Version classiqueVersion mobile

Histoires pragmatiques

 | 
Francis Chateauraynaud
, 
Yves Cohen

Formes d’histoire pragmatique

Des filles d’usines aux ouvrières « respectables »

Normes de genre et de classe reconfigurées (1968-1994)

Fanny Gallot

Texte intégral

  • 1 Je remercie Yves Cohen, Beatrice Delaurenti et Frédéric Graber pour leurs précieuses remarques ains (...)
  • 2 Il s’agit d’un concept établi par des chercheurs et des chercheuses réunis dans un séminaire de l’Ι (...)
  • 3 Ce sujet apparaît dans d’autres mobilisations dans lesquelles la main-d’œuvre est essentiellement f (...)

1Cet article porte sur la fabrication des normes dans la pratique1. Plus précisément, il entend s’interroger sur la performativité des actes et sur l’agency des acteurs – en l’occurrence, des actrices – et se nourrit, en ce sens, des approches pragmatiques. Il s’agit, en effet, de s’intéresser aux « manières de faire » (de Certeau, 1990), aux pratiques quotidiennes des ouvrières embauchées dans les années 19682 et ayant effectué une longue carrière à l’usine jusqu’aux fermetures des années 1990-2000. Depuis la deuxième moitié du xixe siècle, les normes de genre et de classe font des ouvrières des filles, voire produisent le stéréotype des files d’usines, synonyme de filles faciles : ce phénomène perdure dans les années 1968. À la faveur de leurs mobilisations médiatisées contre les fermetures, qui leur font gagner la sympathie du grand public, un groupe d’ouvrières très populaire, ayant acquis une respectabilité, devient dans les années 1990 et 2000 les filles de Chantelle, ou Lejaby3. Comment se sont-elles situées par rapport au stéréotype de filles d’usines ? Dans quelle mesure les pratiques des ouvrières en relation avec ce stéréotype ont-elles contribué à une reconfiguration des normes de genre et de classe ?

2Selon Bernard Lepetit (1995, p. 17), « on peut définir les normes, les valeurs, les conventions comme des représentations collectives qui prennent corps dans des organisations, des institutions, des règles de droit ». Ces normes de genre et de classe intègrent non seulement les attitudes ou les façons de s’habiller, mais aussi la place occupée dans la production. Elles produisent aussi le sentiment personnel de chacune d’être, ou non, un homme ou une femme des classes populaires (Kessler & McKenna, 1985 ; Dufour, 2011). Les pratiques et les actions des ouvrières produisent, reproduisent et déconstruisent quotidiennement ces normes, rôles et identités de classe et de genre, envisagés de façon « consubstantielle » selon le concept de Danièle Kergoat (2009), dans la mesure où il est illusoire de parvenir à rendre compte de ce qui relève de l’une ou de l’autre catégorie.

  • 4 S’il est donc quelquefois traduit par « puissance d’agir » ou « capacité d’agir », nous choisissons (...)

3Ces actions, ces pratiques quotidiennes, sont le fruit des ouvrières, et révèlent leur agency4, c’est-à-dire les « dispositions à l’action », ainsi que les « capacités d’agir dans une situation donnée », selon François Jarrige (2012, p. viii). L’agency porte alors, selon Maxime Cervulle et Armelle Testenoire (2012), « sur les conditions et la logique de l’action – de l’action proprement politique, collective, mais également “micro-politique”, située au niveau de ces pratiques de soi par lesquelles se produit le sujet », ces actions étant « toujours déjà sociales, culturelles et linguistiquement contraintes » (Ahearn, 2001). Ce sont les actes de langage envisagés comme des actions qui sont abordés ici de façon à rendre compte, suivant Judith Butler (2004), de la manière dont la performativité de ces actes produit l’agency. La posture de départ du propos est de refuser d’envisager les ouvrières comme des victimes aliénées en cherchant à souligner ce qui les enserre. L’ambition de cet article est bien plutôt d’accorder une attention particulière aux marges de manœuvres qu’elles construisent dans leurs appropriations du mot filles, qui comporte initialement une dimension péjorative. Au-delà des actes de langage, la philosophe « étend la performativité à tous les actes, à tous les agir. Quelles que soient les modalités d’action, agir c’est faire, c’est faire être et c’est aussi se produire soi-même. » (Haicault, 2012). Il s’agit donc de montrer comment l’agency des ouvrières peut être le moteur d’une reconfiguration des normes de genre et de classe favorisant la transformation des filles d’usines en filles de.

4Cela se fera en trois temps. Avant de montrer comment le stéréotype de filles d’usines est resignifié, ou comment les actes de langage font bouger les normes, c’est la manière dont le stéréotype est activé, la manière dont les actes de langage produisent les normes, qui sera abordé. Enfin, en étendant la performativité à tous les actes, à la faveur de la mobilisation des ouvrières, il sera question de la façon dont le stéréotype disparaît.

  • 5 Nous avons recours ici à des extraits des vingt-six entretiens que nous avons réalisés auprès d’ouv (...)

5Afin de répondre à ces interrogations, nous étudierons les pratiques des ouvrières qu’elles soient collectives ou individuelles, au quotidien ou en période de mobilisation, dans une séquence historique qui commence pendant les années d’« insubordination ouvrière » (Vigna, 2007), après le mouvement de mai-juin 1968, pour se terminer dans les années 2000, tandis que de nombreuses usines ferment. Bien que nous ne nous y limitions pas, deux entreprises ont principalement recueilli notre attention, Moulinex et Chantelle, qui produisent de l’électroménager et de la lingerie avec, respectivement, une majorité (60 %) et une quasi-totalité de femmes. S’intéressant aux actes de langage, cette contribution se fonde principalement sur des sources orales5, ou des récits d’ouvrières, après les fermetures d’usine, ce qui permet d’approcher également les intentions qui se cachent derrière les discours des ouvrières, bien qu’il faille prendre garde aux effets produits par la mémoire. C’est pourquoi, ils sont confrontés à des discours d’ouvrières, contemporains des évènements, qui s’observent dans la presse ou dans des publications diverses (féministes ou syndicalistes).

Comment le stéréotype est activé

  • 6 Dans un atelier, il y a six sections à Saint-Herblain.
  • 7 Centre d’Histoire du Travail (CHT) de Nantes, entretien réalisé pour l’exposition « Femmes à l’usin (...)
  • 8 CHT, entretien réalisé pour l’exposition « Femmes à l’usine », en 1985.
  • 9 « C’était comme ça qu’elles parlaient, c’était leurs filles. Parce qu’en fait, c’était toujours les (...)

6Dans les années 1960, il est fréquemment question des « gars » et des « filles ». Les historiennes de la période, Bantigny (2007) et Sohn (2001), reprennent ces appellations. À l’usine, les ouvrières s’appellent entre elles « les filles », de même que les ouvriers s’appellent entre eux « les gars » (Durand, 2006). En outre, le paternalisme conduit bien souvent les contremaîtres, mais aussi les contremaîtresses, à s’approprier discursivement leurs équipes par des expressions comme « mes gars » (Mispelblom Beyer, 2004), ou « mes filles ». Dès l’ouverture de l’usine en 1967, il y a peu d’hommes dans l’usine Chantelle de Saint-Herblain, et la majorité d’entre eux sont chefs d’atelier ou de section6. Chaque chef dirige un groupe d’ouvrières, et l’une d’elle se souvient qu’« ils avaient leurs filles, tu vois, c’était : “mes filles”, “mes filles en production”, “mes filles à la coupe”, “mes filles au planning”7 ». Les ouvrières se retrouvent donc, en quelque sorte, possédées par leur chef d’atelier, qui les compare à celles d’un autre chef, et discrédite ces dernières : « “C’est tes filles à la production qui ont mal piqué les trucs” […] “mais non, c’est tes filles qui ont mal coupé”8. » Ce type de comportement n’est pas le seul fait de contremaîtres car, progressivement, dans les années 1980, ce sont des contremaîtresses qui prennent la place des hommes et leur comportement est similaire9. Cette dénomination ne se retrouve pas seulement à Chantelle, mais aussi à Moulinex, où les contremaîtres utilisent ce même langage familial à l’usine. Un contremaître évoque ainsi « la complicité tissée avec “ses filles” » (Roupnel-Fuentes, 2011, p. 95).

