Version classiqueVersion mobile

Histoires pragmatiques

 | 
Francis Chateauraynaud
, 
Yves Cohen

Aux prises avec le pragmatisme

Pragmatique des transformations et sociologie des controverses

Les logiques d’enquête face au temps long des processus

Francis Chateauraynaud

Texte intégral

  • 1 Les discussions, lors du séminaire qui s’est tenu à l’EHESS de 2012 à 2014 en préparation de ce vol (...)

1Les controverses de longue portée, dont les points d’origine sont toujours discutés et dont la clôture est incertaine, posent la question de la logique d’enquête la plus appropriée1. Comment procéder pour décrire non seulement des processus pris dans leur ensemble, mais aussi le détail des opérations effectuées par les acteurs qui tentent d’en orienter ou d’en infléchir les évolutions ? En prenant les choses du point de vue chronologique, des phases d’accalmie ou de pacification relative permettent d’organiser une première périodisation à des fins analytiques. Au-delà des séquences ou des périodes que l’on peut identifier, les procédés par lesquels les temporalités de l’action et du jugement sont engagées, comme lorsqu’il y a désaccord sur le délai ou l’urgence d’une décision, pèsent sur la trajectoire d’une cause ou d’un conflit. Le cas de l’amiante, traversé par d’innombrables procès et mobilisations, et surtout par la révision régulière des conséquences sanitaires de l’utilisation des fibres, dont l’interdiction en France date de 1997, rend visibles les enjeux, à la fois épistémiques et axiologiques, de toute controverse sur les temporalités : de quelles formes d’engagement critique de l’histoire ont besoin les protagonistes ? Quel type de réflexivité mettent-ils en scène quant aux contraintes passées, actuelles et futures de leur action et de leur interprétation ? Quelles modalités d’exploration de l’avenir et, en particulier, quels raisonnements par les conséquences peuvent-ils déployer ?

  • 2 Voir dans ce même volume la contribution de Frédéric Graber.
  • 3 Par exemple, un débat traverse les mondes de la géologie, de la climatologie, de la préhistoire et (...)

2En soi, s’efforcer de penser dans un même cadre les rapports au passé, au présent et au futur, n’est pas nouveau. En histoire, la question des temporalités, marquée par la célèbre figure du « futur passé » (Koselleck, 1990), est depuis longtemps problématisée2. Que changent les controverses contemporaines de ce point de vue ? Peut-on y déceler de nouvelles expériences de l’historicité, liées à ce qui est souvent qualifié de crise de la « modernité » et « montée des incertitudes » (Beck, 1986, 2009 ; Funtowicz & Ravetz, 1992 ; Giddens, 1990) ? On aura du mal à convaincre que le monde était moins incertain par le passé. Il suffit d’examiner les périodes qui ont précédé et suivi la Seconde Guerre mondiale, sans parler des multiples épisodes du conflit lui-même, pour voir qu’elles étaient lourdes d’incertitudes en tout genre. Ce n’est pas l’expérience collective de l’incertitude qui est nouvelle mais la manière dont elle surgit, au fil des processus de décision ou d’indécision controversées. Pour les risques sanitaires, environnementaux ou technologiques qui nourrissent la casuistique dont s’inspire cet article, les années d’après-guerre marquent un tournant. Si le monde social est surpeuplé d’éléments forgés bien avant 1945, l’étude des controverses porte surtout à regarder comment l’histoire est saisie, interprétée et réengagée sur des scènes contemporaines. C’est le cas lorsque se forment des disputes autour de l’opposition entre rupture et continuité, nouveauté et antériorité3. Qualifier d’« émergents » ou d’« anciens » des phénomènes ou des pratiques relève des activités argumentatives liées aux processus étudiés, qu’il s’agisse du nucléaire, des OGM, des pesticides, des nanotechnologies, des formes de pollution de l’air, ou des gaz de schiste.

  • 4 Dans le dossier de l’amiante, l’alerte lancée par l’inspecteur du travail Denis Auribault sert de p (...)
  • 5 Ce qui ne veut pas dire que le pragmatisme en ait le monopole. Pour s’en convaincre, il suffit de l (...)

3Les usages narratifs ou argumentatifs des séries passées sont des ressorts majeurs pour l’analyse des controverses de longue durée. Que change le fait de dater le début du dossier de l’amiante aux tribulations de l’inspecteur Auribault, rapportant sur la condition ouvrière dans les ateliers d’une filature de Condé-sur-Noireau, en 19064 ? Autre exemple récent : lorsque, au Conseil de Paris, où sont votées début 2015 des résolutions très attendues contre la pollution aux particules fines, des acteurs évoquent le smog mortel de Londres en 1956, c’est clairement pour faire de la pollution de l’air urbain un enjeu de santé publique connu depuis très longtemps. Mais c’est aussi pour marquer une énorme différence : le passage d’expositions visibles et spectaculaires à des expositions chroniques et à peine perceptibles (Beamish, 2002). Le piège tendu par la thèse selon laquelle, à quelques epsilons près, tout peut être rapporté à l’histoire longue du capitalisme, en l’occurrence au tissage continu des liens, aussi insécables qu’intimes, entre sciences et industries (Pestre, 2003), peut être retourné par un regard analytique aiguisé sur les moments de confrontation des expériences du temps historique. Une histoire pragmatique rompt avec le grand récit téléologique dès lors qu’elle prend appui sur la manière dont les acteurs eux-mêmes éprouvent les bifurcations historiques. Il est toujours possible, dans un geste de dévoilement politique, d’imputer, à distance ou après-coup, aux autorités, ou aux industriels, le fait d’avoir différé la prise en charge de problèmes publics (amiante, pesticides, pollution de l’air), ou au contraire d’avoir agi trop vite (H1N1, gaz de schiste – au moins en France). Mais en se rapprochant des activités pratiques, des milieux et des dispositifs, on découvre des versions beaucoup plus complexes de la saisie réflexive, appelée jadis « prise de conscience », des conséquences des actions et des décisions – et surtout de l’existence de multiples disputes pour imposer la vision des épreuves ultérieures, auxquelles était attribuée la faculté de créer autant de précédents que d’effets rebonds. C’est généralement dans l’importance accordée au raisonnement par les conséquences que l’on reconnaît un style d’inspiration pragmatiste5. Mais une sociologie pragmatique ajoute au conséquentialisme une dimension praxéologique essentielle : les conséquences font l’objet d’expressions et d’interprétations situées, qui témoignent des formes d’incertitude dans lesquelles œuvrent les acteurs, y compris ceux qui sont dotés a priori d’une forte capacité de configuration du monde.

  • 6 Lors de la crise du climatoscepticisme de 2009-2010, les porteurs de l’alerte climatique ont subite (...)

4Pour caractériser le type de pragmatique défendu dans ce texte, et son rapport particulier à l’histoire, il est utile de réexaminer les notions qui mettent en rapport la durée des processus et les modalités argumentatives, ou narratives, par lesquelles s’énoncent et se discutent les temporalités de l’action et du jugement. Au-delà de l’idée d’une pluralité de régimes de temporalité, il s’agit de comprendre la puissance d’expression attribuée au choix des modalités temporelles utilisées pour énoncer la possibilité d’un basculement ou d’une bifurcation, d’une stagnation ou d’un retour en arrière6. C’est pourquoi, depuis les premiers travaux sur les lanceurs d’alerte menés dans les années 1990, la question des temporalités nourrit continûment l’exploration de nouvelles voies pour l’enquête pragmatique. Comment lier la durée longue des processus et la prise en compte des changements de temporalités lors d’événements marquants ou de points de basculement ? Les enquêtes menées sous la formule de « pragmatique des transformations » ont pour caractéristique de doubler les investigations qualitatives classiques d’expériences numériques conséquentes (Chateauraynaud, Charriau & Debaz, 2014). Elles ont ainsi produit de sérieuses inflexions dans l’étude des temporalités. Les controverses et les mobilisations autour de nouveaux risques ou de causes émergentes ont par ailleurs renouvelé le répertoire des formes de protestation, en particulier avec le redéploiement de l’activisme et de la critique dans l’univers du Web. En construisant une casuistique de processus critiques de longue durée, la pragmatique des transformations élabore des hypothèses sur les différences de trajectoire entre les causes. Elle contribue ainsi à enrichir l’analyse et l’interprétation des cas en sortant du focus sur les seuls moments de visibilité publique – une cause peut donner lieu à une intense mobilisation sans pour autant être acheminée vers une clôture acceptable par l’ensemble des protagonistes.

5Le croisement de la problématique du temps long des processus et de l’intérêt analytique pour les formes d’expression temporelle conduit à une reformulation, ou, plutôt, une prise de position quant aux relations entre sociologie pragmatique et philosophie pragmatiste. Après avoir parcouru les contraintes auxquelles doit faire face une sociologie de processus complexes, non-linéaires, éloignant parfois de manière vertigineuse des cadres institués de la sociologie classique, l’article met en avant sept ressorts, ou maximes, au fondement d’une approche pragmatiste des transformations sociales : le primat de l’expérience, l’orientation vers l’action, le conséquentialisme, l’abduction, la dimension collective de l’enquête, l’émergence de publics inattendus et la réversibilité des épreuves.

L’analyse finie de processus interminables

  • 7 Sur l’histoire longue d’Eternit, voir l’ouvrage d’Odile Hardy-Hémery (2005). Les éléments contempor (...)

6À l’automne 2013, au pied de la tour Montparnasse, à l’initiative de l’association nationale des victimes de l’amiante (Andeva), un rassemblement mobilise plusieurs centaines de personnes. Les protestataires dénoncent à la fois le danger des flocages du célèbre édifice parisien et l’absence d’ouverture d’un procès pénal en France, dont l’instruction, ponctuée par quelques mises en examen, est théoriquement lancée depuis… 1996. La situation est jugée d’autant plus insoutenable que, depuis plus de 15 ans, l’amiante est interdit en France, qu’un grand procès s’est tenu en Italie mettant en cause les anciens patrons d’Eternit7, et que même le gouvernement Harper au Canada, principal producteur et promoteur mondial de l’or blanc, a fini par en reconnaître la dangerosité, fin 2012, et renoncer à son exploitation. Comme dans les dossiers voisins des pesticides ou des particules fines, une mobilisation médiatique éphémère prend forme, puis l’affaire retombe, laissant ses porteurs face à l’inextricable écheveau procédural qui se déploie derrière un mur de silence. Jusqu’à la prochaine épreuve. En octobre 2014, une mobilisation identique se produit, donnant le sentiment que le problème n’a en rien évolué. Jugé inadmissible par les acteurs mobilisés, ce type de phénomène est fréquent et s’observe à des degrés divers dans de multiples domaines de la vie publique – pensons au cas des mobilisations en dents de scie des milieux de la recherche et de l’enseignement supérieur.

7Le 12 décembre 2014, l’Andeva dépose plainte pour diffusion de fausses informations contre un expert mandaté par la copropriété de la tour Montparnasse. Cette nouvelle épreuve débute avec le constat de dépassements répétés du seuil réglementaire de 5 fibres par litre d’air (72 fois sur une période de 3 ans et demi). Sur décision du préfet, le 13 août 2013, une « expertise indépendante » visant à « vérifier l’hypothèse d’émission de fibres d’amiante par les gaines verticales » avait été ordonnée. Dans un rapport remis en janvier 2014, l’expert avait considéré – apparemment sans vérification sérieuse – que les gaines de désenfumage ne contenaient pas de produit amianté. Il avait exclu, en conséquence, qu’elles puissent être une « source d’émission » de pollution, n’étant au pire qu’un « vecteur de transfert » de pollutions déjà constatées, dues selon lui à une mauvaise organisation des chantiers de désamiantage. Inutile donc d’évacuer la Tour Montparnasse pour la désamianter. La mobilisation spectaculaire qui s’était transformée en « sit-in », plus précisément en « die-in », au pied de la tour en octobre 2013, avait ainsi été jugée « sans fondement ». La conclusion selon laquelle il n’y avait « aucun risque pour les occupants » est néanmoins remise en cause par un nouveau contrôle effectué dans le cadre de la mise à jour du dossier technique amiante (DTA). Réalisée par la société STM, et livrée en novembre 2014, cette nouvelle expertise infirme les hypothèses du rapport précédent, en établissant que les gaines de désenfumage contiennent bien des produits amiantés. Face à une source potentielle d’émission de pollution et donc de risque sanitaire, l’Andeva choisit le recours à la plainte :

  • 8 Communiqué de l’Andeva, janvier 2015.

