Version classiqueVersion mobile

Histoires pragmatiques

 | 
Francis Chateauraynaud
, 
Yves Cohen

Aux prises avec le pragmatisme

Qu’est-ce qu’une pratique ?

Roberto Frega

Texte intégral

1L’expression « histoire pragmatique » peut s’entendre de plusieurs manières, selon la signification que l’on assigne au terme « pragmatique ». Une des possibilités consiste à entendre le terme « pragmatique » comme se référant à la pratique, ou aux pratiques. L’histoire pragmatique serait en ce sens une « histoire de pratiques », une manière d’aborder le passé comme étant essentiellement qualifié par le déploiement de « pratiques », dont elle se proposerait d’articuler les différents traits caractéristiques. Ou, en un sens différent, comme étant essentiellement qualifié par le déploiement du « pratique », entendu comme un mode d’être spécifique du monde.

  • 1 Voir les deux volumes Frega & Brigati (2004a, 2004b), qui cherchent précisément à rendre compte de (...)

2Ainsi comprise, l’histoire pragmatique se trouve d’emblée inscrite dans le « practice turn » qui a caractérisé la philosophie et les sciences sociales des dernières trois décennies, mais dont les origines sont à retrouver bien plus en amont, dans le pragmatisme américain ainsi que dans la philosophie du langage ordinaire de Wittgenstein1. L’histoire pragmatique en tant qu’histoire de pratiques serait ainsi comprise comme une manière d’étendre le « practice turn » au domaine de l’histoire, et c’est dans ce sens que je l’entendrai dans cet article.

3Dans cette perspective, comprendre le sens, la portée, la signification et le contenu d’une historiographie pragmatique demande au préalable que la signification du terme « pratique » soit explicitée, et nous verrons que cette tâche est moins simple que ce que l’on pourrait croire. Il faut d’abord remarquer que la question « qu’est qu’une pratique ? » a une double portée, pouvant être comprise au sens ontologique ou au sens méthodologique. Autrement dit, l’histoire pragmatique peut entendre la pratique ontologiquement, la comprenant comme un nouvel objet d’enquête – les pratiques. Mais elle peut aussi l’entendre méthodologiquement, sous la forme d’une nouvelle démarche.

4Selon la première approche, l’histoire pragmatique est l’étude d’entités sociales particulières, dont il s’agirait de déterminer le périmètre pour ensuite les décrire, de la même manière que d’autres démarches historiographiques s’attachent à la description d’événements, de structures, de mentalités ou de cultures. La deuxième approche, méthodologique, consiste à concevoir le détour par les pratiques comme un procédé permettant d’aborder des objets plus ou moins classiques de la recherche en sciences sociales à partir de l’analyse de leurs effets ou usages.

5L’hypothèse que je développe dans cet article est que la pratique en tant que catégorie d’analyse sociale – et donc en tant que noyau d’une histoire pragmatique – ne se comprend qu’à condition de la saisir au croisement de cette double configuration, à savoir comme un doublet ontologico-méthodologique. Étudier le réel comme « nexus de pratiques » ne peut se faire qu’à condition de se tenir dans cette double posture, à la fois ontologique et méthodologique. Il s’agira dès lors de proposer une ontologie minimale, pour la coupler ensuite avec une série de contraintes méthodologiques dont les conditions théoriques dessinent le contour de ce « tournant pratique » souvent nommé mais rarement défini.

6Dans un premier temps je vais présenter une analyse sémantique du terme de « pratique », avant d’aborder la question de son statut ontologique et, ensuite, celle de ses usages méthodologiques. L’article se conclut par une réflexion sur les réquisits épistémologiques que la démarche par les pratiques réclame.

1. Éléments d’une sémantique de la pratique

7Pour comprendre quel sens donner à la pratique en tant qu’objet historiographique il faut d’abord se poser la question des rapports que ce terme entretient avec des termes proches. On peut évoquer par exemple les termes d’action, d’activité, d’agency, d’habitude, de dispositif, de forme de vie, de tradition ou enfin de mécanisme. Tous ces termes s’apparentent à celui de pratique en raison de leur référence directe aux formes et manières d’agir en milieu social. Ces termes s’organisent selon un axe qui va de l’individuel, ou du micro, au collectif, ou au macro : action, activité, agency et habitude renvoient plutôt à la dimension de l’agir individuel, tandis que les termes de dispositif, de forme de vie, de tradition et de mécanisme renvoient à la dimension sociale ou collective de l’action.

8On peut constater dès le début que la notion de pratique ne se laisse pas facilement saisir par cette opposition, car selon les différents contextes discursifs et disciplinaires, une pratique peut renvoyer tout autant à une manière de faire individuelle qu’aux formes de la régularité sociale de l’agir. Malgré cette dispersion sémantique plutôt accentuée, il est pourtant possible d’introduire quelques distinctions préliminaires à partir de la prise en compte de la sémantique propre à ces termes.

9On peut d’abord essayer de démarquer la notion de pratique des termes qui renvoient plus directement à la dimension de l’action individuelle. Si nous faisons référence à la sémantique qui caractérise le langage de l’action, des différences vont apparaître. Nous observons d’emblée que les termes d’action et de pratique appartiennent à des univers sémantiques fort différents. Comme le rappelait déjà Paul Ricœur (1977, ch. 1), le terme d’action appartient à une sémantique dont les concepts primaires renvoient à la dimension individuelle et intentionnelle : à la base de cette sémantique nous trouvons notamment les concepts d’intention, de but, de raison d’agir, de motif, de désir, de préférence, de choix, d’agent, de responsabilité.

10L’action, si l’on s’en tient à la signification conviée par les concepts primaires qui en définissent la sémantique, renvoie à la dimension de la responsabilité individuelle. Aborder le domaine de la pratique par le biais de la théorie de l’action implique essentiellement s’intéresser aux « motifs » qui poussent un agent à agir ; les autres variables – les circonstances, le contexte – rentrant en ligne de compte par le biais de leur rapport aux motivations.

11D’une manière similaire, la notion d’activité renvoie à une sémantique centrée sur l’action individuelle en contexte, évoquant encore une fois le rapport d’un agent à ses motivations, mais en soulignant de manière plus explicite la texture technique et sociale de l’action elle-même.

12Si nous revenons maintenant au substantif « pratique » et cherchons à en établir la sémantique de base, quels sont les concepts primaires par lesquels la pratique se définit ? Du point de vue à la fois des usages ordinaires et des usages spécialisés, la notion de pratique ne s’inscrit pas facilement dans la sémantique de l’action.

  • 2 C’est notamment la signification de la stratégie pragmatiste chez des auteurs comme Charles S. Peir (...)

13Pour mieux comprendre la sémantique propre à la pratique, nous devons d’abord distinguer – ce que l’anglais permet assez aisément de faire – entre l’adjectif (pretical) et le substantif (practice), afin de séparer « pratique » en tant que qualificatif, de « pratique » en tant qu’objet ou domaine du réel à part entière. L’appel à la dimension adjectivale de la pratique ne renvoie pas à une ontologie spécifique, mais plutôt à une épistémologie qui se verrait transformée par la prise en charge de la dimension pratique propre à tout concept ou idée2.

14Pour bien marquer la différence entre la sémantique de l’action et la sémantique de la pratique, il faut d’abord remarquer que la relation entre les deux concepts est asymétrique. Alors que l’action est un élément constitutif de la pratique, le contraire n’est pas le cas. Preuve en est le fait qu’une grande partie des théories philosophiques de l’action peuvent se passer aisément de toute référence à la pratique, tandis que sans une référence à l’action l’idée même de pratique se trouve dénuée de contenu.

15Si nous nous plaçons du côté adjectival, la pratique dénote une manière habituelle d’agir, une forme d’action régularisée et donc répétée (Turner). Elle dénote également la manière concrète d’exercer une activité, par opposition à la règle ou à la théorie – ou le savoir-faire par rapport au savoir propositionnel (Polanyi). Deuxièmement, là où l’action renvoyait d’abord à la dimension individuelle du rapport de l’agent à ses propres déterminations à agir, la pratique renvoie d’abord à la dimension sociale, institutionnelle et technique du contexte dans lequel le fait d’agir a lieu. Troisièmement, là où la question centrale dans l’analyse de l’action est l’intérêt pour ce qui la motive, dans le cas de la pratique l’attention est d’abord portée sur son fonctionnement en contexte, son déploiement dans l’extériorité.

