Version classiqueVersion mobile

Histoires pragmatiques

 | 
Francis Chateauraynaud
, 
Yves Cohen

Actes et pratiques

La pratique des praticiens

Remarques sur l’histoire du xxe siècle

Yves Cohen

Texte intégral

  • 1 Merci à Francis Chateauraynaud, Béatrice Delaurenti et Alain Cottereau pour leurs lectures attentiv (...)
  • 2 Voir l’étude de Stéphane Péquignot (2008) sur le pilotage à distance des ambassadeurs du roi d’Arag (...)
  • 3 La forte expression de « sources de la pratique » est issue de l’histoire médiévale où elle sert, à (...)

1Le xxe siècle s’est beaucoup occupé des pratiques et l’a fait de façon très large, à l’échelle du globe. Il a élaboré des pratiques savantes, organisées et interventionnistes pour en contrôler d’autres sur des domaines majeurs comme la production et la politique, et jusqu’à la consommation, la vie quotidienne des citoyens et d’autres aspects encore de la vie sociale1. Cette contribution aborde deux de ces pratiques : l’organisation scientifique du travail et le communisme. Le rapport entre pratiques qui contrôlent et pratiques qui s’exercent dans leur confrontation avec ce contrôle ne concerne pas seulement le xxe siècle. L’histoire l’étudie à propos de temps éloignés, comme le Moyen Âge2. Une des caractéristiques majeures du xxe siècle est que les pratiques de contrôle se réclament de la science : elles y cherchent non seulement des ressorts d’efficacité mais aussi le prestige de la scientificité. L’étude du xxe siècle renforce la mise en cause de la vieille opposition entre normes et pratiques par les sciences sociales et humaines. Simona Cerutti a montré comment on est passé de l’étude de l’opposition entre normes et exécution pure et simple à celle entre normes et pratiques de contournement. Elle-même a effectué le pas suivant en montrant, à propos de la justice sommaire, la « centralité des pratiques dans le processus de création des normes » (Cerutti, 1995, p. 136). C’était casser l’opposition entre les unes et les autres et montrer que les dernières pouvaient relever de pratiques. En l’occurrence, elles étaient produites par l’action des gens ordinaires, et non par celle des juristes3. Le xxe siècle permet d’étudier à toutes échelles la confrontation entre deux formes de pratiques, celles de la confection et de la mise en œuvre des normes formelles et celles, aussi normatives, des personnes aux prises avec ces normes. Les pratiques s’imposent comme des entités pertinentes pour l’histoire.

2Enserrer les pratiques dans les rets de la science pour mieux exercer le pouvoir sur elles est tout le contraire de ce que cherche une philosophie apparue peu avant le même xxe siècle sous le nom de pragmatisme : celle-ci conçoit une autre relation à la pratique et échappe à la pensée de pratiques en régie, tandis que son existence discrète durant ce siècle de promotion du contrôle laisse place à une éclosion nouvelle au siècle présent, au moment où nombre de régimes de pratiques se recomposent.

  • 4 L’expression « society as practices » est de Barry Barnes (2001, p. 17), dans The Practice Turn in (...)

3Si les normes, comme les règles et les lois, même saisies dans leur formalisme, relèvent de pratiques, alors rien n’empêche de considérer les « sociétés comme pratiques4 ». C’est ce que proposent de nombreux philosophes et sociologues pour lesquels les sciences sociales ont connu un « tournant pratique » dans les quarante dernières années. Faire de l’histoire une histoire de pratiques peut avoir diverses conséquences. Il faut tout d’abord indiquer ce que cette histoire ne serait pas, par exemple institutionnelle, structurelle, des idées, des formes ou des énoncés scientifiques purs (car on peut voir – comme les normes – les idées, les formes et les énoncés produits par des pratiques). Les événements y ont une place singulière car ils peuvent être saisis de plusieurs manières, et aussi comme moments dans le parcours de pratiques. Bernard Lepetit (1995a, p. 13) abordait naguère ces interrogations de front :

On proposait donc, au point de départ d’un nouveau moment historiographique, de recommencer à prêter une attention particulière à la société et d’analyser celle-ci comme une catégorie de la pratique sociale, c’est-à-dire de considérer que les identités sociales ou les liens sociaux n’ont pas de nature, mais seulement des usages. Cette orientation pragmatique amenait évidemment à proposer de réexaminer, à nouveaux frais, les modèles chronologiques élaborés par la discipline.

4Mais alors, si la chose a une telle importance, comme le laisse penser ce que tant d’historiens ont coutume de dire – qu’ils ne font jamais que de l’histoire des pratiques –, ne faudrait-il pas s’interroger sur ce que sont les pratiques, comment les identifier et les décrire sans jamais perdre de vue leur nature et leur portée historiques ? Il s’ensuit une question voisine qui consiste à s’interroger sur le fait de savoir non plus si les pratiques mais si la pratique a une histoire, et comment alors la construire. Pour définir la pratique, Bernard Lepetit se réfère à Kant. Il cite un extrait de L’anthropologie du point de vue pragmatique :

La connaissance physiologique de l’homme tend à l’exploration de ce que la nature fait de l’homme, la connaissance pragmatique, de ce que l’homme en tant qu’être de libre activité fait ou peut ou doit faire de lui-même. (Kant, 1970)

5Il avance que cette définition,

[…] fondatrice des sciences humaines […] contient toutes les dimensions de la pratique, puisqu’on y trouve aussi bien les actions (ce que l’homme fait), les pouvoirs ou les savoirs (ce que l’homme peut faire), les normes ou les valeurs (ce que l’homme doit faire de lui-même). (Lepetit, 1996, p. 3-4)

6Or nous pouvons aujourd’hui penser différemment la pratique parce que nous sommes équipés de la grande masse de travaux qui la prennent pour objet, depuis plusieurs décennies et dans différentes disciplines, ce qui permet d’envisager pouvoirs, savoirs, normes et valeurs à partir des pratiques-mêmes et surtout sans autre existence que ce qu’ils y sont (voir, entre autres, Pestre, 2006).

7En quoi les historiens sont-ils en mesure de contribuer à de telles opérations cognitives qui sont traditionnellement l’apanage des philosophes, des sociologues et des anthropologues ? Ils revendiquent d’interpréter l’histoire et non pas seulement de la conter. Ils ne se contentent pas d’être des fournisseurs de décor ou de récits illustratifs, comme on se sert d’images – à la manière dont ils ont trop longtemps utilisé eux-mêmes les images comme illustrations et non comme sources (Frugoni, 1992). En interprétant, ils se font les collègues et les partenaires de tous les chercheurs des autres sciences sociales et humaines, proposants tout autant qu’usagers.

8Ainsi, du point de vue de la dynamique de la discipline historique, les pratiques, et lesquelles, importent-elles à une époque plus qu’à une autre ? Certaines époques, certains lieux, certains milieux n’ont-ils pas plus que d’autres réfléchi à ce qu’est la pratique ? On a craint que l’intérêt pour le très petit fasse perdre la capacité de traiter de grands phénomènes, et l’on sait réciproquement que le souci de la grande échelle risque de faire perdre le lien avec le geste le plus infime. Que serait une histoire des pratiques qui ne saurait pas rendre compte de ce dernier ? Jusqu’où porte la capacité analytique propre de l’histoire ?

9En traçant quelques linéaments d’une enquête à relancer sur les rapports entre histoire et pratiques au xxe siècle et en mettant l’accent sur la méthodologie, nous examinons les conditions historiques de l’infléchissement de deux pratiques parmi bien d’autres : la production et la politique (l’exercice mériterait d’être étendu à la médecine, la santé publique, l’éducation, la consommation, l’art, au rapport à soi, à la guerre, etc.).

  • 5 Du travail fordisé qui a mobilisé des millions de personnes qualifiées, et surtout sans qualificati (...)

10Politique et production sont au xxe siècle le siège de grands infléchissements qui ont une portée considérable sur l’histoire, y compris du fait de leurs rapports réciproques. On peut dire que la Première Guerre mondiale marque l’un des grands basculements anthropologiques de l’époque contemporaine dont, outre la « brutalisation » des relations entre les humains dont parle l’historien George Mosse, l’inscription du projet révolutionnaire dans un très grand pays, la Russie, et la rationalisation du travail, en particulier dans les grandes entreprises, figurent parmi les principales manifestations (Mosse, 1999). Ces bouleversements sont liés car les ouvriers des grandes entreprises rationalisées ont de l’importance pour les communistes qui sont craints par leurs patrons, et ce rapport vient se ficher pour quelques décennies au cœur du social dans un nombre considérable de pays, à l’échelle du monde5.

11Pour ce qui se rapporte à la production, Frederick Taylor n’ignorait pas la portée de ce qu’il proposait. Il ne parlait de rien moins que d’une révolution mentale (« a complete mental revolution ») pour tous les acteurs concernés (1957, p. 289) :

Le grand problème posé par le remplacement de la direction « de l’initiative et des stimulants » [le mode de direction classique] par la direction scientifique est constitué par une révolution complète dans l’état d’esprit et les habitudes de ceux qui font partie de la direction aussi bien que des ouvriers. Ce changement ne peut être obtenu que progressivement par l’intermédiaire de démonstrations pratiques qui, jointes à l’enseignement qu’ils reçoivent, leur donnent la conviction que les nouvelles méthodes de travail sont supérieures aux anciennes.

12Du côté de la politique, l’irruption dans le monde d’un parti qui s’appuie sur une expérience inédite de pouvoir à grande échelle pour imposer son hégémonie – et en premier lieu sur les pratiques – n’a pas une moindre portée. Le taylorisme comme pratique n’existe que dans les entreprises et les administrations qui l’adoptent en guise de repère pour leur organisation du travail. S’il couvre le monde, c’est du fait du maillage plus ou moins aléatoire de ces sites. Le communisme comme pratique s’étend d’une autre façon et surtout à partir de la Révolution d’Octobre et de la fondation de l’Internationale communiste en 1919. Si l’on omet provisoirement les versions dissidentes, le communisme s’installe partout comme un maître des pratiques politiques et sociales. Surtout lorsqu’il est au pouvoir, la surveillance qu’il exerce sur les pratiques les plus diverses des personnes est d’autant plus serrée, qu’il s’agisse de politique, de production, d’art ou même de vie affective et familiale.

  • 6 L’ouvrage fondateur d’une praxéologie sous ce nom est celui de Kotarbinski (2007).

13Le premier aspect abordé est la manière dont les acteurs, dans chacune des pratiques étudiées, conçoivent ce qu’est la pratique, un peu comme les contemporains étudiés par Simona Cerutti (1995, p. 136) pensent le rapport entre les normes et les pratiques. En effet, dans le mouvement même de leur développement, ces pratiques sont le siège de débats sur la pratique, parfois vifs, entre les praticiens. De telles praxéologies indigènes, toujours disputées, ne sont pas secondaires6. Elles ont une portée sur l’histoire des pratiques dans lesquelles elles apparaissent, c’est-à-dire rien moins que sur l’histoire du siècle. Après avoir évoqué la préoccupation des praticiens des deux domaines indiqués pour la pratique, en identifiant leurs catégories propres, nous analyserons quelques actions démonstratives, constitutives de ces pratiques, auxquelles des sources particulièrement adaptées nous ont permis d’accéder.

14Pour développer cette réflexion, nous allons donc considérer deux moments clés, situés à la charnière des années 1930. Dans leurs lieux propres, ces moments relancent des pratiques de management d’un côté, de gouvernement de l’autre, déjà en œuvre depuis plusieurs années. C’est parce qu’il s’agit de relances que les archives en sont saillantes. Chez Peugeot, Ernest Mattern, un ingénieur directeur des usines, reconfigure l’ensemble productif en fonction de la capacité qu’il met en place de faire travailler les ouvriers à des rythmes tayloriens. Staline, de son côté, lance une « démonstration pratique » (l’expression est de Taylor, voir supra) à l’échelle de l’URSS pour prouver la nécessité du gouvernement bolchevique des pratiques.

15Entités de grande taille, saisissables à toutes échelles et jusqu’au mouvement d’une plume sur le papier, les pratiques n’ont d’existence qu’en train de se faire, c’est-à-dire en action. L’action se conçoit ainsi comme un moment constitutif des pratiques. C’est pourquoi, en histoire surtout mais aussi dans les autres sciences sociales, suivre l’activité des personnes, à condition de disposer de sources qui leur soient proches sur une certaine continuité temporelle, est une condition de l’histoire des pratiques. L’enquête historique sur des pratiques qui ne peuvent être qu’incarnées engendre son propre questionnaire, qui se rend, de la sorte, en mesure de traverser les frontières des disciplines, des domaines étudiés et des nations.

Des praxéologies indigènes

16Qu’il s’agisse de la production ou de la pratique communiste, il est frappant que la réflexion des praticiens sur la pratique situe constamment celle-ci dans un rapport avec la théorie, ce qui est une interrogation récurrente depuis les Grecs. L’hypothèse la plus disputée est bien entendu le primat de la pratique.