7Cependant, s’ils concernent tous deux de jeunes personnes, les deux termes ne se sont pas construits de façon symétrique dans l’histoire. Cécile Dauphin (1984, p. 227) précise que l’« on ne trouve aucun équivalent masculin au catalogue des synonymes de “fille”, dans sa connotation familière (béguineuse, minette, nénette, nymphette, poupée, sauterelle…), ou péjorative (donzelle, gigue, gonzesse, greluche, pisseuse) ». L’appellation « les filles » ne recouvre donc pas les mêmes caractéristiques que « les gars » dans les usines masculines : elle participe de la perpétuation d’un ordre paternaliste, articulé à la domination masculine, que l’on observe, à la fois, dans la division sexuée du travail et dans la manière dont les ouvrières sont perçues par les contremaîtres. Dans les années 1968, certaines discussions des chefs d’atelier à propos de « leurs » filles concernent davantage leur physique, leur beauté, et donc leur corps, que leur travail. Les corps des ouvrières, au-delà de leur seule force de travail, sont appropriés de façon discursive par les chefs d’atelier. Leur masculinité se joue alors en regard de la « beauté » de « leurs » filles. L’ouvrière qui témoigne explique comment chacun des chefs défend, selon ses propres termes, son « cheptel », ce qui souligne encore davantage le mécanisme d’appropriation et sa dimension sexuelle, les ouvrières étant renvoyées à un troupeau dans une comparaison animale. Le paternalisme se mêle ici à la construction de la virilité du chef d’atelier. Ainsi, l’appellation « filles » renforce et perpétue la hiérarchie de genre et de classe à l’usine. Il n’existe donc pas de symétrie entre « gars » et « filles » à l’usine, du fait principalement de la domination de genre qui se trouve quotidiennement réactivé par la position subordonnée qu’occupent les ouvrières dans la production et par les rappels à l’ordre sexuels que permet le stéréotype de filles d’usine qui pèse sur les ouvrières.

  • 10 « Évoquons le sort des cigareuses (ou cigarières) marseillaises. La manufacture des tabacs est de l (...)
  • 11 La revue mensuelle, Le livre, une revue de littérature en 1888 ; La revue quotidienne, La Gauloise,(...)
  • 12 La réforme sociale (Paris), janvier 1906. Publiée par un groupe d’économistes avec le concours de l (...)

8S’intéressant à l’histoire du « stéréotype de la vieille fille », Cécile Dauphin (ibid., p. 208) montre comment les normes d’une période le font émerger, le renforcent, puis l’atténuent. Elle définit le stéréotype comme relevant « du domaine de l’imaginaire, entendu comme un ensemble de représentations, comme une production à la fois collective et individuelle, où l’expérience intimement personnelle interfère avec le champ social et culturel » (ibid.). Comme la vieille fille, la fille d’usine relève du stéréotype et appartient à cet « éventail de stéréotypes sur la femme » qui se forge en relation avec la « norme du mariage » (ibid.). Sans prétendre proposer une histoire du stéréotype de la fille d’usine, nous pouvons souligner que le travail des femmes en atelier – et en particulier celui des très nombreuses jeunes filles10 – est considéré comme incompatible avec les « bonnes mœurs », ou la « moralité » (Simon, 1861, p. 3 et 9) : « comme toujours, lorsqu’il s’agit de femmes, et plus encore de jeunes filles, la morale et le sexe hantent les discours et dictent les pratiques », écrit Michelle Perrot (2012, p. 67). Une réputation de frivolité pèse sur les ouvrières, et Joan Scott (1990) montre d’ailleurs comment certains discours des économistes du milieu du xixe siècle ont relié les ouvrières – dont le nombre augmente – à la prostitution, avec les termes de filles isolées ou femmes isolées. L’expression fille d’usine, en tant que telle, se forge dans la seconde moitié du xixe siècle. On en trouve plusieurs occurrences dans des périodiques variés dans les années 188011. L’expression a plusieurs sens : elle peut être envisagée comme un synonyme de « fille de fabrique » et simplement décrire l’appartenance à un métier, se rapporter à des ouvrières de « dix-sept à dix-huit ans12 », mais elle peut aussi prendre un caractère péjoratif. En effet, Jean de Verval (1910, p. 103), contributeur à la revue La lecture française, oppose les « pimpantes midinettes » aux « rudes filles d’usine, pliées dans un sarrau de toile grise, les mains rêches, les cheveux bouffants, une fleur à la lèvre et la démarche traînante et vicieuse ». Après la Première Guerre mondiale, selon Laura Lee Downs (2001, p. 352 et 354), les apprenties-surintendantes dépeignent les femmes de la classe ouvrière « comme des créatures particulièrement vulgaires, désirantes plutôt que pensantes », mettant de ce fait leur parole en doute lorsqu’elles se plaignent d’abus. Et cette mauvaise réputation est encore soulignée par Helen Harden Chenut (2010, p. 166) à propos des bonnetières de Troyes dans l’entre-deux-guerres.

  • 13 BNF, L’Ouest-Éclair, Rennes, 24 août 1903.

9Plusieurs hypothèses peuvent expliquer l’émergence de ce stéréotype. Tout d’abord, au milieu du xixe siècle, c’est parce que l’on « arrach[e] [les ouvrières d’usine] aux travaux domestiques et à leurs enfants » qu’elles découvr[ent] selon Scott (1990, p. 9) « les plaisirs de la sensualité, le goût du luxe, la possibilité de satisfaire leurs désirs sexuels et matériels ». En d’autres termes, la norme de genre et de classe tend à imposer le foyer, le travail à domicile ou dans des ateliers non-mixtes aux femmes, ce qui produit le stéréotype qui vise à décrédibiliser l’activité des femmes en usine dans les villes industrielles. En d’autres termes, travailler à l’usine pour une femme est contradictoire avec la respectabilité. Cependant, pour une femme des classes populaires, cela devient nécessaire et le stéréotype se déplace pour ne concerner que certaines ouvrières ayant des comportements qui font exception, ne se situent pas dans la norme. Deux autres explications à l’existence de ce stéréotype peuvent alors s’ajouter aux « désordres » causés par la « promiscuité » de l’usine. Yvonne Knibiehler (1989, p. 171) s’intéresse aux cigareuses marseillaises et montre que, dans la deuxième moitié du xixe siècle, elles étaient « à demi dévêtues » pour rouler « les cigares et les cigarettes sur leurs cuisses nues », ce qui compte « certainement pour beaucoup dans l’accusation de légèreté portée sur ces jeunes filles ». Elle ajoute que leur attitude combative contribue à leur « mauvaise réputation ». Ces deux explications reviennent sous la plume d’Helen Harden Chenut (2010, p. 172) qui précise que, pour faire face à la chaleur de l’atelier, les ouvrières – en l’occurrence, les bobineuses – ne portaient qu’une « petite blouse par-dessus [leur] combinaison », ce qui était considéré comme de l’impudeur d’une part, et que, d’autre part, elles étaient particulièrement combatives, comme le montre également un article de L’Ouest-Éclair qui rend compte, le 24 aout 1903, d’une « Grève de filles d’usine » à Douarnenez13. Les normes de genre et de classe imposent donc aux ouvrières un comportement « docile » et une tenue « décente », et le stéréotype se forge tandis qu’elles se trouvent en contradiction avec ces normes.

  • 14 Dans La place, Annie Ernaux (1983) écrit : « Les filles d’usine étaient accusées de ne pas savoir f (...)
  • 15 Archives Municipales d’Alençon (AMA), 7 AV 18, entretien avec V. E. (un homme), réalisé par Laurent (...)

