Version classiqueVersion mobile

Histoires pragmatiques

 | 
Francis Chateauraynaud
, 
Yves Cohen

Formes d’histoire pragmatique

Une histoire pragmatique des formes projet

Frédéric Graber

Texte intégral

1Les projets sont difficiles à saisir. On peut insister sur la dimension anticipatrice de l’action et analyser les projets comme des planifications de l’action, au sens où elle serait conçue et préparée avant d’être éventuellement exécutée. On peut se focaliser sur les outils de cette anticipation, outils de calcul ou de dessin, documents de conception et d’organisation, qui constituent ce que l’on qualifie le plus souvent de projet. On peut au contraire souligner l’écart avec cette anticipation initiale et analyser le projet comme un processus de concrétisation, qui s’émancipe (plus ou moins) des intentions et des calculs initiaux. On peut encore insister sur les dimensions organisatrices, les limitations temporelles de l’action, des manières particulières d’organiser le travail en commun, dans l’espace et dans le temps, etc.

2La plupart des travaux en sciences sociales qui abordent les projets privilégient l’une ou l’autre de ces dimensions. Ces définitions restrictives tendent en particulier à minimiser les dimensions régulières des projets – le fait qu’un projet s’inscrit le plus souvent dans une série de projets, qui fonctionnent de manière similaire, impliquant les mêmes acteurs, les mêmes questions, les mêmes outils – avec comme conséquence une certaine difficulté à identifier les enjeux sociaux et politiques de ces formes d’action. Nous proposerons donc dans cet article une définition plus inclusive, qui permettra de tenir ensemble plusieurs dimensions des projets, mais qui visera surtout à en révéler cette face cachée.

3Par projet, nous entendrons dans la suite toute action collective qui suppose au moins un examen préalable, une décision. Une telle définition ne préjuge pas des autres dimensions du projet (processuelles, innovatrices) ; il peut s’appuyer sur un groupe de participants, fixe ou non, s’inscrire dans des temporalités, ouvertes ou fermées, être orienté ou non par un objectif, etc. En insistant sur l’existence d’un examen préalable, il ne s’agit pas de donner une importance excessive à la décision elle-même – le cours ultérieur de l’action peut (plus ou moins selon les cas) être changé – mais de pointer l’inscription du projet dans un cadre aux outils, aux règles de fonctionnement et aux normes spécifiques, qui sont autant de contraintes pour les différentes participations au projet, révélateurs de rapports de force, de prérogatives, etc. Nous parlerons de forme projet pour désigner une telle série de projets présentant, dans un contexte donné, des régularités de fonctionnement : les projets de recherche ANR (Agence nationale pour la recherche) constituent par exemple une forme projet, les travaux publics en constituent une tout autre, etc.

4Cet article s’intéresse donc à la régularité des formes d’action. Il entend réfléchir à la possibilité d’étudier les projets comme objets d’histoire, suffisamment stables et réguliers dans un contexte et une période donnés pour pouvoir être analysés et sujets à des transformations : c’est considérer que les projets sont davantage que de pures singularités et qu’ils ne relèvent pas d’un invariant anthropologique. Il entend montrer que pour saisir une forme projet dans un contexte donné, une approche pragmatique (au sens où elle entend partir des pratiques des acteurs, de leurs catégories, arguments et manières de faire) est particulièrement indiquée, mais que les approches existantes sont insatisfaisantes.

5Les projets peuvent sembler a priori un objet idéal pour les approches pragmatiques : c’est un type d’action, qui se situe à un niveau méso-sociologique, à mi-chemin entre individu et collectif, et qui réalise généralement une nouveauté dans le monde ; les projets font venir à l’existence. Les travaux de sciences sociales qui se sont penchés sur le sujet rencontrent cependant une certaine difficulté. Ces approches pragmatiques sont, dans une certaine mesure, tautologiques : elles retrouvent des projets partout parce que leur définition et leur méthode présupposent conceptuellement quelque chose qui est très proche des projets, voire explicitement un projet. Si les objets comme les catégories ne sont saisissables que dans les pratiques, si le monde n’est pas donné mais plutôt en train de se faire, alors tout peut facilement devenir projet, au sens très général d’une action qui tend à une réalisation.

6Il y a une réelle proximité entre certaines définitions des projets et des concepts centraux des philosophies pragmatistes ou des sociologies pragmatiques. Si l’expérimentation désigne pour les pragmatistes « le cours que suit une activité à l’égard à la fois des expériences antérieures et de celles qui sont visées ou anticipées », l’expérience étant elle-même un point de rencontre, une interaction qui « n’affecte pas seulement la nature de la relation entre deux entités mais également la nature des entités elles-mêmes » (Zask, 2005, p. 28-29), c’est là une définition possible des projets. On peut soutenir, de la même façon, que la notion d’épreuve, centrale en sociologie pragmatique, recouvre quelque chose d’assez semblable : qu’elle soit caractérisée comme « capacité à mettre en valeur des objets » dans le cadre d’une confrontation à l’issue incertaine organisée avec le monde matériel (Boltanski & Thévenot, 1991, p. 58), ou plus spécifiquement comme épreuve de réalité qui soutient ou renverse les attentes des acteurs, on a là aussi une définition possible des projets, comme confirmation ou infirmation d’une virtualité dans la réalité (Chateauraynaud, 2011, p. 18-19).

7Nous n’allons pas ici chercher à retrouver les définitions plus ou moins implicites du projet qui se cachent dans diverses approches pragmatiques, mais plutôt nous concentrer sur deux ouvrages qui se sont explicitement donné les projets comme objet de recherche : Aramis de Bruno Latour (1992) et Le nouvel esprit du capitalisme de Luc Boltanski et Ève Chiapello (2011). Ces deux ouvrages sont « pragmatiques » en des sens différents. Le premier entend « suivre les acteurs », la manière dont ils s’allient et se transforment au cours d’un processus singulier. Le second, au contraire, considère des objets macro-sociologiques – caractériser le capitalisme et ses critiques au niveau de la société tout entière –, mais entend intégrer cette approche avec celle, plus pragmatique, développée antérieurement par Boltanski, dans laquelle il s’agit bien de se situer au niveau des acteurs, de rendre compte de situations concrètes, d’analyser des désaccords et la manière dont les acteurs les dépassent dans l’argumentation (étendue à des épreuves matérielles).

8Nous allons examiner successivement ces deux approches, pour préciser ce qu’elles peuvent avoir de tautologique, et comprendre pourquoi en saisissant les projets à un tel niveau de généralité ils apparaissent comme une collection d’actions singulières, ou comme un registre universel, sans qu’il soit possible d’envisager un entre-deux. Nous montrerons que l’on peut néanmoins se donner comme objectif de caractériser les projets de manière un peu plus spécifique, comme objet historique, en cherchant à les saisir dans leur régularité (pour un contexte et une période donnée), à identifier et distinguer différentes formes projets, afin de dégager pour chacune la configuration socio-politique qui la caractérise – ce que nous proposerons sur un exemple, celui de la forme projet dans les travaux publics en France au tournant des xviiie et xixe siècles. Adopter une approche pragmatique pour ce faire est non seulement possible, mais même souhaitable.

Le projet comme fiction processuelle

9Aramis ou l’amour des techniques de Bruno Latour (1992) est et n’est pas un livre sur les projets. Il l’est doublement puisqu’il considère un projet technique précis, la conception d’un nouveau mode de transport pour la région parisienne dans les années 1969-1987 (baptisé Aramis, pour Agencement en rames automatisées de modules indépendants dans les stations), et qu’il s’appuie sur cet exemple pour proposer une théorie générale des projets : ce qu’ils sont et ne sont pas, comment ils marchent ou échouent, etc. D’un autre côté, l’ouvrage glisse continuellement du projet à d’autres objets – l’innovation, la technique, la recherche – de sorte que l’on semble parfois caractériser un type de projet très particulier – les projets de recherche technologiques et innovants – et parfois embrasser les pratiques sociales dans leur ensemble.

