Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Avant le genre

 | 
Emmanuel Désveaux

Troisième partie. L’Europe

14. La femme et le coffre II

Texte intégral

« Jaculatoire [...], adj. (1578, du lat. jaculari lancer”).
Relig. Oraison jaculatoire, prière courte et fervente. »
Le Petit Robert

  • 1 J. de Voragine, La légende dorée, Paris, 2004, p. 29.

1Fra Angelico a peint en 1437 un retable pour la chapelle Saint-Nicolas de l’église Saint-Dominique de Pérouges. L’un des deux panneaux de cet ensemble, conservé aujourd’hui au musée du Vatican, illustre un épisode de la vie de charité du saint éponyme. On le voit jeter une bourse à travers une étroite fenêtre verticale, alors que juste à côté la porte est grande ouverte. Cette grande ouverture nous laisse découvrir les bénéficiaires de la largesse dont fait preuve saint Nicolas : dans la chambre ainsi dévoilée aux regards, trois jeunes filles dorment dans un même lit sous la surveillance d’un homme assis. Le texte de Jacques de Voragine, qui sert de référence à cette peinture, nous explique que dans sa jeunesse saint Nicolas, « fuyait les plaisirs sales chers aux autres jeunes gens ». Il aida alors un père pauvre à doter ses trois filles. De sorte qu’elles ont, grâce au mariage, échappé à la prostitution1. Nous n’aurons alors pas beaucoup de difficulté à voir dans la fenêtre étroite verticale peinte par Fra Angelico l’image de la fente vaginale. Image et texte se répondent et se complètent.

  • 2 C’est la position que défend, volontiers sur le ton de la provocation, Marcela Iacub (Qu’avez-vous (...)
  • 3 M. -E. Handman, J. Mossuz-Lavau (eds.), La prostitution à Paris, Paris, 2005 ; C. Deschamps, Le sex (...)
  • 4 M. -E. Handmanm, J. Mossuz-Lavau (eds.), La prostitution à Paris, op. cit., p. 183 sq. et 400.

2L’analogie est énoncée : l’argent et/est le sperme. Un chemin de traverse va nous y conduire très vite. Le regain d’intérêt que suscite aujourd’hui la prostitution draine dans son sillage la thématique de l’argent. Si l’on écarte la question de l’éventuelle contrainte, beaucoup plus complexe, le discours ambiant revient à dire que la femme qui se prostitue entretient un rapport spécifique à l’argent, un désir d’abondance et surtout d’immédiateté, souvent décrit comme compensatoire. Sur cette base, se dessine très vite un grand partage entre une majorité d’observateurs qui dénonce ce rapport comme un piège ou une aliénation profonde, et une minorité qui soutient l’inverse. Dès lors que ce choix a été arrêté en toute liberté, l’option prostitutionnelle est susceptible d’être un choix avisé et partant, légitime. Il peut paraître raisonnable de gagner en un jour ce que d’autres femmes gagnent en un mois de salariat « normal », à l’usine ou derrière la caisse d’un supermarché2. On sait combien ce débat divise profondément les féministes. Surtout, il y a cette énigme, pour chacun et chacune d’entre nous, d’un argent facile qui a pour prix une disponibilité totale de ce qui fait l’intimité profonde du corps. Catherine Deschamps, à partir d’une approche ethnographique de la prostitution3, s’est interrogée sur la nature même de cet argent. Ses travaux montrent très clairement que les femmes qui y sont engagées entretiennent un rapport spécifique à l’argent en tant qu’argent liquide. Le paiement de leurs prestations se faisant toujours en espèces. Elles ont ainsi tendance à dépenser cet argent aussi vite qu’elles l’ont gagné. Elles sont, le plus souvent, aliénées par cette liquidité même. Très peu d’entre elles parviennent à mettre de l’argent de côté et à l’investir, par exemple, dans l’immobilier, valeur sûre par excellence4. Cet argent liquide ne peut être retenu ; il ne peut être contenu.

