Version classiqueVersion mobile

Dynamiques de l’erreur

 | 
Christiane Chauviré
, 
Albert Ogien
, 
Louis Quéré

L’erreur en contexte

De la sociologie à la socialité de l’erreur : l’économie morale du « zéro »

Michael Lynch
Traduction de Albert Ogien

Texte intégral

1La « sociologie de l’erreur » nomme, pour David Bloor (1983, p. 13), une démarche vouée à rendre compte de cette forme caractéristique de description, ordinaire ou professionnelle, qui admet, d’abord, qu’une proposition particulière, ou un système entier de croyances, ne peuvent être vrais par eux-mêmes ; et qui explique, ensuite, l’adhésion à une croyance en la rapportant à des causes sociales ou psychologiques. Des descriptions de ce type ont servi à expliquer, par exemple, les cultes du cargo, l’éruption de mouvements d’hystérie collective, les prophéties millénaristes qui défient toute (soi-disant) tentative de falsification, et les systèmes épistémiques obsolètes comme l’astrologie et l’alchimie. Toutes ces explications postulent que les individus n’agissent pas de façon rationnelle, ignorent la nature de la réalité, et que leurs actions erronées et leurs fausses croyances sont imputables à des facteurs sociaux et personnels. Car si ces croyances étaient considérées comme correctes, un autre genre d’explication serait adopté (ou bien on ne chercherait même pas à les expliquer). Martin Hollis (1982, p. 75 ; cité dans Barnes & Bloor, 1982, p. 26) a bien résumé l’esprit de cette distinction : « Les croyances vraies et rationnelles requièrent une sorte d’explication ; les croyances fausses et irrationnelles, une autre. »

  • 1 Comme Jeff Coulter (1989, p. 34 sq.) le note, les concepts de « connaissance » et de « croyance » e (...)

2Bloor a accordé une place centrale à la sociologie de l’erreur dans la construction de son « programme fort » en sociologie de la connaissance. Il a défendu (1983, p. 9), on le sait, l’idée que la sociologie de la connaissance scientifique ne pouvait se cantonner à fournir une explication causale des fausses croyances, tout en reconnaissant que « logique, rationalité et vérité paraissent être les seules explications possibles. Ici, nul besoin de faire appel à des causes. » Le pari était que le programme fort ne serait fort que s’il plaçait toutes les croyances sur un même pied1 et refusait de donner des explications sociales ou psychologiques uniquement pour les sources de fausses croyances.

3Cette manière d’envisager la « sociologie de l’erreur », qui fait aujourd’hui partie intégrante de l’histoire de l’analyse des sciences contemporaines, exagère la différence entre la sociologie de la connaissance de Karl Mannheim (2006) et le programme fort qui lui a succédé. Bloor a été l’artisan de cette exagération, en affirmant que Mannheim « a manqué de courage » en excluant les mathématiques et les sciences naturelles de son programme d’explication causale et symétrique. Pour justifier sa critique, Bloor (1983, p. 12 ; trad. mod. ; ellipse de Bloor) cite ce passage de Mannheim (1936, p. 239) :

  • 2 Voir également Bloor (1973, p. 179).

La détermination existentielle de la pensée peut être considérée comme un fait démontré dans ces domaines de la pensée pour lesquels nous pouvons montrer […] que le processus de connaissance ne se développe pas historiquement selon des lois immanentes, qu’il ne procède pas simplement de la « nature des choses » ou de « possibilités logiques pures », et qu’il n’est pas le produit d’une « dialectique interne ». Au contraire, l’émergence et la cristallisation de pensées réelles sont influencées sur plusieurs points décisifs par des facteurs extra-théoriques de très différentes espèces.2

4Bloor (ibid.) déplore la manière dont Mannheim assimile les causes sociales à des « facteurs extra-théoriques » qui ne sont mobilisés que lorsque les explications immanentes (c’est-à-dire celles qui reposent sur des expressions comme « nature des choses », « possibilités logiques pures » ou « dialectique interne ») ne suffisent plus. Ce qui, selon lui, revient à dire que tout ce qu’il est possible d’expliquer sociologiquement est l’incomplétude de ces explications immanentes, mais pas la connaissance (ou la croyance) faisant l’objet d’une analyse. Bloor (1983, p. 13) insiste en concluant que, dans le programme de Mannheim, « on ne peut trouver de causes qu’en cas d’erreur. La sociologie de la connaissance se voit donc limitée à une sociologie de l’erreur ».

5L’objection de Bloor ne semble pas prendre en considération l’allusion teintée d’ironie que Mannheim fait à la « dialectique immanente » de Hegel ou de Marx, qu’il classe parmi les explications naturalistes et logiques. Il est pourtant difficile d’imaginer que Mannheim aurait admis que l’invocation d’une explication dialectique de ce genre puisse être considérée comme totalement satisfaisante. D’ailleurs, il aurait fallu se demander si une quelconque croyance avérée pourrait jamais être intégralement expliquée si on la présentait comme le produit de « possibilités logiques pures » ou comme une conséquence directe de la « nature des choses ». En fait, tout ce qui suffit pour rendre légitime une analyse de sociologie de la connaissance est de démontrer l’incomplétude des explications « immanentes » proposées. Et c’est bien ce que Mannheim affirme en indiquant que, pour mettre en œuvre son programme, il convient d’apporter la preuve d’une variation historique ou culturelle, ce qui ne présuppose pas nécessairement l’existence d’un standard unique par rapport auquel les écarts se révèlent. Selon les besoins de l’analyse, la sociologie de la connaissance peut s’occuper de variations dans les croyances parmi des groupes disparates ou de déviations par rapport à des faits et standards présumés (par le chercheur). Mais, dans tous ces cas, le sociologue n’a pas besoin de décréter ce que sont ces faits et ces standards indépendamment de ce que les partenaires des groupes concernés prétendent qu’ils sont. Le terme vernaculaire « erreur » restreint donc de façon excessive l’étendue du programme d’explication de Mannheim.

6Il est en vérité impossible de savoir jusqu’à quel point le programme de Mannheim exclut la science et les mathématiques de son champ puisque tout ce qu’il exige est que l’on montre qu’une croyance donnée n’est pas adoptée de façon universelle, pas qu’elle est erronée. Cette position n’exclurait pas, pour prendre un exemple qui n’est pas de Mannheim, la théorie de l’évolution par sélection naturelle de Darwin du domaine d’investigation de la sociologie de la connaissance pour la simple raison que, bien que cette théorie soit fortement défendue par les organisations scientifiques dominantes, elle suscite une opposition massive et systématique aux États-Unis. On pourrait rendre compte de cette opposition en recourant à la « sociologie de l’erreur » : on évoquerait alors, entre autres facteurs, l’adhésion dogmatique aux doctrines des fondamentalistes chrétiens, l’éducation scientifique limitée ou tronquée, les fortes influences de la famille et de la religion, ou la foi dans les autorités auxquelles un individu fait confiance. Des arguments empiriques à l’appui d’une de ces explications pourraient être glanés dans les sondages auprès de la population des États-Unis, qui établissent des corrélations robustes entre les croyances créationnistes et des cultures régionales particulières, des orientations religieuses, un arrière-plan éducatif ou des idéologies politiques. Des analyses plus fines seraient nécessaires pour expliquer pourquoi quelques biologistes réputés (et même un épistémologue social de renom) ont plaidé pour l’introduction du « dessein intelligent » (dont on peut dire qu’il est une version du créationnisme) dans le programme de biologie des lycées publics. Mais au lieu de considérer ces explications comme représentatives du programme « faible » de Mannheim, elles pourraient être envisagées comme inhérentes à la controverse elle-même, comme des réfutations vernaculaires et professionnelles du créationnisme.

7Une analyse plus « symétrique » de cette controverse serait certainement plus en phase avec la sociologie de la connaissance de Mannheim. En effet, même s’il arrivait qu’un individu pense que la théorie de Darwin est largement supérieure à ses « alternatives » créationnistes, il serait toujours possible d’expliquer son adhésion à la théorie évolutionniste en évoquant des facteurs existentiels tels que le fait d’avoir reçu une éducation laïque, d’avoir été élevé dans une famille révérant la science, ou de vivre en zone urbaine plutôt que rurale. En principe, une explication de ce type n’impliquerait pas que la théorie évolutionniste est fausse, parce que sa vérité ou sa fausseté doivent être évaluées à partir d’autres critères. Il suffirait simplement, une fois qu’il a été démontré que la vérité de la théorie de Darwin n’est pas universellement reconnue, d’affirmer que le fait d’admettre sa vérité relève d’une forme d’« explication sociale » identique à celle qui vaudrait pour l’attitude opposée. En pratique, cependant, la tâche explicative est compliquée par le fait que le recours à la symétrie est constitutif de la querelle, et qu’on en fait usage de manière asymétrique. Les tenants du créationnisme ont essayé, durant les dernières décennies, d’imposer le principe d’une durée d’enseignement égale pour la « science de la création » dans les écoles publiques. Plus récemment, ils ont essayé d’obtenir la reconnaissance du « dessein intelligent » en tant que « théorie alternative » à celle de l’évolution. Deux sites institutionnels offrent un cadre propice à la configuration de la controverse en termes symétriques : les conventions de « neutralité » de la narration journalistique, qui font que cette controverse est présentée comme un débat entre deux positions équivalentes ; et les procédures contradictoires au tribunal, qui respectent le principe de temps de parole égaux entre plaignants et accusés.

8Un sociologue peut se demander s’il est vraiment raisonnable d’opter pour une approche symétrique des controverses publiques à propos de la théorie évolutionniste. Mais s’il décidait de le faire, ce choix serait tout aussi conforme au programme de Mannheim qu’à celui de Bloor. Lorsque ce dernier affirme que les explications de sociologie de la connaissance devraient s’appliquer aux croyances vraies comme aux croyances fausses, il sous-entend qu’un individu peut considérer qu’une croyance est vraie tout en en donnant une explication sociologique (ce qui n’est pas pareil que la caricature qui affirme que la symétrie implique qu’il n’existe pas de vérité, et que tout se vaut – une conclusion que Barnes et Bloor (1982, p. 22) ont explicitement dénoncée). Mais Mannheim défend très clairement lui aussi la distinction entre la possibilité de produire des explications en sociologie de la connaissance et le fait d’admettre la vérité ou la fausseté ultimes des croyances qu’on essaie d’expliquer.