10Évoqué par Annie Ernaux dans La place14, le stéréotype de fille d’usine perdure jusque chez Moulinex, à Alençon, dans les années 1968, puisque V. E.15 qui y travaille comme maçon, puis à l’atelier d’outillage, rapporte que

[…] travailler à l’usine, c’était un peu la promiscuité. Y-avait des filles qu’étaient relativement, non, j’vais pas dire faciles mais qu’étaient assez délurées. Peut-être que leur manière, a p’tete pu créer ce bruit qui courait. Y’en avait quêtaient, c’était des solides…

  • 16 AMA, 7 AV 10, entretien avec C. L. (une femme), réalisé par Laurent Huron le 20 avril 2010, à son d (...)
  • 17 Tandis que l’école n’est pas mixte, bien que des classes mixtes soient progressivement créées, le l (...)
  • 18 AMA, 7 AV 7, entretien avec J. R, fille de M. Bret, réalisé par Laurent Huron le 12 mars 2010, dans (...)

11La « promiscuité » évoquée participe de la réputation de l’usine. Une ancienne ouvrière raconte en 2010 que, dans les années 1960, l’usine est considérée comme un lieu « pas de débauche, mais presque16 ». La mixité de l’usine conduit à ce type de propos, et cela est sans doute renforcé par la ruralité de l’implantation17. C’est également la perpétuation de la division sexuée du travail, entretenant le paternalisme et la domination masculine exercée par des chefs, qui participe à la reproduction du stéréotype de la fille d’usine. En témoigne une anecdote se référant probablement aux années 1950 ou 1960, racontée par J. P., la fille de Marcel Bret, alors responsable du site d’Alençon18 :

L.H. : Votre père était très proche des ouvriers, y avait un respect…
J.P. : Absolument, mon père était très très proche. Il était d’une humanité…
[…]
L.H. : Au téléphone, vous m’aviez évoqué un souvenir marquant, quelque chose que votre père vous a…
J.P. : Nous étions à table à 13h, on sonne, maman dit « encore ! » parce que c’était très souvent… et une fille en pleurs qui arrive et qui pleure dans le couloir. Mon père : « Qu’est-ce qui t’arrive ? » parce que mon père tutoyait ses ouvrières alors… « Qu’est-ce qui t’arrive ? »…« Oh, Monsieur Bret, j’suis enceinte… » « Quoi ! » J’entendais mon père qui criait : « C’est la cinquième fois ! » Il lui a passé un savon pas possible. Cette pauvre fille, c’était le cinquième bébé qu’elle attendait, c’était jamais le même père. Mon père, il lui avait certainement déjà fait la leçon plus d’une fois et elle venait réclamer de l’argent parce qu’évidemment, elle n’avait pas d’sous. « Est-ce que vous pouvez m’avancer de l’argent sur ma paye ? » Maman et moi, on entendait… alors, on disait rien parce qu’on s’disait, il va revenir d’une humeur massacrante. Alors, on entendait : « M’enfin, mais, comment tu te démerdes ? Mais c’est pas possible, je t’avais pourtant dit qu’il fallait être sérieuse, mais tu n’es pas sérieuse. Qu’est-ce que tu vas faire de tes pauvres gamins. » Et puis, on a plus rien entendu, elle est repartie et quand il est revenu, il a dit : « Bon, ben, j’vais téléphoner à Lemoine, allez, avance-lui de l’argent sur sa paye ! » C’était sympa quand même…

12Si l’ouvrière vouvoie Marcel Bret, celui-ci la tutoie et plus généralement tutoie « ses » ouvrières. Cet écart dans l’échange révèle la dissymétrie des relations et la subordination des ouvrières que Marcel Bret s’approprie par l’usage de l’adjectif possessif. En même temps, le responsable infantilise l’ouvrière puisqu’il lui « fait la leçon », lui explique qu’elle n’est « pas sérieuse », lui « passe un savon » ; la tonalité générale de l’échange entre le responsable et l’ouvrière se transpose dans le discours de J. P. qui parle d’une « pauvre fille » qui n’a « évidemment » « pas d’sous ». Cependant, il faut souligner que l’ouvrière n’hésite pas à se rendre au logis de son chef, entretenant dans cette action la relation qui la lie à lui. En outre, J. P. précise qu’il ne s’agit jamais « du même père ». En portant ce jugement négatif sur la sexualité des ouvrières, il active alors le stéréotype de fille d’usine.

13Finalement, le stéréotype s’est déplacé et institue de nouvelles pratiques. Dans les années 1968, il ne concerne plus l’ensemble des ouvrières travaillant à l’usine, mais celles qui n’ont pas un comportement considéré comme adéquat, que cela concerne « leurs manières » ou leur sexualité. Si nous avons, jusqu’à présent, essentiellement évoqué la manière dont le stéréotype enserre les ouvrières, nous allons, à présent, nous concentrer sur la façon dont elles se l’approprient dans la même période.

Comment le stéréotype est resignifié

14Si Judith Butler (2005) montre comment les normes se perpétuent, elle souligne aussi, selon Saba Mahmood (2011, p. 396), comment ces normes peuvent être resignifiées

  • 19 Saba Mahmood cite, là, Judith Butler (1997).

[…] à des fins qui ne seraient pas la consolidation des normes. Les formations sociales, du fait qu’elles se reproduisent par une répétition performative des normes, sont vulnérables : chaque réaffirmation, chaque nouvelle performance, peut échouer. La condition de possibilité de toute formation sociale est aussi la « possibilité de sa destruction19 ».

15Et c’est ce qui ouvre la voie au déploiement d’une capacité, pour les individu·e·s, à les modifier. Enfin, Judith Butler ajoute une dimension temporelle soulignant, dans le Pouvoir des mots, Politique du performatif, que le temps et l’appropriation d’« une certaine force performative » permettent de rejouer « des formules conventionnelles de façon non conventionnelle » (2004, p. 229). Elle prend ainsi l’exemple d’un rituel liturgique, et explique que s’il « peut faire l’objet d’une resignification, c’est parce qu’une formule peut rompre avec son contexte d’origine, et prendre des significations et des fonctions pour lesquelles elle n’avait pas été conçue » (ibid.). En ce sens, les normes de genre et la classe se trouvent relever d’une histoire propre, et l’histoire que l’on en fait doit réserver une place centrale aux comportements que les ouvrières adoptent vis-à-vis de ces normes. C’est ainsi que le stéréotype de « filles d’usine » se trouve resignifié dans les pratiques quotidiennes des ouvrières à l’usine.

  • 20 CHT, entretien réalisé pour l’exposition « Femmes à l’usine », en 1985.

16Chez Chantelle, une ouvrière se souvient de la façon dont certaines de ses collègues racontent leur week-end dans les années 196820 :

[Y]’en avait qui avaient des choses à raconter extraordinaires et puis qui te ménageaient pas les détails… [Rires] Alors les autres étaient là : « oh la la ! » et tout. Alors, je me souviens d’une fille, […], c’était toujours… « il avait rien dans la culotte », je sais pas quoi, enfin des trucs pas possibles et pendant ce temps-là, le lundi matin, c’était la rigolade…

  • 21 Ibid.
  • 22 Ibid.

17Dans ces propos, les échanges autour de leurs sexualités participent donc de la bonne ambiance que les ouvrières construisent entre elles, et qui permet à certaines d’oublier leurs soucis personnels21. Ce type de conversation peut aussi se produire devant un homme22 :

Alors je te dis pas aussi quand les régleurs, quand ils venaient réparer leurs machines ! T’en avais qui racontaient leurs histoires, leurs nuits en long et en large et puis t’avais le régleur qui se marrait […] [voire qui] reposait des questions pour relancer la fille.

18Ces échanges, ne sont pas nouveaux dans les années 1968 – Simone Weil (1951, p. 83) y fait référence dans les années 1930 – et peuvent même aller jusqu’à des pratiques de bizutage (Vigna, 2013). Ils fabriquent du même coup une solidarité entre les ouvrières. En effet, si le régleur cherche à tirer profit de la situation en se moquant de l’ouvrière qu’il relance, la situation de quasi non mixité en diminue la portée et c’est finalement la dérision collective qui prend le dessus, le rire avec l’ouvrière et non la moquerie (Leport, 2013). Le comportement de fille d’usine qui se traduit ici par des actes de langage précis prend un autre sens, puisqu’il est un vecteur pour construire une bonne ambiance à l’usine : l’appropriation de la performance qui consiste à jouer le rôle de la fille d’usine prend des « significations et des fonctions » pour laquelle elle n’avait pas été conçue.