  • 5 Dans un tel dispositif juridique, le fils, majeur, d’une prostituée qui poursuit des études grâce a (...)
  • 6 C. von Braun, B. Mathes, Verschleierte Wirklichkeit. Die Frau, der Islam und der Westen, Berlin, 20 (...)
  • 7 Cf. D. -R. Dufour, La Cité perverse. Libéralisme et pornographie, Paris, 2009. Le texte de référenc (...)

3Il est soumis en quelque sorte à une exigence d’hypercirculation, stérile au regard des relations sociales, similaire donc dans ses effets à son inverse, à savoir l’avarice d’Harpagon ou de sieur du Buisson. Au reste, tout se passe comme si ce grand corps collectif anonyme qu’est la législation était parfaitement conscient de cette fluidité intrinsèque de l’argent de la prostitution. En France, en s’attaquant au proxénète, la loi interdit ipso facto à la prostituée toute relation sociale normale, construite dans le temps, ce qui a pour effet d’accentuer son isolement et sa stigmatisation5. C’est pourquoi l’analyse complémentaire de Deschamps – qui s’appuie sur le sens commun – s’avère en définitive superflue. Celle-ci maintient la conjonction entre argent liquide et argent sale, car produit d’une prestation sexuelle perçue comme souillure en soi pour chacun des deux partenaires qui y prend part. La voie qu’emprunte la sociologue allemande Christina von Braun, représentante d’un féminisme modéré et grande lectrice de Simmel, nous semble plus pertinente. Elle n’hésite pas, au contraire, à réifier l’équivalence entre semence masculine et argent en Occident. Elle parle de l’industrie du sexe comme d’une culture du sperme6. Son propos qui vise autant la sphère de la représentation de l’acte sexuel – ce que d’aucuns nomment déjà l’ordre pornographique contemporain7 –, que la prostitution proprement dite, justifie l’analogie en mettant en avant la dynamique alternée de l’accumulation et de la dissémination.

  • 8 Là réside son indexicalité propre, gage de l’existence d’un genre cinématographique en soi. Voir S. (...)
  • 9 Contrairement à S. Zizek (Welcome to the desert of the Real : Five essays on September 11 and relat (...)
  • 10 L. von Brunn, Ars erotica. Die erotischen Buchillustrationen des 18. Jahrhundertes, op. cit.
  • 11 Si D. Simard identife bien cette figure (entrée « Éjaculation » du Dictionnaire de la pornographie, (...)

4Dans la mesure où nous n’aurons pas l’hypocrisie de prétendre n’avoir jamais vu de films relevant du genre pornographique, nous nous proposons de prolonger l’analyse de von Braun. Notons d’abord que le cinéma pornographique est probablement celui qui pourrait se réclamer avec le plus de justesse d’appartenir au genre du cinéma-vérité. Car la jouissance masculine y est toujours donnée à voir comme réelle, non truquée – le sperme doit y gicler de façon ostensible8 –, tandis que la féminine y est confortée dans son invisibilité et assignée à la multitude de ses masques. Ici, seules les femmes sont susceptibles de jouer 99. De prime abord, tout bien considéré, ce que le genre offre au spectateur massifié d’aujourd’hui ne diffère guère de ce que la littérature et l’iconographie licencieuses du xviiie siècle offraient à quelques lecteurs et voyeurs privilégiés10. Un tel constat demande toutefois à être corrigé sur un point. Le cinéma pornographique semble avoir bel et bien inventé une figure iconique à une forte valeur paradigmatique, à savoir l’éjaculation faciale11.