16Pluralité d’actions, régularité sociale et répétition, présence d’une dimension socio-institutionnelle, attention à l’extériorité et au fonctionnement sont donc les éléments primaires dont on peut se servir pour caractériser la sémantique de la pratique et la distinguer ainsi de la sémantique de l’action et de l’activité. Action et pratique relèvent donc de sémantiques d’ordre différent et s’inscrivent dans des orientations d’enquête distinctes. Si la sémantique de l’action renvoie à la dimension individuelle de l’agir, la notion de pratique renvoie plutôt aux régimes sociaux complexes qui rendent cette action possible. L’analyse sémantique nous permet ainsi d’éviter le recours à une distinction fondée simplement sur la taille de l’objet social, comme si les pratiques n’étaient que des actions de « grosse taille ». Cela nous permettra, le moment venu, de montrer qu’à l’intérieur d’une ontologie de la pratique il est possible – voire même nécessaire – de distinguer des typologies différentes de pratiques selon leur taille, sans que la question du rapport entre pratique et action ne vienne brouiller nos distinctions conceptuelles.

2. L’ontologie des pratiques

2.1 Des structures et des actions aux pratiques

  • 3 La théorie de la structuration d’Anthony Giddens (1984) est un exemple typique de cette manière d’a (...)

17Dans l’introduction à l’un des textes clefs du « tournant pratique » en sciences sociales, Theodore Schatzki rappelait que, si autrefois philosophes et chercheurs en sciences sociales « parlaient de “stuctures”, “systèmes”, “signification”, “monde de la vie”, “événements” et “action” lorsqu’il s’agissait de nommer les objets sociaux primaires, aujourd’hui beaucoup de théoriciens accordent aux pratiques un honneur comparable » (Schatzki, Knorr-Cetina & von Savigny, 2001, p. 10). L’expression « tournant pratique » articule conceptuellement ce changement de paradigme, qui se caractérise par deux traits distinctifs. D’abord, les pratiques viennent remplacer les structures, les systèmes et le monde de la vie en tant que catégorie permettant d’appréhender le social d’une manière synthétique. Les pratiques deviennent les « objets sociaux primaires » et, en ce sens, la clef de voute d’une ontologie sociale. Ensuite, le tournant pratique entérine le rejet de l’individualisme méthodologique et la priorité explicative qu’il accorde à des unités simples et intérieurement homogènes, que ce soient les actions, les propositions, ou les individus3.

18Le premier trait qui caractérise une ontologie sociale des pratiques est donc le rejet de l’opposition entre social et individuel : pour la plupart des théoriciens des pratiques, la pratique dénote une dimension intermédiaire dans la structuration du social, dimension qui se situe entre le niveau micro de l’action individuelle élémentaire, ou celui de l’interaction entre de telles actions, et le niveau macro des totalités sociales. À cet égard on peut distinguer trois usages majeurs du terme « pratique » dans la théorie sociale.

  • 4 Outre les textes classiques de Bourdieu lui-même, voir Bourdieu (1998), Gautier (2012).

19Le premier usage, et sans doute le plus connu, consiste à concevoir la pratique comme une structure tacite de savoir-faire qu’il serait possible d’invoquer pour expliquer la conduite des acteurs sociaux, et notamment pour expliquer comment se produit la coordination sociale, c’est-à-dire comment il est possible qu’une régularité se produise à partir des actions non coordonnées d’individus indépendants. C’est notamment l’approche de Pierre Bourdieu et de sa théorie de la pratique fondée sur l’habitus4. La pratique renvoie dès lors à la manière dont le social – ses catégorisations, ses marques de classe, ses principes de structuration – vient s’incorporer dans l’agir des acteurs par la voie de la socialisation primaire et secondaire. La pratique est dès lors invoquée essentiellement en tant que véhicule de reproduction de l’ordre social.

  • 5 Voir notamment Turner (1994), et Dreyfus (1991).

20Un deuxième usage est de type culturaliste, et consiste à concevoir la pratique en termes de traditions, de coutumes, de connaissances tacites5. La pratique dénote ici la dimension tacite, non réflexive, incorporée de la cognition : le « knowing how » plutôt que le « knowing that » (Ryle, 1949), la connaissance tacite plutôt que la connaissance explicite (Polanyi, 1967), le savoir-faire plutôt que le savoir propositionnel, le savoir de l’artisan plutôt que la connaissance du savant (Sennett, 2009). La référence à la pratique sert ici essentiellement pour mettre en évidence les dimensions non propositionnelles de la cognition : son enracinement dans des corps (embodiment), des cultures (enculturation), des formes d’action (competence). Étudier les pratiques signifie alors montrer comment la connaissance n’existe que dans les formes tacites de sa mise en action, reconstruire le fonctionnement de communautés locales de partage et de transmission du savoir-faire, retracer la formation et l’évolution de formes de savoir, ou montrer l’existence en acte d’un savoir jamais réductible aux formes de son articulation en propositions et discours.

21Le troisième usage concerne la pratique en tant que dimension constitutive du social. Il fait des pratiques une pièce maîtresse de l’ontologie sociale. Dans cette perspective, une pratique est un ensemble hétérogène d’éléments dont la coexistence réglée définit la vie sociale. La théorie de la structuration d’Anthony Giddens (1984) peut être prise comme exemple de cette conception, car elle s’appuie sur une théorie des pratiques sociales pour dépasser l’opposition entre individu et structure, entre micro et macro et entre subjectivisme et objectivisme.

22Il me semble que c’est notamment à partir de cette troisième voie que la question de ce qu’est une pratique devient pertinente, car elle parvient enfin à guider une interrogation portant sur la constitution propre au social, une fois ce dernier appréhendé dans la perspective de la priorité de l’action. Effectivement, comme le remarquent Theodore Schatzki, Karin Knorr-Cetina et Heike von Savigny (2001, p. 11) dans l’introduction au volume The Practice Turn in Contemporary Theory, malgré leur diversité,

[L]es approches fondées sur la pratique partagent la conviction que des phénomènes tels la connaissance, la signification, l’activité humaine, la science, le pouvoir, le langage, les institutions sociales et les transformations historiques ont lieu dans le domaine des pratiques et en sont des aspects ou des composantes. […] L’approche fondée sur les pratiques défend une ontologie sociale spécifique : le social est appréhendé comme étant un champ de pratiques incorporées et matériellement interconnectées organisées autour de compréhensions pratiques partagées.

23Deux aspects de ce débat sont à retenir : (a) son insertion dans la querelle sur continuité/discontinuité, ou reproduction/rupture ; et (b) l’association très vite faite avec la question de la normativité.

24L’appel aux pratiques a d’abord servi pour combiner une perspective centrée sur l’autonomie individuelle et le potentiel de créativité qui y était associé avec l’exigence d’expliquer comment cette autonomie et cette créativité pouvaient néanmoins être réconciliées avec les formes de la régularité sociale. L’appel au pragmatisme, à l’interactionnisme, à l’ethnométhodologie et à la psychologie sociale de Goffman se comprennent de cette manière : il s’agissait de faire jouer la spontanéité créatrice de l’action individuelle, son potentiel de rupture, sa capacité à créer du lien social d’en bas, contre des approches inspirées, entre autres, par le marxisme et le structuralisme et qui faisaient une place majeure au pouvoir de détermination externe sur la conduite des individus. En France notamment, ce fait explique en large partie que le tournant « pragmatique » se soit produit essentiellement sous forme d’un tournant générationnel, accompli par des chercheurs qui venaient après le structuralisme et qui cherchaient à se déprendre d’approches qui laissaient une place trop mince à l’autonomie des acteurs dans l’explication de la vie sociale.

25Mais l’appel aux pratiques a servi également comme levier pour critiquer des approches de la normativité qui tendaient à réduire cette dernière à la dimension de la simple régularité dans la conduite. Ici, c’est notamment la référence à Wittgenstein et au débat sur ce que c’est que « suivre une règle » qui a servi de levier critique, à partir de la réception de son œuvre dans les sciences sociales, autour notamment des travaux de Peter Winch, et ensuite par le débat qui a suivi la publication en 1982 de Wittgenstein on Rules and Private Language par Saul Kripke. C’est à partir de ce cadre de références que « la pratique » a progressivement émergé comme le pivot d’une nouvelle manière de penser capable de transformer profondément les sciences sociales et la philosophie. La pratique a ainsi pu apparaître comme une forme réglée de conduite sociale dotée d’un degré important de cohérence interne, capable d’auto-régulation, et dont la régularité pouvait pourtant être expliquée sans besoin de se réclamer de facteurs externes, que ce soit les structures, les mentalités ou le « social ».

