Version classiqueVersion mobile

Les objets composés

 | 
Nicolas Dodier
, 
Anthony Stavrianakis

Agencements

Le secteur de la presse de la Chine post-maoïste comme agencement journalistique

Emily Hui Ching Chua
Traduction de Nathalie Plouchard-Engel

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Être journaliste, c’est comme travailler à l’usine : il faut produire les articles à la chaîne. Il faut donc utiliser des astuces et ménager ses efforts », m’a dit Tang sur un ton amical, alors que nous allions boire une bière et fumer une cigarette après une journée de travail. Tang était journaliste au Times, un hebdomadaire basé à Beijing et Guangzhou. Au printemps 2010, je venais d’intégrer l’équipe du journal en tant que reporter stagiaire, dans l’espoir que cette expérience serve de terrain principal à mon enquête sur le journalisme dans la Chine contemporaine. S’adressant à moi en tant qu’apprentie sociologue – mais aussi en tant que reporter débutante, à qui l’industrie médiatique chinoise et, plus généralement, la Chine n’étaient pas familières – Tang et ses collègues n’ont pas tardé à me faire part de leurs points de vue et à me prodiguer les conseils qu’ils estimaient pouvoir me donner en qualité d’insiders plus expérimentés. Ainsi, souvent, ils m’indiquaient les attitu...

Auteur

Anthropologue, National University of Singapore.

Nathalie Plouchard-Engel (Traducteur)

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search