5Or, le sperme s’y affiche tel un élément qui se dissémine, entendu au sens propre. Il se dissémine, puisqu’il perd de sa puissance séminale, l’éjaculation visant une partie du corps, la bouche, et par extension le visage, diamétralement opposée au vagin, seul réceptacle possible de son pouvoir fécondant (sauf à envisager comme normalisée, ce qui ne semble pas être encore le cas pour les êtres humains, une fécondation se déroulant dans le cadre hautement technique de l’insémination artificielle). Mais la liqueur masculine apparaît aussi, toutes proportions gardées, comme un élément rare ; elle résulte d’une phase d’accumulation sur le plan physiologique. Et c’est précisément son avènement qui parachève chacune des séquences du film pornographique, aussi pauvre que soit sa narrativité intrinsèque.

6Au demeurant, nous ferons l’hypothèse que la force – ou la violence – de cette figure tient aussi à ce qu’elle renvoie de façon subliminale à celle de la première communiante. C’est les yeux clos, la bouche ouverte et la langue tendue que l’actrice attend la semence masculine. Nue, elle est plus souvent à genou devant son partenaire, ce qui reproduit la position, antérieure à Vatican II, du prêtre tendant l’hostie et du fidèle qui la reçoit sur la langue. La vision créée par les pornographes d’aujourd’hui est d’autant plus efficace qu’elle opère une sorte de court-circuit symbolique, dans la mesure où l’hostie, fine rondelle de pain azyme de couleur blanchâtre, présente une forte analogie d’une part avec une pièce de monnaie par sa forme, d’autre part, avec du sperme desséché par sa matière. Rappelons-nous alors que l’on parle de la valeur faciale d’une monnaie. Et souvenons-nous enfin de l’aversion séculaire de l’Église catholique à l’égard du coïtus interruptus : le sperme ne doit pas se donner à voir. La boucle se referme d’elle-même.

7De sorte qu’il ne fait guère de doute pour le spectateur (et pour la spectatrice éventuelle) que l’actrice au visage ruisselant, mais rayonnant comme celui de la communiante de l’iconographie saint-sulpicienne, s’est ralliée pour de l’argent à l’option figurative de l’éjaculation faciale. Ce qui n’exclut pas qu’elle le fasse aussi par narcissisme, le principe du cinéma étant celui de mise en lumière. Oserait-on aller plus loin ?

  • 12 E. Levinas, Altérité et transcendance, Saint-Clément-la-Rivière, 1995, p. 48.

8À l’instar de l’argent, la blancheur visqueuse du sperme frais brille sous la luminosité des projecteurs. En ce sens, on décèle là une différence entre l’actrice pornographique armée de son impudeur radicale et la prostituée ordinaire, plutôt vouée à la pénombre, celle des trottoirs nocturnes ou celle desdites maisons closes. Osera-t-on aller plus loin encore et invoquer la tutelle de Levinas dans ce contexte ? Une réflexion formulée par le héros principal du film Le pornographe de Bertrand Bonello (2001), nous y incite. Il s’agit en l’espèce du portrait fictif d’un réalisateur de films pornographiques, lequel, à un détour des dialogues, exprime sa nette préférence pour la prise de vue des plans d’éjaculation faciale au détriment de tous les autres qu’impose l’exercice de son métier. Cette prédilection tient à ce que le visage est discriminant, à la différence des autres parties du corps, et notamment des organes sexuels. Ce visage restitue une personnalité à l’actrice. Paradoxalement, il lui confère une valeur mesurée désormais, à l’aune de la dignité humaine, ou d’un moi généralisable en tant qu’humain pour reprendre la perspective du philosophe12. Car cette actrice redevient reconnaissable. On se demandera alors si ce n’est pas cet oxymoron du visage marqué des stigmates de la vénalité, car en partie souillé (pour reprendre la perspective de Deschamps) par la métaphore de l’argent liquide, mais qui reste un visage singulier, qui donne tout son pouvoir de fascination à cette image paradigmatique. De ce point de vue, l’actrice contemporaine de films pornographiques en focalisant la dissémination spermatique sur son visage renouvelle radicalement la figure sulfureuse de Danaë qui n’a cessé d’inspirer les peintres depuis la Renaissance. On sait que la jeune maîtresse de Zeus est ensemencée par une pluie d’or qui se répand sur elle, en tant que corps féminin indifférencié. Désormais, la rétribution est personnalisée, au sens propre du terme. En ce sens, elle revendique bien sa propre érotisation et, ce faisant, transcende son objectivation première ou, à tout le moins, nous donne illusion de le faire (bien entendu, dans le cadre d’une convention de genre). Notons la continuité du dispositif qui prévaut par ailleurs entre l’iconologie picturale traditionnelle et la filmique contemporaine, en l’occurrence celle d’un voyeurisme neutralisé d’un point de vue sexuel, et intéressé d’un point de vue pécuniaire. Car le plus souvent, dans la peinture une servante se tient aux côtés de Danaë et observe la scène. Parfois même, elle recueille l’or tombant du ciel. L’œil de la camera vidéo, c’est-à-dire le cameraman et ce qui tient lieu de producteurs en ce qui concerne le film pornographique, s’est substitué à cette servante.