10Le projet Aramis s’inscrit, à ses débuts, dans les années 1960, dans une vague d’enthousiasme pour les systèmes PRT (Personal Rapid Transit) qui espéraient conjuguer les avantages du train et de la voiture : un déplacement rapide, sans embouteillage, mais personnalisé, permettant d’aller directement d’un point à un autre sans s’arrêter aux stations intermédiaires. Aramis consiste à atteler et désatteler des wagons en mouvement de sorte que certains puissent continuer leur route en contournant les stations, tandis que d’autres s’arrêtent pour prendre des passagers, que certains puissent changer de direction et d’autres non, etc. Durant une petite vingtaine d’années un certain nombre d’acteurs publics et privés (RATP, MATRA…) vont travailler à ce projet, qui subit plusieurs réorientations profondes, est arrêté, repris, testé en site expérimental et finalement abandonné alors qu’il semblait sur le point d’aboutir.

11Latour repart de cet échec et met en scène un jeune ingénieur naïf chargé d’assister un sociologue aguerri dans l’élucidation du mystère de la « mort » d’Aramis. L’ingénieur propose plusieurs explications sociologiques et se fait reprendre par le sociologue qui lui montre son erreur : la sociologie classique (qui prétendrait en savoir plus que les acteurs et juger leur comportement par rapport à des repères fixes) serait incapable de suivre un projet technique, ce que seule une sociologie « relationniste » serait capable de faire, une sociologie qui renonce à juger les acteurs, qui renonce à dire la vérité à la manière d’un Hercule Poirot, à dénoncer des coupables (Latour, 1992, p. 163, 232). Aramis reprend donc exactement là où La science en action nous avait laissés, à la fin des années 1980, du point de vue de la méthode : « C’est un métier facile. Nous suivons les acteurs. » (Latour, 1987, p. 18). Dans la construction de l’ouvrage, cela consiste à présenter une série de fragments de documents originaux, d’interviews, et à refuser de les mettre en contexte, de les situer : suivre les acteurs consiste donc à laisser parler les sources d’elles-mêmes, en effaçant le travail savant de sélection, de découpage et d’agencement de ces fragments, et en réglant silencieusement le problème des limites – où l’on commence, où l’on s’arrête, qui l’on suit et jusqu’où ? En effet, qui sont les acteurs ? Ils n’ont pas d’« essence fixée une fois pour toute » (Latour, 1992, p. 44), leur nombre est incertain (« nous ne sommes jamais le nombre que nous croyons » (ibid., p. 66)), ils n’ont pas de taille fixée (« ils peuvent parler au nom de tous ou au nom de personne, cela dépend » (ibid., p. 44)), ils n’ont pas même de « stratégie », ou plus précisément « c’est des autres qu’ils reçoivent des plans de batailles, tous contradictoires » (ibid., p. 136), et c’est précisément pour cela qu’ils méritent, selon Latour (ibid.), le qualificatif d’acteurs :

[L]es acteurs des projets techniques peuplent le monde d’autres acteurs, qu’ils dotent de qualités, auxquels ils donnent un passé, auxquels ils attribuent des motivations, des visions, des visées, des buts et des volontés.

12Cette « entre-définition » des acteurs se fait donc dans un monde à « ontologie variable » (ibid., p. 144), chacun réalisant un « travail de mise en contexte » (ibid., p. 127) : suivre les acteurs, c’est les suivre dans les contextes qu’ils se donnent et ce faisant être spectateur de leurs redéfinitions réciproques. Personne ne sait ce que veut un acteur, ni lui-même, ni les autres, ni le sociologue qui l’étudie : tout le monde est également « perdu dans l’action » (ibid., p. 149).

13Cette incertitude généralisée sur la nature des êtres et leur devenir est au cœur de la définition que Latour se donne du projet : un projet est une fiction, il l’est « par définition […] puisque, au début, il n’existe pas, et il ne saurait exister puisqu’il est en projet » (ibid., p. 27). Le projet ne se définit donc pas comme une forme d’action, comme une manière d’organiser des activités sociales. Il se définit de manière négative, par opposition à un objet final qui peut seul exister : il s’agit ici de comprendre comment un objet nouveau en vient à exister, et en ce sens Aramis est un livre sur l’innovation technique.

  • 1 À propos de l’obsession de l’histoire des techniques pour les innovations par rapports aux usages, (...)

14Si le projet est et demeure une fiction, on passe néanmoins du projet à l’objet de manière progressive, ou plus précisément on « bifurque » (ibid., p. 28) : il n’y a pas de ligne droite de l’un à l’autre, parce que la cible, l’objet, n’est pas donné d’avance. Certes, les ingénieurs qui commencent à travailler sur cet objet ont bien un « rêve », mais il y a autant de « rêves » que d’acteurs : le projet est donc une « guerre des rêves […] qui cherchent à se réaliser » (ibid., p. 32), comme tous les « mondes savants » sont « des mondes possibles en lutte qui se meuvent et se façonnent l’un l’autre » jusqu’à ce qu’une de ces « réalités […] parvienne à unifier les autres » (ibid., p. 8). Le projet ne se définit donc pas ici par rapport à des objectifs, encore moins par rapport à un résultat attendu (puisqu’il ne peut être connu d’avance, qu’il résulte d’un compromis à venir), mais comme un processus : le projet n’est pas un projet, il peut s’unifier ou se disperser (ibid., p. 94). Il n’est pas sans importance que Latour ait privilégié un projet, une innovation qui échoue, au sens où elle ne parvient pas à l’existence. En se penchant principalement sur des innovations réussies, l’histoire et la sociologie des techniques partent de l’existant, pour lequel il est plus difficile de s’imaginer qu’il aurait pu être autre, ou ne pas être du tout, tant il est devenu familier, naturel et évidemment faisable1. Le choix d’Aramis présente le projet comme un processus particulièrement ouvert. Il peut se constituer, mais il peut aussi, à tout moment se détricoter : « tous les deux ans, le projet rejoue sa vie », et les ingénieurs rêveraient qu’il perde un peu de sa « décourageante réversibilité » (ibid., p. 111). Un échec comme celui d’Aramis ne signifie toutefois pas que le projet était condamné depuis le départ : « Aramis est faisable […] car la vie est un état d’incertitude et de risque, d’adaptation fragile à un environnement passé et présent, que le futur ne saurait juger. » (Ibid., p. 37).

15Un projet est donc toujours possible, et toujours fragile, puisqu’il est pris dans une guerre des possibles qui peut « dériver » de mille façons. Il importe dès lors de saisir comment le projet gagne (ou perd) en réalité, en irréversibilité. Il faut pour cela que certains acteurs parviennent à en intéresser d’autres et qu’ensemble ils stabilisent un peu leurs intérêts, leurs interprétations. Il ne faut pas seulement intéresser des personnes, il faut aussi s’allier avec les choses, qui peuvent s’avérer peu dociles et qui vont, elles aussi, redéfinir les intérêts, les acteurs, les possibles. Si à la fin il y a trop de monde en jeu, chacun tire de son côté et il n’y a plus d’action commune ; si à la fin il n’y a pas assez de monde, « le projet perd en réalité, puisque celle-ci provient des liens robustes que l’on peut établir entre les acteurs » (ibid., p. 66). Et quand cela s’arrête-t-il ? Jamais.