26En ce sens, le tournant pratique vise à frayer un nouveau chemin entre les tentations totalisantes de la sociologie des structures et l’atomisme individualiste de la théorie de l’acteur rationnel, entre le réductionnisme qui fait de la normativité un simple épiphénomène et le normativisme qui fait de la norme une entité impalpable et mystérieuse douée d’une force causale sui generis (Turner). Pour ce faire, il prend comme unité d’analyse un objet tout à fait particulier, à savoir les « pratiques ». D’où la nécessité, avant tout, de réfléchir à ce qu’est une pratique, une fois éclairé ce qu’elle n’est pas. D’un côté, une pratique n’est pas une structure purement symbolique comme les traditions, les cultures, les mentalités collectives ou les systèmes de valeurs. De l’autre, elle n’est pas le simple fait d’agir, soit-elle entendue comme performativité des systèmes (Luhman, Parsons), ou comme activité des acteurs (théories du choix rationnel). Trois éléments permettent à mon sens de circonscrire la signification ontologique de ce terme : (1) le mode de son organisation interne, (2) sa structuration par niveau, (3) l’hétérogénéité et l’irréductibilité de ses composantes. Ces aspects sont examinés dans les trois sections qui suivent.

2.2 La pratique comme ordre de l’interaction

27De ce que l’on vient de dire, il apparaît que la pratique, plus qu’une structure propre du social, est une manière d’en concevoir le fonctionnement. Son principe consiste à expliquer l’ordre social à partir d’un niveau intermédiaire, qui est celui des transactions complexes, à travers lesquelles les acteurs le reproduisent tout en le retravaillant sans cesse. Une des idées porteuse du tournant pratique consiste alors, de ce point de vue, à insuffler de la réflexivité dans la répétition, voire de la créativité dans la régularité : une pratique est en ce sens une forme d’action sociale observable qui se caractérise par un degré modéré de variation (un modèle possible est ici sans doute celui des « ressemblances de famille » de Wittgenstein) et un potentiel réflexif qui en permet la variation dans le temps.

28La pratique est donc ce qui organise la cohérence et, en même temps, la dispersion d’actions individuelles et qui permet ainsi d’articuler régularité et variation. Comme le dit Anthony Giddens (1984, p. 3), « la continuité des pratiques présuppose la réflexivité, mais la réflexivité à son tour n’est possible que si la continuité des pratiques assure leur identité dans l’espace et dans le temps ». La notion de pratique est ainsi mobilisée pour expliquer le rapport entre le même et l’autre, en l’appuyant sur deux piliers bien distincts liés par un rapport de stricte complémentarité et interdépendance : (a) l’existence de formes de régularité sociale qui se manifestent sous forme de routines, attentes, habitudes, formes d’instruction, procédures, mais également d’« affordances » produites par les objets techniques ainsi que par les situations sociales (Gibson) ; (b) un potentiel réflexif de critique et de rupture qui est immanent à la vie sociale et qui en traverse toute manifestation.

  • 6 Voir, dans une littérature très vaste, Sennett (2009), Tobach, Falamagne & Parlee (1997), Hutchins (...)

29La pratique prend donc ici une double signification. D’un côté, elle est le médium de la reproduction sociale, car elle dénote le moment de la transmission codifiée et non réfléchie des manières de faire consolidées. C’est en ce sens que pour les théoriciens de la pratique l’habitus, le savoir tacite, la compétence, la tradition, etc., acquièrent une importance explicative centrale. Les études sur l’habileté artisanale, sur la compétence incorporée dans des routines tacites, sur la cognition située, etc.6, ont notamment montré que les acteurs sociaux possèdent une connaissance beaucoup plus vaste que celle qu’ils sont capables d’articuler : ce patrimoine large, opaque et tacite est une composante essentielle de toute pratique sociale, un élément indispensable dans le fonctionnement de toute entreprise destinée à durer dans le temps.

  • 7 Je développe cette analyse de manière plus articulée dans Frega (2015). Sur l’approche ethnométhodo (...)

30En même temps, et en quelque sorte à contre-courant de ces approches, les études ethnométhodologiques sur la constitution de l’ordre social ainsi que les études sur les répertoires de contestation ont montré que ce stock de savoirs tacites, de routines et de formes d’ordre ne se transmet et ne se reproduit que par le biais de sa réactualisation sans cesse négociée. Elles montrent donc qu’à proprement parler il n’y a jamais de répétition, mais toujours des reprises ajustées, si bien que le rapport à la normativité propre à l’ordre social en vient à être saisi sous les formes normativement souples de l’entretien, du maintien, de la réparation, de l’excuse ou de l’ironie. Que ce soit en ethnométhodologie, chez Goffman, dans l’analyse des actes linguistiques malheureux chez Austin ou, bien en amont, dans la conception pragmatiste de la normativité7, nous nous trouvons face à des conceptions de l’ordre social qui insistent sur le caractère précaire et fragile de cet ordre, qui avait pu paraître autrefois solide et doté d’un pouvoir propre d’auto-reproduction. L’ordre social est donc d’abord ordre des interactions, et la pratique dénote cet ensemble structuré et structurant de micro-interactions sociales.

2.3 La structure téléonomique de la pratique

31Si l’analyse de cette première dimension de la pratique nous fait comprendre plus clairement les enjeux théoriques du « tournant pratique », elle ne nous permet toutefois pas encore d’amorcer une réponse à notre question initiale. Pour ce faire, nous avons en fait besoin d’identifier des traits dont la présence, ou l’absence, nous permettrait de circonscrire, dans la vaste mer du social, quelque chose comme une pratique.

32Un aspect souvent évoqué pour répondre à cette exigence est la dimension téléonomique et, en effet, plusieurs auteurs ont remarqué qu’une pratique se définit tout d’abord par référence à la finalité qu’elle poursuit. Alasdair MacIntyre (1981, p. 187) a notamment proposé de définir une pratique comme

  • 8 Avant MacIntyre, Michael Oakeshott avait proposé une analyse de la pratique qui anticipait cette co (...)

[U]e forme cohérente et complexe d’activités humaines socialement établies et coopératives au travers desquelles des biens internes à cette forme d’activité elle-même sont poursuivis. Et cela en ayant en vue l’attente de ces niveaux d’excellence qui sont considérés comme étant appropriés à, mais également partiellement constitutifs de cette forme d’activité, si bien que les capacités humaines d’atteindre ces niveaux d’excellence ainsi que les conceptions humaines des fins et des biens qui y sont impliqués sont systématiquement étendues8.

33Cette notion de « biens internes » a une portée théorique très vaste, car elle fournit un critère opératoire qui permet d’identifier, de circonscrire et de décrire une large variété d’objets sociaux comme étant des pratiques. Les biens internes peuvent certes se référer aux valeurs morales qui guident une forme sociale comme une religion ou une politique (MacIntyre, 1981). Mais ils peuvent également se référer aux biens matériels dont la production, et la vente, constituent la finalité propre à une pratique comme la production automobile à l’aube du taylorisme (Cohen, 2001), ainsi qu’à une activité sociale récréative comme le football (Reckwitz, 2002).

34Du point de vue théorique, la notion de bien, ou de fin, fonctionne comme l’attracteur capable d’organiser – à l’intérieur d’un espace social donné – la dispersion des actions, des événements, des normes et des autres éléments qui concourent à la mise en place de la pratique. Les biens donnent forme à la pratique en tant qu’espace-temps normativement réglé à l’intérieur duquel des interactions ont lieu en vue d’atteindre des fins : le salut, la production d’une voiture compétitive, la victoire au match. Le rapport téléonomique à la norme est dès lors constitutif de l’idée même de pratique : la pratique n’est pas le simple fait de l’ordre de l’interaction – la file d’attente qui, d’après les ethnométhodologues, représenterait le paradigme du fait social –, mais le fait complexe de l’ordre de l’interaction orienté vers la production d’effets sociaux qui comprennent la reproduction de l’ordre social lui-même mais ne s’y réduisent pas.

35L’un des avantages d’une approche téléonomique des pratiques est qu’il offre un critère précis pour établir ce qu’est une pratique. Car l’existence de « biens internes » n’est pas une propriété que l’on retrouve dans toute forme d’activité humaine. Pour compter parmi les pratiques, un ensemble d’actions doit donc exhiber certains traits. Ces actions doivent d’abord constituer un ensemble cohérent et complexe. Elles doivent ensuite pouvoir se décrire comme ayant une nature coopérative. Elles doivent enfin pouvoir s’organiser autour de la poursuite de certains objectifs.