9Voilà qui nous ramène à la thématique du coffre (ou de la cassette) par simple antinomie : à l’opposé de la femme prostituée qui laisse filer l’argent liquide, ou de l’actrice pornographique qui accepte d’être aspergée à la surface de son visage de la liqueur masculine, le coffre-qui est par ailleurs un meuble, susceptible de passer d’une maison à une autre, celle du père à celle du mari-n’incarne pas seulement le corps féminin, mais l’épouse idéale. Il ne s’ouvre idéalement qu’au mari, dont il retient la semence, comme, au regard de l’économie domestique, il est un moyen de recueillir et de retenir l’argent commun. Ce coffre (ou cette cassette) n’a pas vocation à empêcher complètement la circulation de l’argent. Ce qui se disait dans le vocabulaire du xviie siècle et du conte folklorique par la symbolique du coffre s’énonce désormais dans la vision pornographique.

10Mais il y a plus. Par définition, le coffre ou la cassette, a une contenance limitée et ne peut donc toujours exister sous le régime du remplissage, ainsi que Molière et Sorel le dénoncent chacun à sa manière. À l’inverse du panier percé – expression populaire qui désigne la femme incapable de compter ses dépenses –, il est l’instrument par excellence d’une bonne gestion domestique. L’image du coffre ou de la cassette offre alors celle d’une proportionnalité, qui renvoie à celle d’une endogamie, certes relative, de catégories sociales. Un grand coffre pour les riches, un petit pour les pauvres. Précisément son taux de remplissage, alors même que ses mesures extérieures sont fixes, sera le reflet d’ajustements quotidiens. Ajustement à une éventuelle disparité initiale entre époux, pour autant qu’elle reste limitée ; ajustements ensuite aux aléas de la fortune que connaîtra nécessairement le couple dans sa traversée vitale. En revanche, il est inconcevable que ce contenant entre en service totalement vide… ce serait faire courir le risque d’inciter la femme à se prostituer, avec la complicité de son mari, alors transformé en proxénète. D’où la dot, ce transfert, simultané au mariage, d’une somme d’argent du père au mari, phénomène paradoxal par excellence. Si un homme, le père, donne sa fille à un autre homme, le mari, pourquoi devrait-il de surcroît lui donner de l’argent ? Il le faut pourtant afin d’allumer un contrefeu à la tentation prostitutionnelle sous-jacente. Il s’agit en quelque sorte de se rédimer d’avoir songé, ne serait-ce qu’un seul instant, que sa fille puisse être une valeur en soi. Une boucle se referme ici qui s’était ouverte avec l’histoire de saint Nicolas – un des saints parmi les mieux enracinés de la religiosité populaire en Occident – épargnant à trois sœurs la déchéance de la prostitution à laquelle l’indigence de leur père les condamnait. Car, on l’aura compris, c’est bien cette ligne qu’il importe par-dessus tout de tracer : celle qui fait se détacher les contours scintillants d’un régime matrimonial légitime sur le fond sombre et lugubre d’un état prostitutionnel généralisé.