17Les praticiens de l’organisation de la production ont les formulations les plus précises sur ce qu’est la pratique. Un saint-cyrien qui a quitté l’armée pour devenir ingénieur chez Thomson avant la guerre, Pierre Pezeu, écrit en 1918 un livre très lu, bientôt augmenté et réédité, où il avance que :

[L]e sens pratique fait malheureusement défaut à bien des ingénieurs qui ont reçu une éducation trop purement théorique. Ils ramènent tout à leurs études, n’imaginent pas d’autre solution que celle qui est donnée dans « le cours ». Ils cherchent à tout expliquer en se rappelant ce qu’ils ont appris et non en examinant les conditions actuelles des questions qu’ils ont à résoudre. (Pezeu, 1920, p. 63 ; je souligne)

18Un peu comme les médiévistes, historiens et linguistes, relèvent des théories de la performativité du langage chez les théologiens médiévaux bien avant Austin (Austin, 1970 ; Rosier-Catach, 1994, 2004 ; Delaurenti, 2007 ; Bériou, Boudet & Rosier-Catach, 2014), on distingue dans cette remarquable formule un pragmatisme qui ne tient pas à proprement parler de la philosophie pragmatiste américaine – sous réserve d’une enquête minutieuse qui pourrait tout autant suggérer un pragmatisme à la française issu de la tradition de l’ingénieur Frédéric Le Play (Cottereau, 2005-2006). En invitant les ingénieurs de production à « examin(er) les conditions actuelles des questions qu’ils ont à résoudre », c’est-à-dire telles qu’elles se constituent dans un présent complexe que nulle théorie n’aurait su anticiper, Pierre Pezeu donne la formulation la plus claire de ce qu’il nomme la « pratique de l’atelier ». On trouve de sa proposition des échos de lecture :

Je me suis évidemment servi de ce que j’ai appris à l’École [écrit en 1941 cet autre ingénieur, Ernest Mattem, directeur général des usines Peugeot], mais les initiatives que je prends sans arrêt résultent uniquement de ma formation pratique et les résultats heureux que j’ai toujours obtenus en sont la conséquence. (Mattern, 2008, p. 115 du texte original, comme pour les autres citations)

19Cet auteur cherche à « montrer que l’ingénieur d’usine n’apprend pas son métier à l’école, mais que la pratique des ateliers reste la base de sa science, et que neuf fois sur dix elle seule lui permettra de trouver les solutions convenables » (ibid., p. 2). On retrouve chez cet ingénieur, connu pour avoir réformé avec succès la production de Peugeot (voir infra), la formulation de Pezeu, ce qui suffit à indiquer, même si la lecture de l’un par l’autre n’est pas attestée, que ces conceptions étaient assez partagées dans ce monde industriel. Une autre expression que « pratique d’atelier » est commune aux écrits de ces deux ingénieurs, la « fréquentation des ateliers » sur laquelle repose la première et qui est celle, plus précisément, « des ouvriers » (Pezeu, 1920, p. 89 ; Mattern, 2008, p. 4bis). Cette connaissance de terrain a un prix que ne déplore pas Mattern (2008, p. 2) :

Un brillant causeur, possédant une culture générale étendue, n’est pas forcément un bon ingénieur d’usine. Chez ce dernier, le contact des ouvriers et du personnel subalterne lui a fait perdre l’usage du langage correct.

20La présence, l’enquête et les contacts, que suppose cette conception de la pratique, transforment les personnes.

21Certes, les ingénieurs français ont la réputation, depuis le xviiie siècle, de fonder leur capacité d’innovation sur la raison scientifique et ils se distingueraient en cela des Anglais et des Américains (Kranakis, 1997). La « science » au singulier s’est constituée dans le courant du xixe siècle, en France tout du moins, pour encadrer les techniques industrielles et conférer de la rationalité aux pratiques (Carnino, 2015 ; Raj & Sibum, 2015). Le monde de la production, qui était très largement resté ouvrier, s’ouvre à l’action des ingénieurs avec la seconde révolution industrielle à partir de la fin du xixe siècle et la croissance des « grandes usines » plus intenses en technologie. C’est un nouvel univers qui s’offre à la pratique des ingénieurs. Il s’élève une protestation à partir de 1900 sur la trop grande prégnance des mathématiques dans leur formation. Elle vient d’Henri Fayol (1901), qui n’est pas encore le théoricien mondialement connu de l’administration scientifique. Tout autant que pratique et théorie, ces propos opposent pratique et école, ou savoir formel. Quelques polytechniciens s’insurgent dans les années 1920 contre l’empire des mathématiques et proposent, « plutôt que des conférences de mathématiques générales, […] des exercices d’application sans cours ». L’un d’eux relève que l’enseignement « développe chez les X la faculté d’abstraction, peut-être au détriment du sens pratique et de l’esprit vraiment scientifique » (Anonyme, 1923, p. 25 ; voir également Belhoste, Dahan Dalenmico & Picon 1994). Pour Henry Ford (1926, p. 69) c’est une raison expérimentale qui doit prévaloir en tout :

Notre attitude est guidée par l’idée qu’il nous appartient de découvrir la manière la plus rationnelle de tout faire et de ne considérer tous les procédés de fabrication que du point de vue expérimental.

22L’ingénieur est confronté dans l’atelier aux machines et aux humains de tous statuts. À propos d’une de ses innovations organisationnelles, faisant preuve d’un esprit d’expérimentation bien pragmatiste, Mattern s’exclame (2008, p. 19) :

Croyez-vous que ce résultat aurait été obtenu par un spécialiste des mathématiques supérieures ? Le voyez-vous en prise avec tout le personnel de maîtrise et le personnel ouvrier !!!

23Il ne s’agit pas là de refuser toute approche scientifique mais d’encourager le primat à l’expérience « actuelle », comme dirait Pierre Pezeu, aux « faits », comme dirait Jean Chevalier, à la situation, dirions-nous dans le vocabulaire de l’action située (Chevalier, 1929, p. 7 ; Suchman, 2007). Ce sont les « conditions actuelles » des questions à résoudre qui convoquent de façon spécifique des savoirs de toutes sortes, y compris scientifiques. Ces ingénieurs ne poussent pas une chanson rétrograde, ils formulent au contraire les conditions qu’ils conçoivent pour l’innovation. Ainsi Pezeu (1920, p. 89) voit-il très bien se profiler l’importance du taylorisme qui ne contredit pas sa conviction :

L’adoption des méthodes modernes d’organisation des ateliers que l’on appelle les « méthodes scientifiques », et sans lesquelles il n’est plus possible à une industrie de compter se lancer avec quelque chance de succès dans la lutte économique, montre bien l’importance sans cesse croissante de la science de la technique pratique, jointe à une sérieuse instruction générale. Et cette science de la technique pratique ne peut s’acquérir que par la fréquentation des ateliers. Il est excellent, à tous points de vue, d’avoir partagé quelque temps la vie des ouvriers.

  • 7 Peugeot réédite une partie de ces brochures. Voir Moutet (1997).

24Ce que ces ingénieurs proposent est bien plus exactement une ascèse de la pensée, une économie de la raison, participant à la substance même de la pratique (il est bon de préciser que ces praticiens ne pensent pas qu’ils ne pensent pas). L’entreprise Michelin de Clermont-Ferrand a été, pendant l’entre-deux-guerres, le professeur en taylorisme des industriels français. Le comité Michelin d’organisation scientifique du travail offre à Paris des cours aux ingénieurs, et sa revue Prospérité est diffusée dans les entreprises. Toute une série de brochures est publiée à l’intention des « taylorisants » qui peuplent les nouveaux « bureaux des méthodes », l’équivalent en France des « planning departements » inventés par Taylor. À la meilleure place, on y découvre un enseignement de la pensée pratique, l’« étude méthodique d’une question », et surtout, comme « première phase de l’organisation », cette tête de chapitre : « Recherche de faits pour déterminer les conditions que nous ne connaissons pas », suivie d’une « décomposition de notre problème en problèmes partiels ». Nous ne sommes pas éloignés d’une leçon cartésienne (revendiquée comme telle dans d’autres textes), mais on trouve surtout là une posture d’enquête dont toute réflexion et toute action sont censées procéder (Anonyme, 1927, p. 97).

25En passant de lieu en lieu, des ateliers aux laboratoires (bureau des méthodes), aux éditions de Michelin relayées par celles de Peugeot, aux cours des écoles et des associations ad hoc, aux bureaux des cadres de Peugeot et à ceux des patrons, nous suivons les lieux de la pratique, qui tous la composent et sans l’un desquels elle ne serait pas, ou très différente. La pratique est localisée, simultanément, en plusieurs endroits : là où elle s’exerce, là où elle est codifiée, là où elle est enseignée, là où elle est pesée par ses savants dans des congrès internationaux, là où elle est évaluée, etc. Tous les lieux sont nécessaires pour la composer au niveau de chaque entreprise et à une échelle plus étendue (celle par exemple du travail rationalisé à un certain moment dans une certaine configuration spatiale, comme les pays de seconde révolution industrielle dans l’entre-deux-guerres). Il est pourtant une épreuve cardinale, disent ces ingénieurs. Pour prendre une métaphore sportive, l’atelier est le site du match, le stade, autrement dit le moment et le lieu de l’expérience cruciale.

  • 8 C’est avec eux aussi que Mattern entre dans des palabres « sur place » dans ses tournées quotidienn (...)
  • 9 Ce qui, en bonne typologie ouverte, n’est pas exclusif d’autres types d’actes comme les actes tempo (...)

26Des théories de la pratique sont donc à l’œuvre parmi ces praticiens. Elles sont dans le même mouvement des théories de la formation et de l’usage du savoir. La présence sur le lieu crucial est une condition cognitive : d’elle dépend la connaissance, une connaissance immergée dans les conditions pratiques de sa constitution (voir Cohen, 2001, p. 138). Pour Pezeu, les ouvriers savants sont des interlocuteurs essentiels du cours pratique. L’ingénieur qui effectue le « stage ouvrier » fréquent après l’obtention du diplôme « ne devra pas fuir les ouvriers très spécialisés » (Pezeu, 1920, p. 918). Sans pousser ici trop loin l’analyse, cette présence sur le lieu majeur de la pratique d’organisation de la production est un composé d’actes spatiaux, d’actes de parole, d’actes visuels et d’actes matériels9. Soit un exemple, issu de l’expérience de Pierre Pezeu alors qu’il est ingénieur chez Thomson. Un alternateur claquait à chaque mise sous tension. En plusieurs réparations, les « ampèremètres, voltmètres, ondographes, oscillographes » des « experts » n’y ont pu, mais « un vieux praticien » se mêle alors d’intervenir (ibid., p. 64) :

Voulant en avoir le cœur net […], l’ingénieur en chef se rendit un jour à la station où était installée la machine ; il causa avec les experts et surtout avec les ouvriers de la station ; il examina attentivement les avaries, les organes de transmission, la salle, le plafond. Soudain il demanda une échelle et un arrosoir plein d’eau ; très entraîné aux sports, il fut vite monté sur le toit, fit couler l’eau de son arrosoir sur un vasistas qui se trouvait au-dessus de l’alternateur et ne tarda pas à constater que l’eau de la pluie devait, par les fentes, tomber sur le bobinage. Les causes de l’accident étaient trouvées.

27Soulignons simplement qu’il « se rendit » sur les lieux critiques, qu’il « causa » avec tous les interlocuteurs, qu’il « examina attentivement », qu’il trouva la solution et qu’il passa aux actes matériels (voir Cohen, 2013, p. 577, 586 et sq.). Cet exemple a l’avantage de la simplicité. Une intéressante typologie des actes y est présente quand les praticiens sont aux prises avec des situations autrement complexes dans la plupart des cas.

  • 10 Pierre Pezeu (1920) et Ernest Mattern (1925) ont tous les deux publié à partir de leur expérience.

28On voit ainsi émerger des propos des praticiens une praxéologie qui n’a rien d’élémentaire10. Elle est, dans son souci du lieu, du moment, des personnes, des matérialités, des opportunités, etc., en mesure d’aider à penser des pratiques dans bien d’autres domaines, même si la pensée est d’époque et vaut d’abord pour le monde industriel. Or celui-ci n’est assurément pas le seul lieu de praxéologies spontanées et d’autres praticiens portent d’autres théories de la pratique.

29La version stalinienne a fait preuve d’une très grande force dont l’inertie n’est pas épuisée aujourd’hui. Staline n’est certes pas seulement un praticien. Comme bien d’autres parmi les bolcheviks, il a écrit des contributions théoriques comme, en 1913, son premier livre qui porte sur Le marxisme et la question nationale et coloniale (Staline, 1937). Dès après la mort de Lénine en janvier 1924, il va au-delà et, dans des conférences données en avril sur Des principes du léninisme, il formule les bases d’une théorie à laquelle il confère le nom de marxisme-léninisme (Staline, 1952). Il propose à cette occasion sa propre théorie de la pratique. Prenant place dans une controverse parmi les marxistes, il conteste que, pour Lénine, le primat soit à la pratique sur la théorie. Lénine (1955) avait bien écrit que « la pratique est supérieure à la connaissance (théorique), car elle a la dignité non seulement du général, mais aussi du réel immédiat », mais Staline (1952, p. 18) préfère une autre mise en scène du couple théorie/pratique :

La théorie est l’expérience du mouvement ouvrier de tous les pays, prise sous sa forme la plus générale. Évidemment, la théorie devient sans objet si elle n’est pas rattachée à la pratique révolutionnaire. De même exactement que la pratique devient aveugle si la voie n’est pas éclairée par la théorie révolutionnaire.

30Cette formule à deux volets est reprise sans répit dans la littérature communiste, souvent réduite au second, lui-même réduit à de fréquents : « Sans théorie, le prolétariat est aveugle. » Aux temps de la déstalinisation, la formule survit à Staline, même quand son nom aura disparu. On lit ainsi, sous la plume d’Alekseï Leont’ev (1975, p. 2), un psychologue de l’activité bien connu en France, cette phrase introductive d’un de ses ouvrages :

Les efforts pour y voir clair dans les problèmes méthodologiques de la science psychologique ont toujours été motivés par un besoin constant de recherches théoriques, sans lesquelles les recherches concrètes resteraient inévitablement frappées de myopie.

