Version classiqueVersion mobile

Dossier. Corps antiques : morceaux choisis

Varia

Retour sur l’arkteia : lieux de culte et pratiques rituelles en Attique

Reconsiderations of arkteia: Sanctuaries and Rituals in Attica

Despina Chatzivasiliou

Résumé

Malgré les suppositions communément adoptées, il faut admettre que l’arkteia, la « cérémonie des jeunes filles qui jouent aux ourses », reste pour nous une pratique rituelle de nature inconnue. Par ailleurs, les études portant sur la religion grecque archaïque considèrent les cratérisques, petits vases archaïques à figures noires, comme les témoignages du déroulement de ce rite non seulement à Brauron et à Mounichie mais également dans d’autres sites de l’Attique. En combinant les vestiges archéologiques et les sources littéraires, nous voulons proposer une nouvelle interprétation des cratérisques et considérer que ces objets aient connu une deuxième vie : comme un geste ostentatoire envers la société à laquelle elles appartiennent, les jeunes filles, après être passées par les rites d’arkteia, dédient le vase qui leur a servi auparavant, dans les lieux de leur dème associés à Artémis.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

En 2003, Christopher Faraone1 a clairement démontré que la reconstitution communément adoptée du rite de l’arkteia, qualifié de teletê par Hésychius et de mustêrion par le scoliaste d’Aristophane2, n’est en réalité qu’une interprétation artificielle de données hétéroclites rapprochées. Parfois qualifiée de « rite de passage » ou « rite d’initiation », l’arkteia marquerait une étape de transition avant le mariage des jeunes filles3. Souvent, on a également mis en parallèle les rites éphébiques qui se déroulaient à Mounichie, à côté du Pirée, et à Halai Araphénides, région voisine de Brauron, justifiant ainsi une sorte de pratique équivalente pour garçons et pour filles4. On imagine aussi que le rite consistant à « faire l’ourse5 » était initialement destiné à l’initiation de toutes les jeunes filles de la région de Brauron, comme les rites à Halai pour tous les garçons, et que ce n’est qu’à partir de l’époque de Pisistrate que seule une certaine catégorie de jeunes filles et jeunes h...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search