Mais alors rien n’est vraiment réel ? Non, mais tout peut se réaliser ou se déréaliser en fonction des chaînes continues de traduction. Il faut toujours continuer à intéresser, à séduire, à traduire les intérêts. On ne peut jamais cesser de réaliser. (Ibid., p. 78 ; souligné par l’auteur)

16À la fin, certains assemblages deviennent si robustes que rien ne semble pouvoir les arrêter… tant qu’ils se maintiennent ensemble.

17Deux remarques s’imposent au terme de cette lecture.

18Il y a bien une théorie du projet dans Aramis. Le projet est ici d’abord défini par son caractère fictionnel, son articulation à un objet final encore indéterminé qui, seul, existera peut-être. Le projet est ensuite défini par le chemin tortueux qui (y) mène : un processus ouvert et incertain. Il est peu déterminé, en particulier par ses origines, son point de départ qui a un caractère assez arbitraire, puisque les nouveaux assemblages peuvent reprendre d’anciens intéressements : le projet peut avoir été déjà en chemin depuis longtemps. Enfin, d’une manière un peu paradoxale puisque l’on était censé aboutir à un objet bien concret, il est également défini par sa fragilité finale : le projet passe insensiblement à l’objet, mais ce dernier aussi doit être maintenu, et menace toujours de se détricoter. Le projet théorisé dans Aramis ne se définit donc pas non plus par les temporalités de l’action : chaque projet s’inscrit dans ses propres temporalités, il devient court ou long, car « le temps des innovations dépend de la géométrie des acteurs, pas du calendrier » ; l’idée qu’un projet serait une action inscrite dans un temps limité n’a ici guère de sens : « le temps ne compte pas » (ibid., p. 80).

19Mais s’il y a une théorie du projet dans Aramis, on peut se demander si c’est seulement une théorie du projet. À suivre ces acteurs, à lire leurs intéressements, leurs alliances, les chaînes de traduction, les liens qui réalisent et peuvent déréaliser, les technologies d’inscription, on croirait lire La vie de laboratoire, tant les projets techniques semblent se fondre parfaitement dans une autre activité : la fabrication des faits scientifiques (Latour & Woolgar, 1979). En effet, « innovation », « sciences et techniques » apparaissent comme synonymes de « projet ». Par moments, Latour semble concéder qu’il pourrait y avoir des projets d’une autre nature que ceux qu’il a caractérisés à partir d’Aramis, des projets moins imprévisibles. Ces projets en négatif, peuvent être découpés en phases (de conception, de faisabilité), en tâche (division du travail, des difficultés), ils se présentent comme un travail bien ordonné que l’on se passe de bureau à bureau et auquel rien (ou peu) d’imprévu ne peut arriver. D’ailleurs ce ne sont pas des projets à proprement parler, puisqu’un tel ordonnancement des tâches ne vaut « que pour les objets achevés, qu’il n’y a plus qu’à entretenir » (Latour, 1992, p. 96). Enfin, pour ces faux projets, Latour semble entrouvrir la possibilité d’une sociologie classique qui « peut tout étudier […] sauf les sciences et les techniques, sauf les projets. Ils vont trop vite. » (Ibid., p. 163). La sociologie classique, celle qui en sait plus que les acteurs, celle qui « a des repères fixes […] des normes et donc des déviations » (ibid.), serait un outil envisageable pour étudier des objets qui ne bougent pas, ou peu, qui n’innovent pas. Au-delà des seules sciences et techniques, le projet s’étend à toutes les innovations, à tout ce qui bouge dans le monde.

20Mais y a-t-il vraiment chez Latour des objets ou des acteurs qui ne bougent pas, qui n’innovent pas ? On peut en douter, puisque rien n’est jamais vraiment achevé, que tout peut se délier, se relier autrement, qu’il faut se réinventer pour se maintenir. Dans l’entre-définition des acteurs, ceux-ci apparaissent travaillant à un projet commun (Aramis), en même temps qu’à mille autres. Si chaque acteur peuple le monde d’autres acteurs auxquels il confère des visées, les acteurs apparaissent eux-mêmes comme des projets innovants, réalisant des compromis dans un climat d’incertitude : c’est la vie qui est « un état d’incertitude et de risque, d’adaptation fragile à un environnement passé et présent, que le futur ne saurait juger ». On peut donc raisonnablement soutenir qu’ici, au-delà des seules sciences et techniques, tout est projet. Cette généralité du projet a deux dimensions. La première, c’est que le projet est une anthropologie : tout homme est projet, parce que toute vie est projet, une fiction en lutte contre d’autres fictions, un processus qui ne connaît pas son terme mais se définit par rapport à lui. La seconde, c’est que le projet est une sociologie : il est partout parce que l’on regarde tout à travers une même lentille, celle de l’entre-définition, de la réalisation et de la déréalisation. Tout est projet empiriquement parce qu’il a été présupposé conceptuellement : l’analyse « relationniste » n’est pas seulement la seule qui permette de « suivre la réalisation ou l’irréalisation » des projets, c’est une sociologie du projet, une sociologie d’acteurs auxquels sont données des visées mobiles. Auxiliairement, on peut remarquer, ce qui sera important pour notre propos, que cette sociologie excluant les normes de son champ d’analyse (le sociologue doit adopter des repères mobiles parce que les acteurs ont des repères mobiles), les normes sont ici doublement absente des projets : ceux-ci ne peuvent pas constituer une norme et il ne saurait y avoir de normes de ce que c’est qu’un projet.

Le projet comme norme universelle

21Les projets occupent également une place centrale dans un livre de Luc Boltanski et Ève Chiapello (2011), paru en 1999, Le nouvel esprit du capitalisme. Ils sont au cœur de l’argument, même s’ils ne sont pas à proprement parler l’objet du livre, qui est plutôt la relation dynamique que le capitalisme entretient avec ses critiques. L’ouvrage se donne, en effet, un objectif historique – comprendre l’affaiblissement de la critique et, dans un même mouvement, le nouveau souffle du capitalisme dans les années 1980-1995 – doublé d’un objectif théorique – développer un modèle permettant de saisir plus généralement la manière dont se transforment les « idéologies dominantes », entendues non pas comme un discours voilant les rapports de force, mais plutôt, à la manière de Louis Dumont, comme un « ensemble de croyances partagées, inscrites dans des institutions, engagées dans des actions et par là ancrées dans le réel » (Boltanski & Chiapello, 2011, p. 33).

22Le livre part de l’hypothèse que le capitalisme est un « système absurde » pour ses participants, qui n’ont guère à y gagner, et qu’il faut donc justifier ses avantages, tant individuels que collectifs : d’où la nécessité d’un esprit du capitalisme, conçu comme « l’idéologie qui justifie l’engagement dans le capitalisme » (ibid., p. 41). Cet esprit ne se réduit pas aux justifications générales, relativement stables, proposées par la science économique : progrès matériel, efficacité pour satisfaire les besoins, cadre favorable à l’exercice des libertés économiques et politiques. Il s’adapte à la critique et offre pour chaque époque une combinaison particulière de différents registres de justification : la source d’enthousiasme qui anime l’engagement dans le capitalisme, la sécurité offerte à ceux qui s’engagent, et le bien commun qui permet de répondre à des accusations d’injustice. Trois esprits, trois idéologies dominantes, se seraient ainsi succédés : un esprit « bourgeois » caractéristique de la fin du xixe siècle, un esprit industriel qui se met en place dans les années 1930 à 1960, et enfin un troisième, nouvel, esprit du capitalisme qui émerge dans les années 1980.