31Il n’est pas certain qu’une enquête sur les pratiques des chercheurs en sciences humaines et sociales de Russie ne trouve plus trace de cette pensée. Il en serait sûrement de même ailleurs, là où le marxisme a été (et parfois reste) puissant dans les sciences sociales, comme en France.

32Ce propos de Staline dit que l’enquête elle-même doit être éclairée par la théorie, et que celle-ci ne saurait provenir de l’enquête ni de la pratique, ou encore que les orientations de la pratique ne sauraient procéder d’elle-même. Au contraire, la théorie est là pour « aider la pratique à comprendre ». Mais citons plus complètement (Staline, 1952, p. 19) :

Elle, et elle seule, peut aider la pratique à comprendre, non seulement dans quelle direction et comment se meuvent les classes au moment présent, mais aussi dans quelle direction et comment elles devront se mouvoir dans le plus proche avenir.

33Les théoriciens en savent plus que les praticiens. Les maîtres de la théorie seront ceux de la pratique.

34Cette théorie de la pratique ne saurait être plus opposée à celle des praticiens ingénieurs dans des usines capitalistes occidentales. Par ailleurs, elle pose instantanément la question de son statut. Cette théorie, ou plutôt ces théories, disent-elles quoi que ce soit de la pratique de leurs tenants, qu’ils soient bolcheviks ou libéraux ? Et que peut-on dire de la place, dans la pratique concernée, d’une théorie de la pratique ? Ce qu’on pourrait encore formuler comme la question de l’écart entre la théorie et la pratique. Plus largement encore, quelle est la portée historique, sur le xxe siècle, de ces praxéologies de praticiens, de leurs différences et aussi de leurs relations ? Pour tenter de répondre à ces questions, nous avons identifié deux épisodes démonstratifs principaux. Le premier appartient à la pratique d’organisation et de direction de la production d’Ernest Mattern chez Peugeot à la fin des années 1920 et dans les années 1930. Le suivant se rapporte à la pratique gouvernementale de Staline exactement à la même période.

Les temporalités des pratiques et de leur gouvernement

35Le premier exemple de suivi de pratique est l’identification d’un moment d’infléchissement massif au sein d’une entreprise. L’automobile est le site privilégié de l’organisation rationnelle moderne. Peugeot se lance dans les années 1928-1932 dans une grande réforme des capacités de production. Cette expérience est celle du passage à la fabrication de masse fordienne et au travail productif intensifié.

36Les usines Peugeot ne sont devenues des installations de production en très grande série qu’à partir de 1930. Jusque-là troisième constructeur derrière Citroën et Renault, Peugeot avait des usines dispersées et une gamme de modèles trop diversifiée. L’entreprise s’est lancée en 1928 dans un remaniement modernisateur très profond. En cette période où la dimension productive de l’industrie joue un rôle central, un ingénieur des Arts et Métiers né en 1880, directeur des usines, y lance tout son effort. Ernest Mattern avait été licencié de son poste de directeur technique de Peugeot à la fin de 1922, après quoi il était allé exercer chez Citroën. Rappelé par Peugeot en février 1928 pour traiter de l’aspect production de la réforme, il conçoit un « projet d’organisation des usines Peugeot concentrées » à Sochaux, soit un plan de réaménagement des usines sur cinq ans (Mattern, 1928). Le point sur lequel j’aimerais insister est la complexité du dispositif de planification de cette réforme qui rend manifeste, à l’échelle d’une grande firme, la conduite de changement des pratiques, un changement qui est en même temps, comme toujours, une confrontation.

  • 11 Beaucoup d’éléments qui composent le « scientific management » étaient présents avant Taylor, y com (...)

37Le taylorisme, qui en est l’aspect le plus manifeste, se présente comme la séparation de la conception et de l’exécution. « Dans chaque travail (job), il existe deux parties, nommément la planification et l’exécution (planning and performing) », écrit un spécialiste américain (Cornell, 1947, p. 670). Il s’agit d’une intervention dans les pratiques ouvrières au sein desquelles ces deux dimensions étaient intégrées sans même être pensées comme telles. Le lieu nouveau de la planification, ou encore de la conception des normes, est nommé par Taylor le planning department, qui sera traduit en français par « le bureau des méthodes11 ». On l’a dit, il n’est pas pertinent ici d’opposer les normes et les pratiques. Les premières relèvent en effet d’une pratique, celle de la conception. Les bureaux des méthodes sont le siège principal de cette pratique de conception des normes de la pratique d’exécution (ils s’appellent en russe les « bureaux des normes techniques »).

38Or cette distinction ne vaut pas seulement pour le monde industriel. Pour Que faire ? de Lénine, le soubassement théorique du bolchevisme défini au moment exact où Taylor expose son système, le parti d’avant-garde est le siège de la pratique de conception des normes appelées à gouverner la pratique politique des « masses » (Lénine, 1965). On pourrait sans doute étendre à d’autres pratiques cet important découplage (pratiques de conception des normes vs pratiques qui sont exercées dans un cadre normatif). Il vient déjouer une opposition (normes vs pratiques) qui gêne le plein déploiement d’une histoire longue des pratiques. Dans l’industrie saisie par le scientific management, il existe encore le troisième niveau de l’organisateur, de l’ordonnateur des pratiques des autres, identifié ici en la personne d’Ernest Mattern mais qui pourrait être aussi le titulaire d’un poste explicite de chargé de l’organisation ou un consultant à demeure pour une durée plus ou moins longue (Henry, 2012).

  • 12 Voir la contribution de Stéphane Péquignot dans ce volume.

39Le présent volume dit assez que la pratique de normer les pratiques ne date pas de ce siècle12. Ces empilements de pratiques qui se norment les unes les autres ne sont pas récents. La caractéristique du xxe siècle est de concevoir des laboratoires pour la science de ces normes, où sont concentrés des professionnels, savants pratiques dotés d’une compétence normalisatrice sur un espace délimité, mais parfois très étendu, ce que le xixe siècle n’avait pas.

40Ce que Mattern n’appelle pas un plan quinquennal (l’expression apparaîtra en 1938 ; voir Mattern, 1938), et qui est tout à fait contemporain du premier plan soviétique, se rapporte presque exclusivement aux constructions industrielles à édifier sur le site de Sochaux pour atteindre, en cinq ans, 450 voitures par jour en deux modèles, ou 500 d’un seul. En 1928, Ford sort 4 000 exemplaires par jour de son modèle unique la Ford A. L’horizon est bien fordien. Fe dispositif matériel du projet comporte un document écrit d’une cinquantaine de pages, six plans d’implantation du site de Sochaux de 1928 à 1932 et un planning visualisant la mise en route et la durée de toutes les opérations d’aménagement sur cinq ans. Ateliers, bureaux et logements sont concernés.

  • 13 Les sources, le plus souvent rédigées par Mattern, sont des rapports mensuels adressés depuis Socha (...)

41En liaison avec ce plan sont menées deux très importantes opérations qui n’y figurent pas : la conception d’un nouveau véhicule et surtout l’étape nouvelle dans la taylorisation du travail. En effet, les usines telles que les présente le plan sont conçues en fonction de l’intensification du travail et de la fabrication en grande série de la première voiture Peugeot au « zéro central », la 201. L’ajustement mutuel du produit et de la production égale bien celui qui vaudra plus tard à l’ordinateur Apple une grande part de son succès (Mattern, 2008, p. 104 ; Akrich, Callon & Latour, 1988) : « En même temps que l’on cherchait à étudier et à mettre au point un véhicule de vente facile, on préparait les ateliers et les moyens de fabrication nécessaires pour le fabriquer en grande série » (Anonyme, 1928-1930, p. 913), qui comporte la volonté d’obtenir des ouvriers des rendements inédits au travail.

42Un savoir-faire organisationnel non codifié, entièrement immergé dans ses actualisations, joue tout son rôle. Ainsi, cette augmentation du rendement ouvrier est scandée en deux phases. La première doit commencer dès la fin de 1928. Mattern explique à ses collaborateurs qu’il faut se contenter pour celle-ci « de moyens ordinaires, simples, en ayant surtout en vue d’assurer l’interchangeabilité des pièces et leur exécution correcte ». Ces moyens, « reposant sur des principes connus », devront être « réalisés rapidement et à peu de frais » (Anonyme, 1928-1930, doc. 40, 19 novembre 1928). On doit parvenir à la seconde phase, celle qui relève de principes encore inconnus, moins de deux ans plus tard (Mattern, 1930) :

Le rendement pour atteindre la production de 250 voitures journalières ne sera pas obtenu de suite, mais dès que les bureaux de méthodes et les ateliers d’outillage seront constitués et auront atteint leur rendement normal, la production augmentera ensuite sans qu’il soit nécessaire de gonfler les effectifs de façon sensible.

43En un rapport particulier entre normes et pratiques, le rendement du travail ouvrier dépend de celui de la fabrique des normes. Autrement dit, une cascade des rendements, celui des bureaux des méthodes entraînant celui des ouvriers de fabrication, ordonne le passage d’une phase à l’autre. Cet « encadrement scientifique » des pratiques évoque celui des pratiques agricoles tenté depuis le xixe siècle et relancé après la Seconde Guerre mondiale à de tout autres échelles par les grandes firmes de semences et les organismes de recherche transnationaux comme la Fondation Rockefeller (Jas, 2005 ; Argueta, 2015).

44Les caractéristiques de la seconde phase dessinent l’usine taylorienne classique qui ne se réduit pas à des chronométrages de poste :

Nous devons renforcer nos cadres, réduire la difficulté des opérations, avoir des outillages puissants et nous servir de main-d’œuvre ordinaire, ce qui n’est pas du tout le cas actuellement. (Rapport technique, février 1929)

45Il faut accentuer le recrutement des techniciens car en dépendent la mécanisation accélérée du travail et la simplification des opérations pour les rendre exécutables par des ouvriers non qualifiés. L’enjeu consiste à concentrer la science et le savoir technique du côté de la direction pour n’obtenir de l’autre côté que des opérations simples à exécuter. La construction de logements pour diverses catégories de personnel vise à faciliter le recrutement de jeunes gens qualifiés d’un côté pour mieux assister la déqualification de la plus grande masse ouvrière de l’autre (Freyssenet, 1975). Le recrutement de techniciens et d’ingénieurs doit réduire l’emploi d’ouvriers pour les tâches ordinaires de la fabrication :

Un jeune ingénieur économisera au moins 1 ou 2 ouvriers au bout de 2 mois et en fin d’année il peut en faire économiser au moins 10 ou 12 ; ces chiffres sont des minima à exiger. Ils représentent pas mal [sic] de maisons en moins à construire et une économie de prix de revient. (Rapport technique, février 1929)

46Dans cette phrase se concentrent de nombreux aspects simultanés de l’infléchissement des pratiques à très large échelle. Nous sommes ici au cœur de l’opération fondamentale de « l’économie chasse à l’homme » qui déploie plus que jamais ses ravages aujourd’hui, tout autant dans la production que dans les services (privés et publics) : peu d’ingénieurs permet de se passer de beaucoup de personnes peu qualifiées.

  • 14 « Le développement du capital fixe montre à quel point l’ensemble des connaissances (knowkedge) est (...)

47On perçoit dans quelle économie des forces se situe cette inflexion. Celle-ci évoque tout autant les fameux propos de Marx (qui ne sont certes pas une référence pour Mattern) sur la science mobilisée par les capitalistes comme force productive directe, qu’un taylorisme spécifié dans l’automobile14. Or nous sommes normes contre normes, comme dans toute installation de normes formelles. L’inventivité des ingénieurs ne cesse pas de rencontrer les conceptions ouvrières du travail et de son organisation, et de s’y opposer (aujourd’hui, dans cette bataille contre les normes ordinaires, celles-ci sont accusées de « résistance au changement »).

48Les rapports techniques en témoignent mois par mois. En 1929, les rendements obtenus sont encore loin des rendements escomptés. Les efforts des chronométreurs rebutent les ouvriers qui ne sont pas dressés à la règle taylorienne – ils doivent lui obéir sous peine de licenciement. En août 1929, en mécanique,

[I]l y a eu de grandes difficultés à cause de la mauvaise qualité des pièces de fonderie faites avec des outillages de fortune et surtout par suite de recrutement du personnel : les ouvriers nouveaux doivent faire leur apprentissage et souvent repartent au bout de quelques jours. (Rapports techniques, août, septembre et novembre 1929)

49Après divers épisodes similaires, ce n’est qu’en décembre 1930 que le rapport technique peut célébrer :

Nous approchons maintenant du moment où les temps chronométrés sont appliqués, ces temps étant d’ailleurs notablement en baisse sur ceux qui avaient été établis il y a un an. (Ibid., décembre 1930)

50Le moment où la phase 2 s’engage est celui qu’avait prévu Mattern en novembre. Une grande victoire des pratiques de l’organisation scientifique sur les pratiques ouvrières.

