Version classiqueVersion mobile

Histoires pragmatiques

 | 
Francis Chateauraynaud
, 
Yves Cohen

Formes d’histoire pragmatique

La négociation en projet

Une enquête sur des documents de travail diplomatique au xve siècle

Stéphane Péquignot

Texte intégral

  • 1 Kyer (1978), Gilli (2009), Péquignot (2015).
  • 2 Voir aussi, désormais, Lazzarini (2015).
  • 3 Felten (2004), Moeglin (2008).
  • 4 Moeglin (2005), Péquignot (2005).

1En Occident, durant les derniers siècles du Moyen Âge, les charges de représentation exercées par les messagers et les ambassadeurs font l’objet de commentaires juridiques et de réflexions politiques approfondies1. Autres tâches diplomatiques, l’information et la négociation revêtent une importance croissante – le xve siècle italien serait même celui d’une « révolution de l’information » (Dover, 20082) –, mais elles ne suscitent guère une réflexivité « théorique » d’une ampleur comparable. Les négociations diplomatiques doivent certes se dérouler en respectant certaines normes – documents reconnaissables et valides, préservation de l’honneur, du rang et du droit des parties –, mais celles-ci sont rarement formalisées à la manière d’un code ou de règles explicites. Les historiens déduisent ordinairement leur existence d’écrits produits et utilisés par les ambassadeurs ou de chroniques relatant leur activité3. De surcroît, dans les langues romanes, il est en réalité fort peu question littéralement de « négociations » pour les échanges diplomatiques. Acteurs et auteurs évoquent de préférence des conversations, des entretiens, le développement d’un « traité » (tractatus en latin, tracto en castillan) – un terme ambivalent, puisqu’il renvoie autant à un processus d’interaction qu’à son résultat4 – tandis que le champ lexical de la « négociation » reste largement associé au monde de la marchandise, du marchandage, souvent avec une connotation critique sous-jacente.

  • 5 Clanchy (1993), Chastang (2008), Anheim & Chastang (2009).
  • 6 Péquignot (2012a).
  • 7 Gilli (2012).
  • 8 Senatore (1998).
  • 9 Péquignot (2008), Figliuolo & Senatore (2015).

2Une évolution importante se produit en ce domaine à partir du xiiie siècle. Les négociations, que l’on définira ici au sens restreint comme des « processus par le[s]quel[s] deux ou plusieurs parties interagissent dans le but d’atteindre une position acceptable au regard de leurs divergences » (Faure, 1999, p. 360), deviennent plus visibles dans des écrits de la pratique dont le nombre et la diversité s’accroissent. Ce phénomène se développe en consonance avec la « révolution documentaire » qui affecte en profondeur les pratiques de gouvernement5. Dans les relations diplomatiques, l’activité de négociation, toujours désignée comme un « traité », est plus fréquemment envisagée aussi comme un « travail6 », une « besogne » dans les Mémoires de Philippe de Commynes7, ou bien encore, en Italie notamment, comme partie d’une « pratique » (pratica8). Corrélativement, il apparaît que, pour négocier, des savoir-faire spécifiques sont désormais nécessaires. Des compétences sont recherchées, des recommandations pour parler et agir efficacement émergent, dans des instructions écrites ou, en Italie, dans des « écrits de chancellerie » (scritti cancellereschi9).

  • 10 Waquet (2005), De Franceschi (2008).
  • 11 Andretta, Péquignot & Waquet (2015).
  • 12 Voir, par exemple, Brown & Górecki (2003).
  • 13 Thiessen & Windler (2010), Andretta et al. (2010).
  • 14 Pour une première orientation, voir Chastang (2008), et, désormais, L’écriture pragmatique (2012).
  • 15 Fraenkel (2006, 2007).
  • 16 Orientation remarquable dans Guyotjeannin, Pycke & Tock (2006).

3Les méthodologies et les échelles d’observation utilisées pour dégager ces caractéristiques et ces conceptions des négociations à la fin du Moyen Âge sont diverses : analyse des évolutions du vocabulaire sur la longue durée, enquêtes sur des correspondances diplomatiques aboutissant à qualifier des « styles » particuliers de négociation10, comparaisons diachroniques des réflexions sur la figure de l’ambassadeur développées dans les textes juridiques ou spéculaires avec celles produites dans les documents de la pratique11, études des processus d’interaction dans une optique d’anthropologie juridique, en tant que moyens de résolution spécifique des conflits (settlement of conflits12). Certaines notions forgées par la linguistique pragmatique – actes de parole, actes performatifs, efficaces –, se sont aussi révélées utiles dans l’analyse des entretiens diplomatiques. Ainsi a-t-on pu envisager les « conditions opportunes » (felicity conditions) recherchées dans les prises de parole des ambassadeurs à l’étranger, sans pour autant les déconnecter des enjeux, des modalités et des effets de leur mise en écrit13. Les travaux menés sur les « écrits pragmatiques » apportent en ce sens des éléments importants pour saisir cette dimension essentielle dans les négociations médiévales. Initialement forgée en allemand (pragmatische Schriftlichkeit) par Hagen Keller pour désigner l’ensemble des textes produisant un effet direct sur la vie des hommes14, ou des écrits possédant des finalités pratiques, entrée par la suite dans le vocabulaire commun de nombreux médiévistes, l’expression « écrits pragmatiques » est investie de significations différentes selon la langue d’expression scientifique ou les affinités théoriques. En son sens d’écrit pourvu d’une intentionnalité visant un effet pratique, la notion s’avère pertinente pour étudier les négociations médiévales, non afin d’être brandie en étendard théorique, mais parce qu’elle conduit à porter le regard vers des pièces souvent délaissées dans l’étude de la diplomatie, et parce qu’elle engage à considérer l’effet de l’écrit sur les négociations, ce qu’en font les acteurs. L’on rejoint ici volontiers la proposition de Béatrice Fraenkel d’une « anthropologie pragmatique de l’écrit15 », ainsi que les développements récents de la diplomatique, une discipline dont les spécialistes, toujours attentifs à la qualification typologique des documents et à la détermination de leur authenticité, manifestent désormais une sensibilité accrue aux modalités de production, aux appropriations, aux usages des écrits16.

  • 17 Febvre (1953).
  • 18 Deux bilans orientatifs : Moeglin (2010), Péquignot (2012b).

4Dans ce contexte, il devient peu à peu possible d’envisager une histoire générale de la négociation au Moyen Âge, l’histoire d’une pratique possédant des contours et des régimes de temporalité propres, caractérisée également par des modes d’agir spécifiques, et qui connaît durant cette longue période des transformations largement inexplorées. Pour progresser vers la réalisation d’une synthèse encore à l’état de projet, il me paraît indispensable d’appréhender dans un même mouvement les processus à l’œuvre dans les négociations, les acteurs, leurs compétences et leur travail. Cela oblige à naviguer entre deux écueils, l’histoire autarcique des idées (de la négociation) et le récit événementiel clos sur lui-même, autrement dit la transposition à l’échelle micro de l’« histoire diplomatique en soi » dénoncée par Lucien Febvre17. Au vu de la documentation disponible pour la période en Occident, alors que de nombreuses études prosopographiques permettent désormais de mieux saisir les profils et la spécialisation accrue des ambassadeurs, d’autres facettes du problème méritent d’être privilégiées pour avancer dans cette direction18 : l’élaboration, les usages et les effets des écrits, notamment ceux qui visent à définir au préalable des cadres de négociation ou à guider des conduites ; le travail de parole, d’argumentation et de mobilisation des corps dans les échanges ; la fabrique in situ de savoir-faire spécifiques et leur transmission.

