Version classiqueVersion mobile

Dynamiques de l’erreur

 | 
Christiane Chauviré
, 
Albert Ogien
, 
Louis Quéré

Erreur et perception

Faillibilisme et fiabilisme chez Peirce

Christiane Chauviré

Note de l’auteur

Je remercie Mathias Girel pour ses suggestions et commentaires très précieux.

Texte intégral

  • 1 Peirce, Dictionnaire de Baldwin.

« Tout ce que l’expérience peut faire, c’est de nous avertir quand nous avons fait une conjecture fausse. Il nous incombe de trouver la bonne conjecture1. »
« Le monde scientifique ressemble à une colonie d’insectes en ce que l’individu lutte pour produire ce dont il ne pourra profiter lui-même. » (Ibid.)

  • 2 Les textes de Peirce sont référencés comme suit : CP (Collected Papers) – CP, 1.68 signifie Collect (...)

1Inventeur de la position dite « faillibiliste » en épistémologie, Peirce combine de façon très originale pessimisme (voire scepticisme) et optimisme en matière de philosophie des sciences d’une manière telle qu’en fin de compte l’optimisme l’emporte, mais sur un mode qui exclut tout dogmatisme : nous ne pouvons exiger de nos énoncés scientifiques ni la certitude, ni la précision, ni l’exactitude, ni attendre d’eux une vérification expérimentale définitive, même s’il est certain qu’à long terme la communauté scientifique finira par trouver une (la seule) théorie vraie de la réalité grâce à l’« application persévérante » de la méthode scientifique, la seule méthode de fixation des croyances à pouvoir produire des croyances stables car cette application « révélera son désaccord avec les faits si elle est en désaccord avec eux » (CP, 1.68)2, ce qui la rend auto-correctrice. L’expérience en effet « ne montre pas que la conjecture est vraie, mais si elle est fausse, on doit finalement s’en apercevoir » (CP, 1.181). Toute l’épistémologie de Peirce tourne autour de ce puissant faillibilisme, qui concerne aussi, ou plutôt d’abord, les jugements de perception. En effet l’inférence abductive, qui fournit selon cet auteur les hypothèses scientifiques (à la différence de l’induction qui les présuppose et ne peut que les tester), se confond plus ou moins avec les jugements de perception, qui sont « nos premières prémisses » (CP, 5.181), ce qui nous est, semble-t-il, absolument donné, ce qui s’impose à nous de façon « irrésistible » et ne peut être critiqué. On s’aperçoit alors de l’existence de deux grands problèmes concernant et la perception et la logique de l’hypothèse dans les sciences, qui sont de vastes domaines. Dans les deux cas en effet, on trouve une tension ou un paradoxe qui met en danger la position faillibiliste affichée par Peirce : 1) contradiction entre la faillibilité proclamée des données de tout raisonnement (elles ne sont en effet jamais immédiates et absolument premières, mais toujours déjà conclusions, sujettes à ce titre à l’erreur) et l’incorrigibilité déclarée des jugements de perception ; 2) tension entre la faillibilité de tous les énoncés scientifiques, y compris les mieux corroborés, et l’optimisme qui fait dire à Peirce que la science arrivera, à long terme, à une vérité finale absolue qui apaise définitivement le doute. Nous allons montrer comment se résout chez Peirce ce double paradoxe.

Le faillibilisme et la perception

Y a-t-il une base sûre pour la science ? Le cas troublant des jugements de perception

  • 3 « Tout le travail subconscient de l’intellect qui forme un percept et un jugement perceptuel se fai (...)

2Le faillibilisme peircien est la première épistémologie – avant Popper – à lier paradoxalement la dynamique de la science au caractère faillible de ses énoncés, ainsi qu’à la détection des erreurs au moyen de tests empiriques, et ce en dépit du caractère irrésistible et incorrigible de nos énoncés de perception3. Être à la fois incorrigible et faillible peut sembler un handicap pour des énoncés candidats au titre d’énoncés « de base » de l’enquête scientifique (on sait que le problème de la « base empirique » fut très discuté au sein du Cercle de Vienne et par Popper). C’est ce paradoxe que nous voulons explorer ici – nous verrons qu’incorrigible ne signifie nullement infaillible –, avant d’étudier comment Peirce, bien avant Popper et son falsificationnisme, intègre l’erreur de manière positive à la science, qu’il tient d’ailleurs pour auto-correctrice, grâce à l’induction, la seule procédure qui corrige ses propres résultats.

  • 4 Peirce (2007, p. 206) soutient que la perception est aspectuelle en ce que le jugement de perceptio (...)

3Loin d’être nouveau, le thème des illusions perceptives hante la philosophie depuis au moins l’âge classique où il a pu nourrir le scepticisme : l’erreur des sens (« puissances trompeuses »), l’illusion du bâton brisé, l’illusion de Müller-Lyer, autant de clichés qui continuent à remplir les manuels de philosophie, témoignant de la persistance de ce problème. Longtemps on a pu lire dans ces ouvrages, non sans raison, que l’erreur réside non dans le percept lui-même4, mais dans le jugement de perception, et que la raison, comme le dit La Fontaine, « redresse » le bâton brisé. Mais la persistance de l’illusion de Müller-Lyer, qui résiste au fait de savoir que les deux segments sont égaux (nous continuons à les voir inégaux) pose un véritable problème (Bouveresse, 1995, p. 87-88). Les cogniticiens expliquent cette énigme par la thèse fodorienne de la modularité de l’esprit et du cloisonnement informationnel des systèmes modulaires spécialisés, notamment périphériques, dans le cas de la vision et de l’audition : l’information encapsulée dans un tel module est inaccessible aux informations venues d’ailleurs et imperméable aux « redressements » de la raison.

  • 5 Les phénomènes de contrôle (contrôle de soi et auto-critique) chez l’homme, et de correction ou de (...)

4Quoi qu’il en soit, la théorie de la perception et le faillibilisme de Peirce méritent d’être revisités, tout comme sa thèse du caractère auto-correcteur de la science, les trois faisant système. Dans la philosophie peircienne, le percept est doté d’une force de percussion qui nous frappe et se répercute dans le jugement de perception (« cette chose-ci est jaune »). Celui-ci a la remarquable propriété d’être irrésistible (étant automatiquement produit), et de s’imposer à mon acceptation. Plus intéressant encore, Peirce le qualifie d’incorrigible, au sens d’inaccessible au contrôle5 rationnel :

Nous parlons de faits durs. Nous voulons que notre savoir se conforme aux faits durs. Or la « dureté » du fait réside dans l’insistance du percept, une insistance entièrement irrationnelle, l’élément de secondéité en elle. C’est un facteur très important de la réalité. Mais ce facteur ne se limite pas au percept. [Il se répercute dans le] jugement de perception qui tout pareillement contraint notre acceptation sans raison assignable. (CP, 7.659)

5L’incorrigibilité du jugement de perception est-elle une entorse au faillibilisme ? (La thèse de l’insistance du percept semble aller dans le même sens que l’hypothèse cogniticienne de la modularité : l’information perceptive relève d’un module cloisonné informationnellement, et plus un système est cloisonné, plus ses « calculs » risquent d’être rapides, irrépressibles – comme le percept chez Peirce –, voire inaccessibles à l’inspection consciente.)

  • 6 Voir Chauviré (2000), spécialement « Pragmatisme et économie de la recherche chez C. S. Peirce ».

6Comment se concilient, dans une épistémologie globalement faillibiliste (moins, il est vrai, que celle de Popper), et dominée par le principe de l’économie de la recherche6, le caractère irrépressible du percept, l’incorrigibilité du jugement de perception, et néanmoins l’idée optimiste d’une science inductive auto-correctrice, qui rectifie ses propres erreurs et accorde un rôle crucial à leur détection ? Comment la science peut-elle s’édifier sur la base de jugements incontrôlables et inaccessibles à la critique rationnelle ? Ils sont pourtant « les premières prémisses de tous nos raisonnements » (mais Peirce devrait sans doute savoir, comme les logiciens médiévaux, que « ex falso sequitur quodlibet » !). La base, qu’on voudrait solide, de la science ne s’enlise-t-elle pas, pour reprendre la métaphore de Popper, dans le marécage de la perception ? La science est-elle construite sur pilotis, comme le suggère ce même auteur ?

La perception inférentielle contre le mythe du donné

  • 7 Sur la critique peircienne du fondationnisme comme sapant le mythe de l’intériorité, voir Bouveress (...)