36D’après cette définition, l’interaction entre deux, ou plus, individus dans un cadre normé par des règles est une condition certes nécessaire mais toutefois non suffisante pour qu’il y ait une pratique. Pour que l’on puisse parler de pratique une condition supplémentaire doit être introduite, à savoir l’existence d’une finalité qui serait propre à la pratique et qui permettrait d’orienter l’agir des participants, ainsi que d’en évaluer la qualité et la pertinence. Cette fonction d’orientation doit s’entendre de deux manières. D’un côté, la finalité définit le sens de la pratique et la constitue en tant qu’activité sociale ayant telles et telles propriétés. De l’autre côté, la finalité fournit le critère normatif qui permet d’évaluer les actions des participants comme étant ou non cohérentes avec ce qui, à l’intérieur même de la pratique, vaut comme manière appropriée d’agir. Nous voyons ici se profiler très clairement le rôle irréductible de la normativité en tant que facteur constitutif de la pratique. La notion de pratique implique en effet, du moins pour une large fraction des auteurs, la référence à des critères d’évaluation, à un ordre normatif interne. L’existence d’une pratique est inséparable de celle de critères permettant d’établir si un fait social donné constitue un échantillon adéquat, ou non, de la pratique. Accomplir une performance dans le cadre d’une pratique présuppose toujours la possibilité de dire si l’exécution a été bonne ou non. Toute pratique implique dès lors non seulement l’existence de critères d’évaluation, mais également un horizon historique par rapport auquel ces critères évoluent.

37Ces définitions, bien qu’elles nous fassent avancer dans la recherche, ne suffisent pourtant pas encore à identifier de manière non ambiguë les pratiques en tant qu’objets d’analyse empirique. Si la référence à la téléonomie permet d’exclure une large partie des formes d’interaction sociale du domaine des pratiques, elle manque encore d’un degré suffisant de précision, et surtout de critères empiriques permettant d’expliquer comment identifier dans le réel quelque chose de l’ordre d’une pratique pour le soumettre ensuite à l’analyse empirique. À cet effet, des distinctions ultérieures sont nécessaires. Nous allons nous appuyer sur la distinction entre pratiques intégratives et pratiques dispersées introduite par Theodore Schatzki. Comme je vais le montrer, elle nous permet en effet de distinguer différents types d’usage du terme « pratique » à l’intérieur de l’analyse sociale.

2.4 Les niveaux d’analyse des pratiques

38J’ai dit plus haut que l’une des raisons qui est à la base du tournant pratique est la volonté de dépasser le dualisme qui oppose holisme social et individualisme. L’approche par les pratiques entend éviter les excès de ces deux conceptions, en se focalisant sur des formes complexes, et pourtant circonscrites, d’interactions entre acteurs sociaux. La référence à la structure téléonomique sert précisément à fournir aux pratiques un principe de structuration et de clôture, et à leur assurer un degré suffisant d’auto-consistance. En ce sens, on a avancé que la pratique dénote un niveau ontologique intermédiaire, incluant micro et macro. Mais l’ontologie des pratiques va indubitablement plus loin, car le concept même de pratique autorise une dispersion assez marquée par rapport à la taille des objets sociaux qu’elle est censée dénoter. Dire que les pratiques se positionnent dans la dimension meso de l’entre-deux qui sépare et articule le micro et le macro ne suffit donc pas pour comprendre quelle est la taille de ces pratiques.

39Nous pouvons lire la distinction introduite par Theodore Schatzki (1996, 2002) entre pratiques intégratives et pratiques dispersées comme une manière de rendre compte de la nature multidimensionnelle des pratiques, tout en préservant leur distinction conceptuelle par rapport à d’autres catégories qui, à première vue, ne sembleraient se distinguer des pratiques que pour des raisons de taille. Autrement dit, cette distinction permet d’articuler en termes plus précis la distinction de taille évoquée plus haut, et c’est en ce sens qu’elle permet d’articuler ultérieurement notre ontologie sociale des pratiques.

40Par pratique intégrative Schatzki entend un ensemble organisé d’actions et de discours téléologiquement orientés, ayant une extension à la fois spatiale et temporelle. Plus précisément, il définit une pratique intégrative comme « un ensemble de manières de dire et de faire connectées entre elles par des compréhensions, des règles explicites, et des structures téléoaffectives » (Schatzki, 1996, p. 103). Toute pratique sociale peut, en ce sens, être dite intégrative, dans la mesure où elle constitue un nexus organisé d’activités hétérogènes orientées vers la poursuite de finalités particulières. Une pratique de cuisine, une pratique religieuse, une pratique politique sont, d’après Schatzki, des exemples de ce concept.

  • 9 Je remercie Louis Quéré pour ses suggestions concernant cette liste.

41Une pratique dispersée dénote une unité d’activité considérablement plus simple, qui se centre autour d’un seul type d’action, mais qui peut se retrouver dans une pluralité de pratiques intégratives différentes. D’où l’idée de dispersion. Une pratique dispersée n’est pas autonome : elle intervient toujours comme ingrédient d’une pratique sociale intégrative. En ce sens, et contrairement aux pratiques intégratives, les pratiques dispersées n’ont pas de structure téléonomique propre, car elles obtiennent leur orientation des pratiques intégratives dans lesquelles elles sont inscrites. Elles ne possèdent donc pas de finalités intrinsèques, se pliant plutôt aux finalités exprimées par les pratiques intégratives dans lesquelles elles sont mobilisées. Comme exemple de pratiques dispersées Schatzki cite : décrire, ordonner, questionner, référer et examiner. On peut ajouter : argumenter, persuader, former une stratégie, documenter (une action, un événement), faire pression, se plaindre, approuver, désapprouver, sanctionner, rappeler à l’ordre, dresser, discipliner les corps9. Toutes ces pratiques peuvent, en tant que telles, faire l’objet d’une démarche d’enquête empirique. L’analyse des répertoires de contestation développée par Charles Tilly est un exemple saisissant de cette manière de pratiquer l’histoire pragmatique, conçue dans ce cas comme histoire de pratiques dispersées.

42On pourrait en ce sens faire l’histoire des manières de se plaindre, ou des formes d’argumentation, pour montrer comment leur dispersion contextuelle s’organise en fonction des formes de leur usage ou, autrement dit, des formes de leur intégration dans des pratiques intégratives.

43Si l’on suit Schatzki, la pratique dénote les deux registres d’activité qui constituent les ingrédients majeurs d’une ontologie sociale. Mais on peut bien évidemment rendre ce schème plus complexe, en suivant par exemple Shove, Pantzar et Watson (2012, p. 84-87), qui introduisent les termes de bündle et de complex en tant que strates intermédiaires entre les pratiques dispersées et les pratiques intégratives de Schatzki. Un bundle dénote ainsi un agrégat de pratiques unifiées par le fait d’avoir lieu dans le même espace, tandis qu’un complex dénote des formes plus sophistiquées d’intégration qui s’appuient sur des formes d’interdépendance et/ou de synchronisation (ibid., ch. 5). Comprendre le fonctionnement d’une société, ou d’une de ses parties, demande alors de l’étudier comme étant un nexus de pratiques se structurant à tous ces niveaux. Tout fait social pourrait alors être saisi en tant qu’agrégat de pratiques, dont l’analytique se compose de deux parties : une description des pratiques intégratives principales autour desquelles la vie sociale se structure ; une taxinomie des pratiques dispersées qui en constituent des ingrédients récurrents et dont la description permet de formuler des généralisations. On peut ainsi se représenter des types d’objets ainsi que des types de démarches qui pourraient caractériser une histoire pragmatique, entendue au sens d’histoire de pratiques.

2.5 Le principe d’hétérogénéité

44Une des idées centrales qui anime la théorie des pratiques est que l’ordre social doit être interprété en termes de coexistence d’éléments hétérogènes, et que pour comprendre cet ordre il faut étudier les manières de coexister de cette pluralité d’éléments. Cette idée permet de distinguer la théorie sociale des pratiques de toute forme d’interactionnisme, et de montrer que la notion de pratique n’est réductible ni à celle d’action ni à celle d’activité : en ce sens, la notion de pratique appartient à la théorie sociale plutôt qu’à la théorie de l’action. Une pratique ne se décrit donc pas en termes de routines, de régularités dans l’action, ou de modèles de conduite. En tant qu’ordre d’interaction meso-social sui generis, une pratique présuppose également l’existence d’entités ontologiquement non homogènes, comme les institutions, les technologies, les artefacts.