23L’impératif de justification qui s’impose au capitalisme permet de réintroduire l’outil majeur développé par Boltanski et Thévenot (1991) : les économies de la grandeur. Dans ce modèle, l’idée de justice est liée à celle d’inégalité : affirmer qu’une situation est injuste, c’est soutenir qu’une personne n’est pas jugée à sa juste valeur selon un ordre donné – l’ordre selon lequel il faut juger la situation pouvant lui-même être objet de désaccord. L’accord entre les personnes ne serait donc possible que par référence à des principes généraux de justice, définissant une hiérarchisation des personnes dans un univers abstrait, qualifié de cité. Chaque cité construit un ordre légitime, dans lequel les personnes sont à la fois égales (elles relèvent d’une commune humanité, elles ont en principe accès à tous les états) et inégales : on peut être légitimement grand ou petit selon la grandeur qui ordonne la cité ; l’état de grand est justifié par un sacrifice, un coût qu’il faut être prêt à consentir, et qui explique à la fois que tout le monde ne devienne pas grand et que la grandeur ne relève pas d’une jouissance égoïste mais s’identifie avec le bien commun, c’est-à-dire qu’elle profite à toute la cité. Boltanski et Thévenot avaient retenu six cités – ayant comme grandeurs l’inspiration (cité inspirée), la position hiérarchique (cité domestique), l’opinion des autres (cité de l’opinion), la prééminence du collectif (cité civique), la richesse (cité marchande), et l’efficacité (cité industrielle) –, chacune construite en s’appuyant sur un texte classique considéré sous l’angle de la philosophie politique. L’intérêt d’avoir recours à des textes canoniques, qui se présentent explicitement comme politiques, au sens où ils prétendent énoncer des principes de justice pour régir une cité, est de développer une vision épurée et systématique de chaque cité, avant d’aborder par la suite les situations concrètes dans lesquelles les références aux différentes cités peuvent être imbriquées et imparfaites. La pluralité des cités est cruciale dans ce modèle, puisque la grandeur dans une cité peut être dénoncée comme une petitesse dans une autre : il permet donc de saisir les opérations de critiques et de justification au niveau des acteurs. Le nombre de cités est cependant assez limité, selon Boltanski et Thévenot, parce que seules quelques idées de justice explicites auraient reçu une légitimation universelle.

24Le modèle des cités est repris dans Le nouvel esprit du capitalisme : élaborer de nouvelles justifications du capitalisme supposerait de s’appuyer sur des principes généraux, « orientés vers un bien commun et prétendant à une validité universelle » (Boltanski & Chiapello, 2011, p. 63). Le premier esprit du capitalisme reposait sur un compromis entre des justifications domestiques et marchandes, le deuxième esprit sur un compromis entre des justifications industrielles et civiques ; le nouvel (troisième) esprit du capitalisme, qui apparaît dans les années 1980, supposerait quant à lui la formation d’un nouveau « point d’appui normatif », d’une nouvelle cité : la cité par projets. Les projets sont donc au cœur du propos et surtout de la théorie qui le soutient.

25Comme il s’agit d’identifier une nouvelle idéologie dominante, on aurait pu la chercher dans des contextes assez divers. Boltanski et Chiapello (ibid., p. 100) vont cependant restreindre leur recherche à un corpus assez étroit, la littérature de management, laquelle offre selon eux « l’accès le plus direct », parce qu’elle se donne comme objectif principal de diffuser et de vulgariser des modèles normatifs de ce que sont les manières justes et bonnes de faire du profit. Plus encore, ils restreignent ce corpus à une littérature de « management général », non technique, destinée aux cadres : ils se concentrent sur les discours généraux, visant une application très large dans le monde de l’entreprise, et sur ceux qui sont au plus près du front de la critique et sont donc constamment amenés à justifier le capitalisme. Ce choix initial a des conséquences importantes, en particulier pour les projets tels qu’ils émergent dans le cours de la théorisation. Ce sont les projets tels que l’on peut les trouver dans une littérature de management, plutôt que ceux que l’on trouverait par exemple dans une littérature d’ingénierie. C’est une littérature qui vise les cadres, plutôt que les « entrepreneurs » par exemple à travers des manuels pour créer sa propre entreprise (Giraudeau, 2010). Enfin, c’est une littérature non technique, ce qui est remarquable puisqu’au sein du management émerge en France dans les années 1980 une littérature technique spécifique : le management par (ou de) projet ! Exclure celle-ci, c’est d’emblée situer le projet à un niveau assez général (on ne les considère pas comme des outils d’organisation et de gestion de l’action), tout en restreignant cette généralité au seul domaine du management. Si l’on cherche à comprendre la multiplication des « projets » dans de nombreux domaines d’activité au cours des trois dernières décennies (projets de recherche, projets pédagogiques, projets artistiques, etc.) l’approche de Boltanski et Chiapello pose alors un problème : en partant du management pour caractériser les projets comme participant d’une nouvelle idéologie, le rôle précis du management dans cette évolution devient difficile à séparer. Est-ce que ces nouveaux « projets » témoignent de l’extension d’une idéologie plus large, dont le management ne serait qu’un vecteur parmi d’autres ? Est-ce qu’ils témoignent au contraire de l’extension à l’ensemble du monde social d’un ensemble de valeur directement issu du management ? Est-ce que ce sont plutôt des outils spécifiques, comme le management de projet, qui se sont imposés plutôt qu’un discours général du management ? Le nouvel esprit du capitalisme tout en suggérant toutes ces questions rend presque impossible de les démêler.

26D’autant que le statut des projets dans l’idéologie nouvelle n’est pas évident. Une analyse comparative permet à Boltanski et Chiapello de dégager quelques traits caractéristiques du discours managérial des années 1990, par rapport à ce qu’il était dans les années 1960, et ainsi d’identifier un nouveau cadre normatif, centré sur la notion de réseau. Le management des années 1990 appelle de ses vœux une entreprise en réseau qui rejette les hiérarchies, la planification industrielle, et embrasse une flexibilité capable de faire face à un changement permanent et rapide, un travail en équipe d’intervenants multiples. Tout au long du livre, cet ordre nouveau est qualifié de « réticulaire » ou de « connexionniste » (par référence au réseau et aux connexions qui s’y opèrent), alors que la cité reçoit le nom de « par projets ». Pour bien comprendre le statut des projets dans cette théorie, il faut s’attarder un moment sur cette tension entre réseau et projets.

27L’ordre nouveau est clairement « réticulaire » : la grandeur centrale est l’activité, la capacité à faire des liens, des connexions, temporaires mais réactivables au besoin, d’autant plus valorisées qu’elles sont plus éloignées des cercles les plus familiers. Dans un monde réticulaire, chacun cherche à optimiser son « employabilité », sa flexibilité, sa capacité à s’insérer dans un nouvel agencement temporaire et de s’y ajuster. Les grands de ce monde-là sont capables d’assembler, de tenir ensemble des participants disparates autour d’un moment, d’une vision. Un ordre « connexionniste » est concevable, mais il pose problème si l’on veut dégager une cité, un univers juste et harmonieux organisé autour de cette grandeur. Boltanski et Chiapello (2011, p. 172-173) ont eux-mêmes pointé une double difficulté. Tout réseau est par nature ouvert : les connexions se font et se défont, de sorte que le nombre des participants n’est pas stabilisé, qu’il n’est donc pas possible de définir entre eux ce qui relèverait d’un « bien commun », et que l’on peut difficilement établir une « balance de justice » quand on ne sait pas exactement qui elle concerne. Mais plus encore, « la question de la justice n’a pas de raison d’être posée » dans un monde réticulaire : les petits ne sont plus connectés, ils « tendent à disparaître sans laisser de traces », ce sont des « exclus », de sorte que l’on ne peut plus « questionner la relation entre la misère des uns et le bonheur des autres ». Non seulement la grandeur connexionniste ne s’identifie à aucun bien commun, mais elle ne bénéficie manifestement pas à tous, puisqu’elle efface les petits : une cité connexionniste n’est donc pas possible.