  • 23 Cole Nigel, We Want Sex Equality, ARP Sélection, 2011.
  • 24 Burton Olivia, Les mains bleues, DVD 52 minutes, Paris, les Écrans du social, 2011.

19Dans les usines, presqu’exclusivement non mixtes, l’apparition de 1’« homme » est source de dérision, d’amusement de la part des ouvrières, ce qui peut d’ailleurs se traduire par une forme de honte de l’homme en question, comme cela est montré dans le film We Want Sex Equality, lorsqu’un jeune homme se trouve sifflé et chahuté par les ouvrières alors qu’il fait irruption dans l’atelier23. L’ambiance et la séduction qui peut l’accompagner participent donc quelquefois à rendre agréables les moments passés à l’usine et, de ce fait, fabriquent des souvenirs communs qui forgent aussi le collectif. Dans Les mains bleues24, par exemple, les ouvrières de Levi’s racontent à propos d’un homme :

C’était le coq de l’atelier, il se pavanait avec un pantalon bien moulant, devant certaines filles, ou il leur parlait pendant un certain temps. On se disait : voilà encore une qui va passer à la casserole. Souvent c’étaient des filles blondes bien moulées dans leur robe. Faut dire qu’il avait un certain charme. Quand il passait dans l’atelier, la première chose que l’on regardait, c’est son sexe. Faut dire qu’il savait le mettre en valeur. Il avait un beau tableau de chasse, beaucoup ont dû voir cette chose de plus près. Nous, on se contentait d’imaginer. Est-il grand, long, tout poilu ? Tous les matins, c’était la même question : Ah ! aujourd’hui, c’est laquelle qui tombera dans le panneau ?

  • 25 Entretien avec Catherine Conan, réalisé le 8 janvier 2010, à son domicile.

20De même, chez Chantelle, Catherine Conan raconte25 :

C.C. : Les mecs qui travaillent dans les boîtes où y a qu’des filles, en particulier, des filles jeunes… bon, ils avaient des comportements caricaturaux, quoi.
F.G. : Ils faisaient quoi ?
C.C. : Ben, ils faisaient la roue…

21Dans ces deux témoignages, il faut souligner le vocabulaire animalier employé (le « coq », la « roue » qui renvoie au paon), qui opère finalement un retournement au regard du « cheptel » évoqué plus haut. En mettant en avant le comportement des hommes dans ces ateliers de femmes (« se pavanait », « comportements caricaturaux »), les ouvrières de chez Levi’s le tournent en dérision en le réduisant à son sexe qu’elles essaient collectivement d’imaginer, avec une pointe d’envie. Dans le même temps, elles soulignent que certaines ouvrières « tombent dans le panneau », ou « passent à la casserole ». Les ouvrières ne stigmatisent pas, ici, celles qui sont sous le « charme » du « coq », et envisagent la situation comme un jeu, resignifiant ainsi le stéréotype de filles d’usines dans la mesure où les pratiques s’y rapportant perdurent, et dans le même temps changent pour forger un collectif d’ouvrières créant un autre rapport de force au sein de l’atelier.

  • 26 CHT, entretien réalisé pour l’exposition « Femmes à l’usine », en 1985.

22Cependant, toutes les ouvrières ne se sentent pas concernées. Chez Chantelle, certaines se disent « choquées », au début, par les propos tenus par d’autres ; elles ne sont pas à l’aise, mais, comme Marie l’explique, « t’as pas intérêt à te mettre à part de la discussion », il faut « parler comme elles », « participer aux discussions26 ». Une certaine pression s’exerce donc sur les ouvrières qui s’auto-imposent certains comportements, certains discours, pour être admises dans le collectif (ibid.) :

Il fallait avoir pris une cuite, hein ! Pour être bien, pour être dans le vent. Fallait avoir couché… enfin, moi, je sais que c’était comme ça, il fallait avoir couché avec un mec pour être dans le vent…

23Ainsi, le rôle de fille d’usine, réitéré par les ouvrières, crée des exclues susceptibles de mettre en échec l’identité forgée par le groupe pour supporter, voire trouver agréable, le travail à l’usine. Le cadre de l’usine est donc contraint, et les discours qui s’y tiennent sont également contrôlés par les ouvrières. Finalement, le stéréotype qui, à l’extérieur de l’usine ou dans les usines mixtes, est considéré comme repoussoir par rapport aux normes de genre et de classe ne transforme-t-il pas en une norme, dans sa resignification collective interne aux ateliers non-mixtes ? À l’intérieur de l’atelier, l’ouvrière en marge devient celle choisissant la respectabilité. Elle ne joue pas le jeu de la resignification qui favorise la fabrication d’un collectif tournant en dérision le discours binaire des hommes, ou celui de l’extérieur de l’usine qui oppose le stéréotype de filles d’usines à l’ouvrière respectable. Dans une certaine mesure, elle trahit, en optant pour la norme extérieure, et se met alors hors-norme interne à l’atelier, car elle rappelle au collectif le stéréotype existant et la stigmatisation qu’il induit. Ainsi, la resignification du stéréotype passe par son appropriation par les ouvrières, qui le transforment en norme au sein même de l’atelier. Ici, les normes de genre et de classe se trouvent reconfigurées dans l’espace que constitue l’atelier, tandis qu’elles ne se sentent pas obligées de devoir prouver leur respectabilité. Bien qu’elles se situent au bas de la hiérarchie dans l’organisation de la production, la non-mixité du cadre leur donne le pouvoir d’édicter une norme collective fondée, ici, sur certains discours tournant en ridicule la stigmatisation à laquelle elles sont confrontées à l’extérieur. Quelquefois, cela ne passe pas par la resignification du stéréotype, mais par sa disparition.

24En effet, dans le même temps, dans un contexte où les idées féministes se diffusent à l’usine, bien que la majorité des ouvrières ne se les approprient pas directement, certaines pratiques de contremaîtres, instituées par le stéréotype de filles d’usines, sont empêchées par les ouvrières. C’est ce dont permet de rendre compte l’usage des plaisanteries « salaces » (Magloire, 2004). L’ouvrage féministe 18 millions de bonnes à tout faire (Collectif, 1978, p. 152) reproduit en ces termes le discours d’une ouvrière dans les années 1968 :

Le chef, un minet de 26 ans, servait de confident, de copain, papillonnait de l’une à l’autre, ayant sa cour, mais surtout plaisantait à longueur de journée avec des histoires « drôles » toujours en dessous de la ceinture. J’appris bien vite que d’après les hommes, c’étaient « les seules histoires qui font rire les filles », et que si on ne trouvait pas cela drôle, on n’était pas libérée ; petit à petit, pourtant, à force de discuter avec les filles, certaines sont arrivées à rejeter ces plaisanteries ; depuis, l’attitude du chef a changé ; de copain, il est devenu « contremaître » ayant recours bien plus qu’avant à son autorité.

25Ici, les plaisanteries ne sont pas considérées comme « drôles » par l’ouvrière, considérant qu’elles sont le reflet de la domination masculine – qui s’appuie désormais sur la « libération sexuelle » – et ce bien que le chef se comporte en « copain ». Ce discours souligne également la manière dont la domination de genre, passant par les « plaisanteries », après avoir échoué devant le refus progressif des ouvrières d’y prendre part, est finalement remplacée par une domination de classe, stricto sensu, avec son corollaire répressif. En définitive, le stéréotype est activé par le chef qui, là encore, rappelle aux ouvrières les stigmatisations extérieures. La construction du collectif passe ici par le rejet, dans la mesure où ce rappel provient d’un dominant cherchant à édicter une norme dans l’atelier, et, à la faveur de leur mobilisation collective, c’est également à l’extérieur de l’atelier qu’elles parviennent progressivement à faire bouger les lignes.