7Il faut ici prendre l’exacte mesure de l’anti-fondationnisme (au moins proclamé, et parfois rapproché de celui de Wittgenstein7) de Peirce, lequel n’a pas plus peur que Popper d’une science sur pilotis, mais qui néanmoins n’est pas si radical qu’on a pu le croire, comme l’a bien noté Hookway (1986). Peirce a certes brillamment commencé sa carrière à la fin des années 1860, et surtout dans ses fameux essais de 1878, par un plaidoyer contre l’idée d’une cognition auto-justifiée, par exemple une intuition à laquelle le sujet aurait un accès privilégié, et pouvant servir de fondement absolu. Il n’existe pas de première prémisse « qui ne serait pas elle-même une conclusion », soutient Peirce, dès 1868, pour nos inférences (toute pensée, ou « pensée-signe » s’avérant selon lui de nature inférentielle). La mythologie de la prémisse ultime, résidu de cartésianisme relayé par Hamilton, est débusquée ; la connaissance n’a jamais vraiment commencé, il n’y a pas de premier maillon de la chaîne inférentielle, pas d’intuition première. Nous sommes toujours déjà pris dans un flux d’inférences qui, pour être acritiques, n’en sont pas pour cela ultimes. Contre Hamilton, le jeune Peirce soutient, dès 1868, que la sensation qui accompagne le jugement, et qui est un objet de conscience, « n’implique aucune recognition intuitive des éléments subjectifs de la conscience » (OP1, p. 28 ; W2 : 205). Toute cognition s’inscrit dans une trame inférentielle où elle n’est que médiate et médiée ; il n’existe aucune cognition immédiatement présente à l’esprit, ni de présent absolu de la conscience. Aucun « arrêt sur l’image » n’est possible, qui viendrait un instant ralentir ou interrompre le cours de la pensée pour immobiliser une cognition devant l’œil de l’esprit, dans une mythique présence de l’esprit à lui-même. Le jeune Peirce traite déjà cognitions, pensées et significations comme virtuelles, chacune se débordant elle-même et débordant le présent pour pointer vers le futur. Dans un premier état de la sémiotique peircienne, chaque « pensée-signe » (thought-sign) en suscite une autre, et ainsi de suite, comme s’enchaînent en un flux continu les interprétants d’un signe. Les pensées, croyances et significations ont un « esse in futuro » ; elles sont des potentialités, que Peirce nommera par la suite, après le tournant réaliste, dispositions ou « would be ». La signification d’un terme est simplement virtuelle, jamais totalement actualisée, toujours en cours de développement (et, en un sens, inépuisable). Elle réside dans le futur. On ne saurait en tout cas immobiliser sous l’œil de l’esprit une pensée précise (aux contours nets) en un pur présent instantané. La pensée déploie son flux ininterrompu dans le temps, comme chez le James des Principes de psychologie et le Husserl des Leçons sur la conscience intime du temps.

8Déjà Wundt, bien connu de Peirce, dénonçait une forme de « mythe du donné » en soutenant que « dans la perception, nous n’avons pas affaire à des données intuitives simples, mais pour l’essentiel à des “conclusions” » (Girel, 2007, p. 112) ; au fondement des processus perceptifs se trouve en réalité l’« inférence inconsciente », que discutera Peirce. De son côté, Helmholtz avait soutenu une influente théorie inférentielle de la perception (Bouveresse, 1995, p. 89 sq.), proposant une alternative à la méthode de l’introspection. « Il n’y a au fond que par inférence que nous pouvons reconnaître ce que nous ne percevons pas immédiatement. » La discussion peircienne de la perception suppose un riche arrière-plan de controverses opposant savants et philosophes allemands de l’époque. Les thèses, à première vue très innovantes et cinglantes, des textes de 1868 et de 1878, souvent lus, non sans raison, comme des « textes anticartésiens », bien que leur portée critique soit plus large, ou comme préfigurant la critique par Wittgenstein du mythe de l’intériorité (Chauviré, 1985), sont en fait issues de ce terreau. Il revenait au jeune Peirce de leur donner cette forme percutante dans une série d’articles choc et d’en faire un manifeste philosophique qui a pu passer pour anti-cartésien. Mais ces articles ne peuvent sembler une météorite tombée du ciel que si l’on ignore ce contexte et cet arrière-fond de la psychophysiologie allemande, connue professionnellement de Peirce, et les controverses entre Mill et Hamilton, patiemment reconstituées par des commentateurs de nouvelle génération (notamment Girel, 2007). Toutefois, comme l’a objecté Mathias Girel, les théories inférentielles de la perception ne peuvent servir à critiquer le mythe du donné qu’à condition d’oublier que, si les perceptions impliquent bien des inférences, celles-ci ont des prémisses qui sont des données premières et absolues, par exemple les sensations chez Wundt et Helmholtz, ce qui jette un soupçon sur la manière dont Peirce se réclame de ces auteurs, ainsi que de Berkeley qui, le premier, a tenu la vision pour inférentielle et construite – mais reposant sur les données immédiates des sens ! – et dont Peirce a écrit un retentissant compte rendu de l’édition Fraser. Il serait peut-être aventureux de tenir ces auteurs pour des pourfendeurs du mythe du donné.

Maxime pragmatiste et anticipation du futur

  • 8 Pour nuancer le propos, voir Hookway (1986) : en se basant sur le mode de justification des croyanc (...)

9Dès sa jeunesse, il est vrai, Peirce défend, contre tout fondationnisme, l’idée de la perception comme inférence hypothétique (« abduction »). Parallèlement, la conception d’un objet est déjà pour lui traductible en une conjonction de propositions conditionnelles manifestant les lois ou habitudes régissant le comportement de cet objet : c’est une première formulation de la maxime pragmatiste « reliant les conditions de la perception à l’occurrence de propriétés sensibles ; ainsi toute propriété d’objet est dispositionnelle », car la façon dont un objet nous affecte dépend de la relation que nous entretenons avec lui et de conditions préalables (Girel, 2007, p. 285). Concevoir par exemple la dureté du diamant, c’est anticiper sur des régularités futures (toutes les tentatives infructueuses faites pour le rayer), c’est augurer de sa résistance à ces tentatives. Les propositions conditionnelles sont, à cette époque, conçues comme des implications philoniennes (l’implication matérielle de la logique contemporaine) ; par la suite ces conditionnelles deviendront contrefactuelles, sanctionnant le passage de Peirce du nominalisme au réalisme ontologique. Mais, déjà à cette époque, il soutient que nous ne connaissons les choses externes que par, et dans la prévision de, certaines régularités futures. On n’est pas encore dans le cadre du réalisme scotiste qui réifiera les entités Troisièmes ou « would be » (entités générales, lois de la nature, régularités, dispositions, habitudes, propensions, signes) sous la forme de potentialités réelles qui, une fois déclenchées, opéreraient activement dans la nature, et s’actualiseraient si certaines conditions étaient réunies. Mais déjà dans la jeunesse de Peirce, en pointant vers le futur, le principe pragmatiste sape à l’avance toute idée d’énoncés de base – et, en un sens, il anticipe le fameux bateau de Neurath – ou la notion de donné ultime, puisque la connaissance des choses externes réside dans le futur. Le fondationnisme en général, qui suppose l’existence d’une cognition ou d’une intuition première, est en principe récusé8. Pourtant Peirce conserve un optimisme épistémologique remarquable, alimenté par trois sources : le rôle massivement bénéfique de la détection de l’erreur en science, le pouvoir auto-correcteur (à long terme) de l’induction systématiquement menée, et l’adaptation darwinienne de nos théories à la nature. Mieux vaut, en matière de science, regarder l’avenir, qui est prometteur, que vers les commencements douteux.

Rectifier l’erreur

  • 9 Il s'agit d'un projet vaste et complet, quoique non publié, exposant la logique de Peirce.
  • 10 Il faut d’ailleurs rappeler que Peirce a été un expérimentateur de tout premier ordre, et qu’à ce t (...)

10Critiquant la méthode introspective en psychologie, résidu de cartésianisme, Peirce récuse, au chapitre VI de Grand Logic (1893)9, l’idée qu’une investigation puisse se fonder sur des « données » comme les « sentiments immédiats », qui ne constituent nullement selon lui des « données » psychologiques ; bien pire, avoue Peirce, qui a rarement été si radical, « la vérité est qu’il n’y a pas de données. Nous avons une foule d’inférences à partir des données, sujettes à l’erreur, et nous avons à les corriger du mieux que nous pouvons, en les réunissant » (CP, 7.465 ; nous soulignons). D’où l’importance des procédures de correction des erreurs, dont Peirce nous donne des exemples qu’il a pu étudier à la faveur de travaux scientifiques pointus exigeant des mesures précises (recherches en astronomie, géodésie, photométrie, gravimétrie, psychophysique10), surtout au cours des années passées au Coast Survey. Voici un exemple de rattrapage des erreurs en astronomie :

Tout ce sur quoi nous devons nous fonder en astronomie ce sont nos observations, et toutes ces observations sont erronées. Mais nous les collectons, nous en faisons une moyenne, et trouvons une description générale de la trajectoire de l’objet observé ; et de là nous pouvons calculer une éphéméride, et finalement, si cela a un intérêt, nous établissons ce que ces observations auraient pu être. Nous ne pouvons pas plus partir des sentiments en psychologie que des positions précises des planètes, en tant qu’elles sont affectées par des parallaxes, des aberrations, des réfractions, etc. en astronomie. Nous partons de données médiates, sujettes à l’erreur et exigeant une correction. (Ibid.)

11La même année, le fils de Benjamin Peirce insiste à nouveau sur le caractère médiat des « données » astronomiques, taxant les soi-disant faits observés de « faits dérivés » : « Les choses que nous observons en physique, par exemple, en astronomie, ne sont pas du tout des faits élémentaires » (pas plus que l’introspection ne nous fait accéder à des faits psychologiques élémentaires, pour poursuivre le parallèle entre astronomie et psychologie) :

  • 11 Déjà mis en vedette par Whewell, Kepler est, chez Peirce, le héros du falsificationnisme qui soumet (...)

Kepler11 ne disposait pas, comme J. S. Mill semblait se l’imaginer, des positions réelles de la planète Mars avec les observations de Tycho, positions dont il tira deux ou trois lois. Aucun astronome ne peut observer directement la situation d’une planète par rapport au soleil. Il observe seulement le fait secondaire et dérivé que la planète vue de la terre, et sujette à une aberration relativement à l’équation du temps, est dans telle ou telle direction à un moment donné. Selon la méthode d’observation, cette direction sera plus ou moins affectée par la réfraction, etc. De plus l’astronome est forcé de reconnaître que chaque observation singulière qu’il fait est plus ou moins affectée d’erreur. Ces erreurs doivent être corrigées par un raisonnement dont les seules prémisses sont les observations erronées elles-mêmes. (CP, 7.419)

12Toujours soucieux de l’économie de la recherche, Peirce note qu’en astronomie « effectuer un ajout important aux observations exige une dépense de plusieurs dizaines de milliers de dollars » (CP, 6.2).

  • 12 Mais dans la pratique, comme il faut bien que la science commence quelque part, on fait partir cell (...)
  • 13 Voir notamment l’article « Vérité » de Peirce (2007).