51Dans l’intervalle, une grève est survenue. Elle éclate à l’usine Peugeot d’Audincourt et se propage à Sochaux en mai et juin 1929. La grève ne dure que quelques jours à Sochaux. Audincourt est lock-outée. 150 licenciements s’ensuivent. Les syndicalistes unitaires proches des communistes (regroupés dans le syndicat CGTU depuis 1921) connaissent un échec radical en cette bataille. Les revendications portent surtout sur les salaires, ce qui ne distingue pas Peugeot d’une tendance plus générale. Une augmentation de 50 centimes de l’heure est demandée pour tous, avec un salaire minimum pour les manœuvres, les femmes et les jeunes gens. Mattern avait écrit quelques mois avant dans son rapport technique, dans le ton inimitable de ses adresses aux entrepreneurs : « Il vaudrait mieux faire un sacrifice momentané pour maintenir la grosse production car nous arriverons à un prix de revient encore plus intéressant. » (Rapport technique, février 1929). Il signalait ainsi qu’il ne serait pas absurde d’augmenter les salaires un petit peu car cela inciterait les ouvriers à élever beaucoup la production et permettrait d’échapper à toute remise en cause des méthodes de travail (une grève contre le chronométrage avait saisi les usines Peugeot en 1922 et retardé de plusieurs années l’installation systématique du taylorisme).

52Ces notations portent le témoignage du passage à une époque nouvelle du travail ouvrier, longuement préparée. Une séquence de gestes est conçue dans le bureau des méthodes et imposée aux ouvriers non sans des ajustements réciproques : les ouvriers les plus faibles ou les plus récalcitrants s’en vont ; les temps peuvent aussi être relâchés. Le plan s’inscrit dans les corps à travers un cours d’action qui s’adapte aux événements, aux contraintes locales et à celles du marché en les interprétant. Deux années d’insistance et de relance sont nécessaires pour imposer cette nouvelle « discipline de fabrique », comme on disait au xixe siècle, et qui, comme alors, comme au cours de l’industrialisation forcée en URSS ou de l’intensification du travail des Trente Glorieuses, provoque la fuite de nombreux ouvriers frais venus des campagnes. Ces mentions sont parmi les très rares traces, dans l’archive patronale, de la violence que représente la concentration des forces du savoir et de la hiérarchie d’un même côté pour élaborer des normes qui s’imposent aux humains comme à la matière organisée des machines. Cette violence sur les corps au travail n’est pas beaucoup mieux documentée dans l’archive ouvrière qui est le plus souvent, en fait, une archive syndicale et politique où le discours direct de la protestation est déjà élaboré et mis en forme en fonction de politiques qui mêlent la protestation locale à des intérêts lointains de parti.

53Ainsi, la « pratique d’atelier » de Pierre Pezeu et d’Ernest Mattem n’est pas seulement « fréquentation », elle est confrontation. Selon Mattern (2008, p. 1) :

  • 15 La graphie du texte a été respectée. Ford ne disait pas autre chose (1926. Chapitre « C’est impossi (...)

La majorité n’a jamais raison. Vous verrez que toutes les améliorations que j’ai réalisées, durant ma longue carrière, ont été, au préalable, déclarées impossibles ou ridicules par la majorité15.

54Sa pratique d’atelier est animée par le plaisir « de faire triompher (son) point de vue envers et contre tous ». Mattern s’affronte à la direction générale, aux patrons et collègues, mais surtout à la maîtrise et au personnel ouvrier. Cette pratique de pouvoir est rigoureusement l’inverse, l’opposé de la volonté ouvrière de conserver le contrôle et la maîtrise des processus de production (voir Cohen, 2001, p. 136).

  • 16 On rencontre là l’étude classique du sociologue du travail pragmatiste Pierre Rolle (1962).

55On peut élargir le propos. Ces normes ne se conçoivent pas sans être des contre-normes, sans être conçues dans une bataille contre des normes ordinaires auxquelles elles cherchent à s’imposer. Comme toute normativité, la taylorienne se confronte à une contre-normativité. Ou plutôt, elle se définit contre elle. Ce sont les normes établies par les pratiques collectives – comme celles de la justice sommaire –, et rencontrées dans les espaces de travail, que Taylor cherche à contrer par sa propre normativité : en effet, les ouvriers payés aux pièces s’entendent informellement pour dissimuler à la hiérarchie les manières d’aller plus vite et de faire plus de pièces qui seraient payées moins cher. Taylor parlait (voir supra) d’un long travail de « conviction » nécessaire pour instaurer la nouvelle orientation du travail qui s’empare par la science des pratiques ouvrières savantes, spontanées et autonomes. En fait, il ne s’agissait pas tant de convaincre que de vaincre. Aux États-Unis comme en France, chez Renault en 1913 comme chez Peugeot en 1922, les tentatives d’introduire le taylorisme ont provoqué des grèves qui ont retardé le renversement taylorien des pratiques (Aitken, 1985 ; Montgomery, 1978, 1979). C’est alors la normativité qui apparaît comme une contre-normativité, si même il ne faut pas penser toute normativité comme une contre-normativité (Frega, 2015)16. Le bolchevisme, de son côté, se conçoit comme un encadrement scientifique des pratiques de lutte des masses ouvrières qui, si elles étaient par malheur laissées à leurs normes spontanées, seraient incapables de dépasser les revendications économiques et n’iraient pas vers la révolution (Lénine, 1965). Cette confrontation de pratiques des normes, dans leur conception et dans leur usage, qui est en même temps l’opposition de raisons pratiques, constitue le social.

56Il existe donc des pratiques dont la tâche spécifique est la conception des normes des pratiques des autres. Les normes sont par ailleurs un enjeu de tout cours pratique. À l’opposition « contrainte » vs « habilitation », où l’on situe trop souvent le rapport de l’action à la structure à la suite d’Anthony Giddens (1987), il convient d’ajouter un troisième terme, la contre-normativité. Même dans une mesure minime, comme dans le cas de l’Eigensinn, le n’en faire qu’à sa tête avec obstination, identifié par l’historien Alf Lüdtke (1996), toute pratique est, peu ou prou, une évaluation et une critique des normes dans le cadre desquelles elle s’exerce.

  • 17 « La régularité et la formalité des pratiques sont considérées comme des propriétés configurationne (...)

57Notons qu’il ne semble pas que l’on puisse dire que les pratiques supposent une communauté des fins entre ceux qui y participent. Il n’y a aucune raison de supposer que les ouvriers qui se confrontent aux formes de l’organisation du travail partagent en rien les fins des ingénieurs et employeurs. Ils sont engagés dans une pratique commune qui consiste à produire des objets commercialisables, ce qui oblige à certaines formes de « solidarité », parmi lesquelles une solidarité technique (Dodier, 1995). Il s’agit bien d’un rapport aux fins, mais rien ne permet de supposer que celles-ci soient communes à tous. En revanche, la reconnaissance d’une même pratique suppose un accord minimal sur des « biens internes » qui appellent l’activité (voir Frega dans ce volume) ou sur un « ordre de sens17 ». Les fins d’un côté et, de l’autre, les biens et l’ordre de sens ne peuvent pas se confondre. C’est ce que désigne la notion marxienne d’aliénation, sur laquelle la discussion pourrait reprendre à la lumière des débats actuels dans les sciences sociales. On pense aussi à la guerre de 1914-1918, à la communauté très momentanée des fins qu’est l’Union sacrée de 1914 et aux formes de divergences à propos d’elles, parfois extrêmes, qui ne cessent de croître, dans l’obligation pourtant de participer à la pratique de la guerre. Contrairement au parti politique, au syndicat et à l’association, la nation et l’entreprise sont des institutions historiquement construites pour y comprendre des porteurs de fins variées. Ainsi, relativement aux pratiques, le terme de « communauté » pourrait prêter à confusion dans la mesure où l’un de leurs traits les plus constitutifs est la confrontation intrinsèque : de fins, de savoirs, de savoir-faire, d’intérêts, de formes d’attachement, etc. (Wenger, 1998).

  • 18 Voir dans ce volume Roberto Frega sur le caractère multiscalaire des pratiques. Dire les pratiques (...)
  • 19 En bonne méthode de sciences sociales, une étude de pratique dans la perspective indiquée supposera (...)
  • 20 Un congrès international de l’Organisation scientifique du travail, le quatrième depuis la guerre, (...)

58Mattem se situe en la position critique d’une pratique de la production moderne qui est plurilocalisée et se déploie en même temps à plusieurs échelles18. La pratique organisationnelle de Mattem ne relève d’une pratique ni de recherche, ni d’enseignement, ni de conseil, mais d’une pratique exercée de façon prolongée en son lieu cardinal, l’usine et, dans l’usine, l’atelier. C’est là qu’elle rencontre les normes ordinaires contre lesquelles elle se constitue, comme Taylor (1957) en fait le récit pour ce qui le concerne. Si l’on envisage les choses depuis l’espace, celui de l’entreprise fournit plusieurs lieux de la pratique (les ateliers, le bureau des méthodes et autres bureaux d’études, les bureaux de la direction, la bibliothèque technique qui contribue à introduire des théories éloignées portées par des livres et des revues, d’autres encore). Chacun est le siège de pratiques particulières19. L’extérieur contribue aussi à composer la pratique d’organisation : les institutions de recherche et d’échange comme en France la Cegos (Commission générale d’organisation scientifique, organisme patronal créé en 1926), les formations dans les enseignements public et privé (comme HEC, ou les cours du comité Michelin), les congrès internationaux20 (Cayet, 2010), la Taylor Society et toutes entreprises en rationalisation.

  • 21 J’utilise des remarques non publiées de Kapil Raj, que je remercie ici.

59L’ensemble de tous ces lieux forme une vaste aire de circulation au sein de laquelle transitent les personnes et des objets de toutes sortes, les normes et les savoirs, les instructions et les informations, qui tous se transforment au cours de leur reconfiguration comme ingrédient de pratique. En chaque point, la pratique est un composite fabriqué localement mais qui n’est pas local21. Il comprend en effet des éléments d’emprunt qui viennent tout autant et indifféremment, en ce qui concerne le management, de l’espace international que de l’espace national – et qui sont aussi du passé remployé, car la circulation est tout autant temporelle que spatiale (Lepetit, 1995b, p. 289). Le bureau des méthodes n’est qu’un de ces éléments. La gestion des qualifications, les systèmes de salaires, les normes de sécurité, la gestion des ressources humaines, les œuvres sociales patronales font partie des autres, qui relèvent de circulations tout autant intra-que transnationales. La pratique de production résultante relève alors de 1’« entrecroisement asymétrique de divers programmes, institutions, objets et acteurs locaux, nationaux et transnationaux » (Argueta, 2015). Au sein de la grande pratique de la production automobile qui est « intégrative » (au sens rapporté dans ce volume par Roberto Frega), la pratique d’organisation et celles qui la composent sont des pratiques « dispersées », c’est-à-dire que l’on peut les retrouver – différentes, spécifiées – dans d’autres pratiques intégratives.

60Enfin, dans le processus même qu’elle forme, tout conspire à ce que cette pratique de régie des pratiques transforme la pratique concernée (la pratique de production), la standardise, l’intègre dans les machines, éloigne la fabrication de la norme des lieux où l’on en fait usage. Historiquement, au long du siècle, l’atelier « s’éclipse » et, dans ce mouvement, la scène cardinale de cette pratique se recompose (Guigueno, 1994).

61Cette enquête sur une pratique fait donc apparaître combien celle-ci ne peut être abordée que de manière confrontationnelle, dans sa définition normative qui n’est qu’une constante dispute contre des normes existantes et des normes critiques dont elle entraîne la formation. Celles-ci ne relèvent pas moins de pratiques auxquelles la première se confronte constamment. Cette dimension peut mener jusqu’au conflit ouvert, comme lors de la grève de 1929 chez Peugeot : la pratique est un champ, mais de bataille. Pour que tous participent à cette pratique, il n’est nul besoin de postuler une communauté des fins. L’effort organisateur de Mattern, à partir de 1928 et dans les années 1930, se porte sur la conquête de la maîtrise du temps. Il se concentre en un moment clé pour accumuler les moyens de soumettre la dizaine de milliers d’ouvriers de l’usine Peugeot de Sochaux à la règle du temps calculé par un bureau spécialisé, lui-même soumit à des exigences de rendement. La règle du respect du temps contamine ainsi toutes les pratiques, de façon plus ou moins stricte en fonction de leur distribution hiérarchique. Par ailleurs, la pratique d’organisation de cet ensemble est sujette à sa propre temporalité. L’infléchissement taylorien des pratiques de production suppose des moments plus intenses que d’autres – comme l’est cette fin des années 1920, et Peugeot n’est pas le seul industriel à l’avoir connu (Moutet, 1997) –, moments de lancement ou de relance qui forment la vie temporelle des pratiques.

62C’est un moment très voisin qui nous conduit en URSS pour observer une opération de relance menée par Staline au cours de la même année 1928. Comme à propos de la pratique d’organisation du travail, celle du communisme sera abordée par le suivi de la pratique d’une personne. Il ne s’agit pas là d’une position abstraite. Si la pratique est toujours en action, alors elle ne peut s’observer, qu’il s’agisse d’histoire, de sociologie ou d’anthropologie, qu’au plus près des personnes agissantes. Dans ce cas comme dans celui de l’organisation, toute la variété des points de vue n’a pu être pleinement déployée. Pas plus que Mattern pourtant, Staline n’est seul et c’est dans le commerce mutuel que la pratique se développe et prend sens. Nous le saisissons en acte, par des documents qui recherchent un effet plus direct encore que ceux qui ont servi pour étudier la pratique de Mattern.

Staline : une leçon de pratique

63Le cas de cette section est la leçon de pratique que Staline administre, par la pratique et en personne, au parti et au gouvernement durant l’hiver 1928. Elle est contemporaine de la confection, par Mattern, de son « projet de concentration des usines ». Comme nous l’avons vu dans la première section, la pratique est constamment enjeu majeur dans le gouvernement stalinien.

