Version classiqueVersion mobile

Dynamiques de l’erreur

 | 
Christiane Chauviré
, 
Albert Ogien
, 
Louis Quéré

L’erreur en contexte

Sur l’acceptation institutionnelle des propositions qui paraissent fausses

Emmanuel Picavet

Texte intégral

  • 1 Cet article s’inscrit dans les travaux du projet DELICOM (ANR, JC-JC 05, 2005-2008). Je remercie l’ (...)

1Une exigence rationaliste classique implique que notre vie institutionnelle ne repose ni sur l’erreur évitable, ni sur des illusions dont on peut se déprendre1. Il est difficile, en effet, de respecter les institutions dont le fonctionnement interne ou l’opération dans la société repose sur des contre-vérités manifestes, que les membres de ces institutions ont eux-mêmes les moyens d’éliminer. Parmi les nombreux défauts que nous relevons dans les régimes politiques totalitaires ou fondés sur l’obscurantisme, l’un, majeur, est d’encourager des fonctionnements institutionnels fondés sur des erreurs, des contre-vérités manifestes ou des illusions que le jugement individuel correctement informé et exercé suffirait à dissiper. Dans des régimes politiques plus acceptables, le rôle critique du public et de la presse, allié à l’impératif de publicité des opérations institutionnelles (éventuellement renforcé par des normes de transparence), a vocation à démasquer le règne de l’erreur ou de l’illusion.

2Il est bien difficile de renoncer à cette configuration, qui conduit a priori à donner du poids à la critique personnelle informée et à l’examen critique systématique, y compris au sein des institutions, des propositions sur lesquelles reposent les actions entreprises. Le fait que ce jugement s’exerce dans un contexte institutionnel contraignant n’y change rien ; au contraire, même, l’exercice personnel de la critique au sein des institutions est souvent le vecteur essentiel qui permet à ces institutions de progresser du point de vue de la reconnaissance publique des vérités ou qui permet, du moins, de développer des attentes à ce sujet. Par exemple, si grande qu’ait pu être l’audace d’un Daniel Ellsberg au regard des normes en vigueur dans l’institution militaire américaine, son attitude au moment de l’affaire des « papiers du Pentagone » (l’un des volets de l’affaire du Watergate) exprimait clairement l’attente et l’exigence d’une meilleure adéquation entre les propositions publiquement proclamées et les vérités connues. Pourtant, cela ne doit pas conduire à négliger la réalité du décalage qui peut s’instaurer entre, d’une part, les convictions individuelles bien justifiées et correctement informées et, d’autre part, l’acceptation publique par les agents institutionnels de certaines propositions ou hypothèses comme correctes ou appropriées. Cette étude sera consacrée à l’examen de la portée à donner à ce décalage, en le situant dans la problématique du rapport institutionnel à l’erreur.

3À un niveau élémentaire de l’analyse, il est assez facile d’admettre que les fonctionnements et opérations des institutions ne doivent pas reposer sur des erreurs ou illusions manifestes et évitables, sans exclure pour autant que les jugements individuels bien informés sur les propositions correctes ne soient pas systématiquement reflétés dans les attitudes individuelles d’acceptation des propositions. C’est ce qui se produit tous les jours sous nos yeux, par l’effet inévitable des choix collectifs ou de l’agrégation des jugements. Par exemple, si je suis membre d’un jury devant classer les candidats à un concours par ordre de mérite, il est parfaitement possible que j’aie personnellement des doutes sur cet ordre de mérite, sans avoir pour autant la moindre réticence à reconnaître publiquement que les candidats sont effectivement classés par ordre de mérite dans la liste numérotée qui est proclamée ou affichée. C’est que la procédure de choix collectif aboutissant à l’« ordre de mérite » publié par l’institution me semble correcte ou bien adaptée. Les considérations cognitives y ont leur place, bien sûr ; par exemple, si je n’ai pas quitté les rangs du jury en cours de route et si je ne me désolidarise pas de la proclamation des résultats, c’est que je n’estime pas ces résultats dénués de toute crédibilité du point de vue du rapport au mérite (je n’estime pas que le premier classé est manifestement le plus mauvais candidat, je n’estime pas que le jury s’est prononcé sur la base de considérations dénuées de pertinence du point de vue de l’appréciation du mérite, etc.). Il n’en reste pas moins vrai que certaines considérations procédurales (sur le mode de constitution du jury, sur « la manière dont les choses se passent ») dispensent de fonder directement l’acceptation du classement final comme « ordre de mérite » sur l’examen des meilleures raisons substantielles (relatives au mérite relatif des candidats) telles qu’elles m’apparaissent. Pour des raisons procédurales, donc, je n’ai pas de réticence à affirmer que les candidats sont effectivement classés par ordre de mérite, dans le cas même où le classement ne correspond décidément pas à celui qui, selon mes raisons les mieux fondées, m’apparaît comme le véritable classement par ordre de mérite.

4Dans cet exemple, ce qui est publiquement défendu comme le classement approprié est très clairement le résultat de concessions ou de compromis, de votes et d’opérations de déférence à l’autorité des experts les plus compétents sur chaque point (la constitution même du jury faisant partie des considérations procédurales pertinentes). Chacun sait que ce qui est publié est l’issue d’une procédure de choix collectif, en sorte que la portée cognitive des jugements associés (au format « telle personne a plus de mérite que telle autre »), sans être nulle, ne doit pas être exagérée. Mais dans d’autres cas, le rapport à la vérité et à l’erreur est plus direct, et se trouve véritablement mis en jeu dans les opérations d’acceptation de certaines propositions par certains agents dans des contextes institutionnels, ce qui rend moins aisé de renoncer à la rectification critique du jugement par le discernement personnel. Par exemple, si un ministère de l’Environnement appuie son action sur certaines hypothèses concernant l’impact des activités humaines ou des changements climatiques sur l’environnement, il importe de savoir si ces hypothèses de travail sont correctes, et s’il est acceptable, d’un point de vue strictement cognitif, de les retenir ; la vérité et l’erreur en ces matières peuvent toujours être appréciées d’un point de vue complètement indépendant des fonctionnements institutionnels (ce qui n’est pas le cas dans l’autre exemple, le « mérite » évoqué étant toujours le mérite tel qu’aperçu par les membres d’un jury).

5Quoi qu’il en soit des vertus éventuelles des procédures internes du point de vue de la délibération et des choix collectifs, rien ne pourra atténuer, le cas échéant, la conviction que les hypothèses retenues sont incorrectes. Rien ne pourra alors retenir de penser que les agents institutionnels, pour des raisons cognitives, devraient corriger leurs déclarations publiques d’acceptation de certaines propositions et de rejet d’autres propositions. La motivation sous-jacente peut être le souci intrinsèque de la manifestation de la vérité, le souci politique de voir les institutions adosser leur discours public aux vérités connues, ou bien encore la conviction que les meilleurs choix ne pourront émerger que sur la base de l’acceptation de jugements corrects. Dans chacune de ces trois perspectives, le rapport direct à la vérité et à l’erreur apparaît déterminant pour l’appréciation du caractère correct ou non, acceptable ou non, des marques publiques d’acceptation de certaines propositions de référence.

6Je m’intéresserai précisément aux situations de ce genre : des situations dans lesquelles les aspects procéduraux des choix collectifs ne font pas écran à l’examen direct du rapport à la vérité et à l’erreur. Dans de telles situations, y a-t-il un entre-deux, à mi-distance de la recherche pure et simple de la vérité et du souci de retenir certaines propositions plutôt que d’autres pour des raisons simplement pragmatiques ? Telle est la question que j’examinerai.

7Le problème spécifique que j’examinerai est celui de l’acceptation de thèses (ou interprétations) de la part d’un acteur social qui les croit erronées, mais qui entend coopérer avec les autres (ou coordonner sa conduite avec celle des autres) sur la base de ces thèses ou interprétations pour des raisons qui sont rationnelles et qui ne peuvent être réputées extérieures à la thématique de la vérité et de l’erreur. Cela obligera à développer, dans un premier temps, des considérations relativement générales sur les aspects stratégiques des rapports entre croyances et acceptations dans la coordination des conduites. J’examinerai ensuite, à propos des interactions humaines institutionnelles, les rapports entre les croyances et les acceptations au sujet du sens des règles.

8Je privilégierai en effet des contextes d’interaction qui ont une dimension institutionnelle en un sens large : certains enjeux de la conduite des agents ne sont compréhensibles, et tout d’abord identifiables, qu’en faisant référence à des fonctionnements (internes) et à des opérations (externes) encadrés par des règles s’appliquant à un groupe de personnes ayant des responsabilités définies. Dans de tels contextes, la manière dont se conjuguent les unes aux autres les conduites des différents acteurs s’avère importante : c’est la dimension de la coordination entre les acteurs (dont on peut dire par ailleurs qu’elle fixe les formes de la « coopération » lorsque la répartition d’avantages ou d’inconvénients est directement un enjeu de l’interaction ou se trouve réglée d’une manière définie par les règles de cette interaction).