13Le rattrapage des erreurs est donc une activité constitutive de la science et nécessite parfois des méthodes sophistiquées de mesure de l’erreur, dont Peirce a eu le secret, mais il est présent dans des techniques plus simples de contrôle, dans la liste d’errata que nous soumettons à l’éditeur, ou dans le fait de recalculer une addition au crayon. En outre, non seulement chaque observation singulière est privée, variant avec chaque observateur, mais la même personne ne peut jamais répéter deux fois la même observation. Ce qui est vrai de l’astronomie l’est également de la perception ordinaire : deux personnes ne voient pas le même aspect de l’encrier sur la table, et ce sur quoi elles peuvent s’accorder – le fait qu’il y a un encrier sur la table – n’est qu’une conclusion tirée d’observations différentes. Et la ressemblance entre deux observations n’a de sens que pour un esprit qui peut les comparer, c’est-à-dire effectuer un acte mental extérieur à ces observations. Ainsi ne partons-nous pas de données brutes en astronomie, mais d’inférences à partir de ces données, tout comme, en psychologie, c’est par le biais d’inférences à partir des objets externes que nous connaissons notre soi. Les données brutes de l’observation sont un mythe12 : comme le dira plus tard Popper, l’observation présuppose un « cadre d’expectation » comportant des éléments théoriques, en sorte que les sciences ne procèdent pas en réalité de l’observation à la théorie. Peirce (2007) loue Whewell d’avoir insisté en épistémologie sur la « relativité de la distinction entre les théories et les faits » (DB, p. 178), et saisi que « tout fait implique un élément qui est fourni par l’esprit, et qui, s’il n’est pas de la théorie à proprement parler, est analogue à la théorie » (ibid.). Mais surtout, comme le relève Girel (2007, p. 676-677), Peirce lui-même définit à partir de 1902 la croyance comme « habitude d’attente13 », anticipant clairement Popper. Enfin, si le faillibilisme de Peirce repose sur une conception indéterministe de la nature, s’il croit en un hasard objectif à l’œuvre en elle, les écarts constatés entre les lois exactement formulées et les mesures concrètes traduisent quelque chose de bien réel ; dès lors, que l’indétermination foncière de nos théories soit imputable à quelque chose d’objectif dans l’univers devrait modifier notre idée, voire le statut, de l’erreur en matière de mesures ou de calculs scientifiques, car lesdits écarts ne seraient peut-être pas des erreurs pour un esprit omniscient ; mais Peirce ne soulève pas cet intéressant problème.

L’hypothèse, « c’est plus fort que moi »

  • 14 D’abord nommée inférence hypothétique, et plus tard présomption ou rétroduction, l’abduction est la (...)

14C’est au niveau des hypothèses produites par abduction14 qu’intervient le test empirique éliminateur des hypothèses fausses, qui s’avère en fait le véritable moteur de la recherche parce qu’il est la seule procédure concluante en science, aucune vérification ne pouvant l’être. La réfutation seule est cruciale et décisive parce qu’éliminatoire (Popper fera peser d’un grand poids cette idée de la « décidabilité unilatérale »). En principe, mais Peirce, comme plus tard Popper, nuance beaucoup ce propos, une seule expérience négative permet d’écarter une théorie (Nicod, 1961, p. 24).

  • 15 Cette inférence est de la forme : « Le fait surprenant C est observé ; or si A était vrai, C irait (...)

15La connaissance commence et finit par des abductions, déjà présentes dans la perception. Mais l’abduction n’est que la première des trois étapes de la recherche scientifique, celle qui nous fait avancer une conjecture pour expliquer l’existence d’un fait surprenant15 ; elle est suivie de la déduction qui consiste à tirer de l’hypothèse des énoncés pouvant être confrontés avec des faits expérimentaux ; ensuite l’induction met en évidence, au terme de cette mise à l’épreuve, la fiabilité de la nouvelle théorie. Or Peirce ne soutient pas seulement la thèse de l’irrésistibilité du percept, il proclame aussi que le jugement de perception vient se confondre avec la conclusion d’une abduction. Ainsi avons-nous affaire à des abductions en amont et en aval de la science… Quant aux jugements de perception, loin de fournir véritablement les « premières prémisses » de la science, ils se distinguent à peine de conclusions d’inférences abductives déjà là. Le tout se produit au long d’un processus tellement continu qu’il est artificiel de parler de jugements de perception discrets, véritablement présents à la conscience. Car, pour le continuiste (« synéchiste ») absolu qu’est Peirce, rien n’est véritablement présent, à un moment quelconque du temps, à la conscience, la perception se déroulant selon un flux ininterrompu, « une série continue de ce qui, effectué discrètement et consciemment, serait des abductions », mais qui en réalité se fondent les unes dans les autres. Aussi ne peut-on effectuer une coupe instantanée dans ce flux pour immobiliser quelque chose de présent à la conscience : en toute rigueur rien n’est jamais présent à la conscience.

L’inférence abductive vient se confondre avec le jugement de perception sans ligne de démarcation bien nette ; ou, en d’autres termes, nos premières prémisses, les jugements de perception, sont à regarder comme un cas extrême d’inférences abductives, dont ils ne diffèrent qu’en étant absolument inaccessibles à la critique. (CP, 5.181)

  • 16 Littéralement « galis », « cambuse ».

16Ce qui rend ces jugements acritiques n’est pas simplement le caractère à peine conscient de leur formation, ou la difficulté de réidentifier le percept qu’on vient d’appréhender, pour énoncer en toute certitude le jugement de perception, c’est aussi « cette force sans loi ni raison, la force brute » caractéristique des Seconds. Ce qui donne au percept cette force de percussion est l’élément de Secondéité en lui, qui agit causalement sur nous, l’élément hic et nunc du percept : « Le percept est un événement unique qui se produit hic et nunc. Il peut être généralisé sans perdre son caractère essentiel. Car c’est une passation d’armes entre le non-ego et l’ego. » (CP, 2.146). Mais le percept contient aussi des éléments premiers et troisièmes (c’est-à-dire de la généralité). Aussi Peirce est-il loin de considérer le percept comme un produit brut ; il y voit au contraire, comme ses devanciers Helmholtz et Wundt, le « résultat d’une élaboration cognitive » (1905, CP, 5.416) : « La science de la psychologie m’assure que les percepts mêmes sont des constructions mentales, et non les premières impressions des sens. » (1902, CP, 2.141). Le donné brut, s’il existe, se situe en amont, c’est « l’expérience », « l’élément imposé de l’histoire de notre vie. C’est ce dont nous sommes contraints d’être conscients par le fait d’une force cachée résidant dans un objet que nous envisageons » (1898, RLC, p. 228). Aussi ne pouvons-nous que nous soumettre, y compris et surtout dans l’observation scientifique, à cette « force majeure » ; l’évidence de l’hypothèse amène la volonté à se soumettre : « L’hypothèse, comme on dit en français, “C’est plus fort que moi”. C’est irrésistible ; impératif. Nous devons ouvrir toute grande notre porte16 et l’admettre, en tout cas pour le moment. » (Ibid.). Aussi la science commence-t-elle avec la force de frappe de l’hypothèse, à l’évidence de laquelle nous nous rendons, mais qui sera peut-être réfutée demain.

Phénoménologie de la perception directe

17Selon Hookway (2000-2002, p. 131), Peirce soutient une théorie de la perception directe, qui implique pour une part la sémiotique, notamment la notion d’index : la perception est une confrontation directe, voire brutale, car « seconde », du sujet avec l’altérité présentée dans le percept, un « clash » entre le moi et le non-moi. La forme standard du jugement de perception contient un index comme « ceci », « maintenant » ou « ici », lequel « comme un doigt pointé, exerce une force physiologique réelle sur l’attention […] et la dirige vers un objet des sens particulier ». L’énonciateur entretient une relation « existentielle », « physique », à son objet et qui implique sa présence. Selon Hookway, les index jouent trois rôles dans l’expérience : ils éclairent la phénoménologie de l’expérience visuelle ; ils expliquent comment nous percevons directement les choses ; et ils permettent de fournir une explication satisfaisante de la façon dont nous révisons et corrigeons nos croyances. Ainsi, lors d’un orage, « un éclair aveuglant s’impose à mon attention et la dirige à un certain moment du temps avec un “Maintenant !” emphatique » (W5 : 224). Le sujet fait une référence indexicale à un moment du temps et à un événement qui est, selon Hookway, phénoménologiquement irrésistible : « Ceci, maintenant, est un éclair. » Cette indexicalité met en évidence le caractère direct de la perception.

18Voici un passage où Peirce expose très clairement le caractère direct de la perception, au point que le percept de la chaise jaune avec le coussin vert devient la chaise-même s’imposant à mon regard (la chaise « en personne », comme dit Husserl) : « La chaise qu’il me semble voir ne fait aucune profession, elle n’incarne essentiellement aucune intention, elle n’est mise pour rien. Elle s’impose à mon regard, mais pas par délégation pour autre chose, ni en tant qu’autre chose. » (CP, 7.619). Ainsi la perception de la chose donne-t-elle directement la chose même, non une apparence ou une quelconque pellicule détachée de la chose. En même temps ce texte souligne avec force qu’au stade du percept nous n’en sommes pas encore à celui de la connaissance, car la chaise « ne fait aucune profession » ; les percepts sont « individuels » et « absolument muets » (CP, 7.622), en deçà de la distinction du vrai et du faux. On en fait directement l’expérience sans qu’ils soient dans un rapport cognitif avec nous ; ce stade est pré-cognitif, pré-propositionnel et pré-assertif :

L’expérience directe n’est ni certaine ni incertaine, parce qu’elle n’affirme rien ; elle est tout simplement… Elle ne comporte aucune erreur, elle n’offre aucune certitude. Elle n’est pas exacte, parce qu’elle laisse beaucoup de vague : bien qu’elle ne soit pas non plus inexacte ; en d’autres termes, elle n’a aucune fausse exactitude. (CP, 1.145)

19C’est seulement au stade du jugement de perception que s’introduit la possibilité de la vérité ou de l’erreur, le percept, lui, se contentant d’être. Peirce est par ailleurs parfaitement conscient de la distinction, tenue aujourd’hui pour cruciale, entre voir quelque chose et voir que « une chaise est jaune » (CP, 5.115).