  • 10 Parmi les textes fondateurs de ce mouvement on peut signaler Hacking (1983), Pickering (1992), Lato (...)
  • 11 Voir Frega (2006).

45Le renouveau des « science studies » à partir de la première moitié des années 1980 est l’un des lieux privilégiés où cette manière de comprendre les pratiques a émergé10. Au carrefour entre sociologie et histoire des sciences d’un côté et renouveau du programme de l’épistémologie des sciences de l’autre, les « science studies » ont fourni un apport considérable à la compréhension de l’irréductibilité du facteur pratique en toute dimension de la vie sociale, y compris là où la pratique avait traditionnellement été dévaluée, à savoir dans la production de la connaissance scientifique. En prolongeant une intuition épistémologique jadis développée par le pragmatisme11, les « science studies » ont montré que la dimension pratique de la science était irréductible, d’un côté, à la dimension épistémologique de la construction de la connaissance et, de l’autre, à la dimension sociologique des processus sociaux. Comme Arjun Appadurai (1988), Andrew Pickering (1995), Bruno Latour (2005), entre autres, l’ont bien montré, l’appel aux pratiques est indissociable de ce principe d’hétérogénéité, car il vise précisément à rendre compte de l’ordre social et de ses artefacts à partir de l’étude des formes d’interaction entre les éléments qui le constituent.

  • 12 Voir notamment Schatzki (2002), et Shove, Pantzar & Watson (2012).

46L’histoire des sciences peut ainsi être vue comme étant le lieu d’une première apparition, pour ainsi dire inconsciente, d’une histoire pragmatique. Si c’est sans doute la théorie des acteurs-réseaux qui a développé la variante la plus suggestive de cette approche – variante toutefois rejetée par certains théoriciens des pratiques qui ne sont pas prêts à octroyer l’agency aux actants non humains12 –, c’est Andrew Pickering qui a le plus clairement montré le rôle pivot que la notion de pratique a joué dans cette transition. Pickering se sert notamment de l’expression « mangle of practice » pour caractériser la science comme activité sociale complexe, c’est-à-dire comme une imbrication de relations dynamiques et changeantes entre ordres du réel irréductibles entre eux. Pour Pickering, ce qui caractérise le « practice turn » dans l’étude des sciences c’est précisément ce parti pris anti-réductionniste, d’après lequel étudier la science (ou toute autre dimension du social) en tant que pratique signifie explorer les rapports entre dimensions hétérogènes, plutôt que chercher à simplifier le réel par le biais de sa réduction à l’un ou l’autre de ses facteurs.

  • 13 Pour une analyse plus détaillée de ces aspects, voir le premier chapitre de Pickering (1995).

47La notion de pratique devient ainsi une notion clé en ce qu’elle permet d’exhiber l’articulation de ce matériel hétérogène, et c’est en ce sens qu’il faut comprendre que la science n’est ni connaissance, ni conflit, ni technologie mais agencement complexe de tous ces facteurs. Pour ce faire, Pickering définit la science en tant que pratique à partir de trois traits distinctifs. Tout d’abord, le dynamisme temporel et évolutif, car en tant que pratique la science n’existe que dans le temps des ajustements incessants imposés par ses interactions avec le monde. Ensuite, une forme de structuration intrinsèque, car en tant que pratique la science est constituée par l’entrelacement de facteurs d’ordres différents : conceptuels, sociaux et matériaux. En dernier lieu, la science, comme toute pratique, présente une structure dialectique et évolue à travers un mouvement progressif de résistances et d’accommodements13.

48Le « mangle » dénote alors cette « structuration temporelle de la pratique en tant que dialectique de résistances et d’accommodements » (Pickering, 1995, p. xi). Ce thème a été récemment repris par Shove, Pantzar et Watson (2012), qui soulignent l’importance de l’innovation en tant que moment constitutif de la structure temporelle des pratiques. Ils soulignent également celle de la notion de pratique en tant qu’outil conceptuel pour penser l’innovation en tant que processus consubstantiel aux pratiques sociales et en tant que corrélat d’ajustements et d’interactions ordinaires plutôt que de découvertes ponctuelles et de discontinuités radicales (Franke & Shah, 2003).

3. La pratique comme explanans

49Dans la section précédente, j’ai présenté une pluralité d’approches qui, prises ensemble, dessinent les contours d’une ontologie sociale des pratiques. Ce faisant, j’ai assumé le fait que la question « qu’est-ce qu’une pratique ? » avait une légitimité propre, et qu’une science sociale des pratiques pouvait avoir du sens en tant qu’entreprise visant l’identification, l’analyse et la description d’unités sociales spécifiques, appelées « pratiques ». J’ai également montré pourquoi une science sociale des pratiques devrait être particulièrement ouverte sur une perspective historique, et que ce fait permettait de rendre compte de l’émergence d’une histoire pragmatique entendue comme histoire des pratiques, ou plutôt comme manière de rendre compte de l’historicité en tant que facteur constitutif des pratiques.

50Cette approche s’expose toutefois au risque d’hypostasier les pratiques, et d’en faire des ingrédients du social au même titre que les objets. Il faut donc préciser que l’ontologie des pratiques que je viens d’esquisser est une ontologie fonctionnelle : elle ne consiste pas à dire que les pratiques existent dans le monde comme des entités autonomes. Une pratique est en ce sens toujours le corrélât d’une stratégie d’enquête. Cela dit, il est important de remarquer que pour plusieurs des auteurs que je viens d’évoquer, les pratiques sont effectivement les « faits » sociaux qu’il s’agit d’expliquer. Une science sociale des pratiques, en ce sens, est une science sociale qui se propose de mettre à nu, identifier, analyser et décrire des « entités » particulières qui ne se réduisent pas aux objets, technologies, rapports sociaux, valeurs, connaissances et autres ingrédients du social, et qui pourtant ne se laissent pas non plus décrire comme des « sphères » autonomes du social lui-même. Il s’agit d’agencements d’éléments hétérogènes qui ont une existence spatio-temporelle et dont la consistance – de quoi sont-ils faits ? Quelle est la nature des relations qui relient entre eux les éléments qui les composent ? Comment ces agencements varient-ils dans l’espace et dans le temps ? – constitue l’objet direct de l’enquête.

51Cette approche des pratiques doit être distinguée d’une autre qui, tout en partageant beaucoup de présupposés théoriques avec l’ontologie des pratiques, s’en distingue en ce qu’elle tend à considérer l’appel aux pratiques plus comme un principe de méthode que comme le pilier d’une ontologie sociale. Pour des théoriciens comme Harold Garfinkel, Michel Foucault, Charles Tilly, ainsi que pour la plupart des pragmatistes, l’intérêt de la notion de pratique tient à sa capacité de rendre possibles des descriptions d’un régime spécifique de fonctionnement de l’ordre social. Plus précisément, la notion de pratique, avec les notions associées de mécanisme et de dispositif, est invoquée en tant que pivot d’une stratégie méthodologique qui se met à l’écart des démarches traditionnelles, notamment celles qui procèdent en termes d’action individuelle, ou qui se réclament d’entités macro-sociales (universaux, structures, etc.).

52Dans cette perspective, plus que la forme du réel à comprendre, la pratique dénote un explanans spécifique dont on peut se servir pour rendre compte des faits sociaux. Si pour des auteurs comme MacIntyre, Oakeshott et Schatzki la notion de pratique appartient au langage de l’ontologie sociale, et si pour eux la théorie sociale a comme tâche l’analyse et la description des pratiques sociales, pour des auteurs comme Garfinkel, Foucault, Tilly et les pragmatistes la notion de pratique appartient d’abord au langage de la méthodologie et de l’épistémologie. Plus que s’interroger sur ce qu’est une pratique, il s’agit ici, pour eux, de faire de la pratique un principe de méthode.

53Ainsi comprise, la théorie sociale ne viserait dès lors pas la description des pratiques mais plutôt l’explication par les pratiques. Bien que strictement interdépendantes, la démarche ontologique et la démarche méthodologique doivent être distinguées en ce qu’elles dénotent deux manières différentes d’aborder la question du statut des pratiques en sciences sociales. Dans les trois prochaines sections je me propose d’illustrer brièvement par trois exemples ce que signifie d’un point de vue méthodologique le fait de se réclamer des pratiques.

3.1 Une théorie pragmatiste des mécanismes sociaux

54Si la notion de pratique occupe une place centrale dans toute la tradition pragmatiste, il revient récemment à Neil Gross d’avoir insisté sur l’importance méthodologique de cette notion dans le cadre d’une théorie de l’explication des faits sociaux. Gross (2009) insiste notamment sur le fait que le pragmatisme, en raison de son appel à la pratique, fournirait le point de départ méthodologique pour dépasser l’opposition stérile entre le déterminisme structuraliste et le déni du social propre aux théories du choix rationnel.