Croyances et acceptations dans la coordination des conduites : aspects stratégiques et rapport aux règles

9Les institutions jouent un rôle décisif dans la coordination des conduites humaines et elles amènent leurs membres à défendre, soutenir ou accepter certaines propositions. Mais il n’est pas assuré que cela conduise à des attitudes personnelles qui témoignent des croyances authentiques ou des meilleurs jugements des agents eux-mêmes. Comment et pourquoi cela arrive-t-il ? Ce problème gagne à être placé dans une perspective générale, sans se limiter d’abord aux spécificités de la vie institutionnelle. Les institutions sont en effet tributaires, par bien des côtés, des rapports généraux qui existent entre la conduite, la stratégie, la coordination entre les agents, les raisons de l’action et les croyances. C’est l’angle sous lequel j’envisagerai d’abord le problème. Je proposerai, dans la section suivante, une autre approche, mettant davantage en relief ce qu’il peut y avoir de spécifique dans la médiatisation, par les fonctionnements institutionnels, de l’acceptation de certaines propositions.

  • 2 Bien plus, il est possible que les jugements ou croyances soient intrinsèquement dénués de tout fon (...)

10Comme cela est bien connu dans les sciences sociales, la vérité des croyances ou jugements (au sens classique d’une vérité jugée indépendante de l’acte de croire et des attitudes reliées), n’est pas forcément requise pour que ces jugements ou croyances assurent une coordination efficace des conduites, par exemple un équilibre économique doté de propriétés attractives (telles que l’efficacité et la stabilité, ou encore telle ou telle propriété d’équité). Il se peut que l’erreur soit utile2. N’est-ce pas là une source de raisons plausibles pour rendre compte du fait que nous en venions à accepter des propositions que nous croyons fausses ?

  • 3 Dans ce registre, on réservera le vocabulaire de l’erreur aux cas dans lesquels la croyance de l’ag (...)

11Les jugements que certains acteurs ne croient pas corrects (et dont on ne croit pas qu’ils le deviennent) peuvent être tels, en effet, que leur acceptation conjointe par les acteurs à titre de croyances « affichées » (ou officielles) apparaît cependant souhaitable aux acteurs, par exemple à cause des effets positifs sur la coordination de ces acteurs. Ce peut être une raison d’adopter ces jugements au moins comme fondement pour la conduite extérieure, pour des acteurs qui ont malgré tout, par ailleurs, des réserves cognitives. Je privilégierai, pour illustrer cette possibilité, des exemples stratégiques classiques, avant d’en venir à des problèmes moins classiques de coordination entre institutions autour de l’interprétation de principes de référence. Il faudra tenir compte d’éléments cognitifs (les croyances personnelles, l’expertise produite, l’information reçue)3, mais aussi d’autres éléments qui sont plutôt de type stratégique (ou qui concernent la négociation) et qui interagissent cependant très étroitement avec les premiers.

  • 4 Voir ce que disait Voltaire (1979, p. 571), en visite chez Marie-Thérèse d’Autriche, de la raison e (...)

12Quels sont les mécanismes à l’œuvre dans l’acceptation délibérée (et parfois publique) de jugements qui semblent erronés mais dont l’acceptation joue précisément un rôle dans l’émergence de résultats que l’on juge convenables ? Certains jugements dénués de fondement indépendant suffisant aux yeux d’un acteur individuel peuvent-ils apparaître « corrects » en un certain sens, de par leurs effets positifs sur la coordination sociale des acteurs, mais en vertu aussi d’un rapport d’un certain type à la thématique de l’erreur et de la vérité ? Une approche simplement tactique du phénomène consisterait à rappeler qu’il peut être avantageux pour les acteurs sociaux d’afficher des croyances qui ne sont pas sincères : c’est ce que l’on peut appeler la « tartufferie » dans la plupart des contextes et parfois, en politique, de la prudence, s’il est vrai qu’à l’occasion les exigences relatives aux bons effets peuvent être mises en balance avec les normes cognitives du raisonnable4. Mais l’histoire ne s’arrête pas là, si l’on veut prendre au sérieux le rapport à l’erreur et à la vérité, comme cela apparaît en effet nécessaire.

  • 5 A contrario, les récits des plus grandes catastrophes politiques ménagent souvent, à juste titre, u (...)

13Dans les contextes politiques et économiques en particulier, la « tactique » ne peut ignorer la réception des déclarations et des actions par le public. Or le public s’intéresse à la vérité et à l’erreur. Il faut rappeler ici l’importance, dans les idéaux classiques de la vie institutionnelle, de l’exigence rationnelle d’un discours correct au vu des jugements réfléchis du locuteur et d’une réflexion critique accessible à la révision des jugements au vu des faits. La disposition à considérer les faits tels qu’ils sont et à se rendre aux meilleurs arguments est une vertu cardinale selon les approches de la politique qui sont éloignées du fanatisme et de l’autoritarisme ; dans de nombreux pays, les réactions ou attitudes du public reflètent à quelque degré cette préoccupation. Les normes de la délibération réfléchie et du comportement rationnel doivent alors incorporer ces exigences, si elles doivent permettre de raisonner correctement sur les effets de l’action. De plus, la mise en œuvre et la préservation d’un rapport correct à la vérité et à l’erreur doivent elles-mêmes compter parmi les effets à considérer : la vie publique n’est pas satisfaisante si les fonctionnements institutionnels encouragent une attitude de mépris pour la vérité5.

14Telles sont les raisons générales qui peuvent conduire à s’en tenir à la thèse d’une liaison très étroite entre acceptations et croyances, dans les situations où se pose un problème de coordination entre acteurs institutionnels. Mais d’un autre côté, la vie institutionnelle (notamment politique) est un domaine dans lequel cette liaison est régulièrement mise à mal, notamment parce que les exigences de la coordination efficace et le développement de conventions utiles entretiennent un rapport manifestement inconfortable avec le discernement pleinement critique et l’affirmation de ce que l’on juge vrai à titre personnel. Les idéaux politiques contemporains accordent certainement une place de choix à l’émulation dans la recherche des meilleurs arguments et au progrès collectif dans l’établissement des convictions correctes. Mais la vie institutionnelle a toujours, en elle-même, un rapport étroit avec la suspension de l’action individuelle telle qu’elle peut être motivée par le jugement individuel (le jugement le plus correct aux yeux de l’agent) et, en particulier, avec l’endossement public de propositions simplement, ou essentiellement, parce qu’elles sont validées ou défendues par les institutions.

15Par un certain côté, cette thématique est ancienne. La théorie politique classique, en effet, n’est pas avare de considérations sur le lien qui existe entre l’affirmation de l’autorité et la détermination de la vraie signification des normes ou la fixation des croyances au sujet de leur sens. Rappelons par exemple ce qu’affirme Spinoza (1955a, p. 733) :

Si chacun avait eu la liberté d’interpréter les lois à sa guise, l’État n’aurait pu subsister, il serait aussitôt tombé en décomposition et le droit public fût devenu droit privé.

Par cette loi, donc, la Société pourra se rendre ferme, pourvu qu’elle revendique pour elle-même le droit que chacun a de se venger et de juger du bon et du mauvais, et qu’elle ait par conséquent le pouvoir de prescrire une règle de vie commune, de faire des lois et de les affermir, non par la Raison qui ne peut réprimer les sentiments […] mais par des menaces (et cette société affermie s’appelle l’État, Civitas). (Ibid., 1955b, livre IV, 2e scolie de la proposition 37)

16Pour Spinoza comme pour Hobbes et tant d’autres, la puissance publique trouve une expression forte dans la capacité de fixer le sens des règles et l’identification du bon et du mauvais (ou du juste et de l’injuste), en se substituant aux raisonnements, convictions et interprétations des uns ou des autres. C’est une prérogative publique décisive que de pouvoir fixer des significations et, par là, constituer un système de jugements de référence (qui ne sont pas forcément les croyances sincères de tel ou tel, mais des jugements pouvant servir de référence et offrir par là une sorte de norme de ce qui est à accepter dans les usages institutionnels). Bien sûr, cela recouvre un problème important, lequel, comme cela arrive souvent en politique, ne disparaît pas avec le remède : dans le monde politique tel qu’il est, et jusque dans les cas où la puissance publique s’affirme bien comme telle sans contestation de son autorité, différents acteurs ou institutions font valoir de manière parfois contradictoire des interprétations qui, selon leurs attitudes respectives concernant le sens des principes ou des règles, sont les interprétations correctes.

  • 6 Cette thématique est étudiée d’une manière plus développée dans Picavet (2003).

17Par ailleurs, les croyances jouent un rôle politique dans la coordination plus ou moins réussie des conduites des acteurs. On peut penser, par exemple, au type d’assurance réciproque par lequel les théoriciens classiques pensent l’abandon du droit de nature6 ; comme le résume Spinoza (ibid.) :

[…] Pour que les hommes puissent vivre dans la concorde et se venir en aide, il est nécessaire qu’ils renoncent à leur droit de nature, et s’assurent réciproquement qu’ils ne feront rien qui puisse faire du mal à autrui.

