Version classiqueVersion mobile

État et société politique

 | 
Bruno Karsenti
, 
Dominique Linhardt

Institutions de la société politique

Dettes et devoirs d’État

Les obligations d’État entre crédit financier, ordre social et morale politique

Benjamin Lemoine

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Le fait qu’un État, y compris la France en situation de déséquilibre budgétaire structurel, puisse contracter des emprunts à taux négatifs intrigue les milieux financiers et politiques. Comment expliquer que des investisseurs consentent à prêter de l’argent « à perte1 » ? Ces souscriptions sont perçues par Jacques de Larosière – ancien directeur du Trésor et gouverneur de la Banque de France, désormais membre du conseil stratégique de l’Agence France Trésor (AFT), chargée de financer l’État2 – comme une « répression de l’épargne » relevant de l’anomalie et de la pathologie :

Offrir des taux négatifs, cela revient à réprimer l’épargne au point de la taxer ! Voilà encore quelque chose que je n’avais pas vécu jusqu’ici. À mon sens, les taux d’intérêt positifs constituent un repère fondamental pour nos sociétés, et conserver pendant longtemps des taux négatifs serait une erreur majeure. Dire aux gens qui font l’effort de mettre de l’argent de côté en prévision des aléas de la vie, pour l...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search