  • 2 Il faut d’ailleurs remarquer que la cité par projet n’a pas tout à fait le même statut dans le Nouv (...)

28C’est ici que les projets entrent en scène : ils sont présentés comme un ensemble de contraintes qui pèsent sur les réseaux, des « mini-espaces de calcul, à l’intérieur desquels des ordres peuvent être engendrés et justifiés ». Cette première définition des projets, comme clôture temporaire des réseaux, est importante parce qu’elle prétend résoudre le problème théorique. Si l’on se penche sur le fonctionnement de cet opérateur de justice, on assiste toutefois à un glissement. Pour que le nouvel ordre puisse être juste, il faudrait qu’il y ait des épreuves au cours desquelles on puisse établir la grandeur relative des personnes. Or, dans la nouvelle cité, l’épreuve « par excellence » est le passage d’un projet à un autre, « quand les personnes sont en quête d’un nouvel engagement, leur capacité à se réinsérer dans un nouveau projet constituant l’un des signes les plus palpables de grandeur » (ibid., p. 172). La grandeur n’est donc pas mesurée dans un moment de clôture temporaire, mais justement dans un moment de réouverture, un moment d’incertitude sur les personnes qui composent le monde. La cité par projet, telle qu’elle est stylisée par Boltanski et Chiapello, ne résout donc pas les deux apories précédemment identifiées pour les réseaux – un monde fondé sur les projets est un monde ouvert, où les petits tendent à disparaître parce qu’ils sont « exclus » – et elle ne constitue donc pas une cité au sens des économies de la grandeur. Entre La justification et Le nouvel esprit du capitalisme il y a donc une véritable rupture et le nouveau registre normatif qui est en discussion dans ce dernier ouvrage semble bien faire l’économie de la justice2.

29Cet échec à faire fonctionner le dispositif théorique des cités est important pour notre propos : il relativise la différence entre projet et réseau. En effet, Boltanski et Chiapello ne donnent à la notion de projet une place aussi importante que parce qu’il s’agit de construire une cité, qui n’est pas possible dans un ordre purement connexionniste. Le projet apparaît donc ici comme un substitut : un autre nom du réseau, un réseau contraint (il entrave temporairement la circulation absolue et installe des formes de contrôle entre participants). La définition la plus précise qu’ils en donnent est d’ailleurs celle-ci : le projet est « un bout de réseau fortement activé ». Le projet est « un amas de connexions actives propre à faire naître des formes, c’est-à-dire à faire exister des objets et des sujets, en stabilisant et en rendant irréversibles des liens » ; c’est une stabilisation temporaire qui fait exister pour un temps limité des êtres qui sans cela se disperseraient constamment dans de nouvelles connexions (ibid., p. 170). On se rapproche donc d’un projet qui mène à l’existence, par une densification et une convergence des liens, tel qu’on pouvait le trouver chez Latour, mais ce n’est pas sa dimension première chez Boltanski et Chiapello : le projet est d’abord et avant tout un rassemblement de personnes disparates pour une durée limitée.

30La démarche théorique qui vise à constituer une cité de justice a une autre conséquence. Le projet tel qu’on cherche à le caractériser ici se situe d’emblée à un niveau très général : un registre universel, une anthropologie. La notion de cité, telle qu’elle a été développée par Boltanski et Thévenot, repose sur la conviction que les références normatives des justifications doivent être universelles, que les principes de justice ont une prétention à l’universalité : on ne peut pas fonder une justice sur un arrangement purement local et contingent, il faut se référer à des principes que l’on pourrait appliquer à tout le monde. On peut soutenir que ce qui fait la force théorique des économies de la grandeur – définir, grâce au détour par la philosophie politique, des cadres systématiques et clairs par rapport auxquels saisir des situations de justification complexes et embrouillées – fait aussi sa faiblesse empirique, car si les personnes se réfèrent en effet à des principes généraux, on peut douter que ceux-ci soient universels : il est plus vraisemblable que ces ordres supérieurs soient propres à des groupes – qui fondent ainsi leur « commune humanité » à un niveau plus restreint – que ces ordres soient locaux, historiquement et spatialement (Graber, 2009). La recherche d’un registre universel oriente la définition des projets chez Boltanski et Chiapello (2011, p. 181-182 ; je souligne) :

[L]’activité [la grandeur] se manifeste dans la multiplicité des projets de tous ordres. […] La vie est conçue [dans la cité] comme une succession de projets, d’autant plus valables qu’ils sont plus différents les uns des autres. La qualification de ces projets selon des catégories pertinentes dans les autres cités (tels que familiaux, affectifs, éducatifs, artistiques, religieux, politiques, charitables…) […] n’est pas […] ce qui importe. […] Tout peut accéder à la dignité du projet y compris les entreprises hostiles au capitalisme.

31Tout peut devenir projet et le projet en tant que norme a vocation à envahir le social. Par ailleurs, pour fonder une cité, il faut garantir que tous les êtres ont « la capacité à s’élever vers les états supérieurs », il faut inscrire la cité dans la nature humaine, proposer une anthropologie adéquate : « tous ont la capacité à se lier à d’autres. Le désir de se connecter est une propriété fondamentale de la nature humaine. » (Ibid., p. 204). Le projet en tant que dispositif central de la cité est par là même inscrit dans la nature humaine : tous les humains s’engagent dans des projets, entendus comme liens temporaires de toutes sortes.

32Le projet est donc défini de manière si générale, comme chez Latour, que tout peut devenir projet ; à la grande différence, toutefois, que l’on n’est plus ici dans un registre descriptif mais dans un registre normatif. Ce qui intéresse Boltanski et Chiapello, ce n’est pas tel ou tel projet en particulier, mais « la forme qu’ils confèrent, pris tous ensemble, au monde social » (ibid., p. 765). C’est une norme macro-sociologique, une idéologie qui s’impose à la société tout entière.

L’un des aspects les plus marquants concernant l’émergence de ce nouveau système de valeur […] est bien [qu’il] ne se limite en rien au domaine de la gestion. […] La métaphore du réseau tend progressivement à prendre en charge une nouvelle représentation générale des sociétés. (Ibid., p. 223)

33Si l’on retrouve des projets partout, ce n’est pas parce que l’on regarde tout comme un projet, mais plutôt parce que les projets seraient une norme nouvelle qui s’imposerait à la société depuis plusieurs décennies. Bien entendu, il y a toujours eu des réseaux, des médiateurs, mais ce qui est nouveau « c’est précisément le projet sociétal […] visant à faire du réseau un modèle normatif » (ibid., p. 935).

  • 3 Dans son ouvrage suivant, La condition fœtale, Boltanski (2004) a repris l’idée d’un monde connexio (...)

34Boltanski et Chiapello proposent donc une thèse historique, mais qui semble se soustraire à l’analyse historique. Pour saisir le projet dans sa dimension idéologique, dans un processus de dissémination assez récent, ils l’ont caractérisé à un niveau universel et anthropologique. Tout projet contemporain relève alors automatiquement d’un tel processus, ce qui gomme les spécificités et différences, et empêche d’inscrire les projets dans une histoire plus longue3. Si l’on avait situé les principes normatifs à un niveau plus restreint, non plus universel mais propre à un contexte donné, la thèse de la dissémination aurait été d’emblée moins évidente et on aurait pu se poser la question en termes de diffusion de modèles spécifiques de projet (d’où la question importante de savoir si c’est une idéologie qui se généralise, un discours général du management qui s’impose, ou un outil spécifique comme le management par projet).