18Il est en effet essentiel (et cela vaut au-delà même de l’économie propre à la doctrine de Spinoza) que s’instaure « la foi les uns dans les autres ». Tout manquement à une convergence parfaite des croyances porte en germe des tendances à la désobéissance et, par là, une menace contre le type d’existence rationnelle que doit réaliser la construction politique. L’enjeu est important pour les théories contractualistes, mais aussi pour la compréhension de situations tout à fait ordinaires. Par exemple, supposons que la loi, pour le bien des personnes, réglemente étroitement la possession et l’usage des armes à feu. Supposons maintenant que M. X, vivant dans le voisinage de M. Y, avec qui il entretient des relations exécrables, n’ait pas une croyance bien assurée dans la détermination de M. Y à s’en tenir de manière stricte au respect de la loi. Dans ces conditions, M. X peut juger dans son intérêt, pour des raisons de sûreté, et même en tenant compte des sanctions légales éventuelles, de s’armer en passant outre les restrictions légales, répliquant par avance ce qu’il craint d’observer chez son ennemi M. Y.

19De plus, M. X a des raisons spécifiques de se méfier, dans le cas même où sa propre loyauté est réelle, s’il croit qu’il y a, à ce sujet, des croyances erronées chez M. Y. Car alors, M. Y peut être tenté de « prendre les devants », engageant les deux individus dans une escalade qui risque d’être déraisonnable. Le raisonnement, évidemment, ne s’arrête pas là et peut être itéré. Ainsi, un échelon plus loin, si M. X croit que M. Y croit qu’il le croit potentiellement déloyal, alors M. X a une bonne raison d’être méfiant et de tomber dans la désobéissance, même si les craintes que M. X prête à M. Y à son endroit ne sont étayées par aucune disposition que M. X pourrait découvrir en lui-même (par introspection). Dans ce type de situation, ce qui est en jeu est une faille à un degré ou un autre dans une chaîne de croyances croisées des agents les uns au sujet des autres. Ce que l’on risque, c’est un défaut dans la convergence des croyances autour d’un principe tel que la soumission en commun aux exigences de la loi. Alors, les comportements risquent d’être mal coordonnés au sens où ils privent les agents de virtualités raisonnables de coexistence (ou, pour le dire autrement, ils les privent de l’obtention de bons effets). Les croyances causent alors la mauvaise coordination des conduites.

20Des problèmes semblables se présentent, donnant lieu à un enchâssement hiérarchique des représentations, lorsque des règles qu’il s’agit d’appliquer (ou autour desquelles on se coordonne) n’ont pas en elles-mêmes une clarté parfaite et sont susceptibles de plusieurs interprétations, en sorte que plusieurs croyances contradictoires subsistent au sujet des interprétations correctes. Dans les cas de ce genre, même si un individu croit que les autres sont loyaux, il peut être conduit à adopter une conduite déloyale à ses propres yeux à cause de la présence chez les autres (ou du moins, à cause de l’imputation à d’autres) de croyances qu’il juge erronées au sujet du sens correct des règles ou principes de référence. Par exemple, si M. X croit que M. Y interprète mal la législation sur le port des armes, d’une manière trop laxiste à ses yeux (i.e. par comparaison avec ses propres croyances sur l’interprétation correcte), cela peut lui donner une raison spécifique de se méfier et d’enfreindre lui-même la législation, quand bien même il serait disposé à la respecter s’il n’avait pas à craindre une défaillance herméneutique de la part de M. Y.

21Disons qu’il y a ambiguïté (ou sous-détermination) des règles lorsqu’il y a plusieurs critères en présence pour la compatibilité (ou incompatibilité) des événements observés avec des interprétations jugées possibles (par les uns et les autres) des règles générales de référence. Il est alors tentant d’admettre la chose suivante : pour que les conduites des uns et des autres soient « bien coordonnées » (c’est-à-dire rationnelles ou raisonnables, avantageuses pour tous, etc.), chacun doit avoir des croyances assurées 1) au sujet de l’interprétation des règles (si elles sont ambiguës) et du respect de ces règles chez les autres ; 2) au sujet de la croyance des autres à propos de soi-même sous le même rapport ; 3) au sujet de la croyance des autres à propos de la croyance que l’on a à leur sujet sous le même rapport, et ainsi de suite.

22Illustrons cela par un exemple classique emprunté à Machiavel (1978, III, 18), qui invitait le bon stratège à se défier rationnellement de ses propres croyances au moment d’agir :

Épaminondas, chef thébain, disait que la chose la plus nécessaire et la plus utile à un commandant d’armée était de connaître les intentions et les projets de l’ennemi. Mais les connaître est chose ardue, et accroît d’autant le mérite du capitaine qui en vient à bout. Et ce n’est pas tant le dessein de l’adversaire qui est difficile à pénétrer que le sens des opérations, et plus encore celui des actions qui ont lieu sous vos yeux mêmes, que de celles qui se déroulent au loin. Il est arrivé maintes fois qu’après une bataille qui avait duré une journée entière, le vainqueur se croyait vaincu et le vaincu vainqueur : erreur qui entraînait des décisions fatales à ceux qui les commettaient.

23Les croyances au sujet des faits et celles concernant l’interprétation correcte des critères sont inextricablement mêlées dans des cas de ce genre. Dans l’exemple de Machiavel, un problème central est la coordination des croyances autour de la qualification des états de fait au regard des normes applicables (à savoir, les conduites prévues par les règles usuelles de la guerre). L’aperçu décisif de Machiavel est que l’on peut avoir des raisons rationnelles de se défier de ses propres croyances, et qu’il faut lier cette question à un problème de coordination avec les croyances des autres agents. Cela révèle que les croyances que l’on prête aux autres peuvent être un motif pour fonder sa propre action sur autre chose que les vraies croyances que l’on a sur le fond des choses.

  • 7 À propos de la qualification de la situation, il faut se demander si elle est déterminable au moins (...)

24On vérifie par cette voie stratégique que l’intervention de normes reconnues en commun fragilise la disposition individuelle à régler sa propre conduite sur les meilleures raisons cognitives telles qu’on les aperçoit soi-même, à propos des faits. Ici, les croyances factuelles au sujet du champ de bataille sont un élément du problème, mais pas le seul, en sorte qu’elles n’ont pas un effet direct sur le choix de la conduite à tenir. En effet, pour des raisons qui tiennent à l’interaction sociale, il peut être rationnel d’agir comme si l’on ne croyait pas, ou pas tout à fait, ce que l’on croit pourtant vraiment. Dans l’exemple de Machiavel, les comportements sont coordonnés à la fois par des croyances sur les faits (la victoire, la défaite ou le combat à l’issue encore incertaine) et par les représentations des acteurs au sujet des critères appliqués par chaque belligérant. Les deux éléments sont étroitement liés, parce que victoire et défaite n’ont de sens que par l’application de critères aux données d’observation7.

25Une partie du problème est la difficulté pour chaque agent d’avoir une information correcte sur la « vraie » situation (échec ou victoire, ou entredeux). Mais est également en cause l’application (et donc l’interprétation) des règles en vertu desquelles chaque agent devrait prendre en temps opportun la décision de se proclamer vainqueur ou de s’avouer vaincu. Les enjeux pratiques de la mutualité des croyances sont dès lors bien palpables. Si je crois avoir perdu, je ne veux pas désarmer si je risque de subir encore des pertes. Je dois alors me demander : l’autre partie croit-elle bien que j’ai perdu ? Si ce n’est pas le cas, je risque d’aggraver mon sort en désarmant tout de suite, quoiqu’il en soit de ma croyance sincère au sujet de ma propre défaite. Il est possible aussi, lorsque la situation est indécise, qu’il vaille mieux, pour les deux protagonistes, faire comme s’ils croyaient la victoire impossible pour leur camp, de manière à éviter des pertes supplémentaires, quand bien même ils seraient convaincus, chacun de leur côté, de pouvoir l’emporter – d’une manière bien propre à nourrir des hostilités très dangereuses dans l’hypothèse de comportements et de déclarations fondés, de part et d’autre, sur leurs croyances authentiques respectives.

26Ma conduite dépend très normalement de ce que je crois au sujet des croyances de l’autre à mon sujet. Les croyances considérées résultent du fait de « compter comme » tel événement la configuration des faits sous une certaine description. Si les croyances liées à l’interprétation des règles de la guerre sont mal coordonnées, les agents peuvent subir un coût par là même. C’est le cas par exemple si celui qui se croit sincèrement vaincu ne désarme pas et poursuit le combat (d’une manière qui inflige des pertes inutiles aux deux parties) simplement parce qu’il croit que l’autre ne croit pas qu’il se croie vaincu (alors que ce n’est pas le cas), et parce qu’il craint de subir de ce fait des pertes graves s’il prend le risque de cesser les hostilités. La partie qui se croit vaincue agit alors par crainte de pertes plus importantes encore dans les derniers combats en cas de cessation immédiate des hostilités. Cela peut se poursuivre jusqu’à ce que les données objectives de la situation donnent à tous les agents l’assurance parfaite que tous constateront sans ambiguïté la victoire de l’un des camps. Dans l’intervalle, des dommages parfaitement inutiles auront été subis, ce qui atteste la mauvaise coordination des conduites. Inversement, la bonne coordination des conduites paraît favorisée par, et semble même requérir, la convergence des croyances directes et croisées des agents au sujet du sens des règles et de la disposition à suivre ces règles.

