Version classiqueVersion mobile

Histoires pragmatiques

 | 
Francis Chateauraynaud
, 
Yves Cohen

Aux prises avec le pragmatisme

De l’empirisme radical à l’histoire radicelle

Lire William James pour enquêter sur les institutions psychiatriques soviétiques

Grégory Dufaud

Texte intégral

« Le ficus, verticalement chu d’une des branches de l’arbre dix fois plus gros que lui, enserre celui-ci par le milieu ; ses radicelles, devenues tronc à leur tour, l’étreignent comme les bras d’une pieuvre. »
André Gide, Le retour du Tchad, 1928

  • 1 Pour les échanges que nous avons eus, je remercie les organisateurs du séminaire préparatoire à ce (...)
  • 2 En Russie, les premières structures pour malades mentaux remontent au règne de Catherine II : elles (...)
  • 3 Est-il possible de connaître l’ampleur des accidents à l’échelle du pays ? L’État soviétique est au (...)

1Quand on étudie en histoire les établissements psychiatriques, on les envisage d’ordinaire comme des structures dont les grandes mutations sont surtout liées aux évolutions générales de la psychiatrie1. L’une des manifestations du changement est la résistance qu’il provoque auprès de l’ensemble de la population hospitalière : soignants, aidants et patients. Le changement agit dès lors comme un révélateur des tensions au sein des institutions (Majerus, 2013). Ma perspective sera différente, en ce qu’elle visera à montrer que les transformations tiennent au moins tout autant à des dynamiques suscitées depuis l’intérieur des hôpitaux. À cette fin, je m’appuierai sur une enquête sur les institutions psychiatriques soviétiques – uniquement civiles – durant l’entre-deux-guerres, en me focalisant sur les « accidents » qu’ils ont connus2. Comme en français, le syntagme russe (neschastnyi sluchai) recouvre un large éventail de phénomènes qui mettent en jeu la sécurité des personnes : agressions et rixes, fuites et tentatives de fuite, suicides et tentatives de suicide3. L’intérêt d’étudier ces accidents est que, inhérents à la prise en charge psychiatrique, ils n’en étaient pas moins portés à l’attention d’acteurs nombreux et variés, y compris hors des hôpitaux. Par les actions qu’ils pouvaient entreprendre, les protagonistes bousculaient alors le dispositif hospitalier.

  • 4 On retrouve ici ce qui sera le mot d’ordre de la sociologie et de l’histoire des sciences. Voir not (...)

2Pour saisir les transformations que les hôpitaux connaissent, les accidents seront examinés dans leur déploiement en considérant, à la suite de William James, un des pères du pragmatisme avec Charles S. Peirce et John Dewey, que « la seule fonction qu’une expérience peut remplir est de mener à une autre expérience » (James, 2005, p. 70). Cette proposition est à comprendre à l’aune de la thèse qu’il défend sur la continuité expérientielle et la réalité comme réseau, thèse à laquelle est adossé son projet d’empirisme radical. Il peut y avoir quelque chose d’étonnant à se tourner vers la philosophie de James, lui dont la pensée est si loin des sciences sociales et qui n’a, de surcroît, jamais cherché à élaborer un système intellectuel. Mais c’est précisément dans ce double écart que réside tout l’intérêt de le lire. Avec lui, nul dogme à respecter, seulement des propositions qui ne valent qu’en pratique. Dans l’ontologie sociale qu’il défend, « ce qui existe réellement, ce ne sont pas des choses, mais des choses en train de se faire » (James, 2007a, p. 177 ; souligné par l’auteur4). Si vouloir suivre les accidents en leur cheminement nous permet d’expérimenter en histoire les thèses jamesiennes, il n’y a en réalité d’avantage à le faire que parce que cela amène à éprouver certains des moyens utilisés pour rendre compte du passé. Car la notion de déploiement engage non seulement celle de changement, mais également celles, tout aussi centrales en histoire, de causalité et d’échelle.

  • 5 Sur les pragmatismes, Lavergne & Mondémé (2008), Cefaï et al. (2015). Antoine Hennion (2015) consac (...)
  • 6 C’est un point souligné par Cyril Lemieux (2012) qui a proposé le concept de « conversionnisme ». T (...)
  • 7 J’utiliserai des documents recueillis non seulement à Moscou, mais aussi à Saint-Pétersbourg et à K (...)

3Le rapprochement de l’histoire avec la philosophie nourrit ainsi la démarche réflexive à travers ce double mouvement qui consiste à voir ce qu’une conception pragmatiste fait à l’histoire et comment l’histoire peut éventuellement se faire pragmatiste, ou radicelle pour recourir à une métaphore botanique5. L’effort de réflexivité auquel nous invite le détour par la philosophie ne peut toutefois reposer que sur la traduction de la doctrine de James en vue d’en proposer un usage proprement historien : l’emprunt de l’histoire à la philosophie impose en effet comme condition sine qua non de reconnaître la différence des régimes de vérité6. Aussi, cet article débutera par l’exposition des principes tirés de la pensée jamesienne avant de poursuivre par la description des accidents, à la mesure de ce qu’autorisent les sources, en réalité très fragmentées et fragmentaires, lesquelles offrent toutefois une belle place à l’hôpital Kashchenko de Moscou, l’un des plus importants de la capitale7. Leur description permettra de montrer les voies que les accidents ont frayées et d’en retracer les déploiements en fonction des logiques qui les portent et des relations que ceux-ci entretiennent. À la différence de la pratique historienne qui s’emploie à construire son objet de recherche, il s’agira donc ici de laisser l’objet construire l’enquête, pour reprendre ce terme qui appartient non pas au vocabulaire de James, mais à celui de Dewey.

L’enquête historienne au prisme de l’empirisme radical : l’histoire radicelle

  • 8 La conception de la réalité comme réseau se retrouve chez John Dewey, mais sa définition de l’expér (...)

4Afin de comprendre en quoi s’intéresser aux accidents permet d’appréhender le changement en hôpital psychiatrique, il faut d’emblée en venir à la caractérisation de l’expérience telle que James l’a proposée en soulignant que si, chez lui, cette notion est centrale, elle possède une signification originale. Il n’est pas inutile d’y insister pour éviter toute confusion avec d’autres définitions8. Pour James, l’expérience renvoie à une analyse des formes de connaissance qui entend critiquer les concepts en fonction de leurs effets pratiques ; elle est également au fondement d’une conception spécifique du monde, à la fois pluraliste et fluctuante. Ainsi, dans le Pragmatisme, discutant la thèse moniste de l’unité du monde, il avance que la « valeur pragmatique » de cette vision procède de l’existence dans la pratique de réseaux qui en relient les différentes parties. C’est pourquoi nulle hiérarchie ne peut être établie entre l’un et le multiple, qui doivent être situés au même plan. Pour James, ce qui fait l’unité du monde, c’est bien la multiplicité « de ses systèmes, de ses genres, de ses intentions et de ses histoires ». Pour qu’ils tiennent ensemble et soient cohérents, il faut néanmoins que des relations particulières s’instaurent (elles sont dites conjonctives), à propos desquelles James affirme que leur nombre peut être « incalculable ». La multiplicité du monde découle à l’inverse de ce que certaines liaisons ne s’établissent pas (elles sont dites disjonctives). Selon James, la pluralité tend vers une unité, inaccessible. Aussi le monde connaît-il une forme inachevée : il est en perpétuelle transformation avec, pour l’exprimer comme James, des « additions » et des « pertes » (James, 2007b, p. 171-198).

5Cette réflexion est poursuivie dans les Essais d’empirisme radical dans lesquels James défend l’égale valeur des relations conjonctives et disjonctives au nom de ce double postulat : l’unité de l’expérience est multiple, sa pluralité réside dans l’expérience même ; l’expérience est continue, c’est un flux. Parce que le tissu expérientiel est constitué des éléments reliés et du réseau des liaisons, James pose alors que la description, si elle veut rendre toute l’expérience, doit saisir un tout depuis ses parties tout en élargissant son champ des entités aux relations qu’elles entretiennent. L’empirisme est radical précisément en tant qu’il restitue l’expérience sans rien ajouter ni rien exclure. En effet, pour James (2005, p. 58-59 ; souligné par l’auteur),

[L]es relations qui relient les expériences doivent elles-mêmes être des relations dont on fait l’expérience, et toute relation, de quelque type qu’elle soit, dont on fait l’expérience, doit être considérée comme aussi « réelle » que n’importe quoi d’autre dans le système.

6On notera qu’au sein de l’expérience, la connaissance est elle-même une relation. Cette « philosophie en mosaïque », comme il l’a lui-même appelée, détermine donc les modalités d’appréhension de l’expérience et, ce faisant, précise l’intention qui doit présider à toute enquête. Si le pragmatisme invite à saisir toute l’expérience, c’est qu’il veut redonner à voir le « flux immédiat de la vie », à le montrer tel qu’il était avant que la réflexion ne le dissimule à nos propres yeux (James, 2005, p. 57-87). En bref, et c’est ce qui m’intéresse au premier chef, il nous engage à restituer les relations non vues parce que trop évidentes ou, au contraire, masquées car trop « médiées ».

7Quel usage est-il possible de faire en histoire du pragmatisme jamesien ? L’histoire, on le sait, est une connaissance indirecte dans la mesure où l’expérience tangible de l’objet est impossible. L’historien fait de l’absence son objet, il ne peut partager le vécu des hommes du passé, même si les résidus légués au présent peuvent générer des effets de présence. Pour résoudre les problèmes qu’elle se donne, l’histoire se fonde sur ce qui a été rapporté par les acteurs d’autrefois. Cette réalité déjà-là, éprouvée et capturée par les contemporains d’alors, l’historien s’en saisit pour en faire un savoir (Marrou, 1954, p. 26-46). La compréhension qu’il a du passé repose à la fois sur son propre vécu et sur sa pratique professionnelle (Veyne, 1996, p. 123-160). Si la distance entre le sujet et l’objet est infranchissable, James avance cependant que le processus de vérification empirique conduit sinon dans les « parages » de la réalité passée, installe du moins « un rapport avec elle qui fonctionne si bien que nous saisissons cette réalité ou toute chose qui ait un rapport mieux que s’il y avait désaccord » (James, 2007b, p. 234-239). Ainsi, la formulation des relations est en soi une expérience qui dépend du matériel expérientiel et se trouve en continuité avec elle. L’opération historiographique peut donc parfaitement se donner pour but de comprendre comment la trame expérientielle s’est tissée jadis, ou comment, pour reprendre James, les expériences se sont rencontrées : c’est précisément le sens du concept de « fonction » que le terme de « déploiement » cherche à rendre en le dépouillant de tout présupposé téléologique. L’expérience ne peut toutefois être restituée que dans la mesure où les activités pratiques ont été consignées dans les documents qui nous sont parvenus.

  • 9 L’expression m’a été inspirée par Thierry Drumm (2013, p. 155-157) qui a qualifié l’empirisme radic (...)