20Loin de tenir nos expériences pour des images subjectives, Peirce prétend que l’élément second, brutal, de notre expérience consciente comporte « le sens de l’action et de la réaction, la résistance, l’extériorité, l’altérité, la dualité (pairedness) (au sens où quelque chose me heurte ou bien je me heurte à quelque chose ; cela pourrait être appelé le sens de la collision ou du clash »). Or, et c’est là un aspect original de la conception peircienne, la conscience de dualité fait intervenir la volonté car

c’est par des actes volitionnels que les dates, les positions, etc., sont distinguées. L’élément de sentiment (feeling) prédomine tellement dans les sensations que nous n’observons pas que quelque chose comme la Volonté intervient aussi […] La conscience forte, claire et volontaire que nous avons d’agir sur nos muscles n’est rien de plus que la variété la plus marquée d’une sorte de conscience qui intervient dans bien d’autres phénomènes de notre vie, une conscience de dualité ou conscience duale. (W5 : 225)

21En fait Peirce distingue deux choses : le choc initial, irrésistible, première étape du percept, qui, comme tel, n’est ni vrai ni faux, n’étant pas cognitif : il est simplement là ; et le stade second, celui du jugement de perception, et c’est là seulement que l’erreur peut intervenir puisqu’il est cognitif. Cela permet de concilier incorrigibilité (au sens d’irrésistibilité) et faillibilité de la perception. Dès lors où est l’originalité de Peirce par rapport aux théories classiques de la perception (le bâton brisé) ? Elle tient, selon nous, au fait de voir la perception comme une interaction et non seulement comme une représentation, ce qui, remarque Girel, ne change rien au statut de l’erreur… On en vient à se demander dès lors si Peirce ne réintroduit pas avec le percept un donné brut, point de départ de la connaissance, malgré ses proclamations anti-fondationnistes ; Peirce ne fait que décaler le problème d’un cran, selon Girel, en distinguant dans le percept même un élément brut (l’expérience au sens peircien, la secondéité), qui semble jouer le rôle du donné et du contenu de la perception.

  • 17 Dans ce même texte, Putnam élargit l’indexicalité peircienne, qu’il étend aux termes de masse et d’ (...)
  • 18 Sur des rapprochements très éclairants entre certains pragmatistes (Dewey, Mead) et Gibson, voir Qu (...)

22C’est alors qu’on peut répondre à Girel qu’il est crucial de la part de Peirce de faire intervenir la volonté dans la perception alors que les théories cognitives (anciennes ou modernes) se soucient seulement de la dimension cognitive de la perception, ne différant que sur la nature ontologique du perçu (apparences, entités réelles comme les tables colorées, les personnes ; données sensorielles ; objets appréhendés de façon indirecte à travers le voile des sense data). Selon les cas nous avons affaire soit au réalisme direct, soit au phénoménisme, soit au réalisme indirect, qui admettent tous trois la « transparence de la perception » (Dokic, 2004). Aucune des trois théories ne tient compte de l’élément volitionnel dans la perception directe, ni ne s’attache au rôle causal percutant des index dans le jugement de perception. En outre l’énoncé de perception est issu d’une abduction. À ces réserves près, Peirce pourrait être classé, comme l’estime Hookway, parmi les réalistes directs. Mais il s’intéresse moins au statut ontologique de ce qui est perçu qu’à l’impact de la réalité sur nous au cours de la perception et à la nature foncièrement indexicale des énoncés de perception. En fait il tient compte, comme le souhaita Putnam (1985), dans un texte classique à propos de la sémantique17, de l’environnement et de la « contribution de l’environnement » ; peut-être est-il, comme Dewey, proto-gibsonien. Selon Peirce, nous percevons dans l’environnement des stimuli à caractère indexical (éclair ou coup de tonnerre, coup frappé à la porte, sonnerie du téléphone, cris de la rue), auxquels nous réagissons par des énoncés de perception comportant des index qui, en quelque sorte, renvoient la force de percussion du percept ; ces stimuli ne sont pas sans évoquer les affordances de Gibson18. Peirce voit donc dans la perception une interaction (causale, physique et seconde) entre l’environnement et le sujet, un ajustement, plutôt qu’une simple représentation livrée dans le jugement de perception. La théorie peircienne de la perception est donc trop complexe pour être mesurée à l’aune des théories cognitives.

Le faillibilisme et l’hypothèse scientifique

La stabilisation sélective des hypothèses par élimination des erreurs

  • 19 Voir Chauviré (1976) et Rescher & Brandom (1993). Dans une remarquable « Note on the theory of the (...)

23Enfin la logique peircienne de la science est ce qui illustre le mieux le mélange de faillibilisme et de fiabilisme qui caractérise Peirce. La science n’avance que par conjectures et réfutations, au lieu de connaître un développement rectiligne et cumulatif : en cela Peirce s’inspire de Whewell, qui a déjà construit une logique de l’hypothèse. Par abduction, des hypothèses sont produites, et traitées comme des « hypothèses de travail », parfois en rupture avec le sens commun ou avec les croyances instinctives (par exemple la croyance que les corps lourds tombent plus vite que les corps légers (CP, 5.384 n. 1)). C’est alors qu’intervient, selon Peirce, un test empirique qui vise à éliminer l’hypothèse si elle est fausse pour gagner du temps dans la recherche. Ce n’est d’ailleurs pas l’hypothèse elle-même qui est confrontée aux faits mais, comme par la suite chez Popper, des énoncés empiriquement falsifiables qui en sont déduits : « Si les faits réfutent l’hypothèse, elle doit être abandonnée et une autre doit lui être substituée, mais si les prédictions fondées sur elles sont vérifiées, elle aura droit au titre de résultat scientifique jusqu’à ce que nous trouvions à partir d’elle des déductions contraires aux faits. » (CP, 7.163). Repérer et éliminer l’erreur au lieu de stagner en elle permet d’aller de l’avant, d’économiser du temps, de l’argent, des efforts (Peirce a par ailleurs présenté une théorie de l’économie de la recherche inspirée de la loi des rendements décroissants, et à laquelle il a donné des développements techniques19). Le chercheur doit toujours commencer par tester l’hypothèse qui se prête le mieux à la réfutation, car elle est la seule discriminante si elle est fausse et fera gagner du temps en déblayant le terrain pour d’autres théories ; on doit donc tester en premier les conjectures dont les conséquences sont susceptibles d’être en contradiction avec les faits pour les éliminer rapidement. Loin que le progrès scientifique soit prudent, linéaire et cumulatif, voire exponentiel comme chez Henry Adams, il est audacieux dans la production des hypothèses, mais l’admission d’une théorie et son intégration au corpus des résultats scientifiques sont toujours précaires ; la logique peircienne de la science n’est que faiblement justificationniste : si les hypothèses retenues sont en un certain sens confortées par la façon dont elles ont résisté aux tests et surtout par le niveau d’exigence de ces derniers, en lequel nous pouvons avoir confiance (il y a même une histoire de la sévérité et des standards), elles n’en sont pas moins précaires :

Quand l’hypothèse a résisté à une mise à l’épreuve aussi sévère que l’exige l’état présent de notre connaissance […] elle sera admise provisoirement dans la liste des résultats actuels et sujette, bien sûr, à reconsidération en même temps que ces autres résultats quand nous serons en position d’exiger un degré de sécurité plus élevé. (CP, 7.231)

  • 20 Notamment dans Peirce (2007, p. 146) : même si l’hypothèse est fausse, ce qui peut parfaitement êtr (...)

24Comme après lui Popper, dans sa théorie du « rationalisme critique », Peirce attribue à la communauté savante la responsabilité de décider de conserver ou non une hypothèse (décision dictée par le niveau d’exigence de l’époque et par le principe d’économie de la recherche ; une décision éminemment normative). C’est le principe d’économie qui fixe, par rapport à un état donné du savoir et des méthodes, le degré nécessaire et suffisant de corroboration des hypothèses ; à chaque époque est définie « une norme (standard) de certitude et d’exactitude telle qu’il est inutile d’en demander plus et insatisfaisant d’en demander moins » (CP, 1.85). Peirce n’est donc pas un falsificationniste dogmatique ou naïf, il connaît le prix de l’abandon d’une hypothèse et ne souhaite gaspiller ni argent, ni temps, ni énergie : les « vérités établies » sont en sursis, mais elles sont aussi celles auxquelles « l’économie d’efforts prescrit à la recherche de s’arrêter pour le moment » (CP, 5.589). « On ne doit pas se débarrasser trop vite d’une hypothèse » car il faut avoir eu le temps d’en tirer parti. Peirce reconnaît donc qu’une hypothèse fausse peut rendre des services20. On risque même de perdre du temps si on élimine trop vite une conjecture : « Bien des découvertes ont été manquées à cause de cela. La gravitation aurait été connue une dizaine d’années plus tôt si Newton ne l’avait pas crue trop vite réfutée, retardant ainsi toute l’histoire de la physique à venir d’autant de temps perdu. » (CP, 7.83). Il faut même, paradoxalement, appliquer à certaines hypothèses provisoirement reçues la « méthode de ténacité » qui est, comme la « méthode d’autorité » ou la méthode a priori, une des méthodes de fixation de la croyance récusées par Peirce en 1878, par opposition à la méthode scientifique, seule capable de mener à long terme à la vérité : elle se voit ici enrôlée au service de la recherche scientifique ! Un soupçon de dogmatisme est parfois utile.