27Cela peut donner de l’attrait à une stratégie d’apaisement, engageant à des compromis. En particulier, si une telle stratégie donne des gages à l’autre partie immédiatement ; car alors, les concessions opérées stabilisent les croyances. Concernant la partie qui fait des concessions, il ne sera plus possible de continuer à croire qu’elle espère la victoire totale (puisqu’il est visible qu’elle y a déjà renoncé en faisant des concessions). Les compromis permettent de stabiliser et de coordonner les croyances, en mettant un terme à la crédibilité de conjectures dangereuses. Dans ce type de mécanisme, on trouve confirmation de ce fait intéressant au point de vue philosophique : l’utilité pragmatique de la configuration des croyances n’est pas indépendante du rapport de ces croyances à la vérité et à l’erreur.

28Pour emprunter un autre exemple à l’histoire de la pensée stratégique, observons que, dans les Lettres vii et viii de Platon, les arguments invitant à se défier rationnellement de ses propres croyances sont importants, et d’une manière qui fait bien apparaître la place centrale de l’institution politique d’une coordination des croyances. Or, ces arguments sont donnés pour appeler au compromis. Cela tient au fait que, dans le mécanisme qui est identifié par le rédacteur au cœur de la perpétuation des combats, il y a la croyance sans cesse renouvelée dans la possibilité d’être victorieux. Si même, dans les factions en présence, on croit sincèrement pouvoir obtenir la victoire, il est rationnel d’agir comme si l’on avait d’autres croyances et de se rallier à une sorte de croyance publique (un pieux mensonge civique, en quelque sorte), relayée dans les déclarations, d’après laquelle il est impossible à un camp quelconque d’obtenir une victoire décisive, en sorte que les compromis et la réconciliation s’imposent.

29Est-ce qu’il s’agit alors seulement de l’affichage public de fausses croyances n’ayant rien à voir avec la croyance véritable ? On ne peut certainement pas dire cela et derechef on constate que les bénéfices ne sont pas indépendants du rapport à la vérité et à l’erreur. Car l’intérêt de ce type de démarche en vue de la coordination sociale (ou politique) tient précisément à la neutralisation des conjectures dangereuses au sujet des intentions des uns et des autres. Pour cette raison, adopter certains jugements par convention et par intérêt, c’est indissociablement aussi « faire comme si » l’on n’avait pas certaines autres croyances et cela, évidemment, ne se comprend qu’en faisant référence aux croyances elles-mêmes. Il faut donc que ce soit plausible. Ce sur quoi l’on s’engage en « acceptant » publiquement certaines propositions ne doit pas être absurde ou dénué de plausibilité. C’est là un aspect tout à fait essentiel lorsque le succès de la démarche entreprise (par exemple, pour rétablir la paix) dépend de la capacité à pousser les uns et les autres à accepter conjointement certaines propositions de référence, puisqu’il faut alors s’assurer que cela est possible pour les uns et les autres sans risque de se déconsidérer auprès des membres de leur propre camp. En somme, pour ces différentes raisons, le souci de la production des effets n’est pas alors platement « tactique » ; il enveloppe aussi, manifestement, des aspects cognitifs.

  • 8 Il faut bien distinguer à cet égard la croyance que l’on a réellement, d’une part, et d’autre part, (...)

30On peut admettre, un peu plus généralement, que la vie politique introduit une liaison très forte entre les croyances et les acceptations. Le fait d’« accepter » ostensiblement certaines propositions est un signal du fait que l’on ne laissera pas sa propre conduite être influencée par certaines croyances, même si cela ne prouve pas que l’on ne soit pas dans ces croyances à part soi8. Bien entendu, un tel signal n’est crédible et influent que s’il s’accompagne de gages donnés aux autres parties ou d’un souci avéré de sa propre réputation. Dans les exemples que nous avons considérés, les gages prennent typiquement la forme de concessions directes à des adversaires. Nous verrons que d’autres types de concessions, plus subtiles et passant par des relais interprétatifs, sont possibles.

Croyances et acceptations au sujet du sens des règles dans les rapports entre institutions publiques

L’usage des règles et les croyances sur les règles

  • 9 Certains jalons pour l’analyse des configurations de ce type sont proposés dans Picavet & Razafimah (...)

31Les divergences interprétatives qui se manifestent et qui posent spécialement problème dans les interactions institutionnelles sont habituellement fondées sur des croyances au moins possibles, et mutuellement incompatibles, au sujet du sens correct des règles de référence9. Or, il faut souvent s’appuyer sur des interprétations enregistrées au moins à titre provisoire, à titre d’« acceptations » destinées à évoluer et à être renégociées. On reste donc souvent à égale distance d’un consensus intégral et de la mésentente complète. Dans un contexte institutionnel, l’interprétation des règles est un processus continu, comportant des révisions graduelles des interprétations admises ou prédominantes (celles qui offrent des repères pour la prévisibilité mutuelle des conduites). Ce processus de révision n’entretient pas seulement une vague analogie avec la révision des croyances dans les processus d’apprentissage : dans les deux cas, il y a bien un rapport décisif à la vérité et à l’erreur.

32En effet, les institutions sont souvent en mesure, grâce à leurs instances de délibération internes, d’éliminer de leur répertoire de propositions acceptées certaines thèses ou hypothèses qui se révèlent erronées ou trop fragiles, et qui ne pourraient, pour cette raison, être acceptées par des partenaires ou par un public de référence, ou encore par des autorités publiques. Le rapport à la vérité et à l’erreur est également décisif parce que ce qui est déclaré par l’institution l’engage pour l’avenir (il lui sera difficile de se déjuger entièrement ou d’agir en contrevenant manifestement à ses propres recommandations ou prescriptions). Ce qui est déclaré sert de point d’appui à la critique dans la suite des événements ; par exemple, si une institution défend publiquement une certaine interprétation de règles en vigueur, elle s’impose à elle-même certains risques (au moins pour sa réputation) en cas de violation ultérieure de ces règles considérées selon cette interprétation ; or, il peut se faire que cette violation soit malgré tout avantageuse à l’avenir et intervienne dans les faits.

33Ce qui est déclaré, retenu ou validé par les institutions (et donc « accepté » par les agents institutionnels) a un impact sur la manière dont se nouent puis se développent les débats contradictoires sur l’action des institutions. Les modalités collectives de rectification et d’ajustement des principes d’action dépendent des propositions affichées par les institutions concernées, puisque ces dernières sont en partie jugées en tenant compte de leurs propres déclarations concernant des estimations, des hypothèses de travail, des interprétations spécifiques des principes ou normes de référence. Si l’on se préoccupe de la qualité du débat public, il importe alors que le débat critique se développe d’une manière convenable et, de ce point de vue, il importe aussi que les institutions choisissent d’accepter des propositions pertinentes et significatives, d’une manière qui favorise réellement leur aptitude ultérieure à avoir un rapport acceptable à la critique, à la vérité et à l’erreur.

34Par ailleurs, il faut tenir compte du fait que les institutions communiquent entre elles. Ces formes de communication prennent en charge des enjeux d’interprétation mais aussi, dès qu’il y a des intérêts ou valeurs partiellement divergents, des enjeux de négociation (ou de recherche de compromis). Les deux aspects sont liés, car les divergences donnant lieu à négociation se présentent souvent comme des divergences sur l’interprétation correcte de certains principes ou normes constituant un arrière-plan commun, servant de référence aux protagonistes. La négociation, de cette façon, peut porter sur la signification des règles, qui révèle par là qu’elle ne se réduit ni à l’accord dans les pratiques, ni à des croyances réellement endossées par chacun d’un point de vue strictement cognitif. La vérité se situe vers le milieu : il s’agit d’acceptations évolutives, qui ont un rôle dans la pratique (en permettant la coordination des acteurs), et ce rôle suppose leur crédibilité, leur acceptabilité en tant que substituts de la croyance pleine et entière. Ce ne sont pas des croyances, mais ce sont au moins des croyances potentielles, des choses auxquelles on pourrait croire. Elles sont par ailleurs susceptibles d’être critiquées et révisées selon un processus homologue à la révision des croyances ordinaires. Elles assurent leur rôle de coordination notamment grâce à leur capacité à priver de crédibilité d’autres croyances potentielles – en particulier, celles qui donneraient lieu à des manifestations de défiance réciproque.