5Dans une telle perspective, les documents de travail produits et utilisés durant des négociations présentent un intérêt particulier. Conformément à l’usage dominant en français, on entendra par cette expression les écrits marquant une avancée, constituant pour les protagonistes une base de discussions ou d’actions ultérieures, avant que le processus ne puisse être considéré comme achevé. Il s’agit donc d’un ensemble plus restreint que celui constitué par les « écrits au travail » (Dewerpe, 1993), qui engloberait ici tous les documents produits par et pour le travail diplomatique, depuis les brouillons jusqu’à la version finale des traités.

6Parmi les écrits confectionnés au motif ou au cours d’échanges diplomatiques, certains visent à conformer a priori les conditions du déroulement de négociations ou de délibérations censées régler un conflit. En étudiant le cas de tractations liées à une affaire politique cruciale dans l’histoire de la péninsule Ibérique au xve siècle, la querelle successorale consécutive à la mort du roi d’Aragon Martin Ier en 1410, je voudrais montrer ici comment de tels documents de travail laissent entrevoir des phénomènes ordinairement réservés à l’imagination de l’historien du Moyen Âge, comment l’on peut s’en saisir pour tenter d’envisager de façon non téléologique les processus de négociation et les temporalités imbriquées dans lesquelles agissent les protagonistes.

De légarement des pièces

  • 19 Arxiu Històric de la Ciutat de Barcelona [désormais AHCB], 1 C XIII-2, dossier non numéroté.

7Au centre de cette enquête : trois feuilles doubles de format in quarto (22,5 cm x 30,5 cm), faites d’un papier au filigrane identique, conservées ensemble, à Barcelone, sans couture ni colle19. Sur un peu plus de trois folios recto-verso de cet ensemble non numéroté, deux documents de travail ont été consignés par deux mains différentes, qui ont eu recours à des minuscules de chancellerie comparables, avec des modules et des réglages caractéristiques des territoires de la Couronne d’Aragon durant la première moitié du xve siècle. Une hypothèse de datation (« 1420 ? ») est placée en tête du premier folio, mais elle est d’une écriture postérieure au xixe siècle et, on le verra, doit être rejetée. Dépourvus de tout signe d’authentification – pas de seing, pas de sceau, pas de signature, nulle validation par notaire –, les deux écrits sont chacun surmontés d’un titre encadré dans une rubrique rédigée par une main contemporaine. Placé sous l’invocation de « Jésus » (Ihesus), le premier texte est en catalan, langue également employée pour son titre : « les ambassadeurs de France ont offert de faire et de signer les chapitres écrits ci-dessous si les ambassadeurs de Castille les estiment agréables » (Los capítols deius scrits han offertes fer e fermar los embaxadors de França si los embaxadors de Castella los han per agradables). Le second, composé en latin et en castillan, est rehaussé par un titre latin écrit avec une autre encre et faisant écho au précédent : « réponse faite par les ambassadeurs de Castille » (Responsio facta per embaxatores Castelle).

  • 20 La bibliographie sur la période dite de « l’interrègne » est considérable et a longtemps été polémi (...)

8La question en jeu est celle de la « concorde […] en raison de la poursuite de la véritable justice et de la déclaration de la succession de la Couronne d’Aragon et des royaumes et des terres lui appartenant ». Avancée par des ambassadeurs du roi de France Charles VI, du roi de Sicile Louis II d’Anjou, de son épouse Yolande d’Aragon et de leur fils Louis (III) d’Anjou, alors mineur, la proposition destinée aux ambassadeurs de Castille s’inscrit de façon certaine dans le conflit successoral consécutif au décès du roi d’Aragon Martin Ier, survenu le 31 mai 141020. En l’absence d’héritier désigné et reconnu, Louis (III) d’Anjou, soutenu par la France, et l’infant Ferdinand de Castille deviennent alors, avec le comte Jaume d’Urgell, les principaux prétendants d’une lutte qui se conclura en juin 1412 par la victoire du Castillan.

  • 21 AHCB, 1 CXIII-2, dossier non numéroté, fol. 1r-2v [s.n.].

9Le projet français se décline en onze articles et offre une feuille de route détaillée pour faciliter la détermination du successeur par la voie de justice21. Dans le cas où cet accord sera approuvé par les Castillans, les seigneurs représentés par leurs ambassadeurs devront tout faire pour favoriser honnêtement la « déclaration de la vraie justice », c’est-à-dire la désignation du roi ; les parties promettront aux membres du parlement général des royaumes de se retrouver « dans le lieu commun qui sera choisi pour faire l’investigation, la reconnaissance, la déclaration et la publication de la justice de la succession » ; voies de fait et violences seront alors bannies ; les parties devront s’engager à respecter la décision, même si elle leur est défavorable ; l’on s’accordera sur le partage des frais que pourrait supposer la lutte contre un autre compétiteur recourant à la force ; des mariages entre les enfants des princes seront prévus dans un cas comme dans l’autre, la dot étant également fixée ; le prince déclaré roi devra, en compensation des dépenses engagées, verser au candidat malheureux la somme considérable de 150 000 florins dans les deux ans, en trois versements ; une fois la décision prise, les deux princes se comporteront en amis, en alliés ; directement ou par procureurs, ils approuveront puis promettront de respecter les termes de cette « concorde » ; après que les différents articles auront été jurés par les rois de France et de Castille ou leurs procureurs, par le couple royal de Sicile et par leur fils, ainsi que par l’infant Ferdinand de Castille, des chartes publiques seront établies et attesteront de la réalisation de l’accord.

  • 22 Ibid., fol. 3r-4r.

10À cette proposition structurée et globale, formulée avec le dessein d’élaborer un cadre acceptable pour résoudre la querelle, les ambassadeurs de Castille, dont l’identité n’est pas plus précisée que celle de leurs interlocuteurs, réagissent par une série de critiques et d’interrogations22. C’est le deuxième document de travail. Sans entrer pour le moment dans le détail, l’on peut d’ores et déjà relever que les ambassadeurs procèdent en deux temps. Ils extraient des différents articles ou « chapitres » de la proposition française des termes ou des expressions qui leur paraissent problématiques, imaginent leurs conséquences périlleuses, voire funestes pour la déclaration de justice. Ils exigent ensuite que ces différents points soient clarifiés. C’est un préalable avant qu’ils ne donnent leur accord. Même si le document comporte quelques corrections – la rature d’un passage, un remords, un ajout marginal d’une encre différente –, il est à l’instar de la proposition française mis par écrit dans une forme soignée.

  • 23 « Appointement », dans DMF : Dictionnaire du Moyen Français, version 2012 (DMF 2012). ATILF - CNRS (...)
  • 24 Péquignot (2005), Waquet (2008).

11Ces deux documents de travail liés actent de la préparation de ce que les chroniques et écrits de la pratique contemporains nomment en français un « ap(p)ointement », en catalan un apuntament, en castillan un apuntamiento23. Polysémique, le terme renvoie en moyen français de façon générale à une mise au point, à un accord. Plus spécifiquement, il s’agit aussi de la transcription d’une entente préludant à un accord définitif. Cette étape essentielle et courante dans les processus de négociation à la fin du Moyen Âge s’avère extrêmement utile à des parties qui veillent, par un travail préalable de définition et de mise en écrit, à s’engager dans un « traité » seulement s’il préserve leur honneur et leur droit24.

  • 25 Sobrequés i Callicó (1979).
  • 26 Vendrell Gallostra (1992, doc. 12, p. 131-134), Muñoz Gómez (2015), que je remercie vivement de m’a (...)
  • 27 Muñoz Gómez (2015), Sabaté (2007).
  • 28 Les actes des parlements en attestent, voir Sesma Muñoz (2011c)

12La datation et la contextualisation précise du travail d’appointement constituent en l’espèce un exercice délicat. De façon certaine, les documents sont produits durant la compétition diffractée en de multiples lieux qui oppose les prétendants au trône d’Aragon jusqu’au 25 juin 1412, date de la déclaration de Ferdinand comme roi à Caspe25. Auparavant, tandis que les uns et les autres n’hésitent pas à mobiliser leurs troupes pour mieux convaincre les hésitants26, ou à menacer de le faire, alors que des sommes considérables sont investies pour gagner le soutien des élites, des villes et des parlements territoriaux, alors que de véritables campagnes diplomatiques sont mises en œuvre, le conflit porte en effet tout autant sur la nature du régime politique ou sur le choix du roi27 que sur la configuration du modus operandi permettant de le désigner en respectant la « voie de justice ». Jusqu’en février 1412, ce dernier point fait l’objet de discussions fréquentes au sein des parlements d’Aragon, de Catalogne et de Valence, ainsi que d’échanges intenses entre ces différentes assemblées28.