25Ainsi voit-on fonctionner en science une dialectique des conjectures et des réfutations, qui donne à l’erreur un rôle épistémologique positif (on apprend de ses erreurs), à sa détection une grande importance, le rôle crucial revenant au test éliminant les hypothèses fausses.

L’erreur apprivoisée : fréquence et probabilité

  • 21 « Une probabilité objective est la proportion de fréquence d’un événement spécifique par rapport à (...)
  • 22 Voir Hacking (2004, ch. 3).

26Le falsificationnisme de Peirce est d’autant plus modéré qu’il n’est pas anti-inductiviste au sens de Popper ; certes, comme ce dernier, il maintient que ce n’est pas l’induction, mais l’abduction, qui nous fournit en hypothèses nouvelles. Mais contrairement à Popper, il conserve le mot « induction » pour désigner la procédure de mise à l’épreuve de l’hypothèse et l’évaluation de son degré de sécurité si elle a résisté aux tests. Toutefois cela n’a rien à voir avec une estimation de probabilité : « On peut concevoir et on conçoit souvent que l’induction confère une probabilité à sa conclusion. Or telle n’est pas la façon dont l’induction conduit à la vérité. Elle ne confère aucune probabilité définie à sa conclusion. » (CP, 2.780 ; voir RLC, p. 192). Définissant en effet la probabilité comme la fréquence relative obtenue à long terme21, Peirce ne trouve aucun sens à poser dans ce cadre théorique la question de la probabilité des conjectures fournies par l’abduction, même après l’évaluation inductive. Cette notion est pertinente appliquée au lancer de dés, au tirage de haricots d’un sac, à l’échantillonnage (question longuement travaillée par Peirce qui s’intéresse aux générateurs aléatoires non biaisés22 ; voir, par exemple, CP, 2.627), mais ne vaut pas pour nos « hypothèses de travail » : « Quelle est la probabilité antécédente que la matière soit composée d’atomes ? Pouvons-nous faire des statistiques à propos d’une pluralité d’univers ? », demande-t-il (CP, 2.777). Évidemment non, puisque nous ne disposons que d’un seul monde.

  • 23 Voir RLC, quatrième Conférence de Cambridge, « La première règle de la logique » : « Le raisonnemen (...)

27Ni l’induction ni l’abduction d’ailleurs ne confèrent une probabilité à une hypothèse, à la différence de la déduction qui, nécessairement valide, assigne la probabilité maximale à sa conclusion. Mais l’induction a l’éminente vertu de corriger à terme non seulement sa conclusion, mais aussi ses prémisses23. En 1898, Peirce donne un des meilleurs exposés des apports respectifs des trois figures du raisonnement dans la deuxième Conférence de Cambridge :

La première figure embrasse toute déduction, qu’elle soit nécessaire ou probable. Par elle nous prédisons les résultats particuliers du cours général des choses et calculons leurs fréquences d’apparition à long terme. Une probabilité définie s’attache toujours à la conclusion déductive parce que le mode d’inférence est nécessaire. La troisième figure est l’induction grâce à laquelle nous nous assurons de la fréquence, dans le cours ordinaire de l’expérience, de l’accompagnement d’un phénomène par un autre. Aucune probabilité définie, telle que celle qui appartient à la conclusion déductive, ne s’attache à une conclusion inductive ; mais nous pouvons calculer la fréquence avec laquelle les inductions d’une structure donnée atteindront un degré donné de précision. La deuxième figure du raisonnement est la rétroduction [abduction]. Ici non seulement il n’y a aucune probabilité définie de la conclusion, mais aucune probabilité définie ne s’attache même au mode d’inférence. Nous pouvons seulement dire que l’économie de la recherche prescrit que nous devrions, à une étape donnée de notre recherche, essayer une hypothèse donnée, et nous devons nous y tenir provisoirement tant que les faits le permettent. Il n’y a pas de probabilité la concernant. C’est une simple suggestion que nous adoptons à titre d’essai. (RLC, p. 194-195)

28Dans la quatrième Conférence, Peirce soutient en outre la thèse de l’affinité des trois types de raisonnement (ibid., p. 227), qu’il dérivait, dans ses écrits antérieurs, de la syllogistique.

29Ainsi, dans le cas du déchiffrement des inscriptions cunéiformes, il a fallu émettre des hypothèses

dont personne n’aurait pu s’attendre à ce qu’elles deviennent vraies – car aucune hypothèse assurément susceptible d’être vraie ne pouvait être faite. Mais elles devaient être adoptées provisoirement – oui, et on devait aussi s’y tenir avec un certain degré de ténacité – tant que les faits ne les réfutaient pas absolument. Car c’était la méthode par laquelle, à long terme, ces problèmes pouvaient trouver le plus rapidement leurs solutions. (Ibid., p. 195)

30Concernant cette fois la déduction, seul raisonnement nécessaire, Peirce soutient que « la recherche déductive a […] ses erreurs ; et elle les corrige également. Mais elle n’est nullement aussi sûre, ou du moins aussi rapide à le faire, que ne l’est la science inductive. » (Ibid., p. 225). Ainsi les astronomes « se sont trompés » pendant plus d’un demi-siècle sur « la quantité d’accélération théorique du mouvement moyen de la lune » à cause d’une « erreur célèbre de la Mécanique céleste ». L’avènement de la géométrie non euclidienne a révélé, selon Peirce, des erreurs de raisonnement dans le premier livre des Éléments d’Euclide « dont la logique a été pendant deux mille ans soumise à des critiques plus attentives que toute autre œuvre de raisonnement sans exception ne l’a jamais été ou ne le sera probablement jamais » (ibid.).

Quant aux recherches rétroductives, ou sciences explicatives, comme la géologie, la science de l’évolution et d’autres sciences semblables, elles ont toujours été et doivent toujours rester l’objet de controverses. Ces controverses finissent, il est vrai, par s’apaiser, après un temps, dans l’esprit des chercheurs sincères. Bien qu’il n’arrive pas toujours que les protagonistes eux-mêmes soient capables de reconnaître la justesse de la décision. (Ibid.)

31Mais à terme les passions idiosyncrasiques des chercheurs finissent par s’apaiser…

Le calcul des improbabilités

  • 24 Il faut ici distinguer Reichenbach, qui est fréquentiste, et Carnap, qui, comme Keynes, développe u (...)

32Ainsi, à la différence de Carnap et de Reichenbach24, Peirce, comme plus tard Popper, dissocie la probabilité et le caractère informatif d’une hypothèse ; l’induction ne fait pas appel au calcul des probabilités fréquentiste dont Peirce, après Venn, est un des fers de lance ; elle donne seulement une idée de la sécurité d’une théorie par rapport à un état donné de la science, de la méthodologie et de la sévérité des tests, qui ne préjuge en rien de l’éventuelle résistance de la théorie à des tests plus sophistiqués « nouvelle génération ». Ainsi, tout en soutenant un falsificationnisme moins radical que celui de Popper, car il conserve la procédure justificative d’induction, et trouve de plus en plus fiables nos procédures, Peirce est-il fort éloigné de la notion probabilitaire de confirmation d’une théorie que Carnap substitua en 1936, dans « Testabilité et signification » (sans doute pour satisfaire Popper), à la notion plus dure de vérification, passant ainsi d’un vérificationnisme strict à un vérificationnisme atténué.

33Ainsi la logique de la science de Peirce est-elle moins justificationniste que celles de Stuart Mill et des empiristes logiques : nous sommes condamnés à produire des « guesses » précaires, nos théories ne sont qu’en sursis. Mais elle est moins falsificationniste que celle de Popper. Elles ont toutefois ce point commun remarquable : l’idée innovante et féconde n’est pas la plus plausible ; l’hypothèse vraisemblable risque de nous être dictée par la théorie en vigueur ; il ne faut donc pas craindre d’essayer les hypothèses invraisemblables : « L’hypothèse à retenir n’est clairement pas nécessairement une hypothèse probable. Les inscriptions cunéiformes n’auraient jamais pu être déchiffrées si l’on n’avait pas tenté des hypothèses très peu probables », écrit-il à James en 1897 (RLC, p. 21).

  • 25 Voir l’étude exhaustive de la croyance dans Girel (2007). Mais même dans les questions pratiques (e (...)

34D’ailleurs il ne semble pas y avoir en science de place pour la croyance puisque nous ne sommes pas dans le domaine pratique des « sujets d’importance vitale » et des questions sur lesquelles nous parierions gros. Selon les Conférences de Cambridge de 1898 – certes une œuvre de transition ne livrant pas l’état définitif de la pensée de Peirce sur la croyance –, les théories n’offrent pas matière à croyance ; le savant ne croit pas à ses conjectures au sens où la croyance est mobilisée et nécessaire dans les questions pratiques25 ; il leur donne un simple assentiment. Et de toute façon, le calcul des probabilités tel que Peirce le conçoit n’a pas vocation à mesurer la valeur d’une hypothèse. Notre auteur sépare donc corroboration et estimation de probabilité, fécondité de l’hypothèse et vraisemblance, comme au xxe siècle Popper dans sa lutte contre l’empirisme logique. Selon Popper en effet, la probabilité d’une hypothèse décroît avec son contenu informatif ; plus une hypothèse est riche en contenu, moins elle est probable. Une hypothèse très informative est très surprenante (par exemple, la relativité), elle restreint beaucoup de possibilités, aussi est-elle peu probable au sens carnapien (sa probabilité est voisine de zéro). Mach (1908) écrivait de son côté qu’une loi de la nature est une restriction des attentes et des possibilités. Soulignons qu’il y a bien chez Peirce un souci justificationniste visible dans le rôle fiable qu’il accorde à l’induction, qui peut mesurer des fréquences relatives sans être en mesure de fournir une probabilité à sa conclusion ; et dans sa théorie des croyances, il fait une place au problème de leur justification (voir Hookway, 1986) dans une perspective presque fiabiliste avant la lettre. Et la précarité de nos « guesses » à court terme ne nous empêche pas, en tant qu’espèce ou communauté, d’être « prédestinés » à trouver, à long terme, la vérité. Mais le justificationnisme, ou si l’on veut le fiabilisme, peircien est relatif à nos procédures scientifiques plutôt qu’au contenu de nos hypothèses.

