Version classiqueVersion mobile

Les objets composés

 | 
Nicolas Dodier
, 
Anthony Stavrianakis

Dispositifs

Performativité et matérialité dans la certification halal

John R. Bowen
Traduction de Nathalie Plouchard-Engel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si, durant des centaines d’années, les musulmans ont préparé et consommé leurs propres aliments, en les accompagnant éventuellement d’une bénédiction, des procédures formalisées ont été mises en place au cours des dernières décennies, afin de déterminer si un produit était ou non halal (« admissible »). Ces procédures supposent des organismes qui délivrent des certificats attestant la qualité halal d’un aliment, d’un additif, d’un cosmétique ou d’autres produits figurant sur une liste qui ne cesse de s’allonger. Dans plusieurs pays à majorité musulmane, notamment en Malaisie, en Indonésie et dans les États du Golfe, des organismes publics remplissent ce rôle (ou autorisent d’autres instances à l’assumer). Ailleurs, il incombe à des organismes privés de proposer des services de certification halal. Bien que certains d’entre eux jouissent du respect de leurs pairs, et ce souvent à l’échelle internationale, il n’existe pas officiellement de hiérarchie mondiale de ces organismes1.

Je m’i...

Auteur

Anthropologue, Washington University in Saint-Louis.

Nathalie Plouchard-Engel (Traducteur)

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search