Version classiqueVersion mobile

Dossier. Corps antiques : morceaux choisis

Varia

Philoxène l’Anaxagoréen

Philoxenus the Anaxagorean

Edoarda Barra

Résumé

Qui était ce Philoxène élève d’Anaxagore cité par Athénée ? S'agit-il d’un « efféminé » du dème de Dioméia ? Et qui sont les autres Philoxène, de Cythère, de Leucade ou d'ailleurs, auxquels, en prenant les poètes comiques au pied de la lettre, Athénée attribue une gourmandise insatiable et même un livre de recettes ? Cet article se propose de contextualiser les fragments de l’ancienne comédie afin d’identifier un poète-musicien novateur, qui fut parmi les premiers à écrire la musique de ses airs – c’est pourquoi il fut surnommé « Fourmi », insecte dont les cheminements évoquaient l’écriture. Et en jouant avec la métaphore qui fait d’une composition poétique un plat auquel la musique sert de garniture, les poètes qui ont prêté à cet élève d’Anaxagore une gourmandise insatiable, un livre de cuisine et même une recette de farce à base de vers ou l’envie de manger des cigales, n’ont fait que l’opposer à l’image du poète-musicien traditionnel qui, tel une cigale, ne se nourrissait que de rosée.

À Jesper Svenbro

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’Athènes classique aurait vu naître la littérature culinaire. C’est la conclusion qui s’impose si l’on prend au sérieux une série de vers de Platon le Comique attribuant à un certain Philoxène la paternité d’un livre de cuisine. Il s’agirait non pas d'un recueil de vieilles recettes traditionnelles, mais bel et bien d’un livre de « nouvelle cuisine1 », dont les ingrédients semblent être répertoriés selon leurs vertus aphrodisiaques2. La renommée de ce chef – qui serait, d’après Athénée, Philoxène de Leucade – aurait été telle que des friandises portaient son nom : les « philoxéniens3 ».

Mais la passion de ce Philoxène de Leucade pour la cuisine ne s’exerçait pas seulement derrière les fourneaux : il aurait été aussi un insatiable gourmand, opsophagos4. D’après Athénée, c’est une caractéristique qu’il partageait avec deux autres personnages portant le même nom, le compositeur de dithyrambes Philoxène de Cythère5, à qui Athénée finit par attribuer un poème intitulé Le Banquet6, et un ...

Auteur

ANHIMA UMR8210

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search