  • 10 Cela rejoint une hypothèse de travail qui émerge de travaux récents : c’est seulement dans l’usage (...)

35Dans le champ politique, les enjeux interprétatifs sont particulièrement importants dans les interactions qui engagent le rapport à des normes de rang constitutionnel. Règles et politiques sont habituellement dépendantes des règles constitutionnelles qui les encadrent et dont l’interprétation importe pour fixer la répartition des pouvoirs ou faire évoluer les rapports d’autorité. Il y a alors, dans l’étude des rapports entre institutions, une liaison naturelle entre l’étude positive des rapports entre institutions et l’étude de « ce qui a validité », ou de ce que les individus croient valide pour de bonnes raisons. Il y a une liaison causale présumée allant des représentations individuelles ou croyances à propos de l’autorité légitime, vers la manière dont l’autorité peut s’exercer (avec quel succès, par qui, etc.), habituellement en prenant appui sur les règles qui attribuent l’autorité légitime ; en effet, les autres institutions et le public peuvent s’appuyer sur des croyances au sujet des initiatives légitimes et de celles qui ne le sont pas (sur la foi d’une certaine interprétation des règles) pour contester des initiatives concrètes des institutions. Cela peut les priver des effets attendus10. Par là, les « règles du jeu » conditionnent les processus dynamiques de réallocation ou de renégociation de l’autorité réelle (par quoi l’on entend le pouvoir d’agir sur les états de fait pour les modifier).

36Souvent, l’incidence de la mise en œuvre de principes ou règles est médiate : elle porte sur l’agencement des pouvoirs, l’évolution des rapports d’autorité, la perception de ce qui est possible et souhaitable à propos de l’action des institutions. Par exemple, lorsque les institutions ont à négocier entre elles, il y a de bonnes raisons de vouloir traiter simultanément, dans toute la mesure du possible, le déroulement des procédures institutionnelles de négociation (ou recherche de compromis) et l’évolution du sens des normes de référence. Il faut alors tenir compte des éléments discursifs (linguistiques) ainsi que des efforts de persuasion développés dans la communication des institutions.

37On ne peut oublier le rôle de certaines normes qui sont posées par ailleurs (ou qui dérivent des interactions du passé), qui servent de référence ou de boussole aux débats publics et aux institutions et qui peuvent avoir une incidence sur les processus sociaux étudiés, à travers les modalités complexes de l’argumentation et de la délibération. Par exemple, qui pourrait prétendre que des normes telles que le principe de subsidiarité, les droits sociaux reconnus, ou encore les normes de marché libre, ouvert et non biaisé, demeurent sans influence sur le déroulement des processus de gouvernement concrets au sein de l’Union européenne, qui passent par de multiples transactions argumentées entre les institutions ?

  • 11 Cela apparaît nettement dans des procédures de négociation mettant en jeu le contrôle sur des affai (...)

38De plus, les problèmes d’indétermination des normes ou principes de référence rendent rationnel pour les acteurs institutionnels de se préoccuper de l’évolution future de leur capacité à influer sur la signification attribuée aux normes : vont-ils pouvoir défendre ou accréditer les significations qui leur semblent correctes, ou celles qui vont dans le sens de leurs intérêts ? S’il y a là matière à négociation et concessions, vont-ils conserver un poids suffisant dans le processus ? On peut chercher de ce côté des éléments explicatifs pour des phénomènes tels que la très forte préférence pour un contrôle complet rendant moins probables des défis ultérieurs favorisés par les « zones d’ombre » des accords antérieurs11.

39Un rôle central est ici tenu par l’indétermination dans les croyances au sujet du sens des normes de référence. Cette relative indétermination dispose les agents à se préparer à une vie institutionnelle régie par des interprétations ou croyances qu’ils ont des raisons personnelles de juger inadéquates. Mais pas à n’importe quel prix, vraisemblablement. Les anticipations concernant l’exploitation possible de cette indétermination par la partie adverse (dans le sens des visées qui sont les siennes) peuvent nourrir des craintes sur l’évolution future de la signification reçue des normes, et bloquer par là des accords ou des compromis qui seraient accessibles et rationnels en théorie.

  • 12 C’est un aspect de la problématique politique de l’allocation équilibrée des pouvoirs en lien avec (...)
  • 13 Cette hypothèse est développée et confirmée, sur la base de l’observation des débats sur les politi (...)

40Selon mes propres observations, un élément crucial pour la facilitation de la formation de compromis assurant une bonne coordination des acteurs institutionnels est la disponibilité de garanties procédurales suffisantes pour que les agents aient l’assurance de pouvoir peser de manière équilibrée sur l’interprétation future des normes de référence (notamment pour avoir de bonnes chances de résister avec succès à des défis interprétatifs clairement dictés par des considérations partiales). En somme, pour qu’un compromis substantiel advienne, il faut commencer par le compromis procédural, en donnant des gages suffisants aux acteurs contre des remaniements adverses ultérieurs des croyances ou interprétations dominantes12. Le compromis engendre le compromis, parce que les agents institutionnels engagés dans des négociations ont un besoin compréhensible de se couvrir contre le risque d’une dérive interprétative au sujet du sens des règles en vigueur13. Dans les exemples de ce genre, on peut craindre que la méfiance et son corrélat habituel (la tendance à exploiter la crédulité) ne rendent inaccessibles, à l’occasion, des formes bénéfiques de coordination des acteurs institutionnels. Mais dans d’autres cas, ne se pourrait-il pas que l’élaboration graduelle d’« acceptations » éventuellement séparées des croyances réelles soit un outil acceptable de coordination sociale ?

Les rapports de pouvoir et la construction sociale des croyances sur la légitimité

41Développons encore l’exemple des compromis sur la légitimité de l’autorité politique. C’est un exemple d’un intérêt considérable pour la philosophie politique, compte tenu de la gravité singulière des situations engendrées par les croyances antagonistes au sujet de l’autorité ; mais ce type de compromis intervient aussi dans la vie politique ordinaire, lorsque les frontières des différents pouvoirs ne sont pas tracées de manière exacte. Interviennent notamment alors, dans les rapports entre institutions, les convictions des acteurs sur les clefs convenables de répartition des pouvoirs. Il serait peu vraisemblable de compter pour rien le rôle des croyances authentiques : celles qui retracent ce que l’on estime vrai concernant les rapports convenables entre les institutions. Mais c’est aussi une affaire d’acceptations provisoires et évolutives, partiellement dictées par les problèmes de la coordination institutionnelle. Il s’agit alors de ce que l’on déclare, de ce sur quoi l’on prend appui dans la délibération, de ce à quoi l’on se réfère dans la communication, etc. On est dans un registre différent de celui de la croyance pure et simple, même si le rapport aux convictions, à la croyance, à la vérité et à la fausseté n’est pas ici dénué de pertinence.

  • 14 C’est ce qui donne tout son prix, par exemple, à la collaboration entre science politique empirique (...)
  • 15 C’est pourquoi les analyses du rapport entre pouvoir réel et pouvoir formel, telles qu’elles se son (...)

42Le rapport aux convictions peut être indirect, par l’entremise des représentations des acteurs politiques au sujet de ce que les électeurs ou administrés jugeront acceptable ou légitime, ou de ce qu’ils considèrent comme une interprétation valide de tel ou tel principe conditionnant la légitimité (au sens de la répartition adéquate des pouvoirs) dans des processus réglés par des normes14. Ainsi, à propos de l’Union européenne, l’analyse de Tsakatika (2005) met l’accent sur la dépendance des pouvoirs concrets de la Commission par rapport aux argumentaires qu’elle est capable de présenter pour les soutenir. Si la Commission a longtemps privilégié de manière quasi exclusive les valeurs liées à l’efficacité, d’autres objectifs ou missions ont fait leur apparition plus tard, notamment à l’occasion de l’élaboration du Livre blanc sur la gouvernance européenne. La promotion de la diversité dans l’espace européen communautaire est devenue un objectif en soi. Ce type de réaménagement ne va pas sans une démarche de communication et de persuasion, qui doit permettre aux nouveaux pouvoirs (résultant d’une interprétation renouvelée des normes inchangées des traités) de s’exercer avec des effets réels15.

43Dans un exemple comme celui-ci, les « acceptations » qui sont mises en avant par une institution sont découplées des croyances, et en particulier, des jugements des individus sur le vrai et le faux en matière de compétences des institutions. Il ne semble pas nécessaire que le contenu des déclarations officielles soit répliqué dans les croyances sincères des agents individuels. Les acceptations affichées ont néanmoins des effets notables sur les croyances des acteurs sociaux. En effet, certains compromis institutionnels qui contribuent à fixer les croyances, et qui contribuent par là à la coordination des acteurs sociaux, se traduisent par l’affichage de concessions interprétatives concernant la signification correcte des règles ou principes qui encadrent l’interaction institutionnelle. Si une institution s’engage sur certains principes de manière résolue et officielle, il lui sera dès lors difficile d’avoir des comportements d’une certaine sorte à l’avenir. Au sujet du comportement de l’institution, cela accrédite donc certaines croyances, et en annule d’autres : le rôle des acceptations passe par les croyances.