64En janvier 1928, pour la dernière fois de sa carrière, Staline, qui est le secrétaire général du parti communiste de l’Union soviétique depuis 1922, se déplace sur le terrain. Il met sur pied une tournée de trois semaines en Sibérie, en pleine récolte d’hiver, pour y donner une leçon de pratique adressée à tous. Il entend montrer qu’il est le seul à pouvoir conduire des « mesures extraordinaires » quand la situation l’exige. Il le dit de la façon la plus claire à ses amis les plus proches du bureau politique : « S’il faut des mesures, je suis le seul à pouvoir les mettre en œuvre. » (Fel’shtinskii, 1991, p. 198, sans date précise mais attribué à ce moment). Il agit ce faisant en secrétaire général du parti et sa démonstration s’adresse directement au chef du gouvernement, qui est le successeur de Lénine à ce poste, Alexeï Rykov, alors membre de l’« opposition de droite » animée par Boukharine et contre laquelle Staline se tourne. L’inspection est construite par Staline comme une expérimentation démonstrative. Deux traits d’une portée majeure pour l’histoire soviétique y apparaissent. Le premier se rapporte à ce qu’il est convenu d’appeler dans l’histoire de l’URSS la « préférence répressive », qui consiste à toujours donner la priorité à la répression dans le règlement de quelque question de gouvernement que ce soit, y compris économique et morale. En second lieu, c’est durant cette tournée que se dessine explicitement la volonté de transformer les paysans en « fournisseurs de grain pour l’État », ce qu’ils deviendront du fait de la collectivisation forcée qui commence l’année suivante. La NEP est encore en cours et Staline situe son intervention dans son cadre, mais celle-ci en marque la fin. La règle du respect du temps taylorien contamine toutes les pratiques d’entreprise d’un côté ; de l’autre, la contamination est celle de la préférence répressive qu’enseigne Staline à large échelle depuis sa virée sibérienne, en un autre exemple d’inflexion des pratiques, mais ici sur l’étendue presque continentale de l’URSS, et aussi dans les partis que couvre l’Internationale communiste.

  • 22 Les sources documentaires de cette section sont les archives de travail de Staline composées de not (...)

65Devant les mauvaises rentrées de l’automne 1927, le centre décide de se lancer dans des « mesures extraordinaires » en augmentant les quotas de grain à livrer aux prix décidés par l’État, qui sont très désavantageux pour les paysans. Ces quotas sont à livrer, de gré ou de force, car les paysans préfèrent conserver le blé plutôt que de le vendre à très bas prix, et pour une monnaie qui ne sert pas à acheter des produits de la ville qui ne parviennent pas jusqu’à eux. Des détachements armés de l’OGPU (la police politique) opèrent ce que les champions de l’euphémisme que sont les bolcheviks appellent des « collectes ». Des émissaires du bureau politique dotés de tous pouvoirs sont envoyés dans les principales régions céréalières. Staline prépare en décembre sa propre mission. Les documents de son cabinet montrent le travail personnel qu’il conduit dans cette préparation : il définit son parcours au centre-sud de la Sibérie, la dizaine d’étapes, les objectifs des réquisitions à exiger en chaque point. Il énumère les interlocuteurs institutionnels qu’il réunira en chacun des chefs-lieux de district visités. Il identifie les lois qui permettront d’arrêter et de faire condamner les paysans et les camarades récalcitrants22.

  • 23 Cet historien tchétchène a mené une remarquable enquête sur cet épisode-clé.

66Sur place, il étudie la carte des districts en la confrontant à la liste des performances dans la récolte et se rend par surprise dans quelques villages choisis. Il sélectionne ceux qui ont les pires résultats et ceux qui ont les meilleurs. Il se rend dans les fermes, visite étables et hangars, discute avec les paysans de la façon la plus directe. La question qu’il pose à tous est : « Je vois que votre blé disparaît pour rien. Pourquoi ne voulez-vous pas le vendre à l’État ? » Il s’entend répondre une fois : « Je vois qu’à Moscou une usine disparaît pour rien. Pourquoi ne voulez-vous pas la vendre aux paysans ? » Montant la réplique en épingle, il rapporte l’échange un an plus tard dans une réunion centrale en la mettant au compte d’un agitateur du parti faisant face à un koulak (Avtorkhanov, 1959, p. 83-8423). Aux districts qui donnent le moins, il demande que l’on saisisse tout le blé, à ceux qui donnent le plus, il exige qu’ils en donnent le double. En fin de tournée, il se félicite des excellents résultats.

67Staline entretient une correspondance serrée avec ses plus proches camarades qui forment avec lui un groupe informel au sein du bureau politique. Certains d’entre eux sont parmi les missi dominici dans d’autres régions et républiques. Les lettres que Staline leur adresse livrent le récit de ce qu’il fait – phénomène extrêmement rare. En retour, chacun de ses amis lui rapporte son action sur place. L’ensemble compose un étonnant apprentissage mutuel au sommet de la « préférence répressive ». Rykov est tenu totalement à l’écart de cette correspondance. Le centre de l’action de Staline consiste à imposer à tous son interprétation des urgences. Le premier point, qui vaut pour toute l’activité du parti bolchevique, est la nécessité de se concentrer sur une « affaire » (un « delo »), ici la réquisition du blé. Le 2 février, de Krasnoïarsk, il envoie à ses amis une résolution, adoptée sur place par les responsables réunis, qu’il déclare « typique » et qu’il a rédigée. En une sorte d’acte cognitif de terrain, après avoir énoncé l’objet qui consiste à « remplir le plan de collecte inconditionnellement et complètement », Staline énonce le principe de concentration :

  • 24 RGASPI, 558/11/119/99-100, Staline à Kosior, Molotov et Mikoyan, de Krasnoiarsk, 2 février 1928, (j (...)

Placer au centre de l’attention des organisations soviétiques et du parti, au niveau des districts comme des arrondissements, la lutte pour le renforcement des collectes, après avoir relégué les autres tâches au second plan [en particulier, les] géants industriels24.

  • 25 Le dossier est étudié plus en détail dans Cohen (2013, p. 695-705).

68D’autres principes de la pratique suivent, dans cette lettre et dans d’autres25.

69Le cœur de la leçon se rapporte au mode opératoire principal. Staline l’appelle dans une de ses lettres « la pression féroce et le savoir-commander » :

  • 26 RGASPI, 558/11/119/5, Staline à Kosior, 19 janvier 1928.

1. Je suis arrivé à Novosibirsk le 18 [janvier]. Le jour même, j’ai organisé une réunion de quarante personnes des instances dirigeantes du parti, du gouvernement et de la coopération. Impression générale de la réunion : on est terriblement en retard quant aux collectes ; très difficile de rattraper ce qui est perdu ; on peut rattraper ce qui est perdu par une pression féroce et le savoir-commander [pri zverskom nazime i umenii rukovodit’]26.

70À chaque étape, les réunions rassemblent les responsables du parti, ceux des différents services économiques et judiciaires, le contrôle d’État, la presse et la police politique. Des bulletins d’information sur les résultats à publier tous les cinq jours sont instaurés ainsi que des « communiqués opérationnels » quotidiens de l’OGPU. La « troïka », dans une forme qui deviendra tristement fameuse, est mise en place en chaque lieu. Elle réunit le secrétaire du parti, le président du soviet concerné et le chef de l’OGPU. Sorte d’institution d’exception, elle prend des décisions de tout ordre et instaure une justice expéditive. Des télégrammes comminatoires sont envoyés à tous les responsables en leur fixant les nouveaux objectifs de récolte (toutes ces « pratiques dispersées » se retrouveront avec des variantes dans les grandes campagnes postérieures, comme celles de la famine en 1932-1933, et de la grande terreur en 1937-1938). Des arrestations sont opérées. Elles visent d’abord ceux qui sont identifiés comme des « koulaks ». La définition de la catégorie se présente comme purement économique : les paysans riches. En fait, elle est presque entièrement politique. Tout paysan, quelles que soient ses possessions et n’aurait-il qu’une vache, peut être nommé koulak s’il s’oppose à la politique du centre. Sont également visés les responsables du parti ou des organes du gouvernement qui pactisent avec les koulaks (parfois simplement en habitant chez l’un d’eux, ou en en ayant marié une fille), ou qui se montrent tièdes dans l’attaque à leur égard. Cette association d’une répression contre une catégorie de la population avec une répression contre certains cadres du parti et de l’État est appelée à devenir une constante de la préférence répressive, et donc du gouvernement soviétique.

71Les compagnons de Staline lui font des récits similaires, un peu spéculaires : Molotov qui est dans la riche région centrale des terres noires, et surtout Mikoyan qui est dans le Caucase du Nord. Ce dernier raconte :

  • 27 Membre suppléant du bureau politique alors secrétaire de cette région et très proche aussi de Stali (...)
  • 28 RGASPI, 558/11/119/91-92, Mikoyan à Staline, 30 janvier 1928.

La mise en branle des organisations est apparue insuffisante à mon arrivée. Avec Andreev27, nous avons resserré les choses rapidement et prononcé toute une série de sanctions envers les comités du Don, du Kouban, de Shahty, d’Ossétie. Nous avons écarté quelques personnes. Le travail a commencé à bouillir [rabota zakipelai]. Les meilleurs cadres des organisations se sont emparés de l’affaire à la bolchevique. […] On a frappé sans pitié sur les communistes affaiblis et sans volonté, en chassant honteusement de façon résolue ceux qui s’accommodaient des koulaks28.

72Staline fait plus bref et plus synthétique. Depuis Taïga où il est le 29 janvier, il écrit :

  • 29 RGASPI, 558/11/119/84, Staline à Kosior et Mikoyan, 29 janvier 1928.

Je suis allé à Barnaul, Rubsovsk, Omsk ; j’ai discuté avec les camarades de Biisk, Slavgorod, Novosibirsk ; j’ai correspondu avec les camarades de Kamensk ; je les ai tous secoués comme il convient [nakrutil vseh kak sleduet]29.

73Par « secouer », les membres du bureau politique savent ce qu’il faut entendre (menaces, dégradation, expulsion du parti, arrestation dans les cas les plus graves). La pensée prend la forme de récits. La contamination des pratiques adopte une forme particulière. Chacun des proches de Staline fait son apprentissage personnel en recevant ses récits et en lui rendant compte. La leçon est communiquée ipso facto, par le fait, aux cadres locaux. En presque aussi condensé que Veni, vidi, vici, Staline est venu, il a parlé, correspondu et agi. La séquence est proche de celle de Pierre Pezeu dont le « praticien » va sur place, interroge, examine et… prend un arrosoir. Séquence intéressante pour les actes engagés : spatial, cognitif (parole, vue, échanges), matériel.

74Un autre acquis du mode d’action choisi par Staline, pendant de la répression qui prélève, est la promotion de cadres dévoués. Peu importe que, parmi les victimes de la répression sur les cadres, un bon nombre aient des titres de gloire à faire valoir comme gardes rouges ou partisans pendant la guerre civile. Les seuls titres qui vaillent sont ce qu’ils font, non ce qu’ils ont fait : « Merci pour le passé, mais pour le présent tu réponds ! [Za proshloe – spasibo, za nastoiashchee – otvechaï !] » (Avtorkhanov, 1959, p. 82.) Sont promus des gens prêts à tout, d’où qu’ils viennent et quoi qu’ils aient fait, y compris des actes de délinquance. Ce sont les « praticiens », les fameux praktiki aimés de Staline. Qu’ils soient distingués pour être promus signifie-t-il que la pratique prime en fin de compte sur les principes énoncés en 1924 ? Quoi qu’il en soit d’une marée de praktiki, la théorie, qui donne la vérité des pratiques, est contrôlée au sommet et le parti est le maître du sens.

75L’horizon d’un possible déclenchement d’une « famine » est présent à l’esprit de tous, Mikoyan le note en toutes lettres. Il est l’un des enseignements de ces « mesures extraordinaires » et identifié comme l’un de leurs possibles effets. Les chefs bolcheviques entreront en 1929 dans la collectivisation forcée en toute connaissance de cause pour transformer les paysans en fournisseurs de l’État comme cette expérience de terrain en a fourni le concept.

76L’expédition sibérienne est la dernière fois où Staline joint son activité de secrétaire général du parti à une pratique de terrain expérimentale, sa zone d’activité à sa zone d’impact. La pratique y décide et nulle théorie n’y préside. Staline collecte avant de partir des textes de loi et non des traités de marxisme. Aucune théorie n’est avancée non plus a posteriori. Cette expérience ne paraît pas répondre aux deux dimensions du rapport théorie/pratique qu’il a énoncées en 1924 : le rattachement de la théorie à la pratique et l’éclairage de celle-ci par celle-là.

  • 30 Le plus formel de la norme ou de la règle relève d’une pratique. Sur les rapports entre les espaces (...)