8En focalisant l’enquête sur les modalités de déploiement des entités et les relations qu’elles entretiennent, on veut proposer une histoire « radicelle9 » – puisqu’il a fallu se résoudre à la qualifier – qui pourrait tout aussi bien être nommée réticulaire, voire rhizomique à la condition de ne pas ici assimiler ce vocable à la théorie de Gilles Deleuze et Félix Guattari (1980). Cette histoire radicelle entend distinguer les phénomènes sans les dissocier et rendre compte des schèmes de pensée des contemporains sans en réduire la richesse sémantique : si telles sont les difficultés de l’opération historiographique, c’est pourtant ce vers quoi elle doit tendre. Pour ce faire, je suggère quatre postulats méthodologiques. Le premier renvoie au primat de l’expérience qui doit inciter l’historien à abandonner toute position « spectatoriale ». Dans la mesure où les sources l’autorisent, celui-ci doit se mettre à hauteur des acteurs de façon à pouvoir observer concrètement les transformations du monde social et les mécanismes y présidant. Puisque les actions des entités ont des effets y compris sur elles-mêmes, le seul moyen de découvrir les formes qu’elles prennent au cours de leur cheminement est de refuser toute définition ontologique au préalable. Si Charles Peirce (1877) concédait que la méthode a priori est « confortable », il a souligné combien elle est trompeuse en ce qu’elle fait précisément fi de l’expérience. La réfuter constitue le deuxième principe. Étant accepté que le déploiement expérientiel procède des activités pratiques des acteurs, le troisième postulat pose qu’il faut l’étudier dans l’incertitude qui est initialement la sienne, avant que le processus ne connaisse un accomplissement certain et qu’il lui ait été donné une signification a posteriori. Le dernier principe concerne les types d’analyse que l’on peut retenir. L’attention portée aux acteurs et à leurs agissements ne doit pas faire renoncer l’historien à expliquer, mais penser le changement sur le mode de la continuité doit lui interdire de mobiliser des explications seulement destinées à rendre compte des discontinuités artificielles : celles qui n’existent qu’en raison d’une lacune des sources ou parce qu’elles ont été créées dans un mouvement rétrospectif.

9La proposition d’une histoire radicelle ne vise nullement à imposer une stratégie de recherche qui vaudrait en toute circonstance. Dans une perspective pragmatiste, l’enquête est, au contraire, amenée à s’adapter à chacun des problèmes qu’elle se donne. Ou, pour mieux dire, l’orientation de l’enquête et les solutions qu’elle trouve pour découvrir le passé doivent émerger à travers le problème auquel elle est confrontée (Dewey, 1967). La singularité de chaque enquête appelle en retour des procédés de restitution et d’écriture qui sont, eux aussi, spécifiques. En vue de retracer le déploiement des accidents, je m’efforcerai de les décrire le plus littéralement possible pour repérer ce qui a pu donner lieu à des actions, et quels sont les schèmes intellectuels à l’œuvre. Conformément à la pensée de James, l’attention aux formes d’action sera seconde, car soumise à l’impératif de déterminer la portée d’une situation ou d’un problème. Le choix narratif sera celui d’une juxtaposition de récits qui, pris ensemble, doivent rendre compte du cheminement, tantôt linéaire, tantôt heurté, des accidents dans quatre grandes directions. Leurs relations seront montrées dans et par cette juxtaposition, qui veut ainsi faire voir comment l’expérience s’est enrichie. De fait, les accidents ont participé à la formalisation par les médecins-chefs d’un discours critique sur les conditions imposées aux hôpitaux et, ce faisant, de les révéler ; ils ont permis à des institutions non seulement de s’affirmer dans les établissements, mais littéralement de s’y constituer en tant que nouveaux acteurs ; ils ont concouru à la reconnaissance de la pénibilité du travail en structure psychiatrique, soit à un réaménagement législatif ; ils ont enfin contribué à l’accroissement du budget dévolu aux hôpitaux. C’est l’entrelacement de ces déploiements qui, telles les radicelles du ficus finissant par étreindre l’arbre, transforme les institutions psychiatriques.

Les accidents en hôpital psychiatrique : du suicide à la bagarre

10Avec les accidents, on a affaire à ce qui a été mobilisé pour déterminer et expliquer ce qui s’est passé. Les descriptions épaisses sont rares et, quand elles existent, elles sont le fait des médecins-chefs qui les ont rédigées dans les copieux rapports annuels auxquels ils sont tenus. Si les archives et les imprimés donnant accès aux accidents sont le plus souvent maigres, deux grands traits les caractérisent néanmoins. Le premier est qu’ils les donnent toujours comme exceptionnels : ce qui est identifié à un accident est ce qui s’est détaché de la trame ordinaire de la marche hospitalière. Les situations apparaissent d’autant plus singulières que peu nous est apporté pour les faire comprendre. Elles sont décrites hors sol, pourrait-on dire : les seuls éléments d’explication se rapportent aux malades, à leurs antécédents et à leur pathologie. Le deuxième trait est que la classification des accidents (suicide, fuite et bagarre) repose sur une mise en équivalence stabilisée de situations. La classification paraît évidente et ne fait jamais l’objet ni de discussions ni de disputes, que ce soit en amont ou en aval de l’opération de qualification. Ce n’est pas leur faible fréquence qui détermine ce qu’ils sont, sans quoi les très nombreuses rixes et les bagarres n’y seraient pas rattachées. Les accidents le sont d’abord et avant tout parce qu’ils ont enfreint l’ordre hospitalier tel qu’il est pensé et voulu par l’ensemble de ceux qui en ont la responsabilité. Ce lien entre accidents et ordre hospitalier n’est jamais explicitement dit, ni jamais réellement décrit. Mais c’est précisément là un des aspects des accidents, qui est de contenir en eux cet ordre qu’ils rompent en permanence : jamais véritablement instauré, celui-ci est sans cesse en construction.

  • 10 Archives centrales de la ville de Moscou (TsAGM) r-1126/1/3/30-31 : rapport médical sur l’hôpital P (...)
  • 11 Archives nationales de la république du Tatarstan (NART) 1325/2/4a/8 : rapport administrativo-médic (...)
  • 12 TsAGMr-389/l/l/20v-21 : rapport médical sur l’hôpital Kashchenko pour l’année 1921 ; r-1126/1/1/13- (...)

11Le suicide est considéré comme l’accident majeur en psychiatrie hospitalière. Il fait l’objet d’une comptabilité tout le long de l’entre-deux-guerres, tandis que le phénomène disparaît de la sphère publique au début des années 1930 : dans une société en train de réaliser le socialisme, il est associé à une « anomalie sociale » (Pinnow, 2010 ; Rittersporn, 1997). En milieu hospitalier, le suicide survient généralement au moment des admissions et le personnel parvient d’ordinaire à l’empêcher10. L’hôpital de Kazan enregistre toutefois huit défenestrations, dont une mortelle, au début de 1938. Le médecin-chef explique qu’elles n’ont pu être prévenues, car, d’une part, la fenêtre de la pièce n’était pas adéquate et, d’autre part, le personnel était insuffisant. En définitive, seule la création d’une nouvelle unité d’admission met fin à ces difficultés11. Les internés recourent le plus souvent à la pendaison, à l’aide d’une corde qui, confectionnée avec les draps, les couvertures ou les vêtements, est accrochée où faire se peut. Les autres modes de suicide sont l’auto-strangulation, le fait de chercher à se fracasser la tête contre les murs et les radiateurs, l’ouverture des veines, l’auto-égorgement et l’entaillage du ventre à l’aide de verre brisé ou d’un rasoir. Les malades se jetant du haut d’un bâtiment, qu’il faut donc avoir atteint, sont exceptionnels. Le cas se produit en 1920 à l’hôpital Preobrazhenskii où un malade, qui a profité de la promenade dans le jardin pour fuir vers la cour, grimper à l’escalier de service et sauter du toit, n’est parvenu qu’à se blesser. En 1930, un malade qui venait de se disputer avec son épouse trompe la vigilance du personnel et meurt de sa chute le lendemain12.

  • 13 La schizophrénie a été individualisée comme entité nosologique sous le nom de démence précoce par l (...)
  • 14 TsAGMr-1126/1/1/10-14 : rapport médical sur l’hôpital Preobrazhenskii pour l’année 1921.

12Les comptes rendus relatifs aux décès font état des antécédents du patient et des circonstances entourant l’acte. Au sujet des morts survenues à Preobrazhenskii, le médecin-chef dit l’impossibilité du personnel à les prévenir : non seulement aucun signe annonciateur n’a été perçu, mais les malades ont fait preuve d’une grande discrétion. Le premier, atteint d’une paralysie générale, s’est pendu à son lit. Après avoir été reçu au département des admissions, le personnel a jugé qu’il pouvait être transféré dans un dortoir pour malades calmes. Le corps a été découvert par le surveillant lors de sa troisième ronde, le malade était couché sur le sol entre les lits, un nœud autour du cou et la corde attachée à la tête du lit. Le médecin et le surveillant ont cherché à le ranimer en lui faisant de la respiration artificielle, en vain. La corde avait été tressée avec la couverture et le patient a profité de l’obscurité, liée au mauvais éclairage, faute d’ampoules, pour attenter à sa vie. Le second suicidé s’est pendu dans l’orangerie de l’hôpital. C’était un schizophrène (le rapport parle de « démence précoce ») qui avait obtenu la permission d’y travailler13. Le jour de son décès, il s’était occupé le matin, avant de disparaître, et, pour expliquer son absence de l’après-midi, le personnel avait imaginé qu’il était allé au marché faire un achat, comme il en avait le droit. Ne le voyant par réapparaître au dîner, le surveillant avait signalé au médecin de garde que le patient s’était enfui. Le lendemain matin, le médecin-chef avait prévenu la police. Mais, en fin de matinée, le jardinier, voulant se rendre dans l’orangerie, s’était aperçu que la porte était fermée de l’intérieur et a rapidement découvert le corps du patient qui avait utilisé une traverse pour se pendre14.

  • 15 TsAGMr-1126/1/1/12 : rapport médical sur l’hôpital Preobrazhenskii pour l’année 1921 ; r-389/1/1/6- (...)
  • 16 TsAGMr-1126/1/3/30-31 : rapport médical sur l’hôpital Preobrazhenskii pour l’année 1924.
  • 17 TsAGMr-389/1/6/2 : rapport médical sur l’hôpital Kashchenko pour l’année 1926. Sur les psychiatres (...)
  • 18 TsAGMr-1126/1/3/30-31 : hôpital Preobrazhenskii, rapport médical pour 1924 ; Archives centrales de (...)