  • 29 Lettre du 19 août 1410 de Violante de Bar (Vendrell Lagostra, 1992, doc. 36, p. 169-170).
  • 30 Vendrell Lagostra (1992, doc. 32, p. 161-163).

13Les partis opposés entrent aussi en relations directes, mais de façon plus sporadique29. La proposition française et la réponse castillane s’inscrivent de la sorte dans une voie de négociation bilatérale attestée seulement par quelques lettres et instructions à des ambassadeurs. Cette discrétion documentaire s’explique probablement par le caractère oral de certains échanges et par la nécessité d’en préserver le secret. Un accord de principe franco-castillan sur la reconnaissance du candidat désigné au terme de la voie de justice est pour la première fois évoqué le 29 juillet 1410 dans une lettre de Yolande de Bar, veuve du roi Jean Ier d’Aragon, à l’infant Ferdinand30. Des ambassadeurs de ce dernier, Fernando de Vega et le docteur Juan González de Azevedo, viennent de traiter avec un représentant du roi de France, Robert de Châlons. Leur rencontre s’est effectuée au moins pour partie en présence de Yolande, qui a pris acte des prétentions de l’infant Ferdinand et a fait part de son intention de soutenir Louis d’Anjou dans la course au trône. L’accord établi alors entre les ambassadeurs, dont la teneur n’est pas détaillée, se justifie pour la reine par la nécessité de maintenir l’amitié et l’alliance entre la France et la Castille, qui doivent n’avoir qu’« une volonté et un cœur » (un querer e un coraçon). Il paraît donc tout à fait plausible que la proposition et la réponse aient été produites dans ce contexte.

  • 31 Vendrell Lagostra (1992, doc. 46, p. 184-187, doc. 53, p. 206-208).

14Une deuxième hypothèse ne peut toutefois être entièrement exclue. Le 13 septembre puis le 24 octobre 1410 en effet, Yolande de Bar évoque la nécessité de donner plus de substance aux propositions d’accords de reconnaissance effectuées de vive voix en faisant « avancer » (moure) un mariage entre des enfants de Ferdinand et du roi angevin31. Or, ce projet d’alliance, non mentionné auparavant, figure dans le document de travail français. Celui-ci pourrait donc être plus lié aux échanges effectués à la fin de l’été et à l’automne 1410 qu’à la rencontre de Valldaura en juillet de cette même année.

  • 32 Vendrell Lagostra (1992, doc. 69, p. 227-228).
  • 33 Zurita, livre XII, cap. XXIII, t. V, p. 351.
  • 34 Ibid.
  • 35 Sesma Muñoz (2011c, vol. VII/2, p. 349).

15Une configuration plus tardive encore doit être envisagée. D’après une autre lettre de Yolande de Bar32, corroborée sur ce point par Jerónimo Zurita, un historien aragonais du xvie siècle généralement bien informé33, « certains chapitres », « certains accords sur la poursuite de la succession de la Couronne d’Aragon » ont été passés entre des ambassadeurs de Castille et de France le 11 mars 1412 à Tortosa. Les documents de travail retrouvés auraient-ils été composés dans une phase préparatoire à cette entente ? Les arguments s’avèrent ici contradictoires. D’une part, selon Zurita, moins précis chronologiquement, il fut décidé « avant la déclaration de justice à Caspe » (25 juin 1412) que « celui qui serait déclaré roi d’Aragon donnerait 150 000 florins à l’autre partie pour pourvoir aux dépenses effectuées dans cette compétition34 ». Or, cette clause jusqu’alors inédite figure dans la proposition française. Zurita reste néanmoins silencieux sur le reste de l’accord de mars 1412, ce qui rend impossible une comparaison terme à terme avec le projet discuté dans les documents de travail. Ceux-ci se réfèrent en outre aux conditions nécessaires pour la réunion d’un parlement, mais sans en préciser le lieu, alors que, dès le 15 février 1412, il est décidé que les arbitres choisis pour trouver un compromis se retrouveraient à Caspe pour désigner le roi, et que tous les prétendants en ont été prévenus35. Les documents de travail sont donc antérieurs à cette date, mais de combien ? Au moment de la « réponse » castillane, très soucieuse du risque de manœuvres dilatoires portant tort au règlement de la succession, il semble que de telles menaces n’ont pas encore pris corps. Cela incline plutôt à rattacher les pièces égarées de la tractation franco-castillane aux premiers développements du conflit, durant la seconde moitié de l’année 1410.

16Aucun des arguments avancés n’emporte cependant totalement l’adhésion. De fait, le caractère fragmentaire des références à un accord sur le choix du mode de résolution de la querelle de succession et la nature même des pièces conservées – des préparatifs à un appointement, pas un traité définitif – empêchent d’assigner une place plus précise à la proposition et aux réponses dans la trame des échanges diplomatiques entre les deux parties.

  • 36 L’édition de ce document sera effectuée dans une autre publication.
  • 37 Riera Viader (2001, p. 263).
  • 38 Sur les modes de classement, voir par exemple l’étude fondatrice de Rück (1977).

17Facteur de perplexité supplémentaire : alors qu’ils recèlent la transcription de positions échangées entre des ambassadeurs de princes et de rois, les deux documents de travail sont conservés dans les archives historiques d’une ville, Barcelone. Ceci explique probablement pourquoi, en dépit de travaux nombreux et fouillés sur le conflit successoral aragonais, ils sont demeurés inédits et ignorés des historiens36. À l’époque contemporaine, ils ont été intégrés dans une section factice, intitulée « politique et guerre37 ». Sous cette désignation très vague, le carton concerné abrite une centaine de documents en papier datant du xve siècle, assez hétéroclites et généralement privés de tout signe d’authentification. Les minutes cancellées y côtoient les brouillons, les feuillets épars les fragments de registres de natures diverses. Dans ce relatif « désordre des archives » (Cosandey, 2013, p. 79), en l’absence de toute référenciation d’époque, ou de lien clair avec d’autres pièces, il n’est guère possible de discerner le mode originel de conservation – un sac, un coffre, une armoire38 ?

18Comment et pourquoi ces pièces d’un appointement franco-castillan sont-elles passées sous le contrôle des autorités urbaines de Barcelone ? De nouveau, plusieurs hypothèses sont envisageables. Les documents peuvent provenir des archives de l’infant de Castille Ferdinand, devenu roi. Même si l’immense majorité des registres de la chancellerie des monarques aragonais se trouve aux archives royales de Barcelone (devenues ensuite Archives de la Couronne d’Aragon), des fragments reposent en effet actuellement aux archives urbaines. La proposition et la réponse ont aussi pu y parvenir par une autre voie (saisie, vol, dépôt d’un particulier, etc.) – c’est là évidemment le cas le plus insaisissable.

19Une hypothèse plus consistante doit néanmoins être envisagée. À son origine, un double étonnement linguistique : la proposition des ambassadeurs français est rédigée en catalan ; elle est destinée à des représentants castillans, qui eux-mêmes répondent en latin en citant le texte-source… en castillan (en parfaite adéquation avec l’« original » catalan). Un apparent désordre linguistique se superpose donc à celui des archives. Pourquoi ? Comme il s’agit de traiter entre Français et Castillans, le catalan pourrait présenter une forme de neutralité, susceptible d’éviter un conflit de prééminence linguistique. Néanmoins, le catalan n’est jamais utilisé directement dans les échanges diplomatiques franco-castillans contemporains. S’il faut une langue tierce, on recourt au latin. L’usage pour ce motif du catalan formerait dans ces conditions une exception d’autant plus improbable que les ambassadeurs castillans répondent en latin.