Les projets comme institutions

  • 4 Toute la suite fait référence à Graber (2009).

35Le projet n’était pas l’objet d’étude dont nous étions partis : c’est l’objet qui s’est dégagé au cours d’une recherche qui regardait d’abord l’activité délibérante (au sens où elle est discussion en vue d’une décision) d’un groupe d’ingénieurs d’État au tout début du xixe siècle4. La question dont nous étions partis concernait la nature et le sens d’une dispute particulière entre ingénieurs des Ponts et Chaussées, à propos d’un canal à construire dans le nord-est de Paris, le canal de l’Ourcq, pendant la période napoléonienne : de quoi pouvait-on débattre dans le cadre d’un corps d’État à la culture réputée très intégratrice ? Comment résolvait-on le désaccord ? La méthode que nous avons appliquée à cet objet initial peut être qualifiée de pragmatique en plusieurs sens, on va y revenir, mais elle révélait surtout une chose : le désaccord de ces ingénieurs portait sur deux questions, articulées l’une à l’autre au point d’être à peu près indissociables : d’une part ce projet particulier – il s’agissait de savoir comment il convenait de construire le canal, quel tracé il devait suivre, quels usages il devait servir, etc. – et d’autre part le projet comme procédure régulière – comment on doit faire des projets, qui intervient comment et dans quel ordre avec quels outils, de quoi et comment on peut (ou doit) discuter, comment se prend la décision, etc. Le projet était donc l’objet de dispute de nos acteurs, et ils le définissaient à la fois comme un projet particulier (pour le canal de l’Ourcq) et comme une procédure à laquelle il fallait se conformer (on ne fait pas des projets n’importe comment, on sait ce que c’est qu’un bon projet). Il s’agissait donc d’aborder les projets en suivant les acteurs dans ce qu’ils font, mais aussi indissociablement dans leurs catégories, dans leurs théorisations et leurs débats sur ce que les projets sont et doivent être, donc de l’analyser aussi comme un ensemble de normes.

36Nous avons donc opté pour une définition des projets centrée sur l’activité délibérante. Pourquoi définir ? Pourquoi choisir une définition générale alors que nous entendions « suivre » les acteurs ? Il fallait une définition pour que le lecteur sache à peu près de quoi l’on parle, mais une définition assez large pour qu’elle laisse suffisamment de place à ce qui va se révéler dans le « suivi ». En saisissant ce que sont spécifiquement les projets au sein des Ponts et Chaussées du tournant 1800, nous pouvions alors offrir une approche applicable à d’autres contextes, permettant de comparer ce qui caractérise et distingue des projets dans des cadres différents. Nous avons donc combiné une définition très inclusive des projets avec une méthode qui vise à les saisir d’une manière précise dans un cadre limité (avec comme exemple les Ponts et Chaussées), mais aussi dans ce qui caractérise ce cadre comme généralité, comme ensemble de normes locales ordonnant une activité régulière.

37Par projet, nous entendons toute action collective qui suppose au moins une décision préalable. Celle-ci est importante parce qu’elle ordonne le travail de conception et les débats auxquels il donne lieu : l’ensemble des pièces produites par les ingénieurs (qui constituent ce qu’ils appellent un projet « en bonne et due forme ») le sont en vue d’un examen par une assemblée d’ingénieurs qui modifie, autorise ou rejette le projet. Si l’on peut discuter si âprement de ce qui constitue un bon projet, c’est que les différents participants estiment tous avoir une part à cette action collective – ils défendent l’action comme étant au moins en partie la leur, en même temps qu’ils agissent au nom d’autres acteurs et collectifs – et qu’il s’agit en fin de compte de garantir une décision jugée légitime. Insister sur la décision préalable, c’est donc aussi souligner les régularités des projets : chaque projet s’inscrit dans un ensemble d’attentes, de règles conférant à son organisation une certaine régularité, de sorte que des projets successifs se déroulent de manière similaire. Dans un contexte donné, par exemple le corps des Ponts et Chaussées du tout début du xixe siècle, se stabilise ainsi une forme projet particulière, qui reflète un cadre légal et administratif, mais surtout des rapports (généralement asymétriques) entre les différents participants. Une telle forme projet s’institutionnalise, mais elle reste sujette à des évolutions, elle est partiellement renégociée dans chaque projet particulier, mais elle s’impose comme un cadre normatif suffisamment contraignant pour que, sur une certaine période, ces régularités (une fois identifiées par l’historien) se retrouvent dans la grande majorité des projets.

38Les deux approches pragmatiques que nous avons discutées précédemment s’avèrent insuffisantes pour saisir les projets ainsi conçus : dans un cas on vise des processus essentiellement singuliers et faiblement déterminés, dans lesquels les décisions sont peu contraignantes pour l’activité des acteurs et les régularités qu’elles peuvent imposer presque sans objet ; dans l’autre, au contraire, il s’agit bien de dépasser la singularité absolue de chaque projet pour constituer les projets, « pris ensemble », comme norme qui s’impose aux acteurs, pour s’intéresser à la « forme qu’ils confèrent […] au monde social », mais précisément ce caractère régulier et normatif est pensé comme idéologie, c’est-à-dire, pour reprendre Louis Dumont (1985, p. 16), comme « l’ensemble des idées et des valeurs communes d’une société », et donc à un niveau trop général pour saisir le projet comme ensemble de règles, de normes et d’attentes propres à une période et un contexte particuliers.

39Pour saisir une forme projet, il fallait se situer en quelque sorte à mi-chemin entre ces deux approches pragmatiques. Il s’agissait bien de suivre les acteurs, et donc nécessairement de les suivre sur un cas singulier, mais en cherchant aussi leurs normes, non pas universelles mais locales, valables dans un cercle restreint sur une période plus ou moins longue. L’intérêt d’une approche pragmatique pour retrouver des règles, des institutions et des contraintes peut sembler troublant, puisque les approches pragmatiques ont plutôt été élaborées contre les explications déterministes et structurales. Elle se justifie précisément parce que les régularités d’une forme d’action, les règles, les normes et les attentes qui l’encadrent, ne sont pas facilement accessibles à l’historien. Choisir d’analyser des cas particuliers, des cas polémiques tout à fait exceptionnels comme le conflit autour du canal de l’Ourcq, où ce qui constitue (ou non) un (bon) projet est justement en discussion entre les acteurs, et où les normes et les attentes sont explicitées, permet de faire émerger le cadre contraignant qui s’impose à l’ensemble des cas ordinaires, à l’ensemble des projets dans les Ponts et Chaussées, projets beaucoup plus nombreux, mais aussi plus silencieux au niveau des archives.

40Pour qu’un conflit singulier devienne un lieu où découvrir des pratiques et des normes qui sont implicites dans les cas ordinaires, il faut prendre au sérieux les acteurs. Le fait de « rendre à l’expérience des acteurs sociaux […] une signification et une importance face au jeu des structures et à l’efficacité des processus sociaux massifs, anonymes, inconscients » a été le point commun de toute une série de travaux dans les sciences sociales depuis les années 1970 (Revel, 1996a). Notre analyse du conflit du canal de l’Ourcq se situe dans la continuité de ces entreprises : elle entend partir des termes, des catégories, des arguments des acteurs, pour construire une intelligibilité de leurs désaccords, mais en soutenant que ce niveau du désaccord donne également accès à leurs pratiques ordinaires, leurs attentes, leurs codes, c’est-à-dire pour retrouver derrière la singularité de ce conflit, derrière les engagements spécifiques de ces acteurs, un niveau plus institutionnel, plus structurel, un ensemble de normes de ce que c’est qu’un projet, normes qui s’imposent aux acteurs dans les cas ordinaires, non polémiques, ce qui n’exclut pas qu’elles soient renégociées aux marges (et parfois plus profondément) à l’occasion de chaque projet.