  • 14 Mais voir Gautier (2012) pour une lecture de Bourdieu plus proche du pragmatisme.

55Les pratiques seraient en ce sens des mécanismes sociaux capables d’articuler le niveau micro de l’action individuelle avec le niveau macro de la généralisation explicative. Elles permettraient donc de préserver le potentiel explicatif apporté par les différentes formes d’interactionnisme tout en évitant leur limite majeure, à savoir l’incapacité à passer de la dimension microsociologique de l’interaction à la dimension macrosociologique du fonctionnement d’une société. Ce problème peut, d’après Gross, être dépassé à condition de s’appuyer sur une conception pragmatiste de la pratique. Le pragmatisme a en effet développé une conception active et créative de la pratique, capable d’articuler créativité de l’agir individuel et régularité des formes de la vie sociale, d’une manière qui, par exemple, n’est pas accessible aux théories de la pratique comme habitus, dont notamment celle de Bourdieu, en raison de la place très minimale que cette dernière fait à la créativité de l’agir individuel14.

56D’après Gross, une pratique constitue un mécanisme social si elle peut être identifiée comme étant le processus social qui conduit à un changement d’état ou à un événement. L’analyse par les pratiques se propose donc de comprendre l’explication en sciences sociales dans les termes de la description du système d’actions qui permet de passer de l’état social S1 à l’état social S2. Ce qui est objet d’explication, on le voit bien, ce n’est pas la pratique (sous forme de mécanisme), mais la transition de S1 à S2. La pratique, ou mécanisme social, est précisément ce qui rend cette transition possible. Un mécanisme social produit des effets causaux en se déployant dans le temps et dans l’espace.

57Ce qui caractérise la pratique en tant que mécanisme social ce ne sont pas des propriétés objectives spécifiques (sa durée, son extension, sa finalité, etc.) comme c’était le cas dans les théories ontologiques de la pratique, mais plutôt sa fonction heuristique : tout fait social peut tenir lieu de mécanisme – et donc de pratique – à condition de jouer ce rôle d’explanan par rapport à un changement d’état ou à un événement dont l’étendue, la durée et la portée peuvent varier considérablement. D’après Gross, la notion de pratique constitue le meilleur candidat pour développer une théorie des mécanismes sociaux, c’est-à-dire pour décrire des processus causaux au niveau de la réalité sociale. L’avantage de la notion de pratique ainsi comprise tient à ce qu’elle est capable de conjuguer efficacité causale et généralité.

3.2 Les répertoires de contestation comme pratiques

  • 15 Voir Tilly (2006).

58Les travaux de Charles Tilly, dont l’inflexion pragmatiste a été reconnue par l’auteur lui-même vers la fin de sa vie15, offrent un autre exemple d’une histoire pragmatique entendue au sens méthodologique. C’est notamment le cas de ce que Tilly appelle « répertoires de contestation ». D’après Tilly, les formes de la contestation politique dépendent à chaque époque d’un répertoire historiquement déterminé de pratiques qui seraient accessibles aux acteurs sociaux, et dont il revient à l’historien d’en reconstituer la logique. Un répertoire est défini comme « un ensemble limité de routines qui sont apprises, partagées, et mises en acte à travers un processus de choix délibéré » (Tilly, 1995, p. 42).

59On pourra dès lors comprendre les répertoires de contestation comme étant des ensembles de routines, habitudes, actions auxquels les acteurs sociaux font appel dans leurs pratiques de revendication. Un répertoire est composé de pratiques dispersées au sens de Schatzki, et la contestation constitue un exemple de pratique intégrative. La contestation en tant que pratique intégrative socio-historiquement déterminée établit, entre autres, quelles pratiques dispersées peuvent être légitimement activées dans une situation donnée. Ce sont toutefois les acteurs sociaux qui, à chaque moment, choisissent à l’intérieur du répertoire les pratiques dispersées qui leur paraissent plus adaptées à la situation dans laquelle ils agissent. Ainsi comprise, l’histoire pragmatique est à la fois reconstitution des répertoires, étude des formes de leur variation dans le temps, ainsi que des formes de leur mobilisation dans le cadre de pratiques sociales plus vastes. On voit que la notion de pratique intervient aux deux niveaux des pratiques, les dispersées comme les intégratives.

60Les recherches socio-historiques de Charles Tilly montrent en quel sens l’histoire peut être pragmatique : sa tâche consisterait à reconstruire de manière détaillée les répertoires de pratiques dispersées disponibles à une époque donnée, à étudier des transformations conduisant d’un répertoire à un autre, à décrire des manières de s’approprier les différentes pratiques dispersées composant un répertoire, et ainsi de suite. L’étude des « arts de résistance » développée par James Scott (1979) constitue une variation du même modèle, malgré le fait que Scott aboutisse à une reconstruction beaucoup moins détaillée, moins systématique et aussi historiquement moins sophistiquée des pratiques qui constitueraient ces répertoires.

3.3 Pragmatique et gouvernementalité

  • 16 Sur les usages de la pratique chez Foucault voir notamment Cohen (2011).

61Un autre exemple d’histoire pragmatique au sens méthodologique est offert par les généalogies foucaldiennes. C’est notamment dans les cours au Collège de France des années 1977-1978 et 1978-1979 que Michel Foucault décrit les principes de sa méthodologie pour l’analyse des régimes de gouvernementalité en termes fort proches de ceux d’une histoire pragmatique16. Comme pour les « science studies », il s’agit encore d’une véritable histoire pragmatique ante litteram. C’est notamment dans la première séance du cours de 1978-1979 que le thème de la pratique apparaît dans une perspective proprement méthodologique en tant que fil rouge d’une démarche d’enquête historique. Étudier le pouvoir comme une pratique de gouvernementalité signifie, d’après Foucault, donner aux pratiques la fonction d’explanans, fonction qui avait traditionnellement été assignée aux institutions ou aux intentionnalités collectives.

62Dans le détournement méthodologique accompli par Foucault nous voyons émerger les enjeux majeurs de l’histoire pragmatique. « Art de gouverner », gouvernement, gouvernementalité : chacun des termes dont se sert Foucault renvoie à la dimension temporelle, active et opérationnelle des pratiques. Il déclare d’emblée que l’attention portée aux pratiques gouvernementales « implique immédiatement un certain choix de méthode » (Foucault, 2004, p. 4). Ce choix de méthode, dont les implications pour la recherche ultérieure de Foucault sont connues, consiste en ceci

[Q]u’en choisissant de parler ou de partir de la pratique gouvernementale, c’est, bien sûr, une manière tout à fait explicite de laisser de côté comme objet premier, primitif, tout donné, un certain nombre de ces notions comme, par exemple, le souverain, la souveraineté, le peuple, les sujets, l’État, la société civile : tous ces universaux que l’analyse sociologique, aussi bien que l’analyse historique et l’analyse de la philosophie politique, utilise pour rendre compte effectivement de la pratique gouvernementale. (Ibid.)

63L’appel aux pratiques sert à Foucault pour prendre à contre-pied les démarches traditionnelles, critiquées par le fait de se donner, sans le problématiser, ce qui pour Foucault, au contraire, ne peut être compris que comme étant le résultat de pratiques historiques : soit des institutions déjà constituées, soit des sujets individuels ou collectifs qui seraient donnés au préalable. Il s’agit en tout cas d’entités qui sont supposées pré-exister à l’action, par rapport à laquelle elles jouent ce rôle d’explanans, que Foucault, au contraire, va assigner aux pratiques. Voilà l’enjeu d’une histoire pragmatique (ibid.) :

Partir de cette pratique telle qu’elle se donne […] pour voir, à partir de là, comment peuvent effectivement se constituer un certain nombre de choses, sur le statut desquelles il faudra bien sûr s’interroger, et qui sont l’État et la société, le souverain et les sujets, etc.

4. L’épistémologie des pratiques

64L’analyse conjointe de ce doublet ontologico-méthodologique permet d’affirmer que, dans leur ensemble, les approches qui se reconnaissent dans le « tournant pratique » présupposent une épistémologie commune. Car c’est seulement par rapport à un tel cadre qu’il devient possible d’éclairer le statut théorique de la connaissance historique pragmatique elle-même, ainsi que celui de la connaissance en tant qu’objet d’enquête historique – savoir des agents qui deviennent objets d’enquête, connaissance scientifique, savoir produit par les institutions, etc.