La présence de matériau amianté dans les gaines de désenfumage est bien une information nouvelle qui contredit ce qu’André Jacq avait lui-même déclaré il y a un an. N’écrivait-il pas dans son rapport d’expertise de janvier 2014 que « les gaines d’air verticales de désenfumage par opposition aux gaines techniques ne contiennent pas selon les sources du DTA d’amiante dans leur constitution » ? N’avait-il pas déclaré dans Le Parisien, en décembre 2013, que « les gaines ont été souillées mais ne contiennent pas en elles-mêmes de produits amiantés » ? La présence de matériau amianté dans les gaines de désenfumage est aussi une information essentielle qui change le diagnostic sur les mesures à mettre en œuvre et repose la question de l’évacuation de la tour. La diffusion de fausses informations en cette matière en invoquant le titre d’« expert », est extrêmement grave. […] L’Andeva ne peut accepter que l’on continue à exposer des milliers de salariés dans la Tour Montparnasse sur la base de recommandations d’un « expert » qui travestit la réalité du risque dans le bâtiment et conforte le choix aberrant des copropriétaires : un désamiantage par petits bouts en présence des salariés qui conduit à des pollutions récurrentes des locaux. Elle ne peut accepter que l’on privilégie les intérêts des propriétaires au détriment de l’exposition et de la santé des occupants8.

  • 9 À des moments clés de l’histoire politique d’une cause ou d’un problème public, des acteurs entrepr (...)
  • 10 Entretien téléphonique, février 2015.
  • 11 Il a été montré comment, dans les usages du droit, les acteurs alternent entre des recours exploita (...)

8Même lorsqu’ils ne surgissent pas avec fracas dans les arènes politico-médiatiques, les problèmes publics se déploient sous la forme d’une série ininterrompue de chassés-croisés, de changements de registres d’action et de confrontation, de variations dans les formes d’expression et de (tentatives de) mobilisation. Le cas de l’amiante est d’autant plus emblématique qu’il prend corps dans une histoire longue, dont il est désormais difficile de faire le récit complet9. On y lit surtout les effets d’échelle d’observation ou de raisonnement puisque, selon les moments et les lieux, des acteurs considèrent que c’est un dossier clos, dont il ne faut pas surinterpréter les derniers soubresauts, ou discernent dans les micro-épreuves les signes précurseurs de nouveaux rebondissements. Dans le cas d’espèce, un juriste interrogé indique que la plainte pour « fausse information » n’a aucune chance d’aboutir10. Pour l’association de victimes, l’enjeu est de maintenir la pression sur les propriétaires et sur les pouvoirs publics tout en adressant un signal aux opérateurs en charge de chantiers de désamiantage. Cela dit, en attaquant un expert sur la base d’un vieil article du droit pénal, l’article 27 de la loi du 29 juillet 1881 fixant le délit de « diffusion de fausses nouvelles », les acteurs empruntent un embranchement inattendu, dont les chances de succès sont faibles. Il reste que le désamiantage est, depuis les années 1990, au cœur de disputes sur ses modes de régulation, et la plainte vise à rompre le silence et à « alerter les pouvoirs publics sur la nécessité de professionnaliser et de moraliser les professions liées au repérage, à l’évaluation des risques et aux préconisations de traitement de l’amiante dans les bâtiments11 ». L’enjeu est de remettre au cœur des préoccupations publiques un dossier qui, après la crise des années 1995-1996, a du mal à remobiliser, et dont la trajectoire pénale reste indécise.

Pragmatisme et controverses de longue durée : une congruence épistémique

  • 12 Sur cette ligne de rencontres, voir la « Présentation » du présent volume.

9Pour comprendre chaque événement, chaque épreuve, il faut à la fois remobiliser l’histoire du dossier, saisir la configuration actuelle dans laquelle opèrent les protagonistes, et décrire les angles du futur qu’ils tentent d’ouvrir ou de refermer. C’est là précisément l’objet de la pragmatique des transformations. Ce courant n’est pas mentionné dans le « mode d’emploi » conçu par un collectif de chercheurs (Barthe et al., 2013), dont l’objectif est d’énoncer des règles de la méthode de la sociologie pragmatique, afin de se démarquer à la fois de la sociologie critique (réduite à son expression bourdieusienne) et de la version pragmatiste des sciences sociales qui renoue avec les maximes des pères fondateurs (Cefaï et al., 2015). Au-delà des querelles de chapelles, la voie ouverte par la pragmatique des transformations a pour caractéristique d’aborder frontalement les questions de temporalité de l’action et du jugement tout en les étudiant dans des durées relativement longues – si l’on prend pour critère le temps habituel de l’enquête sociologique. Cette approche est en prise directe avec l’expérience des acteurs qui affrontent des processus critiques, complexes, non-linéaires, engageant une pluralité d’interprétations. En s’intéressant à la manière dont sont élaborées, évaluées, construites ou déconstruites les relations entre des séries d’événements ou d’épreuves antérieures (les formes du passé), des contraintes actuelles de l’action et du jugement (la figuration du présent), et des angles de vision du futur (les ouvertures d’avenir), ce programme contribue à reformuler les questions de validité épistémique des descriptions sociologiques, qui ont toujours affaire à l’histoire en train de se faire. Pour le moins, dès lors qu’il s’agit d’étudier une large collection d’alertes et de controverses, qui tissent entre elles, via les jeux d’acteurs et les procédés argumentatifs, un faisceau d’interdépendances, et dont le terme reste incertain de bout en bout, les paradigmes usuels de la sociologie doivent faire l’objet de multiples révisions, auxquelles peuvent utilement concourir à la fois la relecture critique du pragmatisme des origines et les échanges entre sociologies de l’action et enquêtes historiques, amorcés par Michel de Certeau (1975), poursuivis autour de Bernard Lepetit (1995), et prolongés aujourd’hui par la pluralité des expériences que désigne l’histoire pragmatique12.

  • 13 Dans The New Pragmatism (2010), Alan Malachowski considère que les querelles provoquées par la vers (...)
  • 14 Pour une généalogie critique récente de la notion de « technosciences », voir la note de Dominique (...)

10Depuis le début des années 2000, un double processus de convergence et de confrontation s’est affirmé entre une nébuleuse de travaux sociologiques, essentiellement francophones, qualifiés de « pragmatiques », et un mouvement de relecture du pragmatisme américain. Ce processus a engendré des commentaires et des usages inédits des préceptes légués par les fondateurs, Peirce, James, Dewey et Mead, mais aussi des auteurs plus controversés, comme Richard Rorty ou Richard Shusterman13. La revendication de pragmatisme par les courants sociologiques donne lieu à une sorte de compétition, doublée d’une réévaluation des recherches menées depuis le milieu des années 1980 en France (Lavergne & Mondémé, 2008). D’un côté, il s’agit de fixer des règles de méthode données a priori et pensées avant tout contre une « sociologie critique » (Barthe et al., 2013) ; de l’autre, on cherche à prendre appui sur la longue tradition d’étude des phénomènes collectifs, de construction des problèmes publics ou de logiques des activités situées, en défendant un pluralisme méthodologique évitant de fixer un corset trop rigide autour des logiques d’enquêtes (Cefaï, 2007). L’espace de variations créé autour de la copule pragmatique/pragmatiste est en soi instructif, d’autant qu’il forme une sorte de triangle épistémique, dont les arêtes sont formées par la « justification », le « réseau » et la « situation » (Chateauraynaud, 2015). Mais si les préceptes pragmatistes donnent lieu à des interprétations différentes d’un auteur à l’autre, on relève des points communs : une revendication d’empirisme, dont la radicalité varie selon la place accordée à l’expérience et au rôle de l’enquêteur dans sa mise en récit ; l’importance de l’action, et, de manière récurrente, l’insistance sur la pluralité des logiques d’action. Il en va de même de la priorité donnée à l’enquête entendue comme une activité collective de redéfinition des problèmes par des publics porteurs de nouveaux questionnements, processus de redéfinition dans lequel le chercheur n’a pas de place privilégiée ; la problématisation fait appel à une multiplicité de formes d’expériences et de savoirs, comme on l’observe à travers l’intensification continue des controverses autour de ce qui est désigné sous le label de « technoscience14 ». Il reste que, dans le tableau général qui émerge d’une bibliographie toujours plus dense, il manque un examen des logiques d’enquête rendues nécessaires par les processus de longue durée.

11Que faut-il entendre par « controverse de longue durée » ? En général, on attend d’une controverse qu’elle s’arrête, soit par la victoire d’un camp sur l’autre, soit faute de combattants (Gingras, 2014). Le fait que des désaccords se poursuivent ou se réengendrent constamment sur le long terme peut vouloir dire essentiellement deux choses : d’abord, que de nouvelles épreuves permettent aux protagonistes de relancer leurs joutes argumentatives – c’est souvent le cas lorsque des événements engendrent des interprétations opposées ; ensuite, que les objets, et les modalités, des disputes, du fait même de leur installation dans la durée, se transforment et changent de sens au fil du temps. Il est aussi possible de considérer la clôture des disputes comme illusoire. Ce dernier point met aux prises deux schémas interprétatifs : l’un qui donne à voir principalement la permanence d’oppositions ou de différends, à travers la cristallisation de valeurs et de croyances en conflit (Frega, 2012) ; l’autre qui insiste sur la reconfiguration des acteurs et des arguments, des dispositifs et des normes de jugement au fil d’événements de rupture (face à une catastrophe comme Fukushima, par exemple), ou de processus plus graduels (la lente montée en puissance d’un problème public, comme dans le cas d’un risque émergent peu ou pas reconnu par les experts officiels).

  • 15 Parmi les ouvrages caractéristiques de la revendication d’une démarche pragmatique et de la réintro (...)

12En soi, le décalage opéré par l’attention aux processus de transformation ne peut qu’apparaître élémentaire du point de vue historien : un simple échange d’arguments dans une arène publique, à un moment précis, n’a de sens et de portée qu’en référence à une longue série d’épreuves antérieures, dont il engage une forme de réécriture ou de réinterprétation. Le réengagement du passé est indexé à la fois sur les propriétés de la situation et sur les transformations visées, ou refusées, par les protagonistes en présence15. L’approche pragmatique des transformations évite soigneusement toute lecture téléologique des séries passées, ou des visions du futur, comme elle le fait d’ailleurs pour l’examen des contraintes « actuelles », saisies au cœur des processus. Le destin des acteurs et des arguments, des dispositifs et des normes dépend en chaque cas de la manière dont des potentiels sont engagés ou activés, c’est-à-dire in fine de la capacité des entités en présence à agir, ou non, sur le processus. Autrement dit, fixer, définir ou imposer ce qui revient du passé, ce qui est présent dans le cours d’action et ce qui va advenir, est une des performances à laquelle œuvrent les différents acteurs en lice – et les chercheurs qui interviennent dans les arènes publiques y contribuent activement, au même titre que toutes les formes de porte-parole et d’autorités épistémiques ou morales qui surgissent. Dans les innombrables scènes de débat observables, il ne s’agit pas toujours de justifier une action ou un état de choses (portrait de l’acteur en être moral), ou d’enrôler les autres dans un projet (apologie de l’acteur-réseau). Ce qui s’observe, le plus souvent, c’est la négociation du sens de ce qui advient, et, pour en rendre compte sans projeter sa propre version de l’histoire, il est nécessaire de poser l’indétermination a priori de la portée des actes et des jugements, ainsi que des retournements ou des mises en variations critiques qui ouvrent sur des renvois vers le passé, ou le futur. Mais si la symétrie s’impose dans la description et l’analyse, il faut reconnaître qu’une partie non négligeable des acteurs a un faible pour les interprétations téléologiques du cours de l’histoire – c’est même là une des caractéristiques de tout ce qui se présente sur la scène comme « acteur politique ».

  • 16 Le surgissement de Fukushima comme catastrophe nucléaire dérivée d’un enchaînement d’événements ext (...)

13Il est devenu banal de dire que les processus sociaux sont évolutifs et complexes : ils se révèlent dans un flux continu d’événements et d’actions, sont déployés dans une multiplicité d’arènes et à différentes échelles spatiales et temporelles, donnant à décrire des trajectoires non-linéaires, marquées par des bifurcations ou des changements de régimes, des déplacements et des glissements perpétuels (Bessin, Bidart & Grossetti, 2009). N’est-ce pas là un effet du choix d’étudier des processus dont la dynamique déroge aux règles classiques de construction des objets sociologiques ? Loin d’être une simple démarcation vis-à-vis des standards épistémiques de la sociologie, la forme d’enquête privilégiée vise les procédés par lesquels les acteurs pensent et agissent les processus auxquels ils participent. Qu’il s’agisse des impacts de Fukushima sur les politiques nucléaires, de la perte de crédibilité des promoteurs d’OGM dans une partie de l’Europe, de la difficulté à réguler la pollution de l’air dans certaines capitales, de l’émergence des conflits d’intérêts dans des procédures d’expertise sanitaires, ou encore de l’évolution du dossier des déchets radioactifs, la non-linéarité des processus s’impose au sociologue. Et elle est d’autant plus prégnante qu’il lui faut comprendre, au plus près des expériences, pourquoi tel ou tel état de choses s’est produit, avec un certain degré d’irréversibilité, et comment des acteurs tentent d’avoir prise sur les évolutions futures. Adopter une attitude pragmatique dans ce contexte, c’est d’abord, en amont de toute querelle théorique ou philosophique, assumer l’incertitude sur la portée des épreuves passées et l’avènement des épreuves futures, annoncées ou imaginées, et dont la réalisation ultérieure pèse en retour sur la description des situations et sur les investigations menées dans le passé16.