  • 13 Ch. Letourneau, L’évolution du mariage et de la famille, Paris, 1888, p. VII.

11Le lecteur pourrait se révolter, pensant que nous exagérons. Mais c’est qu’il n’a probablement pas fréquenté les théoriciens du mariage du xixe siècle pour nombre desquels la prostitution reste le socle – ou si l’on peut se permettre l’expression – l’horizon inférieur, du mariage. À l’époque prévalait un postulat assez simple, qu’illustrent fort bien, entre autres, les écrits de Charles Letourneau : avant la civilisation, la quête de la femme prit dans un premier temps la forme du rapt, puis, dans un second temps, celle de l’achat. Enfin, avec la civilisation s’instaure l’institution matrimoniale que nous connaissons. Dans cette perspective, la femme est l’objet par excellence de la convoitise masculine, étant « assimilée aux choses et aux biens13 ». Aussi Paul Lacombe, auteur moins connu que le précédent, mais qui a été récemment exhumé avec tous les honneurs, voyait-il dans l’hétaïrisme la première avancée civilisationnelle. Cette forme de prostitution « haut de gamme » permettait en effet de sortir de l’état de chosification absolue dans lequel était maintenue la femme précédemment :

  • 14 P. Lacombe, L’évolution du mariage, Paris, 2009 (éd. orig. : 1889), p. 86, voir aussi p. 95. La réé (...)

Jeune fille, [la femme] exerce la prostitution, y gagne de l’argent pour ses parents et pour elle-même. Parvenue à un certain âge, elle est lasse de son métier et va se reposer dans le mariage14.

  • 15 Cf. P. Lacombe, L’évolution du mariage, op. cit., p. 21.

12Et de nous rappeler que toutes les grandes civilisations – Inde brahmanique, Grèce et Rome antiques, Chine – ont connu, ou connaissent encore, cette forme « respectable » de prostitution. Son caractère progressiste tient à ce que la femme se révèle être celle qui profite en premier lieu d’elle-même. Elle s’érige en sa propre maîtresse, jusqu’à ce qu’elle décide de se marier, choix qui équivaut à une sorte de reconversion professionnelle bien méritée. Elle tiendra désormais son ménage et élèvera ses enfants. Cela étant, si l’état matrimonial présente une perspective de repos à ses yeux, c’est bien entendu parce qu’elle y entrera en position de force, autrement dit convenablement dotée des sommes qu’elle aura accumulées durant la première phase de sa vie sexuelle. En poussant le raisonnement de Lacombe jusqu’au bout, on dira que, non seulement elle se vend elle-même, mais que, par le truchement de la dot, elle dédommage l’époux de l’indignité de ne pas avoir été en mesure de l’enlever ou de l’acheter. La prostitution constitue donc, selon Lacombe, l’étape nécessaire vers la redéfinition du mariage. Elle ouvre la voie à une association d’individus libres, fondée sur leur relative égalité, laquelle est appréciée, pour l’essentiel, à l’aune d’un critère économique. Notons en outre que cette voie implique pour la femme l’acquisition d’une part d’autonomie ou, à tout le moins, d’expériences et de maturation personnelles. Cet acquis rend beaucoup plus probable la réalisation d’un mariage fondé sur la base du consentement des époux. Lequel, pour être valable, doit être éclairé. On lit là entre les lignes une charge contre l’Église et ses dictats contre toute sexualité prémaritale. L’Église exige en effet plein consentement des époux lors de leur union. Mais comment consentir à quelque chose – la relation sexuelle avec une personne donnée – dont on a été systématiquement tenu dans l’ignorance ? L’argument est d’une imparable logique, venant d’un auteur qui avait rédigé, dans sa jeunesse15, un opuscule intitulé Le mariage libre et qui, par ailleurs, se disait proche des milieux socialistes de son temps.