Comment le stéréotype disparaît

  • 27 Entretien avec Valentine Carré, réalisé le 5 juillet 2010, à son domicile.
  • 28 BDIC, Le Torchon brûle, 1971, no 1.
  • 29 CHT, UL CFDT-N Chantelle 2, courrier de Jean-Paul Cruse à Serge July, directeur de Libération, au s (...)

26Durant les mobilisations des ouvrières, le stéréotype de filles d’usines resurgit dans les discours syndicaux et dans la presse, comme c’est le cas à propos des occupations d’usines mixtes dans les années 1968, qui peuvent être considérées comme des moments de débauche. Ainsi, Valentine Carré, ouvrière chez Moulinex à Mayenne, se souvient que la grève de 1978 a « brisé des couples » et elle précise que cela s’explique « parce qu’y en avait qui couchaient dans l’usine, hein. Ils occupaient l’usine la nuit entière27. » Et même lorsque les ouvrières sont syndicalistes, cela ne signifie pas pour autant que la question de l’occupation d’une usine la nuit par des femmes soit plus évidente à traiter, car les organisations syndicales, et en particulier la CGT, ne sont pas exemptes de stéréotypes. En effet, des ouvrières féministes et se déclarant comme « gauchistes » du Bas-Meudon à Renault-Billancourt, dénoncent en 1971 les propos de Georges Séguy entendus à la radio, dans lesquels il souligne « qu’aucune femme n’occupera l’usine la nuit, que les femmes, ça doit rester à la maison28 ». Tandis que l’occupation de l’usine s’organise en 1971, plusieurs ouvrières décident de rester malgré les intimidations du responsable CGT local, qui souligne que « s’il y a des viols, vous serez responsables » et, pour prouver ses assertions, il n’hésite pas à tenter de provoquer des incidents de ce type en faisant venir des « filles provocantes » dans l’usine (ibid.). Plus tard, lors la grève de 1981-1982 chez Chantelle, le journal Libération illustre l’épisode de la séquestration du directeur avec « deux ouvrières de l’usine sous l’apparence de mégères hideuses, agressives et difformes, à demi-dénudées, et écrasant entre leurs soutiens-gorge proéminents le patron de l’usine29 » selon les termes du journaliste, s’excusant auprès des ouvrières.

  • 30 La situation des ouvrières de Chantelle est portée à l’Assemblée nationale par Jean-Marc Ayrault, d (...)
  • 31 CHT, UL-CFDT Chantelle 3, Lettre de la CFDT à Edouard Balladur, le 7 septembre 1994

27Cependant, le stéréotype peut acquérir un nouveau caractère lorsque les ouvrières se l’approprient. Après un conflit offensif, s’appuyant sur l’occupation des locaux en 1981 et 1982, les Chantelle deviennent, en 1993-1994, dans la presse, les filles de Chantelle. Le conflit, qui dure onze mois, commence le 22 novembre 1993, lorsqu’elles apprennent la fermeture du site. La direction justifie alors sa décision par la situation économique du secteur qui impose, désormais, de délocaliser la production à l’étranger. Les ouvrières mobilisent toutes les ressources à leur disposition : outre la sollicitation de l’ensemble des institutions susceptibles d’intervenir pour les soutenir, elles se lancent dans une bataille juridique afin de contester le licenciement pour motif économique. Leur lutte, se déployant pour partie en parallèle de la mobilisation étudiante contre le contrat d’insertion professionnelle (CIP) mis en place par Édouard Balladur, cristallise le débat politique, qui s’enclenche alors sur les délocalisations30. Soulignant les différences entre la CGT et la CFDT à propos du « bon genre » de la grève des Chantelle, Ève Meuret-Campfort (2010a) décrit les comportements de certaines ouvrières cégétistes qui, en 1994, se trouvant « parquées comme du bétail31 » sur une place parisienne, devant un théâtre, alors qu’elles espèrent rencontrer le Premier ministre Édouard Balladur,

  • 32 Entretien avec Annie Guyomarc’h, réalisé le 17 février 2010, au CHT.

[…] dansent, offrent des porte-jarretelles aux forces de l’ordre qui les encadrent ou les « draguent », tout en essayant de s’échapper. Elles font preuve d’une forme d’humour et de provocation à l’égard des autorités qu’elles revendiquent comme une capacité à « attirer l’attention »32.

28Ici, elles s’approprient le stéréotype de filles d’usines, et finalement le resignifient encore. De cette façon, elles se dotent d’une capacité de mobilisation plus grande, de résistance à une situation de répression qui devrait provoquer la peur plutôt que la danse : elles modifient de cette manière le contexte dans lequel elles se situent. Cependant, ce type de comportement n’est pas toujours consensuel et l’ensemble du collectif des ouvrières ne l’adopte pas, comme c’est aussi le cas des chansons.

  • 33 Slogan apparu en 1986 au moment du mouvement étudiant contre le plan Devaquet.

29En effet, en 1994, tandis que les ouvrières de chez Chantelle luttent contre la fermeture de leur entreprise, Evelyne Danieau, déléguée CFDT, commente le slogan, « Au cul, aucune hésitation33 », souvent lancé par certaines militantes de la CGT :

  • 34 Le quai de la Fosse à Nantes était un important lieu de prostitution au xixe siècle.
  • 35 Entretien avec Evelyne Danieau, réalisé pour le film Rue des filles de Chantelle, été 1994.

Je vais te dire, la dernière fois […], il y avait toute une bande de jeunes qui étaient au café, les filles chantaient ça, on a entendu les réflexions « si vous voulez aller au cul, vous n’avez qu’à aller quai de la Fosse34… » Déjà on s’est dit : on est des femmes, des femmes d’usine et jusqu’à maintenant, notre popularité s’est faite avec notre sérieux de l’action. Je me dis se faire passer pour des vulgaires filles d’usine d’il y a trente ans qu’on culbutait sur le bord de la route entre deux tas de fagots, ça, je ne l’apprécie pas, c’est tout. Cette chanson-là, plus elles la chantent moins y a de gens qui la chantent. C’est toujours le même noyau. T’as à moitié honte quand tu vois ça dans les rues de Nantes35.

30L’ouvrière refuse donc certains slogans en opposant les « vulgaires filles d’usine d’il y a trente ans » aux « femmes d’usine », et le « sérieux » de leur « action ». Les actions des ouvrières, en l’occurrence certaines chansons, participent donc, selon elle, de la reproduction d’une image que le « sérieux de l’action » a permis de déconstruire.

  • 36 Archives privées de Danièle Kergoat, Rouge, 349, 14/15 mai 1977.
  • 37 Libération, 5 mai 1998.
  • 38 CHT, photographie des ouvrières de Chantelle, manifestation 1994.
  • 39 Photographie des ouvrières de Lejaby, manifestation 2010, source : [voixdelain.fr].
  • 40 Photographie des ouvrières de Lejaby, manifestation 2010, source : [libelyon.fr].