14Un des intérêts heuristiques de cette approche est la comparaison de processus hétérogènes, observés dans des secteurs d’activités différents. Dans chaque processus, des jeux d’acteurs et d’arguments sont aux prises avec des dispositifs et des milieux aussi turbulents qu’irréductibles. Mais la comparaison est possible dès lors que l’on identifie à la fois des répertoires et des formes d’épreuve, en donnant un privilège épistémique à l’étude des moments critiques : formant les pivots de la description et de l’analyse, puisqu’ils rendent visibles les configurations en jeu, ces moments critiques ne sont pas pour autant étudiés pour eux-mêmes : ils sont traités à partir de la série complète des épreuves ou des événements marquants, en permettant d’examiner comment les protagonistes révisent, ou non, leurs versions ou leurs options et prennent acte de points de basculement – ce qui nous rapproche de l’analyse narrative des turning points (Abbott, 2001).

  • 17 Les résultats d’une étude menée par une équipe dirigée par Gilles-Éric Séralini (2012), biologiste (...)
  • 18 Les scénarisations du futur constituent un objet d’attention particulier pour une pragmatique des t (...)

15Une des caractéristiques de la pragmatique sociologique des controverses est en effet d’accorder une attention particulière aux moments où s’opèrent des bifurcations, et se créent à la fois des précédents et des changements de temporalité. Ce fut le cas dans le nucléaire avec Fukushima le 11 mars 2011, dans le dossier des OGM le 18 septembre 201217, avec le scandale du Mediator fin 2009, ou encore la montée en puissance des perturbateurs endocriniens dans l’espace politique en 2010 à travers le cas emblématique du Bisphénol A. Lorsqu’un changement de régime se produit, il mobilise de nouveaux porteurs de causes, ou d’intérêts, qui prennent tour à tour la parole sur les scènes publiques, ce qui change la configuration d’acteurs et d’arguments et, partant, les manières d’envisager les futurs possibles18. La production d’une bifurcation, affectant la trajectoire d’un processus, est souvent au cœur des disputes en suscitant un intense travail interprétatif. L’espace interprétatif varie selon le degré d’intentionnalité que les acteurs attribuent aux événements, et surtout selon le type de conséquences qu’ils mettent en avant. Ce point est décisif, car le conséquentialisme à l’œuvre dans les controverses et les débats publics est de nature abductive : au fil de surgissements d’acteurs, d’événements, d’arguments ou de dispositions, de nouvelles questions et hypothèses viennent modifier l’espace de raisonnement collectif des protagonistes. Il est important d’examiner ces processus sur plusieurs plans, ou dans différentes arènes, puisque les transformations s’enregistrent plus ou moins rapidement dans les registres lexicaux en vigueur dans les discours publics (Keller, 2011). Parmi les observations récurrentes, lorsque les procédures de délibération collective s’ouvrent à de nouveaux acteurs, porte-parole, experts ou témoins, on voit s’exprimer une puissance de questionnement réalisant la jonction de l’abduction et de l’enquête collective, de l’expérience logique et de la production de savoirs et de normes.

La dynamique des controverses saisies par leurs formes de rebondissement

16La sociologie pragmatique peut sans doute être évaluée à l’aune des propositions de la philosophie pragmatiste. Mais elle peut aussi bien être saisie par la qualité des objets qu’elle a contribué à porter au cœur des sciences sociales contemporaines, et par les effets de ses enquêtes sur les acteurs. De fait, la pragmatique des transformations a été particulièrement féconde en créant la problématique des lanceurs d’alerte. Étendue sous forme d’une balistique sociologique à tous les porteurs de cause qui s’efforcent d’avoir prise sur un processus critique, d’attirer l’attention sur des phénomènes invisibles et d’infléchir la trajectoire d’un problème public, elle renoue avec la manière dont John Dewey liait le processus de connaissance à l’enquête collective et à l’engagement progressif de publics concernés (Dewey, 2014 ; Zask, 2011). Avec les recherches sur les alertes et les controverses, le changement d’amplitude des objets a contraint à revoir les notions d’épreuve, de situation, de justification ou de légitimité qui semblaient parler toutes seules : en passant des micro-disputes aux processus de mobilisation de longue portée, marqués par des ruptures, des bifurcations et des reconfigurations, on rencontre des mouvements et des jeux de forces éloignant de la simple description de l’accord, ou du désaccord, en situation. Loin de simplement « cartographier » des jeux d’acteurs et d’arguments saisis dans des unités de temps et de lieux aisément séparables, il a fallu apprendre à penser des processus non-linéaires et multi-échelles, dans lesquels le récit des épreuves antérieures, la caractérisation des séquences actuelles et l’anticipation des évolutions possibles sont au cœur des activités argumentatives et interprétatives des acteurs eux-mêmes. Par ailleurs, ces derniers révèlent des degrés de maîtrise et d’assurance publique très variables – ce qui constitue un point de convergence ou de ralliement possible entre sociologies pragmatiques et critiques.

17La notion de trajectoire, qui a déjà été investie par la sociologie classique sous des formes différentes comme l’histoire de vie, le concept de carrière (école de Chicago), ou encore la métrologie des trajectoires socioprofessionnelles, est redevenue opératoire. On peut reprocher au terme de trajectoire de renvoyer une version, sinon objectiviste, du moins mécaniste de processus, dont la mise en récit et la mise en discussion sont en réalité marquées par une pluralité d’interprétations, engageant des subjectivités, des représentations et des valeurs. Mais, précisément, pour intégrer les visions changeantes que se font les acteurs de la destination d’une cause ou du devenir d’un problème, et la trajectoire résultante, inscrite pour une certaine durée dans des dispositifs et des arènes qui en conservent la mémoire et la trace, il fallait réexaminer les notions clés de la sociologie pragmatique et en enrichir les appuis conceptuels. Dans ce mouvement, la formule de « pragmatique du rebondissement » vise l’ensemble des événements et des opérations par lesquels se produit une relance ou un changement de trajectoire. Si la périodisation peut prendre appui sur l’existence d’un point d’arrêt, d’une période de silence, ou d’une pacification apparente de la controverse ou du conflit, la description empirique des rebondissements engage des modalités plus fines, qui font intervenir des formes narratives et argumentatives imbriquées, comme lorsque des protagonistes relient un événement en cours à des séries passées et des séries futures.

  • 19 Voir, dans le présent volume, l’analyse des controverses scholastiques autour du concept d’« action (...)
  • 20 C’est particulièrement visible dans le cas de troubles ou de phénomènes inexpliqués. Dans sa thèse, (...)

18Outre les contraintes posées par les objets eux-mêmes (comment décrire et analyser proprement les évolutions de dossiers très techniques comme le nucléaire, les pesticides, les nanotechnologies, les gaz de schiste), l’idée s’est imposée qu’il fallait revisiter la théorie de l’argumentation implicitement véhiculée par la sociologie des controverses. L’argumentation est désormais saisie comme un processus de longue durée, et non plus seulement comme une courte séquence d’énonciation, fondée sur un échange dialogique, dont la joute verbale, à l’origine de la philosophie de l’argumentation (Cassin, 1995 ; Angenot, 2008), reste le modèle. Arguments et contre-arguments ne naissent pas, ou rarement, au moment même de la confrontation des parties en présence : ils donnent lieu à un travail de préparation, d’ajustement, d’expérimentation ; ils traversent des arènes de discussion où ils se renforcent ou s’affaiblissent, gagnent en généralité ou se spécifient, s’associent ou se dissocient d’autres arguments, se chargent d’éléments de preuve et d’attestation, et donnent lieu à des conclusions et des interprétations, plus ou moins convergentes19. Penser les trajectoires argumentatives sur de longues portées nous remet face à des questions qui croisent celles d’une histoire pragmatique : quelle est la portée d’un argument ? Qui s’en saisit et dans quelle arène ? Vient-il nourrir un processus d’accord ou de divergence ? Avec quelles ontologies, quelles logiques épistémiques, quelles axiologies est-il foncièrement incompatible ? En analysant la trajectoire des causes comme le produit d’une activité argumentative collective aux prises avec des milieux et des dispositifs, des événements et des institutions, on remet les théories de l’argumentation dans des histoires en train de se faire – ce qui suppose de rompre avec l’interprétation logico-linguistique de l’argumentation, encore fortement dominante (Amossy, 2012). L’avantage d’une entrée par l’évolution des jeux d’arguments et de contre-arguments est de fournir une sorte de véhicule permettant de suivre toutes sortes d’entités dans des univers multiples, et de rendre comparables des processus très hétérogènes. Les trajectoires argumentatives ne projettent pas pour autant l’enquête sociologique dans un modèle habermassien – bien qu’elles portent à prendre au sérieux les moments de vérité auxquels les acteurs, fussent-ils subtilement tactiques et stratégiques, ne peuvent pas échapper. Elles rendent manifeste ce qui résiste, ce qui prend et ne prend pas, ce qui porte et ce qui fait mal, ce qui dévie ou ce qui réagit. Bref, elles engagent une autre version de ce qu’est, pour les acteurs, un champ de forces. Celui-ci n’est plus donné au départ, comme dans la sociologie de Bourdieu, mais se déploie ou se potentialise au fil des épreuves. C’est précisément parce que la dynamique des forces qui est activée ou réveillée par une action, une alerte ou une accusation est radicalement incertaine que les personnes et les groupes éprouvent souvent des inhibitions, ou des doutes, quant aux conséquences des épreuves à venir. Ouvrir la discussion, poser la question qui fait surgir la critique, engage tout un agir émotionnel et perceptuel, au point que seule une prise en charge collective peut délivrer du fardeau de la preuve et de la responsabilité20.

Comment la pragmatique des transformations intègre l’historicité des dispositifs

19Une fois que l’on a admis que la plupart des processus ne sont pas linéaires et témoignent de jeux de forces assez complexes, en quoi une approche pragmatique est-elle en mesure de surmonter cette « complexité » ? Disposant d’une large collection de cas de figure – une cinquantaine de grands corpus pour les seules questions d’alertes et de risques – on peut explorer les dynamiques internes révélées par chaque processus et construire de proche en proche des points de comparaison. Sur cette base, il devient possible d’élaborer des modèles de transformation à l’appui de la production d’hypothèses interprétatives. Mieux, lorsque surgissent de nouvelles alertes, crises ou polémiques, on peut en rapporter la description à une casuistique déjà disponible. Au fil des enquêtes, trois figures du rebondissement se détachent :

  • Celle qui part d’une imputation du processus aux choses-mêmes (catastrophe naturelle ou technologique, flambée épidémique ou augmentation subite d’une cause de morbidité ou de mortalité).

  • Celle qui, à l’opposé, se nourrit du dévoilement de coups et de stratégies portés par un ou plusieurs acteurs (accusation, révélation, scandale, rapport corrosif ou étude qui dérange, etc.).

  • Au centre du continuum, qui mène des événements de rupture, inédits et non-intentionnels, aux actions concertées reposant sur des dispositifs intentionnels, se loge la figure de la convergence de séries jusqu’alors indépendantes, hétérogènes ou divergentes, dans laquelle les acteurs découvrent graduellement ce qui est en jeu et concourent à en fixer le sens et à distribuer les responsabilités – le manque de préparation ou de vigilance, de vision ou de prévision, étant souvent considéré comme la vraie cause des vulnérabilités révélées par une catastrophe.

  • 21 La référence de l’article de Séralini et ses collègues (2012) est en soi un objet historique singul (...)