9Mannheim ne soustrait pas la totalité, ou l’essentiel, de la science et des mathématiques à la sociologie de la connaissance. Tout au contraire, il en exclut un ensemble relativement limité (bien que substantiel) de propositions invariantes, dont l’exemple canonique est 2 x 2 = 4. Bien qu’il reconnaisse que les lois physiques et les procédures mathématiques ont leur origine dans l’histoire de l’humanité, il établit une distinction entre les facteurs sociaux et historiques qui conditionnent les origines (et, probablement, la diffusion et la reproduction) des faits, des lois et des procédures tenus aujourd’hui pour universels, et ceux qui « ont pénétré la “perspective” d’assertions particulières concrètes » :

La genèse historique et sociale d’une idée n’aurait aucune pertinence pour sa validité finale que si les conditions temporelles et sociales de son émergence n’avaient aucun effet sur son contenu et sa forme. Si cela était le cas, n’importe quelle période de l’histoire de la connaissance humaine ne se différencierait d’une autre que par le fait que dans la période précédente certaines choses étaient encore ignorées et certaines erreurs étaient encore commises qui, grâce à une connaissance ultérieure, ont été complètement corrigées. Cette relation banale entre une première période de connaissance incomplète et une période suivante de connaissance complète correspondrait, à grands traits, à ce qui s’est passé pour les sciences exactes (bien qu’aujourd’hui la notion de la stabilité de la structure catégorique des sciences exactes soit, en comparaison de ce qui se passe avec la logique de la physique classique, considérablement bouleversée). (Mannheim, 1936, p. 271)

10La remarque placée entre parenthèses à la fin de ce passage devrait attester du fait que Mannheim reconnaissait que la question de savoir précisément quels sont les contenus de la science et des mathématiques qu’il faut tenir pour complets (et probablement exacts) et quels sont ceux qui continuent à porter les traces de l’histoire et de la culture devait rester ouverte. Voilà qui conforte l’idée que la seule chose requise pour donner prise aux analyses de la sociologie de la connaissance est le constat d’un changement radical, et pas la découverte d’une erreur avérée. Comme Mannheim le suggère, la physique du début du xxe siècle a relativisé les contenus que la physique classique tenait pour invariants, et il aurait été impensable de soutenir, avant ce changement, que ces contenus puissent relever de la sociologie de la connaissance. Et bien que le programme fort et les démarches qui lui ont succédé dans les recherches contemporaines sur la science aient inventé des manières créatives de mettre le changement historique et la différence culturelle à profit dans l’analyse des contenus de la science et des mathématiques, on peut dire que ces travaux, loin de rompre avec le programme de Mannheim, en ont surtout étendu l’application à quelques nouveaux cas.

11Bloor est crédité, ou parfois blâmé, d’avoir radicalement dépassé la sociologie de la connaissance de Mannheim, considérée comme « faible » à cause de la trop grande prudence qui l’aurait conduit à exclure les procédures et résultats de la science et des mathématiques du champ de ses investigations. Il serait sans doute plus exact de dire que Bloor a trouvé le moyen d’étendre le programme de Mannheim à des procédures (apparemment) invariantes et à des faits incontestables. Des recherches empiriques ultérieures, en particulier les premières études de Harry Collins (1985) sur les controverses à propos des ondes gravitationnelles et des phénomènes « paranormaux », ont conforté la légitimité de l’analyse des faits « établis » en montrant qu’ils l’étaient bien moins qu’ils ne paraissaient l’être. Pour Collins, l’immunité des faits avérés à tout examen critique est un argument défendu par un groupe restreint de scientifiques qui ignorent ou marginalisent leurs collègues qui rejettent le consensus établi, dont certains ont joui, avant ce rejet, d’une reconnaissance incontestable par leurs pairs. Par conséquent, ces recherches empiriques retournent la preuve de la variabilité comme précondition d’une explication sociale, plutôt que de rendre compte d’une croyance invariante. Ici comme chez Mannheim, ce qu’il s’agit de faire est de découvrir une variation, réelle ou potentielle, afin de donner des explications de sociologie de la connaissance.

Deux fois deux font quatre

12Il est tentant de conclure que Mannheim a été injustement accusé d’avoir diffusé la sociologie de l’erreur ; et que Bloor et Collins ne sont que des mannheimiens dévoués dans la mesure où ils mettent en œuvre la sociologie de la variabilité de façon plus rigoureuse que Mannheim ne l’a fait lui-même, en transformant les invariants établis en variants réels ou potentiels qu’il s’agit d’expliquer. Mais cette conclusion ne résout en rien une énigme : à quoi peut bien servir la sociologie de l’erreur ? Car l’erreur est, après tout, un phénomène dont il n’est possible de rendre compte qu’en observant des pratiques, c’est-à-dire exactement ce que les sociologues observent (y compris des pratiques scientifiques et mathématiques). Des chercheurs ont montré que les descriptions d’erreurs font non seulement partie du discours des scientifiques (Mulkay & Gilbert, 1982), mais qu’elles sont intrinsèques aux procédures de la science et des mathématiques. C’est une bonne raison pour affirmer que la sociologie de l’erreur doit faire partie intégrante de la sociologie de la science et des mathématiques, et ne pas être reléguée au statut de précédent « faible ». Il reste donc à préciser la place qu’elle vient y occuper, ce qu’on peut faire en considérant la manière dont les descriptions d’erreurs étayent et maintiennent des procédures invariantes.

  • 3 Pour qui veut avoir une idée de quelques-uns des nombreux arguments sur le sujet, voir Lynch (1992a (...)

13De manière assez surprenante, un exemple élémentaire sert souvent de référence dans les débats sur les procédures invariantes : 2 x 2 = 4 (ou son équivalent dans l’addition : 2 + 2 = 4). Comme je l’ai déjà signalé, Mannheim (1936, p. 79) donne cet exemple pour un cas de proposition qui, une fois établie, cesse d’avoir toute relation singulière avec le « flux de l’expérience historique ». Bloor (1973) rejette cette invariance en invoquant les considérations de Wittgenstein (2004) au sujet de la manière dont un novice en arithmétique suit la règle « ajoute deux » dans une suite d’additions (2 + 2 + 2…). Bloor mobilise également l’argument des variations historiques, en rappelant que les mathématiques babyloniennes ne connaissaient pas le zéro. Sans m’aventurer dans cette discussion3, je vais me contenter d’indiquer comment les descriptions de l’« erreur » sont réciproquement liées à l’invariance de 2 x 2 = 4.

14Si un individu manifestement engagé dans la pratique courante de la multiplication s’exclamait soudain : « deux fois deux font cinq », nous prendrions probablement cette exclamation pour l’expression d’une erreur. Dans une circonstance aussi banale, le fait de relever l’erreur est une réaction interne à la pratique de la multiplication, pas une opportunité sollicitant une explication de sociologie de la connaissance. Et c’est bien ce que Mannheim suggère : lorsqu’il exclut 2 x 2 = 4 de la sociologie de la connaissance, c’est parce qu’il admet qu’il est impossible de découvrir quelque variation systématique que ce soit lorsque cette opération est réalisée de façon compétente. Savoir multiplier deux par deux, c’est obtenir quatre ; et si un individu ne parvient pas à ce résultat, ça ne peut pas être parce qu’il a une conception alternative, mais socialement légitime, de l’arithmétique.

15Il existe toutefois une forme particulière de circularité dans l’attribution d’une erreur de l’intérieur même d’une pratique. Quand un enfant dit « deux fois deux font cinq », il est possible de donner une explication locale de ce comportement : ou l’enfant n’a pas encore maîtrisé les règles élémentaires de la multiplication, ou son cerveau est endommagé, ou il plaisante, ou il fait semblant de ne pas connaître la bonne réponse. Il faut noter que des explications locales de ce genre admettent le fait que 2 x 2 = 4. Si un adulte affirmait, en pleine confiance et en toute autorité, que 2 x 2 = 5, en refusant obstinément toute proposition de correction, nous penserions qu’il plaisante, qu’il est fou, qu’il accomplit une expérience de rupture (un breaching experiment à la Garfinkel, 1963), ou qu’il utilise un système de nombres et de symboles inconnu (pour nous). Nous supposerions en tout cas qu’il fait quelque chose d’étranger à notre pratique courante de l’arithmétique. Là encore, ces explications locales admettent et préservent l’invariance de 2 x 2 = 4, tout en l’encadrant dans un réseau infini de conditions, de conventions et de présuppositions de compétence implicites. Cela ne rend pas le résultat de la multiplication de deux par deux plus douteux pour autant, bien que nous pourrions nous retrouver incapables de définir précisément ce que nous voulons dire lorsque nous nous servons des expressions « deux », « fois », « font » et « quatre » comme éléments d’une pratique courante.

16Les descriptions locales des raisons pour lesquelles un individu en vient à dire « deux fois deux font cinq », et de la manière dont il le fait, peuvent être conçues comme des explications sociologiques ou psychologiques ad hoc. C’est que, afin de préserver l’invariance de 2 x 2 = 4, elles invoquent certains aspects des circonstances et attribuent des motifs ou des pathologies à l’individu. Mais tel n’est pas le genre d’explication sociologique que Mannheim et Bloor avancent. Ils ne cherchent pas à expliquer causalement la connaissance en question, c’est-à-dire pourquoi et comment 2 x 2 = 4. Eux entendent se placer à l’intérieur de la pratique elle-même : ils savent quel est le résultat correct et se servent d’un savoir local pour établir leur diagnostic au sujet de ce qui a bien pu amener une personne à dire « deux fois deux font cinq ». Ce qui ne veut pas dire que les descriptions locales de l’erreur n’ont aucun intérêt sociologique ; cela veut simplement dire que ces descriptions ne sont ni des précurseurs défectueux ni des modèles représentatifs de la forme que devrait prendre, selon Mannheim ou Bloor, l’explication causale en sociologie. Par contre, cela montre que les descriptions de l’erreur sont des phénomènes dignes d’être examinés afin d’analyser la manière précise dont elles sont utilisées comme éléments d’une pratique.