  • 39 Sont conservées des traductions de documents depuis le latin, le français, le portugais, pas depuis (...)
  • 40 Muñoz Gómez (2015, p. 874-876).

20La raison des « désordres » linguistique et archivistique doit plutôt – telle est notre hypothèse – être recherchée dans la qualité des protagonistes impliqués et dans les usages qu’ils font de ces documents. Le plus probable est que la proposition française conservée en catalan soit une traduction depuis le français ou le latin effectuée à l’intention de destinataires de langue catalane. Sa présence dans les archives municipales de Barcelone prend dans cette perspective un relief nouveau, et peut être interprétée comme une preuve du souci des ambassadeurs de France de faire connaître leur projet aux membres du conseil de la ville, hautement impliqués dans l’affaire de la succession. Sans doute sous l’égide de la reine-veuve Yolande de Bar, qui maîtrise elle-même le catalan et le français, ils auraient fourni une copie du projet aux Catalans ou le leur auraient laissé traduire depuis l’original. Pour le problème des langues de la réponse castillane, une solution similaire se dessine : une autre traduction, perdue, en castillan, aurait servi de base aux Castillans pour fourbir – en latin – leurs arguments39. Toutefois, l’identité des traducteurs demeure inconnue, le rapport entre les différentes versions (antériorité, variation) demeure inaccessible, et l’état des réponses conservées – original ou copie – reste difficile à définir. Si cette explication de « l’égarement » des documents de travail dans les fonds municipaux est exacte, elle constituerait en tout cas un autre argument en faveur d’une datation plus haute, durant la deuxième partie de l’année 1410, lorsque les ambassadeurs castillans et français se succèdent à Barcelone sur l’affaire de la succession40. Néanmoins, on l’aura compris, la reconstruction est fragile et, faute d’être corroborée pour l’heure par d’autres preuves, elle constitue seulement l’hypothèse la plus plausible parmi d’autres, également possibles.

21Peut-on expliquer pourquoi ces documents ont ensuite été conservés ? À l’instar des autres traductions de travail et brouillons aux archives municipales, ces pièces sans qualité extrinsèque concernent une affaire essentielle pour les membres du corps urbain. Dans ce cas exceptionnel comme dans quelques autres, il a pu être jugé nécessaire de garder non seulement la preuve juridique des décisions prises – en l’occurrence la sentence de Caspe reconnaissant définitivement Ferdinand comme roi d’Aragon, diffusée dans l’ensemble des territoires et des villes de la Couronne –, mais aussi des traces du processus menant à la proclamation, des tentatives de conviction en faveur de projets qui, comme celui étudié ici, ont avorté. L’inertie conservatoire a aussi probablement joué un rôle, dans une mesure impossible à préciser.

  • 41 Voir notamment la discussion et l’usage de la notion par Cohen (2001, passim).

22Le caractère énigmatique des documents de travail et la difficulté à les situer conduisent donc à des exercices de datation, de contextualisation et d’archivistique qui, au lieu de produire des résultats irréfutables, mettent à jour et à l’épreuve diverses hypothèses plausibles susceptibles d’éclairer à la fois des pratiques de négociations, de production et de mise en circulation des écrits. L’impossibilité de trancher sur de trop nombreux points peut alors paraître décevante. L’expérience d’une telle difficulté nous paraît néanmoins féconde, car elle incite à déplacer la perspective vers l’action en cours, qui « envisage des possibilités qui sont oubliées une fois l’action accomplie » (Cottereau, 2013, p. 147), ainsi que vers les cadres de cette « action située41 ».

Le travail critique des ambassadeurs

  • 42 AHCB, 1 CXIII-2, dossier non numéroté, fol. 3r-4r.

23Certes, dans la proposition française comme dans le texte castillan, les acteurs des échanges sont désincarnés, le moment de leur rencontre indéterminé, son lieu même – une auberge, un palais ? – invisible. La « réponse » offre toutefois un bon observatoire du travail critique des ambassadeurs castillans42.

24Leur texte comporte une liste de onze demandes de clarification relatives à des termes, à des formules ou à des oublis de la proposition française. Les Castillans exigent « que toutes les ambiguïtés soient levées » (tollantur omnes ambiguitates) par leurs interlocuteurs. Leur volonté affichée est de limiter les délais excessifs dans le règlement de la succession, d’éviter toute « occasion de discorde », que « tout ne soit rompu ». Ils veulent au contraire faire en sorte que les parties ne « s’écartent [pas] de ce qui a été convenu » (discedendi a convento), ne « s’éloignent [pas] de ce qui a été traité » (distractio tractatum), et « [qu’] elles s’en tiennent à la déclaration » (stare declationi). Dans le but d’éviter que « la déclaration ne soit privée de toute efficacité ou vigueur et qu’elle ne devienne un objet de dérision », la réponse castillane s’apparente à une étape dans la constitution d’un cadre de discussion où les parties « puissent être assurées de ce qu’elles doivent faire » (ut partes possunt esse certi in agendis). L’on craint visiblement que l’un ou l’autre des protagonistes n’arrête le processus devant mener à la désignation du nouveau roi ou ne remette au moindre prétexte son application en cause.

25Pour circonscrire et réduire le domaine des incertitudes, les ambassadeurs castillans passent au crible la « déclaration » française. En spécialistes des mots et de leur interprétation, ils identifient des termes ou des expressions en castillan, les situent précisément dans le texte-source, donnent ensuite leur traduction en latin, puis développent leur signification. Ils effectuent ce travail en latin, la langue du droit, la mieux à même de favoriser la découverte des « mots qualifiés ». Leur lecture critique conduit tout d’abord les Castillans à demander confirmation de points douteux :

26Dans le premier cas se trouve le mot « dûment » (deudament) qui en latin signifie « dûment » (debite). Ce mot est limitatif et conditionnel. Énoncé simplement et réuni aux mots auxquels il est adjoint, il contient de façon déterminante la nécessité de respecter l’ordre habituel des jugements et la pure justice. Si c’est là ce que les ambassadeurs de France ont voulu dire, qu’il leur plaise de le déclarer.

27Au-delà de simples vérifications sémantiques, des problèmes d’organisation matérielle sont également envisagés :

[D]ans ce chapitre, il s’ensuit aussitôt « par les royaumes et les terres sujettes à la Couronne d’Aragon ». Par ces mots sont signifiés juridiquement tous les peuples de la Couronne d’Aragon et tous les citoyens ou tous les habitants du royaume et du comté [de Barcelone] [] et, comme il est difficile de les convoquer ensemble, même s’ils peuvent venir, ce sera avec difficulté, et un grand nombre de jours, de mois et d’années seront nécessaires. Qu’il plaise donc [aux ambassadeurs français] de déclarer comment ils entendent ce point.

28Dans le même ordre d’idées, les Castillans demandent que le mode de représentation soit explicité :

[C]omment devra être faite cette élection dans les royaumes et les terres ? Qui seront les électeurs ? De qui recevront-ils le pouvoir d’élire ? Un mandat spécial des universitates sera-t-il requis pour procéder à l’élection ?

29Demeurées sans réponse connue, ces questions laissent du moins clairement apparaître le souci de définir et de baliser strictement le déroulement de la procédure.