13Chaque année, les hôpitaux connaissent des dizaines de tentatives de fuite de malades qui refusent l’internement. Kashchenko en enregistre soixante-treize pour l’année 1921, vingt réussissent à Preobrazhenskii en 1922. Les fugitifs essaient de quitter le bâtiment par les fenêtres ou à l’occasion des rencontres avec la famille, mais profitent aussi des activités en extérieur. En se sauvant, les malades se blessent, par exemple à la main lorsqu’ils cassent une vitre, quand ils ne se tuent pas15. En 1924, une malade de Vologda est tombée dans un trou formé dans la glace avant de se noyer, et un fugitif qui n’a pas obtempéré aux ordres d’un policier a été abattu à Vladikavkaz (Prozorov, 1926a, p. 102). Les cinq évasions réussies à Preobrazhenskii en 1924 sont le fait de patients présentés comme toxicomanes16. De fait, les établissements psychiatriques sont encombrés de drogués et d’alcooliques qui constituent près de la moitié des admis au milieu des années 1920 à Kashchenko (pour une proportion de 18-20 % avant la révolution). Cet accroissement ne s’explique pas tant par la psychiatrisation des addictions que par le refus des hôpitaux généraux de recevoir ces patients17. À Preobrazhenskii, les fuites des toxicomanes sont toutes entreprises lors de sorties et le rapport du médecin-chef suggère qu’elles ont été soigneusement préméditées. Dans un cas, le malade s’est caché avant de disparaître ; dans l’autre, il a jeté du sel au visage du garde-malade pour l’aveugler et s’échapper. Mais les évasions depuis les locaux pouvaient également réussir. Un malade a ainsi profité de l’obscurité des toilettes pour subtiliser les clés au garde-malade qui avait accompagné un patient et, grâce à elles, s’en aller par une fenêtre18.

  • 19 TsGAMO 302/l/438/31-31v : procès-verbal de réunion du comité syndical de l’hôpital Kashchenko, 28 d (...)
  • 20 GARFa-482/32/41/12 : rapports sur les accidents pour l’année 1938.
  • 21 TsGAMO 302/1/438/109 : procès-verbal de réunion de la commission des tarifs et des conflits de l’hô (...)

14La vie hospitalière est rythmée par des agressions physiques de toutes sortes. Si les bagarres au sein du personnel sont rares, elles témoignent, quand elles surviennent, des tensions qui traversent les équipes, comme à Kashchenko en 1924 où deux garde-malades en sont venues aux mains après s’être insultées pour du linge19. Les rixes entre internés peuvent éclater plusieurs fois par jour. Si les séquelles sont d’ordinaire légères, il arrive qu’une dispute provoque la mort, comme à Saratov où deux voisins de chambrée se sont battus pour un matelas20 (Prozorov, 1926b, p. 98). Les heurts entre malades et personnels sont eux aussi fréquents, mais les sources présentent une asymétrie liée à leur nature même et à la fin qu’elles visent. Mal documentés, les sévices infligés aux malades ne sont connus que lorsque des sanctions sont prises et, pour ce qui est donné à voir, elles le sont à l’occasion de maltraitances avérées, ayant parfois entraîné la mort, comme à Kashchenko en 193421. Les violences envers le personnel sont en revanche mieux décrites. En 1924, à Donskoi, deux malades ont attaqué le garde-malade, l’ont battu, étranglé et écrasé avec une table. Celui-ci s’est libéré non sans difficulté avant de tomber en syncope. Un paralytique auquel on avait refusé sa sortie de l’hôpital a brutalisé l’infirmière et la surveillante qui a perdu connaissance, puis fait une crise de nerfs. De nuit, une schizophrène a agressé une garde-malade et une infirmière qui ont toutes deux fait une hémorragie. À Piatigorsk, une malade s’en est prise à une garde-malade et à une infirmière, les blessant à la tête. Elle a presque arraché le doigt de la garde-malade avec ses dents. Dans l’hôpital Iakovenko, une malade a brisé le sternum de la surveillante. Une autre est décédée à Kashchenko d’un coup qui lui a été porté à la poitrine (Prozorov, 1926b, p. 98).

  • 22 Sur la construction d’un lieu par les sources, Torre (2008).
  • 23 Au sujet des objets dans la coordination sociale, Latour (1989), Conein, Dodier & Thévenot (1993), (...)

15Ce que le travail taxinomique occulte, c’est la volonté de ceux qui consignent les accidents de s’exonérer de leur responsabilité. Cette dimension est à inclure dans la définition que l’on peut proposer des accidents, laquelle enrichit à son tour l’expérience si l’on reprend la thèse jamesienne du caractère additif de l’expérience et donc aussi du savoir (rappelons-nous son refus du dualisme). Sauf lorsque la maltraitance est avérée, les descriptions d’accident possèdent la particularité de protéger le personnel hospitalier en soulignant l’inventivité déployée par les patients pour tromper sa vigilance et échapper à sa surveillance. Au fond, les accidents et les sources les évoquant construisent en creux les hôpitaux comme des lieux maîtrisés et routiniers22. L’insistance sur l’habileté des patients fait alors ressortir combien l’ordre hospitalier, s’il est affaire de force et d’autorité, dépend des conditions matérielles. Comme l’a montré Michel Foucault à propos des asiles, l’internement entend extraire le malade du milieu pathogène dans lequel il était pour l’isoler dans un lieu réglementé et panoptique qui se présente comme une société idéale : différente de la réalité, mais lieu de reproduction du réel tout de même (Foucault, 1972, 2003). Si l’espace et les objets sont constitutifs du dispositif d’internement, ils sont aussi susceptibles, de par leur caractère habilitant, d’en pervertir le fonctionnement23. Le jour, une porte fermée à clé, en interdisant la circulation du personnel, l’empêche ainsi d’exercer sa surveillance en tout lieu et à tout moment. La nuit, une ampoule défaillante sape le principe de visibilité en dérobant un dortoir ou les toilettes à la vue des surveillants. En pointant les limites du dispositif hospitalier, les accidents révèlent donc la participation des objets aux agissements de chacun : les patients qui échappent grâce à eux au pouvoir psychiatrique et le personnel qui est obligé d’adapter à cause d’eux ses méthodes de prise en charge.

La dénonciation des conditions imposées aux hôpitaux psychiatriques

  • 24 TsAGMr-389/1/6/2 : rapport médical sur l’hôpital Kashchenko pour l’année 1926.

16Les accidents qualifient ce qui est survenu, alors que cela n’aurait jamais dû advenir au regard de la mission de l’institution psychiatrique. Ils signalent donc, à chaque fois, un échec à protéger l’ensemble des individus qu’elle accueille en son sein. Tout en le déplorant, les médecins-chefs et leur relais s’en saisissent pour développer un discours particulièrement critique quant à la situation des hôpitaux et de leur fonctionnement. Est dès lors adopté un point de vue « extérieur » qui rompt avec celui de la description des accidents : il ne s’agit plus de rendre compte de leur surgissement, mais de révéler les conditions qui les ont rendus possibles. L’expérience se déploie selon des logiques spécifiques que matérialise la documentation elle-même : rapports et documents à destination de la hiérarchie médicale présentent ainsi l’incapacité du dispositif hospitalier à peser sur les conduites de tous, puisque c’est cela qui est en jeu avec les accidents, comme un dysfonctionnement renvoyant plus généralement à l’état, médiocre, des établissements. Les acteurs hospitaliers se montrent en effet très préoccupés dans la seconde moitié des années 1920, à l’instar du médecin-chef de Kashchenko qui dit craindre une « dégradation progressive des soins et un retour aux anciennes maisons de fous24 ». Situés à la croisée de plusieurs mondes d’action, les psychiatres émettent un jugement qui est à la fois médical et administratif. Par la dénonciation de la situation des établissements psychiatriques, ils cherchent à obtenir les ressources qu’ils estiment nécessaires à l’exercice de leur mission de santé publique. Ainsi, la critique se veut un instrument de reconfiguration qui dévoile, ce faisant, les conditions faites aux établissements. La survenue d’accidents est expliquée par le surpeuplement, le manque de personnel et la médiocrité des moyens matériels.

  • 25 TsAGMr-1126/1/6/19 : rapport médical sur l’hôpital Preobrazhenskii pour l’année 1927.
  • 26 TsAGMr-389/1/6/2 : rapport médical sur l’hôpital Kashchenko pour l’année 1926.
  • 27 Zhurnal nevropatologii i psikhiatrii imeni S. S. Korsakova, 1927, 2, p. 235.
  • 28 GARFa-482/32/10 : rapport sur l’aide psychiatrique dans la région de Saratov, octobre 1935 ; a-482/ (...)
  • 29 Archives centrales de la ville de Saint-Pétersbourg (TsGA SPb) 7384/18/694/124 : procès-verbal de r (...)

17Les agressions du personnel par les malades sont reliées au surpeuplement et aux infractions du règlement que l’on présente comme sa conséquence25. Surpeuplement et violation de l’ordre hospitalier nourrissent chez les équipes un sentiment d’insécurité, dont fait part le médecin-chef de Kashchenko qui insiste sur « le danger physique et le traumatisme psychique » toujours plus grands auxquels elles doivent faire face26. D’après l’administration psychiatrique de Moscou, la surpopulation hospitalière est de 83 % en 1925. Les internements n’ont cessé d’augmenter au cours des années précédentes, augmentation qu’il explique par la croissance démographique, le développement des affections et l’essor de la demande de soins (Grombakh, 1925, p. 108 ; 1926, p. 115). Des instructions ont été données pour limiter les admissions et forcer les sorties mais, si elles ont permis de freiner l’accroissement de la population hospitalière, dont le rythme a été ramené à un niveau inférieur à celui de la décennie passée, elles ne sont pas parvenues à renverser la tendance27. La capitale n’est pas la seule à être touchée par ce phénomène, qui concerne tous les hôpitaux du pays. Lors des années 1930, les établissements psychiatriques continuent à être remplis au-delà de leur capacité et à fonctionner dans une atmosphère très tendue28. Au cours d’une réunion du soviet de Leningrad de juillet 1938, un intervenant épingle alors l’administration locale du Commissariat à la santé, la protection sociale et le soviet lui-même pour le manque d’attention apporté à l’accueil des malades, aux besoins du personnel et à l’état des hôpitaux. Il souligne combien peu a été fait pour résoudre le surpeuplement hospitalier, question pourtant cruciale, puisque, dit-il, celui-ci favorise l’excitation des malades et aggrave leurs troubles29. Cette prise de parole rate toutefois son objectif : elle portait le problème sur le terrain politique, ses collègues lui opposent un argument financier qui coupe court à toute polémique.

  • 30 GARFa-482/3/505/numéro de page perdu : procès-verbal de réunion de la direction du Syndicat des tra (...)
  • 31 GARFa-482/32/10/23 : minutes de réunion sur l’aide psychiatrique dans la région de Kuibyshev, octob (...)