  • 5 La sociologie pragmatique est en un sens une théorie de l’argumentation augmentée de l’univers maté (...)

41En étudiant une délibération conflictuelle, on donne une importance particulière aux argumentations : on les prend au sérieux, on y voit une activité critique des acteurs, à la manière des sociologies pragmatiques. La délibération polémique, parce qu’elle explicite les attentes légitimes, révèle les registres normatifs auxquels les acteurs peuvent ou doivent faire référence pour justifier leur implication dans l’action. Mais contrairement aux économies de la grandeur (Boltanski & Thévenot, 1991), le débat sur le canal de l’Ourcq fait émerger des registres normatifs qui n’ont rien d’universels, qui sont d’une nature plus locale : ce qui se dégage ici ce sont des normes légitimes de l’action dans le cadre du corps des Ponts et Chaussées à un moment donné de son histoire. Plus encore, la justification ne passe pas par la réduction à un registre normatif pertinent dans l’action, permettant d’organiser une épreuve claire : justifier un projet dans ce corps d’ingénieurs au début du xixe siècle, consiste précisément à hiérarchiser l’importance relative de différents ordres d’avantages et d’inconvénients, à produire un équilibre raisonnable entre des ordres de grandeur hétérogène (économie, esthétique, préjudice, etc.) : pour le formuler dans les termes de Boltanski et Thévenot (1991), la justification se fait ici systématiquement dans le cadre d’un « compromis ». Les études rhétoriques, dont le renouveau est très proche du développement des sociologies pragmatiques5, offrent ici des outils simples et efficaces pour comprendre comment ce type de cadre, qui ne devrait donner lieu selon les économies de la grandeur qu’à des accords fragiles susceptibles d’être constamment rediscutés, permet d’aboutir à des accords simples et robustes dans la plus grande partie des projets des Ponts et Chaussées : les projets sont généralement constitués selon des lieux communs (ou plus exactement des lieux spécifiques) du moment. Une telle étude des argumentations ne présuppose pas non plus que les acteurs agissent dans un univers sans rapports de force, où seule la qualité des arguments l’emporterait. Si la critique peut se prolonger et se développer de manière atypique dans les cas polémiques, c’est justement parce que les rapports de force ordinaires sont perturbés : dans le cas du canal de l’Ourcq, l’ingénieur en charge du projet, Pierre-Simon Girard, ne parvient à défendre ses positions hétérodoxes sur une durée longue que parce qu’il bénéficie du soutien direct du premier consul Bonaparte ; dans les cas ordinaires, aucun ingénieur ne se permet de tels écarts ni une telle insistance dans les débats.

42En suivant un cas polémique au niveau des acteurs, on retrouve aussi plusieurs reproches classiques qui ont été faits à la micro-histoire, concernant en particulier le niveau de détail et la représentativité (Revel, 1989). Étudier le conflit du canal de l’Ourcq, c’est se pencher sur un cercle restreint d’acteurs concernés par cette affaire sur une période assez courte. Une telle descente dans le détail ne vise pourtant pas à nuancer une histoire saisie à une plus grande échelle, il s’agit au contraire de découvrir des objets historiques qui, pour la plupart, ne se révèlent qu’à ce niveau. Au cours de la discussion du canal de l’Ourcq, par exemple, certains ingénieurs exaspérés par le comportement de Girard proposent de remplacer sa proposition par une autre, ce que Girard va s’empresser de dénoncer comme contraire aux règles du corps. Les débats révèlent ainsi l’existence d’une sorte d’économie morale dans les Ponts et Chaussées du début du xixe siècle : l’ingénieur en charge d’un projet a un « droit d’initiative », qui lui permet de concevoir et de proposer un projet qu’il pourra qualifier comme étant le sien, sans que ses collègues interviennent jusqu’au moment de son examen ; mais ce droit a ses limites, puisque, lors de l’examen, l’ingénieur doit se tenir en retrait, accepter un certain nombre de modifications qui permettent au corps de s’approprier le projet, d’en faire un projet collectif, étant entendu que ces modifications doivent rester modestes, pour ne pas remettre en question la compétence et la paternité de l’ingénieur-concepteur. Une telle règle ne peut être identifiée que dans l’analyse de détail d’un cas conflictuel particulier, mais sa valeur normative est plus générale, et l’on peut montrer (une fois qu’on l’a identifiée) que même si elle n’est pas mentionnée explicitement, elle est tout à fait cohérente avec ce que l’on observe dans les projets ordinaires : les modifications auxquelles on procède sont généralement minimes et il n’y a presque jamais de projets alternatifs ou concurrents.

  • 6 Jacques Revel (1996b) note qu’un autre intérêt de cette multiplication des conditions d’observation (...)

43Enfin, ce genre d’approche conduit à s’interroger sur les manières d’écrire l’histoire, parce que le changement de focale, la considération d’objets de natures et de niveaux différents, conduisent à un enchevêtrement des analyses qu’il faut ensuite chercher à exposer d’une manière la plus lisible possible. C’est la mise en relation des faits, leur inscription dans une « intrigue » qui est constitutive du sens en histoire (Veyne, 1996). Toutes les mises en relations, plus ou moins pertinentes ou intéressantes (certaines sont simplement impossibles), ne peuvent pas être conduites en même temps, parce qu’écrire une intrigue c’est choisir un cadrage, des conditions d’observations, des acteurs, un espace, un moment dans lequel une question se trouve avoir une pertinence particulière. De ce fait, des objets qui sont saisis dans une intrigue spécifique peuvent ne plus l’être avec la même épaisseur dans une autre. Assumer cela, c’est dire que l’on ne peut « décrire une totalité et que toute description est sélective », que l’on « ne lève jamais la carte de l’événementiel » mais que l’on peut « tout au plus multiplier les itinéraires qui le traversent » (ibid., p. 59). Mais c’est dire aussi que les objets qui apparaissent dans une certaine intrigue peuvent n’être saisissables que là, ou d’une manière particulière qui n’est repliable sur aucun autre récit. À un certain niveau d’analyse, l’affaire de l’Ourcq est une affaire de justifications au sein du corps des Ponts et Chaussées en relation avec la proposition de l’ingénieur Girard. Mais d’autres cadrages sont possibles, et fructueux. On peut, par exemple, inscrire ce cas singulier dans une série d’affaires qui agitent le corps des Ponts sous le Consulat et prendre au sérieux quelques ingénieurs et administrateurs qui estiment que ces affaires sont révélatrices d’une crise de l’assemblée des Ponts et Chaussées, l’instance de décision du corps : on peut alors raconter une autre histoire, celle de la fragilisation des modes de décisions traditionnels (le consensus) suite à l’introduction du vote par la Révolution, un mode de décision particulièrement problématique pour ces ingénieurs6. Que les conditions d’observation soient constitutives de l’objet tel qu’il nous est accessible, c’est finalement ce que l’histoire sociale des sciences soutient à propos des sciences exactes : on ne voit, on ne découvre, on ne comprend, qu’à la mesure de ses outils. Il n’y a là aucun relativisme, parce que l’on regarde chaque fois un objet un peu différent : chaque outil cadre, questionne, découpe en partie un nouvel objet. En multipliant les intrigues, on ne constitue donc pas des points de vue différents sur un même objet, on pose des cadres qui font émerger des êtres qui ne sont pas tout à fait les mêmes.

