Version classiqueVersion mobile

Histoires pragmatiques

 | 
Francis Chateauraynaud
, 
Yves Cohen

Actes et pratiques

Pratique de la représentation et représentation de la pratique

Roger Chartier

Texte intégral

  • 1 [NdE. : Le présent article a été publié – en italien – (Quaderni Storici, 92 (1996), p. 487-493) en (...)

1Dans son article « Percorsi della pratica, 1966-1995 » (Quaderni Storici, 90, a. XXX, n. 3, décembre 1995, p. 799-829) Angelo Torre me cherche une querelle bien mal fondée1.

21. Le reproche d’« idéalisme » qui m’est adressé (2016, p. 42 n. 22, p. 46) ne manquera pas d’étonner tous ceux qui, à l’inverse, critiquent ma position comme étant excessivement « sociologique » dans la mesure où elle vise à inscrire (trop fortement à leur goût) les productions discursives dans les contraintes objectives qui, à la fois, les bornent et les rendent possibles. Contre les formulations du « linguistic turn » qui considèrent les réalités sociales comme de purs jeux de langage, j’ai affirmé la différence irréductible entre les pratiques qui construisent les rapports sociaux et celles qui commandent la production des discours. Contre la proposition d’un « retour au politique » qui détache la part réfléchie de l’action de toute détermination sociale, j’ai rappelé que les individus sont toujours liés par des dépendances réciproques, perçues ou invisibles, qui limitent (plus ou moins fortement selon leur place), ce qui leur est possible de penser, de dire et de faire. Ces positions sont certainement discutables (et discutées) mais les caractériser comme « idéalistes » ne me paraît guère raisonnable.

32. Selon Angelo Torre, l’accent mis dans mon travail sur l’étude des représentations aurait rendu à mes yeux « superflue l’étude du monde réel » (ibid., p. 43). Les représentations qui fondent les perceptions et les jugements, qui gouvernent les façons de dire et de faire, ne seraient-elles donc pas tout aussi « réelles » que les processus, les comportements, les conflits « concrets » qu’il prétend observer « concrètement » ? L’insistance placée sur le « concret » (opposé à l’abstraction supposée de la représentation) inquiète. Se souvenant de Foucault, le lecteur en vient à se demander si Angelo Torre n’aurait pas, comme trop d’historiens, une « bien maigre idée du réel », identifié aux seules situations locales et « concrètes ». Foucault (1994, p. 15) écrivait :

Il n’y a pas « le » réel qu’on rejoindrait à condition de parler de tout ou de certaines choses plus « réelles » que les autres, et que l’on manquerait, au profit d’abstractions inconsistantes, si l’on se bornait à faire apparaître d’autres éléments et d’autres relations. […] [U]n type de rationalité, une manière de penser, un programme, une technique, un ensemble d’efforts rationnels et coordonnés, des objectifs définis et poursuivis, des instruments pour l’atteindre, etc., tout cela c’est du réel, même si ça ne prétend pas être « la réalité » elle-même ni « la » société tout entière.

4La mise en garde devrait suffire à débarrasser le débat intellectuel des fausses oppositions (telle celle établie par Angelo Torre) qui l’encombrent encore.

53. Le travers dans lequel tomberait ma démarche est celui d’une « histoire qui subsume les pratiques à l’intérieur des représentations et qui renonce au croisement des sources documentaires ». Péché mortel, à l’évidence, pour mon contradicteur. Mais l’ai-je commis ? Tout le travail que j’ai mené sur les pratiques culturelles part, en effet, du constat selon lequel les pratiques visées, de différentes manières, par les représentations sont toujours irréductibles aux discours qui les décrivent, les régulent, les prescrivent ou les proscrivent. Elles ne sont donc ni « subsumées » ni absorbées par les représentations qui les désignent.

6La question qui demeure est celle-ci : comment l’historien peut-il appréhender des pratiques muettes dont la logique spécifique n’est pas celle des discours, quels qu’ils soient, qui les donnent à lire ? Dans son commentaire de Surveiller et punir, Michel de Certeau (1987, p. 44) marquait la tension (et le risque) qui habite toute tentative qui entend rendre compte de l’effectuation des pratiques :

Quand, au lieu d’être un discours sur d’autres discours qui l’ont précédée, la théorie se risque dans des domaines non verbaux ou préverbaux où ne se rencontrent que des pratiques sans discours d’accompagnement, certains problèmes surgissent. Il y a un brusque changement et la fondation, d’ordinaire si sûre, qu’offre le langage fait alors défaut. L’opération théorique se retrouve soudain à l’extrémité de son terrain normal, telle une voiture parvenue au bord d’une falaise. Au-delà, il n’y a plus que la mer. Foucault travaille au bord de la falaise, essayant d’inventer un discours pour traiter de pratiques non discursives.