30Dans leur effort prospectif, les ambassadeurs de Castille œuvrent en juristes, ces hommes dont les compétences deviennent alors de plus en plus indispensables dans des échanges diplomatiques à la technicité accrue. Ils font preuve d’une sensibilité extrême aux interprétations potentiellement malveillantes de la déclaration, notamment dans son premier chapitre, à lui seul objet de sept critiques. Les termes mis en exergue sont dénoncés pour leur ambiguïté, accusés d’être « imparfaits » (occasionata), d’être trop « généraux », « universels » (universalia) et, par conséquent, propres à favoriser la déviation, l’écart par rapport à la lettre et à l’esprit de l’accord. De façon remarquable, l’acribie des Castillans se focalise sur des formules a priori éthiquement irréprochables. Mentionner la « déclaration de la vraie justice » ou des « personnes non soupçonnables par les deux parties » serait le signe d’une naïveté dont des parties mal intentionnées pourraient s’emparer pour fragiliser la voie de justice.

31Imaginant le pire, les ambassadeurs de Castille envisagent même à plusieurs reprises des arguments malfaisants que pourrait proférer l’une ou l’autre partie. Si, par malheur, l’expression « toutes les voies torves et dilatoires étant refusées » était maintenue, ce serait

[Une] occasion d’agir avec une mauvaise intention, parce que les parties peuvent y trouver des occasions d’alléguer ceci : ou bien « tu as reporté », ou bien « par tes paroles ou par tes actes, tu t’es comporté de manière torve ou inique et tu n’as pas respecté ce qui avait été promis ».

32Inoffensive aux yeux du profane en arguties juridiques, la formule « sans fraude » aurait pour sa part l’effet d’une boîte de Pandore :

[L]es parties, soit par leur imagination propre, soit par les suggestions de malfaisants, peuvent être inclinées à l’indécence, une partie disant à l’autre soit « selon les choses promises eu égard aux mots “ils travailleront afin que l’effet soit déclaré” tu devais travailler et tu aurais dû travailler à ce que la déclaration soit sans ruse et sans tromperie », soit « tu ne fais pas ou n’a pas fait ceci, parce que tu as fait ceci ou cela, tu as été négligent en faisant ou en faisant faire ceci ou cela », ou bien « si tu l’avais voulu, tu aurais pu respecter ceci, mais assurément tu agis ou as agi contre les choses promises », ou bien « tu n’as pas agi de façon fidèle, mais très légèrement à ce sujet, et en suivant des suggestions légères, selon les récits et les diffamations de plusieurs ».

33D’autres formules de blocage encore pourraient être invoquées si « les manières honnêtes et dues » demeuraient dans la proposition, car

[S]i, par un lapsus linguae ou d’une autre manière, l’une des parties dit quelques allégations ou arguments ne semblant pas honnêtes à l’autre partie, celle-ci pourra lui dire ou bien « tu as agi de manière malhonnête, tu as rompu les choses promises », ou bien, si, par hasard, elle a avancé quelques allégations qui ne semblent pas vraies à l’autre partie, celle-ci pourra dire « tu n’as pas respecté le mode dû […], tu as allégué des choses fausses, et ainsi tu as rompu les choses promises ».

34Au gré d’une énumération presque maladive, dans un latin alternant entre deux registres, l’un écrit, plutôt formel, l’autre comportant des marqués d’oralité – structure simple, parataxe, tutoiement, absence d’inversion verbale –, la réponse castillane livre donc un aperçu saisissant de l’énonciation imaginée d’arguments de rupture censés être plausibles pour des acteurs formés à la dispute (disputatio) dans les universités.

  • 43 Vicent Ferrer (1350-1419), dominicain, grand prédicateur, chapelain du pape Benoît XIII. Partisan d (...)

35Afin d’emporter la conviction des Français et de leur imposer des modifications, les Castillans dénoncent encore à plusieurs reprises une dernière béance : certaines tournures devraient, pour être respectées à la lettre, exiger une intervention divine. En présence de protagonistes potentiellement malveillants, « la déclaration de la vraie justice » nécessiterait la présence de l’archange Michel ; pour trouver des « personnes qui ne soient suspectes à aucune des parties », il faudrait que « les anges du Seigneur descendent du ciel afin de déclarer la justice » ; et la simple mention « durant le déroulement » (de la déclaration) pourrait, au terme d’une question quelque peu rhétorique, obliger « à attendre la venue de l’Antéchrist et la fin du siècle qui, selon maître Vicent43, se produira avant 25 ans ».

36En présence de parties peu enclines à la bienveillance, voire menaçantes dans le cas du comte d’Urgell, plutôt que de s’en remettre à une solution divine et à un horizon apocalyptique incertain, les Castillans préconisent donc de lever systématiquement toutes les ambiguïtés sémantiques, perçues comme autant de pièges sur la voie de justice menant à la reconnaissance du vrai roi. Mobilisant des compétences juridiques et l’expérience du commentaire, le travail méticuleux de critique et d’anticipation constitue seulement une étape. C’est en effet seulement après examen et validation d’une nouvelle version du projet qu’un accord sur le mode de résolution du conflit pourra, éventuellement, être obtenu. Pour être satisfaisant, celui-ci devra d’emblée obliger, contraindre les parties. Le cadre de résolution du conflit doit donc, idéalement, garantir par lui-même à l’avance qu’une issue sera bien trouvée. Le chemin est long et difficile qui fait naître les conditions d’une justice possible dans une ère de soupçon.

Remarques finales sur la fabrique d’un cadre de résolution

37Et après ? L’efficacité réelle du travail d’appointement mené entre les parties demeure, on l’aura compris, fort difficile à évaluer dans cette affaire. En revanche, considérées dans leur ensemble, la proposition française, la réponse castillane et les autres pièces évoquant la voie de négociation – lettres de Yolande de Bar, des rois de France et de Castille, instructions aux ambassadeurs de Yolande et de Ferdinand – permettent de faire l’esquisse des principaux modes d’action mis en œuvre par les protagonistes dans la fabrique de ce cadre de résolution.

  • 44 AHCB, 1 CXIII-2, dossier non numéroté, fol. 2v.
  • 45 Vendrell Lagostra (1992, doc.32, p. 161-163).
  • 46 Daumet (1898).

38On soulignera tout d’abord l’importance générale accordée à la proclamation de valeurs partagées qui rappellent, entretiennent et doivent raviver le lien existant entre les parties. Dans le projet avancé par les ambassadeurs français, l’amitié ancienne des princes et des maisons est remémorée, le mariage princier est censé la renforcer, et l’on escompte in fine une déclaration de confédération, « comme il sied entre frères, parents, amis et si grands seigneurs44 ». La qualification des rapports entre les parties en termes de liens de famille et d’amitié figure également à de multiples reprises dans les lettres de Yolande de Bar évoquant l’existence de tractations entre Français et Castillans. La princesse écrit à l’infant Ferdinand, son « petit-fils », tout en « s’engage[ant] de manière tempérée et justifiée pour l’intérêt et la claire justice de [son autre] petit-fils45 », Louis (III) d’Anjou. À l’instar de la majorité des échanges diplomatiques entre princes à la fin du Moyen Âge, la fabrique d’un cadre de résolution successoral est donc ici conçue et mise en œuvre comme une affaire de famille et d’amitié, des éléments d’autant plus présents que l’alliance entre la Castille et la France est structurelle durant la période46.

  • 47 AHCB, 1 CXIII-2, dossier non numéroté, fol. lr-2v.
  • 48 Cf. lettre du 18 juillet à des Valenciens, éditée par Vendrell Lagostra (1992, doc. 29, p. 157).

