Version classiqueVersion mobile

La dette souveraine

 | 
Julia Christ
, 
Gildas Salmon

Une société néolibérale ?

Immuniser l’Europe contre le réel politique

Réflexions sur la rhétorique de l’économie politique contemporaine

Jean-Michel Rey

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Moi. – Alors vous voulez me vendre du temps ? Lui. – Du temps ? Du temps, tout uniment ? Non, mon cher, le diable ne débite pas cette marchandise. Ce n’est pas à cet effet que nous avons payé le prix nécessaire pour que la fin nous appartienne. De quel genre de temps s’agit-il ? Tout est là. D’un temps de grandeur, d’un temps de folie, d’un temps absolument diabolique où tout se meut en hauteur et en sur-hauteur – et aussi, en retour, un peu misérable naturellement, profondément misérable, non seulement je le concède mais je le souligne avec fierté, car cela est juste et équitable, à la manière et dans la nature des artistes qui, on le sait, ont toujours penché vers l’excès dans les deux sens, il leur est très normal de faire craquer un peu les cadres. »
Thomas Mann1

La grande question au centre du livre de Wolfgang Streeck2 est à l’évidence celle du temps ; plus précisément, et c’est le sens du sous-titre, la dimension du temps propre au capitalisme moderne européen. Ce système pre...

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search