Michel Papy, « Aspects et problèmes de l’enquête orale en histoire : une expérience en milieu ouvrier à Oloron-Sainte-Marie (Pyrénées-Atlantiques) », Le Mouvement social, no 112, 1980, p. 97-109 ; les différentes publications de Françoise Cribier depuis 1978, notamment « La constitution de la population parisienne : contribution à l’étude des Parisiens venus des provinces entre les deux guerres », Cahiers d’analyse de l’espace, 1986, p. 68-86 et « La santé auto-estimée des hommes et des femmes à l’époque de la retraite », Retraite et société, no 39, 2003, p. 93-117.

17 Voir le numéro spécial « Mobilités » des Annales ESC, vol. 45, no 6, 1990, p. 1275-1450.

18 Voir le livre saisissant de Marie Carpenter sur la direction générale des Télécommunications dans les années 1970 : La bataille des télécoms. Vers une France numérique, Paris, Economica, 2011.

19 Voir le numéro spécial de Sociétés contemporaines intitulé « Réseaux sociaux », et notamment Alain Degenne, Irène Fournier, Catherine Marry et Lise Mounier, « Les relations sociales au cœur du marché du travail », Sociétés contemporaines, no 5, 1991, p. 75-97.

20 Raphael Samuel, East End Underworld. Chapters in the Life of Arthur Harding, Londres, Routledge & Kegan Paul, 2016 [1981], ainsi que Stan Newens, « The genesis of East End Underworld. Chapters in the Life of Arthur Harding by Raphael Samuel », History Workshop Journal, no 64, 2007, p. 347-353.

21 P. Fridenson, « Présence de Raphael Samuel », Le Mouvement social, no 181, 1997, p. 124.

22 Robert Cabanes, « Avant-propos », Pratiques sociales et travail en milieu urbain. Les Cahiers, no 14, 1991, p. 1.

23 Nicolas Hatzfeld, Les gens d’usine. 50 ans d’histoire à Peugeot-Sochaux, Paris, Éditions de l’Atelier-Éditions ouvrières, 2002, p. 289-298.

24 Voir le projet « Automobile in American Life and Society » de l’université de Michigan-Dearborn et du musée Henry Ford : www.autolife.umd.umich.edu/Oral_histories.htm (consulté en juillet 2019).

25 Henry Mintzberg, Structure et dynamique des organisations, trad. par Pierre Romelaer, Paris, Éditions d’organisation, 1994 [1982], p. 51-81.

26 Hervé Dumez et Alain Jeunemaitre, Diriger l’économie. L’État et les prix en France (1936-1986), Paris, L’Harmattan, 1989. Certains historiens – ainsi Michel Margairaz – ont cependant critiqué un usage insuffisant de sources écrites dans ce livre.

27 Voir le dossier « Oral history » dans Enterprise and Society, vol. 20, no 1, 2019, p. 4-88. Ou encore Christina Jialin Wu, La jeunesse en mouvement : scouts et guides en Malaisie britannique, thèse d’histoire, EHESS, 2015.

28 P. Fridenson, « Quelques messages en retour des historiens aux gestionnaires », dans Ludovic Cailluet, Yannick Lemarchand et Marie-Emmanuelle Chessel (dir.), Histoire et sciences de gestion, Paris, Vuibert, 2013, p. 17-32.

29 Trevor Pinch and Karen Bijsterveld (dir.), The Oxford Handbook of Sound Studies, Oxford, Oxford University Press, 2012.

30 P. Fridenson, « Une sélection d’archives inédites de La contemporaine sur le mouvement de 68 », Le Mouvement social, no 264, 2018, p. 113-135.

31 Archives orales du Charles Babbage Institute, en ligne : conservancy.umn.edu/handle/11299/174487 (consulté en juillet 2019).

32 Archives orales du Academic Health Center Oral History Project, en ligne : conservancy.umn.edu/handle/11299/119826 (consulté en juillet 2019).

33 Voir la page Internet consacrée à l’histoire orale au SCARC : scarc.library.oregonstate.edu/oralhistory.html (consulté en juillet 2019). Pour un exemple, Carl Zimring, « Moving from Kaiser to aluminum recycling », Entreprises et histoire, no 89, 2017, p. 137-142.

34 Isabelle Danic, « La notion de représentation pour les sociologues. Premier aperçu », Travaux et documents de l’UMR ESO, no 25, 2006, p. 29-33.

35 André Orléan, « Les croyances et représentations collectives en économie », dans Bernard Walliser (dir.), Économie et cognition, Paris, Ophrys-Éditions de la MSH, 2008, p. 173-198.

36 Il y a dans N. Hatzfeld, Les gens d’usine, op. cit., un passage fascinant sur les divergences au sein de l’Action catholique chez Peugeot.

37 « Archives orales : une autre histoire ? Présentation », Annales ESC, vol. 35, no 1, 1980, p. 124-126.

38 P. Joutard, La légende des Camisards. Une sensibilité au passé, Paris, Gallimard, 1977.

39 Matthew B. Miles et A. Michael Huberman, Analyse des données qualitatives, 2e éd., trad. par Martine Hlady Rispal, révisée par Jean-Jacques Bonniol, Bruxelles, De Boeck, 2003 [1991]. Hervé Dumez, Méthodologie de la recherche qualitative. Les questions clés de la démarche compréhensive, Paris, Vuibert, 2016 [2013].

40 Nathalie Ponsard, Lectures ouvrières à Saint-Étienne du Rouvray. Des années 1930 aux années 1990, Paris, L’Harmattan, 2007.

41 Un monument de papier. Étude des registres de condoléances ouverts à la mairie du XIe arrondissement de Paris après les attentats du 13 novembre 2015, rapport de recherche établi par Hélène Frouard avec la collaboration de William Martinez dans le cadre de l’appel à projets « Attentats-recherche » financé par le CNRS, 2019.

42 Ariane Mak, En grève et en guerre. Les mineurs britanniques au prisme des enquêtes du Mass Observation (1939-1945), thèse d’histoire, EHESS, 2018.

43 Sara Zanisi, Il Portello. Voci dalla fabbrica. Le interviste di Duccio Bigazzi in Alfa Romeo, Milan, Franco Angeli, 2017 ; Cédric Neumann et Jérôme Pellissier Tanon, La belle époque de l’industrie française. Témoignages d’ingénieurs de l’aluminium de Pechiney et Ugine, années 1950-1980, Aix-en-Provence, REF.2C Éditions, 2018. Et, bien sûr, A. Corbin, Paroles de Français anonymes, op. cit.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site