17Ce n’est sans doute pas par hasard si l’opération « deux fois deux font quatre » est au cœur de tant de débats en philosophie. D’une part, la simplicité et la banalité extrêmes de cet exemple sont emblématiques ; mais, d’autre part, 2 x 2 = 4 est un cas paradigmatique de procédure et de résultat exacts et invariants. Pour Mannheim, ce calcul marque les limites de l’explication sociologique ; pour Bloor, il figure un problème difficile qui met notre flegme analytique à rude épreuve. Mais lorsqu’on adopte un point de vue un peu plus déflationniste sur le sujet, 2 x 2 = 4 n’est jamais qu’un cas parmi beaucoup d’autres, et d’autres cas peuvent imposer d’autres défis tout aussi délicats. Des erreurs de multiples sortes arrivent dans d’innombrables pratiques, en portant des conséquences très variables. Dans certaines pratiques, les erreurs sont prévues et même tolérées, alors que dans d’autres elles menacent le bon déroulement de la pratique et la réputation de celui qui les commet. Dans d’autres pratiques, les erreurs sont ambiguës, difficiles à détecter et à attribuer, tandis qu’ailleurs elles sont soumises à des modalités de quantification et de gestion bien réglées. Une sociologie empirique de l’erreur devrait examiner ces différentes pratiques, mettre en évidence le rôle qu’y tient l’erreur, et rendre compte des régimes institués pour organiser sa mesure et son contrôle. Des enquêtes de ce genre nous aideraient à comprendre à la fois la nature particulière de ces pratiques et la place qui y est assignée à l’erreur. Elles pourraient nous permettre de porter un regard critique sur les débats théoriques à propos des limites de l’explication sociologique. Je vais donc consacrer le reste de cet article à présenter et à discuter une affaire judiciaire au cours de laquelle les questions de l’erreur, de l’invariance et de la certitude ont été thématisées et dont elles sont constitutives.

Une affaire : Colorado versus LeRoy Hood

  • 4 Colorado v. Leroy Hood, District Court, El Paso County, No. 01CR2120 (18 janvier 2002). Je remercie (...)

18Les exemples et les arguments que je vais exposer maintenant ont une ressemblance de famille avec ceux qui ont été utilisés dans l’opposition entre programmes que j’ai discutée plus haut, tout comme ils font référence à un paradigme très proche de 2 x 2 = 4 (ici, 2 + 2 = 4). L’affaire dont il est question est un procès de droit pénal People v. Leroy Hood (2002) dans l’État du Colorado, au cours duquel un expert du FBI (Federal Bureau of Investigation) a été amené à défendre la pratique de l’analyse d’empreintes digitales relevées4. En examinant le témoignage de cet expert, je ne cherche pas à mettre en application le programme complet de la sociologie de la connaissance. Mon analyse est ethnométhodologique (Garfinkel, 1967 ; 2002) : son objet sera donc d’étudier les manières socialement situées dont l’« erreur » est utilisée pour contester et défendre la crédibilité d’une pratique instituée.

19Stephen Meagher est spécialiste en empreintes digitales et chef du département de dactyloscopie au laboratoire d’anthropométrie judiciaire du FBI. Il a témoigné comme expert dans de nombreuses procédures criminelles et ses témoignages reflètent parfaitement la doctrine défendue par la communauté professionnelle (voir Cole, 2001, 2005, pour une discussion critique). Durant son témoignage dans l’affaire Hood, Meagher est interrogé au sujet du taux d’erreur en matière d’analyse d’empreintes digitales relevées, et en conformité avec la position du FBI en la matière, il affirme que ce taux est égal à « zéro ». S’il reconnaît que des fautes sont parfois commises, il les présente comme des erreurs imputables au « praticien ». Pour soutenir cette affirmation, il prend un exemple qu’il tire de cette « science la plus pure » : les mathématiques, et cet exemple est « deux et deux font quatre ». « Eh bien, la méthodologie de l’addition a un taux d’erreur égal à zéro. Deux et deux font toujours quatre. » (Transcription Hood, p. 202). Et Meagher ajoute ce commentaire :

Dans la mesure où les empreintes sont uniques et permanentes, il ne peut exister qu’une seule source attribuable à une trace laissée sur une surface. De sorte qu’il doit… qu’il ne peut y avoir qu’une seule conclusion. C’est ident[ification] ou non ident… Si une erreur arrive, c’est une erreur du praticien qui n’applique pas correctement la méthodologie. Tout comme un mathématicien le ferait en math. (Transcription Hood, p. 203)

20En regard des analyses proposées jusqu’à ce point, on comprend ce que ce commentaire de Meagher a de déconcertant. Son usage de l’exemple « deux plus deux font toujours quatre » repose sur l’adhésion à ce fait (si on peut appeler cela un fait) que si quelqu’un ne donne pas la réponse juste au calcul, il expose son incompétence en arithmétique. Car qui connaît l’arithmétique devrait savoir instantanément que 2 + 2 ne font pas 5. Il existe bien sûr des contextes, comme par exemple lorsqu’on explique les règles d’un jeu de cartes, dans lesquels on peut dire : « Un deux plus un autre deux te donnent une paire de deux. » Mais, en ce cas, on ne dirait pas que le mot « plus » utilisé dans cette explication équivaut au signe « plus » employé en arithmétique, ou que « une paire » est le même nombre que « deux », ou que « le deux de pique » dans un jeu de cartes répond aux mêmes règles que le nombre cardinal « deux » en arithmétique. En d’autres termes, on n’admettrait pas que l’usage d’un même mot soit gouverné par des règles identiques en arithmétique et dans un jeu de cartes.

21De façon un peu analogue, le spécialiste du FBI Meagher affirme que si un expert ne sait pas reconnaître indubitablement qu’une empreinte digitale relevée sur une scène de crime correspond à celle d’un suspect (ou qu’elle n’est pas suffisamment claire pour affirmer qu’elle correspond ou pas), alors cet expert n’a pas les qualifications requises pour être un analyste d’empreintes digitales professionnel. En somme, assurer que la procédure qu’il suit est dénuée d’erreur est une dimension de la compétence de l’expert en empreintes digitales. En ce sens, faire une erreur n’est pas seulement réaliser une identification fautive, mais est un motif de disqualification professionnelle.

22La logique de cette situation – qui s’exprime dans la formule « Si x commet une erreur, alors x n’est pas (ou n’est plus) un x » – me rappelle une anecdote qui m’a été racontée par un ami, David Weinstein, pendant qu’il rédigeait sa thèse, dans les années 1970. David menait une recherche ethnométhodologique parmi les conducteurs de poids lourds, dont l’objet était de rendre compte de cette incroyable expertise que manifestent les routiers en matière de localisation et d’orientation géographiques afin de trouver aisément leur chemin. Une phase de cette recherche consistait à voyager avec les routiers en les interrogeant, dans le cours de leurs déplacements, au sujet des pratiques qu’ils mettent en œuvre pour se guider sur le terrain. À un moment donné, D. Weinstein demande à un informateur : « Que font les routiers lorsqu’ils sont perdus ? » Question à laquelle il reçut instantanément la réponse dévastatrice suivante : « Les routiers ne se perdent jamais ! » De toute évidence, se perdre n’était pas un événement dont un routier pouvait rendre compte. Une des interprétations possibles de cette réponse sèche pouvait être que, si un routier en venait à se perdre, alors il (habituellement, les routiers étaient des hommes à cette époque, bien que pas toujours) n’était pas un (vrai) routier. Une autre interprétation était qu’une des règles de l’activité qui consiste à conduire des poids lourds est de ne jamais admettre qu’on est perdu. On peut bien sûr faire une objection : « Mais c’est évident que les routiers se perdent et que les analystes d’empreintes digitales commettent des erreurs. » Mais la réponse qui revient alors est la suivante : Eh bien, ils n’ont pas intérêt à le faire ! La grammaire sociologique de cette réponse interdit toute réduction à une donnée statistique : en raison des conséquences qui suivraient la reconnaissance d’une erreur, il semble bien difficile d’afficher un taux d’erreur, voire d’admettre des occurrences isolées d’erreur dans certains types de pratiques.

  • 5 La première de ces contestations a été formulée lors du procès United States P Mitchell, 1999. Cr. (...)

23L’analyse des empreintes digitales a été reconnue comme une technique d’identification fiable il y a près d’un siècle. Très tôt, le dogme de l’unicité de l’empreinte digitale de chaque individu s’est imposé. Francis Galton a essayé de mesurer la probabilité que deux empreintes prélevées sur deux individus choisis au hasard dans la population humaine soient identiques. Le résultat de son calcul chiffrait à 9.54 x 10-7 la probabilité de découvrir des structures identiques dans un lot d’empreintes digitales, mais ce chiffre ne fut jamais unanimement accepté. Or, en dépit de l’absence d’une méthode de mesure de la probabilité de la correspondance des empreintes digitales unanimement admise, les tribunaux acceptèrent d’accorder une valeur de preuve quasiment incontestable à ces identifications (Mnookin, 2001). Les experts en empreintes digitales furent donc autorisés à prononcer des correspondances sans fournir une estimation de probabilité. Depuis 1999, cependant, l’identification d’un coupable sur la base de l’analyse des empreintes digitales a été contestée (sans succès jusqu’à présent) dans plus de quarante affaires portées devant les tribunaux américains5.

24Dans la procédure pénale américaine, les expertises sont demandées par les parties adverses et non par la Cour. L’éventualité d’un conflit ouvert entre experts des deux parties devant un jury a longtemps été un objet de préoccupation. Comme Justice Learned Hand (1901) l’a très justement signalé il y a un siècle déjà, le témoignage des experts suscite toujours la suspicion des juges et des jurés. Dans le système contradictoire, un conflit entre experts et contre-experts ne peut qu’attiser la confusion des jurés confrontés à des techniques de preuve qui se contredisent. En conséquence, une audition de recevabilité préalable a été imposée, qui a lieu dans le bureau du juge afin d’examiner les preuves que les experts veulent exposer avant qu’elles ne soient présentées au jury. Peu de temps après que la validité des empreintes digitales fut admise par les tribunaux (en 1910 aux États-Unis), les experts devinrent des témoins auxquels fut accordée une confiance exceptionnelle, essentiellement parce qu’ils paraissaient être toujours d’accord dans leurs évaluations. Les empreintes digitales furent donc reconnues comme des identificateurs uniques et des preuves sûres.

25Cette unanimité dans les évaluations tient à une caractéristique particulière de la profession – caractéristique liée à l’idée que les empreintes digitales sont des identificateurs uniques. Dans la mesure où les experts savent que les empreintes digitales relevées sur une scène de crime varient en qualité et en lisibilité, une manière de parvenir à maintenir l’unanimité dans les évaluations consiste à ignorer les cas dans lesquels les empreintes digitales pourraient faire l’objet d’analyses contradictoires. Dans son travail sur l’histoire de la profession d’expert en empreintes digitales, Cole (1998, 2001) signale que, après quelques contestations, la communauté professionnelle a imposé à ses membres le principe de l’unanimité des expertises afin de préserver sa réputation d’infaillibilité. Les experts reçurent des instructions afin d’appliquer une politique ultra-conservatrice au sujet des preuves tirées des empreintes digitales relevées sur une scène de crime (qui, à la différence des empreintes prises dans un bureau ou, plus récemment, enregistrées de façon digitale dans des conditions contrôlées, sont partiales et de qualité variable). En principe, le moindre doute au sujet de la qualité d’un relevé devrait suffire à le déclarer inutilisable. La profession a également essayé de faire reposer la réputation de leurs conclusions sur le principe de l’unicité des empreintes digitales. Bien que des erreurs occasionnelles aient été parfaitement documentées, la campagne de la profession fut un succès et les avocats de la défense prirent rarement la peine de demander à leurs propres analystes de contester les preuves produites par la partie adverse, contribuant ainsi à renforcer l’unanimité de facto des expertises.

