Version classiqueVersion mobile

État et société politique

 | 
Bruno Karsenti
, 
Dominique Linhardt

Institutions de la société politique

Les limites de l’État

Au-delà des approches étatistes et de leurs critiques

Timothy Mitchell
Traduction de Nathalie Plouchard

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Il a toujours été difficile de définir l’État1. Ses frontières avec la société apparaissent insaisissables, poreuses et fluctuantes. J’entends montrer qu’il ne s’agit pas de dépasser le caractère élusif de l’État par un travail de précision sur les définitions utilisées mais de l’explorer en ce qu’il nous informe sur sa nature. Une analyse de la littérature scientifique révèle que ni le rejet de l’État en faveur de concepts tels que celui de système politique ni le retour à l’État (bringing the state back in) n’ont traité du problème de ses frontières. La première approche échoue sur cet écueil, tandis que la seconde l’évite en se fondant sur un idéalisme restreint, qui conçoit la distinction entre État et société comme une relation externe entre une entité subjective et une entité objective. Une troisième approche, qui sera présentée ici, permet de rendre compte à la fois de la saillance de l’État et de son insaisissabilité. En examinant à nouveaux frais les données récemment mises...

Auteur

Politiste, MESAAS, Columbia University.

Nathalie Plouchard (Traducteur)

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2018

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search