  • 16 L. Tillier, Le mariage, sa genèse, son évolution, Paris, 1898.

13Son contemporain, L. Tillier16, ne doute pas plus que Lacombe ou Letourneau qu’à l’origine du mariage il y eut la prédation ou le commerce. Mais appartenant à une autre famille de pensée que Lacombe, il décèle dans le consentement mutuel imposé par le christianisme une étape cruciale, libératoire, dans l’histoire de l’institution matrimoniale. Aussi la prostitution joue-t-elle un rôle différent dans son dispositif. Se plaçant avant tout sur le plan d’une socio-psychologie, il déplore que les jeunes hommes (sous-entendu ceux de sa propre catégorie sociale, les bourgeois) se marient trop tard... La raison en est qu’ils ont la possibilité de fréquenter les prostituées à leur guise, les services de celles-ci s’avérant trop peu onéreux. Cette entrée tardive des hommes dans le mariage présente d’autant plus d’inconvénients qu’on leur choisit alors pour partenaire des femmes jeunes – il s’agit de « fonder » une famille – dont l’éducation d’inspiration puritaine ne les prépare guère aux réalités de l’existence conjugale. Le fossé qui sépare les uns et les autres en termes d’âge et d’expériences – sous-entendu, une fois encore, sexuelles – contrecarre trop souvent la volonté des époux, aussi vive et sincère soit-elle, d’instaurer une intimité marquée au sceau de la complicité. De ce fait, constate Tillier, le mariage bourgeois est voué à l’échec, sombrant presque tojours dans l’adultère. Le sociologue ne fait ici que théoriser ce que Fontane et tant d’autres auteurs de cette époque ont dépeint sur le mode tragique ou sur celui de la comédie. Sauf que Tillier désigne clairement la prostitution comme le fléau social par excellence qui en permanence menace l’institution du mariage, la sape dans ses fondements, quand elle ne la ronge pas de l’intérieur.

14Dès lors, ce qui retient notre attention dans les écrits de cet auteur au regard des obsessions de l’Occident en matière de mariage n’est pas tant son analyse de la situation que les solutions qu’il formule afin d’y remédier. Il en voit principalement deux. Premièrement, augmenter les salaires des pauvres afin que les femmes qui se vouent à la prostitution aujourd’hui puissent demain gagner « décemment » leur vie et donc se détourner d’elle. On rejoint ici, mais par l’autre extrémité de la lorgnette si l’on peut dire, le constat des sociologues contemporains qui décrivent les dérives de la prostitution à travers le prisme d’un argent « trop » facilement gagné. Deuxièmement, permettre aux jeunes gens (de bonne famille) de se fréquenter à l’intérieur de leur classe d’âge – ce qui veut dire desserrer l’étau qui enserrait les jeunes filles au nom de la bonne éducation – et laisser ainsi s’opérer des choix matrimoniaux sur la base d’une affection réciproque. Autrement dit, Tillier, à la fin du xixe siècle, a un programme : d’une part, éradiquer la prostitution grâce à l’amélioration des conditions matérielles des catégories sociales défavorisées, d’autre part encourager le libre choix des époux, choix qu’inspirerait alors le seul sentiment amoureux. Pour autant, bien sûr, que le mariage demeure endogame du point de vue socio- économique. Car, on l’aura compris, le schéma de Tillier est un schéma de classe. Il n’envisage pas un instant la possibilité que la femme issue des milieux défavorisés échappe à sa condition de prostituée – ou de semi-mondaine – en vertu de l’amour que lui porterait un de ses riches « clients » et qu’ainsi, par un mariage fondé sur les sentiments, elle puisse soudain être propulsée plusieurs échelons au-dessus de sa condition initiale dans la hiérarchie sociale. De telles situations appartiennent à la littérature à quatre sous. Dans la réalité, de tels mariages suscitent inévitablement le scandale car ils sont entachés du soupçon d’intéressement hypergamique. La prostitution demeure bien l’horizon indépassable de la matrimonialité occidentale.