39À l’exception notable de la « réponse » castillane, les protagonistes ne cessent par ailleurs d’inscrire leur action dans l’horizon de la justice. La « déclaration » française vise « la poursuite de la vraie justice », les parties y affirment leur droit à la succession « par justice » ou « par vraie justice », et il est prévu que les rois et la princesse Yolande de Bar « s’efforceront par tout leur pouvoir de travailler à ce que l’enquête et la déclaration de justice » soient dûment accomplies47. Une même invocation affleure à de multiples reprises dans la correspondance de Yolande de Bar relative à cette affaire. La princesse affirme notamment défendre « la clarté de la justice et du droit48 ». Cette posture rhétorique répétée forme une sorte de figure obligée pour des parties qui se doivent de proclamer leur attachement à la justice, sous peine de contrevenir à la volonté du roi Martin Ier, de voir leur honneur entaché, leurs prétentions déçues. Idéalement, elle possède une valeur performative dans la fabrique d’un cadre de résolution qui servira d’écrin pour le jaillissement de la justice que chacun revendique.

  • 49 AHCB, 1 CXIII-2, dossier non numéroté, fol. lr-2v.

40La dénonciation des ennemis – en l’occurrence, essentiellement Jaume d’Urgell – s’avère une autre ressource importante dans les échanges visant à fabriquer le consensus nécessaire. Le projet français rejette ainsi les « voies obliques et dilatoires », la « fraude », les « pressions » et les « voies de fait » de ceux qui ne respecteraient pas la voie de justice49.

  • 50 Lettre du 13 septembre 1410 (Vendrell Lagostra, 1992, doc. 46, p. 184-187), qui, pour ce passage, r (...)

41Dans ce processus heurté, dont seules des bribes nous sont perceptibles, les acteurs recourent abondamment à l’écrit. Comme dans la majorité des échanges diplomatiques contemporains en Occident, les ambassadeurs castillans et français usent assurément de lettres de créance et de procurations en bonne et due forme qui garantissent leur identité et l’étendue de leur mandat. Nécessaire pour ouvrir les discussions, l’écrit s’avère indispensable pour l’affermissement du lien franco-castillan et pour progresser sur la voie d’une déclaration de justice. La proposition française et la réponse argumentée des Castillans en ont déjà offert un témoignage éloquent. Les interventions de Yolande de Bar sont également très éclairantes à ce sujet. Le 13 septembre 1410, elle rappelle ainsi à Ferdinand comment, lors de sa réunion à la fin du mois de juillet avec les ambassadeurs castillans, la solution d’un accord de reconnaissance réciproque au terme de la procédure de justice avait été évoquée, puis comment « de ces dites choses, ladite reine et les messagers de Castille ont convenu d’écrire, la reine à son fils le roi et aux autres seigneurs de France, lesdits messagers à l’infant de Castille50 ». Les deux parties l’ont fait. La mise en écrit s’avère donc pour les acteurs une opération indispensable pour progresser vers un accord.

  • 51 Vendrell Lagostra (1992, doc. 46, p. 186).
  • 52 Instructions de Ferdinand d’Aragon à ses ambassadeurs en France (Vendrell Lagostra, 1992, doc. 76, (...)

42Néanmoins, la garantie de l’écrit paraît souvent faible, insuffisante. « Pour être plus certaine de l’intention de l’infant, la reine [décide ainsi] de lui envoyer le maître général [son ambassadeur]51 ». Pire encore, dans cette affaire où les enjeux sont considérables, les documents écrits au cours du travail d’appointement sont parfois manipulés pour empêcher l’élaboration d’un cadre propice à la délibération de justice. Les critiques acerbes formulées par les ambassadeurs castillans à l’encontre de la proposition française s’expliquent aussi peut-être par la volonté de ne pas conclure immédiatement, dans l’espoir d’obtenir une entente plus favorable à leur mandant. Même lorsque des « chapitres » (capitula) sont finalement établis entre Castillans et Français, comme cela est le cas de façon certaine en mars 1412 à Tortosa, les conditions de leur application deviennent rapidement un motif de discorde. La reine Yolande de Bar et le roi de France rappellent ainsi en 1413 la convention obtenue pour tenter d’obtenir les compensations promises, mais Ferdinand, désormais roi d’Aragon, se refuse à reconnaître sa validité pleine et entière en raison de la dénonciation finale de la procédure du compromis de Caspe effectuée par les représentants français52. Il est également reproché alors aux ambassadeurs du roi de France d’avoir produit

[de] nouveaux traités de la satisfaction devant être faite par le roi à la reine de Naples et à son fils pour le droit qu’ils prétendent avoir dans les royaumes des Aragonais, sans aucune mention des capitula passés longtemps auparavant.

  • 53 Sur la fragilité des traités, voir Jostkleigrewe (2016).

43Indispensables, les écrits font l’objet d’interprétations ambivalentes, intéressées et contradictoires par les acteurs, et les accords d’étape s’avèrent aussi nécessaires que fragiles53.

44On notera également, de façon plus générale, que les modes d’action déployés dans les échanges mentionnant une déclaration de justice sont souvent en contradiction avec les valeurs préconisées par les protagonistes. Tous dénoncent le recours à des « voies obliques », à des « traités » et à des manœuvres, mais, comme l’a rappelé justement Zurita, l’accord finalement obtenu est demeuré secret. Les protagonistes plaident pour la seule justice, mais envisagent parallèlement de recourir aux armes.

  • 54 On rejoint ici par une autre voie Windler (2002, p. 550-551), qui, au terme d’une analyse sur les c (...)

45De la duplicité des discours et de l’éventuel retournement des mots, des écrits et des accords, personne n’est sans doute dupe. Là réside au contraire l’un des moteurs essentiels du travail acharné pour tenter d’établir une chaîne temporelle continue, en fixant les paroles prononcées, en vérifiant le sens des mots écrits afin de rendre leur efficacité prévisible et contrôlable. Avec ce dossier en fragments, la fabrique d’un cadre de résolution d’un conflit s’avère donc tout à la fois un processus de négociation, un moment de mobilisation de valeurs et de techniques censées favoriser l’entente, mais aussi, pour les acteurs, un temps d’oppositions et de disputes répétées, propice au déploiement de formes particulières de réflexivité critique sur l’action, les écrits et les mots de leurs interlocuteurs, ainsi que sur les effets de leurs propres décisions54. De la sorte, ils visent et, probablement, contribuent à créer les conditions ultérieures de leur propre travail.

Bibliographie

(2012), L’écriture pragmatique. Un concept d’histoire médiévale à l’échelle européenne, CEHTL, 5, Paris, LAMOP (1e édition en ligne).

Andretta Stefano, Péquignot Stéphane, Schaub Marie-Karine, Waquet Jean-Claude & Christian Windler (eds) (2010), Paroles de négociateurs. L’entretien dans la pratique diplomatique de la fin du Moyen Âge à la fin du xixe siècle, Rome, École française de Rome.

Andretta Stefano, Péquignot Stéphane & Jean-Claude Waquet (eds) (2015), De l’ambassadeur. Les écrits relatifs à l’ambassadeur et à l’art de négocier du Moyen Âge au début du xixe siècle, Rome, École française de Rome.

Anheim Étienne & Pierre Chastang (eds) (2009), Pratiques de l’écrit, Médiévales, vol. 56 [medievales.revues.org/5515].

Belenguer Ernest (2012), El com i el perquè del compromís de Casp (1412) Historia i debat, Barcelone, Dalmau.

Brown Warren C. & Piotr Górecki (2003), Conflict in Medieval Europe. Changing Perspectives on Society and Culture, Aldershot, Ashgate.

Chastang Pierre (2008), « L’archéologie du texte médiéval, autour de travaux récents sur l’écrit au Moyen Âge », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 63 (2), p. 245-270.

Clanchy Michael T. (1993), From Memory to Written Record. England 1066-1307, Oxford, B. Blackwell (2e édition).

Cohen Yves (2001), Organiser à l’aube du taylorisme. La pratique d’Ernest Mattern chez Peugeot, 1906-1919, Besançon, Presses Universitaires de Franche-Comté.

Cosandey Fanny (2013), « Comment construire un contexte avec des documents non datés ? », in Florent Brayard (ed.), Des contextes en histoire, Paris, Bibliothèque du Centre de recherches historiques, p. 79-89.