31Mais quelles que soient les actions choisies, à la faveur de leurs mobilisations, elles deviennent Les filles de, et le stéréotype de filles d’usines considéré comme un repoussoir tend à disparaître. Elles acquièrent de la respectabilité. Ce n’est pas l’unique fois que les ouvrières sont appelées les filles de. On observe également ce phénomène pour d’autres entreprises depuis les années 1968 : Furnon en 197736, de même qu’à Maryflo en 199837, ou, plus récemment, à Lejaby. C’est dans la construction du lien à l’entreprise, et en particulier dans la mise en avant du produit du travail, qu’il est possible de chercher une explication (Gallot, 2013 ; Gallot & Benquet, 2014). En effet, qu’il s’agisse de Chantelle en 1993-1994 ou de Lejaby en 2010 ou en 2012, les ouvrières n’hésitent pas à se réapproprier le produit de leur travail en le mettant en avant lorsque l’entreprise est menacée de fermeture. Ainsi, tantôt les soutiens-gorge sont suspendus sur un fil entre deux banderoles38, tantôt elles le portent par-dessus leurs vêtements39, tantôt elles fabriquent un produit grand format40. Les ouvrières de Lejaby vont même jusqu’à organiser un défilé de mode en 1996. Elles font alors sortir le produit de l’intimité. En le mettant par-dessus les vêtements, elles cassent une certaine image que les entreprises veulent donner de leurs produits. Elles rendent visible un produit normalement invisible, et valorisent sa production – et donc leur travail – que les patrons, souhaitant fermer les sites, veulent invisibiliser. Et, c’est encore avec l’image de l’entreprise qu’elles jouent lorsqu’elles élaborent le slogan suivant : « Lejaby ne fait pas dans la dentelle. » En détournant ainsi l’image du produit, ou le produit lui-même, elles en revendiquent la conception. C’est leur produit et, puisque la société veut les licencier, elles se réapproprient – au sens premier – le produit. En d’autres termes, leur attachement au produit de leur travail devient un atout pour le déploiement d’une agency collective, qui est rendue possible par le fait qu’elles instaurent une rupture vis-à-vis de son usage habituel. Il prend alors une autre signification, devenant visible, voire surdimensionné, alors qu’il devrait être hors de la sphère publique. Cette resignification du produit s’intégre dans une resignification plus globale du discours de l’entreprise sur la qualité, qui est alors retourné par les ouvrières contre la direction. C’est ainsi que, par l’intermédiaire du produit, elles se réapproprient l’image de la marque qui leur permet d’être identifiées par toute une population comme les filles de l’entreprise.

  • 41 Entretien avec Annie Guyomarc’h, réalisé le 17 février 2010, au CHT de Nantes.
  • 42 Ainsi dans un article du journal Le Monde intitulé « La fronde des “Conti” », les propos suivants d (...)
  • 43 Presse Océan, « Chantelle : les dessous d’une grève », 6 février 1981.
  • 44 Cette inauguration suscite d’ailleurs l’indignation de la CFDT qui n’a pas été sollicitée et écrit (...)
  • 45 Entretien avec Patricia Denis, réalisé le 7 janvier 2010, dans un café.

32De 1968 à 1994, le « groupe s’est soudé » (Meuret-Campfort, 2010b, p. 138) et son action a favorisé la disparition du stéréotype pour forger les filles de, des ouvrières respectables en lutte contre les fermetures. Annie Guyomarc’h explique cette dénomination simplement : les ouvrières s’appellent « les filles » entre elles, et les journalistes ont répercuté l’expression41. Pourtant, lors des mobilisations masculines, si les ouvriers s’appellent les « gars » entre eux, il est plus question des « Molex », ou des « Conti », que des « gars de Molex » ou des « gars de Conti »42. En appelant les ouvrières de Chantelle les filles de, les journalistes participent de la construction de la popularité du collectif gréviste : ils renforcent le « paternalisme dubitatif » (Olmi, 2007, p. 143) dont font preuve – avec ces journalistes – les organisations syndicales et la population en général devant une « grève de femmes ». Citons par exemple Presse Océan : « De quoi étonner plus d’un homme, cette grève de femmes, qui plus est dans une usine de lingerie féminine43. » Car, derrière les filles de, c’est aussi la surprise qu’il faut lire de la part des hommes qui, en reprenant cette dénomination, fabriquent la rareté de ce type de mobilisation, son « déni d’antériorité » (Naudier, 2010). On retrouve ce paternalisme dans l’usage du suffixe -ettes, qui renvoie à l’idée de petitesse affectueuse, teintée de condescendance, analysée par Dubesset, Thébaud et Vincent (1977) à propos des « munitionnettes » durant la Première Guerre mondiale ; les historiennes y décèlent un caractère tout à la fois péjoratif et protecteur. Ce suffixe réapparaît pour désigner les actrices de « grèves de femmes » dans les années 1968 : les ouvrières de la CIP (Confection industrielle du Pas-de-Calais), par exemple, deviennent les « cipettes » (Maruani & Borzeix, 1982, p. 34). Cependant, l’appellation paternaliste favorise la popularisation de la lutte : les filles de Chantelle deviennent celles de la population locale, qui les soutient de manière d’autant plus inconditionnelle qu’elle veut les protéger contre une direction intransigeante et sans scrupule. D’ailleurs, la popularité acquise par les filles de Chantelle est telle qu’un an après la fermeture, une rue est inaugurée à leur nom, la rue des Filles de Chantelle44 Si les ouvrières n’apprécient pas d’être en permanence renvoyées à leur identité de femmes, et se sentent de ce fait dévalorisées et réduites à leur genre, elles sont bien conscientes que celui-ci favorise le soutien important de la population locale45.

Conclusion

33Après une lutte de onze mois, l’usine Chantelle de Saint-Herblain ferme. L’entreprise maintient seulement quarante emplois sur deux cent, mais la lutte permet d’obtenir de meilleures conditions de licenciement, outre le fait qu’une partie des ouvrières se trouvent embauchées par Jean-François Pacreau, un sous-traitant dont les débouchés sont garantis par des commandes de l’entreprise Chantelle. Dans cette nouvelle situation, le plus difficile pour les ouvrières ne semble pas être l’angoisse devant le futur mais le fait que les ouvrières ne soient plus ensemble.

34Lucette Guyomarc’h dit :

C’est comme un deuil, c’est un manque de quelque chose, j’ai de bonnes collègues qui restent encore ; mais c’est une minorité. C’est la fin de quelque chose, mais c’est pas la fin d’une amitié complètement parce qu’on se verra à l’extérieur mais on ne se verra plus tous les jours. Ça ne passe pas, c’est pour ça que j’emploie le mot deuil.

35Jeanne Boucher poursuit :

  • 46 CHT, entretien avec Lucette Guyomarc’h et Jeanne Boucher, réalisé pour le film Rue des filles de Ch (...)

Le mot deuil, il est valable quand même, la fin d’une amitié, peut-être pas, mais il y a toujours quelque chose qui casse, à partir du moment où on ne vit plus constamment ensemble, on va être séparées de droite et de gauche, il y aura une cassure quand même46.

  • 47 Je remercie Yves Cohen pour cette suggestion.

36Ce qu’ont perdu les ouvrières, c’est de faire partie d’un collectif, c’est l’ambiance de l’usine, leur existence comme filles de Chantelle. Dans leurs pratiques quotidiennes à l’usine et la lutte contre la fermeture qui s’en est suivie, elles ont rendu caduque la figure repoussoir de la fille d’usine et ont finalement conquis une respectabilité les autorisant à se comporter à l’extérieur de l’atelier comme elles le souhaitent, y compris en jouant sur le stéréotype. En d’autres termes, l’agency individuelle et collective des ouvrières a produit une resignification du stéréotype de filles d’usine, et cela a pu se traduire par des formes de résistance, mais également par des accommodements, des négociations par rapport à ce stéréotype. En cherchant à saisir « la dynamique des actes de nominations des groupes » et les « usages effectifs des noms » (Cavaillé, 2002), il a été possible de s’arrêter sur la manière dont elles ont agi dans, contre et sur les normes de genre et de classe47, et comment cela a produit leur reconfiguration, qu’il faut également rattacher au contexte, et en particulier aux effets des mouvements féministes dits de la « deuxième vague ». Cependant, si l’appellation filles de est plus valorisante que le stéréotype de filles d’usine, elle reste néanmoins condescendante et révèle la position subordonnée qu’occupent encore les ouvrières dans la société. Respectabilité ne signifie pas égalité.

Bibliographie

Achín Catherine & Delphine Naudier (2010), « Trajectoires de femmes “ordinaires” dans les années 1970 », Sociologie, 1 (1), p. 77-93.

Ahearn Laura (2001), article « Agency », in Alessandro Duranti (ed.), Key Terms in Language and Culture, Malden, Blackwell, p. 7-9.

Bantigny Ludivine (2007), Le plus bel âge ? : jeunes et jeunesse en France de l’aube des « Trente Glorieuses » à la guerre d’Algérie, Paris, Fayard.

Butler Judith (1997), « Further Reflections on Conversations of Our Time », Diacritics, 27 (1), p. 13-15.

Butler Judith (2004), Le pouvoir des mots : politique du performatif, trad. Charlotte Nordmann, Paris, Éditions Amsterdam.