44Les normes déterminant des attributions institutionnelles légitimes sont importantes pour la coordination des acteurs, d’une part en raison du fait qu’elles fixent les anticipations des acteurs et, d’autre part, à cause de leur aptitude à réduire la variabilité dans l’interprétation des initiatives des acteurs institutionnels. Les registres de la légitimité et de la stratégie sont, pour ces raisons, intimement associés.

45Cette imbrication de la stratégie et des croyances sur la légitimité peut être illustrée par certains résultats des recherches récentes de Farrell et Héritier (2004), à propos de l’évolution de la pratique européenne de la « co-décision » depuis l’introduction, dans le traité d’Amsterdam, de la procédure d’accord précoce. Cette innovation substitue à la négociation formalisée et séquentielle (première lecture, deuxième lecture…) des négociations informelles et largement simultanées, dans une transformation qui affecte substantiellement les positions relatives des différents acteurs dans la négociation (Conseil, Parlement, Commission), et leur aptitude comparée à atteindre leur but, ici identifié par hypothèse à la maximisation de leur influence sur les résultats politiques. Cela tend à renforcer le pouvoir des agents-relais (qui représentent leur institution dans les contacts avec d’autres institutions), tandis que la faculté de contourner le débat formalisé favorise les institutions qui prennent un intérêt prédominant à la bonne coordination interne de leurs relations extérieures. C’est notamment le cas si l’institution est utilisée par ses membres pour améliorer l’efficacité des relations stratégiques avec l’extérieur plutôt que pour arbitrer des conflits d’intérêts internes. Il y a alors réallocation des pouvoirs réels entre les institutions, d’une manière qui dépasse de loin ce que laissent présager à un lecteur non prévenu les remaniements juridiques apportés par le traité d’Amsterdam. Or cela n’est pas réductible à l’évolution de simples « rapports de force ». Dans les procédures considérées, il s’agit de réconcilier les intérêts en présence en favorisant le dialogue, l’explication et les concessions appropriées, sur une base de réciprocité. Il s’agit aussi, en se plaçant dans la perspective de l’intérêt général, de prévenir la formation de coalitions de blocage. Les considérations de légitimité structurent donc l’interaction. Les différents acteurs apprennent d’ailleurs à identifier les initiatives qui risquent d’échouer à cause d’un manque de légitimité.

46En somme, la stratégie a beaucoup à voir avec la perception des croyances sur la légitimité des initiatives des différents acteurs. La légitimité tient ici à l’interprétation des textes et des principes de référence, mais aussi à la manière dont des éléments empiriques disposent à privilégier telle ou telle interprétation. Dans le cas étudié par Farrell et Héritier, certaines croyances qui interviennent de manière décisive concernent en effet le fait que les acteurs institutionnels soient « bien placés » pour agir de manière efficace ou utile dans tel ou tel contexte. Mais les acceptations manifestées par les agents institutionnels comptent, non moins que les croyances proprement dites.

  • 16 Cette démarche est approfondie d’un point de vue théorique et méthodologique par Thomason (2001).

47En particulier, chaque acteur institutionnel sait normalement que son accord donne une certaine légitimité à l’objet de l’accord – une légitimité qui pourra être invoquée par les autres plus tard, éventuellement au détriment de l’agent lui-même (par exemple si l’on vient lui rappeler des obligations que ses intérêts du moment lui auraient fait perdre de vue). D’un point de vue institutionnel, apporter son soutien à un accord, c’est aussi donner des gages aux autres, en rendant plus difficile pour soi-même à l’avenir la défense de certaines options ou l’engagement dans certaines actions. On doit alors prêter attention à la disposition des acteurs à considérer les autres acteurs comme acceptant telle ou telle interprétation, en généralisant la théorie de la mutualisation des croyances à d’autres attitudes que la croyance – en particulier, à une attitude telle que : accepter de travailler avec les autres sur la base de telle ou telle interprétation16. On peut dire que ce qui est jeu, ce sont des maximes pour la coordination des conduites ; mais il faut alors préciser immédiatement que les enjeux pragmatiques de la coordination ne sont pas indépendants, dans les contextes institutionnels, d’enjeux relatifs à la croyance, donc à la vérité et à l’erreur.

48Il existe quelques analyses émergentes des interactions constitutionnelles qui ont cherché à articuler l’une à l’autre, de manière explicite, l’argumentation et la poursuite stratégique des intérêts. Selon ces théories, en effet, la signification même que l’on reconnaît aux normes (ou l’ensemble des croyances qui offrent des repères à cet égard) n’est pas séparable du processus d’interaction. Par exemple, dans le modèle proposé par Calvert et Johnson (1999) pour les interactions de rang constitutionnel, les arguments guidant l’interprétation des normes qui fixent les rapports légitimes entre les pouvoirs politiques sont identifiés à une certaine construction d’équivalences entre situations du passé, du présent et du futur. Il y a alors un aspect « historique » dans la définition du sens des normes ou principes : au fil des interactions et des concessions, certaines manières de réagir conjointement à différentes sortes de situations acquièrent une portée de référence constitutionnelle, en enrichissant les normes et principes initialement posés. On cherche ainsi à comprendre comment certains principes politiques peuvent jouer un rôle de « point focal dynamique » pour les acteurs institutionnels, et trouver une effectivité réelle par un mécanisme de précédent politique.

49En effet, selon la théorie proposée par Calvert et Johnson, la délimitation graduelle ou l’enrichissement des significations attachées aux principes initiaux fait émerger des normes de conduite appropriée qui favorisent les concessions réciproques et, par là, la coordination efficace des acteurs institutionnels dans des interactions répétées comportant une dimension de négociation (touchant par exemple l’étendue du domaine de compétence de chacun). On peut y voir un processus d’élaboration graduelle d’« acceptations », qui correspondent à des croyances possibles, lesquelles ne sont clairement pas endossées comme des croyances par les acteurs sociaux. Même si les acceptations ne sont pas des croyances, il n’en demeure pas moins que le choix de l’affichage de certaines « acceptations » au sujet du sens des normes est guidé, selon ce modèle, par l’anticipation d’avantages (en termes de bonne coordination) que l’on peut tirer de la détermination en un certain sens des croyances des autres acteurs. Le mécanisme pertinent à cet égard est le suivant : en vertu d’une sorte de « précédent » politique, si un accord sur l’application des normes (et donc l’interprétation des normes) intervient à une certaine date, l’autre partie estimera possible de s’entendre avec moi ultérieurement en réutilisant les arguments qui ont, une fois déjà, rendu l’accord possible. Mes concessions présentes, qui prennent la forme de concessions interprétatives, faciliteront les concessions des autres à l’avenir. Les concessions d’un acteur orientent dans un certain sens les croyances des autres au sujet de son comportement futur.

50On identifie par cette méthode un mécanisme politique qui, tout à la fois, incite les acteurs à se coordonner entre eux au prix de concessions et contribue à fixer leurs anticipations respectives (chacun pouvant se dire que les occasions de coordination qui sont saisies grâce à des arguments reconnus en commun offriront plus tard de nouveaux soutiens à la bonne coordination). C’est pour des raisons qui sont bien liées aux croyances que les acteurs peuvent juger rationnel d’afficher et d’accepter des interprétations ou jugements qui ne correspondent pas exactement à leurs croyances authentiques.

Acceptations, croyances et dimension volontaire des inflexions de sens

51Les agents institutionnels n’acceptent d’entrer par la discussion dans des formes d’accord que sur la base d’une anticipation de l’effet de cet accord sur l’interaction future (et sur la base des interprétations auxquelles il pourra donner lieu). Dès lors, les agents sont amenés à prendre en compte non seulement la manière dont on pourra invoquer plus tard un certain accord présent, mais aussi, la manière dont pourra s’infléchir la signification de cet accord, ou bien celle de normes reliées. Tout cela, en effet, aura un rôle dans la manière dont on invoquera l’accord obtenu pour réclamer son application ou pour réclamer des actes en cohérence avec les principes de l’accord. Ce sont des mécanismes qui interviennent dans ce que l’on peut appeler l’apprentissage des règles, ou encore l’apprentissage de maximes de coordination, dans les contextes institutionnels.

  • 17 Cela est illustré par Le Galès (2001), à propos du tournant opéré par le gouvernement de Lionel Jos (...)

52L’engagement des institutions sur certaines acceptations (ou croyances officielles) concernant le sens des normes représente en lui-même une forme de concession, parce qu’il rend plus difficile la défense de certaines options à l’avenir, lesquelles auraient pu être avantageuses dans certaines circonstances. Parfois, ce sont les concessions directement lisibles dans les actes de la période présente qui favorisent la coordination. Par exemple, si une institution accepte une forme de contrôle qu’elle refusait antérieurement sur la base de son interprétation de ses propres compétences d’après les normes en vigueur17.