7Toute histoire des pratiques travaille nécessairement au bord de cette falaise. En faisant comme s’il était possible d’éviter cette inconfortable position, Angelo Torre nous intrigue. Pense-t-il que parmi toutes les sources que l’historien doit croiser, certaines échappent au registre de la représentation et permettent une observation « concrète » des comportements « concrets » ? Si tel est le cas, quelles sont ces sources dont l’immédiateté documentaire permettrait l’« étude du monde réel » sans la médiation de l’« étude des représentations » ?

8Les dernières pages de son article, où il prend grand soin, en citant Alain Cottereau, de distinguer entre les « situations » et leurs « transcriptions », semblent écarter une telle possibilité. Elles soulignent la distance et les écarts qui toujours existent entre le document, quel qu’il soit, et la « réalité » qu’il construit en l’enregistrant. On ne peut que souscrire à une telle affirmation. Mais pourquoi, alors, déchaîner les plus terribles foudres épistémologiques sur mon travail qui traite d’une manière très semblable les rapports entre représentations et pratiques ?

9Soit l’exemple des pratiques de lecture. Pour moi, leur histoire n’est possible qu’en essayant d’articuler la représentation de la pratique et la pratique de la représentation. C’est-à-dire en considérant qu’aucune des séries documentaires qu’il est nécessaire de mobiliser pour une telle histoire n’entretient de relation immédiate et transparente avec les pratiques qu’elle désigne. Dans chacune d’elles, la représentation des pratiques a des raisons, des codes, des finalités, des destinataires particuliers. Les identifier est une condition obligée pour s’approcher des manières de faire qui sont l’objet de leur discours. Il n’est pas, à mon sens, d’alternative à cette obligation, et toutes les dichotomies chères à Angelo Torre (entre « représentations » et « monde réel », entre l’« étude des textes » et les « observations concrètes ») n’y peuvent rien changer.

10Mais que l’on m’entende bien. Cette position méthodologique ne signifie aucunement pour moi la réduction, et moins encore l’annulation de la « formalité des pratiques » (pour dire comme Michel de Certeau) dans les discours et les représentations qui, à la fois, les indiquent et les manquent. Elle n’implique pas non plus un renoncement à l’inscription sociale des schèmes de perception et de jugement qui sont les matrices des façons de dire et de faire – ou de ce que, dans différents textes, j’ai désigné par le terme d’« appropriation » (Chartier, 1989).

114. Pour montrer que dans mon travail « la matrice des appropriations différenciées n’est pas du tout explorée » (2016, p. 45), Angelo Torre prend comme exemple l’étude que j’ai consacrée à un récit de miracle du xvie siècle publié sous la forme de deux « occasionnels » qui énoncent, avec de nombreuses variantes, la « même histoire » (ibid.). Le reproche majeur qui m’est adressé, dans un commentaire qui me paraît un contresens sur mon essai, est de n’avoir porté aucune attention à la « situation qui a présidé à l’élaboration spécifique d’un schéma déjà connu » (ibid.). Pour moi, supposèrent, « la situation à l’origine d’un message n’entre pas dans la liste des éléments qui en déterminent la ou les significations » (ibid., p. 46). On le voit, « situation » est un autre des termes préférés d’Angelo Torre. Mais de quelle « situation » parle-t-on ici ? Mon censeur pense-t-il vraiment possible, même en mettant en œuvre toutes les ressources du « réalisme historiographique » (ibid., p. 31) pour lequel il plaide ardemment, d’identifier les auteurs, les commanditaires ou les circonstances de l’écriture et de la publication de deux livrets dont l’un d’eux, celui de 1588, porte une adresse typographique plus que douteuse ? En essayant de reconstruire les significations particulières, politiques et religieuses, dont pouvait être investie en 1588 et 1589 une histoire qui, à la fois, reprenait et déplaçait des motifs anciens, il me semble m’être approché du modèle de compréhension souhaité. Il est sans doute possible de faire plus, et mieux. Mais il me paraît profondément erroné de dire que, dans mon analyse,