44Qu’une approche pragmatique conduise à s’interroger sur les manières d’écrire l’histoire n’est guère surprenant. Les approches pragmatiques s’intéressent aux acteurs, cherchent à les suivre dans leurs actions, engagements, arguments, mais ensuite elles doivent restituer ce qui leur arrive sous la forme de récits. Or les formes narratives imposent des fonctionnements et des contraintes qui concernent au premier chef la représentation de l’action : écrire une histoire, c’est se donner des acteurs et représenter des actions. L’analyse socio-historique peut donc se superposer (ou entrer en conflit) avec des catégories de l’écriture. La narratologie offre d’ailleurs de multiples théories de l’action et des acteurs et on peut s’interroger sur les liens que les approches pragmatiques entretiennent avec certaines d’entre elles : Latour reprend ainsi un vocabulaire actantiel, directement inspiré de la sémiotique de Greimas (1966), mais sélectivement, puisqu’il n’intègre pas vraiment le destinateur – un acteur qui a une fonction de cadre pour l’action, puisqu’il représente le système de valeur pertinent pour telle action –, une figure qui a en revanche une proximité assez frappante avec les approches normatives de Boltanski et Thévenot. Au-delà de ces influences possibles, notre approche invite plus largement à ne pas considérer la catégorie d’acteur (et auxiliairement d’action) comme allant de soi, mais à la repenser tant réflexivement (comment l’historien définit ses acteurs pour tel récit) que méthodologiquement (comment on pense les extensions de l’acteur). En effet, les approches pragmatiques ont tendance à concevoir l’acteur en situation comme disposant de ressources (ou d’équipements) : des objets, des cadres normatifs, des personnes sur lesquels il peut s’appuyer dans l’action (l’épreuve étant le moment de vérité qui renseigne sur le succès ou l’échec de ces appuis). Sans nier cette dimension, il nous semble important de souligner que ces « ressources » peuvent être aussi conçues, à des degrés plus ou moins fort, comme une charge, comme une sorte d’immobilier de l’acteur : il peut être attaché à ces cadres, ces objets, ces personnes, de sorte qu’il se trouve pris dans leur mouvement.

Bibliographie

Boltanski Luc (2004), La condition fœtale. Une sociologie de l’engendrement et de l’avortement, Paris, Gallimard.

Boltanski Luc & Ève Chiapello (2011), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard [1999].

Boltanski Luc & Laurent Thévenot (1991), De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Chateauraynaud Francis (1991), La faute professionnelle, Paris, Métailé.

Chateauraynaud Francis (2011), Argumenter dans un champ de forces. Essai de balistique sociologique, Paris, Éditions PETRA.

Dumont Louis (1985), Homo aequalis I. Genèse et épanouissement de l’idéologie économique, Paris, Gallimard.

Edgerton David (1998), « De l’innovation aux usages. Dix thèses éclectiques sur l’histoire des techniques », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 53 (4/5), p. 815-837.

Giraudeau Martin (2010), La fabrique de l’avenir. Une sociologie historique des business plans, Thèse, Université de Toulouse.

Graber Frédéric (2009), Paris a besoin d’eau. Projet, dispute et délibération technique dans la France napoléonienne, Paris, CNRS Éditions.

Greimas Algirdas Julien (1966), Sémantique structurale : recherche et méthode, Paris, Larousse.

Latour Bruno (1987), Science in Action : How to Follow Scientists and Engineers Through Society, Cambridge, Harvard University Press.

Latour Bruno (1992), Aramis, ou l’amour des techniques, Paris, La Découverte.

Latour Bruno & Steve Woolgar (1979), Laboratory Life : The Social Construction of Scientific Facts, Beverly Hills, Sage Publications.

Revel Jacques (1989), « L’histoire au ras du sol », Préface à Giovanni Levi, Le pouvoir au village. Histoire d’un exorciste dans le Piémont du xviie siècle, Paris, Gallimard, p. i-xxxiii.

Revel Jacques (ed.) (1996a), « Présentation », in Id. (ed.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard & Le Seuil, p. 7-14.

Revel Jacques (1996b), « Micro-analyse et construction du social », in Id. (ed.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard & Le Seuil, p. 15-36

Veyne Paul (1996), Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil [1971].

Zask Joëlle (2005), « La politique comme expérimentation », in John Dewey, Le public et ses problèmes, Paris, Gallimard, p. 11-65.

Notes

1 À propos de l’obsession de l’histoire des techniques pour les innovations par rapports aux usages, voir David Edgerton (1998).

2 Il faut d’ailleurs remarquer que la cité par projet n’a pas tout à fait le même statut dans le Nouvel esprit du capitalisme que les cités antérieures : elle n’est pas toujours considérée comme un référentiel argumentatif effectif ; elle est plutôt présentée comme un pis-aller souhaitable face à l’émergence d’un monde connexionniste brutal (Boltanski & Chiapello, 2011, p. 508-520).

3 Dans son ouvrage suivant, La condition fœtale, Boltanski (2004) a repris l’idée d’un monde connexionniste qui s’imposerait à l’ensemble du social, en particulier aux relations intimes, et la cité par projet revient comme cadre normatif pour fonder les justification : il soutient que le « projet parental » est ce qui permet de singulariser l’enfant à naître, qui dans un monde connexionniste où les liens, les relations humaines se font et se défont constamment, pourrait sembler n’être né que par hasard, n’être qu’une pure contingence, singularisé par rien ni personne. Ce qui est remarquable ici, c’est moins de convoquer le projet dans ce cadre – puisque la notion de « projet parental » est inscrite dans la loi et les pratiques de procréation médicalement assistée – mais que la définition du projet glisse sensiblement par rapport au Nouvel esprit du capitalisme, alors qu’il est censé s’inscrire dans la continuité : le projet parental est un « accord par lequel se lient un homme et une femme dans l’intention de réaliser un enfant » sans que ce lien soit « pour la vie » (Boltanski, 2004, p. 132). Ce projet est un peu différent de ceux de la cité par projet. On s’engage ici pour un objectif précis, ce qui était très secondaire dans la cité par projet. On s’engage surtout dans un cadre temporel ouvert : le couple sait qu’il peut prendre fin, mais il ne s’engage pas en sachant ni quand il prendra fin, ni même s’il prendra nécessairement fin. Il s’agit donc d’un projet à durée indéterminée, d’une nature franchement différente des projets managériaux à durée limitée « préalablement définie » (Boltanski, 2004, p. 137). Enfin précisément, le projet parental se distingue « par la recherche d’un engagement dans un projet plus robuste, plus long et plus difficile à défaire » (Boltanski, 2004, p. 141), c’est-à-dire qu’il va contre la tendance centripète de tout agencement, mais il vise idéalement une stabilité indéterminée, qui est en tension avec le monde connexionniste.

4 Toute la suite fait référence à Graber (2009).

5 La sociologie pragmatique est en un sens une théorie de l’argumentation augmentée de l’univers matériel, mais en continuité avec celle-ci. Chateauraynaud (1991, p. 440 note 3) considère ainsi que l’on peut « analyser l’argumentation comme une mobilisation d’êtres et d’objets dont l’épreuve physique et matérielle est engagée potentiellement lorsqu’elle n’est pas réalisée, avant, pendant ou à l’issue du discours, et considérer qu’il n’y a pas de discontinuité possible entre une argumentation purement langagière et des épreuves de réalité ».

6 Jacques Revel (1996b) note qu’un autre intérêt de cette multiplication des conditions d’observation est de manifester la dimension de construction de l’objet historique, de montrer que les outils utilisés dans le travail de l’historien n’épuisent pas son objet, et que d’autres outils peuvent se trouver plus appropriés pour mettre à jour d’autres objets.

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search