26Cette unanimité a commencé à voler en éclats à la fin des années 1990, pour deux raisons essentielles : la première a été une modification dans les règles adoptées lors des auditions de recevabilité préalable qui se tiennent dans le bureau du juge afin de se prononcer sur la validité des preuves à présenter au jury ; la seconde est liée à l’émergence de la technique des « empreintes » ADN. Dans l’affaire Daubert v. Merrell Dow Pharmaceuticals Inc. (509 U.S. 579 [U.S. 1993]), la Cour suprême des États-Unis a établi une liste de recommandations à l’usage des juges pénaux pour les aider à statuer sur la fiabilité des preuves scientifiques à exposer devant le tribunal (procédure qui fut ensuite étendue à d’autres formes de preuves techniques). Les éléments que la Cour suprême a retenus sont : la possibilité d’être testées, l’évaluation par les pairs, le taux d’erreur, et l’acceptation générale (dans les domaines pertinents). Mais ce qui est resté vague est le fait de savoir quelle est la nature précise des éléments figurant dans cette liste. La Cour suprême a utilisé une série de qualifications : « facteurs », « considérations générales », « recommandations flexibles » ; et a ouvertement proclamé que ces éléments ne devaient pas être considérés comme une liste de contrôle (à la manière d’une check list) de caractéristiques nécessaires. Dans des décisions ultérieures, la Cour a précisé que cette liste était non contraignante, et que les juges pénaux disposaient de la latitude d’ignorer l’un des « facteurs », ou tous, pour autant qu’ils donnent un fondement raisonnable à leurs jugements. Les commentateurs appellent souvent « critères » les éléments de cette liste, et il semble bien que les tribunaux d’instance s’en servent comme d’une véritable liste de contrôle (Edmond & Mercer, 2004). Il est particulièrement intéressant de noter, pour la discussion menée dans cet article, que le « taux d’erreur » est un « facteur » que la Cour suprême n’a pas précisé en détail. La décision prise dans l’affaire Daubert a suscité de nouvelles contestations de la validité des empreintes digitales en tant que preuves en arguant, entre autres, du fait que la pratique typique des experts consistait à présenter leurs conclusions sans les accompagner de la mention d’un taux d’erreur quantifié.

27Quelques années après l’apparition, au milieu des années 1980, du séquençage du génome – appelé à l’origine « empreintes ADN » –, cette technique fut mise en doute au cours des auditions de recevabilité préalable, parfois avec succès. Lorsqu’elles furent utilisées pour la première fois, les empreintes ADN n’étaient qu’un « parasite nominal » : elles tiraient leur crédibilité de la réputation acquise par la technique des empreintes digitales. Mais, au cours de plusieurs auditions de recevabilité préalable, cette analogie avec les empreintes digitales fut contestée et on fit remarquer que les preuves génétiques étaient simplement de nature probabiliste. Cette mise en cause a eu pour effet de multiplier les initiatives visant à donner crédit aux mesures probabilistes et à apporter aux tribunaux la garantie que les preuves génétiques étaient hautement fiables. Et, vers la fin des années 1990, une inversion de crédibilité s’est produite (Lynch, 2004 ; Lynch et al., 2008) qui fait que, aujourd’hui, les empreintes génétiques sont fréquemment présentées comme un « étalon or » et une source de vérité à l’aune de laquelle les taux d’erreur de toutes les autres espèces de preuves criminelles sont appréciés (Saks & Koehler, 2005).

Deux types d’erreur

28Conformément à la décision prise dans l’affaire Daubert, les preuves tirées de l’examen des traces d’ADN s’accompagnent couramment aujourd’hui de la présentation de taux d’erreur quantifiés. La plupart des analyses des controverses qui se développèrent au sujet des tests ADN, à l’époque des « guerres de l’ADN » du début des années 1990, repèrent deux grandes sortes de préoccupations au sujet de l’erreur. On peut appeler la première : « l’erreur distribuée au hasard. » Cette sorte d’erreur est probabiliste. Dans les tests ADN et les autres tests de médecine légale, une mesure de probabilité de correspondance hasardeuse (RMP : Random Match Probability) est donnée. Le RMP est une mesure de la probabilité d’une correspondance fortuite (faux positif, correspondance par coïncidence, etc.). Elle fournit une estimation de la probabilité qu’une preuve provenant d’un individu n’ayant aucun lien avec l’affaire – un individu sans rapport avec le suspect et choisi au hasard parmi une population de suspects potentiels dans une affaire de même type – soit une véritable preuve criminelle. Des débats extrêmement violents ont éclaté au sujet des hypothèses retenues en statistiques et génétique des populations sur lesquelles reposent les différentes méthodes de calcul du RMP. Mais, si on met de côté ces débats sur la validité des hypothèses, il faut noter que la production d’un RMP ne prend pas en considération le fait qu’un membre de la police scientifique ou quiconque d’autre ait pu faire une erreur de procédure. Le chiffre du RMP donne simplement une estimation de la probabilité d’une fausse identité due au hasard.

29La seconde grande sorte d’erreur peut être appelée « erreurs particulières concrètes ». Elle renvoie aux contingences et actions réelles ou éventuelles qui peuvent détruire ou corrompre des éléments de preuve spécifiques. Le recueil et l’analyse des traces d’ADN sont l’occasion d’une multitude d’erreurs de cette sorte, dont les plus citées sont : des échantillons mal étiquetés, un mélange par inadvertance d’échantillons appartenant à des individus différents, des retards sur gel dans l’électrophorèse, la digestion partielle de fragments d’ADN, la destruction des échantillons par dégradation à la chaleur ou par contamination bactérienne. Le fait que de telles erreurs arrivent n’implique pas toujours des fautes personnelles – on sait que les techniques elles-mêmes sont parfois capricieuses, même si les individus qui les mettent en œuvre peuvent être tenus pour responsables de n’avoir pas exercé une surveillance efficace sur les résultats ou de n’avoir pas réalisé les contrôles obligatoires. Les tests de compétence, les tests aveugles sur les réactifs, et d’autres mesures de fiabilité sont censés produire des estimations de taux d’erreur pour l’activité de laboratoire, mais il s’avère que les résultats de ces examens varient selon la manière dont les tests sont conçus et réalisés. Par exemple, limiter un test aux pratiques de laboratoire ne prend pas en compte la façon dont l’« erreur pré-analytique » est commise par la police et les autres personnels qui recueillent les éléments de preuves avant qu’ils ne soient transmis au laboratoire. De petites erreurs bureaucratiques, comme un mauvais étiquetage des échantillons ou l’introduction de mauvais codes dans les bases de données, peuvent avoir autant de conséquences que les procédures de laboratoire fautives ou des analyses erronées. Un des points les plus controversés dans les débats sur les tests ADN est de savoir si les taux d’erreur devraient donner une limite supérieure pour les estimations de fausse identité. Pour compliquer un peu plus les choses, la fraude peut elle-même être mise en équation, mais des « taux de fraude » sont particulièrement contestables en regard de l’occultation délibérée dont la fraude fait l’objet. Si les questions soulevées par l’erreur distribuée au hasard et les erreurs particulières concrètes ont fait l’objet de multiples querelles, les méthodes pour calculer le RMP n’ont, elles, guère soulevé les passions ces dernières années. Les tribunaux n’ont pas retenu la proposition selon laquelle les taux d’erreurs de praticien et les RMP devraient être combinés dans un chiffre unique de probabilité. Donc, alors que les estimations spécifiques de RMP sont couramment annoncées dans les témoignages d’experts, les résultats des tests de compétence sont donnés de façon vague, font l’objet de commentaires, ou ne sont pas du tout mentionnés. Si différentes mesures d’erreur peuvent être (et parfois sont) données à propos d’individus, de laboratoires, ou de la totalité de la « chaîne de conservation » des indices relevés, de la scène de crime jusqu’au laboratoire, le RMP reste souvent la seule mesure officielle du « taux d’erreur » que les tribunaux réclament.

30Lorsque des preuves tirées des empreintes digitales sont utilisées dans les procès d’assises, elles sont presque toujours présentées par l’accusation, et la défense en conteste rarement la validité. L’idée de mettre en doute la recevabilité d’une forme aussi instituée de preuve n’a jamais été émise avant un cas de pourvoi en appel en 1999, US v. Mitchell. Dans cette affaire, l’avocat de la défense engagea un petit groupe d’experts pour monter un dossier visant à récuser la fiabilité de ce type de preuve. Il rejeta non seulement la validité des preuves présentées au cours du procès (des empreintes recueillies dans une voiture en fuite que l’accusé était soupçonné d’avoir conduite), mais également la recevabilité en général des empreintes digitales, en utilisant des termes identiques à ceux employés dans l’exposé des « facteurs » dans l’affaire Daubert. Trois des experts que cet avocat engagea (Simon Cole, David Stoney et James Starrs) étaient des méta-experts (ou, pour reprendre les termes de Risinger (2000, p. 515), des experts « de synthèse académique »), qui s’attachèrent à évaluer ce genre de preuve en général plutôt que de contester les conclusions auxquelles étaient spécifiquement arrivés les analystes d’empreintes digitales mandatés par l’accusation. On pourrait comparer un méta-expert de ce type à un psychologue qui témoignerait à propos de la (non-) fiabilité d’un témoignage oculaire et qui ne s’exprimerait pas sur le point de savoir si un témoin a, dans un cas particulier, identifié correctement ou incorrectement un suspect en tant qu’auteur du fait, mais se prononcerait sur la fiabilité du témoignage oculaire en général. Les trois méta-experts cités par la défense dans le cas Mitchell arguèrent du fait que l’analyse des empreintes digitales n’a jamais été éprouvée de façon rigoureuse avant d’être officiellement reconnue pour une technique « scientifique » par les tribunaux, ce qui explique qu’il n’existe pas de véritables mesures de fiabilité. Ce qu’ils entendaient contester n’était donc pas le dogme de l’unicité des empreintes digitales pour chaque individu, mais plutôt un des corollaires de ce dogme : celui qui affirme que les experts en empreintes digitales savent toujours établir correctement la correspondance entre des traces relevées et une empreinte enregistrée (pour autant que les empreintes relevées sont de qualité suffisante pour permettre une conclusion). Comme je l’ai déjà dit, une empreinte relevée est une trace laissée sur une scène de crime, qui est souvent partielle, floue, ou fausse ; et une empreinte officielle (parfois appelée un exemplaire) est la série complète et relativement contrôlée des empreintes prises dans un poste de police ou dans un autre lieu de collecte mandaté. Ainsi, même si quelqu’un admet le dogme de l’unicité de l’empreinte, il lui faut encore démontrer que les experts établissent des correspondances sans ratés. Étant donné l’existence de cas avérés d’erreurs, une sorte de « taux d’erreur masqué par le dogme selon lequel deux individus ne peuvent pas posséder les mêmes structures d’empreinte digitale » aurait dû être calculée. Or, à l’instigation du FBI (et de leur témoin, Meagher), les défenseurs des empreintes digitales parvinrent à imposer l’idée qu’il existe une mesure du taux d’erreur pour l’analyse des empreintes relevées, et que ce taux est exactement égal à zéro.