Butler Judith (2005), Trouble dans le genre : pour un féminisme de la subversion, Paris, La Découverte.

Butler Judith (2009), Ces corps qui comptent : de la matérialité et des limites discursives du sexe, Paris, Éditions Amsterdam.

Cavaillé Jean-Pierre (2002), « Pour un usage critique des catégories en histoire », in Pascale Haag & Cyril Lemieux (eds), Faire des sciences sociales, Critiquer, Paris, Éditions de l’EHESS (« Cas de figure », 21).

Certeau Michel de (1990), L’invention du quotidien. 1, Arts de faire, Paris, Gallimard [1980].

Cervulle Maxime & Armelle Testenoire (2012), « Du sujet collectif au sujet individuel, et retour. Introduction », Cahiers du Genre, 53, (« Subjectivités et rapports sociaux »), p. 5-17.

Collectif (1978), 18 millions de bonnes à tout faire, Paris, Syros.

Dauphin Cécile (1984), « Histoire d’un stéréotype : la vieille fille », in Arlette Farge & Christiane Klapish-Zuber (eds), Madame ou Mademoiselle, Paris, Arthaud-Montalba, p. 207-231.

Dreyfus-Armand Geneviève, Frank Robert, Levy Marie-Françoise & Michelle Zancarini-Fournel (eds) (2000), Les années 1968 : le temps de la contestation, Paris/Bruxelles, IHTPCNRS/Complexe (« Histoire du temps présent »).

Dubesset Mathilde, Thébaud Françoise & Catherine Vincent (1977), « Les munitionnettes de la Seine », Cahier du Mouvement social, 2, (« L’Autre Front »), p. 189-219.

Dufour Suzanne (2011), Phénoménologie politique des combattantes. Les femmes dans le FLN-ALN pendant la guerre d’Algérie, mémoire de master 2 de philosophie, Elsa Dorlin et Sandra Laugier (dir.), Université Paris 1.

Durand Marcel (2006), Grain de sable sous le capot : résistance et contreculture ouvrière. Les chaînes de montage de Peugeot, 1972-2003, Marseille, Agone.

Ernaux Annie (1983), La place, Paris, Gallimard.

Gallot Fanny (2013), « La revanche du soutien-gorge. Le corps des ouvrières de la lingerie (1968-2012) », CLIO. Femmes, Genre, Histoire, 38, p. 61-78 [clio.revues.org/11580].

Gallot Fanny (2015), En découdre, comment les ouvrières ont révolutionné le travail et la société, Paris, La Découverte.

Gallot Fanny & Marlène Benquet (2014), « “Janine Caillot”. Lejaby : la volonté d’en découdre », Travail, genre et sociétés, 31, p. 5-20.

Haicault Monique (2012), « Autour d’agency. Un nouveau paradigme pour les recherches sur le genre », Rives méditerranéennes, 41, p. 11-24, [rives.revues.org/4105].

Harden Chenut Helen (2010), Les ouvrières de la République : les bonnetières de Troyes sons la Troisième République, Rennes/Troyes, Presses universitaires de Rennes/Conseil Général de l’Aube.

Kergoat Danièle (2009), « Dynamique et consubstantialité des rapports sociaux », in Elsa Dorlin (ed.), Sexe, race, classe. Pour une épistémologie de la domination, Paris, Presses universitaires de France.

Jarrige François (2012), « Edward P. Thompson, historien radical », Préface à Edward P. Thompson, La formation de la classe ouvrière anglaise, trad. Gilles Dauvé, Mireille Golaszewski & Marie-Noëlle Thibault, Paris, Seuil, p. i-xxxvi.

Kessler Suzanne J. & Wendy McKenna (1985), Gender : An Ethnomethodological Approach, Chicago, University of Chicago Press.

Knibiehler Yvonne (1989), De la pucelle à la minette : les jeunes filles, de l’âge classique à nos jours, Paris, Messidor.

Lee Downs Laura (2001), L’inégalité à la chaîne : la division sexuée du travail dans l’industrie métallurgique en France et en Angleterre, 1914-1939, Paris, Albin Michel.

Lepetit Bernard (1995), « Histoire des pratiques, pratique de l’histoire », in Id. (ed.), Les formes de l’expérience : une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel.

Leport Éliane (2013), « Fabriquer du rire à l’usine : l’humour au travail dans les témoignages écrits ouvriers des années 1960 à nos jours », Les mondes du travail, 13.

Magloire Franck (2004), Ouvrière, La Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Mahmood Saba (2011), « Capacité d’agir, performativité et sujet féministe », in Collectif, Penser à gauche, figures de la pensée critique aujourd’hui, Paris, Éditions Amsterdam.

Maruani Margaret & Annie Borzeix (1982), Le temps des chemises : la grève qu’elles gardent au cœur, Paris, Syros.

Meuret-Campfort Ève (2010a), « Luttes de classes, conflits de genre : les ouvrières de Chantelle à Nantes », Savoir-agir, 12, p. 43-50.

Meuret-Campfort Ève (2010b), « Les grèves de Chantelle, 1981-1994 », in Laurent Jalabert & Christophe Patillon (eds), Mouvements ouvriers et crise industrielle : dans les régions de l’Ouest atlantique des années 1960 à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 133-142.

Mispelblom Beyer Frederik (2004), « Encadrer, est-ce travailler ? », Cahiers du GDR-Cadres, 6, p. 7-20.

Montenach Anne (2012), « Introduction », Rives méditerranéennes, 41, [rives.revues.org/4104].

Naudier Delphine (ed.) (2010), « Genre et activité littéraire : les écrivaines francophones », Sociétés contemporaines, 78 (2), p. 5-13.

Olmi Janine (2007), Oser la parité syndicale. La CGT à l’épreuve des collectifs féminins : 1945-1985, Paris, L’Harmattan.

Perrot Michelle (2012), Mélancolie ouvrière, Paris, Grasset.

Roupnel-Fuentes Manuella (2011), Les chômeurs de Moulinex, Paris, Presses universitaires de France.

Scott Joan (1990), « L’ouvrière, mot impie, sordide », Actes de la recherche en sciences sociales, 83 (1), p. 2-15.

Simon Jules (1861), L’ouvrière, Paris, Hachette.

Skeggs Beverly (2014), Des femmes respectables, trad. Marie-Pierre Pouly, Marseille, Agone.

Sohn Anne-Marie (2001), Âge tendre et tête de bois : histoire des jeunes des années 1960, Paris, Hachette Littératures.

Thompson Edward P. (2012), La formation de la classe ouvrière anglaise, trad. Gilles Dauvé, Mireille Golaszewski & Marie-Noëlle Thibault, Paris, Seuil.

Verval Jean de (1910), « La dette d’Aline Firmin », La lecture française. Arts, lettres, sciences, 25 mars, p. 101-109.

Vigna Xavier (2007), L’insubordination ouvrière dans les années 68 : essai d’histoire politique des usines, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Vigna Xavier (2013), « Les bizutages dans le monde ouvrier en France à l’époque contemporaine », Clio. Femmes, Genre, Histoire, 38, p. 152-161, [clio.revues.org/11616?lang=fr].

Weil Simone (1951), La condition ouvrière, Paris, Gallimard (« Idées »).

Notes

1 Je remercie Yves Cohen, Beatrice Delaurenti et Frédéric Graber pour leurs précieuses remarques ainsi que l’ensemble des participant·e·s au séminaire d’histoire pragmatique dans lequel ce volume a été discuté.

2 Il s’agit d’un concept établi par des chercheurs et des chercheuses réunis dans un séminaire de l’ΙΗΤΡ, « Les années 1968 : événements, cultures politiques, modes de vie », qui a conduit à une publication dirigée par Geneviève Dreyfus-Armand et al. (2000). Les années 1968 comprennent une longue période de contestation dans le monde occidental, allant du début des années 1960 au début des années 1980, avec comme épicentre l’année 1968.

3 Ce sujet apparaît dans d’autres mobilisations dans lesquelles la main-d’œuvre est essentiellement féminine, nous y reviendrons. Dans d’autres configurations, lorsque l’usine est mixte, comme c’est le cas chez Moulinex, un autre type de sujet se constitue, comme nous l’analysons dans Gallot (2015).

