Version classiqueVersion mobile

Dossier. Corps antiques : morceaux choisis

Dossier : Corps antiques : morceaux choisis

La mémoire au coin de l’oreille

Memory and Ear Lobe

Véronique Dasen

Résumé

Une série d’intailles et de camées d’époque romaine portent l’image d’une main qui pince le lobe d’une oreille entre le pouce et l’index. Une inscription en langue latine ou grecque ordonne : « Souviens-toi ! », en se référant à l’une des fonctions du geste qui doit solliciter le processus mémoriel. Selon Pline l’Ancien, le lobe de l’oreille est en effet « le lieu de la mémoire ». L’intaille garantit la fermeté de ce processus, matérialisé par la pierre capable de reproduire indéfiniment une information quand elle est utilisée comme sceau. Le sens du geste ne se limite cependant pas à la mémoire. Il s’inscrit dans une géographie corporelle gouvernée par les dieux qui fait tressaillir et vibrer le corps. Le geste gravé sur la pierre indique que l’âme est imprimée par les serments et par les émotions comme la cire ou l’argile par le sceau, en reliant visible et invisible, présence et absence, selon une procédure bien connue dans les traités de divination corporelle.

Entrées d'index

Mots clés :

corps, divination, main, mémoire, oreille

Keywords :

body, divination, ear, hand, memory

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une série d’intailles et camées d’époque romaine, sertis en bagues ou pendentifs, portent gravées deux parties isolées du corps, une main et une oreille, reliées par un geste du pouce et de l’index qui pincent le lobe de l’oreille (fig. 1 ; iie siècle apr. J.-C.)1. La plus ancienne attestation du motif se trouve sur des crétules scellant des documents officiels de l’empire séleucide. Plusieurs exemplaires sans inscription, avec l’image d’une oreille seule ou d’une main qui pince le lobe, proviennent des bâtiments administratifs incendiés à Kédesch (Israël) en 145 av. J.-C.2, et à Séleucie sur le Tigre (Irak), prise par les Parthes en 141 av. J.-C.3 Le motif est bien attesté sur des intailles en pierre ou en verre en Italie dès le ier siècle av. J.-C. ; sa vogue se poursuit jusqu’au ive-ve siècle apr. J.-C. sur des camées. Aucun recensement systématique de ces pièces n’existe encore à ce jour, hormis les catalogues sélectifs établis par Edmond Le Blant et Georges Nachtergael4. Ce dés...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search