18Avec l’augmentation de la demande de soins, les psychiatres n’ont eu de cesse de dénoncer l’indigence des moyens. Ce type de plaintes n’est pas propre au domaine sanitaire, tous les secteurs sont concernés : c’est là un problème structurel sur lequel les sources, qui présentent davantage ce qui dysfonctionne que ce qui fonctionne, jettent une lumière crue, la répétition des mêmes revendications d’un document à l’autre lui donnant une ampleur remarquable. En psychiatrie, les médecins ont, très tôt, dès le xixe siècle, été confrontés au faible investissement de l’État, puis des zemstvos qui rechignaient à assumer la charge représentée par les asiles, rognant sur le budget qui leur était consacré (Brown, 1990). Après la révolution, une partie d’entre eux est dorénavant financée par le Commissariat à la santé, mais leur situation reste précaire. Ainsi, à cause du niveau trop bas des salaires proposés, le personnel est insuffisant et les équipes soignantes sont incomplètes. La direction du Syndicat des travailleurs du domaine sanitaire et médical, à l’occasion d’une réunion en 1923, explique les accidents et l’insécurité par le manque de personnes qualifiées et les difficultés à pourvoir aux places vacantes. Jusqu’à la moitié du personnel nécessaire fait défaut, alors que le roulement des équipes est considérable30. Les soucis de recrutement persistent durant tout l’entre-deux-guerres, l’administration psychiatrique et le Commissariat à la santé ne parvenant à les vaincre. En 1935, l’hôpital de Volgograd compte trois médecins pour 580 malades. L’hôpital de Saratov, qui accueille 500 malades, dispose, lui, de onze médecins et de seulement trois infirmières dûment formées31.

  • 32 GARFa-482/3/9/15 : rapport sur l’hôpital Saint-Nicolas Le Miraculeux, 30 mai 1918.
  • 33 « Net poriadka v psikhiatricheskikh bol’nitsakh », Krasnaia Gazeta, juin 1938.
  • 34 GARFa-482/3/9/60 : procès-verbal de l’inspection de l’hôpital Prechistenskii, 30 avril 1920 ; a-482 (...)

19Les autres facteurs qui, d’après les psychiatres, privilégient les accidents sont la vétusté des locaux et la pénurie de moyens. En 1918, le médecin-chef de Saint-Nicolas Le Miraculeux à Petrograd (le nom de Saint-Pétersbourg entre 1914 et 1924) fait un tableau de son établissement aussi bref que révélateur32. La description vaut pour l’ensemble de l’entre-deux-guerres, même si un mieux survient au cours du temps, au moins à Moscou. Les bâtiments, dans un état lamentable, exigent des travaux de restauration et d’aménagement. Linge de corps, couvertures, matelas et meubles font défaut, médicaments et matériel médical manquent également. Aussi, les malades dorment directement sur les sommiers ou à même le sol, ils ne bénéficient pas de remèdes. Leurs vêtements, quand ils en ont, sont vieux, usés et trop légers pour qu’ils sortent se promener en hiver. À Leningrad, beaucoup de malades ne portent encore en 1938 que des sous-vêtements, ils n’ont toujours pas de chaussures33. Les hôpitaux sont mal chauffés, l’équipement courant est inadapté ou de mauvaise qualité, comme à Saratov où les bancs et les tables sont bancale34. Les conditions imposées aux malades, qui sont bafoués jusque dans leur intimité, sont d’autant plus dures que leur parole est largement confisquée par l’institution. Le mécontentement exprimé par les malades quand ils affirment ne pas être dans un hôpital, mais dans une « prison » est ainsi présenté par les médecins comme l’expression de leur pathologie (Berger, 1929, p. 13). On a pu parler à ce sujet d’aliénation au second degré. Afin d’y échapper, les internés fomentent de véritables révoltes, comme à Petrograd, en 1922, où l’émeute n’est matée qu’avec l’intervention de la police et des forces armées (Prozorov, 1926b, p. 97). À la confiscation de la parole par l’institution répond ici la violence physique des internés.

L’avènement de nouveaux acteurs hospitaliers

20Les accidents connaissent un prolongement par le biais du discours critique formulé par toute une chaîne d’acteurs et qui repose sur un sentiment d’impuissance. L’expérience possède en effet une dimension émotive que James demande de ne pas négliger lorsqu’il appelle à restituer toute l’expérience et rien que l’expérience. Mais la trame expérientielle se tisse également d’autres éléments. Ainsi, dans et par les accidents, de nouvelles institutions se constituent en acteurs au sein des hôpitaux et bousculent les relations de pouvoir. Les hôpitaux fonctionnaient selon une organisation que des psychiatres cherchent à reconfigurer à la faveur de la révolution. L’idéal d’une direction collégiale, dont le principe a été posé par le congrès des psychiatres en 1905, à savoir que le médecin-chef doit être choisi par le personnel et diriger avec lui, est introduit. Mais, très vite, le Commissariat à la santé, de concert avec le Syndicat des travailleurs du domaine sanitaire et médical, propose de rendre la gestion de l’hôpital au médecin-chef au motif que la multiplication de comités et d’acteurs en a désorganisé le fonctionnement. De leur côté, les responsables de la commission chargée de la psychiatrie au Commissariat à la santé restent divisés sur une question qui les renvoie à la nature de leur projet, celui d’une psychiatrie qui rompe avec la tradition asilaire. Or aucun consensus n’existe parmi eux, comme le révèlent les échanges tenus lors d’une réunion de janvier 1919. Tikhon Iudin, de la clinique psychiatrique près l’université de Moscou, juge que les décisions doivent être prises par une assemblée qui, élue par l’ensemble du personnel, inclut des délégués extérieurs. En revanche, selon Petr Kashchenko, qui dirige la commission, seuls les médecins sont à même de disposer du pouvoir décisionnaire. C’est aussi l’avis de Vladimir Grombakh, en charge de la psychiatrie à Moscou, qui prône la centralisation de l’administration. Leonid Prozorov, secrétaire de la commission, voit dans la restauration du pouvoir du médecin-chef un retour en arrière et propose que le responsable de l’hôpital soit désigné pour une durée déterminée (Sirotkina, 2010, p. 41-42). Mais ces discussions n’aboutissent à aucune décision, le médecin-chef reste au cœur de la mécanique hospitalière.

  • 35 TsGAMO 302/l/324/40v : procès-verbal de réunion du comité syndical de l’institut Serbskii, 6 juille (...)
  • 36 Sur les syndicats professionnels, voir Depretto (2001, p. 131-147).
  • 37 TsGAMO 302/l/324/40v : procès-verbal de réunion du comité syndical de l’institut Serbskii, 6 juille (...)

21Les agressions, parce que de nouvelles institutions s’en saisissent, viennent toutefois complexifier les rapports de pouvoir qui prévalaient jusqu’alors. Ces interventions sont autant d’occasions pour ces institutions de s’imposer en tant que nouveaux acteurs, porteurs d’une conception spécifique du fonctionnement des hôpitaux et, au-delà, de l’ensemble des institutions soviétiques, les usines au premier chef. Bien que situé sur un plan non judiciaire, ce phénomène s’avère assez proche de celui décrit par Alain Cottereau au sujet des prud’hommes sur les lieux de travail en France lors de la première moitié du xixe siècle, avec des acteurs qui conquièrent de la légitimité à travers ce qu’il a appelé « des précédents » (Cottereau, 1987). Les comités syndicaux locaux et les commissions des tarifs et des conflits ont laissé quelques archives sur les procédures qu’ils ont initiées au début des années 1920. Peu disertes quant au déroulement et au contenu des réunions, elles nous autorisent néanmoins à voir comment ces institutions se saisissent de la conduite du personnel et leur donne une valeur. Le 17 juin 1923, à l’institut Serbskii de psychiatrie légale, une malade a agressé une garde-malade en la frappant à la tête à l’aide d’une tasse. Blessée au crâne, le médecin de garde n’a pas pris le temps de l’ausculter et lui a intimé de poursuivre la surveillance. La garde-malade a sollicité le responsable du comité syndical qui est venu plaider sa cause, avec succès35. L’une des missions des syndicats professionnels est de prévenir les conflits sur les lieux de travail et, s’ils adviennent, de les désamorcer36. Le comité syndical de Serbskii, lors d’une réunion évoquant les faits du 17 juin, demande alors à l’administration de prendre les mesures pour éviter que d’autres incidents, analogues, ne surviennent. La conduite du médecin est dénoncée par le biais de références, péjoratives, aux temps prérévolutionnaires : elle est associée à la figure du « fonctionnaire » qui incarne ici l’arbitraire et l’abus de pouvoir. Le comité syndical estime que le médecin ne doit bénéficier d’aucune impunité et l’enjoint à adopter une attitude respectueuse à l’égard de ses subordonnés37.

  • 38 TsGAMO 302/1/438/12 : procès-verbal de réunion de la commission des tarifs et des conflits de l’hôp (...)
  • 39 TsGAMO 302/1/438/109 : procès-verbal de réunion de la commission des tarifs et des conflits de l’hô (...)
  • 40 TsGAMO 302/1/365/38 : procès-verbal de réunion de la commission des tarifs et des conflits de l’hôp (...)

22Liée au syndicat, la commission des tarifs et des conflits vient aussi bousculer l’équilibre hospitalier. Comme son nom l’indique, elle est chargée d’arbitrer les conflits du travail, quelles qu’en soient la nature et les parties prenantes. Elle s’occupe surtout de problèmes matériels, mais intervient également dans les cas de violence. Sa présence est inégale, y compris dans les usines, même si elle se renforce au cours des années 1920. Les délégations réunissent dans les établissements des représentants, élus, de l’administration et des employés (Zhuravlev & Mukhin, 2004, p. 212). À Kashchenko, la commission compte huit personnes à la fin 1923 : le médecin-chef, l’économe, cinq membres du comité syndical et un du Komsomol38. Elle se montre attentive aux récriminations des malades pour brutalité et aux dénonciations du personnel d’un collègue agressif, l’enjeu étant celui de la responsabilisation et de la moralisation du personnel. En 1924, la commission de Kashchenko se penche ainsi sur le cas d’un garde-malade en réponse à l’enquête d’un médecin sur son comportement et aux plaintes de patients, dont plusieurs ont été considérées comme fiables39. En février 1925, une réunion est consacrée à une surveillante dont l’attitude avait été dénoncée par un garde-malade. Lors du transfert d’un patient agité, qui était alors calme, elle l’a non seulement excité lui, mais l’ensemble des malades alentour en les agressant verbalement. Dans les deux cas, la commission se prononce pour le renvoi, estimant en l’espèce que la surveillante « n’a pas sa place dans un hôpital psychiatrique40 ». C’est bien la possibilité de formuler une sanction qui fonde l’autorité des commissions locales. Mais celles-ci savent aussi, quand des mises en cause s’avèrent injustifiées, user du dialogue pour désamorcer les tensions. Le psychiatre Israil Berger (1929, p. 15) dit toute l’importance de ce rôle auprès des « travailleurs les plus jeunes, les moins expérimentés, [qui] prennent les remarques sur leur travail comme des reproches personnels ».

  • 41 TsGAMO 302/l/438/31-31v : procès-verbal de réunion de la commission des tarifs et des conflits de l (...)