[L]e fait que, dans l’occasionnel étudié, l’on parle d’un miracle durant la dernière phase des guerres de religion n’est pas un élément capable d’orienter l’analyse ; d’ailleurs, il ne fait l’objet d’analyse d’aucune sorte. (Ibid., p. 45)

12Je n’ai jamais pensé que le genre à la fois discursif et éditorial, dans lequel l’histoire de la pendue miraculeusement sauvée était énoncé fixait par avance sa signification. Tout au contraire. Mon analyse, avec la prudence requise en l’absence de toute trace des lectures qui furent faites des deux occasionnels, s’efforce de repérer les différentes traditions textuelles ou culturelles (l’hagiographie, le conte, le sermon, etc.) à partir desquelles leurs compréhensions pouvaient être produites. Cela dit, il est sûr que l’une de mes intentions était de rappeler aux historiens du « local », du « concret » et des « situations » que les textes qu’ils manient sont inscrits dans des systèmes de conventions de longue durée qui commandent leur production comme leur appropriation. La désinvolture avec laquelle Angelo Torre considère les apports de l’étude bibliographique et « littéraire » (comme il dit) des deux occasionnels qui m’ont retenu atteste que ce n’était peut-être pas là un rappel inutile…

135. Je voudrais aussi apaiser (si je le peux) l’inquiétude qui l’a saisi devant ce qu’il pense être un dommageable rétrécissement de ma perspective critique. Rappelant mes mises en garde anciennes contre la naïveté de certaines lectures historiennes qui oubliaient que tout document, même le plus « objectif », porte toujours la marque de ses conditions de production et des représentations de ses producteurs, il ajoute : « Avec les années 1980, le matériau-document apparaît totalement aplati sur la dimension de “texte”. » (Ibid., p. 47). « Totalement » et « aplati » me paraissent de trop. Rien ne m’est plus étranger, en effet, que la pensée selon laquelle les déterminations qui gouvernent la production des textes auraient toutes « une matrice purement rhétorique » (ibid.). Les critiques que j’ai adressées à la position de Hayden White comme mon travail sur Molière et, plus généralement, sur les contraintes propres à l’écriture et à la publication à l’âge du mécénat monarchique (Chartier, 1993, 1994 et 1995) auraient dû indiquer à Angelo Torre qu’il me cherchait, sur ce point également, une mauvaise querelle.

146. Il est évident que l’histoire telle que la fait Angelo Torre n’est pas la mienne. Nous n’avons ni les mêmes objets, ni les mêmes concepts, ni les mêmes préoccupations. Est-ce une raison suffisante pour qu’il stigmatise comme une « Involution » (2016, p. 46) un parcours de recherche jugé à l’aune de ses propres intérêts (qui ne peuvent être tenus universels) ?

15L’espace de travail dans lequel j’ai situé mes recherches en ces dernières années tente d’articuler l’histoire des textes, celle des supports de leur circulation et celle de leurs réceptions et de leurs interprétations. Ce croisement d’approches généralement disjointes a un enjeu fondamental : comprendre comment les appropriations inventives de lecteurs (ou d’auditeurs) singuliers sont toujours enserrées dans un ensemble de contraintes qui, tout ensemble, les portent et les brident. Ces contraintes sont multiples et de différents ordres. Elles résultent des effets de sens visés par les textes à travers les dispositifs mêmes de leur écriture, des limites imposées par les formes de leur transmission à leurs possibles appropriations, ou des compétences et conventions qui caractérisent chaque « communauté d’interprétation » (pour reprendre l’expression de Stanley Fish). Il ne s’agit donc aucunement d’abandonner une histoire des pratiques (d’écriture, de publication, de lecture, etc.) au profit d’une autre, qui n’aurait pour objet que les représentations. Tout à l’inverse, le propos consiste à traiter les représentations (objectivées ou intériorisées, « littéraires » ou ordinaires) en tant qu’elles sont des matrices et des traces de ces pratiques. La tâche n’est pas aisée et qui s’y essaye risque fort d’être précipité au pied de la falaise… Mais il n’y a là, me semble-t-il, ni renoncement ni « involuzione », mais simplement un effort pour rendre opératoire, dans un domaine de recherche spécifique, l’articulation théorique et méthodologique que j’ai proposée entre pratiques, représentations et appropriations.