20Dans les processus observés, toutes les combinaisons se produisent entre les trois figures : des coups partent qui révèlent des processus à l’œuvre, encore invisibles, ou perçus seulement par quelques-uns ; le changement de phase qui s’ensuit conduit des protagonistes à anticiper des points de rupture, ou des franchissements de seuils, et à réorienter l’objet de la controverse ou du débat ; cette reconfiguration rend, ou non, possible des convergences – ou des divergences – jusqu’alors non explorées, et des stratégies prennent forme qui, pour la plupart, n’auront aucune prise sur le processus. Les matériaux accumulés offrent l’embarras du choix quant aux séquences exemplaires, ou prototypiques. Prenons trois cas de figure qui illustrent les formes de bifurcation retenues : le dossier nucléaire avec la rupture subite de mars 2011, la perte de contrôle sur les réacteurs et les piscines de Fukushima venant frapper un secteur dont la plupart des scénarios avaient été stabilisés à l’issue d’une longue série d’opérations cognitives et politiques antérieures, faisant vaciller d’un coup le regard sur les dispositifs de sûreté des centrales (avec la mise en place des fameux « stress-tests » en Europe) ; la polémique autour des OGM qui rebondit violemment avec la publication, en septembre 2012, de l’étude de Gilles-Éric Séralini visant à établir l’impact sanitaire d’un maïs OGM accouplé à un pesticide (l’inimitable NK603) sur des rats soumis à une expérimentation inédite de plus de deux ans, rompant avec les études de quelques mois fondées sur les protocoles officiels21 ; le processus graduel à l’issue duquel, au fil d’épreuves peu visibles et restées longtemps peu connectées entre elles, la question des perturbateurs endocriniens est devenue centrale dans les politiques sanitaires et environnementales, notamment via l’Agence européenne de l’environnement, amorçant la redéfinition, non sans conflits entre groupes et réseaux d’influence, des instruments et des métrologies, des concepts et des politiques publiques en matière d’exposition aux risques chimiques.

Contingence, indétermination, ouverture continue du futur

  • 22 Entretien à l’Agence sanitaire environnementale (ANSES) automne 2014.
  • 23 Le débat public sur le projet d’enfouissement des déchets radioactifs organisé en 2013 par la Commi (...)

21« Nous sommes dans un monde dans lequel on n’en finit pas d’être alarmé et dans lequel les évaluations de risques basculent très vite en polémiques. » Ce diagnostic posé par un expert en santé environnementale suscite l’acquiescement immédiat du sociologue. Chacun, de son point d’observation, ou plutôt dans sa logique d’action, constate que, même dans un domaine relativement spécialisé, la quantité d’informations et de discussions qu’il faut intégrer est « proprement astronomique », et que le degré de certitude sur ce que l’on sait, ce que l’on ignore, ce que l’on sait ou ignore ne pas savoir, ne cesse de varier22. Sur les terrains les plus divers, les acteurs mentionnent l’importance des flux numériques qui, en changeant la logique des épreuves publiques, c’est-à-dire les modes de circulation et les formes d’argumentation, ont transformé la fabrique des acteurs et des arguments. Le fait qu’à propos de n’importe quel événement, étude, déclaration, le lecteur d’un texte ou l’auditeur d’un discours puisse mener l’enquête sur la toile, prendre connaissance des éléments d’une cause publique et en débattre, a changé les modalités de l’enquête sociologique (Chateauraynaud, 2014). D’un autre côté, un doute se propage sur la consistance de ces prises d’informations : alors que les causes mettaient beaucoup de temps à s’imposer dans les arènes publiques, elles sont plus vite frappées par la violence polémique (Amossy, 2010 ; Lewiñski, 2010). Leurs rebondissements, leurs entrelacements permanents, caractérisent leur mode d’existence publique. Parmi les tensions vécues intensément par les acteurs, il y a celle qui met en balance une trop grande ouverture des rapprochements et des connexions – « tout est lié », « il nous faut une pensée globale », « l’anthropocène crée de nouvelles interdépendances » – et une trop forte réduction de l’objet, destinée à en garder le contrôle, au risque de le voir disparaître dans la hiérarchie des préoccupations communes, ou d’engendrer une contestation du cadrage (framing), comme dans le cas emblématique des déchets radioactifs23.

22L’entrée par les processus touffus et hétérogènes que chaque cause publique rend manifestes, s’oppose aux formes de totalisation visant la caractérisation d’un système dont les évolutions, chaotiques en apparence, seraient, prises en tendance longue, globalement prévisibles. La pragmatique des transformations ne connaît pas, par avance, la bonne interprétation des processus, même lorsqu’il s’agit de statuer sur l’emprise croissante d’un capitalisme néolibéral appuyé par les technosciences (Pellizzoni & Ylonen, 2012 ; Pestre, 2014). Si l’on suit Dominique Pestre, l’approche pragmatique aurait pour défaut de générer un foisonnement de descriptions locales et d’interprétations situées, dont l’absence de mise en perspective globale contribuerait au désamorçage de la critique, voire à son internalisation par le système dominant. La propension à la totalisation systémique ne peut pourtant esquiver la question de sa propre balistique : qui porte les concepts globaux, dans quels processus critiques, en construisant quels publics, et surtout quelles prises pour l’action collective et la fabrique de contre-pouvoirs ? Comment s’opère le recodage de la multiplicité des expériences au cœur des milieux, tant il est manifeste qu’à côté, ou en dessous, des formes de gouvernement se déploient des forces non gouvernées ou ingouvernables ? En refusant de fixer par avance, et à la place des auteurs-acteurs, les rapports entre séries passées, situations présentes et trajectoires futures, une pragmatique des transformations s’oppose à la délégitimation de l’enquête ouverte aux surprises du terrain et à l’interprétation ancrée des situations. Il apparaît ici une convergence des méthodes de la pragmatique des transformations et de la conception de l’histoire que l’on peut lire dans les œuvres de Dewey ou Mead. L’indétermination des séries causales, et surtout la manière dont elles sont réengagées dans un horizon de possibilités ouvertes, conduit à une autre démarche critique qui ne présuppose pas une position de surplomb nécessaire au dévoilement de causes plus fondamentales. C’est dans le même mouvement, à la croisée des plans épistémiques et axiologiques, que l’approche pragmatique se rebelle contre la surenchère des montées en généralité. Non seulement les processus sont contingents et les futurs indéterminés, mais, dans leurs milieux, aux prises avec toutes sortes de pratiques et de dispositifs, les personnes et les groupes explorent continûment les possibles, renvoyant à l’enquêteur une philosophie résolument non-déterministe du vivant (Simonneau, 2010). La contingence dont il est question désigne l’ouverture des possibles dans chaque épreuve. Elle renvoie à ce que Claude Lefort (1986, p. 25) mettait au cœur de l’idée même de démocratie, à savoir l’indétermination du futur :

Tant que l’aventure démocratique se poursuit et que les termes de la contradiction se déplacent, le sens de ce qui advient demeure en suspens. La démocratie se révèle ainsi la société historique par excellence, société qui, dans sa forme, accueille et préserve l’indétermination, en contraste remarquable avec le totalitarisme qui, s’édifiant sous le signe de la création de l’homme nouveau, s’agence en réalité contre cette indétermination, prétend détenir la loi de son organisation et de son développement, se dessine secrètement dans le monde moderne comme société sans histoire.

23Autant dire qu’une histoire pragmatique ne peut qu’assumer l’indétermination et la contingence des processus. Contre la téléologie qui, à coups de grand récit, nous conte la mise en place de technopouvoirs, on peut se donner pour tâche de révéler, dans le même mouvement, ce qui échappe aux formes de gouvernement et ce qui s’impose, dans des lieux et à des moments précis, comme ingouvernable. Lorsque montent des contestations ou des confrontations, leur portée n’est jamais jouée d’avance. À force de lire et d’entendre que le « système » absorbe toute la critique, on finit par se demander si les meilleurs véhicules de cette endogénéisation ne sont pas ceux-là mêmes qui en énoncent la fatalité ! Mais la meilleure manière de traiter les nouvelles figures téléologiques est encore de les replacer dans le jeu historique des formes de la critique qui s’expriment au cœur des controverses et des conflits.

Régimes de la critique en tension

24L’examen des opérations critiques est un des marqueurs méthodologiques de la sociologie pragmatique francophone, même si des désaccords persistent sur les conséquences morales et politiques de la mise à distance des théories critiques (Boltanski, 2009 ; Barthe et al., 2013). Empiriquement parlant, il est important de spécifier de quelle critique on parle. Pas de doute, chaque controverse publique rend manifeste un partage entre l’acceptable et l’inacceptable. Et ce partage change de sens selon la forme et l’objet de la critique : discussion technique, critique procédurale, dénonciation d’une injustice, ou critique radicale d’un système. En distinguant plus précisément différents régimes de la critique, on comprend mieux pourquoi certaines confrontations créent des points d’irréversibilité dans la trajectoire d’un problème public.

25Le premier régime observable est celui de la critique technique, ou procédurale. Il renvoie à la contestation des calculs et des méthodes, des choix techniques et des dispositifs d’évaluation – comme dans le cas très documenté de la mise en balance des coûts et des bénéfices supposée subsumer la problématique des risques dans son ensemble. Cette formule sied particulièrement aux porteurs de projets, puisque leur cadrage initial n’est pas fondamentalement remis en cause et que la critique alimente, via la délibération, un processus de co-construction (Jasanoff, 2004). Lorsque les acteurs s’accordent sur ce régime, l’expertise et la décision s’enrichissent graduellement des questions et des observations. Si la trajectoire prévue subit des inflexions, comme dans les figures spectaculaires de liaisons ferroviaires à grande vitesse, de lignes électriques, d’incinérateurs, de barrages ou d’aéroports, le projet peut finalement obtenir l’assentiment du plus grand nombre d’acteurs concernés. A minima, les promoteurs peuvent réussir à faire taire la critique : les prises critiques sont défaites une à une, soit par endogénéisation (prise en compte des points soulevés dans les aspects techniques ou procéduraux), soit par contournement (on change les paramètres, par exemple en jouant sur la localisation, la temporalité ou l’extension d’un projet, de façon à toucher des milieux plus favorables). Cela dit, même dans le cas d’une acceptabilité fondée sur l’épuisement de la critique technique et procédurale, le soupçon de corruption et de conflit d’intérêts n’est pas évacué. De fait, l’accord est vite rompu si les relations de délégation basculent dans la défiance, comme lorsque naissent les conditions de l’éclatement d’un scandale – lequel fait rapidement passer dans le deuxième régime critique. Ce qu’il importe de retenir, c’est que la critique technique, ou procédurale, engendre déjà de l’historicité, puisqu’elle produit des inflexions, des réaménagements, des modifications dans les objets et les dispositifs et, ce faisant, crée les conditions d’expériences futures – comme dans le cas, bien documenté, des usagers ou des riverains qui découvrent, après coup, que des choix techniques ont transformé leur forme de vie.

26Le deuxième régime est fondé sur la critique en justice, déjà beaucoup plus dérangeante pour les pouvoirs (Hermitte, 2013 ; Jobin, 2013). C’est là que se constituent des victimes, réelles ou potentielles, dont le sort ne peut être traité par le mépris (Honneth, 2008), sans produire, via de longs processus souterrains, du ressassement et du ressentiment, voire des effets rebonds ouvrant sur un cycle de violence politique. Le mouvement de la justice environnementale, né aux États-Unis dans le prolongement du mouvement des droits civiques (Sze, 2007), montre comment l’inacceptable se décline durablement en injustice. La forme du procès reste la voie la plus utilisée, mais le répertoire d’action est extrêmement fourni pour exprimer une indignation ou une colère légitime (Jasper, 1998). Les figures de réparation, depuis le dédommagement jusqu’à la reconnaissance, jouent un rôle majeur puisqu’elles sont au principe de la clôture ou de la relance de la critique, laquelle prépare le basculement dans le régime plus ouvertement politique.

  • 24 La « crise de l’altermondialisme » a inspiré une critique féroce du fonctionnement en « meutes déso (...)

27Le troisième régime est donc celui de la critique radicale du « système ». Elle est plutôt portée par des minorités, mais, dans certains contextes, celles-ci parviennent à fédérer les mouvements. La mise en cause porte tour à tour sur la domination économique, le modèle de développement, l’emprise du système technoscientifique, ou encore l’imposition de normes culturelles. Le cas des OGM est de nouveau exemplaire, et, dans le cas français au moins, celui des gaz de schiste s’en inspire (Chateauraynaud & Zittoun, 2014). Une critique radicale portée par des groupes très particuliers, constitués autour d’une activité ou d’une forme de vie (e.g. des néo-ruraux promoteurs d’une agriculture paysanne et d’une écologie radicale), vise à faire sauter les verrous de la seule critique procédurale, ou technique, ou de la seule dénonciation d’injustice affectant des cibles déterminées, pour enclencher un processus de mobilisation générale conduisant non seulement au retrait d’un projet ou d’une technologie, mais aussi et surtout le modèle politique et économique qui le sous-tend. Ce faisant, les acteurs entrent dans un rapport de force durable, ce qui crée une série de précédents, d’actions, de décisions ou de prises de position exemplaires, réutilisables par d’autres. La cible n’est autre que le modèle de société, la forme de développement et le type d’économie politique. La généralisation la plus épurée de cette revendication d’alternative a longtemps été portée par l’alter-mondialisme, dont le (contre-)sommet des peuples à Rio+20, en juin 2012, a tenté de réactualiser les thèmes et les arguments, tout en enregistrant une perte de portée politique. L’histoire reste néanmoins ouverte, comme le montrent des rebonds, plus locaux dans un premier temps, à l’instar des mouvements Syriza et Podemos en Europe du Sud24.