  • 17 Cf. C. Deschamps, A. Souyris, Femmes publiques. Le féminisme à l’épreuve de la prostitution, Paris, (...)
  • 18 Cf. G. Fraisse, Du consentement, Paris, 2007, p. 52-60.
  • 19 C’est la thèse que défend Sabine Grenz (« Intersections of sex and power in research on prostitutio (...)
  • 20 À l’heure où nous rédigeons ces lignes (décembre 2011) une proposition de loi vient d’être déposée (...)

15Nous affirmons cela de façon d’autant plus assurée que, à bien des égards, l’évolution générale de la société à travers tout le xxe siècle apparaît conforme à ce que souhaitait Tillier en vue d’une amélioration de la conjugalité ordinaire. Globalement, du moins en Occident, les écarts entre riches et pauvres se sont sensiblement restreints depuis la fin du xixe siècle, la préférence amoureuse s’est imposée comme norme de formation des couples, alors même que l’endogamie de classe est restée un phénomène relativement robuste. Et pourtant, la prostitution, bien que devenue ipso facto marginale – elle a certainement perdu l’ampleur qu’elle connaissait dans la seconde moitié du xixe siècle dans les grandes métropoles de l’Occident –, suscite, plus que jamais, une cristallisation de tous les fantasmes. Elle est redevenue depuis quelques années le point d’achoppement de toutes les discussions d’obédience féministe17, et même au-delà de ces cercles. La discussion porte sur la question même du consentement, dans de multiples variables qui tiennent toujours in fine à des positions idéologiques. D’un côté, nous avons : comment la femme peut-elle consentir à se prostituer ? Dans quelles conditions peut-elle y consentir (ou quelles sont les conditions qui la conduisent à y consentir, ou, pour dire les choses autrement, n’y est-elle pas toujours forcée ?) De l’autre : au nom de quel droit ne pourrait-elle pas y consentir18 ? Et d’ailleurs pourquoi n’y consentiraitelle pas, puisque, contrairement aux idées reçues, la relation sexuelle tarifée est susceptible, dans certaines circonstances favorables, d’être gouvernée par la femme, celle qui offre ses services ayant l’ascendant sur celui qui est demandeur, donc dépendant, de ces services19 ? Il est hautement significatif en tout état de cause que la problématique de la prostitution ressurgit avec une vigueur inattendue dans une période, la nôtre20, où les statisticiens enregistrent, d’un recensement à l’autre, un affaissement constant de la prévalence du mariage dans leurs tableaux. On a l’impression qu’au niveau des représentations, mariage et prostitution entretiennent en Occident un rapport d’hypostase (nous empruntons le mot au vocabulaire spécialisé de la linguistique) perpétuelle, qui tantôt sacralise les vertus de l’un, tantôt amplifie les déviances supposées de l’autre. Ce rapport tend d’autant plus à dresser des barrières entre l’un et l’autre, que leur séparation s’avère être, dans de très nombreuses circonstances, plutôt poreuse. Ces barrières, ce sont, nous l’avons vu, les parois, le fond et le couvercle du coffre qui les ont si longtemps signifiées. Ne sont-elles toutefois qu’un moyen de contenir de l’argent ?

Notes

1 J. de Voragine, La légende dorée, Paris, 2004, p. 29.

2 C’est la position que défend, volontiers sur le ton de la provocation, Marcela Iacub (Qu’avez-vous fait de la libération sexuelle ?, Paris, 2002).

3 M. -E. Handman, J. Mossuz-Lavau (eds.), La prostitution à Paris, Paris, 2005 ; C. Deschamps, Le sexe et l’argent des trottoirs, Paris, 2006.

4 M. -E. Handmanm, J. Mossuz-Lavau (eds.), La prostitution à Paris, op. cit., p. 183 sq. et 400.

5 Dans un tel dispositif juridique, le fils, majeur, d’une prostituée qui poursuit des études grâce aux revenus de sa mère, est susceptible d’être accusé de proxénétisme.