167. Selon Angelo Torre, la définition que je donne du concept de représentation serait sans rapport avec les « comportements concrets et concrètement observés » (ibid., p. 47). Faut-il rappeler contre cette lecture hâtive les trois registres d’expériences et de réalité que permet de nouer, selon moi, l’emploi de cette notion ? D’une part, il désigne les représentations collectives qui organisent les schèmes de perception et d’appréciation à partir desquels les individus classent, jugent et agissent. D’autre part, il indique les formes d’exhibition de l’identité sociale comme les signes et les pratiques symboliques les donnent à voir. Enfin, il vise la délégation à un « représentant » (individu particulier, corps collectif, instance abstraite) de la continuité et de la stabilité des identités collectives. Pensée avec ces catégories, l’histoire de la construction des relations et des identités sociales devient une histoire des rapports de force symbolique. Elle définit la construction du monde social comme résultant de la réussite (ou de l’échec) du travail symbolique que les groupes effectuent sur eux-mêmes (et sur les autres) pour transformer les propriétés sociales qui sont communes à leurs membres en une appartenance perçue, montrée, reconnue (ou déniée). Elle comprend la domination symbolique comme un processus par lequel les dominés acceptent ou refusent les identités imposées qui visent à assurer et perpétuer leur assujettissement. Elle inscrit dans le processus de longue durée de cantonnement de la violence et de contention des affects, tel que le décrit Elias, l’importance croissante prise à l’âge moderne, entre xvie et xviiie siècles, par les affrontements qui ont pour enjeux et pour instruments les formes symboliques.

17Dans cette perspective théorique, résumée ici à gros traits, je m’étonne qu’Angelo Torre puisse diagnostiquer un effacement des « comportements concrets ». Au contraire, ceux-ci sont partout présents : dans les actions portées par les schèmes de perception et de jugement, dans les pratiques symboliques qui donnent à voir les identités, dans les processus de délégation qui instituent les représentants. Il est, certes, possible de préférer d’autres voies pour comprendre la construction du monde social. Celle qu’il suggère à la fin de son article est tout à fait recevable et utile, même si, en mettant l’accent sur l’« interaction concrète » (ibid., p. 53), sur les « situations où les phénomènes sociaux se produisent et se manifestent » (ibid.), sur la « valeur intrinsèque de l’action » (ibid., p. 57), elle court le risque, « idéaliste » pour le coup, d’ignorer les interdépendances, les déterminations et les modèles qui délimitent, pour chaque communauté ou chaque individu, l’espace des pensées et des comportements possibles.

18Cette perspective de recherche manque-t-elle à ce point d’assurance qu’elle ne puisse être présentée et légitimée qu’en s’accompagnant d’une critique aussi erronée que brutale d’autres positions méthodologiques ? Aux lecteurs de Quaderni Storici d’en décider.

Bibliographie

Certeau Michel de (1987), « Microtechniques et discours panoptique : un quiproquo », in Id., Histoire et psychanalyse entre science et fiction, Paris, Gallimard.

Chartier Roger (1989), « Le monde comme représentation », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, p. 1505-1520.

Chartier Roger (1993), « Quatre questions à Hayden White », Storia della Storiografia, 24, p. 133-142.

Chartier Roger (1994), « George Dandin, ou le social en représentation », Annales. Histoire, Sciences Sociales, mars-avril, 2, p. 277-309.

Chartier Roger (1995), Forms and Meanings. Texts, Performances, and Audiences from Codex to Computer, Philadelphia, The University of Pennsylvania Press.

Foucault Michel (1994), « La poussière et le nuage », in Id., Dits et écrits, vol. 4, Paris, Gallimard, p. 10-19 (1e éd. dans (1980), L’impossible prison. Recherches sur le système pénitentiaire au xixe siècle, réunies par Michelle Perrot, Paris, Seuil, p. 29-39).

Notes

1 [NdE. : Le présent article a été publié – en italien – (Quaderni Storici, 92 (1996), p. 487-493) en réponse à celui d’Angelo Torre que nous publions ci-dessus. Les éditeurs remercient l’auteur d’avoir bien voulu leur confier le texte original français. Ils y ont inséré le texte français des extraits de l’article d’Angelo Torre qui étaient primitivement cités en italien. La pagination indiquée renvoie à la publication publiée dans ce volume, Torre (2016), p. 31-68.]

© Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search