  • 25 Si le « système » figure dans une prose radicale comme celle du Comité invisible dans L’insurrectio (...)

28Avec le renouveau de la critique qui s’est surtout manifesté au début des années 2000, ou plutôt fin 1999 avec la mobilisation contestataire de Seattle contre l’OMC, la notion de « système » est revenue au centre des figures de dénonciation25. Les contre-discours en circulation, souvent qualifiés de « discours anti-système », réengendrent une pensée critique du « système » aux visages multiples : « système capitaliste », « néolibéralisme », « système-monde », « système global », « global-politique », « finance mondiale », « pouvoir des technosciences », « néo-rationalité », etc. Aujourd’hui mise à distance par les sciences sociales, la notion de système, qui, bien après l’architectonique kantienne, s’est progressivement nourrie de toutes les ambiguïtés, depuis l’écologie (le terme d’écosystème date des années 1930), la théorie de l’information et la cybernétique, jusqu’aux théories de la complexité, en passant par la théorie des organisations et le fonctionnalisme, est essentiellement présente dans des énoncés critiques. La référence au « système » introduit deux éléments majeurs dans les raisonnements. D’abord, une téléologie. Les différents processus sont jaugés en référence à l’état d’un système, dont l’équilibre constitue la finalité, et dont on étudie les conditions de « retour à l’équilibre », ou les « capacités d’adaptation ». Ensuite, le « système » renvoie à l’unification d’un espace de calcul. L’emprise de la logique computationnelle (ou « computationalisme ») tend à homogénéiser les outils d’appréhension des événements et des processus. Tout ce qui advient doit être évalué à partir d’un ensemble réduit de principes d’équivalence (croissance du PIB, émission de CO2, consommation d’énergie, coût marginal, connectivité, obsolescence, indicateurs sanitaires et environnementaux comme l’espérance de vie, le bon état écologique ou la disponibilité d’une ressource, etc.).

29Arrivés à ce point, on comprend mieux pourquoi la question de la fédération des causes, appelée ailleurs « coalition discursive » (Hajer, 2005), est très importante dans l’analyse des controverses. Les dossiers, et les processus critiques qu’ils traversent, ne sont pas indépendants et donnent lieu à des transpositions, ou des convergences, ce qui nourrit en retour les controverses sur les objets en cause. Il faut donc constamment se placer en amont des opérations de cadrage (framing) par lesquelles se fixent, mais aussi se déplacent ou se déforment, les objets de controverse. On ne peut oublier ici de rappeler la pertinence analytique du triptyque proposé par Marcelo Dascal (2008), lorsqu’il distingue la discussion, la controverse et la dispute.

30Dans la discussion, les participants visent avant tout la coopération. Cela ne signifie pas que tout y est simple et monotone, car cela peut prendre du temps. La discussion peut être interrompue par des moments de tension, par des crises, mais il est toujours possible de « reprendre la discussion ». Dans la discussion, les échanges d’arguments sont marqués par une activité collaborative visant la clarification, la sélection et la coordination des arguments en vue d’une décision collective. Une école d’argumentation, longtemps dirigée par Frans van Eemeren aux Pays-Bas (Van Eemeren & Garssen, 2008), a particulièrement développé l’analyse des processus par lesquels les protagonistes visent la résolution des tensions ou des contradictions en entrant dans un processus argumentatif de nature coopérative.

31À l’opposé, sur le même continuum, Dascal place la dispute. La loi du plus fort est l’horizon de développement de toute dispute, ce qui n’avait pas échappé aux sophistes, et encore moins à Schopenhauer dans son célèbre Traité d’éristique, ou l’art d’avoir toujours raison. Avec la dispute, on ouvre une épreuve de force dont on ne connaît pas vraiment le terme, et dans le meilleur des cas, on s’en tient au constat d’un profond désaccord (deep disagreement).

32Et Marcelo Dascal de loger la controverse comme une figure instable entre les deux précédentes. La controverse peut ainsi conduire vers la coopération, l’accord ou le consensus, ou, au contraire, vers le dissensus, le désaccord, le différend. Dans ce contexte, l’argumentation joue le rôle de distributeur des points de convergence et de divergence. Si, le plus souvent, les acteurs argumentent en faveur de leurs causes sans intention de changer de position, ils sont conduits à faire des concessions, à laisser tomber des pans entiers d’arguments, à reprendre au moins partiellement le point de vue des autres. Et si l’argumentation va plutôt vers la séparation des points de vue que vers leur conciliation, la controverse a pour vertu de clarifier les attachements, les valeurs, les formes de raisonnement. C’est ce qui permet de voir dans certaines controverses des conflits réussis.

33En se plaçant aux points de distribution des différents processus possibles, sans les finaliser par avance, la sociologie contribue à l’intelligibilité de trajectoires non-linéaires (Bessin, Bidart & Grassetti, 2009), faites d’imprévisibles rebondissements. De nouveaux chantiers s’ouvrent sur l’historicité de l’action et du jugement. Il ne s’agit pas seulement de collectionner des « case studies », mais de se donner les moyens de comprendre ce qui, dans un contexte historique donné, fait argument, et de cerner ce qui fait basculer ou bouger un ensemble de valeurs ou de croyances. Car si les controverses de longue portée rendent visibles des positions arrêtées, comme figées dans le temps, elles rendent aussi manifestes des processus de révision et des modifications parfois profondes des dispositifs d’action et de décision : une doctrine de sûreté complètement revue après Fukushima, un rapport de force transformé entre les modèles agricoles après les mobilisations anti-OGM, des choix énergétiques affirmés lorsque les énergies renouvelables sont préférées au gaz de schiste, avec des variations notables selon les pays et les configurations politiques, mais que les acteurs économiques peuvent difficilement ignorer.

  • 26 C’est le cas par exemple autour du fameux Traité transatlantique (TAFTA), contre lequel se mobilise (...)
  • 27 « Des singularités, il y en a de toutes sortes, toujours venues du dehors : singularités de pouvoir (...)

34Les descriptions fines portées par les enquêtes pragmatiques sur les alertes et les controverses conduisent ainsi à relativiser l’idée de l’emprise d’un système unifié. Il y a d’innombrables esquisses de systèmes, et de multiples acteurs ont le projet d’en forger la structure en cherchant à verrouiller l’espace des possibles dans la confection des normes et des dispositifs. Mais, dans le même temps, d’autres acteurs, voyant se former les lignes de force d’un « système », scrutent ses lignes de faille, s’activent pour le dénoncer, le dérouter ou le déconstruire26. Bref, l’idée qu’UN système, par exemple un système néolibéral fondé sur les technosciences, configure réellement le monde n’est pas validée par la description et l’analyse des processus critiques dans lesquels se révèlent autant d’irréductibilités et de singularités que d’incommensurabilités. Les trois notions ne recouvrent pas les mêmes formes d’expérience, puisque l’irréductibilité suppose une intention de réduction, la singularité une opération de généralisation, et l’incommensurabilité l’expression de différends ou de visions du monde antagonistes27. Si, pour le penseur militant, l’art politique doit consister à rendre le monde gouvernable malgré l’absence de convergence des milieux et des dispositifs dans une représentation unifiée à la hauteur des enjeux globaux (Bourg & Whiteside, 2010), pour le sociologue pragmatiste, le pluralisme et l’ouverture continue des possibles émergent continûment de l’inépuisable réserve des expériences.

Sept maximes pragmatistes au cœur de la pragmatique des transformations

Le pragmatiste tourne le dos, résolument et une fois pour toutes, à une foule d’habitudes invétérées chères aux philosophes de profession. Il se détourne de l’abstraction ; de tout ce qui rend la pensée inadéquate, – solutions toutes verbales, mauvaises raisons a priori, systèmes clos et fermés ; – de tout ce qui est un soi-disant absolu ou une prétendue origine, pour se tourner vers la pensée concrète et adéquate, vers les faits, vers l’action efficace. Le pragmatisme rompt ainsi avec le tempérament qui fait l’empirisme courant, comme avec le tempérament rationaliste. Le grand air, la nature avec tout le possible qu’elle renferme, voilà ce que signifie le pragmatisme prenant position contre le dogme, contre les théories artificielles, contre le faux-semblant d’un caractère téléologique que l’on prétend voir dans la vérité. Il faut remarquer, en même temps, que le pragmatisme ne prend position pour aucune solution particulière. Il n’est qu’une méthode. (William James, 2007)

35Le pragmatisme est sans doute plus qu’une méthode, ne serait-ce que par les modifications ontologiques que produit l’attention aux entités qui émergent des processus les plus fins au cœur de l’expérience pratique. Il reste qu’en revisitant les notions de processus et de durée, l’approche par les transformations s’est nourrie de plusieurs préceptes pragmatistes. Les textes des pères fondateurs ont été intégrés graduellement, moins dans un objectif académique ou formel que pour contribuer à la reformulation des questions posées à l’enquête par des processus sociaux non conventionnels. Ce faisant, le questionnement porté au cœur même de l’activité descriptive et analytique du chercheur croise les problématiques historiennes qui interrogent les formes d’action et les logiques pratiques (Cohen, 2013). Le dialogue ouvert entre sociologie et histoire fournit l’occasion d’expliciter la position ou, plutôt, l’usage des principales maximes pragmatistes, et de caractériser par là même le type d’historicité en jeu dans l’analyse des controverses de longue durée.

36La première maxime qui s’impose est celle du primat de l’expérience, dont on trouve les meilleures formulations dans l’œuvre de William James. Saisie à travers l’activité perceptuelle dans le monde sensible, la notion d’expérience engage avant tout une sociologie des affects et des percepts. Dans l’acception qui lui est donnée ici, l’expérience est liée au concept de « prise », qui était au cœur de la première version de la sociologie de la perception, afin de saisir les allers-retours constants entre représentations (repères) et mondes sensibles (plis) (Bessy & Chateauraynaud, 2014). C’est en étendant par la suite l’étude de la fabrique des prises ordinaires, et extraordinaires, aux questions d’attention et de vigilance, que la figure du lanceur d’alerte a pu être forgée. L’alerte prend forme sur fond d’attention-vigilance, et donc d’un travail perceptuel, dont il s’agit de restituer positivement l’expérience contre la réduction de la perception ordinaire dans la logique des croyances et des opinions, ou encore dans celle des biais cognitifs (Luneau, 2015). Si la perception est entendue au sens de Merleau-Ponty, comme faculté première de l’être-au-monde, une reformulation pragmatique permet d’en étendre la portée au-delà de la seule phénoménologie, en prolongeant le mouvement ouvert par Alfred Schütz vers les interactions continues entre milieux et dispositifs d’expression, ce qui conduit à rencontrer en chemin l’approche de la perception développée par Tim Ingold (2000, 2011) dans son anthropologie de l’environnement. Si Ingold ne s’appuie pas sur les pragmatistes américains, la façon dont il oppose le plan du sensible à celui du calcul revient de fait à promouvoir le primat de l’expérience.

37La dimension processuelle et le caractère graduel de la production des arguments et des épreuves de vérité appellent une épistémologie pragmatique qui résonne non seulement avec la conception de l’enquête de John Dewey mais aussi avec l’importance accordée à la production des questions et des hypothèses au cœur de la logique abductive de Peirce (Chauviré, 2004). L’abduction s’impose d’autant plus fortement que l’on a affaire à des objets controversés et à des acteurs en proie à de nombreuses sources d’ignorance, d’incertitude et d’indétermination. En regardant comment se forgent, au fil des processus critiques, des degrés de tangibilité et des attitudes épistémiques (des degrés de conviction), on peut relier l’idée de processus de transformation à celle d’élaboration graduelle des preuves par la logique de l’enquête (Chateauraynaud, 2004).

  • 28 Roberto Frega propose de distinguer les effets et les conséquences. Selon lui, la référence aux eff (...)

38Plus classique, la maxime qui est souvent considérée comme synonyme de pragmatisme, est celle qui concerne la prédominance du raisonnement par les conséquences. Elle est d’autant plus centrale pour les enquêtes que s’y jouent, à la fois, la prise en compte et l’évaluation critique des arguments, défendus ou attaqués pour leurs conséquences (Angenot, 2008), et, dans le même mouvement, une claire orientation vers le futur, ou plutôt les futurs, qu’ils soient jugés plausibles, probables ou certains28. L’étude des alertes et des controverses conduit à distinguer au moins deux formes de conséquentialisme : un conséquentialisme borné, compatible avec le raisonnement probabiliste et la théorie de l’action rationnelle dès lors que l’on peut établir un espace de calcul liant des causes et des conséquences (comme dans le raisonnement bénéfices/risques) ; un conséquentialisme ouvert, qui prend en compte la découverte graduelle et controversée de conséquences qui ne se révèlent qu’au fur et à mesure – ce qui recoupe la gradualité de l’enquête et de la saisie des phénomènes. Il est beaucoup de cas où l’on ne peut pas (encore) tirer toutes les conséquences d’un événement ou d’une action : il faut à la fois de la durée et de la concertation, et entrer dans une logique abductive puisque l’on n’est plus dans un contexte cognitif défini par une alternance de déduction et d’induction.