77Un autre épisode montre en revanche l’application parfaite de ce rapport dans le cours d’action, sans être anticipée. La famine finit par régner dans le sud de la Russie, en Ukraine et dans le Nord-Caucase durant l’été 1932. Staline est offusqué par les vols commis dans les campagnes en tous lieux. Ils sont principalement le fait de paysans affamés. L’état-major moscovite craint des révoltes paysannes. Depuis son lieu de vacances sur la Mer Noire, Staline pilote la confection d’une loi. Celle-ci, qui sera dite la « loi des trois épis », est édictée et publiée le 7 août 1932. Trois lettres successives envoyées par Staline à ses deux principaux adjoints restés à Moscou, Kaganovitch et Molotov, président à sa confection. La correspondance en réponse est également nourrie. La première lettre de Staline est du 20 juillet. Il y exprime sa colère face aux vols au détriment de la propriété publique de toute sorte, coopérative, d’État, etc. Il avance que ces vols sont très mal punis et qu’il convient d’édicter une loi qui condamnera les coupables à mort ou, au minimum, à dix ans de camp de concentration. Aucun vol plancher n’est spécifié. Toutes les formes de la propriété publique devront être réunies à cette occasion. La seconde lettre est envoyée quatre jours plus tard. Elle ajoute des arguments. Ainsi, les capitalistes ont leurs lois qui protègent leurs biens tandis que le socialisme n’en a pas encore. Il faut défendre la propriété sociale, sous le concept de quoi les propriétés atteintes seront regroupées. Quelques jours plus tard, une troisième lettre assure que l’OGPU a besoin d’une loi pour ne pas agir dans l’arbitraire et que, d’ailleurs, « le paysan aime la légalité ». Cette pratique de confection de la norme formelle, s’il en est, est riche de potentialité interprétative30. Soulignons ici seulement que la première lettre n’invoque aucune théorie. Elle est immergée dans la volonté de réprimer les paysans qui prétendent vivre alors qu’ils ont déclaré la guerre à l’État en refusant de livrer leur récolte pour rien, comme Staline l’explique dans une lettre à l’écrivain Cholokhov en mai 1933. En revanche, la seconde en appelle à la théorie de la lutte des classes et à une histoire dont elle serait le moteur. La théorie vient ainsi justifier et asseoir la pratique répressive. Elle répond parfaitement aux critères de 1924 : elle est rattachée à la pratique, qu’elle éclaire. La presse communiste internationale fait connaître la loi à l’étranger. Mais c’est seulement pour en célébrer ce second volet. Les auteurs se félicitent de ce que le socialisme dispose enfin de la loi qui protège la « propriété sociale ». Le lecteur en revanche ne sait rien, ni de la famine, ni des vols de survie, ni de la rage de punir d’un homme, lancée depuis les bords de la Mer Noire et répandue dans le monde avec les traductions qui s’ensuivent. En s’éloignant au cours de sa circulation, la leçon de la loi devient plus abstraite. Mais les deux expériences de la tournée de 1928 et de la confection de la loi de 1932 présentent un cheminement où l’efficacité se décide dans le cours même de l’action, qu’une pratique théorique soit convoquée ou non pour justifier la pratique opérationnelle (voir Cohen, 2013, p. 735-762).

78L’enquête sur l’épisode sibérien de 1928 met au jour de claires caractéristiques qui favorisent une comparaison entre pratiques, et en particulier entre les deux pratiques abordées ici. L’unité de pratique diffère de celle de la production qui consiste dans la trajectoire d’un modèle d’automobile produit et vendu tant d’exemplaires par jour. Elle est, dans l’URSS stalinienne, l’accomplissement d’une affaire (un delo, mot qui signifie à la fois le dossier, l’affaire, la cause et l’acte) qui doit concentrer tous les efforts de tous à un moment donné. Nous sommes proches de la « forme projet » du management contemporain qui lui-même emprunte à la vieille logique du chantier des ingénieurs civils, lorsqu’ils doivent tout mobiliser pour la construction d’un pont ou le creusement d’un canal (Hocquard, 1989). L’unité de pratique, l’affaire, prend la forme d’une campagne, comme lorsque l’on parle de campagne publicitaire. L’unité de la pratique industrielle se manifeste plutôt dans le parcours d’un produit, saisi par toute une série d’indicateurs dont la productivité n’est pas le moindre. Celle-ci est mesurée, dans les années fordiennes, en heures de travail par voiture. À la préférence répressive du stalinisme fait écho l’économie chasse à l’homme du libéralisme.

Conclusion

79Que nous apprend l’histoire de l’institution de pratiques majeures au xxe siècle, celle de l’organisation scientifique du travail (dans l’automobile) et celle de la pratique stalinienne de gouvernement globale ? Que la définition de ces pratiques était indissociable du suivi des pratiques de personnes, autrement dit que ces pratiques, comme toutes les autres, étaient incarnées et ne pouvaient que l’être dans la mesure où elles ne sont qu’en train de se faire : l’incarnation en est un caractère définitoire. Elles ne sauraient procéder cependant à chaque fois d’une seule personne. En effet, si les pratiques comportent toutes une forme d’épreuve cruciale, localisée, elles sont à la fois plurilocalisées et multiscalaires : elles existent en plusieurs lieux et elles peuvent être étudiées à plusieurs échelles. Ceci ne signifie en aucune manière que toutes les parties prenantes en partagent, en chaque occurrence, les fins. La confrontation sur les fins n’est pas moins constitutive des pratiques que celle sur les conditions les plus variées de leur conduite. Ainsi, elles sont traversées par les confrontations, même si les personnes s’y reconnaissent, les unes les autres, comme participantes, car elles sont aux prises avec des biens intrinsèques et identifient un « ordre de sens » qui réside en ce qu’elles doivent partager pour y prendre part.

80La conception des normes relève de pratiques non moins que leur usage. Les usages, quant à eux, se définissent dans un commerce constant avec les normes qui peut aller au-delà de la critique et conduire à une mise en cause réelle. La pratique de conception vise de son côté à subjuguer les normes ordinaires auxquelles elle cherche à se substituer et les pratiques d’usage auxquelles elle est confrontée dans la mise en œuvre. L’organisation du travail et le communisme ont une grande connaissance des pratiques qu’ils cherchent à piloter, une connaissance qui est orientée par leur volonté d’emprise. Ils portent également des théories de la pratique qu’il faut comprendre comme une part de leur stratégie de contrôle et un instrument de leur maîtrise. Rien dans les deux épisodes relatés à propos de Staline ne permet d’y voir, quoi qu’il en ait, une pratique éclairée par la théorie. En revanche, on identifie un cheminement qui en appelle opportunément à la théorie pour justifier ses propositions, et cette justification produit une idéologie utilisable au plus près en URSS et au plus loin d’une politique mondiale. La pratique de Mattem, de son côté, se réfère à elle-même dans une mise à distance prudente de la théorie. Il se sert « évidemment », écrit-il, de ce qu’il a appris à l’école mais c’est

[L]a connaissance de l’atelier d’abord, complétée ensuite par une instruction technique, [qui] peuvent [sic] seules permettre d’aborder et de solutionner dans de bonnes conditions tous les problèmes qui se présentent à l’ingénieur d’usine. (Mattern, 2008)

81Cette différence relève des modes de valorisation respectifs de ces pratiques, l’une étant, ou non, validée par le marché, quand l’autre l’est, ou non, dans l’arène politique mondiale. Mais la différence n’est que dans l’acceptation ou le refus public du primat de la pratique. Staline ne conduit pas moins que Mattern une pratique qui s’oriente en situation et y mobilise ce dont elle a besoin en fait de théorie, de calculs, d’histoire, de repérages sociaux, de savoirs d’expérience, etc.

82La pratique comme objet pour l’histoire est particulièrement pertinente pour le xxe siècle. Ce siècle fut celui de grandes pratiques sous régie emportant, à divers titres, des centaines de millions de personnes. Si les deux formes qui ont été analysées ont finalement été révoquées par le cours de l’histoire, il est peu probable que l’on ait vu la fin de la régie des pratiques. Elle n’avait d’ailleurs pas commencé en 1900, mais seulement sa prétention scientifique alliée à sa professionnalité et à son organisation en laboratoires. Les pratiques régies ne peuvent se déployer librement. Kant parlait de l’« homme en tant qu’être de libre activité » (Lepetit, 1996, p. 3). L’ouvrier taylorisé et le citoyen d’un pouvoir communiste sont-ils de tels êtres ? Régies, les pratiques sont aussi empêchées, et le xxe siècle a été celui de pratiques bridées dans le travail et dans la vie politique, même si les totalitarismes ne sont jamais complètement parvenus à encadrer toute pratique.

  • 31 RGASPI, 58/11/1122/3-4, Déclaration de Staline à une conférence de propagandistes, septembre 1938.

83Le pragmatisme apparaît dans un tel paysage comme un repère de liberté, liberté dans la conception des pratiques des individus et liberté pour les pratiques de recherche qui ne se soumettent qu’à ce que suggère l’enquête. Est-il bien sûr pourtant qu’un rapport avec le pragmatisme soit une garantie de liberté ? La position de Staline selon laquelle la théorie désaveugle la pratique dit bien le rôle de gardien qu’est en mesure de s’attribuer le maître de la théorie. D’ailleurs, l’histoire même le conforte. Au cours des années 1930, les héros soviétiques que l’on puisse donner en exemple dans la formation des communistes et l’éducation des enfants se raréfient. Nombre d’entre eux sont orientés vers les camps de concentration ou les poteaux d’exécution. Staline exige des propagandistes, dans une conférence de 1938, qu’ils abandonnent les exemples et se servent « des idées, de la théorie » – définie comme la connaissance des lois du développement historique31 (Brandenberger, 2011, p. 208-209). Staline n’a de cesse de confirmer son éloignement du pragmatisme. Ce n’est pas le cas du communisme chinois pour lequel, par exemple, seule l’enquête donne le droit à la parole. Mao Zedong et plusieurs de ses camarades ont lu et écouté John Dewey au cours de ses voyages en Chine entre 1919 et 1921, et en ont été marqués (Renault, 2013 ; Gu, 2014). Les pratiques en Chine en sont-elles plus libres pour autant, même si celles des entrepreneurs ont été détendues depuis 1976 ? À des titres assurément différents, les sciences pratiques du xxe siècle, comme le taylorisme et le communisme, n’ont pas été de bonnes nouvelles pour les pratiques.

  • 32 Voir, dans la Présentation, les recommandations de Polybe ainsi que les réflexions de Michel de Cer (...)

84À propos des sources, l’étude historique des pratiques en suppose qui soient proches des personnes. En ce qui concerne l’auteur de ces lignes, la raison est de fait. Les archives personnelles d’Ernest Mattern sont tout à la fois des archives de Peugeot, des archives de sa pratique comme cadre et directeur et des archives d’une subjectivité pratique car les documents ne cessent d’exposer son rapport à ce qu’il fait. C’est leur étude qui a constitué la pratique comme objet sans intention préalable (Cohen, 1981). L’enquête historique ouverte a conduit à suivre un praticien penseur de sa propre pratique en un lieu significatif pour l’histoire du xxe siècle – avec pour seul équipement théorique la phrase de Foucault (1994, p. 22) qui considère les pratiques « comme le lieu d’enchaînement de ce qu’on dit et de ce qu’on fait, des règles qu’on s’impose et des raisons qu’on se donne, des projets et des évidences ». Une familiarité ancienne avec le travail ouvrier en entreprise n’a pas manqué de contribuer à la lecture, comme une familiarité non moins ancienne avec le marxisme dans sa version maoïste n’a pas manqué d’aider à la lecture des archives du travail de Staline et à les envisager comme celles d’une pratique. Posons la question : peut-on ériger en règle pour l’historien le passage par les personnes pour l’étude des pratiques et une certaine familiarité d’expérience avec celles-ci32 ? Mais il est une autre raison, déjà énoncée, pour travailler sur des sources proches des personnes : les pratiques n’existent qu’en action et plus précisément dans l’action des personnes aux prises avec leur environnement humain et non humain, avec des objets et des plans, des règles et des normes, autrement dit avec les situations chargées d’aléas de toute nature. L’histoire est ainsi mise en demeure de recourir à la sociologie de l’action située pour mieux aborder la propension des pratiques (Suchman, 2007).

  • 33 Nous sommes proches d’une ethnographie historique (Peneff, 2008).
  • 34 Voir dans ce volume Frédéric Graber.

85Dès lors les sources sont à traiter sous un angle pragmatique : comme des actes qui sont d’abord ceux de leur écriture, quand elles sont écrites ; comme l’occasion pour leur auteur de se « performer » et de manifester ainsi son éventuel écart avec son statut ou son titre, ou leur confirmation ; comme le fondement de la compréhension des raisons d’agir33. Tous les documents qui ont servi dans l’article n’ont pas contribué directement, par eux-mêmes, à produire l’inflexion des pratiques étudiées. Ils en attestent et, d’autre part, ils contribuent à en composer les conditions. En termes austiniens, certains seulement sont dotés d’une force perlocutoire en ceci qu’ils cherchent un effet direct sur leur récepteur, et beaucoup ont une force illocutoire parce qu’ils entraînent une action (Austin, 1970). Parmi les documents utilisés dans le cas de Mattern, la plupart ont cette dernière force. Bien plus qu’« outil cognitif », ils sont la part écrite d’une action managériale qui bouleverse les pratiques de la production, et parmi elles le travail ouvrier. Le « projet » de 1928 est de cet ordre. Il contribue à l’institutionnalisation34 : il est utilisé par les Peugeot pour intéresser d’éventuels partenaires financiers ; il est le prétexte de la convocation à Paris des directeurs des différentes usines qui composent Sochaux pour qu’ils donnent leur point de vue sur la conception du véhicule, la future 201, et s’engagent dans sa production ; il sert de repère durant plusieurs années pour caler la transformation de l’usine de Sochaux, tout en subissant au passage quelques modifications. Il n’est pas action comme l’est en revanche une lettre de commandement de Staline adressée à Kaganovitch et Molotov qui engage, à travers sa lecture et sa traduction en prescriptions, l’activité de l’ensemble du pays et du mouvement communiste international.

  • 35 RGASPI, 81/3/99/167, Staline à Kaganovitch et Molotov, avant le 15 juillet 1932.