  • 26 Voir CP, 6, « Réponse aux Nécessitariens ».
  • 27 Cela n’empêche pas qu’un sentiment de croyance plus ou moins intense puisse accompagner l’assignati (...)
  • 28 Lequel Ramsey est pourtant influencé par le pragmatisme de Peirce, y compris dans sa théorie des cr (...)
  • 29 Pas au sens strict d’Alvin Goldman, mais au sens de Hacking (2004, p. 254).

35L’épistémologie de Peirce est fondée sur un paradoxe intéressant : il croit au caractère incorrigible (car irrésistible) des jugements de perception, et néanmoins à la faillibilité de tous nos énoncés, y compris des énoncés scientifiques les mieux corroborés. La science est une « success story », mais elle est, comme le dira Popper, sur pilotis. Le faillibilisme de Peirce est original en une période scientiste, positiviste, et marquée par la croyance au déterminisme laplacien, contre lequel Peirce s’est battu, répondant notamment en 1893, dans sa propre revue, à Paul Carus, l’éditeur du Monist26. À ce stade de sa philosophie, tout est organiquement lié chez lui : le faillibilisme, les probabilités, l’indéterminisme, la métaphysique du hasard (tychisme), le caractère évolutionnaire des lois, le continuisme (synéchisme), le réalisme des « would be », notamment des lois de la nature, des dispositions (par exemple, la probabilité de 1/3 qu’a un dé jeté de donner un nombre divisible par 3 est assimilable à une propension inhérente à sa nature), l’action de la tiercéité dans la nature, le pragmatisme, la logique de l’abduction, etc. D’où l’enjeu de la réfutation des théories : la seule chose sûre que nous puissions savoir c’est qu’une hypothèse est fausse si un test l’a indiqué sans ambiguïté, d’où l’intérêt qu’il y a à produire des hypothèses testables, indiquant l’aspect sous lequel elles pourraient être empiriquement réfutées. L’induction ne sert qu’à « mesurer le degré de concordance de l’hypothèse avec les faits » ; nous ne connaissons pas la probabilité (objective, et non subjective) de la conclusion, mais « le degré de fiabilité (trustworthiness) de notre manière de procéder » (CP, 2.693). La probabilité au sens fréquentiste et objectif (indépendante de tout sentiment ou degré de croyance27, ce qui oppose Peirce à Bayes et à Ramsey28) n’a aucun rôle à jouer dans l’évaluation d’une théorie. Il est vrai que la notion peircienne d’induction, issue du cadre restreint de la syllogistique, n’a rien à voir non plus avec la logique inductive bien plus évoluée de Carnap, postérieure aux axiomes de Kolmogorov, ancrée dans une étape plus sophistiquée de la logique, et qui est la cible des attaques de Popper dans son « contournement de l’induction » (Hacking, 2004, p. 276-279). Popper n’hésite pas à supprimer le mot « induction » du vocabulaire méthodologique, aucune étape inductive (au sens carnapien) n’ayant place, selon lui, au cours de la logique de la science. Faillibilisme et fiabilisme29 se conjuguent donc chez Peirce.

L’erreur neutralisée : stabilisation des croyances et limite de la recherche

  • 30 Même si Husserl maintient que l’hypothèse galiléenne reste hypothèse tant qu’on n’a pas atteint la (...)
  • 31 On connaît le parti tiré par Putnam (1984, p. 239) de ce « Grenzbegriff », « concept-limite de la v (...)
  • 32 Sur les différentes versions de la théorie de l’enquête, voir Hookway (2000-2002), et Girel (2007).
  • 33 Rappelons que Peirce s’est intéressé aux dispositifs techniques à régulation automatique comme le t (...)

36Bien entendu toutes ces remarques sur le faillibilisme sont à replacer dans le cadre de la théorie de l’enquête et de la croyance, dont les différentes phases structurent la pensée de Peirce, des années 1860 aux années 1900 (Girel, 2007). Mais aussi compliqué que puisse être le suivi exact des différentes versions successives de la théorie de la croyance et de l’enquête, une chose est sûre, c’est que, même faillibiliste, la conception peircienne de la science s’inscrit, comme celle de Husserl en 1936, dans La crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale30, dans l’horizon d’une vérité absolue, destinée à être atteinte à long terme. Dès sa jeunesse, Peirce croit en la convergence ultime des opinions des chercheurs à la limite idéale de la recherche31, cette « communauté illimitée » de chercheurs (qui a inspiré Apel, Putnam, Habermas) ne devant comporter que des agents désintéressés inspirés par le pur « Eros scientifique32 ». La théorie de l’enquête elle-même se présente, dès les textes de jeunesse, comme une étude de la stabilisation des croyances ; sous l’effet de « l’irritation du doute », les croyances cèdent la place à d’autres, que nous « fixons » au moyen d’une des quatre méthodes exposées dans « La fixation de la croyance » (1878) ; l’esprit, qui n’aime pas le doute, présenté comme malaise épistémique, a tendance, pour son repos, à fixer une croyance – on pourrait dès lors attribuer une forme de quiétisme à Peirce. Les croyances finissent par converger de façon stable à long terme si l’on s’en tient à la seule méthode scientifique, dont la phase inductive se corrige elle-même. Épris comme Freud de thermodynamique, Peirce croit en une tendance quasi homéostatique de l’esprit humain à revenir, au terme d’un cycle, à la stabilité et à l’équilibre33. Il est par ailleurs fasciné, comme l’a bien noté Hacking, par les phénomènes de stabilisation à terme des fréquences relatives. Le faillibilisme peircien est tempéré par l’idée (quasi religieuse ?) d’une prédestination à la vérité : « La science est prédestinée à atteindre la vérité avec la même infaillibilité que celle avec laquelle les oiseaux font leur travail » (CP, 7.77) ; c’est en effet une « lumière naturelle » qui est de l’ordre de l’instinct, et aussi « infaillible » que lui, qui guide le savant. En outre, bon darwinien, Peirce croit à « une affinité entre nos idées et les voies de la nature », résultant de l’évolution adaptative… Aussi faut-il replacer le faillibilisme peircien dans l’horizon d’une harmonisation croissante de nos hypothèses avec la nature ; à la limite idéale de la recherche (c’est-à-dire à long terme et dans l’état d’information idéale), si la recherche reste collective et désintéressée, et grâce à l’autocontrôle exercé par l’induction, les idées scientifiques finissant nécessairement par converger, l’opinion stable ainsi obtenue sera la vérité, et ce qui sera connu sera la réalité. Cette idée d’infaillibilité est double, d’origine darwinienne (adaptation sélective de nos conjectures (guesses) à la nature), mais aussi à coloration destinale voire religieuse : nous sommes « prédestinés » à atteindre l’opinion « fatale » qu’est la vérité, et les trois « sentiments logiques » invoqués en 1878 sont la foi, l’espérance et la charité, comme l’a relevé Hacking (2004).

L’avenir dure longtemps…

37Anticipant la justification pragmatiste ou pragmatique de l’induction par Ajdukiewicz, Reichenbach et von Wright, Peirce soutient, dès 1867-1868, dans « Fondements de la validité des lois de la logique », un article du Journal of Speculative Philosophy, la thèse du caractère auto-correcteur de l’induction en prenant exemple sur les compagnies d’assurance : « En acceptant des conclusions inductives, à long terme nos erreurs se compensent » (TA, p. 261) ; les compagnies « ne savent pas ce qui arrivera à tel ou tel assuré, elles savent seulement qu’à long terme elles n’ont rien à craindre ». Ainsi la théorie peircienne de l’enquête et sa logique de la découverte scientifique portent la marque d’une triple idée : la tendance des croyances à se stabiliser à terme, la tendance des opinions scientifiques à s’harmoniser de mieux en mieux avec la nature, et la tendance de certains dispositifs aléatoires à produire à terme des fréquences relatives stables (Hacking, 2002, 2004). Ces phénomènes indubitables le conduisent à un optimisme qu’aucun faillibilisme ne saurait entamer. Le Peirce d’après le tournant réaliste réifiera ces tendances à la stabilité, dont il fera des dispositions réelles (Popper parlera, lui, de propensions) sous-jacentes aux comportements probabilitaires (par exemple le « would be » du dé), qui opèrent réellement dans la nature selon des modalités non déterministes (les phénomènes dévient toujours un peu des lois).