31Dans l’affaire Mitchell, le juge déclara les arguments de Cole et Starrs non-recevables. Il soutint, si je simplifie un arrêt compliqué et plutôt confus, que le témoignage des méta-experts au sujet de la valeur scientifique des empreintes digitales n’était pas pertinent pour l’affaire traitée. Il autorisa toutefois Stoney à témoigner, en raison de son expérience en matière de police scientifique, tout en précisant qu’il avait le droit de s’exprimer exclusivement sur les preuves présentées au tribunal, et pas sur le statut « scientifique » des empreintes digitales. Cet arrêt a été en partie cassé dans un appel ultérieur portant sur la même affaire, mais sans pour autant que cela modifie le jugement sur le fond (US v. Mitchell, 2004).

32Le procès Hood qui s’est tenu dans le Colorado en 2001 (la décision juridique a été rendue au début de 2002) a soulevé la même question que l’affaire Mitchell de 1999. Un journaliste a résumé l’affaire en ces termes :

Le procès contre Robert (également connu sous le nom de Leroy) Hood est loin d’être irréprochable. L’habitant de Colorado Springs est accusé de vol aggravé et d’enlèvement. En juin [2001], il est présumé avoir forcé sa victime à le suivre dans une camionnette sous la menace de son arme et a roulé de longues heures durant en lui demandant le code secret de sa carte bancaire avant d’abandonner le véhicule devant un magasin 7-Eleven. Lorsque la victime a signalé que son agresseur avait une dent en or, les inspecteurs ont immédiatement arrêté Hood, qui est suspecté dans une autre affaire de meurtre. Pourtant, à part cette dent éclatante, Hood ne semble pas être le coupable – si on s’en tient à ce que dit son avocat tout au moins. La victime a déclaré que son ravisseur mesurait 5 pieds 11 ; or Hood mesure à peine 5 pieds 4. La victime a décrit les cheveux de son agresseur comme courts, sombres, et frisés ; or Hood est chauve depuis des années. La victime a affirmé que son bourreau parlait sans aucun accent notable ; or Hood parle avec cette lenteur spécifique aux habitants de Memphis. Selon l’avocat de la défense, Deborah Grohs, la victime a même identifié un autre individu. « Le lendemain du vol, il marchait dans la rue et il a vu l’homme qui l’a agressé » a-t-elle affirmé. « La police n’a pas retenu cette information. Nous avons retrouvé ce type, et il a une dent en or ! Mais ils ont tout de même arrêté Robert. » (Koerner, 2002)

33L’article poursuit en disant que la police a relevé plusieurs empreintes sur le véhicule, et qu’une vague trace de paume de main correspondait à celle de l’accusé. On apprend encore que Meagher, cité comme témoin par l’accusation au procès, y a présenté les mêmes arguments en faveur de la fiabilité des empreintes digitales qu’il avait exposés au cours du procès Mitchell. Simon Cole était l’un des témoins avec lesquels l’avocat de la défense de Hood prit contact afin de contrer les déclarations de Meagher. Les arguments de Cole furent, à leur tour, vigoureusement rejetés par les défenseurs des empreintes digitales durant l’audience de recevabilité préalable. L’article précise :

« Il existe des données qui démentent ce que [Simon Cole] affirme » ajoute Joe Polski, secrétaire de l’Association internationale pour l’identification (IAI). « Il a simplement décidé de prendre l’option qu’il a choisi de suivre. » Les rares erreurs qui arrivent, dit-il, sont dues à la faillibilité humaine plutôt qu’à un quelconque problème de méthode. Dévaloriser toute une science à cause d’un petit nombre de ratés, cela revient à renoncer à l’aviation parce qu’un avion s’est écrasé, ou à bazarder les mathématiques parce qu’un élève de terminale n’arrive pas à faire une équation de quatrième degré. (Koerner, 2002)

34Ce qui nous ramène au témoignage de Stephen Meagher dans le procès Hood. Comme je l’ai déjà signalé, il y évoque un exemple qu’il tire de la « plus pure des sciences, les mathématiques » : deux plus deux font quatre ; et affirme : « Eh bien, la méthodologie de l’addition a un taux d’erreur égal à zéro. Deux plus deux font toujours quatre. » (Meagher dans les transcriptions Hood, p. 202). Mais Meagher pousse l’argument plus loin. S’il impute les erreurs aux praticiens, il ajoute qu’on peut également incriminer le corps humain, en posant cette question : « Qu’arrive-t-il lorsque le corps humain fonctionne mal ? » Pour lui, un taux de « maladie » devrait s’appliquer aux empreintes digitales lorsque, comme c’est le cas avec la dysplasie, les papilles se dissocient, se fragmentent et se mélangent, en cessant de présenter une structure de courbe continue. Il ajoute que cette modification forme une structure unique et permanente, comparable à une cicatrice, et qu’il conviendrait de distinguer ce taux d’erreur de celui proprement lié à la « méthodologie ». Cette comparaison n’est pas totalement absurde, mais soulève un problème. Si, lorsqu’une erreur arrive, elle est assignée à un praticien ou à un corps, une explication de ce type permet de préserver le « raisonnement ordinaire » (Pollner, 1974) au sujet des empreintes digitales. Autrement dit, le dogme selon lequel deux individus ne peuvent pas posséder les mêmes empreintes digitales fonctionne comme une présupposition permettant de localiser l’origine des fautes et de les corriger. Puisque les erreurs sont exceptionnelles et qu’on peut, en principe, les distinguer des relations invariantes qui définissent la pratique, elles ne déterminent pas un taux d’erreur pour cette pratique.

La circularité du « zéro »

35L’argument du taux d’erreur zéro défendu par Meagher et par les représentants de la profession d’expert en empreintes digitales a été rejeté avec dédain par les milieux les plus académiques de la police scientifique. Pour eux, le « zéro » de la profession d’expert en empreintes digitales n’est qu’un nombre circulaire, immunisé contre l’incertitude et les erreurs effectives, et remplissant les exigences des tribunaux qui réclament un taux d’erreur quantifié.

36Comme je l’ai dit plus haut, la décision Daubert, et l’apparition des tests ADN, a suscité un intérêt nouveau pour la question de la référence aux taux d’erreur dans les rapports d’experts présentant des preuves « scientifiques ». Jusqu’alors, les experts en empreintes digitales présentaient leurs preuves sur le mode du tout ou rien, tout en reléguant les cas probables mais incertains à un statut d’indice qui, parce qu’il ne permet pas de tirer une conclusion, ne doit pas être évoqué. Bien que cette manière de procéder ait longtemps permis d’écarter les complications, les confusions et les fausses croyances associées aux estimations de probabilité, les soi-disant certitudes diffusées par ces déclarations commencèrent à être perçues comme de l’obscurantisme, voire comme totalement incompréhensibles.

Le rôle traditionnel de l’expert en police scientifique est largement reconnu et est devenu une sorte de stéréotype pour se représenter un individu à l’allure distinguée, aux cheveux grisonnants qui se tient à la barre du tribunal en déclarant : « mon avis est fondé sur de nombreuses années d’expérience dans le domaine. » Bien que nous ne contestions pas le moins du monde la valeur de l’expérience, nous affirmons, du point de vue des principes, que le scientifique devrait, autant qu’il le peut, fonder son opinion sur le raisonnement logique et un corpus établi de connaissances scientifiques. C’est-à-dire sur ce qu’on pourrait nommer la « transparence » : nous tenons l’usage de l’expression « sur mon expérience » déclarée en forme de justification pour de l’« opacité ». (Champod & Evett, 2001, p. 106-107)

37Cette citation, tirée d’une déclaration de spécialistes de police scientifique travaillant au Service britannique de Police scientifique (British Forensic Science Service) rappelle la fameuse maxime de Lord Kelvin (1968) :

Lorsque vous pouvez mesurer ce dont vous parlez, et l’exprimer en nombres, vous en avez un certaine connaissance ; mais quand vous ne pouvez pas le mesurer, lorsque vous ne pouvez pas l’exprimer en nombres, votre connaissance est pauvre et insatisfaisante. C’est peut-être l’esquisse d’une connaissance, mais vous n’avez pas, dans vos pensées, fait grandement avancer l’état de la science.

38La notion de falsifiabilité proposée par Popper a également été enrôlée pour questionner le statut « scientifique » de l’examen des empreintes digitales relevées. C’est ainsi que David Stoney, dans son témoignage dans l’affaire Mitchell, fait allusion au célèbre critère de démarcation introduit par le philosophe :

  • 6 United States v. Mitchell, 1999. Cr. No. 96-407 Tr. trans. [E.D. Pa.], App. 765a.

Par « non scientifique » je veux dire qu’il n’existe pas de standard objectif qui ait été vérifié ; et qu’il n’existe pas non plus de procédure subjective qui ait été objectivement éprouvée. Une caractéristique essentielle de la démarche scientifique est qu’il y ait quelque chose à vérifier, et que lorsque cette chose est soumise à vérification, le test est capable de montrer que cette chose est fausse6.

39Ces critiques reposent sur les conceptions classiques de la science et de la mesure qui continuent à prévaloir dans le système judiciaire américain (Edmond & Mercer, 2002), bien qu’elles soient largement discréditées dans des pans entiers de la communauté des professionnels de la recherche sur les sciences. Ces critiques traitent le raisonnement téléologique au sujet de l’erreur, qui soutient les affirmations du taux d’erreur zéro, comme étant lui-même une erreur. Cependant, d’un point de vue sociologique et anthropologique, ce raisonnement est bien plus intéressant qu’une simple occurrence de raisonnement fallacieux. C’est qu’il est un élément dynamique dans un système de formation professionnelle initiale et permanente.