23Si comité syndical et commission des tarifs et des conflits se constituent localement au travers des affaires dont ils s’occupent, tant par les récriminations et les sanctions énoncées que par les encouragements donnés, leur autorité est toujours susceptible d’être rejetée. Dès lors, une réunion peut être le lieu du renversement des rôles, avec un « accusé » qui dénonce ses « juges ». C’est ce qui arrive au tournant de 1923, lorsque la commission des tarifs et des conflits de Kashchenko examine le cas d’un pugilat entre deux garde-malades. La première, Gulina, a expliqué que l’autre, Sergeieva, l’avait insultée à diverses reprises en présence de collègues et de malades, la traitant de « chienne, goujate, distillatrice, prostituée et torche-cul ». N’ayant pas supporté les insultes, elle l’a attrapée par le foulard. De son côté, Sergeieva a raconté qu’elle avait voulu ajouter une chemise supplémentaire à Gulina, qui a refusé. S’en était suivi un échange de grossièretés avant que Gulina ne se jette à la gorge de sa collègue. Toutes deux sont ensuite allées trouver la surveillante pour donner, chacune, leur version des faits. Sergeieva s’est aussi fait examiner par un médecin qui n’a pas observé de traces, après quoi elle a reconnu qu’il n’y en avait jamais eu aucune. Lorsque la commission se réunit, elle a déjà recueilli l’avis de la surveillante qui a dit tout le bien qu’elle pensait de Gulina. Convoquée en tant que témoin, une aide-soignante confirme l’ensemble des faits racontés par Gulina. La confrontation provoque la colère de Sergeieva qui réagit vivement, intime au témoin de sortir puis s’en prend aux membres de la commission qu’elle accuse de soutenir les koulaks41. Si une institution peut sanctionner un individu en assimilant son comportement à l’arbitraire de l’ancien régime, un accusé est, lui, susceptible de rejeter toute valeur à la procédure au prétexte qu’elle est menée par des contre-révolutionnaires. Les motifs rhétoriques sont différents, mais la technique est identique, qui consiste à politiser la compétence et l’engagement social : il n’est pas anodin que les rédacteurs des documents aient gardé trace de ces formules stigmatisantes.

La reconnaissance de la pénibilité du travail en psychiatrie

  • 42 Voir également, Sirotkina (2002). Sur les aspirations politiques des psychiatres et des juristes à (...)

24Les relations des médecins au personnel sont marquées par des tensions, dont témoignent les reproches mutuels qu’ils se font, d’un côté l’autoritarisme, de l’autre le faible investissement, mais elles ne s’y résument pas. Comme on l’a vu, lorsque les médecins-chefs parlent des accidents survenus dans leurs services, ils s’emploient à défendre le travail réalisé par leurs équipes. À propos des suicides, ils convoquent la pathologie des malades ou l’absence de signes avant-coureurs. Au sujet des fuites, ils invoquent les préparatifs dont elles faisaient l’objet et qui étaient précisément destinés à tromper la vigilance du personnel. Concernant les bagarres, ils insistent sur les interpositions du personnel qui limitent les traumatismes subis par les patients. Autrement dit, pour eux, soignants et aidants remplissent leurs obligations, l’institution accomplit, bon an mal an, sa mission de protection des personnes. Ce discours est articulé à celui sur les conditions infligées aux hôpitaux psychiatriques afin de souligner à la fois la « difficulté » de la tâche du personnel et les « désagréments » qui leur sont causés, motifs qui posent la question de l’« état de grandeur » des individus (Boltanski & Thévenot, 1991). La dénonciation du sort du personnel hospitalier répond alors à des enjeux de reconnaissance et de légitimation de leur spécialité qui renvoient, eux-mêmes, à la déconsidération dont celle-ci a fait l’objet. D’après Irina Sirotkina (2010), c’est précisément le refus de l’autocratie de leur accorder l’autonomie et les fonds sollicités qui a poussé une partie d’entre eux à adhérer, même mollement, à la révolution42. À travers l’engagement des médecins se retrouve l’aspect « affectuel » et psychologique de l’expérience que l’on a déjà aperçu. Ce dont il est question ici, ce n’est plus alors de l’impuissance des médecins, mais de la souffrance ressentie par les soignants et les aidants chargés au quotidien des internés.

  • 43 GARFa-259/126/3868/52-53v : rapport sur la situation du personnel médical des institutions psychiat (...)
  • 44 GARFa-259/12b/3868/28 : conclusions sur le projet d’ordonnance du Conseil du Commissaire du peuple (...)
  • 45 GARFa-259/12b/3868/50 : procès-verbal de réunion sur l’amélioration de la situation du personnel mé (...)

25L’engagement des psychiatres en faveur du personnel est prolongé, et par là reconnu légitime, par le Commissariat à la santé qui élabore un projet d’ordonnance adressé au Conseil des Commissaires du peuple à la fin 1927. La critique sur la situation des hôpitaux psychiatriques y est reprise, qui joue donc bien son rôle d’instrument de reconfiguration : parmi les éléments de la critique, les accidents et la dangerosité justement, qui rendent le travail pénible et pesant. Mais, est-il ajouté, les emplois sont d’autant moins attractifs que les salaires sont faibles et les conditions de logement déplorables, l’installation d’une partie des établissements hors des villes conduisant à l’isolement social du personnel. Le taux de roulement est par conséquent très élevé. Or, ce dont les psychiatres ont réussi à convaincre le Commissariat à la santé, c’est que l’aide à la population dépend à la fois de la qualité du personnel et de la stabilité des effectifs. Le Commissariat à la santé estime alors « nécessaire de créer les conditions pour que le travail au sein des institutions psychiatriques soit non seulement possible, mais aussi plus utile, voire davantage que dans les établissements de soin d’un autre type43 ». La proposition de renforcer les droits sociaux du personnel se heurte toutefois au Commissariat du travail et au Conseil des assurances sociales. Le litige porte, d’une part, sur la reconnaissance de l’inaptitude au travail du fait des troubles nerveux et psychiatriques et, d’autre part, sur le classement de ces troubles parmi les maladies professionnelles44. Le refus n’est donc pas présenté comme économique. Une réunion d’arbitrage est organisée avec des représentants des Commissariats des finances, du travail, de l’éducation et de la santé. Les informations à son sujet sont des plus maigres. Il semble que les délégués du Commissariat à la santé, les psychiatres Aleksandr Miskinov et Leonid Prozorov, n’aient pas réussi à défendre leur point de vue. C’est du moins ce que laisse penser la décision finale en faveur du retrait des points controversés45.

26Le Conseil des Commissaires du peuple ne satisfait pas la requête, puisque l’ordonnance qu’il sort en février débute par les droits accordés au personnel en psychiatrie :

  • 46 « Ob uluchshenii polozheniia meditsinskogo personala psikhiatricheskikh bol’nits [16.02.1928] » [en (...)

1. Les travailleurs médicaux des hôpitaux psychiatriques, directement au contact des malades mentaux, dans le cas de maladie professionnelle, recevront de la part de l’assurance sociale un traitement équivalent à celui des personnes inaptes au travail du fait d’une mutilation46.

  • 47 GARFa-259/12b/3868/17-17v : protestation du Commissariat du travail contre l’ordonnance du Conseil (...)
  • 48 GARFa-259/12b/3868/29-30 : protestation, 19 mars 1928.
  • 49 GARF 393/74/126/4,6 : projet d’ordonnance du Comité exécutif central de toute l’Union et du Conseil (...)
  • 50 GARFa-259/12b/3868/2-3 : informations sur la modification de l’article premier de l’ordonnance du C (...)
  • 51 GARF8009/1/47/157 : rapport sur l’organisation de l’aide psychiatrique, 1936.

27L’article mécontente le Commissariat au travail et le Conseil des assurances sociales qui s’inquiètent de ce que la qualification de « maladie professionnelle », sans nulle autre précision, soit trop générale et puisse conduire à des abus47. Au fond, ils plaident pour une définition restreinte de la preuve que Dan Healey (2009, p. 83-103) a mise au jour à propos des viols dans son livre sur la médecine légale. En cas d’agression sexuelle, seule la victime, féminine en très grande majorité, est auscultée. Se concentrant sur le préjudice physique, les médecins portent leur investigation sur le corps au détriment des aspects psychologiques. La démarche relève d’un souci d’objectivité et présente aussi l’avantage de l’intelligibilité et de la clarté pour la police et la justice. Répondant aux critiques du Commissariat au travail et du Conseil des assurances sociales, le Commissariat à la santé avait redit toute la pénibilité du travail en psychiatrie et le besoin de protéger le personnel48. Le gouvernement n’a de toute façon l’intention ni de retirer l’article ni de corriger l’ordonnance. Tandis qu’une enquête a montré l’ampleur des suicides dans le pays, il s’inquiète des conséquences que l’offensive socialiste, lancée par Staline parvenu au sommet du pouvoir, peut avoir sur la santé nerveuse et mentale de la population49. Son refus est motivé par deux arguments : la loi ne concerne qu’un faible nombre d’individus, la mettre en œuvre ne peut être une source de complications ; une ordonnance sur les pensions liées à l’invalidité et à la perte de soutien financier est parue en mars, qui clarifiait les conditions ouvrant à un traitement50. Ce succès des psychiatres, qui sont parvenus à convaincre leur hiérarchie, est renforcé en 1935 quand ils obtiennent que la rémunération du personnel en psychiatrie soit supérieure à celle des autres secteurs médicaux de 15 à 30 %51.

L’augmentation du budget pour les hôpitaux

  • 52 Sur les journalistes en Union soviétique avant 1945, Kuznetsov, Ovsepian & Ivanova (1999).
  • 53 Du 18 mai au 25 juillet 1928, le procès de Chakhty (du nom d’une ville proche de Rostov-sur-le-Don, (...)

28On l’a dit, le cheminement des accidents est lié à des activités pratiques qui n’ont d’autre signification d’ensemble que celle conférée par la dernière action réalisée. Leur accomplissement ne répond ni à une intention initiale ni à une fin. Parce que l’expérience est toujours susceptible d’être enrichie, les choses sont déterminées à rester inachevées, nous prévient James. Dès lors, si le développement d’un accident s’avère un temps limité, un fait subséquent peut lui rendre la possibilité de cheminer de nouveau. Ainsi de la mort d’une malade à Kashchenko sous les coups du personnel en 1934. Le médecin-chef et deux internes ont été condamnés par le tribunal de Moscou, respectivement à trois ans de prison et un an de travail forcé, sans que leur condamnation ait eu quelque incidence sur la marche de l’hôpital. C’est ce que suggère un article publié en 1935 dans les Izvestia, l’un des principaux journaux soviétiques, qui révèlent en avril qu’une patiente y est décédée le mois d’avant. La plume est celle de Lev Sosnovskii, journaliste et publiciste, qui collabore au quotidien en tant que feuilletoniste52. Dans la mesure où les Izvestia publient rarement des textes à vocation dénonciatrice, les faits en paraissent d’autant plus exceptionnels. Mais, en général, les révélations sont courantes dans la presse, les journaux y consacrant régulièrement une place, même limitée. La critique concerne une institution ou un fait précis, elle n’est jamais généralisée, le pouvoir est toujours préservé. Sosnovskii présente la mort de la patiente comme la conséquence des conditions d’admission et d’internement, plus précisément de la négligence du personnel dont les responsabilités individuelles sont épinglées. La « personnalisation du dysfonctionnement » remonte à la campagne sur l’autocritique, lancée en 1928 dans le sillage du procès de Chakhty pour encourager une critique collective de ce qui se déroule dans le pays53. Destinée à démasquer les actes défectueux, elle a suscité le développement des accusations ad hominem (Nérard, 2004, p. 135-140,158-163).