38La foi en la valeur auto-correctrice de la science inductive sauve la théorie de l’enquête de Peirce et sa logique de la science du falsificationnisme. Convergence, limite et long terme sont les mots-clés d’un optimisme épistémologique concernant la recherche globale supposée continuer indéfiniment (même si certaines recherches partielles peuvent être à court ou moyen terme soumises à la loi des rendements décroissants, peut-être même au principe – déjà connu de Bernoulli – de la diminution de l’utilité marginale). Et ce, à rebours de la conception pessimiste d’un Henry Adams – le déclinologue de Harvard – selon lequel, doublant en volume et en contenu tous les cinquante ans, la science connaît une croissance exponentielle et une accélération qui conduiront la pensée aux limites de ses possibilités, à un « Götterdämmerung final de l’intellect » (Rescher & Brandom, 1993, p. 315). Mais l’optimisme peircien doit aussi faire droit à l’irruption récurrente de l’erreur chez des esprits faillibles. La résolution de la tension entre faillibilisme et optimisme repose donc sur une distinction temporelle : à court terme, tous les énoncés scientifiques sont faillibles et il faut tenter de les corriger en les soumettant à des tests empiriques ; à long terme, ils croîtront en certitude jusqu’à atteindre la vérité finale absolue dont personne ne doutera (convergence des opinions). On peut dès lors se demander, comme le suggère Girel, si cet optimisme n’est pas essentiel à la position faillibiliste, plutôt qu’un élément extérieur qui viendrait le tempérer. Car si toutes les connaissances sont faillibles, seul cet optimisme nous empêche de douter de tout, évitant ainsi au faillibilisme de se confondre avec le scepticisme ; inversement le faillibilisme empêche cet optimisme de sombrer dans le pur dogmatisme. Peut-être faudrait-il distinguer dans l’optimisme peircien les éléments qui s’accordent avec le faillibilisme (l’idéal de certitude comme guide de l’enquête) et ceux qui participent de la tension que nous avons repérée (l’idée d’une prédestination à atteindre, fatalement, la vérité). La tension entre la certitude de parvenir à la vérité définitive à long terme grâce à la fiabilité de l’induction auto-correctrice (même si, comme dit Keynes, à long terme nous serons tous morts…) et les tentatives à court et moyen terme pour repérer, éliminer ou corriger les erreurs se résoudrait de toute façon par une distinction temporelle : il y a le temps de l’erreur, qui n’est pas le temps, à venir, de la vérité ; par une distinction d’échelle : que tel ou tel scientifique se trompe localement n’empêchera pas la « communauté illimitée » d’atteindre le vrai à la fin de l’enquête ; et enfin par une distinction modale, qui rend l’optimisme contrefactuel : la différence entre ce qui arrivera, et ce qui arriverait si la recherche était poussée assez loin…

Bibliographie

Adams Henry (2007), L’éducation d’Henry Adams, Le Méjan, Actes Sud [1931].

Belabas Karim & Layla Raïd (2001), « Quine critique de Peirce : vérité et convergence », Philosophia Scientiae, 1. <http://poincare.univ-lorraine.fr/fr/philosophia-scientiae/revue-electronique-volume-1>

Bourdieu Emmanuel (1998), Savoir faire. Contribution à une théorie dispositionnelle de l’action, Paris, Le Seuil.

Bouveresse Jacques (1976), Le mythe de l’intériorité, Paris, Minuit.

Bouveresse Jacques (1995), Langage, perception, réalité, vol. 1, Nîmes, J. Chambon.

Chauviré Christiane (1976), Peirce et la logique de l’abduction, inédit, 215 p.

Chauviré Christiane (1981), « Peirce, Popper et l’abduction. Pour en finir avec l’idée d’une logique de la découverte », Revue Philosophique (4), p. 441-459.

Chauviré Christiane (1985), « C. S. Peirce : la fin du mythe de l’intériorité ? », Critique, 455, p. 402-405.

Chauviré Christiane (1995), Peirce et la signification, Paris, Presses universitaires de France.

Chauviré Christiane (2000), La philosophie dans la boîte noire, Paris, Kimé.

Chauviré Christiane (2003), Le grand miroir, Paris, Les Belles Lettres.

Chauviré Christiane (2004), « Aux sources de la théorie de l’enquête. La logique de l’abduction chez Peirce », in B. Karsenti & L. Quéré (eds), La croyance et l’enquête. Aux sources du pragmatisme, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques » 15), p. 55-84.

Chauviré Christiane & Albert Ogien (eds.) (2002), La régularité. Habitude, disposition et savoir-faire dans l’explication de l’action, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 13).

Dokic Jérôme (2004), Qu’est-ce que la perception ?, Paris, Vrin.

Fornel Michel de & Louis Quéré (eds) (1999), La logique des situations. Nouveaux regards sur l’écologie des activités sociales, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 10).

Garreta Guillaume (1999), « Situation et objectivité » in M. de Fornel & L. Quéré (eds), La logique des situations. Nouveaux regards sur l’écologie des activités sociales, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 10), p. 35-68.

Garreta Guillaume (2002a), « Une régularité sans répétition ? L’habitude comme schème dynamique » in Ch. Chauviré & A. Ogien (eds), La régularité. Habitude, disposition et savoir-faire dans l’explication de l’action, Paris, Éditions de l’EHESS, (« Raisons Pratiques », 13), p. 25-48.

Garreta Guillaume (2002b), « Ernst Mach : l’épistémologie comme histoire naturelle de la science », in P. Wagner (ed.), Les philosophes et la science, Paris, Gallimard (« Folio »), p. 624-658.

Garreta Guillaume (2004), « Enquête et observation. Dewey et les ressources de l’observable », in B. Karsenti & L. Quéré (eds), La croyance et l’enquête. Aux sources du pragmatisme, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 15), p. 111-140.

Gibson James J. (1979), The Ecological Approach to Visual Perception, Boston, Houghton Mifflin.

Girel Mathias (2007), Croyance et conduite dans le pragmatisme, Paris, Université Paris I, thèse de doctorat, 763 p.

Hacking Ian (2002), L’émergence de la probabilité, trad. fr. M. Dufour, Paris, Le Seuil.

Hacking Ian (2004), L’ouverture au probable, trad. fr. M. Dufour, Paris, A. Colin.

Helmholtz Hermann von (1867), Optique physiologique, trad. fr. E. Javal et N. Klein, Paris, Masson.

Hintikka Jaako (1973), Logic, Language Games and Information, Oxford, Oxford University Press.

Hookway Christopher (1986), « Peirce, le fondationnalisme et la justification des connaissances », Philosophie, 10, p. 48-68.

Hookway Christopher (2000-2002), Truth, Rationality and Pragmatism, Clarendon Press, Oxford.

Houdé Olivier (dir.) (1998), Vocabulaire des sciences cognitives, Paris, Presses universitaires de France, Article « Perception ».

Jevons William Stanley (1871), The Theory of Political Economy, Londres, Macmillan & Co.

Karsenti Bruno & Louis Quéré (eds) (2004), La croyance et l’enquête. Aux sources du pragmatisme, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 15).

Mach Ernst (1908), La connaissance et l’erreur, trad. fr. M. Dufour, Paris, Flammarion [1905].

Mach Ernst (1996), L’analyse des sensations, trad. fr. J. M. Monnoyer, Nîmes, J. Chambon.

Margolis Joseph (1998), « Peirce Faillibilism », Transactions of the C. S. Peirce Society, 34 (3), p. 535-569.

Mayo Deborah G. (1996), Error and the Growth of Experimental Knowledge, Chicago, Chicago University Press.

Mead George Herbert (2006), L’esprit, le soi et la société, trad. fr. D. Cefaï et L. Quéré, Paris, Presses universitaires de France.

Marcuse Ludwig (1967), La philosophie américaine, trad. fr. D. Bohler, Paris, Gallimard.

Merrell Floyd & Joao Queiroz (2005), « Abduction : Between Subjectivity and Objectivity », Semiotica, 153 (1/4), p. 23-51.

Mugler Charles (1958), Dictionnaire étymologique de la terminologie géométrique des Grecs, Paris, Gauthier-Villars.

Nicod Jean (1961), Le problème logique de l’induction, Paris, Payot.

Peirce Charles Sanders (1878), « La fixation de la croyance », Revue philosophique, p. 553-569. Trad. révisée in Peirce 2002, Pragmatisme et pragmaticisme, Œuvres Philosophiques 1, Paris, Le Cerf, p. 215-235.

Peirce Charles Sanders (1893), Grand Logic.

Peirce Charles Sanders (1931-1958), Collected Papers of C. S. Peirce, Cambridge, Harvard University Press, 8 vol. (CP).

Peirce Charles Sanders (1982), Writings of C. S. Peirce : A Chronological Edition, Bloomington, Indiana University Press, 6 vol. (W).

Peirce Charles Sanders (1984), Textes anti-cartésiens, trad. fr. J. Chenu, Paris, Aubier (TA).

Peirce Charles Sanders (1995), Le raisonnement et la logique des choses, trad. fr. Ch. Chauviré, C. Tiercelin, P. Thibaud, Paris, Le Cerf (RLC).

Peirce Charles Sanders (2000-2005), Œuvres Philosophiques, 3 vol., trad. fr. C. Tiercelin, P. Thibaud, J. P. Cometti, Paris, Le Cerf (OP).

Peirce Charles Sanders (2007), Les textes logiques de C. S. Peirce du Dictionnaire de J. M. Baldwin, trad. fr. M. Balat, G. Deledalle et J. Deledalle-Rhodes, Nîmes, Champ social éditions (DB).

Peirce Charles Sanders (1992-1998), The Essential Peirce : Selected Philosophical Writings (éd. par N. Houser et C. Kloesel), Bloomington, Indiana University Press, 2 vol. (EP).

Popper Karl R. (1973), La logique de la découverte scientifique, trad. fr. N. Thyssen-Rutten et Ph. Devaux, Paris, Payot.

Putnam Hilary (1984), Raison, Vérité, Histoire, trad. fr. A. Gerchenfeld, Paris, Minuit.

Putnam Hilary (1985), « Signification, référence et stéréotypes », Philosophie, 5, p. 21-44.

Quéré Louis (1999), « Activité située et perception du sens », in M. de Fornel & L. Quéré (eds), La logique des situations. Nouveaux regards sur l’écologie des activités sociales, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 10), p. 301-338.

Rescher Nicolas & Robert Brandom (1993), Le progrès scientifique. Un essai philosophique sur l’économie de la recherche dans les sciences de la nature, trad. fr. I. et M. Rosier, Paris, Presses universitaires de France.

Venn John (1866), Logic of Chance, Londres, Macmillan.

Whewell William (1858), De la construction de la science, Paris, Vrin.

Weil-Barais Annick (2005), L’homme cognitif, Paris, Presses universitaires de France (« Quadrige »).