La socialité de l’erreur

40Le spécialiste de police scientifique britannique Ian Evett a signalé, au cours d’une interview réalisée à Londres en mars 2002, que calculer un taux d’erreur est absurde parce qu’une telle mesure participe de l’organisation des activités qu’elle cherche à évaluer. Si les mesures de taux d’erreur reposent sur l’idée – que les experts en empreintes digitales paraissent admettre – que les erreurs sont évitables et corrigibles, au lieu d’être tenues pour incorrigibles et chroniques, alors elles peuvent être conçues comme une méthode administrative d’éradication de toutes les sources d’erreurs identifiées. C’est ce qu’exprime le spécialiste de police scientifique du FBI, Bruce Budowle, en termes presque poétiques :

  • 7 Bruce Budowle, transcription du procès 122-23, United States v. Mitchell, Cr. No. 96-407 [E.D. Pa., (...)

Un taux d’erreur est une chose aussi insaisissable que la fumée. Il se transforme constamment parce que le vrai problème est le suivant : avez-vous commis une erreur ? Avez-vous commis une erreur en ce cas ? Si vous avez fait une erreur par le passé, ce fait, quel qu’il ait été, est certainement une information utile que quelqu’un peut réexaminer ou définir ou décrire. Mais dire qu’on peut définir un taux d’erreur serait commettre une méprise7.

41Une chose est d’admettre cette source d’incertitude en l’assortissant de taux d’erreur mesurés, une tout autre d’utiliser un tel raisonnement pour définir un taux d’erreur « zéro ». Il existe, par exemple, des mesures de taux d’accidents d’avions. Après chaque crash d’un avion de ligne commerciale, les autorités de régulation et les enquêteurs essayent d’en identifier la cause et de découvrir les moyens de prévenir de futurs accidents pour la même cause. Pourtant, l’administration fédérale de l’aviation ne s’en tirerait jamais en annonçant un taux d’accident égal à zéro pour les vols commerciaux. Un argument supplémentaire – qui est en fait une stratégie organisationnelle et morale concertée – est invoqué pour défendre le « taux d’erreur zéro » en catégorisant et en séparant rigoureusement les sources d’erreur : on le trouve dans un document destiné aux analystes d’empreintes digitales afin de les aider à répondre à la question : « Quel est le taux d’erreur d’une analyse d’empreintes digitales ? »

Pour répondre complètement à cette question, vous devez choisir le taux d’erreur duquel vous allez parler. Deux types d’erreur existent : l’erreur du PRATICIEN et l’erreur de la SCIENCE des empreintes digitales. Le fait est que personne ne sait exactement combien d’expertises ont été conduites et combien de personnes ont fait des erreurs. Donc on ne peut pas donner de réponse à la première question. Mais il est bien entendu que le taux d’erreur de la SCIENCE elle-même est égal à zéro.
La bonne manière de répondre à cette question devant le tribunal doit être à peu près la suivante : si par « erreur » vous entendez une erreur HUMAINE, alors je répondrais que je n’ai aucun moyen de le savoir dans la mesure où je ne possède pas une connaissance détaillée des résultats des enquêtes menées dans l’ensemble des services du pays. Cependant, si par « erreur » vous entendez l’erreur de la science elle-même, alors ma réponse est résolument zéro8.

  • 9 Ian Evett signale, dans une interview de mars 2002, que cette stratégie d’exclusion peut être coûte (...)
  • 10 Voir Rabinow (1992) au sujet de la « biosocialité » pour une semblable attention portée au fondemen (...)

42Les erreurs sont définies comme des fautes personnelles plutôt que comme une caractéristique systématique d’une pratique. L’éventualité de controverses autour d’une évaluation est traitée d’une façon très analogue. Pour la communauté des experts en empreintes digitales, il n’existe pas de conflits sur l’analyse d’une empreinte : il n’existe que des empreintes qui ne permettent pas de livrer une conclusion (Cole, 1998, p. 702). Comme je l’ai dit plus haut, les praticiens apprennent à considérer comme illisibles tout ou partie des empreintes relevées lorsqu’il y a un doute ou le soupçon d’une divergence d’analyse. Cette stratégie conservatrice maximise l’accord en évitant les discussions au sujet d’avis qui seraient simplement « probables ». Une maxime célèbre de Wittgenstein (2004, § 240) note qu’« aucune querelle n’éclate (disons chez les mathématiciens) pour savoir si la règle a été ou non suivie. Par exemple, on n’en vient pas aux mains à ce sujet ». La raison de cette harmonie, suggère-t-il, est que la pratique repose sur un accord « dans la forme de vie ». Mais si les querelles n’éclatent pas entre experts en empreintes digitales, c’est pour une tout autre raison : ils s’accordent expressément pour ne pas évoquer les cas dans lesquels les désaccords pourraient émerger. Cet accord pour ne pas manifester les désaccords renforce cette stratégie de diversion en excluant le moyen terme9. Cette exclusion est bien plus qu’une question de logique : elle est imposée par une morale professionnelle stricte. C’est donc une affaire de socialité10 (de forme et de réforme de vie propre à une profession) et de sociologie (de descriptions ordinaires et professionnelles de l’organisation sociale d’une activité pratique).

« Tolérance zéro »

43Un site internet, tenu par des fanatiques des empreintes digitales, évoque la « tolérance zéro » pour l’erreur, dans une discussion à propos d’une controverse qui a éclaté en Écosse au sujet d’une correspondance d’empreinte supposée. Cole (2005) indique que la distinction établie par le FBI entre erreur de « praticien » et erreur de méthodologie (ou « scientifique ») n’est pas purement rhétorique. Pour la défendre, la profession garantit d’exclure tout praticien qui commettrait une erreur en raison du fait que la moindre erreur anéantirait la prétention du praticien à la compétence professionnelle. Selon une résolution édictée par une organisation professionnelle importante :

  • 11 International Association for Identification, Resolution V, 30 IDENTIFICATION NEWS 3 (Aug. 1980) (m (...)

Tout membre, officier ou expert certifié en empreintes digitales qui produit un avis oral ou écrit, ou témoigne d’une possible, probable, ou vraisemblable identification des dermoglyphes, sera considéré comme ayant une conduite incompatible avec celle de tout membre, officier, ou expert certifié en empreintes digitales11.

  • 12 Cole (2005, p. 1003-4), à propos de State v. Caldwell, 322 N.W.2d 574 [Minn. 1982].

44Bien qu’on ne sache pas si ces sanctions sévères sont rigoureusement appliquées, il est clair que dans plusieurs cas, des analystes d’empreintes digitales ont été lourdement sanctionnés lorsque des erreurs se sont produites. Pour ne prendre qu’un exemple : Roger Caldwell a été condamné pour meurtre, en 1978, lors d’un procès dans le Minnesota. Trois experts en empreintes digitales certifiés, par l’Association internationale pour l’identification (IAI), identifièrent l’empreinte relevée sur une enveloppe comme étant celle de Caldwell. L’enveloppe était adressée à Caldwell et contenait une pièce en or dont on supposait qu’elle avait été volée dans la maison de la victime. Quelques années après que Caldwell a été condamné et emprisonné, la même empreinte fut rééxaminée dans le procès intenté à la femme de Caldwell, Marjorie, qui comparaissait pour complicité. Un autre groupe de spécialistes de police scientifique affirma que l’empreinte ne pouvait être celle de Roger Caldwell. Marjorie fut déclarée non coupable, et Roger eut droit à un autre procès. Au lieu de recommencer toute la procédure, Caldwell plaida coupable, anticipant sa libération puisqu’il avait accompli sa peine, laissant la controverse entre experts certifiés sans réponse juridique. Toutefois, l’IAI tint à préserver la réputation d’infaillibilité de l’identification par les empreintes digitales et retira leur certification aux trois experts qui avaient affirmé ou corroboré la véracité de la preuve lors du premier procès12. L’IAI alla même jusqu’à accuser un des trois experts de faute professionnelle au lieu de ne retenir que l’erreur de bonne foi.

  • 13 (756 N.E. 2d 622 [Mass. App. Ct. 2001]).

45Dans une affaire jugée en 2004 dans le Massachusetts, Commonwealth v. Cowans13, Stephan Cowans a été libéré de prison lorsqu’un test ADN sur des indices relevés l’a disculpé après qu’il eut accompli six années et demie en prison pour avoir abattu un officier de police. Le témoignage d’un expert affirmant une correspondance entre ses empreintes digitales et une empreinte relevée durant l’enquête a servi de preuve décisive dans le procès. C’était la première utilisation de la preuve par l’ADN pour disqualifier des preuves par empreintes digitales ; une affaire qui souligne le statut actuel d’« étalon-or » des preuves par l’ADN en police scientifique. Après que les tests ADN eurent contredit les preuves par les empreintes digitales dans le procès Cowans, la police de l’État de Boston a réexaminé cette correspondance et a conclu qu’elle était erronée. Les experts en empreintes digitales qui avaient témoigné furent poursuivis pour parjure. Par la suite, les poursuites furent abandonnées, mais les experts suspendus, et la police décida de fermer le bureau où avaient été réalisées les premières analyses (Cole, 2005, p. 1015).

  • 14 La notion d’« économie morale » a été initialement utilisée par Edward Palmer Thompson (1971), mais (...)

46La socialité de l’erreur dans des cas de ce genre ne se réduit pas uniquement à l’explication de l’adhésion à une croyance en invoquant des facteurs sociaux et personnels. Elle renvoie plutôt au fait que l’erreur doit être considérée comme un élément de l’économie morale d’une pratique professionnelle14. Si de lourdes sanctions en cas d’erreur servent d’exemple pour les autres membres de la profession, elles garantissent et reconduisent, de façon plus décisive, une conception de la pratique en tant qu’elle est immunisée contre toute erreur (du moins en principe, même si ce n’est pas toujours le cas en pratique) par l’exclusion de tout individu reconnu être à l’origine d’une erreur.