  • 29 On peut noter la contribution inattendue à la valorisation de l’enquête collective de la part de Da (...)

39La maxime suivante concerne la mise en discussion publique des problèmes et la formation des collectifs d’enquêteurs. Dewey en a fixé la formule dans Le public et ses problèmes (2010), et on ne cesse d’observer l’émergence de nouveaux publics concernés au fil des alertes, des controverses ou des décisions publiques. Les liens entre le pragmatisme des origines et les théories de la démocratie participative, ouverte à la pluralité des publics et à leurs formes d’organisation collective, sont aujourd’hui plutôt frayés (Zask, 2011). L’accumulation des exemples de pénétration de publics jugés illégitimes dans des arènes jusqu’alors réservées ou confinées, placées en vain sous le contrôle d’experts officiels, confirme l’hypothèse d’une « intelligence collective », dont la portée est sans commune mesure avec ce qui a longtemps été l’apanage de modèles cognitifs centrés sur l’individu conçu comme centre autonome de raisonnement29.

  • 30 Voir dans le présent volume, la discussion de l’« agence » (agency) par Fanny Gallot.
  • 31 Voir sur ce point le volume de « Raisons pratiques » coordonné par Christiane Chauviré et Albert Og (...)

40L’orientation vers l’action plutôt que vers la clôture de la représentation est un autre précepte partagé par la sociologie pragmatique et la philosophie pragmatiste. Cette orientation vers l’action a des conséquences sur la manière d’entrer dans les cas et d’en organiser la description. Il reste toutefois à préciser ce que l’on entend par action. Si l’on admet qu’il n’y a pas d’action sans dispositif intentionnel, fut-il révélé ex post, et sans une multiplicité d’agents, ou d’actants, ayant des capacités distinctes mais distribuées, comme dans la théorie de l’agency30, il faut pouvoir discerner dans les processus comment se forment les intentions, les buts, les plans ou les visées des entités en présence, lorsque des stratégies sont attribuées à des personnes, des groupes ou des institutions – ce qui engage toute une ontologie du social. De ce point de vue, une pragmatique des transformations s’efforce d’éviter les apories, aussi bien des théories de l’action restées captives du modèle de l’acteur rationnel, que des théories de l’agence qui perdent en finesse analytique en laissant indéterminées les puissances d’agir des différentes entités. Ce qui ressort des processus observés, c’est que les capacités d’action mettent du temps à se former. Elles ne sont pas immédiatement données, ou seulement après incorporation comme autant de routines, de régularités ou d’habitudes au fil de longues épreuves antérieures31. Les dispositions aussi sont en transformation et, a minima, nécessitent un travail d’entretien, de maintien ou de maintenance. La fabrique des prises dans la longue durée fait partie des objets dérivés de la sociologie pragmatique des controverses attentive aux modalités d’apprentissage des acteurs (Bessy & Chateauraynaud, 2014).

41Le pluralisme des modèles et des valeurs va tellement de soi, dans la démarche adoptée face à l’incommensurabilité des positions et l’irréductibilité des milieux en lice dans les controverses, que l’on omet parfois d’en réexpliciter les fondements. C’est là que le retour aux textes philosophiques montre sa fécondité. Le pragmatisme étant fondé sur la rupture avec toute idée de doctrine, la recherche y est entendue comme ouverture continue du questionnement et mise en variation des expériences, et non comme le déploiement d’un cahier des charges au service d’une communauté détentrice du trousseau de clés ouvrant les portes de l’action et du jugement. Mais le pluralisme signifie aussi une ouverture au surgissement et à l’incongruité, à ce qui n’était pas présent dans les formulations initiales, et, comme on le voit à propos du risque de téléologie, une exploration continue des futurs, et donc aussi des variations imaginaires – lorsque des expériences de pensée ou des récits de science-fiction participent de la fabrique de l’espace des possibles.

42Il reste une dernière dimension saillante, plus rarement signalée dans la littérature autour du pragmatisme : la réversibilité des places et des positions de pouvoir. C’est ici que s’impose une articulation en profondeur d’une pragmatique du public et d’une sociologie du conflit. La réversibilité des pouvoirs, leur renversement ou leur renouvellement continu est une dimension majeure du pragmatisme, au moins chez Dewey et Mead, qui étaient plutôt lucides sur l’importance des inégalités et des ressorts de l’influence sociale. La question du pouvoir semble néanmoins échapper à l’enquête. On a montré qu’en prenant en compte la fabrique des micro-pouvoirs, le chercheur n’était pas pour autant condamné à une épistémologie du dévoilement : il peut intégrer, comme étant constitutifs des processus étudiés, les asymétries de prises et les relations d’emprise dont les personnes et les groupes font l’expérience (Chateauraynaud, 2015).

  • 32 La figure du ricochet est plus discrète mais plus esthétique. C’est l’occasion de citer ici un des (...)
  • 33 Pour une analyse des effets des mobilisations sur les pratiques, et vice versa, dans le cas des « s (...)

43Ces maximes prennent tout leur sens lorsqu’on s’attache, à travers les enquêtes, à explorer les milieux en interaction. Le caractère indéterminé des processus provient d’échanges, de frictions, irréductibles, multiples et largement imprévisibles dans leurs effets d’entraînement, depuis la figure du boomerang à celle de la boule de neige, en passant par celle du ricochet32. On a vu l’importance des points d’irréversibilité, ou des moments de basculement, des épreuves de reformulation, ou de retotalisation des processus en cause. Pour comprendre le sens que leur donnent les personnes et les groupes, et les prises dont ils disposent ou qu’ils cherchent à élaborer, il faut relier les expressions publiques, les récits et les arguments aux activités pratiques et aux interactions les plus ordinaires. La portée d’un surgissement, d’une rupture ou d’un basculement doit s’entendre dans les deux sens : quelles sont les pratiques et les activités qui sont les plus affectées, et quelle forme de rétroaction produisent les manières de prendre et d’interpréter les épreuves publiques. Leur répercussion sur les formes de vie est toujours incertaine, même si des cohortes d’acteurs tentent de les mesurer en cherchant à saisir l’impact d’un débat, d’une crise ou d’une catastrophe sur l’« opinion publique ». Face à l’entrée par des représentations agrégées dans les catégories dominantes, l’approche pragmatique préfère l’attention à ce que les acteurs disent, ou ne disent pas, de leurs activités pratiques. Que change l’entrée fracassante des perturbateurs endocriniens dans l’activité d’expertise d’une agence sanitaire ? Comment se redéfinissent, après Fukushima et la promotion des « stress-tests » par la Commission européenne, les évaluations pratiques des dispositifs de sûreté sur un site nucléaire, qu’il soit en construction (EPR), en cours de prolongement, ou en voie de fermeture (Fessenheim) ? Comment opèrent les agriculteurs et les semenciers sur le terrain, dès lors que les tensions autour des droits sur les lignées végétales ont été poussées à l’extrême par le conflit des OGM33 ? Dans chacun des dossiers suivis, on voit se déployer des logiques argumentatives au service d’une cause ou d’une position, et des logiques narratives faisant remonter, dans des dispositifs d’expression, dont la portée est très inégale du fait de l’importance des médias dans les processus critiques, les expériences d’acteurs jusqu’alors silencieux, pris dans leurs milieux et leurs formes de vie. Autrement dit, suivre les alertes et les controverses sur de longues séquences temporelles, c’est également contribuer à une histoire des pratiques, à leurs formes d’expression et de représentation, aux types de friction ou de transformation qu’elles subissent – et qui sont au principe de formes d’indignation et de colère légitime sur le terrain (Tsing, 2005).

  • 34 Selon l’expression inscrite dans les textes officiels par la convention d’Aarhus qui, en Europe, es (...)

44Dans la dynamique des controverses, nous n’avons pas toujours affaire à deux camps disposés face à face, comme dans la figure de l’agon. De multiples acteurs entrent en lice de manière désordonnée et viennent peser plus ou moins fortement sur la trajectoire des dossiers. Lorsque, en Allemagne, des brasseurs de bière se sont mêlés des projets d’exploration et d’exploitation des gaz de schiste, ou, dans le dossier des OGM, quand des apiculteurs ont ouvert les cortèges contre les cultures transgéniques au nom des risques pour les abeilles et la biodiversité en général, des intérêts et des représentations, qui n’étaient pas nécessairement prédéfinis, ou en tout cas exprimés, se forment ou se réforment, en modifiant l’espace de calcul – sans lequel il n’est guère possible d’inférer des intérêts. C’est d’ailleurs parce que toute apparition d’un nouvel acteur fait potentiellement vaciller des représentations établies – y compris sur ce que sont et ce que font tels ou tels acteurs – que tout surgissement fait l’objet de disputes dans la dispute. On peut analyser ces phénomènes pour eux-mêmes, mais ils fonctionnent comme des révélateurs des milieux en cause, dont la mobilisation ou l’interpellation traduisent le concernement – notion issue du pragmatisme et consacrée par des textes internationaux sous la forme des « publics concernés » (public concerned34).

Conclusion

45La logique d’enquête préconisée par la pragmatique des transformations accorde une importance particulière aux éléments qui viennent heurter les procédures, les scénarisations, les arguments qui avaient été stabilisés publiquement. La cristallisation des espaces de représentation et des répertoires normatifs permet aux sciences sociales de décrire, sous des catégories créant une illusion de permanence, des promoteurs et des contestataires bien identifiés. En réalité, l’idée d’un camp des « contestataires » est un artefact aussi pernicieux pour la compréhension fine des dynamiques à l’œuvre que celle d’un camp des « décideurs » bien unifié. Dans plusieurs dossiers, les porteurs de la critique et les acteurs de la protestation ne sont pas toujours les mêmes, leurs alliances et leurs coalitions, leurs appuis et leurs prises collectives varient au fil des événements. Sous la notion de controverse, nous n’avons donc pas affaire à des espaces plans sur lesquels se projetteraient simplement des jeux d’acteurs et d’arguments, mais bien à des processus non-linéaires faits de déplacements et de rebondissements. En décrivant, dans le même mouvement, l’évolution des dispositifs d’expression publique et celle des formes de vie saisies en interaction, l’orientation pragmatique assume une approche réaliste centrée sur les prises à l’œuvre dans des activités situées. N’est-ce pas une option des plus discutables alors que s’impose la référence à des problèmes globaux et que se déploie la mise en scène de l’anthropocène ? C’est précisément un des enjeux du pragmatisme sociologique et des relations qu’il peut faire fructifier avec l’histoire : sortir des impasses engendrées par le maniement continu d’entéléchies sans visage en prenant appui sur les multiples manières dont les personnes et les groupes élaborent leurs prises sur les phénomènes, et organisent le partage des expériences, plus ou moins outillées ou instrumentées. En regardant ce qui, au fil d’épreuves répétées, nourrit la perception commune de la réalité, l’enquête rend visible la production de facultés d’adaptation, d’invention ou de déplacement, sans lesquelles les prophéties de la fin de l’histoire ont vite fait de reprendre le pouvoir.

46Après l’opposition entre empirisme et intellectualisme qui a longtemps marqué les disputes à la croisée de la philosophie et des sciences sociales, la période qui s’ouvre nous place devant un nouveau risque de rupture épistémique : d’un côté, un processus de fragmentation descriptif et analytique (accumulation de case studies et de grilles d’analyse ad hoc qui ne communiquent pas entre elles) et, de l’autre, un mouvement de retotalisation ou d’intégration théorique ou méta-théorique visant la remise en ordre de ce que Jean-Michel Berthelot (1992) appelait les « schèmes d’intelligibilité » du social, et propre à soutenir de nouvelles doctrines. Se ranger sous la bannière du pragmatisme, c’est refuser ce double écueil, en permettant l’enrichissement continu et collaboratif des analyses et des enquêtes menées au contact de toutes sortes de dispositifs et de milieux. Il ne s’agit donc pas de proposer une nouvelle vision surplombante de ce qui arrive au monde, pensé dans son insaisissable totalité, qui ressemble à ce que Timothy Morton (2013) désigne par l’expression d’« hyper objet », mais de contribuer à la production de concepts et d’outils dont les acteurs eux-mêmes élaborent, pas à pas, la mise en variation et le sens pratique. Comme l’a montré l’expérience des lanceurs d’alerte, concept né au cœur de la sociologie pragmatique, ou, plus récemment, la réorientation de la sociologie des futurs, rapprochant le pragmatisme et l’anthropologie prospective de Gaston Berger (Cazes, 2008), l’attention aux dynamiques des mondes sociaux prend aussi en compte les effets des concepts et des outils forgés par la sociologie. Et, au vu des enjeux permanents de réécriture du passé, il ne peut qu’en aller de même en histoire. Ce qui correspond en tout point à la fameuse maxime de Peirce (1986, p. 365) : « Considérer quels sont les effets pratiques que nous pensons pouvoir être produits par l’objet de notre conception. La conception de tous ces effets est la conception complète de l’objet. »

Bibliographie

Abbott Andrew (2001), « On the Concept of Turning Point », in Id., Time Matters. On Theory and Methods, Chicago, The University of Chicago Press.