Cottereau Alain (2013), « Contextualiser dans un monde auto-interprétant. “Quel prix pour la garde d’un bébé ?” : un exemple d’anthropologie de l’évaluation ou “ethnocomptabilité” », in Florent Brayard (ed.), Des contextes en histoire, Paris, Bibliothèque du Centre de recherches historiques, p. 123-150.

Daumet Georges (1898), Études sur l’alliance de la France et de la Castille au xive et au xve siècles, Paris, E. Bouillon.

De Franceschi Sylvio (2008), « Les valeurs de l’honnête négociation. Prudence et imprudences diplomatiques au temps de l’Interdit vénitien (1606-1607) », Revue d’histoire diplomatique, 122, p. 193-221.

Dewerpe Alain (1993), « Écrire en usinant (xixe-xxe siècles) », Langage et travail, 6, p. 3-17.

Dover Paul M. (2008), « The Economic Predicament of Italian Renaissance Ambassadors », Journal of Early Modem History, 12, p. 137-167

Faure Guy-Olivier (1999), « Négociation », in André Akoun & Pierre Ansart (eds), Dictionnaire de Sociologie, Paris, le Robert/Seuil.

Febvre Lucien (1953), « Contre l’histoire diplomatique en soi. Histoire ou politique ? Deux méditations : 1930,1945 », in Id., Combats pour l’histoire, Paris, Armand Colin.

Felten Franz Josef (2004), « Verhandlungen an der Kurie im frühen 14. Jahrhundert. Spielregeln der Kommunikation in konfliktgeladenen Beziehungsnetzen », in Klaus Herbers & Nikolas Jaspert (eds), « Das kommt mir spanisch vor ». Eigenes und Fremdes in den deutsch-spanischen Beziehungen des späten Mittelalters, Münster, Lit, p. 211-274.

Ferrer i Mallol Maria Teresa (ed.) (2015), Martí l’Humà : el darrer rei de la dinastia de Barcelona (1396-1410). L’interregne i el Compromis de Casp, Barcelone, Institut d’Estudis Catalans.

Figliuolo Bruno & Francesco Senatore (2015), « Per un ritratto del buon ambasciatore : regole di comportamento e profilo dell’inviato negli scritti di Diomede Carafa, Niccolò Machiavelli e Francesco Guicciardini », in Stefano Andretta, Stéphane Péquignot & Jean-Claude Waquet (eds), De l’ambassadeur. Les écrits relatifs à l’ambassadeur et l’art de négocier du Moyen Âge au début du xixe siècle, Rome, École française de Rome, p. 163-186.

Fraenkel Béatrice (2006), « Actes écrits, actes oraux : la performativité à l’épreuve de l’écriture », Études de communication, 29, p. 69-93.

Fraenkel Béatrice (2007), « Actes d’écriture : quand écrire c’est faire », Langage et société, 3 (121-122), p. 101-113.

Gilli Patrick (2009), « La fonction d’ambassadeurs dans les traités juridiques italiens du xve siècle : l’impossible représentation », Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge, 121, p. 173-187.

Gilli Patrick (2012), « Commynes et les structures de la diplomatie à travers le cas italien », in Joël Blanchard (ed.), 1511-2011. Philippe de Commynes Droit, écriture : deux piliers de la souveraineté, Genève, Droz, p. 247-266.

Gimeno Blay Francisco M. (2013), Una corona, set aspirants. Casp 1412, Valence, Institució Alfons el Magnànim.

González Sánchez Santiago (2012), Fernando I, regente de Castilla y rey de Aragón (1407-1416), Somonte-Cenero (Gijón), Trea.

Guyotjeannin Olivier, Pycke Jacques & Benoît-Michel Tock (2006), Diplomatique Médiévale, 3e édition, Turnhout, Brépols [2003].

Jostkleigrewe Georg (ed.) (2016), Der Bruch des Vertrags. Die Verbindlichkeit der Diplomatie und ihre Grenzen (sous presse).

Kyer Clifford Ian (1978), « Legatus and Nuntius as used to denote papal envoys : 1245-1378 », Medieval Studies, 40, p. 473-477.

Lazzarini Isabella (2015), Conflict and Communication. Italian Diplomacy in the Early Renaissance, 1350-1520, Oxford, Oxford University Press.

Mœglin Jean-Marie (2005), « Introduction. Heurs et malheurs de la négociation du Moyen Âge à l’époque moderne », in Maria Teresa Ferrer i Mallol, Jean-Marie Moeglin, Stéphane Péquignot & Manuel Sánchez Martínez (eds), Negociar en la Edad Media/Négocier au Moyen Âge, Barcelone, CSIC, p. 5-26.

Mœglin Jean-Marie (2008), « Strukturelle Aspekte der spätmittelalterlichen Diplomatie. Die Verhandlungsnormen am Anfang des Hundertjährigen Krieges », in Claudia Märtl & Claudia Zey (eds), Ans der Frühzeit europäischer Diplomatie. Zum geistlichen und weltlichen Gesandtschaftswesen, Zurich, Chronos, p. 255-276.

Mœglin Jean-Marie (2010), « La place des messagers et des ambassadeurs dans la diplomatie princière à la fin du Moyen Âge », in Eva Pibiri & Guillaume Poisson (eds), Le diplomate en question (xve-xviiie siècles), Lausanne, revue « Études de Lettres » de l’Université de Lausanne, p. 11-36.

Muñoz Gómez Víctor (2015), « La candidatura al trono del infante Fernando de Antequera y la intervención castellana en la Corona de Aragón durante el Interregno », in Maria Teresa Ferrer i Mallol (ed.), Martí l’Humà : el darrer rei de la dinastia de Barcelona (1396-1410). L’interregne i el Compromis de Casp, Barcelone, Institut d’Estudis Catalans, p. 867-897.

Péquignot Stéphane (2005), « “Enantar a tractar”. L’entrée en négociations comme objet d’histoire. L’exemple de la diplomatie de Jacques II d’Aragon (1291-1327) », in Maria Teresa Ferrer i Mallol, Jean-Marie Moeglin, Stéphane Péquignot & Manuel Sánchez Martínez (eds), Negociar en la Edad Media/Négocier au Moyen Âge, Barcelone, CSIC, p. 265-301.

Péquignot Stéphane (2012a), « Le travail de négociation à Barcelone au xve siècle », Revue de Synthèse, tome 133, 6e série, no 2, p. 215-233.

Péquignot Stéphane (2012b), « Europäische Diplomatie im Spätmittelalter. Ein historiographischer Überblick », Zeitschrift für historische Forschung, 39/1, p. 65-95.

Péquignot Stéphane (2008), « Les instructions aux ambassadeurs des rois d’Aragon (xiiie-xve siècles). Jalons pour l’histoire de la fabrique d’une parole royale efficace », Cahiers d’études hispaniques médiévales, 31, p. 17-43.

Péquignot Stéphane (2015), « Les ambassadeurs dans les miroirs des princes en Occident au Moyen Âge », in Stefano Andretta, Stéphane Péquignot & Jean-Claude Waquet (eds), De l’ambassadeur. Les écrits relatifs à l’ambassadeur et à l’art de négocier du Moyen Âge au début du xixe siècle, Rome, Collection de l’École française de Rome, p. 33-55.

Péquignot Stéphane (2016), « Les langues de la négociation à Barcelone au xve siècle », in Dejanirah Couto & Stéphane Péquignot (eds), Les langues de la négociation. Approches historiennes, Rennes, Presses Universitaires de Rennes (sous presse).

Riera i Viader Sebastià (2001), « Les fonts municipals del període 1249-1714. Guia d’investigació », in Manuel Rovira i Sola & Sebastià Riera i Viader (eds), El temps del Conseil de Cent i l’emergència del municipi, segles xiii-xiv, (Barcelona, Quaderns d’Història 4), Barcelone, Ajuntament de Barcelona, p. 239-275.

