Version classiqueVersion mobile

État et société politique

 | 
Bruno Karsenti
, 
Dominique Linhardt

Institutions de la société politique

L’État, le peuple, le monde

Une conception pluraliste de la souveraineté politique

Albert Ogien

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

La souveraineté est couramment tenue pour un attribut inhérent à l’État – celui qui dote les gouvernants de la capacité de décider librement des mesures qu’ils entendent prendre et mettre en application sur l’étendue d’un territoire. Cette conception de la souveraineté est étroitement liée à l’histoire même du concept. De Bodin à Rousseau, en passant par Montesquieu, Hobbes et Locke, les penseurs modernes du politique se sont employés à justifier l’institution d’un pouvoir dont la légitimité naît de sa propre affirmation (Mairet, 1997). De manière courante, la notion de souveraineté politique est envisagée dans cette définition, ce qui conduit souvent à la tenir pour synonyme de l’omnipotence et de l’arbitraire de l’État. Mais cette façon de voir dénote uniquement une de ses modalités : la tyrannie, avec ces figures emblématiques que sont Caligula, Louis XIV, Hitler ou Staline. En fait, ce à quoi renvoie la notion de souveraineté politique change avec l’évolution des formes d’organi...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search