  • 54 « 23 dniia », Izvestia, 4 mars 1935.

29Qu’est-il arrivé à la patiente pour que les Izvestia lui consacrent ses pages ? L’article raconte l’histoire d’une femme, O. Suslova, venue de Leninsk à Moscou pour rejoindre son époux qui s’était rendu en formation à l’institut de gestion agraire. Afin de le prévenir de son départ, le 1er mars, elle lui a envoyé un télégramme qui lui est seulement parvenu le 7, avec cinq jours de retard. Son mari a alors entrepris de la retrouver, en vain. Il est retourné à Leninsk pour constater que son épouse n’y était pas non plus. Revenu à Moscou accompagné de sa belle-mère et de sa belle-sœur, il s’est rendu à la gare de Kazan le 24 mars et a découvert l’infirmerie dont le registre avait gardé la trace de l’accueil de son épouse au soir du 3 mars, victime d’une crise de nerfs. Apprenant qu’on l’a envoyée à l’hôpital Kashchenko où elle a été admise le 4 au matin au département féminin, il y est immédiatement allé. Face à lui, la surveillante de garde s’est montrée peu amène, il lui a fallu attendre plusieurs heures avant de voir sa conjointe. Il ne l’a alors qu’à peine reconnue, d’après Sosnovskii, la description exhibant une femme plus morte que vivante, qui avait perdu du poids et ne parvenait plus ni à se tenir seule debout ni à maintenir sa tête. Le lendemain, le psychiatre du département féminin a conseillé à Suslov d’emmener sa femme le plus rapidement possible, dans son intérêt à elle. Il proposait, quant à lui, qu’une équipe de médecins l’examine de nouveau, examen refusé par le psychiatre, appuyé par le médecin-chef au motif que le diagnostic était correct et que la « maladie suit une évolution normale ». Suslova est pourtant morte le soir même. Le texte s’achève sur une mise en cause de l’hôpital qui a « traité une mère de famille, un membre du syndicat comme une “vagabonde”54 ».

  • 55 Sur les scandales, Markovits & Silverstein (1988), De Blic & Lemieux (2005), Boltanski et al. (2007 (...)
  • 56 GARFr-5446/16/3244/2-9 : lettre du Commissariat à la santé au Comité central du Parti et aux Consei (...)

30Le sort fait à Suslova est inacceptable pour Sosnovskii en ce que les manquements sont révélateurs de la manière, indigne, de considérer les malades. Le traitement qui leur est infligé, dit-il en creux, rapproche davantage Kashchenko de l’asile, où les marginaux sont enfermés, que de l’hôpital, où les malades sont pris en charge. Rien n’aurait vraiment changé depuis l’ancien régime, les établissements psychiatriques continueraient d’être, d’abord, des lieux d’exclusion sociale où s’exercerait l’arbitraire du personnel. La réaction du Commissariat à la santé, qui diligente aussitôt une commission d’enquête puis écrit à la direction du Parti, aux gouvernements de la République fédérative de Russie et de l’Union soviétique pour communiquer son sentiment, atteste en elle-même du caractère « révoltant » de ce qui s’est produit, si cela n’était pas clairement formulé. En tous les cas, cette intervention confère toute sa signification à la dénonciation publique et confirme le scandale que l’article de Sosnovskii a potentiellement donné à voir à l’ensemble de la population soviétique55. Admettant justifié l’internement de Suslova de par ses antécédents et sa pathologie – on apprend alors qu’elle était schizophrène –, le Commissariat à la santé insiste néanmoins sur la mauvaise qualité des soins reçus. Il se presse d’avancer des sanctions à l’encontre de la surveillante pour sa brutalité et sa dureté envers la malade, ainsi qu’envers le psychiatre dont l’indifférence l’a empêché de rechercher la famille et le médecin qui a ausculté la patiente quelques heures avant sa mort sans rien constater d’alarmant. La gravité de leur faute n’est à aucun moment relativisée, elle est au contraire soulignée par le rappel de l’accident survenu l’année précédente. Puisque le procès n’a pas suscité de réforme du fonctionnement hospitalier, un nouveau responsable est nommé pour l’entreprendre56.

31C’est en obligeant les autorités médicales à reconnaître la faible incidence du premier décès, celui de 1934, que l’article des Izvestia lui rend sa capacité opérante. Son redéploiement produit alors trois effets. Le premier est de lancer un signal fort à l’adresse du personnel par le biais des sanctions qui frappent leurs collègues : nul dysfonctionnement ne saurait dorénavant plus être toléré. Le deuxième réactive la lutte contre le « bureaucratisme » qui compte parmi les maux à éradiquer lors de la campagne sur l’autocritique. Ce terme ne possède pas de définition propre et définitive, c’est la situation dans laquelle il est utilisé qui précise son sens, mais il reste toujours connoté péjorativement. On peut ainsi le mobiliser tant pour réclamer, comme n’importe quel citoyen soviétique, l’amélioration de ses conditions de logement auprès du service idoine que pour appeler, comme Sergo Ordzhonikidze l’écrivait en 1934 dans la Pravda, à une manière nouvelle de diriger (Cohen, 2006). En psychiatrie, l’usage du mot renvoie systématiquement à une forme de détachement, voire de condescendance : celui du médecin vis-à-vis de ses subordonnés, ou celui du personnel à l’endroit des malades. D’où les travers qui affecteraient et grèveraient la production médicale hospitalière. Les relations de pouvoir qui la gouvernent restent donc encore à changer. Le troisième effet est la promulgation par le Conseil des commissaires du peuple de la République fédérative de Russie, quelques mois plus tard, en février 1936, d’une ordonnance augmentant l’enveloppe budgétaire des hôpitaux psychiatriques. À l’occasion du Congrès de neurologie et de psychiatrie qui s’est tenu à la fin de l’année, Grombakh (1936) avance alors, à propos des établissements moscovites, que cette augmentation a permis la remise en état des bâtiments, l’amélioration du confort des malades, la fourniture de vêtements et de chaussures, la création d’unités de physiothérapie et la mise en œuvre de thérapeutiques nouvelles.

Conclusion

32Le déploiement des accidents ne se donnait pas à voir de lui-même. Il m’a fallu le reconstituer en me laissant conduire par mon objet : c’est lui qui a conféré à l’enquête la forme qu’elle a revêtue. Le suivi des accidents, en leurs orientations, a permis de constater que les transformations des structures psychiatriques résultaient de la confrontation d’acteurs et d’arguments multiples. Les tensions et les conflits découlaient au moins autant de la nécessité de parvenir à ajuster des attentes différentes que de la volonté de convertir les établissements à des approches thérapeutiques nouvelles. C’est en ce qu’elle nous signale les conditions devant présider à la restitution de l’expérience que la proposition de James s’avère précieuse, même si l’ontologie sociale qu’il défend, laquelle insiste sur l’égale valeur des relations, m’a conduit en pratique, du fait du matériel expérientiel à disposition, à en privilégier certaines. Aussi, si j’ai pu rendre compte du feuilletage d’éléments (psychologique, administratif, politique et éthique) qui composaient les accidents et qui sont venus donner à l’expérience toute son épaisseur, cette restitution s’est toutefois également faite au prix de pertes (en raison de l’absence de documents, du silence des sources et de la manière dont l’enquête a été menée). Vouloir restituer l’expérience implique donc toujours ce double phénomène d’additions et de soustractions évoqué par James.

33À partir d’un problème spécifique, ce que j’ai appelé l’histoire radicelle a permis d’appréhender le changement comme un flux qui reconfigure en permanence le monde. Cette perspective présente au moins deux grands atouts méthodologiques. Le premier est que l’analyse ne repose plus sur le choix au préalable d’une échelle, qui renvoie à des « préférences fondamentales non commensurables » (Lepetit, 1996, p. 74). Les opérations liées aux accidents se déroulent à différents niveaux, sinon dans des scènes qui les traversent de façon oblique. Le second atout est de réaliser une économie explicative, car l’historien n’a plus besoin d’expliciter ce qui n’a pas lieu de l’être et, par là, de surcharger un passé qui l’est déjà bien suffisamment en lui-même. Cette économie explicative pose la question de ce que peut dire l’histoire et de ce à quoi elle doit prétendre d’un point de vue critique. Je n’en traiterai pas maintenant. J’indiquerai simplement que, si l’histoire souhaite s’inspirer du pragmatisme en vue de renouveler ses modalités d’enquête, d’un pragmatisme qui tient ici de l’empirisme radical, c’est au moyen d’une réflexion sur le langage, les modes d’explication et les formes d’écriture qui sont les siens : cette démarche doit être théorique et empirique en même temps. Mais l’emprunt à la philosophie et la traduction de ses schèmes ou de ses concepts n’ont évidemment de sens que s’ils permettent de résoudre les problèmes qui se posent à l’histoire et de tendre vers une meilleure intelligibilité du passé.

Bibliographie

Akrich Madeleine, Callon Michel & Bruno Latour (2006), Sociologie de la traduction. Textes fondateurs, Paris, Les Presses de l’École des Mines de Paris.

Beer Daniel (2008), Renovating Russia. The Human Sciences and the Fate of Liberal Modernity, 1880-1930, Ithaca, Cornell University Press.

Berger Israil (1929), « Trud psikhiatricheskikh rabotnikov (sanitarnopsikhopatologicheskoe issledovanie) », Psikhiatricheskie rabotniki. Trud i zdorov’e, Moscou, Izdanie TsK Medsantrud.

Blum Alain & Martine Mespoulet (2003), L’anarchie bureaucratique. Statistique et pouvoir sous Staline, Paris, La Découverte (« L’espace de l’histoire »).

Boltanski Luc & Laurent Thévenot (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Boltanski Luc, Claverie Élisabeth, Offenstadt Nicolas & Stéphane Van Damme (eds) (2007), Affaires, scandales et grandes causes. De Socrate à Pinochet, Paris, Stock.

Brown Julie V. (1981), « The Professionalization of Russian Psychiatry : 1857-1911 », Ph.D, Université de Pennsylvanie.

Brown Julie V. (1990), « Social Influences on Psychiatric Theory and Practice in Late Imperial Russia », in Susan Gross Solomon & John F. Hutchinson (eds), Health and Society in Revolutionary Russia, Bloomington, Indiana University Press, p. 27-44.

Cefaï Daniel, Bidet Alexandra, Stavo-Debauge Joan, Frega Roberto, Hennion Antoine & Cédric Terzi (eds) (2015), « Pragmatisme et sciences sociales : explorations, enquêtes, expérimentations », SociologieS, février, [sociologies.revues.org/4911].