4 S’il est donc quelquefois traduit par « puissance d’agir » ou « capacité d’agir », nous choisissons de conserver le mot en anglais dont le sens nous semble plus large et englobe les différentes formes d’actes auxquels ces dispositions ou ces capacités conduisent (Achin & Naudier, 2010 ; Montenach, 2012).

5 Nous avons recours ici à des extraits des vingt-six entretiens que nous avons réalisés auprès d’ouvrières, de responsables syndicaux ou de contremaîtresses, entre 2010 et 2011. Nous utilisons également des entretiens enregistrés ou retranscrits par d’autres et déposés aux Archives Municipales d’Alençon pour ce qui concerne les ouvrières de Moulinex (un archiviste a réalisé une collecte d’entretiens en 2010), ou au Centre d’Histoire du Travail de Nantes lorsqu’il s’agit des ouvrières de Chantelle (en 1985, à l’occasion d’une exposition, un entretien d’ouvrières de Chantelle a été effectué et retranscrit ; des documentaristes ont réalisé un film en 1994 pour lequel elles ont rencontré plusieurs ouvrières).

6 Dans un atelier, il y a six sections à Saint-Herblain.

7 Centre d’Histoire du Travail (CHT) de Nantes, entretien réalisé pour l’exposition « Femmes à l’usine », en 1985.

8 CHT, entretien réalisé pour l’exposition « Femmes à l’usine », en 1985.

9 « C’était comme ça qu’elles parlaient, c’était leurs filles. Parce qu’en fait, c’était toujours les mêmes, le même groupe qu’elles avaient à part certaines qui changeaient quelquefois de section pour les besoins d’un modèle qui passait à ce moment-là. » Entretien de Martine Lesueur et Aline Carrière réalisé le 15 février 2010 au CHT.

10 « Évoquons le sort des cigareuses (ou cigarières) marseillaises. La manufacture des tabacs est de loin le plus gros employeur de main-d’œuvre féminine. À elle seule, elle occupe mille quatre cents femmes pour quatre-vingts hommes seulement ; la plus grande partie de ce personnel est formée de jeunes filles : en 1853 les moins de vingt ans représentent le tiers de l’effectif. » Knibiehler (1989, p. 171).

11 La revue mensuelle, Le livre, une revue de littérature en 1888 ; La revue quotidienne, La Gauloise, une revue littéraire et politique, en 1890 ; La revue mensuelle L’humanité nouvelle : revue internationale : sciences, lettres et arts, en 1897, etc.

12 La réforme sociale (Paris), janvier 1906. Publiée par un groupe d’économistes avec le concours de la Société d’économie sociale, de la Société bibliographique, des Unions de la paix sociale, et sous le patronage de M. F. Le Play ; rédacteur en chef : M. Edmond Demolins. Périodique (Bimensuel ; mensuel) publié de 1881 à 1930.

13 BNF, L’Ouest-Éclair, Rennes, 24 août 1903.

14 Dans La place, Annie Ernaux (1983) écrit : « Les filles d’usine étaient accusées de ne pas savoir faire leur lit, de courir. »

15 Archives Municipales d’Alençon (AMA), 7 AV 18, entretien avec V. E. (un homme), réalisé par Laurent Huron le 8 juillet 2010, au domicile du témoin. Laurent Huron a réalisé la collecte d’entretiens d’ancien·ne·s de Moulinex financée par la ville d’Alençon.

16 AMA, 7 AV 10, entretien avec C. L. (une femme), réalisé par Laurent Huron le 20 avril 2010, à son domicile.

17 Tandis que l’école n’est pas mixte, bien que des classes mixtes soient progressivement créées, le lieu de mixité partiel que représente l’usine peut être aussi une façon de stigmatiser les classes populaires.

18 AMA, 7 AV 7, entretien avec J. R, fille de M. Bret, réalisé par Laurent Huron le 12 mars 2010, dans la résidence secondaire du témoin.

19 Saba Mahmood cite, là, Judith Butler (1997).

20 CHT, entretien réalisé pour l’exposition « Femmes à l’usine », en 1985.

21 Ibid.

22 Ibid.

23 Cole Nigel, We Want Sex Equality, ARP Sélection, 2011.

24 Burton Olivia, Les mains bleues, DVD 52 minutes, Paris, les Écrans du social, 2011.

25 Entretien avec Catherine Conan, réalisé le 8 janvier 2010, à son domicile.

26 CHT, entretien réalisé pour l’exposition « Femmes à l’usine », en 1985.

27 Entretien avec Valentine Carré, réalisé le 5 juillet 2010, à son domicile.

28 BDIC, Le Torchon brûle, 1971, no 1.

29 CHT, UL CFDT-N Chantelle 2, courrier de Jean-Paul Cruse à Serge July, directeur de Libération, au sujet du choix de l’illustration qu’il désapprouve.

30 La situation des ouvrières de Chantelle est portée à l’Assemblée nationale par Jean-Marc Ayrault, député-maire de Nantes, qui intervient pour rendre compte du soutien local dont bénéficient les ouvrières « qui manifestent leur angoisse et leur colère », Archives de l’Assemblée nationale, [archives.assemblee-nationale.fr/10/cri/1993-1994-ordinairel/095.pdf].

31 CHT, UL-CFDT Chantelle 3, Lettre de la CFDT à Edouard Balladur, le 7 septembre 1994

32 Entretien avec Annie Guyomarc’h, réalisé le 17 février 2010, au CHT.

33 Slogan apparu en 1986 au moment du mouvement étudiant contre le plan Devaquet.

34 Le quai de la Fosse à Nantes était un important lieu de prostitution au xixe siècle.

35 Entretien avec Evelyne Danieau, réalisé pour le film Rue des filles de Chantelle, été 1994.

36 Archives privées de Danièle Kergoat, Rouge, 349, 14/15 mai 1977.

37 Libération, 5 mai 1998.

38 CHT, photographie des ouvrières de Chantelle, manifestation 1994.

39 Photographie des ouvrières de Lejaby, manifestation 2010, source : [voixdelain.fr].

40 Photographie des ouvrières de Lejaby, manifestation 2010, source : [libelyon.fr].

41 Entretien avec Annie Guyomarc’h, réalisé le 17 février 2010, au CHT de Nantes.

42 Ainsi dans un article du journal Le Monde intitulé « La fronde des “Conti” », les propos suivants de Xavier Mathieu sont retranscrits : « Pas question de bosser, les gars, hurle Xavier Mathieu. » Le Monde, 17 mars 2009 ; de même, à propos de Molex, le secrétaire CGT du comité d’entreprise, Denis Parise affirme que « la menace de licenciement est toujours là et je ne sais pas si les gars arriveront à assurer le volume de production exigé », Le Point.fr, le 4 mai 2009.

43 Presse Océan, « Chantelle : les dessous d’une grève », 6 février 1981.

44 Cette inauguration suscite d’ailleurs l’indignation de la CFDT qui n’a pas été sollicitée et écrit de ce fait à Charles Gautier, maire de Saint-Herblain : « C’est avec stupéfaction et, ne le cachons pas, colère, que nous avons appris par la presse l’existence d’une plaque de “rue des Filles de Chantelle”. Nous avons du mal à comprendre que vous ayez mené une telle opération avec la seule UL-CGT. Que celle-ci cherche à se valoriser en utilisant sans vergogne la situation des ex-salariées Chantelle à son seul profit, c’est somme toute assez habituel. Que vous vous fassiez son complice marque un choix que nous n’attendions pas. » CHT, UL CFDT, Chantelle 1, Lettre de Jean-Pierre Chène, secrétaire général de la CFDT Loire Atlantique.

45 Entretien avec Patricia Denis, réalisé le 7 janvier 2010, dans un café.

46 CHT, entretien avec Lucette Guyomarc’h et Jeanne Boucher, réalisé pour le film Rue des filles de Chantelle, automne 1994.

47 Je remercie Yves Cohen pour cette suggestion.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search