Amossy Ruth (2010), « “Flaming” and Polemical Discourse on the Net : Towards a Rhetoric of Dissent », Paper presented at the 7th Conference of the International Society for the Study of Argumentation, Amsterdam.

Amossy Ruth (2012), « Faut-il intégrer l’argumentation dans l’analyse du discours ? Problématiques et enjeux », Argumentation et Analyse du Discours, 9/2012, [aad.revues.org/1346].

Angenot Marc (2008), Dialogues de sourds. Traité de rhétorique analogique, Paris, Mille et une nuits.

Barthe Yannick, De Blic Damien, Heurtin Jean-Philippe, Lagneau Éric, Lemieux Cyril, Linhardt Dominique, Moreau de Bellaing Cédric, Rémy Catherine & Danny Trom (2013), « Sociologie pragmatique : mode d’emploi », Politix, 3 (103), p. 175-204.

Beamish Tom (2002), Silent Spill. The Organization of an Industrial Crisis, Cambridge, The MIT Press.

Beck Ulrich (1992), Risk Society : Towards a New Modernity, Londres, Sage Publications [1986].

Beck Ulrich (2009), World at Risk, Cambridge, Polity Press [2007].

Berthelot Jean-Michel (1992), L’intelligence du social, Paris, Presses universitaires de France.

Bessin Marc, Bidart Claire & Michel Grossetti (eds) (2009), Bifurcations. Les sciences sociales face aux ruptures et à l’événement, Paris, La Découverte.

Bessy Christian & Francis Chateauraynaud (2014), « L’attention aux choses. Chemins pragmatiques de l’authenticité », in Id., Experts et faussaires (deuxième édition), Paris, Éditions Pétra, p. 431-504.

Boltanski Luc (2009), De la critique. Précis de sociologie de l’émancipation, Paris, Gallimard.

Bourg Dominique & Kerry Whiteside (2010), Vers une démocratie écologique, Paris, Seuil.

Cassin Barbara (1995), L’effet sophistique, Paris, Gallimard.

Cazes Bernard (2008), Histoire des futurs. Les figures de l’avenir de saint Augustin au xxie siècle, Paris, L’Harmattan [1986].

Cefaï Daniel (2007), Pourquoi se mobilise-t-on ?, Paris, La Découverte.

Cefaï Daniel, Bidet Alexandra, Stavo-Debauge Joan, Frega Roberto, Hennion Antoine & Cédric Terzi (2015), « Introduction du dossier “Pragmatisme et sciences sociales : explorations, enquêtes, expérimentations” », SociologieS, mis en ligne le 23 février, [journals.openedition.org/sociologies/4915].

Certeau Michel de (1975), L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard.

Chateauraynaud Francis (2004), « L’épreuve du tangible. Expériences de l’enquête et surgissement de la preuve », in Bruno Karsenti & Louis Quéré (eds.), La croyance et l’enquête. Aux sources du pragmatisme, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 15), p. 167-194

Chateauraynaud Francis (2014), « Trajectoires argumentatives et constellations discursives. Exploration socio-informatique des futurs du nanomonde », Réseaux, 188, p. 121-158.

Chateauraynaud Francis (2015), « L’emprise comme expérience. Enquêtes pragmatiques et théories du pouvoir », Sociologies, mis en ligne le 23 février, [journals.openedition.org/sociologies/4931].

Chateauraynaud Francis, Charriau Jean-Pierre & Josquin Debaz (2014), « Un sociologue virtuel face aux turbulences du monde numérique », Lettre de l’EHESS, avril, [lettre.ehess.fr/index.php?7450].

Chateauraynaud Francis & Didier Torny (1999), Les sombres précurseurs. Une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Éditions de l’EHESS.

Chateauraynaud Francis & Philippe Zittoun (2014), « The Future They Want – Or Do Not Want : Shale Gas Opponente vs. Proponents Between Local Motives and Global Scenarios », Paper for the 9th International Conference on Interpretive Policy Analysis, 3-5 juillet, Wageningen University.

Chauviré Christiane (2004), « Aux sources de la théorie de l’enquête. La logique de l’abduction chez Peirce », in Bruno Karsenti & Louis Quéré (eds), La croyance et l’enquête. Aux sources du pragmatisme, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 15), p. 55-84.

Chauviré Christiane & Albert Ogien (eds) (2002), La régularité. Habitude, disposition et savoir-faire dans l’explication de l’action, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 13).

Cohen Yves (2013), Le siècle des chefs, Paris, Amsterdam.

Cometti Jean-Louis (2010), Qu’est-ce que le pragmatisme ?, Paris, Gallimard.

Comité invisible (2007), L’insurrection qui vient, Paris, La Fabrique.

Comité invisible (2014), À nos amis, Paris, La Fabrique.

Crutzen Paul J. & Eugene F. Stoermer (2000), « The “Anthropocene” », Global Change, NewsLetter, 41, p. 17-18.

Dascal Marcelo (2008), « Dichotomies and Types of Debate », in F. H. van Eemeren & B. Garssen (eds.), Controversy and Confrontation, Amsterdam, John Benjamins, p. 27-49.

Deleuze Gilles (1986), Foucault, Paris, Éditions de Minuit (« Critique »).

Demeulenaere Élise (2013), « Les semences entre critique et expérience : les ressorts pratiques d’une contestation paysanne », Revue d’Études en Agriculture et Environnement, 94 (4), p. 421-441.

Dewey John (2010), Le public et ses problèmes, trad. Joëlle Zask, Paris, Gallimard (« Folio essais ») [1927].

Dewey John (2014), La quête de certitude. Une étude de la relation entre connaissance et action, trad. Patrick Savidan, Paris, Gallimard (« Bibliothèque de philosophie ») [1929].

Dodier Nicolas (2003), Leçons politiques de l’épidémie de sida, Paris, Éditions de l’EHESS.

Frega Roberto (2012), Practice, Judgment, and the Challenge of Moral and Political Disagreement : A Pragmatist Account, Lanham, Lexington Books.

Funtowicz Silvio & Jerome Ravetz (1992), « Three types of Risk Assessment and the Emergence of Post-Normal Science », in S. Krimsky & D. Golding (eds), Social Theories of Risk, p. 251-274.

Giddens Antony (1990), The Consequences of Modernity, Cambridge, Polity Press.

Gingras Yves (ed.) (2014), Controverses. Accords et désaccords en sciences humaines et sociales, Paris, CNRS Éditions (« Culture et société »).

Hajer Maarten (2005), « Coalitions, Practices, and Meaning in Environmental Politics : From Acid Rain to BSE », in David R. R. Howarth & Jacob Torfing (eds), Discourse Theory in European Politics, Basingstoke, Palgrave Macmillan, p. 297-315.

Hardy-Hemery Odette (2005), Eternit et l’amiante, 1922-2000, Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion.

Hermitte Marie-Angèle (2013), Le droit saisi au vif. Sciences, technologies, formes de vie, Paris, Pétra.

Honneth Axel (2008), La société du mépris, Paris, La Découverte.

Ingold Tim (2000), The Perception of the Environment : Essays on Livelihood, Dwelling and Skill, Londres, Routledge.

Ingold Tim (2011), Being Alive : Essays on Movement, Knowledge and Description, Londres, Routledge.

James William (2007), Le pragmatisme, Paris, Flammarion (« Champs ») [1907].

Jasanoff Sheila (ed.) (2004), States of Knowledge : The Co-Production of Science and the Social Order, Londres, Routledge.

Jasper James M. (1997), The Art of Moral Protest : Culture, Biography, and Creativity in Social Movements, Chicago, University of Chicago Press.

Jasper James M. (1998), « The Emotions of Protest : Affective and Reactive Emotions In and Around Social Movements », Sociological Forum, 13 (3), p. 397-424.

Jobin Paul (2013), « Beyond Uncertainty : Industrial Hazards and Class Actions in Taiwan & Japan », in Liu Ts’ui-jung (ed.), Environmental History in East Asia : Interdisciplinary perspectives, Londres & New York, Routledge, p. 339-382.

Keller Reiner (2011), « The Sociology of Knowledge Approach to Discourse (SKAD) », Human Studies, 34 (1), p. 43-65.

Koselleck Reinhart (1990), Le futur passé, contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éditions de l’EHESS.

Lavergne Cécile & Thomas Mondémé (eds) (2008), « Pragmatisme : vers une politique de l’action située », Tracés, 15, p. 5-22.

Lefort Claude (1986), Essais sur le politique, Paris, Seuil.

Lepetit Bernard (ed.) (1995), Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel.

Lewiñski Marcin (2010), « Collective Argumentative Criticisms in Informai Online Discussions Forums », Argumentation and Advocacy, 47, p. 86-105.

Luneau Aymeric (2015), Militants et riverains dans la dynamique des causes environnementales. Approche sociologique des syndromes d’hypersensibilité, Paris, thèse de doctorat, EHESS.

Malachowski Alan (2010), The New Pragmatism, Acumen/McGill-Queen University Press.

Mercier Hugo & Dan Sperber (2011), « Why Do Humans Reason ? Arguments for an Argumentative Theory », Behavioral and Brain Sciences, 34 (2), p. 57-74

Merton Robert K. (1936), « The Unanticipated Consequences of Purposive Social Action », American Sociological Review, 1 (6), p. 894-904.

Morton Timothy (2013), Hyperobjects : Philosophy and Ecology after the End of the World (Posthumanities), Minneapolis, University of Minnesota Press.

Oreskes Naomi & Erik M. Conway (2010), Merchants of Doubt : How a Handful of Sdentisi Obscured the Truth on Issues from Tobacco Smoke to Global Warming, New York, Bloomsbury Press.

Peirce Charles Sanders (1986), Writings of Charles Sanders Peirce, vol. III, Bloomington, Indiana University Press.

Pellizzoni Luigi & Marja Ylönen (2012), « Hegemonic Contingencies : Neoliberalized Technoscience and Neo Rationality », in Luigi Pellizzoni & Marja Ylönen (eds), Neoliberalism and Technoscience : Critical Assesments, Farnham, Ashgate, p. 47-74.

Pestre Dominique (2003), Science, argent et politique, Paris, INRA.

Pestre Dominique (ed.) (2014), Le gouvernement des technosciences. Gouverner le progrès et ses dégâts depuis 1945, Paris, La Découverte.

Raynaud Dominique (2015), « Note historique sur le mot “technoscience” », Zilsel, avril, [zilsel.hypotheses.org/1938].

Séralini Gilles Éric, Clair Emilie, Mesnage Robin, Gress Steeve, Defarge Nicolas, Malatesta Manuela, Hennequin Didier & Joël Spiroux de Vendômois (2012), « Retracted “Long Tterm Toxicity of a Roundup Herbicide and a Roundup-Tolerant Genetically Modified Maize” [Food Chem. Toxicol. 50, 4221-4231] », Food Chemical Toxicology, (4263), 4244.

Simonneau Lionel (2010), « L’“autocritique” de Jacques Monod, 40 ans après : la contingence et la contrainte », Bulletin d’Histoire et d’Épistémologie des Sciences de la Vie, 17 (2), p. 125-145.

Spallanzani Lazzaro (2012), Lancers et rebonds de pierres sur l’eau, Paris, Éditions Villarrose.

Sze Julie (2007), Noxious New York : The Racial Politics of Urban Health and Environmental Justice, Cambridge, MIT Press.

Tsing Ana L. (2005), Friction. An Ethnography of Global Connection, Princeton, Princeton University.

Van Eemeren Frans H. & Bart Garssen (2008), Controversy and Confrontation, Amsterdam, John Benjamins.

Williams Alex & Nick Srnicek (2013), « #ACCELERATE MANIFESTO for an Accelerationist Politics », Criticai Legal Thinking, 14 mai, [criticallegalthinking.com/2013/05/14/accelerate-manifesto-for-an-accelerationist-politics/].

Zask Joëlle (2011), Participer. Essai sur les formes démocratiques de la participation, Paris, Le Bord de l’eau.