Rück Peter (1977), L’ordinamento degli archivi ducali di Savoia sotto Amedeo VIII (1378-1451), Rome/Spolète, Arti graf. Panetto e Petrelli.

Sabaté Flocel (2007), « El compromis de Casp », in Ernest Belenguer (ed.), Historia de la Corona d’Aragó, Barcelone, Edicions 62, p. 287-304.

Senatore Francesco (1998), « Uno mundo de carta », Forme e strutture della diplomazia sforzesca, Naples, Liguori.

Sesma Muñoz José Ángel (2011a), El interregno, 1410-1412 : concordia y compromiso político en la Corona de Aragón, Saragosse, Institución « Fernando el Católico ».

Sesma Muñoz José Ángel (ed.) (2011b), La corona de Aragón en el centro de su historia 1410-1412. El interregno y el compromiso de Caspe, Saragosse, Gobierno de Aragón.

Sesma Muñoz José Ángel (ed.) (2011c), Acta curiarum regni Aragonum. Parlamentos del interregno, Saragosse, Universidad de Zaragoza, vol. VII/1-2.

Sobrequés i Callicó Jaume (1979), « Agitació política a Barcelona durant l’interregne de 1410-1412 », Estudios históricos y documentos de los archivos de protocolos VI (1979), Miscelánea en honor de Josep Maria Madurell i Marimon, Barcelone, III, p. 155-161.

Thiessen Hillard von & Christian Windler (eds) (2010), Akteure der Aussenbeziehungen. Netzwerke und Interkulturalität im historischen Wandel, Cologne/Weimar/Vienne.

Vendrell Gallostra Francesca (1992), Violant i el compromis de Casp, Barcelone, Real Academia de Buenas Letras.

Waquet Jean-Claude (2005), « Arnaud d’Ossat, ou l’art de négocier », in Maria Teresa Ferrer i Mallol, Jean-Marie Moeglin, Stéphane Péquignot & Manuel Sánchez Martínez (eds), Negociar en la Edad Media/Négocier au Moyen Âge, Barcelone, CSIC, p. 389-407.

Waquet Jean-Claude (2008), « Négocier au Moyen Âge : la négociation avant la négociation ? », Francia, 35, p. 539-549.

Windler Christian (2002), La diplomatie comme expérience de l’autre : Consuls français au Magreb (1700-1840), Genève, Droz.

Zurita Jerónimo (1970-1975), Anales de la Corona de Aragon, ed. Ángel Canellas López, Saragosse, Institución « Fernando el Católico » (C.S.I.C.), 5 vol.

Notes

1 Kyer (1978), Gilli (2009), Péquignot (2015).

2 Voir aussi, désormais, Lazzarini (2015).

3 Felten (2004), Moeglin (2008).

4 Moeglin (2005), Péquignot (2005).

5 Clanchy (1993), Chastang (2008), Anheim & Chastang (2009).

6 Péquignot (2012a).

7 Gilli (2012).

8 Senatore (1998).

9 Péquignot (2008), Figliuolo & Senatore (2015).

10 Waquet (2005), De Franceschi (2008).

11 Andretta, Péquignot & Waquet (2015).

12 Voir, par exemple, Brown & Górecki (2003).

13 Thiessen & Windler (2010), Andretta et al. (2010).

14 Pour une première orientation, voir Chastang (2008), et, désormais, L’écriture pragmatique (2012).

15 Fraenkel (2006, 2007).

16 Orientation remarquable dans Guyotjeannin, Pycke & Tock (2006).

17 Febvre (1953).

18 Deux bilans orientatifs : Moeglin (2010), Péquignot (2012b).

19 Arxiu Històric de la Ciutat de Barcelona [désormais AHCB], 1 C XIII-2, dossier non numéroté.

20 La bibliographie sur la période dite de « l’interrègne » est considérable et a longtemps été polémique. Voir notamment Sabaté (2007), Sesma Muñoz (2011a, b), Belenguer (2012), Gimeno Blay (2013), Ferrer i Mallol (2015).

21 AHCB, 1 CXIII-2, dossier non numéroté, fol. 1r-2v [s.n.].

22 Ibid., fol. 3r-4r.

23 « Appointement », dans DMF : Dictionnaire du Moyen Français, version 2012 (DMF 2012). ATILF - CNRS & Université de Lorraine. Site internet : [atilf.fr/dm] ; « apuntament », Diccionari català-valencià-balear. Site internet : [dcvb.iecat.net/] ; « apuntamiento », Diccionario de la real academia española. Site internet : [rae.es].

24 Péquignot (2005), Waquet (2008).

25 Sobrequés i Callicó (1979).

26 Vendrell Gallostra (1992, doc. 12, p. 131-134), Muñoz Gómez (2015), que je remercie vivement de m’avoir permis de consulter ce travail avant sa publication.

27 Muñoz Gómez (2015), Sabaté (2007).

28 Les actes des parlements en attestent, voir Sesma Muñoz (2011c)

29 Lettre du 19 août 1410 de Violante de Bar (Vendrell Lagostra, 1992, doc. 36, p. 169-170).

30 Vendrell Lagostra (1992, doc. 32, p. 161-163).

31 Vendrell Lagostra (1992, doc. 46, p. 184-187, doc. 53, p. 206-208).

32 Vendrell Lagostra (1992, doc. 69, p. 227-228).

33 Zurita, livre XII, cap. XXIII, t. V, p. 351.

34 Ibid.

35 Sesma Muñoz (2011c, vol. VII/2, p. 349).

36 L’édition de ce document sera effectuée dans une autre publication.

37 Riera Viader (2001, p. 263).

38 Sur les modes de classement, voir par exemple l’étude fondatrice de Rück (1977).

39 Sont conservées des traductions de documents depuis le latin, le français, le portugais, pas depuis le castillan ou l’aragonais – une langue du roi d’Aragon (Péquignot, 2016).

40 Muñoz Gómez (2015, p. 874-876).

41 Voir notamment la discussion et l’usage de la notion par Cohen (2001, passim).

42 AHCB, 1 CXIII-2, dossier non numéroté, fol. 3r-4r.

43 Vicent Ferrer (1350-1419), dominicain, grand prédicateur, chapelain du pape Benoît XIII. Partisan de l’infant de Castille, il fut l’un des neuf compromissaires à Caspe, et proclama publiquement le 28 juin 1412 la sentence déclarant Ferdinand roi d’Aragon.

44 AHCB, 1 CXIII-2, dossier non numéroté, fol. 2v.

45 Vendrell Lagostra (1992, doc.32, p. 161-163).

46 Daumet (1898).

47 AHCB, 1 CXIII-2, dossier non numéroté, fol. lr-2v.

48 Cf. lettre du 18 juillet à des Valenciens, éditée par Vendrell Lagostra (1992, doc. 29, p. 157).

49 AHCB, 1 CXIII-2, dossier non numéroté, fol. lr-2v.

50 Lettre du 13 septembre 1410 (Vendrell Lagostra, 1992, doc. 46, p. 184-187), qui, pour ce passage, reprend et amplifie les développements de la lettre du 29 juillet (ibid., doc. 32, p. 161-163).

51 Vendrell Lagostra (1992, doc. 46, p. 186).

52 Instructions de Ferdinand d’Aragon à ses ambassadeurs en France (Vendrell Lagostra, 1992, doc. 76, p. 233-236).

53 Sur la fragilité des traités, voir Jostkleigrewe (2016).

54 On rejoint ici par une autre voie Windler (2002, p. 550-551), qui, au terme d’une analyse sur les consuls à Tunis au xviiie siècle, souligne que « les comportements des acteurs diplomatiques ne peuvent être compris dans les termes d’une simple adéquation à un système de normes extérieur à leurs pratiques. Leurs pratiques étaient susceptibles d’être dotées de significations variables, façonnant les échanges et façonnées par eux. »

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search