Divergences et équation personnelle

47On peut établir une comparaison avec une tout autre économie morale (et mathématique) de l’erreur : celle décrite par Simon Schaffer dans un brillant article (1988) sur « l’équation personnelle » dans l’astronomie du xixe siècle. Il analyse la manière dont la communauté des astronomes de cette époque a traité les divergences au sujet de la mesure du temps de transit (et de sa précision supposée) telle qu’elle est calculée par plusieurs astronomes en un même lieu (par exemple, à proximité de l’observatoire de Greenwich). Plus tôt dans le siècle, la notion d’« équation personnelle » était déduite des divergences entre les mesures de temps de transit produites par deux astronomes placés soit en situation d’observation soit en situation de tests simulés. Un peu plus tard, la « personnalité » des observateurs individuels fut évaluée à l’aide d’un standard mécanique. Schaffer conteste la validité d’un argument historique convenu affirmant que, à la fin du siècle, le « problème de la personnalité » tel qu’il était posé par la communauté des astronomes (la persistance des divergences dans les observations) fut converti en un phénomène psychologique mesurable et fut effectivement appréhendé au moyen des expériences de Wilhelm Wundt et de mesures statistiques. Schaffer rejette cet argument en décrivant la manière dont les grands observatoires ont effectivement développé leurs propres procédures afin de traiter le problème de l’équation personnelle bien avant qu’il ne devienne un objet de psychologie expérimentale. Ce que ces grands observatoires firent fut de mettre en place une structure hiérarchique organisationnelle au sein de laquelle les astronomes exerçaient un contrôle managérial sur de petites armées d’observateurs disciplinés. Pour les astronomes, l’équation personnelle n’était pas un « facteur subjectif » qu’il fallait évaluer à l’aide de tests psychologiques et d’interprétations, mais une mesure qui pouvait être produite avec de plus en plus de précision à l’intérieur d’une hiérarchie disciplinaire de savants-managers, d’instruments, de tests et d’observateurs.

  • 15 Schaffer (1988, p. 116) signale que, en 1796, Nevil Maskelyne, l’astronome royal de Greenwich, a li (...)
  • 16 Voir également Perrow (1984) à propos des accidents et des désastres. Attribuer un accident à une e (...)

48Dans le cas des empreintes digitales, l’équation personnelle n’est pas une mesure quantitative des divergences entre observations, ou entre des observations et un standard mécanique. Ce n’est pas une quantité qui s’approche de plus en plus près d’un étalon avec les progrès constants de la discipline et de la formation. Au contraire, la communauté des experts recourt à une logique binaire lorsqu’elle proclame que son absolue perfection est la règle plutôt qu’un idéal qu’il s’agit d’approcher le plus près possible. La pratique exclut (en raison du fait qu’ils ne permettent pas de tirer une conclusion) les cas imparfaits qui pourraient provoquer un désaccord, et ramène les divergences d’appréciation à des fautes professionnelles commises par des individus qui sont, en conséquence, exclus de la communauté des professionnels compétents15. Les écarts deviennent des indicateurs de déviance individuelle, et une « tolérance zéro » est appliquée à la déviance16. Les astronomes et les experts en empreintes digitales traitent semblablement l’erreur comme un élément de l’économie auto-correctrice d’une pratique, qui ne se résume pas en la production d’un taux stable, dans la mesure où la communauté professionnelle s’ajuste continûment à ses erreurs passées. Néanmoins, les experts en empreintes digitales personnalisent les divergences en en faisant des erreurs de « praticiens », plutôt que de les envisager comme une mesure du degré de précision atteint grâce à une organisation disciplinaire.

Un dernier mot sur l’ADN

  • 17 Un reportage publié récemment dans un journal britannique illustre ce point de manière dramatique. (...)

49Comme je l’ai déjà dit, les critiques de l’analyse des empreintes digitales et des autres formes traditionnelles de preuve par correspondance (comme celles tirées de morsures ou de chevelure, par exemple, tout comme celles des empreintes digitales relevées) ont souvent donné lieu à des comparaisons injustes avec les tests ADN, avec ses Random Match Probabilities (RMP) et ses techniques de laboratoire de médecine biologique adaptées à cette fin. Et pourtant, les tests ADN impliquent eux aussi une élision des erreurs. Les évaluations de RMP sont des mesures plus précises que le « taux d’erreur zéro » absolutiste de l’analyse des empreintes digitales, mais, avec les techniques récemment développées, elles sont souvent infinitésimales : le taux de 1 sur 420 sextillions a été cité dans des affaires jugées aux États-Unis. D’un point de vue rhétorique, sinon mathématique, un tel chiffre diffère de façon remarquable du zéro absolu que proclame la profession d’expert en empreintes digitales, dans la mesure où il repose sur un calcul d’une extraordinaire précision. Les évaluations de plus en plus fines des RMP considèrent le zéro comme un horizon (Rotman, 1987) plutôt que comme un impératif moral qui gouverne l’appartenance professionnelle. Les erreurs particulières concrètes s’apparentent à l’« erreur de praticien » de l’expert en empreintes digitales. Alors qu’elles ne sont pas systématiquement attribuées à des praticiens dans tous les cas, elles posent les mêmes problèmes dès lors qu’on cherche à mesurer les taux auxquels elles surviennent. Les cours d’appel aux États-Unis et en Grande-Bretagne ont pris des décisions contre les arguments combinant des évaluations de RMP, les résultats des tests de compétence et des mesures de taux d’erreurs pratiques, même s’il est indéniable que ces dernières ont bien plus de chances de se produire que les évaluations de RMP actuels (Koehler, 1994). On admet que la probabilité d’une erreur pratique (sans rien dire d’une fraude) serait supérieure à une sur 420 sextillions17.

Conclusion

50Une des conséquences des stratégies polémiques qui ont assuré la réussite de la sociologie de la connaissance scientifique est que l’erreur a cessé d’être un objet de recherche intéressant. Parler d’erreur est aujourd’hui associé à la vieille sociologie de la connaissance, caractérisée par une adhésion irréfléchie à un positivisme monolithique dans lequel le chercheur suppose qu’il sait ce qu’est la vérité à laquelle les croyances qu’il explique adhèrent, ou dont elles s’écartent. Conséquemment, et pour d’excellentes raisons, les sociologues de la science sont devenus rétifs à l’usage de la qualification d’erreur dans leurs analyses et explications. Comme je l’affirme dans ce texte, cependant, l’erreur demeure un phénomène sociologiquement intéressant en dépit de ce rapprochement avec la vieille sociologie de la connaissance. Les tentatives faites pour mesurer les taux d’erreur, tout comme le travail visant à éviter, éluder, réduire ou corriger les erreurs et leurs effets sont innombrables dans les sciences, comme dans d’autres contextes sociaux. Dit plus simplement, les erreurs sont des phénomènes pertinents et socialement descriptibles, qui devraient être examinés comme tels. En tant que phénomènes socialement descriptibles, les erreurs (et toute la famille de l’erreur, de la faute à la bêtise, en passant par l’artefact et la tromperie) sont intéressantes, mais cet intérêt appelle un programme sociologique bien différent de celui de l’explication causale que Mannheim (1936) a élaboré, et que Bloor a développé quarante années plus tard. Bloor, comme Mannheim, envisage les divergences épistémiques dans et entre les communautés scientifiques comme un point de départ pour l’explication sociologique. On pourrait dire que, si Wundt a « psychologisé » les divergences épistémiques, Mannheim et Bloor les ont sociologisées. Sans critiquer explicitement le programme de Bloor, Schaffer (1988) oriente la recherche vers une approche très différente, plus foucaldienne. Au lieu de mobiliser la sociologie comme modèle d’explication des croyances divergentes, Schaffer conçoit les divergences comme le cœur même du développement de l’organisation d’une discipline. Les réseaux sociaux se forment et se reforment autour de ces divergences, dans le déploiement des efforts visant à les mesurer, les réduire et les contrôler. Conséquemment, on peut dire que ce sont ces formations sociales qui rendent les divergences descriptibles en tant que différences significatives, problèmes, ou erreurs individuelles. Cette manière de faire s’écarte de l’explication causale du sociologue. Elle lui substitue la généalogie d’une socialité endogène à travers laquelle des divergences émergent et deviennent sujettes à un contrôle disciplinaire et à une quantification.

51Les affaires d’analyse des empreintes digitales et de tests ADN indiquent que les erreurs et les taux d’erreur sont un élément constitutif et problématique de la construction interne d’une profession. Les distinctions entre genres d’erreurs (ou entre taux d’erreur et de fautes particulières) sont utilisées dans les tentatives d’étayer la valeur de vérité des preuves de police scientifique, et les praticiens sont sacrifiés (quand ils ne sont pas accusés de faute professionnelle) pour protéger le statut de la profession qui produit des preuves de ce genre. Il existe, bien sûr, plusieurs autres activités professionnelles et non professionnelles qui pourraient être étudiées, et la recherche empirique serait nécessaire pour découvrir la signification particulière (s’il y en a une) de l’erreur, et la visibilité organisationnelle des distinctions entre erreurs, fautes, inconduites, etc. Mais je parierai volontiers que l’erreur, ou quelque chose comme une erreur, pourrait figurer dans à peu près n’importe quelle pratique concertée, et qu’un examen détaillé de la socialité de l’erreur est une orientation prometteuse pour analyser l’organisation constitutive de toutes sortes d’activités bien différentes de celles qui ont été discutées dans cet article.

Bibliographie

Barnes Barry & David Bloor (1982), « Relativism, Rationalism and the Sociology of Knowledge », in M. Hollis & S. Lukes (eds), Rationality and Relativism, Cambridge, MIT Press, p. 21-47.

Bloor David (1973), « Wittgenstein and Mannheim on the Sociology of Mathematics », Studies in the History and Philosophy of Science, 4, p. 173-191.

Bloor David (1983), Sociologie de la logique. Les limites de l’épistémologie, trad. fr. D. Ebnöther, Paris, Pandore [1976].

Bloor David (1992), « Left and Right Wittgensteinians », in A. Pickering (ed.), Science as Practice and Culture, Chicago, University of Chicago Press, p. 266-282.

Bloor David (2004), « Institutions and Rule-Skepticism : A Reply to Martin Kusch », Social Studies of Science, 34, p. 593-601.

Button Graham & Wes Sharrock (1993), « A Disagreement over Agreement and Consensus in Constructionist Sociology », Journal for the Theory of Social Behaviour, 23, p. 1-25.

Champod Christophe & Ian W. Evett (2001), « A Probabilistic Approach to Fingerprint Evidence », Journal of Forensic Identification, 51 (2), p. 101-122.

Cockcroft Lucy (2007), « Innocents Fear DNA Database Errors », The Daily Telegraph (Londres, 26 novembre), disponible en ligne : <http://www.telegraph.co.uk/news/main.jhtml?xml=/news/2007/11/26/ndna126.xml>.

Cole Simon A. (1998), « Witnessing Identification : Latent Fingerprint Evidence and Expert Knowledge », Social Studies of Science, 28 (5/6), p. 687-712.