  • 18 Dans Libéralisme politique, Rawls (1995, II, § 2) insistait sur l’impact politique des inévitables (...)

53Un scénario de ce type est en particulier assez crédible lorsque l’interaction institutionnelle, avec ses accords étagés dans le temps, prend forme sur la toile de fond de normes ou principes généraux dont la signification est relativement indéfinie – une configuration à vrai dire omniprésente dans la vie politique et économique réelle. Alors, en effet, les agents doivent prendre en compte le fait que leur attitude face à des accords possibles pourra servir plus tard à infléchir l’interprétation prédominante que recevront en pratique certains principes d’arrière-plan. De la sorte, s’ils consentent à une certaine interprétation des normes aujourd’hui, cela aura un impact sur les opportunités de coordination future avec d’autres acteurs. C’est assurément une motivation pour adopter à toutes fins utiles des « acceptations » qui leur semblent correspondre à des croyances erronées, mais qui ont des vertus du point de vue de la coordination des comportements institutionnels sur plusieurs périodes. Peut-il en aller autrement dans un cadre pluraliste, qui voit coexister différentes interprétations (soutenues simultanément par différents acteurs institutionnels) et dans lequel l’argumentation est lestée des « fardeaux du jugement » si bien mis en évidence par John Rawls18 ? Dans ces circonstances, la dynamique des acceptations abrite des compromis et en fournit les motivations.

  • 19 Dans la lignée des analyses classiques d’Ernst Haas, on peut d’ailleurs estimer que ce rôle arbitra (...)

54Cela donne à penser que la composante volontaire des inflexions de sens subies par des normes de référence est mieux comprise si l’on considère, au-delà des enjeux strictement interprétatifs, ce qui relève de la rationalité interactive. On ne fait pas ce que l’on veut avec les significations, et le lien avec les croyances et leurs raisons est essentiel ; mais on dispose tout de même, dans de nombreux contextes, d’une marge de manœuvre permettant d’agir sur les interprétations collectivement reçues. Or, cela se décide dans des processus institutionnels et non pas seulement dans le cerveau d’un agent individuel. L’attribution de sens aux normes n’est pas simplement le constat passif de la signification des textes. Pour pouvoir aborder la question de l’application des normes à des cas concrets – et c’est ce qui nous intéresse pour les saisir dans leur rôle arbitral – il faut considérer que la vie sociale accorde une place à des opérations délibérées d’interprétation, fixant la signification reçue des normes d’une manière plutôt que d’une autre manière19.

55Dans cette perspective, Calvert et Johnson (1999) décrivent bien l’impact des échanges d’argument sur les possibilités de coordination. Mais les arguments qui ont permis la coordination ne sont pas seulement des outils de coordination. Ils servent ensuite (dans les mains des autres acteurs institutionnels concernés, des groupes de pression ou des journalistes) à évaluer les conséquences, en mettant celles-ci en relation avec les arguments avancés. Ils affectent par là les relations de légitimité, donc les marges de manœuvre des acteurs dans le choix d’autres interprétations, arguments et formes de coordination.

Conclusion

56Les croyances des autres peuvent donner des raisons de fonder sa propre action sur autre chose que les vraies croyances que l’on a. Mais l’intérêt de « faire comme si » l’on n’avait pas certaines croyances ne se comprend qu’en faisant référence aux croyances. La vie institutionnelle donne un grand développement à la dialectique qui en résulte. Les règles générales, avec tous les problèmes interprétatifs qu’elles posent, et toutes les croyances contradictoires qui se forment à propos de leur signification, jouent un rôle décisif dans la manière dont les agents ou les institutions résolvent en pratique les problèmes de coordination politique. Les normes de la croyance et de sa révision entretiennent par là des rapports complexes et essentiels avec les impératifs de la bonne coordination entre les acteurs institutionnels.

  • 20 Voir sur ce point Calvert & Johnson (1998).
  • 21 Cette question enveloppe une partie de celle, plus large, de la légitimation, abordée aux confins d (...)

57D’un point de vue épistémologique, on doit souligner la force de la liaison entre les aspects « positifs » et « normatifs » de la question20. On se demande en effet comment se déroulent (et surtout, du point de vue du philosophe : comment peuvent se dérouler) les interactions politiques structurées par des normes et principes généraux reconnus en commun, et l’une des questions générales d’arrière-plan peut se formuler ainsi : qu’est-ce que cela nous apprend sur la nature de l’action d’après des principes, ou la mise en œuvre des principes, en politique21 ?

Bibliographie

Backhaus Jürgen C. (2001), « Economic Principles of Constitutions. An Economic Analysis of Constitutional Law », document de recherche disponible sur le site de « The Independent Institute » (USA) (working paper no 40) <http://www.independent.org/pdf/working_papers/40_economic.pdf>.

Beetham David (1991), The Legitimation of Power, Basingstoke, Macmillan.

Bellamy Richard (1996), Constitutionalism, Democracy and Sovereignty : American and European Perspectives, Aldershot, Avebury (Avebury Series in Philosophy).

Bellamy Richard (2005), Still in Deficit : Rights, Regulation and Democracy in the EU, manuscrit présenté au séminaire ANCO (NoSoPhi, Université Panthéon-Sorbonne, Paris, 9 nov. 2005).

Bourricaud François (1969), Esquisse d’une théorie de l’autorité, Paris, Plon [1961].

Brighouse Harry & Marc Fleurbaey (2008), On the Fair Allocation of Power, document de travail DELICOM, à paraître in Journal of Political Philosophy.

Calvert Randall & James Johnson (1998), Rational Actors, Political Argument, and Democratic Deliberation, Annual Meeting of the American Political Science Association, manuscrit publié par l’université de Rochester et disponible sur <https://pdfs.semanticscholar.org/ead9/25fc3596472dfe7bd8f8518b4f824e93bb6e.pdf>.

Calvert Randall & James Johnson (1999), « Interpretation and Coordination in Constitutional Politics », in E. Hauser & J. Wasilewski (eds), Lessons in Democracy, Jagiellonian University Press and University of Rochester Press.

Farrell Henry & Adrienne Héritier (2004), « Interorganizational Negotiation and Intraorganizational Power in Shared Decision Making. Early Agreements under Codecision and their Impact on the European Parliament and Council », Comparative Political Studies, 37 (10), p. 1184-1212.

Le Galès Patrick (2001), « Est maître des lieux celui qui les organise : When National and European Policy Domains Collide », in A. Stone Sweet, W. Sandholtz & N. Fligstein (eds), The Institutionalization of Europe, Oxford, Oxford University Press, p. 137-154.

Leca Jean (2005), « Légitimité/légitimation », in M. Borlandi, R. Boudon, M. Cherkaoui & B. Valade (eds), Dictionnaire de la pensée sociologique, Paris, Presses universitaires de France.

Lord Christopher & Paul Magnette (2004), « E Pluribus Unum ? Creative Disagreement about Legitimacy in the EU », Journal of Common Market Studies, 42 (1), p. 183-202.

Machiavel Nicolas (1978), Discours sur la Première Décade de Tite-Live, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « La Pléiade » [1531].

Moor Pierre (2005), Pour une théorie micropolitique du droit, Paris, Presses universitaires de France.

Picavet Emmanuel (2003), « Jugement de probabilité et rationalité des engagements », in Th. Martin (ed.), Probabilités subjectives et rationalité de l’action, Paris, CNRS Éditions, p. 79-100.

Picavet Emmanuel (2006a), « L’institutionnalisation de l’attribution des pouvoirs politico-économiques : normalité et exception », Canadian Journal of Law and Society/Revue Canadienne Droit et Société, 21 (1), p. 39-62.

Picavet Emmanuel (2006b), « Les principes politiques généraux face à l’analyse de la décision et de la coordination », in L. Chevalier (ed.), Le Politique et ses normes. Les débats contemporains en philosophie politique, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, p. 19-41.

Picavet Emmanuel & Caroline Guibet-Lafaye (2007), « Confiance et adaptation de principes généraux. Le cas de l’équité dans l’accès aux soins », in Th. Martin & P.-Y. Quiviger (eds), Médecine et confiance, Besançon, Presses de l’Université de Franche-Comté, p. 277-306.

Picavet Emmanuel & Dawidson C. Razafimahatolotra (2008), « La coordination des acteurs institutionnels par les arguments : quelles leçons la théorie normative peut-elle tirer des modèles mathématiques ? », Congrès de la Société de philosophie des sciences, Genève (note du projet DELICOM), version publiée sur le site Internet de la Société de philosophie des sciences.

Rawls John (1995), Libéralisme politique, trad. fr. C. Audard, Paris, Presses universitaires de France [1993].

Reynaud Bénédicte (2003), Operating Rules in Organizations. Macroeconomic and Microeconomic Analyses, Londres, Palgrave.

Schüssler Rudolf (2004), Adjusted Winner (AW). Analyses of the 1978 Camp David Accords – Valuable Tools for Negotiators ?, document de travail, Université de Bayreuth (RFA), département de philosophie.