86Dans le cas de Mattern, l’action dont il est question dans les sources ne se situe pas sur le papier de leur support matériel. En revanche, les lettres manuscrites de Staline produisent quelque chose et, si elles sont illocutoires, elles ont aussi tout de la performativité. C’est le cas en premier lieu lorsqu’il cherche à faire passer quelque chose à l’adresse de ses correspondants par le tracé agité ou par une interjection brutale visant à provoquer une émotion. Ainsi lorsqu’il ricane pour afficher son mépris des bolcheviks de salon : « Et nous nous taisons, comme des idiots, et nous supportons la calomnie de ce roquet des boutiquiers capitalistes. Bol-che-viks, hein ! hein ! [xe-xe]35. » (Cohen, 1997). Il n’échappe pas à Staline que cette manière d’écrire aura un effet bien au-delà de ses correspondants du bureau politique du fait de leur action subséquente.

  • 36 En ce sens, pratique et idéologie ne sont plus opposables : l’idéologie est une pratique discursive (...)

87En second lieu, certaines lettres, celles par lesquelles il démontre sur pièces la supériorité de la préférence répressive à large échelle en 1928 et celles par lesquelles il conduit seul la conception de la loi scélérate du 7 août 1932, performent Staline comme le maître qui, n’aurait-il pas déjà le titre de secrétaire général, le mériterait. Il se montre en 1932 le seul à savoir joindre différents niveaux de la réalité politique (un peu comme Mattern les installations, le nouveau modèle de véhicule, la maîtrise du travail ouvrier et la productivité). Elles organisent le passage d’un plan d’action à l’autre sans rupture : cette circulation de la navette crée le tissu sans couture qui lie la répression à la théorie, la défense de la propriété privée par les capitalistes à celle de la « propriété sociale » par les Soviétiques, le désir du paysan à la légalité de l’action policière, l’assise légale de l’URSS à la révolution, l’état de la campagne soviétique à la révolution mondiale. La situation de Staline au sein de la direction soviétique n’était pas encore telle qu’il puisse encore se passer d’un effort de conviction. La séquence des lettres, dont l’ordre n’est pas anticipé, importe. Elle a du sens pour les destinataires, mais elle en a aussi pour le produit de leur action. Elle façonne la forme par laquelle le texte de loi et sa justification sont ordonnés l’un à l’autre dans la presse soviétique et internationale. La pratique discursive a eu son effet quand la pratique armée, avec laquelle la première est articulée, a eu le sien (la pratique judiciaire a fait de son côté l’objet d’une réprimande). Le discours a joué pour le compte de Staline le rôle d’idéologie qu’il dénonce chez ses ennemis36. Le dispositif articulé à une échelle globale a fonctionné dans une coordination remarquable entre pratique discursive et pratique opérationnelle (car, exactement comme il en est pour les normes, les discours sont des pratiques discursives, quand les pratiques, de leur côté, possèdent une dimension discursive parmi d’autres).

88Les lettres échangées dans le cercle de Staline sont constitutives du lien de pouvoir entre les correspondants (Khlevniouk, 1996). Elles ne suffisent pas à créer ce lien mais elles en sont une part significative. La source est performative et l’histoire est alors pleinement pragmatique.

89Malgré les nombreuses réflexions et études qu’il a suscitées, l’objet « pratique » n’en reste pas moins l’un des plus complexes auquel les sciences sociales aient affaire. Cette contribution n’en a abordé qu’un nombre limité d’aspects en s’attachant au point de vue de quelques praticiens du xxe siècle. Ceux-ci ne sont pas seulement plongés dans la gestion des aléas des situations. Ils pensent leur pratique et la pensent comme une pratique. Celle-ci se présente comme des séquences d’actes et d’actions porteuses d’effets et de sens et comme la résolution répétée de problèmes matériels, relationnels, conceptuels, de délimitation du champ d’intervention, de définition et de réévaluation permanente des moyens tout comme des résultats et des objectifs, etc. Les pratiques évoquées – mais ne serait-ce pas le cas de toutes ? – apparaissent comme une confrontation plus ou moins pacifique avec des porteurs de pratique équipés de leurs propres conceptions de ce qu’ils-elles font et ont à faire, avec des normes à contrer ou simplement à contourner ou adapter, qu’il s’agisse de les contrôler ou de leur obéir. Les acteurs auxquels nous avons eu affaire se mettent en position sur les lieux de la pratique qu’ils ont choisis et jugés les plus pertinents. Ils le font dans une négligence délibérée de ce qui est présenté comme une théorie, parfois par eux-mêmes : c’est le cheminement pratique qui montre ce qui est à faire, quelles relations nouer avec les normes et les discours, dont la position est sous ce jour identique. Comme le dit Angelo Torre dans ce volume : « Les différentes appropriations sociales des modèles culturels dessinent une réalité qui n’est pas réductible à l’injonction de normes et discours. » (p. 43). Nous sommes ici de surcroît du côté de la formation de ces modèles qui dépend de l’action des personnes.

90Attendu qu’une pratique en est con substantiellement composée d’autres qui en sont des éléments, comme la production des automobiles est entre autres composée de formes d’organisation du travail et de protestation du personnel et le communisme de répression, à quelles conditions les indications de l’enquête présente peuvent-elles être étendues à d’autres cas ? Quels pourraient être les principes de la comparaison, par exemple à propos des régimes de plus ou moins grande liberté ou d’entrave de la pratique ? Ces principes relèveraient-ils de l’étude des façons d’identifier les affaires à traiter, ou de celle des manières de se concentrer sur ces dossiers, ou de celle des emprunts et des circulations, de celle encore des formes de la contamination interne par des modalités jugées décisives (comme dans un cas le respect imposé des temps calculés ou dans l’autre la préférence répressive) ? Parmi bien d’autres dimensions encore (v. Cohen 2001 et 2013), est-ce que l’examen visuel et sur les lieux cruciaux (le lieu soit-il un bureau en contact avec les zones d’impact grâce à des techniques de la distance), les conversations confrontées aux observations (et vice versa), la portée intrinsèque des préoccupations qui innervent les actes, les rapports de subordination et d’égalité constitutifs de l’activité, est-ce que tous ces traits permettraient de circonscrire efficacement un objet pertinent pour l’histoire d’un siècle de masse comme le xxe qui a développé de façon intense et élargie des pratiques scientifiques de contrôle des pratiques ?

Bibliographie

Aitken Hugh G. J. (1985), Scientific Management in Action. Taylorism at Watertown Arsenal, 1908-1915, Princeton, Princeton University Press.

Akrich Madeleine, Callon Michel & Bruno Latour (1988), « À quoi tient le succès des innovations », Annales des Mines, série « Gérer et comprendre », juin, p. 4-17, et septembre, p. 14-29.

Anonyme (1923), sans titre, X Information, juillet.

Anonyme (1927), Comment nous avons taylorisé notre atelier de mécanique d’entretien, Clermont-Ferrand, Michelin.

Anonyme (1928-1930), Historique de la voiture 201. Documents (119 documents des années 1928-1930), (Archives Mattem).

Argueta Quetzal (2015), Moderniser la culture du maïs dans la première moitié du xxe siècle : Alertes, résistances et alternatives dans le cas mexicain, Paris, EHESS, projet de thèse.

Austin John Langshaw (1970), Quand dire, c’est faire, trad. Gilles Lane, Paris, Seuil [1962].

avtorkhanov Abdurakhman (1959), Stalin and the Soviet Communist Party. A Study in the Technology of Power, Munich, Tsentr. ob”edinenie polit. emigrantov iz SSSR, p. 83-84.

Barnes Barry (2001), « Practice as Collective Action », in Theodore R. Schatzki, Karin Knorr-Cetina & Eike von Savigny (eds), The Practice Turn in Contemporary Theory, Londres, Routledge.

Belhoste Bruno, Dahan Dalmenico Amy & Antoine Picon (eds) (1994), La formation polytechnicienne, 1794-1994, Paris, Dunod.

Bériou Nicole, Boudet Jean-Patrice & Irène Rosier-Catach (eds) (2014), Le pouvoir des mots au Moyen Âge, Turnhout, Brepols.

Brandenberger David (2011), Propaganda State in Crisis. Soviet Ideology, Indoctrination, and Terror under Stalin, 1927-1941, New Haven, Yale University Press.

Carnino Guillaume (2015), L’invention de la science. La nouvelle religion de l’âge industriel, Paris, Seuil.

Cayet Thomas (2010), Rationaliser le travail, organiser la production. Le bureau international du travail et la modernisation économique durant l’entre-deux-guerres, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Certeau Michel de (1987), Histoire et psychanalyse entre science et fiction, Paris, Gallimard.

Cerutti Simona (1995), « Normes et pratiques, ou de la légitimité de leur opposition », in Bernard Lepetit (ed.), Les formes de l’expérience, Paris, Albin Michel, p. 127-149.

Cerutti Simona (2007), « À qui appartiennent les biens qui n’appartiennent à personne ? Citoyenneté et droit d’aubaine à l’époque moderne », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 62 (2), p. 355-383.

Chevalier Jean (1928), Le gouvernement des entreprises, Paris, Imprimerie militaire universelle L. Fournier.

Chevalier Jean (1929), La technique de l’organisation de l’entreprise, Paris, Librairie française de documentation commerciale et industrielle, Ed. Langlois et Cie.

Cohen Yves (1981), Ernest Mattern, les automobiles Peugeot et le Pays de Montbéliard industriel avant et pendant la Guerre de 1914-1918. Composition sur une pratique d’organisateur, Besançon, Université de Franche-Comté, thèse de doctorat de 3e cycle (sous la direction de Jean Charles).

Cohen Yves (1997), « Des lettres comme action : Stalin au début des années 1930 vu depuis le fonds Kaganovic », Cahiers du Monde russe, 38 (3), p. 307-346.

Cohen Yves (2001), Organiser à l’aube du taylorisme. La pratique d’Ernest Mattern chez Peugeot, 1906-1919, Besançon, Presses universitaires franc-comtoises.

Cohen Yves (2013), Le siècle des chefs. Une histoire transnationale du commandement et de l’autorité (1890-1940), Paris, Éditions Amsterdam.

Congrès international de l’organisation scientifique du travail (1931), L’organisation scientifique du travail (IVe Congrès international, Paris 1929), Paris, CNOF.

Cornell William B. (1947), Organization and Management in Industry and Business, New York, The Ronald Press [1928].

Cottereau Alain (2005-2006), « Le Play, économiste », Les Études Sociales, 142-143-144, p. 119-197

Delaurenti Béatrice (2007), La puissance des mots : virtus verborum. Débats doctrinaux sur les incantations au Moyen Âge, Paris, Éditions du Cerf.

Dodier Nicolas (1995), Les hommes et les machines. La conscience collective dans les sociétés technicisées, Paris, Métailié.

Fayol Henri (1901), Intervention au Congrès international des mines et de la métallurgie de 1900, Paris, Impr. Nationale, p. 30-31.

Fel’shtinskii Iurii G. (1991), « Konfidentsial’nye besedy Bukharina [Les conversations confidentielles de Boukharine] », Voprosy istorii, 2-3, p. 198 (cité par Graziosi Andrea (1998), La grande guerra contadina in Urss. Bolscevichi e contadini 1918-1933, Naples, Edizioni Scientifiche Italiane, p. 81).

Fitzpatrick Sheila (2004), « Politics as Practice : Thoughts on a New Soviet Political History », Kritika, 5 (1), p. 27-54.

Ford Henry (1926), Aujourd’hui et demain, avec la collaboration de Samuel Crowther, Paris, Payot.

Foucault Michel (1994), « Table-ronde du 20 mai 1978 », in Id., Dits et écrits, Paris, Gallimard, t. IV, p. 20-34 [1980].

Frega Roberto (2015), « Les pratiques normatives », SociologieS (« Pragmatisme et sciences sociales : explorations, enquêtes, expérimentations »), 23 février, [sociologies.revues. org/4969].

Freyssenet Michel (1975), Qualification du travail. Tendance et mise en question, Paris, La Documentation française.

Frugoni Chiara (1992), « L’histoire par l’image », Médiévales, 22/23, p. 5-12.

Giddens Anthony (1987), La constitution de la société : éléments de la théorie de la structuration, trad. Michel Audet, Paris, Presses universitaires de France [1984].

Gu Hongliang (2014), « L’influence de Dewey sur le jeune Mao », Actuel Marx, 56, p. 124-132.

Guigueno Vincent (1994), L’éclipse de l’atelier. Les missions françaises de productivité aux États-Unis dans les années 1950, mémoire de DEA, ENPC.

Henry Odile (2012), Les guérisseurs de l’économie. Sociogenèse du métier de consultant (1880-1958), Paris, CNRS Éditions.

Hocquard Claire (1989), « La logique du chantier », Gérer et comprendre, 17, p. 73-82.

Jas Nathalie (2005), « Déqualifier le paysan, introniser l’agronome, France 1840-1914 », Écologie & Politique, 31 (2), p. 45-55.

Kant Emmanuel (1970), Anthropologie du point de vue pragmatique, trad. Michel Foucault, Paris, Vrin [1798].

Khlevniouk Oleg (1996), Le Cercle du Kremlin. Staline et le Bureau politique dans les années 30 : les jeux du pouvoir, trad. Pierre Forgues et Nicolas Werth, Paris, Seuil.

Kotarbinski Tadeusz (2007), Traité du travail efficace, trad. Jean-Luc Dumont, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté [1955, en polonais].

Kranakis Eda (1997), Constructing a Bridge. An Exploration of Engineering Culture, Design, and Research in Nineteenth-Century France and America, Cambridge, MIT Press.

Lénine Vladimir Ilitch (1955), Cahiers philosophiques, trad. Lida Vernant et Émile Bottigelli, Paris, Éditions sociales.