Notes

1 Les discussions, lors du séminaire qui s’est tenu à l’EHESS de 2012 à 2014 en préparation de ce volume, ont été très fructueuses et je remercie tous les participants pour la qualité des échanges auxquels ce texte doit beaucoup. Il est aussi redevable des lectures attentives de Daniel Cefaï, Nicolas Dodier, Arnaud Saint-Martin, Patrick Trabai et Fabrizio Li Vigni.

2 Voir dans ce même volume la contribution de Frédéric Graber.

3 Par exemple, un débat traverse les mondes de la géologie, de la climatologie, de la préhistoire et de l’archéologie au sujet de la périodisation d’une « nouvelle ère géologique », nommée « anthropocène ». Lancé par le biologiste Eugene Stoermer dans les années 1980, le terme a été repris par le journaliste Andrew Revkin, puis introduit en géologie par Paul Crutzen, prix Nobel de chimie (voir Crutzen & Stoermer, 2000). Une controverse oppose ainsi les tenants d’une datation formelle de l’anthropocène en 1945 avec le début de 1ère atomique et ceux qui plaident pour un processus plus diversifié, mobilisant différentes échelles de temps liées aux formes d’interactions entre activités humaines et milieux naturels – via les pratiques agricoles et les usages des ressources (eaux, forêts, minerais, etc.), ce qui ramène plusieurs dizaines de milliers d’années en arrière.

4 Dans le dossier de l’amiante, l’alerte lancée par l’inspecteur du travail Denis Auribault sert de précédent et de marqueur de l’ancienneté du problème sanitaire, en particulier chez des auteurs-acteurs, journalistes d’investigations, associations de victimes, chercheurs ou parlementaires, qui entreprennent de retotaliser l’histoire politique et technique du dossier. Dans certaines configurations, les disputes autour des points d’origine restent anecdotiques, mais, dans d’autres cas, il s’agit d’évaluer ce que savaient et ce que visaient les personnes et les groupes dans les périodes antérieures. C’est à la fois une clé pour comprendre les querelles interprétatives et un ressort décisif du point de vue juridique.

5 Ce qui ne veut pas dire que le pragmatisme en ait le monopole. Pour s’en convaincre, il suffit de lire ou de relire Robert Merton (1936) et ses fameuses « conséquences non-anticipées ».

6 Lors de la crise du climatoscepticisme de 2009-2010, les porteurs de l’alerte climatique ont subitement, sur fond d’échec du sommet de Copenhague, vu des décennies d’efforts collectifs potentiellement annulés par la réouverture de « controverses », interprétée par de multiples auteurs comme une stratégie délibérée de « lobbies » ; cette mise en doute de l’expertise du GIEC rappelait d’autres opérations analogues, comme celle qui avait vu des savants servir la cause des industriels du tabac (Oreskes & Conway, 2010). De l’urgence climatique, les acteurs devaient basculer dans une tout autre urgence rhétorique, celle qui exigeait de faire taire les « producteurs de doute ».

7 Sur l’histoire longue d’Eternit, voir l’ouvrage d’Odile Hardy-Hémery (2005). Les éléments contemporains utilisés sont extraits du corpus amiante (1971-2015), suivi avec le logiciel Prospéro, dans le cadre de l’observatoire des alertes en santé-environnement développé par le Groupe de sociologie pragmatique et réflexive (EHESS). Voir [socioargu.hypotheses.org/2786].

8 Communiqué de l’Andeva, janvier 2015.

9 À des moments clés de l’histoire politique d’une cause ou d’un problème public, des acteurs entreprennent d’en fixer le récit en recourant à des procédés de totalisation (auditions, revue de littérature, expertise collective fixant l’état des connaissances, débats publics donnant lieu à des synthèses, rapports parlementaires, essais annonçant des révélations, ou encore plaintes fondées sur d’épais dossiers). Dans l’histoire de l’amiante, plusieurs moments de totalisation ont eu lieu. Le plus marquant est sans doute le rapport du Sénat (2005) qui fait suite à une commission d’enquête parlementaire. Les rapporteurs utilisent, entre autres, et pour établir la « responsabilité de l’État », nos propres travaux sur le dossier de l’amiante, publiés dans Les sombres précurseurs (Chateauraynaud & Torny, 1999).

10 Entretien téléphonique, février 2015.

11 Il a été montré comment, dans les usages du droit, les acteurs alternent entre des recours exploitant les ambiguïtés ou les « vides juridiques », et des recours fondés sur des appuis anciens mais oubliés, ce qui renvoie à la fois au caractère interprétatif du droit et à l’agilité des protagonistes, capables, selon les situations, de déplacer ou de remobiliser les arguments juridiques (Hermitte, 2013).

12 Sur cette ligne de rencontres, voir la « Présentation » du présent volume.

13 Dans The New Pragmatism (2010), Alan Malachowski considère que les querelles provoquées par la version du pragmatisme donnée par Rorty proviennent de la dissociation, assez profonde, entre la philosophie pragmatiste des origines et la philosophie analytique qui prend son essor avec le second Wittgenstein. Sur les deux époques du pragmatisme américain voir également Jean-Louis Cornetti, Qu’est-ce que le pragmatisme ? (2010).

14 Pour une généalogie critique récente de la notion de « technosciences », voir la note de Dominique Raynaud sur le Carnet Zilsel (2015).

15 Parmi les ouvrages caractéristiques de la revendication d’une démarche pragmatique et de la réintroduction d’une durée longue dans l’approche des situations critiques, voir la manière dont Nicolas Dodier (2003) restitue le processus, complexe et non-linéaire, des mobilisations contre le sida.

16 Le surgissement de Fukushima comme catastrophe nucléaire dérivée d’un enchaînement d’événements extrêmes (séisme, puis tsunami « hors normes ») a rapidement conduit à revisiter ce que l’on savait, ou non, de l’histoire du nucléaire nippon. La perte de prise des autorités de régulation – ou plutôt leur quasi absence – a vite fait apparaître l’aveuglement continu, non seulement du gouvernement japonais, mais des firmes et des régulateurs occidentaux qui voyaient surtout dans le Japon un marché pour les technologies nucléaires. Ce n’est pas pour autant donner une explication causale simple et linéaire à la série de fusions de cœurs nucléaires. Voir la série d’enquêtes intitulées « Le sens de l’irréversible. Chronique du nucléaire civil après Fukushima » (mai-décembre 2011), accessibles sur [socioargu.hypotheses.org].

17 Les résultats d’une étude menée par une équipe dirigée par Gilles-Éric Séralini (2012), biologiste et toxicologue, lié au mouvement anti-OGM, sont rendus publics et créent une polémique sans précédent dans le dossier des OGM, en remettant au centre du tableau des risques sanitaires qui en avaient été quasiment exclus, ce qui a remis en discussion les protocoles dévaluation des agences d’expertise.

18 Les scénarisations du futur constituent un objet d’attention particulier pour une pragmatique des transformations qui renoue avec l’ouverture aux possibles de l’approche prospective. Voir l’éclairage historique des façons de penser l’avenir de Bernard Cazes dans son Histoire des futurs (2008).

19 Voir, dans le présent volume, l’analyse des controverses scholastiques autour du concept d’« action à distance », proposée par Béatrice Delaurenti. Saisies sur un temps long, ces controverses n’obéissent pas à une confrontation directe et située de protagonistes, mais à la circulation, l’interprétation et la reformulation, lente et graduelle, de thèses qui alimentent à la fois un corpus de textes en constitution et un espace d’autorités intellectuelles en transformation – via, en particulier, les lectures successives d’Avicenne.

20 C’est particulièrement visible dans le cas de troubles ou de phénomènes inexpliqués. Dans sa thèse, Aymeric Luneau (2015) décrit au plus près les contraintes qui pèsent sur les personnes lorsqu’elles éprouvent des symptômes énigmatiques ou contestés, comme le syndrome désigné sous le nom de Multiple Chemical Sensitivity (MCS).

21 La référence de l’article de Séralini et ses collègues (2012) est en soi un objet historique singulier puisque, suite aux polémiques, l’article a été retiré (retracted) de la revue Food Chemical Toxicology qui l’avait publié.

22 Entretien à l’Agence sanitaire environnementale (ANSES) automne 2014.

23 Le débat public sur le projet d’enfouissement des déchets radioactifs organisé en 2013 par la Commission nationale du débat public a été littéralement empêché par les opposants qui, comme pour le débat sur les nanotechnologies en 2010, en ont perturbé le fonctionnement. Pour redonner une légitimité au processus de consultation, une conférence de citoyens a été organisée début 2014. Le panel de citoyens tiré au sort a déplacé le cadrage initial défini par l’Andra, le porteur officiel du projet Cigeo, nom du futur site d’enfouissement des déchets. Au fil des auditions des experts et des contre-experts, les citoyens ont réinterrogé les attendus, et les sous-entendus, du projet en invitant, dans leurs recommandations, à une révision des étapes du processus d’enfouissement avec la réalisation d’un « pilote » permettant d’établir la faisabilité, et la fiabilité, du projet technologique au-delà des enseignements du laboratoire de Bure.

24 La « crise de l’altermondialisme » a inspiré une critique féroce du fonctionnement en « meutes désordonnées », incapables de « prendre le pouvoir », critique menée sans ambages par Alex Williams et Nick Srnicek dans leur « Manifeste accélérationniste » (2013).

25 Si le « système » figure dans une prose radicale comme celle du Comité invisible dans L’insurrection qui vient (2007), les entéléchies qui opèrent dans le texte sont plus « postmodernes » : « métropole », « technologies », « informations », « réseaux », « flux »… Rongés par le contrôle des flux, réseaux et milieux ne sont plus des supports de résistance, et deviennent des cibles prioritaires de la critique et de l’action radicale. Dans le nouvel opuscule intitulé À nos amis (2014), après le constat d’échec de multiples insurrections contemporaines, c’est l’usage par le Capital de la « gestion de crise comme technique de gouvernement » qui est visé, formule qui n’est pas sans rappeler l’analyse néo-foucaldienne de la société du risque.

26 C’est le cas par exemple autour du fameux Traité transatlantique (TAFTA), contre lequel se mobilisent de multiples ONG et mouvements politiques, qui s’efforcent de le mettre au cœur des arènes publiques et d’éviter les transactions silencieuses au cœur de comités d’experts, rendues invisibles par la logique procédurale européenne.

27 « Des singularités, il y en a de toutes sortes, toujours venues du dehors : singularités de pouvoir, prises dans des rapports de forces ; singularités de résistance, qui préparent les mutations ; et même des singularités sauvages, qui restent suspendues au dehors, sans entrer dans des rapports ni se laisser intégrer… (là seulement le “sauvage” prend un sens, non pas comme une expérience, mais comme ce qui ne rentre pas encore dans l’expérience). » Gilles Deleuze, « Les plissements ou le dedans de la pensée », (1986, p. 125).

28 Roberto Frega propose de distinguer les effets et les conséquences. Selon lui, la référence aux effets renvoie à une forme d’utilitarisme pratique de courte portée tandis que l’idée de conséquence est liée à une longue portée, engageant plus directement une dimension normative ou axiologique. La différence entre les deux termes recoupe l’opposition entre une pragmatique au sens linguistique, celle des actes de langage, et une pragmatique de la portée – concept qui permet précisément de penser des conséquences lointaines, hors de la seule situation de parole ou d’action.

29 On peut noter la contribution inattendue à la valorisation de l’enquête collective de la part de Dan Sperber et Hugo Mercier qui, à partir d’une critique de modèles de psychologie cognitive, découvrent les vertus de l’argumentation collective : « We agree that reasoning outside the laboratory needs to be investigated more thoroughly and hope that a focus on argumentation and reasoning in interaction can help push in this direction. Finally, other mechanisms besides reasoning might benefit from being seen as having a social fonction. Ours is a contribution to the growing body of research showing how, and how much, the human mind is a social mind. » Mercier & Sperber (2011, p. 101).

30 Voir dans le présent volume, la discussion de l’« agence » (agency) par Fanny Gallot.

31 Voir sur ce point le volume de « Raisons pratiques » coordonné par Christiane Chauviré et Albert Ogien, La régularité. Habitude, disposition et savoir-faire dans l’explication de l’action (2002).

32 La figure du ricochet est plus discrète mais plus esthétique. C’est l’occasion de citer ici un des maîtres de la balistique, Lazzaro Spallanzani, bien connu des historiens des sciences. Auteur d’expérimentations inédites à la fin du xviiie siècle, notamment sur les grenouilles, il a commis un traité du ricochet qui n’a été donné que tardivement en traduction française (Spallanzani, 2012).

33 Pour une analyse des effets des mobilisations sur les pratiques, et vice versa, dans le cas des « semences paysannes », voir Demeulenaere (2013).

34 Selon l’expression inscrite dans les textes officiels par la convention d’Aarhus qui, en Europe, est un des grands opérateurs de l’acceptabilité par l’information et la participation du public.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search