Spinoza Baruch (1955a), Traité des autorités théologiques et politiques, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « La Pléiade » [1670].

Spinoza Baruch (1955b), Éthique, in Œuvres complètes, Paris, Gallimard, « La Pléiade » [1677].

Stone Sweet Alec & Thomas L. Brunell (1998), « Constructing a Supranational Constitution : Dispute Resolution and Governance in the European Community », American Political Science Review, 92 (1), p. 63-81.

Thomason Richmond (2001), The Beliefs of Other Agents, Working Paper, University of Michigan, Philosophy Department.

Tsakatika Myrto (2005), « Claims to Legitimacy : The European Commission Between Continuity and Change », Journal of Common Market Studies, 43 (1), p. 193-220.

Voltaire (1979), Éloge historique de la raison, in Romans et contes, Paris, Gallimard, « La Pléiade » [1775].

Notes

1 Cet article s’inscrit dans les travaux du projet DELICOM (ANR, JC-JC 05, 2005-2008). Je remercie l’ANR pour son soutien financier, ainsi que les participants au projet et les correspondants pour nos nombreux échanges de vues sur les questions abordées dans l’article. J’ai bénéficié d’utiles discussions avec B. Reynaud, notamment lors du séminaire « Les Midis d’économie et de sciences sociales » (Centre d’économie de la Sorbonne, Paris). Je remercie vivement Christiane Chauviré, Albert Ogien et Louis Quéré pour les précieux échanges que nous avons pu avoir à l’occasion de la présentation d’une première version de ce texte dans le cadre du séminaire « L’erreur » (Paris, EHESS, 2007). Je remercie les deux lecteurs anonymes pour leurs observations très détaillées qui ont permis d’améliorer cette première version. Je garde toute la responsabilité des insuffisances éventuelles dans la prise en compte de ces remarques.

2 Bien plus, il est possible que les jugements ou croyances soient intrinsèquement dénués de tout fondement indépendant, et se vérifient toutefois dans l’interaction sociale par le fait que tous y ajoutent foi ou se comportent d’une manière qui a un sens seulement sous la présupposition qu’ils y ajoutent foi. Le fait d’endosser ces jugements n’est pas alors une erreur (puisqu’il y a finalement confirmation) mais c’est une attitude cognitive qui ne repose pas sur des fondements indépendants de l’attitude elle-même. Ce fait bien connu se limite toutefois habituellement à des croyances que l’on peut dire « auto-réalisatrices » parce que l’on constate leur justesse à l’issue de l’interaction sociale. Dans d’autres cas, il n’est pas évident du tout que l’on puisse s’assurer de la justesse des croyances en observant ou en prédisant les résultats de l’interaction sociale adossée aux attitudes des agents (leurs croyances, leurs désirs…). C’est le cas, par exemple, lorsque les croyances en question ne concernent pas directement des aspects objectifs de l’interaction sociale, pouvant être constatés par l’observation. Il peut s’agir, par exemple, de croyances normatives au sujet de l’interprétation correcte des principes, normes ou règles qui structurent l’interaction.

3 Dans ce registre, on réservera le vocabulaire de l’erreur aux cas dans lesquels la croyance de l’agent ne correspond pas à ce qui est le cas. On ne veut pas dire qu’il soit toujours irrationnel de se trouver dans l’erreur ou que le cheminement menant à l’erreur soit toujours étranger à la rationalité. Par exemple, si l’on adopte un certain test statistique pour des raisons rationnelles, on n’exclut pas la possibilité qu’au moyen de ce test, une hypothèse vraie soit rejetée dans certains cas.

4 Voir ce que disait Voltaire (1979, p. 571), en visite chez Marie-Thérèse d’Autriche, de la raison et de la vérité : « On les introduisit chez une impératrice, qui était bien plus que raisonnable, car elle était bienfaisante. »

5 A contrario, les récits des plus grandes catastrophes politiques ménagent souvent, à juste titre, une place de choix à la fuite en avant idéologique au détriment de la réalité, au rôle du délire personnel, et à la fabrication et la diffusion consciencieuse des contre-vérités. D’une manière très générale, l’accord sur les bonnes raisons autour de certains jugements est une exigence essentielle des Lumières, donc de la politique moderne.

6 Cette thématique est étudiée d’une manière plus développée dans Picavet (2003).

7 À propos de la qualification de la situation, il faut se demander si elle est déterminable au moins en principe. Si la réponse est positive, ce qui se présente est un problème d’information imparfaite. Si la réponse est négative, on rencontre véritablement un problème d’ambiguïté, car les agents utilisent des critères différents pour qualifier les situations au regard des normes et donc (car ce sont les deux faces de la même pièce) pour fixer le sens des normes elles-mêmes. Le texte de Machiavel ne permet pas vraiment de trancher à ce sujet et ses conclusions ont du sens sous les deux hypothèses.

8 Il faut bien distinguer à cet égard la croyance que l’on a réellement, d’une part, et d’autre part, le signal que l’on envoie à propos du fait qu’on se comportera comme si l’on avait (ou non) telle croyance. Par ailleurs, on admet ici que les croyances croisées, par exemple les croyances d’un agent à propos des croyances d’un autre agent, sont elles-mêmes des croyances.

9 Certains jalons pour l’analyse des configurations de ce type sont proposés dans Picavet & Razafimahatolotra (2008).

10 Cela rejoint une hypothèse de travail qui émerge de travaux récents : c’est seulement dans l’usage (inévitablement stratégique) que les acteurs institutionnels font des règles qui leur donnent du pouvoir que se donne à lire la portée réelle de ce pouvoir (et donc l’interprétation effectivement dominante ou reçue des règles attribuant les pouvoirs). Voir Reynaud (2003).

11 Cela apparaît nettement dans des procédures de négociation mettant en jeu le contrôle sur des affaires sensibles comme dans Schüssler (2004), ou bien encore, dans les épisodes de blocage des négociations entre des acteurs qui proclament leur attachement à des valeurs et objectifs généraux semblables, sans pouvoir s’entendre sur des règles d’organisation (Picavet & Guibet-Lafaye, 2007).

12 C’est un aspect de la problématique politique de l’allocation équilibrée des pouvoirs en lien avec les intérêts en cause dans les décisions à prendre ; voir, pour une perspective générale et des propositions normatives nouvelles dans ce champ, Brighouse & Fleurbaey (2008).

13 Cette hypothèse est développée et confirmée, sur la base de l’observation des débats sur les politiques de santé en France, dans Picavet & Guibet-Lafaye (2007). Les spécificités du rapport politique aux règles et principes généraux sont étudiées dans Picavet (2006b).

14 C’est ce qui donne tout son prix, par exemple, à la collaboration entre science politique empirique et philosophie politique dans les efforts renouvelés pour cerner la nature et l’incidence de la « citoyenneté européenne ». Voir, notamment, Bellamy (1996). Dans le registre de la théorie juridique, voir aussi Moor (2005).

15 C’est pourquoi les analyses du rapport entre pouvoir réel et pouvoir formel, telles qu’elles se sont développées en économie, notamment au cours de la décennie écoulée, gagneraient à incorporer de manière plus explicite et plus développée la dimension des incertitudes entourant l’interprétation des règles distribuant les compétences.

16 Cette démarche est approfondie d’un point de vue théorique et méthodologique par Thomason (2001).

17 Cela est illustré par Le Galès (2001), à propos du tournant opéré par le gouvernement de Lionel Jospin en France face à la Commission européenne, au sujet des modalités d’intervention de l’État dans l’économie, et spécifiquement des aides d’État aux entreprises. Cet exemple est également étudié, à partir de nouvelles hypothèses de travail, dans Picavet (2006a).

18 Dans Libéralisme politique, Rawls (1995, II, § 2) insistait sur l’impact politique des inévitables difficultés (cognitives) du jugement, même parmi des personnes de bonne foi : difficile établissement des faits, difficile qualification des faits au regard des critères, etc.

19 Dans la lignée des analyses classiques d’Ernst Haas, on peut d’ailleurs estimer que ce rôle arbitral joue un rôle crucial dans l’affirmation progressive de la validité et dans l’émergence de formulations opératoires pour certaines classes de normes. Voir à ce propos, en particulier, le modèle explicatif (d’inspiration simmelienne) de Stone Sweet & Brunell (1998) pour l’émergence d’une strate de normes européennes de niveau constitutionnel.

20 Voir sur ce point Calvert & Johnson (1998).

21 Cette question enveloppe une partie de celle, plus large, de la légitimation, abordée aux confins du « normatif » et du « positif » notamment par Beetham (1991), Backhaus (2001), Bellamy (2005), Lord & Magnette (2004), Leca (2005), et déjà Bourricaud (1969). De nombreuses études abordent désormais simultanément les deux dimensions, notamment dans le champ des études européennes, traversé par la question de la légitimité et de sa reconnaissance.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search