Lénine Vladimir Ilitch (1965), Que faire ?, in Id., Œuvres, Paris/Moscou, Éditions sociales/Éditions du progrès, t. 5, p. 353-542 [1902].

Leont’ev Alekseï N. (1984), Activité, conscience, personnalité, Moscou, Éditions du Progrès [1975].

Lepetit Bernard (1995a), « Histoire des pratiques, pratiques de l’histoire », in Id. (ed.), Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel, p. 9-22.

Lepetit Bernard (1995b), « Le présent de l’histoire », in Id. (ed.), Les formes de l’expérience. Une autre histoire sociale, Paris, Albin Michel, p. 273-298.

Lepetit Bernard (1996), « Une autre histoire sociale », Correspondances. Bulletin d’information scientifique, 40, p. 3-9.

Le Roux Muriel (1998), L’entreprise et la recherche : un siècle de recherche industrielle à Pechiney, Paris, Éd. Rive droite.

Lüdtke Alf (1996), « Ouvriers, Eigensinn et politique dans l’Allemagne du xxe siècle », Actes de la recherche en sciences sociales, 113, p. 91-101.

Marcus George (1995), « Ethnography In/Of the World System : The Emergence of Multi-Sited Ethnography », Annual Review of Anthropology, 24, p. 95-117.

Marx Karl (1968), Œuvres. Économie. II, trad. Louis Evrard, Michel Jacob, Jean Malaquais, Claude Orsoni, Maximilien Rubel et Suzanne Voute, Paris, Pléiade, Le Capital [1867].

Mattern Ernest (1925), Création, organisation et direction des usines, Paris, Dunod.

Mattern Ernest (1928), Projet d’organisation des usines Peugeot concentrées à Montbéliard-Sochaux, sl (Paris), 14 avril (archives Mattern).

Mattern Ernest (1930), Main d’œuvre et effectifs, Sochaux, mars (archives Mattern).

Mattern Ernest (1938), Plan quinquennal d’amélioration des usines, Sochaux, Direction générale des Usines, 31 décembre (archives Peugeot).

Mattern Ernest (2008), « Exemple vécu de la formation d’un ingénieur d’usine », Documents pour l’histoire des techniques, 15, p. 90-210 [facsimilé de l’original dactyl., Sochaux, 1941,115 p.].

Montgomery David (1978), « Quels standards ? Les ouvriers et la réorganisation du travail aux États-Unis (1900-1920) », Le Mouvement social, 102, p. 101-127.

Montgomery David (1979), Workers’Control in America : Studies in the History of Work, Technology, and Labor Struggles, Cambridge, Cambridge University Press.

Mosse George L. (1999), De la Grande Guerre au totalitarisme. La brutalisation des sociétés européennes, Paris, Hachette.

Mottez Bernard (1966), Systèmes de salaire et politiques patronales. Essai sur l’évolution des pratiques et des idéologies patronales, Paris, CNRS Éditions.

Moutet Aimée (1997), Les logiques de l’entreprise. La rationalisation dans l’industrie française de l’entre-deux-guerres, Paris, Éditions de l’EHESS.

Peneff Jean (2008), « La lecture d’historiens comme double invitation à l’ethnographie », in Anne-Marie Arborio, Yves Cohen, Pierre Fournier, Nicolas Hatzfeld, Cédric Lomba & Séverin Muller (eds), Observer le travail. Histoire, ethnographie, approches combinées, Paris, La Découverte, p. 169-183.

Péquignot Stéphane (2008), « Les instructions aux ambassadeurs des rois d’Aragon (xiiie-xve siècles). Jalons pour l’histoire de la fabrique d’une parole royale efficace », Cahiers d’études hispaniques médiévales, 31, p. 17-43.

Pestre Dominique (2006), Introduction aux Science Studies, Paris, La Découverte.

Pezeu Pierre (1920), Les hommes qu’il nous faut pour organiser la production, Paris, Payot.

Quéré Louis (2000), « Singularité et intelligibilité de l’action », in Jean-Marie Barbier, Yves Clot et al. (eds), L’analyse de la singularité de l’action, Paris, Presses universitaires de France, p. 147-169.

Raj Kapil & Otto H. Sibum (2015), « Introduction », Histoire des sciences et des savoirs, t. 2. Modernité et globalisation, Paris, Le Seuil.

Rapports techniques (mensuels) (Peugeot, Centre d’archives de Terre-Blanche).

Renault Emmanuel (2013), « Dewey, Hook et Mao : quelques affinités entre marxisme et pragmatisme », Actuel Marx, 54, p. 138-157.

Rolle Pierre (1962), « Norme et chronométrage dans le salaire au rendement », Cahiers d’étude de l’automation et des sociétés industrielles, 4, p. 9-38.

Rosier-Catach Irène (1994), La parole comme acte : sur la grammaire et la sémantique au xviiie siècle, Paris, Vrin.

Rosier-Catach Irène (2004), La parole efficace. Signe, rituel, sacré, Paris, Seuil.

Schatzki Theodore R., Knorr-Cetina Karin & Eike von Savigny (eds) (2001), The Practice Turn in Contemporary Theory, Londres, Routledge.

Staline Joseph (Iosif Vissarionovitch) (1937), Le marxisme et la question nationale et coloniale, Paris, Éditions sociales et internationales [1913].

Staline Joseph (Iosif Vissarionovitch) (1952), Des principes du léninisme, Paris, Éditions sociales, [1924].

Suchman Lucy (2007), Human-Machine Reconfigurations. Plans and Situated Action : The Problem of Human-Machine Communication, Cambridge, Cambridge University Press [1987].

Taylor Frederick W. (1957), La direction scientifique des entreprises, trad. Luc Maury, Paris, Dunod [1911].

Van der Linden Marcel (2010), « Re-Constructing the Origins of Modem Labor Management », Labor History, 51 (4), p. 509-522.

Wenger Étienne (1998), Communities of Practice : Learning, Meaning, and Identity, Cambridge, Cambridge University Press.

Notes

1 Merci à Francis Chateauraynaud, Béatrice Delaurenti et Alain Cottereau pour leurs lectures attentives et précieuses et, pour la discussion enrichissante, à tous les participants de l’atelier qui a présidé à ce volume.

2 Voir l’étude de Stéphane Péquignot (2008) sur le pilotage à distance des ambassadeurs du roi d’Aragon aux xiiie et xive siècles.

3 La forte expression de « sources de la pratique » est issue de l’histoire médiévale où elle sert, à propos du droit, à les opposer à celles de la doctrine. Cette contraposition perd beaucoup de son sens dans ces démarches.

4 L’expression « society as practices » est de Barry Barnes (2001, p. 17), dans The Practice Turn in Contemporary Theory (Schatzki, Knorr-Cetina & von Savigny, 2001), ouvrage dans lequel aucun historien ne figure.

5 Du travail fordisé qui a mobilisé des millions de personnes qualifiées, et surtout sans qualification, la production – qui ne s’y est d’ailleurs jamais entièrement résumée – est en train de passer progressivement à une démassification accentuée. Les fonctions physiques et mentales du travail productif mais aussi de service sont toujours plus prises en charge par des machines, quand les formes de l’emploi se dispersent à nouveau. Aujourd’hui le communisme apparaît de son côté comme une expérience négative faite par l’humanité tout entière et dont l’échec laisse un chantier immense à reprendre pour les pratiques de l’émancipation.

6 L’ouvrage fondateur d’une praxéologie sous ce nom est celui de Kotarbinski (2007).

7 Peugeot réédite une partie de ces brochures. Voir Moutet (1997).

8 C’est avec eux aussi que Mattern entre dans des palabres « sur place » dans ses tournées quotidiennes des ateliers et des bureaux de l’usine de Sochaux, qui atteint en 1935 environ 15 000 salariés.

9 Ce qui, en bonne typologie ouverte, n’est pas exclusif d’autres types d’actes comme les actes temporels ou les actes d’image.

10 Pierre Pezeu (1920) et Ernest Mattern (1925) ont tous les deux publié à partir de leur expérience.

11 Beaucoup d’éléments qui composent le « scientific management » étaient présents avant Taylor, y compris dans les colonies (Van der Linden, 2010). La « pièce maîtresse » de l’apport de Taylor est le bureau des méthodes où se concentrent la science du travail et la conception des normes (l’expression est de Bernard Mottez, 1966, p. 136).

12 Voir la contribution de Stéphane Péquignot dans ce volume.

13 Les sources, le plus souvent rédigées par Mattern, sont des rapports mensuels adressés depuis Sochaux au siège parisien de Peugeot et des notes de service.

14 « Le développement du capital fixe montre à quel point l’ensemble des connaissances (knowkedge) est devenu une puissance productive immédiate, à quel point les conditions du processus vital de la société sont soumises à son contrôle et transformées selon ses normes, à quel point les forces productives ont pris non seulement un aspect scientifique, mais sont devenues des organes directs de la pratique sociale et du processus réel de l’existence. » Marx (1968, p. 307).

15 La graphie du texte a été respectée. Ford ne disait pas autre chose (1926. Chapitre « C’est impossible ! », p. 68-82).

16 On rencontre là l’étude classique du sociologue du travail pragmatiste Pierre Rolle (1962).

17 « La régularité et la formalité des pratiques sont considérées comme des propriétés configurationnelles émergentes, distribuées sur les deux pôles de la production et de la réception : l’agent enchaîne et compose ses gestes et ses actes selon un certain ordre de sens, dans lequel les autres membres de la collectivité peuvent lire une configuration déterminée, en fonction de leur propre savoir-faire, de leurs attentes normatives d’arrière-plan, de leur compréhension pratique de la situation et de leur connaissance de sens commun des règles et des institutions. » Quéré (2000, p. 153).

18 Voir dans ce volume Roberto Frega sur le caractère multiscalaire des pratiques. Dire les pratiques aussi plurilocalisées n’est pas la même chose. Il s’agit de considérer en ces différents lieux la diversité des pratiques qui en composent une plus vaste. Sur l’étude d’un phénomène plurilocalisé, voir la « multi-sited ethnography » de George Marcus (1995). Un témoignage : « En prenant de l’ampleur, les affaires se compliquèrent. Le mécanisme de leur conduite exige aujourd’hui un plus grand nombre d’organes qu’autrefois. » Chevalier (1928, p. 4).

19 En bonne méthode de sciences sociales, une étude de pratique dans la perspective indiquée supposerait de se placer à égalité en plusieurs points de cette multiplicité de lieux et, au moins, en ceux de la fabrique de la norme, des normes contre laquelle elle s’établit et de son usage. En pratique, cette symétrie est difficile à atteindre. Ainsi, la norme n’a pas à être étudiée dans son usage seulement, comme le voudrait une démarche wittgensteinienne, mais aussi dans sa production qui relève de pratiques.

20 Un congrès international de l’Organisation scientifique du travail, le quatrième depuis la guerre, se tient à Paris en 1929. Tous les noms de la modernité industrielle mais aussi architecturale (Le Corbusier), psychologique (et même le psychanalyste René Allendy) y sont, ainsi que la CGT et les constructeurs d’automobiles (André Citroën et Louis Renault en personne), mais pas Peugeot, sauf son chef du service de la documentation. Cette absence est aussi une composante de la pratique (voir Congrès international de l’organisation scientifique du travail, 1931).

21 J’utilise des remarques non publiées de Kapil Raj, que je remercie ici.

22 Les sources documentaires de cette section sont les archives de travail de Staline composées de notes et lettres manuscrites et du matériel qu’il reçoit. Elles sont conservées dans les Archives nationales de Russie d’histoire sociale et politique (archives du parti communiste jusqu’à 1953), notées ici RGASPI.

23 Cet historien tchétchène a mené une remarquable enquête sur cet épisode-clé.

24 RGASPI, 558/11/119/99-100, Staline à Kosior, Molotov et Mikoyan, de Krasnoiarsk, 2 février 1928, (je souligne).

25 Le dossier est étudié plus en détail dans Cohen (2013, p. 695-705).

26 RGASPI, 558/11/119/5, Staline à Kosior, 19 janvier 1928.

27 Membre suppléant du bureau politique alors secrétaire de cette région et très proche aussi de Staline.

28 RGASPI, 558/11/119/91-92, Mikoyan à Staline, 30 janvier 1928.

29 RGASPI, 558/11/119/84, Staline à Kosior et Mikoyan, 29 janvier 1928.

30 Le plus formel de la norme ou de la règle relève d’une pratique. Sur les rapports entre les espaces de la confection et de l’usage de normes, leurs logiques différentes et les types de source qui permettent leur étude, voir Cerutti (2007). Pour le contemporain, c’est dans cet écart entre conception et usage que se sont formées depuis les années 1930 l’opposition du formel et de l’informel, si fondamentale en sociologie, et celle du « prescrit » et du « réel » qui est au principe de l’ergonomie.

31 RGASPI, 58/11/1122/3-4, Déclaration de Staline à une conférence de propagandistes, septembre 1938.

32 Voir, dans la Présentation, les recommandations de Polybe ainsi que les réflexions de Michel de Certeau (1987) sur l’histoire des pratiques.

33 Nous sommes proches d’une ethnographie historique (Peneff, 2008).

34 Voir dans ce volume Frédéric Graber.

35 RGASPI, 81/3/99/167, Staline à Kaganovitch et Molotov, avant le 15 juillet 1932.

36 En ce sens, pratique et idéologie ne sont plus opposables : l’idéologie est une pratique discursive qui se conjugue avec toutes les autres, discursives ou non (Fitzpatrick, 2004, maintient l’opposition entre idéologie et pratique).

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search