Cohen Yves (2006), « Les conceptions de l’autorité s’entrelacent. Le cas de l’Union soviétique dans les années 1930 (catégories des acteurs et catégories des chercheurs) », ethnographiques.org, 10, [ethnographiques.org/2006/Cohen.html].

Conein Bernard, Dodier Nicolas & Laurent Thévenot (eds) (1993), Les objets dans l’action. De la maison au laboratoire, Paris, Éditions de l’EHESS (« Raisons Pratiques », 4).

Cottereau Alain (1987), « Justice et injustice ordinaire sur les lieux de travail d’après les audiences prud’homales (1806-1866) », Mouvement social, 141, p. 25-59.

De Blic Damien & Cyril Lemieux (2005), « Le scandale comme épreuve. Éléments de sociologie pragmatique », Politix, 71, p. 9-38.

Deleuze Gilles & Félix Guattari (1980), Capitalisme et schizophrénie 2 : Mille plateaux, Paris, Les Éditions de Minuit.

Depretto Jean-Paul (2001), Pour une histoire sociale du régime soviétique, Paris, L’Harmattan.

Dewey John (1967), Logique. La théorie de l’enquête, trad. Gérard Deledalle, Paris, Presses universitaires de France.

Dewey John (2005), « La réalité comme expérience », Tracés, 9, (intro. par Gérôme Truc, trad. Pierre Saint-Germier et Gérôme Truc), p. 83-91, [traces.revues.org/204].

Drumm Thierry (2013), « Le réticulaire et le tentaculaire », in Isabelle Stengers, Une autre science est possible ! Manifeste pour un ralentissement des sciences, Paris, La Découverte/Les Empêcheurs de penser en rond, p. 147-198.

Friedlander Jacqueline Lee (2007), « Psychiatrists and Crisis in Russia, 1880-1917 », Ph.D, Université de Californie, Berkeley.

Foucault Michel (1972), Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Gallimard.

Foucault Michel (2003), Le pouvoir psychiatrique. Cours au Collège de France, 1973-1974, Paris, Gallimard-Seuil.

Grombakh Vladimir A. (1925), « Moskovskaia psikhiatricheskaia organizatsiia », Zhurnal nevropatologii i psikhiatrii imeni S. S. Korsakova, 1.

Grombakh Vladimir A. (1926), « Moskovskaia psikhiatricheskaia organizatsiia » in A. Miskinov, L. Prozorov, L. Rozenshtein (eds), Sovetskaia meditsina v bor’be za zdorovye nervy. Trudy I-go Vsesoiuznogo soveshchaniia po psikhiatrii i nevrologii igosudarstvennogo nevro-psikhitricheskogo dispansera, Ulianovsk, Izdanie Ul’ianovskogo Kombinata PPP.

Grombakh Vladimir A. (1936), « Moskovskie psikhiatritcheskie bol’nitsy », Biulleten’ vtorogo vsesoiuznogo s"ezda nevropatologov i psikhiatrov.

Healey Dan (2009), Bolshevik Sexual Forensics : Diagnosing Disorder in the Clinic and Courtroom, 1917-1939, DeKalb, Northern Illinois University Press.

Hennion Antoine (2015), « Enquêter sur nos attachements. Comment hériter de William James ? », SociologieS, février, [sociologies.revues.org/4953].

James William (2005), Essais d’empirisme radical, trad. Guillaume Garreta et Mathias Girel, Paris, Flammarion.

James William (2007a), Philosophie de l’expérience. Un univers pluraliste, trad. de Stéphan Galetic, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond/Le Seuil.

James William (2007b), Le pragmatisme. Un nouveau nom pour d’anciennes manières de penser, trad. Nathalie Ferron, Paris, Flammarion.

Krasil’nikov Sergei A. (ed.) (2011), Chakhtinskii protsess 1928. Podgotovka, provedenie, itogi. Kniga 1, Moscou, Rosspen.

Kuznetsov Ivan Vasilevich, Ovsepian R. P. & R. A. Ivanova (eds) (1999), Istorila otechestvennoi zhurnalistiki (1917-1945) : Khrestomatiia. Uchebnoe posobie, Moscou, Izd. Moskovskogo Universiteta.

Latour Bruno (1989), La science en action, Paris, La Découverte

Lavergne Cécile & Thomas Mondémé (eds) (2008), « Pragmatismes : vers une politique de l’action située », Tracés. Revue de Sciences humaines, 15, 2008/2 [traces.revues.org/583].

Lemieux Cyril (2012), « Philosophie et sociologie : le prix du passage », Sociologie, 3, p. 199-209.

Lepetit Bernard (1996), « De l’échelle en histoire », in Jacques Revel (ed.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard-Le Seuil, p. 71-94.

Majerus Benoît (2013), Parmi les fous. Une histoire sociale de la psychiatrie an xxe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Markovits Andrei & Mark Silverstein (1988), The Politics of Scandal. Power and Process in Liberal Democracies, New York, Holmes and Meier.

Marrou Henri-Irénée (1954), De la connaissance historique, Paris, Seuil.

Mechalkina Natalia (1999), Istoria razrabotki problem psikhoguiguieny v Rossii, thèse de l’Institut de psychologie de l’Académie russe des sciences.

Mesure Sylvie (2012), « Poursuivre le dialogue entre philosophie et sociologie », Sociologie, 3, p. 211-214.

Nérard François-Xavier (2004), Cinq pour cent de vérité. La dénonciation dans l’URSS de Staline, Paris, Tallandier.

Peirce Charles Sanders (1877), « The Fixation of Belief », Popular Science Monthly, 12, p. 1-15.

Pestre Dominique (2012), « Épistémologie et politique des Science and Transnational Studies », Revue d’anthropologie des connaissances, 3, p. 469-492.

Pinnow Kenneth (2010), Lost to the Collective. Suicide and the Promise of Soviet Socialism, 1921-1929, Ithaca, Cornell University Press.

Plamper Jan (2009), « Fear : Soldiers and Emotion in Early Twentieth-Century Russian Military Psychology », Slavic Review, 2, p. 259-283.

Prozorov Leonid (1926a), « Polozhenie dela psikhiatricheskoi pomoshchi v RSFSR v 1924 godu », Zhurnal nevropatologii i psikhiatrii imeni S. S. Korsakova, 1.

Prozorov Leonid (1926b), « Polozhenie dela psikhiatricheskoi pomoshchi v RSFSR v 1924 godou (okonchanie) », Zhurnal nevropatologii i psikhiatrii imeni S. S. Korsakova, 2.

Prozorov Leonid (1927), « Polozhenie dela psikhiatrichekikh pomoshchi v RSFSR v 1925 godu », Zhurnal nevropatologii i psikhiatrii imeni S. S. Korsakova, 1.

Rittersporn Gabor T. (1997), « Le message des données introuvables : l’État et les statistiques du suicide en Russie et en URSS », Cahiers du monde russe, 38/4, p. 511-523.

Shorter Edward (1997), A History of Psychiatry : From the Era of the Asylum to the Age of Prozac, New York, John Wiley & Sons.

Shreider N. D. (1929), « Nervno-Psikhicheskoe zdorov’e zhenskogo ukhazhivaiushchego personale psikhiatrichekikh bol’nits », Psikhiatricheskie rabotniki. Trud i zdorov’e, Moscou, Izdanie TsK Medsantrud.

Sirotkina Irina (2000), « Psikhopatologuia i politika : Stanovlenie idiei i praktiki psikhoguiguieny v Rossi », Voprosy Istorii Estestvoznaniia i Tekhniki, 1, p. 154-177.

Sirotkina Irina (2002), Diagnosing Literary Genius : A Cultural History of Psychiatry in Russia, 1880-1930, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

Sirotkina Irina (2010), « Toward a Soviet Psychiatry. War and the Organisation of Mental Health Care in Revolutionary Russia », in Francine L. Bernstein, Christopher Burton & Dan Healey (eds), Soviet Medicine. Culture, Practice and Science, Dekalb, Northern Illinois University Press, p. 27-48.

Solomon Susan G. (1989), « David and Goliath in Soviet Public Health : The Rivalry of Social Hygienists and Psychiatrists for Authority over the Bytovoi Alcoholic », Soviet Studies, 41 (2), p. 254-275.

Stengers Isabelle (2013), Une autre science est possible ! Manifeste pour un ralentissement des sciences, Paris, La Découverte/Les Empêcheurs de penser en rond.

Thiéry Olivier & Sophie Houdart (eds) (2011), Humains, non humains : comment repeupler les sciences sociales, Paris, La Découverte.

Torre Angelo (2008), « Les lieux de l’action : transcription documentaire et contexte historique », Les Dossiers du Grihl, 1, [dossiersgrihl.revues.org/2842].

Veyne Paul (1996), Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil.

Wanke Paul (2005), Russian/Soviet Military Psychiatry, 1904-1945, Abingdon, Routledge.

Zhuravlev Sergei & Mikhail Mukhin (2004), « Krepost’ sotsializma » : Povsednevnost’i motivatsiia truda na sovetskom predpriiatii, 1928-1938 gg., Moscou, ROSSPEN.

Notes

1 Pour les échanges que nous avons eus, je remercie les organisateurs du séminaire préparatoire à ce volume et l’ensemble des participants. Je suis particulièrement redevable à Yves Cohen qui a lu avec bienveillance (et patience) les versions successives de ce texte. Le texte doit aussi aux suggestions de Guillaume Garreta, Mathieu Giacomo, Cyril Lemieux, Raphaël Moreira, Larissa Zakharova et des referees de la collection : je leur en suis reconnaissant.

2 En Russie, les premières structures pour malades mentaux remontent au règne de Catherine II : elles étaient surtout destinées à les soustraire de la société. Des changements ont été engagés à partir des années 1820 sur le modèle de ce qui se faisait en Europe occidentale. Un plan de construction d’asiles régionaux a été décidé et un cursus de psychiatrie a été mis en place dans les universités pour former les psychiatres. Mais face au coût que les asiles représentaient, le gouvernement s’est désengagé en en transférant la responsabilité aux zemstvos, ces assemblées locales de self-government mises en place en 1864. Cette mesure de décentralisation a suscité la protestation de psychiatres qui s’y opposaient. Lorsque les bolcheviks octroient une administration centralisée, ils satisfont donc une revendication formulée de longue date. Sur la psychiatrie et sur les asiles avant la révolution, Brown (1981), Meshalkina (1999), Sirotkina (2000). Sur la psychiatrie militaire, Wanke (2005), Friedlander (2007), Plamper (2009).

3 Est-il possible de connaître l’ampleur des accidents à l’échelle du pays ? L’État soviétique est aujourd’hui associé au chiffre et la période des années 1920 a été une décennie d’effervescence marquée par des discussions méthodologiques nourries et une production importante. L’émulation retombe dans les années 1930, lorsque l’administration statistique subit le contrôle stalinien (consulter Blum & Mespoulet, 2003). Le Commissariat à la santé ne cesse de compter tout le long de l’entre-deux-guerres, sans pouvoir fournir un tableau statistique général. La raison en est d’ordre technique. Pour les patients, les sources utilisées sont les registres qui s’avèrent incomplets, car mal remplis par le personnel. L’inventaire des traumatismes du personnel repose, quant à lui, sur les déclarations aux assurances maladies. Or tous les incidents ne sont pas signalés, le personnel s’arrangeant parfois avec la direction pour bénéficier d’un arrêt maladie en toute discrétion (Berger, 1929, p. 72, 76).