65Bien que cette épistémologie commune n’ait jamais été explicitée comme telle, et que ce partage soit par conséquent seulement tacite et certes imparfait, il est possible d’en indiquer les traits majeurs. Cette « épistémologie des pratiques » peut être définie à partir de quatre principes : (a) le contextualisme ; (b) le rejet de l’atomisme individualiste ; (c) un parti pris empiriste ; (d) l’anti-déterminisme.

  • 17 J’ai abordé cette question avec plus de détails dans Frega (2006). Dans Frega (2011) le lecteur pou (...)

66Concevoir le réel comme un « nexus de pratiques » présuppose non seulement de se doter d’une ontologie et d’une méthodologie spécifiques, comme il a été montré jusqu’ici, mais également d’adopter une épistémologie qui soit cohérente avec elles. Le pragmatisme a notamment développé une épistémologie qui satisfait ces conditions. Dès son origine, dans la maxime peircéenne, la question de la pratique et de son statut a été liée à la question de la place que l’on accorde à la dimension des effets et/ou des conséquences dans leurs rapports à la cognition et à l’action. Cette définition est inévitablement vague et vaste, car dans l’épistémologie pragmatiste l’appel à la pratique caractérise presque tous les domaines de la réflexion philosophique : la sémantique, l’épistémologie, la logique, l’anthropologie, mais aussi la philosophie politique et morale, et plus généralement la théorie de la normativité17.

67Je ne peux donner ici que quelques points de repère avant de conduire cet article à sa conclusion : (a) la maxime peircéenne jette les bases d’une théorie de la signification fondée sur l’analyse des conséquences produites dans l’expérience par le fait de tenir une croyance pour vraie et d’agir selon ce qu’elle dicte ; (b) la conception deweyenne de l’enquête définit le raisonnement et la connaissance en termes d’activités se déployant dans l’espace situationnel de pratiques sociales de tout genre ; (c) l’empirisme radical de William James met en place une ontologie fondée sur les notions de devenir, de flux, de singularité qui résiste à toute sur-détermination théorique externe ; (d) l’anthropologie et la psychologie sociale de Dewey et de Mead se fondent sur une conception de l’action humaine et de la vie sociale centrée sur l’idée d’un rapport dynamique sans cesse repris entre les habitudes socialement instituées et la créativité individuelle ; (e) la philosophie politique de Dewey se fonde sur une notion de public politique définie à partir de la notion de conséquences : ce qui définit une collectivité politique ne sont pas les traits formels comme la naissance ou la citoyenneté mais c’est le fait de se reconnaître comme étant affecté de manière directe et indirecte par un ensemble donné de conséquences, dont il s’agit d’assurer la maîtrise ; (f) la théorie de la normativité de Frederick Will se fonde sur une conception des normes comme étant immanentes aux situations et dès lors toujours en train d’être engendrées et révisées dans le cours de leur usage en pratique.

68On a ici des exemples précis de ce que signifie, dans des domaines variés d’enquête, adopter une démarche fondée sur la primauté des pratiques, et sur ce que cela implique en termes de théories de la connaissance et de la rationalité.

69Notamment, une approche exhaustive des pratiques ne demande rien de moins qu’une quadruple articulation théorique qui soit à la fois sémantique, ontologique, méthodologique et épistémologique. Tâche sans doute redoutable, mais également nécessaire pour faire ressortir le potentiel heuristique de cette notion si souvent employée, et également si souvent abusée.

Conclusions

70Cet excursus sur la notion de pratique permet de jeter quelques lumières sur le projet d’une histoire pragmatique, entendue au sens d’une histoire de pratiques. L’histoire pragmatique en tant qu’histoire de pratiques soulève en effet un problème de méthode auquel tout le mouvement du « practice turn » doit se confronter : comment étudier une pratique dans son identité historique ? Comment la circonscrire pour en déterminer les éléments constitutifs, tout en reconnaissant son dynamisme intrinsèque ? Répondre à ces questions demande au préalable que l’on éclaircisse la signification même de ce terme si élusif qu’est celui de « pratique ». C’est seulement à ces conditions que l’idée même d’une histoire pragmatique pourra échapper au vague d’un usage terminologique à la mode.

71Certes, d’autres types d’histoires pragmatiques sont possibles – et ce volume en témoigne. Mais prendre au sérieux l’idée que l’histoire pragmatique puisse se comprendre comme histoire de pratiques ne peut avoir de sens qu’à partir d’une compréhension claire de ce que nous entendons par pratique. Il reviendra bien évidemment à des démarches ultérieures et plus précises – et dont la mise au point ne peut venir que d’historiens pragmatiques – d’éclairer les implications opérationnelles de cette notion.

72Ni histoire des conduites individuelles, ni histoire des totalités sociales, l’histoire pragmatique trouverait dans cette dimension ontologique intermédiaire des pratiques son point d’équilibre. La pratique sociale comme articulation complexe d’actions, objets, discours, technologies dotées d’unité, devient ainsi l’élément distinctif de la démarche pragmatique en histoire. Ainsi conçue, une histoire pragmatique en tant qu’histoire de pratiques viserait à faire émerger les logiques de fonctionnement d’ensembles hétérogènes et complexes, à restituer le sens d’un réel qui est un « mangle », ou un « réseau », nexus de pratiques intégratives et dispersées. Comprendre une pratique signifie comprendre la place qu’y jouent des institutions (les banques, le gouvernement, les syndicats), des appareils techniques (la chaîne de montage, le bureau des méthodes, les instruments de mesure), ainsi que toute une pluralité d’intentionnalités concurrentes. En même temps, une pratique n’est pas – ou pas seulement – quelque chose qui existerait objectivement « out there », car elle est également le corrélât d’une stratégie d’analyse du réel, le fruit d’un choix méthodologique. En ce sens, la pratique peut être située à des niveaux d’analyse très variés, se constituant tous au carrefour de ce doublet ontologico-méthodologique dont cet article a cherché à démêler certains des traits constitutifs.

73Malgré leur grande diversité, les démarches pragmatiques s’accordent sur la façon dont cette découpe doit procéder : il s’agit toujours de retrouver l’unité d’un agencement social au niveau d’un nexus d’entités qui « tiennent ensemble » à l’intérieur d’un dynamisme temporel. Comme on l’a vu, pour la plupart des théoriciens des pratiques sociales, la pratique a un pouvoir d’organisation et de structuration du réel, elle est une forme immanente, non subjective, de production d’ordre social qui, tout en s’appuyant sur les formes d’agentivité humaine et non humaine, en est partiellement émancipée. Ce constat, en conclusion, justifie ce détour par les pratiques et fonde la légitimité théorique et méthodologique de l’histoire pragmatique comme forme d’écriture de l’histoire, ayant non seulement son objet propre mais faisant des pratiques une modalité spécifique d’accès à la réalité du fonctionnement de la société et de ses modes d’organisation. Il fait de l’histoire pragmatique le dernier chapitre de ce tournant pratique qui, depuis l’aube du vingtième siècle, ne cesse de creuser son sillon en philosophie et dans les sciences sociales.

Bibliographie

Appadurai Arjun (1988), The Social Life of Things : Commodities in Cultural Perspective, Cambridge, Cambridge University Press.

Bourdieu Emmanuel (1998), Savoir faire : contribution à une théorie dispositionnelle de l’action, Paris, Seuil.

Cefaï Daniel & Laurent Perreau (eds) (2012), Erwing Goffman et l’ordre de l’interaction, Amiens/Paris, CURAPP-ESS/CEMS-IMM.

Cohen Yves (2001), Organiser à l’aube du taylorisme. La pratique d’Ernest Mattern chez Peugeot, 1906-1919, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises.

Cohen Yves (2011), « Foucault déplace les sciences sociales. La gouvernementalité et l’histoire du xxe siècle », in Pascale Laborier, Frédéric Audren, Paolo Napoli & Jakob Vogel (eds), Les sciences camérales : activités pratiques et histoire des dispositifs publics, Paris, Presses universitaires de France, p. 43-79.

Dewey John (1908), « What Pragmatism Means by Practical », Journal of Philosophy, Psychology, and Scientific Methods, volume 5.

Dreyfus Hubert (1991), Being-in-the-World : A Commentary on Heidegger’s Being and Time, Division I, Cambridge, The MIT Press.

Foucault Michel (2004), Naissance de la biopolitique : cours au Collège de France (1978-1979), Paris, Gallimard.