Notes

1 Peirce, Dictionnaire de Baldwin.

2 Les textes de Peirce sont référencés comme suit : CP (Collected Papers) – CP, 1.68 signifie Collected papers, vol. 1, § 68 ; DB (Les textes logiques de C. S. Peirce du Dictionnaire de J. M. Baldwin) ; OP (Œuvres philosophiques) ; RLC (Le raisonnement et la logique des choses) ; TA (Textes anti-cartésiens) ; W (Writings of C. S. Peirce) – W2 : 205 signifie Writtings, vol. 2, p. 205. Les références complètes de ces ouvrages sont indiquées dans la bibliographie.

3 « Tout le travail subconscient de l’intellect qui forme un percept et un jugement perceptuel se fait sans que l’on puisse le contrôler, et par conséquent il ne peut être soumis à une critique logique. On ne peut que l’accepter. » (Peirce, 2007, p. 178).

4 Peirce (2007, p. 206) soutient que la perception est aspectuelle en ce que le jugement de perception n’entend présenter qu’un aspect du percept : « Le percept est la réalité. Il n’est pas sous forme propositionnelle. Mais le jugement le plus immédiat le concernant est abstrait […] Sa vérité consiste donc dans le fait qu’il est impossible de le corriger et dans le fait qu’il prétend seulement considérer un aspect du percept. » De la même façon, « aucune théorie dans les sciences positives ne peut être supposée satisfaire tous les aspects des faits » (ibid., p. 177). Les théories sont explicitement reconnues dans le même Dictionnaire comme simplifiant les faits, moins par économie, comme chez Mach, que par incapacité à rendre compte de tous les aspects des faits à la fois.

5 Les phénomènes de contrôle (contrôle de soi et auto-critique) chez l’homme, et de correction ou de régulation automatique dans des artefacts tels que le thermostat, intéressaient tellement Peirce qu’on a pu faire de lui une sorte de précurseur de la cybernétique (voir CP, 5.472-3).

6 Voir Chauviré (2000), spécialement « Pragmatisme et économie de la recherche chez C. S. Peirce ».

7 Sur la critique peircienne du fondationnisme comme sapant le mythe de l’intériorité, voir Bouveresse (1976) et Chauviré (1985). C’est plutôt ici l’anti-fondationnisme de Peirce comme sapant (en apparence ou en réalité) le mythe du donné qui nous retient.

8 Pour nuancer le propos, voir Hookway (1986) : en se basant sur le mode de justification des croyances ou cognitions, il explique en quel sens Peirce peut être lu comme fondationniste à certains égards.

9 Il s'agit d'un projet vaste et complet, quoique non publié, exposant la logique de Peirce.

10 Il faut d’ailleurs rappeler que Peirce a été un expérimentateur de tout premier ordre, et qu’à ce titre il considère toutes les lois comme approximatives, non pas tant du fait des erreurs de mesure ou d’observation, que du fait du hasard objectif qui travaille encore la nature et fait encore dévier de la loi, si peu que ce soit, les phénomènes. Les lois sont d’ailleurs pour lui, comme pour Boutroux, des produits de l’évolution ; issues du pur chaos initial, elles sont en voie de devenir exactes sans l’être encore totalement.

11 Déjà mis en vedette par Whewell, Kepler est, chez Peirce, le héros du falsificationnisme qui soumet sa très innovante hypothèse de l’ellipticité de l’orbite de Mars à des tests sévères avec rigueur et persévérance dans le De Motu Stellae Martis. Mendeleïev est lui aussi exemplaire à ses yeux.

12 Mais dans la pratique, comme il faut bien que la science commence quelque part, on fait partir celle-ci, avoue Peirce (2007, p. 179), des jugements de perception considérés alors par la « critique logique » comme des « faits absolus sans aucun mélange de théorie » ; toutefois cet aveu ne compromet nullement la fine analyse peircienne de la difficulté qu’il y a à démêler dans le jugement de perception l’élément sensoriel et le travail de l’intellect.

13 Voir notamment l’article « Vérité » de Peirce (2007).

14 D’abord nommée inférence hypothétique, et plus tard présomption ou rétroduction, l’abduction est la procédure rationnelle de « découverte » des hypothèses scientifiques dont Peirce a cru trouver le nom (apagoguè) dans les Premiers Analytiques d’Aristote. À noter qu’Aristote emploie apaguein dans ce même ouvrage au sens de réduire ou de ramener, qui est le sens courant des géomètres, notamment d’Euclide (Mugler, 1958) ; sur les méthodes apagogiques des géomètres grecs, les procédures régressives ou rétrogrades qui, par exemple, ramènent la preuve d’un théorème à celle d’un théorème déjà démontré, voir (ibid.).
À l’encontre de ceux qui nient l’existence d’une logique (non psychologique) de la découverte, et de ceux qui voient dans cette logique une induction baconienne, Peirce soutient que l’abduction est cette démarche régressive tout à fait spécifique, différente de la déduction et de l’induction (voir Hintikka, 1973), et qui a une forme logique bien définie ; elle va (en principe) des faits observés surprenants à la formulation d’une conjecture qui les expliquerait. Il s’agit d’un raisonnement en bonne et due forme, ce qui ne l’empêche pas d’être en général couplé avec un « flash of insight ». L’abduction connaît aujourd’hui un regain d’intérêt sous le nom d’inférence à la meilleure explication, ainsi qu’en intelligence artificielle (Merrell & Queiroz, 2005 ; Chauviré, 1981, 2004). Des auteurs aussi importants que Quine, Putnam, Hintikka et Hilpinen, Barwise et Etchemendy se sont penchés, dans les années 1980-1990, sur la logique de Peirce et sur l’abduction. À l’époque où nous avons commencé nos travaux sur l’abduction (en 1975), Chomsky était, à notre connaissance, le seul anglophone, en dehors des Peirce’s Scholars, à sembler connaître ce mot et à l’employer en référence à Peirce.

15 Cette inférence est de la forme : « Le fait surprenant C est observé ; or si A était vrai, C irait de soi ; il y a donc une raison de soupçonner que A est vrai. » (CP, 5.185).

16 Littéralement « galis », « cambuse ».

17 Dans ce même texte, Putnam élargit l’indexicalité peircienne, qu’il étend aux termes de masse et d’espèce naturelle.

18 Sur des rapprochements très éclairants entre certains pragmatistes (Dewey, Mead) et Gibson, voir Quéré (1999) et Garreta (1999).

19 Voir Chauviré (1976) et Rescher & Brandom (1993). Dans une remarquable « Note on the theory of the economy of research » (1879 ; CP, 7.139-157), rédigée en 1876 à l’intention du superintendant du Coast Survey, et en rapport avec des problèmes de géodésie, Peirce assimile croissance de la connaissance et diminution de l’erreur probable dans une recherche donnée.

20 Notamment dans Peirce (2007, p. 146) : même si l’hypothèse est fausse, ce qui peut parfaitement être le cas, il y a moyen de neutraliser cette erreur grâce à l’induction auto-correctrice : « sa seule justification est que sa méthode est le seul moyen par lequel on puisse parvenir à une explication rationnelle », l’induction, elle, se justifiant comme « la méthode qui doit à long terme mener à la vérité, et ceci par la modification progressive de la conclusion même ».

21 « Une probabilité objective est la proportion de fréquence d’un événement spécifique par rapport à un événement générique dans le cours de l’expérience ordinaire. » (Peirce, 2007, p. 148).

22 Voir Hacking (2004, ch. 3).

23 Voir RLC, quatrième Conférence de Cambridge, « La première règle de la logique » : « Le raisonnement tend à se corriger lui-même […] Qui plus est, non seulement il corrige ses conclusions mais il corrige même ses prémisses » (p. 223) ; nous « voyons […] qu’une recherche inductive correctement menée corrige ses propres prémisses », par exemple quand « un homme entreprend de construire un tableau de la mortalité sur la base du recensement » (p. 224). Les membres d’une communauté scientifique se corrigent mutuellement : ainsi le même texte de Peirce semble faire reposer « la certitude du raisonnement mathématique » sur « le fait qu’une fois une erreur suspectée, le monde entier s’accorde rapidement à son propos » (p. 225).

24 Il faut ici distinguer Reichenbach, qui est fréquentiste, et Carnap, qui, comme Keynes, développe un calcul et une notion de probabilité purement logiques.

25 Voir l’étude exhaustive de la croyance dans Girel (2007). Mais même dans les questions pratiques (en ingénierie) on ne croit pas toujours aux théories, comme, par exemple, dans les cas où nous utilisons sciemment, pour son utilité, une théorie fausse qui s’avère utile, telle – selon Peirce – l’hydrodynamique (Peirce, 2007, p. 178).

26 Voir CP, 6, « Réponse aux Nécessitariens ».

27 Cela n’empêche pas qu’un sentiment de croyance plus ou moins intense puisse accompagner l’assignation d’une probabilité.

28 Lequel Ramsey est pourtant influencé par le pragmatisme de Peirce, y compris dans sa théorie des croyances et des probabilités.

29 Pas au sens strict d’Alvin Goldman, mais au sens de Hacking (2004, p. 254).

30 Même si Husserl maintient que l’hypothèse galiléenne reste hypothèse tant qu’on n’a pas atteint la limite de la recherche, « pôle indéfiniment éloigné », il conçoit le travail scientifique de manière plus optimiste comme « travail infini d’approximation ».

31 On connaît le parti tiré par Putnam (1984, p. 239) de ce « Grenzbegriff », « concept-limite de la vérité idéale », et en revanche la critique faite par Quine de la notion peircienne de limite appliquée aux théories (Belabas & Raïd, 2001).

32 Sur les différentes versions de la théorie de l’enquête, voir Hookway (2000-2002), et Girel (2007).

33 Rappelons que Peirce s’est intéressé aux dispositifs techniques à régulation automatique comme le thermostat.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search