4 On retrouve ici ce qui sera le mot d’ordre de la sociologie et de l’histoire des sciences. Voir notamment Akrich, Callon & Latour (2006), Pestre (2012).

5 Sur les pragmatismes, Lavergne & Mondémé (2008), Cefaï et al. (2015). Antoine Hennion (2015) consacre un article à la manière dont James peut rendre l’enquête sociologique plus sensible à la richesse de l’expérience.

6 C’est un point souligné par Cyril Lemieux (2012) qui a proposé le concept de « conversionnisme ». Tout en montrant l’intérêt de cette notion, Sylvie Mesure (2012) en a aussi fait ressortir les limites. Elle a en particulier pointé le fait que, si le conversionnisme est un geste de dépassement de la philosophie par la sociologie, il se veut en même temps un geste de répudiation de la philosophie.

7 J’utiliserai des documents recueillis non seulement à Moscou, mais aussi à Saint-Pétersbourg et à Kazan. Aux archives produites par les hôpitaux, l’administration de la santé, les échanges entre commissariats (le nom donné aux ministères) ou les organisations syndicales s’ajouteront des imprimés : articles de presse ou de revue et ouvrages.

8 La conception de la réalité comme réseau se retrouve chez John Dewey, mais sa définition de l’expérience se distingue de celle de William James en ce qu’elle s’est progressivement orientée vers un expérimentalisme. Sur l’expérience chez Dewey et son expérimentalisme, consulter par exemple Dewey (2005).

9 L’expression m’a été inspirée par Thierry Drumm (2013, p. 155-157) qui a qualifié l’empirisme radical d’« empirisme radicel ». James avait lui-même mobilisé la métaphore de la radicelle dans ses réflexions sur la vérité, qui occupent une place centrale dans son œuvre.

10 Archives centrales de la ville de Moscou (TsAGM) r-1126/1/3/30-31 : rapport médical sur l’hôpital Preobrazhenskii pour l’année 1924.

11 Archives nationales de la république du Tatarstan (NART) 1325/2/4a/8 : rapport administrativo-médical sur l’hôpital de Kazan pour l’année 1938.

12 TsAGMr-389/l/l/20v-21 : rapport médical sur l’hôpital Kashchenko pour l’année 1921 ; r-1126/1/1/13-14 : rapport médical sur l’hôpital Preobrazhenskii pour l’année 1921 ; r-1126/1/3/30-31 : rapport médical sur l’hôpital Preobrazhenskii pour l’année 1924 ; r-1126/1/9/17 : rapport médical sur l’hôpital Preobrazhenskii pour l’année 1930 ; Archives d’État de la Fédération de Russie (GARF) a-482/32/41/12-14 : informations sur les accidents pour l’année 1938.

13 La schizophrénie a été individualisée comme entité nosologique sous le nom de démence précoce par le psychiatre allemand Emil Kraepelin à la fin du xixe siècle. C’est le psychiatre suisse Eugen Bleuler qui a proposé le terme de schizophrénie en 1908. Voir Shorter (1997, p. 104-108).

14 TsAGMr-1126/1/1/10-14 : rapport médical sur l’hôpital Preobrazhenskii pour l’année 1921.

15 TsAGMr-1126/1/1/12 : rapport médical sur l’hôpital Preobrazhenskii pour l’année 1921 ; r-389/1/1/6-7, 21v-22v : rapport médical pour l’année 1921.

16 TsAGMr-1126/1/3/30-31 : rapport médical sur l’hôpital Preobrazhenskii pour l’année 1924.

17 TsAGMr-389/1/6/2 : rapport médical sur l’hôpital Kashchenko pour l’année 1926. Sur les psychiatres et l’alcoolisme, voir Solomon (1989, p. 264).

18 TsAGMr-1126/1/3/30-31 : hôpital Preobrazhenskii, rapport médical pour 1924 ; Archives centrales de la région de Moscou (TsGAMO) 302/1/365/161 : procès-verbal de réunion du comité syndical de l’hôpital Kashchenko, 27 juillet 1925.

19 TsGAMO 302/l/438/31-31v : procès-verbal de réunion du comité syndical de l’hôpital Kashchenko, 28 décembre 1923.

20 GARFa-482/32/41/12 : rapports sur les accidents pour l’année 1938.

21 TsGAMO 302/1/438/109 : procès-verbal de réunion de la commission des tarifs et des conflits de l’hôpital Kashchenko, 3 septembre 1924 ; 302/1/439/66 : procès-verbal de réunion du comité syndical de l’hôpital Kashchenko, 19 mars 1924 ; GARFr-5446/16/3244/2-9 : lettre du Commissariat à la santé au Comité central du Parti et aux Conseils des Commissaires du peuple de la République fédérative de Russie et de l’Union soviétique, 5 avril 1935.

22 Sur la construction d’un lieu par les sources, Torre (2008).

23 Au sujet des objets dans la coordination sociale, Latour (1989), Conein, Dodier & Thévenot (1993), Thiéry & Houdart (2011).

24 TsAGMr-389/1/6/2 : rapport médical sur l’hôpital Kashchenko pour l’année 1926.

25 TsAGMr-1126/1/6/19 : rapport médical sur l’hôpital Preobrazhenskii pour l’année 1927.

26 TsAGMr-389/1/6/2 : rapport médical sur l’hôpital Kashchenko pour l’année 1926.

27 Zhurnal nevropatologii i psikhiatrii imeni S. S. Korsakova, 1927, 2, p. 235.

28 GARFa-482/32/10 : rapport sur l’aide psychiatrique dans la région de Saratov, octobre 1935 ; a-482/32/10/34 : rapport sur l’hôpital psychiatrique de Saratov, 1er septembre 1935 ; Grombakh (1936).

29 Archives centrales de la ville de Saint-Pétersbourg (TsGA SPb) 7384/18/694/124 : procès-verbal de réunion du présidium du Soviet de Leningrad, 4 juillet 1938.

30 GARFa-482/3/505/numéro de page perdu : procès-verbal de réunion de la direction du Syndicat des travailleurs du domaine sanitaire et médical, 7 mars 1923.

31 GARFa-482/32/10/23 : minutes de réunion sur l’aide psychiatrique dans la région de Kuibyshev, octobre 1935 ; r-5446/16/3244/8 : lettre du Commissariat à la santé au Comité central du Parti et aux Conseils des Commissaires du peuple de la République fédérative de Russie et de l’Union soviétique, 5 avril 1935.

32 GARFa-482/3/9/15 : rapport sur l’hôpital Saint-Nicolas Le Miraculeux, 30 mai 1918.

33 « Net poriadka v psikhiatricheskikh bol’nitsakh », Krasnaia Gazeta, juin 1938.

34 GARFa-482/3/9/60 : procès-verbal de l’inspection de l’hôpital Prechistenskii, 30 avril 1920 ; a-482/32/10/34 : rapport sur l’aide psychiatrique, octobre 1935.

35 TsGAMO 302/l/324/40v : procès-verbal de réunion du comité syndical de l’institut Serbskii, 6 juillet 1923.

36 Sur les syndicats professionnels, voir Depretto (2001, p. 131-147).

37 TsGAMO 302/l/324/40v : procès-verbal de réunion du comité syndical de l’institut Serbskii, 6 juillet 1923.

38 TsGAMO 302/1/438/12 : procès-verbal de réunion de la commission des tarifs et des conflits de l’hôpital Kashchenko, 28 décembre 1923.

39 TsGAMO 302/1/438/109 : procès-verbal de réunion de la commission des tarifs et des conflits de l’hôpital Kashchenko, 3 septembre 1924.

40 TsGAMO 302/1/365/38 : procès-verbal de réunion de la commission des tarifs et des conflits de l’hôpital Kashchenko, 23 février 1925.

41 TsGAMO 302/l/438/31-31v : procès-verbal de réunion de la commission des tarifs et des conflits de l’hôpital Kashchenko, 17 janvier 1924.

42 Voir également, Sirotkina (2002). Sur les aspirations politiques des psychiatres et des juristes à la fin du xixe et au début du xxe siècles, Beer (2008).

43 GARFa-259/126/3868/52-53v : rapport sur la situation du personnel médical des institutions psychiatriques, 17 décembre 1927.

44 GARFa-259/12b/3868/28 : conclusions sur le projet d’ordonnance du Conseil du Commissaire du peuple sur l’amélioration de la situation du personnel médical des hôpitaux psychiatriques, 29 décembre 1927.

45 GARFa-259/12b/3868/50 : procès-verbal de réunion sur l’amélioration de la situation du personnel médical des hôpitaux psychiatriques, 9 janvier 1928.

46 « Ob uluchshenii polozheniia meditsinskogo personala psikhiatricheskikh bol’nits [16.02.1928] » [en ligne], consulté sur le site Konsul’tantPlius : [base.consultant.ru/cons/cgi/online.cgi?req=doc;base=ESU;n=21719].

47 GARFa-259/12b/3868/17-17v : protestation du Commissariat du travail contre l’ordonnance du Conseil des Commissaires du peuple, 25 mai 1928.

48 GARFa-259/12b/3868/29-30 : protestation, 19 mars 1928.

49 GARF 393/74/126/4,6 : projet d’ordonnance du Comité exécutif central de toute l’Union et du Conseil des Commissaires du peuple, 1928. Parue en 1927, l’étude sur le suicide montre le retard de la Russie par rapport à l’Europe. Pinnow (2010, p. 140-183).

50 GARFa-259/12b/3868/2-3 : informations sur la modification de l’article premier de l’ordonnance du Conseil des Commissaires du peuple de la République fédérative de Russie du 16 février 1928, 14 juillet 1928.

51 GARF8009/1/47/157 : rapport sur l’organisation de l’aide psychiatrique, 1936.

52 Sur les journalistes en Union soviétique avant 1945, Kuznetsov, Ovsepian & Ivanova (1999).

53 Du 18 mai au 25 juillet 1928, le procès de Chakhty (du nom d’une ville proche de Rostov-sur-le-Don, dans le sud de la Russie) a visé un groupe d’ingénieurs et de techniciens accusés de sabotage au compte du capital international. C’est l’un des premiers grands procès publics d’Union soviétique. Voir notamment Krasil’nikov (2011).

54 « 23 dniia », Izvestia, 4 mars 1935.

55 Sur les scandales, Markovits & Silverstein (1988), De Blic & Lemieux (2005), Boltanski et al. (2007).

56 GARFr-5446/16/3244/2-9 : lettre du Commissariat à la santé au Comité central du Parti et aux Conseils des Commissaires du peuple de la République fédérative de Russie et de l’Union soviétique, 5 avril 1935.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search