Cole Simon A. (2001), Suspect Identities : A History of Fingerprinting and Criminal Identification, Cambridge, Harvard University Press.

Cole Simon A. (2005), « More Than Zero : Accounting for Error in Latent Fingerprint Identification », Journal of Criminal Law and Criminology, 95, p. 985-1078.

Collins Harry M. (1985), Changing Order : Replication and Induction in Scientific Practice, Londres, Sage.

Coulter Jeff (1989), Mind in Action, Oxford, Polity Press.

Edmond Gary & David Mercer (2002), « Conjectures and Exhumations : Citations of History, Philosophy and Sociology of Science in US Federal Courts », Law & Literature, 14, p. 309-366.

Edmond Gary & David Mercer (2004), « Daubert and the Exclusionary Ethos : The Convergence of Corporate and Judicial Attitudes Toward the Admissibility of Expert Evidence in Tort Litigation », Law and Policy, 26 (2), p. 231-257.

Garfinkel Harold (1963), « A Conception of, and Experiments with, “Trust” as a Condition of Stable Concerted Actions », in O. J. Harvey (ed.), Motivation and Social Interaction, New York, Ronald Press, p. 187-238.

Garfinkel Harold (1967), Studies in Ethnomethodology, Englewood Cliffs, Prentice Hall (trad. fr. : Recherches en ethnométhodologie, Paris, Presses universitaires de France, 2007).

Garfinkel Harold (2002), Ethnomethodology’s Program : Working out Durkheim’s Aphorism, Lanham, Rowman & Littlefield.

Hand Learned J. (1901), « Considerations Regarding Expert Testimony », Harvard Law Review, 15, p. 40-58.

Hollis Martin (1982), « The Social Destruction of Reality », in M. Hollis & S. Lukes (eds), Rationality and Relativism, Cambridge, MIT Press, p. 67-86.

Kelvin (William Thompson) (1968), Popular Lectures and Addresses [1891-1894], in Bartlett’s Familiar Quotations, Fourteenth Edition, p. 723a.

Koehler Jonathan J. (1996), « On Conveying the Probative Value of DNA Evidence : Frequencies, Likelihood Ratios, and Error Rates », University of Colorado Law Review, 67, p. 859-886.

Koerner Brendan I. (2002), « As the Whorl Turns », The Village Voice, 19 mars, disponible en ligne : <http://www.villagevoice.com/2002-03-19/news/as-the-whorl-turns/>.

Kohler Robert E. (1994), Lords of the Fly : Drosophila Genetics and the Experimental Life, Chicago, University of Chicago Press.

Kusch Martin (2004), « Rule-Skepticism and the Sociology of Scientific Knowledge : The Bloor-Lynch Debate Revisited », Social Studies of Science, 34, p. 571-591.

Lynch Michael (1992a), « Extending Wittgenstein : The Pivotal Move from Epistemology to the Sociology of Science », in A. Pickering (ed.), Science as Practice and Culture, Chicago, University of Chicago Press, p. 215-265.

Lynch Michael (1992b), « From the “Will to Theory” to the Discursive Collage : A Reply to Bloor’s “Left and Right Wittgensteinians” », in A. Pickering (ed.), Science as Practice and Culture, Chicago, University of Chicago Press, p. 283-300.

Lynch Michael (1993), Scientific Practice and Ordinary Action : Ethnomethodology and Social Studies of Science, Cambridge, Cambridge University Press.

Lynch Michael (2004), « “Science Above All Else” : The Inversion of Credibility Between Forensic DNA Profiling and Fingerprint Evidence », in G. Edmond (ed.), Expertise in Law and Regulation, Aldershot, Ashgate, p. 121-135.

Lynch Michael, Cole Simon, McNally Ruth & Kathleen Jordan (2008), Truth Machine : The Contentious History of DNA Fingerprinting, Chicago, University of Chicago Press.

Mannheim Karl (1936), Ideology and Utopia, New York, Harvest Books, trad. fr. J.-L. Evrard, Idéologie et utopie, Paris, Éditions de la MSH, 2006.

Mnookin Jennifer L. (2001), « Fingerprint Evidence in An Age of DNA Profiling », Brooklyn Law Review, 67 (1), p. 13-70.

Mulkay Michael & G. Nigel Gilbert (1982), « Accounting for Error : How Scientists Construct Their Social World When They Account For Correct and Incorrect Belief », Sociology, 16, p. 165-183.

Perrow Charles (1984), Normal Accidents : Living with High-Risk Technologies, New York, Basic Books.

Pollner Melvin (1974), « Mundane Reasoning », Philosophy of the Social Sciences, 4, p. 35-54.

Rabinow Paul (1992), « Artificiality and Enlightenment : From Sociobiology to Biosociology », in J. Crary (ed.), Zone 6 : Incorporations, Cambridge, MIT Press ; repris in Mario Biagioli (ed.), The Science Studies Reader, New York et Londres, Routledge [1999], p. 407-416.

Risinger D. Michael (2000), « Preliminary Thoughts on a Functional Taxonomy of Expertise for the Post-Kumho World », Seton Hall Law Review, 31, p. 508-536.

Rotman Brian (1987), Signifying Nothing : The Semiotics of Zero, Stanford, Stanford University Press.

Saks Michael J. & Jonathan J. Koehler (2005), « The Coming Paradigm Shift in Forensic Identification Science », Science, 309 (5 août), p. 892-895.

Schaffer Simon (1988), « Astronomers Mark Time : Discipline and the Personal Equation » Science in Context, 2, p. 115-145.

Sharrock Wes (2004), « No Case to Answer : A Response to Martin Kusch’s “Rule-Skepticism in the Sociology of Scientific Knowledge” », Social Studies of Science, 34, p. 603-614.

Thompson Edward Palmer (1971), « The Moral Economy of the English Crowd in the Eighteenth Century », Past and Present, 50, p. 76-136.

Wittgenstein Lugwig (2004), Recherches philosophiques (nouvelle édition dirigée par É. Rigal), Paris, Gallimard.

Notes

1 Comme Jeff Coulter (1989, p. 34 sq.) le note, les concepts de « connaissance » et de « croyance » expriment ordinairement des engagements épistémiques distincts, et toute tentative d’utiliser l’un ou l’autre comme un terme général renvoyant à une sociologie de la connaissance ou des croyances tend à promouvoir une sociologie de la confusion.

2 Voir également Bloor (1973, p. 179).

3 Pour qui veut avoir une idée de quelques-uns des nombreux arguments sur le sujet, voir Lynch (1992a, 1992b, 1993), Bloor (1992, 2004), Button & Sharrock (1993), Kusch (2004), Sharrock (2004).

4 Colorado v. Leroy Hood, District Court, El Paso County, No. 01CR2120 (18 janvier 2002). Je remercie Simon Cole, qui fut témoin de la défense dans cette affaire, de m’avoir donné un typescript des transcriptions des auditions de recevabilité préalable dans le cas Hood. Les références de pages renvoient à ce document.

5 La première de ces contestations a été formulée lors du procès United States P Mitchell, 1999. Cr. No. 96-407 Tr. trans. (E.D. Pa.).

6 United States v. Mitchell, 1999. Cr. No. 96-407 Tr. trans. [E.D. Pa.], App. 765a.

7 Bruce Budowle, transcription du procès 122-23, United States v. Mitchell, Cr. No. 96-407 [E.D. Pa., 9 juillet 1999], cité dans Cole (2005, p. 1037).

8 Kasey Wertheim, The Weekly Detail, Aug. 1, 2001, sur http://www.clpex.com/Articles/TheDetail/1-99/TheDetail01.htm, cité dans Cole (2005, p. 1036).

9 Ian Evett signale, dans une interview de mars 2002, que cette stratégie d’exclusion peut être coûteuse pour l’accusation, dans la mesure où cela élimine des pièces à conviction qui pourraient, conjointement avec d’autres preuves, étayer une conviction même si elle est loin d’être absolument certaine. De plus, la plupart des autres preuves présentées au tribunal semblent être sujettes à un jugement moins que sûr, ce qui fait que l’exclusion des empreintes digitales réduit leur valeur.

10 Voir Rabinow (1992) au sujet de la « biosocialité » pour une semblable attention portée au fondement épistémique de la formation des groupes sociaux au lieu de, ou en plus de, l’explication sociale.

11 International Association for Identification, Resolution V, 30 IDENTIFICATION NEWS 3 (Aug. 1980) (modifiant la résolution de permettre un tel témoignage, avec des qualifications, sous la menace d’une sanction pénale). (Int’l Ass’n for Identification, Resolution VII, 29 IDENTIFICATION NEWS 1 [Aug. 1979]), cité dans Cole (2005, p. 992).

12 Cole (2005, p. 1003-4), à propos de State v. Caldwell, 322 N.W.2d 574 [Minn. 1982].

13 (756 N.E. 2d 622 [Mass. App. Ct. 2001]).

14 La notion d’« économie morale » a été initialement utilisée par Edward Palmer Thompson (1971), mais a reçu une signification toute différente dans le compte rendu de Kohler (1994) au sujet des travaux pionniers du groupe de Thomas Hunt Morgan sur la génétique de la drosophile.

15 Schaffer (1988, p. 116) signale que, en 1796, Nevil Maskelyne, l’astronome royal de Greenwich, a licencié son assistant David Kinnebrook, en raison de la différence intolérable entre ses temps de transit et ceux des autres observateurs. Toutefois, comme Schaffer continue à le signaler, le programme disciplinaire développé tout au long du xixe siècle a poursuivi la précision moins à travers la sélection d’individus compétents qu’en développant progressivement une organisation du travail humain et des instruments de mesure plus élaborés.

16 Voir également Perrow (1984) à propos des accidents et des désastres. Attribuer un accident à une erreur humaine est une pratique courante pour laver les systèmes technologiques du blâme.

17 Un reportage publié récemment dans un journal britannique illustre ce point de manière dramatique. Selon un rapport de l’Agence de l’amélioration de la Police nationale, « Data Quality and Integrity Team » (NPIA), « 1450 écarts démographiques (discrepancies) » ont été découverts entre janvier et novembre 2007 dans les données introduites dans la base de données ADN nationale. La plupart d’entre elles étaient des erreurs administratives et bureaucratiques ordinaires, comme des erreurs d’orthographe, des dates et des codes de police mal notés. Ces fautes ne sont pas la sorte d’erreurs qui préoccupe les généticiens des populations et les statisticiens dans leurs débats au sujet de la probabilité de résultats faux-positifs, et ne sont pas susceptibles d’être mesurés dans les évaluations des anciens taux d’erreur (Cockcroft, 2007).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search