Franke Nikolaus & Sonali Shah (2003), « How Communities Support Innovative Activities : An Exploration of Assistance and Sharing Among End-Users », Research Policy, 32 (1), p. 157-178.

Frega Roberto (2006), John Dewey et la philosophie comme épistémologie de la pratique, Paris, l’Harmattan.

Frega Roberto (ed.) (2011), Pragmatist Epistemologies, Lanham, Lexington.

Frega Roberto (2015), « The Normative Structure of the Ordinary », European Journal of Pragmatism and American Philosophy, 7 (1), p. 54-76 [journals.openedition.org/ejpap/370].

Frega Roberto & Roberto Brigati (eds) (2004a), « La svolta pratica in filosofia, I », Discipline Filosofiche, XIV, 2, Quodlibet, Macerata.

Frega Roberto & Roberto Brigati (eds) (2004b), « La svolta pratica in filosofia, II », Discipline Filosofiche, XV, 1, Quodlibet, Macerata.

Garreta Guillaume (2004), « Le sens en action. Usages de la “pratique” dans la philosophie de James et Dewey », in Stéphane Haber (ed.), L’action en philosophie contemporaine, Paris, Ellipse, p. 42-64.

Gautier Claude (2012), La force du social. Enquête philosophique sur la sociologie des pratiques de Pierre Bourdieu, Paris, Cerf.

Giddens Anthony (1984), The Constitution of Society, Cambridge, Polity Press.

Girel Mathias (2004), « Enquête, croyances, conséquences pratiques », in Bruno Karsenti & Louis Quéré (eds), La croyance et l’enquête. Aux sources du pragmatisme, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 15), p. 85-110.

Gross Neil (2009), « A Pragmatist Theory of Social Mechanisms », American Sociological Review, 74 (3), p. 358-379.

Hacking Ian (1983), Representing and Intervening, Cambridge, Cambridge University Press.

Hutchins Edwin (1995), Cognition in the Wild, Cambridge, MIT Press.

Latour Bruno (2005), Re-Assembling the Social. An Introduction to Actor-Network Theory, Oxford, Oxford University Press.

Latour Bruno & Steve Woolgar (1979), Laboratory Life : The Social Construction of Scientific Facts, Princeton, Princeton University Press.

Laugier Sandra (2012), « La vulnérabilité de l’ordinaire. Goffman lecteur d’Austin », in Daniel Cefaï & Laurent Perreau (eds), Erwing Goffman et l’ordre de l’interaction, Amiens/Paris, CURAPP-ESS/CEMS-IMM, p. 341-371.

MacIntyre Alasdair (1981), After Virtue, Notre-Dame, University of Notre-Dame Press.

Oakeshott Michael (1975), On Human Conduci, Oxford, Clarendon Press.

Pestre Dominique (2006), Introduction aux Science Studies, Paris, La Découverte.

Pickering Andrew (1992), Science as Practice and Culture, Chicago, University of Chicago Press.

Pickering Andrew (1995), The Mangle of Practice, Chicago, University of Chicago Press.

Polanyi Michael (1967), The Tacit Dimension, Garden City, Anchor Books.

Rawls Anne (2009), « An Essay on Two Conceptions of Social Order : Constitutive Orders of Action, Objects and Identities vs Aggregated Orders of Individual Action », Journal of Classical Sociology, 9 (4), p. 500-520.

Reckwitz Andreas (2002), « Toward a Theory of Social Practices : A Development in Culturalist Theorizing », European Journal of Social Theory, 5 (2), p. 243-263.

Ricœur Paul (1977), La sémantique de l’action, Paris, CNRS Éditions.

Ryle Gilbert (1949), The Concept of Mind, Londres, Hutchinson.

Schatzki Theodore R. (1996), Social Practices. A Wittgensteinien Approach to Human Activity and the Social, Cambridge, Cambridge University Press.

Schatzki Theodore R. (2002), The Site of the Social, University Park, Pennsylvania University Press.

Schatzki Theodore, Knorr-Cetina Katrin & Eike von Savigny (2001), The Practice Turn in Contemporary Theory, New York, Routledge.

Scott James (1979), The Moral Economy of the Peasant, New Haven, Yale University Press.

Sennett Richard (2009), Ce que sait la main : la culture de l’artisanat, Paris, Albin Michel.

Shapin Steven & Simon Schaffer (1985), Leviathan and the Air-Pump, Princeton, Princeton University Press.

Shove Elizabeth, Pantzar Mika & Matt Watson (2012), The Dynamics of Social Practice, Londres, SAGE Publications.

Tilly Charles (1995), Popular Contention in Great Britain, 1758-1834, Cambridge, Harvard University Press.

Tilly Charles (2006), Why ?, Princeton, Princeton University Press.

Tobach Ethel, Falamagne Rachel & Mary Parlee (1997), Mind and Social Practice. Selected Writings of Sylvia Scribner, Cambridge, Cambridge University Press.

Turner Stephen (1994), The Social Theory of Practices, Cambridge, Cambridge University Press.

Notes

1 Voir les deux volumes Frega & Brigati (2004a, 2004b), qui cherchent précisément à rendre compte de l’étendue de ce mouvement, même si, à l’époque, l’histoire ne semblait pas encore avoir été atteinte par ce mouvement, ou du moins pas de manière explicite.

2 C’est notamment la signification de la stratégie pragmatiste chez des auteurs comme Charles S. Peirce ou John Dewey. On remarquera plus généralement que dans la tradition pragmatiste c’est d’abord par l’adjectif « practical » que la démarche pragmatiste se définit en tant que stratégie philosophique s’appuyant sur l’analyse des conséquences pratiques (« practical consequences ») associées à des actions, objets, concepts, ou théories. Voir notamment Dewey (1908). Pour une analyse de la portée philosophique de ce texte je me permets de renvoyer à Frega (2006). Voir aussi Garreta (2004) et Girel (2004) pour une mise en contexte du statut de la pratique dans le pragmatisme.

3 La théorie de la structuration d’Anthony Giddens (1984) est un exemple typique de cette manière d’appréhender le tournant pratique, en ce qu’elle vise à s’émanciper à la fois du holisme structuraliste et de l’individualisme de la sociologie interprétative.

4 Outre les textes classiques de Bourdieu lui-même, voir Bourdieu (1998), Gautier (2012).

5 Voir notamment Turner (1994), et Dreyfus (1991).

6 Voir, dans une littérature très vaste, Sennett (2009), Tobach, Falamagne & Parlee (1997), Hutchins (1995).

7 Je développe cette analyse de manière plus articulée dans Frega (2015). Sur l’approche ethnométhodologique de l’ordre social voir, outre les textes de référence de Harold Garfinkel, les analyses consacrées par Anne Rawls à cette question, notamment dans Rawls (2009). Sur Goffman, voir notamment les différents articles recueillis dans Cefaï & Perreau (2012), et notamment l’analyse de Sandra Laugier (2012), qui compare les analyses goffmaniennes des gaffes aux analyses austiniennes des infélicités linguistiques.

8 Avant MacIntyre, Michael Oakeshott avait proposé une analyse de la pratique qui anticipait cette conception téléonomique et qui la développait dans un cadre qui n’était pas celui de la philosophie morale mais celui de la théorie sociale et politique. Pour Oakeshott (1975, p. 55), « A practice may be identified as a set of considerations, manners, uses, observances, customs, standards, canons maxims, principles, rules, and offices specifying useful procedures or denoting obligations or duties which relate to human actions and utterances. It is a prudential or a moral adverbial qualification of choices and performances, more or less complicated, in which conduct is understood in terms of a procedure. »

9 Je remercie Louis Quéré pour ses suggestions concernant cette liste.

10 Parmi les textes fondateurs de ce mouvement on peut signaler Hacking (1983), Pickering (1992), Latour & Woolgar (1979), Shapin & Schaffer (1985). Pour une présentation d’ensemble voir Pestre (2006).

11 Voir Frega (2006).

12 Voir notamment Schatzki (2002), et Shove, Pantzar & Watson (2012).

13 Pour une analyse plus détaillée de ces aspects, voir le premier chapitre de Pickering (1995).

14 Mais voir Gautier (2012) pour une lecture de Bourdieu plus proche du pragmatisme.

15 Voir Tilly (2006).

16 Sur les usages de la pratique chez Foucault voir notamment Cohen (2011).

17 J’ai abordé cette question avec plus de détails dans Frega (2006). Dans Frega (2011) le lecteur pourra trouver une pluralité d’approches qui donnent le sens de la variété des épistémologies pragmatistes. Voir aussi Girel (2004).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search