6 C. von Braun, B. Mathes, Verschleierte Wirklichkeit. Die Frau, der Islam und der Westen, Berlin, 2007, p. 421-422.

7 Cf. D. -R. Dufour, La Cité perverse. Libéralisme et pornographie, Paris, 2009. Le texte de référence sur la pornographique contemporaine reste le livre pionnier de Bernard Arcand (Le jaguar et le tamanoir. Anthropologie de la pornographie, Montréal, 1991). L’auteur y soulignait le trouble des féministes américaines face à ce genre cinématographique alors relativement nouveau, du moins comme phénomène de masse. Elles étaient profondément divisées entre puritaines qui militaient pour sa censure, et libertaires qui prônaient la tolérance à son égard, voire sa récupération.

8 Là réside son indexicalité propre, gage de l’existence d’un genre cinématographique en soi. Voir S. Breton, « Le regard », in O. Remaud, J. -F. Schaub, I. Thireau (eds.), Faire des sciences sociales. Comparer, Paris, 2012, p. 225-253.

9 Contrairement à S. Zizek (Welcome to the desert of the Real : Five essays on September 11 and related dates, New York, 2002, p. 12), nous ne pensons pas que tous les acteurs jouent dans un film pornographique, mais seules les femmes le font. Les hommes pénètrent bien, ainsi qu’il le dit, the real thing. Nous concevons difficilement que les femmes puissent être, si l’on peut dire, sur la même longueur d’onde qu’eux concernant la réalité de ce qui est pénétré, même si, selon la dialectique rhétorique à haut rendement qui caractérise la pensée de Zizek, cette chose réelle finit par se transformer en ultimate void. Le langage courant traduit très bien la dichotomie homme/femme dans le cadre du genre en question, qui parle d’actrices porno (graphiques) d’un côté, d’hardeurs de l’autre. Ces derniers sont dans le dur de la réalité mise en scène, à la différence des précédentes.

10 L. von Brunn, Ars erotica. Die erotischen Buchillustrationen des 18. Jahrhundertes, op. cit.

11 Si D. Simard identife bien cette figure (entrée « Éjaculation » du Dictionnaire de la pornographie, Ph. Di Folco ed., Paris, 2005), il en livre une interprétation assez vague, n’y voyant qu’une preuve de la vénération du phallus.

12 E. Levinas, Altérité et transcendance, Saint-Clément-la-Rivière, 1995, p. 48.

13 Ch. Letourneau, L’évolution du mariage et de la famille, Paris, 1888, p. VII.

14 P. Lacombe, L’évolution du mariage, Paris, 2009 (éd. orig. : 1889), p. 86, voir aussi p. 95. La réédition comprend un avant-propos de François Sigault et des commentaires de Françoise Héritier, Martine Segalen et Jean-Luc Jamard.

15 Cf. P. Lacombe, L’évolution du mariage, op. cit., p. 21.

16 L. Tillier, Le mariage, sa genèse, son évolution, Paris, 1898.

17 Cf. C. Deschamps, A. Souyris, Femmes publiques. Le féminisme à l’épreuve de la prostitution, Paris, 2008. On trouvera en fin d’ouvrage une très utile bibliographie commentée sur le thème.

18 Cf. G. Fraisse, Du consentement, Paris, 2007, p. 52-60.

19 C’est la thèse que défend Sabine Grenz (« Intersections of sex and power in research on prostitution: A female researcher interviewing male heterosexual clients », Signs : Journal of Women in Culture and Society, 30, 2005).

20 À l’heure où nous rédigeons ces lignes (décembre 2011) une proposition de loi vient d’être déposée à l’Assemblée nationale en vue, sinon d’éradiquer, du moins de lutter contre la prostitution. Il s’agirait désormais de lutter contre le phénomène en pénalisant le client. La Suède a déjà adopté une législation de ce type.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par